Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Effets et jeux de pouvoir dans le discours politique et médiatique

 | 
Michel Kauffmann
, 
Gunhild Samson

Le discours du SPD en 1998-2000

Michel Kauffmann

Résumé

Lors des élections de l’automne 1998, Gerhard Schröder est parvenu à renouveler l’image de son parti en adoptant un discours fondé sur les valeurs de modernité et d’innovation. Si ce tournant rhétorique a permis un repositionnement du SPD, qui prétend désormais incarner le « Nouveau centre » (Neue Mitte), il traduit aussi une mutation idéologique, largement influencée par le social-libéralisme de Tony Blair, mutation qui a provoqué quelques réticences parmi les militants sociaux-démocrates eux-mêmes.

Texte intégral

1. L’émergence d’un nouveau discours

1Le contexte général du discours politique et économique du SPD en 1998-2000 est dominé par la problématique de la mondialisation, terme en lui-même flou, ambigu, chargé de connotations idéologiques, et qui mérite indéniablement un réexamen critique, tel qu’on le voit s’exprimer sous des formes variées à l’heure actuelle. Sans préjuger du bien-fondé ultime de cette notion de « mondialisation » dans le cadre d’une analyse rigoureuse de l’économie contemporaine, on peut retenir qu’elle décrit un incontestable mouvement de financiarisation et d’internationalisation de l’économie. Les flux financiers – volontairement « dérégulés » par les gouvernements – qui dominent largement en importance les flux physiques échappent effectivement à tout contrôle ; la « libéralisation » des échanges internationaux encourage la délocalisation de la production, entraînant le risque d’une mise en concurrence des « sites de production », au bénéfice des pays qui choisiraient de se positionner en moins-disants fiscaux et sociaux. Les gouvernements nationaux voient leur souveraineté économique remise en cause : en effet, leurs moyens d’action traditionnels dans ce domaine, les politiques monétaire et budgétaire, subissent la pression des marchés financiers ou sont vidés de leur sens par des accords supra-nationaux, comme le « Pacte de stabilité » renforçant le traité de Maastricht.

  • 1 Ramonet I., « La pensée unique », Le Monde diplomatique, janvier 1995.

2Depuis le début des années 1980, le débat économique peut se ramener à l’affrontement de deux écoles de pensée : le néo-libéralisme, courant largement dominant à l’heure actuelle, au point d’avoir été qualifié de « pensée unique »1, et un courant de gauche, réduit à la défensive, qui s’efforce de maintenir l’héritage de l’État social, avec une composante keynésienne plus ou moins marquée.

3Le néo-libéralisme se réclame des politiques de l’offre et de la théorie monétariste : l’objectif proclamé est de promouvoir la compétitivité des entreprises, par la baisse des impôts et des charges sociales, parallèlement à la réduction des déficits publics, considérés comme inflationnistes. On met en avant la nécessité de la « flexibilité », terme vague aux acceptions variées, selon le champ d’application considéré, mais qui, lorsqu’elle concerne le « marché du travail », tend d’une façon générale à l’idée que les horaires de travail et même les conditions d’embauche doivent pouvoir varier de façon très souple, à la discrétion de l’employeur. D’une façon générale, les néo-libéraux prônent le recul de l’état, a priori suspect dès qu’il intervient dans l’économie, mettant en avant au contraire l’État allégé (« schlanker Staat »). Dans ce discours, les dépenses publiques sont présentées systématiquement comme catastrophiques en soi, au nom de la théorie de « l’effet d’éviction » : la part prélevée par l’État sur l’économie serait confisquée au secteur privé et représenterait pour celui-ci uniquement un surcoût grevant sa compétitivité. On comprend que la baisse simultanée des impôts et des dépenses publiques soit au cœur de tous les programmes économiques d’inspiration libérale, depuis l’exemple bien connu du tax cut reaganien, au début des années 1980.

4Les keynésiens défendent au contraire ce que l’on a appelé les politiques de la demande, considérant que la consommation des ménages et l’investissement public constituent les piliers de la croissance, et que la hausse des salaires peut contribuer à relancer l’économie. Ils militent pour le maintien d’une certaine capacité d’intervention de l’autorité politique au niveau macroéconomique, par l’utilisation de l’arme budgétaire ou monétaire, et pour la défense du modèle social européen, menacé par la « dérégulation » et par le dumping fiscal ou social entre pays. Dans cette perspective, la protection sociale n’est pas perçue seulement comme un facteur de coût, mais aussi comme un stabilisateur automatique permettant de maintenir un certain niveau de demande intérieure même en cas de récession.

  • 2 Albert (1991 : 169 sqq.).
  • 3 Les excédents commerciaux massifs retrouvés par l’Allemagne à partir de la fin des années 1990 perm (...)

5On sait que, sans être franchement keynésien, le modèle économique allemand, celui du capitalisme rhénan, que Michel Albert2 oppose précisément au modèle anglo-saxon d’essence néo-libérale, comporte un des systèmes de protection sociale les plus développés au monde, ainsi qu’une tradition de forte représentation des salariés, leur permettant globalement une défense efficace de leurs intérêts. La Standortdebatte de 1993-94 a cependant mis en relief une certaine perte de compétitivité de l’économie allemande, que la droite libérale surtout a imputée aux salaires considérés comme trop élevés, notamment au niveau des charges sociales connexes, les Lohnnebenkosten, l’Allemagne se trouvant par ailleurs globalement en perte de vitesse du point de vue de l’innovation et de la haute technologie.3 De même, depuis l’unification, le système jusque-là bien réglé des conventions collectives de branche (les Tarifverträge) tend à s’ouvrir à des aménagements particuliers, notamment sous la forme d’accords d’entreprise. L’aile ultra-libérale du patronat conteste d’ailleurs la rigidité, excessive à ses yeux, des accords de branche traditionnels.

6La longue éclipse que connaît le SPD tout au long des années 80-90 ne s’explique pas seulement par l’efficacité électorale de Helmut Kohl mais aussi par les faiblesses structurelles de la social-démocratie allemande. Les études montrent en effet que son électorat traditionnel est sociologiquement en déclin en même temps qu’il se morcelle : la part du secteur industriel dans l’économie recule au profit du tertiaire, même en Allemagne, diminuant du même coup l’influence des « cols bleus ». Le SPD tend à devenir un parti de fonctionnaires et d’em­ployés du tertiaire, tout en s’efforçant de maintenir le lien avec sa base ouvrière traditionnelle. Il perd en attractivité auprès des jeunes, notamment les diplômés de l’enseignement supérieur, de plus en plus nombreux, qui sont davantage tentés par les Verts ou même par le FDP, représentant mieux les valeurs d’individualisme et d’hédo­nisme, les plus porteuses durant cette période. Le SPD, lui, ne par­vient plus à incarner, aux yeux de l’électorat, les thèmes du change­ment qui faisaient son succès dans les années 60.

7À partir d’une situation analogue, la gauche anglo-saxonne avait procédé à une révision en profondeur de ses orientations doctrinales, dans le souci de s’adapter à la nouvelle donne marquée par la domination du néo-libéralisme. Sous l’impulsion de Tony Blair, le parti travailliste avait ainsi opéré sa mutation, se définissant désormais comme New Labour, et se réclamant d’un programme de « troisième voie » privilégiant largement les politiques de l’offre simplement aménagées dans un sens plus social.

8Les références théoriques principales du New Labour ont été formulées par John Rawls et Anthony Giddens.

  • 4 Rawls (1997 : 115).

9À partir du modèle mathématique des courbes d’indifférence, repris aux économistes néo-classiques, l’universitaire américain John Rawls s’efforce ainsi de démontrer qu’un certain niveau d’inégalité est tolérable dans une société donnée, pourvu que cette inégalité bénéficie également aux plus défavorisés.4 Le « principe d’équité » pourra donc s’accommoder de l’abandon du « principe d’égalité ».

  • 5 Giddens, A. : « Plaidoyer pour la troisième voie - Entretien avec Anthony Giddens », in : Alternati (...)

10C’est ce même principe d’équité (fairness) que met également en avant le sociologue britannique Anthony Giddens, penseur quasi-officiel du New Labour. Considérant la mondialisation comme inéluctable, il est favorable à la « flexibilité du marché du travail ». Le rôle de l’État consistera pour lui à lutter contre l’exclusion, ce qui l’amènera à limiter la protection sociale aux plus démunis. La lutte contre l’inégalité ne sera plus un impératif, il s’agira de promouvoir l’égalité des chances et l’« employabilité » des individus, par un effort de formation, plutôt que de continuer dans la voie des politiques macro-économiques. On voit que ces thèses rejoignent le néo-libéralisme en ce qu’elles préconisent un certain désengagement de l’État, même si Giddens lui-même s’en défend, préférant parler d’un État « réformé, plus moderne et plus efficace ».5

  • 6 Beck (1993 : 214 sqq.).

