Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Effets et jeux de pouvoir dans le discours politique et médiatique

 | 
Michel Kauffmann
, 
Gunhild Samson

Entre invocation et conjuration : Berlin et la « République de Berlin » dans le discours politique et médiatique

Marcel Tambarin

Résumé

Les discours prononcés le 19 avril 1999 lors de l’inauguration du nouveau Reichstag à Berlin par les principaux représentants institutionnels de la République fédérale ont été l’occasion de canaliser le discours sur la nouvelle « République de Berlin ». Le consensus affi­ché à cette occasion repose sur une opposition (l’antagonisme entre l’excentricité temporelle de Bonn, coupée qui plus est de la société, et la centralité historique de Berlin, en prise, elle, avec les réalités so­ciales), sur une continuité (la concordance institutionnelle entre Bonn et Berlin, le déménagement ne devant inaugurer en aucun cas une autre république – quelles que soient les transformations effective­ment en cours) et un paradoxe (la souveraineté conditionnelle d’un état qui nonobstant sa nouvelle situation se doit de protester de sa renonciation à toute prétention territoriale, de sa volonté d’intégra­tion européenne et de sa fiabilité politique et militaire). Variations sur une figure imposée, tous ces discours consistent au fond en un seul et même exercice difficile : montrer que l’Allemagne n’a pas changé – alors même que le fait de l’étiqueter ainsi ne peut que souligner la discontinuité manifeste entre la « République de Berlin » et la « République de Bonn ».

Texte intégral

  • 1 Lancée par le publiciste Johannes Gross dans son ouvrage Begründung der Berliner Republik - Deutsch (...)
  • 2 Roger de Weck, alors encore rédacteur en chef de Die Zeit, considérait il y a peu que l’expression (...)

1« Un spectre hante l’Allemagne, ce spectre a un nom : la ‘République de Berlin’ ». C’est en parodiant de la sorte le Manifeste du parti communiste que Gregor Gysi, lointain successeur de Marx, et à l’époque président du groupe parlementaire PDS, se moquait en 1999 dans le mensuel du Bundestag de tous ceux qui – hommes politiques, journalistes ou chercheurs – s’évertuent encore à sonder ce qualificatif1 qui nourrit tantôt la crainte, tantôt l’espoir. Pour inspirer des sentiments ambivalents, l’expression « République de Berlin » ne s’en est pas moins rapidement imposée, non seulement dans les médias2 mais aussi dans le discours politique – à tel point que même ceux qui la récusent ne peuvent l’éviter, ne serait-ce précisement que pour signaler leur rejet, contribuant de la sorte à augmenter eux aussi la fréquence de ses occurrences.

  • 3 Heimo Schwilk / Ulrich Schacht: Streitschriften, Reden, Essays nach 1989 - Für eine Berliner Republ (...)

2Si l’expression polarise les opinions, c’est qu’elle paraît d’emblée sceller le sort de la « République de Bonn » – aussitôt enterrée qu’ap­parue, puisque l’un des paradoxes de la « République de Berlin », c’est d’avoir fait apparaître une « République de Bonn » dont personne ne parlait jusqu’alors. Si la « République de Berlin » éveille les soupçons, c’est surtout parce qu’elle a d’abord été revendiquée par la partie la plus conservatrice, pour ne pas dire restauratrice de la droite allemande, qui, dans un manifeste en faveur de la « République de Berlin »3, aspire à corriger la « République de Bonn » dans une per­spective nationaliste, en remettant en cause en particulier l’ancrage à l’Ouest et le travail sur le passé. L’étiquette « République de Berlin » a beau avoir été entretemps reprise par le bord opposé – puisque de jeunes sociaux-démocrates ont lancé fin 1999 une revue intitulée précisément Berliner Republik qui se veut le porte-parole de la génération d’après 1968, elle continue à inspirer une certaine défiance et porte encore souvent les guillemets de l’ostracisme langagier.

  • 4 En avril 1999, P. Struck, W. Schäuble, W. Gerhard et G. Gysi étaient resp. présidents des groupes S (...)
  • 5 Blickpunkt Bundestag - Forum der Demokratie N°3/1999, Forum : Der Umzug des Deutschen Bundestags vo (...)

3Le corpus retenu est constitué pour l’essentiel des discours pro­noncés le 19 avril 1999 en une occasion particulièrement solennelle, l’inauguration du nouveau Reichstag à Berlin, par les principaux représentants institutionnels de la République fédérale, à savoir le président du Bundestag Wolfgang Thierse, le chancelier Gerhard Schröder et les présidents, respectivement vice-présidents ou porte-parole des groupes parlementaires (Peter Struck pour le SPD, Wolf­gang Schäuble et Michael Glos pour la CDU-CSU, Werner Schulz pour les Verts, Wolfgang Gerhard pour le FDP et Gregor Gysi pour le PDS)4. Nous y avons joint les contributions des cinq présidents de groupes parlementaires parues au même moment dans le mensuel du Bundestag (Blickpunkt Bundestag-Forum der Demokratie5) en réponse à la question de savoir si le déménagement de Bonn inaugurait une nouvelle ère. Ces contributions permettent de corroborer une partie des discours, puisqu’elles portent presque les mêmes signatures, à savoir Struck, Schäuble, Gerhard, Gysi et Rezzo Schlauch, les Verts ayant cette fois laissé la plume à leur président de groupe, qui reprend d’ailleurs pour l’essentiel les propos de son collègue Schulz.

