Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

3. Enjeux et conditions de l'unification

La dimension européenne de l’unité allemande

Alfred Grosser

Texte intégral

1Une nativité. Autour du bébé nommé Europe, de belles jeunes femmes. Elles portent les noms d’Espagne, de Hongrie, de Roumanie, de Croatie, de Finlande. Sur leur long vêtement, une grande croix gammée. Appelée France, une autre cherche à les rejoindre, répondant à l’appel « N’attends pas plus longtemps, si tu veux vivre dans la famille ». Mais deux poignes la retiennent par les bras, l’une marquée par l’étoile de David, l’autre par la Croix de Lorraine. C’est ainsi qu’en 1941, l’hebdomadaire collaborateur Je suis partout présentait l’unité européenne à réaliser. Mais en 1943, Combat, le journal du mouvement de résistance de ce nom, publiait un article d’Henri Frenay, l’un de ses chefs, qui appelait à la réalisation d’une Europe fondée sur les idées de la Résistance, c’est-à-dire sur la devise «Liberté, Egalité, Fraternité». Le même Henri Frenay allait créer, avec l’Allemand Eugen Kogon dont l’expérience du camp de Buchenwald avait inspiré le grand livre Der SS Staat (« L’enfer organisé »), et l’Italien Altiero Spinelli, qui avait connu les prisons de Mussolini, le premier mouvement fédéraliste européen de l’après-guerre.

2L’analyse des faits et des évolutions économiques ne doit pas faire oublier les données éthiques. L’Europe communautaire, comme la République fédérale en 1949, naîtra d’un double rejet du nazisme dans le passé et du communisme totalitaire dans le voisinage. Quand, dans les années quatre-vingt, cette Europe passera de neuf à douze membres, ce sera parce que, en 1974 et 1975, la Grèce, l’Espagne et le Portugal seront sortis de dictature et auront demandé leur admission pour renforcer leur jeune démocratie interne. L’unification allemande de 1990 et les demandes d’admission de la Pologne, de la Hongrie, de la République tchèque, se feront sous l’invocation des mêmes principes de la démocratie pluraliste et libérale.

3Les mots unification et réunification ne devraient pas être tenus pour équivalents. On réunifie ce qui avait constitué une unité. En 1990, l’Allemagne retrouve son contour de 1945. Les deux États allemands nés en 1949 n’avaient jamais été unis lorsqu’ils ont été unifiés en 1990 – après la disparition de l’un d’entre eux.

4Mais qu’était-ce donc que l’Allemagne de 1945 ? Par rapport à celle de 1939, elle comportait deux différences essentielles. D’une part, l’Anschluß était révoqué. L’Autriche redevenait indépendante. Elle était certes occupée par les Quatre, mais sur la base d’une idée contestable, à savoir qu’en 1938 et pendant les années suivantes, elle n’avait été que victime. Lorsque, en 1955, les troupes des vainqueurs se retireront, ce sera sur la base non d’un Traité de Paix, mais d’un Traité d’État. La mémoire autrichienne ne tiendra pas compte de la remarque faite par un personnage de Jean Giraudoux sur les femmes, remarque fausse pour celles-ci, mais combien vraie pour l’Autriche de 1938, notamment pour les évêques, cardinal Innitzer en tête : « Les femmes ne cèdent qu’à la violence, mais alors avec enthousiasme ».

5D’autre part, l’Allemagne-des-vainqueurs n’est pas celle du Traité de Versailles. Le transfert de la Pologne vers l’Ouest la diminue de plus d’un quart par la séparation de son territoire situé à l’Est de l’Oder et de la plus occidentale des deux rivières Neisse. La population de l’Allemagne restante, fortement diminuée par la guerre, se trouve en revanche accrue d’une douzaine de millions de réfugiés et d’expulsés de la partie de la Prusse orientale attribuée à l’URSS à la conférence de Potsdam, des vastes régions en principe confiées simplement à l’administration de la Pologne, de la partie de la Tchécoslovaquie peuplée par les Allemands des Sudètes, ainsi que d’Allemands expulsés de Hongrie ou de Roumanie. La grande chance pour la paix en Europe, ce fut la politique d’intégration économique et sociale, en particulier grâce au Lastenausgleich, à une péréquation des charges, de ces millions de nouveaux arrivants, victimes pour la plupart de ce qu’on appellerait aujourd’hui une « purification ethnique ».

