Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

2. L'évolution en RFA et en RDA dans les années 1980

La RDA dans les années 1980

Sophie Lorrain

Testo integrale

1Hasard ou coïncidence ? Signe avant-coureur et confirmation du rôle de la littérature est-allemande comme sismographe de l’évolution de la RDA ? Après avoir surmonté l’incontournable censure et convaincu le gardien de l’orthodoxie idéologique Kurt Hager, l’écrivain Christoph Hein obtient le droit de faire jouer à Dresde le 24 mars 1989 sa dernière pièce, Die Ritter der Tafelrunde. Eine Komödie. Pièce riche de sens sur la quête du Gral, pièce qui résonne des attentes et des espoirs déçus d’une population, dans laquelle Keie, qui pourrait passer pour l’homme de la Stasi, est le seul à répondre à la question du sens par cette constatation :

« Nous avons sacrifié notre vie pour un avenir dont personne ne veut. »

2Pièce enfin qui, abordant la question si cardinale pour la compréhension de l’histoire de la RDA des différences entre les générations, se termine sur un échange entre Artus et son fils Mordret qui, lui, ne croit pas au Gral et qui ne veut pas du royaume de son père :

« Artus : J’ai peur, Mordret, tu vas détruire beaucoup de choses.

  • 1 Christoph Hein, Die Ritter der Tafelrunde und andere Stücke, Aufbau Verlag, 1990, p. 193.

Mordret : Oui, Père. »1

3Dans son commentaire de la pièce Hans Mayer précise :

  • 2 Hans Mayer, Erinnerung an eine Deutsche Demokratische Republik, Der Turm von Babel, Frankfurt am Ma (...)

« Cette phrase peut être prononcée sur un ton neutre. Comme une simple constatation. Mais elle peut aussi trahir une joie secrète, celle de voir enfin arriver du Nouveau, de respirer un peu d’air frais et de renvoyer au Musée de l’Histoire la table sacralisée de la Table Ronde.2

4Complexes années 1980 durant lesquelles l’écart entre la politique intérieure et extérieure porte de plus en plus à conséquence et où paradoxalement le succès grandissant de la RDA sur le plan international, qui entérine du moins de facto la spécificité d’un État est-allemand, entraîne une perte de crédibilité et des difficultés toujours plus insurmontables sur le plan intérieur. Une évolution déjà contenue en germe dans la première période du « règne » d’Honecker.

I. Rappel : La RDA des années 1970 : Continuité et changements

1. La passation de pouvoir entre Walter Ulbricht et Erich Honecker

5Si les débuts de l’ère Ulbricht avaient été marqués dans les années 1950 par la construction idéologique du socialisme, les années 1960 avaient vu une réorientation vers des considérations plus économiques et pragmatiques ; il s’agit de faire mieux que la RFA, quitte à s’éloigner de l’orthodoxie du plan et à privilégier les acquis sociaux de la population. Incessant mouvement d’accordéon entre deux priorités, la politique sociale et la politique économique, qui scande jusqu’en 1989 l’histoire de la RDA.

6Au-delà de l’argument officiellement invoqué de l’âge d’Ulbricht – qui avait 78 ans en 1971 –, les diverses raisons de son éviction ont pour dénominateur commun ses prises de distance vis-à-vis de l’Union Soviétique. La Nouvelle Économie Politique mise en oeuvre au milieu des années 1960 qui, sans s’éloigner totalement du principe de l’économie de plan, introduit cependant des critères de rationalité « libéraux » comme le gain ou la rentabilité, et la priorité donnée aux industries dans le domaine de la recherche et de la technologie entraînent un recul de la production dans le domaine de la consommation. Comprise sur le plan idéologique comme une infidélité à l’orthodoxie stalinienne, - ce d’autant plus que l’on voit d’un mauvais oeil les appels de pied d’Ulbricht en direction de la coalition sociale-libérale à Bonn à partir de 1969 -, ces résultats insatisfaisants viendront fournir aux autorités soviétiques de solides raisons pour réorienter le cours de la RDA par la mise en place d’un nouveau dirigeant.

  • 3 N’oublions pas la nouvelle définition que la Constitution de 1968 donne de la RDA : « La RDA est un (...)
  • 4 Voir Hans-Hermann Hertle, Der Fall der Mauer, Die unbeabsichtigte Selbstauflösung des SED-Staates, (...)

7Car à ses escapades idéologiques vient s’ajouter une double remise en cause des orientations politiques de l’Union Soviétique. Affaire de génération sûrement, de politique peut-être, Ulbricht n’a jamais complètement abandonné le rêve de l’unité allemande, fût-ce au prix d’un compromis idéologique3. En août 1970, son hybris politique et économique de vouloir dépasser sur le plan scientifique et technique les États-Unis et le monde entier menace la volonté d’hégémonie et de puissance de l’Union Soviétique au sein de son propre bloc. L’exigence d’Ulbricht de voir traiter la RDA comme un « vrai État allemand » avec lequel l’Union Soviétique doit coopérer sur un pied d’égalité, son affirmation selon laquelle la RDA n’est « ni la Biélorussie, ni un État soviétique »4 scellent définitivement la fin de son destin politique. Ulbricht est remercié pour avoir affirmé trop tôt la volonté d’indépendance de la RDA par rapport à l’Union Soviétique, tant sur plan économique que sur le plan politique et psychologique.

2. Le retour dans le droit chemin : la RDA fille de l’URSS

  • 5 Voir les pertinentes réflexions de Günter Schabowski : « Honecker n’était pas un idéologue, mais il (...)

8Ironie de l’histoire : Honecker qui doit en grande partie sa chute à son refus de suivre le cours de l’URSS à partir des années 1985, se présente en 1971 comme le candidat qui lui fait entière allégeance. Apparatchik du parti appartenant à la génération qui suit celle d’Ulbricht5, Honecker réintègre la RDA dans le bloc soviétique sur tous les plans. Sur le plan économique, ceci se traduit par un retour sans condition à l’orthodoxie économique stalinienne, en l’occurrence à l’économie planifiée. Le plan se fixe un but unique, qui restera celui des dirigeants de la RDA jusqu’à la fin, l’union de la politique économique et sociale :

  • 6 ibid., p. 32. Ceci se traduit par un programme de politique sociale lancé en avril 1972. Voir à ce (...)

« L’objectif principal consiste à poursuivre l’amélioration du niveau de vie culturel et matériel du peuple en s’appuyant sur un rythme élevé de la production de biens sociaux, sur l’augmentation du rendement des progrès scientifiques et techniques et de la croissance de la productivité du travail. »6.