4Ce choix présente plusieurs avantages, à commencer par celui de la cohérence, puisque nous avons affaire à des discours concurrents sur le même thème, prononcés à la même occasion, et à des contribu­tions encore plus alignées puisque, répondant toutes à une même question, elles relèvent encore plus de la figure imposée. Les orateurs ou auteurs ont en commun également leur statut, qui donne à leur propos celui de discours particulièrement autorisé, puisqu’ils ne s’expriment pas à titre personnel mais à titre institutionnel, et l’on peut en outre considérer, vu les circonstances, qu’il s’agit d’un discours plus représentatif du consensus dominant que d’intérêts partisans. La situation d’énonciation (les lieux et les circonstances : Berlin, le Reichstag, la séance inaugurale) avec les contraintes particulières qu’elle exerce sur les orateurs oblige ceux-ci encore plus qu’à l’habitude à distinguer ce qui peut être dit et ce qui ne peut être dit, ce qui doit être dit et ce qui ne doit pas l’être – d’autant plus que les discours s’adressent autant aux Allemands qu’à leurs voisins en Europe, ce qui en fait en quelque sorte des discours sous surveillance.

5Ce que nous avons cherché à dégager, c’est le consensus affiché à propos de la « République de Berlin », en relevant les convergences et, dans une moindre mesure, les divergences sur ce qui est accepté et sur ce qui est refusé dans la nouvelle configuration. En un mot, il s’agit de savoir comment les principaux représentants institutionnels de la RFA se positionnent par rapport à cette nouvelle « République de Berlin ». L’analyse nous amènera à constater une opposition (l’antagonisme entre Bonn et Berlin), une continuité (la concordance entre Bonn et Berlin) et un paradoxe (la souveraineté conditionnelle de l’Allemagne).

I. Berlin, l’anti-Bonn

6Tant qu’il s’agit d’une approche géographique ou sociologique, presque tous les textes font apparaître une franche opposition entre Bonn et Berlin. L’ancienne capitale se retrouve affublée des clichés dont cette ville (déjà brocardée jadis pour être deux fois plus petite que le cimetière de Chicago mais deux fois plus morte) a l’habitude : modeste, agréable, contemplative

Gerhard [b] : « kleinstädtische Beschaulichkeit »

7Ces caractéristiques en faisaient un lieu où les hommes politiques vivaient dans une atmosphère protégée et pour tout dire coupés du monde réel – coupure parfois représentée par l’image un peu caricaturale de la cloche à fromage

Gerhard : « Bonner ‘Käseglocke’ »

8ou du vaisseau spatial

Schulz : « das Bonner Raumschiff ».

9Berlin est en revanche valorisé comme lieu en prise avec la réalité et avec les tensions sociales. Si le président du groupe SPD doute que Berlin permette mieux que Bonn de sentir le pouls de la société allemande, tous les autres insistent sur cette confrontation avec la réalité qu’apporterait le déménagement à Berlin

Schröder : « Das zwingt zur Auseinandersetzung mit der gesellschaftlichen Wirklichkeit ».

10Ceci vaut en particulier au regard de l’unité allemande que la nouvelle capitale symbolise incomparablement mieux que la précédente, puisque c’est la ville qui fait le mieux apparaître les anciennes blessures

Thierse : « Nahtstelle dieses noch offenen Prozesses des Zusammen­wachsens »/ Struck [a] : « Brennpunkt des Zusammenwachsens ».

11À ce titre, elle s’impose comme laboratoire de l’unité, fonction que Bonn n’aurait jamais pu remplir.

Retour au centre

  • 6 « Auszeit von der Geschichte », pour reprendre un mot de Günter Gaus, « Die andere Republik - Von B (...)

12Parallèlement à la précédente se dessine une autre opposition entre le provisoire et l’histoire, entre l’excentricité temporelle et la centralité historique, à cette différence près que la caractérisation de Bonn comme lieu hors de l’histoire, comme temps mort6, est au plus implicite.

13La ville de Berlin en général, les vestiges du passé qu’elle contient et surtout le plus symbolique d’entre eux, le Reichstag, font peser une contrainte particulière sur les orateurs. Il n’est besoin que de rappeler les contorsions auxquelles s’est livré le Conseil des Anciens du Bundestag pour éviter que le Reichstag ne garde son nom : on a fini par se mettre d’accord sur l’appellation Plenarbereich Reichstagsgebäude, en espérant ainsi conjurer les associations avec un passé funeste que suscite cet édifice pourtant moins représentatif de l’époque nazie que les bâtiments affectés à certains ministères du gouvernement Schröder.

