Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

3. Enjeux et conditions de l'unification

La « réunification » et les traditions de la politique étrangère allemande

Klaus-Jürgen Müller
Traduction de Jean-Paul Cahn

Texte intégral

1Le 15 juillet 1990, à l’occasion d’un entretien avec Mikhaïl Gorbatchev, Helmut Kohl déclarait :

  • 1 Cit. in Richard Kiessler et Frank Elbe, Der diplomatische Weg zur deutschen Einheit, (Suhrkamp Tasc (...)

« Tout le monde en Europe [...] ne voit pas d’un bon œil les processus qui se déroulent actuellement en Allemagne. Le passé entrave jusqu’à un certain point, de nos jours encore, nos relations avec l’Italie, la France et la Grande-Bretagne »1,

2tandis que dans son édition du 23 février 1992, le journal conservateur italien Corriere della Sera écrivait pour sa part à propos de la réunification :

  • 2 Cit. ibid. p. 216.

« Au coeur de l’Europe [s’est] constitué un bloc gigantesque : une nation de quatre-vingt millions d’habitants qui est simultanément l’une des trois premières puissances économiques au monde. Mais cela ne doit rien à quelque aspiration hégémonique, à la volonté de puissance [...] Par la force des choses, l’Allemagne est destinée à devenir dans les années à venir un point d’attraction économique pour une partie importante de notre continent »2.

  • 3 Margaret Thatcher, Downing Street No 10. Die Erinnerungen. (Econ) Dusseldorf, Vienne, New York, Mos (...)

3Voilà deux stéréotypes du problème allemand que l’on peut également qualifier de « classiques » : d’une part le poids du passé allemand, l’hypothèque de l’époque national-socialiste, de l’autre le poids du « géant économique », produit du « miracle économique » allemand, et la force du D.-Mark. D’un point de vue historique, tous deux reposent cependant sur une approche réductrice : le « problème allemand » n’est né ni des crimes du Troisième Reich, ni de la puissance économique de la République fédérale. Ce que l’on appelle la « question allemande » en Europe plonge ses racines dans un passé plus large et plus lointain. Il y a une part de vérité lorsque Margaret Thatcher écrit dans ses mémoires à propos de la réunification : « Un spectre effrayant resurgit : la question allemande »3.

4Dès sa création, l’Etat-nation allemand a représenté le véritable problème : les éléments qui le constituaient créèrent d’emblée un syndrome allemand auquel se trouvèrent confrontés la politique étrangère allemande tout autant que l’ensemble des Etats européens. Il ne faut pas s’y tromper : de nos jours encore on peut évoquer à propos de l’Etat-nation allemand la notion de syndrome.

5Certes, de Bismarck à nos jours, cet Etat a vu se modifier ses constitutions politiques et son aspect territorial  ; mais, que ce fût sous sa forme germano-prussienne de 1871, dans sa constitution weimarienne, dans sa configuration national-socialiste ou enfin dans cette conformation fédérale qui est en train de se muer d’une « République de Bonn » en une « République de Berlin », il a toujours été – et il demeure – confronté à un problème central de politique étrangère, fruit de facteurs constitutifs immuables. Ceux-ci sont les constantes qui déterminent sa politique étrangère, indépendamment de son apparence extérieure et de sa structure intérieure. Ils ont marqué les différentes approches par lesquelles la diplomatie a tenté de maîtriser le syndrome allemand.

6Notre propos n’est pas de retracer ici l’histoire de la politique extérieure allemande de ces 120 dernières années. Nous partons plutôt d’un constat : l’analyse des 120 dernières années révèle quelques facteurs constitutifs de l’Etat-nation allemand. Ceux-ci constituent un faisceau de problèmes auquel la politique de chacun des régimes successifs qu’a connus le Reich a été obligée de faire face. Ils l’ont fait selon des schémas directeurs précis.

Première partie

  • 4 Remarque concernant les dates  : à vrai dire, il faudrait remonter à l’époque de la création du Rei (...)

7Voyons d’abord, avant d’évoquer, dans leurs constantes, les réponses que leur a apportées la diplomatie allemande, quels étaient ces éléments constitutifs du nouvel Etat germano-prussien qui entra dans le concert des nations européennes en 18714, et quels furent les éléments déterminants pour les conceptions de politique étrangère au moyen desquelles il chercha à résoudre ses problèmes spécifiques ?

8Si l’on considère plus d’un siècle de politique étrangère allemande, de Bismarck à nos jours, on relève trois constantes problématiques déterminantes pour l’action de chaque Etat allemand en politique étrangère  :

1. La constante géostratégique.

9L’Allemagne est située au cœur de l’Europe. Elle compte, partant, plus de voisins que tout autre pays européen. Surtout, si elle est protégée au Nord par la mer et au Sud par les Alpes, elle n’a de barrières naturelles ni à l’Est, ni à l’Ouest. Elle souffre d’une absence de profondeur géostratégique – un handicap qu’elle partage avec la Pologne. Sa situation médiane implique en outre une position ambivalente entre l’Est et l’Ouest : en Europe, elle est l’orient de l’Occident et l’occident de l’Orient, à la fois frontière, lieu de passage et glacis entre ses voisins de part et d’autre – encore un point commun avec la Pologne. Ce défaut de frontières engendre des conséquences géo-psychologiques. Il agit sur les mentalités et sur les comportements de la population : le sentiment de vivre dans un espace qui n’offre aucune protection engendre une sensibilité exacerbée. Ce que des observateurs étrangers perçoivent et décrivent souvent comme une « nervosité » allemande particulière, comme une pusillanimité psychotique ou encore comme un pessimisme spécifique n’est au fond que la traduction de cette sensibilité. Leur position géostratégique fait des Allemands une nation qui vit dans une situation de stress – lequel suscite des réactions tantôt positives, tantôt négatives, mais surtout imprévisibles.

2. La constante démographique

10Du point de vue numérique, les Allemands représentent au sein de l’Europe le groupe ethnique dominant. Cette constatation s’appliquait également à l’« ancienne » République fédérale dans le contexte de l’Europe de l’Ouest. Avec ses quelque quatre-vingt millions d’habitants, l’Allemagne unifiée constitue un groupe démographique supérieur en nombre à ses voisins, à la Pologne qui compte quelque trente-trois millions d’habitants, à la France qui avoisine les cinquante-cinq millions, à l’Italie et à la Grande-Bretagne dont la population se situe aux alentours de cinquante-six millions. Pour ses voisins, la supériorité numérique allemande n’est pas un facteur négligeable, mais une donnée cruciale. Ils perçoivent souvent cette masse humaine allemande comme oppressante par elle-même, comme une menace potentielle. Michael Stürmer traduit ce problème dans sa globalité lorsqu’il note que l’Allemagne est la nation la plus importante à l’Ouest de Moscou et à l’Est de Washington.

3. La constante économique

11Deux handicaps caractérisent l’Allemagne depuis la période de l’industrialisation (qui, rappelons-le, a coïncidé en gros avec la naissance de l’Etat-nation).

12Le manque de matières premières a fait qu’en dehors du charbon, l’Allemagne se trouve dans l’obligation d’importer la quasi-totalité des produits de base essentiels, notamment le pétrole, la bauxite – certains métaux rares doivent être importés à 100%. Qui plus est, deux tiers du volume total des importations proviennent d’outre-mer, avec les incertitudes que cela comporte. La conséquence en est que, depuis 1871, tout Etat allemand a eu et a encore un intérêt vital à garantir son accès aux matières premières, où qu’elles se trouvent dans le monde, et la sécurité de ses importations.

13L’impératif de l’exportation constitue le second handicap. Ses capacités de production sont supérieures aux possibilités d’absorption du marché intérieur. La conquête et la consolidation de marchés extérieurs et la garantie de l’accès à ceux-ci revêtent ainsi une dimension vitale.

14Soulignons ici un point capital : jusqu’à ce jour, ces trois constantes ont invariablement déterminé la politique étrangère allemande. Elles en ont assuré la tradition et la continuité et elles ont conféré à l’Etat allemand, de la Reichsgründung à nos jours, ce caractère particulier et ambivalent, ce mélange de force et de faiblesse qui inquiète tant ses voisins.

15Le surpoids démographique ainsi que l’hypertrophie de la capacité industrielle et économique offrent les conditions d’une puissance politique et militaire au moins potentielle. Par contre, la position géostratégique ainsi que la dépendance économique dans les domaines des matières premières étrangères et des exportations constituent les faiblesses de taille d’un ensemble au demeurant potentiellement puissant. Ce mélange de forces et de faiblesses recèle le problème fondamental de toute politique étrangère allemande.

16Andreas Hillgruber a défini cette situation ambivalente en forgeant la notion de « position semi-hégémonique » de l’Allemagne – un terme qui fait désormais partie du jargon des historiens. Cette expression signifie qu’en vertu de sa démographie et de son économie, l’Allemagne est trop forte pour n’être qu’un Etat européen (et, par voie de conséquence, un voisin) que l’on puisse qualifier de « normal », tandis que les handicaps et les déficits que nous avons évoqués impliquent son incapacité à s’affirmer durablement par ses propres moyens, voire à édifier sur de telles bases une position hégémonique régionale ou européenne.

  • 5 Cit. d’après Lothar Gall, Bismarck. Der weiße Revolutionär. 1980, p. 504. Cette déclaration fut fai (...)

17Cette situation semi-hégémonique de l’Allemagne (et son dépassement) a ainsi constitué le cœur même des rapports entre puissances en Europe depuis 1871. La force potentielle de l’Allemagne ainsi que ses tentatives de compenser ses faiblesses ont d’emblée fait d’elle un problème européen. La « question allemande », la place des Allemands en Europe, la forme de leur Etat, leurs orientations en politique étrangère, leurs relations avec les autres Etats et nations européens, ont été et restent des problèmes européens. C’est le sens de la déclaration de Disraëli devant la Chambre basse lorsqu’il disait à propos de la guerre qui avait donné, peu avant, naissance au Reich : « Cette guerre est la révolution allemande, un événement politique plus grand que la Révolution française ». Il ajoutait que toute « conception traditionnelle de la diplomatie » s’en trouvait anéantie  : « L’équilibre des forces est totalement détruit [...] »5. On pourrait multiplier les citations de cet ordre qui, de 1871 à nos jours, mettent en avant la dimension européenne de la « question allemande » et posent le problème de l’équilibre européen. Il s’agit là en effet de la question nodale pour l’Europe et l’Allemagne à ce jour.

