Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel en éducation

 | 
Jean Janitza

5. Les nouvelles technologies au service de l'enseignement/apprentissage

Introduction

Bernard Viselthier

Texte intégral

1Après la percée fulgurante qu’ont opérée les nouvelles technologies dans notre vie quotidienne, elles se sont également installées dans l’institution scolaire, de l’école élémentaire à l’université, frileusement dans les dernières années du XXème siècle, mais à présent de manière exponentielle, induisant de nouveaux comportements à la fois chez les enseignants et chez les apprenants. Les TICE ( techniques d’information et de communication dans l’enseignement) suscitent donc beaucoup d’espoir comme l’avait fait en son temps l’enseignement programmé par ordinateur (E.A.O.)

  • 1 Ce terme est maintenant galvaudé depuis que l’approche communicative s’en est emparée.
  • 2 Concept psychologique développé par Vygotski dans « Pensée et Langage ».

2Dans le cadre de l’E.A.O. Jean Janitza dirigea au cours des années soixante-dix un programme de recherches qui proposait d’élaborer à l’usage des élèves et des étudiants des didacticiels d’allemand permettant d’explorer les chemins divers qu’empruntent les apprentis germanistes lorsqu’ils tentent de produire un énoncé linguistique en L2. Il s’agissait en fait d’exercer bien avant que ce mot fût en vogue « une centration sur l’apprenant » 1 et sur son acte d’apprentissage de la langue étrangère. Dans le domaine de l’apprentissage de l’allemand il fut pionnier, non seulement en s’intéressant aux styles d’apprentissage et aux profils mentaux des apprenants, mais aussi en rendant compte de l’aspect facilitateur du « langage intérieur » 2 dans tout acte de conceptualisation. Ces recherches lui permirent de proposer une approche théorique sur l’acquisition de la L2 et de formuler diverses hypothèses, entre autres celle de la contrastivité qui sollicite mémoire et réflexion chez l’apprenant. Bien que reposant sur des données vérifiées scientifiquement, cette approche fut âprement contestée par les instances institutionnelles de l’époque, mais elle est aujourd’hui largement reconnue par les chercheurs linguistes qui poursuivent les travaux autour de « l’ordinateur pédagogue ».

3Un des grands chantiers que Jean Janitza entreprit au sein de l’IUFM de Paris fut le développement des nouvelles technologies dont il était persuadé qu’elles n’étaient pas un simple effet de mode. Il disait : «  Il faut penser la technologie pour enrichir les pratiques d’enseignement et aboutir à des innovations pédagogiques » : il exprimait ainsi sa conviction que l’informatique était appelée à jouer dans ce domaine un rôle majeur en gérant non plus seulement du texte mais aussi des images et du son.

4J’ai toujours admiré chez mon maître Jean Janitza les capacités prospectives de créateur et de visionnaire dont il faisait preuve. Il nous a appris à ouvrir notre esprit en nous faisant réfléchir sur nos pratiques afin que nous soyons en mesure de proposer d’autres méthodes d’enseignement, d’autres contenus et que nous nous interrogions sur les réponses variées que l’on peut apporter dans l’enseignement des langues en croisant la linguistique, la psychologie de l’apprentissage et les nouveaux média. Il nous a tous puissamment aidés à progresser dans notre métier et je lui exprime ici ma profonde reconnaissance.

Notes

1 Ce terme est maintenant galvaudé depuis que l’approche communicative s’en est emparée.

2 Concept psychologique développé par Vygotski dans « Pensée et Langage ».

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540