Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel en éducation

 | 
Jean Janitza

3. La didactique entre théorie et pratique

La recherche en didactique : essai de délimitation d'un champ

Note de l’éditeur

Paru dans : Actes du 1er colloque de l'Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères. « Qu'est-ce que la didactique des langues étrangères ? » E.N.S. Saint-Cloud, septembre 1989, p. 24-29.

Texte intégral

Introduction

1Le projet de cet exposé est triple :

  1. Faire 1'inventaire raisonné des secteurs concernés par la recherche en didactique = sciences de référence de la didactique des langues étran­gères, les champs disciplinaires impliqués par cette recherche.

  2. Évoquer quelques problèmes cruciaux liés aux relations de ces sciences, de ces champs entre eux et de ces champs en perspective avec la didac­tique.

  3. Tenter de trouver un statut à la didactique par rapport à ces champs disciplinaires.

2Un tel projet amène forcément à se cantonner dans les généra1ités et à proposer peut-être une vision personnelle, car 1'absence de consensus, de référence, de synthèse reconnue, ne permet qu'une démarche heuristique.

3Il y a, à ma connaissance, peu de littérature et de réflexions sur ce sujet ; on peut citer cependant :

4H. Besse : « Remarques sur le statut de la didactique des langues étrangères dans le champ des sciences humaines et socia1es » (1986) 20 p., in : Bulletin de l'ACLA.

5Le compte rendu du 12e congrès (1987) des didacticiens allemands de langue étrangère : Die Beziehungen der Fremdsprachendidak­tik zu ihren Referenz­wissenschaften (1988) Günter Narr Verlag, 416 p.

1. Inventaire des secteurs

6Cet inventaire a fondamentalement comme caractéristique d'être ouvert, ce qui n'est contradictoire qu'en apparence ; de nouvelles sciences peuvent, en effet, se constituer et intéresser le didacticien, l'exemple des neuro­sciences est frappant à cet égard.

1.1. Les secteurs qui ont pour objet d'étude les contenus de l'apprentissage et de l'enseignement :

7La linguistique : elle délimite la substance grammaticale de la langue à enseigner et à apprendre, mais elle fournit également le système explica­tif du mode de fonctionnement de cette langue (cf. les diverses théories explicatives, descriptives, de son évolution récente, depuis l'analyse structurale jusqu'à l'énonciation et 1a pragmatique, en passant par la grammaire générative...). Elle est souvent réduite, par les enseignants, à une pratique prescriptive.

8La littérature : elle joue, ou doit jouer, pour certains, un rôle privilégié ; ce rôle, c'est de fournir les contenus culturels de l'enseignement des langues.

9La civilisation : « concurrente » de la littérature en tant que discipline délimitant des contenus. La controverse n'est pas terminée. ..

1.2. Les secteurs qui ont pour objet d'étude les comportements humains impliqués par l'enseignement et l'apprentissage :

10La psychologie : qu'elle soit expérimentale, génétique ou cognitive, amé­ricaine, européenne ou soviétique, la psychologie occupe sans conteste une place de choix ; que l'on songe au secteur de 1a psychologie de l'apprentissage — qu'il soit de type behavioriste ou cognitiviste —, aux recherches sur la motivation, sur la mémoire, en particulier sémantique ...

11La sociologie : on peut citer la branche « sociologie de l'éducation », mais aussi la sociolinguistique, deux sous-secteurs importants, quoique fort différents dans leurs approches.

12La politologie : considérée en Allemagne comme aussi importante que les autres disciplines (cf. l'éducation du citoyen, de l'Européen ...).

13La philosophie : typiquement allemand ... (cf. l'École de Francfort et ses travaux sur la communication).

14Les neurosciences : on peut citer, entre autres, les recherches sur les hémisphères cérébraux et sur les différences éventuelles de traitement des données selon l'appartenance à tel ou tel autre groupe de langue mater­nelle ...

15Les sciences cognitives : proches des neurosciences, les sciences cognitives ont une vocation interdisciplinaire ; leur champ est par ailleurs encore flou dans ses contours.

1.3. Les secteurs qui ont pour objet d'étude à 1a fois les aspects du compor­tement humain et les contenus d'apprentissage :

16La psycholinguistique : cette science relativement jeune ouvre des perspectives dans plusieurs directions, selon que les recherches sont initiées principalement par des linguistes de « formation », ou des psy­chologues. On se souvient, à ce propos, du débat entre Chomsky et Piaget ; parmi le foisonnement des recherches, on peut citer les recherches sur les aspects génétiques, sur le bilinguisme, les hypothèses sur les modèles explicatifs de la compréhension et de la production, les recherches sur le rôle du mental, sur les opérations linguistiques sous-jacentes...

1.4. Les secteurs qui ont pour objet d'étude 1a médiatisation des contenus et des processus d'apprentissage :

17La technologie de l'enseignement : inutile d'apporter des précisions sur ce secteur largement exploré par les enseignants de langue.

18L'informatique : il faut faire une place à part à l'informatique ; il est vrai qu'elle représente un sous-ensemble de la technologie, mais les recherches dépassent largement le seul aspect technologique : recherches sur l'intelligence artificielle, sur les modes de raisonnement, sur le cerveau, sur le futur ordinateur qui sera « neuronal » ...

1.5. Les secteurs qui ont pour objet d'étude les conditions générales de l'éducation et de l'enseignement :

19Les sciences de l'éducation : le champ des sciences de l'éducation est vaste : on peut citer, entre autres, l'évaluation, la docimologie, la péda­gogie différenciée, la pédagogie par objectifs, les interactions élèves-professeur ...