9Le bien-être social pour tous : un objectif destiné à compenser les difficultés et les privations d’un cloisonnement forcé et à accroître le sentiment d’adhésion de la population au régime :

  • 7 Klaus Schroeder, Der SED-Staat, Partei, Staat und Gesellschaft, 1949-1990, Hanser, 1998, p. 199.

« ’Du pain et des jeux’ à la manière socialiste, c’est ce qui devait renforcer l’adhésion de la population au SED et à la RDA. »7.

10De fait se développe jusqu’environ la fin des années 1970

  • 8 Jean-François Tournadre, in La RDA, chronique d’une mort annoncée ? Regards sur l’histoire de la RD (...)

« une certaine forme d’adhésion molle ou larvée à un certain confort social en RDA. Le fait qu’on est assuré de trouver un travail, la protection vis-à-vis de la maladie, les retraites, etc.... tout cela est bien ancré en RDA »8.

11Dans un premier temps, les objectifs sont atteints. La consommation des ménages et le taux de croissance augmentent. Mais cet essor se fonde avant tout sur l’enrôlement de la main d’oeuvre féminine et sur un endettement massif. En outre, ce succès est à double tranchant puisqu’à partir du moment où les dirigeants en font leur but prioritaire, la difficulté à remplir cet engagement qui se manifeste dès la fin des années 1970 et qui se voit accrue par la crise énergétique mondiale, viendra nourrir la colère et le mécontentement populaires.

12Ce rétablissement du primat du politique se traduit également sur le plan intérieur et international. La RDA s’affirmant désormais sans retenue comme la fille de l’URSS, ceci lui permet de réintégrer le bloc soviétique et de développer vis-à-vis de la RFA une politique de démarcation, d’Abgrenzung. Sur le plan interne, les structures du parti dénoncées quelques années auparavant par certains comme bureaucratiques sont maintenues, voire renforcées. Le concept d’Ulbricht de « communauté socialiste humaine » est abandonné au profit d’un « renforcement de l’alliance de classe entre la classe ouvrière et la classe des paysans collectivisés avec celle de l’intelligentsia socialiste ». Le régime efface donc les débuts de prépondérance de l’intelligentsia aux dépens de la classe ouvrière induite par la NÖS et revient à une « société de classe » pure et dure, dont le SED contrôle tous les domaines. L’organe supérieur (Das Höchste Organ) du parti est le congrès (Parteitag) ; il se réunit tous les cinq ans et élit le comité central (Zentralkomitee, ZK), qui est ensuite chargé de mettre en oeuvre les décisions prises par le Congrès. Le ZK qui siège au moins une fois tous les six mois dispose de deux instances, le secrétariat du ZK et le Politbüro. Le secrétariat, organe éxécutif du parti, est chargé d’expédier les affaires courantes. Par contre, le Politbüro définit seul les grands axes de la politique du parti et de l’État. Dirigé par Erich Honecker, il comprend des membres à part entière (Vollmitglieder) et des candidats. Au lendemain de son arrivée au pouvoir, Honecker fait progressivement venir au Politbüro tous ses compagnons de route et installe des personnalités comme Harry Tisch, Erich Mielke, Gerhard Schürer, Egon Krenz qui resteront en place jusqu’en 1989 et qui ont toutes pour particularité commune, outre leurs liens personnels avec Honecker, d’avoir fait leur carrière au sein de l’appareil du parti. En 1976, Honecker ajoute à ses fonctions la direction du Conseil d’État et nomme Günter Mittag secrétaire du ZK pour l’économie et Willy Stoph président du Conseil des Ministres.

13L’ère Honecker consacre le principe du « centralisme démocratique » qui fonctionne selon une organisation centralisée sous la houlette hiérarchique du parti. Aucune décision dans le domaine social, économique et politique n’est prise sans avoir reçu l’aval du SED :

« Le parti, l’État, l’économie, la science, l’éducation, tout était centralisé et structuré hiérarchiquement comme des organisations de masse. »

14Le haut degré de personnalisation du pouvoir au profit d’une seule personnalité à la tête de l’État ou dans les différentes administrations, qui fait souvent preuve d’une obsession quasi conspirative du secret, entraîne l’absence totale de volonté et de prise de décision collectives :

  • 9 M. Rainer Lepsius, « Die Institutionenordnung als Rahmenbedingung der Sozialgeschichte der DDR », i (...)

« Même au sein du Politbüro qui était conçu comme un organe de direction collectif, il n’y avait pas de processus de prise de décision collectif. Chaque membre du Politbüro avait son domaine de compétence réservé, dont il était le seul représentant ; il respectait les domaines de compétences de ses collègues et ne les contredisait pas. Les projets de loi étaient centralisés par le Secrétaire général qui, au préalable, s’était mis d’accord par un entretien en tête-à-tête avec les secrétaires responsables respectifs du comité central. Il n’y avait pas non plus de concertation entre les secrétariats du Comité central. Celui-ci, qui était pourtant censé être entre les Congrès l’instance la plus importante du parti, n’était en fait qu’une simple chambre d’enregistrement. »9

15La fin des années 1980 allait montrer à quel point une telle structure ne pouvait que renforcer l’autisme du pouvoir par rapport aux évolutions de la population et favoriser son immobilisme et son incapacité à entreprendre des réformes décisives.

3. Le court espoir de libéralisation culturelle

  • 10 Sur le plan culturel, le Plenum vient mettre fin à un certain climat de détente dans le monde cultu (...)

16Parallèlement à un renforcement de l’Abgrenzung sur le plan international et pouvant compter sur un parti discipliné, Honecker inaugure sa période de gouvernement de 1971 à 1974 par une nette libéralisation de la société sur le plan culturel. Bouffées d’air frais dans un monde marqué par un certain marasme et un sérieux repli sur soi à la suite du 11e Plenum du ZK du SED en 196510 et traumatisé par les événements du printemps de Prague, ces mesures permettent l’organisation dans les maisons de la culture de réunions avec des écrivains critiques et des musiciens peu conventionnels (Bettina Wegner et Klaus Schlesinger par exemple). Prenant ses distances avec le Bitterfelder Weg qui enjoignait en 1959 aux artistes et aux écrivains de dépasser l’antagonisme entre l’art et la vie et d’oeuvrer de leur plume pour la nation socialiste, Honecker proclame en décembre 1971 l’absence de tabous dans les domaines de l’art et de la littérature :

  • 11 Honecker cité par Klaus Schroeder, Der SED-Staat, op. cit., p. 217.