  • 7 Schulz et Schlauch: « an den zentralen Ort der deutschen Geschichte », Schröder : « Rückkehr in die (...)

14De même, la caractérisation de Berlin comme « lieu de deux dicta­tures allemandes » (Schröder) et « centre de la plus grande catastrophe allemande » (Gysi)7 circonscrit d’emblée le « retour à l’histoire » que représente incontestablement le retour à Berlin à une confrontation critique avec le passé – ce qui exclut toute éventualité de retour au passé

Struck [a] et [b] : « keine Reise in die Vergangenheit »,

15et encore moins aux pires traditions allemandes

Thierse : « Aber man sage nicht, die Rückkehr [...] nach Berlin [...] sei ein Rückfall in schlimmste deutsche Geschichte ».

16Destiné en premier lieu à désarmer les inquiétudes suscitées par d’éventuelles résurgences du passé, ce discours consensuel s’adresse tout autant à ceux qui espèrent profiter de la « République de Berlin » pour tirer le fameux Schlußstrich et se débarrasser de l’encombrant travail de mémoire, qu’à ceux que ces tendances inquiètent et qui se sont aussi offusqués des premières déclarations et décisions du chancelier en 1998 (comme la « décrispation » qu’il avait revendiquée dans le rapport au passé ou son absence à la cérémonie commémorative du 11 novembre à Verdun).

  • 8 Discours prononcé à la Paulskirche de Francfort le 11 octobre 1998 lors de la remise du Prix de la (...)

17La volonté proclamée d’assumer l’histoire fait en particulier écho à la polémique déclenchée par le discours de Martin Walser en 19988, discours souvent interprété comme incitation à détourner le regard du passé et auquel plusieurs orateurs font directement (Schulz) ou indirectement référence

Thierse : « Dieser Ort ist Geschichte, er läßt keinen Austritt aus ihr zu, er läßt keinen Schlußstrich zu » / Struck [b] : « Entrinnen geht da nicht. Wegschauen ist nicht möglich. »).

  • 9 Cf. Heinz Bude, Die ironische Nation. Soziologie als Zeitdiagnose, Hamburger Edition, Hambourg 1999
  • 10 Cf. Jürgen Habermas, « 1989 im Schatten von 1945 - Zur Normalität einer künftigen Berliner Republik (...)

18Elle va aussi à l’encontre de ceux qui avec le sociologue Heinz Bude9 et sa « République de Bonn » interprétée comme république-tampon avec la période national-socialiste prônent la fin de la fixation sur cette dernière, en opposition avec Habermas pour qui l’identité allemande s’est construite depuis 1945 à travers le travail sur le passé.10

II. Le changement dans la continuité

19Berlin, on l’a compris, sera donc très différent de Bonn – tout en restant Bonn, selon une formule de M. Rainer Lepsius (Berlin bleibt Bonn). On connaît celle de René Fritz Alleman (Bonn ist nicht Weimar) et, sans qu’on puisse savoir si le mot de Lepsius connaîtra la même fortune, on peut dire qu’il résume bien le problème de la « Répu­blique de Berlin » : alors que Bonn devait se démarquer autant que possible de Weimar, Berlin doit politiquement rester aussi proche que possible de Bonn.

20Autant la métaphore du déménagement (donc du changement) est abondamment mise à contribution, autant on insiste sur l’immua­bilité du cadre institutionnel (donc sur la constance) : il y a parfaite concordance sur ce point, que l’on se retranche – comme Gregor Gysi – derrière une citation du président Herzog, affirmant que le déménagement à Berlin n’est pas synonyme de déménagement dans une autre république

Gysi [b] : « [...] sollten wir wissen, daß wir nicht in eine andere Republik umziehen »

21ou que l’on proclame haut et fort, comme au SPD, le rejet de tout changement institutionnel

Thierse : « Wir wollen keine andere Republik » / Struck [a] et [b] : « Wir wollen und brauchen keine andere Republik ».

22Tous se retrouvent pour souligner la continuité en multipliant les formules qui posent l’équivalence de Bonn et de Berlin

Struck [a] et [b] : « in Berlin genau wie in Bonn », [b] : « Ob am Rhein oder an der Spree »/ Glos : « Berlin […] ebenso wie Bonn »

23et en en appelant aux traditions démocratiques qui ont fait leurs preuves à Bonn. Comme le chancelier se plaît à le souligner : contrairement à Weimar qui s’est soldé par un échec, la « République de Bonn » peut se targuer de cinquante ans de success story et point n’est besoin d’en changer.

  • 11 Gerhard Schröder, « Meine Berliner Republik », in : Stern Nr. 36/02.09.1999
  • 12 Cf. « Ein Fall von Notwehr », interview du président Roman Herzog dans Der Spiegel Nr. 14/05.04.99 (...)

