Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel en éducation

 | 
Jean Janitza

Avant-propos

Monique Travers et Bernard Viselthier

Texte intégral

1Jean Janitza a laissé un ensemble substantiel de travaux écrits qui concernent sa spécialité première de linguiste germaniste et qui alimentent la réflexion très actuelle sur la didactique des langues vivantes et sur l’utilisation des nouvelles technologies. Nous avons souhaité faire partager au plus grand nombre les travaux scientifiques auxquels il s’est consacré ainsi que les recherches pertinentes qu’il a menées au cours de ces trente dernières années.

2En œuvrant au rassemblement et à la publication d’une partie des textes qui font l’objet du présent ouvrage, nous voulions non seulement rendre hommage au brillant Professeur des Universités que fut Jean Janitza, mais montrer également de quelle manière un universitaire fut amené à s’impliquer dès les années 70 dans ce qu’on appelle « l’enseignement/ apprentissage ». S’il n’a eu de cesse de travailler tout au long de sa carrière à l’évolution des représentations des enseignants du secondaire et du supérieur en matière de langues vivantes, il a fourni un grand nombre de propositions constructives pour qu’à l’université et sur le terrain de la formation, à l’école élémentaire aussi, les mentalités et les pratiques pédagogiques évoluent au bénéfice des apprenants, des enseignants, des germanistes et autres linguistes.

3Nous avons conscience que le choix des textes que nous proposons ici est nécessairement arbitraire. Nous avions à notre disposition un très grand nombre d’articles, qui pour la plupart ont été publiés. Nous avons opté pour les textes qui, à notre avis, sont les plus riches et incarnent le mieux les idées de l’enseignant universitaire, du collègue linguiste, du directeur de thèse, du directeur d’I.U.F.M., du conseiller et de l’ami qu’il fut pour nous deux. Nous avons décidé de regrouper les textes choisis en six grands chapitres qui retracent de manière significative le parcours intellec­tuel et professionnel de Jean Janitza. Il ne fut pas toujours évident de décider de la composition rigoureuse de certains chapitres, les frontières entre les domaines de spécialités de l’auteur étant très perméables et se recouvrant partiellement en fonction de l’éclairage qu’il donnait à ses textes. Nous avons été frappés à la relecture de l’ensemble de son travail de constater comme il aborde les différentes facettes de l’apprentissage en écartant d’emblée tout dogmatisme. Bien que fervent partisan de l’approche socio-constructiviste et cognitiviste où une large part est faite à l’introspection, et plaidant sans relâche pour un enseignement/apprentissage qui prend en compte les capacités de maturation des apprenants, il fait preuve de grande modestie et de prudence dans tout ce qu’il écrit, plaçant ses convictions personnelles inébranlables provisoirement hors du champ des analyses qu’il conduit. C’est ainsi qu’il émet bon nombre d’hypothèses en avançant précau­tionneusement dans ses théories sur l’apprentissage dans la mesure où il ne peut pas toujours apporter par la vérification sur le terrain la preuve scien­tifique des intuitions qui l’habitent. En tout état de cause, il milite, autant que faire se peut, à l’édification de la didactique comme science humaine parmi les sciences humaines et ne cesse d’encourager les uns et les autres à articuler la théorie à la pratique, sans disjoindre les divers domaines de la linguistique, ces problématiques étant au cœur même de la recherche en didactique des langues. Citons-le : « ….zwischen Grammatik und Lexik, zwischen Linguistik und Psychologie Brücken [zu] schlagen ». [51]

