Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

3. Enjeux et conditions de l'unification

La portée du voyage de François Mitterrand en RDA (20-22 décembre 1989)

Éclairages multiples

Ulrich Pfeil
Traduction de Nelly Berneron

Texte intégral

  • 1 La Croix, 20.12.1989.

1Quand le Président de la République française François Mitterrand atterrit à Berlin‑Est le 20 décembre 1989, le quotidien catholique La Croix écrit le même jour que cette visite en RDA tombe à point pour les dirigeants est-allemands qui sentent ainsi leur légitimité renforcée.1 L’Humanité relate très volontiers les propos de Hans Modrow, Ministre-président de la RDA à ce moment crucial :

  • 2 L’Humanité, 20.12.1989.

« Cette visite du Président en exercice de la CEE montre que la RDA est un Etat à part entière dans la maison commune européenne, un État avec lequel on souhaite entretenir des liens diplomatiques et que l’on respecte. »2

  • 3 Cf. Quotidien de Paris, 21.12.1989.
  • 4 F. Mitterrand : De l’Allemagne, de la France, Paris, Odile Jacob, 1996 ; cf. H. Ménudier : «Françoi (...)
  • 5 J. Attali : Verbatim III, Paris, Fayard, 1995.
  • 6 H. Védrine : Les mondes de François Mitterrand, À l’Élysée 1981-1995, Paris, Fayard, 1996.

2Le lendemain, le même journal cite un étudiant du « Nouveau Forum » qui se montre hostile aux « plans pangermanistes et néofascistes » du chancelier Kohl, et rappelle qu’il y a sur le sol allemand deux États indépendants qui ont chacun une responsabilité particulière en faveur de la paix en Europe. Le Quotidien de Paris va jusqu’à dire que les sphères officielles de RDA voient dans cette visite une nouvelle confirmation de sa reconnaissance.3 Ces exemples qui ne sont certes pas représentatifs de l’ensemble de la presse française ni de l’opinion publique, montrent cependant le caractère problématique du voyage du Président français en RDA. jusqu’à aujourd’hui, cette visite a fait l’objet de discussions entre historiens, politologues et journalistes. Elle gagna une nouvelle actualité lors de la parution posthume des mémoires de François Mitterrand en 1996.4 Auparavant déjà, les publications de Jacques Attali, l’un de ses conseillers, avaient donné lieu à des interprétations discutées.5 Les déclarations d’un autre intéressé, l’actuel ministre français des Affaires étrangères, Hubert Védrine, ne purent pas non plus éclaircir définitivement les côtés controversés de ce voyage.6 On n’accorda jusqu’ici que peu d’importance aux documents internes issus des archives est-allemandes, qui permettent d’une part de tirer des conclusions plus exactes sur le cours des discussions et expliquent d’autre part les espoirs de la RDA face à la visite de François Mitterrand. Ces aspects furent pour une grande partie négligés dans les publications sur le sujet. Le centre d’intérêt portait jusqu’alors sur les répercussions du processus de réunification sur les relations France ‑ RFA qui furent soumises à de rudes épreuves pendant ces semaines. La prise en compte des discussions qui se sont déroulées entre les dirigeants du SED permet de tirer des conclusions sur leurs intentions et leurs plans face aux difficultés massives que les manifestations dans les rues de Berlin‑Est et de Leipzig leur posaient.

Le SED en quête d’une nouvelle légitimation

  • 7 Süddeutsche Zeitung, 8.1.1988.

3Lorsqu’Erich Honecker, le secrétaire général du SED, se rendit en France en janvier 1988, il semblait évident que les relations franco‑allemandes ne pouvaient plus être pensées sans la RDA. Après que Honecker avait été reçu par le Chancelier Kohl à Bonn quelques semaines auparavant, le Président Mitterrand pouvait se permettre d’inviter le chef d’État de «l’autre Allemagne» à Paris sans provoquer d’imbroglio diplomatique avec Bonn. Le Süddeutsche Zeitung écrivait : « Honecker peut venir parce que la question allemande est réglée pour la France, un peu aussi pour qu’elle reste réglée. »7

4Le SED eut aussi l’impression que ce voyage était la preuve de la normalité entre la France et la RDA, et il se vit renforcé dans sa position :

  • 8 Rapport sur la visite de Erich Honecker en France (du 7 au 9 janvier 1988) ; Stiftung der Parteien (...)

« Le déroulement de la visite et les événements qui s’y rapportent reflètent de toute part l’autorité de la RDA en tant qu’État souverain socialiste et partenaire sur lequel on peut compter pour l’instauration de relations de coexistence pacifique. La visite renforce le statu quo territorial européen et sert la consolidation de l’ordre européen d’après guerre. »8

5C’est seulement quelques mois plus tard que cette constatation s’avéra être un souhait utopique formulé par la direction du SED à l’agonie. Durant l’été 1989, les flots de réfugiés fuyant vers la Hongrie ainsi que dans les ambassades allemandes à Prague et à Varsovie ont très profondément secoué la RDA. Le SED se tenait désormais sur la défensive et essaya de se maintenir au pouvoir en révoquant Erich Honecker le 18 octobre. Pourtant son successeur Egon Krenz ne parvint à se tenir à la tête de l’État et du parti que quelques semaines et fut bientôt remplacé par Hans Modrow, nommé chef du gouvernement. Le SED connut dans ces semaines‑là une perte de légitimité qui ne remit pas seulement en cause son rôle de parti dirigeant mais par là même aussi son existence. C’est pourquoi il saisit avec reconnaissance la dernière planche de salut.

  • 9 Neues Deutschland, 14.12.1989.