« Si l’on adopte le point de vue vraiment socialiste, à mon avis, il ne peut y avoir de tabous dans le domaine littéraire et artistique. Ceci concerne aussi bien les questions de fond que de style. »11

  • 12 Voir Wolfgang Rüddenklau, Störenfried, DDR-Opposition 1986-1989, Berlin 1992, p. 18.

17Les résultats ne se font pas attendre. La littérature ouvre ses portes sur la réalité, que ce soit par le biais de l’utilisation de nouvelles formes, le conte, le mythe ou par la création d’une nouvelle littérature documentaire authentique par des femmes comme Sarah Kirsch (Die Pantherfrau, 1973). La publication en été 1976 du roman de Reiner Kunze, Die wunderbaren Jahre, met à nu les pratiques répressives de l’État, sans prendre de gants pour dénoncer la dictature idéologique du régime, en particulier à l’égard de la jeunesse. Pour la première fois depuis la fondation de la RDA, on discute en public du quotidien, de ses problèmes et l’on envisage la possibilité d’un autre socialisme. On se rassemble autour de la recherche d’alternatives, mais sans parvenir dans un premier temps à formuler des positions idéologiques communes12. Ces quelques années auront suffi à entrouvrir une porte que le régime, en dépit de ses persécutions, ne pourra plus refermer puisque c’est dans cette période que se forme le noyau des différents groupes d’opposition : en 1972 est créé par exemple le premier « Séminaire sur la Paix ».

  • 13 Stefan Hermlin, Franz Fühmann, Stefan Heym, Heiner Müller, Rolf Schneider, Sarah Kirsch, Christa et (...)

18Se rendant progressivement compte des conséquences d’une telle libéralisation et de la montée d’une opposition critique qui trouvait sa légitimation sur le plan international dans les résultats d’Helsinki et redoutant d’avoir enclenché malgré lui un mouvement qu’il ne pourrait contrôler, le SED renforce dès 1975 sa censure et décide de faire un exemple. En novembre 1976, lors d’un concert qu’il donne à Cologne, le chansonnier et poète Wolf Biermann se voit interdire de retourner en RDA et est déchu de la nationalité est-allemande. L’importante protestation de douze écrivains parmi les plus célèbres de RDA13, le départ de certains comme Uwe Johnson pour la RFA et la vague d’arrestations parmi les citoyens qui témoignent de leur solidarité marquent l’échec de la politique culturelle du régime. Ce n’est pas un hasard si on s’accorde aujourd’hui à considérer cette date comme cardinale dans l’histoire de la RDA. Pour la première fois en effet, le gouvernement de la RDA reconnaissait ouvertement qu’il n’était pas question de réformer la société sur le fond et de prendre en compte l’écart de plus en plus ouvertement manifeste entre la doctrine du socialisme réellement existant et la réalité effective d’une société insatisfaite. 1976, c’est aussi l’année de l’immolation du pasteur Brüsewitz par le feu, geste spectaculaire et symbolique d’une partie de la société qui pour la première fois de son histoire donne une expression à son désespoir.

4. Bilan

  • 14 Premier « incident » : en 1975, l’Union Soviétique change son mode de calcul des prix du pétrole et (...)

19À maints égards, la RDA se présente donc à la fin des années 1970 comme un premier de la classe du bloc soviétique aux pieds d’argile. La construction du Mur, si elle a permis de mettre fin à la saignée qui aurait abouti tôt ou tard à la fin de la RDA, ne parvient pas à empêcher l’évolution de la politique internationale d’affecter les affaires internes de la RDA. La crise pétrolière de 1973 a deux conséquences désastreuses pour l’économie de la RDA. Elle enclenche d’une part un processus d’endettement car la politique sociale, si importante aux yeux des gouvernants pour la stabilité politique du régime, ne parvient plus à être financée par l’économie. Elle accroît d’autre part la dépendance de la RDA vis-à-vis de l’Union Soviétique, son principal fournisseur de pétrole, et par voie de conséquence vis-à-vis de pays industrialisés occidentaux qui apparaissent de plus en plus comme une solution de rechange. Fait nouveau et cardinal pour la survie de la RDA : la discipline de bloc agit de plus en plus à contre-courant de ses intérêts14 et renvoie la RDA à elle-même.

  • 15 Günter Mittag est secrétaire pour l’économie du ZK, Gerhard Schürer est président de la Commission (...)
  • 16 Voir H.H. Hertle, Der Fall der Mauer, op. cit., p.  37-39.

20Dans quelle mesure le SED se donne-t-il les moyens de réagir à cette crise ? À plusieurs reprises, et parfois même sous l’impulsion d’Honecker lui-même, des spécialistes de l’économie réfléchissent à des solutions et proposent de revenir aux conceptions de la NÖS, à savoir augmenter la productivité en utilisant la haute technologie, pratiquer une politique de salaire fondée sur le mérite et mettre en oeuvre une réforme des prix, – sans succès. En 1977, deux personnalités aussi éminentes que Schürer et Mittag15 dénoncent dans une lettre personnelle à Honecker les difficultés comptables de la RDA, ce qui revient indirectement à remettre en cause les principes de l’économie planifiée. Mais Honecker refuse de partager ces vues et préfère attribuer les mauvais résultats aux déficits quantitatifs de certaines importations. Schürer et Mittag se soumettent. Aucune réforme de fond ne sera désormais plus envisagée16. Aussi n’est-ce pas étonnant de voir un organisme jusque-là resté discret, dirigé par Alexander Schalck-Golodkowski et chargé de rassembler le plus de devises possibles en dehors des circuits de l’économie étatique, la Kommerzielle Koordinierung (plus couramment désignée sous le nom de Koko) jouer un rôle de plus en plus important. À partir de 1976, elle est directement placée sous le contrôle de Mittag et de Honecker et devient le garant de la solvabilité de la RDA.

  • 17 Sur le nouvel enjeu de cette insatisfaction, nous renvoyons à l’approche de Mary Fulbrook. À partir (...)

