Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

4. Culture et politique

Les rapports entre littérature et politique en RDA

Frank Hörnigk
Traduction de Bernard Poloni

Note de l’éditeur

Ce texte a été publié sous le titre : « Die Literatur ist zuständig : über das Verhältnis von Literatur und Politik in der DDR ». In Axel Goodbody and Denis Tate (ed.) : « Writers and the State in the GDR », German Monitor n°29, 1991/29 (USA). On pourra se reporter également sur ce sujet à un ouvrage à paraître à Lille (Septentrion) en décembre 1998 : Anne-Marie Corbin-Schuffels, La force de la parole. Les intellectuels face à la RDA et l’unification allemande.

Texte intégral

1Le titre de cette conférence appelle une précision : je vais parler de quelques structures de la relation au public et de la communication littéraire en RDA, et tout spécialement des rapports entre la politique et la littérature considérés comme expérience contradictoire, des décennies durant, d’une prétention réciproque à un ‘devoir d’ingérence’. L’analyse portera aussi sur l’interdépendance entre la censure qui a frappé la littérature et l’autocensure pratiquée par cette dernière, sujet qui appellera un approfondissement de la réflexion. En conclusion, je dirai quelques mots sur les éventuelles perspectives d’une littérature qui tire son origine historique des conditions et contraintes précédemment évoquées et qui, à ce qu’il me semble, ne doit pas se mettre en quête de son avenir uniquement en regardant derrière elle, vers le passé, si elle prétend à être suffisamment forte pour faire le bilan critique de son histoire, autrement dit si elle veut se confronter à cette dernière, la surpasser et, de la sorte, s’ouvrir à de nouvelles possibilités.

2Permettez-moi d’évoquer, pour commencer, une des métaphores les plus provocantes de la littérature de la RDA durant les années 60 : la vision négative de la ‘pratique comme dévoreuse d’utopies’ développée par Heiner Müller. Rattrapé par le cours de l’histoire, le topos de Müller a acquis, aujourd’hui plus encore que par le passé, la valeur d’une caractérisation proverbiale s’appliquant aussi à la situation de la littérature en RDA, en RDA finissante. Il a gagné une ultime fois en actualité lorsque furent ouvertes les archives, lorsque les authentiques et quotidiens rapports entre littérature et politique, entre esprit et pouvoir en RDA sont apparus au grand jour, définitivement débarrassés de cette apparence si longtemps nimbée de poésie, de cette illusion sans cesse recréée qui aurait voulu en faire le lieu privilégié où aurait pu être sauvegardée une identité culturelle autonome.

  • 2 Walter Süss, « Ausstellung. Zensur in der DDR. Ein Geschäft von trostloser Borniertheit », dans : D (...)

3Face au caractère profane des cérémoniels qui se répètent sans fin, mais ne sont plus maintenant empreints, le plus souvent, que de honte pudique (et de colère rageuse), à moins que les acteurs n’en posent en glorieux vainqueurs, le regard peut maintenant s’attarder librement sur les champs de ruines de ces rapports désormais mis au jour sans pour autant susciter véritablement l’étonnement – par exemple ceux qui caractérisaient la censure littéraire, expression toute spécifique des relations entre esprit et pouvoir. (Provisoirement, me faut-il aussitôt ajouter, car le flot des ‘dernières nouvelles’ n’est pas encore tari). C’est essentiellement cette ‘désolante étroitesse d’esprit’2 qui dépassait notre imagination, ou, devrais-je plutôt dire, que notre imagination ne pouvait concevoir, ne pouvait admettre. Mais en contrepartie elle a désormais rattrapé les personnes concernées, par toute une série de témoignages sur l’instrumentalisation systématique de la vie littéraire et l’implication de la littérature au sein du système social de la RDA qu’elle comportait. L’effondrement de ce système soumet toute l’échelle de valeurs qui avait jusqu’alors cours dans la société de la RDA – y compris les valeurs esthétiques (les nôtres aussi) - à un examen et une remise en cause radicaux. Ce processus est désormais engagé, il est nécessaire à une prise de conscience individuelle et collective et n’est pas près de toucher à son terme.

4En même temps il me semble qu’un grand nombre de prises de position et de souvenirs récents sur ce qu’ont été la RDA et sa littérature sont actuellement placés, tant à l’Est qu’à l’Ouest - sous le signe d’un ‘pluralisme réflexif’ qui ne saurait être assimilé à un pluralisme d’approches analytiques. D’autant qu’il présente un trait commun, au moins sur un point : sa propension à se concevoir comme l’instance suprême d’une condamnation globale tant en matière d’histoire que d’esthétique, et par conséquent d’un nouveau refoulement. Selon les cas, l’histoire de la RDA devient le modèle d’un ‘projet de modernisation qui a échoué’, ou bien le type même d’une ‘société fermée’ prémoderne. On recourt tout aussi volontiers aux qualificatifs de système autoritaire ‘administratif et bureaucratique’, ‘stalinien’ ou encore ‘d’économie planifiée’ qu’aux concepts usuels de ‘socialisme réel’ ou de ‘communauté communiste’.

