Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Effets et jeux de pouvoir dans le discours politique et médiatique

 | 
Michel Kauffmann
, 
Gunhild Samson

Textes et genres textuels en RDA entre identification et distanciation

Gunhild Samson

Resumen

Dans un système totalitaire, aucun texte écrit n’échappe au discours officiel dont l’emprise s’exerce à travers la censure. Mais si les conditions d’écriture sont fixées par le discours dominant, les réalisations d’écriture, quant à elles, mettent en jeu des attitudes allant de l’identification totale à ce discours à une plus ou moins grande distanciation. Cette contribution étudie les répercussions discursives de ces attitudes face au discours officiel en RDA. Afin de rendre manifeste l’insinuation du discours officiel dans les consciences, une large gamme de textes est analysée. Ces textes vont du plus identificateur ou plus distanciateur : des textes de la vie quotidienne, représentant un genre textuel conventionnel, mais modifié par l’effet du pouvoir, à des textes littéraires dans lesquels le déplacement des thèmes, les transpositions ou le recours à l’implicite rendent possible une critique plus marquée du système politique et de son idéologie.

Texto completo

1À la lecture de textes produits en RDA, de quelque provenance qu’ils soient, on ne peut s’empêcher de s’interroger sur les rapports entre discours dominant et dominé. Quelle est la pratique discursive dans un régime où la parole est confisquée au profit d’une doctrine et d’une langue unitaires, mais qui veut néanmoins se donner l’apparence d’une démocratie ? Quelles modifications subissent les genres textuels conventionnels par l’interaction avec un tel discours hégémonique ?

2Ces questions concernant le rapport entre discours et domination, donc l’articulation entre langage et pouvoir et sa répercussion sur des textes, supposent que l’on étudie d’un côté les conditions de parole, et de l’autre, les réalisations de parole face à un discours hégémonique. Alors que les conditions de parole sont fixées par le discours dominant, les réalisations de parole mettent en jeu des attitudes qui comprennent tout un continuum allant de l’identification totale au discours dominant jusqu’à une distanciation plus ou moins forte par rapport à lui. Selon Josef Klein (1998 : 187-194), les concepts d’identification et de distanciation permettent de comprendre les actes communicationnels tant sous leur aspect émotionnel que de régulateur de rapports sociaux. Car ces concepts, qui relèvent de la psychologie sociale, tentent de saisir ces actes comme empreints de jugements de valeur et participant de la dynamique sociale : plus l’identification est forte avec un groupe dominant, plus grande est la distance par rapport au groupe concurrent, alors que l’inverse n’est pas toujours vrai : la distanciation par rapport à un groupe ou une politique n’entraîne pas automatiquement l’identification avec le concurrent.

3Partant de l’analyse de Klein, notre but est d’étudier les répercussions discursives des attitudes d’identification, d’une part, et de distanciation, d’autre part. à l’aide de quelques textes prototypiques identificatoires et distanciateurs nous essayerons de montrer les effets du discours dominant en RDA sur les réalisations des genres textuels conventionnels. Il ne peut certes s’agir ici que d’une vue d’ensemble portant sur quelques textes. Cependant, nous nous interrogerons sur les effets des modèles communicationnels identificatoires et distanciateurs à des niveaux linguistiques différents : ceux de la micro-analyse, qui concerne le lexique, ceux de la médio-analyse, à savoir les actes de langage, slogans et textes, et finalement ceux de la macro-analyse, niveau où le langage se trouve en interaction avec des actes symboliques non verbaux comme dans des défilés ou des congrès de parti. (Klein 1998 : 188).

4Nous chercherons donc à savoir si les textes identificatoires comportent des modes d’expression spécifiques, en particulier des formes du lexique, des actes de langage et des formes rituelles révélant des intentions d’adhésion au pouvoir et participant ainsi des stratégies discursives du discours dominant.

  • 1 Sabrow (2000 : 43-44) : Sabrow y donne un aperçu des difficultés pour trouver une dénomination adéq (...)

5À l’inverse, l’étude de quelques textes distanciateurs aura pour objectif de connaître les moyens linguistiques signalant des intentions de résistance au discours dominant. Mais comment comprendre la notion de parole de résistance (widerständiges Sprechen) et quelles sont ses conditions d’existence ? Est-ce que la critique du langage (Sprachkritik) va toujours de pair avec une critique de l’idéologie et du système politique ou est-ce qu’une certaine forme de critique ne conforte pas plutôt la dictature du consensus (Konsensdiktatur)1 ? Nous nous demanderons enfin si la contrainte exercée par le pouvoir sur l’écriture par l’intermédiaire de la censure, à laquelle tous les textes produits en RDA étaient soumis, a engendré des spécificités textuelles comme des déplacements thématiques ou des modes d’expression spécifiques correspondant à un langage détourné, que ce soit l’implicite, l’allusion, le comique ou la satire.

1. Les conditions de parole : pratiques sociales et modes d’organisation textuels

1.1 « Genre textuel » et « modèle textuel »

6à travers les notions de genre textuel (Textsorte) et de modèle textuel (Textmuster), la linguistique textuelle fournit un outil d’analyse particulièrement utile pour l’étude des modifications que subissent des textes conventionnels dans les conditions discursives imposées par une dictature comme celle qui a existé en RDA.

  • 2 Brinker (1997: 132-133) : « Unter handlungstheoretischer Perspektive können wir von folgender Tex (...)

7Habituellement, on définit les Textsorten comme des genres textuels conventionnels, reconnaissables par les locuteurs d’une communauté linguistique. Ils appartiennent à leur savoir linguistique, car ils se sont développés historiquement dans cette communauté. Servant à des activités discursives complexes, ils facilitent par leur caractère normatif la production et la réception des textes. La linguistique textuelle actuelle, comme celle proposée par Brinker,2 qui se situe dans le cadre de la théorie de la communication et de la pragmatique, définit les genres textuels par au moins trois ensembles de caractéristiques :

  • des caractéristiques qui relèvent de la situation de communication et du contexte ;

  • des caractéristiques pragmatiques et fonctionnelles (les actes de lan­gage mis en jeu et les fonctions textuelles, p.ex. les fonctions infor­mative, appellative, etc.) ; la fonction textuelle, qui renvoie à un macro-acte illocutoire, est considérée comme le critère principal servant à différencier les genres textuels ;

  • des caractéristiques structurelles (p.ex. la progression thématique et les éléments lexicaux ou grammaticaux qui contribuent à la cohérence et à la cohésion textuelles).

  • 3 Distinction faite à la suite de B. Sandig (1986) et U. Fix (1999). En français, l’emploi des termes (...)

8Alors que la notion de Textsorte privilégie l’aspect quantitatif et sert surtout à la classification des textes, celle de Textmuster, proposée par B. Sandig et U. Fix,3 rend davantage compte du caractère qualitatif et de l’aspect de modèle textuel. Une Textsorte est ainsi une classe de textes qui suit un modèle textuel commun (Textmuster) présentant des propriétés thématiques, fonctionnelles-pragmatiques et formelles-stylistiques (Fix 1999 : 16). Cette distinction nous permettra de mieux comprendre comment la contrainte exercée par des conditions de communication spécifiques peut, par suite d’une modification du modèle textuel, entraîner des modifications d’un genre textuel.

1.2 L’analyse du discours

  • 4 Utz Maas (1984 :18) : « … Diskurs [steht] für eine sprachliche Form als Korrelat zu einer ihrerseit (...)

9La plupart des textes produits en RDA étaient tributaires des conditions de communication spécifiques d’une dictature et devaient par conséquent se situer par rapport au discours officiel, hégémonique. Si l’on considère, comme le fait l’analyse du discours à la suite de Michel Foucault (1969 ; 1971), qu’il y a articulation entre modes d’organisation textuels et pratiques sociales, que tout texte est un produit social dans son contexte social qui renvoie par sa structure et ses modes d’expression à un discours global,4 il est nécessaire d’étudier ce texte comme le représentant de cette structure communicative plus vaste dans laquelle il s’inscrit et qui le détermine.

  • 5 Margret et Siegfried Jäger (1999 : 43) : « Diskurse als dicht miteinander verwobene Flüsse von Wiss (...)
  • 6 M. et S. Jäger (1999 : 43) : « Doch hängt es von den jeweiligen Macht- und Herrschaftsverhältnissen (...)

10Selon S. Jäger (1994: 24-26) et J. Link (1986 : 4-7), un discours constitue, avec d’autres discours, la conscience collective et intellectuelle d’une certaine époque. Les discours reliés entre eux en un interdiscours sont « des flux de connaissances et de contenus cognitifs noués entre eux dans le temps ».5 Les discours qui imprègnent et forment la conscience collective autant qu’individuelle, reprennent et font varier leurs propres thèmes, normes stylistiques et pragmatiques dans des textes ou des genres textuels divers. Cependant, ce sont les rapports de domination politiques et sociaux qui décident si la détermination par le ou les discours produit au niveau du langage des effets contraignants, régulateurs ou, au contraire, des effets langagiers différenciés.6

  • 7 Jürgen Link (1986 : 71) : « [diskurs] … wir verstehen darunter institutionalisierte, geregelte rede (...)

11En ce qui concerne les textes produits en RDA, il est indispensable de considérer avec Link que le discours exerce des effets de pouvoir et qu’il peut donc être défini par sa fonction de légitimation du pouvoir politique.7 Si tout pouvoir s’exerce par l’intermédiaire du langage, donc de textes ou de manifestations médiatiques, les effets de cet exercice du pouvoir sont différents selon qu’il s’agit de sociétés démocratiques ou totalitaires. Alors que, dans les sociétés démocratiques, des discours pluriels reposant sur des pratiques sociales et opinions différentes s’opposent et coexistent et que le jeu de l’alternance démocratique doit, en principe, permettre l’alternance des discours, dans les systèmes totalitaires ou dictatoriaux, au contraire, un seul discours officiel est admis, celui du parti unique dont procède également le pouvoir politique. Dans sa forme la plus pure, telle que Orwell l’a décrite dans son livre 1984, le discours totalitaire ne permet aucune critique, aucune opposition ; actions, gestes et pensées sont étroitement surveillés. Le discours totalitaire se confond avec l’exercice de la violence.

1.3 Le système politique et la situation de communication en RDA : « La dictature du consensus » ou « Le monde intact de la dictature »

12En RDA, le discours du SED et du pouvoir de l’état était le seul discours officiellement admis. Il exerçait le monopole de la communication, car lui seul avait accès aux médias. Cependant, on s’accorde aujourd’hui à dire que le socialisme réel (real existierender Sozialismus) représentait une forme de dictature assez complexe où la prétention au pouvoir absolu contrastait avec un paternalisme antilibéral et des pratiques sociales d’assistance (Fürsorge). Ainsi, l’historien Jarausch (1998), en forgeant le néologisme Fürsorgediktatur, essaie de rendre compte de ce caractère double du système oscillant entre répression politique et politique sociale d’assistance, ainsi que de sa stabilité pendant 40 ans. Une autre approche, celle de Sabrow, met l’accent sur la contradiction entre la répression politique et le large consensus social sur lequel le régime pouvait compter. D’après Sabrow (2000 : 43-44) « les deux régimes coercitifs qui se succédèrent en Allemagne » pratiquaient « certaines formules de mises en scène et de légimitation » et « exercèrent une dictature de consensus (Konsens-Dikta­tur) en se drapant l’un et l’autre dans leur prétention à incarner la volonté du peuple. » Cette approche ainsi que celle de Stefan Wolle (1999 : 124 sqq) proposée dans son livre Le monde intact de la dictature (Die heile Welt der Diktatur) essaient d’appréhender les contradictions du système de la RDA en mettant l’accent, d’une part, sur la notion de dictature fondée sur un discours hégémonique et, d’autre part, sur l’illusion que celui-ci voulait donner en faisant croire que son monde était « intact » et que son idéologie était la seule valable et susceptible de réaliser l’utopie socialiste.

13La défense d’un idéal auquel toute personne doit adhérer engendre alors une polarisation qui entraîne au niveau du discours idéologique et politique des stratégies d’inclusion et d’exclusion repérables au niveau textuel par des caractéristiques structurelles. Les stratégies d’inclusion tiraient leur force de la création de l’illusion de ce monde intact (heile Welt) et visaient l’adhésion totale à l’idéologie. Si ces stratégies échouaient, le pouvoir politique passait à des stratégies d’exclusion, qui allaient des mesures de répression au niveau de la pratique discursive – censure, interdiction de représentation ou de publication – jusqu’à la persécution de l’individu : arrestations, procès, emprisonnement, bannissement.

14Si la réalité complexe de la dictature en RDA peut être saisie par les concepts de heile Welt, de Fürsorge- ou Konsensdiktatur, ceux-ci sont également éclairants pour nos textes où transparaissent ces contradictions. Alors que l’on connaît déjà assez bien les fonctions et formes du discours officiel, les interactions entre celui-ci et les autres formes de discours ne sont pas encore bien analysées. Son intention était certes de pénétrer jusque dans le discours privé, mais celle-ci ne s’est jamais réalisée complètement, car les habitants de la RDA pratiquaient une sorte de code-switching, ce qui préservait en grande partie la langue quotidienne (Alltagssprache).

15Pour ce qui est d’un éventuel contre-discours, il ne pouvait exister en RDA. Cependant, le pouvoir politique observait avec méfiance la naissance d’un discours semi-officiel (halböffentlich) marqué par la prise de distance et une attitude critique. Que son attitude face à ce discours ait oscillé selon les époques entre attitude répressive et attitude permissive, l’histoire de la censure et l’histoire des procès contre des opposants au régime en témoignent. Ce discours semi-officiel va se développer au cours des dernières années de la RDA jusqu’à constituer un contre-discours lors du tournant de 1989 et préconiser une troisième voie, un socialisme réformé, mais il disparaîtra avec l’unification (Samson 1994 : 196).