11En Allemagne même, le sociologue Ulrich Beck, convaincu lui aussi de l’inéluctabilité de la mondialisation, s’efforce cependant d’en discerner les diverses strates, qui peuvent éventuellement comporter selon lui des aspects positifs, tels que la fusion des cultures nationales en un grand ensemble multi-culturel planétaire. Il plaide pour une « modernisation de la modernité »6, sous la forme notamment d’un réexamen des fonctions de l’État.

12Lorsque Gerhard Schröder, ministre-président de Basse-Saxe, est investi officiellement comme candidat du SPD à la chancellerie le 2 mars 1998, il a une image de pragmatique et de social-démocrate hétérodoxe, apprécié du patronat et adepte des solutions innovantes : n’a-t-il pas contribué à sauver des milliers d’emplois chez Volkswagen, en 1993, grâce à un accord d’entreprise prévoyant une importante réduction du temps de travail et une flexibilité accrue des horaires ? Bientôt, la victoire du SPD aux élections de l’automne 98 paraît prévisible, à cause avant tout de l’usure du pouvoir que subit le chancelier Kohl, et du « blocage des réformes » (Reformstau) régulièrement dénoncé par les médias, mais encore fallait-il que le candidat social-démocrate donne consistance à sa prétention à incarner le renouveau et à mobiliser des couches d’électeurs peu concernées par la rhétorique social-démocrate traditionnelle : la campagne électorale sera donc logiquement l’occasion de l’émergence d’un nouveau discours du SPD.

  • 7 Pecheux (1990 : 159).

13Les « conditions de production », au sens de Michel Pêcheux,7 du nouveau discours social-démocrate tel qu’il se met en place vers l’été 1998 peuvent donc s’analyser sur deux niveaux :

  • le contexte général balisé par le discours de la mondialisation néo-libérale et les tentatives de synthèse « sociales-libérales » ou « blairistes »,

  • le contexte électoral proprement dit, avec les problèmes de positionnement (pour utiliser la terminologie du marketing) auxquels est confronté tout candidat, et qui influera notamment sur la dimension pragmatique de ce discours. En l’occurrence, l’investiture de Gerhard Schröder comme candidat à la chancellerie étant intervenue assez tard, pratiquement à la veille du lancement de la campagne officielle, l’effet d’urgence du contexte électoral a favorisé l’instauration d’un discours renouvelé presque ex nihilo. Autant qu’on puisse en juger, ce discours déployé durant l’été 1998 est en effet imputable à Schröder lui-même et à ses conseillers en communication beaucoup plus qu’aux dirigeants et militants du SPD, qu’il aurait été difficile de consulter en plein démarrage de la campagne. Cependant, à ce moment-là, le keynésien Oskar Lafontaine était encore à la tête du parti, garantissant par sa présence la continuité sociale-démocrate et constituant un contre­poids idéologique à la communication électorale incarnée par Schröder.

14Les débats subséquents au sein du SPD, durant l’année 1999, pourront alors s’interpréter comme l’affrontement entre deux discours : si Gerhard Schröder choisit d’afficher publiquement son adhésion au social-libéralisme, en co-signant avec Tony Blair le manifeste connu sous le nom de « Papier Blair-Schröder », la gauche du parti, représentée notamment par Lafontaine, réaffirme son attachement aux valeurs socialistes traditionnelles et s’insurge contre le « modernisme » schröderien qu’elle estime lui être imposé par en haut.

Les textes utilisés

15Dans le cadre de cette analyse du discours social-démocrate, nous avons utilisé les textes suivants, tous téléchargés à partir du site officiel du SPD (http://www.SPD.de), à l’exception du premier :

« Wir sind bereit », brochure de campagne électorale, juillet 1998. (désigné ci-après sous l’appellation WSB)

« Arbeit, Innovation und Gerechtigkeit » SPD-Programm für die Bundestagswahl 1998 (désigné sous l’appellation WP98),

« Der Weg nach vorne für Europas Sozialdemokraten. Ein Vorschlag von Gerhard Schröder und Tony Blair » - Manifeste publié le 8 juin 1999, couramment appelé « Papier Blair Schröder »

« Dritte Wege - Neue Mitte - Sozialdemokratische Markierungen für Reformpolitik im Zeitalter der Globalisierung » - Texte présenté en septembre 1999 par la Grundwertekommission im Parteivorstand der SPD

16et à titre de comparaison, un texte plus ancien :

« Grundsatzprogramm der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands » Beschlossen vom Programm-Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands am 20. Dezember 1989 in Berlin. (désigné sous l’appellation GSP89).

17Le programme électoral WP98 a été confronté, dans le cadre d’une comparaison statistique, au texte équivalent présenté par la CDU :

« Zukunftsprogramm » Beschluß des 10. Parteitages der CDU Deutschlands vom 17. - 19. Mai 1998 in Bremen.

Les thèmes de la campagne de Gerhard Schröder

18Les commentateurs qui ont analysé les contenus concrets du programme de Schröder y ont relevé la volonté de développer une « Silicon Germany », par l’essor des nouvelles technologies, par le soutien à la création d’entreprises, par un effort de formation à la « société du savoir » (Wissensgesellschaft). Un vent d’innovation doit souffler sur l’Allemagne :

(1)

« Wir brauchen eine Innovationsoffensive für neue Technologien » (WSB : 76).

  • 8 Boyer / Durand (1998).
  • 9 Le Bart (1998 : 92).

19Un tel projet peut effectivement se réclamer d’antécédents dans la pensée économique social-démocrate, ainsi chez Schumpeter, et d’une certaine crédibilité dans le contexte actuel. Nul ne contestera en effet que le multimédia apparaît désormais comme un secteur plus porteur que ne le sont les charbonnages de la Ruhr, et que l’organisation « post-fordiste »8 de la production finira par exercer ses effets même sur l’industrie allemande. Il n’en reste pas moins que ce programme n’a rien non plus de contradictoire avec l’idéologie néo-libérale, bien au contraire, celle-ci mettant largement en avant son soutien aux « jeunes entreprises innovantes ». De même, une organisation telle que l’OCDE, considérée comme un des bastions de la mondialisation libérale, insiste régulièrement, dans ses recommandations aux gouvernements, sur la nécessité de « favoriser l’innovation ». Conformément à un schéma argumentatif central dans le discours politique contemporain, d’après Christian Le Bart,9 le SPD se présente comme le plus apte à gérer les risques liés au choc du futur :

(2)

« Wo sich so vieles so rasant und komplett verändert, kann man doch nicht allen Ernstes erklären : Wir machen so weiter wie bisher. Stillstand, Aussitzen und Abwarten haben wir lange genug gehabt. » (WSB : 46).

20Sa doctrine économique se donne pour une synthèse des politiques de l’offre et de la demande :

(3)

« Mit einer klugen und pragmatischen Kombination von Angebots- und Nachfragepolitik werden wir für mehr Wachstum und neue Arbeitsplätze sorgen »,

21mais elle emprunte à la pensée néo-libérale ambiante le thème d’une baisse généralisée des impôts.

Neue Mitte, Modernisierung et Innovation

22Les mots et expressions-phares qui se dégagent dans l’ensemble des textes de 1998-99 sont Neue Mitte, Modernisierung et Innovation : Neue Mitte a été thématisé et identifié comme slogan électoral, Modernisierung et Innovation se détachent statistiquement par leur fréquence, comme on le verra. Quant à Globalisierung et Flexibilität, ils constituent un arrière-plan, valorisé en termes majoritairement positifs :

(4)

« Die Globalisierung ist genauso Tatsache wie der Euro : Wir sind mittendrin. Und das ist gut so. Denn was uns verbindet, führt uns enger zusammen. Davon profitieren alle » (WSB 7).

23Un certain amalgame s’opère entre la mondialisation de l’économie et la dimension multi-culturelle (ce que l’on pourrait appeler la mondialisation « de gauche », celle dont Ulrich Beck fait l’apologie) :

(5)

« Unterschiedliche Kulturen sind bei uns heimisch geworden. Andere Denk- und Lebensweisen haben unseren Alltag bunter und lebendiger gemacht  … Wir sind offen für die Welt » (WSB 67).

24La flexibilité est perçue favorablement :

(6)

« Flexibilität bei der Organisation von Arbeit schafft allen Vorteile : den Beschäftigten, den Jobsuchern und den Unternehmern, und sie läßt sich durchaus im Rahmen von Flächentarifverträgen schaffen » (WSB 34).

Le slogan Neue Mitte : l’analyse des contextes

25Très vite, les commentateurs ont relevé l’aspect vague et attrape-tout de l’expression Neue Mitte (nouveau centre) mise en avant par Gerhard Schröder dans sa campagne. De fait, l’imprécision même de la formule invite à une étude linguistique.