5Il en va de même pour toute une série de jugements récemment portés sur sa littérature : on évoque bien sûr en priorité sa fin, mais d’aucuns prétendent également qu’elle n’aurait jamais existé. On fait référence, selon les cas, à ce défaut typiquement allemand de l’« autoritarisme » qui la marquerait, à son incapacité à s’adapter aux standards de la littérature occidentale ou encore à sa ‘prédilection jubilatoire pour les catastrophes’ qui tiendrait à d’obscurs déficits, tout spécialement au sein même de la société civile. Qu’elle n’ait en outre relevé que d’une ‘esthétique de l’intention’ fait que, pour certains critiques occidentaux, elle se distingue tout au plus de façon marginale de la littérature écrite depuis quarante ans en République fédérale. Où l’on voit alors se reconstituer de manière surprenante la notion d’unité de la littérature allemande.

6Je m’en tiendrai là ! De telles déclarations concernant la structure de la production littéraire en RDA ou encore de la communication littéraire, qui relèvent à ce point des tendances actuelles dominantes d’un discours idéologiquement correct (et qui, dans bien des cas, participent largement à poser les bases intellectuelles de ce discours) répondent certes, tout du moins à court terme, aux intérêts de la politique politicienne et du journalisme (comme on peut le montrer en analysant les débats de ces deux dernières années autour du cas de Christa Wolf). Mais elles sont par trop dépourvues de l’exactitude qu’exige l’analyse historique et du bien fondé qu’exige tout jugement. C’est pourquoi, si l’on veut examiner la question des rapports entre politique et littérature, autrement dit la question des mécanismes particuliers de ces rapports dans l’ancienne RDA, il faut partir d’une autre constatation, concernant les structures globales en matière de culture et de communication propres au système de reproduction de cette société.

  • 3 Sur ce sujet et sur ce qui suit, cf. l’étude intitulée Wirtschaft und Mentalität in den neuen Bunde (...)
  • 4 Cf. Rolf Xago Schröder, Gladiatoren der Utopie. Programmheft zur Ausstellung in der Galerie ‘Passag (...)

7Elle consiste à poser que la RDA a été, tout au long de son histoire, une société de structure essentiellement industrielle, indissociablement rattachée aux poussées de modernisation et de croissance, donc aux systèmes d’information et de communication des sociétés industrielles occidentales dominantes, et tout spécialement de la République fédérale, quand bien même elle n’avait accès à nombre de leurs formes d’expression culturelles qu’à travers les médias3. Il ne s’agit pas, bien sûr, de nier les différences d’évolution qualitatives et quantitatives entre les deux États allemands. La ‘concurrence entre les systèmes’, encore exacerbée par la ‘question, dépourvue de sens parce qu’impérialiste, de savoir qui l’emporte sur qui’4 venue de l’Est et à laquelle l’Ouest apporte maintenant réponse, avait tout au contraire déjà fait prendre de plus en plus clairement conscience, depuis bien longtemps, de l’inégale dynamique des deux modèles sociaux. D’autant plus que dans un pays où la République fédérale était l’omniprésente ‘mesure de toutes choses’, la stagnation socio-économique – donc aussi communicative – du système en place, combinée à une réglementation et à une déresponsabilisation imposées par l’État de plus en plus mal supportées au fil des années, devait nécessairement produire des effets de moins en moins contrôlables et, finalement, dramatiques.

  • 5 Wirtschaft und Mentalität in den neuen Bundesländern, p. 8.

8Après avoir, dans sa grande majorité, navigué pendant des décennies entre l’adaptation pragmatique, l’indifférence et la résignation, l’opinion publique de la RDA s’est, sur la fin, libérée de ces modes de comportement relevant d’une accoutumance dépressive. Cette libération est intervenue dans la mesure où l’expérience lui fit apparaître sous des traits de plus en plus grotesques l’écart qui existait entre ce qui était possible, voire souhaitable pour l’individu et le corps social d’une part, la permanence du conformisme, de l’impuissance et de la dignité bafouée de l’autre. Il en naquit le sentiment de vivre en dehors de la réalité. À partir du début des années quatre-vingt, alors qu’en haut on ne faisait que freiner ou retarder toute tentative de réforme, cette évolution conduisit en bas à une accélération du processus de modification qui touchait les sphères existentielles tant des individus que de certains groupes sociaux. Cela commença par les symptômes, refoulés avec une obstination aveugle, d’une culture de la jeunesse qui en fait se mettait en place et s’écartait de la ligne officielle depuis longtemps déjà ; ainsi que par l’expression de plus en plus ouvertement publique d’une opposition littéraire et artistique (issue justement de la génération ‘née au sein de cette société’) ; deux phénomènes qui traduisaient à l’évidence la crise du système de valeurs traditionnel sur lequel reposait le ‘socialisme réel’. Mis à part le fait que ceux qui les véhiculaient étaient à tout moment passibles des tribunaux, ces phénomènes restèrent sans influence sur la vie politique. Par suite de quoi les éléments visibles d’une opinion publique en gestation purent être perçus jusqu’à la fin comme autant de preuves de la stabilité du système, alors qu’en réalité l’acceptance culturelle de l’ordre social en place était depuis longtemps remise en question jusque dans les sphères du pouvoir, et que ce processus s’accélérait avec le temps. La crise politique aiguë de la RDA, qui trouva son expression dans l’exode de l’été 1989 puis peu après dans les manifestations de Leipzig, de Berlin et d’ailleurs, atteint finalement son paroxysme avec l’implosion du système tout entier, ‘lorsqu’il ne se trouva plus personne pour le défendre parmi ses partisans eux-mêmes’.5