4Ses convictions fortes et son esprit combatif l’amèneront à s’inscrire en faux contre certaines idées officielles ayant eu cours dans un passé récent : persuadé du fait que l’apprenant comprendra, communiquera et pro­duira avec d’autant plus d’aisance que son cadre de références ne doit rien au hasard, Jean Janitza exposera souvent sa version de l’amélioration des per­formances en langues, notamment grâce à la réflexion. Il mettra également en avant une meilleure connaissance de l’apprentissage par accès au langage intérieur, il indiquera aussi des paliers et des seuils au-delà desquels l’ensei­gnement a peu d’action et il saura montrer dans toutes ses recherches que la didactique est un champ ouvert de complexités pour les chercheurs issus de la linguistique. Son souci constant et primordial est de relier la théorie et la pratique pédagogique. Le lecteur ne manquera pas de remarquer que, dans toutes ses démonstrations, Jean Janitza n’est jamais catégorique, appelant de ses vœux la recherche de nouveaux modèles, de nouvelles références. Il n’est donc pas étonnant de lire sous sa plume les lignes suivantes : «  …La langue allemande a un verbe que j’affectionne tout particulièrement, UMDENKEN, verbe composé de ‘denken’, penser, et de ‘um’, particule verbale évoquant l’idée de retournement, de renversement, lexème-concept intraduisible, inexistant dans la langue et la culture française… ».[37]

5Le livre se compose de six chapitres d’égale importance dans lesquels sont ventilés trente-trois textes parmi les plus significatifs de Jean Janitza. Chacun des six chapitres reflète toute l’activité intellectuelle de son parcours de linguiste (chapitres 1 : « Du bon usage de la contrastivité » et 2 : « Langue, lexique, culture et communication »), de didacticien (cha­pitre 3 : « La didactique entre théorie et pratique »), de maître d’œuvre de la formation des maîtres (chapitre 4 : « La formation des maîtres »), de précur­seur en matière de nouvelles technologies (chapitre 5 : « Les nouvelles tech­nologies au service de l’enseignement/apprentissage »), de témoin engagé dans le système éducatif français (chapitre 6 : « Positions et propositions »). Nous avons souhaité que chaque chapitre soit précédé d’une brève présentation écrite par des collègues universitaires qui ont été proches de Jean Janitza, qui ont travaillé avec lui à un moment ou à un autre de son parcours professionnel, soit en tant que germanistes, soit en tant que didacticiens des langues ou formateurs à l’IUFM. à cet égard, nous sommes fort reconnaissants à Mesdames Bailly et Dabène, professeurs émérites de l’Université, respectivement angliciste et hispaniste, d’avoir accepté de pré­senter les chapitres 3 et 6. Leurs témoignages prouvent de manière univoque que la didactique des langues est bien commune à toutes les langues, que les propositions et hypothèses émises par Jean Janitza dépassent le cadre strict de la germanistique et que celles-ci ont toujours été reçues et appréciées positivement par bon nombre de ses collègues didacticiens des langues voisines, engagés dans la même direction de recherches. Bien entendu cela ne signifie pas pour autant que l’homme ou que ses positions ont toujours fait l’unanimité chez les uns et les autres, bien au contraire. Autant il lui fut relativement facile de faire accepter un certain nombre de démonstrations linguistiques du fait de leur caractère scientifique irréfutable comme le prouvent les textes du 1er chapitre [14, 15, 19, 20, 25], autant il dut souvent remettre son ouvrage sur le métier de la didactique et faire preuve d’une inépuisable pugnacité pour faire admettre la justesse de son propos et suggérer de nouvelles ouvertures, orientées vers un modèle cognitivo-constructiviste de l’apprentissage, jugées à l’époque relativement auda­cieuses. Le corps institutionnel n’était pas prêt à les recevoir ce qui renforça la détermination et le volontarisme infatigables de Jean Janitza pour faire reconnaître le bien-fondé de ses propositions. Celles-ci sont rassemblées dans le chapitre 2 [1, 37, 44, 51, 57].

