Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel en éducation

 | 
Jean Janitza

1. Du bon usage de la contrastivité

Introduction

Monique Travers

Texte intégral

1Dans les années 80, les conceptions behavioristes régnaient encore en maître, aussi bien dans les recherches linguistiques, dans les méthodologies audiovisuelles que dans les Instructions ministérielles, interdisant dans l'enseignement/apprentissage des langues étrangères toute réflexion sur le fonctionnement de la langue, toute référence à la langue maternelle. Il fallait donc une certaine audace pour proposer une nouvelle approche contrastive de la langue. L'objectif de cette approche était avant tout d'ordre pédagogique et s'appuyait sur une hypothèse encore mal acceptée à l'époque : l'idée que l'apprenant raisonne dans sa propre langue maternelle sur la langue qu'il cherche à apprendre. L'étude du "langage intérieur", lorsqu'il est exprimé à haute voix, permet de mieux comprendre les stratégies que l'apprenant met en œuvre spontanément, de s'appuyer sur celles-ci pour lui fournir ce que Jean Janitza appelle une grammaire "opératoire", c'est-à-dire les moyens de résoudre les problèmes qui vont se poser à lui dans le processus de production ou de compréhension.

2C'est dans cette perspective que Jean Janitza a écrit les différents articles rassemblés dans ce premier chapitre. Les trois premiers, des années 1977 et 1978, constituent un véritable cours de phonologie ; dans les trois suivants, publiés entre 1982 et 1987, il pose les fondements d'une psycholinguistique constructiviste, qu'il nommera lui-même plus tard "volontariste", dans laquelle l'apprenant aura la possibilité de prendre en charge consciemment son propre apprentissage et l'enseignant aura la volonté de lui donner les éléments nécessaires à sa démarche réflexive. Ces idées seront ensuite largement développées dans les chapitres suivants.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540