16Les conditions de communication étaient donc bien plus com­plexes qu’on ne pourrait le croire en interprétant le discours officiel en RDA comme le discours tout court de la RDA. Seuls les textes permettront de connaître la mesure de la pénétration du discours officiel et la part de consensus feinte ou réellement obtenue.

2 Textes et genres textuels du discours officiel et textes conformes aux normes de ce discours

2.1 Textes et genres textuels du discours officiel

17Le discours officiel tirait sa légimitation de l’idéologie marxiste déclarée comme la seule vraie : « Der Marxismus-Leninismus ist allmächtig, weil er wahr ist. » La conséquence en était la régulation de la communication dans le but d’obtenir l’identification totale du peuple avec le pouvoir et son discours. Il en résultait une uniformité de tous les types de textes officiels, dont les prototypes sont les discours politiques prononcés dans les instances du parti, du gouvernement ou lors des manifestations de masse. Comme le dit Eppler :

  • 8 On trouvera en annexe de cet article la traduction des citations en allemand.

(1)

Die SED hatte nur einen Ton, und den gab die Wissenschaft des Marxismus-Leninismus an, ganz gleich, in welcher Umgebung, aus welchem Anlaß und mit welcher Absicht zu reden war. (1992 : 43)8.

  • 9 Klein (1998 : 190) : « Ideologische Monopolsprachen in Diktaturen haben eine wertpolarisierte seman (...)

18Les stratégies d’inclusion en tant que corollaire du postulat de la vérité objective du marxisme-léninisme et de l’utopie du socialisme tiraient leur force de la création de l’illusion d’un monde intact (heile Welt). Elles disposaient de tout un arsenal de procédés linguistiques, comme l’emploi d’actes de langage qui devaient entraîner à l’optimisme socialiste : confirmer, louer, acclamer, s’enthousiasmer, ou comme l’emploi du possessif unser : unser Staat, unsere Partei, unser Volk, qui, tout en dissimulant quel groupe était concerné par unser, donnait l’illusion d’une communauté entre les gouvernants et le peuple. Au niveau du lexique, le langage était stéréotypé, sclérosé, monotone et non différencié ; il martelait les principes de la dictature du prolétariat par des slogans et était empreint de pathos, d’hyper­boles et de métaphores de combat.9 Quelques exemples très fré­quents suffisent à montrer ce martèlement du credo socialiste par des stéréotypes :

(2)

Die führende Rolle der Partei ; unsere Partei, die Partei der Arbeiterschaft ; unser Volk ; der Aufbau des Sozialismus in unserem Staat ; die allseitig entwickelte sozialistische Persönlichkeit.

Es lebe die unverbrüchliche Freundschaft zu unserem Bruderland, der Sowjetunion !

Unser Arbeitsplatz – ein Kampfplatz für den Frieden ! 

19L’emploi permanent de stéréotypes conduisait à l’abaissement de la vigilance et à l’engourdissement de la conscience. D’autres procédés consistaient dans le changement de la signification d’un mot à des fins de réglementation et de manipulation du langage, et dans l’utilisation d’un langage rituel emprunté au langage religieux. Au niveau non-linguistique, la ritualisation des manifestations de masse, par ex. les défilés du 1er mai, servait également à instaurer l’identification au pouvoir. Les procédés linguistiques qui relevaient des stratégies d’exclusion, mais qui par là même renforcaient l’identification au pouvoir, comprenaient l’emploi d’actes de langage à l’adresse des ennemis comme abaisser, dénoncer, injurier ainsi qu’un vocabulaire stigmatisant l’adversaire et servant à l’exclure, avec des expressions telles que traître (Verräter), propagande hostile à l’État (staatsfeindliche Hetze), trafic d’êtres humains (Menschenhandel).

20Il est intéressant de noter qu’au moment où le gouvernement est en train de perdre son pouvoir, le discours officiel ne prend plus. Le fameux discours d’Egon Krenz du 18 octobre 1989 en est un exemple éclatant. Krenz, voulant sauver la situation, mais utilisant le même langage sclérosé, était condamné d’avance. Dans le commentaire que Eppler fait de ce discours quelques jours après, il définit le rapport entre politique, réalité et langage et en tire des conclusions sur la fin de la RDA :

(3)

Die SED hatte keine Sprache mehr, die die Wirklichkeit hätte einfangen können. Sie war in einer Sprache gefangen, die den Kontakt zur Wirklichkeit verloren hatte. Sie war sprach-los. […] Die letzten Zweifel darüber, ob Krenz sich Gehör verschaffen könne, wurden durch eine Floskel am Schluß beseitigt, mit der die SED seit Jahrzehnten ihr Machtmonopol hatte rechtfertigen wollen : ‘Unsere Macht ist die Macht der Arbeiterklasse und des ganzen Volkes unter Führung der Partei’.[…] es zeigte, daß es keine Sprache mehr gab, welche die Herrschenden reden und die Beherrschten hören konnten […] Wo Politik sprachlos wird, ist sie am Ende. Wo Sprache nicht mehr greift, wo sie die Wirklichkeit nicht mehr umgreift, benennt und damit deutet, hört Politik auf. Und dann ist eines von zwei Dingen angesagt : Gewalt oder Wechsel. (Eppler 1992 : 49-52).

2.2. Le rôle des textes des médias : « Ideologie in die Massen tragen »

  • 10 Stichwort « Funktionen des sozialistischen Journalismus ». In : Wörterbuch des Journalismus (1984 : (...)

21La pénétration des médias par le discours officiel était un facteur essentiel de la domination. Il fallait donc préparer les futurs journalistes à leur rôle d’agitateurs et de propagandistes de l’idéologie marxiste-léniniste. Se référant à Lénine qui avait défini le rôle du journalisme socialiste par cette double fonction d’agitation et de propagande, termes connotés positivement et qui font intervenir aussi bien la propagation de la théorie marxiste que l’appel aux sentiments, le Dictionnaire du journalisme10 fixe les directives servant à instruire les futurs journalistes :

(4)

Der Journalismus nimmt […] an der Erfüllung aller Funktionen teil, die der politischen Massenarbeit der marxistisch-leninistischen Partei und der anderen politischen Organisationen der Arbeiterklasse bzw. der Werktätigen zukommen. Die beiden Funktionen der politisch-ideologischen Arbeit zur Führung der Werktätigen, zur Leitung der sozialistischen Gesellschaft sind die Propaganda und die Agitation. Beide sind erforderlich, um die wissenschaftliche Ideologie in die Massen zu tragen. […] Für die Methode der Propaganda sind gründliche theoretische Erörterung und Erläuterung der zu behandelnden Fragen charakteristisch […] Die Methode der Agitation ist als Aufrütteln und Anspornen zu charakterisieren. Agitation […] hat politische Ideen und Ziele mit den Erfahrungen und Vorstellungen der Massen, die wissenschaftliche Ideologie mit dem Alltagsbewußtsein zu verbinden. Sie wendet sich in starkem Maße an die Gefühle der Menschen ; geht auf ihre Stimmungen ein, appelliert an ihre Begeisterungsfähigkeit und ihren Haß.

22Un Dictionnaire du journalisme fait normalement partie du genre textuel conventionnel « Dictionnaire spécialisé » ayant une double fonction textuelle : informative et didactique, car il doit permettre au lecteur de s’informer sur les acceptions des notions et termes utilisés dans un domaine spécifique. Or, ici, il y a détournement de la fonction de ce genre textuel qui devient un instrument au service du discours officiel exerçant une contrainte sur le futur journaliste, dont on exi­gera une identification totale avec l’idéologie du régime. Son rôle consistera uniquement à émettre des textes identificateurs servant à la formation idéologique de la population. Par ailleurs, on sait que son champ d’action est limité, car, dans la pratique, les médias rece­vaient des instances du parti les textes qu’ils devaient reprendre à la formule près, les distribuer sans en rien écarter, sans même pouvoir en modifier le style, car le danger de déviance (Abweichung) guettait toujours.

2.3 La pénétration du discours officiel dans le discours privé à travers les institutions scolaires et les fêtes de la jeunesse

23Comme dans toute dictature, le but principal du pouvoir politique en RDA était de gagner la jeunesse par la pénétration idéologique de toutes les instances d’éducation et de formation. La Loi sur la jeunesse (Jugendgesetz) de 1974 explique clairement ses buts : former des citoyens fidèles aux idées du socialisme et prêts à défendre celui-ci contre ses ennemis :

  • 11 Jugendgesetz der DDR vom 28. Januar 1974. In : Matthias Judt (1998 : 218) ; (soulign. G.S.).

(5)

« Vorrangige Aufgabe bei der Gestaltung der entwickelten sozialistischen Gesellschaft ist es, alle jungen Menschen zu Staatsbürgern zu erziehen, die den Ideen des Sozialismus treu ergeben sind, als Patrioten und Internationalisten denken und handeln, den Sozialismus stärken und gegen alle Feinde zuverlässig schützen. »11

24Le système d’éducation centralisé et fortement politisé visait la régulation de l’éducation des jeunes à partir de la crèche jusqu’à l’âge adulte à travers les institutions et les organisations de masse, les Jeunes pionniers (Junge Pioniere), et les Jeunesses communistes (Freie Deutsche Jugend). La pénétration de la vie privée et de ses modes de communication par le discours dominant se manifeste particulièrement dans la Jugendweihe socialiste, le rituel de passage remplaçant obligatoirement la confirmation religieuse. Le Jugendweihegelöbnis, serment que les jeunes de 14 ans devaient prêter lors de la Jugendweihe en répétant quatre fois « Ja, das geloben wir » rappelle les rituels des jeunesses hitlériennes :

  • 12 Jugendweihegelöbnis. In : Ruth Reiher (1995 : 60) ; (soulign. G.S.).

(6)

Liebe junge Freunde ! Seid Ihr bereit, als junge Bürger unserer Deutschen Demokratischen Republik mit uns gemeinsam, getreu der Verfassung, für die große und edle Sache des Sozialismus zu arbeiten und zu kämpfen und das revolutionäre Erbe des Volkes in Ehre zu halten, so antwortet : Ja, das geloben wir ! []12

  • 13 « Lehrer an Eltern ». In : Ruth Reiher (1995 : 73) ; (soulign. G.S.).

25Ces textes identificateurs visent l’adhésion totale à l’État : ils com­portent l’affirmation implicite de l’appartenance à l’État socialiste (als junge Bürger unserer DDR), les actes de langage : promettre solennellement (geloben), s’engager à (sich engagieren), honorer (ehren), un lexique archaïsant, mais promettant un avenir heureux (geloben, die große und edle Sache des Sozialismus) et rappelant l’héritage révolutionnaire (das revolutionäre Erbe des Volkes). Le rituel solennel et quasi religieux des questions et réponses est manifeste. La permanence, aujourd’hui encore, des fêtes de la Jugendweihe dans les nouveaux Länder semble indiquer que ces stratégies d’identification ont eu un impact important sur les jeunes. Combien les relations entre l’école et la famille étaient imprégnées du discours officiel et à quel point la famille était sollicitée pour collaborer à l’éducation socialiste des enfants ressort de la correspondance entre un professeur et les parents d’un élève.13 Les parents sont membres d’une coopérative agricole :

(7)

Liebe Frau Neuhoff, lieber Herr Neuhoff !

Sehr herzlich möchte ich Ihnen nach dreijähriger Tätigkeit als Klassenleiter dafür danken, daß Sie durch Ihre Erziehung im Eltern­haus dazu beigetragen haben, Ihren Sohn Gerd zu einem vorbildlichen Parteifunktionär und Schüler heranwachsen zu lassen. Als Freundschaftsratsvorsitzender trägt er entscheidend zur Entwick­lung des Klassen- und Schulkollektivs bei. Seine hervorragenden Fähigkeiten unterstützen den Lernprozeß in der Klasse und sein politisches Wissen half bei der Standpunktbildung der anderen Schüler. Diesen Dank darf ich auch im Namen unserer Schulleitung aussprechen. Wir wünschen Ihnen und Ihrer Familie Gesundheit und Erfolg im persönlichen Leben und in der Arbeit und hoffen auf weitere gute Zusammenarbeit !

Mit sozialistischem Gruß !

gez. Richter (Direktor) Wilfried Zarartowski (Klassenleiter)

Hagenow, den 30.6. 1978

26La pénétration du discours dominant dans le discours privé se fait par le lexique spécifique des organisations parascolaires en RDA. Celui-ci est présenté comme faisant partie d’un savoir partagé : Klassen- und Schulkollektiv, Parteifunktionär, Freundschaftsratsvorsitzeder. Les adjectifs véhiculent des jugements de valeur positifs et font partie des stéréotypes du discours officiel : vorbildlich, hervorragend, entscheidend beitragen. Mais la demande d’identification se fait surtout à travers une succession symptomatique d’actes de langage directs ou indirects : remercier (danken), louer (loben), souhaiter (wünschen) se terminant par une injonction implicite réalisée par le verbe hoffen : « Wir hoffen auf weitere gute Zusammenarbeit ! » Il s’agit donc ici de la modification d’un genre textuel conventionnel (lettre d’un professeur aux parents) due à une situation de communication modifiée et fortement imprégnée par le discours officiel. L’intention manifeste est de réguler les relations entre parents et professeurs selon la norme socialiste, comme le montre d’ailleurs la formule en fin de lettre : Mit sozialistischem Gruß. Cette lettre est la confirmation d’une identification antérieure réussie, valorisante et une exhortation à continuer dans cette voie.