6La question de la frontière germano-polonaise n’en restait pas moins ouverte, ainsi que celle de relations globales avec la Pologne et la Tchécoslovaquie. La première a évolué par étapes, avec un changement qu’on pouvait croire décisif, une fois ratifié le traité signé en 1970 par Willy Brandt à Varsovie, puis avec une sorte de rechute surprenante pendant l’hiver 1989/90, lorsque le chancelier Kohl a repris l’idée inscrite dans la convention conclue en 1954 par la République fédérale et les trois Occidentaux : seul le règlement de paix avec l’Allemagne réunifiée pourrait fixer définitivement la frontière. Le traité conclu avec la Pologne en 1990 a finalement une portée moins grande que la modification constitutionnelle intervenue comme accompagnement de l’unification : le Préambule proclame désormais que l’unité de l’Allemagne est parachevée, vollendet.

7En revanche, des tensions nouvelles sont apparues à propos des expropriations des biens allemands, à propos du statut des Allemands ou des binationaux demeurés en Poméranie ou dans les Sudètes. Si les difficultés sont demeurées plus intenses avec la République tchèque qu’avec la Pologne, ce n’est pas seulement parce que la Sudetendeutsche Landsmannschaft a tiré avantage de l’une des principales erreurs de la politique d’unification de 1990 : puisque la restitution devait avoir priorité sur l’indemnisation dans l’ex-RDA (Rückerstattung geht vor Entschädigung), pourquoi ne pas relancer la revendication de restitutions face à Prague ? C’est aussi parce que 1990 avait été précédé de décennies de travail germano-polonais de compréhension mutuelle. Un travail accompli par de grandes personnalités anciens expulsés comme la comtesse Dönhoff ou Klaus von Bismarck, par l’Institut international du livre scolaire de Braunschweig, par les Eglises, par la Fondation Bosch. Peu d’efforts semblables ont existé du côté germano-tchèque.

* * *

8L’Allemagne vaincue n’a pas été divisée par ses vainqueurs. Ils se sont approprié la souveraineté de l’ensemble du pays de façon indivise. Même après la division de fait, même après la reconnaissance de la RDA par les Occidentaux, on a continué à se référer au principe de la souveraineté conjointe des Quatre. Ainsi la Convention déjà évoquée du 23 octobre 1954 disait-elle, en son article 2 :

En raison de la situation internationale qui a, jusqu’à ce jour, empêché la réunification de l’Allemagne et la conclusion d’un règlement de paix, les Trois Puissances se réservent les droits et responsabilités antérieurement exercés ou détenus par elles en ce qui concerne Berlin et l’Allemagne dans son ensemble, y compris la réunification et un règlement de paix.

9Cette disposition est restée théoriquement en vigueur jusqu’à la ratification du Traité « Quatre + Deux » du 12 septembre 1990 dont l’article 7 proclame la fin de ces « droits et responsabilités » en même temps que la pleine souveraineté de l’Allemagne. Il ne s’agissait pas d’une simple formalité, surtout sur le plan psychologique. Pendant longtemps, la France avait en quelque sorte équilibré son infériorité économique par l’évocation du passé hitlérien, par son appartenance au « club » des puissances nucléaires et par l’existence du système à Quatre. On était l’un des quatre Grands, donc grand par rapport à la République fédérale. Depuis 1990, il reste à la France l’appartenance aux Cinq du Conseil de Sécurité de l’O.N.U. et la revendication de figurer, avec la Grande-Bretagne, parmi les alliés privilégiés des États-Unis au sein de l’OTAN.

10Les modalités de l’exercice de la co-souveraineté avaient été fixées par un accord signé à Londres en septembre 1944 par les Trois (États-Unis, URSS, Grande-Bretagne), la France ne devenant codétentrice de la souveraineté allemande qu’après la décision prise en ce sens à Yalta, en février 1945. Il y aurait des zones d’occupation, mais on gouvernerait ensemble de Berlin, gouverné à son tour ensemble, sur la base de secteurs d’occupation délimités. Le Ier juillet 1945, près de deux mois après la capitulation allemande, ce système put être mis en œuvre à la suite de décisions militaires. L’Union soviétique laissa les troupes occidentales occuper leurs secteurs respectifs à Berlin et l’armée américaine recula sur la ligne fixée à Londres, alors qu’elle avait avancé très au-delà.

