Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

2. L'évolution en RFA et en RDA dans les années 1980

L’évolution démographique des deux États allemands jusqu’à l’unification

La convergence des évolutions démographiques et la divergence des politiques (1970-1990)

Michel Hubert

Texte intégral

  • 1 «La petite aiguille de la montre est la plus importante, mais elle paraît immobile. La lenteur des (...)

1Une des caractéristiques de la perspective démographique appliquée à un événement précis, en l’occurrence l’unification allemande, est que l’analyse ne peut s’effectuer « à chaud », tandis que le faible recul du court terme lui confère généralement un caractère fort aléatoire. Il convient donc de replacer ce fait dans un contexte historique plus vaste. Ce qui pour le journaliste peut apparaître comme une frustration devient pour le chercheur une garantie de fiabilité, sinon de sérénité, dans le diagnostic. De longue date déjà, Alfred Sauvy, avec son sens admirable de la formulation, avait utilisé à ce propos l’image du temps mesuré.1

  • 2 C’est cette préoccupation qui explique que, dans les tableaux et graphiques accompagnant le texte, (...)
  • 3 Pour plus de précisions sur une période envisagée selon la même démarche, cf. M.H., «Cinq ans après (...)

2Dans le cas de l’Allemagne des années 80, la métaphore se vérifie, tout comme la revendication d’une place pour l’analyse démographique qui l’accompagne. Il sera donc nécessaire d’observer « la petite aiguille de la montre » antérieurement à la décennie 80 qui constitue le cadre de cette réflexion collective sur « La mise en œuvre de l’unification allemande », ne serait-ce que pour mieux comprendre l’origine des mouvements de population ayant largement contribué au déclenchement du processus et pour mieux en mesurer les conséquences économiques et sociales2. Dans la même perspective, on ne manquera pas non plus d’évoquer les indications que livre de son côté la « grande aiguille » en mentionnant, dans le texte comme dans les représentations graphiques, les chiffres, désormais définitifs, pour l’An cinq de l’unification3.

Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, les deux parties de l’Allemagne connaissent des évolutions profondément divergentes, résultant certes des contingences géographiques, mais procédant surtout du clivage idéologique et politique.

  • 4 Sur les diverses causes de ce phénomène que montre clairement le graphique 4, cf. p. ex. M.H. L’All (...)
  • 5 Cf. tableau 1 et graphique 1.

3Ainsi, après trois ans de déficit de son mouvement naturel par surmortalité4, la SBZ devenue République démocratique allemande doit subir une hémorragie de sa population que seule la construction du Mur de Berlin va permettre d’enrayer. Le résultat est pour le pays une diminution de sa population totale qui passe de 18,3 millions en 1946 – voire 19,1 millions en 1947 – à 17,1 millions en 19615; après le verrouillage des frontières et en dépit d’une politique soutenant la famille et encourageant la natalité, la population de RDA s’abaisse néanmoins à 17 millions en 1970 et 16,7 millions en 1980, puis finalement à 16,1 millions en 1990 ; la densité y fléchit en conséquence, passant de 170 habitants au km2 en 1946 à 154 en 1980, puis 149 en 1990.

  • 6 Nous reprenons ici la terminologie officielle en vigueur à l’époque en République fédérale d’Allema (...)

4À l’Ouest, au contraire, l’afflux de 13 à 14 millions de réfugiés, ceux que l’on distingue selon leur origine démographique en les dénommant « die Vertriebenen » et « die Flüchtlinge »6 entraîne une croissance spectaculaire de la population. L’augmentation de la population d’Allemagne occidentale par ce mouvement géographique est d’autant plus forte que l’apport des réfugiés originaires de RDA appartenant aux classes d’âges jeunes et fécondes amplifie l’expansion du mouvement naturel, le célèbre « baby-boom » de l’après-guerre. Les trois zones occidentales d’occupation comptent 16,5 millions d’habitants en 1946, soit deux fois et demi la population de la zone soviétique, mais la République fédérale dépasse 56 millions en 1961, soit plus de 3 fois la population de RDA, une RDA qui, avec 16,1 millions d’habitants en 1990 ne représente pratiquement plus que le quart de la population de la RFA (cf. tableau 1 et graphique 1). On a donc, d’un côté de la frontière interallemande un État qui stagne voire régresse démographiquement, et de l’autre un pays qui témoigne d’une croissance en apparence régulière faisant passer sa densité de 187 habitants au km2 en 1946 à 248 en 1980, puis 254 en 1990.

5Cependant, en dépit de ces évolutions contradictoires, les deux États allemands connaissent, à la fin des années soixante, un tournant qui n’est pas seulement d’ordre politique. Il y a un parallélisme frappant entre le dialogue qui s’engage au printemps 1970 pour aboutir fin 1972 à un traité de reconnaissance mutuelle, et cette convergence des évolutions démographiques permettant désormais de renouer avec le passé commun par-delà des spécificités liées aux systèmes politiques ou sociaux en vigueur. Quelles que soient les solutions apportées au déclin prévisible et les efforts déployés par la RDA pour le conjurer, les deux pays semblent désormais se fondre de nouveau dans une même communauté de destin aboutissant à l’unification de 1989-90. Sur ce point également l’examen des évolutions démographiques enrichit l’analyse politique, économique, sociale ou diplomatique.

1. L’excédent des décès et l’effondrement de la fécondité dans les deux Allemagnes

6La chute de la natalité et de la fécondité qui intervient de façon quasi simultanée en RDA et RFA se caractérise à la fois par sa brutalité et par son ampleur.

1.1. Les prémices

7Les prémices du phénomène sont les suivantes : dès 1965, l’on peut observer dans les deux pays un net fléchissement de la nuptialité (cf. graphique 3). Le taux de nuptialité qui, en RDA, dépasse 8,5 ‰ en 1954 et s’approche de 10 ‰ au début des années soixante (9,9 ‰ en 1961), diminue ensuite progressivement ; à partir de 1965, il tombe au-dessous de 8 ‰, pour se stabiliser ensuite entre 7,3 ‰ en 1969 et 7,7 ‰ en 1970.

8En RFA où, depuis 15 ans, l’évolution de ce taux était plus régulière – tout en se situant à un niveau généralement inférieur – c’est également le recul de la nuptialité : après un maximum de 9,4 ‰ atteint en 1961, on passe à 8,3 en 1965 pour descendre à 7,3 en 1970.

9L’évolution de la fécondité va dans le même sens (cf. graphique 5). Avec un léger décalage entre les deux États au profit de la RFA, le début des années soixante voit les deux Allemagnes atteindre leur apogée en la matière ; mais dès 1965 en RDA et dès 1967 en RFA intervient un recul de la fécondité qui revêt une ampleur considérable puisque, en 15 ans – de 1960 à 1975 – ce taux diminue de 16,5 % en RDA et de 18 % en RFA.

1.2 Le tournant commun

10En l’espace de quelques années, le phénomène se précise : dès la fin des années soixante pour la RDA et au début des années soixante-dix pour la RFA, le mouvement naturel s’en trouve affecté dans son ensemble (cf. graphiques 3 et 4).

11Certes, à l’analyse des statistiques, il ressort que, pour une part, le déficit des naissances sur les décès pourrait être expliqué grâce à une légère remontée de la mortalité, dont les taux – calculés en fonction de la population totale – augmentent dans les deux États à la fin des années soixante. Après avoir été inférieurs à 13,5 ‰ en RDA jusqu’à 1965, ils s’élèvent jusqu’à 14 ‰, voire un peu plus entre 1968 et 1975. Pour la RFA, le même phénomène se manifeste, encore qu’atténué, puisque le taux de mortalité remonte également en 1968, passant de 11,5 ‰ en 1967 à 12,2 et 12,1 entre 1968 et 1970 ; mais cette différence est si faible qu’il convient de l’interpréter comme une simple manifestation du vieillissement de la population, à un moment où la mortalité affecte les classes d’âges nombreuses nées au tournant du siècle.

12Il est clair que, pour l’essentiel, le déficit du mouvement naturel résulte d’une baisse brutale, massive et durable de la natalité. Les chiffres en apportent la preuve : en RDA, le taux de natalité passe de 16,5 ‰ en 1965 à 13,9 ‰ en 1970, puis à 10,8 ‰ en 1975 ; en RFA il passe de 17,7 ‰ en 1965 à 13,4 ‰ en 1970, puis à 9,7 ‰ en 1975 (cf. graphiques 3 et 4).

13Les conséquences d’un tel effondrement de la natalité en Allemagne – sur 10 ans une baisse de 35 % en RDA et de 45 % en RFA – sont particulièrement éloquentes : désormais les décès l’emportent sur les naissances. C’est au cours de l’année 1969 que la RDA enregistre le premier solde naturel négatif : 238 910 naissances contre 243 732 décès. Trois ans plus tard, la RFA à son tour connaît un excédent des décès : en 1972, 731 264 décès pour 701 214 naissances, soit un déficit de 30 000 personnes qui, l’année suivante, s’élève à 100 000, si bien qu’en 1974, pour la première fois de son histoire, la RFA voit désormais sa population globale diminuer.

14En dehors des années de guerre 1915-1918 et 1942-1945, jamais situation semblable ne s’était présentée en Allemagne, les deux États allemands, étant en 1972 (encore) les seuls au monde à connaître de tels déficits démographiques.

1.3. Portée historique du phénomène

15On est ainsi conduit à s’interroger sur la signification historique d’un tel phénomène dont les causes sont forcément multiples et complexes.