9Il est significatif qu’il ne soit finalement resté qu’une poignée d’intellectuels, qui se voulaient critiques, au nom desquels Christa Wolf lança l’appel commun intitulé ‘Pour notre pays’. Un appel qui plaidait en faveur du maintien d’une RDA placée sous le signe du socialisme démocratique – et qui était déjà dépassé avant même de sombrer dans l’absurde lorsqu’Egon Krenz y apposa sa signature. Ce sentiment qu’il était désormais trop tard marqua par la suite de plus en plus fortement le processus multiple et spontané de prise de conscience et de démocratisation au cours duquel des personnes toujours plus nombreuses découvrirent véritablement pour la première fois, individuellement, leur identité sociale de citoyens de la RDA et se mirent à l’affirmer ouvertement.

  • 6 Ursula Heukenkamp, « Soll das Vergessen verabredet werden ? Eigenständigkeit und Eigenart der DDR-L (...)
  • 7 L’idée développée par Ursula Henkenkampf dans ce contexte et selon laquelle on retrouverait dans no (...)

10Le rattachement rapidement mené à la République fédérale, tout à la fois exigé et soutenu de manière sans cesse plus insistante par la majorité de la population (un fait qu’il conviendrait de ne pas oublier à force de se remémorer le bon vieux temps de la ‘démocratie des meetings’ de fin octobre et début novembre 1989, et de transfigurer ainsi la réalité), ne pouvait que condamner rapidement à l’échec les efforts de cette minorité culturelle (!) – y compris des écrivains du pays – attachée à revisiter le passé politique et social de la RDA pour y trouver les contours d’une future république allemande démocratique imposant sa souveraineté. En matière d’influence politique, un grand nombre des formes alternatives d’auto-organisation qui virent le jour à cette occasion, comme les comités de citoyens, les tables rondes ou encore les commissions pour l’élaboration d’une nouvelle constitution, furent très vite marginalisées par la dynamique du cours réel des événements. Elles ne purent s’imposer comme modèles de participation au sein ‘d’un système de communication placé sous le signe de la démocratie directe et réfléchissant à l’organisation et la réorganisation de la société’.6 7

11Pour les initiateurs des mouvements de citoyens eux-mêmes, cela impliquait de se voir à nouveau, en peu de temps, rejetés aux marges de la société – comme par le passé. Pour la littérature de la RDA, du moins lorsqu’elle s’était associée à ces mouvements de citoyens, cela signifiait par contre une expérience nouvelle : non seulement assister à la fin du ‘court été de l’anarchie’, mais aussi et dans le même temps perdre ce rôle, si longtemps joué, de héraut de la société publiquement reconnu. Expérience certes douloureuse pour tous ceux qui la faisaient, sans être cependant la plus importante. Plus essentielle et vraiment significative fut en réalité la dévalorisation de larges couches de la population consécutive à la perte d’influence des projets culturels alternatifs. Cette dévalorisation fut confirmée pour la première fois par l’authentique prise de conscience sociale d’être les perdants et les laissés pour compte de l’Allemagne unifiée. Et c’est précisément cette expérience qui fit s’effondrer en l’espace de quelques mois le sentiment de fierté indiscutablement présent chez les gens, en dépit de toutes les contradictions accumulées au fil des décennies ; le sentiment – au-delà des critiques qu’appelaient l’impossibilité de se déplacer librement, la pénurie matérielle, etc. – d’avoir vécu dans un pays qui garantissait un degré élevé de sécurité sociale et qui présentait des réalisations culturelles éminentes, reconnues à travers le monde.

  • 8 Heukenkamp, op. cit., p. 6.

12L’exigence formulée par les intellectuels juste après l’ouverture du mur et sans cesse reprise depuis lors de voir ces acquis culturels sauvegardés dans l’Allemagne unifiée se vit rapidement réduite au rang de ‘gesticulation rhétorique’8, eu égard au choc que constituait l’effondrement complet du système de valeurs matériel et surtout moral de la société est-allemande. Ce que nous voyons aujourd’hui se dessiner sur l’arrière-plan de cette expérience vécue constitue un changement de code historique considérable : les anciennes valeurs sont tombées en désuétude, les nouvelles sont encore bien difficiles à cerner.