6La visite d’hommes politiques étrangers fut alors utilisée comme occasion de leur arracher des déclarations favorables sur la situation et l’avenir de la RDA. Cest ainsi que parut en première page du Neues Deutschland le compte rendu sur la visite de Jean François‑Poncet l’ancien ministre des Affaires étrangères et Président de la commission économique du Sénat, ainsi que son entretien avec le Ministre‑président de RDA, Hans Modrow. Le rapport du quotidien du SED s’inscrivait dans la tradition des années précédentes et donne l’impression que les changements et les réformes entamées l’ont été à l’initiative du SED: « Il [Jean François‑Poncet U.P.] s’est montré intéressé et impressionné par les immenses modifications qui se sont opérées par rapport au passé dont il se souvient bien. »9 Comme auparavant le SED essayait en se servant de l’autorité des hommes politiques étrangers, de mettre en avant les grands succès économiques et les progrès de la RDA pour renforcer sa propre autorité. Rien ne semblait pouvoir laisser présager la fin de la RDA ni du SED en tant que parti dirigeant ; au contraire, on soulignait la déclaration de l’homme d"État français selon lequel les relations bilatérales entre la France et la RDA avaient devant elles un « brillant avenir ».

  • 10 P. Favier/M. Martin‑Roland : La Décennie Mitterrand 3. Les défis 1988‑1991, Paris, Seuil, 1996, p. (...)

7Dans ce contexte, on comprend la signification qu’eut la visite du Président de la République française pour le SED qui le mit déjà très tôt au courant de l’importance qu’il attacha à cette visite. Le ministre est‑allemand du Commerce extérieur Gerhard Beil, transmit à travers Edith Cresson un message confidentiel à F. Mitterrand le 1er décembre : « Je vous en prie ! Que votre Président au cours de sa visite en RDA, négocie, agisse, s’exprime et conclue en mettant en évidence qu’il le fait avec la République démocratique allemande souveraine. »10 Dans la résolution du conseil des ministres de la RDA intitulée « Orientation conceptuelle dans le domaine de la politique extérieure s’inscrivant dans le processus du renouveau du socialisme en RDA », datée du 21 décembre 1989, il est écrit :

  • 11 Résolution du Conseil des ministres 7/2/89 du 21.12.1989 ; Archives nationales de Berlin [BAB] DC 2 (...)

« L’objectif central de la politique extérieure de la RDA est de créer des conditions extérieures favorables au règlement de la crise existentielle de légitimation de la RDA, au maintien et au développement de l’alternative socialiste allemande. Cela exige de chercher et d’utiliser toutes les possibilités pour stabiliser l’existence de la RDA en tant qu’État allemand souverain et facteur de stabilité et d’équilibre politique en Europe, et pour obtenir par là même une nouvelle crédibilité à l’Est et à l’Ouest aussi bien qu’au Nord et au Sud. »11

8Lorsque la visite de F. Mitterrand du 20 au 22 décembre 1989 fut annoncée dans le journal Neues Deutschland, le SED y vit avant tout la volonté de la France de préserver le statu quo en Europe :

  • 12 Neues Deutschland, 15.12.1989.

«L’acceptation de l’invitation témoigne de l’intérêt de la France à ce que les changements dans les différents pays socialistes ne conduisent pas à la déstabilisation de la situation en Europe.»12

9Pour le SED, F. Mitterrand gagna encore plus en autorité parce qu’il fut le premier chef d"État d’une des puissances victorieuses occidentales à se rendre en RDA. Par ailleurs, il exerçait à cette époque la fonction de Président de la Commission européenne.

10Pour le SED, le Président français représentait donc l’interlocuteur idéal car il souhaitait créer, grâce au processus de renouveau en RDA des conditions plus favorables à l’établissement d’une coopération avec les pays de l’Ouest. Ces aspirations furent surtout motivées par des raisons économiques car le SED s’était montré clair sur le fait que ses propres ressources et celle du COMECON ne suffiraient pas à redresser à moyen terme l’économie de la RDA. C’est pourquoi elle estimait inévitable une extension de la coopération avec les « États impérialistes », surtout avec la RFA.

  • 13 Résolution du Conseil des ministres 7/2/89 du 21.12.1989 ; Archives nationales de Berlin [BAB] DC 2 (...)

11La RDA se considérait dans ce processus de rapprochement avec l’Ouest comme un partenaire à part égale au sein du processus d’unification européenne. La base de ses relations extérieures restait pourtant « l’alliance solide » avec l’URSS ainsi que « l’appartenance incontestable au pacte de Varsovie ». Cette attitude détermina également ses rapports avec la RFA : « Le point de départ est et reste la reconnaissance de l’existence de deux États allemands présentant un ordre social différent, intégrés dans des systèmes d’alliance différente. »13 Le SED déduit de ces prémisses que l’unification de la RDA et de la RFA ne faisait pas partie des préoccupations politiques actuelles en Europe.

  • 14 F. Mitterrand : De l’Allemagne, 1996, p. 110 sq.
  • 15 Cf. H. Teltschik : 329 Tage. Innenansichten der deutschen Einigung, Berlin, Siedler, 1991, p. 72.
  • 16 Le Monde, 28.11.1989.
  • 17 Die Zeit 44/27.10.1989.

