Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

2. L'évolution en RFA et en RDA dans les années 1980

L’évolution du SED dans les années quatre-vingt

Jean Mortier

Texte intégral

1Traiter de l’évolution du Parti socialiste unifié d’Allemagne (SED) dans les années quatre-vingt relève de la gageure ou de la mission impossible. Par manque de matière ou par excès de matière. Le mercredi 30 août 1989, alors que 200 à 300 Allemands de l’Est franchissent quotidiennement la frontière austro-hongroise, Kurt Tiedke, ancien Premier secrétaire de la direction du SED à Magdebourg et directeur de l’École centrale du parti, écrit dans Neues Deutschland :

« Nous n’avons pas besoin d’une économie de marché, d’un quelconque changement ou d’une quelconque réforme (...) Rien, vraiment rien ne nous indique qu’il faille changer notre politique (...) et notre conception du socialisme ».

2Le vendredi 15 septembre, Günter Mittag, chef tout puissant de l’économie, enfonce le clou dans ce même organe officiel du parti :

« Les propositions faites par certains ne comportent qu’une seule idée : ils veulent une réforme qui mette fin au socialisme. Merci beaucoup, je n’en veux pas ! »

3Le 7 octobre, jour anniversaire de la fondation de la RDA, Mikhaïl Gorbatchev prononce sa phrase prophétique :

« la vie sanctionne ceux qui viennent trop tard ».

4Etait-ce une mise en garde ou déjà un constat, une mort annoncée ? Il est encore trop tôt pour le dire. Ce n’est pas de Gorbatchev, ce « liquidateur », qu’E. Honecker acceptait de recevoir une leçon, mais plutôt des dirigeants chinois. Recevant le vice-Premier ministre chinois Yao-Yilin, il lui dit :

« la leçon à tirer de l’agitation contre-révolutionnaire à Pékin et de l’actuelle campagne contre la RDA [c’est qu’il faut] s’en tenir sans dévier d’un pouce aux valeurs fondamentales du socialisme... » .

5Ces phrases, Honecker les prononçait ... neuf jours avant sa destitution. Ces quatre citations pourraient suffire pour mettre d’emblée un point final à notre propos : pas d’évolution, pas d’exposé.

6L’autre difficulté, c’est le trop-plein ; elle vient de la nature même du SED. Parti dirigeant, Parti-Etat ayant prétention à exercer son hégémonie sur l’ensemble de la société, son histoire se confond pour l’essentiel avec celle de la RDA. L’expression d’« Etat-SED » (SED-Staat) revient constamment sous la plume des historiens. Rien d’étonnant par conséquent si, traitant de « l’histoire du SED de la construction du mur en 1961 au tournant de 1989 », dans le SED-Handbuch paru récemment chez Dietz, Gerd-Rüdiger Stephan ne fait rien d’autre que de retracer, en 44 pages extrêmement serrées – et ce sur deux colonnes – l’histoire de la RDA, c’est-à-dire son évolution générale durant cette période. J’ai dit « évolution ». Qui pourrait nier en effet que la politique du SED n’ait connu, durant cette période la moindre évolution ? Dans son approche des problèmes internationaux, par exemple, dans ses rapports avec Bonn et plus encore dans ses relations avec Moscou. Il est vrai, pour prendre ce dernier exemple, que c’est moins à Berlin qu’à Moscou que les choses évoluent, ce qui conduit la RDA – entendons le SED – à réaffirmer l’intangibilité des principes et à s’ériger en gardien du temple de l’orthodoxie. Le terme « évolution » s’appliquerait alors aussi mal à ses réalités qu’aux réalités de politique intérieure où la stagnation est patente, le blocage institutionnel complet et la crispation des dirigeants de plus en plus évidente au fur et à mesure que la crise s’approfondit.

7L’émergence de mouvements civiques hors du champ balisé par le SED et échappant à son contrôle, l’irruption, à l’été 1989, dans cet espace public en train de naître des masses censées faire l’histoire (das Volk), la paralysie du pouvoir tétanisé par les événements, l’effondrement du SED et l’implosion parallèle du système, tout cela ne peut s’expliquer que si l’on admet que l’histoire du SED ne se confond pas totalement avec celle de la RDA, qu’il existe en germe, bien antérieurement aux événements connus, une société à laquelle pourtant il est bien difficile d’appliquer le terme de « civile », tant elle s’exprime peu publiquement et a peu de relais politiques. La lame de fond de l’automne 1989 s’est préparée dans les profondeurs de cette « société » est-allemande. Que maîtrisait encore en 1989 ce SED en théorie tout puissant ? Ou plus exactement que maîtrisaient encore réellement les dirigeants du SED ? Ce pouvoir était-il encore autre chose, en 1989, qu’une apparence. Comme le dira, non sans pertinence, Hans-Eckardt Wenzel, un Liedermacher, en 1990 :

  • 1 « Eine Illusion ... daß die ‘Wende’... eine subjektive Leistung wäre ... Man redet von ‘Wende’ oder (...)

« C’est une illusion de penser que ce ‘tournant’ est dû à l’action d’un sujet. On parle de ‘tournant’ et de ‘révolution’, alors que la situation était comparable à celle de la monarchie austro-hongroise. L’État était complètement vidé de son contenu. Il s’est effondré et chacun croit que c’est grâce à lui ».1

  • 2 Auteurs et artistes qui, ayant perçu à l’Ouest des droits d’auteurs, ne les rapatriaient pas en RDA (...)
  • 3 Landolf Scherzer; Der Erste. Protokoll einer Begegnung. Greifenverlag zu Rudolstadt. 1988

8Apparence, coquille vide, peut-être. Mais cela on ne peut le dire qu’après coup. Ce n’est pas ce que ressentit la chanteuse Bettina Wegner lorsqu’en 1983, on lui conseilla fermement au Ministère de la culture de faire ses valises si elle ne voulait pas être poursuivie pour trafic de devises et infraction à la législation sur les douanes.2 Ce n’est évidemment pas ce que ressentirent sur le moment ceux qui furent molestés par la police lors de l’intervention musclée contre la Umweltbibliothek de l’Église de Sion en novembre 1987 ou ceux qui furent arrêtés, voire expulsés de RDA à l’issue de la manifestation à la mémoire de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg de janvier 1988. Ce n’est pas ce que ressentaient ceux qui étaient quotidiennement, comme Freya Klier, l’objet de tracasseries de toute nature de la part des organes de sécurité. À l’automne 1989 – nul ne savait alors que les Soviétiques avaient clairement dit à Honecker que quoi qu’il arrive leurs troupes ne sortiraient pas des casernes – la crainte d’une « solution à la chinoise », d’une « paix céleste » auxquels les dirigeants se sentiraient acculés devant la montée de l’effervescence populaire était perçue comme bel et bien réelle. Quant à la coquille, elle n’était pas encore si vide que cela ; elles étaient remplies de 2,3 millions d’adhérents au parti, apparemment dociles quoique souvent sans grande conviction et d’un nombre très important de cadres (Funktionäre), à tous les échelons de responsabilité ; ceux-ci semblaient assurer la solidité de l’édifice, tant ils paraissaient, dans l’exercice de leurs fonctions, respectueux du « centralisme démocratique ». Pourtant un petit ouvrage, paru en 1988, reportage au jour le jour de la vie d’un secrétaire de district du SED montrait ce « fonctionnaire » moyen écrasé par la tâche, incapable de faire face aux difficultés quotidiennes et même parfois en proie au doute : Der Erste fut très vite un best-seller en RDA.3

9Au fil des ans, durant la décennie quatre-vingt, les dirigeants communistes ont de moins en moins prise sur la ou les réalités, malgré un appareil politique apparemment intact, des organismes de contrôle et de répression qui demeurent efficaces. La paralysie du pouvoir, aveuglante à l’automne 1989, n’est que l’aboutissement d’un processus que l’on est aujourd’hui mieux à même d’analyser. Cette approche des choses détermine la structure de cet article, qui s’articulera autour de trois thèmes : paralysie des organes dirigeants, érosion du parti et de sa base, émergence d’une expression publique traduisant le divorce grandissant entre le pouvoir et le pays réel.