  • 9 Willemsen, Süddeutsche Zeitung, 1990, cité dans : Wirtschaft und Mentalität in den neuen Bundesländ (...)

« Le citoyen est-allemand fit (fait) l’expérience de son propre dilemme : s’il se référait à Goethe, qui concevait la personnalité comme résultat de l’histoire, il n’avait plus de personnalité. S’il se référait aux idées de l’ancien État, il se trouvait soudain projeté au dehors du monde conçu comme produit de la causalité. S’il se référait aux réformateurs, il se retrouvait dans la situation tragique de Créon : ‘Je n’ai pas voulu cela’. S’il se référait aux idées du nouvel État, il n’était plus guère que rebut. »9

13En d’autres termes le changement de code dans le système de représentation culturel et économique a touché et touche encore l’ensemble des structures. Le premier à céder a été le code de la ‘société socialiste avancée’, dont la fonction idéologique était de légitimer les structures de pouvoir en place. Au regard de l’effondrement politique et économique fulgurant de l’ensemble du camp socialiste – et les événements intervenus en Union soviétique laissent entrevoir que cette tendance va largement (et logiquement) s’accentuer – il apparaît que se trouve remis en question du même coup un code essentiellement marxiste. Mais pour moi, et dans le cadre du sujet que je traite ici, une autre expérience est plus importante encore que l’observation de l’effondrement d’un discours idéologique dominant : la constatation de ce que de plus en plus les codes des cercles de communications intégrés à la société et supposés être moins dépendants du haut, donc aussi le discours des opposants ou bien le discours littéraire, ont eux aussi perdu et continuent à perdre de leur crédibilité.

14Encore convient-il de vérifier la pertinence de cette ‘vérité élémentaire’ selon laquelle il faudrait faire une distinction entre les détenteurs du pouvoir et ceux qui y étaient soumis, entre les Pierre et les Paul (pour citer Volker Braun) ou encore entre ceux qui ont soutenu la littérature et ceux qui l’ont entravée. Qu’une telle argumentation ne doive pas masquer le fait qu’ont toujours existé dans la littérature de la RDA ces fractures et ces lignes de démarcation claires entre les coupables et les victimes, mérite d’être rappelé en cet endroit, sans qu’il soit besoin de s’y attarder. Il suffit d’évoquer les noms de Uwe Johnson et Sarah Kirsch, Wolf Biermann et Hans Joachim Schädlich ainsi que beaucoup d’autres qui, à différentes époques, ont quitté ou bien ont dû quitter la RDA. Et quant à ceux qui sont restés, leur position respective au sein du système littéraire de la RDA n’était ni aléatoire, ni indifférente. Un recueil de documents rassemblés par la Maison de la littérature de Berlin, Fasanenstrasse, et portant le titre La censure en RDA. Histoire, pratique et ‘esthétique’ des interdits littéraires, met clairement en lumière la topographie de cette histoire authentique. Mais d’un autre côté elle confirme également ce phénomène particulier et cette caractéristique essentielle du statut de la littérature en RDA que le critique Manfred Jäger met précisément au jour au-delà des innombrables exemples d’« entraves » systémiques infligées à la littérature et à l’art : sa structure fondamentalement différente des modèles traditionnels de censure littéraire :

  • 10 Manfred Jäger, Das Wechselspiel von Selbstzensur und Literaturlenkung in der DDR, conférence pronon (...)

« Autrefois la censure agissait beaucoup plus sans demander leur avis aux auteurs. (À l’inverse), la censure de la RDA a recherché l’accord des personnes concernées. De ce point de vue, la censure de la RDA a, en règle générale, respecté un certain droit d’auteur de l’écrivain. Mais cela signifie que ce dernier devait toujours donner son accord avant que tel ou tel passage soit rayé, retiré ou bien modifié. De la sorte, l’auteur était associé au processus d’autorisation et, par là même, endossait toujours une partie de la responsabilité lorsque son œuvre était défigurée. »10

  • 11 Cité dans : Marianne Streisand, « Chronik einer Ausgrenzung », in: « Der Fall Heiner Müller. Dokume (...)