  • 6 Cf. Wilfried Loth (éd.), Die deutsche Frage in der Nachkriegszeit, Berlin (Akademie Verlag), 1994.

18La question allemande n’a jamais concerné les seuls Allemands. Elle n’est pas née d’événements politiques extérieurs à l’Allemagne ou qui auraient échappé à son influence. Elle vient de la structure même de l’Etat-nation allemand. L’Allemagne était déjà un problème central des rapports de force et de l’équilibre des pouvoirs européens bien avant la naissance des antagonismes Est-Ouest. Ce caractère structurel fait qu’elle demeure un problème européen après l’effondrement de l’Union soviétique : la nouvelle République fédérale, celle de l’Allemagne unifiée, a hérité du syndrome allemand6.

19Face à la dimension européenne de la « question allemande », les grandes puissances européennes ont tenté à diverses reprises de résoudre les problèmes qui s’y rattachaient.

201. L’une de ces approches a consisté à essayer d’attirer l’Allemagne de son côté, de se servir de sa puissance et, par ce biais, de la contrôler. Ainsi l’Union soviétique a-t-elle encore et toujours essayé d’éloigner l’Allemagne (le Reich comme la République fédérale) de l’Ouest européen ou de l’en faire sortir pour l’attirer dans son camp ou, au moins, pour la neutraliser. Tel fut le cas en 1922 (lors du traité de Rapallo), en 1939 (à l’occasion du pacte Hitler-Staline), en 1952 (avec les célèbres notes de Staline sur la neutralité), voire à travers des initiatives plus tardives du Kremlin.

21Ce même objectif se retrouvait dans l’intégration occidentale de la République fédérale – laquelle n’avait pas pour seul objet d’accroître la puissance économique et militaire de l’Alliance occidentale, mais également de permettre un contrôle du potentiel allemand.

  • 7 Voir sur ce sujet Jacques Bariéty, Les relations franco-allemandes après la Première Guerre mondial (...)

222. L’autre approche « européenne » du problème allemand ambitionnait l’affaiblissement, la pérennisation de la faiblesse et/ou le contrôle de l’Allemagne. Nous inscrirons dans cette catégorie des initiatives occidentales qui ont immédiatement suivi les deux Guerres mondiales : que l’on songe aux projets français de séparation des régions rhénanes ou aux exigences de réparations qui ambitionnaient tous deux d’ancrer dans des traités des mécanismes susceptibles d’empêcher d’emblée le prévisible rétablissement de la puissance économique allemande7. Les plans d’occupation (1923) et de contrôle international de la Ruhr visaient les mêmes objectifs.

23Enfin, il convient de rappeler les projets communs Est-Ouest tels qu’ils furent élaborés lors des conférences de Téhéran (1943) ou de Yalta (1945) en vue de diviser l’Allemagne – les accords mentionnaient « la démilitarisation totale et la partition de l’Allemagne ».

24Qu’il s’agît de maintenir l’Allemagne en situation de faiblesse ou de l’intégrer à telle ou telle autre combinaison de puissances, tous ces efforts apparaissent comme des réponses européennes à la question allemande. Il s’agissait de réactions-réflexes à la position semi-hégémonique et à ce que les autres nations percevaient comme le syndrome de l’Allemagne.

25Notons entre parenthèses qu’en raison de son caractère asymétrique, la division de l’Allemagne imposée entre 1945 et 1949 n’a pas non plus résolu le problème de la puissance semi-hégémonique. Le plus grand des deux Etats partiels allemands, la République fédérale, ne tarda pas, en raison de son importance géographique et démographique et de la régénération relativement rapide de sa puissance économique – qui engendra bientôt la force militaire – à reprendre le rôle ambivalent qu’avait tenu avant elle l’Etat-nation allemand.

26La R.F.A. hérita des trois constantes de force et de faiblesse que nous évoquions précédemment. Pour Egon Bahr, « le poids de l’Allemagne [était] important, mais limité ». Elle se trouvait ainsi détentrice d’une « position non écrite de veto » sur le Continent. Ces constantes furent aussi déterminantes pour la politique étrangère de la République fédérale qu’elles l’avaient été depuis la création de l’Etat-nation par Bismarck.

  • 8 Dominique Moisi, in Die Zeit No 41 du 7 octobre 1983.

27Ses Alliés occidentaux en étaient conscients. Aussi certains d’entre eux voyaient-ils dans la pérennisation de la division allemande une nécessité absolue – que ce fût au regard de l’équilibre communautaire européen ou des relations Est-Ouest. Il y a quelques années un observateur français averti de la politique internationale écrivait : « Au fond, l’ensemble du système européen de sécurité dépend de la stabilité et de la division de l’Allemagne »8. Il n’était pas seul à défendre ce point de vue. Le conseiller de Helmut Kohl en politique extérieure Joachim Bitterlich écrivait en 1998 :

  • 9 Joachim Bitterlich, « Frankreichs (und Europas) Weg nach Maastricht im Jahr der deutschen Einheit » (...)

« Pouvait-on vraiment s’attendre à quelque chose d’autre en dépit des déclarations régulières sur l’unité allemande ? Ou bien l’évocation rituelle du droit des Allemands à l’unité ne cachait-elle pas au moins [...] en réalité l’acceptation, voire dans certains cas, des projets de pérennisation de la division de l’Allemagne ? »9.

28Quelles sont les réponses allemandes à cette dimension européenne de la « question allemande » ?

29Si l’on considère la politique étrangère allemande de Bismarck à nos jours dans son ensemble, on constate que deux réponses ont été apportées alternativement au problème de la position semi-hégémonique de l’Allemagne, qui correspondent à deux modèles conceptuels de politique étrangère allemande. On peut les considérer comme les schémas fondamentaux de cette politique, indépendamment du contexte dans lequel elles ont été développées. Elles ont toutes deux été conçues par Bismarck qui a tenté de les réaliser l’une après l’autre. Le premier modèle est celui d’une grande puissance indépendante, autonome, n’ayant de liens avec aucun autre Etat. La difficulté consistait dans ce schéma à compenser les handicaps structurels en vue d’atteindre un statut de grande puissance puis, celui-ci acquis, à consolider la situation. La seconde option avait pour objectif de s’appuyer sur une autre grande puissance ou sur un ensemble de grandes puissances, une alliance, voire de s’y rattacher.

Deuxième partie

  • 10 On peut se référer sur ce point à la synthèse brève mais dense d’Andreas Hillgruber Bismarcks Außen (...)

30Diverses tentatives ont visé, selon des méthodes différentes, à mettre en place le premier modèle, celui de la grande puissance autonome et libre de tous liens. Bismarck en a fait le fondement de la politique étrangère allemande après la Reichsgründung de 187110.

31Il avait conscience que les grandes puissances européennes n’accepteraient un Reich allemand puissant et indépendant qu’à la condition que les rapports de force en Europe (que la fondation du Reich avait modifiés) n’évoluent pas davantage en faveur de l’Allemagne. C’est pourquoi le chancelier insista sur la « saturation » du Reich. Ce faisant, il proclamait une politique d’autolimitation pour affirmer sa liberté d’action.

  • 11 Cette crise a fait l’objet de controverses. On pourra consulter sur ce sujet le chapitre III d’Andr (...)
  • 12 En français dans le texte.

32Cependant des assurances rhétoriques ne suffisaient pas à faire une politique étrangère, du moins en période de crise. Celle de 1875 (« Krieg-in-Sicht-Krise ») vit ainsi Londres et Saint-Pétersbourg se placer aux côtés de Paris contre Berlin, contrairement aux attentes de Bismarck, dans le but d’éviter l’affaiblissement de la France et le renforcement relatif de la puissance allemande qui s’en serait suivi11. Pour le chancelier, cette crise fut riche en enseignements. La réaction des grandes puissances lui permit de mesurer la précarité de la position internationale du Reich. Dès lors il vécut dans la crainte que Londres, Paris et Saint-Pétersbourg n’en viennent, par peur de voir s’accroître la puissance allemande en Europe, à se réunir en une forme d’alliance négative contre le Reich. Cette crainte permanente d’une association des autres puissances en réponse à la position semi-hégémonique de l’Allemagne fut à l’origine de ce que l’on a coutume d’appeler le « cauchemar des coalitions »12 qui hantait Bismarck.

33Cette situation incita le chancelier à développer une politique d’alliances et de traités dont l’unique objet était de garantir le Reich contre la précarité et la faiblesse de sa situation et d’assurer une liberté de mouvement optimale à sa politique étrangère d’indépendance. Mais le Reich ne pouvait assumer seul une telle politique. C’est pourquoi Bismarck s’efforça de mettre sur pied, au moyen d’un habile système de coalitions, une situation internationale de nature à garantir la puissance et l’indépendance de l’Allemagne. Il en a conceptualisé le principe dans le célèbre « Kissinger Diktat » du 15 juillet 1877, lorsqu’il décrivit la constellation idéale à ses yeux non comme une conjoncture de conquêtes territoriales, mais comme

« un contexte dans lequel toutes les puissances – en dehors de la France – ont besoin de nous et dans lequel leurs relations les détournent dans la mesure du possible de se coaliser contre nous ».

34Il s’agissait donc de créer, au moyen d’un système complexe d’accords internationaux, une situation dans laquelle la précarité des grandes puissances, maintenues sans cesse par Berlin au seuil d’un conflit (entre elles), seraient tributaires du Reich – dont le rôle déterminant dans la balance des forces se trouverait garanti. En se mettant à l’abri de toute coalition hostile, le chancelier se donnait les moyens de l’indépendance de sa politique internationale.

  • 13 Par le biais de l’accord anglo-italien de février 1887 sur les questions méditerraéennes ; l’Allema (...)