21Sur le plan interne, les failles commencent à apparaître. Encouragée et légitimée par les accords d’Helsinki, la population laisse sourdre, de manière encore peu perceptible et sporadique certes, son mécontentement face à une situation économique qui ne s’améliore pas, puis ensuite face à la reprise d’un rigorisme idéologique qu’elle espérait dépassé. L’effort technologique et scientifique que la RDA doit fournir se traduit par l’augmentation forcée de l’exportation de machines modernes et non par une amélioration du niveau de vie de la population. À la fin des années 1970, la RDA doit exporter six fois plus de biens industriels pour acquérir une unité énergétique. Croyant accroître l’assentiment de la population envers le régime en lâchant un peu de lest, le SED aboutit de fait à l’effet strictement inverse : la relative liberté de parole retrouvée durant un temps par une nouvelle génération « fille de la RDA » qui n’a pas connu la guerre sème les premières graines des futurs mouvements d’opposition. Le SED ne relâchera donc plus son emprise idéologique, même s’il en changera les modalités ; opposition et exils volontaires ou involontaires de RDA iront désormais de pair. Parallèlement à une « normalisation » de l’existence du régime sur la scène internationale s’allument les premiers signaux d’alarme d’une économie défaillante et d’une société insatisfaite17.

II. 1980-1985 : L’« hameçon d’or » de la politique interallemande

22À bien des égards, tant sur le plan international et mondial, qu’en ce qui concerne les affaires internes à la RDA, la venue au pouvoir de Gorbatchev en mars 1985 marque une césure. La délitescence progressive de la politique des blocs et la priorité donnée par la RDA au maintien de la paix avant la politique d’alliance avec l’URSS aboutissent d’une part à un découplage entre la politique interallemande et la politique des blocs et d’autre part au désengagement de l’Union Soviétique vis-à-vis de ses satellites. Il n’y aura pas avec Gorbatchev de deuxième « 17 juin 1953 » en RDA.

  • 18 Voir Peter Bender : « L’essor de la RDA fut aussi impressionnant que trompeur. Tandis que Honecker (...)

23Sur le plan interne, le début des années 1980 amplifie les tendances constatées quelques années auparavant. Il devient de plus en plus clair que la RDA n’est pas en mesure de venir à bout de ses problèmes économiques toute seule. Ironie ou tragédie de l’histoire ; c’est en voulant satisfaire sur le plan économique et social sa population et dans sa manière de gérer ces problèmes que le gouvernement de la RDA engendre une politique qui est pour une grande part à l’origine des mouvements de protestations de 1989. Aussi est-on en droit de se demander si d’une certaine manière, le gouvernement de RDA n’a pas creusé lui-même sa propre tombe, longtemps dissimulée sous les succès obtenus sur le plan international18 ?

1. La situation économique de la RDA et les relations interallemandes

  • 19 Fondée après la construction du Mur en août 1961, la Zentrale Erfassungsstelle était chargée de ten (...)
  • 20 Il ne faut pas sous-estimer l’influence de l’exemple polonais dans les choix économiques opérés par (...)

24Avec le report de la visite d’Honecker à Helmut Kohl initialement prévue pour avril 1983, le discours de Gera d’octobre 1980 constitue un des derniers actes d’allégeance de la RDA au régime soviétique et reste une exception dans un double contexte de rapprochement interallemand et de tensions entre la RDA et l’URSS. Le 14 octobre 1980, Honecker formule des revendications qui ne sont pas nouvelles mais qui jusque-là avaient été, dans un souci de pragmatisme, plus ou moins mises entre parenthèses : il exige la reconnaissance d’une citoyenneté de RDA, la transformation des représentations permanentes en ambassades, la reconnaissance de la frontière allemande à l’Elbe et la dissolution de Salzgitter19. Le 9 octobre, le change minimum journalier obligatoire avait été brusquement doublé – ce qui entraîne une baisse du taux des visites d’Ouest en Est de 60 % – : la population de RDA se sent de plus en plus isolée. Est-ce l’exemple polonais20 de la dangereuse naissance d’une contestation ou l’incertitude engendrée par la crise de succession au Kremlin, quoi qu’il en soit, la décennie 1980 commence par une réintégration des deux Allemagne dans leurs blocs respectifs, – pour la dernière fois jusqu’en 1983.

  • 21 Voir Ilse Spittmann, Die DDR unter Honecker, Deutschland-Archiv, 1990, p. 92.

25Mais l’attitude pragmatique, dictée par l’impératif de remédier à la désastreuse situation économique de la RDA a tôt fait de reprendre le dessus. Dès 1981, Honecker reprend la formule d’Ulbricht de « l’unification allemande sous des aspects socialistes » ; en réponse à la déclaration gouvernementale de Kohl en 1982, Honecker ne parle plus de deux « nations » allemandes mais de deux « États » allemands, et en 1983 il déclare que le commerce constitue une bonne base pour asseoir les relations entre la RDA et la RFA et pour poursuivre le dialogue au niveau politique entre les deux États21. Même l’installation en 1984 des fusées Pershing sur le territoire ouest-allemand ne viendra plus troubler une relation interallemande nécessaire pour sauver la RDA de la faillite économique, fût-ce au prix d’une distanciation avec l’URSS qui, de toute façon, a fort à faire avec ses propres problèmes et n’est plus d’une grande aide sur le plan économique.

  • 22 Voir Klaus Schroeder : « Le troc qui consistait à échanger une aide économique contre des mesures h (...)

26Car le grand objectif du début des années 1980 pour la RDA, c’est ni plus ni moins d’éviter la faillite. En 1982, la réduction par l’URSS de sa production de pétrole et l’embargo décrété par les pays occidentaux de tout crédit pour tous les pays du bloc de l’Est en réaction à l’état de siège en Pologne acculent la RDA au bord de la faillite. Cette situation contraint le gouvernement à adopter deux attitudes qui, à long terme, porteront à conséquence. Il se voit d’une part obligé d’opérer une reconversion drastique des industries de chauffage dans le charbon et la lignite. Un investissement de 12 milliards de DM – autant de moins investi dans le secteur des biens de consommation – qui entraîne une catastrophe écologique, nourrissant à son tour le mécontentement de la population. Dans un deuxième temps, en juin 1983 et en 1984, la RDA conclut deux crédits, respectivement de 1 milliard et de 950 millions avec la RFA par l’entremise de Franz Joseph Strauß et de Schalck, qui ne sont pas directement injectés dans l’économie du pays mais déposés sur les comptes étrangers de la RDA afin de rétablir – avec succès au demeurant – la solvabilité de la RDA. Cet « hameçon d’or » que les « frères et soeurs de l’Ouest » tendent au régime de RDA ne va pas sans contre-partie puisque le SED s’engage en retour à prendre quelques mesures humanitaires : en l’occurrence à rendre le mur plus perméable, à améliorer la circulation des personnes et à libéraliser l’émigration, « dirigée » vers la RFA, autant de facteurs qui contribueront indirectement à la déstabilisation du régime sur le plan intérieur22.