12Comme il l’écrit dans ses mémoires, François Mitterrand était conscient que sa visite serait ressentie par le SED comme une garantie pour la souveraineté étatique et l’indépendance de la RDA.14 C’est pourquoi la majorité de l’opinion ouest-allemande condamna vivement la visite de F. Mitterrand en RDA ainsi que le moment choisi. Helmut Kohl se montra également irrité par la décision de l’Élysée de maintenir cette rencontre.15 D’après Le Monde, les Allemands de l’Ouest se seraient sentis trahis du fait que F. Mitterrand s’était rendu en RDA avant H. Kohl.16 Dans son édition du 21 décembre, ce même journal parle du manque d’égards et de l’orgueil de la France vis-à-vis de Bonn. En déclarant que la RFA ne possédait pas le monopole des relations avec la RDA, la France a ignoré d’une part que les deux États avaient des affaires urgentes à régler, et sous-estimé d’autre part les grandes attentes que les Allemands de l’Est espéraient voir se réaliser par la venue de H. Kohl. Alors que le chancelier était venu proposer aux Allemands de l’Est des crédits considérables, c’était tout à fait le contraire pour son homologue français. L’unique justification au maintien ferme de cette date était donc liée au fait que F. Mitterrand n’était Président de la Commission européenne que pour quelques jours encore. L’hebdomadaire Die Zeit vit dans ce comportement de la France à la fois de la peur et une arrogance mal placée, il le compara à un « conflit relationnel culturellement programmé. »17 Ainsi, on peut se demander ce qui a motivé l’attitude du Président français, attitude qui a soumis les relations franco-allemandes à une rude épreuve.

Les intérêts politiques de la France

  • 18 Cf. I. Lehmann: Die deutsche Vereinigung von außen gesehen. Angst, Bedenken und Erwartungen in der (...)

13Quand les changements politiques se déclarèrent en Pologne et en Hongrie en juillet 1989 et que les vagues de réfugiés fuyant la RDA se mirent en mouvement, le Président français insista encore sur l’ordre politique d’après-guerre et n’envisagea pour l’avenir proche aucune possibilité de changement. Selon F. Mitterrand, on ne pouvait pas bousculer aussi facilement les fondations de l’histoire créées après la Seconde Guerre mondiale. Il n’existait aucun refus fondamental ni aucune réalité contraignante. Les pays qui aujourd’hui assumaient la responsabilité devaient continuer à le faire à l’avenir.18

14Il adopta la même attitude fin juillet lorsqu’il accorda une interview à quatre journaux européens. F. Mitterrand expliqua :

  • 19 Süddeutsche Zeitung, 27.7.1989.

« La réunification est à mes yeux un désir justifié des Allemands, mais il ne peut être réalisé que de manière pacifique et démocratique [ ... ]. Naturellement, les Allemands doivent pouvoir se décider librement, mais la concertation entre l’URSS et les puissances occidentales exige un véritable dialogue.»19

  • 20 Die Welt, 28.7.1989.

15Il ne donnait que peu de chances à la réunification et pour se justifier, il évoqua la position soviétique qui, d’après lui, n’approuverait pas un changement de la situation géopolitique en Europe. Sa déclaration selon laquelle il faudrait d’abord aboutir à un accord entre les deux gouvernements allemands va dans le même sens elle eut à l’époque déjà un écho très critique dans une partie de la presse ouest‑allemande. Le journal Die Welt commenta par exemple : « Le régime du SED n’a aucun droit de veto face à une évolution qui mène à sa disparition. L’autodétermination exclut l’ingérence étrangère. »20

  • 21 Comme le confirma le conseiller de Gorbatchev, Alexander Jakovlev, l’URSS avait constaté que les pu (...)
  • 22 Frankfurter Allgemeine Zeitung, 13.10.1989.
  • 23 Neue Zürcher Zeitung, 18.10.1989.
  • 24 Le Monde, 27.10.1989.

16F. Mitterrand s’abstint à ce moment là de présenter une conception politique propre qui tiendrait compte des bouleversements sur le plan européen et mondial. Il se cacha derrière l’URSS et le gouvernement est-allemand pour conserver l’Europe de Yalta.21 Il n’était pas conscient de l’importance des transformations et opta pour la voie politique traditionnelle française à l’égard de la question allemande. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la France s’était toujours souciée de préserver au mieux sa sécurité par rapport aux Allemands, et c’est justement pourquoi elle n’était pas mécontente de la division de l’Allemagne. Pour la RFA, la « question allemande » était toujours liée à la réunification, un objectif qu’elle n’abandonna jamais officiellement. Cette constellation, qui n’était jamais cause de désaccord dans les relations franco‑allemandes pendant la division du continent, prit un potentiel conflictuel lors des changements de 1989. L’ancien ambassadeur français à Bonn, M. Froment‑Meurice, s’en était rendu compte très tôt et il prévint dès octobre les dirigeants à Paris de ne pas considérer les adversaires d’hier comme ceux de demain.22 C’est avec un point de vue tout aussi critique que le Neue Zürcher Zeitung appréhenda la longue attente du gouvernement français face à la chute d’Erich Honecker, le 18 octobre 1989 ainsi que la crise grandissante en RDA : « Paris ne veut pas désavouer ouvertement le régime actuel de RDA dans l’intérêt supérieur de la sécurité européenne, même si personne ne croit plus en son avenir. »23 Bien plus encore, F. Mitterrand félicita Egon Krenz dans un télégramme pour son nouveau poste et l’encouragea à accomplir les devoirs qui lui incomberaient. Par la même occasion, il insista sur sa volonté de se rendre en RDA.24

  • 25 Cf. Verhandlungen des Deutschen Bundestages. Stenogr. Berichte, Bd.151. Plenarprotokoll 11/177,1351 (...)
  • 26 J. Attali: Verbatim III, p. 350 sqq.
  • 27 Cf. J. Attali: Verbatim III, p. 354.
  • 28 Cf. Lettre du chancelier Kohl au Président Mitterrand du 27.11.1989, in : Dokumente zur Deutschland (...)
  • 29 F. Mitterrand : De l’Allemagne, p. 63 sq.