2.4 L’identification au discours officiel à travers des textes semi-officiels

2.4.1 Le courrier des lecteurs (Leserbriefe)

27Le courrier des lecteurs est un genre textuel conventionnel qui, traditionnellement, permet au lecteur de participer à la discussion publique. En tant que modèle textuel traditionnel, il est caractérisé par des prises de position critiques, des mises au point ou des com­mentaires d’événements ou d’autres textes. Les actes de langage exprimés et le lexique employé sont diversifiés selon le sujet traité. En RDA, ce modèle textuel sera perverti au service du discours officiel et servira d’instrument d’identification. (Samson 1995 : 269-294.) 

28Le nouveau modèle textuel sera intériorisé et fera partie du savoir linguistique de chaque citoyen. Etant donné que des citoyens ou des brigades de travail maîtrisant ce modèle textuel étaient sollicités pour écrire au journal, que ce soit pour commenter un événement politique ou pour rapporter des expériences de l’entreprise, et qu’une lettre comportant éventuellement une critique à l’égard du régime était éliminée d’office par la censure, on ne trouve dans la rubrique Leserbriefe que des textes faisant allégeance au régime. En outre, certaines lettres étaient écrites par les collaborateurs permanents du journal même. Je ne citerai ici que deux exemples :

  • 14 Leipziger Volkszeitung du 29 juin 1988 ; (soulignements G.S.).
  • 15 DSF : Deutsch-Sowjetische Freundschaft.
  • 16 Leipziger Volkszeitung du 5 mai 1988 ; (soulignements G.S.)

(8)

« Ich erachte es als eine Ehre, daß die Hauptstadt unserer Republik Gastgeber eines solchen bedeutenden Weltforums sein durfte. Aber besonders stolz bin ich darauf, daß unsere Partei und Regierung dazu auch die Initiative ausgelöst hat. Das zeigt, wie unermüdlich unser Land für Sicherheit, Frieden und Abrüstung eintritt. Nun gilt es, diese für die Menschheit so lebenswichtige Politik mit aller Kraft zu unterstützen. » Jürgen Schumann, Meister im FBB, VEB S.M.Kirow14

(9)

« Mit Empörung haben wir zur Kenntnis genommen, daß westliche Stellen den Fernsprechverkehr mißbraucht haben […] Als Kollektiv der sozialistischen Arbeit und der DSF15 verurteilen wir das aufs schärfste. Wir lassen nicht zu, daß die Vorbereitung und Durchführung unserer Kommunalwahlen ins schlechte Licht gerückt werden. Wie viele andere Bürger unseres Arbeiter- und Bauernstaates geben wir als Kollektiv gemeinsam bis 9 Uhr unsere Stimme den Kandidaten der nationalen Front. »

Kollektiv Sonderbau VEB Gebäudewirtschaft Leipzig16

29Ces deux textes identificateurs montrent clairement les stratégies d’inclusion et d’exclusion qui sont caractéristiques des Leserbriefe en RDA. Leur structure se réduit à deux modèles rituels auxquels correspond une certaine succession d’actes de langage. Le 1er modèle, adoptant la stratégie d’inclusion, comporte la suite s’exalter/ exprimer sa fierté (d’être citoyen de l’État socialiste) – louer (cet État) – s’engager (pour lui), alors que le 2e modèle, pratiquant la double stratégie d’inclusion et d’exclusion présente la suite s’indi­gner (à propos du monde occidental) – condamner (ce monde) – s’engager (pour l’État socialiste).

30La ritualisation de ces textes, l’emploi systématique du possessif identificateur unser et des stéréotypes du discours officiel rend ces genres textuels particulièrement manipulateurs.

2.4.2 Les pétitions (Eingaben)

31Les Eingaben étaient des pétitions ou plaintes adressées aux médias, par ex. à l’émission de télévision Prisma, aux instances officielles ou même directement à Erich Honecker, dans l’espoir que tel ou tel problème matériel pourrait être réglé. C’était un instrument qui servait à la résolution des conflits entre l’État et le citoyen. étant donné que l’état socialiste administrait presque tous les domaines de la vie publique, il devait également se sentir responsable des pro­blèmes quotidiens des citoyens. Ces Eingaben étaient institutionnalisées et avaient donc une fonction de régulation, de soupape. Elles permettaient au pouvoir de disposer d’un baromètre de l’opinion publique tout en faisant baisser la pression. Le citoyen qui avait le droit de s’adresser directement au pouvoir ou aux médias avait effectivement l’illusion de participer à une démocratie (die heile Welt).

32Mais pour que le système des Eingaben puisse fonctionner, il fallait qu’il y ait un consensus sur les fondements et la finalité de la société socialiste. Les expéditeurs partaient de la conviction, réelle ou supposée, que la société elle-même n’était pas à remettre en question et que les conflits résultaient uniquement d’abus ou manquements passagers (Mißstände) qui pouvaient être réglés par l’intervention de l’État.

33Ces genres textuels ont des caractéristiques spécifiques : forme, contenus, actes de langage, modes d’expresssion, qui en font des Textsorten propres à la RDA. Les scripteurs y pratiquaient certaines stratégies rhétoriques pour atteindre leur but, ce qui fait que le langage est souvent ambigu, hésitant entre soumission et distance critique. La stratégie habituelle consistait à affirmer leur adhésion à l’État pour ensuite attirer l’attention du destinataire sur un problème concret. Le schéma est donné le plus souvent par la suite d’actes de langage : affirmer son adhésion (à l’État)/louer (cet État) – critiquer (un problème mineur) – demander la résolution du problème. Deux extraits peuvent illustrer ce schéma :

(10)

« Daß unsere Republik ein sehr kinderfreundlicher Staat ist, ist bekannt und freut sicherlich nicht nur mich. Eines jedoch verärgerte mich das erstemal im November 1987 […] Ich bin im 5. Monat schwanger und versuche krampfhaft, Umstandskleidung zu erwerben […] Ich würde mich sehr freuen, wenn Sie sich meinem Problem annehmen würden. » (Eingabe envoyée à Prisma le 10 janvier 1988 ; cité d’après Marx : 2000).

34La Eingabe suivante, adressée directement à Erich Honecker, est un texte dont le modèle textuel est légèrement différent, mais qui s’inscrit parfaitement dans les normes du discours officiel. Bien qu’elle ne commence pas sa lettre par une affirmation explicite de son adhésion à l’État, l’énonciatrice multiple, la commission des femmes, se situe très clairement à l’intérieur de la société socialiste et de son discours ; elle se présente comme le porte-parole légitime des citoyens de la ville : avant de s’adresser à Honecker, la commission énonciatrice a suivi les grades de la hiérarchie ; Erich Honecker est nommé avec tous ses titres, de même que le fonctionnaire au niveau du Kreis, et la formule finale Mit sozialistischem Gruß convient aux échanges officiels :

(11)

« Werter Genosse Generalsekretär des ZK der SED und Vorsitzender des Staatsrates der DDR !

Wir wenden uns heute mit einem speziellen Anliegen an Sie, weil die zuständigen örtlichen Organe das nicht lösen. In mehreren Aus­sprachen der Frauenkommission unseres Betriebes mit dem Stellvertreter des Vorsitzenden des Rates des Kreises Bischofswerda für Handel und Versorgung haben wir uns über die unzureichende Fleischversorgung in Neukirch beschwert, die zu einem ständigen Ärgernis geworden ist. […] Die Situation wirkt sich negativ auf die Arbeitseinstellung und die politisch-ideologische Einstellung der Bürger zu unserem Staate aus. Als Frauenkommission wenden wir uns mit der Bitte an Sie, Maßnahmen festzulegen, die diese Mißstände endlich beseitigen.

Mit sozialistischem Gruß

(Eingabe an Erich Honecker vom 14.8.1985 ; cité d’après Marx : 2000).

35La seule remarque qui contient une critique plus forte ou même une menace voilée est celle où les auteurs de la lettre rappellent à l’état d’assistance (Fürsorgestaat) que le fait de ne pas s’occuper des problèmes concrets des citoyens peut avoir des conséquences néfastes sur leurs convictions politiques et idéologiques. Cette remarque combine l’apparence d’une soumission servile au style officiel (la langue d’esclave - Sklavensprache) avec une ironie évidente, mais d’autant plus inattaquable qu’elle emprunte les codes du discours officiel.

2.5 La langue de la Stasi

36Le Ministère pour la Sécurité de l’État, Ministerium für Staatssicherheit (MfS) ou Staatssicherheitsdienst (Stasi) était l’instrument de pouvoir, de contrôle et de répression le plus important du SED. En 1989, plus de 90 000 fonctionnaires (hauptamtliche Mitarbeiter) et 174 000 collaborateurs inofficiels (inoffizielle Mitarbeiter, soit : IM) étaient chargés de surveiller et d’espionner ceux qui étaient consi­dérés comme des ennemis potentiels du régime (Judt 1998 : 439). Le réseau de surveillance était si dense qu’en 1989 un citoyen sur cent était IM. Il est difficile de savoir aujourd’hui ce qui a motivé les citoyens à travailler pour la Stasi : l’identification avec l’état et la conviction de devoir soutenir les idéaux socialistes en démasquant l’« ennemi » du peuple, qu’il soit étranger, ami ou membre de la famille, le désir de faire carrière, ou la simple peur provoquée par le chantage. Six millions de dossiers rassemblés par la Stasi sont le résultat de ces activités, ce qui correspond à une longueur de 180 km d’archives (Gauck 1991 : 11).

37La langue de la Stasi, avatar le plus extrême du discours officiel, n’a été découverte qu’après l’occupation des centrales de la Stasi en décembre 1989 et l’ouverture de leurs archives. On y a trouvé des textes appartenant à des genres textuels tout à fait spécifiques de ce système totalitaire : le fameux dictionnaire de la Stasi (Wörterbuch der Stasi) qui définit l’emploi des termes, des directives (Direktiven), des ordres pour engager la surveillance d’une personne (Maßnahmen zu einem Operativen Vorgang : OV), des dossiers sur ces personnes (Stasi­akte) et finalement des procès-verbaux d’interrogatoires (Stasiprotokolle). Nous en donnons deux exemples : le document de la Stasi « Directives du MfS » de 1976 concernant l’établissement de « missions opérationnelles », et un extrait de la Stasiakte d’Erich Loest, écrivain incarcéré entre 1957 et 1964 et surveillé constamment par la suite jusqu’à son départ en RFA en 1981 :

(12)

Richtlinien zur Entwicklung und Bearbeitung Operativer Vorgänge

Artikel 2.1 : Die politisch-operativen Zielstellungen der Bearbeitung Operativer Vorgänge bestehen darin :

durch eine offensive, konzentrierte und tatbestandsbezogene Be­arbeitung die erforderlichen Beweise für den Nachweis des dringenden Verdachts eines oder mehrerer Staatsverbrechen […] zu erbringen :

beginnend mit und im Verlauf der gesamten Bearbeitung rechtzeitig die erkannten oder zu erwartenden gesellschaftsschädigenden Auswirkungen der staatsfeindlichen Tätigkeit […] weitestgehend einzuschränken oder zu verhindern ; […]

Artikel 2.3.3. : Die Einführung von IM in die Bearbeitung Operativer Vorgänge ist darauf zu richten, qualifizierte, überprüfte, für die im jeweiligen Operativen Vorgang zu lösenden politisch-operativen Aufgaben geeignete IM an die verdächtigen Personen mit der Zielstellung heranzuführen, deren Vertrauen zu gewinnen, um Informa­tionen und Beweise über geplante, vorbereitete oder durchgeführte feindlich-negative Handlungen […] zu erarbeiten und Voraussetzun­gen für die vorbeugende Verhinderung bzw. Einschränkung der feindlich-negativen Handlungen zu schaffen. […]

Artikel 2.6.2. : Formen, Mittel und Methoden der Zersetzung :

systematische Diskreditierung des öffentlichen Rufes, des An­sehens und des Prestiges auf der Grundlage wahrer, überprüfbarer und diskreditierender sowie unwahrer, glaubhafter, nicht widerlegbarer und damit ebenfalls diskreditierender Angaben ; […]

systematische Organisierung beruflicher und gesellschaftlicher Mißerfolge zur Untergrabung des Selbstvertrauens einzelner Personen

Erzeugung von Mißtrauen und gegenseitigen Verdächtigungen innerhalb von Gruppen […].

(Cité d’après Judt (1998 : 439) ; (soulignements G.S.).

38Le texte présente le jargon administratif habituel du SED : style nominal, cascades de groupes nominaux au génitif. Mais la déshumanisation du langage y est poussée à l’extrême : la personne poursuivie n’est citée que sous la forme de verdächtige Person et en tant qu’auteur de feindlich-negative Handlungen, de staatsfeindliche Tätigkeit, dont le but est de nuire à la société (gesellschaftsschädigende Auswirkungen) ; elle est susceptible d’avoir commis un crime contre l’État (Staatsverbrechen), c’est pourquoi elle est l’objet d’un offensiver Operativer Vorgang dont les procédés sont bearbeiten, aufklären, zersetzen, diskreditieren, liquidieren. (Cf. Bergmann 1999). La plupart de ces verbes ne peuvent normalement s’appliquer à des humains. L’emploi de structures infinitives équivalentes à des structures au passif avec müssen « Beweise sind zu erbringen, negative Auswirkungen sind zu verhindern » contribuent à donner à ce langage un caractère inhumain. La persécution des personnes suspectes est organisée systématiquement par la délation et le faux témoignage.

