Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

3. Enjeux et conditions de l'unification

Les Alliés et l’unification : intérêts spécifiques et évolution de leur position initiale (jusqu’en février 1990)

Anne Saint Sauveur-Henn

Texte intégral

  • 1 Telephongespräch des Bundeskanzlers Kohl mit Präsident Bush, 10.11.1989. In Bundesministerium des I (...)

1Si dès le 10 novembre 1989 le chancelier Kohl employa dans une conversation téléphonique avec le président Bush le terme de « heure historique »1, c’est bien que la chute du mur de Berlin et les mois qui suivirent jusqu’à l’unification allemande marquent une césure déterminante et définitive de l’histoire de l’après-guerre, aussi bien pour l’Allemagne que pour les Relations internationales dans leur ensemble. Dans la structure internationale qui se met en place en 1948/49 et qui se défait quarante ans plus tard en 1989/90, le problème allemand joua un rôle essentiel : la division de l’Allemagne en deux États allemands en mai et octobre 1949 scelle la guerre froide qui fut déterminée par l’évolution des relations entre les quatre anciens Alliés, dans une configuration qu’on pourrait appeler 3 + 1. De même que la mésentente des quatre Alliés sera à l’origine de la division de l’Allemagne, initialement non prévue par les accords de Potsdam, de même l’unification allemande n’aurait pu être mise en œuvre sans l’acceptation conjointe des Alliés puisqu’elle ne concernait pas, loin s’en faut, les seuls États allemands. Or cette acceptation n’était pas donnée d’emblée : comment a-t-elle pu être obtenue en l’espace de trois mois ?

2Une fois présenté brièvement le fondement du problème, c’est-à-dire les droits spécifiques des Alliés face à la souveraineté de l’Allemagne, il conviendra d’analyser les intérêts stratégiques et les positions initiales de chacun des quatre Alliés face à l’unification dans les années 80 avant de définir leur évolution respective entre novembre 1989 et février 1990, date à laquelle les quatre Alliés avaient accepté le principe d’une unification allemande dont les aspects extérieurs restaient à discuter lors des négociations dites 2+4.

I) Les droits spécifiques des Alliés face à la souveraineté de l’Allemagne (1945-1990)

3L’origine des droits spécifiques des Alliés face à l’Allemagne est à situer dès la capitulation allemande sans condition le 8 mai 1945, et ils perdureront jusqu’à l’unification allemande le 3 octobre 1990.

Le point de départ de 1945 à 1954 : le statut d’occupation

  • 2 Cité in Eckart Klein : « Deutschlands Rechtslage ». Werner Weidenfeld/Karl-Rudolf Korte : Handwörte (...)

4Les droits des Alliés sont définis dans la déclaration des quatre Puissances du 5 juin 1945 dans laquelle les Alliés proclament leur droit de déterminer « les frontières de l’Allemagne ou d’une partie quelconque de l’Allemagne et la position juridique de l’Allemagne ou d’un territoire quelconque qui constitue actuellement une partie du territoire allemand ».2 Malgré le fait que la phase de coordination de la politique des quatre Alliés envers l’Allemagne ne dura que jusqu’en 1947 et qu’à partir de cette date, les trois Alliés occidentaux menèrent une politique envers l’Allemagne radicalement différente de celle de l’Union soviétique, cette situation de droit perdure jusqu’en 1954, même si la pratique apporte un rétablissement progressif des droits de souveraineté. En effet, devant l’évolution de la guerre froide, les Alliés seront amenés à conférer de plus en plus de droits à « leur » Allemagne, et ce aussi bien du côté soviétique que du côté occidental, aboutissant à la création de deux États allemands en mai et en octobre 1949. Si la Loi fondamentale, qui affirme dans son préambule et dans son article 146, que « le peuple allemand dans son ensemble, disposant librement de lui-même, reste convié à parachever l’unité et la liberté de l’Allemagne », ne porte aucune trace d’une limitation de souveraineté par rapport aux Alliés, ces droits spécifiques Alliés ont été réaffirmés solennellement peu avant la création des deux États par les accords de Washington du 8 avril 1949. Ces accords stipulent en effet que « les gouvernements de la France, du Royaume-Uni et des États-Unis conservent l’autorité suprême assumée par eux aux termes de la déclaration signée à Berlin le 5 juin 1945 ». Le statut d’occupation, proclamé le 10 avril 1949 par les trois gouverneurs militaires et qui entre en vigueur en même temps que la Loi fondamentale, souligne bien « l’autorité suprême qui est conservée par les gouvernements de la France, du Royaume-Uni et des États-Unis » et cite dans son article 2 parmi les pouvoirs spécifiquement réservés aux Alliés « les Affaires étrangères, y compris les accords internationaux conclus par ou au nom de l’Allemagne ». C’est ainsi que la République fédérale d’Allemagne n’aura pas de ministre des Affaires étrangères jusqu’en 1954.

Une souveraineté limitée : les traités de 1952/54

  • 3 Deutschlandvertrag, art 1 § 2 texte allemand in Bundesgesetzblatt (BGBl). 1955 II, p. 305.

5Toutefois, devant l’évolution des données internationales et l’aggravation de la Guerre froide, les Occidentaux seront amenés à voir en la République fédérale non plus seulement un ennemi à surveiller, mais un allié important auquel il convient de conférer une souveraineté et qu’il s’agit de réarmer progressivement. Les traités de Bonn du 26 mai 1952 avaient pour fin de mettre un terme au régime d’occupation de la République fédérale. L’un des éléments portait sur « les relations de la République fédérale avec les trois Puissances ». Mais l’entrée en vigueur de ce traité étant lié à la ratification du traité de la Communauté Européenne de Défense, rejeté par le parlement français en août 1954, un nouveau texte sera élaboré le 23 octobre 1954 dans les « traités de Paris » (appelés en allemand Deutschlandvertrag) qui constitueront la base des relations de la République fédérale et des Alliés occidentaux jusqu’à la ratification du traité 2+4. Lors de l’entrée en vigueur du traité le 5 mai 1955, les Occidentaux mettent fin au régime et au statut d’occupation de la République fédérale et suppriment la Haute Commission alliée. La RFA se voit conférer ainsi « la pleine autorité d’un état souverain sur les affaires intérieures et extérieures ».3 Toutefois, les quatre Alliés conservaient des droits spécifiques qui limitaient ceux de l’Allemagne. Ces réserves sont clairement exprimées dans l’article 2 du traité de Paris qui stipule :

« En raison de la situation internationale, qui a, jusqu’à ce jour, empêché la réunification de l’Allemagne et la conclusion d’un traité de paix, les Trois Puissances se réservent les droits et responsabilités antérieurement exercés ou détenus par elles en ce qui concerne Berlin et l’Allemagne dans son ensemble, y compris la réunification de l’Allemagne et un règlement de paix ».

  • 4 Dieter Blumenwitz : Die Überwindung der deutschen Teilung und die Vier Mächte. Berlin : Mann Verlag (...)
  • 5 Werner Bröll, Wolfgang Heisenberg, Winfried Sühlo : Der andere Teil Deutschlands. München-Wien : Gü (...)
  • 6 art 7 §2, in Christoph-Matthias Brand : Souveränität für Deutschland. Grundlagen, Entstehungsgeschi (...)

6Le traité de 1955 ne modifiait donc en rien les fondements de la compétence internationale des quatre Puissances face à la situation juridique de l’Allemagne.4 On peut donc parler d’une souveraineté formelle, même si les enjeux sont davantage politiques que juridiques.5 Même si ces restrictions de la politique extérieure ouest-allemande, qui découlent des droits acquis en 1945, semblaient rester assez théoriques puisque dès le 6 juin 1955, le nouveau gouvernement comporta un ministère des Affaires étrangères, il est important de souligner que la réunification de l’Allemagne relève du domaine réservé des Alliés. Les Alliés et la République fédérale fixaient, dans l’article 7, comme but de leur politique commune l’établissement d’un traité de paix pour l’ensemble de l’Allemagne, la détermination des frontières définitives étant repoussée à l’établissement de ce règlement. Le « but commun » des signataires est clairement défini : « une Allemagne réunifiée qui possède une constitution démocratique semblable à celle de la République fédérale et qui soit intégrée dans la Communauté Européenne » .6

7Du côté soviétique, l’évolution est parallèle. C’est le 25 mars 1954 que l’Union soviétique établit sa déclaration sur la souveraineté de la RDA. Mais des réserves sont formulées dans l’article 2 de cette déclaration :

  • 7 D. Blumenwitz, op. cit., p 131

« L’Union soviétique conserve en République démocratique allemande les fonctions qui tiennent à la garantie de la sécurité et qui découlent des engagements conférés à l’Union soviétique par les traités des quatre Puissances ».7

  • 8 Respectivement article 9 et article 10. C. - M. Brand, op. cit., 91

8L’Union soviétique mentionne ses compétences vis-à-vis de l’Allemagne dans son ensemble. On retrouve ces mêmes éléments dans le traité de Moscou du 20 septembre 1955 règlant les relations entre l’Union soviétique et la RDA, qui mentionne « les accords internationaux existants » qui concernent l’Allemagne dans son ensemble. Aucun des accords postérieurs règlant les relations mutuelles entre l’Union soviétique et la RDA comme celui du 12 juin 1964 et celui du 7 octobre 1975 ne constitue un renoncement de l’Union soviétique à ses compétences et responsabilités concernant les droits d’occupation.8

L’usage par les Alliés de leurs droits spécifiques (1955-1989)

9Entre 1955 et 1990, les Alliés ont toujours maintenu les droits spécifiques qui leur avaient été conférés en 1955.

10Si dans les années 50, toutes les conférences concernant l’Allemagne témoignent de l’usage de ce droit, dans les années 70, la mise en place de l’Ostpolitik de Willi Brandt ne remettra pas en cause les droits spécifiques des Alliés.