17Mais les événements se précipitèrent au grand dam du Président français. Le 28 novembre 1989, devant le Bundestag, Helmut Kohl présenta à la surprise générale de l’étranger mais aussi de son ministre de l’extérieur, son plan en dix points.25 Dans ce plan, H. Kohl envisageait la création d’une confédération germano-allemande, sans préciser toutefois de date. Ceci provoqua un coup d’éclat à Paris. F. Mitterrand se sentit tenu à l’écart par H. Kohl et aurait déclaré qu’il ne l’oublierait jamais.26 Ses déclarations adressées au ministre allemand de l’extérieur Hans‑Dietrich Genscher étaient encore plus claires. Il prévint ce dernier qu’une triple alliance (France, Angleterre, Russie) était envisageable si l’unité allemande avait lieu avant l’unité européenne et n’exclut pas une guerre dans ce contexte.27 Mitterrand fut particulièrement irrité par la lettre datée du 27 novembre 1989 que Kohl lui avait envoyée et dans laquelle il avait présenté son calendrier pour créer une Union européenne sans du tout mentionner son plan en dix point?28 Dans ses mémoires, F. Mitterrand rejeta cette manière de présenter les choses ainsi que la thèse selon laquelle le plan en dix points aurait conduit à un refroidissement dans les relations franco‑allemandes. Il écrit que rien n’avait été en contradiction avec les déclarations précédentes de H. Kohl, dont il avait toujours été informé. Son seul souci portait sur le fait que le chancelier ne se prononçait pas sur la ligne Oder‑Neisse.29

  • 30 Cf. P. Haski : «Mitterrand et la réunification de l’Allemagne», in : S. Cohen (s.d.) : Mitterrand e (...)
  • 31 Cf. F.-G. Dreyfus : «L’opinion française devant l’unification allemande», in : Revue d’Allemagne 24(...)

18Bien que François Mitterrand ait nié quelques années plus tard l’émergence d’une rude crise dans les relations franco‑allemandes, les observateurs de l’époque sont d’un avis différent. D’après le journaliste de Libération Pierre Haski, le Président français soupçonna le chancelier allemand de vouloir créer l’unité précipitamment afin d’entrer dans les livres d’histoire comme chancelier de l’unification allemande.30 L’attitude de F. Mitterrand n’est en tout cas pas équivalente à celle de l’opinion publique française qui a toujours été favorable à la réunification.31

  • 32 F. Mitterrand : De l’Allemagne, p. 89.
  • 33 Cf. J. Attali : Verbatim III, p. 358 sqq.

19Ce jugement sur F. Mitterrand semble confirmé par la visite de ce dernier à Kiev où il rencontra le Président soviétique, Michael Gorbatchev le 6 décembre 1989. M. Gorbatchev semblait énervé par le plan en dix points. Il expliqua au Président français que le plan de M. Kohl remettait en question vingt années de politique.32 Cette déclaration confirma l’attitude de Mitterrand qui se prononça face à M. Gorbatchev en faveur d’un processus d’unification lent et contrôlé par les quatre puissance.33

  • 34 J. Attali : Verbatim III, p. 416.
  • 35 Cf. Le Monde, 9.12.1989.
  • 36 Cf. D. Vernet : « Mitterrand, l’URSS et la Russie », in : S. Cohen (s.d.) : Mitterrand et la sortie (...)
  • 37 Cf. Frankfurter Allgemeine Zeitung, 8.12.1989.

20Sa principale préoccupation était aussi le maintien de M Gorbatchev, menacé par les militaires à Moscou qui n’auraient accepté à ce moment là ni l’abandon de la RDA ni une Allemagne unifiée au sein de l’OTAN, et auraient dans ce cas préparé un putsch contre « le père de la pérestroïka ». C’est seulement quelques semaines plus tard, après que H. Kohl lui avait proposé une aide financière ainsi qu’un retrait progressif de l’Armée rouge de RDA, que M. Gorbatchev accepta une Allemagne unifiée au sein de l’OTAN. La réaction de Mitterrand correspondit exactement à la politique qu’il avait menée jusqu’ici : « Quest‑ce qui prend à Gorbatchev ? Il me dit qu’il sera ferme et il cède sur tout ! Que lui a donné Kohl en échange ? Combien de milliards de Deutsche Marks ? »34 Le voyage de Mitterrand en Ukraine – 5000 km en tout pour deux heures de discussion – fut l’expression même de sa profonde méfiance envers le processus d’unification allemande, et c’est sans doute ce qu’il exprima au Président soviétique.35 Cette attitude montra en outre qu’il était un homme fortement marqué par les événements de la première moitié du xxe siècle. À travers une réunification rapide, il entrevit le danger d’un retour à une Europe semblable à celle de 1914. Il craignait la dissolution des alliances en vigueur ainsi qu’un nouveau combat pour gagner des sphères d’influence.36 Partant de cette hypothèse, la question allemande n’était pas pour lui à l’ordre du jour.37 De ce fait, son voyage ne signifiait pas la même chose à ses yeux qu’à ceux de la majeure partie de l’opinion publique allemande et française.

François Mitterrand à Berlin-Est

21Au moment où le Président français atterrissait à Berlin‑Est le 20 décembre 1989, le chancelier Kohl quittait la RDA. Le chancelier avait été accueilli à Dresde par une foule enthousiaste, et les appels en faveur de l’unité firent l’unanimité. L’ambiance fut agitée ces jours là dans les rues de Berlin‑Est, de Leipzig et de Dresde. Ainsi, chacun était curieux de savoir de quelle manière François Mitterrand réagirait à cette situation.

  • 38 Cf. H. Modrow : Aufbruch und Ende, Hamburg, Konkret Literatur Verlag, 1991, p. 93 ; ibid. : Ich wol (...)