  • 23 Voir Michel Hubert : « C’est d’ailleurs en 1984 que les premiers craquements de frontières sont int (...)
  • 24 L’occupation par 35 personnes de l’ambassade de RFA à Prague en février 1984 fut suivie par les méd (...)
  • 25 Sur le dilemme du SED sur ce sujet et la « voie médiane » qu’il adopte, voir Klaus Schroeder : « En (...)

27L’amélioration des relations entre les deux peuples est un point névralgique des relations interallemandes qui, pour avoir été toujours au centre des préoccupations de la RFA puisqu’elle signifiait par là-même que la RFA n’abandonnait pas la perspective de la réunification, prend une importance croissante dans les années 1980. Dans ce domaine, l’année 1984 marque une nette césure et un changement qualitatif des flux migratoires vers l’Ouest23. C’est à partir de cette année que s’accroît régulièrement le nombre de familles – et non plus seulement de personnes à la retraite – qui obtiennent la permission de quitter la RDA. Espérant par ce biais calmer le mécontentement de la population – alors qu’il en sera exactement le contraire –, le gouvernement accorde, en échange de devises sonnantes et trébuchantes, à un certain nombre de personnes de quitter sans sanction la RDA, en particulier à ceux qui en janvier 1984 ont occupé les ambassades de la RFA dans les autres pays du Bloc de l’Est24. Les autorisations de départ accordées sans critère particulièrement visible ou rationnel nourrissent un immense espoir au sein de la population qui dépose de plus en plus de demandes. Cet engouement, qui est exactement l’inverse de l’effet escompté par le gouvernement contraint ce dernier à amplifier sa politique de répression dès 1985 – au moment même où la Perestroïka de Gorbatchev se met en place25. Le démantèlement en 1984 des installations de tir automatique le long du Mur – présenté comme une conséquence du crédit de F. J. Strauß – ne suffit plus à endiguer le mécontentement croissant de la population. En outre, pour pouvoir être racheté par la RFA au titre de prisonnier politique de RDA, nombreux sont ceux à s’engager dans les mouvements de contestation civique, dans le seul but de passer quelques mois en prison pour ensuite pouvoir partir. Une stratégie qui entraîne une importante progression des mouvements d’opposition, mais au prix d’un éclatement des objectifs de ces derniers.

2. Une société est-allemande en pleine mutation

28On ne saurait surestimer l’importance du phénomène de génération pour la compréhension de la construction et de l’effondrement de la RDA. Pour les citoyens nés entre 1920 et 1929 qui ont vécu la guerre et qui ont formé les premiers bataillons de la FDJ, la RDA est le pays qu’ils ont par leur travail et leur ardeur contribué à construire :

  • 26 Hartmut Zwahr, « Umbruch durch Ausbruch und Aufbruch : die DDR auf dem Höhepunkt der Staatskrise 19 (...)

« Ces jeunes gens avaient devant eux la perspective d’une carrière et ils le savaient. Ce fut l’expérience de la reconstruction du pays, de la réparation, de l’adhésion au parti, de l’entrée et de la formation au sein de l’élite intellectuelle. »26

  • 27 Citons parmi ces derniers Wolf Biermann, Hans-Jürgen Fischbeck, Sarah Kirsch, Manfred Krug et Raine (...)
  • 28 Font partie de la génération 1940-1949 : Lothar Bisky, Bärbel Bohley, Gregor Gysi, Christoph Hein, (...)

29Ce qu’on a appelé par la suite la Aufbaugeneration, disciplinée à double reprise par le national-socialisme et par l’idéologie communiste, s’identifie à la RDA. Les deux générations suivantes nées entre 1930 et 1949 ont déjà moins de souvenirs marquants de la guerre, sinon aucun, mais font en général preuve d’un phénomène de conformisme politique. Néanmoins, l’absence de toute possibilité de comparaison leur fait mettre, pour certains du moins, de grands espoirs dans les événements du Printemps de Prague. C’est dans cette génération que se recruteront les théoriciens d’un socialisme à visage humain et un certain nombre de défenseurs des droits de l’homme27. Mais dans les années 1980, la jeunesse de la RDA est constituée de ceux qu’on a appelé les « enfants de la RDA ». Nés après 195028, ils n’ont pour la plupart aucun souvenir de la construction du Mur, ils ont vécu le printemps de Prague comme une immense déception et seront par conséquent enclins à ne pas attendre de changement important pour la RDA de la venue de Gorbatchev au pouvoir. N’étant motivés ni par le souvenir de la guerre, ni par celui de l’après-guerre, ils vivent la RDA « à l’état pur », souvent en complète rupture et incompréhension avec la génération des 1900-1920 alors au pouvoir en RDA et les perspectives d’avenir leur apparaissent souvent bloquées. C’est parmi ces générations que se recrutent les manifestants d’octobre 1989, ceux qui veulent quitter la RDA et ceux qui veulent la réformer de l’intérieur.

  • 29 Littérature clandestine diffusée dans les pays du Bloc de l’Est et éditée dans des conditions préca (...)

30À partir des années 1980 apparaissent donc en RDA des générations potentiellement plus critiques à l’égard du régime, dont l’attitude contestataire va être de surcroît encouragée par les difficultés économiques croissantes et l’intransigeance persistante du régime. Le début des années 1980 coïncide avec la politisation des mouvements pacifistes. En octobre 1981 par exemple, Robert Havemann et Rainer Eppelmann écrivent une lettre à Brejnev dans laquelle ils demandent que les alliés se retirent et qu’un traité de paix pour l’Allemagne soit conclu. En 1982 naissent successivement la Jenaer Friedensgesellschaft autour de Roland Jahn, à Berlin-Est, les Frauen für den Frieden autour de Bärbel Bohley et d’Ulrike Poppe. En 1983, la création d’un séminaire « Konkret für den Frieden » permet d’échanger des informations – denrée si rare en RDA – et de coordonner les différents mouvements. En dépit d’un contexte général défavorable – mort de Robert Havemann, figure de proue charismatique de l’opposition en 1982, décision de la RFA de réarmer en 1983 –, et d’une répression impitoyable de la part du régime qui entraîne une vague de résignation, ces mouvements se structurent. Les mouvements écologistes qui avaient commencé au milieu des annés 1970 lancent leurs premières actions pour planter des arbres ou pour diffuser – très laborieusement il est vrai vu les conditions de travail – une littérature samizdat29. En 1983 se crée le Friedens- und Umweltkreis qui sera à l’origine en 1986 de la Umweltbibliothek située dans l’Église de Sion ; de nouvelles formes d’opposition qui déboucheront dans l’organisation de mouvements civiques voient le jour. L’idée d’un séminaire sur les droits de l’homme qui regroupe des personnalités comme Bärbel Bohley, Gerd Poppe, Wolfgang Templin débouche en 1986 sur l’Initiative Frieden- und Menschenrechte.