1. Aveuglement et paralysie du pouvoir

10Les citations précédentes suffiraient à elles seules à montrer que jusqu’au bout, les dirigeants se montrent incapables de prendre la mesure de l’événement. Alors que le pays est au bord du chaos, ils restent campés sur des positions qu’ils s’imaginent en béton. Le 12 octobre, Kurt Hager, secrétaire du Comité central pour la culture, c’est-à-dire aussi responsable à l’idéologie, se déclare prêt à des réformes, « si les interlocuteurs sont de bonne volonté », mais précise : « Il ne peut y avoir de conversation avec ceux qui remettent en cause l’ordre de la société ». Le Bureau politique « est une direction unie, et qui le restera » ajoute-il. Unie, elle ne restera que ... six jours : le 18, ce même Bureau politique démettait Honecker. Le 13 octobre, devant les partis « amis », Honecker prend pour la première fois position sur la vague d’émigration pour dire : « on ne peut rester indifférent, quand des gens, quelles que soient leurs raisons, se séparent de leur pays » ; mais il rejette la liste de réformes que lui présente Manfred Gerlach, président du LDPD, l’un de ces partis amis.

11Egon Krenz, qui lui succède, se présente comme l’homme du renouveau ; c’est à lui que revient le mérite d’avoir inventé l’expression de « tournant » (Wende). Quel tournant ? Ce même 18 octobre il affirme :

« Notre pouvoir est celui de la classe ouvrière et de l’ensemble du peuple sous la conduite du parti. Nous l’avons conquis de haute lutte non pour nous-mêmes mais pour le bien du peuple. Il est entre nos mains et nous ne laisserons pas les forces du passé y toucher... ».

12Cinq jours plus tard, à la veille de son élection au plus haut poste de l’État, il reste tout aussi ferme :

  • 4 « Unsere Macht ist die Macht der Arbeiterklasse und des ganzen Volkes unter Führung der Partei. Wir (...)

« Il faut que nous exercions mieux notre rôle dirigeant, mais nous ne sommes pas prêts à l’abandonner »4.

La concentration des pouvoirs, cause de blocage

13Comment expliquer cet aveuglement des instances dirigeantes qui, selon le journal des syndicats soviétiques Troud d’octobre 1989 « se sont entourées d’un mur sans fenêtre sur la réalité » ? Pourquoi aussi les responsables sont-ils comme frappés de paralysie alors que les événements se précipitent ? À ces questions, il y a plusieurs réponses. Les raisons en sont à la fois structurelles et conjoncturelles.

14Les raisons proprement structurelles ne retiendront qu’à la marge notre attention. Contentons-nous de rappeler que, au regard de l’analyse institutionnelle, les blocages sont inscrits au cœur même des principes de fonctionnement d’un parti de type marxiste-léniniste. Unité et pureté (« Einheit und Reinheit ») du parti (et donc mise à l’écart des éléments contestataires), unanimité des décisions, discipline, centralisme démocratique impliquant la soumission de la base aux décisions prises d’en haut, ces principes comportent déjà par eux-mêmes des risques de sclérose et de dogmatisme ; mais ils deviennent dévastateurs dès l’instant où « Le Parti », chargé prétendument d’accomplir la « mission historique du prolétariat », exerce un rôle dominant dans la société, exigeant foi aveugle en la cause et finalement soumission au chef.

  • 5 Il existe quelques avantages indirects qui peuvent ne pas être négligeables : obtention rapide d’un (...)
  • 6 L’exemple le plus connu est celui de Johannes Hörnig, Abteilungsleiter et membre du CC de 1957 à 19 (...)

15Selon certains historiens, la personnalisation du pouvoir se serait accrue à l’époque d’Honecker. Rien n’est moins sûr. Rien n’indique que la « démocratie » socialiste ait été plus vivante du temps d’Ulbricht. Restons-en néanmoins aux années quatre-vingt pour examiner le fonctionnement des institutions. Le Comité central – sorte de parlement du parti – est un cercle d’« élus ». Sans l’approbation expresse de Honecker nul membre ou « candidat » (suppléant) ne peut espérer être reconduit dans ses fonctions. Or, pour la majorité de ceux-ci, il s’agit là d’un couronnement de carrière ; certes, il n’y a pas d’avantages matériels directs liés à cette fonction qui reste « bénévole » (nicht-hauptämtlich)5, mais beaucoup d’entre eux occupent des fonctions importantes dans l’appareil d’État ou mieux encore dans l’appareil du parti. Ce cumul de fonctions à l’intérieur même du parti – haut responsable dans l’administration du parti (ex : Abteilungsleiter/Chef de service) et membre du Comité central (CC)6 – a pris sous Honecker des proportions nouvelles. Ce sont des positions confortables en même temps que fragiles. N’attendons donc pas pour ces diverses raisons de ses 165 membres (dont. 17 femmes) qu’ils constituent un potentiel de critique ou une force d’opposition. Il y a deux réunions plénières du CC par an, mais les débats y sont inexistants. Pourquoi du reste ? C’est un organisme sans pouvoir. Le noyau dirigeant est extrêmement réduit : le pouvoir est détenu par le Bureau Politique et le secrétariat, en second lieu par l’appareil du CC.

  • 7 Divers témoignages oraux, recueillis de la bouche d’anciens dirigeants interrogés séparément, confi (...)

16Le Bureau Politique est-il aussi unique le dit Hager ? Conflits de pouvoir, intrigues, clans existaient, c’est certain. Chez Honecker, la crainte du complot semble être omniprésente : dans l’univers clos de Wandlitz, cette cité réservée aux hauts dignitaires du parti et dans laquelle ils sont tenus d’habiter « pour des raisons de sécurité », il n ‘est pas de bon ton de se fréquenter ; il est même conseillé, sous peine d’éveiller les soupçons, de s’éviter7 : E. Honecker n’a t-il pas été lui-même en 1971 le principal artisan d’un complot ayant abouti à la destitution (mise à la retraite) d’Ulbricht pour « raisons de santé » ? Wandlitz n’était certainement pas aussi romanesque que certains reportages l’ont dépeint, règne de l’intrigue et de la corruption ; il est vrai néanmoins que Honecker n’avait pas que des amis dévoués corps et âme à sa personne. Au début des années quatre-vingt, Stoph, Mielke, Krolikowki et Naumann estiment, dans des rapports confidentiels qu’ils adressent à Moscou, – et qui ressemblent fort à de la délation – que E. Honecker et G. Mittag jouent un double jeu : ils accusent ces soi-disant fidèles tenants de la ligne commune des pays socialistes de comploter avec les milieux de Bonn dans le dos du Bureau Politique. En 1985, Konrad Naumann, chef du parti de Berlin considéré comme le rival et successeur potentiel du Secrétaire général tient des propos inconsidérés à l’encontre des intellectuels : Honecker en profite pour le remplacer par Günter Schabowski, rédacteur en chef de ND, qui s’illustrera au soir du 9 novembre par la lecture un peu hésitante d’un communiqué du Comité central.