16Il semble tout d’abord nécessaire d’écarter les explications de type conjoncturel, aucun « accident » économique ou politique ne justifiant une altération aussi durable du mouvement naturel. De la même façon, l’explication par le mécanisme démographique des cohortes ne peut être satisfaisante. Il est certes indéniable qu’à partir de 1965, les classes creuses des années 1942-1945 arrivant en âge de procréer, une diminution sensible du nombre des naissances aurait pu intervenir pendant quelques années. Mais comment expliquer un recul de la natalité d’une ampleur et d’une durée telles, qu’au-delà des remèdes apportés ici ou là, il apparaît désormais comme un phénomène profond, pour ne pas dire irréversible ?

17La réponse est en fait la suivante : vingt ans après la fondation des deux États allemands, l’Allemagne, une fois passée la période de rattrapage de l’après-guerre et une fois apaisées les conséquences démographiques de la séparation politique, renoue avec le régime démographique qui était le sien depuis le tournant du siècle et, en particulier, entre les deux guerres mondiales. Le pays, à l’Est comme à l’Ouest, reprend l’évolution interrompue par la montée du conflit et par ses suites, si bien que le recul des années soixante-dix s’intègre alors dans le processus de transition ou de « révolution » démographique que l’Allemagne avait entamé au cours du siècle précédent (cf. graphique 6).

  • 7 Charlotte Höhn, Johannes Otto, «Bericht über die demographische Lage in der Bundesrepublik», p. 445 (...)

18L’analyse des principaux phénomènes expliquant ce changement de régime démographique, par rapport au régime traditionnel des siècles et des millénaires antérieurs à la Révolution industrielle, permet de recourir à des concepts généraux tels que « modernisation », « industrialisation » et « urbanisation »7, chacun ayant l’avantage d’englober la multiplicité des causes selon les périodes historiques. En la matière, la spécificité de l’Allemagne industrielle, le « deutscher Sonderweg » sur le plan démographique, réside dans le fait suivant : après une phase « prétransitionnelle » antérieure à l’unification de 1871, l’Allemagne a débuté la véritable transition correspondant à l’essentiel de sa révolution démographique vers 1870, soit un siècle environ après la France et vingt ans plus tard que la Grande-Bretagne : le mouvement en fut d’autant plus rapide et brutal (cf. tableau 2).

  • 8 Il existe sur ce sujet une littérature abondante dans la démographie allemande; ainsi, par exemple, (...)
  • 9 Charlotte Höhn, «Von der Großfamilie zur Kernfamilie ? Zum Wandel der Familieform während des demog (...)

19La période qui s’ouvre à la fin des années 1960 semble donc être le prolongement de ce processus8 : la modernisation, l’industrialisation et l’urbanisation font évoluer la population et entraînent une mutation du rôle dévolu à la famille. On peut évidemment s’interroger sur le point de savoir si ces phénomènes observés dans toutes les sociétés post-industrielles sont une simple continuation de la révolution démographique qui a été ici décrite pour l’Allemagne. Dans une semblable hypothèse, pourrait-il s’agir d’une cinquième phase, venue se surajouter dans le modèle théorique traditionnellement développé9 ?

  • 10 Edward Shorter parle depuis 1975 d’une « famille post-moderne » ; cf. La naissance de la famille mo (...)
  • 11 Cf. Ron Lesthaeghe, «Der zweite demographische Übergang in den westlichen Ländern : eine Deutung», (...)
  • 12 On reprend ici l’expression choisie par Henri Léridon dans Henri LÉridon (e.a.), La seconde révolut (...)

20Il est un fait que, depuis le début de la transition démographique, c’est la mortalité qui rythme les phases d’évolution du processus. En vertu de ce principe, il est loisible de considérer que la « phase post-transitionnelle », très largement atteinte en Allemagne dès 1934 si l’on se concentre sur la fécondité et la natalité, s’étire par-delà la récupération de la Grande crise – récupération amplifiée par le natalisme du IIIe Reich – jusqu’au lendemain du conflit mondial. On le sait, le processus de « rattrapage démographique », commun à la plupart des pays industrialisés s’est prolongé de façon tout à fait surprenante en un vaste « baby-boom » auquel le retour à la prospérité économique n’est certainement étranger. Vers le début des années soixante, la tendance s’inverse de façon presque simultanée dans tous les pays technologiquement avancés, mais seules les Allemagnes se distinguent de nouveau par le caractère brutal et massif de leur évolution. Avec l’instauration de soldes négatifs du mouvement naturel sous l’effet d’un effondrement de la natalité et de la fécondité, des soldes négatifs dont les deux Allemagnes offrent très tôt un exemple durable, il devient désormais clair qu’un changement est intervenu par rapport à la « phase post-transitionnelle » de la révolution démographique. Non seulement les courbes de la natalité et de la mortalité sont à un bas niveau, mais en l’absence de progrès significatifs dans la baisse de la mortalité, ce sont les courbes de la natalité et de la fécondité qui évoluent de telle sorte que le renouvellement des générations n’est plus assuré de façon durable. Or, dans le même temps, il devient évident que la structure familiale, certes déjà transformée durant la révolution démographique, subit cette fois une altération qui va jusqu’à la remise en cause10. Ainsi se trouvent justifiées des analyses faisant état d’une nouvelle transition démographique11, ou, pour le moins d’une « seconde révolution contraceptive »12. En la matière, les Allemagnes des années 70 et 80, puis l’Allemagne unie offrent un champ d’observation tout à fait privilégié, encore que dans le cadre de la présente étude il ne puisse être question d’approfondir l’analyse.

1.4 La « seconde révolution contraceptive » : effets et remèdes

21L’évocation des causes historiques de ce recul des naissances conduit à en apprécier les effets avec l’espoir d’en connaître les remèdes.

22Le phénomène qui a débuté à la fin des années 60 en France et en Allemagne, ainsi que dans les autres pays développés n’apparaît donc pas comme la simple poursuite du processus de révolution démographique entamé avec la révolution industrielle. Sans qu’il soit nécessaire de parler d’une « crise de la famille » ou d’un « déclin du couple marié », les manifestations spécifiques qui accompagnent le recul de la natalité, ainsi que leur simultanéité laissent à penser qu’un tournant s’est produit dans l’attitude des jeunes face à la famille et à la procréation.

23La modernisation, l’industrialisation et l’urbanisation ont, très schématiquement, exercé un double effet. D’abord un effet sur la population dans son ensemble qui cesse d’augmenter, voire régresse tout en vieillissant ; mais aussi un effet sur la famille qui se transforme dans sa constitution et sa durée, dont la taille se réduit progressivement et qui voit sa finalité profondément modifiée. À ces facteurs, s’ajoutent les progrès de la médecine offrant désormais des moyens anticonceptionnels fiables et pratiques, les progrès de la législation libéralisant l’avortement et instaurant une plus grande égalité entre la femme et l’homme, le tout suivi ou précédé par des progrès dans les mentalités et dans les structures politiques, économiques et sociales.

24Trois types de remèdes sont susceptibles d’être utilisés : un apport extérieur peut intervenir sous forme d’immigation, les autorités peuvent choisir d’exercer une action directe sur la fécondité par une politique nataliste, et enfin une politique économique et sociale peut être mise en place pour agir à plus long terme sur le phénomène, tout ceci n’excluant pas l’emploi combiné de telle ou telle « thérapie ». L’évolution des deux Allemagnes après 1970 en fournit l’illustration.

25Entre 1970 et 1990, la population des deux États allemands connaît donc une stagnation avec quelques fluctuations que l’absence de recul historique ne permet pas de considérer comme déterminantes. Face au recul de naissances, chaque pays tente néanmoins d’adopter une attitude conforme à ses principes et à ses intérêts. La RDA s’en tient au dirigisme : elle enregistre quelques succès, puis les limites de sa politique nataliste. La RFA, quant à elle, privilégie le « laisser faire » et, quelques mesures de politique familiale mises à part, la compensation par les flux migratoires généralement régulés selon l’activité économique.

2. L’évolution en RDA : population stagnante et option nataliste

26Mesurée en chiffres absolus, la population de la RDA est quasiment stable depuis 1970, avec même un léger recul qui se précise depuis 1983. Le pays est ainsi passé de 17 068 000 habitants en 1970 à 16 111 000 en 1990 ; si le déclin enregistré, soit – 5,6 %, n’a rien de comparable avec l’hémorragie de la période précédente, on observe que ce tassement est sensiblement du même ordre de grandeur que les pertes par émigration intervenues entre 1961 et 1969.

2.1. Les trois phases du mouvement naturel

  • 13 Nombre de naissances féminines par rapport au nombre de femmes en âge de procréer.
  • 14 L’indice synthétique de fécondité ou « sommes des naissances réduites » (en allemand : « Gesamtfruc (...)

27L’évolution du mouvement naturel en RDA (Cf. graph. 4) correspond à trois phases. De 1970 à 1975, le déclin démographique s’accentue : le taux de natalité diminue nettement, passant de 13,9 ‰ en 1970 à 10,8 ‰ en 1975, alors que dans le même temps la mortalité s’élève légèrement. Il en résulte un déficit croissant des naissances sur les décès, déficit qui passe de 3 900 personnes en 1970 à près de 58 600 en 1975. C’est au cours de cette période que la fécondité en RDA, traditionnellement supérieure à celle de RFA, s’effondre : le taux net de reproduction13 passe de 1,04 en 1970 à 0,73 en 1975 : il en va de même pour l’indice synthétique de fécondité14 qui fléchit de 2,19 à 1, 54 (cf. graph. 5). Cela signifie que le remplacement des générations, autrefois garanti, n’est plus assuré désormais qu’aux trois quarts. Toutes les classes d’âge de la population féminine en sont affectées de 15 à 45 ans, encore que le nombre de naissances diminue plus rapidement chez les jeunes femmes de 19 à 23 ans, et ceci vraisemblablement sous l’effet de la légalisation de l’avortement décidée en 1972.