15Donner son accord pour être liquidé en tant qu’auteur, au nom de la révolution : est-ce là une image, empruntée au Mauser de Heiner Müller, trop osée, non transposable ? Je ne le pense pas. Car Müller, qui plus que tout autre écrivain de la RDA s’est toujours refusé à cette forme de censure, met dans cette formule une expérience personnellement vécue, une contradiction à laquelle il a été confronté. Dans son cahier numéro 3 de 1991, le périodique Sinn und Form a publié un document qui en atteste. ‘Le cas Heiner Müller’ contient des témoignages concernant son texte Die Umsiedlerin de 1961 et reflète une culture politique et esthétique qui n’est pas seulement (et à la considérer aujourd’hui pas tellement) effrayante à cause de l’absurdité qu’il y a à ‘accuser’ le texte de Müller d’être un ‘produit (...) contre-révolutionnaire, anticommuniste et antihumaniste des forces réactionnaires’, ‘faisant le lit des cercles revanchards et militaristes de l’Allemagne occidentale’, ‘conduisant tout droit le monde vers une troisième guerre mondiale’ (R. Kerndl dans Neues Deutschland).11 Ce qu’il y a de vraiment effrayant, c’est bien plus la renonciation, la mentalité de soumission de tant des personnes concernées – éminents représentants des cercles intellectuels du pays, membres de l’Académie des Arts et de l’Association des écrivains – dans leurs prises de position sur le théâtre. À quoi s’ajoute un sentiment d’indécence lorsqu’on pense au rituel des sanctions : Heiner Müller fut banni de l’Association des écrivains, le metteur en scène de la première, B.K. Tragelehn, alors âgé de vingt-cinq ans, fut renvoyé sur le champ du théâtre de Senftenberg, exclu du SED et envoyé pour mise à l’épreuve dans une mine de lignite.

  • 12 J’ai détaillé ce fait dans un article précédent ; cf. Frank Hörnigk, « ’Bau’-Stellen. Aspekte der P (...)

16Enfin on est frappé par les humiliations que les ‘victimes’ s’imposent elles-mêmes, leur autocritique et leur ‘prise de conscience’ : la lettre de Heiner Müller au département de la culture du comité central du SED, les lettres de Tragelehn aux responsables de la cellule du parti dans le théâtre qui l’avait licencié ainsi qu’au ministre de la culture. Certes il y avait des exceptions : Hans Mayer dans une lettre personnelle à Müller et surtout la prise de position et l’engagement publique de Hans Bunge en faveur de la pièce, adressé par écrit à la direction de la FDJ. Des exceptions dont on a fait aujourd’hui des témoignages pour bien montrer qu’il n’y a pas à avoir toujours honte de tout ! Et cependant on n’échappe pas ici non plus à l’inévitable et solennelle affirmation selon laquelle ces mesures sont l’exception et non la règle. Bunge termine une de ses lettres par une demande d’admission au SED dans le but d’aider mieux encore le parti à l’avenir. Et tout cela ne relève ni du sarcasme, ni du cynisme, ni de la tactique ; pas plus chez lui que chez Müller ou chez Tragelehn. Après que Müller ait été pratiquement frappé pendant des années d’une interdiction de publication à la suite du débat suscité par Die Umsiedlerin, sa pièce suivante, Der Bau, sera enfin publiée en 1965 ; elle fera à son tour l’objet de critique, en sorte qu’il la retouchera sept fois12 et qu’elle sera jouée pour la première fois en RDA seulement quinze ans plus tard.

17Ne sont-ce là que des souvenirs portant sur les tout débuts ? Certes non. Mais bien au contraire les preuves d’une participation, d’un engagement qui se confirme jusque dans les discours , si souvent cités, de Christoph Hein et de Günter de Bruyn lors du dernier congrès des écrivains de la RDA, en 1987. Leur critique de toute forme de censure s’accompagnait d’une adresse à la société qui préconisait cette même censure dans la mesure où elle exhortait chacun à se corriger et à tirer les leçons des faits, par conviction qu’un tel amendement devait être possible. Et celui qui parle ainsi parle aussi de lui-même.

  • 13 Andreas Jäger, « Schriftsteller-Identität und Zensur. Über die Bedingungen des Schreibens im ‘reale (...)

18Et c’est là une expérience générale (non quelque ‘revirement soudain’, mais une pratique de la RDA qui a toujours existé et qu’il faut assumer), qui simplement, avec la disparition de cette société, prend la dimension de ‘l’effondrement irrémédiable d’une illusion’13 : l’idée qu’on pourrait faire acte d’opposition à cette structure de l’intérieur, dans l’espoir qu’elle changera sans s’effondrer, que l’État acceptera la critique authentique, de fond, sans menacer de recourir à la force ni à l’exclusion. Elle vaut tout autant pour la littérature. La vie littéraire en RDA n’a jamais pu devenir une sphère de la société qui aurait conservé sa ‘fonction particulière’. Au contraire, et même si cela s’est produit de manière variable selon les différentes phases de l’histoire du pays, la littérature et l’art ont été soumis à l’idéologie du système socialiste, centralisé dans son organisation et sa conduite, qui visait à l’indifférenciation et à l’uniformisation, non à la différenciation. La littérature s’est coulée dans un ordre qui prétendait englober et diriger tous les secteurs de la production matérielle et spirituelle au sein de la société.