24Le message est clair : Le déménagement ne saurait inaugurer une « nouvelle ère » (Struck [b] / Gerhard [b]), ni un changement du « système de coordonnées » (Struck [a] et [b] / Glos), en aucun cas donc une nouvelle république. D’ailleurs, à l’exception notable de Gerhard Schröder qui s’en est par la suite11 emparé pour en faire « ’sa’ République de Berlin» , tous les autres responsable politiques s’en méfient, jusqu’à l’ancien président fédéral Herzog et son succes­seur Rau12: presque tous l’isolent entre des guillemets, ce qui n’est pas qu’une manière de signaler un néologisme, mais bien une distanciation – même si l’expression de cette défiance apparaît quelque peu comme une figure obligée de la rhétorique politique.

Contre toute évidence

25Cette insistance à souligner que la « République de Berlin » ne saurait être une autre république paraît à première vue gratuite puisque que le transfert de la capitale à Berlin ne procède ni d’une nouvelle constitution (l’unification s’est faite sur la base de l’article 23 et non de l’article 146), ni d’une nouvelle majorité, ni même d’un nouveau gouvernement, mais d’une décision du Bundestag de 1991. Cette insistance semble d’autant plus suspecte qu’en même temps est soulignée la césure que représente le déménagement : d’une manière assez générale au SPD (Struck [b] : « Jeder Umzug bedeutet Zäsur »), d’une manière plus explicite chez les Verts qui affirment qu’il s’agit bien d’une césure politique (en faisant allusion à la rupture avec seize années de gouvernement Kohl) ou au PDS, qui doute que Berlin puisse être la simple continuation de Bonn. D’ailleurs, le transfert à Berlin se trouve fréquemment associé à l’idée de défis à relever et de chances à saisir – qui ne sont cependant guère spécifiés (Struck [b] : « Aufbruch in eine chancenreiche Zukunft »), sauf chez les Verts et le FDP qui y voient l’opportunité de procéder à un inventaire et au rattrapage de réformes nécessaires

Schlauch : « Unabhängig vom Hauptstadtumzug steht Deutschland vor politischen Herausforderungen, die unsere Republik nachhaltig verändern werden. »

  • 13 Cf. Kurt Sontheimer, « Berlin schafft keine neue Republik - und sie be­wegt sich doch », in : Aus P (...)
  • 14 « Aus all diesen Gründen wird der Hauptstadtumzug nach Berlin zur politischen Zäsur werden : Die Na (...)
  • 15 cf. Axel Schildt, « Abschied vom Westen - Zur Debatte um die Historisierung der ‘Bonner Republik’ » (...)

26On retiendra donc que, d’une part, rien ne change, et d’autre part beaucoup de choses vont changer. On pourrait résoudre cette contradiction en constatant que la continuité invoquée concerne les institutions et le changement la société, mais c’est une distinction qui paraît un peu artificielle, d’autant que de profonds changements ont effectivement eu lieu (comme l’intervention de la Bundeswehr au Kosovo) ou sont sur le point d’intervenir au moment où ces discours se tiennent (comme la réforme du droit de la nationalité). À l’évidence, en dépit de toutes les dénégations, l’ancienne RFA, celle d’avant 1989, n’existe plus13, pas plus que l’ancienne RDA. Comme le remarquent les Verts en affirmant que « l’après-guerre est achevé » et qu’il « s’identifie historiquement avec la République de Bonn » (Schlauch14), l’historisation de la République de Bonn a bel et bien commencé15.

27En ce sens, on peut considérer que les discours s’attachent à nier l’évidence – ce que trahissent aussi certaines injonctions et dénégations qui relèvent plus du vœu pieux que du constat

Thierse : « Wir sollten an dieser Kontinuität [les traditions dévelop­péees à Bonn] festhalten, statt unsere Zeitrechnung künstlich in eine angebliche Bonner und eine angebliche Berliner Republik aufzuteilen. » / Struck [a] : « Das Koordinatensystem unserer Politik wird und darf sich nicht verschieben » /[même idée chez Glos].

28À cet égard, l’emploi récurrent du mot « chance » fait immanquablement penser à son antonyme. On est alors tenté de relire les déclarations précédentes pleines d’espoir de changement et d’y voir l’assurance – ou s’agit-il encore une fois d’un espoir ? – que Berlin ne représente en aucun cas un risque. Dans cette optique, les discours pourraient bien relever d’un genre que les Allemands désignent de l’expression imagée « pfeifen im dunklen Wald » et ils auraient alors autant pour fonction de se rassurer soi-même que de rassurer les autres.

III. Une Allemagne adulte et responsable ?

  • 16 Cora Stephan, « Über die neue deutsche Normalität » (DeutschlandRadio Berlin, 13.12.1998).
  • 17 « Dieser Wechsel ist Ausdruck demokratischer Normalität und Ausdruck eines gewachsenen demokratisch (...)
  • 18 Heimo Schwilk / Ulrich Schacht (Hg.) : Die Selbstbewußte Nation, Francfort/M.- Berlin, Ullstein 199 (...)