11L’usage de ces droits est particulièrement clair dans la politique des Alliés face à Berlin. L’accord des quatre Puissances sur Berlin du 3 septembre 1971 fut élaboré sans la participation directe des deux États allemands. Ce sont les quatre gouvernements Alliés représentés par leurs ambassadeurs qui, « agissant sur la base de leurs droits et responsabilités quadripartites et des accords et décisions correspondants des quatre Puissances au terme de la guerre et de l’après-guerre, qui ne sont pas affectés », déterminent le statut de Berlin, en particulier des secteurs occidentaux. Il est intéressant de constater que cette dépendance de la RFA par rapport aux Alliés est souhaitée non seulement par les Alliés, mais également par le gouvernement allemand lui-même comme il ressort de la Résolution du Bundestag du 17 mai 1972 :

  • 9 alinéa 5 ; Cf. Afred Grosser : L’Allemagne de notre temps, 1945-1978. Paris : Fayard, 1978, p. 625

« Les droits et responsabilités des quatre Puissances en ce qui concerne l’Allemagne dans son ensemble et Berlin, ne sont pas touchés par les traités. Le Bundestag tient pour essentiel le maintien de ces droits et responsabilités, étant donné que le règlement définitif de la question allemande dans son ensemble est encore à venir ».9

12De même lors de la signature du Traité fondamental entre la RFA et la RDA du 21 décembre 1972, les Alliés confirment la situation de droit antérieure qui constitue pour la République fédérale à la fois un avantage puisque les Occidentaux garantissent Berlin par le stationnement de troupes et que l’unité allemande est mentionnée implicitement, mais aussi un inconvénient puisqu’aucun des deux États allemands n’est pleinement souverain. Dans une même note adressée par la RFA aux trois Puissances occidentales et par la RDA à l’Union soviétique, les deux gouvernements reconnurent la limitation de leur souveraineté et les droits des Alliés :

  • 10 In A. Grosser, op. cit., p. 628

« La République fédérale d’Allemagne et la République démocratique allemande déclarent que les droits et responsabilités des quatre Puissances et les accords, décisions et pratiques quadripartites correspondants qui s’y rattachent, ne peuvent être affectées par ledit traité ».10

  • 11 In C.- M. Brand, op. cit., p. 90.

13Les Alliés eux-mêmes réaffirmèrent leurs droits lors de l’entrée des deux États allemands à l’ONU, l’une des conséquences du Traité fondamental. Le 9 novembre 1972, les quatre Alliés firent une déclaration indiquant que l’admission de la RFA et la RDA à l’ONU ne « touchait en aucune manière les droits et les responsabilités des quatre Puissances et les règlements, résolutions et pratiques quadripartites existantes ».11 Lors du tournant de l’Ostpolitik, ces droits sont donc réaffirmés de part et d’autre.

Culmination et fin des droits spécifiques (novembre 1989-septembre 1990)

  • 12 Hans-Dietrich Genscher : Erinnerungen, Berlin, 1995, p. 695
  • 13 Cf. dans ce volume l’article d’Hélène Miard-Delacroix

14Si jusqu’à la fin des années 80, les droits réservés des Alliés sont restés davantage théorie que pratique, la déstabilisation de la situation politique en Europe de l’Est en 1989 leur a redonné vie. Dès la chute du mur, qui fut pour tous les Alliés une grande surprise, les Alliés soulignent leur responsabilité commune face à l’Allemagne dans son ensemble et Berlin. La réaffirmation de cette responsabilité apparaît clairement le 11 décembre 1989, lorsque les ambassadeurs des quatre Puissances se retrouvent pour la première fois depuis 18 ans à Berlin, à la demande des Soviétiques, au Conseil de contrôle allié. Toutefois, le ministre des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher protesta énergiquement contre l’attitude des quatre ambassadeurs qui, selon lui, avait « blessé la dignité du peuple allemand » et exigea que les négociations concernant la politique face à l’Allemagne se fasse désormais avec la participation des deux États allemands sur un pied d’égalité.12 C’est début février 1990 que naît la formule de la conférence 2+4 qui scelle ce droit de regard, confirmée le 3 février 1990 à Ottawa lors de la conférence réunissant les pays de l’OTAN et du pacte de Varsovie. Les Alliés participeront de manière déterminante aux aspects extérieurs de l’unité allemande.13

  • 14 Cf. respectivement pour les textes allemands BGBl 1990 II, p. 1331 et 1387.

15Ces droits spécifiques ne prendront fin que le 1er septembre 1990, les Alliés renonçant à tout droit sur l’ensemble de l’Allemagne et Berlin. Tous les textes et les institutions attenantes à ce droit sont supprimés, tels que les accords de Potsdam et l’accord sur Berlin de 1971. Le traité stipule dans l’article 7 §2 : « L’Allemagne unie a la pleine souveraineté sur ses affaires intérieures et extérieures ». Même si la procédure de ratification du traité par les Alliés et l’Allemagne unie ne s’est achevée que le 15 mars 1991, les droits des Alliés ont cessé dès le jour de l’unification, le 3 octobre 1990. En effet, dès cette date, les Alliés ont renoncé à leurs droits et responsabilités par une déclaration entrée en vigueur dès le 3 octobre, et une note a mis fin au traité de 1954.14 Une phase déterminante de l’après-guerre s’achève donc le 3 octobre 1990.

II) Intérêts spécifiques et position initiale des Alliés face au principe d’une unification allemande (jusqu’en novembre 1989)

16Si ces droits spécifiques face à la souveraineté allemande constituent un point commun aux quatre Alliés entre 1949 et 1989, leurs intérêts stratégiques font qu’ils ont, dans les années 80 et avant donc l’actualité du problème, des positions initiales différentes.

Le point de vue américain

17La position initiale des États-Unis était fort différente de celle de la France et de la Grande-Bretagne, et bien entendu de l’Union soviétique, pour des motifs de politique intérieure autant qu’extérieure. Cette position, qui est restée une constante depuis le traité de Bonn/Paris de 1952/1954, a toujours été favorable à une unification dans un contexte démocratique.

18Fondamentalement, la position des États-Unis est déterminée par son statut de grande puissance mondiale qui avait marqué de manière essentielle l’évolution de l’Europe de l’après-guerre. Le poids du passé face à l’Allemagne national-socialiste était très limité, bien différent de celui de la France et de l’Angleterre, la situation géographique excluait toute menace directe face à une éventuelle hégémonie allemande, le poids économique d’une Allemagne unifiée n’ayant que peu d’incidence pour une puissance mondiale.

  • 15 Wolfgang Seiffert : Das ganze Deutschland. München : Piper, 1986, p. 137-138
  • 16 Karl Kaiser: Deutschlands Vereinigung. Die internationalen Aspekte. Bastei Lübbe, 1991, p. 49, p 51
  • 17 Pierre Guillen : La question allemande de 1945 à nos jours. Paris : Imprimerie nationale, 1996, p. (...)

19Les États-Unis avaient toujours entretenu une relation politique privilégiée avec l’Allemagne, économique et politique, considérant qu’elle jouait un rôle essentiel dans leur lutte globale contre l’Union soviétique.15 À la fin des années 80, les États-Unis souhaitaient établir un partenariat particulier avec la RFA. En mai 1989, le président Bush proposa, lors de son voyage officiel en Allemagne, une relation privilégiée (partnership in leadership) au chancelier Kohl.16 Ceci tenait en partie à des considérations financières. Les dirigeants américains, devant la baisse de leurs moyens économiques et financiers, souhaitaient réduire leurs engagements militaires à l’étranger en donnant en contrepartie plus de responsabilités aux Européens, en particulier à la République fédérale, puissance économique importante où les forces américaines pouvaient se déployer.17

  • 18 K. Kaiser, op. cit., p. 50
  • 19 Cité par Gerald Kleinfeld : « Die deutsche Frage aus der Sicht der USA ». In Hannelore Horn, Siegfr (...)

20Avant même que l’unification allemande ne soit d’actualité, les États-Unis avaient réitéré leur position favorable à l’unification. C’est ainsi qu’en juin 1987, Ronald Reagan déclara à M. Gorbatschev : « détruisez le mur » et qu’en mai 1989, Georg Bush affirma qu’il apprécierait grandement l’unification allemande.18. De même, l’opinion publique américaine était majoritairement favorable à l’unification avant même son actualité. Il est vrai que depuis la crise de Berlin et l’intervention personnelle de John Kennedy affirmant « ich bin ein Berliner », le lien des Américains avec l’Allemagne est particulièrement fort. Mais dans les années 80, on note une dichotomie entre deux attitudes apparemment contradictoires : la question allemande semble presque disparue de la conscience collective, alors que les politiques et les scientifiques y voient un problème majeur de la politique mondiale, Brzezinski affirmant en 1985 que « la division de l’Allemagne dans le contexte de la division de l’Europe en fait une affaire vivante ».19

  • 20 W. Seiffert, op. cit., p. 138-139
  • 21 In Ines Lehman : Die deutsche Vereinigung von außen gesehen. Angst, Bedenken und Erwartungen in der (...)

21Toutefois, il apparaît que la position favorable des États-Unis demeurait dans les années 80 davantage une affirmation politique de principe qu’une politique consciente pour régler la question allemande dont la solution semblait peu actuelle, même si à la fin des années 80 on reparle du lien entre la question allemande et la sécurité européenne, considérant l’Allemagne comme la clé de la sécurité européenne et arguant qu’un conflit ouvert en Allemagne menacerait l’existence des États-Unis et de l’Union soviétique.20 Le tournant dans l’évolution de l’attitude américaine se situe au printemps et en été 1989, qui introduit essentiellement un changement d’attitude du président Bush face à l’Union soviétique et une attitude d’emblée différente de celle des autres Alliés. G. Bush conclut par exemple le 25 octobre 1989 dans un article paru dans le New York Times et intitulé « la possibilité d’une réunification de l’Allemagne n’est pas une cause d’inquiétude »: « on a écrit tant de choses sur la peur d’une réunification. Personnellement, je ne la partage pas ».21

Le point de départ britannique

22Officiellement, la Grande-Bretagne a toujours été favorable à l’unification allemande, cette position correspondant au traité de 1952/54 et ayant été reprise dans de nombreuses déclarations officielles.

23Dans les années 80, la Grande-Bretagne défend l’unification allemande sur le plan des principes, la position britannique visant avant tout à éviter que l’ensemble de l’Allemagne ne tombe aux mains de l’Union soviétique. Une déclaration commune des chefs de gouvernement britannique et alle-mand en mai 1984 affirme :

  • 22 cité in W. Seiffert, op. cit., p. 141

« le premier ministre confirme la conviction de son gouvernement et des gouvernements britanniques antérieurs selon laquelle une stabilité véritable et durable en Europe se laisse difficilement atteindre tant que la nation allemande est divisée contre sa volonté. »22

  • 23 Barbara Rowe : « Die deutsche Frage aus der Sicht Großbritanniens ». In : Die deutsche Frage aus de (...)

24Si cette affirmation insiste sur l’idée de stabilité et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, il est frappant de voir que la pratique britannique sera beaucoup plus réservée. Avant même l’actualité du problème, certaines voix faisaient entendre que la division allemande constituait un résultat de l’histoire et une garantie contre une Allemagne trop forte au centre de l’Europe. De même, l’aspiration à l’unification est considérée en 1987 comme un « rêve » qui échoue devant la Realpolitik et qui peut conduire à des incompréhensions de l’étranger.23

  • 24 Andrei Markovits : « Die deutsche Frage - Perzeptionen und Politik in der Europäischen Gemeinschaft (...)
  • 25 Richard Davy : « Großbritannien und die deutsche Frage ». Das Ende der Teilung. Der Wandel in Osteu (...)