17Ces « mises à la retraite » sont néanmoins l’exception. Ce qui est au contraire la règle, c’est l’étonnante longévité des cadres dirigeants. Honecker est au pouvoir depuis 1971, sa femme Margot Honecker est ministre de l’éducation depuis ... 1963. Erich Mielke, membre du Bureau politique depuis 1976, exerce ses talents à la tête de la Sécurité d’État depuis 1957. Hermann Axen est membre à part entière du Bureau politique depuis 1970 (suppléant depuis 1963). Horst Sindermann en est titulaire depuis 1963. Arrêtons les exemples.

18Aboutissement ou illustration de la non-séparation du parti et de l’État : la confusion des fonctions, extrême au plus haut sommet de l’État, entraîne une concentration des pouvoirs entre les mains de quelques-uns. W. Stoph, premier ministre, siège au bureau politique, tout comme Harry Tisch, président du syndicat unique FDGB, tout comme Horst Sindermann, président de la Volkskammer, tout comme ... Les exemples sont légion. Cette confusion des fonctions est inscrite dans les principes de fonctionnement d’un parti de « type nouveau » : l’appareil d’État n’est que l’exécuteur des décisions du parti. Et ce à tous les niveaux. Au niveau des administrations locales ou territoriales, rien ne peut être fait non plus sans l’accord du responsable du parti. Cela a un double effet : une déresponsabilisation généralisée des organismes d’État, une surcharge de travail pour le responsable du parti qui, devant s’occuper de tout, devient seul maître à bord et peut, à l’occasion, se transformer en petit potentat local. L’accroissement du nombre de « doléances » (Eingaben) adressées à Honecker directement dans les années quatre-vingt, loin d’illustrer la confiance accrue du peuple dans ses dirigeants, comme ceux-ci ne cessent de le répéter, est le signe que les mécanismes « normaux » ne fonctionnent pas ou ne fonctionnent plus. Cette omnipotence du parti se marque jusque dans le détail : Convient-il ou non, à la veille de Noël en 1981, d’importer davantage d’oranges ou de bananes pour satisfaire une population mécontente ? Une aussi capitale décision ne pouvait être prise que ... par le Bureau Politique ! Étant donné que figure régulièrement à l’ordre du jour des réunions du Bureau politique la question de l’approvisionnement, en présence du secrétaire du CC compétent, Werner Jarowinsky et du ministre concerné, le bureau politique sera un jour (les archives témoignent) amené à donner son sentiment sur le ... papier hygiénique et le nécessaire pour dames ! Le 18 novembre 1988, ce même Bureau politique décide de stopper la livraison de la revue soviétique en langue allemande Sputnik qui véhicule des idées « nuisibles ». Le ministre « responsable » l’apprend le lendemain par voie de presse, en lisant Neues Deutschland !.

La stagnation

  • 8 Au lendemain de la mesure destituant Wolf Biermann de sa nationalité, Wolfgang Heise écrivait à Kur (...)

19En 1976, dans une lettre à Kurt Hager qui ne sera rendue publique qu’en 1990, le philosophe Wolfgang Heise employait l’expression de « Lähmender Stau » pour qualifier l’attitude du pouvoir et l’état de la société8 . À bien des égards, les années quatre-vingt sont aussi des années de stagnation, même si, comme on le verra, en profondeur, les choses bougent.

20Cette stagnation s’explique pour toute une série de raisons conjoncturelles aussi bien endogènes qu’exogènes.

  • 9 Déjà envisagée par deux fois au début des années quatre-vingt par le Bureau politique, mais repouss (...)

21Parmi les raisons endogènes, il y a la situation économique et sociale : alors que la RDA est confrontée au début des années quatre-vingt à des difficultés nouvelles, dues en partie à la situation internationale (choc pétrolier consécutif à la réduction des livraisons soviétiques, accroissement des dépenses militaires etc.) le pouvoir politique, malgré les mises en garde (tardives apparemment) de certains économistes ne se résout pas à reconsidérer sa double stratégie définie en 1971 sous le nom d’« unité de la politique économique et sociale » et qualifiée de « tâche majeure » (Hauptaufgabe) : les coupes drastiques dans les programmes sociaux que sa remise en cause impliqueraient9 , aboutiraient à une perte de crédibilité telle que le pouvoir se refuse à prendre ce risque. Alors la réalité, notamment celle de l’endettement, est masquée, y compris aux membres du parti et du Comité central. Pourtant le coût écologique du « tout lignite », le vieillissement d’une partie du parc de machines entraîné par la course forcenée et sans doute perdue d’avance à la micro-électronique (30% du montant global des investissements) n’échappent à personne. De peur de remous dans l’opinion publique, on maintient un système de subvention absurde : les paysans nourrissent les poulets avec des petits pains, l’État subventionne la coupe simple de cheveux (pour les hommes uniquement !) qui reste ainsi fixée à 1,50 DM. Le 12 septembre 1988 Honecker présente triomphalement à la presse le premier microprocesseur de 1 megaoctet produit sur le territoire est-allemand : mais il a coûté 11 Milliards de marks, le coût de production d’une puce de 64 kilooctets se monte à 93 marks, celle de 256 kilooctets à 534 M, on les trouve respectivement à un et deux dollars sur le marché mondial.

22Gerhard Schürer, responsable de la commission au plan, tire la sonnette d’alarme : en mai 1988, il remet en mains propres à E. Honecker un mémorandum invitant à une révision déchirante de toute la politique économique et des principes qui la régissent. E. Honecker se sent personnellement visé et considère sans doute que le coup est imputable à la « fraction moscovite » au sein du Bureau politique. Chargé de mener la contre-attaque, Günter Mittag qualifie les propositions de contraires au programme du SED et pour un peu rangerait l’auteur parmi les « ennemis du parti ». Au sein du Bureau politique, aucune voix ne s’élève pour soutenir Schürer. En décembre de la même année, la 7e réunion du CC n’entend de sa bouche que des propositions convenues et vote à l’unanimité un plan économique pour l’année 1989 totalement déconnecté de la réalité.

  • 10 Une stabilité soulignée encore en 1989 par le kremlinologue américain Z. Brzeskinski dans son livre (...)

23Qu’il y ait une situation « objective » de crise économique et financière dans ces années-là est pourtant incontestable. La RDA n ‘est certes pas le seul pays – et pas seulement à l’Est – à devoir affronter des difficultés de cette nature. Aux yeux des experts occidentaux, elle reste un pays « stable »10, solvable (grâce à ses réserves en devises et à ses placements à l’étranger) et disposant d’un potentiel industriel important (quelques secteurs industriels ont été dotés d’équipements performants importés à grands frais de l’Ouest).