35Créer et entretenir un tel contexte présupposait une grande habileté diplomatique. Bismarck tenta par exemple de déplacer les tensions entre les grandes puissances du centre de l’Europe vers des régions périphériques, là où elles avaient des intérêts mais non l’Allemagne, dans les Balkans, le Bosphore etc., et d’y attiser les difficultés entre elles sans aller jusqu’au conflit ouvert. Concrètement, il mit sur pied d’une part un contrepoids à la Russie par la Bi-Alliance avec l’Autriche (1879) qu’il prolongea vers le Sud (1882 puis 1887) en l’étendant à l’Italie (« Triplice ») puis en créant l’Alliance orientale (Orient-Dreibund – qui regroupait la Grande-Bretagne, l’Autriche et l’Italie13), d’autre part il s’efforça de faire contrepoids à cette Entente en concluant des accords avec la Russie – en particulier le Traité de Réassurance (« Rücksicherungsvertrag » – 1887) qui comportait une clause secrète dans laquelle Bismarck promettait au Tsar une aide diplomatique dans le Détroit bien que, simultanément, il fût engagé en faveur du statu quo dans cette région par l’intermédiaire de la Triplice. Bismarck orientait ainsi les Russes vers ce, précisément, qui devait garantir le Pacte méditerranéen. Mais une telle duplicité relevait moins de la haute-couture politique qu’elle ne traduisait une tentative désespérée, bien que très habile, d’entretenir la pression entre les autres puissances afin de préserver les prérogatives allemandes (et la position semi-hégémonique) en Europe centrale. Vers la fin de la période bismarckienne, il apparut cependant que cette politique autonome d’indépendance, fondée sur une base trop fragile, n’était plus viable, pas même au prix d’une diplomatie des plus habiles. Plusieurs facteurs commencèrent à entraver cette conception  :

  1. incontournable, le lien étroit avec l’Autriche faisait peser sur l’Allemagne un risque de contagion des tensions balkaniques  ;

  2. le dynamisme économique de l’Allemagne incitait l’industrie du Reich à des tentatives de pénétration des marchés du Sud-Est de l’Europe, du Moyen-Orient et des régions d’outre-mer, si bien que les contrées dans lesquelles les intérêts allemands n’étaient pas présents étaient de plus en plus rares  ;

  3. la mondialisation, l’affirmation des Etats-Unis, du Japon, de la Russie en Asie orientale, etc., ainsi que les systèmes coloniaux des grandes puissances donnaient lieu à des tensions dont les effets se faisaient sentir en Europe, mais que Berlin ne pouvait plus contrôler au moyen de son seul réseau d’alliances  ;

  4. l’affirmation d’idéologies modernes telles que le panslavisme ou l’impérialisme nationaliste entamaient la stabilité du système européen de balance et érodaient son mécanisme essentiel, la froide raison d’Etat  ;

  5. les modifications socio-économiques en Allemagne ébranlaient le système de gouvernement bismarckien et frappaient de plein fouet sa politique étrangère. Bismarck se trouva contraint d’entraver au moyen d’une politique protectionniste les importations de céréales russes et de fermer aux emprunts de l’empire du tsar le marché des capitaux allemands afin de stabiliser les agrariens de l’Est de l’Elbe et l’industrie lourde, deux piliers du système politique allemand  ; mais, ce faisant, il poussa la Russie dans les bras de la France.

36La double crise de 1885-1887 (boulangisme et conflit austro-russe à propos de la question serbe) ébranla le système des alliances et montra au chancelier que sa politique d’indépendance avait atteint ses limites. Le Reich courait le risque d’être happé par les conflits des autres puissances.

37Bismarck entreprit de mettre en place une politique fondamentalement différente de celle qu’il avait poursuivie jusqu’alors, le second schéma de politique étrangère allemande, celui de la coopération avec une autre grande puissance – que nous verrons ultérieurement. Notons pour l’instant que l’attachement opiniâtre de tous ses successeurs, de Caprivi à Hitler, à l’indépendance du Reich en tant que grande puissance devait entraîner des conséquences fatales pour l’Allemagne. Le principe directeur initial de la « saturation » (ou de l’autolimitation) s’étant avéré intenable sous Bismarck, l’expansion devint la panacée. L’Allemagne chercha remède aux limites de son hégémonie dans une politique de grande puissance mondiale et dans l’affirmation de son hégémonie en Europe centrale. Citons à ce propos la leçon inaugurale de Max Weber qui déclara à Fribourg en 1895 :

« Il nous faut comprendre que l’unité allemande fut une fredaine de jeunesse que la nation commit sur ses vieux jours et à laquelle, en raison de son coût, il eut été préférable qu’elle renonçât si elle doit s’avérer être la conclusion et non l’anacrouse d’une politique mondiale allemande ».

38La Kölnische Volkszeitung – dont les opinions différaient pourtant de celles de Weber – estima :

« Si l’Allemagne entendait se limiter dans sa politique mondiale à ce rôle modeste dont se contente le Reich actuel, le peuple allemand aurait pu faire l’économie des flots de sang qu’il a versés pour créer le Reich allemand ».

39Dans sa réalisation au cours de l’Histoire, le concept d’expansion connut plusieurs variantes  ; toutes ambitionnaient de réaliser l’idéal d’une grande puissance hégémonique, toutes tendaient à compenser les déficits inhérents à la position semi-hégémonique du Reich. Caprivi essaya de réaliser l’hégémonie allemande en Europe centrale  ; s’appuyant sur l’armement, des contrats commerciaux et une politique douanière agressive étayée par un noyau germano-autrichien, il tenta de mettre en place une sorte d’informal empire. Le chancelier von Bülow, appuyé par l’amiral von Tirpitz, voulut résoudre le problème de la puissance allemande en combinant politique mondiale, politique de la flotte et expansion économique en vue de conquérir des marchés extérieurs et de garantir l’approvisionnement en matières premières (et de maîtriser ainsi les tensions politiques et sociales intérieures). Toutes ces tentatives échouèrent parce que leur point d’ancrage continental était trop faible et trop incertain.

40La Première Guerre mondiale fut enfin le théâtre d’une tentative, conformément aux conceptions de Ludendorff, de réaliser la variante militariste – la plus agressive – de la politique allemande de grande puissance par la conquête directe de territoires à l’Est et par la réorganisation par la force du contexte Ouest-européen. En s’appuyant sur une politique de puissance et d’agression, on cherchait à garantir par des modifications géostratégiques l’approvisionnement de l’Allemagne en matières premières.

41Dans le contexte difficile créé par le Traité de Versailles, la République de Weimar tenta de sauver les fondements d’une position de grande puissance et de permettre le rétablissement à terme d’une indépendance allemande. Elle le fit selon deux phases qui correspondaient à deux conceptions distinctes. Stresemann est le représentant de la première. Sa politique apparemment dictée par le souci de conciliation visait en réalité à rétablir une indépendance politique par des moyens économiques. La dimension militaire était absente et une politique d’alliances impossible en raison de la faiblesse allemande. Par contre, à long terme, il comptait jouer de la puissance économique du Reich, grand pays de consommateurs et de débiteurs, doté d’une capacité industrielle forte et relativement moderne. Le fondement politique de la diplomatie qui en découlait était le règlement (tactique) de Locarno (avec la France), le fondement économique devait venir d’une coopération étroite avec la super puissance économique américaine telle qu’elle se dessinait dans le Plan Dawes. Stresemann a toujours veillé à préserver la possibilité d’une révision des frontières surtout en direction de la Pologne. Ceci explique les ambiguïtés de Locarno : règlement à l’Ouest et possibilité de révision à l’Est. Toutefois, Stresemann s’efforça clairement d’éviter tout ancrage unilatéral à l’Ouest. La coopération avec l’Union soviétique devait servir ce dessein. L’accord de Berlin avec Moscou (1926) devait contrebalancer l’effet Locarno et jeter les bases géostratégiques d’une révision ultérieure des frontières avec la Pologne.

42Coopération avec l’Est et avec l’Ouest, refus de se fixer d’un côté comme de l’autre étaient la traduction des efforts de Stresemann pour préserver les chances de réalisation de l’indépendance de la grande puissance allemande, même après l’effondrement de 1918. Le projet d’union douanière germano-autrichienne devait servir les mêmes fins : il s’agissait d’engager le potentiel économique allemand dans la création d’un espace économique centre-européen qui devait permettre à terme au Reich de disposer des bases économiques et géostratégiques nécessaires à une politique indépendante même en l’absence de position militaire dominante.

  • 14 Les conversations que Schleicher avait entreprises avec Paris ne reposaient probablement, comme la (...)

43À la mort de Stresemann (1929), la crise économique mondiale a modifié fondamentalement les conditions d’une telle politique de révision. Ainsi s’ouvrait une seconde phase de politique étrangère weimarienne, sous Brüning, Papen et Schleicher. Ces chanceliers poursuivirent le même objectif : rétablir une puissance allemande autonome. Mais l’effondrement du système économique mondial avait mis hors-jeu pour un temps le levier économique – ce qui n’empêcha pas des tentatives à long terme (projet d’union douanière avec l’Autriche). Berlin fit obstacle à tous les règlements qui, tel le plan Briand pour l’Europe, auraient empêché l’Allemagne, par voie contractuelle, de retrouver sa puissance. On reprit par contre la tradition d’une politique étrangère étayée par la composante militaire. En 1932, Berlin fit admettre le principe de l’égalité en droits militaire et réalisa entre 1928 et 1932 le second programme d’armement – ce en quoi le Reich s’engagea dès avant Hitler dans la voie du réarmement. Tous ces moyens devaient créer les conditions d’une politique étrangère de puissance et permettre de rendre au Reich une position de premier plan14. Mais le socle économique de cette politique était fragile. Cette politique n’a jamais disposé des moyens qu’elle nécessitait. Là était l’aporie véritable des objectifs de ces cabinets de la période présidentielle.

44Bien qu’ils n’aient pas mis l’accent sur les mêmes points, tous ces projets allemands en Europe centrale, de Caprivi à Brüning, Papen et Schleicher, en passant par Stresemann, traduisaient clairement une aspiration hégémonique, car leur réalisation n’aurait pas seulement modifié profondément l’équilibre des forces en Europe, elle aurait libéré le Reich de l’hypothèque de sa position semi-hégémonique et lui aurait conféré un rôle dominant dans la région. Ainsi auraient été réalisés les fondements d’une position de grande puissance.