22L’envergure de la crise était telle que le ministère de l’intérieur est-allemand dut à l’occasion de cette visite officielle, veiller scrupuleusement au maintien de l’ordre parce que le ministère de la sécurité d’État (la Stasi) se désagrégeait. C’est pourquoi F. Mitterrand préféra emmener avec lui 50 agents de sécurité.38 L’importance que cette visite avait pour F. Mitterrand se manifeste dans la composition de la délégation à laquelle appartenaient les ministres suivants : Roland Dumas, Pierre Joxe, Roger Fauroux, Jack Lang, Jean-Marie Rausch, le secrétaire d"État Thierry de Beaucé et plusieurs représentants de l’économie française. Ils accompagnèrent leur Président pour passer avec leurs homologues est‑allemands des accords bilatéraux qui devaient développer dans les années à venir les relations entre les deux pays. C’est ainsi que durant la rencontre, ils conclurent les traités suivants :

  • Programme gouvernemental sur une coopération économique, industrielle et technique entre 1990 et 1994;

    • 39 BAB DC 20/l/3/2876, p. 275‑283.

    Accord gouvernemental sur le développement des échanges de jeunes;39

  • Accord gouvernemental sur la nécessité d’éviter une imposition double dans le domaine de l’impôt sur le revenu et la fortune ;

  • Accord gouvernemental sur la collaboration dans le domaine de l’environnement;

  • Accord gouvernemental sur des modalités complémentaires concernant le travail des centres culturels des deux pays.

  • 40 Neues Deutschland, 22.12.1989.

23C’est pourquoi Christa Luft (SED), Présidente adjointe du conseil des ministres, parla d’un signe important que la France avait donné et expliqua pour conclure : « Il est clair pour la France que la RDA restera un État indépendant, faisant partie intégrante de l’Europe dans les années à venir. »40

24Les déclarations faites le premier jour de son voyage montrent que, même à ce moment là, F. Mitterrand partait du principe que la RDA continuerait d’exister. C’est ainsi qu’il parla dans ses interviews avec la télévision ouest-allemande du « peuple allemand de RDA » et qu’il fit à l’intention des dirigeants est-allemands l’éloge de « l’apport de votre pays à la civilisation européenne. » Ce n’est pas sans un brin d’ironie que Libération commenta ces déclarations du Président français :

  • 41 Libération, 22.12.1989.

«À ceux qui en RDA même doutaient de l’identité de cette Allemagne-ci, comme à ceux qui défendent farouchement un « nationalisme DDR », le Président français a apporté un début de réponse.»41

  • 42 Les propos se basent sur la « Résolution du conseil des ministres de la RDA du 4 janvier 1990 conce (...)

25Lors de ses conversations avec Manfred Gerlach, Président du Conseil d’État de la RDA, et Hans Modrow,42 F. Mitterrand insista maintes fois sur le droit des Allemands à l’autodétermination, mais souligna en même temps les devoirs particuliers des deux États allemands, devoirs consécutifs à la Deuxième Guerre mondiale. Il appela au respect des traités internationaux conclus, et aux alliances établies ainsi que du potentiel militaire existant de part et d’autre. Il rappela plusieurs fois les dangers pour la stabilité et l’équilibre en Europe, dangers qui pourraient résulter d’un processus de rapprochement trop rapide entre les deux États allemands. Dans ce contexte, Mitterrand mit en évidence la grande responsabilité du gouvernement Modrow pour la stabilité en Europe. Il conclut que « la majeure partie du peuple est‑allemand souhaite le renouveau démocratique, mais uniquement sous l’organisation étatique actuelle. »

26Comme F. Mitterrand l’avait toujours expliqué auparavant, il ne pouvait s’imaginer l’unification de la RFA et de la RDA qu’au sein d’un processus parallèle d’Union européenne. C’est pourquoi, en tant que Président de la commission européenne, il proposa à la RDA une coopération plus étroite avec ses institutions et envisagea un accord de commerce et de coopération. Les dirigeants de la RDA pouvaient se sentir renforcés après les discussions avec F. Mitterrand, en particulier parce qu’il leur assurait qu’à son avis, « la RDA retrouverait son équilibre politique et occuperait ensuite une place importante en Europe. » Le protocole conclut :

« Le Président Mitterrand et le Ministre-président Modrow sont tombés d’accord sur le fait que cette visite crée des conditions politiques permettant aux deux pays d’accéder à un niveau supérieur de coopération dans tous les domaines. »

  • 43 Libération, 22.12.1989.

27Alors que H. Modrow avait dû constater la veille l’accueil triomphant du chancelier Kohl à Dresde et les appels en faveur de l’Allemagne unie, sa position sembla cependant de nouveau consolidée. Il pouvait partir du principe que les quatre puissances victorieuses s’opposeraient au trop grand empressement de la RFA pour mettre en œuvre une unification rapide. C’est ainsi que Pierre Haski en arrive dans Libération à la conclusion suivante : « La France, quant à elle, est plus que désireuse de voir la RDA se redresser pour assurer la stabilité en Europe. »43

  • 44 Le Monde, 24./25.12.1989.

