Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel en éducation

 | 
Jean Janitza

3. La didactique entre théorie et pratique

Introduction

Louise Dabene

Texte intégral

1Engagé de longue date au sein de diverses instances dans une réflexion sur la didactique des langues étrangères, notamment dans le cadre de l’Association des chercheurs et enseignants en didactique des langues étrangères (ACEDLE) dont il accompagna la naissance et le développement, Jean Janitza a consacré une partie importante de ses travaux à l’exploration des domaines scientifiques connexes concernés par le processus d’appropriation d’un langage non-maternelle.

2Dans cette perspective, mettant à profit sa double compétence de linguiste et de germaniste, il a contribué à jeter un pont entre les réalités du terrain éducatif et les apports théoriques de chercheurs, dont certains peu connus du public francophone.

3Il a ainsi fait progresser notablement, par exemple, la connaissance de notions peu présentes dans le champ de la didactique traditionnelle des langues comme celle de « langage intérieur » reprise des travaux de Léontiev et de Vygotsky, qu’il considérait comme « le mode privilégié d’apprentissage d’un nouveau code linguistique ».

4Cette même démarche l’a amené à prendre position sur des questions qui intéressent au premier chef le didacticien, comme celle des fonctions à accorder à la langue maternelle dans la classe de langue étrangère, ou bien celle du rôle de la pensée consciente dans le processus d’appropriation. Il a ainsi pris place, très tôt, dans le courant actuel qui tend à mettre en lumière les aspects socio-cognitifs de l’apprentissage.

5Parallèlement, son projet de banque de données permettant une étude systé­matique et raisonnée des productions langagières déviantes des apprenants consi­dérées comme des « lapsus » constituant des traces observables et interprétables du processus d’apprentissage, illustre l’intérêt qu’il portait aux phénomènes de terrain. L’informatique s’est révélée, entre les mains de Jean Janitza, un outil pré­cieux dans cette entreprise.

6On le verra dans les documents qui suivent la présente introduction, Jean Janitza a tracé un sillon original et malheureusement trop tôt interrompu dans le champ de la didactique des langues : il a rejeté tout à la fois les conceptions applicationniste ou mentaliste de l’apprentissage tout en faisant progresser la didactique vers un statut épistémologique plus clair, dans sa double dimension intégrative et praxéologique.

Auteur

Université de Grenoble

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540