Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel en éducation

 | 
Jean Janitza

1. Du bon usage de la contrastivité

[phonétique] et /phonologie/

Note de l’éditeur

Paru dans : Jean-Marie Zemb, Duden Vergleichende Grammatik Französisch-Deutsch, tome 1, Comparaison de deux systèmes, 1978, p. 855-863 (pages impaires).

Texte intégral

1C’est l’opposition des sons entre eux qui permet l’opposition des lexèmes au sens de non-confusion ; cette opposition ne se manifeste pas seulement à l’intérieur des lexèmes : dans le mot « lettre », [l] s’oppose à [ɛ], à [t], à [r], [ɛ] s’oppose à [l], à [t], à [r], etc ; tous les sons d’un lexème s’opposent également, implicitement, à tous les autres sons de la langue considérée : [l] s’oppose à [m], de « mettre » par exemple, [ɛ] s’oppose à [i], de « litre » par exemple, etc., ces oppositions n’étant pas limitatives, mais dépendant de la distribution donnée dans telle ou telle langue et commandant l’enrichisse­ment de son vocabulaire.

2Si l’on se demande à présent quelle est la nature des différentes oppo­sitions, ce qui suppose une analyse de chaque son, et peut‑être une comparaison de chaque son avec tous les autres sons d’une langue, on s’aperçoit qu’il y a deux manières d’analyser ces sons. On peut tout d’abord tenter de les définir exhaustivement et absolument ; c’est l’objet de la phonétique, articulatoire ou acoustique : ainsi, pour le son [k] de cou et le son [k] de qui d’une part, le son [l] de loup et le son [l] de lit d’autre part, on obtient des palatogrammes (empreintes du palais), des radiographies et des spectrogrammes différents, ce qui tend à prouver que le [k] de cou, le [k] de qui ainsi que le [l] de loup et le [l] de lit sont en opposition ; en effet, on dira que le [k] de cou et le [l] de loup sont des consonnes « vélarisées » – le point d’articulation se situant au niveau du voile du palais – tandis que le [k] de qui et le [l] de lit sont des consonnes « palatalisées » – le point d’articulation se situant au niveau du palais dur. En effet, les instruments dont se sert la phonétique expérimentale ont permis de révéler des oppositions que ne soupçonnaient ni notre conscience linguistique ni notre « oreille ».

3Si l’on adopte une procédure d’analyse non expérimentale, mais basée sur la comparaison des lexèmes d’une langue donnée, on aboutit à une définition relative et non exhaustive des sons. Considérons l’opposition [k]/[g] telle qu’elle apparaît dans les mots cou [ku] et goût [gu] ; la phonétique nous apprend que les sons [k] et [g] s’opposent par le degré de sonorité : [k] est sourd, [g] est sonore. Cette opposition est‑elle du même type que l’op­position [k] vélarisé/[k] palatalisé évoquée plus haut ? En comparant les deux couples coup/goût et coup/qui, on constate que dans le premier, les termes ne s’opposent phonétiquement que par le degré de sonorité de la consonne, alors que dans le second, les termes s’opposent non seulement par le point d’articulation du [k], mais aussi par la voyelle. Pour que la comparaison des deux couples fût valable, il faudrait supposer l’existence en français de deux lexèmes [ku] de sens différent présentant l’un un [k] vélarisé et l’autre un [k] palatalisé. Or ce n’est pas le cas. En français, la présence de [k] vélarisé est due à la voyelle [u], et la présence du [k] palatalisé à la voyelle [i]. Cela permet de comprendre la terminologie : en français, l’opposition entre [k] et [g] est dite pertinente, tandis que l’opposition entre le [k] vélarisé et le [k] palatalisé est dite non pertinente.

4En allemand, l’opposition [k]/[g] dans Kasse/Gasse est pertinente, et l’opposition [k] vélarisé/[k] palatalisé dans Kunde/Kinder est non pertinente. L’analyse phonétique du couple Kasse/Gasse conduit à préciser la notion d’opposition pertinente, le [k] étant sourd et aspiré et le [g] sonore et non aspiré, sans que ces deux « traits » ne soient du même ordre ; l’opposition aspiration/non aspiration ne permet pas à elle seule d’opposer deux lexèmes allemands : il n’existe pas un mot Kasse avec un [k] non aspiré – et qui signifierait autre chose que « caisse » ; le trait « aspiration » ne sera donc pas retenu dans la définition phonologique du /k/ allemand. On voit à présent dans quel sens l’analyse phonologique est non exhaustive : elle analyse les sons dans leur relativité et ne retient, parmi les traits phonétiques, que les pertinents.

5Cette analyse en traits pertinents s’opère parmi les éléments qui ont quelque affinité phonétique entre eux : voyelles d’une part, consonnes d’autre part.