19C’est pourquoi une sphère spécifique de la culture artistique, englobant le rôle social qu’elle reconnaît aux sujets, artistes et intellectuels, ne peut être envisagée et éventuellement réalisée que sur le fond d’une division du travail ainsi conçue, ne peut donc exister que comme partie d’une conception globale de la ‘société de la RDA’, au sein de laquelle elle constitue en définitive une simple reproduction et expression de l’une de ses fonctions. Ce qui revient à dire que la pratique régulièrement condamnée (y compris dans de nombreuses publications et études critiques sur la littérature parues ces dernières années, tant en RDA qu’en République fédérale) de ‘l’ingérence’ idéologique de la politique dans les domaines de la littérature, du théâtre et de tout autre media artistique n’a été que la conséquence d’un droit de l’État dont le principe fut longtemps accepté par ceux-là mêmes qui faisaient l’objet de critiques. Par ailleurs l’État s’est toujours ouvertement reconnu de cette forme d’exercice du pouvoir, c’est-à-dire du ‘centralisme démocratique’. En agissant de la sorte, il n’a pas transposé ses intérêts sur les conditions d’exercice de la littérature, ne les y a pas étendus, mais les a exercés – pour ainsi dire naturellement – comme autant ‘d’actes littéraires’ relevant de la conception intégrale qu’il avait de lui-même.

20Pour parler de la vie littéraire en RDA, c’est-à-dire de ses conditions d’exercice, sans sombrer dans l’auto-édulcoration d’une morale que l’on souhaiterait autonome, il faut parler d’un ‘système littéraire de la RDA’, au sens précédemment donné à ce terme. Système qui ne serait dès lors pas déterminé par l’État, pour ainsi dire d’en haut, mais se déterminerait en quelque sorte lui-même, dans ses formes de communication, ses modes d’expression discursive, comme composante immanente du discours du pouvoir (y incarnant souvent la dimension d’opposition) – constituant ainsi la sphère spirituelle et culturelle de l’État dans la structure duquel il était inséré. Vue sous cet angle, la société de la RDA n’était naturellement pas seulement le lieu où se trouvaient définies les conditions d’exercice de la littérature, mais également le produit de celle-ci.

21Ce constat débouche sur une conclusion aux implications essentielles. Il en ressort en effet que le reproche souvent entendu et qui voudrait que la littérature de la RDA soit par principe une littérature au service de l’État est dépourvu de tout fondement théorique, de même que perd toute validité la thèse inverse, tout aussi unilatérale, selon laquelle s’intéresser à cette littérature ou à ses principaux représentants ce serait parler d’une littérature qui serait un lieu d’opposition ‘de principe’, voire de résistance à la RDA. Certes les documents ne manquaient (et ne manquent) pas qui permettent d’étayer telle ou telle variante de ces comportements ; et nombreux sont les exemples d’écrivains, d’artistes et d’intellectuels qui se concevaient comme étant au service de l’État. Cependant faire référence à l’existence de cas concrets dans lesquels tel ou tel s’est accommodé du système littéraire et idéologique ou bien l’a rejeté ne suffit pas à fonder valablement ce que, des années durant, nous avons appris à qualifier de caractéristique spécifique de la littérature allemande. Car on considère alors certains cas de manière isolée au lieu de s’attacher à faire apparaître les structures complexes du milieu littéraire – et, par là même, à mettre en lumière le fait que la société dans son ensemble était impliquée.

22Je terminerai, comme je l’avais annoncé, par quelques considérations sur l’avenir éventuel d’une littérature qui est entrée dans l’histoire sous le nom de littérature de la RDA mais, à la différence de l’État ‘RDA’, n’a pas cessé d’exister. C’est pourquoi il restera nécessaire de réfléchir à ses perspectives et ses utopies, autrement dit aussi à son statut historique et politique. Dans le même temps où l’effondrement dramatique de tous les systèmes de valeurs socialistes ayant existé à ce jour nous contraint à envisager cette littérature de manière beaucoup plus ouverte (et nous le permet).