39L’extrait suivant de la Stasiakte d’Erich Loest révèle comment les directives de la Stasi étaient réalisées dans la pratique. Il s’agissait de surveiller à la fois Loest et un de ses amis, l’écrivain Werner Heiduczek, qui était déjà objet de poursuites, tout en essayant de détruire leurs relations (zersetzen) en répandant la rumeur que W. Heiduczek travaillerait pour le parti et la Stasi. L’emploi du démonstratif der pour une personne est révélateur de ce langage méprisant.

(13)

Entsprechend der Aufgabenstellung aus dem Operativ-Plan der Hauptabteilung XX vom 10. August 78 wird durch unsere Diensteinheit der Loest, Erich, bearbeitet, da er entsprechend seiner feindlichen Grundeinstellung durch literarische Veröffentlichungen in der DDR und der BRD wesentliche gesellschaftliche Bereiche unserer sozialistischen Entwicklung angreift. Es sind folgende Maßnahmen zu realisieren : Ständige Analysierung des erarbeiteten Materials im Rahmen der Bearbeitung des Heiduczek zur Erarbeitung von Ansatzpunkten der Zersetzung des Kontaktes zu Loest. Die bereits vorliegenden Informationen aus dem Einsatz des IM der Abteilung 26 B bei Heiduczek sind dahingehend zu überprüfen, inwieweit […] gezielte Indiskretionen verbreitet werden können, die darauf schließen lassen, daß Heiduczek die Partei und die staatlichen Organe in der Auseinandersetzung mit Loest durch entsprechende Hinweise unterstützt.

Verantwortlich : Hauptmann Baumheier. 5. September 1976

(Loest 1991 : 12-13)

2.6 Textes de la soumission servile et de la dénonciation

40L’identification au discours officiel accompagnée d’une soumission servile est dictée souvent par des intérêts personnels. Dans une dictature, elle est spécifique de textes ou genres textuels faisant allégeance au régime, comme les lettres adressées à Honecker, mais également de certains textes littéraires. Elle est marquée par des actes de langage spécifiques, ceux qui manifestent la fidélité au parti : affirmer (beteuern/bekräftigen), louer (loben), ou qui stigma­tisent l’ennemi : insulter (beschimpfen), abaisser (herabwürdigen), ainsi que par l’emploi servile du vocabulaire d’inclusion ou d’exclusion. La lettre que l’écrivain Dieter Noll a adressée en mai 1979 à Erich Honecker en est un exemple éclairant. Nous en citons quelques extraits significatifs :

(14)

Sehr verehrter Genosse Honecker !

Angesichts der Hetzkampagne, die von den Feinden unserer sozia­listischen Gesellschaft gegenwärtig mit ungewöhnlicher Intensität geführt wird und auch in unser Land hineingestrahlt wird, ist es mir ein Bedürfnis, Ihnen ein paar impulsive Zeilen zu schreiben. Denn der Gegner gibt ja mit unverschämter Anmaßung vor, im Namen vieler oder gar aller Schriftsteller des Landes zu sprechen. Davon, lieber Genosse Honecker, kann überhaupt keine Rede sein !

Die gesetzlichen Verordnungen, die sich gegen die subversive Tätig­keit der feindlichen Massenmedien richten, und die notwendige Konsequenz, die diesen Maßnahmen Respekt verschafft, wurden von mir und meinen Freunden mit Genugtuung zur Kenntnis genommen. Und ich möchte Ihnen versichen, daß die übergroße Mehrheit dies ebenso sieht wie ich.

Einige wenige kaputte Typen wie Heym, Seyppel oder Schneider, die da so emsig mit dem Klassenfeind kooperieren, um sich eine billige Geltung zu verschaffen, weil sie offenbar unfähig sind, auf konstruktive Weise Resonanz und Echo bei unseren arbeitenden Menschen zu finden, repräsentieren gewiß nicht die Schriftsteller unserer Republik. […]

Wir, meine Kollegen und ich, werden bemüht sein, eine dieser Kulturpolitik adäquate neue Qualität tieferer künstlerischer Eigenverantwortung künftig immer besser zu zeigen und entschlossener zu verwirklichen, zum Wohl der kulturellen Weiterentwicklung dieses unseres Staates, dessen wachsende sozialistische Wirklichkeit unserem Willen und Wollen entspricht. (Loest 1991 : 13-14 )

41Le commentaire de Loest, qui reconnaît à cette lettre une « beauté écœurante » (widerwärtige Schönheit), en dit long sur ce type de texte et sur son auteur qui rampe devant le pouvoir pour dénoncer des opposants.

3. Critique du discours officiel : les formes possibles de résistance

42La critique du discours officiel passe d’abord par une critique du langage que les instances officielles et les médias imposent au public. En cela, la critique du langage (Sprachkritik) est essentiellement une critique politique du langage (politische Sprachkritik) telle qu’Erhard Eppler l’a définie :

(15)

Für mich ist nicht jede Kritik der politischen Sprache auch politische Sprachkritik. Solche Kritik kann sehr wohl ästhetische oder moralische Kritik der politischen Sprache sein, und sie ist es auch meist. Was mir vorschwebt, […] ist eine politische Kritik der politischen Sprache, also eine Kritik, die Sprache untersucht auf ihre politische Funktion hin, auf ihre politische Wirkung, ihre politische Absicht. (Eppler 1994 : 13)

43Si la critique du langage doit être une analyse de la fonction, de l’intention et de l’effet politiques du langage politique, ceci est d’autant plus vrai pour la critique du langage dans une dictature. On peut cependant s’interroger sur les possibilités d’une parole critique ou subversive dans un régime où le discours officiel emploie des moyens de répression efficaces, comme la censure et la persécution, qui empêchent toute critique ouverte. Néanmoins, la dictature « du monde intact » ayant eu, à côté des visées totalitaires, l’obsession d’une image démocratique, elle permettait, sinon encourageait, la critique sous des formes détournées. La condition était qu’elle ne mette pas en question l’ordre socialiste.

44Pour donner un aperçu des différentes formes d’écriture sous la censure, donc des formes de prise de distance plus ou moins grande, nous avons choisi des textes ou extraits de textes représentatifs soit d’une critique ouverte entraînant la répression ou le silence imposé, soit d’une critique détournée utilisant la satire, l’ironie ou les déplacements. Ces caractéristiques stylistiques ou pragmatiques font que ces textes constituent souvent une modification spécifique du genre textuel habituel correspondant.

3. 1 La critique du discours officiel par des intellectuels

45Même si la critique du langage apparaît sous le couvert d’une critique esthétique, comme dans l’article de Stefan Heym Je voller der Mund, desto leerer die Sprüche, elle vise une critique du système politique et de son idéologie. Heym a d’ailleurs été obligé de publier son article en République fédérale. Mais le public auquel il destinait l’article était en fait la population de la RDA qui subissait quotidiennement cette langue de bois. Heym fustige dans son article, en prenant l’émission Der Schwarze Kanal d’Eduard von Schnitzler comme cible, les stéréotypes et clichés, remplis de pathos, et les formules rituelles hyperboliques du discours officiel :

(16)

Die Sprache ist Hoch-DDRsch, gepflegt bürokratisch, voll hoch­tönender Substantiva, die mit den entsprechenden Adjektiven verbrämt werden ; die Sätze verlangen langen Atem von den Sprechern und Konzentration bei den Hörern. Erleichtert wird das Verständnis allerdings durch die im Text reichlich verstreuten Klischees : Codewörter eigentlich, die in den Köpfen eines durch Zeitungslektüre, Versammlungsbesuche, Schulungskurse wohltrainierten Publikums sofort gewisse Gedankenverbindungen auslöste […] : Veränderung ist immer tiefgreifend ; Verwirklichung … zielstrebig ; Gedankenaus­tausch … umfassend, Atmosphäre … schöpferisch ; Anliegen … vor­rangig… ; Beratung … eingehend ; Beschluß … weitreichend ; Funda­ment … unerschütterlich ; Vertrauensverhältnis  unzerstörbar ; Anerkennung  weltweit ; Wachstum … dynamisch ; Zustimmung … millionenfach […] Es handelt sich also um Beschwörungsformeln, je voller der Mund, desto tiefer die Wirkung (Heym 1990 : 153-162).

46Ce texte, qui semble être une simple critique du langage de la télévision, contient en fait une finalité pragmatique et politique. Par l’énumération de ces collocations stéréotypées entendues, Stefan Heym prend les spectateurs du Schwarzer Kanal à témoin et les incite à se méfier avec lui de ce langage. Par le terme de Beschwörungsformeln, il fait comprendre que l’utilisation par le discours officiel des stéréotypes et formules rituelles suit une intention politique : l’abaissement de la vigilance du citoyen. Dans ce sens, on peut considérer que ce texte est une critique politique, subversive, du discours officiel.

3.2 La critique du langage par le moyen de la satire

  • 17 Cf. la recommandation de Kurt Hager au VIe Plenum du Comité central du SED en 1972 : « Par le rire, (...)

47Les textes satiriques, par ex. ceux parus dans le Eulenspiegelverlag et dans la revue satirique Eulenspiegel ou les sketches présentés dans les cabarets, avaient une fonction ambiguë. L’état, qui voyait dans la satire un moyen de régulation efficace, sollicitait, encourageait et surveillait à la fois la production et la propagation de ce genre de textes. Il subventionnait les cabarets qui, comme autrefois le fou du roi, eut toute liberté de se moquer de problèmes ponctuels ou abus (Mißstände), s’ils ne transgressent pas les limites imposées par le pouvoir. En cas de transgression, l’auteur de textes satiriques était désigné clairement comme « adversaire » et exposé à des persécutions.17 Nous ne citons ici que deux exemples, représentatifs de la critique du langage par la satire : un dictionnaire satirique et un sketch de cabaret.

3.2.1 Le dictionnaire satirique

48La fonction habituelle du dictionnaire est la fonction informative : le dictionnaire, qui s’adresse à un large public, doit permettre à l’utilisateur de s’instruire sur la signification et l’emploi des mots. Le dictionnaire Wörtliche Betäubung. Neudeutscher Mindestwortschatz, d’Ernst Röhl, paru en 1987, semble remplir cette fonction, car dans l’introduction, on conseille à l’utilisateur de s’initier au « nouveau lexique allemand minimal ». à défaut d’être au courant des dernières créations langagières, le petit chef ou fonctionnaire (Leiter eines Kollek­tivs) ne pourrait pas s’imposer à sa brigade :

  • 18 La citation respecte l’orthographe de l’original.

(17)

Dies ist ein Wörterbuch, das Ihnen gerade noch gefehlt hat. Sie brauchen es dringend, wenn Sie der Poesie unserer stürmisch sich entwickelnden Muttersprache auf den Versen18 bleiben wollen.

Zielstellungen werden bürgernah abgearbeitet, Akzentsetzungen gezielt hinterfragt, Probleme schwerpunktmäßig angedacht, Konzeptionen niveauvoll abgenickt. […]

Nun muß keiner reden, wie ihm der Schnabel gewachsen ist. Dieser einsprachige Sprachmittler für DDR-Bürger befähigt den Anwender, schneller zu sprechen oder zu schreiben, als er zu denken je imstande wäre, eine Fähigkeit übrigens, die in unserer schnellebigen Zeit einen hohen Stellenwert besitzt.[…] Der Leiter eines Kollektivs, sofern er des Neudeutschen immer noch nicht mächtig ist, sieht sich in seinem Durchsetzungsvermögen und seiner Flächenwirkung allseitig beein­trächtigt. Neudeutsch setzt keinerlei höhere, schwindelerregende Qualifikation voraus. Neudeutsch basiert auf dem Fundament des praktikabel handhabbaren Grundsatzprinzips :

« Gebrauche nie ein Wort, das dir restlos klar ist. Wie wir heute sprechen und schriftlich fixieren, werden wir morgen hören und lesen. Müssen. » (E.Röhl 1987/1989 ; soulignements G.S.).

49L’énumération de collocations stéréotypées, le conseil ironique d’employer à tout prix un langage obscur ainsi que le titre Wörtliche Betäubung (anesthésie lexicale, formé sur örtliche Betäubung : anesthésie locale) visent à tourner en dérision le langage officiel. Cependant, au-delà de la dérision, la citation ironique d’un slogan socialiste constitue en fait une mise en garde, présentée certes de façon ambiguë, mais à prendre au sérieux : Wie wir heute sprechen und schriftlich fixieren, werden wir morgen hören und lesen. Müssen. (So wie wir heute arbeiten, werden wir morgen leben.) Ainsi, par la satire, la fonction appellative devient la fonction principale de ce dictionnaire.

50La critique du langage stéréotypé de la bureaucratie ressemble à celle de Stefan Heym, écrite dix ans plus tôt (1977). La date plus tardive de parution (1987) et le recours à la satire, qui rend le texte moins virulent, sont probablement les raisons pour lesquelles ce livre a pu échapper à la censure.

3.2.2 Le cabaret satirique

  • 19 Cf. Peter Ensikat (1993 : 336). Voir aussi Anne-Marie Corbin-Schuffels (1998 : 228).

