Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

2. L'évolution en RFA et en RDA dans les années 1980

Le mythe de la troisième voie

Bernard Poloni

Texte intégral

1L’expérience vécue par les acteurs et témoins des événements de 1989-1990 en Allemagne tout comme les analyses qui en ont été faites depuis lors se rejoignent, quelles que soient par ailleurs leurs divergences, sur un point : la réunification du pays s’est produite à la surprise générale, à un moment imprévu, avec une rapidité déroutante, marquant ainsi un moment privilégié d’accélération de l’histoire.

  • 1 Dieter Grosser, Stephan Bierling, Friedrich Kurz, Die sieben Mythen der Wiedervereinigung, Munich 1 (...)

2Ces moments particuliers, justement du fait de leur soudaineté déroutante, se caractérisent en règle générale par l’émergence de théories qui, au-delà de la pure description, tendent à comprendre et expliquer ce qui vient de se produire. Et la période qui nous intéresse ici n’a pas fait exception à cette règle. Au point qu’a pu être publié dès 1991 un ouvrage intitulé Les sept mythes de la réunification1.

3Nous voudrions nous attacher à l’un de ces sept mythes – nourri de conviction chez les uns, de duplicité manœuvrière chez les autres –, qui émerge dans la R.D.A. agonisante et se trouve repris par certains milieux magne occidentale : celui d’une possible troisième voie qui eût été celle du salut entre deux mondes de perdition – l’occidental et l’oriental, celui du capitalisme inhumain et celui du socialisme dévoyé.

4Nous procéderons à cette fin en quatre temps, établissant l’affirmation du mythe dans son contexte historique avant d’en sonder les aspects économiques, diplomatiques et constitutionnels. En conclusion de quoi nous nous attacherons à préciser les raisons d’être de ce mythe.

1. L’émergence et l’affirmation du mythe

5Comme nous venons de le dire, l’apparition – ou plus exactement la résurgence de ce mythe s’explique pour partie par la soudaineté avec laquelle la réunification de l’Allemagne intervient. Parmi toutes les citations et références qui pourraient être citées pour souligner cette soudaineté imprévue, nous en retiendrons trois, qui reflètent l’opinion de trois milieux différents. Celui tout d’abord des écrivains et intellectuels, auxquels il est parfois reconnu une aptitude particulière à sentir, voire pressentir l’évolution du corps social ; dans un entretien de Heiner Müller avec Frank M. Raddatz paru en janvier 1989, nous pouvons lire ce qui suit :

  • 2 Heiner Müller, Zur Lage der Nation, Berlin 1990, p. 32.

«Das Grundproblem dabei ist nur, daß die DDR immer eine stalinistische Kolonie war – und jetzt soll dieses Land plötzlich auf eigenen Beinen stehen, seine eigene Geschichte machen. Wie soll die aussehen ? Wie die Dinge liegen, könnte das nur eine Geschichte im europäischen Kontext sein, doch den zu finden braucht einfach seine Zeit. Ungarn hat es da leichter, es war immer relativ selbständig. Die CSSR kann man wohl auslassen, das ist durch die Invasion von 1968 ein totes Land. Natürlich wird die Mauer irgendwann fallen – die Frage ist nur, wie kommt man zu einer Situation, in der man sie weglassen kann. »2

6Indépendamment des jugements pour le moins cavaliers portés sur les cas hongrois et tchécoslovaque, l’erreur d’analyse est patente : à trop croire que l’homme est seul auteur de son histoire, qu’il la détermine pleinement et rationnellement, on en vient à se demander comment il lui sera bien possible de parvenir à créer une situation propice à la chute du mur («wie kommt man zu einer Situation ...»), alors qu’en réalité, cette situation surviendra et le surprendra (wann kommt eine Situation...).

7La seconde citation est tirée d’un article de fond paru dans le Spiegel – éminent reflet, ou plus exactement faiseur de l’opinion publique – en novembre 1989, trois jours avant l’ouverture du mur de Berlin :

  • 3 Der Spiegel, 45/1989, p. 29.

«Der Tag ist – wegen des Wohlstands- und Freiheits-Ungleichgewichts – nicht absehbar, an dem die Mauer fallen könnte, noch jener, an dem eine Wiedervereinigung denkbar scheint.»3

8La troisième citation enfin, révélatrice de l’état d’esprit qui règne encore dans certains milieux économiques de la République fédérale à cette époque, est tirée d’un entretien accordé à la même date par Heinz Dürr, alors président du directoire de la société AEG, et consacré aux possibilités de modernisation de l’économie est-allemande :

  • 4 Ibid., p. 54

«Ein Konzept, das bei uns akzeptiert wird und in der DDR wirkungsvoll den wirtschaftlichen Erneuerungsprozeß unterstützt, kann deshalb nur im Konsens erarbeitet werden. Und hier brauchen wir nicht nur europäische Initiative, sondern Führung. Deutsch-deutsche Zusammenarbeit allein würde wohl allzu schnell mit dem Etikett Wiedervereinigung versehen. Und darum geht es nun wirklich nicht.»4

9Et pourtant le mur s’ouvre puis tombe, la R.D.A. tente de résister puis sombre.

10C’est dans ce contexte que vont se dégager, puis se préciser trois conceptions distinctes de l’avenir.

11L’une, qui n’est pas appelée à retenir notre attention dans le cadre de cette communication, même si elle a en définitive été déterminante, consiste à préconiser la réunion, la fusion rapide des deux parties de l’Allemagne au sein de l’ordre politique, économique et social qui prévaut à l’Ouest.

12La deuxième consiste à rejeter cette fusion, voire, dans les cas extrêmes, tout rapprochement systémique entre les deux Etats allemands. Elle revient à continuer d’affirmer le droit à l’existence de l’Etat communiste est-allemand, soit par idéalisme, soit par pur désir de défendre des intérêts et avantages personnels ou catégoriels ; et dans un cas comme dans l’autre au mépris du désir, puis de la volonté affirmés sous diverses formes par une partie croissante de la population est-allemande. Cette thèse est bien évidemment défendue par les tenants et dignitaires du régime communiste. Ainsi Manfred Gerlach, chef de file du LDPD, explique-t-il en novembre 1989 :

  • 5 Ibid., p. 42.

«Die Grundlage all dieser weitgehenden Veränderungen ist aber, daß wir unsere gesellschaftliche Ordnung nicht torpedieren. Um es deutlich zu sagen : Auch durch Wahlen wollen wir nicht zu einer zweiten Bundesrepublik werden.»5

13Tandis que Otto Reinhold, idéologue du SED, fait en août 1989 une déclaration qui, à travers le langage stéréotypé de la propagande, traduit tout à la fois la vraie nature du régime en place et son impuissance au moment décisif :

  • 6 D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 99 s.

«Die DDR ist nur als antifaschistischer, als sozialer Staat, als sozialistische Alternative zur BRD denkbar... Welche Existenzberechtigung sollte eine kapitalistische DDR neben einer kapitalistischen Bundesrepublik haben ? Natürlich keine6

  • 7 Philip Zelikow, Condoleezza Rice, Sternstunde der Diplomatie – Die deutsche Einheit und das Ende de (...)

14Certains syndicalistes est-allemands de leur côté menacent d’appeler à la grève générale si le gouvernement de la RDA venait à préparer une réunification avec le capitalisme ouest-allemand.7

  • 8 Armin Mitter, Stefan Wolle, Untergang auf Raten – Unbekannte Kapitel der DDR-Geschichte, Munich 199 (...)

15La même idée, la même préoccupation agite également une partie des intellectuels, tout spécialement des écrivains est-allemands. C’est ainsi qu’en septembre 1989, des auteurs comme Christa Wolf et Stephan Hermlin refusent de signer l’appel lancé par les contestataires du Neues Forum à l’occasion de la création de leur mouvement, parce que ceux-ci ne s’y réclament pas explicitement du socialisme8.

16Cette même idée se retrouve également exprimée par des membres du mouvement contestataire, dont le projet initial n’est pas tant de renverser le socialisme en RDA que de le sauver en le réformant, en le « déstalinisant ». On peut ainsi lire dans la plate-forme inaugurale de Demokratie Jetzt :

«Der Sozialismus muß nun seine eigentliche, demokratische Gestalt finden, wenn er nicht geschichtlich verloren gehen soll.»

17Ou encore sous la plume de l’un des fondateurs du Demokratischer Aufbruch, le pasteur Edelbert Richter, déclarant le 16 novembre 1989 :

  • 9 Pour ces deux dernières citations, voir : D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 70

«Nicht nur das Wort sozialistisch, sondern auch bestimmte gesellschaftliche Prinzipien des Sozialismus haben für uns nach wie vor einen guten Klang.»9

18Quant à Bärbel Bohley, appelée à devenir une figure quasi emblématique de la lutte contre le régime en place, elle défend elle aussi à l’origine des positions fort réservées. Elle organise le 29 octobre 1989, dans son appartement, une rencontre entre des membres du Neues Forum, du SPD et le bourgmestre régnant de Berlin-Ouest Walter Momper, au cours de laquelle elle ne remet pas en cause l’existence de l’Etat est-allemand :

  • 10 Ibid., p. 548. Le fait est confirmé dans P. Zelikow, C. Rice, op. cit., p. 157 : «Die führenden Ver (...)

«Aber auch viele Vertreter der Opposition zeichneten sich durch ein zögerliches und kompromißbereites Auftreten aus. So äußerte Bärbel Bohley, wiederum die Exaktheit der geheimdienstleichen Protokollführung vorausgesetzt : «... grundsätzlich sei die führende Rolle der SED nicht abzulehnen ; sie müsse lediglich so gestaltet werden, daß sie erkennbar und sichtbar sei und allen diene. Zur Stellung des ‘Neuen Forum’ vertrat sie den Standpunkt, daß es sich auflösen würde, wenn in der DDR eine Wende und Entwicklung eintrete, die den Auffassungen der Sympathisanten des ‘Neuen Forum’ entspräche. Möglichkeiten der aktiven Mitarbeit würden vorhandene Parteien und Organisationen bieten.»10

19Enfin cette même conception est reprise et défendue ouvertement par certains milieux de la gauche politique et intellectuelle en Allemagne de l’Ouest. Que ce soient des écrivains comme Günther Grass, qui déclare dans une interview au Figaro publiée le 1er octobre 1990, avec un sens affirmé de la distorsion, de la méconnaissance ou bien du refus de reconnaître les données historiques :

  • 11 Le Figaro, numéro spécial 14 338 du 1er octobre 1990, p. 30. La place nous manque ici pour analyser (...)