28La deuxième phase, de 1976 à 1985, est celle d’un relatif redressement du mouvement naturel sous l’effet de mesures natalistes (cf. infra). C’est ainsi que le taux de natalité remonte rapidement, passant de 10,8 ‰ en 1975 à 13,9 ‰ en 1978, il atteint même 14,6 ‰ en 1980, puis diminue ensuite légèrement de 14 ‰ en 1983 à 13,7 ‰ en 1984. Si la mortalité générale demeure relativement stable durant cette période, les efforts de la politique gouvernementale ayant également porté sur la mortalité infantile, celle-ci diminue de 40 % environ entre 1970 et 1983, contribuant ainsi au redressement du mouvement naturel. De la sorte, dès 1978, la RDA revient pour quelques années à une situation d’équilibre entre les naissances (232 151) et les décès (232 332) ; l’année suivante, un léger excédent des naissances se fait jour (+ 0,1 ‰, soit + 2.500 personnes en 1979) qui culmine entre + 0,4 ‰ et + 0,7 ‰ de 1980 à 1984, cette amélioration correspondant à un gain annuel d’environ 6 500 personnes par an. En 1985 l’écart se comble de nouveau et l’excédent n’est plus que de 0,2 ‰.

  • 15 Une légère remontée est intervenue ultérieurement qui devrait déboucher en 1997 sur un indice de 1, (...)

29En 1986 débute la troisième et dernière phase dans l’évolution du mouvement naturel en RDA : le retour à un léger déficit des naissances en 1986, suivi par un faible excédent en 1987-1988 qui, en 1989, débouche sur un déficit plus net, encore amplifié par l’effondrement du régime. Parallèlement se confirme le tassement de la fécondité déjà amorcé en 1982 (Cf. graphique 5). C’est en effet vers 1982 que s’interrompt le redressement de la fécondité obtenu grâce aux mesures natalistes : le taux net de reproduction qui était remonté de 1,54 en 1975 à 1,94 en 1980 pour approcher encore le seuil nécessaire au renouvellement des générations, fléchit ensuite et passe à 1,86 en 1982, puis à 1,79 en 1983. Il descend à 1,57 en 1989 pour s’effondrer après l’unification : il se situe à 0,98 dans les nouveaux Länder en 1991, au lendemain de la disparition de la RDA ; il descendra même à 0,84 en 199515.

2.2. Succès et limites du natalisme

  • 16 Ainsi, le taux de mortalité infantile qui, en 1960 était encore de 3,88 ‰ contre 3,38 en RFA, s’aba (...)

30Une telle évolution permet de mesurer les succès et les limites de la politique nataliste appliquée par les autorités de RDA afin de lutter contre le recul des naissances. Cette politique qui combine des mesures spécifiquement natalistes (primes diverses à la naissance, aide à la mère) avec des mesures économiques et sociales favorables à la famille, est mise en place en 1972 dans un État qui, depuis sa fondation, insiste sur l’importance d’un tel environnement économique et social. Plus généralement, les années 70 sont en effet marquées par un effort des autorités afin de mieux encadrer la population sur le plan sanitaire en multipliant, entre autres, les polycliniques et les cabinets médicaux : au reste, le retard qui pouvait exister en matière de santé par rapport à la RFA s’en trouvera pratiquement comblé à la veille de l’unification16.

31Les mesures de 1972 visent, pour l’essentiel, à contrebalancer les effets de la légalisation de l’avortement, et ceci grâce à l’augmentation des primes à la naissance, désormais assorties de prêts aux ménages, non remboursables en cas de naissances ultérieures ; s’y ajoutent un allongement des congés de maternité et un aménagement des temps de travail pour les mères de famille nombreuse.

  • 17 Les statistiques officielles de RDA mentionnent même des chiffres supérieurs de 5 à 6 points, indiq (...)

32Au vu des résultats fort modestes de ces incitations, les autorités décident en 1976 un second train de dispositions destinées à relancer la natalité. Outre des allègements substantiels en matière de temps de travail, les femmes exerçant une activité obtiennent, dès la naissance d’un deuxième enfant et pour chaque naissance ultérieure, un congé rémunéré d’une année (« Babyjahr ») s’ajoutant au congé de grossesse et de maternité. L’impact de ces mesures est proportionnel à l’importance du travail féminin qui, comparé à la situation prévalant en RFA, est bien supérieur en RDA. Parmi les actifs, la proportion de femmes exerçant une activité professionnelle passe, entre 1970 et 1983, de 76,2 % à 82,5 % en RDA17, contre 52,7 à 55 % en RFA. Alors qu’en République fédérale 1/3 de la population féminine totale exerce une activité, c’est le cas pour une femme sur deux (50,4 %) en RDA. La politique mise en place en 1976 a eu, sans conteste, un effet positif sur la natalité, le nombre moyen de naissances augmentant d’un tiers entre 1977 et 1984 par rapport à 1973-1975. À cela s’ajoutent diverses mesures d’accompagnement en matière de création de crèches (70 % des besoins couverts pour la classe d’âges concernée) ou de construction de logements dont, on le sait, la pénurie est importante. Il demeure qu’après plusieurs années de redressement, les limites de cette politique nataliste se font sentir : une fois obtenues les naissances susceptibles d’intervenir sous l’effet de ces incitations matérielles, il faut inventer de nouvelles incitations ou bien revenir au régime démographique de base, celui d’une cellule familiale plus réduite qu’autrefois et comptant un à deux enfants. Sur ce point, RFA et RDA convergent finalement.

  • 18 C’est le thème bien connu du « Sozialistischisches Drei-Kind-Familien Ideal ».
  • 19 Tout comme l’âge médian au premier mariage, l’âge moyen des femmes à la naissance du premier enfant (...)
  • 20 Entre 1970 et 1986 le taux annuel de divortialité rapporté à 100 mariages passe en RDA de 21 à 47 ( (...)
  • 21 Chiffres valables pour la période 1985-1989 ; cf. Dagmar Meyer, «Ehescheidungen in der ehemaligen D (...)

33Néanmoins, à deux reprises encore, les autorités s’efforcent de relancer la natalité en RDA : en 1984 les mesures gouvernementales tendent à favoriser les familles comptant trois enfants ou plus18 : on vérifie là qu’une nouvelle tentative est faite pour inverser le courant démographique précédemment évoqué. Enfin, en 1986, des dispositions sont prises accordant le « Babyjahr » dès la naissance du premier enfant. Cette dernière mesure prend en compte deux phénomènes encore plus marqués en RDA qu’un RFA : celui des mères célibataires et celui des jeunes divorcées19. En RDA, la divortialité a doublé en chiffres absolus, le taux des divorces passant entre 1970 et 1989 de 1,6 à 3 pour 1 000 personnes20, tandis qu’en RFA il passait de 1,2 à 2. Les conséquences démographiques en sont d’autant plus grandes que ces divorces concernent une population jeune, soit 1/4 à 1/5 de la tranche d’âges des 25-35 ans . De surcroît, 40 à 45 % des couples ainsi désunis ont eu un enfant et 23 % d’entre eux deux enfants21, ce qui est la conséquence logique d’une nuptialité et d’une fécondité plus précoces.

  • 22 Cf. MH, «Cinq ans après : bilan de l’évolution démographique dans l’Allemagne unie (1991-1995) », o (...)

34Les développements des deux années précédant la disparition du régime ont amplement démontré les limites de cette politique en confirmant les doutes que l’on pouvait concevoir sur l’efficacité profonde de telles mesures. Quant à l’effondrement de la natalité intervenu après l’unification22, il a également apporté la preuve de l’utilité que pouvaient avoir toutes les mesures d’accompagnement de la politique familiale (crèches d’entreprises et stabilité de l’emploi féminin, par exemple)..

2.3. Les mouvements migratoires : migrations intérieures, immigration et émigration

35Depuis le début des années soixante, les mouvements migratoires ont perdu de leur importance dans l’histoire démographique de la RDA. C’est évidemment le cas pour l’émigration (cf supra), c’est également valable pour les migrations intérieures, forcément faibles dans un pays dont la densité stagne ou diminue.

  • 23 Bundesministerium für Innerdeutsche Beziehungen (ed.), Zahlenspiegel BRD/DDR, Bonn, 3e édit., mai 1 (...)
  • 24 Cf.Catharina Belwe, « Migration in der DDR. Landflucht und Verstädterung », Deutschland Archiv, 20 (...)

36Alors qu’en RFA l’urbanisation s’est largement poursuivie, en RDA le phénomène est atténué. En 1950, pour les deux Allemagnes, la part de population vivant dans des agglomérations inférieures à 2 000 habitants est encore de 29 % ; en 1985 elle n’est plus que de 6 % en RFA contre 23 % en RDA23. Certes, dans les années qui ont suivi la fondation de la RDA, des migrations intérieures sont intervenues, particulièrement dans le sens Sud-Nord, en direction des districts de Rostock et Schwerin ; mais entre 1950 et 1970 leur importance par rapport à la population totale est trois fois moindre qu’en RFA. À partir des années soixante-dix, le mouvement Sud-Nord se stabilise. À sa place s’instaure un mouvement régulier mais modeste des régions du Sud (Karl-Marx-Stadt, Leipzig, Dresde et Halle) vers le Centre, plus précisément vers Berlin-Est et sa périphérie orientale (Francfort-sur l’Oder). Parallèlement l’exode rural et l’urbanisation progressent à l’échelle de tout le pays24, ce qui contribue à affaiblir les régions septentrionales à prédominance agricole.