51Le public du cabaret était constitué, d’une part, de gens qui étaient de connivence avec les cabarettistes et qui avaient envie de se moquer du « socialisme réel » et, d’autre part, d’un groupe, toujours présent, de membres du parti et d’agents de la Stasi. De là, la double fonction du cabaret19 : en octroyant au cabaret le droit de faire rire à ses dépens, le parti, tout en ayant l’air d’être libéral, s’en servait comme d’une soupape de sûreté. L’analyse de la satire dans les cabarets est-allemands par J. Poumet (1990 : 69sqq. ; 132) montre que celle-ci se réfère toujours à une norme qui ne doit pas être transgressée. Les cabarettistes devaient se contenter de monter en épingle les déformations et abus, la pesanteur de la bureaucratie, les problèmes de consommation et autres problèmes de la vie quotidienne, sans remettre en question les fondements de l’idéologie, le rôle dirigeant du SED ou les hommes au pouvoir.

52Le sketch de cabaret Babylon, représenté en 1985 à Leipzig au cabaret Academixer s’attaque également au langage des médias. Le procédé est simple et ressemble à celui employé par le Neudeutscher Mindestwortschatz, mais la forme dialogique du sketch est particulièrement appropriée. Deux personnes, la première au courant du nouveau langage, instruit l’autre, naïve, des conventions langagières en prenant une phrase banale au départ, qui sera transformée et enflée successivement (Blähungseffekt 1 : 4) :

(18)

Moderator : Liebe Freunde, ich begrüße Sie zu unserem Lehrgang « Neudeutsch für DDR-Bürger »

Co-Moderator : Wir beginnen nun mit dem ersten Unterrichtsabschnitt, in dem wir uns mit dem Vollständigkeitsprinzip beschäftigen. Nehmen wir einen beliebigen Satz : […]

Moderator : Kinder und Jugendliche sammeln Kartoffeln.

Co-Moderator : Wir sagen das gleich richtig – vorerst noch einige Vokabeln.

Moderator : Das Kind ?

Co-Moderator : Die sozialistische Schülerpersönlichkeit !

Moderator : Jugendlicher ?

Co-Moderator : Verteter der heranreifenden Generation !

Moderator : Sammeln Kartoffeln ?

Co-Moderator : Halt, das dürfen Sie selbst finden. Unser Satz muß also lauten :

Moderator : Sozialistische Schülerpersönlichkeit und Vertreter der heranreifenden Generation unseres Landes beteiligten sich erfolgreich an der verlustlosen Einbringung der Hackfruchternte. 

Co-Moderator : Der Blähungseffekt beträgt nun fast 1 : 4. Der Satz ist somit nicht nur druckreif, er ist auch für den Gebrauch in den Massenmedien zugelassen ! (Hart 1996).

53Ce sketch fait rire et réfléchir à la fois. Par le rire, il instaure une complicité entre les acteurs et le public. Pouvoir se moquer de certains problèmes liés au système en ayant l’illusion de pouvoir sortir du cadre imposé a certainement un effet libérateur. Mais il incite également le spectateur à prendre ses distances vis-à-vis de ce langage ampoulé, omniprésent dans les médias. Ce texte est en fait le persiflage d’un discours officiel qui prétend créer un nouveau langage correspondant à l’idéologie socialiste où le rapport conventionnel entre signifié et signifiant serait modifié. En substituant, dans des lexèmes de la langue quotidienne, à un signifiant connu comme Kind (ou Jugendlicher, Kartoffeln, Ernte) un nouveau signifiant comme sozialistische Schülerpersönlichkeit, le discours officiel essayait de s’imposer par une régulation du langage. Le grand mérite des textes satiriques est probablement que cette régulation a échoué en grande partie. Il n’en reste pas moins que le parti seul décidait quels textes avaient l’assentiment de la censure, et que les cabarettistes devaient donner des gages de fidélité au régime. Si les tabous étaient trans­gressés, le programme était immédiatement interdit (Ensikat 1993 : 336). Ces textes de la parole octroyée font donc partie d’un genre textuel spécifique à la RDA, qui se situe à la frontière entre identi­fication forcée avec le discours officiel et prise de distance par rapport à lui.

3.3 La fonction critique du Witz

54Le Witz ou mot d’esprit, du fait de sa transmission orale, est un genre textuel qui, contrairement aux textes écrits, ne peut être directement soumis à la censure et ne subit donc pas les mêmes contraintes. D’après S. Freud (1905), à qui le Witz doit ses lettres de noblesse, le Witz provoque le rire grâce à sa forme. Mais en fait, c’est un plaisir dû au jeu avec la censure de la conscience. En particulier le Witz tendan­cieux, celui qui se met au service d’une intention, nous permet de dire et de laisser entendre indirectement, de façon détournée, des agressions auxquelles la conscience nous interdit de nous livrer directement. C’est pourquoi les Witze politiques fleurissent dans les États totalitaires, car ils peuvent aller plus loin dans la transgression des normes.

55À la source du Witz il y a l’allusion et le jeu avec l’implicite et le sous-entendu, ce qui permet de transgresser plus facilement les normes idéologiques et politiques. La dérision du système même ou des hommes au pouvoir y est franche. Cependant, la transgression des normes par le Witz peut être un jeu dangereux. On racontait donc les blagues en RDA, comme dans tout État totalitaire, en s’étant assuré auparavant que l’on était entre amis, dans un climat de confiance (mit vorgehaltener Hand). L’implicite joue donc déjà un rôle important au niveau de la situation de communication, car il est indispensable pour le locuteur de faire des inférences sur la loyauté du partenaire. La devise : Sprich, damit ich dich sehe ! (Thierse : 1992) exprime clairement que la relation de connivence entre locuteur et destinataire est indispensable. En instaurant un sentiment de communauté (gemeinschaftsstiftendes Gefühl), un rapport d’identification entre le locuteur et le(s) destinataire(s), le Witz politique vise d’autres groupes qui sont exclus et disqualifiés. Ainsi, la cible des Witze sont souvent les membres du gouvernement, le parti, la police, la Stasi. Les Stasiwitze, en particulier, sont très agressifs, car plus l’adversaire est redoutable, plus le Witz est virulent : on riait ainsi d’une situation qui n’avait rien de risible. Le Witz véhicule le désir plus ou moins avoué de détruire l’adversaire, mais comme cela semble impossible, il donne au moins l’occasion de rire et procure le plaisir d’avoir transgressé un interdit.

56Certains Witze visent la bureaucratie, l’économie défaillante, avec ses problèmes d’approvisionnement, la corruption ou d’autres abus du socialisme réel, mais ce sont les Sprachwitze qui sont les plus intéressants. Comme dans le cabaret, le langage stéréotypé des fonctionnaires est pris à partie par le Witz, mais plus généralement, c’est directement le pouvoir et le contrôle qu’il exerce sur le langage qui sont stigmatisés. Par là, le Witz possède un pouvoir de délégitimation, comme le dit Wolfgang Thierse :

(19)

In der DDR blühte […] der Volkswitz. Er war als parodierende Begleiterscheinung staatlicher Sprachregelung auch das ständige Indiz ihrer Außerkraftsetzung (Thierse 1992).

57Parmi certains Sprachwitze, c’est le Witz lui-même, sa fonction subversive et ses conditions d’existence en RDA qui sont objet du Witz. Par l’importance de la peine infligée, on mesure l’intérêt que lui attribue le pouvoir. Ces Witze, très répandus et variés, rendent manifeste le rapport entre langage et pouvoir politique, comme le montrent les exemples suivants :

(20)

« Was ist kurz und zum Sitzen? » — « Ein politischer Witz in der DDR ! »

(21)

Unterhalten sich zwei : « Hast du schon gehört? In Dresden findet dieses Jahr zum erstenmal das Festival des politischen Witzes statt » — « Ehrlich? » — « Ja. Und weißt du, was der erste Preis ist » — « Neh ! » — « Zehn Jahre! »

58Les deux Witze sont proposés dans une mise en scène de question-réponse qui renforce l’effet de comique obtenu par le jeu sur l’ambiguïté des mots. Les jeux de mots qui reposent en (1) sur la polysémie de sitzen (être assis et faire de la prison) et en (2) sur l’ambiguïté de Preis à qui la relecture après l’énonciation du « prix » donne le sens de peine de prison met directement en question la répression exercée par la discours dominant contre toute parole libre. Les deux Witze traitent la même thématique, mais en (2) s’y ajoute la parodie d’une institution, le Festival des politischen Liedes, modifié en Festival des politischen Witzes. Sous la forme du Witz, de la plaisanterie, on stigmatise la répression exercée par le discours officiel contre toute parole subversive, même la plus anodine, représentée ici justement par sa forme minimale, le Witz.

59Le Witz se réalise dans un acte d’énonciation bref et vise, par la pointe finale, à faire rire le partenaire tout en lui faisant entendre un message. Ce message, le partenaire le connaît déjà, mais il doit le découvrir à nouveau par le jeu du Witz. Le Witz repose donc sur le comique, mais un comique dont l’essence est la contradiction entre ce qui était attendu et ce qui est exprimé effectivement dans la pointe. Le partenaire est appelé à fournir un travail interprétatif, car il doit être capable de découvrir très rapidement des liens cachés. Le but en est la confirmation d’un savoir et d’une position prise. Certains Witze jouent avec des sous-entendus (Kerbrat-Orecchioni 1986 : 284) qui ne sont pas imputables directement au locuteur :

(22)

Honecker bekommt von seinen STASI-Spitzeln zugetragen, daß unter der Bevölkerung doch sehr viele Witze um seine Person kursieren. In seiner Eitelkeit gekränkt, läßt er nach dem Urheber dieser Witze fahnden und der wird schließlich auch gefaßt und in Handschellen zu Honni vorgeführt. Honni ist ziemlich verärgert und fragt den Schelm : « Wie können Sie es wagen, andauernd solche Witze über mich als Staatsratsvorsitzenden zu verbreiten ? Das ganze Volk steht hinter mir ! » Der Schelm antwortet : « Der ist aber nicht von mir, Genosse Honecker. »

60Dans sa réponse, le locuteur, le coquin (Schelm), suggère que l’affirmation de Honecker, à savoir que tous le soutiennent, est fausse. Il qualifie implicitement de Witz, sous la forme du pronom démons­tratif anaphorique der, l’expression phraséologique hinter jm. stehen (= soutenir qqn), émise par Honecker. Mais en attribuant ces propos à Honecker lui-même : Der (Witz) ist aber nicht von mir, il se ménage la possibilité de nier avoir dit cela. En renvoyant l’affirmation à l’autre : c’est toi qui l’as dit, le locuteur oriente le récepteur par le sous-entendu vers une certaine interprétation, sans avoir à endosser la responsabilité de cette interprétation. Il peut toujours se cacher derrière le contenu explicite de ses propos. Ce dernier Witz montre également de façon indirecte que cette forme de communication remplit une fonction spécifique dans un système totalitaire : il sert au pouvoir de baromètre de l’opinion publique. En rendant cet aspect manifeste, il démasque la réalité politique d’un pays où le peuple ne peut ni exprimer des opinions politiques ni participer à la vie publique.

61La critique étant la fonction textuelle primordiale du Witz politique, ce genre textuel est marqué par un degré minimal d’identification et un degré maximal de distance.

3.4 La critique ouverte dans le Lied politique : l’exemple de Wolf Biermann 

  • 20 Le Lied Portrait eines Monopolbürokraten fait partie du recueil Für meine Genossen. Hetzlieder, Bal (...)

62Si le cabaret ne devait s’attaquer qu’à des problèmes concrets liés aux réalités de la vie quotidienne, certains écrivains ou chansonniers n’hésitaient pas à affronter le système lui-même ou des personnalités haut placées. Comme ils s’adressaient à un grand public, même s’ils ne pouvaient publier qu’en RFA, ils présentaient une menace sérieuse pour le régime. Il suffit pour s’en convaincre de lire un des Lieder de Wolf Biermann où les dirigeants de la RDA sont désignés clairement comme des vieillards qui ont trahi la cause du peuple et ne font que profiter de leur situation privilégiée20 :

(23)

Portrait eines Monopolbürokraten

In deinem Land ist die Revolution

Lebendig

Begraben, Genosse, du feierst zu früh, zu

Lange schon dauert der Leichenschmaus

Den Kellnern und Köchen.

Von deinen Lippen wehn uns die Fahnen

Aus Rotwein. Ja, schön ist es

Das Wort zu ergreifen im Klassenkampf

Der Trinksprüche. Die Macht

In der Tasche, vor den Augen den Herzinfarkt

So sehn wir dich die umkämpfte Stellung halten

Hinter den Bankett-Barrikaden. […]

Verjagt sind die Ausbeuter

In den Fabriken schuftet das Volk

Dem Volk gehören die Fabriken, aber

Wem gehört das Volk ? […]

Die Arbeiter schützen sich vor deiner Rache, warum sonst

Halten sie in der Kantine die Hand vorn Mund

Wenn sie einen Witz über dich erzählen ?

Die Zeitungsschreiber verachten dich

Denn so übertrieben loben sie dich […]

Warum zitterst du so vor der Diktatur des Proletariats ? 

63Ce refus d’identification avec le régime, cette critique ouverte ont entraîné immédiatement une répression violente, car le danger d’une « contamination » de la population était grand.

64S’il est un événement qui posa clairement la question des rapports entre langage et pouvoir, c’est bien « l’affaire Biermann » qui aura des répercussions jusqu’en 1989. Chansonnier, socialiste convaincu, mais s’attaquant au système sclérosé, à l’appareil de répression et aux fonctionnaires corrompus par le pouvoir, Biermann était déjà interdit de représentation depuis 1965 et privé de public. Ses Lieder, publiés en RFA, circulaient cependant en RDA. Wolf Biermann est déchu de sa citoyenneté est-allemande en automne 1976, lors d’une tournée en RFA, et interdit de retour. Un vent de solidarité se lève alors, 150 écrivains et artistes signent une lettre de protestation. Mais le régime ne fait que durcir sa répression par des mises sous surveillance, arrestations et procès. De plus en plus d’écrivains quittent la RDA, et cela jusqu’en 1989. Le résultat le plus significatif de cette lutte entre pouvoir et langage fut que les écrivains furent obligés de prendre clairement position.

