Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Babel en éducation

 | 
Jean Janitza

Annexes

Biographie

Jean Janitza 1940-2002

Gilbert Krebs

Texto completo

1Jean JANITZA est né le 17 avril 1940 à Sarrebourg (Moselle). Après ses études secondaires à Metz, il est admis au concours d’entrée de l’école Normale Supérieure de Cachan où il sera élève-professeur de 1959 à 1964.

2C’est à l’Institut d’études germaniques de la Sorbonne qu’il acquiert sa formation universitaire de germaniste, obtenant en 1961 la licence et en 1962 le Diplôme d’études supérieures d’allemand.

3C’est là aussi qu’il prépare les concours de recrutement de l’enseigne­ment secondaire. Reçu en 1963 au CAPET et en 1964 à l’Agrégation d’allemand, il enseigne pendant deux ans (1964-1966) dans le secondaire (Les Andelys et Bourges) avant d’être appelé par son maître Jean Fourquet pour occuper un poste d’assistant à la Sorbonne.

4Il s’engagera activement dans le processus de mutation que connaît alors le système universitaire en devenant un enseignement supérieur de masse : aux côtés de Pierre Bertaux, il participe à la mise en place des nouveaux premiers cycles ; sous la direction de Jean Fourquet il collabore à l’élabo­ration et la mise en œuvre de la première expérience d’enseignement pro­grammé de l’allemand, avec Jean-Marie Zemb, il s’initie aux plus récents développements de la linguistique moderne et aux ressources des techno­logies modernes.

5De 1966 à 1974 il est assistant, puis maître-assistant à la Sorbonne, choisissant, après la restructuration du paysage universitaire parisien au début des années 1970, de rejoindre l’équipe de germanistes de la Sorbonne qui, dans un esprit de renouveau, ont créé l’Institut d’Allemand d’Asnières, rattaché ensuite à l’université de Paris III.

6Après avoir soutenu en 1972 devant l’université de Nancy une thèse de 3e cycle préparée sous la direction de Marthe Philipp (Structures lexicales en Lorraine germanophone), puis en 1975 à la Sorbonne sous la direction de Jean-Marie Zemb, une thèse de doctorat d’état intitulée Programmation di­dactique de la grammaire allemande, il est nommé professeur des Univer­sités à la Sorbonne Nouvelle - Paris III en 1975.

7Son enseignement de linguistique et de grammaire allemande a marqué d’innombrables étudiants et a suscité bien des vocations de linguistes. Tous ont gardé le souvenir d’un maître exigeant, d’une grande rigueur scientifique et d’une parfaite érudition, et cependant toujours attentif aux autres, sou­cieux de la manière dont ses leçons étaient reçues par son auditoire, et cherchant à faire participer ses étudiants à sa démarche intellectuelle.

8En effet profondément convaincu que l’enseignement devait jouer un rôle essentiel dans le développement personnel et social des individus, Jean Janitza n’a jamais admis que les universitaires puissent se contenter de faire leurs recherches et de communiquer les résultats de celles-ci dans leurs cours sans jamais s’interroger sur les conditions et les moyens de la trans­mission des savoirs.

9C’est pourquoi il s’est intéressé très tôt à la formation des formateurs et notamment à celle des enseignants du secondaire. Dès les années 1970, il a introduit à l’Institut d’Allemand d’Asnières un enseignement de linguistique appliquée à l’enseignement des langues et a approfondi ses réflexions dans le domaine de la didactique. Il a publié de nombreux articles et ouvrages consacrés à ces problèmes.

10Mais il s’en serait voulu s’il s’était contenté de considérations théori­ques : il a dirigé une collection de manuels d’allemand à l’usage des classes, Treffpunkt Deutsch (Hatier), et publié en collaboration une série qui a connu un grand succès : Pratique de l’allemand de A à Z, suivi de plusieurs volumes d’exercices ainsi que d’un Vocabulaire allemand (1999).

11Dès l’époque de sa thèse d’état, Jean Janitza s’est interrogé sur l’apport des nouvelles technologies pour l’enseignement des langues : là encore il a joint la théorie et la pratique, publiant des articles ainsi qu’un ouvrage sur l’Enseignement assisté par ordinateur des langues vivantes (1985) en même temps qu’il formait ses étudiants à l’usage des technologies nouvelles.

12Sans jamais cesser d’enseigner et de publier, Jean Janitza a donné une nouvelle dimension à son action de « linguiste engagé », soucieux de réno­ver l’enseignement de l’allemand en France et de le rendre plus efficace, en acceptant de présider de 1982 à 1987 le jury du Capes d’allemand. Ces fonctions l’ont conduit à présider en 1989 la commission ministérielle de réflexion sur l’enseignement des langues vivantes (Commissions Bourdieu-Gros), puis à partir de 1990 à siéger au « Conseil National des Pro­grammes ». En même temps, il a dirigé de 1989 à 1991 le Centre d’Infor­matique de Recherche et la Mission à la formation des Maîtres de l’univer­sité de Paris III et a assuré des fonctions d’expertise à la Direction des Enseignements Supérieurs.

13La création des Instituts Universitaires de Formation des Maîtres au début des années 90 a ouvert un champ nouveau à son engagement. Chargé de la mise en place de l’IUFM de Paris en 1990, Jean Janitza a été nommé directeur de cet établissement en 1991 et l’a dirigé pendant plus de dix ans. Ce furent sans doute les dix années les plus riches de son existence et il a pu y donner la pleine mesure de ses qualités d’organisateur et de meneur d’hommes. Il sera fait chevalier de l’Ordre du mérite et Commandeur dans l’Ordre des Palmes académiques.

14L’œuvre est inachevée, le travail a dû être abandonné en cours de route, mais jusqu’au bout Jean Janitza a lutté pour donner à la didactique et à la formation des maîtres une place à égalité avec les autres disciplines scien­tifiques représentées dans notre enseignement supérieur.

15Jean Janitza est mort le 11 juillet 2002 à l’âge de 62 ans, emporté par ce qu’il est convenu d’appeler une longue maladie contre laquelle il s’est battu avec un courage exemplaire, sans jamais se plaindre, sans jamais songer à renoncer, soutenu jusqu’au bout par l’amour des siens, de sa femme et de ses deux enfants.

16Son œuvre restera, notamment à travers ses publications, son action continuera grâce à sa femme Danielle qui fut aussi sa collaboratrice, grâce aussi à tous les collègues qui l’ont côtoyé et aux étudiants qu’il a formés.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540