  • 25 Charlotte Höhn, Ulrich Mammey, Hartmut Wendt, «Bericht zur demographischen Lage : Trends in beiden (...)

37Le décalage entre les deux États est donc considérable. Ainsi, en 1988, le nombre de migrations intérieures pour 1 000 habitants est de 41,4 en RFA contre seulement 25,4 en RDA25, cette différence de 40 % s’expliquant à la fois par la conjoncture et par les structures économiques : un marché du travail plus souple et plus dynamique à l’Ouest, une planification centralisée et des modes de production rigides à l’Est.

38Pour ce qui est des soldes migratoires avec l’extérieur, l’on observe l’existence d’une immigration réduite et d’une émigration qui, avant 1989 du moins, demeure globalement semblable au flux dûment régulé prévalant depuis la construction du Mur.

  • 26 M.H., «Les flux migratoires en RFA 1989-1991», p. 4-8, dans BDIC, Matériaux pour l’histoire de notr (...)

39Quant à l’immigration, son importance démographique demeure modeste. Dans le sens Ouest-Est, 2 100 citoyens fédéraux sont partis pour l’Est en 1970, 1 300 en 1983 et environ 3 300 en 1984. Autour de 1984, on estime par ailleurs à 100 000 environ le nombre de travailleurs étrangers résidant en RDA, mais, on le sait, les statistiques officielles demeurent fort discrètes sur ces phénomènes migratoires. Il faudra attendre la publication des statistiques de 1990 pour savoir qu’au 31/12/1989 le nombre des étrangers se trouvant en RDA s’élève à 191 00026. Cette immigration étrangère constitue donc 1,2 % de la population est-allemande à cette même date (16 434 000 habitants). Elle n’est pas sans rappeler les premiers flux de « Gastarbeiter » venus travailler en Allemagne de l’Ouest à la fin des années 50. L’on retrouve, en effet, des caractéristiques similaires : précarité du contrat de travail et du permis de séjour, habitat spécifique, surreprésentation masculine (70 %) et prédominance de migrants actifs et jeunes (74,4 % des étrangers de RDA ont entre 20 et 40 ans). La différence entre les deux situations séparées par trente ans d’histoire réside dans la provenance géographique : 31 % des étrangers de RDA viennent du Viêt-Nam, 27,1 % de Pologne, 8,1 % du Mozambique, le reste d’URSS, de Hongrie et de Cuba. Au cours de l’année 1990, les transformations économiques puis politiques mettent en cause la présence de cette main-d’œuvre étrangère. Ainsi, sur quelque 60 000 Vietnamiens employés, les 2/3 sont rapatriés. Mais bon nombre de ces travailleurs étrangers, peu désireux de rejoindre leur pays d’origine, vont se retrouver sans ressources en raison des restructurations industrielles : ils deviennent ainsi demandeurs d’asile et ...victimes toutes désignées pour la vague de xénophobie qui se développe au lendemain de l’unification, particulièrement dans les nouveaux Länder.

40La troisième composante de ces mouvements migratoires – de loin la plus importante – est l’émigration, essentiellement « dirigée » vers la RFA.

41Entre 1970 et 1983, un flux annuel de 10 000 à 13 000 personnes entraîne l’émigration vers la RFA d’environ 200 000 personnes en 14 ans. On estime à 75%, soit 150 000, le pourcentage d’émigrants légaux (« Übersiedler »), l’autorisation d’émigrer n’étant généralement accordée qu’à des retraités. Le reste des émigrants est constitué de fugitifs illégaux (« Flüchtlinge » ou « Republikflüchtlinge » selon la perspective de l’un ou l’autre État) dont certains (appelés « Sperrbrecher ») effectuent le passage dans les conditions périlleuses que l’on connaît. Relèvent également de cette catégorie statistique les « prisonniers politiques » rachetés par la RFA, qu’ils soient « de droit commun » ou « espion » selon la terminologie des autorités de RDA. En vingt ans – de 1963 à 1984 – 22 377 rachats de prisonniers ont lieu pour une somme que les autorités fédérales évaluent à 3 milliards de DM, ce qui tendrait à prouver que, nonobstant le cours forcé des monnaies entre les deux États allemands et malgré le contrôle des changes ou des frontières voulu par la RDA, la liberté d’un individu conserve ainsi son prix...

  • 27 Charlotte Höhn, Ulrich Mammey, Hartmut Wendt, «Bericht zur demographischen Lage : Trends in beiden (...)

42C’est d’ailleurs en 1984 que les premiers craquements de frontières interviennent après 23 ans de monolithisme : un octroi plus généreux des autorisations de sortie permet le départ de 40 900 personnes contre 11 300 l’année précédente. En 1985, ce sont 26 000 départs dont près de 20 000 réalisés grâce à un visa, puis le pays donne l’impression de se refermer pour deux ans encore. Mais, en 1988, le mouvement d’émigration prend une ampleur qui dépasse désormais la simple portée démographique : le solde migratoire entre les deux États enregistre un excédent de 40 806 personnes en faveur de la RFA (43 314 départs de RDA contre 2 508 arrivées), soit 1 000 personnes de plus qu’en 198427 : ce qui est désormais nouveau depuis 1961, c’est le fait qu’1/3 environ des « Übersiedler » aient quitté le pays sans autorisation. Ce phénomène constitue d’ailleurs le révélateur, sinon le point de départ de la décomposition du régime qui caractérise l’année 1989.

43Il est symptomatique de constater que le 1er janvier 1989 voit la sortie d’un décret (« Reiseverordnung ») aménageant les conditions de voyage vers l’Ouest, décret assoupli le 1er avril 1989 sous la pression de l’opinion publique, tout particulièrement après la manifestation à Leipzig de 600 « candidats au départ ».

44Dès lors, le processus enclenché s’accélère, ce qui, durant l’été, place le problème de la migration Est-Ouest au premier plan de l’actualité : occupation des représentations diplomatiques de RFA à Budapest, Prague et Berlin-Est, « pique-nique pan-européen » à la frontière austro-hongroise, et enfin ouverture progressive de la portion de Rideau de fer contrôlée par la Hongrie et la Tchécoslovaquie. Les autorités de RDA ont beau quadrupler, puis décupler le nombre des visas de sortie (3 741 en janvier 1989, 4 996 en avril, 30 598 en octobre), rien n’arrête désormais un flot de départs qui incontestablement illustre l’échec du régime et favorise la prise de conscience d’un nécessaire changement politique.

  • 28 Ibid, p. 165.

45Si, en janvier 1989, le nombre des « Übersiedler » n’était encore que de 4 627 – dont 19% sans autorisation – ils sont 57 024 en octobre 1989, mois qui marque précisément l’anniversaire des quarante ans du régime : près de la moitié des migrants se passent désormais d’un visa officiel ; le mois suivant, ils sont 133 000, et pour l’année 1989, leur nombre total s’élève à 343 854 28.

  • 29 Ce chiffre est inclus parmi celui, généralement avancé, de 588 personnes tuées depuis 1961 lors du (...)

46Les aménagements politiques intervenus à la fin de 1989 ne stoppent pas le phénomène de migration Est-Ouest, pas plus que la « chute », le 9 novembre 1989, d’un Mur ayant fait 77 victimes29 parmi les candidats au départ. Malgré le succès, au printemps de 1990, de la révolution pacifique qui ouvre la voie à l’unification économique et monétaire d’abord, puis à l’unification politique ensuite, le flux ne semble pas se tarir : entre janvier et juin 1990, 238 384 Allemands de RDA partent vers l’Ouest ; à compter du 1er juillet 1990, cette émigration devient du point de vue statistique une migration intérieure.

  • 30 Estimés en novembre 1990 à 200 000, ces navetteurs sont environ 500 000 un an plus tard, en novembr (...)

47Même si ce mouvement migratoire est revenu, à la fin de 1990, au niveau qui était le sien douze ou quinze mois auparavant, le nombre total des départs s’élève pour l’année 1990 à 381 261 officiellement recensés ; ces données statistiques ne prennent en compte ni les migrants clandestins pour cause de travail non déclaré, ni les migrations pendulaires30 d’une main-d’œuvre attirée par les salaires de la partie occidentale du pays, mais retenue par le niveau encore inférieur des prix de l’immobilier pratiqués dans les nouveaux Länder.

3. L’évolution en RFA : laisser-faire et immigration

  • 31 BIB, BIB-Mitteilungen, 2/1991, p. 15.
  • 32 Au 1/1/1990, le territoire de l’Allemagne unie compte 5 037 000 étrangers, soit 6,4 de la populatio (...)

48En chiffres absolus, la population totale de la RFA stagne durant les décennies 70 et 80 ; le pays comptait 60 650 000 habitants en 1970 et 63 560 000 au 3 octobre 199031, date de l’unification ; il y a donc eu une augmentation de 4,8 % en 20 ans. Toutefois, si l’on fait abstraction de la forte émigration venue de la RDA ou l’Est européen, ainsi que de l’augmentation du nombre des étrangers intervenue entre de 1987 à 199032 et si l’on considère la population de la RFA avant ces mouvements géographiques de population, à savoir en 1987, c’est l’impression de stagnation qui l’emporte : en effet, à la fin de l’année 1987, la population ouest-allemande s’élève à 61 315 000, soit une augmentation de 1 % en 17 ans. De surcroît, si l’on opère une distinction entre la population allemande de souche qui, en 1970, représentait 58 050 000 personnes (soit 95,7 % du total) et les étrangers au nombre de 2 600 000 (soit 4,3 % du total), il apparaît qu’en l’espace de 17 ans la population étrangère a augmenté de 78 % pour atteindre 4 630 000 personnes (soit 7,6 % du total) alors que la population allemande descendait à 56 685 000 personnes, diminuant ainsi de 2,3 %. Sur ce point également on note un parallélisme frappant dans l’évolution des deux États allemands depuis 1970.