65Après le bannissement de Biermann, le genre textuel du Lied politique critique n’a plus d’existence en RDA. Seul persiste le Lied politique chanté à la gloire du régime et pour lequel est organisé tous les ans à Dresde un festival (Festival des politischen Liedes).

3.5 La résistance par la parole détournée : déplacements et implicite dans les textes littéraires 

66Les romans et nouvelles des grands écrivains de RDA autorisent tous une lecture plurielle, et rares sont les textes qui ne permettent pas une lecture politique. Il ne nous est pas possible de parler ici de tous les écrivains qui, comme Biermann, ont provoqué ouvertement le pouvoir dans leurs écrits et étaient obligés de quitter la RDA ou ne pouvaient être publiés qu’en RFA. Nous voudrions évoquer en revanche quelques écrivains qui ne pouvaient plus s’identifier à l’état, sans pour autant s’en désolidariser totalement, et qui, en restant, étaient confrontés à la contradiction entre utopie et réalité socialistes. Face à l’emprise de la censure, ils pratiquaient une mise en question plus détournée, ce qui leur a permis parfois d’être publiés dans leur pays.

  • 21 Cf. C. Kerbrat-Orecchioni (1986 : 278-279) sur les procédés constitutifs de la langue d’Esope : « [ (...)

67Les procédés les plus fréquents de contournement de la censure dans les textes fictionnels sont le déplacement dans une autre forme d’écriture comme le conte, l’allégorie, la parabole ou le déplacement de la thématique dans une époque passée ou le mythe. Au niveau du style, ce sont l’emploi de la métaphore, le recours à l’implicite comme l’allusion et le sous-entendu, ou d’autres procédés qui ne donnent pas prise à la censure. Ces procédés, qui demandent au lecteur un travail interprétatif, sont souvent appelés la langue d’Esope21 (Äsopische Schreibweise ; Mehnert 1996 : 267) où est dit de façon allusive (« en fable ») ce qu’on ne peut pas dire tout haut.

68Un grand nombre d’écrivains déçus, aux prises avec le régime, ont placé leurs sujets dans l’Antiquité ou une époque éloignée du présent. Beaucoup ont eu recours au mythe. Ce procédé leur permettait de décrire la réalité actuelle en la transposant donc sans donner ouvertement prise à la censure. En évoquant Franz Fühmann, l’écrivain qui lui a montré le chemin du mythe, Christa Wolf explique en fait les motivations qui ont amené les écrivains à choisir ces dépla­cements :

  • 22 Christa Wolf (1999 : 52). Hierzulande. Andernorts. Luchterhand.

(24)

Das zitiere ich nicht, um erneut die Frage aufzuwerfen, ob Homer wirklich ein gebrochenes Verhältnis zu seinen Auftraggebern hatte oder ob Fühmann das in ihn heineinsehen wollte, sondern um euch darauf aufmerksam zu machen, daß ein Schriftsteller von Fühmanns Art, auch wenn er sich scheinbar weit zurückliegender Stoffe an­nimmt, immer aus seiner Gegenwart, aus seinem Konfliktfeld heraus dazu getrieben wird – und das war eben für Fühmann eine über Jahre tief beschäftigende Notwendigkeit, sich den Anforderungen seiner Auftraggeber, die er lange ernst genommen hatte, zu entziehen, schließlich mit ihnen zu brechen. Es war ein Lebenskonflikt.22

69Les exigences (Anforderungen seiner Auftraggeber) auxquelles Christa Wolf fait allusion et auxquelles l’écrivain essaie de se soustraire, sont celles de l’esthétique marxiste et du réalisme socialiste telles que Georg Lukàcs les avait imposées : décrire la réalité de façon « objective » en préférant les formes classiques et en choisissant comme thèmes le mouvement ouvrier ou le travail à l’usine ou à la campagne. Le personnage principal était censé être un héros positif participant activement à la construction du socialisme.

70Or, un grand nombre d’écrivains, après une phase de soutien inconditionnel au régime qui se réclamait de l’antifascisme, vécurent comme un conflit personnel (Lebenskonflikt) la contradiction de plus en plus apparente entre leur idéal et la réalité socialistes. Mais s’ils voulaient transposer en littérature ce conflit de l’individu avec la société actuelle, ils devaient le déplacer dans d’autres lieux et époques.

71Citons quelques pièces de Heiner Müller comme Philoktet, Herakles 5, Prometheus, Medeaspiel ou Ödipus, Tyrann, où le choix des thèmes n’est certes pas à comprendre comme une fuite dans le passé ; ces déplacements dans le mythe permettent au contraire de décrire la violence exercée par la société ainsi que ses rapports avec le mensonge et la trahison.

72Christoph Hein, dont les romans les plus importants comme Der fremde Freund (1982), Horns Ende (1985), Der Tangospieler (1989), mettent en scène des anti-héros, étrangers à la réalité de la RDA et brisés par elle, place certains de ses textes dans des époques passées. Il évoque Racine et son époque pour Einladung zum Lever bourgeois (1980) et le mythe d’Arthur pour Die Ritter der Tafelrunde (1989), ce qui lui permet de décrire la RDA dans son déclin.

73La variété des moyens du langage détourné et des procédés de déplacement est frappante dans l’œuvre Christa Wolf. Nous les caractérisons par quelques traits :

74Le roman Der geteilte Himmel (1963), bien que sa technique narrative soit très moderne et n’obéisse plus aux normes imposées, semble pourtant bien être écrit selon l’idéologie du réalisme socialiste. Christa Wolf choisit le Berlin divisé comme lieu et époque de son roman et le personnage principal, Rita Seidel, après une phase de conflit, finit par rejoindre le modèle de l’héroïne positive de l’esthétique socialiste. Elle préfère rester en RDA et s’engager pour la construction du socia­lisme au prix de perdre son amant.

75Les romans suivants seront fondamentalement différents. L’héroïne positive, qui s’intègre dans la société, aura disparu ; elle laissera la place à un individu, une femme, dont la quête d’identité échoue finalement. Dans Nachdenken über Christa T. (1968), la destruction de la personnalité par la société est décrite par le moyen de l’allusion : deux voix s’entrecroisent, celle de la protagoniste et celle de l’auteur, et invitent par ce procédé à une lecture critique. (Lämmert 1997 : 33). Dans l’exemple suivant, qui passe de la voix de Christa T. à la voix de la narratrice, le tiret indique le changement de voix et l’appel à la réflexion :

(25)

« Anpassen lernen ! Und wenn nicht ich es wäre, die sich anzupassen hätte ? » —

« Doch so weit ging sie nicht. »

76Le roman Kindheitsmuster (1976) analyse l’emprise du discours officiel sur l’individu. (Kauffmann 1999). Bien que ce roman soit surtout une interrogation de la narratrice sur son passé pendant l’époque national-socialiste et accuse l’utilisation non réfléchie de la langue, il est aisé de tirer des parallèles avec l’emploi conformiste du langage en RDA. En accumulant les idiomatismes et proverbes de la « sagesse populaire » C. Wolf démasque le conformisme du langage populaire que le discours officiel exploite pour asseoir son pouvoir.

77Dans Kein Ort. Nirgends (1979), C. Wolf, en choisissant Caroline von Günderode comme protagoniste, déplace à l’époque romantique le thème du conflit entre individu et société.

  • 23 C. Wolf reprendra les mythes grecs en 1996 avec Medea. Stimmen.

78Finalement, avec Kassandra (1983), le mythe23 de la guerre de Troie lui sert de lieu pour traiter les conflits actuels. Les rapports entre pouvoir totalitaire et manipulation sont clairement montrés (Samson 1999 : 123-132). On assiste à la constitution du discours officiel par la réglementation (Sprachregelungen) et la manipulation du langage (Sprachkrieg) ; le chef Eumelos dispose d’un pouvoir absolu et étend un réseau de sécurité (Sicherheitsnetz) sur la ville de Troie. Si l’on lit en parallèle Kassandra et Was bleibt, écrit en 1979, mais publié seulement en 1990, on est surpris par la ressemblance des systèmes de surveillance qu’elle décrit. Comme Kassandra, qui est prise dans les filets d’un « dialogue intérieur » avec Eumelos, le chef de la Sécurité, la narratrice de Was bleibt est empêtrée dans un dialogue avec son inneren Begleiter qui, en tant que Dritter ou unwillkommene Stimme, possède sa pensée et dénature son langage. Ainsi, ce que C. Wolf n’a pas pu exprimer ouvertement en 1979, à savoir l’angoisse provoquée par le censeur intériorisé et la perversion par le pouvoir, le procédé de la transposition dans le mythe a permis de le décrire par des voies implicites, détournées.

Conclusion

79Dans une dictature, toute écriture se voit confrontée au discours dominant et révèle par des choix thématiques ou stylistiques le résultat de cette confrontation. Aucune écriture n’échappe à ce conflit, même si elle se veut apolitique.

80Dans notre analyse, nous avons privilégié la perspective textuelle pour essayer de dégager des propriétés structurelles ou stylistiques relevant de l’identification ou de la distanciation par rapport au discours officiel, sans oublier pour autant que derrière la plupart des textes, il y a un individu, l’auteur, avec ses positions morales et esthé­tiques, sa révolte ou sa lâcheté.

81Nous avons voulu présenter une large gamme de textes appartenant à des modèles textuels spécifiques de l’emprise du discours officiel : d’un côté des textes de propagande avec leur langue de bois : textes manipulateurs, textes reproduisant des modèles textuels conventionnels, mais modifiés pour être conformes au discours dominant, textes où la répression éclate au grand jour, textes de soumission abjecte. De l’autre, des textes critiques qui, à travers la critique du langage du discours officiel, vont aboutir à une critique du système politique et de son idéologie : critique permise, mais très contrôlée, critique ouverte, mais entraînant la persécution, critique condamnée au silence et, finalement, une critique implicite rendue possible par des procédés jouant avec les détournements ou les transpositions. La critique la plus radicale est certainement celle qui dénonce la manière dont le discours officiel s’insinue dans la con­science de l’individu sous la forme du « censeur intérieur », de la « troisième voix », ainsi que Christa Wolf l’a montré.

82Terminons cependant par une note optimiste. Dans une dictature, et spécifiquement dans ce type de conditions de communication, il existe un genre textuel, le Witz politique, dont la critique est franche et qui provoque en même temps un rire libérateur. Comme ce Witz qui se moque rétrospectivement de l’aveuglement de tout un peuple. Tout en jouant avec les mots, le Witz démasque la prétention du discours dominant à créer le meilleur des mondes et l’illusion à laquelle presque tous ont succombé :

Traduction des citations

(1)

Le SED ne connaissait qu’un seul ton, celui qui lui était donné par la science marxiste-léniniste, et ce, quelles que soient les conditions, les raisons ou les intentions du discours.

(2)

Le rôle directeur du parti ; notre parti, le parti des travailleurs ; notre peuple ; la construction du socialisme dans notre état, la personnalité socialiste développée pleinement.

Vive l’amitié indestructible pour le pays-frère, l’Union soviétique !

Notre lieu de travail – lieu de combat pour la paix !

(3)

Le SED ne disposait plus d’aucune langue lui permettant d’appréhender la réalité. Il était prisonnier d’une langue qui avait perdu tout contact avec la réalité. Il était réduit au silence. […] Les derniers doutes sur la capacité de Krenz à se faire entendre furent détruits par l’utilisation de la formule terminale, celle par laquelle le SED avait tenté depuis des décennies de justifier le monopole de sa puissance : ‘Notre pouvoir est le pouvoir de la classe ouvrière et de l’ensemble du peuple sous la direction du parti.’ Cela montrait bien qu’il n’y avait plus de langage commun aux gouvernants et aux gouvernés. Quand la politique est réduite au silence, c’est qu’elle est morte. Quand la langue se révèle incapable de saisir, d’englober, de nommer, et par là même, d’interpréter la réalité, la politique prend fin. Et il ne reste qu’une alternative : la violence ou le changement.

(4)

Le journalisme participe à l’accomplissement de toutes les fonctions relevant du travail de masse du parti marxiste-léniniste et des autres organisations politiques de la classe ouvrière, ou des travailleurs. Les deux fonctions du travail politico-idéologique qui ont pour visée de guider les travailleurs et de diriger la société socialiste sont la propagande et l’agitation. Les deux sont nécessaires pour porter l’idéologie scientifique au sein des masses. Sont caractéristiques des méthodes de la propagande les clarifications et explications théoriques approfondies sur les questions à traiter. Les méthodes de l’agitation visent à ébranler et à aiguillonner. L’agitation doit lier les idées et les buts politiques avec les expériences et les représentations des masses, relier idéologie scientifique et conscience du quotidien. Elle s’adresse largement aux sentiments des gens ; elle participe de leurs humeurs et en appelle à leurs capacités à l’enthousiasme et à la haine.

(5)

La toute première tâche, si l’on veut construire une société socialiste développée, c’est d’éduquer tous les jeunes pour en faire des citoyens résolument dévoués aux idées du socialisme, qui pensent et agissent en tant que patriotes et internationalistes, renforcent le socialisme et le défendent fidèlement contre tous ses ennemis.