  • 15 Cf. de Gaulle, « L’entreprise d’Hitler était surhumaine et inhumaine [...] », Memoiren 1942-1946, ( (...)
  • 16 Voir sur ce point son analyse critique de la politique étrangère wilhelminienne et les conclusions (...)

45À partir de 1933, Hitler fit siennes ces conceptions de politique étrangère, il y introduisit cependant un élément idéologique nouveau, la composante raciale. Continuité et discontinuité ne sont ici pas très éloignées l’une de l’autre. Quel que fût leur caractère monstrueux15, les conceptions d’Hitler en politique étrangère avaient cependant leur logique interne : résoudre le problème de la semi-hégémonie allemande et remédier aux déficits structurels mentionnés plus haut16. En cela il se situe dans la tradition de la politique étrangère allemande – dans sa variante la plus radicale. Il dépassa en radicalisme l’expansionnisme de Ludendorff. Dans un premier temps, il chercha à consolider la place du Reich en Europe centrale par une révision unilatérale du Traité de Versailles et par un réarmement qu’il ne chercha pas à garantir par des conventions internationales. Ce devait être là le fondement d’une politique de conquête d’un large espace en Europe de l’Est afin de compenser le handicap géostratégique et les déficits économiques. Il s’agissait de gagner à la fois des territoires, des matières premières et des débouchés en Europe de l’Est et du Sud-Est, lesquels devaient à leur tour constituer une base de départ (à l’abri de toute forme de blocus et de toute intervention militaire) d’une possible affirmation de l’Allemagne en tant que puissance mondiale.

46Il greffa sur les moteurs traditionnels de l’expansion vers l’Est une idéologie qui lui était propre. De cette combinaison naquit la guerre de soumission et d’extermination dans laquelle se trouvaient réunis la conquête d’un espace et le combat racial. L’ensemble devait constituer l’expression paroxystique de l’aspiration allemande à un rôle de grande puissance et, simultanément, une tentative poussée à l’extrême de résoudre les problèmes qui se posaient au Reich.

47On vit ainsi, de Caprivi à Hitler, s’affirmer dans une forme de plus en plus radicale l’idée d’une indépendance totale du Reich en tant que grande puissance. Avec le Troisième Reich, cette tradition de la politique étrangère allemande qui ambitionnait de faire du Reich une grande puissance autonome prit fin dans la défaite et dans la destruction de l’Etat-nation germano-prussien.

  • 17 Voir en particulier Hans-Peter Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik. Deutschland im Widerstreit de (...)

48Pourtant, l’effondrement de l’Etat-nation allemand ne mit pas fin à l’idée d’un Etat allemand indépendant, libre de tous liens à l’extérieur. Certes, dans la réalité, cette idée avait échoué, mais elle ne disparut jamais des schémas de politique étrangère allemande17. Elle survécut à 1945 dans certaines conceptions, et on la trouve encore aux confins de la palette politique allemande.

  • 18 Cf. e.a. Rainer Zitelmann, Karlheinz Weissmann et Michael Grossmann (éd.), Westbindung, (Ulstein, P (...)

49On l’adapta au contexte mondial : après 1945, on la trouvait généralement sous la forme d’un neutralisme national, par exemple dans ces schémas qui faisaient de la République fédérale ou d’une Allemagne réunifiée une forme de « Troisième force » entre les Blocs, à laquelle pouvait incomber une fonction de pont entre les deux superpuissances antagonistes. Cette thèse présentait l’Allemagne comme exerçant une fonction de catalyseur entre « l’Occident capitaliste et démocratique » et « l’Est communiste et totalitaire ». On trouve dans ce registre la conception d’une Allemagne neutre et démilitarisée telle que l’a défendue le parti panallemand Gesamtdeutsche Partei de celui qui allait devenir président de la République, Heinemann, ou encore d’une Allemagne armée mais neutre telle que la dessinaient les milieux nationaux-conservateurs. Dans les années 80, les thèses de la neutralité trouvèrent des défenseurs au sein du mouvement pacifiste, chez les Grünen et chez certains sociaux-démocrates. On alla jusqu’à exiger le retrait de la République fédérale de l’O.T.A.N. et à appeler à la constitution d’une Allemagne unie en marge des deux Blocs. On voit encore resurgir périodiquement de telles idées18.

50Il semble même que les milieux diplomatiques, intellectuels et politiques de Bonn n’ont pas été à l’abri de cette tentation d’une « Troisième force ». Dans ses mémoires, un ancien ambassadeur et secrétaire d’Etat du gouvernement Brandt-Scheel écrivait que c’était

  • 19 Paul Frank, Entschlüsselte Botschaft. Ein Diplomat macht Inventur, (DVA) Stuttgart 1981, (livre de (...)

« une mission profonde de la nation allemande que de constituer entre l’Est et l’Ouest une charnière mobile qui établisse un équilibre entre les divergences et les antagonismes en Europe »19.

  • 20 La « déclaration commune du S.P.D. et du S.E.D. sur un corridor dénucléarisé au centre de l’Europe  (...)
  • 21 Günter Kiessling, Neutralität ist kein Verrat. Entwurf einer europäischen Friedensordnung, Erlangen (...)

51Le slogan de la « communauté de responsabilité des deux Etats allemands » pour la paix en Europe et dans le monde que développèrent des milieux intellectuels proches du S.P.D. avant la réunification allait dans la même direction. Dans son principe, même la formule du social-démocrate Egon Bahr du « changement par le rapprochement » (« Wandel durch Annäherung ») participait de cette conception d’une Allemagne pont entre les parties du monde, car cette formule devait recouvrir plus qu’une approche politique pragmatique de problèmes aigus, elle entendait être une proposition allemande indépendante pour apporter une solution aux antagonismes Est-Ouest20. Il y a quelques années encore le général d’armée Kiessling, ancien commandant en chef adjoint de l’O.T.A.N., exprimait des conceptions identiques dans Neutralität ist kein Verrat21.

52Toutes ces conceptions ne sont in fine que des variantes d’une politique étrangère d’indépendance. Toutefois, ce sont des formes non agressives. Elles ne reposent pas moins sur cette prémisse dont Bismarck avait déjà reconnu le caractère erroné à la fin de sa vie publique : l’idée que sa puissance suffirait à permettre à l’Allemagne de conduire de manière autonome une telle politique d’indépendance absolue, voire qu’elle l’autoriserait à jouer un rôle de point d’équilibre entre de grandes puissances ou des blocs. Bismarck avait fini par comprendre que tel ne saurait être le cas, et l’Histoire lui a donné raison. Les défenseurs de ces thèses oublient que, dans la perspective historique, ils ne sont que les représentants d’une conception excentrique d’une grande puissance allemande.

Troisième partie

  • 22 Bismarck demanda à son ambassadeur à Londres, le comte Hatzfeld, de soumettre au premier ministre L (...)
  • 23 Nous faisons nôtres ici les conclusions très convaincantes d’Andreas Hillgruber dans Bismarcks Auss (...)
  • 24 J. Lepsius (éd.), Die grosse Politik der europäischen Kabinette 1871-1914. Sammlung der diplomatisc (...)

53Nous avons évoqué plus haut le changement de cap réaliste de Bismarck qui, après avoir mûri et préparé sa démarche, se détourna de sa ligne de refus des alliances et proposa publiquement, au vu et au su du monde, à la Grande-Bretagne, fin 1888/début 1889, une alliance germano-britannique22. Bismarck, qui avait compris que la réalisation de l’option indépendante était impossible et que ses efforts en vue de consolider la position semi-hégémonique du Reich ne conduisaient à rien, avait acquis la conviction qu’en cas de conflit entre les Grands du Continent le Reich ne serait pas en mesure de conserver sa position de pouvoir en Europe sans l’appui d’une grande puissance maritime. Les handicaps allemands pouvaient par contre être compensés par l’effet de diversion que pouvait entraîner l’intervention de la flotte britannique, tant dans l’approvisionnement en matières premières que dans les exportations, voire par une compensation de l’insuffisante protection naturelle des frontières occidentale et orientale. Andreas Hillgruber a montré que cette offre était en fait une tentative désespérée en vue de mettre le Reich à l’abri d’une crise qui, à terme, pouvait s’avérer très sérieuse23. On le sait, les efforts de Bismarck n’aboutirent pas. Le premier ministre Lord Salisbury refusa en termes diplomatiques, car les intérêts britanniques ne requéraient pas une telle alliance à cette époque : « Meanwhile we leave it on the table, without saying Yes or No : that is unfortunately all I can do at present »24.

54De l’échec de la tentative de Bismarck naquit cependant une nouvelle conception de politique étrangère allemande – qui devait toutefois connaître un sommeil de quelque six décennies. Konrad Adenauer reprit, lorsque le Reich bismarckien fut réduit en cendres, l’Allemagne occupée et la République fédérale créée, l’option d’une intégration forte dans une alliance. Bismarck avait fait ce choix en une période de précarité, mais dans laquelle le Reich occupait encore une place de grande puissance autonome. En 1949, l’Allemagne vaincue et occupée n’avait plus rien à perdre et tout à gagner. Le choix en fut facilité : lui seul permettait de reconquérir une souveraineté, fût-elle limitée.

  • 25 Outre les mémoires d’adenauer, on pourra surtout consulter sur sa politique étrangère Hans-Peter Sc (...)

55La décision d’Adenauer en faveur d’une politique étrangère fondée sur le rattachement de l’Allemagne à une alliance ne participait pas uniquement ni même prioritairement de telles considérations. Son expérience et sa réflexion l’avaient convaincu d’une part que la recherche d’une politique autonome entre l’Est et l’Ouest avait conduit l’Allemagne au malheur, d’autre part que ses déficits structurels mettaient en danger, voire condamnaient, toute tentative allemande fondée sur l’expansion. Par une démarche qui correspondait au modèle conçu par Bismarck en 1889–1890, et afin de préserver les Allemands de nouvelles erreurs après deux catastrophes, il intégra fermement la partie occidentale de l’ancien Reich dans l’Alliance atlantique et dans la Communauté européenne25.