«N’oublions pas, enfin, que la charge principale de la guerre déclarée – et perdue – par tous les Allemands a été supportée par les seuls Allemands de la RDA. Eux n’ont jamais connu le plan Marshall, que je sache. Et c’est la France qui s’honorerait de prendre la tête d’une croisade européenne en faveur d’un tel plan de sauvetage. Le plan de sauvetage économique de la RDA.»11

20Que ce soit le bourgmestre régnant de Berlin-Ouest qui, lors de la réunion précédemment évoquée dans l’appartement de Bärbel Bohley, déclare :

  • 12 A. Mitter, S. Wolle, op. cit., p. 547 s.

«Bei dieser Gelegenheit verkündete, die exakte Protokollführung der anwesenden Stasi-Spitzel vorausgesetzt, der SPD-Politiker Momper : «... es gäbe gegenwärtig keine Kraft, die die SED ablösen könnte. Demzufolge stehe der Artikel 1 der Verfassung der DDR nicht zur Disposition, wäre die SED bereit, die Macht zu teilen, würde sie sich als kommunistische Partei aufgeben. Auf das Problem der Wiedervereinigung eingehend erklärte Momper, daß die Belebung dieses Gedankens durch die BRD ‘eine der größten Heucheleien’ darstelle12.»»

21Que ce soit l’ancien chancelier fédéral Willy Brandt déclarant à Mikhaïl Gorbatschev que la disparition de la RDA constituerait un échec éclatant pour la social-démocratie, car elle voyait en cet Etat :

  • 13 P. Zelikow, C. Rice, op. cit., p. 136.

«eine gewaltige Errungenschaft des Sozialismus. Wenn er (Brandt) sich auch vom Kommunismus abgrenze, so betrachte er die Sozialdemokratie doch als Zweig der Arbeiterbewegung und halte an der sozialistichen Idee fest.»13

22Mais cette position devait se révéler de plus en plus irréaliste et intenable au fur et à mesure que la situation économique de la RDA se dégradait – ou plus exactement que sa dégradation devenait flagrante ; que les soutiens étrangers, tout spécialement de la part de la Russie, venaient à lui faire défaut ; et surtout que le peuple, reprenant de fait son rôle de souverain, exigeait non pas une simple réforme du pays, mais bel et bien qu’il s’unisse à la RFA et en adopte l’ordre politique, économique et social. Comme l’écrit Dieter Grosser :

  • 14 D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 45.

«Der Runde Tisch hatte keinerlei demokratische Legitimität. Er bildete lediglich einen Teil der öffentlichen Meinung, und keineswegs den wichtigsten Teil. Viel wichtiger für die politische Entwicklung waren inzwischen die Teilnehmer an den Demonstrationen, die die Wiedervereinigung forderten14

23Face à cette impossibilité de maintenir en vie un Etat est-allemand autonome, un autre projet d’avenir alternatif va trouver des avocats à l’Est comme à l’Ouest : celui d’une troisième voie, qui verrait se mettre en place en Allemagne un hybride des deux systèmes en vigueur dans les parties orientale et occidentale du pays. L’idée n’est pas neuve mais elle connaît alors chez certains un fort regain de faveur.

24Retenons pour commencer qu’elle sera tout d’abord rejetée et combattue par les tenants de l’orthodoxie communiste. Pour eux, elle a en effet toujours constitué un moyen idéologique d’affaiblir, de saper le fondement théorique et donc la mise en pratique du socialisme. Et c’est par un revirement opportuniste tardif qu’ils la reprendront, à titre purement tactique et non par conviction, trouvant là un moyen de changement apparent sur fond de continuité essentielle en reprenant des mots d’ordre et des projets qui rappellent le communisme revisité des ‘Reformkommunisten’. C’est ainsi qu’en décembre 1989, Gregor Gysi annonce que désormais son parti s’oriente vers une troisième voie

  • 15 Ibid., p. 113.

«jenseits von stalinistischem Sozialismus und Herrschaft transnationaler Monopole».15

25Ce revirement dans le discours, cette conversion déclarée à une philosophie du juste milieu avait pour le PDS l’avantage de répondre au moins en apparence à l’attente de nombre de groupements de citoyens contestataires en formation dans le pays ; et aurait pu lui permettre en d’autres temps et dans d’autres circonstances de les neutraliser. Simplement, ces derniers n’étaient déjà plus en phase avec la majorité des habitants de RDA. Ainsi Neues Forum avait-il convoqué à la fin de l’automne une conférence sur les problèmes économiques, en se fixant comme but :

  • 16 Ibid.

«Schaffung einer sozialistischen Marktwirtschaft, die die private Initiative der Menschen, deren soziale Sicherheit und die Bewahrung der natürlichen Umwelt mit einschließt16

26Cette déclaration trouve un étrange écho dans l’appel Für unser Land que lancent le 26 novembre 1989 des écrivains est-allemands soucieux de voir se mettre en place une alternative socialiste à la République fédérale.

  • 17 À ce sujet cf. par exemple le numéro spécial de Die Welt consacré aux élections du 18 mars 1990.

27De tels projets se retrouvent enfin dans les programmes que défendent divers partis et groupes préalablement aux élections générales du 18 mars 1990. Par exemple dans celui du NDPD qui constate l’échec de l’économie planifiée administrative, tout en rejetant dans le même temps l’économie de marché de type capitaliste ; de Bündnis 90, largement aligné sur les positions de Neues Forum, sa composante principale ; ou encore du DBD, préconisant l’unité politique du pays après une phase de transition dont la fonction plus ou moins explicite serait justement l’émergence progressive d’un tiers système, permettant par exemple une évolution de l’agriculture vers l’économie de marché tout en conservant les coopératives de la RDA, les LPG.17

  • 18 «Einbau des sozialen Gegenprinzips in die Architektur des Kapitalismus» ; cité dans : D. Grosser, S (...)

28Enfin l’idée d’une troisième voie trouve aussi des partisans à l’Ouest – par exemple Karlheinz Blessing, membre influent du syndicat IG-Metall et du SPD, qui plaide pour l’introduction du «contre-principe social dans l’architecture du capitalisme»18.

29Encore convient-il de noter que ces déclarations programmatiques restent bien théoriques et vagues ; qu’elles ne vont jamais dans le détail de ce que serait concrètement cette troisième voie tant prisée. Et que la lumière ne surgit pas, cette fois non plus, de la plume des écrivains, même lorsqu’ils défendent eux aussi ce principe. Il suffit pour s’en convaincre de lire à nouveau ce qu’écrit Heiner Müller, en s’inspirant d’un étrange romantisme de la sagesse asiatique :

«Klar, Europa ist eine Geldfrage. Spengler hat diese schöne, präfaschistisch-romantische Formel geprägt : «Nur Europa hat den Willen zur Macht und Technik.» Ein blinder Wille, den man zum Beispiel in Asien gar nicht kennt. So berichtet der chinesische Philosoph Dschuandse, wie er einmal einen Bauern traf, der eimerweise Wasser aus einem Fluß holte und es auf sein Feld schleppte, um seinen Reis zu begießen – obwohl dort ein Ziehbrunnen stand. Der Philosoph fragte den Bauern, warum er nicht den Ziehbrunnen benütze, was doch ein viel geringerer Aufwand wäre. Da lächelte der Bauer nur asiatisch und sagte : « Der Ziehbrunnen ist eine Maschine, und Maschinen verwirren die Seele.»

30Ce qui le conduit à cette thèse :

«Die Unterentwicklung der DDR, der Sowjetunion oder im Iran bietet eine Chance durch die Verlangsamung. Denn die Hoffnung liegt doch allein darin, daß die Verlangsamung der Prozesse diese Gesellschaften erst dann in die Phase der Beschleunigung geraten läßt, wenn der Gegner, also der Kapitalismus, schon bei der Selbstvernichtung angelangt ist.»

31Reprise dans un autre texte sous la forme de cette variante appliquée à l’Allemagne :

  • 19 Heiner Müller, op. cit., pp. 28, 49 et 11.

«Das Grundproblem im Verhältnis der Systeme, also der beiden deutschen Staaten, liegt darin, daß im Osten die Verlangsamung herrscht und im Westen die totale Beschleunigung. Mir geht es darum, wie man aus der Verlangsamung eine Qualität macht – das ist im Kapitalismus undenkbar. Diese Differenz, das Andere zum Kapitalismus, muß man finden und ausbauen.»19

32Autant de déclarations qui, au fond, sont de nature purement politique et visent à sauver dans un premier temps ce qui peut l’être du système qui avait cours en RDA alors même qu’il succombe ; qui, par conséquent, ne peuvent viser sur le long terme qu’à poursuivre la lutte idéologique et pratique en vue de sa ré-instauration.

33Ce que confirme un examen de la théorie de la troisième voie sous les divers aspects annoncés en introduction.

2. Troisième voie et économie

34La notion, le projet de troisième voie présente tout d’abord, pour ne pas dire essentiellement, une dimension économique. Il s’agit dans ce cas de définir et de mettre en pratique un tiers ordre qui combinerait économie planifiée administrée d’une part, économie de marché capitaliste de l’autre, Zwangswirtschaft et freie Verkehrswirtschaft.

35C’est ce que propose Heiner Müller lorsqu’il écrit :

  • 20 i.

«Günter Mittag hat die DDR-Wirtschaft verwaltet wie ein Rittergut. Solche Strukturen müssen natürlich zerschlagen werden. In der DDR-Wirtschaft müssen auch marktwirtschaftliche Aspekte zum Tragen kommen. Ein Italienischer KP-Funktionär hat völlig zu Recht kritisiert : «Speiseeis vom Staat ist einfach Wahnsinn !» Das bedeutet ja nicht, daß die planwirtschaftlichen Strukturen aufgegeben werden müssen. Man muß nur in eine lange Phase von Experimenten eintreten, Experimente, bei denen es auch zu Fehlschlägen kommen wird. Es ist die Arbeit mindestens einer Generation.»20

36Tous les ingrédients idéologiques et politiques du projet sont présents : la référence au ‘communisme réformateur’ à travers l’Italie ; l’explication des dysfonctionnements dont souffre l’économie de la RDA par la désignation d’un responsable, donc par la personnalisation, le recours au bouc émissaire, et, corollaire de cette proposition, l’affirmation que le système en soi est sain, à condition de le mettre correctement en oeuvre ; enfin l’affirmation que cette mise en oeuvre, nécessairement possible puisque le système est sain, prendra du temps – autrement dit l’appel à la patience qui permettrait de laisser passer l’« orage contestataire » et de sauvegarder l’indépendance de la RDA.