  • 30 Voir Klaus Schroeder : « La ‘coalition de la raison’ établie sur le plan interallemand s’accompagna (...)

31Conséquence logique de ces manifestations concrètes de mécontement d’une partie – encore très minoritaire – de la population : le régime de RDA renforce sa tutelle idéologique dans tous les domaines au moyen d’une censure et d’une répression toujours plus sévère et plus subtile. Souhaitant s’affirmer sur le plan international comme le champion de la paix, il ne tolère aucune concurrence dans ce domaine sur le plan intérieur. L’écart entre ces affirmations vers l’extérieur et la situation en RDA grandit : la spirale montée de l’opposition / répression est enclenchée30.

III. 1986-1988 : La crise en ciseaux de la RDA

1. La RDA à contre-courant

  • 31 Voir la définition que donne Gorbatchev de la « pensée nouvelle » : « La pensée nouvelle dont le mo (...)

32L’arrivée au pouvoir de Gorbatchev en mars 1985 marque à bien des égards une césure cardinale dans l’histoire de la RDA ; un à un les divers piliers qui soutenaient l’existence du régime commencent à lâcher. Sur le plan international, Gorbatchev libère les pays du bloc soviétique de la discipline de bloc ; chaque régime est désormais responsable de son peuple et l’Union Soviétique n’interviendra plus31. Une politique de non-ingérence, qui rend possible les évolutions en Hongrie et en Pologne et qui prive le régime de RDA d’un soutien qui en juin 1953 lui avait permis de survivre au soulèvement populaire. Lors de la session plénière du KpdSU du 27/28 janvier 1987, Gorbatchev règle ses comptes avec le passé de l’URSS et avec Brejnev en se livrant à une critique en bonne et due forme des années 70 et 80. Il préconise l’introduction d’élections secrètes, récuse le dogme de l’infaillibilité du parti et encourage à la discussion publique et critique. Sa remarque « nous avons besoin de démocratie comme nous avons besoin d’air pour respirer  » sera par la suite évoquée à plusieurs reprises par des opposants au SED.

33Le régime de RDA opte pour une politique intérieure point par point opposée à celle de l’URSS. Lorsque Gorbatchev rend visite en avril 1986 au SED pour son 11e congrès, le SED se présente comme un élève modèle qui a fait mieux que le maître – le Ulbricht des années 1970 n’est pas loin ! – en louant sa capacité à réagir aux évolutions de la scène économique :

  • 32 Honecker cité par Klaus Schroeder, Der SED-Staat, op. cit., p. 288.

« Grâce au développement des forces productives et des conditions de production socialistes, notre peuple a atteint un niveau de vie jusque là inégalé dans son histoire. »32

34Pas un mot sur la situation économique catastrophique ni sur l’insatisfaction de la population. Rien ne sera changé aux objectifs de la politique économique et sociale de la RDA. Aucune réforme ne sera entreprise. Au contraire, la RDA lance une vaste politique de publication et de publicité pour faire connaître ses « réussites », ce qui ne fait qu’accroître la frustration de la population qui n’en voit guère les signes concrets. En décembre 1988, la formule « miracle » du « socialisme aux couleurs de la RDA » est lancée. Se référant aux acquis sociaux (plein emploi, système social et éducatif), Honecker conclut :

  • 33 Honecker, cité par Klaus Schroeder, ibid., p. 294.

« Nous avons accompli de grandes choses. Même le plus critique des observateurs ne peut le contester. »33

  • 34 Une position qu’il résume dans une phrase célèbre d’une interview accordée à un journal ouest-allem (...)
  • 35 Cette politique d’ouverture aura pour conséquence indirecte d’accroître la colère de la population (...)

35Sur le plan idéologique, il n’est pas non plus question de renverser les idoles. ll n’y aura pas de « Fehlerdiskussion » en RDA ; une telle désacralisation du pouvoir est inconcevable pour des dirigeants érigés dans le culte stalinien – 16 membres du Politbüro ont plus de 60 ans, 8 plus de 70 ans. Honecker rappelle à l’orthodoxie la plus stricte et au droit de chaque pays de suivre sa spécificité nationale, une orientation qui culmine avec le discours du chef de l’idéologie du parti Kurt Hager en octobre 1988 qui proclame la victoire du socialisme, réaffirme le principe de la lutte des classes et de l’incompatibilité du socialisme et du capitalisme34. À contre-courant de toute l’évolution du bloc, le régime de RDA s’engage dans un grand écart entre une politique d’ouverture sur le plan international35 et une politique de fermeture à toute réforme sur le plan interne, conditionnée par la prise de distance croissante du gouvernement avec la Perestroïka.

  • 36 Sur l’instrumentalisation du papier par le SED pour simuler une ouverture idéologique, voir E. Neub (...)

36Cela signifie-t-il que le SED est absolument hermétique à toute tentative de réforme ? Une fois encore ressurgit une caractéristique majeure de l’attitude du SED dans les situations de crise : la demi-mesure et l’ambiguïté. Tout en refusant les réformes soviétiques, ce qui était finalement une manière de refuser à la population de réaliser sur le plan interne ce que le régime obtenait sur le plan des relations interallemandes, le SED laisse dans un premier temps le champ libre aux mouvements alternatifs et aux Églises en permettant dans la foulée de la visite d’Honecker à Kohl la Marche D’Olof Palme (voir ci-dessous). Cette courte détente aboutit entre autres à une initiative sitôt regrettée et suivie d’une reprise de la lutte acharnée contre les mouvements d’opposition : le papier commun SED/SPD en août 1987. Présenté de manière officielle lors d’une conférence de presse et discuté à la télévision, il rompt avec la tradition des Feindbilder, postule la prédisposition pacifique de l’ancien adversaire et affirme que la discussion des inconvénients et des avantages de chaque système ne doit plus être considérée comme une ingérence dans les affaires internes36.

  • 37 Voir H.H. Hertle, Der Fall der Mauer, op. cit., p. 62.
  • 38 Sur les détails de cette discussion, ibid., p. 66 sq.