25Les intérêts spécifiques de la Grande-Bretagne lui donnent une place à part. Contrairement aux États-Unis mais parallèlement à la France, la Grande-Bretagne est passée du statut de grande puissance à celui d’une puissance moyenne qui maintient toutefois ses ambitions de grande puissance, ce qui rend l’acceptation du changement difficile. La victoire de 1945 avait été suivie d’un déclin régulier de l’influence économique et politique britannique. De plus, le poids du passé reste fort dans les relations avec l’Allemagne, marqué par les rivalités des guerres. Même si, contrairement aux Français, la Grande-Bretagne n’a jamais été marquée par la défaite, les rivalités entre Puissances semblent marquer les relations germano-britanniques.24 La distance géographique rendait moins nécessaire que pour la France un rapprochement avec l’Allemagne. Enfin, la Grande-Bretagne n’est entrée que tard dans la Communauté européenne, elle est restée longtemps attachée au Commenwealth puis aux liens avec les États-Unis. Au moment de son entrée dans la CEE, les Allemands et les Français occupaient une position dominante, la Grande Bretagne se sentit à l’écart.25 On trouvera trace de ces éléments après 1989.

La position initiale de la France

26Un double enjeu apparemment contradictoire détermine la position initiale de la France. D’une part, le respect du principe de la souveraineté des peuples, important dans la tradition française, d’autre part, les priorités de la politique étrangère française. Toute l’évolution de la politique française face à l’unification visera à résoudre progressivement la contradiction potentielle entre ces deux données.

  • 26 Cf. Wilfried Loth : Ost-West-Konflikt und deutsche Frage. München : DTV, 1989, p. 46 ; Jacques Bari (...)
  • 27 Roland Höhne: « Frankreichs Stellung in der Welt. Weltmacht oder Mittelmacht ? ». Aus Politik und Z (...)

27Un des soucis majeurs de la politique étrangère française était l’équilibre européen, qui pouvait apparaître menacé par la déstabilisation de la RDA et par le changement des rapports de force. Or depuis 1945, la politique de sécurité a toujours marqué l’attitude de la France par rapport à l’Allemagne.26 Des données géopolitiques et historiques expliquent l’importance déterminante de cet élément. L’unité allemande était souvent associée à l’agression militaire. La proximité du voisin, les trois guerres, l’expérience de la défaite et de l’occupation, le poids important du passé national-socialiste sur la vie française, y compris celle des dirigeants français directement marqués par ces expériences, sont autant de contraintes qui pèsent sur une attitude face à l’unification. Globalement, sur le plan international, la France a un statut particulier à la jonction entre puissance moyenne et grande puissance. Si en effet, elle a été rattachée au camp des vainqueurs et a bénéficié des prérogatives alliées, elle a vu depuis 1945 sa puissance internationale diminuer au profit des États-Unis et de l’Union soviétique, sans pour autant en accepter les conséquences.27

  • 28 Alfred Grosser : « Es könnte doch viel schlimmer sein…Eine kritische Betrachtung aus Paris ». In Ul (...)
  • 29 Roland Dumas: « Muß man vor Deutschland Angst haben ? » In U. Wickert, op. cit., p. 305-307.
  • 30 François Schlosser : « Gespenst einer Supermacht ». Der Spiegel, 48, 1989, p. 172.
  • 31 Andrei Markovits : « Die deutsche Frage - Perzeptionen und Politik in der Europäischen Gemeinschaft(...)
  • 32 « Le chef d’Etat appelle les Français à avoir confiance en eux-mêmes », le Monde, 27.3.1990.
  • 33 Gespräch des Bundeskanzlers mit Staatspräsident Mitterrand, Paris 15.2.1990. In Bundesministerium d (...)

28À ces données de politique extérieure s’ajoute un facteur d’ordre psychologique qui n’est pas à négliger : la peur des Allemands. On peut distinguer avec Alfred Grosser quatre types de peur : la peur irrationnelle alimentée par des fantasmes ; la peur de tout avenir allemand dérivée d’une exagération des faits du passé ; les craintes issues d’une amplification d’éléments négatifs constatables ; les craintes face à l’avenir dérivées d’une analyse froide.28 Ces quatre types de craintes se retrouvent face à l’unification allemande : les racines historiques sont dominantes – le désastre militaire, les caricatures imaginaires d’un soldat assoiffé de sang, l’image caricaturale négative d’une Allemagne puissante, dominatrice et expansionniste.29 Il semble toutefois que la peur d’une Allemagne économique trop forte prime sur les autres peurs. S’il y a un fantôme qui hante les esprits français en 1989, ce n’est pas celui d’une Allemagne militaire, mais celui d’une super puissance économique qui serait en mesure de dominer tout le continent.30 L’unification allemande renverra les Français à leur identité et fera apparaître une sorte de malaise qui ressortit dans un premier temps du ressentiment et de l’inquiétude.31 Il est intéressant de noter que plusieurs dirigeants français, en particulier F. Mitterrand et Roland Dumas, s’efforceront de persuader qu’ils ne partagent pas cette peur spécifiquement française. F. Mitterrand assure le 27 mars 1990 dans une interview que, face aux Allemands, les Français doivent reprendre confiance en eux. Rappelant les frontières naturelles, la grande histoire, le rayonnement culturel, l’économie saine et le rôle international de la France ainsi que sa capacité à assurer sa sécurité, le président français persuade les Français que leur pays sera en mesure de tenir la comparaison face à une Allemagne de 80 millions d’habitants, comme elle l’a fait depuis des siècles.32 Il affirme le 15 février 1990 au chancelier Kohl que « en tant que patriote français, il n’a pas de craintes ».33

29Initialement, la position française face à l’unification avait été définie dix ans après la division de l’Allemagne par le général de Gaulle :

  • 34 Charles de Gaulle : Mémoires d’espoir. Paris : Plon, 1970, p. 184

« la réunification des deux parties en une seule Allemagne qui devrait être entièrement libre, nous semble être le destin normal du peuple allemand, à supposer qu’elle ne mette pas en cause les frontières existantes à l’Ouest, à l’Est, au Nord et au Sud et qu’elle s’efforce de s’intégrer un jour dans une organisation contractuelle de toute l’Europe pour la coopération, la liberté et la paix. »34

  • 35 Henri Ménudier : « Die deutsche Frage aus der heutigen Sicht Frankreichs ». In Die deutsche Frage a (...)
  • 36 Cf. la déclaration de F. Mitterrand en mars 1984 à Atlanta où il insiste sur l’équilibre nécessaire (...)
  • 37 Walter Schütze : « Frankreich angesichts der deutschen Einheit ». In Jochen Thies, Wolfgang Wagner  (...)
  • 38 Joseph Rovan : « La division de l’Europe et de l’Allemagne du point de vue français ». Ministère de (...)

30Cette position de principe en faveur du droit à l’autodétermination sera maintenue par les gouvernements français, même si elle demeurait une position de principe qui constituait à certains égards une forme d’hypocrisie puisque c’est la division de l’Allemagne et non l’unité qui constituait le fondement de la politique extérieure française depuis 1945. En effet, si l’opinion publique était globalement favorable à l’unification avant novembre 1989, le gouvernement français semblait, dans les années 80, s’accommoder parfaitement du statu quo et privilégier les relations franco-allemandes plutôt qu’une unification, question juridique ouverte mais qui ne manquerait pas de soulever de nombreux problèmes politiques.35 L’existence de la RDA était considérée comme garant de la stabilité européenne36, et les relations diplomatiques avec la RDA furent renforcées, y compris par le voyage de Erich Honecker à Paris en janvier 1988.37 Compte tenu des rapports de force analysés par Joseph Rovan en 1986, la réunification apparaissait comme une illusion.38 De fait, avant 1989, la politique française ne cherche pas à réfléchir dans quelles conditions l’unité allemande pourrait être acceptable pour la France.

31Avant que l’unification ne devienne actuelle, les déclarations de F. Mitterrand étaient contradictoires. Lors de la campagne électorale avant les élections au parlement européen, François Mitterrand affirma le 1er juin 1979 :

  • 39 In L’Express, 12.1.1990, p. 52

« sans taire ce que la réunification peut représenter politiquement, historiquement et moralement pour les Allemands, si je m’en tiens aux données rigoureuses que sont l’équilibre européen, la sécurité de la France et le maintien de la paix, je ne la crois ni souhaitable, ni possible »39.

  • 40 Interview accordée le 27.7.1989 à cinq journaux européens. François Mitterrand : De l’Allemagne. Pa (...)

32Mais durant l’été 1989, il mentionna à plusieurs reprises que l’aspiration à l’unité allemande était légitime si elle se réalisait démocratiquement et en accord avec les Alliés occidentaux et l’Union soviétique40. Avant la chute du mur, l’unité allemande semblait souhaitable tant qu’elle était irréalisable.

La position soviétique

33La position de l’Union soviétique dans les années 80 diffère grandement, même sur le plan des principes, de celle des Alliés occidentaux. Globalement, on note une grande continuité de l’attitude soviétique face au problème allemand entre 1949 et 1989.

  • 41 Jens Hacker : « Die deutsche Frage aus der heutigen Sicht der Sowjetunion ». In Die deutsche Frage (...)
  • 42 Renata Fritsch-Bournazel : Die Sowjetunion und die deutsche Teilung. Die sowjetische Deutschlandpol (...)
  • 43 Wolfgang Pfeiler : « Die UdSSR und die deutsche Einheit ». in Werner Weidenfeld/Karl-Rudolf Korte ( (...)

34La division de l’Allemagne et l’existence de deux États allemands souverains et reconnus internationalement constituent un élément majeur de la politique extérieure soviétique et du bloc forgé sous sa direction. Les relations avec la RDA connaissent bien évidemment diverses phases qu’il est impossible d’évoquer dans ce cadre, les césures étant 1944/45, 1948/49, 1955, 1961, 1970/71 et 1975.41 Un des facteurs constants de la politique extérieure est constitué pour l’Union soviétique par les problèmes de sécurité, et la légalisation du statu quo de l’après-guerre correspondait le mieux à ce besoin. Même si des motifs économiques et politiques incitent à poursuivre dans les années 70-80 la détente, la République fédérale représentant un partenaire important pour l’Union soviétique, des données stratégiques confèrent à l’existence de la RDA une place centrale puisqu’elle soutient les aspirations soviétiques visant à renforcer l’union de l’Europe centrale et de l’Est et à la protéger contre les conséquences politiques d’une ouverture vers l’Ouest.42 Globalement, on peut définir dans les années 80 cinq données fondamentales qui servent de cadre à la politique soviétique face à l’Allemagne : outre le primat de la sécurité, la stabilité du système d’alliance soviétique, les relations avec les États-Unis, la politique face à l’Europe de l’Ouest et la perestrojka.43

  • 44 Wolfgang Pfeiler : Deutschlandpolitische Optionen der Sowjetunion, Melle : Verlag Ernst Knoth, 1988 (...)