26Rappelons d’abord que Mitte est un terme relationnel : on ne peut parler rigoureusement que du centre ou du milieu de quelque chose. Si l’indétermination est maintenue, comme c’est effectivement le cas dans le groupe nominal Neue Mitte, le locuteur peut bénéficier d’un effet de flou, de projection, car lui ou ses allocutaires ont toute latitude pour interpréter cette expression en fonction des implicites dont ils la chargeront, mais à jouer ainsi de la valence non saturée d’un mot relationnel, on risque de se situer à la limite de la non-référentialité. Une telle expression ne pourra donc remplir une fonction désignative ou descriptive qu’en fonction de ses contextes spécifiques d’emploi. Or, ceux-ci manifestent une grande variété dans le discours même du SPD en 1998-99, selon les textes examinés.

(7)

Arbeit, Innovation und Gerechtigkeit

SPD-Programm für die Bundestagswahl 1998

Die Neue Mitte : SPD

Wir laden alle gesellschaftlichen Kräfte ein, gemeinsam mit uns an der Verwirklichung unserer Vision für ein modernes und gerechtes Deutschland mitzuwirken. […]

Wir setzen auf die Leistungsträgerinnen und Leistungsträger unserer Gesellschaft : Auf die hoch qualifizierten und motivierten Arbeitneh­merinnen und Arbeitnehmer, auf die Frauen und Männer, die in Familien und Schulen Verantwortung tragen für Erziehung und Bildung unserer Kinder, auf die vorausschauenden und engagierten Manager und Unternehmer, auf die innovativen und flexiblen Mittel­ständler, Handwerker und Freiberufler, auf die mutigen Existenz­gründer, auf die hervorragend ausgebildeten Informatikerinnen, Ärztinnen und Ingenieurinnen, auf die erfindungsreichen Techniker und Wissenschaftler und auf die verantwortungsbewußten deutschen Gewerkschaften.

Das sind Menschen, auf die wir bauen. Zusammen mit diesen Leistungsträgern unserer Gesellschaft sind wir die Neue Mitte Deutsch­lands. Zu dieser Neuen Mitte gehören auch die Menschen, die ihren Platz in Beruf und Gesellschaft wollen, um ihren Leistungswillen zur Geltung bringen zu können.

27Dans WP98, comme le montre le texte ci-dessus, la Neue Mitte tend à se confondre avec l’ensemble de la société allemande, des chefs d’entreprise aux chômeurs, toutes ces catégories étant d’ailleurs valorisées par des adjectifs laudatifs, mais c’est le SPD lui-même qui doit constituer le pivot de ce regroupement, le lieu même de cette centralité reconstituée : « Zusammen mit diesen Leistungsträgern unserer Gesellschaft sind wir die Neue Mitte Deutschlands » (L. 15). Remarquons au passage que le terme Leistungsträger, qui en allemand contemporain désigne les individus performants et qui de ce fait caractérisait plutôt le discours de la CDU ou du FDP, est désormais revendiqué également par le SPD, de même que ce sont les patrons de PME (les Mittelständler) et autres professions libérales, qui incarnent le mieux les nouvelles valeurs de flexibilité et d’innovation (L. 10) désormais prônées par Gerhard Schröder et son équipe : inutile de préciser que ces groupes sociaux ne sont pas considérés habituellement comme constituant la clientèle traditionnelle du SPD.

28Dans WSB, il n’est question que de Mitte, ou de Goldene Mitte (juste milieu), expression assez banalement conformiste en allemand (p. 46, au début du chapitre qui porte le titre général Vernunft). Cette Mitte est définie, en des termes où l’on peut reconnaître une inspiration habermassienne, comme le point de convergence naturel d’un consensus obtenu par le dialogue :

(8)

« Wir sind gesprächsbereit ... Wir suchen den Kontakt zu allen gesellschaftlichen Kräften, die zu vernünftigen Lösungen kommen wollen ... Diese Gesprächsbereitschaft ist der wichtigste Aspekt einer gesellschaftlichen Vernunft, die sich in der Mitte findet. In der Mitte von allen Extremen, in der Mitte aller Maximalforderung » (p. 53).

29Loin de tous les extrêmes, la rationalité sociale émergeant d’un effort commun de concertation se situe donc politiquement au centre, et le SPD manifeste ici, de façon à peine voilée, sa volonté d’occuper ce segment stratégique de l’espace public.

30Dans le « Papier Blair-Schröder » de juin 1999, la Neue Mitte est présentée comme une formule programmatique équivalente à la « Troisième voie » blairiste, largement identique à celle-ci dans ses visées pragmatiques – celles d’un renouvellement du discours social-démocrate – et ses contenus « modernistes », « dynamiques » et « innovateurs » :

(9)

« Der Weg nach vorne für Europas Sozialdemokraten

Ein Vorschlag von Gerhard Schröder und Tony Blair

In fast allen Ländern der Europäischen Union regieren Sozialdemokraten. Die Sozialdemokratie hat neue Zustimmung gefunden – aber nur, weil sie glaubwürdig begonnen hat, auf der Basis ihrer alten Werte ihre Zukunftsentwürfe zu erneuern und ihre Konzepte zu modernisieren. Sie hat neue Zustimmung auch gewonnen, weil sie nicht nur für soziale Gerechtigkeit, sondern auch für wirtschaftliche Dynamisierung und für die Freisetzung von Kreativität und Innovation steht.

Markenzeichen dafür ist die « Neue Mitte » in Deutschland, der « Dritte Weg » im Vereinigten Königreich. […]

Die Politik der Neuen Mitte und des Dritten Weges richtet sich an den Problemen der Menschen aus, die mit dem raschen Wandel der Gesellschaften leben und zurechtkommen müssen. »

31Dans le texte de la Grundwertekommission de septembre 1999, l’ex­pression Neue Mitte reçoit une double définition, politique et sociologique.

32En premier lieu, la quasi-synonymie avec la « Troisième voie » est réaffirmée, en même temps que la dimension de changement, voire de rupture, qu’implique pour les sociaux-démocrates l’adhésion à ce nouveau projet :

(10)

« ’Dritter Weg’ und ‘Neue Mitte’ – das sind politische Leitbegriffe für eine seit kurzem neu in Gang gekommene Diskussion über die Politik der Sozialdemokratie im Zeitalter der Globalisierung. Parteien der linken Mitte in so unterschiedlichen Ländern wie in Großbritannien, den USA, den Niederlanden haben damit begonnen, die Grundwerte der Sozialdemokratie als bleibende Orientierungen mit Bezug auf die aktuelle Situation zu präzisieren. […] In Deutschland hat sich seit dem erfolgreichen Wahlprogramm der Sozialdemokratie für das Bestreben der Neuorientierung das politische Leitwort der Neuen Mitte eingeprägt. »

33Ensuite, l’expression est chargée d’un sens sociologique :

(11)

« Die Angehörigen der Aufsteigermilieus, der neuen Arbeitnehmer­gruppierungen und selbständigen Berufe, insbesondere in den Infor­mations- und Dienstleistungsbranchen. Sie verkörpern im soziolo­gischen Sinne die eigentliche ‘Neue Mitte’. In diesen Gruppierungen verknüpfen sich Leistungsorientierungen im Bereich der Berufskarriere mit hedonistischen Motiven in der privaten Lebensführung und einer rationalen und kritischen Verantwortungsbereitschaft in den politischen Schlüsselfragen der gesellschaftlichen Entwicklung. Viele von ihnen haben genaue Kenntnisse und Interessen im Bereich der neuen Technologien. »

34Les responsables du SPD situent donc le nouveau centre de la société dans des couches sociales censées incarner la modernité et le dynamisme, et qui doivent constituer une nouvelle clientèle pour le parti, quitte pour celui-ci à valoriser des notions autrefois rejetées telles que Aufsteigermilieu, Leistungsorientierung ou Hedonismus. L’intention de se rapprocher du milieu des jeunes informaticiens des start-up est évidente, de même que le désir de prendre modèle sur le discours individualiste et entrepreneurial du FDP.

35La dimension pragmatique du slogan Neue Mitte

36Ainsi, ce slogan agit finalement comme un révélateur du désir de recentrage du SPD lui-même, qui s’efforce d’échapper à son image de représentant des « cols bleus » pour s’adresser aux nouvelles classes moyennes et se poser en parti interclassiste (Volkspartei). Dans cette optique, le syntagme Neue Mitte est habilement créé pour suggérer une position de compromis, de synthèse harmonisatrice entre le changement, la nouveauté, connotées par le lexème neu, et la modération, le consensualisme suggérés par le substantif Mitte : le centre se situe par définition loin des extrêmes, et le mainstream de nos sociétés est incarné, on le sait bien, par les classes moyennes. La traduction française de ce slogan agit d’ailleurs bien comme un révélateur de la vision centriste qui l’inspire. Une question subsiste : faut-il lire dans cette redéfinition du centre de la vie sociale et politique un glissement à droite du SPD, désireux de se positionner sur le terrain électoral et idéologique de la CDU, ou un glissement à gauche du centre de gravité de l’électorat ? Si tout slogan peut se lire comme une réfutation du discours adverse, Neue Mitte marque effectivement une façon habile de disputer à la CDU le terrain qui est habituellement le sien : la représentation de la vaste classe moyenne allemande.