11Depuis 1990, des millions d’Allemands de l’Ouest n’ont toujours pas connaissance de cette date et de sa signification. Si on avait maintenu la situation du 8 mai, il n’y aurait jamais eu de Berlin-Ouest et, surtout, une vaste zone de la RDA, avec Schwerin, Magdebourg, Halle, Leipzig, Weimar, Erfurt, Iéna, Eisenach, Gerau, Plauen aurait fait partie de la République fédérale. C’est un accident de l’Histoire qui a condamné leurs habitants à vivre dans l’absence de liberté et de prospérité. Ce simple constat aurait dû conduire les citoyens de la République fédérale d’avant 1990 à se sentir obligés de compenser la chance qu’eux et leurs parents avaient eue en partageant leur prospérité avec leurs nouveaux concitoyens.

12Après 1945, la naissance de la guerre froide, l’amorce d’une Europe occidentale organisée et l’entrée dans cette Europe d’un État allemand réduit aux trois zones occidentales ont été simultanées et interdépendantes. En juillet 1947, la directive J.C.S. (Joint Chiefs of Staff) 1067 définissant la politique américaine punitive était remplacée par J.C.S. 1779 qui proclamait qu’« une Europe ordonnée et prospère demande la contribution économique d’une Allemagne productive et stable ». La naissance du Deutsche Mark, le 20 juin 1948, déclencha deux séries d’événements : le retour à la prospérité dans ce qui allait devenir en 1949 la République fédérale, et le blocus de Berlin renforçant la division tout en accélérant l’entrée de l’Allemagne occidentale et de Berlin-Ouest dans le camp se réclamant de la liberté.

13Un demi-siècle plus tard, au moment des affrontements sur la monnaie unique, une certaine confusion s’est installée à propos des fondements même de la République fédérale. Le DM a pu passer comme le symbole, comme la réalité même de son identité. Or elle a été créée à partir de la notion de freiheitliche demokratische Grundordnung, donc d’une éthique de la liberté et non d’une philosophie de l’économie. À l’époque, Ludwig Erhard, le grand homme du « miracle économique », se réclamait de l’Ordoliberalismus de l’Ecole de Fribourg, donc d’un système ne laissant nullement libre cours à la concurrence et aux marchés. En 1990, l’unification s’est faite comme si ceux-ci suffisaient à assurer à la fois le développement économique et la compréhension de la démocratie.

14Alors qu’après 1945, plus encore après 1949, d’immenses efforts avaient été accomplis par d’innombrables organismes et associations, de la Bundeszentrale für politische Bildung aux Evangelische et Katholische Akademien, pour l’explication et la diffusion des valeurs de la démocratie, presque rien ne fut prévu ni réalisé dans l’ancienne RDA. En juillet 1997, au congrès du cinquantenaire des Académies évangéliques de Thuringe, il fut tristement rappelé qu’elles ne disposaient pas des moyens nécessaires pour faire comprendre que das Ausbleiben der politischen Paradiese (l’absence des paradis politiques) n’est pas la preuve d’une absence de démocratie et que das weniger Schlechte ist in der Politik ein hoher Wert (ce qui est moins mauvais est une grande valeur en politique).

* * *

15L’Europe organisée, ce fut en mars 1948 le Traité de Bruxelles créant une alliance militaire entre la Grande-Bretagne, la France et les trois pays du Benelux. En apparence dirigée contre l’Allemagne, elle devait être élargie à la République fédérale et à l’Italie en octobre 1954 pour constituer l’Union de l’Europe occidentale, ultérieurement devenue la référence militaire des Traités de Maastricht et d’Amsterdam. Le plus important des textes signés à Paris en ce 23 octobre 1954 a bien été la Convention déjà citée mettant fin au Statut d’occupation. À l’époque, qui donc, parmi les signataires, pensait que le second alinéa de l’article 7 se référait à une réalité future et ne constituait pas simplement un vœu pieux :

En attendant le règlement de paix, les États signataires coopéreront en vue d’atteindre par des moyens pacifiques leur but commun : une Allemagne réunifiée, dotée d’une constitution libérale et démocratique, telle que celle de la République fédérale, et intégrée dans la Communauté européenne.