  • 11 La « coordination commerciale » était chargée de contourner, par tous les moyens possibles, les règ (...)

24Mais ce n’est pas ainsi que la population, de plus en plus allergique aux discours triomphalistes, perçoit les choses : les ouvriers savent que les bilans sont truqués (Landolf Scherzer en donne même un exemple dans Der Erste !), Les bibliothécaires constatent qu’on brade des fonds de livres entiers pour les vendre à l’Ouest, il n’est un secret pour personne – même si à l’époque on ignore tout des activités de la KoKo de Schalk-Golodkowki11 – que les antiquités disparaissent. Après la relative embellie des années soixante-dix, on a le sentiment d’une stagnation généralisée, et notamment du niveau de vie ; ce n’est pas seulement le « moral » qui s’en trouve entamé, mais aussi l’once de confiance qu’on pouvait encore nourrir pour le régime. Plus que jamais l’Allemagne de l’Ouest apparaît à beaucoup comme la terre promise.

25Depuis toujours, la RDA s’est défendue contre toute forme de contagion par des idées nouvelles : en 1968, elle appuie l’intervention en Tchécoslovaquie ; en 1980 elle supprime la liberté de circulation avec la Pologne « amie », de peur que Solidarnosc ne fasse école. Mais le risque majeur va venir de Moscou, avec l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev et son projet de « nouvelle pensée », résumée dans les termes de transparence et de restructuration.

26Honecker n’a pas tort d’être inquiet. Ne voilà-t-il pas en effet que le slogan lancé au début des années cinquante « Von der SU lernen, heißt siegen lernen » (apprendre de l’Union Soviétique, c’est apprendre à vaincre) est en passe de se retourner contre ses auteurs. Gorbi, Gorbi ! crient les jeunes, lorsque, massés à la pentecôte 1987 le long du mur pour écouter le groupe rock Genesis qui se produit de l’autre côté, devant l’ancien Reichstag, la police charge pour les disperser ; Gorbi, Gorbi ! ne vont pas tarder à crier les manifestants de Leipzig et d’ailleurs.

27Tout a commencé les 10/11 novembre 1986 avec la réunion commune des responsables de parti et des chefs d’État des pays socialistes à Moscou. Mikhaïl Gorbatchev, nouvellement élu Secrétaire général du PCUS, y proclame l’abandon de la doctrine Brejnev de souveraineté limitée et donc la fin du rôle hégémonique de l’URSS :

  • 12 « Die Beziehungen in der sozialistischen Gemeinschaft (seien) so umzugestalten, daß sie mit dem Gei (...)

« Il faut transformer les relations au sein de la communauté socialiste, de façon à ce qu’elles soient conformes à l’esprit du temps et donc il faut éliminer tout ce qu’il l’empêche de résoudre ses problèmes internes et internationaux »12.

  • 13 « Wir brauchen Demokratie wie die Luft zum Atmen, sonst wird unsere Politik der Umgestaltung erstic (...)
  • 14 Les citations précédentes sont empruntées à l’édition allemande du discours de Gorbatchev.

28Honecker, qui depuis quelques années tente, dans le domaine des relations interallemandes, de se libérer autant que faire se peut de la tutelle soviétique, ne peut qu’être satisfait, mais s’inquiète des conséquences pratiques de tels propos. Les choses ne vont aller qu’en empirant : lors du plénum de janvier 1987, Gorbatchev a ses mots qui font date : « Nous avons besoin de la démocratie comme de l’air pour respirer ; sinon notre politique de restructuration va étouffer »13 . Les 100 000 exemplaires du discours, publiés au Dietz Verlag, sont aussitôt épuisés14 . Mais ni cette brochure ni Neues Deutschland ne mentionnent les « résolutions du plénum du CC KPdSU concernant la mise en œuvre du processus de restructuration et la politique des cadres ». Le 6 février, s’exprimant devant les premiers secrétaires de direction de Kreis, Honecker prend pourtant position, en termes généraux, sur un texte que personne ne connaît :

  • 15 « Wenn es um die sozialistische Demokratie in der DDR geht, dann ist sie durch nichts zu ersetzen.. (...)

« Concernant la démocratie socialiste en RDA, rien ne peut la remplacer ... Le libéralisme bourgeois, nous l’avons toujours refusé de façon résolue »15.

  • 16 « Eine kleine Anzahl von Leuten, die mit dem Sozialismus gebrochen haben versucht ... eine Provokat (...)

29Aussi rejette-t-il de façon on ne peut plus nette le concept de « restructuration » : « Étant donné qu’en RDA la situation est radicalement différente, le concept n’est pas, chez nous, opératoire ». Car concrètement Gorbatchev ne propose rien moins que l’élection au scrutin secret des secrétaires du parti, y compris des premiers secrétaires par leurs assemblées respectives. N ‘est-ce pas là le comble du scandale ? : « Il y a dans cette façon de voir le risque d’une approche spontanéiste de la question des cadres. Cela soulève de nouvelles questions eu égard à la conception léninienne d’un parti de type nouveau... ». Selon Gorbatchev encore, il convient d’associer à la vie politique les « forces » sociales (et non plus seulement les « organisations », noyautées par le parti) et donc les divers courants de pensée. Le 17 janvier 1988, le pouvoir est-allemand avait pris les devants et montré au « grand frère » comment se conduire avec « ceux qui pensent autrement » et se permettent de commémorer autrement l’assassinat de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg. Pour Kurt Hager, il ne s’agira de rien d’autre que d’une « provocation mise en œuvre par une poignée de gens ayant rompu avec le socialisme »16.

30À l’été 1988 Gorbatchev fait franchir à la Perestroïka un pas supplémentaire ; lors de la 19e conférence des partis communistes de l’Union soviétique (Unionsparteikonferenz), il prône une séparation stricte entre le parti et l’État et entend donc « ôter à l’appareil du parti toute fonction administrative et de gestion économique ». Le parti n’aurait plus dès lors qu’une fonction d’avant-garde politique. Pour les dirigeants est-allemands, il s’agit ni plus ni moins que d’une remise en cause du socialisme. En réplique à Gorbatchev, le SED rappelle son attachement à son statut de 1976 :

  • 17 « Für die praktische Verwirklichung der Politik der Partei bestehen im ZK, in den Bezirks-, Kreis-, (...)

« Pour la mise en œuvre concrète de la politique du parti, il existe au sein du CC, dans les directions de Bezirk, de Kreis et de communes des sections constituées selon les instructions du CC »17.

31La démocratisation telle que l’entend Gorbatchev est en totale contradiction avec le centralisme dit démocratique auquel la RDA reste attachée.

32Revisiter l’histoire est également hors de question. Pourquoi le débat autour du stalinisme, qui bat son plein en URSS inquiète-t-il les dirigeants est-allemands ? Parce qu’il risquerait de conduire à un réexamen des conditions dans lesquelles se sont établis les régimes est-européens sous l’égide de l’Union soviétique après 1945 et par voie de conséquence à une remise en cause de la légitimité du régime est-allemand. Le SED s’entêtera à nier l’existence de « zones d’ombres » ou de « blancs » (Weiße Flecke) dans l’histoire des pays communistes. Interrogé par l’hebdomadaire ouest-allemand Stern sur la position de la RDA eu égard aux réformes entamées en URSS, Kurt Hager aura cette réplique : « Écoutez, si votre voisin retapissait son appartement, vous sentiriez-vous obligés de faire de même » ? Une phrase qui fera les délices de la presse (de l’Ouest), des caricaturistes (de l’Ouest) et de la vox populi (de l’Est) qui ne parlera plus désormais que de « Tapetenhager ».