37Par sa plasticité sémantique, sa non-saturation, l’expression Neue Mitte fonctionne en fait comme un déictique. Elle n’a de sens qu’en relation avec la situation d’énonciation, où elle est portée par l’énon­ciateur et par l’allocuté (ou co-énonciateur). Tout électeur est en effet apostrophé comme faisant partie de ce « nouveau centre », position valorisante, car on sait qu’il est flatteur d’être au centre du débat, de l’action, mais en même temps, par une ambiguïté systématiquement maintenue, c’est le SPD lui-même qui affirme incarner la Neue Mitte. Le message implicite peut être interprété en ces termes : l’électorat, tout particulièrement sous la forme des nouveaux groupes sociaux et styles de vie en train d’émerger, se voit conférer une identité, par cet acte de dénomination qui le constitue en ensemble sous une étiquette commune, mais à condition de se rassembler autour de l’instance dénominatrice, le SPD, ainsi validé comme représentation légitime et unificatrice de ces divers groupes. L’allocuté (l’électeur) reçoit de l’énonciateur (le candidat) la gratification d’être placé au centre du débat politique, gratification qu’il lui retournera logiquement en lui apportant son suffrage. Cette opération déictique permet une valorisation spéculaire réciproque : l’électeur ainsi doté d’une nouvelle identité récompensera les sociaux-démocrates en les installant au centre de la vie politique. Mais en même temps, par son caractère déictique, qui permet une prise en charge indifférenciée, par son vide sémantique, le slogan aura contribué à évacuer tout contenu proprement politique.

L’analyse des spécificités

terme

F

f

spec

orig

50

Arbeit

77

56

+E06

45

neue

90

64

+E06

717

eine neue

17

16

+E05

761

wird dafür sorgen

12

12

+E05

*

646

werden wir

76

52

+E05

284

Jugend

14

14

+E05

*

463

und Arbeitnehmer

12

12

+E05

*

151

Steuerreform

25

22

+E05

557

der Bürgerinnen und Bürger

12

12

+E05

*

588

für Arbeit

20

18

+E05

551

der Arbeit

10

10

+E04

*

900

geführte Bundesregierung wir>

10

10

+E04

*

1004

Innovation und

14

13

+E04

1044

Arbeitnehmerinnen und Arbeit >

9

9

+E04

*

368

Alterssicherung

11

11

+E04

*

201

Innovation

19

16

+E04

203

Neue

19

17

+E04

124

Gerechtigkeit

29

23

+E04

369

Arbeitnehmerinnen

11

11

+E04

*

676

Wir wollen eine

19

16

+E04

866

neue Arbeitsplätze

21

18

+E04

122

Arbeitslosigkeit

29

23

+E04

676

Wir wollen eine

19

16

+E04

472

und Gerechtigkeit

17

15

+E04

280

Entlastung

14

13

+E04

1003

Innovation und Gerechtigkeit

9

9

+E04

*

991

Wachstum und neue Arbeitsplä>

6

6

+E03

*

288

Modernisierung

14

12

+E03

350

Jugendlichen

12

10

+E03

670

Wir werden die

22

17

+E03

503

und ökologische

7

7

+E03

*

976

Chance für

6

6

+E03

*

189

Förderung

21

17

+E03

954

braucht eine neue

7

7

+E03

*

607

für neue

15

12

+E03

936

Chancen der

6

6

+E03

*

763

wird die SPD

6

6

+E03

*

1061

kleinen und mittleren Untern>

8

8

+E03

*

237

Forschung

16

13

+E03

130

fördern

29

21

+E03

781

wollen eine

20

16

+E03

554

der Arbeitslosigkeit

7

7

+E03

*

594

für Ostdeutschland

7

7

+E03

*

936

Chancen der

6

6

+E03

*

262

Weiterbildung

15

12

+E03

674

Wir wollen die

23

17

+E03

606

für neue Arbeitsplätze

6

6

+E03

*

469

und Existenzgründer

5

5

+E02

*

593

für Kinder

6

5

+E02

1060

kleinen und mittleren

10

8

+E02

474

und Umwelt

5

5

+E02

*

1019

Forschung und

11

8

+E02

233

Ausbildung

16

11

+E02

302

ökologische

14

11

+E02

961

Bürgerinnen und Bürgern

5

5

+E02

*

1020

Forschung und Wissenschaft

5

5

+E02

*

99

sozialen

39

23

+E02

1009

Mittelstand und

9

7

+E02

923

zwischen Alt und Jung

5

5

+E02

*

106

Bildung

33

22

+E02

  • 10 Je remercie André Salem pour sa précieuse aide logicielle.
  • 11 Lafon (1984)

38Le tableau ci-dessus présente un choix de mots et syntagmes spécifiques-positifs, au sens de l’équipe de lexicométrie politique de l’ENS de Saint-Cloud, apparaissant dans le programme électoral officiel du SPD, en 1998, lequel a été comparé au texte équivalent proposé par la CDU. En termes plus courants, ce sont les formes manifestant une fréquence d’emploi élevée – plus élevée que celle qui découlerait des simples règles de la probabilité – dans le texte du SPD, comparé à celui de la CDU, qui ont été calculées par le logiciel Lexico10, conçu par André Salem et Pierre Lafon, à partir d’un algorithme basé sur la distribution hypergéométrique.11 Figurent donc ci-dessus ce que l’on appellerait habituellement les mots-clés particulièrement fréquents dans le discours du SPD, et par lesquels il se distingue des autres groupements politiques, durant cette campagne électorale.

39Le tableau doit se lire de la façon suivante : en colonne « F » (la première à gauche) apparaît le nombre total d’occurrences de la forme ou de la séquence pour l’ensemble du corpus (textes CDU et SPD réunis), en colonne « f » le nombre d’occurrences dans le texte SPD, en colonne « spec. » la spécificité, c’est-à-dire la probabilité de cette fréquence dans le texte SPD, exprimée en puissances négatives de 10, l’indication « + » (la seule qui figure ici) indiquant qu’il s’agit d’une fréquence qui s’écarte de la probabilité « par excès » (par un sur-emploi). Les formes « originales », celles qui n’apparaissent que pour le SPD, sont signalées par un astérisque dans la colonne « orig. ».

terme

F

f

spec

orig

50

Arbeit

77

56

+E06

40Les lignes ci-dessus doivent donc se lire ainsi : la forme Arbeit figure 77 fois dans l’ensemble du corpus, dont 56 fois dans le programme du SPD, et la probabilité qu’une telle distribution soit due au hasard est de 10-6 (ou, plus banalement, d’un millionième), donc extrêmement faible, ce qui permet de conclure à une sur-représentation statistiquement significative de Arbeit dans le texte du SPD.

Modernisierung et Innovation

  • 12 C’est d’ailleurs le titre même du programme : Arbeit, Innovation und Gerechtigkeit.

41La liste fait apparaître des lexèmes connotés classiquement « à gauche », tels que Arbeit, Arbeitslosigkeit, Arbeitnehmerinnen und Arbeitnehmer, neue Arbeitsplätze, Gerechtigkeit, ökologische (emploi, chômage, salarié(e)s, nouveaux emplois, justice, écologique), ainsi que des perspectives programmatiques concrètes, telles que Steuerreform, Forschung, Weiterbildung (réforme fiscale, recherche, formation permanente), mais aussi les substantifs abstraits Modernisierung et Innovation, ce dernier le plus souvent inséré dans la séquence figée Innova­tion und Gerechtigkeit12. Globalisierung est faiblement représenté dans l’un et l’autre texte (2 occurrences dans le programme CDU, 5 dans celui du SPD) et réparti de façon non significative, les composés et variantes de flexib- sont au contraire assez fréquents (15-16 occurrences dans chacun des textes) mais distribués très également, ce qui peut s’interpréter comme un signe de la tendance au rapprochement entre les discours tenus par les diverses forces politiques en présence.