37Hans Modrow, un temps chef du gouvernement est-allemand, se fait, lui aussi, le chantre d’une troisième voie économique toute de flou et de généralité lorsqu’il souligne dans sa première déclaration officielle du 17 novembre 1989 que les réformes économiques envisagées pour le pays ne visent aucunement à abolir l’économie planifiée et résume son projet d’une formule bien sibylline :

  • 21 D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 89.

«Nicht Planung ohne Markt, jedoch nicht Marktwirstchaft statt Planwirtschaft.»21

38En fait, on en reviendrait au bon vieux temps du NÖS, du Neues Ökonomisches System des années 1963-67, et à son échec programmé. Le tout déguisé et mis au goût du jour par l’emploi du terme de ‘marché’ – tout chasseur de rats a besoin de sa flûte.

39Et comme l’idée est bien plaisante, elle est reprise très largement par les mouvements contestataires ; ainsi par les participants au Runder Tisch dans la Sozialcharta qui influencera leur futur projet de constitution : faute de pouvoir défendre quoi que ce soit dans l’organisation purement économique du système, ils plaident pour les ‘acquis sociaux du socialisme’ :

  • 22 Ibid., p. 104.

«Im Prozeß der Herausbildung einer Wirtschafts-, Währungs- und Sozialunion zwischen beiden deutschen Staaten muß der soziale Besitzstand der Bürgerinnen und Bürger der Deutschen Demokratischen Republik gewahrt bleiben».22

  • 23 Klaus Schroeder, Der SED-Staat – Geschichte und Strukturen der DDR, Munich 1998, p. 510.
  • 24 Ibid.

40Une déclaration qui présente pour le moins une double faiblesse : celle d’affirmer que ces ‘acquis sociaux’ doivent être préservés en dehors de toute analyse critique de leur nature, de leur pertinence, de leur supériorité par rapport à ce qui se fait dans d’autres Etats – par exemple en République fédérale : ils sont affirmés et cette affirmation suffit à les légitimer. Celle ensuite de les considérer en dehors de tout contexte économique d’ensemble, donc d’occulter en particulier la question de leur financement, de leurs effets sur la rentabilité de l’économie considérée dans sa globalité – ou plus précisément, dans le cas présent, de sa non-rentabilité qui l’a conduite au bord de la faillite totale. Retenons simplement deux exemples pour illustrer ce propos : le droit au travail pour tous – combiné à la faiblesse considérable des investissements industriels – a conduit à un taux de productivité qui, pour 1989, se situait, selon les dernières analyses, dans une fourchette allant de 16 à 20 % de celui de la République fédérale.23 Quant au subventionnement massif de ce qui était décrété relever des ‘besoins élémentaires de l’homme’ (menschliche Grundbedürfnisse), il se faisait par trois voies : la surtaxation des produits dits de luxe (le café, par exemple), la planche à billet et le très faible niveau des investissements précédemment évoqué : en 1989, 21 % des équipements industriels ont plus de vingt ans d’âge, 29 % plus de dix ans, 27 % seulement moins de cinq ans ; avec en particulier cette conséquence que dans l’industrie chimique, 20 % des personnes employées le sont à des tâches de réparation 24.

41Comment s’étonner dès lors du bilan que dressent eux-mêmes certains responsables du système. Que ce soit le directeur d’un combinat de Berlin-Est spécialisé dans la fabrique de machines-outils, qui déclare en février 1990 :

  • 25 D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 100.

« Das Günstigste, was wir erreichen können, ist, daß wir das, was die Bundesrepublik heute hat, wesentlich schneller zusammenbringen, als es ihnen damals gelungen ist.»25

42Ou bien que ce soit, aveu bien plus révélateur encore, Günter Mittag en personne qui explique en septembre 1991 :

  • 26 Cité dans : Klaus Schroeder, op. cit., p. 509.

«Ohne die Wiedervereinigung wäre die DDR einer ökonomischen Katastrophe mit unabsehbaren sozialen Folgen entgegengegangen, weil sie auf Dauer allein nicht überlebensfähig war [...] Man denke nur, angesichts dieser schwierigen Lage in der Sowjetunion, was heute hier los wäre, wenn es die DDR noch gäbe. Unbeschreiblich. Da läuft es mir heiß und kalt über den Rücken. Mord und Totschlag, Elend und Hunger.»26

43La confusion de l’économique et du social dans un système d’ensemble qui n’incitait pas à développer des efforts de productivité croissante – ni humains, ni financiers – ne pouvait que conduire à la faillite :

  • 27 Ibid.

«Der DDR-Bürger hat in all diesen Jahren über seine Verhältnisse und vor allem zu Lasten der Zukunft gelebt.»27

44À partir de quoi vouloir conserver les ‘acquis sociaux’ de la RDA dans un tiers système hybride reviendrait à commettre la même erreur fatale, faute d’en avoir valablement analysé et compris les causes et mécanismes.

45Certes, cette idée d’hybridation économique n’est pas neuve. Mais ses antécédents théoriques ne sont pas faits non plus pour la rendre plus crédible. En particulier, elle rappelle largement la théorie de la convergence, la Konvergenztheorie, développée durant les années soixante et soixante-dix et qui postule que, sous l’effet de l’importance croissante prise par la société industrielle, avec ses règles de production, ainsi que par le progrès technique, les systèmes d’organisation sociale contradictoires, capitaliste et socialiste, étaient appelés à évoluer de sorte à se rapprocher inexorablement jusqu’à se rejoindre. Notons que cette théorie a toujours été combattue très fermement par les tenants du communisme, en particulier en URSS et en RDA ; ils y voyaient en effet un instrument de propagande impérialiste et lui opposaient une théorie inverse de l’éloignement croissant, la Divergenztheorie. En définitive, l’histoire leur a donné raison, mais pas au sens où ils l’espéraient ; elle a bel et bien montré qu’un écart croissant s’est creusé entre l’ordre social de l’Ouest et celui de l’Est, mais avec pour effet de conduire au naufrage du second ; et dans l’instant de ce naufrage on voit certains partisans du système en place aussi bien que de sa réforme propager une troisième voie qui rejoint la théorie de la convergence si longtemps honnie, mais avec deux différences essentielles : il s’agirait d’une convergence qui ne relèverait plus du déterminisme historique, mais du libre choix de l’homme ; et il s’agirait d’une convergence destinée à sauver ce qui peut l’être encore du système communiste, en le parant des plumes du capitalisme.

46Le projet se heurte tout d’abord à un double refus. À celui des citoyens de l’Est pour commencer ; la grande majorité de la population de la RDA rejette cette idée et désire tout simplement l’abandon plein et entier des pratiques du régime communiste. Comme l’écrivent Philip Zelikow et Condoleezza Rice :

  • 28 P. Zelikow, C. Rice, op. cit., pp. 177 s.

«Als die Masse der Ostdeutschen das ganze Ausmaß der Misere ihres Landes erkannte und die Schwierigkeiten bei ihrer Überwindung abschätzte, begann sie die Vereinigung mit der Bundesrepublik, einem Land, das die Vorteile von Demokratie und Wohlstand vor Augen führte, als vielversprechende Antwort zu betrachten. «Redner in Leipzig», heißt es in einem deutschen Zeitungskommentar, «forderten die Wiedervereinigung vor allem und ausschließlich, weil für sie der Realsozialismus zusammengebrochen ist. Weil sie nicht fünf Jahre, nicht ein Jahr, nicht einen Monat mehr ihr Leben für eine vage Reformzukunft opfern wollen.»28

47Le second refus vient des gouvernants de la République fédérale. Face à la demande instante qui leur est adressée de venir au secours financier de la RDA, ils imposent comme condition préalable à une telle aide une conversion sans partage du pays à l’économie de marché. Le traité d’union économique, monétaire et sociale sanctionne cette exigence ; et Otto Graf Lambsdorff résume fort bien cette position intransigeante lorsqu’il déclare au début du moins de juin 1990 :

  • 29 D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 102.

«Wir wollen nicht, daß die mit unserem Geld weiter DDR spielen.»29

48Toute autre politique aurait en effet consisté à maintenir artificiellement en survie un Etat condamné par l’histoire.

49En outre cette impossibilité de marier une économie de planification administrative avec une économie de marché, que les faits démontrent dans la pratique, n’a rien de surprenant : elle est depuis longtemps établie dans la théorie. Nous nous contenterons ici, à titre de rappel, de renvoyer aux écrits de K. Paul Hensel et Walter Eucken ; ils y montrent clairement que l’économie de marché d’une part, l’économie de contrainte de l’autre sont les deux seules possibilités qui s’offrent à l’homme, à l’exclusion de toute autre ; et que tant pour des raisons d’efficacité – meilleure utilisation des ressources disponibles – que d’humanité – respect ou non de l’individu dans un ordre social global de liberté ici, de soumission là – l’économie de marché est préférable à l’économie de contrainte. Ce qui ne veut pas dire, argument a-historique souvent entendu et utilisé pour fonder la théorie d’une troisième voie, que toute forme d’économie de marché soit équivalente ni parfaite ; Eucken en particulier montre bien qu’il est de la responsabilité de l’homme, à tout moment de son histoire, de veiller à sa mise en forme et à son bon fonctionnement. C’est justement au regard d’expériences historiques récentes qu’il propose avec d’autres de repenser et de réorganiser l’économie de marché en Allemagne, selon des principes et des valeurs qui participeront à faire naître ce qu’il est convenu d’appeler ‘l’économie sociale de marché’. Et si le terme de ‘troisième voie’ est parfois utilisé pour qualifier justement ce système économique, il convient de s’entendre sur le sens de cette expression dans son contexte précis. Il ne s’agit nullement de voir en lui un hybride d’économie libérale et d’économie de contrainte ; mais simplement une variante de la première qui évite les dysfonctionnements et perversions que celle-ci a présentés par le passé tout en respectant le principe essentiel de liberté ; autrement dit une alternative à l’économie autoritaire, quelle qu’en soit la coloration politique, aussi bien qu’à un type d’économie libérale incontrôlée qui, finalement, se détruit elle-même. Mais elle est et reste économie de marché, économie libérale.