33De fait, Honecker prône un « socialisme aux couleurs de la RDA », c ‘est-à-dire une sorte de nationalisme est-allemand imperméable aux idées nouvelles venues de Moscou. Pour avoir publié des extraits de la pièce de Chatrov « Toujours plus loin » remettant en cause le rôle historique de Lénine, l’hebdomadaire soviétique en langue allemande Neue Zeit – placé sous étroite surveillance dès 1987 – n’est plus distribué à partir de novembre 1988. En Mai 1989, c’est avec le soutien non déguisé du CC qu’Hanna Wolf ancienne directrice de l’École du parti et proche de Honecker intervient dans Neues Deutschland pour défendre l’action de Staline, justifier le pacte germano-soviétique et réitérer la prééminence de « l’esprit de parti » sur l’objectivité scientifique : chez les historiens et de façon générale dans les milieux intellectuels, la réaction d’indignation est générale, même si elle ne s’exprime pas encore publiquement.

34Aveuglement et lucidité expliquent simultanément ce raidissement. Aveuglement d’un dirigeant, qui, reçu avec (presque) tous les honneurs à Bonn, s’est identifié aux plus grands et drapé dans ce qu’il croit être son aura. Rapportée par Stefan Hermlin, cette anecdote, dont l’authenticité, il est vrai, ne peut être vérifiée, a néanmoins la saveur du vrai. Évoquant l’inquiétude de la population, il se serait entendu répondre par Honecker : « Camarade, vous êtes mal informé ». Mais clairvoyance aussi : Honecker sait, comme l’a souligné en 1987 Otto Reinhold, cosignataire du document SPD-SED qu’une RDA non socialiste n’a pas de justification. Il sait également que divers milieux à Moscou ne sont pas prêts à défendre bec et ongles cet autre État allemand. Le 4 mai 1989, le chef d’État-Major soviétique Moïsseiev, déclarait à l’inspecteur général de la Bundeswehr à Moscou : « L’histoire qui a divisé l’Allemagne doit pouvoir être corrigée ». Le 29 juin de la même année, le commandant des forces terrestres Warennikov déclarait à la BBC que la réunification était affaire des Allemands et que son pays, le moment venu, ne s’y opposerait pas. Le même jour, peu avant la visite de Gorbatchev en RFA, les Soviétiques, répondant à un vœu ancien de Bonn, corrigeaient ce qu’ils s’obstinaient jusqu’alors à traduire par « Bundesrepublik Deutschlands » par « Bundesrepublik Deutschland ».

2. L’effritement du SED

35Dans les années soixante-dix, mais surtout pendant la décennie suivante, se développe, au sein du SED, un potentiel critique qui restera il est vrai limité, tant en nombre qu’en volonté d’expression : il ne débouchera qu’à de rares expressions près sur une remise en cause radicale du système et donc ne constituera jamais une véritable « force ». La grande majorité des membres restera jusqu’au bout fidèle au parti.

  • 18 L’âge peut tout expliquer ou rien. Lorsqu’il accède aux fonctions de chancelier, Konrad Adenauer a (...)

36Néanmoins, au fil des ans, l’écart se creuse entre la base du parti et le sommet. Même si elle n’explique pas tout, la différence de génération est un facteur à prendre en considération : en 1986, l’âge moyen des membres du CC du SED est de 64 ans, celui des 21 membres du Bureau politique et des 5 « candidats » de 67 ans (Erich Mielke, le doyen, a 79 ans), celui des 2, 3 millions de membres de 45 ans18. Parmi ceux-ci, beaucoup sont arrivés à des postes de responsabilité, dans l’économie notamment et aussi dans l’administration (secrétaire de Kreis notamment) et, à moins d’êtres devenus des apparatchiks, profiteurs du système, rêvent d’efficacité : les réalités en usent plus d’un. Ce sont ces gens-là qui, après la Wende, se reconvertiront, souvent avec succès, dans des emplois privés. Lors des négociations sur le traité d’unification, Wolfgang Schäuble plaidera pour l’intégration politique de ces élites-là : il ne sera pas entendu par son parti. Helmut Holter, responsable du PDS en Mecklembourg- Poméranie occidentale, qui négocie actuellement, en octobre 1998, l’entrée de son parti dans le gouvernement de coalition régional, est parfaitement représentatif de cette génération.

37C’est paradoxalement, après que la RDA, sortie des tranchées de la guerre froide, ait normalisé ses rapports avec l’autre Allemagne et soit devenue en droit international un État à part presqu’entière, qu’en profondeur, les choses vont commencer à vaciller : car les réalités et les nécessités politiques (et économiques) vont mettre à mal l’idéologie. Et c’est bien par là que le déclin va commencer. Chez les intellectuels on va peu à peu discerner la faille entre l’intransigeance affichée des positions et la Realpolitik autorisant bien des entorses avec les grands principes. Le discours de Gera en est l’illustration : les positions intangibles réaffirmées par Honecker sont démenties aussitôt par la pratique. Incarnation hier du mal absolu, quintessence aux yeux de la RDA du revanchisme ouest-allemand, Franz-Josef Strauss en devient le bienfaiteur, dès lors qu’on accepte de sa main un prêt d’un milliard de DM. Sous le regard indifférent ou amusé de Kohl, Honecker réaffirme en 1987 à Bonn que capitalisme et socialisme ne sont pas plus compatibles que l’eau et le feu, mais parle le lendemain devant un parterre de chefs d’entreprise réunis dans la villa Thyssen, avant de serrer sans complexe quelques mains de grands patrons.

38Les menaces que font peser, notamment du fait de son coût exorbitant, le surarmement aux débuts des années quatre-vingt et qui conduisent E. Honecker à prendre des initiatives remarquées en direction de la République fédérale pour faire avancer l’idée de la paix, ont pour effet aussi de mettre à mal certains dogmes marxistes bien établis : le capitalisme n’engendre plus fatalement la guerre, il peut même être pacifique. Mais alors la contradiction éclate entre ce discours et la pratique : renforcement de l’éducation militaire à l’école, développement, notamment dans le livre de classe, des « Feindbilder », c’est-à-dire de la représentation de l’autre sous les traits de l’ennemi à abattre.

39Ce double langage, ce grand écart permanent auquel se livrent les autorités sont de moins en moins bien acceptés par la base du parti. Les cadres eux-mêmes, les permanents (Funktionäre) qui continuent pourtant souvent à afficher des positions dogmatiques, par fidélité au parti, ne croient plus eux-mêmes trop à ce qu’ils racontent.

40À la fin des années quatre-vingt, ce qui reste d’idéologie semble voler en éclat. En Mai 1989, des membres les plus en vue de l’Académie des sciences sociales auprès du CC, négociateurs du document SPD-SED de 1987, vont jusqu’à estimer, au cours d’un séminaire auquel a été convié l’Institut Aspen qu’un « socialisme sans démocratie et sans respect des droits de l’homme … ne mériterait pas ce nom ». Ils poursuivent : « La démocratie est une valeur en soi, sans qu’on y mette des si et des peut-être, elle n’est pas seulement la fin justifiant les moyens ». Hermann Axen alerte aussitôt Honecker et téléphone à l’Académie pour dire : « Le patron est monté au plafond » (Der General ist an die Decke gegangen) .