6Le chapitre 3 illustre parfaitement de quelle manière théorie et pra­tique, tout comme linguistique et didactique, entretiennent des relations complexes dans l’exercice du métier d’enseignant. Il propose au lecteur un détour par les travaux et les théories de la psychologie soviétique, en particulier ceux de Leontiev et de Vygotski que Jean Janitza découvrit avec grand intérêt au début des années 80, à partir desquels il concevait des possibilités de transposition didactique et qui sont aujourd’hui de pleine actualité [26, 27, 28, 30, 31]. Le chapitre 4 expose de manière exemplaire le militantisme du professeur d’université défendant la cause d’une meilleure formation des enseignants centrée sur les élèves et sur les disciplines. Cette question lui tenait fortement à cœur, comme celle de la prise en compte des aspects curriculaires de l’enseignement des langues qu’il ne cessa d’appeler de ses vœux et autour desquels il aurait aimé rassembler quelques spécialistes [33, 39, 42, 52, 54].

7Le chapitre 5 expose aux lecteurs de quelle manière les nouvelles technologies permettent d’assister l’apprenant dans ses activités de compré­hension et de production linguistique. Dès 1973, avec les recherches expéri­mentales sur les machines à enseigner et à partir des années 80, avec l'apparition des micro-ordinateurs, Jean Janitza eut la conviction que l’ensei­gnement/apprentissage des langues devait s’appuyer sur les possibilités infinies qu’offre l'informatique à ceux qui savent la mettre au service de la pédagogie de manière créative. Il anticipait avec clairvoyance les évolutions prévisibles de la société et des mentalités [4, 13, 17]. Le chapitre 6 qui clôt le présent recueil propose les derniers articles de Jean Janitza. Il y fait part de ses positions personnelles après dix années passées au service de la formation initiale et continue des enseignants. Grâce au recul qu’il a pu prendre, il est en mesure de formuler des propositions d’avenir pour que l’enseignement/apprentissage des langues, celui de l’allemand en particulier, permette de mettre en œuvre à l’heure de l’Europe des perspectives inno­vantes, « tâche rude, mais exaltante » comme il le disait parfois [45, 47, 48, 60, 61].

8Dans la bibliographie exhaustive qui termine l’ouvrage, le lecteur trouvera la liste des publications de Jean Janitza et aura donc accès à celles qui n’ont pu être retenues ici. Peut-être se demandera-t-il au détour de tous les articles réunis ici ce qui justifie le titre du présent recueil Babel en éducation. En fait, ce titre appartient à Jean Janitza. C’est celui qu’il voulait donner au livre qu’il rédigeait de jour en jour depuis son départ de l’IUFM de Paris et dans lequel il rappelait son engagement de linguiste, de didacticien et de haut fonctionnaire.

9Sans l’amicale collaboration du professeur Gilbert Krebs de Paris III qui nous a puissamment aidés dans le travail logistique et qui nous a fait bénéficier de ses conseils avisés, ce livre n’aurait pas pu voir le jour aussi rapidement. Nous exprimons notre gratitude à Dominique Travers, à Anne-Marie Viselthier et à Michèle Leprettre pour leur aide précieuse ainsi qu’à Danielle Janitza qui a mis les archives de son mari à notre entière dispo­sition.

10Nous tenons aussi à remercier les responsables éditoriaux auxquels nous nous sommes adressés pour obtenir les droits de reproduction des articles publiés dans le cadre du présent ouvrage, et qui se sont associés de grand cœur à notre entreprise : le Dudenverlag (Mannheim), la librairie Hatier (Paris), en particulier Madame M. N. Audigier ; les responsables des Presses universitaires du Septentrion (Lille), des Presses universitaires de Nancy, de Metz et de la Sorbonne Nouvelle, ainsi que les directeurs des revues « Les Langues Modernes », « Le Français dans le Monde », « Les Cahiers d'Allemand », « Les Nouveaux Cahiers d'Allemand », « Allemagne d'Aujourd'hui» et les Présidents des deux associations « ACEDLE » et «Asdifle ».

11Nous dédions notre travail à la mémoire de notre ami Jean Janitza qui fut pour nous deux, et pour tant d'autres, un éclaireur et un remarquable directeur de thèse. Il nous a enrichis. Nous lui exprimons notre reconnais­sance.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540