56La politique d’Adenauer constitua ainsi une rupture fondamentale avec la politique de puissance traditionnelle, avec ce jeu de balance entre l’Est et l’Ouest qu’il qualifiait lui-même de « Schaukelpolitik ». Il choisit une option claire en faveur d’un lien solide et triple avec l’Ouest : relations économiques (C.E.C.A, Euratom, C.E.D. puis C.E.E.), intégration militaire (projet de C.E.D., O.T.A.N., U.E.O., sacrifice du caractère proprement national de la force militaire), et appartenance politique.

57Certes, l’intégration imposait des renoncements en matière de souveraineté. Ils apportèrent cependant, ce qui les rendait supportables, de meilleures perspectives économiques, davantage de sécurité et une latitude politique accrue, ce en quoi ils contrebalancèrent les handicaps structurels de l’Allemagne de cette époque. Le chancelier voulait compenser les déficits structurels et faire face aux problèmes contextuels. L’ancrage de l’Allemagne de l’Ouest dans l’Europe n’apportait pas seulement une souveraineté accrue (en dépit des limitations), elle promettait à terme une souveraineté effective dans le cadre de l’alliance. Ce calcul s’est avéré exact. Deux handicaps structurels trouvèrent une solution, l’insuffisance de perspective stratégique par l’admission à l’O.T.A.N., le problème économique par la garantie anglo-saxonne d’accès aux matières premières, l’accès aux marchés mondiaux et la naissance d’un marché commun européen.

  • 26 « Deutsche Interessen », in Karl Kaiser & Hanns W. Maul, Deutschlands neue Außenpolitik, vol. 1, (O (...)

58La nouveauté introduite par Adenauer – et en cela sa politique étrangère était en adéquation avec la situation mondiale – était que son approche n’était pas fondée sur la situation de l’Allemagne au centre de l’Europe, mais sur une démarche atlantique et « européenne ». Michael Stürmer considère que l’on trouve encore cette double perspective après 198926.

59Le règlement du problème allemand et celui d’un problème européen allaient de pair. Par son intégration européenne et atlantique, le potentiel militaire croissant de la République fédérale était intégré et donc contrôlable. La coopération et la réconciliation avec Paris remédiaient à la malformation congénitale du Reich bismarckien, né contre la France. Cela mettait un terme à la tradition gallophobe de la politique étrangère allemande que l’on trouvait encore dans le révisionnisme weimarien, même chez Stresemann.

60En renonçant de fait à la restauration d’un Etat-nation, Adenauer résolut le problème du surcroît de puissance allemande. Ses initiatives en Europe et à l’Est, à partir en 1952 (et les conceptions sur lesquelles elles reposaient), en apportent la preuve, que ce soit la proposition qu’il fit à Mikoyan et à Smirnov d’une solution autrichienne pour la R.D.A. (mars 1958) ou encore le plan Globke (1959 – qui excluait une neutralisation allemande) ou enfin l’affirmation réitérée que la question allemande ne pouvait trouver de solution que dans le cadre d’une réorganisation de l’Europe – qui le conduisit à faire de la détente en Europe un préalable à l’unité allemande. Quel que soit le jugement que l’on porte sur ces propositions, il est clair que toutes excluaient les schémas classiques d’unification de l’Etat-nation au profit d’une solution européenne fondée sur une constellation nouvelle des Etats et des nations. La stratégie ad hoc d’Adenauer consistait en une reconnaissance du statu quo territorial afin de créer une modification du statu quo politique de la République fédérale puis de l’Europe qui rendait inutile l’aspiration à un Etat-nation allemand.

  • 27 Hans-Peter Schwarz, « Der Staatsmann », op. cit.
  • 28 Cf. Georges-Henri Soutou, L’Alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemand (...)

61La solution européenne et atlantique qu’il proposait au problème allemand n’excluait pas pour autant la crainte que les Allemands aspirent à dépasser ce cadre. On sait que cette crainte fut déterminante pour sa proposition de donner à la coopération franco-allemande forme contractuelle dans le Traité de l’Elysée. Comme autrefois Bismarck avait appréhendé une alliance Saint-Pétersbourg – Londres – Paris contre l’Allemagne, Adenauer craignait que les superpuissances puissent s’accorder, à la faveur d’une politique de détente, pour reconsidérer les accords de Yalta et de Potsdam27. On peut estimer qu’une telle inquiétude était abusive, mais après tout, des prémisses différentes avaient conduit de Gaulle à des conclusions identiques et à des arrière-pensées analogues28. Quoi qu’il en soit, Adenauer ne prenait pas seulement en compte la faiblesse constitutive de la position allemande  ; il reconnaissait également le dilemme des puissances moyennes face à l’évolution des relations entre les deux Grands.

62On peut résumer globalement le point de vue d’Adenauer en trois points qui font apparaître une proximité des éléments de continuité (conceptions bismarckiennes) et de discontinuité (rejet du concept classique d’Etat-nation allemand) :

  1. Renoncement à l’indépendance de l’Etat allemand (même partiel) au profit de l’intégration  ;

  2. Solution du problème allemand en tant que question de dimension européenne par l’intégration de la République fédérale (et, le cas échéant, d’une Allemagne réunifiée) à la Communauté européenne et à l’O.T.A.N., les objectifs de cette démarche étant de rendre contrôlable le potentiel allemand et de dépasser les déficits stratégiques et économiques ;

  3. Renoncement de fait à la réunion de tous les Allemands en un Etat dont le modèle serait l’Etat-nation germano-prussien et préservation d’une chance de solution spécifique de recouvrement de l’unité dans le cadre d’un ordre européen renouvelé en profondeur.

  • 29 Cf. NBP. 10.

63L’intégration voulue par Adenauer constituait certes une décision de dimension historique, mais elle ne résolvait pas tous les problèmes. Division allemande et intégration de la R.F.A. soulageaient les Etats européens de la crainte d’un colosse allemand imprévisible et incontrôlable au cœur de l’Europe, mais elles n’avaient pour effet que de relativiser le passif de la semi-hégémonie tel qu’il se présentait dans les années 1949-1989. La « question allemande » ne cessait pas d’être un problème européen, elle changeait seulement de visage, car, en raison du caractère asymétrique de la division intervenue en 1949, l’Etat Ouest-allemand ne tarda pas à prendre une dimension qui souleva de nouveaux problèmes dans l’Alliance. À la fin des années 80, un observateur français posait encore la question : « combien de temps la bombe [atomique française...] sera-t-elle encore en mesure de contrebalancer le poids du mark? »29. En d’autres termes, la puissance allemande engendrait une dissymétrie de l’Alliance (du moins dans sa partie européenne).

  • 30 En 1989, le PSB de la R.F.A. atteignait 1400 milliards de $, celui de la France 942, celui de la Gr (...)
  • 31 Cf. NBP 10.

64Certes, la puissance économique de la République fédérale30, son potentiel militaire et sa situation géostratégique apparaissaient comme une contribution précieuse au renforcement de la position de l’Ouest, mais il était manifeste que les partenaires de la R.F.A. ressentaient de plus en plus ouvertement comme un problème son poids dans l’Alliance. Certains spécialistes français considéraient la République fédérale comme une menace potentielle pour la stabilité en Europe en s’appuyant sur la dichotomie entre sa prééminence militaro-écomique et la faiblesse politique qui résultait de sa division31 – approche qui n’est, au total, qu’une formulation actualisée de la dialectique inhérente à la pérennité de la semi-hégémonie que Karl Kaiser, le Directeur du département « recherche » de la Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik, résumait avec pertinence comme étant le « dilemme d’une puissance qui s’accroît et d’une dépendance qui demeure ». L’accroissement de leur puissance offrait aux Allemands des possibilités accrues d’influence, il suscitait chez leurs alliés la crainte d’initiatives indépendantes ; la pérennité de leur dépendance rappelait aux Allemands les limites de leur espace de liberté d’action, les rendait nerveux et parfois impatients. Comme au temps de Bismarck, et bien que sous une forme, dans des conditions et dans un contexte foncièrement différents, les tensions entre puissance relative et faiblesses structurelles constituaient la quadrature du cercle pour la politique étrangère allemande. La « question allemande » demeurait structurellement identique en Europe.

  • 32 Voir Christian Hacke, Weltmacht wider Willen. Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland, (UTB (...)

65Ce problème devait également sous-tendre les réserves qu’appelèrent périodiquement chez les Alliés de Bonn certaines initiatives du gouvernement Brandt-Scheel. L’intégration occidentale de l’Etat Ouest-allemand ne faisait pas de doute, mais d’aucuns craignaient un jeu personnel allemand, ce qui était compréhensible au vu de certaines tendances au sein du S.P.D. et de maladresses dans l’action ou les déclarations du gouvernement fédéral, mais dénué de tout fondement, car la coalition social-libérale s’inscrivait pleinement dans le cadre de la politique occidentale de Détente – en renonçant toutefois à la corrélation qu’établissait Adenauer entre détente et réunification. Les inquiétudes alliées face à une possible réorientation neutraliste ou orientale de Bonn ne participaient pas uniquement d’un réflexe historique, de Rapallo au Pacte germano-soviétique ; elles étaient l’expression de divergences d’intérêts réelles ou supposées au sein de l’Alliance. Les tensions s’atténuèrent lorsque le gouvernement Schmidt poursuivit dans la voie d’Helsinki, qu’il imposa un renforcement de l’armement et qu’il créa, en coopération avec la France, l’ordre monétaire européen. Il s’en est tenu sans défaillir à l’option occidentale fondamentale32.

  • 33 Ibid., p. 397.
  • 34 Que l’on songe en particulier au discours que prononça François Mitterrand devant le Bundestag le 2 (...)

66Helmut Kohl, qui a pris ses fonctions de chancelier le premier octobre 1982, a poursuivi dans cette voie – qu’il a toutefois adaptée à un contexte international en mutation, marqué par des tensions croissantes entre les Deux Grands, dont les effets n’épargnèrent pas l’alliance occidentale, dans la mesure où certaines aspirations Ouest-européennes à la détente se trouvaient en contradiction avec la politique de l’Administration Reagan. Les difficultés qui s’ensuivirent incitèrent Bonn à entretenir, fût-ce au prix de mille difficultés, ses relations privilégiées avec Paris et à coopérer avec Washington. La République fédérale a toujours refusé de choisir entre la France et les Etats-Unis. Pour Kohl, nonobstant les critiques croissantes à l’égard de Washington, ceux-ci restaient son partenaire le plus important, celle-là son partenaire le plus proche33 ; il eut à cœur de préserver un équilibre entre eux. En matière de sécurité, il opta clairement pour la ligne dure (Nachrüstung) – avec l’appui de François Mitterrand34. Face aux difficultés que soulevaient les secteurs agricole, industriel et commercial, les années 80 virent Paris et Bonn renforcer, de manière pragmatique, leurs relations dans les domaines de la sécurité et de la recherche (Eureka, ESA).