3.1. Les quatre phases du mouvement naturel

49L’examen du mouvement naturel de la population (cf. graph. 3), envisagée de façon globale depuis le début des années soixante-dix, permet d’observer quatre phases distinctes.

50De 1972 à 1978, le recul des naissances se manifeste avec cette ampleur et cette brutalité déjà soulignées. Le taux de natalité passe de 11,3 ‰ en 1972 à 9,4 ‰ en 1978, si bien qu’à cette date le nombre total des naissances est inférieur de plus de 40 % à celui enregistré dix ans auparavant. C’est également en 1978 que l’excédent des décès sur les naissances atteint son maximum, soit 149 000 personnes (Cf. graph. 3). Dans le même temps, se précise le déclin de la fécondité : le taux net de reproduction passe de 0,80 en 1972 à 0,65 en 1978, tandis qu’intervient un nouveau recul de l’indice synthétique (Cf. graph. 5) de 1,71 en 1972 à 1,38 en 1978, ce qui laisse présager un déficit de plus d’un tiers dans le remplacement des générations.

51Entre 1979 et 1982 un palier se dessine dans cette évolution : le taux de natalité remonte, dépassant légèrement 10 ‰ pendant 3 ans ; les déficits des naissances sur les décès s’atténuent, demeurant chaque année inférieurs à 100 000 personnes, et la fécondité amorce une reprise passagère : en 1980, le taux net de reproduction est de 0,68 et l’indice synthétique de fécondité remonte légèrement pour atteindre 1,44.

  • 33 Wolfgang Lengsfeld, Wilfried Linke, «Die demographische Lage in der Bundesrepublik», p. 341-433, Zf (...)

52Après cette pause dans le recul des naissances, pause que l’on observe également en France, aux Pays-Bas et en Suède en 1980, ainsi que dans d’autres pays d’Europe l’année suivante,33 une nouvelle aggravation intervient de 1983 à 1985 : le taux de natalité repasse en-dessous de 10 ‰ (9,5 ‰ en 1984), les excédents annuels des décès sont de nouveau supérieurs à 100 000 personnes (124 000 en 1983), et le taux net de reproduction baisse cette fois de façon notable pour descendre à 0,60 en 1985, l’indice synthétique fléchissant à 1,28.

  • 34 L’évolution observée au lendemain de l’unification va souligner, si besoin était, le caractère éphé (...)
  • 35 Wolfgang Lengsfeld, Wilfried Linke, «Die demographische Lage in der Bundesrepublik», p. 341-433, Zf (...)
  • 36 BIB, BIB-Mitteilungen, 1/1989, p. 12-13.

53À partir de 1985 se produit un redressement du mouvement naturel qui marque l’entrée dans une quatrième phase34. Le taux net de reproduction remonte sensiblement pour atteindre d’abord 0,632 en 1986 (+ 6,8 % par rapport à l’année précédente), puis 0,639 (+ 2,6 %) en 1987 et enfin 0,690 en 1990 – soit + 15 % en 5 ans ; il en va de même pour l’indice synthétique: 1,34 en 1986, 1,37 en 1987 et 1,45 en 1990. Parallèlement on observe une reprise de la natalité dont les taux s’élèvent : de 9,6 ‰ en 1985 à 10,3 ‰ en 1986 et 10,5  ‰ en 1987. Le résultat de ce renversement de tendance se traduit par une nette diminution de l’excédent des décès sur les naissances : les solde du mouvement naturel accuse un déficit de 75 927 personnes en 1986 et de 45 409 personnes en 1987. Le tournant se vérifie donc en 1987-1988. Ainsi pour la première fois depuis 15 ans ce déficit est-il en 1987 inférieur à 50 000 personnes. Dès lors se précise un mouvement de retour à l’équilibre du mouvement naturel, les indices étant d’autant plus encourageants que ce redressement provient pour l’essentiel d’une augmentation de la fécondité et non d’une structure par âges favorable35. Enfin, une étude régionale du mouvement naturel confirme cette évolution. D’après les résultats du recensement du 25 mai 198736, la réduction du déficit des naissances sur les décès est générale en République fédérale depuis 1985, l’équilibre étant même revenu en Bade-Wurtemberg dès 1984 ; en 1987 cet équilibre est pratiquement atteint en Bavière et la situation apparaît favorable dans tous les autres Länder de RFA, sauf Berlin-Ouest, Brême et surtout Hambourg.

54On observe que cette situation « privilégiée » des deux Länder méridionaux correspond finalement au principal mouvement de migration intérieure enregistré depuis 1970 : un fossé Sud-Nord se creuse en RFA au profit des régions du Sud qui attirent les hommes, bénéficient de l’implantation des branches de production les plus dynamiques, en un temps où les chocs pétroliers accentuent les difficultés d’adaptation des anciennes régions industrielles du Nord-Ouest.

3.3. Recul de la fécondité et transformation du régime démographique

55Quelles que soient les tendances observées à la veille de l’unification dans l’ancienne RFA, il demeure que, depuis 1970, le pays connaît par rapport à la période précédente, une transformation profonde de son régime démographique, marquée par un net recul de la fécondité.

56À cet égard, l’évolution de la nuptialité est caractéristique (cf. graphique 2).

  • 37 C’est entre 1995 et 1996 que la divortialité dépassera dans les anciens Länder 2,2 ‰ pour y atteind (...)
  • 38 Jürgen Dorbritz, «Bericht 1994 über die demographische Lage in Deutschland», p. 393-473, ZfBW, 4/19 (...)

57Après avoir atteint 10,7  ‰ en 1950 et 9,4  ‰ en 1960, le taux de nuptialité se situait à 7,3 ‰ en 1970 ; en 1978, il descend à 5,4 ‰, le nombre de mariages passant de 444 500 en 1970 à 328 200 ; ensuite s’opère une lente remontée qui permet d’atteindre 37 un taux de 6,6 ‰ avec 414 500 mariages en 1990. Dans le même temps, l’âge médian du premier ‘mariage s’est élevé de près de plus de 5 ans et demi : en 1970, il était de 25,6 ans pour les hommes et de 23 ans pour les femmes ; en 1990 il est de 31,4 ans pour les hommes et de 28,4 pour les femmes38.

  • 39 Toutefois ce taux passe de 2,19 à 2,25 entre 1995 et 1996 (Evelyn Grünheid, Ulrich Mammey, «Bericht (...)

58La fin des années soixante marque également un tournant en matière de divorce : en 1965, le taux annuel de divorces pour 1000 habitants n’est encore que de 0,95, il atteint 1,26 ‰ en 1970 pour dépasser 2,1 ‰ en 1985 et régresser ensuite légèrement à 2 ‰39.

  • 40 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung gestern, heute und morgen, Mainz, Kohlhammer, 1985, p. 178 et (...)
  • 41 Bernd Schofer, Harald Bender, Richard Utz, « Sind Singles individualisiert ? », p. 461-488, ZfBW, 7 (...)
  • 42 Cf. Wolfgang Lengsfeld, Wilfried Linke, «Die demographische Lage in der Bundesrepublik», ibid., p. (...)

59Mais c’est peut-être dans l’évolution de la composition des ménages que les changements intervenus depuis 1970 sont les plus significatifs. Si l’on observe le mouvement historique antérieur, il apparaît que, de 1871 à 1961, le nombre moyen de personnes par ménage est passé de 4,6 à 2,9, alors que les ménages ne comptant qu’une personne devenaient de plus en plus fréquents : 6,2 % du total en 1871, mais 20,6 % en 1961. Le nombre des enfants par ménage tendait déjà à diminuer depuis le début du siècle. C’est ainsi que les ménages de plus de 5 personnes, soit 44,4 % du total en 1900, n’étaient plus que 14,3 % en 196140. À partir de 1970, ce changement s’est poursuivi en s’accentuant, si bien qu’en 1989 les ménages d’une personne représentent 35,3 % du total41 (soit une augmentation de 71 % en moins de 30 ans). Le nombre moyen de personnes par ménage est désormais de 2,29. Parallèlement à la multiplication des ménages d’une personne, l’image qui s’affirme de plus en plus en RFA est celle d’un couple ayant un ou, au mieux, deux enfants. Ainsi, entre 1970 et 1986, le nombre total d’enfants par famille a diminué de 11 %, le nombre moyen d’enfants pour 100 familles passant de 198 à 168. Dans le même temps, le nombre de familles comptant 1 enfant augmentait de 14 % et celui des familles comptant 2 enfants de 13 %, tandis que le nombre des familles ayant 3 enfants ou plus diminuait de 38 %42.

60La conséquence principale de cette évolution est le vieillissement général de la population.

  • 43 Chiffres établis d’après StJB BRD 1992, p. 64. Pour une comparaison entre les deux États, cf. M.H., (...)

61En 1961, la population de la RFA, surtout comparée à celle de la RDA, offrait une image de jeunesse et de dynamisme que les chiffres récents démentent largement. Entre 1970 et 1990 le pourcentage des jeunes ayant en RFA moins de 15 ans a diminué de plus d’1/3, passant de 23,2 à 14,2 % de la population totale, alors que les plus de 65 ans augmentaient d’1/6, passant de 13,2 pour atteindre 15,3 % du total43 : au moment de l’unification, le pays compte donc autant de personnes de plus de 65 ans que de jeunes de moins de 15 ans. Pour ce qui est du vieillissement, la convergence entre les deux États est telle qu’en 1990 le rapport se trouve même inversé. En effet, lorsqu’elle disparaît, la RDA lègue une population relativement moins « ridée » que celle de l’Ouest : 13,5 % de plus de 65 ans contre 18,5 % de moins de 15 ans

  • 44 StJB BRD 1993, p. 82 ; à la même date (1988-1989), elle est nettement inférieure en RDA : 70 ans po (...)

