Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel en éducation

 | 
Jean Janitza

2. Langue, lexique, culture et communication

La relation entre le culturel et la communication

Note de l’éditeur

Inédit : Communication présentée à l’occasion d’un colloque sur les langues vivantes tenu les 26-27-28 novembre 1992. Reprise en 1997.

Texte intégral

Introduction

1Pour aborder ce vaste sujet, je ne ferai pas référence explicitement aux travaux des spécialistes de la communication, ni aux socio-linguistes et anthropologues anglo-saxons comme Labov, Hymes ou Gumperz, ni même aux travaux de Hall, par exemple sur la notion de culture. Bien sûr, ces tra­vaux ne sont pas absents de mes réflexions personnelles, mais celles-ci se situeront à un niveau plus modeste.

2Mon objectif est une mise en perspective des deux domaines dans la tradition des réflexions didactiques françaises.

3Comment aborder le sujet ? Le « culturel » et le « communicationnel » sont deux objectifs de toujours de l’enseignement des langues. Le problème posé est celui de leur juxtaposition, de leur co-existence. Selon les époques, selon les traditions aussi des diverses langues, on constate, chez les élèves, un déficit soit du « culturel », soit du « communicationnel ».

4Le moment est venu de tenter de définir, de cerner d’abord la portée, la signification des deux termes fort ambigus de « culture » et de « communi­cation » puis de s’interroger sur le sens de « et » (et + ? ou et/ou ?), c’est-à-dire sur le sens de leur relation.

5Il y a un passage obligé cependant au préalable : cerner l’ambiguïté de ces deux notions.

La notion de culture

6Il y a une ambiguïté première, qu’il faut débusquer : parle-t-on de la culture d’un pays ou de la culture d’un individu ? La langue allemande a deux termes : Bildung et Kultur.

La culture d’un pays (Kultur)

7L’ambiguïté persiste : en schématisant, on peut dégager trois conceptions, même si je joue sur les mots :

  • conception restreinte : elle recouvre la littérature, les arts, la mu­sique ...

  • conception élargie : elle est souvent remplacée par la notion de civilisation, englobant la conception restreinte et l’élargissant à la réalité politique, sociale, géographique ...

  • conception très élargie : c’est tout ce qui précède, mais aussi les modes de vie, les modes de pensée, les comportements langagiers, les rites sociaux, la nature des médias ... etc ...

8Ma préférence personnelle va bien évidemment vers la conception très élargie.

La culture d’un individu (Bildung)

9Il faudrait faire une distinction entre l’autochtone et le non-autochtone :

10L’autochtone se caractérise par :

  • une grande variabilité des savoirs culturels et des pratiques culturelles largement « inconscientes » et non réfléchies, (comme pour la gram­maire ... ?)

  • une grande variabilité de l’impact de l’Institution scolaire : le développe­ment des capacités d’analyse et de compréhension fine de sa propre cul­ture – ce qui est le rôle de cette Institution – n’est pas uniforme ...

11Le non-autochtone est soumis totalement (ou presque) au rôle de l’Institution scolaire ; celle-ci a pour fonction

  • de faire acquérir des connaissances culturelles au sens restreint ou élargi ou très élargi ; j’intègre dans cette acquisition celle des usages langagiers en relation avec les situations de communication, ce qui est une position peu banale ... c’est-à-dire peu répandue dans l’Institution ;

  • de faire acquérir des capacités d’analyse et d’interprétation de documents de toute nature (y compris les documents dits « informatifs ») ;

  • de faire acquérir des capacités de « compréhension fine ou profonde » de ces documents, ce qui suppose une mise en relation des divers savoirs évoqués plus haut.

12Quelques exemples d’interrelations de ce type :

  • Comment comprendre le mouvement des Verts allemands sans référence au Romantisme allemand, à des réflexions sur la démographie/géographie (nombre d’habitants au km2) ... ?

  • Comment comprendre le processus de réunification sans référence au rôle social des églises ?

  • Comment gérer les relations humaines dans l’entreprise allemande sans connaître le système de formation allemand (alternance, système dual ...) ; a contrario le concept d’agrégation pour un Allemand !!!

La notion de communication

13C’est peut-être encore plus compliqué ; la notion est en tout cas à mon sens « brouillée » par ce que l’on appelle « l’approche communicative ».

