Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Effets et jeux de pouvoir dans le discours politique et médiatique

 | 
Michel Kauffmann
, 
Gunhild Samson

Introduction

Texte intégral

1L’analyse du discours public est amenée tout naturellement à placer au centre de ses réflexions la question des effets et jeux de pouvoir qui s’exercent à travers ce discours. Michel Foucault, mais déjà avant lui Aristote et toute la tradition rhétorique, ont montré que la pratique du discours public n’a de sens que dans la perspective de la conquête et de la préservation d’une part de pouvoir au sein de la société. L’accès à la parole publique, voire la capacité à monopoliser celle-ci, représentent toujours des enjeux dans la compétition entre les différentes forces sociales. Les discours se constituent en suscitant des phénomènes d’identification ou d’exclusion, et ils tendent inéluctablement à imposer leurs normes formelles et leur interprétation du monde.

2Il était donc logique que le « Groupe de Recherche sur le discours public dans les pays de langue allemande et néerlandaise » pour sa deuxième journée d’études, le 8 décembre 2000, s’intéresse plus particulièrement aux discours qui ont structuré l’identité allemande et néerlandaise au xxe siècle.

3Isabelle Vodoz et Gunhild Samson se sont penchées sur les deux régimes dictatoriaux qu’a connus l’Allemagne durant ce siècle, pour montrer notamment comment l’opposition, s’appuyant sur l’implicite et le détournement du discours officiel, parvient à contourner les normes rigides imposées par celui-ci.

4Marcel Tambarin et Jean-François Tournadre analysent la manière dont l’Allemagne unifiée affronte discursivement les changements intervenus dans son image de soi et dans son statut international, entreprise non dénuée d’ambiguïtés et de contradictions, comme le révèlent leurs interprétations.

5Michel Kauffmann a étudié la stratégie de communication de M. Schröder en 1998-2000, en termes de positionnement sur l’échiquier politique, mais en questionnant aussi les implications idéologiques de cette réorientation du discours de la social-démocratie allemande.

6Valérie Robert met en lumière, au niveau micro-linguistique, mais aussi textologique, les procédés par lesquels les représentants du « 4e pouvoir » – les éditorialistes de la presse écrite – instituent leur légitimité en tant que commentateurs autorisés de la vie publique, interprètes auto-désignés d’une vox populi aussi omniprésente qu’insai­sissable.

7Laurent Réguer analyse les rapports complexes qu’entretient l’opinion publique néerlandaise, par presse interposée, avec la figure emblématique de la Reine, dont l’influence s’entoure de « secret ».

8Ces thèmes nous ont paru correspondre au projet de ce groupe de recherches, qui s’efforce de réactiver la notion d’interdisciplinarité, en faisant bénéficier les études civilisationnistes des enrichissements que peuvent apporter les méthodes linguistiques. Les spécialistes en sciences sociales eux-mêmes savent bien que l’espace public est structuré par les représentations discursives et par la communication écrite et orale entre les différents acteurs en présence. Les contri­butions au présent recueil tentent d’analyser quelques étapes essentielles de l’histoire politique et culturelle récente de l’Allemagne et des Pays-Bas dans leur dimension discursive, en s’efforçant de dégager les mécanismes par lesquels le pouvoir, et la résistance au pouvoir, empruntent, pour s’exercer, les voies du discours.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540