28F. Mitterrand ne put non plus dissimuler cette impression lors des discussions avec les opposants et les étudiants à l’université Karl Marx de Leipzig. Il rencontra Kurt Masur, le directeur du Gewandhaus, la philharmonie de Leipzig, qui avait joué un rôle très important lors des « manifestations du lundi » à Leipzig. Il poursuivit son hommage aux événements révolutionnaires par la visite de l’Église St Nicolas, point de départ des manifestations de plus en plus suivies. Finalement, il rencontra Ulrike Poppe (« La démocratie maintenant »), Bärbel Bohley et Jens Reich du « Nouveau Forum », Wolfgang Schnur (« Renouveau démocratique »), Ibrahim Böhme (SPD) et Manfred Stolpe de l’Église protestante. Peu de temps après, W. Schnur et I. Bôhme avouèrent avoir été des collaborateurs informels de l’omniprésente Stasi. Cela n’était pas prévisible, mais il faut néanmoins constater que F. Mitterrand n’eut pas la main heureuse dans le choix de ses interlocuteurs. Ceci explique cependant pourquoi le Président français pouvait continuer à présumer que le processus de rapprochement entre la RDA et la RFA serait long. Alors que H. Modrow et M. Gerlach avaient proclamé le maintien de la RDA afin de conserver le pouvoir, les opposants que Mitterrand rencontra faisaient partie du groupe qui s’était prononcé pour la poursuite d’une troisième voie en RDA entre le socialisme et le capitalisme, mais contre une annexion pure et simple par la RFA. Même lors de ses discussions avec Gregor Gysi, le nouveau chef du SED‑PDS, et avec l’écrivain Stephan Heym, F. Mitterrand ne put pas se faire une idée adéquate des attentes et de la mentalité de la population est‑allemande. C’est ainsi qu’il constata après la clôture de ses discussions qu’aucun d’entre eux ne souhaitait la réunification.44 Il vit en eux bien plus un esprit ouvert vers l’Europe et le souhait de ne pas se limiter aux relations interallemandes. « Cette disponibilité me paraît la plus prometteuse », conclut‑il à la fin de sa visite.

  • 45 Cf. Entretien du chancelier Kohl avec le Président de la République française, François Mitterrand, (...)
  • 46 Cf. P.M. Wagner : «Deutschlandpolitik der Vier Mächte», in: W. Weidenfeld/ K.‑R. Korte (s.d.) : Han (...)
  • 47 Cf. F. Sirjacques-Manfrass : « Die Rolle Frankreichs aus der Sicht der DDR und Frankreichs Haltung (...)

29F. Mitterrand changea le cours de sa politique seulement lorsqu’il comprit que la tentative de ralentir le processus de réunification était promise à l’échec. Le chancelier Kohl facilita les choses à F. Mitterrand lors d’une conversation personnelle à Latché le 4 janvier 1990, où il lui assura que l’Allemagne unifiée resterait ancrée dans la communauté européenne.45 H. Kohl poursuivit dans les semaines suivantes cette politique et fit avancer conjointement avec F. Mitterrand l’intégration européenne, dissipant de cette façon les craintes françaises.46 Les derniers doutes de F. Mitterrand furent dissipés grâce à l’insertion de l’unification allemandes dans les négociations 2+4 commencées en février 1990 (Mitterrand parlait plus volontiers de négociations 4+2) et à l’approbation de M. Gorbatchev face à la réunification. La France avait finalement reconquis le contrôle sur l’unification parmi les quatre puissances alliées, et avec l’inclusion de la Pologne dans les discussions, les réserves de Mitterrand à l’égard de la ligne Oder‑Neisse devinrent elles aussi infondées. La révision de la politique de Mitterrand fut finalement encouragée par des garanties de sécurité de la part des États‑Unis vis‑à‑vis de l’URSS. M. Gorbatchev avait accepté l’appartenance de l’Allemagne unifiée à l’OTAN afin que la France abandonne ses réserves et cède à la pression des États‑Unis tout en se rangeant aux intérêts de ses partenaires occidentaux.47

Conclusion

  • 48 Cf. Mitterrand : De l’Allemagne, p. 39 sq.
  • 49 Ibid., p. 53.
  • 50 Ibid., p .34.
  • 51 Cf. J.‑ J. Becker: Crises et alternances (1974‑1995), Paris, Seuil, 1998, p. 609.
  • 52 J. Kocka : «Die Wende 1989/90. Fakten, Probleme und Perspektiven», in : id. : Vereinigungskrise. Zu (...)

30François Mitterrand tente dans ses mémoires de donner l’impression qu’il se trouvait toujours, par ses jugements et ses décisions, à la hauteur de la situation et même avec une certaine avance par rapport aux autres chefs d’État impliqués dans les processus de la réunification allemande. Ainsi il évoque Margaret Thatcher, l’ancien Premier Ministre britannique qui, on le sait, s’opposa farouchement à une unité allemande rapide, et il cite certaines de ses déclarations qui signifient que Londres adopta à ce sujet une attitude totalement différente de celle de Bonn.48 Cette stratégie de justification de F. Mitterrand pour expliquer son hésitation ne peut pas convaincre, car elle néglige la coopération étroite et la profonde entente entre Bonn et Paris et le caractère presque déjà mythique du couple franco-allemand. Quand il évoque les propos de H. Kohl de début novembre où personne ne songeait à des transformations aussi spectaculaires,49 le Président omet de mentionner le revirement que le chancelier allemand opère dès la fin du mois lorsqu’il prend les choses en main et présente son plan en dix points, poursuivant inlassablement dans les mois qui viennent un seul objectif : l’unité allemande. Si nous revenons sur les déclarations faites par F. Mitterrand dans ces semaines là, il apparaît alors que ses allégations ultérieures se résument à une vaine tentative de corriger pour la postérité ce qui faisait l’opinion publique dominante : « J’avais été le premier, avec George Bush, à saluer la perspective de l’unification.50 Pourtant, comme les documents issus des archives est‑allemandes le montrent, sa première réaction fut la stabilisation de la RDA et du coup celle du statu quo en Europe51 De cette façon, il attisa auprès des dirigeants est‑allemands l’espoir d’une survie politique. Cette attente était totalement irréaliste, car déjà à l’époque de la visite de F. Mitterrand, la majorité de la population est‑allemande avait renoncé à leur propre État. « Le souhait d’unité nationale était lié à la méfiance de beaucoup de citoyens est‑allemands face à la capacité de l’État à faire des réformes et à son désir d’amélioration rapide de la situation économique, sociale et politique »52 écrit de façon pertinente l’historien Jürgen Kocka.