20La didactique générale, dans la mesure où elle existe et qui traite des problèmes généraux de transmission des connaissances.

2. Les problématiques

2.1. Problématiques internes aux divers champs disciplinaires

212.1.1. Il faut noter tout d'abord le polymorphisme de certains secteurs : dans le domaine de la psychologie, il est inutile d'évoquer les différents secteurs de recherche, le champ de la civilisation recouvre des données historiques, sociologiques, géographiques, économiques, voire littéraires, quant à la psycholinguistique, elle se préoccupe, selon les écoles, aussi bien des processus mentaux effectivement en action lors de la compréhension et de la production, que des processus internes supposés d'activité métalinguistique, des problèmes du bilinguisme, pour ne citer que quelques axes de recherche.

222.1.2. Citons pour mémoire la réalité parfois douloureuse, mais semble-t-il né­cessaire, des chocs de théories, bien sûr (dans le domaine de la linguistique, mais aussi en psychologie : la « behavioriste », la « cognitive », et la « sovié­tique », par exemple …).

232.1.3. Signalons aussi le problème des « croisements » de secteurs avérés : par exemple la psycholinguistique, la psychopédagogie, la psychosociologie, la neuropsychologie, etc...

24Il pourrait exister aussi d'autres croisements, par exemple entre les neuro­sciences et la linguistique : on peut émettre l'hypothèse que tels éléments de la langue seraient plutôt traités par l'hémisphère droit, par exemple les expressions idiomatiques, pour leur valeur globale, tandis que d'autres élé­ments, de valeur plutôt analytique seraient traités par l'hémisphère gauche (syntaxe, morphologie...).

25Enfin, certaines recherches supposent des croisements multiples : tel est le cas de 1a « lapsologie ».

262.1.4. Mentionnons, pour mémoire, les « chocs frontaliers », par exemple entre la linguistique à prétention psychologique (linguistique d'inspiration chomskyste) et inversement la psychologie à prétention linguistique (psychologie soviétique).

272.1.5. Enfin, certains secteurs périphériques sont parfois plus intéressants que les secteurs centraux : par exemple la sociologie de l'éducation (recherches américaines sur le biculturalisme) ou la psychologie de l'édu­cation (recherches sur l'interculturel et problèmes des minorités culturelles).

2.2. Problématiques internes à la didactique des langues : la probléma­tisation de la perspective didactique

282.2.1. Le problème du transfert des connaissances ; chaque science a ses mé­thodes de travail ; nous connaissons des exemples fâcheux d'un certain type de transfert : les pattern drills issus de la psychologie du comportement, ou bien la grammaire générative « appliquée » comme grammaire d'appren­tissage. Cette thématique est en relation avec l'opposition « science pure – science appliquée ». Nous en souffrons encore. Il faut absolument arriver à une appropriation-intégration des connaissances par le didacticien.

292.2.2. Mais aussi, et en retour, il faut un échange entre la didactique et les autres secteurs. Le didacticien peut imaginer des tâches spécifiques à résoudre par le psychologue, le sociologue ... K. H. Flechsig se plaint de la « Pädagogik » allemande, dont les réflexions sont insuffisantes pour la didactique des langues, d'où nécessité de se tourner vers des auteurs étrangers. Cette situation est due à l'absence d'échanges entre les disciplines.

302.2.3. La problématique des priorités : faut-il privilégier les aspects cultu­rels, linguistiques, psychologiques, sociologiques ? ... Il est vrai que le didacticien ne peut à lui seul embrasser tous les secteurs, être compétent dans tous les domaines. On peut imaginer une « priorité personnelle », mais il y faut une attention aux autres secteurs.

312.2.4. Les problématiques liées au frein de certains dogmes :

32Un exemple : la branche de la psychologie qui s'intéresse à la « résolution de problèmes » et qui peut apporter une contribution aux recherches sur le rôle de la réflexion dans l'apprentissage des langues entre en conflit avec le dogme de type behavioriste du « learning by doing ».

33Un autre exemple : la problématique de 1a motivation : la motivation est-elle liée obligatoirement à la littérature (= les élèves ne sont-ils motivés que par des textes littéraires ?). La motivation est-elle incompatible avec l'approche de textes dits de « civilisation » ?

342.2.5. Une problématique curieuse enfin : ce que l'on appelle la méthodolo­gie, c'est-à-dire les différents moments, étapes de la classe de langue dans leur succession (d'abord compréhension globale d'un document, puis éluci­dation, puis commentaire-discussion...), qui représente pour la plupart des enseignants la seule problématique de type didactique (cf. les textes officiels) ne semble abordée, étudiée au fond dans aucune des disciplines évoquées. Ceci expliquerait la tentation de réduire la didactique à une méthodologie du terrain, d'où la réflexion théorique serait exclue.

Conclusions

  • La didactique est condamnée à l'interdisciplinarité.

  • Si elle veut se constituer comme science, elle a une vocation « intégra­tive » ; ceci veut dire : recueillir le savoir fourni par les sciences de référence et l'intégrer pour en faire un instrument d'acquisition de con­naissances nouvelles.

  • Il y a nécessité d'organiser la division du travail.

  • Il y a nécessité de confronter les recherches en didactique des diverses langues, y compris le français langue étrangère.

35Voilà les conditions indispensables pour la reconnaissance de la didactique des langues en tant que science, pour sa crédibilité, son positionnement, son identité et son insertion dans le monde scientifique en général des sciences humaines.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540