41Dès 1987 la Perestroïka avait donné lieu à des discussions extrêmement vives dans diverses cellules du parti. Les dirigeants tentèrent d’y répondre de deux façons : par des mesures de sanction allant jusqu’à l’exclusion, par une campagne de presse qui eut l’effet inverse du but recherché. Beaucoup de militants s’insurgèrent alors contre cette volonté de mise au pas (Entmündigung). La protestation s’exprima notamment par l’envoi de « Eingaben » (doléances) adressées individuellement ou au nom des cellules entières, aux instances supérieures du parti. La « société pour l’amitié germano-soviétique »(DSF) se vit aussi assaillie de questions qui, pour la plupart atterrirent, « aux fins d’examen » (Zur Klärung), auprès des commissions de contrôle du parti. Cette année là, 19 470 membres du partis furent sanctionnés, dont 8865 exclus.

42Les informations en provenance de Moscou, rapportées par les chaînes de télévision ouest-allemandes, déstabilisent la base. Lorsque la chaîne ARD par exemple diffuse un reportage soviétique montrant l’arrestation pour trafic de drogue de 300 citoyens russes (dont des fonctionnaires gouvernementaux), le responsable local de la DSF se sait plus à quel saint se vouer.

Le secrétaire du parti : « Dis ce qu’il en est ».

Le responsable de la DSF : « Non, cela ébranlerait trop la confiance dans le socialisme et l’idée qu’il n’y a que dans le capitalisme que des choses comme ça peuvent se passer ».

  • 19 Landolf Scherzer, ouv. cit. p. 209.

Le secrétaire du parti : « Tu n’as pas le choix. On a déjà assez à faire pour trouver une formulation à nos propres problèmes de façon à ne pas effrayer les gens ».19

43L’interdiction de Sputnik en novembre 1988 porte un coup important à la crédibilité du parti dans les rangs de ses adhérents. Les rapports établis par la ZAIG (Zentrale Auswertungs- und Informationsgruppe), qui enquête pour la Sécurité d’État sur l’état d’esprit de la population mentionnent pour la première fois un désaccord profond et général avec la mesure prise et au-delà avec les méthodes du pouvoir. Les commissions de contrôle de Bezirk (BPKK) rendent compte à la Commission centrale du parti (ZPKK) des « comportements antiparti et manifestations hostiles apparus depuis l’interdiction faites aux messageries de distribuer la revue Sputnik ». Selon le rapport en provenance d’Erfurt, les objections et protestations émanaient en premier lieu des enseignants, employés, étudiants et de façon générale des milieux intellectuels. Contre les esprits les plus critiques au sein du parti, ceux qui « succombent à la démagogie de l’ennemi », ceux qui « râlent et rouspètent », la lettre d’information N° 245 de mars 1989 donne une consigne claire : les exclure. Bien résolu à museler une fois pour toutes l’opposition, Honecker décide de procéder à un échange de cartes pour 1989. Dans le passé, cette opération avait toujours servi à épurer les rangs du parti. Il n’en eut pas le temps.

44Certains prirent les devants. Même s’il était d’ampleur limitée, le phénomène était nouveau : quelques milliers d’adhérents quittèrent d’eux-mêmes le parti dans les six premiers mois de l’année 1989.

  • 20 « Aber der größte Fehler, den man machen könnte, sei, sich als Parteifunktionär nicht mehr an eigen (...)

Par la voix du 1er secrétaire du Kreis, L. Scherzer lance à l’adresse des principaux dirigeants du parti : « La plus grande faute que l’on puisse commettre, c’est, en tant que responsable du parti, de ne pas se souvenir de ses propres fautes, d’être tenté de croire à sa propre infaillibilité et d’affirmer que l’opinion du 1er secrétaire n’est pas seulement l’opinion du camarade Fritscher, mais l’opinion collective du parti. Et le parti ayant toujours raison... »20

3. Isolement du SED et émergence d’une société complexe

45Si le pouvoir a plus ou moins renoncé dans les années soixante-dix à sanctionner certaines formes d’expression qualifiées autrefois de décadentes, car attribuées à l’influence délétère de l’Ouest (cela était vrai notamment pour la culture musicale des jeunes), il continue à recourir à ces schémas convenus dès lors qu’il y a marque de mécontentement, expression de critique et surtout manifestation d’opposition, associée purement et simplement à une manipulation de l’« ennemi » : Or qui sont ces rebelles ? Le plus souvent des jeunes, nés, comme plus de 50% de la population est-allemande, après la fondation de la RDA, formés dans ses écoles et éduqués dans ses valeurs ; parmi eux aussi une proportion non négligeable de descendants de la génération des « bâtisseurs du socialisme », enfants (ou petits-enfants) d’anciens exilés et de membres du parti. Difficile dès lors d’invoquer les vestiges de la morale capitaliste.

46C’est que la société est-allemande a évolué, comme a évolué le monde environnant et la position de la RDA dans le contexte international : tout cela fait que les méthodes directement répressives de la période Ulbricht sont devenues ou deviennent, à la fois pour des raison internes et externes, largement inapplicables et au fond inopérantes et qu’un fossé de plus en plus profond se creuse entre des structures politiques rigidifiées, restées de type soviétique et sans doute incapables d’évoluer et une réalité sociale et culturelle en pleine mutation. Si l’on admet cette thèse, il me semble que l’on admet en même temps deux idées : premièrement que le qualificatif de « totalitaire » n’est pas apte à rendre compte de la réalité de la RDA sous l’ère Honecker. Mais aussi deuxièmement et a contrario que les espaces de liberté qui s’élargissent, en dépit des répressions diverses, expulsions d’indésirables, emprisonnement d’opposants etc. ne sont pas le fait d’une « libéralisation » politique, débouchant en fin de compte sur un changement de nature du régime.

47Ehrhard Neubert, cofondateur du mouvement des citoyens Demokratischer Aufbruch avait cherché en 1990 les termes justes pour exprimer cette désagrégation du pouvoir et réussi ainsi à cerner une réalité qui ne peut être résumée par le seul terme d’« opposition » :

  • 21 « Die DDR - Gesellschaft hörte auf, ein monolithisches, unter der SED-Führung geeintes Kollektiv zu (...)

« La société de RDA avait cessé de constituer une entité collective et monolithique, sous la direction du SED. Les forces centrifuges de l’économie, des évolutions internationales et les contradictions sociales conduisirent à des rejets significatifs du système. Le filet organisationnel tissé de façon serrée avait perdu sa force de socialisation »21.

  • 22 Le Manifeste dit ceci : « L’ancienne société bourgeoise avec ses classes et ses oppositions de clas (...)

