Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel en éducation

 | 
Jean Janitza

1. Du bon usage de la contrastivité

La mise en relief dans les groupes accentuels de l’allemand

Note de l’éditeur

Paru dans Médiations ou Le métier de germaniste. Mélanges offerts à Pierre Bertaux, PIA, Institut d’Allemand d’Asnières, 1977, p. 21-30.

Texte intégral

1Arrivera‑t‑on jamais à dégager les traits pertinents qui régissent le « paysage » ou mieux le « gradient » prosodique d'une langue, c'est‑à‑dire les variations de dénivelé ou d'intensité à l'intérieur de la courbe mélodique ? « Paysage » singulièrement différent et différencié : l'« écrit oralisé » ne ressemble que de loin à l'« oral vraiment oral » (un discours qui se crée au fur et à mesure se distingue presque toujours, à l'audition seule, d'une lecture d'un texte écrit, à moins que l'orateur ne soit capable de donner l'illusion ...) ; la lecture d'un texte de journal se « respire » d'une autre manière qu'un poème de Hölderlin ; une conférence improvisée, un message publicitaire radiophonique sont soumis à d'autres « pressions » qu'une discussion à bâtons rompus. On pourrait continuer ainsi à mentionner de façon quelque peu impressionniste les différents genres, les variations personnelles et individuelles étant, en outre, innombrables, non codifiées, non codifiables (chacun a sa propre « respiration », son propre « chant », son propre « mo­delé »). Or le linguiste, comme le pédagogue, ne peuvent se satisfaire ni d'« impressions », ni d'appréciations globales ; il faut, sinon dégager des lois, du moins trouver les constantes de réalisation d'une part, les règles de production d'autre part. Et il nous semble que pour y parvenir, la lapsologie, c'est‑à‑dire l’analyse des erreurs produites par des « apprentis » en langue étrangère, peut fournir un bon point de départ.

Lapsologie

2S'il est difficile de caractériser les éléments prosodiques d'une langue, c'est‑à‑dire de décrire avec précision les traits linguistiques comme l'accen­tuation et l'intonation, ou, ce qui revient au même, d'interpréter les courbes fournies par la phonétique expérimentale, il paraît plus aisé tout d'abord de déceler une prosodie erronée, et ensuite de trouver les raisons de ces erreurs. L'erreur sert en quelque sorte de révélateur. Les phénomènes prosodiques constituent à ce point la charpente du langage oral qu'ils échappent à notre conscience, à notre capacité d'analyse et d'abstraction, et qu'ils n'apparaissent qu'au négatif.

  • 1 S. P. Corder : « Idiosyncrasic dialects and error analysis », in : IRAL, 1971, n° 9, pp. 147‑160.

3Encore faut-il ajouter que les erreurs, dans ce domaine, sont multiples et varient selon les locuteurs. On sait que tout francophone prononce avec difficulté le ich‑Laut /ç/ et qu'il lui substitue invariablement en allemand le son le plus proche dans son inventaire consonantique, à savoir /∫/ ; il n'en va pas de même pour la prosodie. Les types d'erreurs ne sont pas uniformément « prévisibles » ; peut‑être peut-on émettre l'hypothèse qu'il existe plusieurs « stades » dans l'évolution du francophone vers la maîtrise de la prosodie allemande, chacun de ces stades représentant une sorte de « dialecte idiosyncrasique », pour reprendre l'expression de P. Corder1. Nous pensons avoir repéré trois de ces « dialectes » ou « groupes de dialectes ».

4Le premier de ces « dialectes » est caractérisé par une absence totale de mise en relief ou de « hiérarchisation » des syllabes : chaque syllabe a le même « poids » accentuel, et les variations mélodiques d'une syllabe à l'autre sont très faibles, la fin de phrase présentant une descente typique « en esca­lier ». En général, s'ajoutent à ces caractères des phénomènes de liaisons, liaisons favorisées par l'absence des coups de glotte ou de l'aspiration à l'initiale de syllabe accentuée. En effet, ces deux traits phonétiques parti­cipent largement – bien qu'étant d'ordre segmental – à l'impression de mise en relief et de hiérarchisation accentuelle de l'allemand.