37Certes, le plan quinquennal (1981-1985) avait inauguré une période de relative stabilité renforcée par les crédits accordés par l’Allemagne. Néanmoins, la chute drastique des prix du pétrole en 1985 – alors que la RDA tirait une grande partie de l’excédent de sa balance commerciale de l’exportation des produits pétroliers –, frappe durement le régime. Le SED réagit en jouant son va-tout sur « le développement accéléré et sur l’introduction de technologies de pointe »37. La micro-électronique, tel est le pari que lance début 1986 Günter Mittag pour assurer enfin l’indépendance économique de la RDA en devenant « le Japon du Comecon ». Rien n’en fut. Au lieu de tirer l’économie de la RDA vers le haut, cet investissement accroît l’endettement de la RDA. De sérieuses pénuries dans le domaine de la consommation, peu supportables 40 ans après la fin de la guerre et des divergences d’opinion qui pour la première fois surgissent entre le Politbüro et la Commission au Plan38 révèlent au grand jour une catastrophe économique de plus en plus inévitable. Le discours ambigu, voire schizophrène que le SED adopte à l’intention de l’opinion publique en louant début 1988 les succès économiques de sa politique tout en reconnaissant comme jamais auparavant un certain nombre de manquements, achève de grever sa crédibilité. La seule solution aurait consisté à engager une politique de réduction des dépenses, y compris dans le domaine de la consommation. Une responsabilité qu’aucun membre du Politbüro n’est prêt à endosser comme le réaffirme en mai 1989 Egon Krenz :

  • 39 ibid., p. 73.

« La question de savoir si l’on doit poursuivre la politique d’union économique et sociale ne se pose pas. Il faut la poursuivre car elle est le fondement du socialisme de RDA. »39

2. La montée d’une opposition à cause de et en dépit de répressions accrues.

  • 40 cité par E. Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR, op. cit., p. 645.

« Quelle est la plus grande église du monde ? L’église de Sion.
L’entrée est à Berlin et la sortie à Gießen. »40.

38Cette opposition qui se forme en deux temps est loin d’être homogène et touche principalement deux couches de population. Les courants minoritaires des mouvements civiques et pacifistes côtoient les mouvements de masse de la population qui quitte à partir de l’été 1989 la RDA. Encouragée par Gorbatchev, la population ne refreine plus son mécontentement et sa frustration d’entendre régulièrement le SED vanter ses performances de premier de la classe tandis que la situation réelle se dégrade de jour en jour. En outre, la conjoncture internationale n’améliore pas l’atmosphère générale. En avril 1986, la réaction hypocrite du gouvernement à l’accident de Tchernobyl – toutes les centrales de RDA proviennent d’Union Soviétique – assurant qu’il n’y pas de danger, fait sortir la population de ses gonds et lui prouve la défaillance du régime dans un domaine jusque là épargné, mais néanmoins cardinal : celui de la santé publique. En septembre 1986 s’ouvre dans l’Église de Sion la Bibliothèque de l’environnement qui par ses deux publications, Grenzfall et les Umweltblätter, informent les citoyens des catastrophes écologiques. La visite d’Honecker à Kohl entraîne durant une courte période une certaine détente qui donne l’illusion que les relations entre le SED et l’opposition se détendent : le régime tient à garder la face. En septembre 1987, le régime autorise la Marche d’Olof Palme en faveur de l’instauration d’un corridor sans énergie atomique large de 150 km entre les deux blocs, première manifestation des groupes pacifistes autorisée officiellement par le SED et qui dans l’ensemble se déroule sans incidents majeurs, à quelques exceptions près en province. Mais fin novembre, l’occupation par la Stasi de la Umweltbibliothek vient mettre fin à une politique d’ouverture purement conjoncturelle. Cette détente, conjuguée aux espoirs de la population d’une libéralisation de la politique intérieure dans le droit fil de la politique de Gorbatchev, laisse sourdre de plus en plus nettement une colère désormais perceptible. Lors des manifestations du 1er mai 1987, les premiers slogans « Die Mauer muß weg » sont lancés et de sérieux heurts avec la police ont lieu, préfigurant les événements d’octobre 1989.

39Conformément au principe d’oscillation perpétuelle entre libéralisation et répression, le régime de RDA resserre donc sa surveillance et ses persécutions, une attitude qui loin de museler la population, fait apparaître à la surface une attitude de fermeté, voire de résistance de sa part. L’année 1988 est à cet égard une année cardinale : trois événements portent un coup décisif à la crédibilité du régime : la manifestation en l’honneur de Rosa Luxembourg le 17 janvier 1988, l’affaire Ossietzky en automne et l’interdiction du Sputnik en novembre.

  • 41 Sur cette affaire et sur celle de Sputnik, voir W. Rüddenklau, Störenfried, op. cit., p. 191-197.
  • 42 Sur les raisons invoquées par le SED, voir Klaus Schroeder : « Quiconque discrédite le combat héroï (...)

40Chaque année, le gouvernement avait pris pour habitude de rendre hommage à Rosa Luxembourg et à Karl Liebknecht, mais cette année apparaissent en marge de la manifestation officielle des slogans appellant à la liberté de parole dont les plus célèbres sont restés en mémoire : « Freiheit ist immer die Freiheit des Andersdenkenden », « Wer sich nicht bewegt, spürt die Fesseln nicht ». Pour la première fois se cristallise de manière visible un changement dans la psychologie du pays qui ne craint plus de révéler au grand jour une assurance nouvelle. Les conséquences ne se font pas attendre : de nombreuses incarcérations ont lieu, dont celle des principaux leaders des mouvements pacifiques. En réaction, l’opposition organise avec le soutien de l’Église les premières veillées de prière à Berlin, relayées dans de nombreuses autres villes, dans un mouvement de solidarité qui dépasse le cadre limité des mouvements d’opposition et qui dans son ampleur annonce celui de l’automne 1989. En automne de la même année, l’affaire qui se déroule à l’école Karl Ossietzky à Berlin montre que le régime n’entend en rien céder sur le plan idéologique. Des articles sur les grèves en Pologne dénonçant l’absurdité des parades militaires sont affichés sur le mur réservé à la « libre expression » des élèves. Des mesures disciplinaires sont prises malgré la mobilisation des parents et quatre élèves sont exclus. Un incident parmi tant d’autres, mais qui prend cette fois-ci une dimension inattendue en raison du lien d’un de ces élèves avec le mouvement pacifiste qui en assure la « publicité »41. Enfin, la dernière affaire portera – de l’avis rétrospectif de tous – un coup décisif à l’autorité morale du régime. La revue soviétique Sputnik est interdite sur intervention personnelle de Honecker pour avoir rendu compte des critiques sovétiques à l’égard de la politique de Staline – du pacte germano-soviétique de 1941 en particulier – et de films de la Perestroïka. À cette contradiction idéologique flagrante du régime – Rien n’est changé sur le principe « Von der Sowjetunion lernen heißt siegen lernen », mais ce que dit l’URSS est désormais interdit de publication en RDA – la population réplique par des grèves, des arrêts du travail, un mouvement qui gagne également – fait nouveau et alarmant – des acteurs restés jusque là en retrait de la protestation, les universités. Considérant que cette interdiction constitue un affront pour la politique soviétique, nombreux sont ceux à démissionner du parti42.