50Et jamais aucun théoricien d’une troisième voie autrement conçue, comme mariage de la carpe libérale et du lapin autoritaire, pas même Ota Sik, n’a présenté de description pratique, détaillée des mécanismes de fonctionnement concrets d’un tel ordre intermédiaire.

51Nous sommes bien ici en présence d’une position idéologique et politique sans fondement technique avéré. Certes, comme on dit en allemand, Papier ist geduldig ; mais la réalité du monde finit toujours par s’imposer à l’homme.

3. Troisième voie et relations internationales

52Si la dimension économique de la théorie d’une troisième voie est celle à laquelle il est le plus souvent fait référence, elle n’est cependant pas la seule.

53Cette théorie présente en effet aussi une dimension que nous avons qualifiée de diplomatique et qui concerne le domaine de la politique étrangère, et plus précisément des relations internationales.

  • 30 R. Zelikow, C. Rice, op. cit., p. 285.

54Ici le thème traditionnel présent à l’arrière-plan n’est plus celui de la convergence, mais d’un Sonderweg allemand, sous sa forme particulière du rejet des alliances ; il s’agirait de garantir la neutralité internationale de l’Allemagne réunifiée en la maintenant à l’écart aussi bien des alliances militaires occidentales (OTAN, UEO) qu’orientales (Pacte de Varsovie). Cette option n’est pas seulement défendue à l’Est par les groupes contestataires ; mais aussi par le parti social-démocrate de l’Ouest et son pendant oriental récemment créé, dans une déclaration commune du 12 avril 1990.30

55L’idée n’est pas neuve. Sa réémergence régulière scande la vie politique du pays dans sa partie occidentale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans la partie orientale faisait défaut la liberté d’expression qui aurait pu lui permettre éventuellement de se manifester au-delà d’une ligne officielle d’appartenance inconditionnelle au système d’alliance soviétique ; au delà aussi de l’instrumentalisation des courants pacifistes et neutralistes à des fins de propagande et d’affaiblissement des gouvernements, donc de l’ordre politique en place à l’Ouest. Car c’est bien de cela qu’il s’agissait et qu’il s’agit à nouveau en 1989-90 : sinon aller d’emblée jusqu’à désarmer le pays – comme l’avaient exigé par exemple par le passé le cercle de Nauheim et le Gesamtdeutsche Volkspartei –, du moins profiter de la réunification pour sortir le pays des système d’alliances contraires entre lesquels il était écartelé et lui donner un statut de neutralité qui lui permette de pratiquer une politique internationale indépendante aussi bien de celle des Etats-Unis que de l’Union Soviétique ; cette position avait connu un certain regain de faveur au début des années quatre-vingt avec le mouvement pacifiste qui privilégiait le désarmement unilatéral et une hypothétique liberté d’action de l’Allemagne et rejetait la politique officielle de négociation dans le cadre d’un équilibre des forces maintenu. Une telle option présentait une faiblesse au moins double – indépendamment de son instrumentalisation précédemment évoquée. D’une part, elle s’inscrivait dans un discours millénariste sans rapport avec les réalités politiques ; comme l’écrit Eckhard Jesse :

  • 31 Werner Weidenfeld, Karl-Rudolf Korte, Handwörterbuch zur deutschen Einheit, Frankfurt/Main 1992, p. (...)

«Gesinnungsethik dominierte vielfach auf Kosten von Verantwortungsethik».31

56D’autre part, elle postulait la possibilité pour l’Allemagne d’agir nationalement et internationalement de manière indépendante et autonome, en ignorant à nouveau les réalités, les contraintes politiques du moment.

  • 32 On imagine difficilement que soit repris alors le mot d’ordre : « Lieber rot als tot !»

57La dimension millénariste a certes disparu au début des années quatre-vingt-dix : on ne peut plus guère peindre avec quelque apparence de vraisemblance le tableau d’une conflagration catastrophique qui détruirait la planète, alors que le système communiste se délite et que l’Allemagne avance à vitesse croissante sur la chemin de la réunification.32

58Par contre, la seconde faiblesse de la théorie de la troisième voie demeure. L’Allemagne n’est aucunement en position de décider seule de son insertion ou de sa non insertion dans tel ou tel système d’alliance : elle est engagée par des traités tant à l’Ouest qu’à l’Est et ne peut s’en désengager de façon abrupte et unilatérale ; et de toute façon, sa réunification pacifique suppose l’accord de l’étranger, et tout particulièrement des quatre Etats qui possèdent encore, en la matière, des droits particuliers conformément aux différents textes signés à ce sujet depuis 1945. Or il n’était pas dans leur intention d’opter pour l’indépendance et la neutralité du pays réunifié. Notre propos n’est pas ici de retracer le cheminement diplomatique qui devait conduire au rattachement à l’OTAN de l’Allemagne dans sa totalité ; nous renvoyons sur ce sujet aux autres communications de ce colloque qui l’étudient en détail. Nous voudrions simplement montrer en quoi la thèse de la troisième voie est ici encore pratiquement et théoriquement irrecevable. Comme l’écrit Eckhard Jesse, elle présente une triple faiblesse :

  • 33 W. Weidenfeld, K-R. Korte, op. cit., p. 257.

«Ein ‘Dritter Weg’ im Hinblick auf die deutsche Frage ist erstens nicht praktikabel, zweitens nicht wünschenswert, drittens so gut wie ohne größere Wirkung, jedenfalls unter den gesellschaftlich relevanten Gruppen». 33

59L’impossibilité de fait tient à ce que, comme nous l’avons précédemment souligné, l’Allemagne est prise dans des systèmes d’alliance dont elle ne peut se détacher seule et dont elle n’a pas le pouvoir de déclencher la dissolution.

60Surtout, cette troisième voie en matière de relations internationales n’aurait pas été souhaitable, loin s’en faut. Une Allemagne neutralisée aurait constitué, au coeur même d’une Europe en cours de transformation politique et sociale, avec tous les risques potentiels qu’une telle mutation implique, une zone de puissance nationale croissante non contrôlée en même temps qu’un enjeu considérable dans les luttes d’influence internationales. Elle avait toute chance de devenir un redoutable facteur de tension et de déstabilisation.

61Et ses principaux partenaires ou interlocuteurs sur la scène internationale refusaient de toute façon cette option, justement par crainte de dérives futures incontrôlables.

62On le constate en France. François Mitterrand ne cache pas ses préoccupation à ce sujet lors de la visite que Helmut Kohl lui rend à Latché le 4 janvier 1990 :

  • 34 Helmut Kohl, Ich wollte Deutschlands Einheit, Berlin 1996, p. 236.

«Im weiteren Verlauf des Gesprächs geht Mitterrand auf die Bündnisproblematik ein. Er zeigt sich besorgt über die Frage, wie denn mit der unterschiedlichen Bündniszugehörigkeit beider deutscher Staaten verfahren werden solle. «Wo wird ein vereintes Deutschland stehen ?» fragte er – wohlwissend, daß deutsche Neutralität die Schaffung einer europäischen Sicherheits- und Verteidigungsidentität und damit substantielle Fortschritte bei der politischen Integration Europas unmöglich machen würde. «François Mitterrand», so Kohl, «fürchtete aber noch etwas anderes : Ein wiedervereintes, neutrales Deutschland mit einem Ausleger nach Moskau würde bedeuten, daß sich die sowjetische Einflußzone sozusagen an die Stadtgrenze von Straßburg vorschöbe. Er sprach das zwar nicht aus, aber ich bin sicher, daß er dies meinte. Man traute uns Deutschen wenig Stehvermögen zu. Die Zeit der Nachrüstungsdebatte, der Friedensbewegung zu Beginn der achtziger Jahre war noch gut in der Erinnerung unserer westeuropäischen Partner, die uns letztlich für unsichere Kantonisten hielten.»34

63On le constate en Union soviétique. Ainsi, lors d’une rencontre avec James Baker en février 1990, Mikhaïl Gorbatchev déclare-t-il :

  • 35 P. Zelikow, C. Rice, op. cit., p. 261.

«Das von Ihnen umrissene Vorgehen ist durchaus vorstellbar. Wir wollen ganz gewiß keine Wiederholung von Versailles, als die Deutschen sich unabhängig wiederbewaffnen konnten (...). Der beste Weg, diesen Prozeß aufzuhalten, ist, dafür zu sorgen, daß Deutschland in die europäischen Strukturen eingebunden ist.»35

64Fin juin 1990 la position soviétique est moins souple, mais la préoccupation centrale n’a pas changé :

  • 36 D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 61.

«Das schwierigste Problem der Verhandlungen bildete die Bündniszugehörigkeit Deutschlands. Noch am 22. Juni legte Schewardnadse einen Entwurf vor, der eine Übergangsregelung für fünf Jahre vorsah. In dieser Zeit sollte Westdeutschland in der NATO, Ostdeutschland im Warschauer Pakt bleiben. Auch die Vorbehaltsrechte der «Vier Mächte» sollten solange weitergelten. [...] Der Entwurf konnte in Bonn nur als Versuch verstanden werden, die Verhandlungen scheitern zu lassen. Drei Wochen vorher, beim Gipfeltreffen mit Bush in Washington am 31. Mai und 1. Juni, hatte Gorbatschow bereits die Freiheit Deutschlands konzediert, seine Bündniszugehörigkeit zu wählen. Jetzt schien Schewardnadse diese Zugeständnisse zurücknehmen zu wollen.»36

65On le constate enfin à Washington, dont la politique sera de soutenir sans faille le processus de réunification de l’Allemagne et, dans le même temps, d’intégration du pays réunifié dans le système d’alliances occidentale. En témoigne dès le 23 octobre un entretien téléphonique entre Helmut Kohl et George Bush :

  • 37 P. Zelikow, C. Rice, op. cit., p. 143.