5Il est évidemment difficile de rendre compte par l'écrit des phénomènes prosodiques ; pour en donner une idée approchante et simplifiée, nous nous servirons du système suivant :

6Dans le premier type de « dialecte », la phrase suivante :

« Als ich erwachte, hatte ich den Traum vergessen. »

7se rendra ainsi :

« Als ich erwachte, hatte ich den Traum vergessen. »

8au lieu de :

9Le deuxième type de « dialecte » présente au contraire une hiérarchi­sation accentuelle (une distinction, essentiellement, entre la syllabe d'accent de groupe et les autres), mais c'est systématiquement la dernière syllabe prononcée des groupes qui porte l'accent de groupe. On peut représenter ainsi ce deuxième type :

« Als ich erwachte, hatte ich den Traum vergessen. »

10Enfin, le troisième type se distingue par une accentuation de tous les mots de la chaîne, ou, ce qui revient au même, par une « prolifération » des groupes accentuels. La représentation graphique suivante donne une idée de cette manière de prononcer :

« Als ich erwachte, hatte ich den Traum vergessen. »

11Cette typologie à peine caricaturale n’exclut pas la possibilité de rencontrer chez un même locuteur des emprunts successifs à l’un ou l'autre de ces « dialectes » ; mais il semble que le choix soit relativement exclusif, et que le passage de l'un à l'autre (du premier au deuxième, du deuxième au troisième) s'effectue dans cet ordre, la troisième étape étant la plus propice, la première la plus rebelle à une thérapeutique collective.

Contrastivité

12Le « dialecte idiosyncrasique » n'est que la résultante d'un « contact de langues » chez un même individu ; et la recherche de son origine doit aboutir, par la mise en évidence des interférences, à une description approchée des particularités prosodiques de chacune des deux langues.

13Les variables que nous avons retenues – cela ressort des schémas pré­cédents – sont de trois ordres :

  • la hiérarchisation syllabique, qui comporte elle-même deux types de variables : l'intensité des syllabes et le choix de la syllabe dans la chaîne.

  • le profil mélodique, avec trois variables : l’ampleur de la variation mélodique, la direction de la variation (chute ou montée) et le lieu de cette variation.

  • la délimitation rythmique, ou délimitation des groupes accentuels, fonction, en particulier, du débit et de la syntaxe.

14Au total, nous avons inventorié 6 variables qui interviennent dans la mise en relief en français comme en allemand. Nous pouvons négliger ici deux de ces variables : la direction de la variation (le choix entre la chute et la montée est réglé de façon similaire en français et en allemand), et la délimi­tation rythmique, qui pose des problèmes analogues en français et en alle­mand, analogues en particulier par leur complexité. Il reste alors 4 variables que l’on peut grouper par deux : deux de ces variables concernent un choix à faire parmi les éléments de la chaîne (choix de la syllabe accentuée, choix du lieu de la variation mélodique), et les deux autres relèvent de la mesure (intensité de la syllabe accentuée, ampleur de la variation mélodique).

15À l’aide de ces 4 variables, il nous est possible d'analyser et d'expliquer de façon plus pertinente les trois types de « dialectes » que nous avons relevés : bien plus, on voit de suite, en comparant les « dialectes », que chacun « interprète » les variables à sa façon : comme on pouvait s'y attendre, le premier « dialecte » accumule les fautes, mieux les interférences, puisque pour la variable « mesure » nous observons une intensité faible et uniforme de l'accentuation et une ampleur faible des variations mélodiques, alors qu'en allemand il y a une syllabe forte, la syllabe d'accent de groupe, et une ampleur forte de certaines variations mélodiques ; d'autre part, pour la variable « choix », les interférences se situent au niveau du choix de la syllabe d’accent de groupe et du lieu des variations. Le français est évidem­ment sous-jacent, qui présente de faibles variations d'intensité et d'ampleur et des « lieux » d'accentuation et de variation mélodique fixes (la dernière syllabe prononcée des groupes).

16Le deuxième « dialecte » présente une variable « mesure » correcte : une seule syllabe est accentuée plus que toutes les autres dans chaque groupe, l'ampleur de la variation mélodique est adéquate, mais c'est le choix qui est erroné, aussi bien pour l'accentuation que pour l'intonation, et là encore le français est responsable de cette erreur, comme nous venons de le voir pour le premier « dialecte ».

