Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel en éducation

 | 
Jean Janitza

6. Positions et propositions

l’existant et le souhaitable : les analyses de jean janitza

Danielle Bailly

Texte intégral

  • 0 Conseil National des Programmes.
  • 0 Désormais J.J.
  • 0 Désormais L2. ; L1 désignera le français.

1Depuis sa situation exceptionnelle d’universitaire linguiste, de didacticien « de l’intérieur » et de cadre institutionnel de haut niveau (en tant que Directeur d’I.U.F.M. et de membre du C.N.P.0), Jean Janitza0 a toujours pris position de façon lucide et courageuse, critique mais courtoise, et solidement argumentée, sur les dys­fonctionnements de l’enseignement des langues étrangères0 en France, leur opposant des alternatives visionnaires. Parmi les nombreux thèmes qu’il a abordés (ici entre 1998 et 2002), j’en extrais cinq :  statut de la Didactique,  formation des Maîtres,  place des langues dans le primaire,  gestion curriculaire des L2 sur le cursus scolaire,  menaces sur l’enseignement de l’allemand.

  • 0 Praxéologie : théorisation des pratiques.

2La Didactique : J.J. regrette que la Didactique, de l’extérieur, demeure toujours aussi mal reconnue. Il en accuse en partie le traditionalisme anti-théoricien de nombre de pédagogues de terrain opposés à toute Didactique universitaire, mais il envoie aussi une volée de bois vert aux universitaires classiques, ignorants de la Didactique, et pourtant pétris, à son sujet, de stéréotypes aussi hautains qu’inexacts. Il n’épargne pas davantage la méfiance et l’hostilité agissante d’une Inspection générale ayant craint, jusqu’aux années 1990, pour la maîtrise exclusive de sa citadelle de pouvoir. De l’intérieur même de la Didactique, J.J. critique les chercheurs qu’il nomme joliment « montreurs » (perpétuant, par indifférence à la qualité des contenus d’enseignement, le recours – ou même pas – à une grammaire descriptive de surface, éparpillée, dépourvue de systèmes, d’intérêt et d’efficacité, ainsi qu’à des « blocs lexicalisés » d’imprégnation prétendument naturelle, ces chercheurs, varia­tionistes et relativistes, se contentent d’observer la diversité des pratiques pédago­giques et prônent un éclectisme brouillon et racoleur) ; lui-même leur préfère les « démontreurs », tenants d’une Didactique qui se réclame d’une Linguistique expli­cative – formelle mais sémantique – et d’une Psycholinguistique constructiviste qui éclaire la dimension cognitive de l’apprentissage ; ce courant ne méconnaît d’ailleurs en rien la nécessaire diversité pédagogique, mais la traite rationnellement au niveau auquel elle appartient : en bout de chaîne transpositive. Enfin, J.J. défend la dignité de la Didactique, sa nature intégrative et praxéologique0.

  • 0 Techniques d’Information et de Communication pour l’Enseignement.

3La formation : J.J. déplore le gouffre séparant les concours de recrutement de la réalité du métier d’enseignant de L2, qu’il s’agisse du caractère « académique » (au sens lourd de ce terme !) de nombre d’épreuves disciplinaires ou de l’étroit « pra­ticisme » de la formation professionnelle, alors qu’une réelle formation initiale devrait allier théorie et pratique. Il s’agace de la tutelle pesante du Ministère et, dans cer­tains cas, de l’Inspection sur les I.U.F.M., empêchant qu’une formation au « risque » et à l’esprit critique puisse préparer les jeunes professeurs à affronter l’aléatoire de l’école d’aujourd’hui ; une telle lacune pousse ces derniers, dans le désarroi, à une « babélisation » sans recul, sacralisant le seul terrain dans un réflexe de survie. Pour lutter là-contre, J.J. propose qu’on modifie certaines épreuves des concours, qu’on en invente d’autres, incluant une théorie de l’innovation et une gestion du risque. Il presse les universitaires de prendre leurs responsabilités pour dépoussiérer l’acadé­mique et les formateurs les leurs, non seulement pour préparer les formés à « natu­raliser » au maximum la communication en L2, mais aussi pour utiliser les T.I.C.E.0 et ouvrir la classe au-delà de recettes toutes faites, afin notamment de privilégier une pédagogie du projet.