«Kohl [...] war verärgert über die Medienberichte, die seiner Ansicht nach den Eindruck vermittelten, als wäre die Bundesrepublik, weil sie die Sowjetunion als Schlüssel zur Einheit betrachtete, stärker an der Aufrechterhaltung guter Beziehungen zum Osten als an den Bindungen zum Westen interessiert. Er sage vielmehr stets, daß die Veränderungen in Europa in der Stärke des Westens wurzelten, in einer starken NATO und einer starken EG.» […] Bush wies auf die Flut von Kommentaren hin, die voraussagten, daß das Ergebnis der deutschen Wiedervereinigung ein neutrales Deutschland und eine Bedrohung der westlichen Sicherheit sein werde, versicherte aber : «Wir glauben das nicht.» Selbstverständlich, fügte er hinzu, würden die Vereinigten Staaten vorsichtig auf Veränderungen in der DDR reagieren. Aber er finde, daß Kohl seine Sache gut mache, und er werde einen Weg finden, um zu signalisieren, wie wichtig die Beziehungen zur Bundesrepublik für die USA seien,» insbesondere im Hinblick auf diese mißgünstigen Artikel.»37

66Au-delà de la diversité des objectifs poursuivis, on perçoit bien la volonté commune de ne pas transformer l’Allemagne pour ainsi dire en électron libre au coeur de l’Europe. Comment expliquer dès lors que certains en Allemagne même aient engagé un plaidoyer pour la troisième voie de la neutralité ? Ici encore, il nous semble possible de trouver deux explications au moins. Les uns l’ont sans doute fait par authentique conviction, animés de ce que nous appellerons une illusion missionnaire, pensant que l’Allemagne à elle seule pouvait, par son exemple solitaire, modifier la nature profonde des relations internationales – ou bien alors, faute d’y parvenir, se tenir à l’écart des tensions et éventuels conflits à venir. C’était là, nous l’avons vu, méconnaître totalement la nature des rapports de force et des luttes d’intérêt européennes et mondiales ; c’était en particulier mettre en danger l’intégration en cours au sein de la Communauté européenne, gage de stabilité et de paix en Europe occidentale et, potentiellement aussi avec le temps, sur l’ensemble du continent ; c’était enfin le risque de renforcer dans une Allemagne repliée sur elle-même les tendances nationalistes, de fortifier par contrecoup ces mêmes tendances dans les autres pays d’Europe – autrement dit d’en revenir à terme aux conflits du passé entre Etats nationaux alors que tous les efforts déployés en particulier depuis 1945 visent justement à bannir ces dangers entre autres par une modification des relations internationales elles-mêmes préparée et garantie par une modification de leur cadre contractuel. Concevoir la neutralité du pays comme condition de son unification parce qu’elle rendrait cette dernière acceptable, c’était aller contre l’attente et la volonté des principaux partenaires ; la concevoir comme conséquence de cette même unification, c’était tout autant aller contre cette même volonté.

  • 38 «Als die Zwei-Plus-Vier-Verhandlungen am 5. Mai auf der Ebene der Außenminister begannen, stand vor (...)

67D’autres par contre défendaient la théorie d’une troisième voie neutraliste tout en sachant quelles réticences, quels dangers, quelles impossibilités en résultaient. Leur intention ne pouvait alors être qu’une : exiger ce que les autres puissances, à l’exception de l’Union soviétique38, ne pouvaient accepter afin de faire capoter le processus d’unification et, de la sorte, de maintenir en vie l’Etat est-allemand. Comme dans le cas de l’économie, il ne s’agissait donc pas de tendre vers ce qui était raisonnablement fondé et faisable, mais de défendre une position politique qui reposait sur une idéologie du refus de la réunification ou bien sur l’instrumentalisation de cette réunification pour parvenir à des fins jusqu’alors vainement recherchées.

68Alors que la réunification du pays insérée dans un vaste mouvement de redistribution des données politiques en Europe offre à l’Allemagne la possibilité de jouer ce rôle d’intermédiaire entre l’Ouest et l’Est non pas en devenant le laboratoire d’un système mixte utopique, mais en permettant à l’ordre socio-économique démocratique et libéral de s’ancrer à l’Est, tant au sein de ses propres frontières qu’à l’échelle continentale – une nouvelle variante de la Brückentheorie.

3. Troisième voie et constitution

69Nous avons vu que la théorie de la troisième voie visait à des modifications sensibles de l’ordre économique d’une part, des relations internationales et de la place qu’y occupe l’Allemagne de l’autre. Mais ses tenants ont également veillé à ce qu’une telle évolution, si elle pouvait être engagée dans l’immédiat, soit ancrée dans la durée ; et, si elle ne pouvait être mise en oeuvre dans l’immédiat, puisse éventuellement l’être à plus long terme. Double préoccupation qui passait par le projet de donner à l’Allemagne réunifiée une nouvelle constitution.

70Dans cet esprit, les tenants de la troisième voie plaident pour une unification qui se fasse non par l’intermédiaire de l’article 23 de la Loi fondamentale, mais de l’article 146, lequel suppose la rédaction préalable d’un nouveau texte constitutionnel et son adoption directe ou indirecte par le peuple.

71Quelle est la motivation d’une telle exigence ?

72L’insistance mise par certains sur le fait que seule cette démarche serait légitime ne saurait se fonder sur une lecture attentive du texte constitutionnel. La formulation « [...] verliert seine Gültigkeit an dem Tage, an dem eine Verfassung in Kraft tritt, die von dem deutschen Volk in freier Entscheidung beschlossen worden ist » est descriptive et non normative ; elle ne prescrit pas qu’une nouvelle constitution soit adoptée, elle précise simplement ce qui surviendra si une nouvelle constitution vient à être adoptée. La vraie motivation ne peut donc être recherchée dans le désir authentique de respecter la Loi fondamentale.

73Un autre argument souvent lu et entendu consiste à dire qu’une telle démarche donnerait à l’unification du pays un fondement constitutionnel officiellement et ouvertement légitimé par les citoyens. Là encore, l’argument ne saurait être pleinement convaincant ; les citoyens est-allemands ont largement manifesté leur désir d’être rattachés au domaine d’application de la Loi fondamentale par les manifestations et élections qui ont précédé l’entrée en vigueur du Traité de l’union le 3 octobre 1990 ; ils ont confirmé ce choix lors des élections du mois de décembre par lesquelles ils ont donné une nette majorité aux partis qui avaient plaidé pour le maintien en vigueur de cette même Loi fondamentale.

  • 39 On trouvera une compilation fort bien faite des principaux textes dans : Friedrich-Naumann-Stiftung (...)

74La vraie motivation est donc à chercher ailleurs et se trouve inscrite dans les projets de constitution alternatifs rédigés à cette occasion. Ne pouvant les prendre tous totalement en considération dans le cadre de cette communication, nous nous attacherons à quelques points marquants.39

75La caractéristique commune de ces projets est qu’ils allient l’anodin à des propositions qui engageraient une profonde modification de l’ordre politique et social du pays.

76Nous trouvons tout d’abord, dans certains projets, des réécritures du texte existant ou bien des ajouts qui visent à redéfinir le partage de compétence, tant en matière législative que financière, entre l’Etat central et les Länder. C’est assurément là un domaine sensible, mais qui, telles que les propositions sont en général formulées, déboucherait sur une réorganisation interne du fédéralisme en Allemagne, non sur sa suppression. Il n’est donc pas central dans notre étude.

77Viennent ensuite des propositions concernant les droits fondamentaux qui, cette fois, touchent à l’essence même de l’ordre socio-politique du pays. Quelques exemples vont nous le montrer.

  • 40 Ibid., pp. 188 ss.

78Certains projets de nouvelle constitution comportent des clauses concernant l’égalité entre les sexes, en fait déjà inscrite dans la Loi fondamentale en son article 3 ; elles peuvent prendre des dimensions inattendues et inquiétantes dans un texte comme le Entwurf eines Frankfurter Manifests – Frauen für eine neue Verfassung : non contentes d’affirmer l’égalité de droit et de fait entre hommes et femmes, les rédactrices en déduisent des ajouts constitutionnels qui sont en réalité en contradiction sous-jacente ou déclarée avec ce principe même : la généralisation des quotas dans tous les domaines de la société (le gouvernement fédéral, par exemple, devrait impérativement être composé pour moitié de femmes) ; la limitation du libre droit d’expression là où son usage se ferait au détriment de la dignité de la femme (... dort, wo die Würde der Frau verletzt wird) – laquelle devient dès lors prééminente par rapport à celle de l’homme mâle, de l’enfant, de l’handicapé ou encore du diabétique ; ou bien la possibilité pour les femmes de demander l’organisation de consultations populaires réservées aux seules femmes.40

  • 41 Ibid., p. 123.
  • 42 Voir à ce sujet ce qu’écrit le Professeur Gerd Roellecke dans : Fritz-Naumann-Stiftung, op. cit., p (...)

79D’autres projets de réforme, émanant essentiellement du Runder Tisch et du PDS, concernent le droit de propriété. Le projet de constitution des groupements contestataires réunis en table ronde prévoit en particulier, en son article 32, que la détention et la mise en valeur de toute propriété agricole ou sylvicole supérieure à 100 hectares soit strictement réservée à des coopératives, des organismes publics ou encore aux Eglises41 ; voilà bien une novation qui modifierait considérablement le droit et les pratiques économiques actuels de le République fédérale, tout en laissant le lecteur pour le moins dubitatif face à ce privilège soudainement accordé aux Eglises en matière d’agriculture et à leurs aptitudes particulières en ce domaine42. Quant au PDS, il plaide en faveur de ce qu’il appelle un maintien de l’article 15 de la Loi fondamentale concernant les nationalisations, dont on ne sache pas qu’il ait été remis en question, tout en pensant à l’évidence à son utilisation extensive :

  • 43 Ibid., p. 293.

«Wie müssen den Sozialisierungsartikel 15 des Grundgesetzes verteidigen, weil gerade dieser Artikel die verfassungsrechtliche Basis für den Kampf gegen die Verschleuderung des Volkseigentums in Ostdeutschland, für die Zurückdrängung der Macht des Großkapitals, für das Ringen um einen demokratischen Sozialismus in Deutschland ist.»43

  • 44 « [...] für das Nebeneinander verschiedener Eigentumsformen und für deren Chancengleichheit.» PDS, (...)

80Tandis que par ailleurs il est plaidé pour « la coexistence de plusieurs formes de propriété à égalité de chance » – une formulation qui peut paraître anodine si on ne la renvoie pas à la théorie économique du marxisme-léninisme, telle que reprise à l’article 10,1 de la constitution de la RDA, et à son application dans ce pays44.

  • 45 Le Kuratorium «Bund Deutscher Länder» réunissait en particulier les Verts, Bündnis 90 et un certain (...)