Le système vocalique français repose sur cinq types d’oppositions pertinentes différentes :

Le système vocalique allemand repose également sur cinq types différents d’oppositions pertinentes :

ouvert/fermé

ouvert/fermé

/i/ : /e/

pris/pré

Voyelles brèves

/e/ : //

clef/claie

/I/ : /

Hitze/Hetze

// : /a/

grès/gras

/ : a/

Rest/Rast

/y/ : /ø/

fut/feu

/Y/ : /œ/

Hülle/Hölle

/ø/ : /œ/

jeu/jeune

/œ/ : /a/

Hölle/Halle

/œ/ : /a/

beurre/barre

/U/ : /ç/

Schuß/schoß

/u/ : /o/

fou/faux

/ç/ : /a/

hocken/hacken

/o/ : /ç/

paume/pomme

Voyelles longues

/ç/ : /a/

colle/cale

/i:/ : /e:/

lieben/leben

/e:/ : //

Segen/sägen

// : /a:/

sägen/sagen

/y:/ : /ø:/

Grüße/Größe

/ø:/ : /a:/

Föhn/Fahne

/u:/ : /o:/

Gruß/groß

// : /a:/

groß/Gras

palatal non arrondi/vélaire

palatal non arrondi/vélaire

/i/ : /u/

prix/proue

/i:/ : /u:/

Gries/Gruß

/e/ : /o/

été/étau

/I/ : /U/

Schild/Schuld

// : /ç/

sel/sol

/e:/ : /o:/

Seele/Sohle

// : /ç/

Geld/Gold

• palatal arrondi/vélaire

• palatal arrondi/vélaire

/y/ : /u/

jus/joue

/y:/ : /u:/

spülen/spulen

/ø/ : /o/

deux/dos

/Y/ : /U/

Mütter/Mutter

/œ/ : /ç/

veulent/volent

/ø:/ : /o:/

schön/schon

/œ/ : /ç/

Zölle/Zoll

• palatal non arrondi/palatal arrondi

• palatal non arrondi/palatal arrondi

/i/ : /y/

cri/cru

/i:/ : /y:/

Tier/Tür

/e/ : /ø/

dé/deux

/I/ : /Y/

Mitte/Mütter

// : /œ/

père/peur

/e:/ : /ø:/

Meere/Möhre

// : /œ/

kennen/können

• oral/nasal

L’allemand ignorant l’opposition oral/nasal, les germanophones éprouvent quelque difficultés à la pratiquer, p.ex. dans des mots d’emprunt : ein Bonmot.

/a/ : /A)/

tas/temps

/o/ : /o)/

/e/ : /)/

beau/bon

thé/teint

/œ/ : /œ)/

jeune/junte

Le français n’accorde pratiquement aucune place à l’opposition de quantité en dépit de cas isolés tels que :

• longue/brève

/i:/ : /I/

/y:/ : /Y/

Miete/Mitte

fühlen/füllen

reine/renne

faîte/faite

/u:/ : /U/

Ruhm/Rum

maître/mettre

/e:/ : //

fehlen/fällen

pâte/patte

tâche/tache

// : //

schälen/schellen

(Beaune/Bonn)

/ø:/ : /œ/

Höhle/Hölle

/a:/ : /a/

kam/Kamm

(Le français ne connaît pas de diphtongues.)

En outre, l’allemand possède trois diphtongues :

/AI/ : /AU/

heiß/Haus

/AI/ : /çY/

Eiter/Euter

/AU/ : /çY/

Laute/Leute

qui ont toutes valeur de longue.

6Dans les deux langues, le système consonantique est fondé sur le croise­ment des oppositions de mode d’articulation, de point d’articulation et de voisement, mais outre les types occlusif, fricatif, nasal, latéral et vibrant, l’allemand connaît aussi le type affriqué, comme cela apparaît ci‑dessous :

Oppositions de mode d’articulation

occlusif/fricatif

pain/fin

occlusif/fricatif

Pater/Vater

occlusif/nasal

teint/nain

occlusif/nasal

tagen/nagen

occlusif/affriqué

Panne/Pfanne

occlusif/latéral

coup/loup

occlusif/latéral

Keim/Leim

occlusif/vibrant

ton/rond

occlusif/vibrant

Tee/Reh

fricatif/nasal

fond/nom

fricatif/nasal

fein/mein

fricatif/affriqué

Flug/Pflug

fricatif/latéral

son/long

fricatif/latéral

Schloß/Los

fricatif/vibrant

chien/rien

fricatif/vibrant

Fehde/Rede

nasal/affriqué

Neid/Zeit

nasal/latéral

mien/lien

nasal/latéral

nicht/Licht

nasal/vibrant

nouille/rouille

nasal/vibrant

Mund/rund

affriqué/latéral

Pfand/Land

affriqué/vibrant

Pfand/Rand

latéral/vibrant

lit/riz

latéral/vibrant

Land/Rand

Oppositions de point d’articulation

labial/apical

prompt/tronc

labial/apical

Bank/Dank

labial/dorsal

peur/cœur

labial/dorsal

bitter/Gitter

apical/dorsal

temps/camp

apical/dorsal

Teil/Keil

Oppositions de voisement

sourdes/sonores

poids/bois

sourdes/sonores

Pein/ Bein

ton/don

tanken/danken

cri/gris

Kasse/Gasse

foie/voie

finden/winden

Saône/zone

reißen/reisen

choux/joue

7L’analyse des oppositions distinctives permet non seulement d’isoler les phonèmes, mais aussi de « construire » les systèmes phonologiques. Nous présentons successivement les deux systèmes vocaliques, puis les deux sys­tèmes consonantiques, pour relever ensuite quelques difficultés contrastives.