17Enfin, le troisième « dialecte » est caractérisé par des variables « me­sure » et « choix » correctes, mais il y a extension à tous les éléments de la chaîne, ce qui revient à produire autant de groupes accentuels qu’il y a d'élé­ments.

18Le premier « dialecte » et le troisième ne sont d'ailleurs pas sans analogie, le deuxième représentant une sorte de transition : en effet, si dans le premier toutes les syllabes sont d'intensité (faible) quasi égale, dans le troisième tous les mots sont soumis à une accentuation (également forte). De même, si l'ampleur des variations mélodiques dans le premier est uniformément faible, elle est uniformément forte dans le troisième.

Algorithmes partiels et provisoires

19Les erreurs s'expliquent par les contrastes qui existent entre le français et l'allemand. La correction de ces erreurs – le passage de l'état « dialectal » à la maîtrise de la langue‑cible – ne relève pas de l'explication à proprement parler. Ici interviennent des facteurs difficilement contrôlables comme la qualité de la perception, les capacités de production, l'intensité du contrôle cognitif, qui sont largement différentes selon les individus. Ce que nous proposerons ici, ce n'est ni une méthodologie, ni une thérapeutique. Il s'agit simplement de décrire la succession des opérations mentales et des moments articulatoires (ceux‑ci étant la conséquence des premières) que découvre le raisonnement dans la prononciation des groupes accentuels de l'allemand. Cette description ne prétend pas rendre compte des opérations psycho­linguistiques réellement sous‑jacentes chez un locuteur germanophone ; il se peut cependant que l'hypothèse d'une correspondance ne soit pas à exclure ; il se peut aussi qu'elle soit de quelque secours sur le plan méthodologique et thérapeutique (nous expliciterons en réalité des phénomènes fortement auto­matisés et inconscients chez l'autochtone), mais elle restera surtout descrip­tion ordonnée des faits.

20Parmi les variables que nous avons inventoriées, ce sont les variables « choix » qui précèdent les variables « mesure ». Et parmi les variables « choix » c'est la variable « choix de la syllabe accentuée » qui précède la variable « choix du lieu de la variation mélodique », car la seconde dépend de la première. Cette succession est fondamentale ; analysons‑la de plus près.

21Nous partons de l'hypothèse que le choix de la syllabe accentuée se fera dans les groupes accentuels comportant plus d'un élément susceptible de porter l'accent (nous n'envisageons pas les groupes « minimaux », c'est-à-dire réduits à un élément, où le choix du mot ne se pose évidemment pas) ; le choix du mot portant l’accent de groupe sera alors fonction du discours : s'il y a, de la part du locuteur, volonté de mettre en valeur tel mot pour des raisons de tactique discursive liée au contexte, à la situation, ce sera alors ce mot‑là qui, porteur de l'information sémantique « principale », sera mis en relief. C'est ce qu'on appelle parfois l'accent contrastif ou l'accent d'insis­tance. Lorsqu'une telle intention de discours n'existe pas, le choix du mot porteur du relief est soumis à des contraintes difficiles à cerner, qui sont en relation évidente avec la syntaxe. Il s’agit alors de l’accent obligatoire, non contrastif, « neutre », « non marqué », si l’on peut dire. Nous ne pouvons ici développer cet aspect important des rapports entre la prosodie et la syntaxe ; nous proposerons simplement quelques hypothèses à vérifier et à élargir. Il semble que le schéma prosodique des mots composés allemands (accent sur le déterminant) soit le modèle prosodique du rhème des propositions alle­mandes (hypothèse partielle à nuancer très certainement) ; dans les groupes (les traits obliques indiquent les limites des groupes) : «Weil er gestern / nach Hause fahren wollte / » nach Hause est le premier foncteur du rhème « nach Hause fahren wollen », et il porte l’accent non-marqué (on voit très bien – a contrario – qu'un accent placé sur un autre élément, fahren, par exemple, serait un accent du premier type.)

22D’autre part, les connecteurs ou modalisateurs, lorsqu’il y en a, ne sont jamais porteurs de ce deuxième type d’accent, ce qui revient à dire que lorsqu’ils sont accentués, il s’agit d’un accent du premier type.