  • 35 Kohl avait déjà eu des entretiens avec Honecker les 13 février 1984 à Moscou et, lors des obsèques (...)
  • 36 Que l’on songe à la maladresse avec laquelle Kohl établit une équation « Gorbatchev-Goebbels ».

67Fidélité aux principes dont il avait hérité et souplesse permirent au gouvernement fédéral d’avoir les coudées plus franches dans sa politique interallemande (assouplissements humains, visite de Honecker du 7 au 11 septembre 198735), sans qu’il pût pour autant faire valoir des conceptions réellement nouvelles. Bien qu’elle fît l’objet d’une harmonisation avec Washington, sa politique de détente gagna en indépendance, notamment à la faveur d’un engagement effectif dans le processus d’Helsinki. Après une courte période de tensions36, Bonn réagit de plus en plus positivement à la politique de M. Gorbatchev, tout en restant pragmatique.

  • 37 Cf. e.a. la déclaration solennelle sur l’Union européenne de juin 1986.

68Les questions européennes étaient difficiles. Certes, la République fédérale put soutenir l’élargissement au Portugal et à l’Espagne (premier janvier 1986), mais le développement du Marché commun et la démocratisation de la Communauté ne progressaient que difficilement, en raison d’intérêts divergents et d’un climat économique international tendu. Dans ces conditions, Bonn soutint la recherche de solutions pragmatiques aux problèmes immédiats tout en évitant que les objectifs plus lointains ne soient oubliés37.

  • 38 « Verlässlichkeit und Berechenbarkeit », Christian Hacke, op. cit., p. 397.

69Dans l’ensemble on observe qu’en dépit des difficultés le gouvernement fédéral réussit, jusqu’en 1989, à préserver ses liens atlantiques, à soutenir le processus de coopération et de rapprochement en Europe occidentale et à sauvegarder ses relations avec la France – c’est-à-dire que sa fidélité à la politique d’intégration occidentale ne fut à aucun moment remise en cause par ses initiatives prudentes en direction de l’Est38.

  • 39 Concernant la « question allemande » et la politique étrangère de Bonn après l’unification, on pour (...)

70Ceci était d’autant plus significatif qu’à partir de 1990 le problème allemand devait prendre une nouvelle dimension39. L’effondrement du système soviétique, l’attrait de l’Occident sur les peuples de l’Est qui se libéraient de la pax sovietica et en particulier l’unité allemande firent que, de problème Ouest-européen, la « question allemande » devint un syndrome paneuropéen. Les handicaps constitutifs allemands n’ont pas disparu avec la réunification, ils ont repris de l’ampleur dans un contexte nouveau. L’effondrement du Bloc soviétique et la recomposition de l’Allemagne imposent la recherche de nouvelles solutions aux problèmes économiques et géostratégiques allemands. Comme au temps de Bismarck et après la Première Guerre mondiale, il a fallu et il faut réorganiser l’Europe et y intégrer l’Allemagne. Cette organisation nouvelle devait répondre à deux impératifs : il fallait d’une part qu’elle se substitue effectivement à la fonction stabilisatrice qu’avaient exercée les deux Blocs pendant la Guerre froide, d’autre part il était nécessaire d’intégrer l’Allemagne d’une manière qui apportait une solution au problème de sa semi-hégémonie. L’Allemagne qui retrouvait une unité devait ainsi être intégrée tant dans une configuration européenne que dans un ensemble atlantique et occidental. L’Union européenne et l’O.T.A.N. offraient une solution, l’OSCE, issue du processus engagé à Helsinki et le Conseil de coopération de l’O.T.A.N. sont devenus des éléments dans le cadre desquels se construit un ordre nouveau – auquel il appartient cependant encore de faire ses preuves.

  • 40 Cf. Kissler & Elbe, Der diplomatische Weg, op. cit. (NBP 1), Philip Zelikow & Condoleezza Rice, Ste (...)

71Le problème allemand a occupé une place centrale dans ce développement aux strates multiples40.

  • 41 Jacques Delors, président des Communautés européennes, a été le premier homme d’Etat européen à com (...)
  • 42 Cf. Jacques Attali, Verbatim III, (Fayard) Paris 1995 (en date du 25 mai 1990, etc).

72Les efforts initiaux des deux Grands et des alliés occidentaux, tout comme la tendance des milieux de décision de Bonn et Berlin-Est, à ralentir le processus d’unification, avaient pour objet de gagner du temps afin de pouvoir mettre en place les fondements de cette réorganisation et de rendre l’Allemagne adaptable à l’Europe. Mais le mouvement porté par un nombre croissant d’Allemands de l’Est qui demandèrent d’abord la liberté puis bientôt la réunification ne le permit pas, comme le montra le passage de « Wir sind das Volk » à « Wir sind ein Volk »41. Ni individuellement ni collectivement, les Quatre n’auraient pu s’y opposer42. C’est pourquoi tous les efforts en vue de préserver la bipolarité de l’Allemagne dans une Europe en restructuration, que ce fût en stabilisant la R.D.A. ou en créant une fédération allemande au sein de la confédération européenne, ou bien encore, sur proposition soviétique, en instaurant une neutralité de l’Allemagne unifiée, échouèrent tour à tour. Force fut de résoudre les deux problèmes (allemand et européen) simultanément et non l’un après l’autre.

  • 43 Voir les approches diverses de Christian Hacke, op. cit. pp. 440 sq., Kiessler & Elbe, p.49-55, ain (...)

73Que le gouvernement fédéral se montrât disposé à coopérer s’avéra décisif. En dépit de quelques initiatives audacieuses – tel le « plan en dix points » que le chancelier Kohl proposa sans consultation préalable des alliés43 – Bonn se montra globalement cohérente dans sa politique étrangère. Face à la décision des Allemands de l’Est et eu égard aux obligations que lui faisait la Loi fondamentale de « préserver l’unité de la nation et de l’Etat et, en qualité de membre égal en droits d’une Europe unifiée, [de] servir la cause de la paix dans le monde », le gouvernement fédéral renonça bientôt à toute forme de maintien de la bipolarité allemande en une structure fédérale ou confédérale. Ce faisant, il s’est inscrit dans la continuité de la politique étrangère définie par Adenauer, imposant tout à la fois l’intégration de l’Allemagne unie dans l’Europe et sa participation au Pacte atlantique.

  • 44 Cf. Heinrich Bortfeld, Washington, Bonn und die deutsche Einheit, (Bouvier) Bonn 1993 et Zelikow & (...)
  • 45 Cf. Nikolai Pawlow, Die deutsche Vereinigung aus russischer Perspektive, Francfort/M. etc., 1996.
  • 46 Cf. Bundesministerium Des Inneren (unter Mitwirkung des Bundesarchivs), Deutsche Einheit. Sonderedi (...)

74De même Bonn a-t-elle refusé catégoriquement toute forme de neutralité politique ou militaire. Le respect incontournable des intérêts de Moscou et de Varsovie, l’acceptation d’un statut particulier pour le stationnement des troupes dans les nouveaux Bundesländer, l’approbation d’une réduction substantielle des forces militaires en Europe ou le règlement de la question de la frontière germano-polonaise n’allaient pas seulement de soi au regard des intérêts vitaux de l’Allemagne, mais reflétaient la disposition réelle à coopérer d’un gouvernement fédéral qui sut résister à la tentation d’affirmer dans le domaine international un statut de puissance. Il s’est toujours conformé aux impératifs de ses alliances lors des négociations-marathon qui ont conduit à la réunification. En insistant sur l’impératif d’une participation des instances européennes au processus unitaire, le Chancelier a montré son souci de l’Europe. Mais surtout, il a affiché sans ambiguïté son souci de ne réaliser l’unité qu’en accord avec tous ses voisins et en coopération avec l’Union soviétique. Il fut servi par deux facteurs : l’intérêt vital pour les Etats-Unis de rester puissance européenne44 et le caractère incontournable pour M. Gorbatchev d’une aide allemande pour faire face à ses problèmes économiques45. Sans l’accord de l’un et de l’autre, l’unité n’aurait pas pu voir le jour. Que leurs intérêts fussent identiques à ceux de l’Allemagne s’avéra décisif. Cela permit une politique allemande de réunification qui s’inscrivait tout à la fois dans le cadre de la coopération avec Moscou et dans celui de la loyauté envers les Etats-Unis, l’Europe et l’O.T.A.N.46

  • 47 Rappelons ici la formule de Raymond Poidevin « La réunification fera éclater l’Europe », L’Allemagn (...)
  • 48 Rouget, op. cit., pp. 132-134.
  • 49 Cf. Joachim Bitterlich, op. cit., pp. 112 sq. On pourra également se reporter à l’article de Daniel (...)
  • 50 Ibid.
  • 51 Bitterlich, op. cit., p. 115.
  • 52 Cit. ibid. p. 116.
  • 53 Kohl et Mitterrand au président en exercice du Conseil européen, l’Irlandais Haughty ; ces initiati (...)
  • 54 À propos de la politique de F. Mitterrand, cf. François Mitterrand, De l’Allemagne, de la France, ( (...)
  • 55 Dans Weltmacht wider Willen, op. cit., Hacke souligne à juste titre le rôle de Delors dont il estim (...)