81Mais le coeur de la rénovation constitutionnelle envisagée par les tenants de la troisième voie concerne l’intégration au catalogue des droits fondamentaux garantis par la constitution de « droits fondamentaux sociaux » (soziale Grundrechte) ; ils concernent pour l’essentiel le droit au logement et le droit au travail. Le premier est prévu dans le projet de constitution du Runder Tisch, en son article 25 ; dans celui du Kuratorium «Bund Deutscher Länder»45 en son article 13a ; et dans la plate-forme du SPD intitulée Zur Verfassung des deutschen Staates – Das Grundsatzpapier für den SPD-Vorstand ; selon les cas, il s’agit soit de la simple inscription de ce droit au logement dans la constitution, soit de son extension par les dispositions concernant la fixation des loyers et les conditions dans lesquelles il peut être mis fin à une location, voire procédé à une expulsion. Outre les limitations du droit de propriété qu’impliqueraient de telles clauses, elles conduiraient à fonder constitutionnellement l’existence d’un double marché et l’utilisation éventuelle du logement comme moyen de pression social et politique par le recours à des critères d’attribution discriminatoires.

82S’agissant du droit au travail, ses implications ne sont pas moins profondes. Nous le trouvons prévu dans le projet de constitution du Runder Tisch en son article 27, accompagné entre autres de la disposition suivante :

  • 46 Friedrich-Naumann-Stiftung, op. cit., p. 122.

«Der Staat [...] hat in seiner Wirtschaftspolitik dem Ziel der Vollbeschäftigung in der Regel Vorrang einzuräumen.»46

83Nous le trouvons dans le projet du Kuratorium «Bund Deutscher Länder» en son article 12, accompagné de la disposition suivante :

  • 47 Ibid., p. 155.

«Der Staat schützt das Recht jedes Menschen auf Arbeit, trägt zur Erhaltung und Schaffung von Arbeitsplätzen bei und sichert einen hohen Beschäftigungsstand, soweit dies sozial verantwortbar und ökologisch verträglich ist.»47

84Une formulation qui tout à la fois, ici encore, fait de l’Etat le garant du plein emploi – par des moyens évidemment non évoqués ; et en même temps fixe à cette obligation une double limite sociale et écologique qui trahit le malaise sous-jacent à cette extension constitutionnelle ; sans que soit précisé à quel moment il devient socialement irresponsable de continuer à garantir le plein-emploi ; peut-être quand la faillite publique menace, comme dans le cas de la RDA... Ni sans préciser dans quelles conditions la sauvegarde de l’environnement naturel a priorité sur la garantie de l’emploi ; peut-être, là aussi sur fond d’expérience récente, si vient à menacer un second Bitterfeld.

85Nous le trouvons enfin dans les textes du PDS, par exemple dans le programme pour les élections de décembre 1990 :

  • 48 Wahlprogramm der Linken Liste/PDS zur Bundestagswahl 1990, p. 27.

«Wir fordern die Aufnahme des Rechts auf Arbeit und Arbeitsförderung in eine deutsche Verfassung. Dafür wird sich die Linke Liste/PDS im Parlament und mit außerparlamentarischen Mitteln einsetzen.»48

86Ce que l’adoption d’un tel droit dans la constitution peut signifier en termes de politique économique globale, donc de conception d’un ordre social, le même texte l’expose juste après :

  • 49 Ibid.

«Wir treten für die Bildung demokratischer Wirtschafts- und Sozialräte auf Betriebs- und Länderebene mit Initiativrecht und Genehmigungkompetenz gegenüber Unternehmensentscheidungen ein.»49

87Où l’on voit comment une troisième voie peut n’être qu’un détour de l’histoire pour revenir aux errements du passé.

88Cela est confirmé par les actes d’un colloque organisé par la Marx-Engels-Stiftung le 1er juin 1991 à Wuppertal, qui laissent entrevoir quelle stratégie globale se cache derrière cette simple exigence du droit au travail :

«Oder konkreter gesagt : Das Recht auf Arbeit als Rahmenvorschrift für eine staatliche Politik, die der Vollbeschäftigung den Vorrang zu geben hat, sowie einen Anspruch auf Arbeitsförderung und Arbeitslosenunterstützung. In diesem Sinne muß das Erbe der sozialen Rechte der alten DDR auf seine ‘Kompatibilität’ mit der neuen Ordnung geprüft werden.»

  • 50 Friedrich-Naumann-Stiftung, op. cit., pp. 286 s.

«In einem umfassenden Sinne wäre ein solches Recht auf Arbeit nicht bereits durch die Gewährung der Garantie eines Arbeitsplatzes erschöpft : Anzustreben wäre vielmehr der fähigkeitsgerechte Einsatz von Menschen – unabhängig von Geschlecht, Rasse oder sozialer Herkunft – in einer ökonomisch produktiven und ökologisch sinnvollen Beschäftigung, die zunehmend mehr kreative Selbstentfaltung in der Arbeit und demokratische Teilhabe am Produktionsprozeß ermöglicht.»50

89Admirable mélange de phrases creuses héritées tout droit d’une propagande toujours vivante et destinées ici, entre autres, à masquer quarante ans de réalité sociale et économique dans l’Etat est-allemand.

90Nous pourrions continuer l’analyse – mais le temps et l’espace nous manquent – sur une série d’autres points tout aussi essentiels : droit de grève et ses implications financières ; droit de coalition et son application dans le monde du travail ; mise en place d’un conseil écologique ayant voix au chapitre dans l’élaboration des lois ; introduction d’éléments de démocratie directe venant compléter si ce n’est concurrencer la démocratie indirecte établie par la Loi fondamentale ; redéfinition du droit de résistance (Widerstandsrecht) tel qu’inscrit à l’article 20,4 de cette même Loi fondamentale.

91Nous nous contenterons, pour conclure, de nous arrêter un instant sur deux ultimes points.

92Le premier concerne les symboles de la nation et de l’Etat allemand. On peut certes le juger purement formel, pour ne pas dire superficiel. Il nous semble au contraire qu’il touche à l’essentiel et révèle des tendances profondes d’identification ou de non-identification, d’acceptation ou de non-acceptation. On y constate une convergence aussi frappante qu’inquiétante entre les propositions du PDS et celles du Runder Tisch. Le premier écrit à l’article 22 de son projet de constitution :

«(1) Die Bundesflagge trägt die Farben schwarz-rot-gold. Das Wappen des Staates ist die Darstellung des Mottos «Schwerter zu Pflugscharen».

  • 51 Verfassungsentwurf der PDS/LL, article 22.

(2) Die Hymne des Bundes ist die «Ode an die Freude»51

93Dans le second texte, on peut lire à l’article 43 :

  • 52 Friedrich-Naumann-Stiftung, op. cit., p. 126.

«Die Staatsflagge der Deutschen Demokratischen Republik trägt die Farben schwarz-rot-gold. Das Wappen des Staates ist die Darstellung des Mottos «Schwerter zu Pflugscharen.»52

94Dans les deux cas (le projet de constitution pour la RDA établi par le Runder Tisch étant en réalité rédigé dans la perspective d’une réunification), on constate qu’il est prévu d’ajouter aux couleurs nationales une devise qui est en fait la reprise d’un slogan d’inspiration religieuse largement utilisé par les mouvements d’opposition dans leurs actions contre le gouvernement officiel de la RDA. Ce qui appelle une double remarque : d’une part, la reprise de ce slogan dans le projet de constitution officiel du PDS montre bien le caractère opportuniste et hypocrite d’un parti qui cherche à se parer des plumes de la dissidence pour masquer sa vraie nature et ses intentions véritables. D’autre part, la référence à ce mot d’ordre, qu’elle soit le fait du Runder Tisch ou du PDS, réduirait la symbolique de l’Allemagne unifiée à un credo pacifiste et neutraliste sur fond de désarmement totalement intempestif et dont nous avons noté précédemment l’irréalisme. Quant au choix de l’Ode à la Joie comme hymne national, il est lui aussi à plusieurs titres révélateur : comme refus de conserver l’hymne de la RFA, en dépit de ses sources et origines historiques éminemment ‘démocratiques’ et en dépit de ce qu’il représente après quatre décennies d’existence de l’Etat ouest-allemand ; comme recours à une mélodie utilisée par le passé comme hymne officiel des équipes de sport allemandes alors qu’elles réunissaient encore des membres des deux Etats – signifiant ainsi le refus sous-jacent de la réunification en un seul Etat ; comme source de confusion enfin avec l’hymne de l’Union Européenne, autre moyen de relativiser et de noyer dans le flou cette réunification.

95Plus grave encore, dans le même esprit, est le traitement réservé à l’article 79 de la Loi fondamentale. Rappelons qu’il interdit toute modification du texte constitutionnel, par quelque voie que ce soit, qui remettrait en cause la nature fédérale de l’Allemagne et la participation des Länder à l’activité législative, ainsi que les principes fondamentaux inscrits aux articles 1 et 20 de la constitution – c’est-à-dire l’existence de droits fondamentaux imprescriptibles déduits du respect inconditionnel de la dignité humaine ainsi que les dimensions de démocratie, d’Etat fédéral, social et de droit dont se réclame et se reconnaît la République fédérale. Si ces dispositions sont bien reprises dans le texte du Kuratorium «Bund Deutscher Länder», elles n’apparaissent ni dans le projet de constitution du PDS, ni dans celui du Runder Tisch, ce qui laisserait à terme la voie ouverte à une transformation légale et constitutionnelle de la nature même du nouvel Etat allemand.

96Au total, on perçoit bien, derrière la proposition d’un texte nouveau comme derrière l’abandon d’un article essentiel du texte en vigueur, la volonté de modifier essentiellement la nature de l’Etat, de l’ordre politique et social du pays réunifié par l’intermédiaire d’un hybride constitutionnel conçu à cette fin, par l’adoption d’une troisième voie constitutionnelle et institutionnelle à mi-chemin entre l’ordre de la République fédérale et celui de la RDA, comme il ressort de l’article 132 du projet du Runder Tisch :

  • 53 Ibid., p. 147.

«Die Vereinbarung soll ferner vorsehen, daß die in dieser Verfassung garantierten Menschen- und Bürgerrechte auf dem gegenwärtigen Hoheitsgebiet der Deutschen Demokratischen Republik auch dann fortgelten, wenn sie Rechte begründen, die im Grundgesetz nicht enthalten sind. Dies gilt auch für die unmittelbare Bindung Dritter an diese Rechte.»53

97Tandis que la plate-forme du SPD déclare en son point I.2. :

  • 54 Ibid., p. 182 s..

