Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel en éducation

 | 
Jean Janitza

4. La formation des maîtres

Introduction

Jean-François Tournadre

Texte intégral

1Jean Janitza a été l’un des rares universitaires germanistes français – et l’un des premiers – à s’intéresser réellement à la formation des maîtres, je veux dire autrement que sous l’aspect de cours portant sur telle ou telle question du pro­gramme des concours de recrutement. Il l’a fait en tant qu’enseignant, en tant que chercheur, et aussi dans ses fonctions à la présidence du jury du CAPES, au Conseil National des Programmes, à la direction de l’IUFM de Paris et comme membre de la Conférence des Directeurs d’IUFM.

2Dans les articles et communications qui constituent ce quatrième chapitre, ceux qui l’ont connu retrouveront les qualités qu’ils appréciaient tant en lui : la rigueur du pro­pos, la cohérence des analyses, la force des propositions, une lucidité de tous les instants, loin des modes et des chapelles.

3De tous ces textes se dégagent des axes de réflexion communs. D’abord, on sera sensible à la volonté constante de dépasser les oppositions stériles entre compé­tences et connaissances, entre savoir et savoir-faire (ou même savoir-vivre), entre « communicatif » et « culturel », entre théorie et pratique, entre centration sur l’élève et centration sur la discipline, entre la langue comme outil et la langue comme objet … Ce faisant, Jean Janitza ne fait aucunement preuve d’un œcuménisme léni­fiant, mais s’efforce de définir le plus largement possible l’objectif recherché, qu’il résume dans la première communication de ce chapitre dans la formule suivante : « la formation linguistique et culturelle au service de la communication » – une for­mule qui a dû faire grincer bien des dents.

4De cet objectif découlent une série d’exigences pour le profil des enseignants : ceux-ci doivent être à la fois des « experts généralistes », des médiateurs et des forma­teurs. D’où, entre autres, l’intérêt que manifeste Jean Janitza pour la formation inter­culturelle et son inlassable plaidoyer en faveur de la reconnaissance institutionnelle de la recherche en didactique des langues.

5On pourrait continuer l’énumération des pistes ouvertes par Jean Janitza, et dont aucune n’a perdu de son actualité. Mais cette brève présentation n’a pas pour but de proposer une synthèse des textes qui suivent : elle est plutôt une incitation à aller voir tout ce qu’il y a de vivifiant dans ces textes mêmes.

6Jean Janitza ne cherchait pas à plaire – encore moins à complaire. Cela lui a valu parfois d’être en butte à des injustices de la part de ceux que pouvait gêner ce franc-parler. Il ne cherchait pas non plus à se bercer d’illusions, et l’actualité persistante de son propos porte témoignage du chemin qu’il reste encore à parcourir. Mais écou­tons le message qu’il nous délivre : « restons optimistes, en tout cas opiniâtres… ».

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540