48Avec un certain bien-être, des besoins nouveaux sont apparus, des valeurs nouvelles se sont fait jour. C’est alors, à en croire Stefan Hermlin, qu’on se rend compte qu’on toujours lu à l’envers la dernière phrase du Manifeste.22 L’ouverture relative sur le monde, notamment par les images télévisée qu’il n’est plus interdit de capter, élargit la palette des aspirations et rend en même temps plus aiguës les frustrations : on veut voyager, organiser ses loisirs à sa guise, pouvoir débattre librement, et, pour les plus conscients, s’engager pour la défense de l’environnement et, hors de tout embrigadement, défendre la paix ou les droits de l’homme. En même temps, la société s’est différenciée socialement et surtout culturellement sans que les structures politiques soient en mesure de répondre à cette pluralité naissante. Le discours idéologique renvoie imperturbablement à une vision du monde sans rapport avec la réalité : mais comme cette « inébranlable unité du peuple et du parti » que la propagande ne cesse de marteler, est on ne peut plus vacillante, on a bien besoin d’un appareil de surveillance et de répression pour la faire exister.

  • 23 Comme ce fut encore le cas en 1977 de Rudolf Bahro pour avoir publié à l’Ouest Die Alternative, Zur (...)

49Épier, surveiller, infiltrer, inquiéter, tracasser, harceler, démoraliser, tels vont être désormais les moyens utilisés de préférence par la Stasi pour faire face à cette montée de la contestation, et surtout la prévenir. Aussi parce qu’il importe au pouvoir de soigner son image, signataire qu’il est des accords d’Helsinki, il est soucieux d’éviter le recours à des moyens trop visiblement répressifs. Mais en même temps se marquent les limites de la coercition : ce que la Stasi gagne en extension (notamment de son réseau d’informateurs), elle le perd en efficacité réelle et en possibilité d’intervention. Loin de moi l’idée de minimiser son rôle et d’oublier les « victimes ». Mais force est de constater que dans les années quatre-vingt, les mesures d’expulsion l’emportent sur les longues détentions. Pour avoir dénoncé en 1988 – dans un ouvrage publié par la force des choses à l’Ouest, Der vormundschaftliche Staat – le système de gouvernement est-allemand, Rolf Henrich est certes exclu du parti et frappé d’interdiction professionnelle ; en d’autres temps il n’eût sans doute pas échappé à plusieurs années de prison23. Quant à Bärbel Bohley, après quatre jours de garde à vue à l’issue des manifestations de janvier 1988, elle aura la « chance », que n’auront pas 16 millions d’Allemands de l’Est – on imagine bien que ce ne sont pas ses amis qui parlent ainsi – de passer un an en Angleterre après son expulsion. Lors du festival de la chanson politique en 1978, le 2e secrétaire de la direction de district de Berlin s’était fait aussitôt rappelé à l’ordre pour son parti, pour avoir eu les mots crus suivants, aussitôt repris par le Spiegel :

  • 24 « Probleme habe man mehr als Ratten im Keller. Jeder einzelne Ratte wird bekämpft – mit unterschied (...)

 « Des problèmes, on en a plus que des rats dans la cave ; les rats, on leur fait la guerre, en utilisant des moyens différents pour chacun. Certains on se contente de les faire rentrer dans leur trou. Il y en a qu’on caresse, il y en a qu’on attrape ».24

  • 25 Erhard Eppler, Der Spiegel 1/1995, p. 31.

50Les cas douloureux existent, c’est incontestable ; pourtant E. Eppler, responsable social-démocrate ouest-allemand n’aura pas tort, du moins à notre sens, de dire que si le nazisme a laissé derrière lui des monceaux de cadavres, le SED a, quant à lui, produit des montagnes de dossiers, « peu ragoûtants certes, mais rien que des dossiers ».25 Concrètement : 6 kilomètres.

51Une société parallèle se développe, d’abord dans le giron de l’Église, seule institution échappant au « centralisme démocratique » donc au contrôle de l’État et du parti. En même temps, une opinion publique, sensible aux thèmes du désarmement et de la paix commence à voir le jour et cherche à s’exprimer en dehors des formes de mobilisation organisée dans lesquelles voudraient la cantonner le pouvoir. Dès 1982, le MfS enregistre la création du groupe « Frauen für den Frieden » (B. Bohley) et les premières rencontres de ce qui deviendra l’« Initiative für Frieden und Menschenrechte ». À la fin des années quatre-vingt, même les organismes subordonnés au parti s’émancipent et ne répondent plus au doigt et à l’œil aux directives d’en haut. En 1987, Christoph Hein condamne en termes cinglants la censure, devant l’Union des écrivains (Schriftstellerverband). Dix ans plus tôt, il en aurait été exclu. Quant à Bärbel Bohley, elle n’est pas davantage exclue de l’Union des artistes (Künstlerverband) qui lui organise même, au printemps 1989, une exposition.

52Lors du festival de la chanson de Francfort sur l’Oder en 1987, Stefan Körbel chante sur le motif de Bob Dylan « shall be Released » :

  • 26 Ils disent : on n’est pas taillés dans le même bois

Sie sagen ; wir sind aus ganz anderem Holz
Sie meinen : wir hätten doch Grund zum Stolz
Sie sagen ; wir bräuchten nicht zu tapezieren
Seitdem träum ich nur vom Renovieren.26

53Les officiels sont pétrifiés. La télévision censure l’épisode. Quelques semaines plus tard, toujours à Francfort sur l’Oder, se déroule un programme d’improvisation sous le titre : Mein Nachbar tapeziert (mon voisin tapisse).

54Combien de temps toutefois la majorité serait-elle restée silencieuse et les eaux d’où allaient naître la vague populaire, dormantes, si le 2 mai 1989 il n’y avait eu un coup de cisaille sur du barbelé. Un coup de cisaille dont l’histoire nous dira peut-être un jour s’il a été ou non négocié entre la RFA, la Hongrie et les Américains.

  • 27 « Les voilà qui se pointent/ innocents comme bébé sorti du ventre de sa mère/ et ils logent pourtan (...)

Auf einmal kommen sie daher,
so neugeboren und zeitenleer,
Und wohnen doch im selben Haus,
Warn Mauerstein des selben Baus.
Und alles warn nur die andern,
Und das Leben ist jetzt tutti,
tittentutti, tittenfrutti,
Alles Stasi, außer Mutti
selber war man nur der Karren,
niemals war man Pferd,
so bleibt man stets unversehrt.
27

Notes

1 « Eine Illusion ... daß die ‘Wende’... eine subjektive Leistung wäre ... Man redet von ‘Wende’ oder ‘Revolution’, dabei waren die Verhältnisse jenen der damaligen österreichisch-ungarischen Monarchie gleich : Das Staatswesen war völlig ausgehöhlt...Und nun ist es zusammengefallen und alle glauben, sie hätten es gemacht ». Hans Eckardt Wenzel. In : Ders. und Steffen Mensching : « Letztes aus der DADAeR. Interview ». In : Junge Welt vom 6/7.10.1990.

2 Auteurs et artistes qui, ayant perçu à l’Ouest des droits d’auteurs, ne les rapatriaient pas en RDA, étaient tout simplement passibles de sanctions

3 Landolf Scherzer; Der Erste. Protokoll einer Begegnung. Greifenverlag zu Rudolstadt. 1988

4 « Unsere Macht ist die Macht der Arbeiterklasse und des ganzen Volkes unter Führung der Partei. Wir haben sie erstritten nicht um unser selbst willen, sondern für das Wohl des Volkes. Wir halten sie fest und werden sie von den Kräften der Vergangenheit nicht antasten lassen ... Unsere führende Rolle müssen wir besser wahrnehmen, aber wir sind nicht bereit, sie abzugeben ».