35Si au niveau des concepts, l’Union soviétique conserve la notion d’« Allemagne », jusqu’en 1989, la question allemande reste évidemment très liée au conflit Est-Ouest et vise au maintien du statu quo, l’URSS insistant sur le droit des Alliés.44 Toutefois, à la fin des années 80, une des clés de voûte qui permettait cette politique offensive de statu quo était en train de disparaître : la supériorité militaire de l’Union soviétique qui lui permettait d’asseoir sa position de force en Allemagne. Cet élément sera après novembre 1989 un facteur décisif, puisque les Soviétiques seront dans l’incapacité d’intervenir militairement.

  • 45 J. Hacker, op. cit., p. 112.

36L’arrivée de M. Gorbatchev au pouvoir ne remet pas en cause cette ligne fondamentale de la politique extérieure définie par Andrej Gromyko, la politique intérieure ayant dans un premier temps une priorité absolue45. M. Gorbatchev définira en 1985 sa position en répondant à une question concernant l’unification allemande :

  • 46 Cité in Wolfgang Pfeiler : « Geschichte der Vorbehalte. Die Sowjetunion und die deutsche Einheit ». (...)

« Je pense que cette question a été très précisément discutée et jugée lors de la conférence d’Helsinki. Le processus d’Helsinki et la déclaration finale qui a été signée par tous les pays européens, mais aussi par les États-Unis et le Canada, est notre conquête commune. Le processus d’Helsinki mérite que nous le soutenions et le développions de toutes les manières possibles. Les résultats d’Helsinki fournissent une réponse à la question posée ».46

37Cette référence explicite à Helsinki signifie que les frontières européennes peuvent être modifiées à l’avenir de manière pacifique et par accord mutuel, en respectant le droit des peuples. Même si la question de l’unité allemande restait ouverte à long terme, la conception soviétique se fondait sur la division de l’Allemagne. De fait, les perspectives d’une unification allemande se situaient à l’horizon d’un siècle comme le fait bien apparaître une déclaration de M. Gorbatchev de juillet 1987 :

  • 47 In Hans-Peter Riese : « Der Wandel der sowjetischen Position zur deutschen Frage ». In Europa-Archi (...)

« Il existe deux États allemands avec des systèmes sociaux différents. Tous les deux ont tiré des leçons de l’histoire et chacun peut apporter sa contribution à la cause de l’Europe et de la paix. Et ce qui se passera dans cent ans, c’est l’histoire qui en décidera. On ne peut accepter d’autre attitude. Si quelqu’un suivait une autre voix, les conséquences seraient très sérieuses. Il faut que les choses soient absolument claires ».47

38Les changements politiques en RDA en 1989 – refus de la perestroika, montée des oppositions – n’entraînent pas avant la chute du mur de correction importante de l’attitude face au problème allemand. D’autres facteurs influencent ce maintien. Le poids du passé reste une constante : la population soviétique se montre très concernée, les dirigeants soviétiques rappellent très régulièrement que 26 millions de Soviétiques ont été tués pendant le conflit, et que rares sont les familles qui n’aient pas eu à déplorer un mort. Il faudra d’autres facteurs analysés par la suite pour que la position soviétique soit révisée fin janvier 1990.

III) Evolution de la position des Alliés entre la chute du mur et l’ouverture des négociations 2+4 (novembre 1989-février 1990)

39S’il est vrai que la division de l’Allemagne en 1949, scellée par la construction du mur en 1961, est le fruit visible de la guerre froide, la marche vers l’unification est la conséquence marquée de la détente et de la modification des données internationales. Comment évoluèrent les positions respectives des Alliés entre la chute du mur et l’ouverture des négociations 2+4 ? La perspective d’une unification allemande fut-elle acceptée d’emblée ou progressivement ? Pour pouvoir répondre à cette question, il est nécessaire de mener une étude synthétique différenciée de la position des quatre Alliés, qui fut fort divergente.

Le soutien américain

  • 48 « Haltung der drei Westalliierten und der Sowjetunion zur deutschen Frage und zur Entwicklung in de (...)

40Parmi les quatre Alliés, les États-Unis tiennent une place spécifique face à l’unification allemande, leur position y fut d’emblée favorable comme le note la Chancellerie dès le 17 novembre 1989.48

  • 49 K. Kaiser, op. cit., p 50

41Fondamentalement, l’analyse de la position initiale des États-Unis a fait apparaître une base très favorable, et la mise en œuvre concrète de cette unification répondait à des visées de politique étrangère américaine. En effet, elle représentait un couronnement de la lutte contre l’expansionnisme soviétique et son hégémonie en Europe centrale et de l’Est et visait à élaborer un ordre international nouveau détaché de la guerre froide, les États-Unis poursuivant un but de Realpolitik qui leur permettait d’asseoir leur influence. En outre, elle permettait d’éviter les erreurs commises lors du traité de Versailles qui avaient vu grandir un extrémisme de droite en réaction à des mesures jugées injustes.49

42Entre novembre 1989 et février 1990, on peut distinguer deux phases essentielles de la politique américaine : du 9 novembre à la fin décembre 1989, la définition de la position américaine, de janvier à mi-février 1990, les efforts pour faire évoluer la position des Alliés vers une unification rapide.

  • 50 Cité par un des acteurs de l’unification, Horst Teltschick : 329 Tage. Innenansichten der Einigung. (...)
  • 51 Schreiben des Bundeskanzlers Kohl an Präsident Bush, Bonn, 28.11.1989. In Bundesministerium des Inn (...)
  • 52 Sondage de New York Times et Harris, New York Times, 1.12.1989; sondage de Busissness Week et Harri (...)

43Dès la chute du mur, les réactions américaines sont fondamentalement positives. Le 16 novembre 1989, l’ambassadeur américain à Bonn Vernon Walters affirme que l’unification allemande est irréversible, une famille s’est retrouvée : « ceux qui s’y opposeront seront politiquement éliminés ». Quelques jours plus tard, le 21 novembre, G. Bush et J. Baker réaffirment devant D. Genscher en visite à Washington leur soutien absolu au principe de l’autodétermination, la politique américaine visant l’unification, même s’il restait à déterminer le quand et le comment.50 C’est pour cette « position claire », les États-Unis ayant « salué la réunification de l’Allemagne » que le chancelier allemand remercia le président américain dans une lettre du 28 novembre 1989 à G. Bush.51 L’opinion publique américaine était également très favorable à l’unification : trois semaines après la chute du mur, 67 % estimaient que « l’Allemagne de l’Ouest et de l’Est devaient être réunies en une nation » alors que seuls 16 % étaient d’avis qu’une Allemagne unifiée « essaierait de dominer le monde ».52

  • 53 Timothy Garton Ash : Au nom de l’Europe. L’Allemagne dans un continent divisé. Paris: Gallimard, 19 (...)
  • 54 Karl-Rudolf Korte : Die Chance genutzt ? Die Politik zur Einheit Deutschlands. Frankfurt/ New York  (...)

44Durant l’automne 1989, les États-Unis seront les seuls parmi les Alliés à soutenir les premières velléités d’unification du gouvernement allemand, les autres Alliés ne s’y ralliant qu’au début de l’année 1990.53 Après la publication par Helmut Kohl le 28 novembre de son plan en dix points qui déplut dans un premier temps aux Alliés qui n’avaient pas été consultés, et qui donnait l’impression que l’unification pourrait être mise en œuvre de façon très rapide, la position américaine fut précisée avant le sommet de Malte du 2 et 3 décembre 1989 entre le président Bush et Michael Gorbatschev. Cette rencontre marqua un tournant dans les relations américano-soviétiques, les USA affirmant ne pas vouloir exploiter en leur faveur la faiblesse croissante des Soviétiques, l’Union soviétique insistant sur la nécessité d’une collaboration entre les deux pays et renonçant à considérer les États-Unis comme un ennemi.54 Fondamentalement, les États-Unis déclaraient soutenir la mise en œuvre de l’unification allemande par tous les moyens à leur disposition, tout en respectant un ordre européen « uni et libre ». En accord avec M. Gorbatschev que les États-Unis entendaient ménager puisqu’il jouait à leurs yeux un rôle déterminant dans la perestrojka et ses conséquences politiques en Europe, le président américain affirma qu’il fallait à tout prix éviter des mesures précipitées qui détruiraient l’ordre politique de l’après-guerre. Le compte-rendu de cette rencontre fait par George Bush au sommet de l’OTAN à Bruxelles le 4 décembre insiste sur cet élément de stabilité et détermine quatre conditions fondamentales à l’unification allemande :

  1. L’autodétermination doit être mise en œuvre sans préjuger de son résultat. Actuellement, nous ne devons pas soutenir ni exclure une vision particulière de l’unité.

  2. La réunification doit se réaliser dans le contexte de la poursuite de l’engagement de la République fédérale au sein de l’OTAN et d’une communauté européenne de plus en plus intégrée, et en tenant compte comme il se doit du contrôle juridique et de la responsabilité des Alliés.

  3. Dans l’intérêt d’une stabilité européenne commune, les efforts en vue d’une unification doivent se faire de manière pacifique, graduelle et faire partie d’un processus progressif.

  4. En ce qui concerne la question des frontières, nous tenons à renouveler notre soutien aux principes de la conférence d’Helsinki. »

  • 55 Michael Hatzel : « Amerikanische Einstellungen zur deutschen Wiedervereinigung ». In op. cit. p. 12 (...)

45Il est frappant qu’il existe une contradiction entre le premier principe de l’autodétermination sans préjugé et le deuxième affirmant l’ancrage au sein de l’OTAN, puisque la RFA pourrait se décider pour une Allemagne unie neutre, non rattachée à un bloc. La phase suivante de la politique américaine visera à ce que cette contradiction virtuelle ne devienne pas réalité. 55

46Dans la deuxième phase de fin décembre 1989 à mi-février 1990, les États-Unis collaboreront avec la République fédérale pour convaincre l’URSS et les membres de l’Alliance atlantique de la nécessité d’une l’unification rapide. Dès le 12 décembre, J. Baker insiste sur la nécessité de donner à l’Europe « une architecture nouvelle pour une époque nouvelle », les États-Unis restant engagés en matière de sécurité, ce qui conduira progressivement la France et la Grande-Bretagne à accepter l’unification. Officiellement, les points de vue divergents des Occidentaux se rapprochent dès le 15 décembre lors du conseil de l’OTAN où les membres de l’Alliance atlantique ainsi que la France adoptent une déclaration qui assignait comme but à l’OTAN l’établissement d’une paix en Europe « dans laquelle la nation allemande retrouve son unité dans une autodétermination libre ». Mais dans les faits, l’attitude des Français et des Britanniques était encore très réservée, contrairement à celle des États-Unis.

  • 56 Schreiben des Präsidenten Bush an Bundeskanzler Kohl, 9.2.1990. Bundesministerium des Innern : Deut (...)
  • 57 K. Kaiser, op. cit. p. 54.