62Pour une part, le processus de vieillissement s’explique par un recul de natalité, mais il résulte également des progrès de la médecine, de l’hygiène et du niveau de vie qui ont entraîné un recul de la mortalité. L’allongement de l’espérance de vie en témoigne et, en présence de ces chiffres, on mesure mieux le chemin parcouru durant un siècle. En 1871, l’espérance de vie à la naissance était en Allemagne de 35,5 ans pour les hommes et de 38,5 ans pour les femmes ; en 1970 elle a quasiment doublé, passant en République fédérale à 67,4 pour les hommes et à 73,8 pour les femmes ; entre 1970 et 1988-89 elle augmente encore et atteint 72,5 ans pour les hommes et 79 ans pour les femmes44 (soit + 8 % en moyenne).

3.3. Primat du laisser-faire en matière démographique

63Face à une telle évolution du mouvement naturel et de ses diverses composantes, l’on n’observe pas en RFA – à l’inverse de ce qui se passe en RDA – la mise en place d’une politique globale susceptible d’encourager la natalité.

  • 45 Cf. Karl Schwarz, «Les effets démographiques de la politique familiale en RFA et dans ses Länder», (...)
  • 46 On observe seulement à compter du Ier janvier 1986, la mise en place d’un dispositif plus conséquen (...)

64Certes, il existe depuis 1955 en République fédérale une politique modeste d’aide à la famille et certaines dispositions d’ordre économique, fiscal et social aménagent l’environnement familial ; on peut noter dans certains Länder (en Sarre, à Berlin-Ouest et surtout en Bade-Wurtemberg) des esquisses de politique nataliste45. Cependant, jusqu’à une période récente46, le gouvernement fédéral s’est refusé, pour des raisons philosophiques, idéologiques – mais aussi historiques – à intervenir activement dans ce qu’il considère comme étant la sphère privée des citoyens. D’une certaine façon, c’est le laisser-faire qui a prévalu en matière démographique, tout au moins pour le mouvement naturel.

3.4 L’immigration

65En revanche, au niveau des mouvements géographiques de population et bien sûr grâce à l’immigration qui en est l’élément le plus connu, intervient, face à une population de souche qui stagne quasiment depuis 25 ans une sorte de « compensation par la main invisible » de l’immigration.

  • 47 Cette immigration cessant au 1/7/1990 d’être comptabilisée comme telle pour devenir une simple migr (...)

66De 1970 à nos jours, la RFA enregistre deux types d’immigration : celle des étrangers, parmi lesquels on distingue les travailleurs immigrés et les réfugiés politiques, et celle de personnes ayant la nationalité allemande, parmi lesquelles on distingue les Allemands venus de RDA47 et ceux venus d’Europe centrale et orientale, ainsi que d’Union soviétique.

67L’ensemble de ces mouvements est fort complexe, surtout depuis 1988, et il ne peut être question ici d’en faire un bilan exhaustif. On choisira d’évoquer ici l’année 1989, car la désagrégation des régimes de l’Est et l’effondrement du système instauré en RDA confèrent une dimension exceptionnelle à ces flux migratoires dont le solde – plus d’un million de personnes – évoque les migrations de l’immédiat après-guerre.

  • 48 À la fin de septembre 1990, les Länder occidentaux comptent 5 241 800 étrangers recensés (StJb BRD (...)
  • 49 Jürgen Dorbritz, «Bericht 1994 über die demographische Lage in Deutschland», op. cit., p. 393.

68On se contentera, tout d’abord, de rappeler l’augmentation globale du nombre des étrangers. Ceux-ci étaient moins d’un million au début des années soixante ; ils passent de 2,6 millions en 1970 à 4,6 millions à la fin de 1987 pour approcher les 5,54 millions lors de l’unification48 ; à la fin de 199349, année de forte immigration, leur nombre atteint près de 7 millions ; en 1995, le pays compte 7 173 300 étrangers, l’augmentation étant de 34 % par rapport à 1990.

69Si globalement le mouvement de croissance est manifeste, des fluctuations importantes sont intervenues en la matière.

70Jusqu’en 1973 (« Anwerbestopp »), les soldes migratoires sont nettement excédentaires : l’afflux de travailleurs immigrés venus de Grèce, Italie, Yougoslavie, Portugal, Espagne et Turquie est tel que bientôt plus de 4 millions d’étrangers sont recensés en RFA.

71Entre 1973 et 1976, les soldes migratoires s’inversent : la crise économique et les mesures gouvernementales provoquent des départs massifs (200 000 en 1975), tandis que les arrivées témoignent d’une transformation qualitative : on observe une diminution du nombre des actifs parmi les nouveaux immigrants et une prédominance de ressortissants turcs. De 1977 à 1981, les soldes migratoires redeviennent positifs et, aux nationalités précédentes, s’ajoute une forte immigration polonaise : 45 000 Polonais dès 1976, avec un maximum en 1981 (135 000). Les réfugiés polonais sont suivis en 1980 par les réfugiés turcs, puis, au cours des années suivantes, par les réfugiés venus des pays d’Asie. Néanmoins, en 1982, concurremment avec la récession économique, les soldes migratoires redeviennent négatifs pendant trois ans (avec un déficit total de 191 000 personnes) jusqu’en 1985, année marquée par une reprise de l’immigration et par un excédent migratoire de 31 500 personnes. C’est cette tendance qui se confirme et s’amplifie vers 1986 (+ 130.600 personnes) pour se poursuivre aujourd’hui jusqu’à l’unification et au-delà.

  • 50 StJb BRD, 1991, p. 93.

72L’immigration enregistrée en 1989, au moment où se précise l’unification reflète bien les nouvelles orientations. Au cours de cette année 1989, la RFA enregistre 1 522 190 arrivées : environ 50 % concernent des Allemands (751 419) et 50 % des étrangers (770 771). Les départs (544 967) ne représentent qu’1/3 des arrivées : 106 690 Allemands et 438 277 étrangers50.

  • 51 La Turquie est, selon la tradition des statistiques allemandes, rangée sous la rubrique « Europe ».

73Parmi les arrivées, 82 % de la migration provient d’Europe51. Près de 1/3 des immigrants sont Polonais, moins d’ 1/6 viennent du Marché commun et 1/9 de Turquie. Parmi les départs, 80 % de la migration se rend en Europe, plus d’1/4 allant en Pologne ; on observe également un pourcentage notable de retours vers la Yougoslavie et l’Italie.

74Dans cette masse de migrants, le nombre de personnes demandant à bénéficier du statut de réfugié politique « Asylbewerber ») aux termes de l’article 16, alinéa 2 de la Loi fondamentale atteint 121 300, soit un accroissement de 17 % par rapport à l’année précédente. La composition de ce groupe est éloquente : 21,5 % des demandeurs d’asile sont Polonais, 16,5 % viennent de Turquie, 16 % de Yougoslavie et 6,4 du Sri Lanka. Cette multiplication des demandeurs d’asile va encore s’amplifier l’année suivante, en dépit des difficultés d’insertion et du rejet de leur recours pour 95 % d’entre eux .

75Le second groupe d’immigrants est constitué par les Allemands.

  • 52 Plus précisément 42 % de ces migrants Est-Ouest se trouvent dans les classes d’âges de 25 à 45 ans (...)
  • 53 Jürgen Dorbritz, Wulfram Speigner, «Die Deutsche Demokratische Republik - ein Ein- und Auswanderung (...)

76Parmi eux on retrouve tout d’abord les Allemands originaires de RDA dont il a été précédemment question. Ainsi, en 1989, la migration Est-Ouest porte-t-elle sur 343 854 personnes : en volume, c’est la plus forte émigration subie par la RDA depuis sa fondation. À la différence du mouvement migratoire assez largement « contrôlé » qui, entre 1961 et 1988 avait laissé surtout partir à l’Ouest des retraités (cf. supra), la migration qui s’amplifie en 1989 et se trouve symbolisée dans la nuit du 9 novembre par la chute du Mur de Berlin, ressemble, quant à sa structure par âges à celle d’avant l’érection de ce Mur. Ainsi, 88 % des migrants ont-ils moins de 45 ans52. Cela tendrait à confirmer la réapparition d’une émigration par familles entières, phénomène que l’on observe généralement dans des migrations organisées, traditionnelles et définitives. L’origine géographique des migrants est, elle aussi, riche en enseignements tant économiques que politiques : 56 % du mouvement provient des seuls districts de Dresde, Chemnitz, Leipzig et Berlin, c’est-à-dire les plus industrialisés et les plus denses du pays. En revanche, les districts septentrionaux et à prédominance rurale (Schwerin, Neubrandenburg et Suhl) ne fournissent qu’une proportion faible de migrants53.

  • 54 Bundeszentrale für politische Bildung (ed.), Aussiedler, Bonn, 1989, p. 1.