23Le choc qu’il y a à se voir dépossédé de toute conception de la totalité rend perceptible l’emprise des rapports politiques et culturels, qui seuls peuvent permettre de déduire les moyens de s’en libérer. Ce qui implique également la prise de conscience nouvelle de ce que dans le cadre de ce dialogue, il faut apprendre soi-même à parler autrement (il faut s’entraîner à parler autrement) - sans se croire détenteur de la vérité. Et cette conscience autre est directement en relation avec le fait d’avoir vécu les événements d’Union soviétique durant l’été 1991 et de s’être rendu compte que c’est eux, et non la disparition de la RDA, qui marquent la fin véritable d’une époque avec l’effondrement d’une utopie sociale matricielle. Ce fait ne saurait être ni occulté, ni relativisé. Mais par ailleurs la perte définitive des réponses passées ne met pas un terme définitif au dilemme des utopies sociales sous le seul prétexte que le cours des socialisations jusqu’alors tentées à travers l’histoire n’a pu assurer la pérennité de leurs projets transitoires. Et dans ce contexte la référence sans cesse réitérée à la ‘tragédie de la révolution prolétarienne’ de ce siècle est inadéquate aussi longtemps qu’elle renvoie pour l’essentiel (et même exclusivement) à un fait - et par là même nécessairement à un schéma de pensée idéologique que le cours de l’histoire avait dépassé bien avant qu’il ne s’effondrât définitivement. Ce qui pourrait aussi entraîner la disparition définitive d’un autre ‘dilemme’, d’un dilemme réel : voir les projets utopiques d’émancipation être de plus en plus réduits à des représentations mentales d’une réalité espérée située au delà de la réalité vraie, de ce fait confondus les uns avec les autres et limités dans leur portée - devenant en quelque sorte la compensation d’une histoire ‘manquée’ -, au lieu de continuer à y travailler parce qu’ils sont des ‘à-venir’ indispensables de possibles imaginables dans l’ordre du vécu social futur. Ce qui pourrait éventuellement prendre la forme d’une ‘désobéissance sociale’ dont le degré d’acceptance constituerait le ‘révélateur d’une juste compréhension des fondements moraux de la démocratie’ par la société.

  • 14 Heiner Müller, « Bilder », dans : Geschichten aus der Produktion 2, Berlin 1974, p. 7.
  • 15 Jan Robert Bloch, « Wie können wir verstehen, daß zum aufrechten Gang Verbeugungen gehören ? », dan (...)
  • 16 Ibid., pp. 526, 536, 552.

24L’un des premiers textes de Heiner Müller dit que ‘au commencement le sens des images est illimité. (...) Mais les rêves se figent, engendrent forme et déception. (...) Les grands poèmes sont des ruines, pareils à des corps, longtemps aimés et, désormais, superflus.’14 On perçoit dans ces lignes la fatalité d’une situation dans laquelle les avant-gardes littéraires se retrouvent soudain loin derrière lorsque le cours de l’histoire reniée les a dépassées. Une crise existentielle générale, chargée d’actualité - et pas seulement pour la littérature de la RDA. Face à une telle contradiction, on pourrait en venir à penser que leur longue ‘habitude de marcher la tête haute’ devrait enseigner à l’occasion à ceux qui marchent ainsi qu’il faut parfois se courber si l’on ne veut pas se guinder. Jan Bloch étudie dans un texte critique intitulé ‘Comment comprendre que pour marcher la tête haute il faut parfois se courber’ quelques uns des travaux et quelques unes des prises de position de son père en réaction aux procès de Moscou des années trente.15 Se courber pour marcher la tête haute, c’est là une image émouvante, qui me paraît éminemment importante à l’heure où les certitudes passées se perdent, ou du moins sont remises en question ; c’est là aussi la possibilité d’entrevoir à l’horizon des projets utopiques tout différents. Et qui pourraient s’affirmer pour peu qu’on soumette à un regard critique ces postures de vainqueur qui ne revivent que comme rituel historique ou bien sont suscitées par les foules, et au nombre desquelles compte également l’obscure vision des ‘matadors marchant la tête haute’, expression de ‘fantasmes masculins’ : le danger du ‘despotique Pizzaro’.16 À quoi s’opposerait le geste de se courber, forme féminine de résistance.

  • 17 Cette phrase et celles qui suivent entre guillemets sont tirées du programme d’exposition de Rolf S (...)

25Accrochées à des visions17 - nous le savions depuis longtemps – les utopies sont finalement dévorées par la pratique. Étant bien entendu qu’on ne saurait empêcher les anciennes utopies de disparaître par la simple formule : tout ira mieux la prochaine fois. ‘Le langage doit rester pur’, dit une des formules remises au goût du jour ces temps derniers et destinées à se donner courage - mais il ne le reste pas ! L’espoir critique manque toujours de temps. La croyance intégrale ‘remplace’ aussi l’espoir critique en ce qu’elle s’empare du commandement si les succès se font attendre. Mais qui ‘sauve’ les utopies de l’emprise de la politique ? Ce qui n’effraie pas est récupéré. Ne devrions nous pas nous dire un court instant que c’est justement peut-être notre manière d’utiliser le concept d’utopie qui condamne cette dernière ? Quelle utopie ne se transforme pas en un bloc de béton dès l’instant qu’elle se répand parmi les hommes ?