42Par leurs fréquences absolues et relatives, Modernisierung et Innovation se détachent donc comme mots-phares du nouveau discours du SPD tel qu’il se met en place durant la campagne électorale. Ils constituent l’apport nouveau de cette période, à côté des expressions porteuses des revendications de justice sociale classiques dans le discours de gauche. Dans leur emploi en discours public, ce sont des termes perçus comme interclassistes, consensuels, largement valorisés dans nos cultures, toutes tendances politiques confondues. D’ailleurs, Innovation est également présent, et chargé de connotations positives, dans le programme électoral de la CDU, et l’usage qui est fait de ce lexème dans le nouveau discours social-démocrate correspond, dans une large mesure, à une opération de captation (Begriffsbesetzung), par laquelle un symbole suscitant une large adhésion dans toutes les couches de la société (un mirandum au sens de Lasswell) doit être annexé au service d’une visée communicationnelle partisane.

43Le plus grand flou règne quant aux signifiés ou référents de ces mots emblématiques : faut-il y lire la modernisation ou innovation politique, sociale, technique ou culturelle ?

44Comme l’ont montré les auteurs de l’école de Francfort, le lien, autrefois perçu comme naturel, entre ces diverses modernisations s’est défait avec la fin de l’Aufklärung, et ce qui est techniquement moderne n’est plus systématiquement considéré comme porteur d’émancipation pour l’ensemble de la société. Si la gauche européenne s’est voulue et se veut « moderne » face à la droite définie comme conservatrice, celle-ci a, au moins depuis les années 50, compris les bénéfices qu’elle pouvait tirer d’un ralliement au « progrès » – fût-il simplement quantitatif – dans les champs technique et économique.

  • 13 Hermanns, in : Klein (1989 : 74).

45Les lexèmes Modernisierung et Innovation comportent également une forte dimension axiologique, voire déontique, au sens de Herrmanns13 : leur emploi ressortit largement à un acte de discours prescriptif, mais cette prescriptivité est masquée, paraissant inscrite implicitement dans le « contenu » descriptif du mot lui-même. De fait, on constate que la modernité et l’innovation font figure d’arguments irrécusables dans nos sociétés : en dehors de quelques domaines bien précis, il est presque impossible à un acteur du débat public de se déclarer anti-moderne. Face à un adversaire se targuant de sa modernité, on préférera en général se poser en défenseur d’une autre modernité, plus authentique, plutôt que de lui abandonner ces thèmes porteurs que sont le progrès et le changement. Le SPD a d’ailleurs tenu compte, dans son programme électoral, des réticences éventuelles de son partenaire potentiel, les Grünen, en enrôlant même la technophobie écologiste sous la bannière de la modernité, par le recours répétitif à la formule ökologische Modernisierung.

46Il est vrai cependant que dans le contexte concret de 1998, face à la stagnation incarnée par le chancelier Kohl, adepte de la méthode du Aussitzen (temporisation), le SPD était amené logiquement à se présenter en champion du changement et du dynamisme. Les médias identifiaient d’ailleurs depuis quelques années l’ère Kohl finissante avec le Reformstau, le blocage des réformes nécessaires. Le mot d’ordre de Modernisierung, par son absence de connotation partisane, pouvait permettre alors d’attirer de nouvelles franges de l’électorat, bien au-delà de la clientèle sociale-démocrate traditionnelle.

  • 14 Sériot (1986 : 16).
  • 15 Quine (1960 : 148).

47Linguistiquement, Modernisierung et Innovation sont des nominalisations : un tel choix stylistique ne va pas sans conséquences logico-pragmatiques. Comme le montre notamment Patrick Sériot,14 la nominalisation a pour effet de neutraliser la plupart des marques proprement verbales de l’énoncé verbal : personne, nombre, temps, mode, aspect et diathèse. Les valences – ou actants – AGENT et PATIENT ne sont pas nécessairement saturés. En présence d’une nominalisation, il n’est donc pas toujours possible de savoir s’il con­vient de l’interpréter en termes d’inaccompli ou d’accompli, si le référent est constitué par le procès lui-même ou par son résultat, si l’action se situe dans le passé, le présent ou (hypothétiquement) dans le futur, qui opère ou subit l’action, etc. On sait aussi, au moins depuis la scolastique médiévale, que la nominalisation transforme un prédicat, qui est logiquement un terme général,15 exprimant une action ou une qualité, en un singulier qui pourra lui-même devenir le sujet d’une prédication, donc révêtir l’apparence de l’autonomie ontologique. Une action normalement supportée par un agent empirique peut ainsi se transformer en actant fictif par un processus d’hypostase. Dès 1986 Pörksen relève d’ailleurs Entwicklung, avec ses variantes Modernisierung et Innovation, comme archétype de ces Plastikwörter ! Et il analyse ainsi les méfaits de ces chosifications de prédicats qui s’opèrent par le biais de termes abstraits le plus souvent obtenus par nominalisation :

  • 16 Pörksen (1986 : 63-64).

(12)

« Drittens verführt die Bildung von Abstrakta dazu, das in ihnen Aufgefaßte als Substanz oder Person darzustellen [...]. Wir haben darauf hingewiesen, daß der Begriff ‘Entwicklung’ eben auf diese Weise hypostasiert worden ist. Ob nicht gerade die Idole, die wir Plastikwörter nennen, dazu neigen, sich zu vergegenständlichen und Züge eines handelnden Subjekts anzunehmen ? »16

48Dans la formulation qu’en donne le discours de Gerhard Schröder, la « modernisation de l’État, de l’économie et de la société » apparaît effectivement comme une nécessité objective qui s’imposerait de l’extérieur aux acteurs sociaux, la dimension proprement humaine de ce processus – les efforts et sacrifices à consentir pour « moderniser » le pays – se trouvant alors purement et simplement évacuée par la rhétorique impersonnelle que permet l’emploi de la nominalisation

Les contextes de Modernisierung dans le programme électoral de 1998 et dans le « Papier-Blair-Schröder »

49Les auteurs du programme électoral donnent effectivement un sens très large à ce slogan de Modernisierung :

(13)

« Wir setzen auf eine umfassende Modernisierung von Staat, Wirtschaft und Gesellschaft ».

50Si l’on examine le détail du texte, la modernisation de la société ne sera cependant guère évoquée, à l’exception d’un passage sur l’amélioration de la formation professionnelle, mais celle de l’économie est mieux représentée, majoritairement dans le syntagme ökologische Modernisierung :

(14)

« Mit der ökologischen Modernisierung unseres Landes stellen wir die Weichen für neue und sichere Arbeitsplätze im 21. Jahrhundert ».

51Dans ce contexte, le mot reprend occasionnellement un sens assez banalement technique, où il s’agit de moderniser l’habitat, les transports et les infrastructures publiques. Le thème de la modernisation de l’état est plus largement traité, la notion se trouvant visiblement interprétée en un sens libéral :

(15)

« Durch eine Modernisierung von Staat und Verwaltung werden wir überflüssige Bürokratie abbauen ».

52Le programme de 1998 se réclame en effet d’une « politique sociale-démocrate de l’offre » (Sozialdemokratische Angebotspolitik), qui, reprenant un certain nombre de propositions traditionnelles du social-libéralisme ou du néo-libéralisme (intensification de la formation professionnelle, développement des nouvelles technologies, allège­ments fiscaux en faveur des entreprises, baisse du coût du travail) culmine précisément dans cette perspective d’un État plus efficace et moins bureaucratique. On pourra estimer que cet État modernisé n’est pas sans rapports avec l’État allégé (schlanker Staat) cher aux néo-libéraux.

53Le texte co-signé par Tony Blair et Gerhard Schröder, en juin 1999, d’ailleurs conçu par ses auteurs comme une « incitation à la modernisation » (Anstoß zur Modernisierung) est encore plus offensif. La modernisation de l’État y est bien présentée comme un synonyme de réduction des dépenses publiques :

(16)

« Die notwendige Kürzung der staatlichen Ausgaben erfordert eine radikale Modernisierung des öffentlichen Sektors und eine Leistungssteigerung [....] der öffentlichen Verwaltung ».

54Surtout, l’adjectif modern est mis au service d’un discours de rupture interne à la social-démocratie :

  • 17 Le mot Eigenverantwortung, euphémisme désignant le remplacement de la protection sociale par la pré (...)