77L’autre catégorie de migrants d’origine allemande est constituée par les « Aussiedler », originaires des pays d’Europe centrale et orientale ou d’Union soviétique. Aux termes de l’article 116 de la Loi fondamentale, les personnes considérées comme « Allemands de souche » bénéficient de la citoyenneté allemande. Après le vaste exode qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en conduisit environ dix millions en RFA (Cf. supra), leur afflux avait nettement diminué. Depuis les années soixante, la migration de ces « Aussiedler » suit, pour l’essentiel, le rythme fixé par les accords économiques que la RFA signe avec leurs pays d’origine : un « dédommagement », variant en général de 800 à 1 200 DM par tête54 est versé au pays d’émigration. Dès leur arrivée en RFA, ces migrants sont pris en charge selon les modalités prévues par la Loi de Péréquation des charges (« Lastenausgleichsgesetz » du 14/8/1952) et par la loi du 19/5/1953 concernant les Expulsés et réfugiés (« Bundesvertriebenen- und Flüchtlingsgesetz »). L’évolution politique du bloc de l’Est au milieu des années quatre-vingt entraîne une accélération du phénomène migratoire : 36 500 « Aussiedler » arrivent en RFA en 1984, 78 500 en 1987 et 203 000 en 1988. Cette augmentation observée en 1988 apparaît, avec le recul du temps, comme un simple prélude à l’irruption massive des Allemands de souche en RFA qui intervient au cours de l’année 1989, au moment où s’ouvrent les frontières est-allemande, tchèque et hongroise. Les divers camps d’accueil dénombrent alors 377 055 personnes, soit environ 37 000 personnes de plus que la migration inter-allemande évoquée précédemment. Trois origines géographiques dominent : 66 % (250 340) viennent de Pologne, 26 % (98 134) d’Union soviétique et 6 % (23 387) de Roumanie. En revanche, le nombre de migrants d’origine allemande venant de Tchécoslovaquie atteint à peine 2 000 personnes et l’immigration de Hongrie ou de Yougoslavie avoisine 1 500 personnes.

  • 55 Sur cette image d’une «Allemagne en rétraction» que nous offre l’Allemagne unie en 1989-190, cf. M. (...)

78Ainsi, au moment où se rejoignent les deux États allemands séparés par la Seconde Guerre mondiale, semble se clore par cette vaste « migration de retour » l’expansion en Europe centrale et orientale du peuple allemand55, de ces témoins de la « germanité » qui, par deux fois dans l’histoire européenne ont servi de justification, sinon de prétexte, aux déclenchements des conflit mondiaux.

79Par un curieux paradoxe, l’unification allemande de 1989-1990, exemple même de « révolution pacifique », va susciter dans la partie orientale du pays l’apparition de symptômes démographiques qui, mortalité évidemment mise à part, sont l’apanage des périodes de guerre. De 1991 à 1995, la nuptialité et la natalité s’effondrent dans les nouveaux Länder, alors que la divortialité régresse fortement. Il y a là une singulière similitude avec les évolutions observées, pour une durée presque analogue, dans les deux conflagrations mondiales. Depuis 1996 s’esquisse un retour à la normale qui, en revanche, diffère par son intensité bien modeste des périodes de forte récupération observées lors des deux après-guerres. L’examen de ces phénomènes ouvre un champ nouveau à l’analyse des faits de population replacés dans le cadre des évolutions politiques, économiques et sociales du pays. Décidément, les sautes de la montre démographique allemande ont de quoi susciter la curiosité des horlogers !

Tableau1 : évolution de la population totale et de la densité dans les deux parties de l’Allemagne (1939/1980-1990)

Tableau1 : évolution de la population totale et de la densité dans les deux parties de l’Allemagne (1939/1980-1990)

Tableau 2 : la « révolution démographique » en Allemagne et en France

Tableau 2 : la « révolution démographique » en Allemagne et en France

Graphique 1 : évolution de la population dans les deux parties de l’Allemagne (1939/1980-1990)

Graphique 1 : évolution de la population dans les deux parties de l’Allemagne (1939/1980-1990)

Graphique 2 : évolution de la nuptialité en Allemagne (1946/1949-1990/1995)

Graphique 2 : évolution de la nuptialité en Allemagne (1946/1949-1990/1995)

Graphique 3 : évolution du mouvement naturel dans la partie occidentale de l’Allemagne (1946/1949-1990/1995)

Graphique 3 : évolution du mouvement naturel dans la partie occidentale de l’Allemagne (1946/1949-1990/1995)

Graphique 4 : évolution du mouvement naturel dans la partie orientale de l’Allemagne (1946/1949-1990/1995)

Graphique 4 : évolution du mouvement naturel dans la partie orientale de l’Allemagne (1946/1949-1990/1995)

Graphique 5 : évolution de l’indice synthétique de fécondité en Allemagne (1950-1990/1995)

Graphique 5 : évolution de l’indice synthétique de fécondité en Allemagne (1950-1990/1995)

.Graphique 6 :évolution du mouvement naturel en Allemagne (1817-1995)

.Graphique 6 :évolution du mouvement naturel en Allemagne (1817-1995)

Notes

1 «La petite aiguille de la montre est la plus importante, mais elle paraît immobile. La lenteur des phénomènes démographiques les charge de conséquences, tout en les dérobant à l’attention des contemporains qui les subissent. La plupart des événements historiques profonds trouvent leur explication dans des considérations de population», Alfred Sauvy, La population, Paris, PUF, 1ère éd., 1944, p. 5.

2 C’est cette préoccupation qui explique que, dans les tableaux et graphiques accompagnant le texte, l’on ait également fait figurer les données de 1990-1995 afin de replacer dans le long terme les évolutions récentes.

3 Pour plus de précisions sur une période envisagée selon la même démarche, cf. M.H., «Cinq ans après : bilan de l’évolution démographique dans l’Allemagne unie (1991-1995) », p. 567-583, dans Nicole Piétri (dir.), L’état social de l’Allemagne après l’unification, Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, T. 29 (n° 4), oct-déc. 1997 ; cf. également M.H., Deutschland im Wandel. Geschichte der deutschen Bevölkerung seit 1815, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1998, p. 315-325.

4 Sur les diverses causes de ce phénomène que montre clairement le graphique 4, cf. p. ex. M.H. L’Allemagne en mutation. Histoire de la population allemande depuis 1815», Paris, Presses de Sciences Po, 1995, p. 377-378.

5 Cf. tableau 1 et graphique 1.

6 Nous reprenons ici la terminologie officielle en vigueur à l’époque en République fédérale d’Allemagne.

7 Charlotte Höhn, Johannes Otto, «Bericht über die demographische Lage in der Bundesrepublik», p. 445-518, Zeitschrift für Bevölkerungswissenschaft (abrév. : ZfBW) , 4/1985, p. 466 et suiv.

8 Il existe sur ce sujet une littérature abondante dans la démographie allemande; ainsi, par exemple, les ouvrages théoriques de Gerhard Mackenroth, Hans Linde et Josef Schmid.

9 Charlotte Höhn, «Von der Großfamilie zur Kernfamilie ? Zum Wandel der Familieform während des demographischen Übergangs», p. 237-250, ZfBW, 3/1988, p. 239.

10 Edward Shorter parle depuis 1975 d’une « famille post-moderne » ; cf. La naissance de la famille moderne, Paris, Le Seuil, 1977, chap. 8, p. 326-339 ; cf. également, Edward Shorter, «Einige demographische Auswirkungen des postmodernen Familienlebens», p. 221-234, ZfBW, 3/1989.

11 Cf. Ron Lesthaeghe, «Der zweite demographische Übergang in den westlichen Ländern : eine Deutung», p. 313-354, ZfBW, 3/1992.

12 On reprend ici l’expression choisie par Henri Léridon dans Henri LÉridon (e.a.), La seconde révolution contraceptive, Paris, INED, cahier n° 117, 1987.

13 Nombre de naissances féminines par rapport au nombre de femmes en âge de procréer.

14 L’indice synthétique de fécondité ou « sommes des naissances réduites » (en allemand : « Gesamtfruchtbarkeitsziffer ») indique combien d’enfants vont naître de 1000 femmes dans l’hypothèse où celles-ci conserveraient la fécondité de leur classe d’âges observée lors de l’année de référence et en l’absence de mortalité. Par souci de clarté, l’indice est généralement rapporté à 1 femme, ce qui permet d’illustrer la perspective de renouvellement des générations dans une population donnée, un renouvellement ne pouvant être assuré que par un indice de l’ordre de 2,1.

15 Une légère remontée est intervenue ultérieurement qui devrait déboucher en 1997 sur un indice de 1,016 dans les nouveaux Länder contre 1,395 à l’échelle de toute l’Allemagne. Même si l’on est ainsi fort loin d’un remplacement des générations, celui-ci n’étant désormais assuré qu’ à moins de 70 % pour le pays tout entier, les experts prévoient un alignement des taux de fécondité orientaux sur ceux de l’Ouest pour l’année... 2010. (Bundesinstitut für Bevölkerungsforschung beim Statistischen Bundesamt (ed.), (abrév. : BIB), BIB Mitteilungen , 3/98, p. 9.

16 Ainsi, le taux de mortalité infantile qui, en 1960 était encore de 3,88 ‰ contre 3,38 en RFA, s’abaisse à 1,21 en 1980 (1,27 en RFA), puis à 0,81 ‰ (0,76 en RFA) en 1988. L’évolution du taux mortalité maternelle est analogue : proche de 1 ‰ en 1960, il s’abaisse à 0,12 ‰ en 1988 contre 0,09 ‰ en RFA (Cf. Ralf Rytlewski, Manfred Opp de Hipt, Die Deutsche Demokratische Republik in Zahlen 1945/1949-1980, München, Beck, 1987, p. 44 ; Ralf Rytlewski, Manfred Opp de Hipt, Die Bundesrepublik Deutschland in Zahlen 1945/1949-1980, München, Beck, 1987, p. 55-56; Herbert Raisch, DDR im Wandel, Metzler-Poeschel Verlag/Statistisches Bundesamt, Stuttgart, 1990, Tab. 49.