29Dans une émission du Deutschlandfunk, la journaliste Cora Stephan16a adapté le titre d’un film américain en une formule expressive : « Die Deutschen, erwachsen und allein zu Haus ? » – qui fait allusion à la déclaration de gouvernement de Gerhard Schröder en 1998 et qui traduit assez bien les interrogations que suscite l’Allemagne unifiée. On se souvient que le chancelier Schröder avait alors mis l’accent sur « la maturité d’une nation sûre d’elle, qui ne doit se sentir supérieure à personne – mais pas non plus inférieure »17 et suscité par le choix des termes des associations avec le vocabulaire de la nouvelle droite allemande18. À ce titre, la plupart des discours se lisent comme visant à corriger l’effet malheureux des premières déclarations du chancelier Schröder – sans doute délibérément au SPD, plus incidemment chez les autres partis.

L’achèvement de l’unité

  • 19 Le Figaro magazine du 27 février 1999 : « Le sacre de Berlin. Faut-il avoir peur de l’Allemagne ? » (...)
  • 20 Cf. la déclaration de Jean-Pierre Chevènement sur France 2, le 21 mai 2000 : « Au fond, elle [l’All (...)

30Depuis l’entrée en vigueur du Traité de Paix (traité à 2+4), le 21 mars 1991, l’Allemagne a retrouvé une souveraineté illimitée ou bien, exprimé en termes schröderiens, elle est devenue majeure, adulte. On connaît les inquiétudes que cette souveraineté retrouvée a fait naître - ou plutôt renaître - en France en particulier, où elle a ramené à la une des journaux des interrogations que l’on croyait d’un autre âge (« Faut-il avoir peur de l’Allemagne ? »19) et suscité encore bien d’autres commentaires.20 Or, si on retrouve bien des échos de la déclaration de gouvernement de Schröder dans les discours de 1999, en particulier chez Schäuble [a] :

« weder behütet noch bevormundet – das bedeutet erwachsen sein »

31et chez Schlauch :

« gereifte und selbstbewußte Demokratie »,

  • 21 À l’exception notable et peu surprenante du PDS et dans une moindre mesure des Verts.

32les discours s’attachent surtout à rassurer les voisins de l’Allemagne21 en insistant sur la stabilité du partenaire et allié qu’elle représente. Même si le président du Bundestag est le seul à mentionner la renonciation aux fantasmes mégalomaniaques du passé,

« es ist nicht das Wiederanknüpfen an preußisch-deutsche Großmachtphantasien, die den Weltfrieden bedroht haben »,

  • 22 Cf. l’intitulé de la loi de transfert (promulguée le 26 avril 1994) : « Gesetz zur Umsetzung des Be (...)
  • 23 J. Fischer : « Il n’y a plus de ‘question allemande’ ouverte, ni à l’intérieur ni à l’extérieur. La (...)

33ce ne saurait être par hasard que le discours du chancelier au Reichstag s’intitule « Déclaration de gouvernement sur l’achèvement de l’unité allemande » – tout comme déjà la décision de 1991 du Bundestag de transférer la capitale à Berlin22. Il s’agit bien de signifier que l’Allemagne a renoncé à toutes les prétentions territoriales – comme les traités signés le prévoient expressément d’ailleurs, mais comme il est, semble-t-il, toujours bon de le répéter23.

Plus jamais seuls

34La seconde assurance réitérée dans les discours porte sur le refus de tout nouveau Sonderweg et sur l’idée que plus jamais l’Allemagne ne tentera de trouver seule la voie de son salut

Schäuble [a] : « Niemals mehr allein – das ist die Lehre unserer Geschichte [...] ».

  • 24 Rainer Zitelmann et al., Westbindung, Chancen und Risiken für Deutschland, Propyläen, Berlin 1993.

35Il ne saurait en particulier être question, comme le réclame la nouvelle droite24, d’abandonner l’ancrage à l’Ouest

Struck [a] : « keine Aufgabe der Westbindung » /

Glos : « Einbindung der Bundesrepublik Deutschland in die freiheitliche westliche Werte- und Verteidigungsgemeinschaft » / Gerhard [a] : « weil wir wissen, daß es ohne Internationalität nicht geht ».