14Je vais simplement lister un certain nombre de problèmes, sans entrer dans la discussion :

  • Le problème « curriculaire » : le terme de « communication » n’a certai­nement pas le même sens, la même portée pour un enfant de 9 ans, de 14 ans ou de 18 ans ; il va de pair avec le problème de la coupure dans les pratiques d’enseignement entre « communication » d’abord, dans les classes du premier cycle, et « aspects culturels » ensuite, dans les classes du second cycle ...

  • Le problème de l’authenticité, à la fois des documents et supports et de la relation de « communication » entre maître et élèves dans la classe, qui n’a que peu de rapports avec la réalité de la communication dans le pays étranger.

  • Le problème des « besoins langagiers » des élèves : besoins actuels (= à un moment donné de l’apprentissage) et besoins futurs (= dans leur vie d’adultes, en particulier dans le cadre d’une profession).

  • Le problème du couple « expression-compréhension ». Il y a des situa­tions de communication réelles où seule intervient la compréhension ; la compréhension doit donc être incluse dans la notion de communication.

  • Le problème de la nature des activités des élèves : le commentaire de textes ou d’autres supports est-il une activité de communication réelle ? Pourquoi ne pas introduire dans les pratiques pédagogiques l’étude des « structures communicatives », orales par exemple ?

La nature de la relation (ou le sens de « et »)

  • Pour moi, « ET » ne devrait pas être l’équivalent d’un « OU ». Il n’y a pas d’un côté la culture, de l’autre la communication ; la coupure curriculaire n’est donc pas justifiée.

  • « ET » signifie-t-il « PLUS » ; la culture est-elle un « plus » ? Y a-t-il dif­férentes qualités de communication ? Les banales et les cultivées ? Peut-être, mais l’Institution scolaire a mission de ne pas viser que les commu­nications « banales ».

  • En réalité, je plaide pour une non-distinction des 2 objectifs traditionnel­lement séparés, ce qui peut se résumer ainsi :

  • L’objectif culturel est (devrait être) englobé dans l’objectif communi­cationnel, même si – je le sais bien – une frange des savoirs culturels et des pratiques pédagogiques pourrait être déconnectée complètement de toute visée communicationnelle (je ne dis pas « communicative »). Je pense bien évidemment par exemple à l’approche littéraire, mais j’ai bien dit « une frange » ...

  • La connaissance des pratiques langagières (et donc communicationnelles) fait (devrait faire) partie des savoirs culturels.

  • Seule la connaissance de références culturelles et la capacité de les mettre en relation garantit une compréhension fine.

15Ne s’agit-il pas là de ce que l’on appelle l’apprentissage inter-culturel ?

16Par exemple, une publicité pour une marque de bière qui met en avant la pureté de l’eau, ne doit pas seulement évoquer l’écologie, mais aussi les réalités législatives et économiques sur les procédés de fabrication de la bière en Allemagne et les problèmes soulevés par les normes de fabrication en liaison avec l’importation de marques étrangères (il ne s’agit pas d’une bière coupée à l’eau ...)

Conclusion

17Je terminerai par quatre questions :

  • Une question posée aux Universitaires, en particulier aux spécialistes de civilisation : les recherches sur les interrelations et corrélations que j’ai évoquées me paraissent encore insuffisantes ; un accroissement des con­naissances dans ce domaine me semble urgent.

  • Question posée aux Universitaires linguistes : ils devraient participer à une tâche non moins urgente : faire l’inventaire des connaissances de tous ordres (y compris culturelles dans tous les sens du terme) qui sont nécessaires à la compréhension fine.

  • Question posée aux praticiens : comment concilier les besoins langagiers actuels et futurs des élèves et les pratiques pédagogiques dans la classe ?

  • Question posée à l’Institution : quelle formation des enseignants ? Quels programmes des concours de recrutement et quels programmes « cultu­rels élargis » pour les élèves ?

18Enfin, en guise de conclusion générale provisoire : il est vain – et même épistémologiquement erroné – de vouloir opposer une vision utilitariste et une vision culturelle de l’enseignement des langues ; si des évolutions sont souhaitables, c’est bien dans la perspective d’une unification de ces deux visions ...

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540