(6)

Chers jeunes amis ! Si vous êtes prêts, en tant que jeunes citoyens de notre République démocratique allemande à travailler et à lutter avec nous, conformément à la Constitution, pour la grande et noble cause du socialisme, et à honorer l’héritage révolutionnaire du peuple, répondez : « Oui, nous le jurons !. »

(7)

Chère Madame Neuhoff, cher Monsieur Neuhoff,

En tant que responsable de la classe pendant trois ans, je tiens à vous remercier très sincèrement pour avoir contribué dans le cadre de la famille à faire de votre fils Gerd un cadre exemplaire du parti et un élève modèle. Dans son rôle de responsable du comité pour l’amitié, il contribue de manière décisive au développement du collectif de la classe et de l’école. Ses capacités exceptionnelles soutiennent le processus d’apprentissage au sein de la classe et ses connaissances politiques ont aidé à constituer le point de vue des autres élèves. Je suis autorisé à vous exprimer également la gratitude de la direction de l’école. Nous vous souhaitons, à vous et comme à votre famille, santé et réussite dans votre vie personnelle et dans votre travail, et nous espérons continuer à collaborer avec vous.

Avec nos salutations socialistes.

(8)

Je considère comme un honneur que la capitale de notre République puisse se flatter d’héberger un forum mondial aussi important. Mais je suis tout particulièrement fier que l’initiative en revienne à notre parti et à notre gouvernement. Cela montre bien le zèle infatigable avec lequel notre pays s’engage en faveur de la sécurité, de la paix et du désarme­ment. Il s’agit maintenant de soutenir de toutes nos forces cette politique si essentielle pour la survie de l’humanité.

(9)

C’est avec indignation que nous avons pris connaissance du fait que certaines instances occidentales ont abusé du téléphone. En tant que collectif du travail socialiste et de l’Amitié germano-soviétique nous protestons vigoureusement contre de tels abus. Nous n’admettons pas que la préparation et le déroulement de nos élections communales soient placés sous un jour défavorable. Comme de nombreux autres citoyens de notre État des ouvriers et des paysans nous accorderons, en tant que collectif, tous ensemble avant 9 heures du matin notre voix aux candidats du Front national.

(10)

Le fait que notre République soit un État qui aime les enfants est bien connu et je ne suis assurément pas la seule à m’en réjouir. Une chose toutefois m’a irritée pour la première fois en novembre 1987. Je suis enceinte de cinq mois et je m’efforce désespérément de trouver des tenues appropriées à mon état. Je serais très heureuse si vous pouviez m’aider à résoudre mon problème.

(11)

Cher camarade secrétaire général du SED et président du Conseil d’État de la RDA !

Nous nous tournons aujourd’hui vers vous dans une circonstance tout à fait spéciale, car les organes locaux compétents n’ont pas réussi à résoudre notre problème. À plusieurs reprises, dans le cadre du comité des femmes de notre entreprise, nous nous sommes plaintes auprès du représentant du président du Conseil pour le commerce et la distribution du district de Bischofswerda de l’insuffisant approvisionnement en viande à Neukirch, lequel est devenu une source constante d’irritation. Cette situation a des répercussions négatives sur l’état d’esprit des citoyens vis-à-vis de l’État, tant sur le plan du travail que sur le plan politico-idéologique. En tant que comité des femmes nous nous adressons à vous, pour vous prier de prendre des mesures susceptibles de faire enfin disparaître ces dysfonctionnements.

Avec nos salutations socialistes !

(12)

Directives pour le développement et le traitement des missions opérationnelles

Article 2.1.Les objectifs politico-opérationnels du traitement des missions opérationnelles consistent à:

– apporter les preuves nécessaires pour étayer les soupçons pressants d’un ou de plusieurs crimes d’État grâce à un travail offensif, concentré et orienté vers les faits

– limiter dans la mesure du possible ou empêcher à temps les répercussions nocives pour la société d’une activité hostile à l’État qu’on aurait reconnue ou qui serait à redouter

Article 2.3.3.L’introduction de collaborateurs non officiels dans le cadre des missions opérationnelles doit se fixer comme but de recruter à chaque fois des collaborateurs non officiels qualifiés, sûrs et compétents pour les tâches politico-opérationnelles, de les mettre en contact avec les personnes soupçonnées, afin qu’elles gagnent leur confiance et soient en mesure de recueillir des informations et des preuves sur des actions négatives et hostiles projetées, préparées ou exécutées et de créer les conditions nécessaires pour prévenir ou limiter ces actions.

Article 2.6.2 : Formes, moyens et méthodes de la destruction :

– discrédit systématique de la réputation et du prestige par le recours à des faits véridiques et contrôlés, mais aussi à des faits inexacts mais plausibles, irréfutables, et par là également susceptibles de contribuer au discrédit.

– organisation systématique d’échecs professionnels ou sociaux, travail de sape pour miner la confiance en soi des personnes concernées

– susciter la méfiance et les soupçons réciproques au sein des groupes.

(13)

Conformément aux tâches fixées par le plan de surveillance du département XX du 10 août 1978, notre unité s’est occupée à travailler sur le dénommé Loest Erich, qui, guidé par son hostilité fondamentale, se livre, dans des publications littéraires tant en RDA qu’en RFA, à des attaques contre des domaines essentiels de notre développement socialiste. Les mesures suivantes sont à mettre en place : analyse constante du matériel récolté dans le cas Heiduczek pour travailler à détruire ses contacts avec Loest. Les informations déjà réunies par le département 26B à propos de Heiduczek doivent être vérifiées pour voir dans quelle mesure on pourrait faire circuler des indiscrétions bien ciblées donnant à supposer que, dans l’affaire Loest, Heiduczek soutient le parti et les organes étatiques en leur apportant les informations correspondantes.

(14)

Très honoré camarade Honecker,

Devant la campagne de calomnies menée par les ennemis de notre société socialiste, qui a revêtu une intensité toute particulière et se répand également dans notre pays, une pulsion irrépressible me pousse à vous adresser ces quelques lignes. L’adversaire a en effet l’impudence de prétendre parler au nom de nombreux, voire de tous les écrivains du pays. De cela, cher camarade Honecker, il ne saurait être question !

Les dispositions légales visant l’activité subversive des médias hostiles, leur nécessaire rigueur, qui force le respect, ont été accueillies par mes amis et par moi-même avec satisfaction. Et je voudrais vous assurer que la grande majorité réagit comme nous.

Quelques individus finis comme Heym, Seyppel ou Schneider, qui collaborent activement avec l’ennemi de classe pour s’attirer une notoriété facile, parce qu’ils sont manifestement incapables de trouver de manière constructive auprès de nos travailleurs une résonance et un écho, ne représentent assurément pas les écrivains de notre République.

À l’avenir nous nous efforcerons, mes collègues et moi-même, de parvenir à un niveau plus élevé de responsabilité artistique, qui soit en adéquation avec cette politique culturelle, et de travailler résolument à l’épanouissement culturel de notre État, dont le caractère toujours plus socialiste correspond aux aspirations et aux buts qui sont les nôtres.

(15)

Pour moi, toute critique de la langue politique n’est pas forcément une critique politique. Une telle critique peut parfaitement être une critique esthétique ou morale de la langue politique, et c’est généralement ce qu’elle est. Ce à quoi je voudrais parvenir c’est à une critique politique de la langue politique, à une critique, donc, qui examine la langue dans sa fonction politique, dans ses effets et ses intentions politiques.

(16)

La langue est du pur allemand de RDA, soigneusement bureaucratique, parsemé de substantifs ronflants assortis des adjectifs correspondants ; les phrases exigent beaucoup de souffle de la part des locuteurs, et beaucoup de concentration de la part des auditeurs. La compréhension est d’ailleurs facilitée par les clichés qui parsèment généreusement le texte : il s’agit à vrai dire de termes codés, qui déclenchent sur-le-champ certaines associations d’idées dans les têtes d’un public bien entraîné par la lecture des journaux, la fréquentation de réunions et par sa formation.[…] Les changements sont toujours profonds, la réalisation … bien ciblée, l’échange d’idées … large, l’atmosphère … créatrice, l’affaire … prioritaire, l’échange de vues… approfondi, la décision… de grande portée, les fondements… inébranlables, la confiance… indestructible, la profession de foi … impressionnante, la réalisation … totale, le renfor­cement … unanime, le préalable… fondamental, la croissance … dyna­mique, l’approbation… générale […] Il s’agit là de formules incantatoires, plus on en a plein la bouche, et plus l’effet est profond.

(17)

C’est là un dictionnaire qui vous a fait défaut jusqu’ici. Vous en avez besoin de toute urgence si vous voulez rester sur les talons (rester « versés » dans) de la poésie [jeu de mots sur Ferse/talon et Vers/vers] de notre langue maternelle, qui évolue à pas de géant.

Les objectifs, on les travaille au plus près du citoyen, les points forts, on les questionne de façon ciblée, les problèmes on les pense dans leurs dimensions essentielles, les conceptions, on les approuve avec style.

Certes, personne n’est obligé de parler de manière spontanée. Ce dictionnaire de langue unilingue pour citoyens de la RDA permet à l’utilisateur de parler ou d’écrire plus vite qu’il ne serait en état de penser, capacité qui, dans notre temps du règne de la vitesse est très cotée. Le directeur d’un collectif, pour autant qu’il ne soit toujours pas capable de parler ce néo-allemand, se voit gêné tant dans ses possibilités de promotion que dans son influence. Le néo-allemand ne nécessite pas de qualifications supérieures et vertigineuses. Il est fondé sur le principe de base simple à pratiquer comme suit:

« N’utilise jamais un mot dont le sens te soit parfaitement clair. Ce que nous disons et fixons par écrit aujourd’hui, c’est ce que nous entendrons et lirons demain. (Nous y serons forcés).

(18)

Modérateur : Chers amis, je vous souhaite la bienvenue dans notre cours « néo-allemand pour citoyens de la RDA ».

Co-modérateur : Nous commencerons par le premier paragraphe de notre enseignement, qui concerne le principe de complétude. Prenons n’importe quelle phrase :

M : Les enfants et les jeunes récoltent des pommes de terre.

Co-M : Nous allons le dire comme il convient — mais d’abord quelques termes isolés.

M : L’enfant ?

Co-M : La personnalité écolière socialiste !

M : Les jeunes ?

Co.-M : Les représentants de la génération montante

M : Récoltent des pommes de terre ?

Co-M : Attention, ça vous devez le trouver tout seuls. Donc notre phrase devient :

M : Des personnalités écolières socialistes et des représentants de la génération montante de notre pays prennent part avec succès à l’engrangement sans perte de la récolte des fruits de la terre.

Co-M : L’effet de boursouflure s’élève maintenant à près de 1/4. Ainsi la phrase est non seulement prête pour l’impression, mais elle est également admise pour l’usage dans les médias.

(19)

En RDA l’hmour populaire fleurissait. En tant que phénomène parodique se manifestant en parallèle avec les prescriptions sur la langue il était en même temps l’indice constant de leur perte d’efficacité.

(20)

Qu’est-ce qui est bref et passible de prison ? – Une blague politique en RDA.

(21)

Dialogue : Tu connais la nouvelle. ? Cette année pour la première fois a lieu à Dresde le festival de la blague politique. — Vraiment ? — Oui — Et tu sais combien vaut le premier prix ? — Non ! — Dix ans !

(22)

Honecker apprend par ses espions de la Stasi que dans la population courent énormément de blagues sur sa personne. Atteint dans sa vanité il en fait rechercher l’auteur. Celui-ci est finalement appréhendé et il est conduit, menotté devant Honni. Honni est plutôt irrité et demande au mauvais plaisant : « Comment avez-vous pu oser propager sans arrêt ce genre de blague sur moi, le président du Conseil d’État ? L’ensemble du peuple est derrière moi ! ». L’autre répond : « Alors celle-ci, camarade Honecker, je vous jure qu’elle n’est pas de moi ! »

(23)

Biermann :

Portrait d’un bureaucrate au service du monopole d’État.

Dans ton pays, la révolution

Est enterrée vivante,

Camarade, tu te mets trop vite au repos

Il y a trop longtemps que dure ce festin d’enterrement

Pour les garçons et les cuisiniers.

De tes lèvres flottent vers nous de petits relents

De vin rouge. Oui, il est beau

De prendre la parole dans la lutte des classes

Des toasts. Le pouvoir

En poche, devant les yeux l’infarctus

C’est ainsi que nous te voyons tenir la position convoitée

Derrière les barricades des banquets.

[…]

Les exploiteurs ont été chassés

Dans les usines, le peuple travaille dur

Les usines appartiennent au peuple, mais

À qui appartient le peuple ?

[…]

Les travailleurs se protègent de ta vengeance, Pourquoi

Sinon, à la cantine, se cacheraient-ils la bouche de la main

Quand ils racontent une blague sur toi ?

Les journalistes te méprisent

Car ils te louent de manière si hyperbolique […]

Pourquoi trembles-tu ainsi devant la dictature

Du prolétariat ?

(24)

Si je cite cela ce n’est pas pour rouvrir la question de savoir si Homère avait véritablement un rapport problématique à ses commanditaires ou si Fühmann voulait le voir ainsi, mais pour faire remarquer qu’un écrivain comme Fühmann, même quand apparemment il choisit un matériau très ancien, se trouve inévitablement poussé par son présent, par le champ conflictuel où il est placé, — et cela fut précisément pour Fühmann pendant des années une nécessité — à se dérober aux exigences de ses commanditaires, qu’il avait longtemps pris au sérieux, et, en fin de compte, à rompre avec eux. C’était là un conflit vital.