47À partir de début janvier, une révision de la politique américaine s’établit : les dirigeants américains, persuadés que toute tentative de stabiliser la RDA était vaine et qu’il était désormais impossible de gagner du temps, s’engageront dans la mise en œuvre rapide du processus de négociations internationales pour régler les aspects extérieurs de l’unification. Bien que conscients des droits des Alliés, les États-Unis s’engageront pour le retour à une souveraineté totale de la RFA. Le 9 février 1990, le président Bush écrivit au chancelier Kohl avant sa rencontre avec le président Gorbatschev pour l’assurer de sa confiance et de celle des Occidentaux, et lui affirmer que le moment était venu de réaliser l’unification allemande.56 Devant les réactions allemandes négatives face à la volonté française, britannique et soviétique de considérer les négociations internationales comme un dialogue des quatre grandes Puissances avec les deux États allemands, le président Bush intervint personnellement dans des rencontres bilatérales avec le président Mitterrand et Margaret Thatcher, et le ministre des Affaires étrangères Baker s’entretint à de nombreuses reprises avec E. Schewardnadse pour arriver à la formule 2+4, prévoyant un accord des deux États allemands avec les positions alliées. Par l’intervention des États-Unis, l’unification allemande ne fut négociée ni par l’ensemble des pays européens, ni par une conférence de paix générale.57 Le soutien américain à l’unification allemande est donc un élément moteur de sa mise en œuvre.

48Contrairement aux États-Unis, les Occidentaux réagissent avec une grande prudence, voire réticence face à l’unification, multipliant les mises en garde contre un bouleversement de l’équilibre européen. Les plus fortes réticences viennent de la Grande Bretagne : comment sa position première finira-t-elle par évoluer ?

Les craintes britanniques

49La position britannique diverge fondamentalement de l’attitude américaine. Dans une première phase jusqu’au 18 février 1990, Margaret Thatcher s’oppose à l’unification allemande, à partir de la conférence d’Ottawa, elle s’y résigne avec réticence.

  • 58 R. Davy, op. cit., p. 112.
  • 59 Telephongespräch des Bundeskanzlers Kohl mit Premierministerin Thatcher, 10. 11.1989. In Bundesmini (...)
  • 60 Voir note 48.
  • 61 The Times, 14.11.1989. The Daily Telegraph, 29.11.89 in I. Lehmann, op. cit., p. 275.

50Au moment où la question allemande passa d’un principe abstrait à une réalité politique, la Grande-Bretagne s’avéra peu préparée. La différence entre une position de principe et une attitude concrète transparaît dans l’attitude de l’opinion publique. Alors qu’en octobre 1989, 70 % des Britanniques contre 71 % des Français étaient favorables à l’unification allemande, en janvier 1990, ils n’étaient plus que 45 % contre 61 % de Français et autant d’Américains, les Britanniques craignant essentiellement la puissance économique allemande et 53 % un retour du fascisme.58 Même si Margaret Thatcher salua dans un premier temps la chute du mur et parla au chancelier Kohl de « scènes historiques »59, la chancellerie note dès le 17 novembre que la position de la Grande-Bretagne était nettement négative.60 De fait, Madame Thatcher s’empressa de faire part de ses craintes dès le mois de novembre : l’Occident doit réagir avec prudence aux événements en Europe de l’Est, il pourrait naître « des périodes de grande insécurité, voire de grands dangers », le but étant de créer une démocratie en RDA ; l’unification n’est pour elle nullement à l’ordre du jour, l’ancrage de la RDA dans le pacte de Varsovie important, le maintien des structures actuelles en Europe devant à son avis durer quinze ans61.

  • 62 Margaret Thatcher : Downing Street N° 10. Die Erinnerungen. Düsseldorf, 1993, p. 1101

51Dans cette phase d’opposition, la Grande-Bretagne cherche l’appui de la France, comme Margaret Thatcher l’expose dans ses mémoires : « s’il y avait encore un espoir d’arrêter ou du moins de retarder l’unification allemande, l’initiative devait venir de la Grande-Bretagne et de la France ». En décembre, F. Mitterrand lui semblait encore plus inquiet qu’elle même, et il lui assura que, dans le passé, la France avait toujours développé des relations particulières avec la Grande-Bretagne devant des dangers importants. Madame Thatcher rapporte que mi-janvier encore, F. Mitterrand partageait ses craintes de voir l’Allemagne bouleverser les réalités politiques européennes et donner la priorité à l’unification allemande. Toutefois, Margaret Thatcher se montre déçue de l’attitude française qui, malgré les craintes, ne lui semble pas déboucher sur des conséquences pratiques.62

  • 63 cité in I. Lehmann, op. cit., p. 278

52Si jusqu’en décembre, on peut parler d’un parallélisme des positions britanniques et françaises, le maintien de la position britannique de refus jusqu’à la mi-février se distingue de l’évolution française : Margaret Thatcher cherche jusqu’à cette date à empêcher ou du moins ralentir l’unification allemande, affirmant que l’unification allemande constituerait un cauchemar pour la sécurité européenne et qu’une unification allemande rapide pourrait déstabiliser M. Gorbatchev. L’unification semblait pour les Britanniques si peu à l’ordre du jour que le ministre des Affaires étrangères britannique fit encore une visite officielle en RDA du 22 au 24 janvier 1990 pour « intensifier le dialogue à tous les niveaux ».63

  • 64 R. Davy, op. cit., p. 113
  • 65 Margaret Thatcher, op. cit., p. 1095

53Les motifs de cette opposition britannique sont d’ordre politique et économique. Les Britanniques accordent la plus grande importance à la notion d’équilibre et de stabilité en Europe, or une Allemagne unifiée constituerait, non sur le plan militaire mais sur le plan économique, une source de déséquilibre qui serait encore renforcée par l’intégration au sein de l’Europe. À ceci s’ajoutent des motifs de politique internationale, les Britanniques craignant que l’unification allemande ne déstabilise M. Gorbatschev. Madame Thatcher, qui ne s’entend pas particulièrement bien avec le chancelier Kohl, redoute que les liens privilégiés que la Grande-Bretagne avait entretenus avec les États-Unis ne disparaissent au profit de l’Allemagne.64 De plus, Margaret Thatcher, de plus en plus hostile à toute dimension supranationale de l’intégration européenne, répéta à plusieurs reprises que l’intégration de la RDA dans la communauté européenne gênerait le fonctionnement de la communauté. Comme elle l’affirma elle-même, Madame Thatcher redoutait qu’une Allemagne trop grande et trop puissante ne joue un rôle dominant en Europe et qu’elle soit une force déstabilisante.65 Globalement, la Grande-Bretagne ressentit un grand malaise face à la destruction des structures établies.

  • 66 Michael Wolffsohn : « Der außenpolitische Weg zur deutschen Einheit. Das Ausland und die vollendete (...)
  • 67 In H. Telschick, op. cit., p. 153.
  • 68 In I. Lehmann, op. cit., p. 281.

54Si finalement la Grande-Bretagne donna au dernier moment son accord pour la conférence 2+4, c’est que la politique moins dure du ministre des Affaires étrangères Hurd l’emporta. Le 18 février, Margaret Thatcher reconnaîtra avec résignation que l’unité allemande ne peut être évitée,66 et le 20, M. Hurd affirmera : « nous pouvons maintenant dire que nous soutenons l’unification allemande sans réserve ».67 C’est donc une attitude de pragmatisme qui a prévalu, une fois que M. Gorbatschev eut accepté l’unification allemande. Mais il est frappant de noter que Margaret Thatcher ne cessera de continuer à faire connaître ses réticences dans des interviews. Elle affirma le 25 février dans le Sunday Times qu’elle ne pouvait oublier les leçons de l’histoire de ce siècle, puis un mois plus tard dans le Spiegel qu’elle critiquait le processus d’unification et la manière de procéder de H. Kohl face au problème des frontières polonaises.68

55Si des points communs ont déjà été évoqués avec les positions françaises, des différences frappent entre les positions de Madame Thatcher qui ne se défit guère de son scepticisme en pointant régulièrement les menaces, et les hésitations françaises qui s’avèrent d’un autre ordre.

Les hésitations françaises

  • 69 Dans cette analyse, nous ne mentionnerons pas les divergences entre l’attitude du président françai (...)

56Nous distinguerons deux phases principales de la politique française : de novembre à décembre 1989, les contradictions entre les principes et la pratique, puis de janvier à la mi-février 1990, une acceptation progressive accompagnée de conditions. 69

57Après la chute du mur, un désarroi est apparent face à la conduite à tenir, du moins dans la classe politique qui se distingue en ce point de l’opinion publique. D’un côté, les prises de position en faveur de l’unification se multiplient. F. Mitterrand déclara par exemple le 3 novembre :

  • 70 Deutsch-französische Konsultationen, Bonn, 2/3/11/1989, in Bundesministerium des Innern : Deutsche (...)

« Je n’ai pas peur de la réunification. je ne me pose pas ce genre de question à mesure que l’histoire avance. L’histoire est là. Je la prends comme elle est. Je pense que le souci de réunification est légitime pour les Allemands. S’ils le veulent et s’ils le peuvent. La France adaptera sa politique de sorte qu’elle agira au mieux des intérêts de l’Europe et des siens ».70

  • 71 François Mitterrand : Interview de Paris Match, 23.11.1989. Cf. I. Lehmann, op. cit., p. 439

58Mais le 23 novembre, il affirmera que « l’histoire de ce siècle ne s’est pas encore arrêtée », insistant sur l’ordre européen qui assurait un équilibre entre l’Est et l’Ouest et dont la rupture pourrait entraîner des difficultés.71 L’attitude positive en théorie est doublement à nuancer : d’une part, ces prises de position favorables sont d’emblée assorties de conditions, d’autre part, certaines affirmations vont à l’encontre d’une mise en œuvre de l’unification.

  • 72 Roland Dumas: « Muß man vor Deutschland Angst haben ? » In U. Wickert, op. cit.,p. 311

59La première condition posée par les dirigeants français est celle du respect des droits des Alliés ainsi que du droit de regard des États européens. Dès le 14 novembre, le président Mitterrand souhaita réunir une rencontre au sommet des chefs d’état et de gouvernement des douze pays européens pour « obtenir un certain contrôle sur les évolutions récentes », Roland Dumas insistant par la suite sur les droits particuliers des voisins. La deuxième condition concerne le respect des frontières sur laquelle F. Mitterrand insiste particulièrement à partir de la fin novembre, cette exigence revenant comme un leitmotiv jusqu’au mois de mars 199072. La troisième réclamait un processus pacifique et démocratique défini après la publication du programme en dix points du chancelier Kohl, la quatrième, exigeant le respect des engagements européens, sera davantage développée dans la seconde phase : il s’agissait de tenter de freiner l’unification allemande et d’adapter le rythme de l’évolution européenne à celui du processus allemand.

  • 73 F. Mitterrand affirme : « comme George Bush, j’avais accepté ouvertement et publiquement la perspec (...)
  • 74 « Haltung der drei Westallierten und der Sowjetunion zur deutschen Frage und zur Entwicklung in der (...)