«Der Umbruch in der DDR kann nicht ohne Auswirkungen auf die Verfassung des neuen Gesamtstaates bleiben. Wenn dieser eine solide rechtliche Basis haben soll, müssen Verfassungsideen aus der DDR, wie sie sich z.B. in den Entwürfen des Runden Tisches widerspiegeln, die Chance haben, in die Verfassung des gesamten deutschen Staates einzugehen.»54

98Cette volonté peut procéder d’un défaut de conception de ce que doit être une constitution. Le texte ne doit pas en être surchargé de dispositions allant jusque dans le dernier détail, qui risquent de devenir rapidement obsolètes, qui risquent surtout de bloquer l’évolution de la législation par trop de contrainte et de conduire ainsi à une société figée ; qui risquent enfin, pour cette double raison, de nuire à l’image du texte constitutionnel, donc de l’ordre politique qu’il fonde, aux yeux des citoyens. Comme l’écrit Volker Kröning, ministre de la Justice et de la Constitution du Land de Brême en mai 1991 :

«Dabei soll sich (die Verfassung) von allzu engen Festlegungen fernhalten, Grundsätze aufstellen und doch zugleich Spielräume schaffen für die von parlamentarischen Mehrheiten gestaltete Politik. [...] Die Verfassung hat nicht festzuschreiben, was im Einzelfall zu geschehen hat, sie ist nicht der Ort, um – im strengen Sinne des Wortes – zu «regeln».

  • 55 Ibid., pp. 303 et 307.

«Eine nüchterne Auswertung der «Verfassungsjahre» 1949 und 1990 lehrt, daß weniger mehr ist : Eine knappe – und zudem gute – Verfassung verbaut nicht Politik, sondern erhält ihre Spielräume und sichert ihr eher Respekt als ständige Änderungswünsche. Was die Politik nicht an Zielen und Werten zu formulieren und dem Bürger konkret vorzulegen vermag, gelingt auch nicht einem Text, der oberste Gebote enthält.»55

99On peut comprendre que des groupements de citoyens ayant vécu dans un contexte où dominaient, sur fond de constitution-alibi, l’arbitraire et l’omniprésence de l’Etat et du parti aient la tentation de s’en protéger à l’avenir en multipliant les garde-fous constitutionnels. Mais ceci n’est pas compatible avec un ordre politico-social ouvert, réactif, qui a justement la faculté de répondre en s’y adaptant aux changements sociaux. Vouloir l’enfermer dans un carcan constitutionnel par trop contraignant et restrictif, c’est le menacer dans sa nature même, donc dans son existence.

100Or la volonté de mettre en forme et de faire entrer en vigueur en Allemagne une constitution qui intégrerait à la tradition de la Loi fondamentale des éléments clefs de la pratique est-allemande procède justement chez d’autres d’une telle volonté, d’un tel projet à terme. Il suffit pour s’en convaincre de lire ce qu’écrit le PDS à ce sujet :

  • 56 Grundsatzkommission beim Parteivorstand der PDS, Neu Beginnen ... Thesen zur Programmdiskussion, pp (...)

«Wir befinden uns also in einer Gesellschaft, die sich mit zeitlicher Verschiebung ebenfalls in eine historische Sackgasse hineinbewegt. Gelingt hier nicht ebenfalls eine Wende, dann wird der Untergang dieses Systems für die gesamte Menscheit weitaus schlimmere Folgen zeitigen als der Zusammenbruch des «real existierenden Sozialismus». Allerdings bietet die moderne Industriegesellschaft in ihren ökonomischen Strukturen, in ihrer politischen Verfaßtheit und ihrer kulturellen Pluralität mehr Ansatzpunkte für Reformierbarkeit als andere Gesellschaftsformen. Diese auf entschiedene Weise, mit den Mitteln der direkten und der parlamentarischen Demokratie, zum Zwecke radikaler, d.h. an die Wurzeln packender, systemüberwindender Veränderungen zu nutzen, ist Aufgabe der Linken. Um hierzu ihren Beitrag zu leisten, haben sich für Erneuerungen revolutionären Charakters eintretende Männer, Frauen und Jugendliche aus Ost und West in der Partei des Demokratischen Sozialismus zusammengefunden.»56

  • 57 Friedrich-Naumann-Stiftung, op. cit., p. 291.

«Unter Hinweis auf diese Erfahrung [...] wird z.T. die Meinung vertreten [...] es gäbe im Grunde genommen nach der Vereinigung gar keine Verfassungsfrage mehr, da diejenigen, die der DDR das Grundgesetz überfallartig übergestülpt haben, stark genug sind, um nunmehr dafür sorgen zu können, daß dieses Grundgesetz nicht noch nachträglich im Geiste der Volksbewegung des Oktober 1989 radikaldemokratisiert wird. [...] Dies würde verkennen, daß es nach der Vereinigung insofern eine tiefe Verfassungskrise gibt, die viele Bürger bewegt, als das deutsche Volk insgesamt vor vollendete Tatsachen gestellt und der Bevölkerung der DDR eine Verfassung aufgedrängt wurde, die weder den Verfassungstraditionen nach der Wende noch anderen Verfassungstraditionen in der Ex-DDR gerecht wird.»57

101Au delà de la déformation infligée au cours des événements par cette présentation, ces textes ont au moins le mérite de montrer clairement quel est le but ultime de l’hybridation constitutionnelle proposée : elle doit servir de point d’attaque pour modifier de fond en comble, pour révolutionner au sens vrai du terme, l’ordre socio-politique entré en vigueur dans la totalité de l’Allemagne avec l’unification de 1989-90.

102Où le projet politique rejoint la théorie. On ne peut en matière de droit constitutionnel, pas plus qu’en matière d’économie ou de diplomatie, associer en un tout homogène des textes qui procèdent de deux conceptions de la société essentiellement différentes et incompatibles. Comme l’écrit le Professeur Gerd Roellecke :

«Zum anderen kann eine neue deutsche Verfassung nicht revolutionär gerechtfertigt werden, weil es nicht den Schimmer einer Alternative zur freiheitlichen, rechtsstaatlich-demokratischen Grundordnung gibt. Die inhaltlichen Gründe, aus denen eine neue deutsche Verfassung gefordert wird, sind ausnahmslos angejahrt. [...] Der Negation des Grundgesetzes liegt nicht die Position einer rechtfertigenden Idee zugrunde, sondern die Leere der schlechten Abstraktion.»

103Et plus loin :

  • 58 Ibid., pp. 295 et 301

«Auch die inhaltlichen Vorschläge für eine neue Verfassung sind weder einzeln noch in ihrer Gesamtheit eine Alternative zum Grundgesetz. [...] Darüber kann man natürlich reden, aber dafür braucht man keine neue Verfassung, es sei denn, man will die Hürden des Art. 79 GG unterlaufen.»58

104Cela ne signifie nullement qu’il n’y ait pas dans l’Allemagne des années quatre-vingt-dix des inadéquations ponctuelles entre l’état du corps social et la législation. Mais remédier à de telles inadéquations suppose deux choses : une réflexion et un débat menés avec sérénité et patience, loin des émois et des passions d’une période aussi troublée que celle de la réunification ; et aussi, et peut-être surtout, que soit nettement distingué ce qui relève du texte constitutionnel – complété par la jurisprudence du moment, tout spécialement celle du Tribunal constitutionnel fédéral – et ce qui relève de la loi, elle-même adossée à la constitution.

105Et l’argument qui voudrait que le refus constaté de donner droit aux demandes d’hybridation de la constitution soit le fait d’un pouvoir excessif de milieux vite (dis)qualifiés de conservateurs, ne porte pas dans le cas présent. N’est-ce pas Herta Däubler-Gmelin, membre influente du SPD, qui écrit dans les actes de deux congrès que la fondation Friedrich Ebert a consacrés en 1990 et 1991 justement à la question constitutionnelle :

  • 59 Ibid., p. 248.

«Wenn ich trotzdem für eine Beschränkung auf die unumgänglichen Änderungen des Grundgesetzes eintrete, so hängt das mit der Vielzahl der umlaufenden Änderungswünsche zusammen, die keineswegs alle die Offenheit und Liberalität des Grundgesetzes stärken würden. Daß nachteilige Änderungswünsche von vornherein keinen Konsens fänden, ist dabei eine trügerische Hoffnung. Kommt die Änderungswoge erst einmal in Gang, ist vielmehr mit Aushandlungsprozessen zu rechnen, bei denen schließlich die eine Seite ein bißchen Plebiszit bekommt, wenn die andere ein bißchen Asylrecht gibt.»59

Conclusion : les dimensions mythiques de la théorie de la troisième voie

106Nous avons fait référence au début de cette communication à un ouvrage de 1991 dénonçant et analysant sept mythes de l’unification, dont celui de la troisième voie. Le terme de mythe y est employé dans son acception courante d’image ou d’explication illusoire d’un fait, qui influe sur le jugement des hommes et donc, par contrecoup, sur leur comportement.

107Mais en réalité la théorie de la troisième voie est de nature mythique aussi en de tout autres sens.

108Elle est mythique en ce que le mythe est une démarche d’explication du monde fondée sur l’irrationnel, se présente sous forme d’assertions qui ne peuvent être logiquement démontrées et s’adresse non à la raison, mais à l’imagination et à l’affectivité de l’homme. Or nous nous sommes efforcés de montrer que postuler la possibilité d’instaurer une troisième voie hybride entre les ordres socio-politiques en vigueur dans les deux Etats allemands à la veille de la réunification relève d’une telle démarche. On peut échafauder une telle théorie, on peut l’écrire, on peut l’énoncer, on peut l’utiliser pour laisser entrevoir un certain cours à venir de l’histoire ; mais elle se refuse à toute démonstration logique cohérente et surtout à toute confirmation pratique.

109Plus encore. Nous avons souligné qu’à l’origine, le projet des mouvements protestataires en RDA n’est pas de renverser le système, mais de le réformer, d’établir dans le pays une variante nouvelle du socialisme ; projet qu’ils partagent avec les ‘réformateurs’ au sein du SED, avec Mikhaïl Gorbatschev et certains observateurs occidentaux. Ce faisant, ils ne sont déjà plus en phase avec la volonté populaire : la majorité des citoyens est-allemands ne veut pas une réforme, mais un changement radical d’ordre socio-politique. Sentant monter cette volonté de plus en plus clairement exprimée, les tenants du socialisme réformiste vont alors se replier sur la théorie de la troisième voie, s’efforçant de sauver au moins dans le discours ce que le cours des événements est en train d’emporter. On conçoit le désarroi qu’il peut y avoir à constater que dans l’instant où l’on pense gagner en faisant tomber les gouvernants en place, dans l’instant où l’on pense gagner en se trouvant associé, autour d’une table ronde, à un vaste projet de réforme du régime, ce régime se met à chanceler sous l’action de ceux-là même que l’on croyait et voulait représenter. Le discours vient alors relayer l’action et l’on s’efforce de sauver une partie au moins d’un projet utopique et, dans le même temps, sa propre identité politique et sociale justement par le recours à ce mythe de la troisième voie, dont la fonction est alors surtout subjective : affirmer la possibilité de l’impossible pour ne pas désespérer de cette impossibilité. Nous retrouvons ici la dimension religieuse, pré-philosophique et a-scientifique du mythe : dire pour supporter, apprivoiser l’insupportable.