5 Il existe quelques avantages indirects qui peuvent ne pas être négligeables : obtention rapide d’un logement, délais raccourcis pour acquérir une voiture.

6 L’exemple le plus connu est celui de Johannes Hörnig, Abteilungsleiter et membre du CC de 1957 à 1989 sans interruption.

7 Divers témoignages oraux, recueillis de la bouche d’anciens dirigeants interrogés séparément, confirment le fait.

8 Au lendemain de la mesure destituant Wolf Biermann de sa nationalité, Wolfgang Heise écrivait à Kurt Hager, « non sans un sentiment d’inutilité » (Nicht ohne ein Gefühl der Vergeblichkeit) : « Il me semble nécessaire, afin que la situation ne s’aggrave pas davantage et n’aboutisse à une stagnation complète, que l’on ouvre un débat public et collectif – au sein du parti et dans l’opinion publique ... Je vois se creuser le fossé entre le haut et le bas, la contradiction s’accroître entre l’idéologie et la réalité, le comportement public et la conduite privée, entre ce que tous savent et ce qu’ils disent ... » (Mir scheint es nötig, damit die Situation sich nicht weiter zuspitzt und zum lähmenden Stau wird, zu einem öffentlichen kollektiven Gespräch zu kommen - innerhalb der Partei und in der Öffentlichkeit - Ich sehe ein zunehmen der Kluft zwischen Oben und Unten, Zunehmenden Widerspruch zwischen Ideologie und Wirklichkeit, öffentlichem Rollenspiel und privatem Verhalten, zwischen dem, was alle wissen, und dem, was sie sagen...). W. Heise an K. Hager, 18.11.1976. In : Sonntag 5/1990, p. 15.

9 Déjà envisagée par deux fois au début des années quatre-vingt par le Bureau politique, mais repoussée par crainte des contrecoups dans l’opinion publique.

10 Une stabilité soulignée encore en 1989 par le kremlinologue américain Z. Brzeskinski dans son livre Das gescheiterte Experiment. Der Untergang der kommunistischen Regimes, Wien 1989, p. 233, 239.

11 La « coordination commerciale » était chargée de contourner, par tous les moyens possibles, les règles de l’embargo édictées par le Cocom. En outre, elle s’était fixée pour tâche de rapporter coûte que coûte des devises : investissements dans diverses firmes occidentales, pratiques de compensations, commerce d’armes, ventes d ‘une partie du patrimoine etc.

12 « Die Beziehungen in der sozialistischen Gemeinschaft (seien) so umzugestalten, daß sie mit dem Geist der Zeit übereinstimmen, und dabei (sei) alles zu beseitigen, was die Gemeinschaft daran hindert, ihre inneren und die internationalen Probleme zu lösen ».

13 « Wir brauchen Demokratie wie die Luft zum Atmen, sonst wird unsere Politik der Umgestaltung ersticken ».

14 Les citations précédentes sont empruntées à l’édition allemande du discours de Gorbatchev.

15 « Wenn es um die sozialistische Demokratie in der DDR geht, dann ist sie durch nichts zu ersetzen...Bürgerlichen Liberalismus haben wir stets entschieden zurückgewiesen. Angesichts nicht identischer Verhältnisse in der DDR ist der Begriff für uns nicht praktikabel. Diese Auffassung bringt potentiell die Möglichkeit eines spontanistischen Herangehens an Kaderfragen. Es ergeben sich daraus neue Fragen in bezug auf die leninischen Fragen der Partei neuen Typus ».

16 « Eine kleine Anzahl von Leuten, die mit dem Sozialismus gebrochen haben versucht ... eine Provokation zu inszenieren ».

17 « Für die praktische Verwirklichung der Politik der Partei bestehen im ZK, in den Bezirks-, Kreis-, und Stadtbezirksleitungen Abteilungen, die entsprechend den Instruktionen des ZK aufgebaut sind ».

18 L’âge peut tout expliquer ou rien. Lorsqu’il accède aux fonctions de chancelier, Konrad Adenauer a 73 ans. Il est sans doute plus ouvert aux réalités, du fait de son passé et de son expérience que des plus jeunes, dont la vision du monde est rétrécie par le nazisme. Sans doute les dirigeants les plus âgés de la RDA sont-ils, quant à eux, encore très marqués par leur expérience de la clandestinité, de l’exil, des prisons ou des camps.

19 Landolf Scherzer, ouv. cit. p. 209.

20 « Aber der größte Fehler, den man machen könnte, sei, sich als Parteifunktionär nicht mehr an eigene Fehler zu erinnern, in Versuchung zu kommen, an die eigene Unfehlbarkeit zu glauben und zu behaupten, daß die Meinung des 1. Kreissekretärs nicht nur die Meinung des Genossen Fritscher sei, sondern kollektive Meinung der Partei. Und die Partei habe immer Recht. » ...id, p. 191f.

21 « Die DDR - Gesellschaft hörte auf, ein monolithisches, unter der SED-Führung geeintes Kollektiv zu sein. Die zentrifugalen Kräfte der Wirtschaft, der internationalen Entwicklungen und die sozialen Widersprüche brachten schwerwiegende Systemverwerfungen mit sich. Das dichtmaschige Organisationsgefüge hatte seine sozialisierende Kraft verloren ». Ehrhard Neubert, « Die Opposition in der demokratischen Revolution der DDR. Beobachtungen und Thesen », in : Detlev Pollack : Die Legitimität der Freiheit, p. 209.

22 Le Manifeste dit ceci : « L’ancienne société bourgeoise avec ses classes et ses oppositions de classe est remplacée par une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous ».

23 Comme ce fut encore le cas en 1977 de Rudolf Bahro pour avoir publié à l’Ouest Die Alternative, Zur Kritik des real existierenden Sozialimus. Condamné à huit ans de prison, il resta interné deux ans à Bautzen, avant d’être expulsé en 1979 vers la RFA.

24 « Probleme habe man mehr als Ratten im Keller. Jeder einzelne Ratte wird bekämpft – mit unterschiedlichen Methoden. mancher zeigen wir nur das Loch, aus dem sie kam ; manche streicheln wir, manche fangen wir ». Cité d’après : « Die Sache mit der Macht. FZ-Mitternachtsgespräch ». In FZ 6/1978, p. 3.

25 Erhard Eppler, Der Spiegel 1/1995, p. 31.

26 Ils disent : on n’est pas taillés dans le même bois

Ils pensent : on devrait quand même être fier

Ils disent : pas besoin de retapisser

depuis je ne pense qu’à ça : remettre à neuf

27 « Les voilà qui se pointent/ innocents comme bébé sorti du ventre de sa mère/ et ils logent pourtant sous le même toit /étaient briques et pierres de la même maison... Mais ça c’était toujours les autres/ et la vie est tutti frutti frittu tutti/ Hormis maman tout est Stasi/ charrette on était, jamais cheval/ et ainsi blanc comme neige on demeure ». Paroles et musique de Reinhard Lakomy, in : Die 6-Uhr-13-Bahn, Buschfunk Vertrieb, Berlin, 1983.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540