75Du point de vue historique, on constate que Bonn s’est montrée fidèle à la seconde approche de la politique allemande, celle de l’intégration à une alliance et de l’entente de l’Etat allemand avec l’Europe. La République fédérale a reconnu le grand danger qu’une action unilatérale et un refus de coopérer pouvaient faire peser sur la stabilité en Europe. Elle avait compris ce que représentait inévitablement pour l’équilibre européen et partant pour les Etats voisins, la présence au centre du Continent d’un colosse allemand47. La République fédérale était consciente de la dimension européenne et, pour Washington et Moscou, internationale, du problème allemand. C’est pourquoi le chancelier Kohl a soulevé très tôt, dès le 27 novembre 1989 (c’est-à-dire la veille de sa déclaration sur les « dix points ») la question de la « finalité européenne » et la nécessité d’une conférence intergouvernementale sur les « réformes institutionnelles » et leur ancrage démocratique, et il a insisté dans une lettre à François Mitterrand (du 5 décembre 198948) sur l’importance d’un « élargissement des droits du Parlement européen » au regard de l’union politique. Par ce geste, il a fait progresser le projet d’union monétaire (qui était en discussion depuis 1988 – Conseil européen de Hanovre et groupe de travail Delors) vers l’union politique49. Par ailleurs Kohl insistait sur l’importance, devant l’évolution des pays d’Europe centrale, orientale et méridionale, d’une « politique volontaire de poursuite de l’intégration européenne »50. Ces lettres, devait affirmer un de ses conseillers en politique étrangère, furent « l’anacrouse de cette évolution qui [...] devait conduire au Traité de Maastricht »51. En tout cas, au moment où se dessinaient des transformations importantes sur la scène allemande et européenne, Kohl a renforcé l’intégration occidentale de l’Allemagne. À la demande de la délégation allemande au Conseil européen de Strasbourg, les 8 et 9 décembre 1989, la formule dénuée d’ambiguïté de la nécessité d’inscrire l’unité allemande « dans la perspective de l’intégration européenne »52 a été intégrée dans la « Déclaration sur l’Europe centrale et orientale ». Il était difficile de fixer plus clairement l’ancrage irrévocable de l’Allemagne. Ceci fut à l’origine de l’initiative franco-allemande du 18 avril 1990 en vue d’une élaboration commune des fondements d’une Union politique, économique et monétaire53. En cela, les Traités de Maastricht et d’Amsterdam apparaissent comme la conséquence des options politiques du chancelier Kohl en direction de l’Europe et de sa coopération avec François Mitterrand54 ainsi que, on l’oublie trop souvent, avec le Président de la Commission européenne Jacques Delors55, au moment de l’unification de l’Allemagne.

  • 56 Christoph-Matthias Brand, Grundlagen. Entscheidungsgeschichte und Bedeutung des Zwei-Plus-Vier-Vert (...)

76Bonn prit soin d’éviter de donner ne serait-ce que l’impression de vouloir jouer de son poids, voire de caresser le projet de s’entendre avec Moscou, contre l’alliance occidentale. Par son intégration à la politique d’union économique et monétaire et par son souci affiché de renforcer les liens politiques en Europe centrale et occidentale, la République fédérale tente de surmonter les handicaps constitutifs allemands traditionnels tout en restant en phase avec l’Europe. La diplomatie allemande a pris soin d’inscrire dans le préambule de l’accord « 2+4 » une déclaration par laquelle, sous la forme d’un véritable programme pour l’avenir, elle ancre dans le texte le lien étroit de l’Allemagne unifiée avec l’Europe56.

77En s’inscrivant délibérément dans la ligne de la tradition diplomatique allemande de la fin de l’ère Bismarck et de celle d’Adenauer, celle de la coopération, et en renonçant à l’option d’une politique autonome de puissance, Bonn a créé les conditions d’une politique allemande au sein de l’Europe, ce en quoi elle a contribué à la stabilité du Vieux Continent dans une période de mutations profondes.

Notes

1 Cit. in Richard Kiessler et Frank Elbe, Der diplomatische Weg zur deutschen Einheit, (Suhrkamp Taschenbuch 2629), Baden-Baden (Nomos) 1993, p. 218 ; N.B. : Frank Elbe était directeur de Cabinet au ministère des Affaires étrangères sous Genscher.

2 Cit. ibid. p. 216.

3 Margaret Thatcher, Downing Street No 10. Die Erinnerungen. (Econ) Dusseldorf, Vienne, New York, Moscou, 1993, p. 1125.

4 Remarque concernant les dates  : à vrai dire, il faudrait remonter à l’époque de la création du Reich bismarckien et prendre en considération la période qui va de 1862 (accord de libre-échange franco-prussien et arrivée de Bismarck aux fonctions de Ministerpräsident de Prusse) à 1871 (proclamation de l’Empire allemand) – c’est-à-dire qu’il conviendrait de prendre en compte cette même période pendant laquelle Cavour créa l’État-nation italien (1859-1871)..

5 Cit. d’après Lothar Gall, Bismarck. Der weiße Revolutionär. 1980, p. 504. Cette déclaration fut faite dans le cadre d’un affrontement Disraëli-Gladstone à propos de politique intérieure  ; elle reflète l’opinion des contemporains sur les modifications que venait de subir la situation politique internationale.

6 Cf. Wilfried Loth (éd.), Die deutsche Frage in der Nachkriegszeit, Berlin (Akademie Verlag), 1994.

7 Voir sur ce sujet Jacques Bariéty, Les relations franco-allemandes après la Première Guerre mondiale, Paris 1977.

8 Dominique Moisi, in Die Zeit No 41 du 7 octobre 1983.

9 Joachim Bitterlich, « Frankreichs (und Europas) Weg nach Maastricht im Jahr der deutschen Einheit », in Werner Rouget, Schwierige Nachbarschaft am Rhein. Frankreich-Deutschland. Bonn [Bouvier] 1998, p. 117. En cela, Bitterlich jetait un regard réaliste sur ce qu’était la réalité.

10 On peut se référer sur ce point à la synthèse brève mais dense d’Andreas Hillgruber Bismarcks Außenpolitik, Fribourg/Br. 1972 ainsi qu’à l’ouvrage du même auteur, Deutsche Außenpolitik 1871-1918, vol. 2 de l’Enzyklopädie Deutscher Geschichte, Munich 1989.

11 Cette crise a fait l’objet de controverses. On pourra consulter sur ce sujet le chapitre III d’Andreas Hillgruber, Bismarcks Außenpolitik, ou encore le Bismarck. Das Reich in der Mitte Europas d’Ernst Engelberg (Siedler) 1990, pp. 193 à 209. Apport important dans Ulrich Lappenküper, Die Mission Radowitz, Göttingen (Vandenhoeck & Ruprecht), 1991.

12 En français dans le texte.

13 Par le biais de l’accord anglo-italien de février 1887 sur les questions méditerraéennes ; l’Allemagne n’en faisait pas partie.

14 Les conversations que Schleicher avait entreprises avec Paris ne reposaient probablement, comme la stratégie de Stresemann à Locarno, que sur le désir de protéger et de garantir temporairement cette politique dans sa dimension diplomatique.

15 Cf. de Gaulle, « L’entreprise d’Hitler était surhumaine et inhumaine [...] », Memoiren 1942-1946, (Signum Taschenbücher sm 7153), Gütersloh, p. 366.

16 Voir sur ce point son analyse critique de la politique étrangère wilhelminienne et les conclusions qu’il en tire dans Mein Kampf, livre 2, chap. 13 et 14, ou encore livre 1 chap. 10. Plus généralement, on peut se reporter à Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung. Entwurf einer Herrschaft, Tübingen 1969, chap. 2, ou encore Sebastian Haffner, Anmerkungen zu Hitler, Munich 1978.

17 Voir en particulier Hans-Peter Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik. Deutschland im Widerstreit der aussenpolitischen Konzeptionen in den Jahren der Besatzungsherrschaft 1945-1949, (DVA), Stuttgart, 2e éd., 1980 ; voir également Rainer Dohse, Der Dritte Weg. Neutralitätsbestrebungen in Westdeutschland zwischen 1945 und 1955 (Holsten Verlag), Hambourg, ou encore Rainer Zitelmann, Adenauers Gegner. Streiter für die Einheit, (Straube), Erlangen, Bonn, Vienne 1991.

18 Cf. e.a. Rainer Zitelmann, Karlheinz Weissmann et Michael Grossmann (éd.), Westbindung, (Ulstein, Propyläen) Berlin 1993, Wolfgang Schollwer, Liberale Opposition gegen Adenauer. Aufzeichnungen 1957-1961, (Oldenbourg) Munich 1990 (point de vue critique).

19 Paul Frank, Entschlüsselte Botschaft. Ein Diplomat macht Inventur, (DVA) Stuttgart 1981, (livre de poche dtv 10382, Munich 1985, p. 85).

20 La « déclaration commune du S.P.D. et du S.E.D. sur un corridor dénucléarisé au centre de l’Europe » du 2 octobre 1986 et le « papier » commun, largement inspiré par des membres influents du parti social-démocrate (dont Eppler, membre du Parteivorstand) « Der Streit der Ideologie und die gemeinsame Sicherheit » (2 août 1987) allaient finalement dans la même direction. Cf. Timothy Garton Ash, Im Namen Europas. Deutschland und der geteilte Kontinent, (Hanser) Munich-Vienne, chap. 6 (traduction française Au nom de l’Europe. L’Allemagne dans un continent divisé, Paris 1995).

21 Günter Kiessling, Neutralität ist kein Verrat. Entwurf einer europäischen Friedensordnung, Erlangen 1989 ; cf. également du même auteur Versäumter Widerspruch, (Hanse & Köhler) Mayence 1993, ou encore son article dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung No 167 du 22 juillet 1989 dans lequel on peut lire : « C’est l’objectif déclaré de la République fédérale et de l’O.T.A.N. de surmonter la division de l’Allemagne. La République fédérale aura besoin de l’O.T.A.N. jusqu’à ce que nous ayons atteint cet objectif [...] et pas plus longtemps! ».

22 Bismarck demanda à son ambassadeur à Londres, le comte Hatzfeld, de soumettre au premier ministre Lord Salisbury une offre d’alliance toute particulière. Berlin et Londres devaient conclure une alliance officielle qui, bien que non soumise à ratification, devait être approuvée par les deux parlements. Dans les conditions du droit constitutionnel et international de cette époque, c’était là une offre tout à fait extraordinaire. Il envoya même son fils Herbert, le ministre des Affaires étrangères, dans la capitale anglaise pour y présenter ce projet et obtenir une réponse britannique.