  • 18 Ibid.
  • 19 Theodor Adorno, Minima Moralia. Reflexionen aus dem beschädigten Leben, Francfort/Main, 1969, p. 93

26L’aspiration à de nouvelles certitudes pour l’avenir, à des réponses aux questions de demain, réduit le travail à faire, sans espoir de solution. Le travail devient lui-même le but, et plus seulement le chemin qui y conduit. La menace du ‘tiers monde’ ou bien le problème des demandeurs d’asile devient une bonne excuse pour ne plus rien devoir ou pouvoir dire du premier et du deuxième monde. ‘Le livre de l’utopie est refermé, mais le marque-page reste dedans’18 - une belle image empruntée à un catalogue d’exposition réalisé par un ami des peintres de Berlin-Est ; mais qui, du fait même de ce qu’elle comporte de défi, demande à être regardée de plus près. Nous pouvons en effet nous demander s’il ne vaudrait pas mieux retirer les marque-pages (ou du moins les repousser entre les pages) pour que, au bout d’un certain temps, les anciennes réponses ne nous soient pas à nouveau présentées comme de prétendument nouvelles. Avant de nous remettre à jouer les clowns et à vouloir « éduquer les nouveaux princes », nous devrions peut-être faire une pause et réfléchir au projet d’ensemble tout en jetant sur la pratique un regard soupçonneux – en nous souvenant de l’avertissement d’Adorno dans Mina Moralia : qu’il ne faut pas rester planté là comme un ‘paysan du Danube’ ‘tandis que le conformiste ne se tient plus assis sous la tonnelle, tout à sa gêne, mais au contraire plonge avec son avion supersonique dans les profondeurs du plus-que-parfait. »19

Notes

2 Walter Süss, « Ausstellung. Zensur in der DDR. Ein Geschäft von trostloser Borniertheit », dans : Das Parlament, 10.5.1991.

3 Sur ce sujet et sur ce qui suit, cf. l’étude intitulée Wirtschaft und Mentalität in den neuen Bundesländern. Thesenpapier des Verlags ‘Ästhetik und Kommunikation’, éditée par le collectif d’auteurs ‘Potsdam Kolleg für Kultur und Wirtschaft’, Berlin, 1990.

4 Cf. Rolf Xago Schröder, Gladiatoren der Utopie. Programmheft zur Ausstellung in der Galerie ‘Passage’, Août/Septembre 1991.

5 Wirtschaft und Mentalität in den neuen Bundesländern, p. 8.

6 Ursula Heukenkamp, « Soll das Vergessen verabredet werden ? Eigenständigkeit und Eigenart der DDR-Literatur », dans : Aus Politik und Zeitgeschichte. Beilage zur Wochenzeitung Das Parlament, vol. 41-42/91, 4.10.1991.

7 L’idée développée par Ursula Henkenkampf dans ce contexte et selon laquelle on retrouverait dans nombre de ces projets pour une ‘autre’ culture politique les ‘rêves de jeunesse’ de la génération d’écrivains qui l’avait anticipée dans sa création littéraire des années soixante, par opposition au ‘prosaïsme du quotidien’ qui caractérisait alors la situation en RDA, est juste. Elle explique l’engagement politique frappant de ce groupe durant l’automne 1989 tout comme elle livre une explication pour l’amertume persistante qu’il ressentit à voir échouer la tentative engagée pour transformer ce rêve en réalité : l’expérience du double regard. Car ce qui avait échoué, ce n’était pas une tentative pratique.

8 Heukenkamp, op. cit., p. 6.

9 Willemsen, Süddeutsche Zeitung, 1990, cité dans : Wirtschaft und Mentalität in den neuen Bundesländern (cf. note 3), p. 14.

10 Manfred Jäger, Das Wechselspiel von Selbstzensur und Literaturlenkung in der DDR, conférence prononcée à l’occasion de l’exposition « La censure en RDA», Berlin, Fasanenstraße, mai 1991.

11 Cité dans : Marianne Streisand, « Chronik einer Ausgrenzung », in: « Der Fall Heiner Müller. Dokumente zur ‘Umsiedlerin’ », Sinn und Form, 43 (1991 [3]), p. 429.

12 J’ai détaillé ce fait dans un article précédent ; cf. Frank Hörnigk, « ’Bau’-Stellen. Aspekte der Produktions- und Rezeptionsgeschichte eines dramatischen Entwurfs », dans : Zeitschrift für Germanistik 6 (1985 [1]), pp. 35-52.

13 Andreas Jäger, « Schriftsteller-Identität und Zensur. Über die Bedingungen des Schreibens im ‘realen Sozialismus’ », dans : Literatur in der DDR. Rückblicke. Text und Kritik Sonderband, éd. Par Heinz Ludwig Arnold et Frauke Meyer-Gosau, 1991, p. 148.

14 Heiner Müller, « Bilder », dans : Geschichten aus der Produktion 2, Berlin 1974, p. 7.

15 Jan Robert Bloch, « Wie können wir verstehen, daß zum aufrechten Gang Verbeugungen gehören ? », dans : Sinn und Form 43, (1991 [3] ), p. 523.

16 Ibid., pp. 526, 536, 552.

17 Cette phrase et celles qui suivent entre guillemets sont tirées du programme d’exposition de Rolf Schröder (cf. note 4)..

18 Ibid.

19 Theodor Adorno, Minima Moralia. Reflexionen aus dem beschädigten Leben, Francfort/Main, 1969, p. 93.

Auteur

Humboldt Universität Berlin

Bernard Poloni (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540