36Si seul le chancelier Schröder se risque à employer le terme de « Mittellage » de mauvaise mémoire, c’est en se retranchant derrière des guillemets et un métadiscours – et surtout pour dissiper les craintes qui s’y attachent et attester encore une fois de la volonté d’intégration européenne de l’Allemagne

Schröder : « Wir kommen eben nicht nach Berlin als Rückkehr in eine – wie man es nannte – ‘Mittellage’, die zu deutschen Sonderwegen verführen könnte. Nein, wir gehen vorwärts in die Mitte Europas. »

37L’avenir de l’Allemagne passe donc par l’Europe dont l’unification constitue le meilleur moyen de se prémunir contre les aléas de l’ave­nir

Schäuble  [a] : « Europäische Einigung ist die beste Vorsorge für das kommende Jahrhundert. »

Une Allemagne fiable et responsable

38L’Allemagne est finalement présentée comme un État qui promet la fiabilité à ses partenaires

Schäuble [b] : « Verläßlichkeit und Solidarität sowohl nach innen [...] als auch nach Außen » / Glos : « Wir werden uns als treue, verläßliche Bündnispartner erweisen »

39et qui saura exercer ses responsabilités, de quelque ordre qu’elles soient

Schröder : « Wir stehen nicht nur in einer historischen Verantwortung […] wir stehen auch in einer Verantwortung, die aus unserer Wirtschaftskraft erwächst. » –

  • 25 Ainsi par Hans-Ulrich Wehler dans une interview des Blätter für deutsche und internationale Politik(...)

40comme elle en a du reste donné la preuve en s’engageant au Kosovo aux côtés de ses alliés de l’OTAN. Les allures d’élève un peu trop zélé et l’empressement de l’Allemagne à montrer qu’elle a bien appris sa leçon d’histoire ont parfois été moqués25, mais le fait est que les fréquentes références à la responsabilité allemande vont de pair avec le souci de ne pas décevoir la confiance des partenaires de l’Allemagne

Thierse : « Die Menschen in Deutschland und in der Welt vertrauen darauf, daß wir die Chance der deutschen Einheit verantwortungsvoll für unser Land und für Europa wahrnehmen ».

  • 26 Cf. la première déclaration de politique étrangère de Joschka Fischer devant le Bundestag le 10 nov (...)
  • 27 Cf. M. Tambarin, « Vom Dritten Reich zur ‘Berliner Republik’. Deutsch­lands Suche nach der Normalit (...)

41Toutes ces assurances adressées aux amis, voisins et alliés amènent à constater qu’il y a bien un paradoxe de l’Allemagne adulte et responsable, car tout en s’affirmant telle, l’Allemagne se place sinon en position de tutelle volontaire, du moins de souveraineté conditionnelle – puisqu’au nom de la retenue qu’elle s’impose volontairement, elle ne se comporte pas en puissance totalement souveraine26. On peut certes se demander s’il ne s’agit que d’une mise en scène du pouvoir et d’un jeu avec les nouvelles potentialités qui s’offrent à présent, toujours est-il que l’Allemagne n’apparaît toujours pas comme un État normal – et ce n’est sans doute pas un hasard si les déclarations d’avril 1999 ne font aucune référence à la normalité que l’on pouvait croire recouvrée encore peu auparavant27.

Conclusion

42Les sentiments mêlés qu’inspire la « République de Berlin » et l’image plutôt péjorative qu’en véhiculent les discours tenus lors de l’inauguration du nouveau Reichstag prennent leur origine dans le caractère intrinsèquement équivoque d’une telle appellation : si l’on considère que le retour à Berlin, au centre de la vie sociale, au centre de l’histoire, au centre de l’Europe, offre au gouvernement et au Parlement allemands la chance de donner un second souffle à la République fédérale, une « République de Berlin » peut être synonyme d’espoir. Mais comme cette appellation fait aussi bien l’effet d’un repoussoir parce que le retour à Berlin évoque un risque, sinon de retour aux fantasmes nationalistes du passé, du moins d’altération substantielle d’une « République de Bonn » qui a fait ses preuves, il est plus fréquent de la voir bannir, comme pour conjurer le sort.

  • 28 En couverture de L’Express N° 2522 (semaine du 4 au 10 novembre 1999).

43Tous les discours des représentants institutionnels consistent au fond en un seul et même exercice difficile : montrer que l’Allemagne n’a pas changé – bien que des changements aient eu lieu, car ces changements ne doivent pas remettre en cause le statu quo ante. Berlin représente peut-être le laboratoire de l’unification, mais il ne saurait en aucun cas être question de s’y livrer à des expériences risquées ou de tenter de retrouver de vieilles formules. Non pas qu’il s’agisse de figer un état existant : ce qui importe, c’est de canaliser le discours en distinguant les changements inévitables, voire souhaitables (comme l’extension de l’Union européenne ou certaines réforme sociales en attente) et ceux qui ne sauraient en aucun cas être tolérés ou même être évoqués (comme l’abandon de la référence au passé national-socialiste ou de l’ancrage à l’Ouest). L’insistance sur les continuités à garantir aux Allemands comme à leurs voisins vise du reste aussi bien à dissuader ceux qui voudraient tourner la page bonnoise qu’à rassurer ceux que ces tendances inquiètent, en particulier les voisins et alliés omniprésents dans les discours – avec quelque succès, semble-t-il, à en croire les nouvelles interrogations (« Peut-on enfin aimer l’Allemagne ? »)28 qui ont pris le relais des titres alarmistes.