  • 53 M. Wolffsohn : «Der außenpolitische Weg zur deutschen Einheit. Das Ausland und die vollendeten Tats (...)
  • 54 Cf. G.-H. Soutou: L’alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands, 1954- (...)

31Aucun dirigeant des capitales internationales ne pouvait prévoir durant lété 1989 que ce souhait se manifesterait si vite et que « la tempête de l’évolution en Allemagne »53 atteindrait cette dimension. C’est pourquoi F. Mitterrand mène un simulacre de combat, car la question n’est pas de savoir pourquoi il n’a pas, dès l’été 1989, prévu le comportement de la population est‑allemande, mais plutôt de quelle manière et à partir de quelle conception il influence le processus au moment où les événements se sont précipités. Et il faut ici donner raison à Georges‑Henri Soutou qui souligne l’importance de la coopération germano‑américaine dans la réussite du processus d’unification et qui n’accorde qu’un rôle secondaire à la France et à la Grande-Bretagne.54

  • 55 G. Ziebura : Die deutsch‑französischen Beziehungen seit 1945. Mythen und Realitäten, Stuttgart, Nes (...)

32Gilbert Ziebura est encore plus sévère et inclut les membres du gouvernement de la RFA dans sa critique. Il est d’avis que les deux pays se sont lancés de façon totalement improvisée dans le processus de transformation en Europe de lEst et en Europe centrale en refusant de quitter le nid douillet qu’ils s’étaient si bien aménagé après la guerre. La France se considéra dans ce couple toujours comme la première puissance politique, tandis que la RFA avait le droit de tenir ce même rôle dans le domaine économique. Cette répartition des rôles semblait solidement établie et empêcha l’éventualité d’un changement. La France affirmait certes constamment le droit des Allemands à la réunification, elle était depuis de Gaulle l’un des pays les plus critiques face à l’ordre d’après‑guerre établi à Yalta. Mais lorsqu’en 1989 se dessina la fin de cet ordre, il s’« avéra que ces promesses n’étaient rien de plus qu’une rhétorique trompeuse.»55

  • 56 Der Spiegel 1/1.1.1990, p. 27.

33Le couple franco‑allemand n’avait pas été préparé à un changement international de constellation si brusque, parce que son fondement reposait toujours sur l’ordre d’après‑guerre. F. Mitterrand s’avéra dans les moments décisifs de 1989 comme un représentant type de cet ordre et ne fut pas en mesure d’adapter sa position à la nouvelle situation. Ses points de repère étaient fondés sur ses souvenirs personnels, ce qui auparavant s’était souvent avéré positif. Mais ceci ne suffisait plus lors de ce processus de mutation de dimension politique mondiale, et conduisit au fait que le chef d’État français tint son pays à l’écart du processus de l’unité allemande. L’hebdomadaire Der Spiegel invoqua comme explication à cette attitude la détention de F. Mitterrand en Thuringe durant la Seconde Guerre mondiale, il cita son médecin, le docteur Claude Gubler, d’après lequel le Président français aurait toujours un éclat de grenade allemande dans le corps.56 Il ne parvint pas non plus à transformer après‑coup dans ses mémoires l’échec de sa politique en succès postérieur. Les documents qui laissent entendre que F. Mitterrand n’a pas réussi à temps à prendre en marche le train de l’unité allemande et à y avoir son mot à dire, sont trop clairs et trop nombreux. Bien qu’il ait souvent été un maître de la symbolique et des gestes publics ainsi que de la tactique de la vie politique, cet instinct l’abandonna dans les moments décisifs des années 1989/90.

Notes

1 La Croix, 20.12.1989.

2 L’Humanité, 20.12.1989.

3 Cf. Quotidien de Paris, 21.12.1989.

4 F. Mitterrand : De l’Allemagne, de la France, Paris, Odile Jacob, 1996 ; cf. H. Ménudier : «François Mitterrand et l’unité allemande d’après les mémoires posthumes», in: Revue d’Allemagne 28 (1996) 4, p. 483‑494; Der Spiegel 18/29.4.1996.

5 J. Attali : Verbatim III, Paris, Fayard, 1995.

6 H. Védrine : Les mondes de François Mitterrand, À l’Élysée 1981-1995, Paris, Fayard, 1996.

7 Süddeutsche Zeitung, 8.1.1988.

8 Rapport sur la visite de Erich Honecker en France (du 7 au 9 janvier 1988) ; Stiftung der Parteien und Massenorganisationen der DDR im Bundesarchiv [SAPMO‑BA] DY 30/ IV 2/2.039/57, p. 35‑125.

9 Neues Deutschland, 14.12.1989.

10 P. Favier/M. Martin‑Roland : La Décennie Mitterrand 3. Les défis 1988‑1991, Paris, Seuil, 1996, p. 246.

11 Résolution du Conseil des ministres 7/2/89 du 21.12.1989 ; Archives nationales de Berlin [BAB] DC 20/l/3/2883, p. 106.

12 Neues Deutschland, 15.12.1989.

13 Résolution du Conseil des ministres 7/2/89 du 21.12.1989 ; Archives nationales de Berlin [BAB] DC 20/l/3/2883, p. 106.

14 F. Mitterrand : De l’Allemagne, 1996, p. 110 sq.

15 Cf. H. Teltschik : 329 Tage. Innenansichten der deutschen Einigung, Berlin, Siedler, 1991, p. 72.

16 Le Monde, 28.11.1989.

17 Die Zeit 44/27.10.1989.

18 Cf. I. Lehmann: Die deutsche Vereinigung von außen gesehen. Angst, Bedenken und Erwartungen in der ausländischen Presse, Bd. I : Die Presse der Vereinigten Staaten, Großbritanniens und Frankreichs, Frankfurt/M., Peter Lang, 1996, p. 435.