110Pour d’autres enfin, la dimension mythique de la théorie de la troisième voie est différente encore. Elle rejoint la nature profonde du mythe, mais à des fins de stratégie politique : dire l’indicible. Les tenants du régime communiste, qu’ils penchent pour son maintien en l’état ou pour une hypothétique réforme qui toucherait le système et pas seulement ses dignitaires, ne peuvent se reconnaître très longtemps à visage découvert de leur conviction ni de leurs intentions ; il arrive un stade des événements en Allemagne et en Europe où il serait contre-productif pour eux de continuer à agir ainsi. D’où le recours à un discours qui dit, tout en masquant ; la thèse de la troisième voie est pour eux la possibilité de déclarer à nouveau leur conviction politique – que le socialisme est la vérité de l’humanité – tout en la cachant derrière un apparent compromis.

  • 60 «Der türkische Andenkenmarkt rund um das Brandenburg Tor ist die ehrlichste Art, mit der DDR-Geschi (...)

111La dimension mythique de la thèse de la troisième voie se retrouve enfin dans ses effets à moyen et long terme. Alors que l’Etat est-allemand rejoint, comme l’écrivent Armin Mitter et Stefan Wolle, le marché aux puces de l’histoire60, que s’effondre avec lui un ordre politique, économique et social qui a fait la preuve de son impuissance pernicieuse, le mythe de la troisième voie en maintient le souvenir et s’efforce ainsi de le sauver partiellement, avec un triple effet : celui d’entretenir l’idée qu’en définitive, tout n’était pas si mauvais au bon vieux temps d’antan ; de nourrir une certaine nostalgie de ce qui n’est plus, laquelle a, comme toujours, pour effet de faire oublier la vraie nature du régime, d’en idéaliser certains aspects conservés en mémoire en dehors de leur contexte historique ; et, par là même, de susciter peut-être un jour le désir d’en revenir à cet ordre passé, peu à peu dépouillé de sa réalité, ramené à l’état d’utopie salvatrice.

112La théorie de la troisième voie devient alors une sorte de mythe fondateur dont l’illustration pourrait être Schwarzenberg, cette république idéale et factice qu’invoque Stefan Heym, vivant quelques temps en autonomie entre l’Est et l’Ouest – mais vite rattrapée par la réalité du monde et englobée dans la zone d’influence soviétique.

Notes

1 Dieter Grosser, Stephan Bierling, Friedrich Kurz, Die sieben Mythen der Wiedervereinigung, Munich 1991.

2 Heiner Müller, Zur Lage der Nation, Berlin 1990, p. 32.

3 Der Spiegel, 45/1989, p. 29.

4 Ibid., p. 54

5 Ibid., p. 42.

6 D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 99 s.

7 Philip Zelikow, Condoleezza Rice, Sternstunde der Diplomatie – Die deutsche Einheit und das Ende der Spaltung Europas., p. 221 s.

8 Armin Mitter, Stefan Wolle, Untergang auf Raten – Unbekannte Kapitel der DDR-Geschichte, Munich 1993, pp. 523 s.

9 Pour ces deux dernières citations, voir : D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 70

10 Ibid., p. 548. Le fait est confirmé dans P. Zelikow, C. Rice, op. cit., p. 157 : «Die führenden Vertreter der Opposition strebten dennoch nicht die Vereinigung an. Bärbel Bohley, eine Mitbegründerin des Neuen Forums, war ungehalten über die Art, in der die Mauer geöffnet worden war. Die ostdeutschen Dissidenten wollten einen besseren Sozialismus in einem eigenen deutschen Staat, der nicht wie der Westen durch Materialismus und Ausbeutung geprägt war.»

11 Le Figaro, numéro spécial 14 338 du 1er octobre 1990, p. 30. La place nous manque ici pour analyser cette déclaration comme elle le mériterait. Disons simplement en quelques mots qu’elle allie à nos yeux la contre-vérité en faisant pratiquement des seuls habitants de la zone d’occupation soviétique puis de la RDA les victimes de la Seconde Guerre mondiale en Allemagne (thèse également développée par le PDS dans son programme électoral de l’automne 1990) ; l’absurdité économique dans sa référence intempestive au plan Marshall ; le flou en appelant à une croisade ‘européenne’ en faveur de l’Allemagne de l’Est : faut-il voir là un appel à tous les pays européens, donc aussi, par exemple à la Russie ? Le refus obstiné et vain de reconnaître ce qui est, avec l’appel à sauver l’économie de la RDA deux jours avant l’entrée en vigueur du traité qui scellera la disparition de cet Etat.

12 A. Mitter, S. Wolle, op. cit., p. 547 s.

13 P. Zelikow, C. Rice, op. cit., p. 136.

14 D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 45.

15 Ibid., p. 113.

16 Ibid.

17 À ce sujet cf. par exemple le numéro spécial de Die Welt consacré aux élections du 18 mars 1990.

18 «Einbau des sozialen Gegenprinzips in die Architektur des Kapitalismus» ; cité dans : D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 114.

19 Heiner Müller, op. cit., pp. 28, 49 et 11.

20 i.

21 D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 89.

22 Ibid., p. 104.

23 Klaus Schroeder, Der SED-Staat – Geschichte und Strukturen der DDR, Munich 1998, p. 510.

24 Ibid.

25 D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 100.

26 Cité dans : Klaus Schroeder, op. cit., p. 509.

27 Ibid.

28 P. Zelikow, C. Rice, op. cit., pp. 177 s.

29 D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 102.

30 R. Zelikow, C. Rice, op. cit., p. 285.

31 Werner Weidenfeld, Karl-Rudolf Korte, Handwörterbuch zur deutschen Einheit, Frankfurt/Main 1992, p. 256.

32 On imagine difficilement que soit repris alors le mot d’ordre : « Lieber rot als tot !»

33 W. Weidenfeld, K-R. Korte, op. cit., p. 257.

34 Helmut Kohl, Ich wollte Deutschlands Einheit, Berlin 1996, p. 236.

35 P. Zelikow, C. Rice, op. cit., p. 261.

36 D. Grosser, S. Bierling, F. Kurz, op. cit., p. 61.

37 P. Zelikow, C. Rice, op. cit., p. 143.

38 «Als die Zwei-Plus-Vier-Verhandlungen am 5. Mai auf der Ebene der Außenminister begannen, stand vor allem die Frage der Bündniszugehörigkeit eines vereinten Deutschlands im Zentrum der Kontroverse. Für die Westalliierten war die Einbindung Deutschlands in das westliche Bündnissystem unabdingbare Voraussetzung, für die Sowjetunion dagegen kam zum damaligen Zeitpunkt eine Mitgliedschaft des vereinten Deutschlands in der NATO nicht in Frage. Das Politbüro der KPdSU beauftragte Aussenminister Eduard Schewardnadse, auf militärischer Neutralität des vereinten Deutschlands bzw. im äußersten Fall auf Mitgliedschaft in beiden Blöcken zu bestehen.» – Klaus Schroeder, op. cit., p. 380.

39 On trouvera une compilation fort bien faite des principaux textes dans : Friedrich-Naumann-Stiftung, Verfassungsreform, 1992.

40 Ibid., pp. 188 ss.

41 Ibid., p. 123.

42 Voir à ce sujet ce qu’écrit le Professeur Gerd Roellecke dans : Fritz-Naumann-Stiftung, op. cit., pp. 295 s.

43 Ibid., p. 293.

44 « [...] für das Nebeneinander verschiedener Eigentumsformen und für deren Chancengleichheit.» PDS, Info, 2/1991, p. 30. Les formes de propriété reconnues sont la propriété totalement socialisée, la propriété coopérative et la propriété de groupements de citoyens ; s’y ajoute marginalement la propriété personnelle ; la propriété privée quant à elle est rejetée.

45 Le Kuratorium «Bund Deutscher Länder» réunissait en particulier les Verts, Bündnis 90 et un certain nombre de juristes et responsables politiques sociaux-démocrates.

46 Friedrich-Naumann-Stiftung, op. cit., p. 122.

47 Ibid., p. 155.

48 Wahlprogramm der Linken Liste/PDS zur Bundestagswahl 1990, p. 27.

49 Ibid.

50 Friedrich-Naumann-Stiftung, op. cit., pp. 286 s.

51 Verfassungsentwurf der PDS/LL, article 22.

52 Friedrich-Naumann-Stiftung, op. cit., p. 126.

53 Ibid., p. 147.

54 Ibid., p. 182 s..

55 Ibid., pp. 303 et 307.

56 Grundsatzkommission beim Parteivorstand der PDS, Neu Beginnen ... Thesen zur Programmdiskussion, pp. 26 s.

57 Friedrich-Naumann-Stiftung, op. cit., p. 291.

58 Ibid., pp. 295 et 301

59 Ibid., p. 248.

60 «Der türkische Andenkenmarkt rund um das Brandenburg Tor ist die ehrlichste Art, mit der DDR-Geschichte umzugehen. Alles wird dort verkauft. Aktivistenabzeichen und Vaterländische Verdienstorden, Ehrendolche der NVA, Generalsuniformen, Porträts von Erich Honecker und Leninbüsten. Wer mit Christa Wolf die Frage stellt, «Was bleibt ?», mag durch das bunte und exotische Markttreiben schlendern. Hier wird er die Antwort finden. Es bleibt ein Haufen von nutzlosem und absurdem Flitterkram. Auf den «Müllhaufen der Geschichte» verwünschte die SED-Propaganda gerne ihre vermeintlichen und tatsächlichen Widersacher. Ihr selbst wurde ein besseres Schicksal zuteil. Ihre Symbole und Devotionalien sind auf dem Trödlermarkt gelandet. Ihre Führungskader verhökern ihre belanglosen Memoiren und die kläglichen Reste ihres Machtwissens auf dem freien Markt der Medien.»- Armin Mitter, Stefan Wolle, op. cit., Munich 1993, p. 552.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540