16Le paradoxe, c’est que la politique européenne du chancelier Adenauer, destinée à donner la Gleichberechtigung (égalité de droits) à la République fédérale au sein d’une Europe intégrée, au prix d’une accentuation de la division de l’Allemagne, a finalement facilité, le jour venu, l’unification allemande. Willy Brandt l’a clairement affirmé, le 20 décembre 1990, dans son discours de doyen d’âge lors de la première séance du premier Bundestag de l’Allemagne réunifiée :

Ohne die freiheitliche Selbstbehauptung des deutschen Westens und Berlins hätte jede Hoffnung unserer Landsleute zwischen Elbe und Oder erlöschen müssen. Wir wissen auch : unsere Freiheit hätte wir nicht bewahren können, wäre sie nicht durch die Atlantische Allianz und in wachsendem Maße durch die Prosperität und die Solidarität der Europäischen Gemeinschaft geschützt worden.

Zu den Gründervätern des vereinten Deutschlands zählen in diesem Sinn die Urheber des Marshallplans und Männer wie Jean Monnet...

17Les formulations du père de la Ostpolitik montrent l’inadéquation d’une notion pourtant souvent employée à l’Ouest pendant des décennies. Avant 1990, il n’y avait pas Westbindung (ancrage à l’Ouest) de la République fédérale, sauf peut-être pour un certain nombre de dirigeants français ou britanniques, pour lesquels cette Allemagne devait effectivement être liée à l’Occident comme Ulysse au mât de son navire pour l’empêcher de céder au chant des sirènes, en l’occurrence les sirènes de Moscou et de Berlin-Est. La République fédérale, pour jouer sur les mots allemands, n’était pas angebunden, mais eingebunden, au même titre que les autres pays de la Communauté européenne. Elle constituait un État libre et organisé au sein d’une Europe libre en voie d’organisation. Le jour où l’Empire soviétique est tombé, personne n’a dit à Prague, à Budapest, à Varsovie, presque personne n’a dit à Leipzig : « Détruisez votre organisation comme nous dissolvons le Comecon». On y a dit, on y dit toujours :

«  Continuez votre construction, mais laissez-nous en faire partie, laissez-nous partager avec vous au sein d’une même structure ».

18Le cas de la RDA était particulier. Contrairement à la Pologne ou à la Hongrie, elle n’était pas un État-nation. Elle n’existait qu’à cause de la garantie que l’Union soviétique donnait au SED-Staat. Cet État-là n’était pourtant pas le pur produit d’une circonstance historique. Ses dirigeants avaient en partie un passé commun avec leurs adversaires du dehors. En septembre 1976, le président Walter Scheel a dit dans son discours au congrès des historiens :

Hat man noch nicht begriffen, daß man die DDR nicht verstehen kann, wenn man vom Widerstand der Kommunisten gegen Hitler keine Ahnung hat ?

19Mais la Résistance passée ne justifiait pas la dictature du présent. Pendant qu’en République fédérale, nombre de dirigeants et d’intellectuels oubliaient de parler de liberté au nom de la normalisation des relations entre les deux États, François Mitterrand disait à Erich Honecker, en le recevant au palais de l’Elysée le 7 janvier 1988 :

Le passé ne s’oublie pas, comme ne peut s’effacer, chez les Français, le souvenir des efforts héroïques de tous les Allemands qui, comme vous, se sont opposés au nazisme.

L’esprit de liberté animait alors, contre le même ennemi, les combattants de tous horizons. C’est cet esprit qui inspire, depuis bientôt deux siècles, notre conception de la démocratie pluraliste et des droits du citoyen. Puisse-t-il redevenir le bien commun de toute l’Europe ! Car comment s’imaginer que les Européens s’accordent sur la paix s’ils se séparent sur la Liberté ?

20Deux années plus tard, l’unification était en marche. Si elle s’est faite à partir de l’article 23 et non à partir de l’article 146 de la Loi fondamentale, donc par entrée de nouveaux Länder dans la République fédérale et non par une sorte de synthèse entre deux États, c’est bien parce que ceux-ci ne se situaient pas au même niveau de la légitimité née de la liberté. Il n’en résultait pas que la Liberté avait toujours constitué la valeur suprême des opposants à la RDA, ni que l’abus de la référence au socialisme que ses dirigeants commettaient sans cesse devait conforter l’idée d’une incompatibilité entre socialisme et liberté.