19 Süddeutsche Zeitung, 27.7.1989.

20 Die Welt, 28.7.1989.

21 Comme le confirma le conseiller de Gorbatchev, Alexander Jakovlev, l’URSS avait constaté que les puissances occidentales semblaient espérer que l’Union soviétique prendrait le rôle du méchant ; cf. P. Clough: Helmut Kohl. Ein Porträt der Macht, München, dtv, 1998, p. 173.

22 Frankfurter Allgemeine Zeitung, 13.10.1989.

23 Neue Zürcher Zeitung, 18.10.1989.

24 Le Monde, 27.10.1989.

25 Cf. Verhandlungen des Deutschen Bundestages. Stenogr. Berichte, Bd.151. Plenarprotokoll 11/177,13510‑13514.

26 J. Attali: Verbatim III, p. 350 sqq.

27 Cf. J. Attali: Verbatim III, p. 354.

28 Cf. Lettre du chancelier Kohl au Président Mitterrand du 27.11.1989, in : Dokumente zur Deutschlandpolitik. Deutsche Einheit Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzleramtes 1989-90, bearb. v. H.J. Küsters/D. Hofmann, München, Oldenbourg, 1998, p. 565 sq.

29 F. Mitterrand : De l’Allemagne, p. 63 sq.

30 Cf. P. Haski : «Mitterrand et la réunification de l’Allemagne», in : S. Cohen (s.d.) : Mitterrand et la sortie de la guerre froide, Paris, puf, 1998, p. 15.

31 Cf. F.-G. Dreyfus : «L’opinion française devant l’unification allemande», in : Revue d’Allemagne 24 (1992) 2/3, p. 275‑286 ; V. Guérin‑Sendelbach : «Wiedervereinigung», in : R. Picht (s. d.) : Fremde – Freunde. Deutsche und Franzosen vor dem 21. Jahrhundert, München, Piper, 1997, p. 145‑153.

32 F. Mitterrand : De l’Allemagne, p. 89.

33 Cf. J. Attali : Verbatim III, p. 358 sqq.

34 J. Attali : Verbatim III, p. 416.

35 Cf. Le Monde, 9.12.1989.

36 Cf. D. Vernet : « Mitterrand, l’URSS et la Russie », in : S. Cohen (s.d.) : Mitterrand et la sortie de la guerre froide, Paris, puf, 1998, p. 40.

37 Cf. Frankfurter Allgemeine Zeitung, 8.12.1989.

38 Cf. H. Modrow : Aufbruch und Ende, Hamburg, Konkret Literatur Verlag, 1991, p. 93 ; ibid. : Ich wollte ein anderes Deutschland, Berlin 3, Dietz, 1998, p. 393.

39 BAB DC 20/l/3/2876, p. 275‑283.

40 Neues Deutschland, 22.12.1989.

41 Libération, 22.12.1989.

42 Les propos se basent sur la « Résolution du conseil des ministres de la RDA du 4 janvier 1990 concernant le rapport sur la visite officielle du Président de la République française, François Mitterrand, du 20 au 22 décembre 1989, en RDA » ; BAB DC 20/l/3/2886, p. 99‑109.

43 Libération, 22.12.1989.

44 Le Monde, 24./25.12.1989.

45 Cf. Entretien du chancelier Kohl avec le Président de la République française, François Mitterrand, Latché, 4 janvier 1990, in : Dokumente zur Deutschlandpolitik. Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzleramtes 1989/90, bearb. v. H.J. Küsters/D. Hofmann, München, Oldenbourg, 1998, p. 582 sqq.

46 Cf. P.M. Wagner : «Deutschlandpolitik der Vier Mächte», in: W. Weidenfeld/ K.‑R. Korte (s.d.) : Handbuch zur deutschen Einheit, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 1996, p. 213.

47 Cf. F. Sirjacques-Manfrass : « Die Rolle Frankreichs aus der Sicht der DDR und Frankreichs Haltung zur Wiedervereinigung», in : H. Timmermann (s.d.) : Diktaturen in Europa im 20. Jahrhundert – der Fall DDR, Berlin, Duncker & Humblot, 1996, p. 678 sqq. ; A. Fischer: Entscheidungsprozeß zur deutschen Wiedervereinigung, Frankfurt/M., Peter Lang, 1996, p. 128.

48 Cf. Mitterrand : De l’Allemagne, p. 39 sq.

49 Ibid., p. 53.

50 Ibid., p .34.

51 Cf. J.‑ J. Becker: Crises et alternances (1974‑1995), Paris, Seuil, 1998, p. 609.

52 J. Kocka : «Die Wende 1989/90. Fakten, Probleme und Perspektiven», in : id. : Vereinigungskrise. Zur Geschichte der Gegenwart, Göttingen, VR, 1995, p. 37.

53 M. Wolffsohn : «Der außenpolitische Weg zur deutschen Einheit. Das Ausland und die vollendeten Tatsachen», in : E. JESSE/A. MITTER (s.d.) : Die Gestaltung der deutschen Einheit. Geschichte-Politik-Gesellschaft, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 1992, p.150.

54 Cf. G.-H. Soutou: L’alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands, 1954-1996, Paris, Fayard, 1996, p. 399.

55 G. Ziebura : Die deutsch‑französischen Beziehungen seit 1945. Mythen und Realitäten, Stuttgart, Neske, 1997, p. 363.

56 Der Spiegel 1/1.1.1990, p. 27.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540