(17)

« Moderne Sozialdemokraten erkennen an, daß Steuerreform und Steuersenkungen unter den richtigen Umständen wesentlich dazu beitragen können, ihre übergeordneten wirtschaftlichen Ziele zu verwirklichen. »

(18)

« In der Vergangenheit haben Sozialdemokraten oft den Eindruck erweckt, Wachstum und eine hohe Beschäftigungsquote ließen sich durch eine erfolgreiche Steuerung der Nachfrage allein erreichen. Moderne Sozialdemokraten erkennen an, daß eine angebotsorientierte Politik eine zentrale und komplementäre Rolle zu spielen hat. »

(19)

« Flexible Märkte sind ein modernes sozialdemokratisches Ziel. »

(20)

« Moderne Sozialdemokraten müssen die Anwälte des Mittelstandes sein »

(21)

« Ein Sozialversicherungssystem, das die Fähigkeit, Arbeit zu finden, behindert, muß reformiert werden. Moderne Sozialdemokraten wol­len das Sicherheitsnetz aus Ansprüchen in ein Sprungbrett in die Eigenverantwortung umwandeln. »17

55Il ressort clairement de tous ces exemples que la social-démocratie « moderne », au sens de Blair-Schröder, est celle qui intègre les thèmes néo-libéraux, ou, plus généralement, que le libéralisme est « moderne » à leurs yeux. En effet, dans la phrase tirée du même texte

(22)

« Wir müssen Verantwortung für die Umwelt mit einem modernen, marktwirtschaftlichen Ansatz verbinden »,

56modernité et économie de marché sont présentés comme logiquement liés. En revanche, les militants et électeurs qui refuseraient de rejoindre ces positions sont implicitement disqualifiés comme anti-modernes, leur « passéisme » suffisant à les déconsidérer en vertu de la valeur déontique associée aux signifiants de la « modernité ».

Les emplois d’Innovation en 1998 et en 1989

Pour étudier l’évolution du discours du SPD, les emplois d’Innovation, mot phare en 1998, puisqu’il apparaît dans le titre même du programme électoral (Arbeit, Innovation und Gerechtigkeit) peuvent être comparés avec ceux du même lexème dans le Grundsatzprogramm de 1989.

Exemples d’emplois d’Innovation dans le Grundsatzprogramm de 1989 :

(23)

1. Technische Innovation – unverzichtbar für jede dynamische Wirtschaft – soll ökologischer Erneuerung und Rationalisierung dienen, Arbeit humanisieren, Grundrechte schützen und Grundwerte ver­wirklichen. […].

2. Die Wettbewerbswirtschaft hat durch ihre Tendenz zu ungehemmtem Ressourcenverbrauch und unkontrollierter technischer Innovation zur Verschwendung von Rohstoffen und zur Zerstörung der natürlichen Lebensgrundlagen geführt.

3. Durch Technik haben die Menschen die Natur grundlegend ver­ändert und gesellschaftlichen Reichtum produziert. Sie haben damit aber auch Natur zerstört und die Grundlagen ihrer Zivilisation gefährdet. Deshalb ist nicht jede technische Innovation Fortschritt.

4. Monotonie und Zerstückelung der Arbeit können überwunden, partnerschaftliche Zusammenarbeit kann die Regel werden. Wo tech­nische Innovation Arbeit in hierarchischen Zwängen überflüssig oder überwindbar, die Dezentralisierung und Demokratisierung der Arbeit in Betrieben hingegen möglich macht, muß die Chance genutzt werden.

(les passages soulignés le sont par nous)

57Dans la version de 1989, c’est l’innovation au sens technique qui pré­domine, des réticences sont formulées à son égard (ex. 2 - 3), sa mise en œuvre fait l’objet de conditions limitatives : (ex. 1 - 4)

58Exemples d’emplois d’Innovation dans le programme de 1998 :

(24)

1. Aufbruch für Innovation und neue Technologien.

2. Wir wollen eine Innovationsoffensive starten : In der Bio- und Gentechnologie […]

3. Um die Wettbewerbsfähigkeit unseres Landes zu sichern, brauchen wir auch einen Innovationsschub in den großen deutschen Schlüsselindustrien, wie Chemie, Maschinenbau und Automobilindustrie.

4. Der marktwirtschaftliche Leistungswettbewerb der Unternehmen ist der beste Motor für Innovation und neue Arbeitsplätze.

5. Eine innovative Wirtschaft braucht eine intelligente Organisation der Arbeit und flexibel ausgestaltete, nach Betriebsgrößen und Branchen differenzierte Arbeitszeiten. Wir fordern die Unternehmen auf, die vorhandenen tarifvertraglichen Flexibilisierungsmöglichkeiten umfassend zu nutzen.

6. Wir setzen auf die Leistungsträgerinnen und Leistungsträger unserer Gesellschaft : [...] auf die innovativen und flexiblen Mittelständler, Handwerker und Freiberufler, etc.

59En 1998, le champ de l’innovation est formulé en termes beaucoup plus vastes (Innovation in Wirtschaft, Staat und Gesellschaft devient un slogan), et le terme s’impose clairement comme mot-emblème (ex. 1, 2 et 3). Il est associé à l’économie de marché (ex. 4), à la flexibilité des horaires (ex. 5) et tout particulièrement aux PME (ex. 6) – qui combinent les qualités d’innovation et de flexibilité ! Les valeurs-phares du programme de Gerhard Schröder ne sont plus associées aux sala­riés, mais aux petits patrons. Tout indique ici que le créateur de start-up a remplacé l’ouvrier métallurgiste dans l’imaginaire social-démocrate.

60On pourrait montrer de la même façon que Flexibilität, terme con­noté négativement dans le programme de 1989, est devenu emblématique en 1998-99, tout particulièrement dans le Papier Blair-Schröder, qui va le plus loin dans le sens du social-libéralisme.

II. Les enjeux de pouvoir

61Les analyses qui précèdent pourraient suggérer une lecture pure­ment académique et intemporelle des textes étudiés. La fonction de ces discours se situe évidemment ailleurs, ils s’inscrivaient, au moment de leur production, dans des stratégies de pouvoir, et ils ont eux-mêmes constitué l’enjeu d’affrontements politiques.

62L’émergence du discours spécifique de la candidature Schröder, durant l’été 1998, peut s’analyser comme un « Godesberg à froid », édicté d’en haut, sans concertation avec les instances du parti, alors que la Grundwertekommission, toujours en place, était en principe chargée d’élaborer les nouvelles orientations social-démocrates. Si en 1959, lors du congrès de Bad Godesberg, la mutation idéologique du SPD avait été thématisée dans un débat en bonne et due forme, l’impression prévaut, en 1998, que la réorientation programmatique s’impose « par la bande », comme un fait accompli, sur lequel les militants du SPD n’ont plus qu’à s’aligner, impression renforcée par la publication du manifeste Blair-Schröder, l’année suivante. Fait tout à fait atypique dans la tradition socialiste, ce texte est pris en charge par deux individus, à titre personnel, ce qui, au moins dans le cas de Schröder, révèle bien la distance entre le chancelier et son parti.

63Comme on l’a déjà indiqué ici, ce nouveau discours de Schröder reprend largement les thèmes sociaux-libéraux voire néo-libéraux : on pourrait démontrer, par exemple, que la priorité accordée à l’inno­vation et à la flexibilité s’inspire, parfois textuellement, des « Recommandations pour l’emploi » de l’OCDE. Acte de pouvoir dans ses modalités d’émergence, ce nouveau discours subit lui-même, tout en la répercutant, la suprématie du discours de la mondialisation néo-libérale qui tend actuellement, en se diffusant universellement et en s’attribuant le monopole de la pensée économique, à prendre une dimension totalitaire.

Les conflits de 1999-2000

64Mais l’imposition de ce discours n’a pas été sans tensions, dont les débats internes au SPD en 1999-2000 sont l’écho.

65Confortablement élu en septembre 1998, Gerhard Schröder n’a guère connu d’état de grâce. Très vite, la presse ironise sur le manque de professionnalisme du nouveau chancelier, qui subit une rapide chute de popularité fin 1998 - début 1999. La démission du keynésien Lafontaine, de son poste de ministre des Finances et de la présidence du SPD, le 11 mars 1999, est interprétée comme un signe de l’affronte­ment entre la gauche sociale-démocrate « traditionaliste » et la « modernité » schröderienne.

  • 18 « Das ist der Versuch, prinzipiell die Programmatik der Partei im Sinne eines sozialliberalesn Kurs (...)
  • 19 Ibid.

66Élu à la tête du parti le 12 avril, Gerhard Schröder peut alors appliquer les choix politiques correspondant à ses orientations : à partir de mai 1999, un plan de restrictions budgétaires de 30 milliards de marks (Sparpaket), conforme à l’idéologie libérale privilégiant l’équilibre budgétaire, est préparé, pour être finalement adopté par le gouvernement en juin 1999. La publication du manifeste Blair-Schröder, le 8 juin, provoque des réactions critiques au sein du SPD, surtout évidemment sur l’aile gauche du parti : Detlev von Larcher, député au Bundestag, parle de « tentative pour infléchir la ligne du parti dans un sens social-libéral »18. Wolfgang Gerhardt, du FDP, salue au contraire le texte comme un tournant (Wendepapier), en rupture avec la politique social-démocrate traditionnelle, et Guido Westerwelle, autre dirigeant libéral, constate une large identité de vues entre les thèses du FDP et celles du « Papier Blair-Schröder » !19

  • 20 « In diesem Sinne wirkt die Bezeichnung ‘modern’ in dem Blair-Schröder-Papier auch als innerparteil (...)
  • 21 Spiegel-Online, 22/7/99. En août, une trentaine de députés au Bundestag signent un texte de protest (...)