60Certains de ces éléments pourraient faire apparaître la position française comme plus proche de celle des États-Unis que de la Grande-Bretagne, ce que François Mitterrand s’efforce de démontrer dans ses mémoires De l’Allemagne où il affirme que, comme le président Bush, il a été d’emblée favorable à l’unification allemande alors que Madame Thatcher ne s’y est résignée que tardivement.73 Toutefois, un rapport de H. Teltschik du 17 novembre qualifie la position française de « réservée »74, et la réalité démontre dans cette première phase des tentatives multiples pour empêcher ou du moins ralentir l’unification.

Un certain nombre de prises de position sont en effet hostiles à l’unification. C’est ainsi qu’après la diffusion du plan en 10 points le 28 novembre, F. Mitterrand confia à un groupe de journalistes qu’il considérait une unification allemande comme « une impossibilité juridique et politique ». Il affirmera au ministre Genscher qu’une Allemagne unifiée, « force indépendante, incontrôlée », était intolérable pour l’Europe.

  • 75 François Mitterrand : conférence de presse, Kiev, 6.12.1989

D’autre part, des démarches qui relèvent de la diplomatie directe traditionnelle, aussi bien vis-à-vis de l’Union soviétique que de la RDA, visent à empêcher ou du moins freiner l’unification. Le voyage entrepris à Kiev le 6 décembre cherchait à coordonner l’attitude française et l’attitude soviétique, M. Gorbatschev n’étant à cette date nullement favorable à l’unification allemande. De fait, les déclarations faites par F. Mitterrand rejoignent l’attitude soviétique : il existe deux États allemands intégrés dans l’équilibre européen. Si on ne peut imaginer d’évolution sans l’unification de ces deux États, il faut respecter les conclusions d’Helsinki concernant les frontières, et « si les blocs ne sont pas nécessairement souhaitables, les alliances semblent nécessaires ». 75 Régis Debray, longtemps conseiller de F. Mitterrand, menaça même d’une réactivation d’une alliance franco-soviétique si le poids d’une Allemagne réunifiée était trop important. Toutefois, ce voyage à Kiev démontra davantage les limites que les possibilités de l’influence française.

  • 76 Cf. par exemple la conférence de presse du 2/3 novembre 1989 à Bonn. François Mitterrand : De L’All (...)
  • 77 Cf par exemple les déclarations du 21.12 et la conférence de presse du 22.12. Cf. également les ana (...)

61Dans un autre ordre, le voyage entrepris par F. Mitterrand en RDA du 20 au 21 décembre peut apparaître comme une consolidation de l’existence de la RDA au détriment d’une unification, même si les justificatifs officiels français expliquant que cette démarche était prévue de longue date n’ont pas manqué. 76 De fait, toutes les déclarations faites à Berlin insistent d’une part sur un rapprochement nécessaire entre la France et la RDA qui se connaissent mal, et elles reprennent d’autre part comme un leitmotiv la notion d’équilibre européen et les droits particuliers des voisins. 77

62Si cette première phase rapproche l’attitude française de l’attitude britannique, la France comme la Grande-Bretagne envisageant alors de maintenir certains éléments des droits des Alliés, cette réserve française entraîne des frictions franco-allemandes qui sont apparentes à plusieurs reprises. Du côté français, la publication du programme en dix points du chancelier Kohl le 28 novembre a entraîné un grave mécontentement. Comme le rapporte son conseiller Jacques Attali, F. Mitterrand s’est exclamé :

  • 78 Jacques Attali : Verbatim III. Paris : Fayard, 1995, p. 350

« Mais il ne m’a rien dit ! Rien dit ! je ne l’oublierai jamais ! Gorbatchev va être furieux ; il ne laissera pas faire, c’est impossible ! Je n’ai pas besoin de m’y opposer, les Soviétiques s’en chargeront ». 78

  • 79 Cf. par exemple Frankfurter Allgemeine Zeitung, 5.1.90 ; Der Spiegel, 1.1.90 ; Die Zeit, 20.3.90.

63Le président français soupçonne à partir de ce moment le chancelier Kohl de faire passer les relations interallemandes avant l’évolution européenne. Du côté allemand, les réactions au voyage en RDA ont été très négatives, la presse allemande se faisant l’écho largement de ces tensions et des contradictions françaises.79

  • 80 Cf. les analyses de Karl-Heinz Bender : Mitterrand und die Deutschen (1938-1995), oder die Wiederve (...)

64Toutefois, à partir du mois de janvier, la position française évoluera, même si dans cette phase aussi, des tentatives ont pu viser à ralentir le rythme de l’unification. C’est après son voyage en RDA que F. Mitterrand a réalisé qu’une unification allemande rapide ne pouvait plus être contrée et il a mis en avant deux conditions : la reconnaissance de la frontière Oder-Neiße et la progression de l’intégration européenne. 80

  • 81 Werner Rouget, Die politische Meinung, 3/4 1990, p. 25
  • 82 Gespräch des Bundeskanzlers Kohl mit Staatspräsident Mitterrand, Latché, 4. 1. 1990. Bundesminister (...)
  • 83 « Lettre de remerciement de M. Helmut Kohl à M. François Mitterrand ». In Documents, n° 1/90, p. 86

65Certains ont pu concevoir cette fixation européenne comme un instrument servant à agir sur le processus d’unification, en particulier pour le freiner. 81 Si le plan de confédération européenne présenté par F. Mitterrand lors de son allocution de vœux a soulevé l’étonnement aussi bien en France qu’à l’étranger et n’a pas abouti, les exigences formulées par le président français eurent pour conséquence une accélération du processus européen. C’est ainsi que le 4 janvier 1990, F. Mitterrand fit part au chancelier Kohl à Latché de ses craintes d’un neutralisme allemand en dehors de toute alliance, qui constituerait un obstacle essentiel à l’unification, et il intervient auprès du chancelier pour établir une corrélation très étroite entre l’unification allemande et une progression décisive du processus européen, en particulier l’évolution vers une Union Européenne et l’introduction d’une monnaie unique.82 Le chancelier Kohl ayant donné son accord, qu’il soulignera dans une lettre de remerciement adressé à François Mitterrand le 3 octobre 199083, un obstacle important fut levé. Ces options seront confirmées dans le traité de Maastricht du 7 février 1992.

  • 84 in W. Rouget, op. cit., p. 26

66L’aboutissement du tournant de l’attitude française apparaît clairement le 9 février 1990 : Roland Dumas souligne dans une interview au Figaro que le droit à l’autodétermination n’est assorti d’aucunes conditions juridiques ou politiques, qu’il n’y pas de liens temporels entre l’unification et l’Europe, et que l’unification est une affaire allemande.84 Contrairement à la Grande-Bretagne, la France dira un oui franc à l’unification et rejoindra, dans le déroulement même de la conférence 2+4, les positions américaines et allemandes.

67Globalement, il apparaît que, dans le processus d’unification allemande, le président Mitterrand n’a pas su anticiper, il a suivi les événements en adaptant progressivement sa position, même s’il s’efforça rétrospectivement de démontrer le contraire. Si dans un premier temps, la presse allemande lui a été hostile, aussi bien en 1989-1990 que lors de la publication de ses mémoires, les relations franco-allemandes ont été certes refroidies, mais non altérées fondamentalement.

Le revirement soviétique

68Dès avant 1989, il a été répété à de nombreuses reprises que la clé du problème allemand se situait à Moscou. Après la chute du mur, cette phrase reste parfaitement valable, et l’évolution soviétique, qui se fera lentement, sera déterminante pour le processus de l’unification. Elle suivra deux phases d’importance inégale, une attitude d’opposition jusqu’à la fin du mois de janvier, une acceptation à partir du 30 janvier.

  • 85 Hans-Peter Riese : « Die Geschichte hat sich ans Werk gemacht. Der Wandel der sowjetischen Position (...)
  • 86 Schreiben des Generalsekretärs Gorbatchow an Bundeskanzler Kohl, ohne Datum. Deutsche Einheit, p. 6 (...)

69De la chute du mur à la fin du mois de janvier, l’attitude de l’URSS visera au maintien de deux États allemands. Certes, des allusions sont faites par M. Gorbatchev le 15 novembre sur la nécessité de ne pas s’ingérer dans les affaires de la RFA et la RDA, mais le ministre des Affaires étrangères Eduard Schewarnadze insiste sur les impératifs de sécurité et de stabilité en Europe, un héritage commun que personne n’a le droit de modifier de façon unilatérale, la référence à Helsinki signifiant également le maintien de deux États allemands.85 Cette position est reprise à diverses occasions et motive fin novembre la réaction négative au plan en dix points. À la suite de la rencontre entre M. Gorbatchev et G. Bush à Malte, le dirigeant soviétique affirma le 18 décembre dans une lettre au chancelier Kohl que le plan en dix points comportait des exigences vis-à-vis de la RDA inacceptables pour un État souverain et que la RDA, dont la coopération pacifique avec la RFA devait se développer, était un « allié stratégique en tant que membre du pacte de Varsovie».86

  • 87 Cité in I. Lehmann, op. cit., p. 439.

70Cette prise de position est donc dans un premier temps une opposition farouche à l’unification. C’est ainsi que F. Mitterrand rapporta les paroles de M. Gorbatchev lui affirmant le 27 novembre 1989 avant le dîner à l’Elysée que l’unification allemande serait refusée par un veto « absolu et fondamental de l’Union soviétique », M. Gorbatchev ayant ajouté : « le jour où l’unification allemande sera connue, on fera savoir dans un communiqué de deux lignes qu’un maréchal soviétique a pris ma place ».87 Dans cette première phase, M. Gorbatchev trouve en F. Mitterrand un partenaire, qui sera invité à Kiev, comme nous l’avons vu précédemment. Lors de la conférence de presse faite avec le président français le 6 décembre, M. Gorbatchev rappellera les réalités de l’après-guerre comportant deux États allemands souverains, membres des Nations Unies.

71Cependant, une évolution se dessine lentement vers une acceptation sous condition du principe de l’unité allemande à partir de la mi-décembre où le ministre des Affaires étrangères soviétique mentionne le droit des deux Allemagnes à l’autodétermination, mais aussi leur statut particulier et leur responsabilité face aux peuples européens qui motivent, sous forme d’un catalogue de questions, sept conditions posées par l’Union soviétique :

  • les garanties politiques et juridiques pour la paix des États en Europe

  • la reconnaissance des frontières existantes

  • le statut militaire des deux États allemands

  • la possibilité d’une démilitarisation ou d’une neutralisation de l’Allemagne unifiée

  • l’attitude face à la présence de troupes alliées sur le sol allemand

  • la coordination de l’unité allemande avec le processus d’Helsinki

    • 88 Cf le texte intégral des questions in H. Riese, op. cit., p. 123-124.

    la prise en compte de l’intérêt des autres pays européens au cas où un processus d’unification commencerait.88

72Ces conditions seront rappelées très régulièrement, l’intégration de la RDA dans des structures occidentales fut encore refusée mi-janvier car considérée comme dangereuse pour la sécurité soviétique, et les perspectives d’une unité allemande n’étaient envisagées qu’à long terme.