  • 0 Désormais P.E.

4L’enseignement des langues dans le primaire : J.J. souligne la difficulté de la formation de Professeurs d’Ecole0 insuffisamment compétents en L2, ainsi que la difficulté technique de toute gestion de l’oral (dimension prévalente à ce niveau). Il ironise sur la fréquente incohérence des tentatives ministérielles successives pour promouvoir cet enseignement à grand renfort d’effets d’affichage, non suivis d’une mise en œuvre suffisante. Partisan de « l’éveil aux langues » (ou plutôt « au lan­gage »), il propose d’introduire dans la formation des P.E. une possibilité de domi­nante en langues, une préparation à l’utilisation des T.I.C.E. pour une approche culturelle de la L2, un contenu d’éveil au langage favorisant une comparaison L2-L1 ultérieure (inscrite dans un suivi Ecole-Collège), laissant libre le choix de la L2 en Sixième.

5Les T.I.C.E. : J.J. critique la trop fréquente utilisation passive et inutile de T.I.C.E. plus marchandes que pédagogiques. Il suggère que professeurs et élèves de­viennent concepteurs de réalisations interactives (sites Web, e-tandems, etc.) davan­tage que simples utilisateurs. Il exprime une grande confiance dans de telles T.I.C.E., substantielles, « conceptualisées » et non-substitutives aux enseignants, pour apporter vie, attrait et intensivité aux échanges en L2, et aider partiellement à combattre les dysfonctionnements de l’Ecole actuelle.

6Liens inter-cycles dans le système scolaire : J.J. dénonce le gâchis actuel, qu’il s’agisse des redondances démotivantes de contenu entre Ecole et Collège, de l’incohérence de la gestion curriculaire longitudinale des L2 sur l’ensemble du cur­sus, ou de l’étanchéité méthodologique entre les cycles (ex. pseudo-communication en Collège, commentaire de textes – trop souvent littéraires – en Lycée). Il récuse l’absence générale de liens entre contenus, curricula et méthodologie. Ses pro­positions prennent donc le contre-pied de cet état de choses : mise en place d’un enseignement intensif des langues, établissement de complémentarités entre les cycles, liens entre langue et culture, entre L2 et L1, entre disciplines, et, dans la recherche, liens entre Sciences de l’éducation et Didactique.

  • 0 Groupes Techniques Disciplinaires.

7L’allemand : J.J. entrevoit avec désespoir, et avec la révolte de l’Européen convaincu qu’il a toujours été, la disparition éventuelle de cet enseignement dans le système scolaire français. Outre qu’il reproche aux décideurs gouvernementaux une politique des langues inconsciente, il s’étonne de la particulière rigidité qui fut celle de l’Inspection d’allemand jusqu’aux années 1990 – heureusement, elle a évolué – et dont l’un des effets a été de rendre la discipline peu attrayante aux yeux des familles (verrouillage des concours, combat d’arrière-garde d’Instructions Officielles prônant magiquement une « acquisition de réflexes » spontanée ...), tout comme il réprouve la guerre de tranchées qui régna, dans un passé récent, entre Inspection et Université, entre Inspection et C.N.P. / G.T.D.0 ; il n’oublie pas non plus d’évoquer une certaine inadéquation des manuels scolaires. Considérant le cas de l’allemand comme une loupe grossissante pour l’ensemble des problèmes des langues, J.J. lance un appel qui acquerrera après-coup valeur testamentaire : il faut que l’Inspection continue encore à changer, que l’Université change, que la conception obsolète de l’apprentissage de L2 change ! Il faut que des méthodes communi­catives intelligentes progressent, il faut que cessent les absurdités institutionnelles ! Il faut que la recherche en Didactique vive, librement !

8Personnellement, je suis en accord avec toutes ses analyses et ses propositions.

9Jean, tu as été notre très talentueux porte-parole, à nous chercheurs didac­ticiens. Nous t’exprimons toute notre gratitude. Que ta courageuse pensée continue à nous accompagner et à nous inspirer !

Notes

0 Conseil National des Programmes.

0 Désormais J.J.

0 Désormais L2. ; L1 désignera le français.

0 Praxéologie : théorisation des pratiques.

0 Techniques d’Information et de Communication pour l’Enseignement.

0 Désormais P.E.

0 Groupes Techniques Disciplinaires.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540