23Enfin, les éléments thématiques sont ou bien intégrés dans l’accentuation de la proposition toute entière (dans « Peter wollte nach Hause fahren », Peter ne porte pas l’accent de groupe) ou bien soumis à une accentuation démarcative, qui marque le découpage en foncteurs ; dans la proposition « Gestern um fünf Uhr / wollte sein Bruder aus Amerika / Zigaretten kaufen » les éléments thématiques accentués sont « Uhr » et « Amerika », l’élément rhématique accentué « Zigaretten », le choix des éléments théma­tiques Uhr et Amerika dans les groupes en question étant commandé par des règles particulières (par exemple, lorsqu'il y a concurrence d’éléments lexi­caux dans un groupe, c'est le dernier dans la chaîne qui l’emporte).

24Résumons-nous : le choix du mot porteur de la syllabe d’accent de groupe est fonction de la présence ou de l’absence de la marque « insis­tance » ; s'il y a volonté d'insistance, c'est le mot porteur de l’information sémantique choisie qui est aussi porteur de l’accent ; s’il n’y a pas volonté d’insistance, le choix du mot porteur de l’accent est commandé en partie par la syntaxe, et en partie par le débit propre au locuteur.

25La démarche suivante concerne le choix de la syllabe à accentuer dans le mot « découvert » à la première étape : c'est d’après le type de mot que l’on détermine la syllabe porteuse de l’accent ; il peut s'agir d’un mot simple d’origine germanique, d’un mot dérivé, d’un mot composé ou d’un mot d'origine étrangère. À l'intérieur de chacune de ces catégories, il existe des règles particulières que nous n’indiquerons pas ici.

26Le choix de la syllabe accentuée étant réglé, il reste à déterminer le type (chute ou montée) et le lieu de la variation mélodique : s'il y a chute comme dans les fins de phrase, celle-ci peut intervenir soit juste avant, soit juste après la syllabe accentuée, comme le montrent les schémas suivants :

27S'il y a montée (groupe non-terminal ou interrogation), elle peut de même intervenir soit juste avant, soit juste après la syllabe accentuée :

28Nous ne pouvons ici entrer dans l’explication fine et détaillée de ces phénomènes mélodiques délicats. Ces indications succinctes suffisent à montrer la complexité de la production des groupes accentuels de l’allemand par rapport à la production des groupes accentuels du français.

*

29On mesurera, en guise de conclusion, les difficultés que rencontrent les francophones dans la production d’une prosodie correcte en allemand si l’on compare les chaînes algorithmiques du français et de l’allemand, chaînes limitées aux variables « choix », les variables « mesure » ajoutant une dimension quantitative liée aux choix successifs.

Chaîne algorithmique de l’allemand

Chaîne algorithmique de l’allemand

Chaîne algorithmique du français

Chaîne algorithmique du français

30Aussi bien en français qu’en allemand on distingue trois étapes dans la mise en relief des groupes accentuels : la première concerne le choix du lexème porteur de la syllabe d'accent de groupe, la deuxième concerne la variation mélodique. Il apparaît immédiatement que les étapes 1 et 2 sont quasiment confondues en français, puisque dès que le lexème est trouvé – et cette « recherche » ne suppose aucune analyse en thème et rhème, car dans une accentuation non-marquée c’est le dernier lexème prononcé des groupes qui porte l’accent – la syllabe accentuée est donnée – c’est automatique­ment la dernière syllabe prononcée du lexème, si l’on fait abstraction des modèles expressifs ou fortement individuels dans lesquels la tendance à l’accentuation de la première syllabe semble se répandre. En allemand, au contraire, il n’y a aucun caractère automatique dans les deux choix mention­nés ; ceux‑ci supposent deux types de réflexion ou de contrôle cognitif différents et délicats : l'analyse de la proposition et l'analyse du lexème trou­vé, avec l’application de « règles » complexes aussi bien sur le plan syn­taxique que sur le plan lexématique.

31Complexité insoupçonnée pour le profane, présente inconsciemment chez le germanophone, et de surcroît accueillie avec scepticisme lorsqu’elle est « démontée ». Peut-être le « dialectophone » que nous avons pris, par hypothèse, comme objet d’étude est-il mieux placé pour apprécier le « mode d’emploi ».

Notes

1 S. P. Corder : « Idiosyncrasic dialects and error analysis », in : IRAL, 1971, n° 9, pp. 147‑160.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540