  • 89 K. Kaiser, op. cit., p. 61.
  • 90 Wolfgang Pfeiler, Die politische Meinung, op. cit., p. 18.

73Qu’est-ce qui a motivé les Soviétiques à réviser radicalement leur position face à l’unification allemande à la fin du mois de janvier 1990 ? Ce ne sont pas des changements conceptuels, mais des motifs politiques et économiques. Les données de politique extérieure ont évolué profondément en l’espace de quelques mois : la réalité des transformations en RDA et la révolution pacifique ont convaincu les dirigeants de l’irréversibilité du processus d’unification, s’y opposer serait contre-productif et gênerait les relations avec l’Allemagne, partenaire indispensable.89 De plus, le rapprochement avec les États-Unis, décidés à soutenir M. Gorbatchev et ses réformes, a modifié les données du conflit Est-Ouest, et la politique d’alliance soviétique s’est détourné de la doctrine Brejnew séparant l’Europe socialiste de l’Europe capitaliste pour s’orienter vers des structures européennes. De même, la conception soviétique de leur sécurité a évolué, passant d’une acception militaire à une acception plus politique.90

  • 91 Helmut Kohl : Ich wollte Deutschlands Einheit. Propyläen, p. 280-81.

74En outre, des déterminations économiques ont joué un rôle important. L’Union soviétique se retrouve dans une pénurie telle qu’elle nécessite une aide d’urgence pour pouvoir se procurer des denrées de première nécessité. Le chancelier Kohl rapporta que M. Gorbatchev lui avait demandé à Bonn en juin 1989 s’il serait prêt à l’aider au cas où il connaîtrait des difficultés d’approvisionnement durant l’hiver. La veille du voyage du chancelier allemand à Moscou, le 9 février, un accord sur une subvention de 220 000 DM fut signé.91

  • 92 In Michael Wolffsohn : « Der außenpolitische Weg zur deutschen Einheit ». In Eckard Jesse, Arnim Mi (...)

75C’est le 30 janvier 1990 qu’a lieu la première étape de l’acceptation soviétique lors de l’entrevue entre Hans Modrow et Michael Gorbatchev. Si H. Modrow avança la formule « Für Deutschland einig Vaterland » (Pour l’Allemagne, patrie unie) en proposant une confédération d’une Allemagne neutre, M. Gorbatchev affirma que, sur le plan des principes, il n’avait plus rien à objecter contre l’unification des deux États allemands et que personne ne la mettrait plus jamais en question.92

  • 93 H. Kohl, op. cit., p 265-269.

76Le tournant stratégique décisif sera atteint lors du voyage de Helmut Kohl à Moscou le 11 février, que le chancelier Kohl prépara sous la houlette des États-Unis.93 Le problème le plus important restait celui de la neutralité d’une Allemagne unifiée, qui ne sera réglé que plus tard, mais M. Gorbatchev donna son accord pour les négociations 2+4 et pour le règlement intérieur de l’unification comme l’exposa la déclaration de TASS :

  • 94 In H. Teltschik, op. cit., p 143.

« Gorbatchev constata – et le chancelier fut d’accord avec lui – qu’actuellement il n’existe plus de divergences entre l’URSS, la RFA et la RDA sur le fait que les Allemands eux-mêmes règlent la question de l’union de la nation allemande et qu’ils choisissent eux-mêmes dans quelle forme étatique, à quel moment, à quel rythme ils veulent réaliser cette unité allemande ».94

  • 95 H. Kohl, op. cit., p. 277.

77Le chancelier Kohl conclura de cette entrevue qu’il s’agit d’un « résultat historique », d’un « bon jour pour l’Allemagne ».95 De fait, le dernier obstacle à la mise en œuvre de l’unification allemande était levé.

Conclusion

78Si l’on tente d’établir un bilan sommaire de l’attitude des Alliés face à l’unification, on peut relever un certain nombre de points communs et de différences entre les quatre Alliés. Globalement, les États-Unis tiennent une place à part, avant comme après la chute du mur : ils ont toujours été favorables à une unification allemande qui correspondait à leurs visées politiques globales et sellait une victoire sur l’ennemi d’hier, qu’ils ont tenu toutefois à ménager. Pour les États-Unis, on note une grande continuité entre l’attitude d’avant et d’après la chute du mur et l’absence de décalage entre théorie et pratique qui les a amenés à jouer un rôle moteur dans le processus d’unification. D’une manière bien différente et quasiment inverse, l’Union soviétique aura elle aussi une place très spécifique. Opposée au principe d’une unification allemande avant la chute du mur, elle le restera jusqu’en janvier 1990, et son revirement tardif tient à des contraintes politico-économiques. La France et la Grande-Bretagne ont pu avoir des positions similaires avant la chute du mur dans un décalage entre une attitude théorique favorable et une pratique des plus réservées, ce point commun se maintiendra jusqu’à la fin de l’année 1989, mais la France donnera à partir de janvier 1990 un accord beaucoup moins réticent que la Grande-Bretagne. D’autre part, leurs divergences se manifesteront lors des négociations 2+4 à propos de l’OTAN, la Grande-Bretagne se montrant d’emblée favorable à un maintien dans l’OTAN et à un renforcement de cette structure, alors que la France se montra réticente dans un premier temps. Dans l’ensemble, ni la France qui ne parvint pas à anticiper sur le cours de l’histoire, il est vrai extrêmement déroutant, ni encore moins la Grande-Bretagne dont la position a été limitée par l’incapacité de Margaret Thatcher à jouer la carte européenne et à maintenir une relation privilégiée avec les États-Unis qui firent désormais le choix de l’Allemagne, ne joueront un rôle central dans le processus d’unification. Toutefois, ni les réticences britanniques, ni les hésitations françaises ne jetteront une ombre durable entre l’Allemagne et ses voisins.

79Sur le plan international, l’attitude des Alliés face à l’unification est symptomatique d’un changement des Relations internationales qui introduit en 1990 une nouvelle donne sur un triple plan. Pour l’Allemagne, la brèche ouverte dans son histoire en 1949 se referme, elle est désormais un État « normal » sur le plan international, disposant d’une souveraineté totale au même titre que ses voisins. Cette unité nouvelle lui confère un poids économique et politique nouveau qui ne manquera pas d’avoir des incidences importantes dans les années à venir sur la scène internationale, et qui fait l’objet d’âpres discussions en Allemagne entre les différents partis politiques quant à la « normalité » allemande malgré le passé national-socialiste. L’évolution récente fait apparaître l’unité allemande, qui dans un premier temps faisait figure de parenthèse dans l’histoire allemande entre 1870 et 1945, comme un phénomène irréversible.

80Au niveau européen, l’attitude des Alliés lors du processus d’unification allemande a modifié le paysage politique. Non seulement elle a introduit un renforcement de l’Union européenne souhaitée par François Mitterrand et garantie par le chancelier Kohl, qui s’est concrétisée dès la signature du Traité de Maastricht, mais elle pose à terme avec une acuité nouvelle la question de l’ouverture de l’Europe vers l’Est dans lequel l’Allemagne unifiée sera amenée à jouer un rôle déterminant.

81Enfin, les donnes mondiales, auxquelles la « question allemande » était étroitement liée, se trouvent modifiées par cette concertation des Alliés face à l’unification allemande. La place centrale des États-Unis se trouve renforcée, de même que son corollaire, l’écroulement du système soviétique, apparaît avec une évidence accrue d’année en année. Cette « première » depuis 1948 qu’a constitué l’harmonisation progressive mais rapide en 1989/90 de la position des quatre Alliés face à l’unification allemande marquera de fait en 1989-1990 une césure définitive du paysage international du vingtième siècle.

Notes

1 Telephongespräch des Bundeskanzlers Kohl mit Präsident Bush, 10.11.1989. In Bundesministerium des Inneren : Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzleramtes 1989/90. München : Oldenburg, 1998, p. 508

2 Cité in Eckart Klein : « Deutschlands Rechtslage ». Werner Weidenfeld/Karl-Rudolf Korte : Handwörterbuch zur deutschen Einheit. Bonn : Bundeszentrale für politische Bildung, 1996, p. 218.

3 Deutschlandvertrag, art 1 § 2 texte allemand in Bundesgesetzblatt (BGBl). 1955 II, p. 305.

4 Dieter Blumenwitz : Die Überwindung der deutschen Teilung und die Vier Mächte. Berlin : Mann Verlag, 1990, p. 131

5 Werner Bröll, Wolfgang Heisenberg, Winfried Sühlo : Der andere Teil Deutschlands. München-Wien : Günter Olzog Verlag, p. 44.

6 art 7 §2, in Christoph-Matthias Brand : Souveränität für Deutschland. Grundlagen, Entstehungsgeschichte und Bedeutung des 2+4 Vertrages vom 12.9.1990. Köln : Bibliothek Wissenschaft und Politik, Band 50, p. 89

7 D. Blumenwitz, op. cit., p 131

8 Respectivement article 9 et article 10. C. - M. Brand, op. cit., 91

9 alinéa 5 ; Cf. Afred Grosser : L’Allemagne de notre temps, 1945-1978. Paris : Fayard, 1978, p. 625

10 In A. Grosser, op. cit., p. 628

11 In C.- M. Brand, op. cit., p. 90.

12 Hans-Dietrich Genscher : Erinnerungen, Berlin, 1995, p. 695

13 Cf. dans ce volume l’article d’Hélène Miard-Delacroix

14 Cf. respectivement pour les textes allemands BGBl 1990 II, p. 1331 et 1387.

15 Wolfgang Seiffert : Das ganze Deutschland. München : Piper, 1986, p. 137-138

16 Karl Kaiser: Deutschlands Vereinigung. Die internationalen Aspekte. Bastei Lübbe, 1991, p. 49, p 51

17 Pierre Guillen : La question allemande de 1945 à nos jours. Paris : Imprimerie nationale, 1996, p. 149.

18 K. Kaiser, op. cit., p. 50

19 Cité par Gerald Kleinfeld : « Die deutsche Frage aus der Sicht der USA ». In Hannelore Horn, Siegfried Mampal (Hg) : Die deutsche Frage aus der Sicht des Auslandes. Berlin : Duncker, 1987, p. 15

20 W. Seiffert, op. cit., p. 138-139

21 In Ines Lehman : Die deutsche Vereinigung von außen gesehen. Angst, Bedenken und Erwartungen in der ausländischen Presse. Band 1. Frankfurt am Main : Peter Lang, 1996, p. 10

22 cité in W. Seiffert, op. cit., p. 141

23 Barbara Rowe : « Die deutsche Frage aus der Sicht Großbritanniens ». In : Die deutsche Frage aus der Sicht des Auslandes, 1987, p. 62

24 Andrei Markovits : « Die deutsche Frage - Perzeptionen und Politik in der Europäischen Gemeinschaft ». In Ulrike Liebert, Wolfgang Merkel (Hg) : Politik zur deutschen Einheit; Opladen : Leske, 1991, p. 336

25 Richard Davy : « Großbritannien und die deutsche Frage ». Das Ende der Teilung. Der Wandel in Osteuropa. Beiträge und Dokumente aus dem Europa-Archiv. Bremen : Verlag für internationale Politik, 1990, p 112.