67Fin juillet, Reinhard Klimmt, ministre-président de Sarre et proche d’Oskar Lafontaine, publie une lettre ouverte à Gerhard Schröder, où il dénonce le Sparpaket et les tendances néo-libérales du chancelier, lui rappelant que le programme de 1998 comportait aussi l’exigence de justice (Gerechtigkeit) à côté de l’appel à l’innovation. Dans son texte, il analyse également l’usage de modern dans le manifeste Blair-Schröder, mot dont il perçoit bien tout l’implicite polémique, le qua­lifiant de innerparteilicher Kampfbegriff20 (concept polémique interne au parti). Durant l’été 1999, portée surtout par un groupe de députés de l’aile gauche21, la résistance au social-libéralisme schröderien s’organise au sein du SPD, tandis que les défaites électorales, aux européennes et dans les Länder, s’accumulent.

  • 22 Spiegel-Online, 1/9/1999.

68En septembre, Klimmt lui-même subit cependant un échec cuisant aux élections régionales de son Land, et Gerhard Schröder neutralise ses velléités d’opposition en lui offrant un poste de ministre, tandis que les députés de l’aile gauche adoptent une attitude plus conciliante.22 Le Sparpaket est adopté par le Bundestag, le 12 novembre, et le Congrès du SPD, début décembre, se transforme en triomphe pour le chancelier et la ligne qu’il incarne. Il est vrai que d’après les sondages, le Sparpaket semble avoir les faveurs de la population, et l’image du chancelier dans l’opinion paraît à nouveau s’améliorer.

  • 23 Libération, 5/6/2000.

69La grande affaire de l’année 2000 est la réforme fiscale, finalement votée en juillet, qui prévoit des allègements assez massifs, étalés sur plusieurs années, et bénéficiant aux salariés mais aussi aux entreprises. Ces baisses d’impôts, effectivement promises dans le programme électoral du SPD, mais aussi dans celui de la CDU, peuvent satisfaire les partisans de la politique de la demande comme les théoriciens de l’offre : les premiers relèveront que la hausse du pouvoir d’achat favorise la consommation des ménages, les seconds salueront l’aide ainsi apportée aux entreprises. À un niveau macro-économique, c’est bien à un recul de l’État que l’on assiste, d’autant que l’effort de réduction des déficits publics est maintenu avec pour objectif le « déficit zéro » pour 2004. Le blairisme, au moins en tant que discours, paraît quant à lui en déclin, durant cette même année 2000. En effet, au « Sommet des modernisateurs », à Berlin, en juin, la référence à la « Troisième voie » a été abandonnée, au profit de formules plus proches des traditions de gauche.23

70À la fin de cette année 2000, Gerhard Schröder semble avoir trouvé sa stature d’homme d’État. Il est au plus haut dans les sondages (aidé, il est vrai par la déconfiture de la CDU suite au scandale des « caisses noires »), la croissance économique est de retour, et l’on félicite en général le chancelier d’avoir modernisé l’Allemagne, soutenu par l’opinion publique et les médias, qui lui sont redevenus favorables.

  • 24 Spiegel-Online, 11/9/2000.

71Au stade actuel (fin 2000 - début 2001), le nouveau discours social-démocrate mis en place par Gerhard Schröder s’est donc avéré électoralement et politiquement payant, en empruntant au social-libéralisme de Tony Blair, voire à l’adversaire – au FDP d’ailleurs plus encore qu’à la CDU. Paradoxalement, ce chancelier social-démocrate aura été beaucoup plus loin qu’un Helmut Kohl dans le démantè­lement du capitalisme rhénan et l’adaptation de l’Allemagne à la mondialisation de type anglo-saxon. Il reste que le SPD a lui-même subi cette réorientation idéologique et rhétorique plus qu’il ne l’a portée, et les analyses des commentateurs s’accordent le plus souvent pour estimer que le chancelier gouverne avec l’appui de l’opinion publique et des médias24, sans la base social-démocrate, ou même contre elle.

72Post scriptum 2002 : La campagne électorale que Gerhard Schröder a gagnée de justesse en 2002 n’a pas apporté de changements importants dans son discours, toujours centré sur les valeurs de la modernité. Les affiches du SPD présentaient ainsi le slogan Für ein modernes Deutschland (Pour un Allemagne moderne), et le chancelier, surtout dans la phase finale de la campagne, a repris à son compte les propositions de la commission Hartz, préconisant une flexibilisation accrue du marché du travail, dans l’espoir d’une réduction du chômage. Les effets économiques du social-libéralisme n’ont par ailleurs rien de convaincant, l’Allemagne se retrouvant en position de lanterne rouge en Europe pour la croissance en 2001 et 2002, et le chômage repartant à la hausse (avec 4 millions de sans-emploi en 2002, comme en 1998). La réforme fiscale n’a relancé ni la consommation ni la croissance, mais a accru les déficits publics qui dépassent désormais la limite des 3 % édictée à Maastricht. L’objectif du « déficit zéro » pour 2004 paraît plus irréaliste que jamais.

Traduction des citations

(1)

Ce qu’il nous faut, c’est une offensive sur le front de l’innovation, en faveur des nouvelles technologies.

(2)

Quand le changement est si rapide et si complet, dans tant de domaines, ce n’est tout de même pas sérieux de déclarer : « On continue comme avant ». La stagnation, la temporisation, l’attentisme, voilà des politiques que nous voyons pratiquer depuis trop longtemps.

(3)

Nous améliorerons la croissance et la création d’emplois par une combinaison judicieuse et pragmatique des politiques de l’offre et de la demande.

(4)

La mondialisation est une réalité, tout comme l’euro : nous sommes en plein dedans. Et c’est une bonne chose. Car ce qui nous lie nous rapproche davantage. Dans l’intérêt de tous.

(5)

Différentes cultures se sont établies chez nous. D’autres modes de vie et de pensée ont apporté plus de variété et de vie dans notre quotidien ... Nous sommes ouverts sur le monde.

(6)

La flexibilité dans l’organisation du travail est profitable pour tous : salariés, demandeurs d’emploi et entrepreneurs, et elle est tout à fait réalisable dans le cadre des conventions collectives de branche.

(7)

L’emploi, l’innovation et la justice.

Programme du SPD pour les élections au Bundestag (1998).

Le Nouveau Centre : le SPD.

Nous invitons toutes les forces sociales à participer avec nous à la réalisation de notre vision d’une Allemagne plus moderne et plus juste. […]

Nous faisons confiance à celles et ceux qui contribuent par leurs per­formances à la vie de la société : aux salarié(e)s hautement qualifiés et motivés, à toutes celles et ceux qui, dans la famille et à l’école, assument la responsabilité de l’éducation et de la formation des enfants, aux gestionnaires et entrepreneurs, tournés vers l’avenir et pleins d’engagement, aux représentants des PME, artisans et professions libérales, innovants et flexibles, aux courageux créateurs d’entreprise, aux informaticiennes, femmes médecins et ingénieures, excellemment qualifiées, aux techniciens et scientifiques inventifs, et aux syndicats allemands, conscients de leurs responsabilités.

Ce sont eux les femmes et les hommes sur qui nous nous appuyons. Ils incarnent l’esprit de performance dans notre société, et avec eux nous formons le Nouveau Centre de l’Allemagne. Ce Nouveau Centre inclut aussi celles et ceux qui revendiquent leur place au travail et dans la société pour y faire valoir leur volonté de performance.

(8)

Nous sommes prêts au dialogue ... Nous recherchons le contact avec toutes les forces sociales désireuses d’aboutir à des solutions raisonnables ... Cette ouverture au dialogue constitue l’aspect essentiel d’une rationalité sociale qui se situe au centre. Au centre, loin de tous les extrêmes, de toutes les revendications maximalistes.

(9)

La voie de l’avenir pour les sociaux-démocrates européens.

Une proposition de Gerhard Schröder et Tony Blair.

Les sociaux-démocrates sont au pouvoir dans presque tous les pays de l’Union Européenne. Si la social-démocratie a retrouvé une nouvelle adhésion populaire, c’est parce qu’elle a engagé un renouvellement de ses idées et de son programme, dans le respect de ses valeurs originelles. C’est aussi parce qu’elle a su s’engager non seulement pour la justice sociale, mais également pour le dynamisme économique et pour la libération de la créativité et de l’innovation.

La marque de cette nouvelle approche, c’est le « nouveau centre » en Allemagne et la « troisième voie » au Royaume-Uni. […]

Les politiques du « Nouveau centre » et de la « Troisième voie » abordent toutes les préoccupations des gens qui vivent et font face aux changements rapides de nos sociétés.