17 Les statistiques officielles de RDA mentionnent même des chiffres supérieurs de 5 à 6 points, indiquant pour 1988 un pourcentage de 91,3 % d’actifs féminins employés ; ainsi, 400 000 femmes seulement n’auraient pas à cette date exercé d’activité professionnelle, dont 200 000 pour cause de «Babyjahr».

18 C’est le thème bien connu du « Sozialistischisches Drei-Kind-Familien Ideal ».

19 Tout comme l’âge médian au premier mariage, l’âge moyen des femmes à la naissance du premier enfant s’est abaissé entre 1975 et 1985 de deux ans environ en RDA pour atteindre un niveau nettement inférieur à celui des autres pays industrialisés.

20 Entre 1970 et 1986 le taux annuel de divortialité rapporté à 100 mariages passe en RDA de 21 à 47 (Statistisches Bundesamt ed., Statistisches Jahrbuch der Bundesrepublik Deutschland (abrév. : StJb BRD) 1991, p. 88).

21 Chiffres valables pour la période 1985-1989 ; cf. Dagmar Meyer, «Ehescheidungen in der ehemaligen DDR», ZfBW, 1/1991, p. 33-47. En 1990, se produira un arrêt brutal de la divortialité avec les bouleversements économiques et sociaux.

22 Cf. MH, «Cinq ans après : bilan de l’évolution démographique dans l’Allemagne unie (1991-1995) », op. cit., p. 571-572.

23 Bundesministerium für Innerdeutsche Beziehungen (ed.), Zahlenspiegel BRD/DDR, Bonn, 3e édit., mai 1988, p. 7.

24 Cf.Catharina Belwe, « Migration in der DDR. Landflucht und Verstädterung », Deutschland Archiv, 20 (1987-5), p. 517.

25 Charlotte Höhn, Ulrich Mammey, Hartmut Wendt, «Bericht zur demographischen Lage : Trends in beiden Teilen Deutschlands und Ausländer in der Bundesrepublik Deutschland», p. 135-206, ZfBW, 2/1990.

26 M.H., «Les flux migratoires en RFA 1989-1991», p. 4-8, dans BDIC, Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 23, avril-juin 1991 (article repris dans La Documentation française, Problèmes économiques , p. 5-10, n° 2259, janvier 1992).

27 Charlotte Höhn, Ulrich Mammey, Hartmut Wendt, «Bericht zur demographischen Lage : Trends in beiden Teilen Deutschlands und Ausländer in der Bundesrepublik Deutschland », op. cit., p. 167.

28 Ibid, p. 165.

29 Ce chiffre est inclus parmi celui, généralement avancé, de 588 personnes tuées depuis 1961 lors du franchissement des frontières de la RDA.

30 Estimés en novembre 1990 à 200 000, ces navetteurs sont environ 500 000 un an plus tard, en novembre 1991 (Katharina Pohl, Bernd Störzbach, Hartmut Wendt, «Die demographische Lage in Deutschland und in der Europäischen Gemeinschaft», p. 3-93, ZfBW, 1/1992, p. 59)..

31 BIB, BIB-Mitteilungen, 2/1991, p. 15.

32 Au 1/1/1990, le territoire de l’Allemagne unie compte 5 037 000 étrangers, soit 6,4 de la population totale, mais 8,2 % de la population de l’ancienne RFA ; cf. Katharina Pohl, Bernd Störzbach, Hartmut Wendt, «Die demographische Lage in Deutschland und in der Europäischen Gemeinschaft», op. cit., p. 3.

33 Wolfgang Lengsfeld, Wilfried Linke, «Die demographische Lage in der Bundesrepublik», p. 341-433, ZfBW, 4/1988, p. 362.

34 L’évolution observée au lendemain de l’unification va souligner, si besoin était, le caractère éphémère de cette quatrième phase de redressement du mouvement naturel (cf. M.H., «Cinq ans après : bilan de l’évolution démographique dans l’Allemagne unie», op. cit., p. 570-573).

35 Wolfgang Lengsfeld, Wilfried Linke, «Die demographische Lage in der Bundesrepublik», p. 341-433, ZfBW, op. cit., p. 358.

36 BIB, BIB-Mitteilungen, 1/1989, p. 12-13.

37 C’est entre 1995 et 1996 que la divortialité dépassera dans les anciens Länder 2,2 ‰ pour y atteindre 2,25 ‰ (Evelyn Grünheid , Ulrich Mammey, «Bericht 1997 über die demographische Lage Deutschlands», ZfBW), 4/97, p. 399.

38 Jürgen Dorbritz, «Bericht 1994 über die demographische Lage in Deutschland», p. 393-473, ZfBW, 4/1993-94, p. 404.

39 Toutefois ce taux passe de 2,19 à 2,25 entre 1995 et 1996 (Evelyn Grünheid, Ulrich Mammey, «Bericht 1997 über die demographische Lage in Deutschland », p. 377-480, ZfBW, 4/1997, p. 399 ) ce qui témoigne du caractère très passager de la rémission apparue au début des années 1990.

40 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung gestern, heute und morgen, Mainz, Kohlhammer, 1985, p. 178 et suiv.

41 Bernd Schofer, Harald Bender, Richard Utz, « Sind Singles individualisiert ? », p. 461-488, ZfBW, 7/1991.

42 Cf. Wolfgang Lengsfeld, Wilfried Linke, «Die demographische Lage in der Bundesrepublik», ibid., p. 402 et suiv.

43 Chiffres établis d’après StJB BRD 1992, p. 64. Pour une comparaison entre les deux États, cf. M.H., « L’Allemagne en mutation », op. cit. , tab. 56, p. 391.

44 StJB BRD 1993, p. 82 ; à la même date (1988-1989), elle est nettement inférieure en RDA : 70 ans pour les hommes et 76, 2 ans pour les femmes. Ce phénomène s’explique, entre autres, par une surmortalité masculine liée aux modes de vie et particulièrement auxs habitudes alimentaires.

45 Cf. Karl Schwarz, «Les effets démographiques de la politique familiale en RFA et dans ses Länder», p. 395-415, INED (ed), Population, 2/1989.

46 On observe seulement à compter du Ier janvier 1986, la mise en place d’un dispositif plus conséquent qui, tout à la fois, renforce les aides ou compensations existantes et met l’accent sur l’aide à l’éducation des enfants. En développant des formes souples de congé parental, congé validé lors du calcul de la retraite, ces mesures prennent en compte le développement du travail féminin. Le bilan, encore provisoire, de ces mesures, tend à montrer qu’une part modeste dans la reprise de la natalité peut leur être imputée, encore que ces effets soient plus nets pour les mères d’origine étrangère que pour celles de souche allemande (Karl Schwarz, «Bevölkerungspolitische Wirkungen familienpolitischer Maßnahmen», p. 197-205, ZfBW, 2/1992). C’est seulement en 1997 (Staatsbürgertaschenbuch p. 688) qu’une amélioration notable des prestations sera accordée, les principes de base concernant la qualité des bénéficiaires demeurant analogues à celles prévues par les lois de 1975 et de 1982.

47 Cette immigration cessant au 1/7/1990 d’être comptabilisée comme telle pour devenir une simple migration intérieure (cf. infra).

48 À la fin de septembre 1990, les Länder occidentaux comptent 5 241 800 étrangers recensés (StJb BRD 1992, p. 71) et ceux de l’Est 175 700, soit un total de 5 417 500.

49 Jürgen Dorbritz, «Bericht 1994 über die demographische Lage in Deutschland», op. cit., p. 393.

50 StJb BRD, 1991, p. 93.

51 La Turquie est, selon la tradition des statistiques allemandes, rangée sous la rubrique « Europe ».

52 Plus précisément 42 % de ces migrants Est-Ouest se trouvent dans les classes d’âges de 25 à 45 ans et 23 % ont moins de 15 ans.

53 Jürgen Dorbritz, Wulfram Speigner, «Die Deutsche Demokratische Republik - ein Ein- und Auswanderungsland», p. 67-85, ZfBW, 1/1990.

54 Bundeszentrale für politische Bildung (ed.), Aussiedler, Bonn, 1989, p. 1.

55 Sur cette image d’une «Allemagne en rétraction» que nous offre l’Allemagne unie en 1989-190, cf. M.H., «l’État national allemand : configuration historique et potentialités (1815-1990), p. 401-416, dans Denis Goeldel (dir.), « Débats autour de la nation allemande et de l’identité nationale dans l’Allemagne unifiée (1989-1990) : la conscience nationale introuvable », in : Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, T. 28 (n°4), oct-déc. 1996.

Table des illustrations

Titre Tableau1 : évolution de la population totale et de la densité dans les deux parties de l’Allemagne (1939/1980-1990)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Tableau 2 : la « révolution démographique » en Allemagne et en France
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6327/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Graphique 1 : évolution de la population dans les deux parties de l’Allemagne (1939/1980-1990)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6327/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Graphique 2 : évolution de la nuptialité en Allemagne (1946/1949-1990/1995)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6327/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Graphique 3 : évolution du mouvement naturel dans la partie occidentale de l’Allemagne (1946/1949-1990/1995)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6327/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Graphique 4 : évolution du mouvement naturel dans la partie orientale de l’Allemagne (1946/1949-1990/1995)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6327/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Graphique 5 : évolution de l’indice synthétique de fécondité en Allemagne (1950-1990/1995)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6327/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre .Graphique 6 :évolution du mouvement naturel en Allemagne (1817-1995)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6327/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 361k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540