21L’édition allemande du Livre noir du communisme, (Das Schwarzbuch des Kommunismus. Unterdrückung, Verbrechen und Terror, München, Piper, 1998), comporte une partie supplémentaire, avec deux solides études intitulées «Politische Verbrechen in der DDR» et « Vom schwierigen Umgang mit der Wahrnehmung ». Mais leur ensemble a reçu comme titre commun Die Aufarbeitung des Sozialismus in der DDR. Ne faut-il pas alors rappeler une fois de plus en Allemagne que, le 23 mars 1933, tous les groupes parlementaires non-socialistes du Reichstag ont délibérément donné à Hitler les pleins pouvoirs pour abolir toutes les libertés, alors que l’orateur du SPD a justifié le non courageux du parti en disant :

Wir Sozialdemokraten bekennen uns in dieser geschichtlichen Stunde feierlich zu den Grundsätzen der Menschlichkeit und der Gerechtigkeit, der Freiheit und des Sozialismus.

22La Communauté européenne, devenue Union européenne, se réclame en principe elle aussi de la liberté et de l’esprit de justice. Depuis 1990, elle comprend une Allemagne réunifiée. L’histoire de l’article 23 peut servir de symbole. Il a été aboli en 1990 parce qu’il n’y avait plus rien à réunifier. Une nouvelle modification constitutionnelle a fait renaître un article 23 en 1992, cette fois pour légitimer les transferts de souveraineté à l’Union européenne.

23La réunification allemande de 1990 aura été la première étape d’une Osterweiterung (ouverture à l’Est) de l’Europe communautaire. Ses difficultés auront préfiguré celles qui empêchent encore les étapes suivantes de cet élargissement. Psychologie et culture jouent un rôle aussi important que les données économiques. Pendant des décennies, après mes exposés à des publics allemands, jaillissait régulièrement la question agressive : « Sind die Franzosen wirklich für die deutsche Wiedervereinigung ? » (Les Français sont-ils vraiment pour l’unification allemande ?). J’ai toujours contre-attaqué par la formule : « Ihr ja auch nicht ! » (vous non plus !), expliquant que l’unification entre riches et pauvres impliquait une nécessité de partager et qu’eux ne voudraient pas partager. Mais je ne savais pas alors qu’à l’Est aussi, il y aurait une tendance au Selbstmitleid (apitoiement sur son sort) et qu’on s’y comparerait plus facilement aux riches de l’Allemagne de l’Ouest, plutôt qu’au sort moins favorable des citoyens des autres pays de l’ancien domaine soviétique. C’est bien dans les deux parties d’une Allemagne toujours mal unifiée qu’il fait citer le beau discours que Christa Wolf a prononcé à Dresde le 27 février 1994 :

Ja, die Vereinigung hat sich auf wirtschaftlicher Ebene als Verteilungskampf entwickelt, in dem die meisten Ostdeutschen keine Chance hatten. Ja, es gibt eine Tendenz zur Kolonisierung der ostdeutschen Gebiete durch westdeutsche Verwalter... Aber irgendwann sollte jemand auch ein Loblied singen auf die vielen Westdeutschen auf allen Ebenen von Wirtschaft, Verwaltung, Kultur, die, selbstlos und ohne Überheblichkeit, die Probleme nicht beschönigen und mit Takt und Sachverstand mit ihren ostdeutschen Kollegen zusammenarbeiten.

24Avant même l’entrée de la Pologne, de la Hongrie ou de la République tchèque, on peut tenir un discours analogue à Varsovie, à Budapest, à Prague. L’aide de l’Union européenne et de ses membres n’est pas à la hauteur des attentes, mais déjà nullement négligeable. Et les Occidentaux qui sont présents à l’Est sont bien les uns arrogants et un peu méprisants, les autres dévoués et discrets. Sur ce plan encore, la réunification allemande fait fonction de préfiguration de l’élargissement ultérieur.

25C’est cependant au sein même du monde occidental que l’évolution de l’Europe communautaire et la marche-surprise vers l’unification d’une Allemagne qui paraissait définitivement divisée se sont trouvées liées et même enchevêtrées.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540