  • 29 Dans son discours de réception du Prix de la Paix des libraires le 17 octobre 1999 (« Jegliches Aus (...)
  • 30 Arnulf Baring, « Die Berliner Republik - Erwartungen und Herausforde­rungen », in : Aus Politik und (...)

44L’appellation « République de Berlin » – on pourrait presque parler de logo tant cette nouvelle république a été lancée comme un nouveau produit par ceux qui en espéraient le plus de changement – a beau être passée rapidement dans l’usage, elle n’en reste pas moins entachée d’une tare originelle, car il faut bien convenir avec l’historien Fritz Stern29 que le fait même d’étiqueter ainsi une république ne peut que souligner la discontinuité – alors qu’il importe de maintenir et d’afficher la continuité de la « République de Bonn ». C’est pourquoi les représentants institutionnels de la République fédérale, à l’exception notable du chancelier Schröder, manifestent une telle défiance à son égard – au risque de donner l’impression d’une révérence au langage « politiquement correct » et d’une déconnexion entre le discours politique et les changements en cours. Il semble par bonheur que le dilemme issu de cette appellation discutable soit en voie d’être résolu : comme le remarquait l’historien Arnulf Baring30 et comme en témoigne la lecture de la presse, on constate depuis quelques mois qu’en lieu et place de cette « République de Berlin » si controversée, il est de plus en plus souvent simplement question de la « République » – ou tout bonnement de l’Allemagne.

Notes

1 Lancée par le publiciste Johannes Gross dans son ouvrage Begründung der Berliner Republik - Deutschland am Ende des 20. Jahrhunderts, DVA, Stuttgart 1995.

2 Roger de Weck, alors encore rédacteur en chef de Die Zeit, considérait il y a peu que l’expression était définitivement acquise (« Ein Lob auf die Deutschen: Zehn Jahre Wiedervereinigung — ein ganz normales Land », in : Die Zeit Nr 40/28.09.2000).

3 Heimo Schwilk / Ulrich Schacht: Streitschriften, Reden, Essays nach 1989 - Für eine Berliner Republik, Langen-Müller, Munich 1997.

4 En avril 1999, P. Struck, W. Schäuble, W. Gerhard et G. Gysi étaient resp. présidents des groupes SPD, CDU/CSU, FDP et PDS. M. Glos (CSU) était le premier vice-président du groupe CDU/CSU et W. Schulz, ancien parla­mentarischer Geschäftsführer (directeur administratif) du groupe des Verts de 90-98, était depuis 1998 son porte-parole pour les questions économiques et pour la politique à l’Est (Wirtschafts- und Ostpolitischer Sprecher). N.B. : Les discours ont été publiés dans Das Parlament N°17/23.04.1999.

5 Blickpunkt Bundestag - Forum der Demokratie N°3/1999, Forum : Der Umzug des Deutschen Bundestags von Bonn nach Berlin. Formsache oder Beginn einer neuen Ära in der deutschen Politik ? Standpunkt der Fraktionen. (Blickpunkt succède à WIB : Woche im Bundestag). Pour simplifier, nous nous contenterons de mentionner les sources des citations dans le texte par le nom de l’orateur, suivi le cas échéant de [a] ou [b], pour signaler respectivement les discours devant le Bundestag et les contributions écrites: Struck [a] = discours de Peter Struck devant le Bundestag, Struck [b] = contribution du même à Blickpunkt Bundestag.

6 « Auszeit von der Geschichte », pour reprendre un mot de Günter Gaus, « Die andere Republik - Von Bonn nach Berlin / Ende der Enthaltsam­keit », in : Freitag Nr.32/06.08.1999.

7 Schulz et Schlauch: « an den zentralen Ort der deutschen Geschichte », Schröder : « Rückkehr in die deutsche Geschichte, an den Ort zweier deutscher Diktaturen », Gysi [b] : « Zentrum der größten deutschen Kata­strophe »).

8 Discours prononcé à la Paulskirche de Francfort le 11 octobre 1998 lors de la remise du Prix de la Paix des libraires (Martin Walser, Erfahrungen beim Verfassen einer Sonnstagsrede, Suhrkamp, Francfort/Main 1998).

9 Cf. Heinz Bude, Die ironische Nation. Soziologie als Zeitdiagnose, Hamburger Edition, Hambourg 1999.

10 Cf. Jürgen Habermas, « 1989 im Schatten von 1945 - Zur Normalität einer künftigen Berliner Republik », in: Die Normalität einer Berliner Republik, Suhrkamp, Francfort/Main 1995, S. 167-188.