(25)

« Apprendre à s’adapter ! Et si ce n’était pas moi qui avais à m’adapter ? » –

« Mais elle n’allait pas jusque-là. »

(26)

Le spectacle que nous nous sommes joué au cours des 40 dernières années, personne ne risque de le reprendre de si tôt !

Bibliografía

(26)

Was wir uns in den letzten 40 Jahren vorgemacht haben, das macht uns so schnell keiner nach !

Etudes et articles cités :

Bergmann, Christian, 1999. Die Sprache der Stasi. Ein Beitrag zur Sprachkritik. Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht.

Brinker, Klaus, 19974. Linguistische Textanalyse. Eine Einführung in Methoden und Grundbegriffe. Berlin : Schmidt.

Corbin-Schuffels, Anne-Marie, 1998. La force de la parole. Les intellectuels face à la RDA et à l’unification allemande. P.U. du Septentrion.

Ensikat, Peter, 1993. Ab jetzt geb ich nichts mehr zu. München : Kindler.

Eppler, Erhard, 1992. Kavalleriepferde beim Hornsignal. Die Krise der Politik im Spiegel der Sprache. Frankfurt/Main : Suhrkamp.

1994. « Politische Sprachkritik – was kann sie leisten ? » In : Heringer/ Samson/ Kauffmann (Hrg.), 13-21.

Fix, Ulla, 1999. « Textsorte-Textmuster-Textmustermischung ». In : Pérennec, Marie-Hélène (éd.), 11-26.

Foucault, Michel, 1969. L’Archéologie du savoir. Gallimard.

— 1971. L’ordre du discours. Gallimard.

Freud, Sigmund, 1905. Le mot d’esprit et sa relation à l’inconscient. Trad. française : Gallimard 1988.

Gauck, Joachim, 1991. Die Stasi-Akten. rororo 13016.

Heringer, Hans Jürgen/ Samson, Gunhild/ Kauffmann, Michel (Hrg.), 19945. Tendenzen der deutschen Gegenwartssprache. Publications de l’Institut d’Allemand d’Asnières et Tübingen : Niemeyer.

Jäger, Siegfried, 19945. Text- und Diskursanalyse. Anleitung zur Analyse politischer Texte. Diss-Texte 16, Duisburg.

Jäger, Margret/ Jäger, Siegfried, 1999. Gefährliche Erbschaften. Die schleichende Restauration rechten Denkens. Berlin : Aufbau.

Jarausch, Konrad H., 1998. « Realer Sozialismus als Fürsorgedik­tatur. Zur begrifflichen Einordnung der DDR. » In : Aus Politik und Zeitgeschichte. Beilage zur Wochenzeitung ‘Das Parlament’. B20.

Judt, Matthias (Hrg.), 1998. DDR-Geschichte in Dokumenten. Bonn : Bundeszentrale für politische Bildung.

Kauffmann, Michel, 1999. « L’analyse des dicours officiels chez Christa Wolf ». In : Germanica 25, 115-125.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine, 1986. L’implicite. Colin.

Klein, Josef, 1998. « Politische Meinungssprache als Mittel von Identifikation und Distanzierung ». In : Reiher/Kramer (Hrg.), 187-194.

Lämmert, Eberhard, 1997. « Vom Elend des Schreibens unter Diktaturen. In : Rüther, Günther (Hrg.) Literatur in der Diktatur. Schreiben im Nationalsozialismus und DDR-Sozialismus. Paderborn : Schöningh.

Link, Jürgen, 1986. « Noch einmal : Diskurs. Interdiskurs. Macht ». In : kultuRRevolution 11, 4-7.

Maas, Utz, 1984. Als der Geist der Gemeinschaft eine Sprache fand. Sprache im Nationalsozialismus. Opladen : Westdeutscher Verlag.

Maingueneau, Dominique, 1991. L’Analyse du discours. Hachette Supérieur.

Marx, Aurélie, 2000. ‘Dann schreibe ich eben an Honecker’. Alltagsleben und Alltagssprache in der DDR dargestellt anhand der Textsorte ‘Eingabe’. Mémoire de maîtrise, Université Paris III.

Mehnert, Elke, 1996. « Äsopische Schreibweise bei Autoren in der DDR ». In : Brockmeier, P./ Kaiser, G. (Hrg.) Zensur und Selbstzensur in der Literatur. Würzburg.

Pérennec, Marie-Hélène (éd.) 1999. Textlinguistik : An - und Aussichten, Cahiers d’Etudes Germaniques n°37.

Pfeil, Ulrich (éd.), 2000. La RDA et l’Occident. Publications de l’Institut d’Allemand d’Asnières.

Poumet, Jacques, 1990. La satire en RDA. Cabarets et presse satirique. P.U. de Lyon.

Reiher, Ruth (Hrg.), 1995. Mit sozialistischen und anderen Grüßen. Porträt einer untergegangenen Welt in Alltagstexten. Berlin : AufbauVerlag.

Reiher, Ruth/ Kramer, Undine (Hrg.), 1998. Sprache als Mittel von Identifikation und Distanzierung. Berlin, New York : Peter Lang.

Sabrow, Martin, 2000. « La RDA dans l’histoire de l’Allemagne ». In : Pfeil, Ulrich (éd.), 43-44.

Samson, Gunhild, 1994. « Schlüsselwörter der Wende : Sprachlosigkeit und Dialog ». In : Heringer/Samson/Kauffmann (Hrg.), 191-212.

— 1995. « Les ‘Lettres de lecteurs’ dans la presse de la RDA et des nouveaux Länder ». In: Vaillant, Jérôme (éd). L’Allemagne unifiée cinq ans après. P.U. de Valenciennes, 269-294.

1999. « Die ‘neue Sprache’ bei Christa Wolf : Utopie und Wirklichkeit ». In : Germanica 25, 123-132.

Sandig, Barbara, 1986. Stilistik der deutschen Sprache. Berlin : de Gruyter.

Schiewe, Andrea / Schiewe, Jürgen, 2000. Witzkultur in der DDR. Ein Beitrag zur Sprachkritik. Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht.

Thierse, Wolfgang, 1992. « Sprich, damit ich dich sehe. » - In : FAZ, 7.4. 1992.

Wolle, Stefan, 1999. Die heile Welt der Diktatur. Alltag und Herrschaft in der DDR 1971-1989. Bonn : Bundeszentrale für politische Bildung.

Sources citées :

Biermann, Wolf, 1972. « Portrait eines Monopolbürokraten ». In : Für meine Genossen. Hetzlieder, Balladen, Gedichte. Wagenbach.

Hart, Jürgen, 1996. Felix aus der Asche. Satirische Texte aus der Spielkiste der « Academixer ». Eulenspiegelverlag. (Textes de cabaret représentés avant 1989, et cassette vidéo).

Hein, Christoph, 1980 : Einladung zum Lever bourgeois ; 1982 : Der fremde Freund ; 1985 : Horns Ende; 1989 : Der Tangospieler ; 1989 : Die Ritter der Tafelrunde.

Heym, Stefan, 1977. « Je voller der Mund, desto leerer die Sprüche. » In : Heym, 1990. Stalin verläßt den Raum. Politische Publizistik. Leipzig : Reclam, 153-162.

Loest, Erich, 1991. Die Stasi war mein Eckermann. Göttingen : Stedl-Verlag.

Röhl, Ernst, 1987/1989. Wörtliche Betäubung. Neudeutscher Mindestwortschatz. Eulenspiegelverlag

Wolf, Christa, 1968 : Nachdenken über Christa T. Luchterhand ; 1976 : Kindheitsmuster. Aufbau-Verlag ; 1979 : Kein Ort. Nirgends. Luchter­hand ; 1983. Kassandra. Aufbau-Verlag ; 1990 : Was bleibt. Luchterhand ; 1999 : Hierzulande. Andernorts. Luchterhand.

Leipziger Volkszeitung

Internet : www. ddr-witze.de : 500 « DDR-Witze ».

Notas

1 Sabrow (2000 : 43-44) : Sabrow y donne un aperçu des difficultés pour trouver une dénomination adéquate au système de la RDA. Lui-même opte pour le terme de « Konsensdiktatur ».

2 Brinker (1997: 132-133) : « Unter handlungstheoretischer Perspektive können wir von folgender Textsorten-Definition ausgehen : Textsorten sind konventionell geltende Muster für komplexe sprachliche Handlungen und lassen sich als jeweils typische Verbindungen von kontextuellen (situativen), kommunikativ-funktionalen und strukturellen (grammatischen und thematischen) Merkmalen beschreiben. […] [Wir] betrachten die Textfunktion als Basiskriterium zur Differenzierung von Textsorten.

3 Distinction faite à la suite de B. Sandig (1986) et U. Fix (1999). En français, l’emploi des termes correspondant à Textsorte est hésitant : on trouve genres textuels, modèles textuels ou types de texte. J’ai traduit les termes allemands Textsorten par genres textuels et Textmuster par modèle textuel.

4 Utz Maas (1984 :18) : « … Diskurs [steht] für eine sprachliche Form als Korrelat zu einer ihrerseits als sozial-geschichtlich zu definierenden gesellschaftlichen Praxis. »

5 Margret et Siegfried Jäger (1999 : 43) : « Diskurse als dicht miteinander verwobene Flüsse von Wissens- und Bewußtseinsinhalten durch die Zeit formieren [...] in allen Gesellschaften das kollektive und intellektuelle Bewußtsein. »

6 M. et S. Jäger (1999 : 43) : « Doch hängt es von den jeweiligen Macht- und Herrschaftsverhältnissen ab, inwieweit die gesellschaftliche Redeweise vielfältig und differenziert ist. Von ihnen hängt es ab, ob die Redeweise homogenisiert und verfestigt wird und regulierend, wenn nicht gar manipulierend, auf das Bewußtsein der Menschen einwirkt. »

7 Jürgen Link (1986 : 71) : « [diskurs] … wir verstehen darunter institutionalisierte, geregelte redeweisen, insofern sie an handlungen gekoppelt sind und also machtwirkungen ausüben. ».

8 On trouvera en annexe de cet article la traduction des citations en allemand.

9 Klein (1998 : 190) : « Ideologische Monopolsprachen in Diktaturen haben eine wertpolarisierte semantische Grundstruktur ohne Zwischentöne mit einem identifikationsgebietenden Vokabular zur Bezeichnung der eigenen Positionen und einem stigmatisierenden Vokabular zur Bezeichnung der Feinde und ihrer Positionen. Kampfmetaphorik, Hyperbolik und Pathos sind so gut wie immer dazugehörige Merkmale. »

10 Stichwort « Funktionen des sozialistischen Journalismus ». In : Wörterbuch des Journalismus (1984 : 70-73), cité d’après M. Judt (1998 : 354/355); (soulignements G.S.).

11 Jugendgesetz der DDR vom 28. Januar 1974. In : Matthias Judt (1998 : 218) ; (soulign. G.S.).

12 Jugendweihegelöbnis. In : Ruth Reiher (1995 : 60) ; (soulign. G.S.).

13 « Lehrer an Eltern ». In : Ruth Reiher (1995 : 73) ; (soulign. G.S.).

14 Leipziger Volkszeitung du 29 juin 1988 ; (soulignements G.S.).

15 DSF : Deutsch-Sowjetische Freundschaft.

16 Leipziger Volkszeitung du 5 mai 1988 ; (soulignements G.S.)

17 Cf. la recommandation de Kurt Hager au VIe Plenum du Comité central du SED en 1972 : « Par le rire, l’humour, la gaieté, les artistes devraient stimuler la formation de la conscience socialiste de soi, du sentiment de la supériorité du socialisme. Parfois, il ne suffit pas d’un humour débonnaire, mais il y a besoin d’une ironie acerbe et d’une satire mordante, destinées principalement à démasquer l’adversaire, son enflure et son vide, mais qui peuvent aussi se diriger contre tous les comportements non socialistes qui s’étalent chez nous et qui ne sauraient être tolérés. De même que nous ne permettons à personne de s’en prendre aux fondements de la société socialiste, nous saurons également veiller à ce que personne n’exploite notre volonté d’autocritique pour favoriser les visées sordides de nos adversaires. » Kurt Hager (1972 : 46). Zur Fragen der Kulturpolitik der SED. Berlin, Dietz-Verlag. Cité d’après Poumet (1990 : 39).

18 La citation respecte l’orthographe de l’original.

19 Cf. Peter Ensikat (1993 : 336). Voir aussi Anne-Marie Corbin-Schuffels (1998 : 228).

20 Le Lied Portrait eines Monopolbürokraten fait partie du recueil Für meine Genossen. Hetzlieder, Balladen, Gedichte. Les Lieder de Wolf Biermann Mit Marx-und Engelszungen (1968), Für meine Genossen (1972), Die Drahtharfe (1965) furent publiés en RFA par Wagenbach et traduits en France par Jean-Pierre Hammer.

21 Cf. C. Kerbrat-Orecchioni (1986 : 278-279) sur les procédés constitutifs de la langue d’Esope : « [...] on voit comment les comportements de décodage se modèlent sur ce que l’on suppose des comportements d’encodage : les thèmes que l’on sait frappés de tabou, et donc enclins par nature à la formulation indirecte, on aura tendance […] à orienter dans leur direction le travail interprétatif. »

22 Christa Wolf (1999 : 52). Hierzulande. Andernorts. Luchterhand.

23 C. Wolf reprendra les mythes grecs en 1996 avec Medea. Stimmen.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540