26 Cf. Wilfried Loth : Ost-West-Konflikt und deutsche Frage. München : DTV, 1989, p. 46 ; Jacques Bariéty : « Die deutsche Frage aus französischer Sicht, 1945-1955 ». In Wilfried Loth (Hg) : Die deutsche Frage in der Nachkriegszeit. Berlin : Akademie Verlag, 1994, p. 172-173.

27 Roland Höhne: « Frankreichs Stellung in der Welt. Weltmacht oder Mittelmacht ? ». Aus Politik und Zeitgeschichte, B 47-48, 1991, p. 37.

28 Alfred Grosser : « Es könnte doch viel schlimmer sein…Eine kritische Betrachtung aus Paris ». In Ulrich Wickert (Hg) : Angst vor Deutschland. Hamburg : Hoffmann und Campe, 1990, p. 141.

29 Roland Dumas: « Muß man vor Deutschland Angst haben ? » In U. Wickert, op. cit., p. 305-307.

30 François Schlosser : « Gespenst einer Supermacht ». Der Spiegel, 48, 1989, p. 172.

31 Andrei Markovits : « Die deutsche Frage - Perzeptionen und Politik in der Europäischen Gemeinschaft ». In Ulrike Liebert, Wolfgang Merkel, op. cit., p. 335

32 « Le chef d’Etat appelle les Français à avoir confiance en eux-mêmes », le Monde, 27.3.1990.

33 Gespräch des Bundeskanzlers mit Staatspräsident Mitterrand, Paris 15.2.1990. In Bundesministerium des Inneren : Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzleramtes 1989/90. München : Oldenburg, p. 842-843

34 Charles de Gaulle : Mémoires d’espoir. Paris : Plon, 1970, p. 184

35 Henri Ménudier : « Die deutsche Frage aus der heutigen Sicht Frankreichs ». In Die deutsche Frage aus der Sicht des Auslandes, 1987, p. 26, 45 et 49.

36 Cf. la déclaration de F. Mitterrand en mars 1984 à Atlanta où il insiste sur l’équilibre nécessaire au centre de l’Europe. In Ernst Weisenfeld : Welches Deutschland soll es sein ?. Frankreich und die deutsche Einheit seit 1945. München : Beck, 1986, p. 160

37 Walter Schütze : « Frankreich angesichts der deutschen Einheit ». In Jochen Thies, Wolfgang Wagner : Das Ende der Teilung, Der Wandel in Deutschland und Osteuropa. Beiträge und Dokumente aus dem Europa-Archiv. Bonn : Verlag für internationale Politik, 1990, p. 106

38 Joseph Rovan : « La division de l’Europe et de l’Allemagne du point de vue français ». Ministère des Relations Interallemandes : La division de l’Allemagne et de l’Europe, Bonn : Europa Union, 1986, p. 47.

39 In L’Express, 12.1.1990, p. 52

40 Interview accordée le 27.7.1989 à cinq journaux européens. François Mitterrand : De l’Allemagne. Paris : Odile Jacob, 1996, p. 89.

41 Jens Hacker : « Die deutsche Frage aus der heutigen Sicht der Sowjetunion ». In Die deutsche Frage aus der Sicht des Auslandes, 1986, p. 91.

42 Renata Fritsch-Bournazel : Die Sowjetunion und die deutsche Teilung. Die sowjetische Deutschlandpolitik 1945-1979. Opladen : Westdeutscher Verlag, 1979, p. 149

43 Wolfgang Pfeiler : « Die UdSSR und die deutsche Einheit ». in Werner Weidenfeld/Karl-Rudolf Korte (Hg) : Handwörterbuch zur deutschen Einheit. Bonn : Bundeszentrale für politische Bildung, 1991, p. 683.

44 Wolfgang Pfeiler : Deutschlandpolitische Optionen der Sowjetunion, Melle : Verlag Ernst Knoth, 1988, p. 153-54, 169.

45 J. Hacker, op. cit., p. 112.

46 Cité in Wolfgang Pfeiler : « Geschichte der Vorbehalte. Die Sowjetunion und die deutsche Einheit ». Die politische Meinung, 3/4, 1990, p. 14.

47 In Hans-Peter Riese : « Der Wandel der sowjetischen Position zur deutschen Frage ». In Europa-Archiv, 4/1990, p. 90.

48 « Haltung der drei Westalliierten und der Sowjetunion zur deutschen Frage und zur Entwicklung in der DDR ». Bundesministerium des Innern : Deutsche Einheit, op. cit.,p. 546.

49 K. Kaiser, op. cit., p 50

50 Cité par un des acteurs de l’unification, Horst Teltschick : 329 Tage. Innenansichten der Einigung. Berlin : Siedler, 1992, p. 33

51 Schreiben des Bundeskanzlers Kohl an Präsident Bush, Bonn, 28.11.1989. In Bundesministerium des Innern : Deutsche Einheit, op. cit.,p. 571

52 Sondage de New York Times et Harris, New York Times, 1.12.1989; sondage de Busissness Week et Harris, in Michael Hatzel, « Amerikanische Einstellungen zur deutschen Wiedervereinigung ». Europa-Archiv, 4/1990, p. 127.

53 Timothy Garton Ash : Au nom de l’Europe. L’Allemagne dans un continent divisé. Paris: Gallimard, 1995, p399

54 Karl-Rudolf Korte : Die Chance genutzt ? Die Politik zur Einheit Deutschlands. Frankfurt/ New York : Campus, 1994, p. 139

55 Michael Hatzel : « Amerikanische Einstellungen zur deutschen Wiedervereinigung ». In op. cit. p. 129.

56 Schreiben des Präsidenten Bush an Bundeskanzler Kohl, 9.2.1990. Bundesministerium des Innern : Deutsche Einheit, op. cit., p. 784.

57 K. Kaiser, op. cit. p. 54.

58 R. Davy, op. cit., p. 112.

59 Telephongespräch des Bundeskanzlers Kohl mit Premierministerin Thatcher, 10. 11.1989. In Bundesministerium des Innern : Deutsche Einheit, , op. cit.,p. 501.

60 Voir note 48.

61 The Times, 14.11.1989. The Daily Telegraph, 29.11.89 in I. Lehmann, op. cit., p. 275.

62 Margaret Thatcher : Downing Street N° 10. Die Erinnerungen. Düsseldorf, 1993, p. 1101

63 cité in I. Lehmann, op. cit., p. 278

64 R. Davy, op. cit., p. 113

65 Margaret Thatcher, op. cit., p. 1095

66 Michael Wolffsohn : « Der außenpolitische Weg zur deutschen Einheit. Das Ausland und die vollendeten Tatsachen ». In Eckard Jesse/ Armin Mitter : Die Gestaltung der deutschen Einheit. Bonn : Bundeszentrale für politische Bildung, 1992, p. 151.

67 In H. Telschick, op. cit., p. 153.

68 In I. Lehmann, op. cit., p. 281.

69 Dans cette analyse, nous ne mentionnerons pas les divergences entre l’attitude du président français telle qu’elle a été présentée par F. Mitterrand lui-même dans ses Mémoires qui peuvent être considérées par certains aspects comme un plaidoyer rédigé a posteriori, et celle que les documents officiels démontrent.

70 Deutsch-französische Konsultationen, Bonn, 2/3/11/1989, in Bundesministerium des Innern : Deutsche Einheit, op. cit.,p. 470; François Mitterrand : De l’Allemagne, de la France, op. cit., p. 201.

71 François Mitterrand : Interview de Paris Match, 23.11.1989. Cf. I. Lehmann, op. cit., p. 439

72 Roland Dumas: « Muß man vor Deutschland Angst haben ? » In U. Wickert, op. cit.,p. 311

73 F. Mitterrand affirme : « comme George Bush, j’avais accepté ouvertement et publiquement la perspective de l’unité que Margaret Thatcher et Mikhaïl Gorbatchev éludaient ». François Mitterrand : De l’Allemagne, de la France . Paris : Odile Jacob, 1996, p. 51

74 « Haltung der drei Westallierten und der Sowjetunion zur deutschen Frage und zur Entwicklung in der DDR ». Bundesministerium des Innern : Deutsche Einheit, op. cit., p. 547

75 François Mitterrand : conférence de presse, Kiev, 6.12.1989

76 Cf. par exemple la conférence de presse du 2/3 novembre 1989 à Bonn. François Mitterrand : De L’Allemagne, p. 202-203

77 Cf par exemple les déclarations du 21.12 et la conférence de presse du 22.12. Cf. également les analyses de Ulrich Pfeil dans cet ouvrage.

78 Jacques Attali : Verbatim III. Paris : Fayard, 1995, p. 350

79 Cf. par exemple Frankfurter Allgemeine Zeitung, 5.1.90 ; Der Spiegel, 1.1.90 ; Die Zeit, 20.3.90.

80 Cf. les analyses de Karl-Heinz Bender : Mitterrand und die Deutschen (1938-1995), oder die Wiedervereinigung der Karolinger. Bonn: Bouvier, 1995, p. 78

81 Werner Rouget, Die politische Meinung, 3/4 1990, p. 25

82 Gespräch des Bundeskanzlers Kohl mit Staatspräsident Mitterrand, Latché, 4. 1. 1990. Bundesministerium des Innern : Deutsche Einheit, op. cit., p. 685-87

83 « Lettre de remerciement de M. Helmut Kohl à M. François Mitterrand ». In Documents, n° 1/90, p. 86

84 in W. Rouget, op. cit., p. 26

85 Hans-Peter Riese : « Die Geschichte hat sich ans Werk gemacht. Der Wandel der sowjetischen Position zur deutschen Frage ». In Europa-Archiv, 4/1990, p. 121.

86 Schreiben des Generalsekretärs Gorbatchow an Bundeskanzler Kohl, ohne Datum. Deutsche Einheit, p. 658-59; H. Teltschik, op. cit., p. 85.

87 Cité in I. Lehmann, op. cit., p. 439.

88 Cf le texte intégral des questions in H. Riese, op. cit., p. 123-124.

89 K. Kaiser, op. cit., p. 61.

90 Wolfgang Pfeiler, Die politische Meinung, op. cit., p. 18.

91 Helmut Kohl : Ich wollte Deutschlands Einheit. Propyläen, p. 280-81.

92 In Michael Wolffsohn : « Der außenpolitische Weg zur deutschen Einheit ». In Eckard Jesse, Arnim Mitter : Die Gestaltung der deutschen Einheit, p. 147.

93 H. Kohl, op. cit., p 265-269.

94 In H. Teltschik, op. cit., p 143.

95 H. Kohl, op. cit., p. 277.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540