23 Nous faisons nôtres ici les conclusions très convaincantes d’Andreas Hillgruber dans Bismarcks Aussenpolitik, chap. III, 5, « Die Alternative deutscher Aussenpolitik am Ende der Bismarck-Zeit ». Cependant, Lothar Gall estime dans Bismarck. Der weisse Revolutionär, op. cit., pp. 639 sq., que cette offre n’avait pas pour objet véritable d’aboutir (ce en quoi il sous-estime cependant le sérieux de la situation tel que l’appréhendait Bismarck et le professionnalisme du chancelier). Ernst Engelberg voit davantage dans l’étroit rapprochement avec l’Angleterre un moyen d’empêcher la guerre, une mise en garde adressée à la France, mais il souligne simultanément que, tout en se montrant sceptique sur la réponse de Londres, Bismarck entendait bien poursuivre ses efforts en direction de la capitale britannique (Das Reich der Mitte Europas, pp. 535 sq.). Cf. également Klaus Hildebrand, Das vergangene Reich. Deutsche Aussenpolitik von Bismarck bis Hitler, (DVA) Stuttgart 1995, pp. 136 sq., qui discerne dans cette offre « durchaus die Möglichkeit einer grundsätzlichen Option des Reiches zugunsten der Briten ».

24 J. Lepsius (éd.), Die grosse Politik der europäischen Kabinette 1871-1914. Sammlung der diplomatischen Akten des Auswärtigen Amtes, Berlin 1922, vol. 4, No 945, « Der Staatssekretär des Auswärtigen Amtes Graf Herbert von Bismarck an den Reichskanzler Fürsten von Bismarck, London 22. März 1889 ».

25 Outre les mémoires d’adenauer, on pourra surtout consulter sur sa politique étrangère Hans-Peter Schwarz, Adenauer. Der Aufstieg 1876-1952, Stuttgart 1986, Adenauer. Der Staatsmann 1952-1967, (DVA) Stuttgart 1991 ; Wolfgang Hanrieder, Die stabile Krise. Ziele und Entscheidungen der bundesrepublikanischen Außenpolitik 1949-1969, (Bertelmann) Dusseldorf 1971 ou encore Deutschland, Europa, Amerika. Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland 1949-1989, (Schöningh) Paderborn 1991. Pour d’autres interprétations, on se référera à Rudolf Morsey, Die Deutschlandpolitik Adenauers. Alte Thesen, neue Fakten, (Westdeutscher Verlag) Opladen 1991 et Josef Foschepoth, Adenauer und die deutsche Frage, (Vandenhoek & Rupprecht) Göttingen 1988.

26 « Deutsche Interessen », in Karl Kaiser & Hanns W. Maul, Deutschlands neue Außenpolitik, vol. 1, (Oldenburg) Munich 1994.

27 Hans-Peter Schwarz, « Der Staatsmann », op. cit.

28 Cf. Georges-Henri Soutou, L’Alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands 1954-1996, (Fayard) Paris 1997, qui évoque des arrière-pensées de part et d’autre, à Paris la crainte d’une option neutraliste allemande, à Bonn celle d’une Entente franco-soviétique contre l’Allemagne ; cf. également l’étude essentielle de Maurice Vaïsse, La Grandeur. Politique étrangère du Général de Gaulle 1958-1969, (Fayard) Paris 1998.

29 Cf. NBP. 10.

30 En 1989, le PSB de la R.F.A. atteignait 1400 milliards de $, celui de la France 942, celui de la Grande-Bretagne 832 ; les exportations allemandes atteignaient presque le double de celles de la France.

31 Cf. NBP 10.

32 Voir Christian Hacke, Weltmacht wider Willen. Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland, (UTB 35380), chap. VI, « Die Außenpolitik der Regierung Schmidt/Genscher ».

33 Ibid., p. 397.

34 Que l’on songe en particulier au discours que prononça François Mitterrand devant le Bundestag le 20 janvier 1983.

35 Kohl avait déjà eu des entretiens avec Honecker les 13 février 1984 à Moscou et, lors des obsèques d’Olaf Palme, à Stockholm le 15 mars 1986. Fin 1984, Bonn avait permis à la R.D.A. d’obtenir un crédit bancaire, plus tard des assouplissements devaient intervenir dans le droit de visite, ouvrant la voie au Transitabkommen d’octobre 1988.

36 Que l’on songe à la maladresse avec laquelle Kohl établit une équation « Gorbatchev-Goebbels ».

37 Cf. e.a. la déclaration solennelle sur l’Union européenne de juin 1986.

38 « Verlässlichkeit und Berechenbarkeit », Christian Hacke, op. cit., p. 397.

39 Concernant la « question allemande » et la politique étrangère de Bonn après l’unification, on pourra se reporter à Karl Kaiser & Hanns W. Maul (éd.), Deutschlands neue Aussenpolitik, 4 vol. (Oldenburg) Munich 1994 sq. ; voir également la bibliographie que propose Hans-Peter Schwarz dans Die Zentralmacht Europas. Deutschlands Rückkehr auf die Weltbühne, (Siedler) Berlin 1994, pp. 271-277.

40 Cf. Kissler & Elbe, Der diplomatische Weg, op. cit. (NBP 1), Philip Zelikow & Condoleezza Rice, Sternstunde der Diplomatie. Die deutsche Einheit und das Ende der Spaltung Europas, (Propyläen) Berlin 1997, Karl-Rudolf Korte, Deutschlandpolitik in Helmut Kohls Herrschaft. Regierungsstil und Entscheidungen 1982-1989, (DVA) Stuttgart 1998, Angela Fischer, Entscheidungsprozess zur deutschen Wiedervereinigung. Der außen- und deutschlandpolitische Entscheidungsprozeß der Koalitionsregierung Kohl-Genscher in den Schicksalsjahren 1989-1990, Francfort/M. 1996, Christian Hacke, Weltmacht wider Willen, op. cit. (chap. 9) et Elisabeth Pond, Beyond the Wall. Germany’s Road to Unification, Washington 1993.

41 Jacques Delors, président des Communautés européennes, a été le premier homme d’Etat européen à comprendre le caractère inéluctable de l’unité allemande.

42 Cf. Jacques Attali, Verbatim III, (Fayard) Paris 1995 (en date du 25 mai 1990, etc).

43 Voir les approches diverses de Christian Hacke, op. cit. pp. 440 sq., Kiessler & Elbe, p.49-55, ainsi que de l’un des acteurs de l’événement, Horst Teltschik, 329 Tage. Innenansicht der Einigung, (Siedler) Berlin 1991.

44 Cf. Heinrich Bortfeld, Washington, Bonn und die deutsche Einheit, (Bouvier) Bonn 1993 et Zelikow & Rice (NBP 33).

45 Cf. Nikolai Pawlow, Die deutsche Vereinigung aus russischer Perspektive, Francfort/M. etc., 1996.

46 Cf. Bundesministerium Des Inneren (unter Mitwirkung des Bundesarchivs), Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzleramtes 1989-1990, (Oldenburg) Munich 1996 ; cf. également Helmut Kohl, Ich wollte Deutschlands Einheit, (Propyläen) Berlin 1996, Hans-Dietrich Genscher, Erinnerungen, (Siedler) Berlin 1995, Wolfgang Schäuble, Der Vertrag. Wie ich über die deutsche Einheit verhandelte, (DVA) Stuttgart 1996.

47 Rappelons ici la formule de Raymond Poidevin « La réunification fera éclater l’Europe », L’Allemagne et le monde au XXe siècle, (Masson) Paris 1983.

48 Rouget, op. cit., pp. 132-134.

49 Cf. Joachim Bitterlich, op. cit., pp. 112 sq. On pourra également se reporter à l’article de Daniel Vernet in Le Monde du 22 mai 1998 (« Les méandres de l’axe Paris-Bonn »).

50 Ibid.

51 Bitterlich, op. cit., p. 115.

52 Cit. ibid. p. 116.

53 Kohl et Mitterrand au président en exercice du Conseil européen, l’Irlandais Haughty ; ces initiatives furent acceptées lors de la rencontre au sommet de Dublin du 29 avril 1990 ; le Conseil européen de Rome des 27 et 28 octobre 1990 décida d’une rencontre au niveau gouvernemental consacrée aux questions de l’unité économique et monétaire. À la suite d’un message franco-allemand du 6 décembre 1990 sur les éléments essentiels de l’union politique, la décision fut prise de réunir un an plus tard un Conseil européen à Maastricht.

54 À propos de la politique de F. Mitterrand, cf. François Mitterrand, De l’Allemagne, de la France, (Odile Jacob) Paris 1996, Rouget (cf. NBP 32) et tout particulièrement la contribution de Bitterlich ; Susanne Pfeiffer, « Wirrspiel oder Absicht? Mitterrands komplexe Diplomatie im deutschen Einigungsprozess », in Dokumente, février 1998, pp. 40-45. Dans le livre de Rouget, Bitterlich relève à propos de la rencontre de Latché (4 janvier 1990)  : « Wesentlich für Mitterrand war die klare und glaubhafte Zusage des Bundeskanzlers, an seinem Europakurs unbeirrt festzuhalten, ja gemeinsam die europäische Integration entscheidend voranzubringen » ; à propos de cette rencontre de Latché, cf. également le conseiller de Kohl Horst Teltschik, 329 Tage, op. cit., pp.97 sq. Ne pas oublier la critique de l’attitude de Mitterrand in Margaret Thatcher, Downing Street No 10, pp. 1101-1106.

55 Dans Weltmacht wider Willen, op. cit., Hacke souligne à juste titre le rôle de Delors dont il estime qu’il a été « [...] der unsichtbare aber entscheidende Faktor für die Beschleunigung des 2+4 Prozesses im Sinne bundesdeutscher Interessen ».

56 Christoph-Matthias Brand, Grundlagen. Entscheidungsgeschichte und Bedeutung des Zwei-Plus-Vier-Vertrages, Berlin 1993, Kiessler-Elbe (op. cit.), pp. 218 sq., soulignent l’interprétation de l’auteur de ce préambule, le secrétaire d’Etat Dieter Kastrup, estimant que « Ihm sei es gerade darum gegangen, in der Präambel den ursprünglichen Brief zur deutschen Einheit zu verbinden mit der Aussage, daß Deutschlands Platz nun in Europa sei ». On trouve le texte de l’accord ibid., pp. 252-260.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540