11 Gerhard Schröder, « Meine Berliner Republik », in : Stern Nr. 36/02.09.1999

12 Cf. « Ein Fall von Notwehr », interview du président Roman Herzog dans Der Spiegel Nr. 14/05.04.99 et « Es hat keinen Deal gegeben », interview du président Johannes Rau dans Der Spiegel N°19/10.05.99

13 Cf. Kurt Sontheimer, « Berlin schafft keine neue Republik - und sie be­wegt sich doch », in : Aus Politik und Zeitgeschichte Nr. 1-2/12.01.2001, p. 3-5.

14 « Aus all diesen Gründen wird der Hauptstadtumzug nach Berlin zur politischen Zäsur werden : Die Nachkriegszeit ist abgeschlossen, sie wird historisch mit der ‘Bonner Republik’ identifiziert. »

15 cf. Axel Schildt, « Abschied vom Westen - Zur Debatte um die Historisierung der ‘Bonner Republik’ », in : Blätter für deutsche und internationale Politik Nr. 10/2000 (octobre), p. 1207 sqq.

16 Cora Stephan, « Über die neue deutsche Normalität » (DeutschlandRadio Berlin, 13.12.1998).

17 « Dieser Wechsel ist Ausdruck demokratischer Normalität und Ausdruck eines gewachsenen demokratischen Selbstbewußtseins », « Selbstbewußtsein einer erwachsenen Nation, die sich niemandem über-, aber auch niemandem unterlegen fühlen muß. » (Gerhard Schröder, Regierungserklärung des Bundeskanzlers / 3. Sitzung des 14. Deutschen Bundestags am 10. November 1998, in : Das Parlament Nr. 48/ 20. 11. 1998).

18 Heimo Schwilk / Ulrich Schacht (Hg.) : Die Selbstbewußte Nation, Francfort/M.- Berlin, Ullstein 1994.

19 Le Figaro magazine du 27 février 1999 : « Le sacre de Berlin. Faut-il avoir peur de l’Allemagne ? » Remarque : lors de la journée d’étude du 8 décembre 2000, J.F. Tournadre a fait état de 47 articles ou dossiers similairement intitulés.

20 Cf. la déclaration de Jean-Pierre Chevènement sur France 2, le 21 mai 2000 : « Au fond, elle [l’Allemagne] rêve toujours du Saint Empire romain ger­manique. Elle ne s’est pas encore guérie du déraillement qu’a été le nazisme dans son histoire. » ou encore Yvonne Bollmann, La tentation allemande, éd. Michalon, Paris 1998.

21 À l’exception notable et peu surprenante du PDS et dans une moindre mesure des Verts.

22 Cf. l’intitulé de la loi de transfert (promulguée le 26 avril 1994) : « Gesetz zur Umsetzung des Beschlusses des Deutschen Bundestags vom 20. Juni 1991 zur Vollendung der Einheit Deutschlands (Berlin/Bonn-Gesetz) ».

23 J. Fischer : « Il n’y a plus de ‘question allemande’ ouverte, ni à l’intérieur ni à l’extérieur. La dernière étape a été le déménagement de Bonn à Berlin. On ne saurait en surestimer l’importance symbolique. » (« Le face-à-face Chevènement-Fischer », in : Le Monde du 21 juin 2000).

24 Rainer Zitelmann et al., Westbindung, Chancen und Risiken für Deutschland, Propyläen, Berlin 1993.

25 Ainsi par Hans-Ulrich Wehler dans une interview des Blätter für deutsche und internationale Politik N°2/2000 (février), p. 166 sqq. (« Wir Historiker sind eben nur rückwärtsgewandte Propheten »).

26 Cf. la première déclaration de politique étrangère de Joschka Fischer devant le Bundestag le 10 novembre 1998 : « Wir [müssen] an einer Politik der Selbstbeschränkung festhalten » (Das Parlament Nr. 48/20.11.1998) ; cf. la position de la RFA vu par Der Spiegel (Nr. 45/ 08.11.1999, « Planeta­rische Visionen ») : « Deutschland ist eine Macht in der Welt, womöglich sogar eine Weltmacht. Eine Weltmacht will und darf es aber nicht sein ».

27 Cf. M. Tambarin, « Vom Dritten Reich zur ‘Berliner Republik’. Deutsch­lands Suche nach der Normalität », in : Alte und neue Identitätsbilder im heutigen Deutschland, éd. par Anne Saint-Sauveur et Marc Muylaert, Leipziger Universitätsverlag, Leipzig 1999, p. 97-106.

28 En couverture de L’Express N° 2522 (semaine du 4 au 10 novembre 1999).

29 Dans son discours de réception du Prix de la Paix des libraires le 17 octobre 1999 (« Jegliches Ausweichen in Normalität ist vergeblich », in : Friedenspreis des Deutschen Buchhandels - Ansprachen aus Anlaß der Verleihung, Buchhändlervereinigung, Francfort 1999.

30 Arnulf Baring, « Die Berliner Republik - Erwartungen und Herausforde­rungen », in : Aus Politik und Zeitgeschichte Nr. 32/06.08.1999, p. 9-15.

Auteur

Université de Dijon

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540