Les systèmes vocaliques

le système français

le système allemand

longues

brèves

/i/ /y/ /u/

/i:/ /y:/ /u:/

/I/ /Y/ /U/

/e/ /ø/ /o/

/e:/ /ø:/ /o:/

/ɛ/ /œ/ /ç/

/ ɛ ɛ ɛ

// /œ/ / ç /

/a/

/a:/

/a/

nasales

diphtongues

/ã/ /õ/ / ɛ)/ /œ)/

/AI/ /AU/ /çY/

En français, les voyelles sont phonéti­quement longues lorsqu’elles sont, sous l’accent, suivies de certaines consonnes comme [r], [v], [z], [Z], p. ex. dans cœur, rave, bise, rage.

En allemand, la distinction phonolo-gique entre les brèves et les longues est parfois indiquée par des graphèmes.

Longues :

V(oyelle)+ C(onsonne) + V...,

p. ex. Leben, Ofen, kamen ;

• V +V, p. ex. Reeder, Saal, Boot ;

V + h, p. ex. sehen, Bahn ;

• ie, p. ex. Lied, Krieg ;

• et V en filiale, p. ex. da, so, du.

Brèves :

• V + 2C semblables,

p. ex. retten, Egge, Lamm ;

• V + tz ou V + ck, p. ex. Katze, Hetze, Ecke, Hacke ;

V + pf, p. ex. Apfel, Gipfel.

Les systèmes consonantiques

le système français

le système allemand

/p/ /t/ /k/ /f/ /s/ //

/pf/ /ts/

/b/ /d/ /g/ /v/ /z/ /Z/

/p/ /t/ /k/ /f/ /s/ /∫/ /ç , x/

/m/ /n/ //

/b/ /d/ /g/ /v/ /z/ /j/

/l/ /r/

/m/ /n/ /N/

/l/ /r/ /h/

semi-consonnes

/Á/ /w/ /j/

8La comparaison de ces systèmes permet de prévoir des fautes contrastives, ou du moins de situer les risques d’interférence, et cela autant dans la perception que dans la production. L’expérience ne confirme que trop l’hypothèse.

Interférences de systèmes vocaliques

pour un germanophone

pour un francophone

Alors que la quantité vocalique n’est pas à proprement parler distinctive en français, en dépit de quelques cas isolés, il n’en existe pas moins, du point de vue phonétique (et non phonologique) des longues et des brèves. Leur distinction est fonction de l’entourage et de l’accent.

Contrairement au français, l’allemand accorde à la quantité vocalique une fonc­tion distinctive. Même lorsque le franco­phone croit opposer des brèves alle­mandes à des longues allemandes, il ne réalise souvent que des nuances imper­ceptibles !

[I], [Y] et [U], plus ouvertes et plus relâ­chées que [i], [y] et [u], n’existent pas en français. Le francophone aura tendance à dire [mit∂] au lieu de [mIt∂] pour Mitte, [hyt∂] au lieu de [hYt∂] pour Hütte et [but∂r] au lieu de [bUt∂r] pour Butter.

Les nasales sont plus faciles à percevoir qu’à prononcer correctement.

La graphie, p. ex. an-, peut inciter, à tort, à la prononciation de nasales. Le français n’ayant pas de diphtongues, le franco­phone aura une certaine tendance à disso­cier des éléments, d’où les interférences classiques du type [laos] au lieu de [lAUs] pour Laus.

Interférences de systèmes consonantiques

pour un germanophone

pour un francophone

L’absence, dans le système allemand, des consonnes [Z] et [] – sauf dans les mots d’origine étrangère lorsque ceux‑ci sont prononcés comme il faut et comme il faudrait – ainsi que des semi‑consonnes [Á] et [w] conduit à des fautes caractéristiques telles que

[vign∂] au lieu de [vi] pour vigne

[ø] au lieu de [Zø] pour jeu

[vit] au lieu de [Áit] pour huit

[vat] au lieu de [wat] pour ouate

L’absence, dans le système français, des consonnes ‘pf’, ‘ts’, ‘N’, ‘ç, X’ et ‘h’ est manifestement la raison initiale de fautes (renforcées par l’habitude non sanction­née) telles que

[kadz∂] au lieu de [kats∂] pour Katze

[zINg∂n] au lieu de [zIN∂n] pour singen

[kIr∂] au lieu de [kIrç∂] pour Kirche

[rar∂n] au lieu de [raX∂n] pour Rachen

[e:rd∂] au lieu de [he:rd∂] pour Herde

9Enfin, la différence entre les systèmes graphématiques augmente les risques d’interférence liées aux figures séquentielles de lettres. La mécon­naissance des « graphonèmes » pouvant causer des erreurs d’interprétation, nous en réservons l’examen au second volume, en tête du livre de l’ambi­guïté.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540