(Traduction : Bruno Gouyette)

(10)

« Troisième Voie » et « Nouveau Centre » constituent des concepts d’orientation politique dans le débat qui vient de reprendre sur la politique de la social-démocratie à l’ère de la mondialisation. Dans des pays aussi différents que la Grande-Bretagne, les USA, les Pays-Bas, les partis de centre-gauche ont entrepris de repréciser, en référence à la situation actuelle, les valeurs fondamentales de la social-démocratie qui constituent leurs orientations durables. [...] En Allemagne, avec le succès du programme électoral du SPD, c’est le mot d’ordre politique du Nouveau Centre qui s’est imposé pour cet effort de réorientation.

(11)

Les représentants des milieux en ascension sociale, des nouveaux groupes de salariés et professions libérales, particulièrement dans le secteur des services et des technologies de l’information. Au sens socio­logique, ils incarnent le Nouveau Centre à proprement parler. Dans ces groupes sociaux, des projets de carrière axés sur la performance sont associés à des préférences hédonistes en matière de vie privée et à une attitude de responsabilité rationnelle et critique concernant les questions politiques déterminantes pour l’évolution de la société. La compétence et l’intérêt pour les nouvelles technologies y sont fortement représentés.

(12)

Troisièmement, la formation de mots abstraits peut inciter à représenter les signifiés de ces termes comme des choses ou des personnes. [...] Nous avons déjà montré que c’est exactement ainsi que le concept de ‘développement’ a été hypostasié. Les idoles que nous appelons mots en plastique ne tendent-elles pas précisément à s’objectiver pour prendre l’apparence de sujets agissants ?

(13)

Nous misons sur une modernisation globale de l’état, de l’économie et de la société.

(14)

Grâce à la modernisation écologique de notre pays, nous créerons les conditions pour de nouveaux emplois stables au xxie siècle.

(15)

Nous réduirons la bureaucratie inutile par une modernisation de l’état et de l’économie.

(16)

La nécessaire réduction des dépenses de l’état exige une modernisation radicale du secteur public et une amélioration des performances de l’administration publique.

(17)

Les sociaux-démocrates modernes reconnaissent que dans des conditions favorables la réforme fiscale et les réductions d’impôt peuvent contribuer de façon décisive à la réalisation de leurs objectifs économiques globaux.

(18)

Dans le passé, les sociaux-démocrates ont souvent donné l’impression qu’un pilotage efficace de la demande était à leurs yeux le seul moyen pour atteindre la croissance et le plein emploi. Les sociaux-démocrates modernes reconnaissent qu’une politique centrée sur l’offre a un rôle central et complémentaire à jouer.

(19)

La flexibilité des marchés est un objectif social-démocrate moderne.

(20)

Les sociaux-démocrates modernes doivent se faire les avocats des PME.

(21)

Un système de protection sociale qui entrave la capacité à trouver du travail doit être réformé. Les sociaux-démocrates modernes veulent transformer le filet de sécurité des prestations garanties en un tremplin vers la responsabilité individuelle.

(22)

Nous devons combiner la responsabilité en matière d’environnement avec une approche moderne, conforme à la logique du marché.

(23)

1. L’innovation technique – indispensable dans toute économie dynamique – doit contribuer à la transformation écologique et à la rationalisation, à l’humanisation du travail, à la protection des droits fondamentaux.

2. Par sa tendance à la consommation illimitée des ressources et à l’innovation incontrôlée, l’économie de concurrence a conduit au gaspillage des matières premières et à la destruction des fondements naturels de la vie.

3. Par la technique, l’homme a profondément modifié la nature tout en produisant des richesses. Mais ce faisant il a aussi détruit de la nature et mis en danger les bases de sa civilisation. C’est pourquoi toute innova­tion technologique ne constitue pas un progrès.

4. La monotonie et le morcellement du travail peuvent être surmontés. [...] Lorsque l’innovation technique rend inutiles et surmontables les contraintes hiérarchiques dans le travail, qu’elle permet au contraire la décentralisation et la démocratisation du travail dans l’entreprise, cette chance doit être saisie.

(24)

1. élan vers l’innovation et les nouvelles technologies.

2. Nous voulons lancer une offensive pour l’innovation : dans les bio-technologies et la génétique, etc.

3. Pour assurer la compétitivité de notre pays, il nous faut aussi une vague d’innovations dans les grandes industries-clés de l’Allemagne, telles que la chimie, les constructions mécaniques et l’automobile.

4. La course à la performance entre les entreprises, dans le cadre de l’économie de marché, est le meilleur moteur de l’innovation et de la création d’emplois.

5. Une économie innovante exige une organisation intelligente du tra­vail et une flexibilisation des horaires en fonction de la taille des entre­prises et de leur secteur d'activité. Nous invitons les entreprises à utiliser largement les marges de flexibilité existantes dans le cadre des conventions collectives.

6. Nous faisons confiance à celles et ceux qui contribuent par leurs performances à la vie de la société : [...] aux représentants des PME, artisans et professions libérales, innovants et flexibles [.. .]

Bibliographie

Albert, M. (1991) : Capitalisme contre capitalisme, Paris, Seuil.

Beck, U. (1993) : Die Erfindung des Politischen, Frankfurt am Main, Suhrkamp.

Beck, U. (1997) : Was ist Globalisierung ?, Frankfurt am Main, Suhrkamp.

Boyer, R. / Durand J.-P. (1998) : L’après-fordisme, Paris, Syros.

Klein, J. (éd.)(1989) : Politische Semantik, Opladen, Westdeutscher Verlag.

Lafon, P. (1984) : Dépouillements et statistiques en lexicométrie, Genève-Paris, Slatkine-Champion.

Le Bart, C. (1998) : Le discours politique, Paris, PUF.

Pecheux, M. (1990) : L’inquiétude du discours, Paris, Editions des Cendres.

Pörksen, U. (1986) : Plastikwörter - Die Sprache einer internationalen Diktatur, München, Klett-Cotta.

Quine W.V.O. (1977) : Le mot et la chose, Paris, Flammarion.

Rawls, J. (1997) : Théorie de la justice, Paris, Le Seuil.

Sériot, P. (1986) : « Langue russe et discours politique soviétique : analyse des nominalisations ». In Langages, N° 81, Paris, Hachette.

Notes

1 Ramonet I., « La pensée unique », Le Monde diplomatique, janvier 1995.

2 Albert (1991 : 169 sqq.).

3 Les excédents commerciaux massifs retrouvés par l’Allemagne à partir de la fin des années 1990 permettent de penser que la perte de compétitivité des années 93-94 était due largement à la surévaluation du DM à cette époque.

4 Rawls (1997 : 115).

5 Giddens, A. : « Plaidoyer pour la troisième voie - Entretien avec Anthony Giddens », in : Alternatives économiques, N° 176 (décembre 1999) : 59-61.

6 Beck (1993 : 214 sqq.).

7 Pecheux (1990 : 159).

8 Boyer / Durand (1998).

9 Le Bart (1998 : 92).

10 Je remercie André Salem pour sa précieuse aide logicielle.

11 Lafon (1984)

12 C’est d’ailleurs le titre même du programme : Arbeit, Innovation und Gerechtigkeit.

13 Hermanns, in : Klein (1989 : 74).

14 Sériot (1986 : 16).

15 Quine (1960 : 148).

16 Pörksen (1986 : 63-64).

17 Le mot Eigenverantwortung, euphémisme désignant le remplacement de la protection sociale par la prévoyance privée, figure parmi les termes spécifiques-positifs du Zukunftsprogramm du CDU en 1998, dont beaucoup de passages, comme celui-ci : « Mehr Eigenverantwortung und Subsidiarität, weniger Bürokratie, Rückführung des Staatsanteils » (Davantage de responsabilité individuelle et de subsidiarité, moins de bureaucratie, recul de la part prise par l’État.) ne détonneraient nullement dans le manifeste Blair-Schröder.

18 « Das ist der Versuch, prinzipiell die Programmatik der Partei im Sinne eines sozialliberalesn Kurses zu ändern », Berliner Zeitung, 10/6/1999.

19 Ibid.

20 « In diesem Sinne wirkt die Bezeichnung ‘modern’ in dem Blair-Schröder-Papier auch als innerparteilicher Kampfbegriff, der eine faire Debatte erschwert. » Spiegel-Online, 28/7/99.

21 Spiegel-Online, 22/7/99. En août, une trentaine de députés au Bundestag signent un texte de protestation contre les orientations du gouvernement, dans lesquelles ils voient « une destruction de l’identité social-démocrate » et « un retour à la politique de Helmut Kohl » (Spiegel-Online, 26/8/99.)

22 Spiegel-Online, 1/9/1999.

23 Libération, 5/6/2000.

24 Spiegel-Online, 11/9/2000.

Auteur

Université Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540