41Le régime est-il allé trop loin dans son attitude autiste de blocage pour laisser une chance et le temps aux mouvements civiques de réformer le pays de l’intérieur, dans l’esprit d’une troisième voie tournée non pas vers la RFA mais vers la RDA ? Si l’opposition monte et croît en cette année 1988, c’est aussi pour mieux se diviser selon ses objectifs, car nombreux sont ceux à utiliser les structures de ces mouvements pour organiser leur départ de RDA. Il est intéressant de remarquer que les mouvements civiques se profilent paradoxalement de plus en plus comme les défenseurs du maintien de la RDA, accusant l’ambiguïté des Églises et des avocats qui aident les gens à partir et dénonçant une attitude d’engouement pour la société de consommation – des propos qui ne seront pas sans rappeler ceux de Stefan Heym en novembre 1989. Ceux qui partent se défendent en qualifiant l’attitude des mouvements d’opposition d’illusoire et de naïve et en arguant du fait que, désormais, seule la pression venue d’en bas peut faire bouger le gouvernement.

IV. L’année 1989

1. L’isolement de la RDA au sein du bloc de l’Est

42Ouverture progressive des frontières du Bloc de l’Est, libération par la parole d’une population qui n’a plus peur de dénoncer les abus qui, comme lors des élections communales de mai 1989, deviennent de plus en plus patents, début du « vote par les pieds » qui engage pour le gouvernement de RDA une course contre la montre qui ne marque un temps d’arrêt provisoire qu’avec la démission de Honecker, le gouvernement de RDA doit faire face sur tous les fronts. Une situation dont il cherche à s’échapper par la construction d’un autre Mur, celui du refus obstiné des réformes.

43Sur le plan international, la RDA s’isole de plus en plus. Si elle adhère formellement à l’acte conclusif de la Conférence de la CSCE à Vienne le 21 janvier, qui affirme le droit de chacun à circuler librement hors de son pays en s’engageant à garantir juridiquement ce droit et en acceptant des observateurs pour le vérifier – un engagement publié dans la presse de RDA –, l’interprétation restrictive qu’elle en donne finalement nuit à sa crédibilité sur le plan international et renforce la pression de la population. Comment en effet concilier cette attitude avec les paroles – désormais devenues célèbres – prononcées par Honecker deux jours avant :

  • 43 Paroles prononcées le 19 janvier 1989 devant le comité Thomas Münzer. Le 6 février était tué Chris (...)

« Le Mur existera encore dans cinquante ans, voire dans cent ans. La sécurité des frontières est un droit souverain dont jouit chaque État, et donc aussi notre RDA. »43

44En outre, le Mur qui avait consolidé le socialisme du Bloc de l’Est s’effrite dangereusement. Le 2 mai, l’armée hongroise commence à démanteler le rideau de fer qui le sépare de l’Autriche et le 12 juin, la Hongrie adhère à la Convention de Genève qui interdit de renvoyer des réfugiés dans leur pays de provenance. Le seul palliatif envisagé par le gouvernement de RDA pour ne plus se sentir isolée est de resserrer ses liens avec les pays restés dans la droite ligne de l’orthodoxie communiste. Les voyages en Chine de Krenz et de Modrow, la bienveillante compréhension manifestée à l’égard de la « solution chinoise » et des massacres de la place Tienanmen en juin sont compris par la population comme une insupportable provocation et comme le refus d’accepter en RDA des réformes démocratiques.

45Par ailleurs, ce qui avait été l’un des piliers de la solidité de la RDA, à savoir la constante sollicitude de l’Union Soviétique à son égard, n’est plus en été 1989 qu’une peau de chagrin. La Conférence du Pacte de Varsovie en juillet rompt avec la prétention de l’Union Soviétique à la souveraineté et à l’hégémonie au sein du Bloc socialiste. Il n’y a plus de modèle socialiste universellement valable. La réaction des dirigeants de RDA est symbolique : Honecker, malade, quitte la conférence avant la fin. Willy Stoph, à qui l’on demande à titre de remplaçant, un avis sur la situation politique générale, reste sans voix. Aveu d’impuissance d’un État qui s’est paradoxalement affirmé dans son autonomie sur le plan international tout en restant de fait dépendant d’une puissance tutélaire qui refuse désormais d’intervenir. À la fin de l’été, le ministre suppléant des Affaires Étrangères Herbert Krolikowski ne va-t-il pas jusqu’à affirmer :

  • 44 cité par Peter Bender, Episode oder Epoche, op. cit., p. 125.

« Nous vous demandons seulement une chose, c’est de nous dire clairement ce que vous souhaitez faire de nous. La RDA est notre pays, nous l’aimons et nous y plaisons. Mais si néanmoins vous nous dites que vous n’avez plus besoin de nous, nous devrons essayer de nous adapter à cette nouvelle situation. »44

46Seulement les dirigeants de RDA savent-ils vraiment ce qu’ils veulent ?

2. Ni réformes, ni changements

47Une chose est claire : il n’y aura ni réformes ni remise en cause de la légitimité du régime. Les élections communales du 7 mai 1989 marquent sur ce plan un point de non-retour dans l’érosion progressive de l’assise du pouvoir. Pour la première fois, les mouvements d’opposition se saisissent d’un thème qui concerne toute la population et sortent de l’espace réservé des Églises pour investir l’espace public. Les vraies discussions qui se déroulent dans le cadre de la campagne, les appels à boycotter les élections, les contrôles des résultats que l’opposition met en place dans toutes les villes où elle est présente, les requêtes qu’elle formule suite à l’ampleur de la fraude constatée sapent les derniers fondements du régime.

  • 45 Leipzig a eu un rôle pionnier dans ce domaine. Ce n’est que plus tard, début juillet que se mettent (...)

48C’est dans ce contexte que s’organisent comme forme d’opposition systématique, les manifestations. Le jour des élections, l’opposition avait réussi à mettre sur pied une manifestation de 1000 personnes à Leipzig45, manifestation qui sera suivie d’autres « veillées de prière » à la suite du massacre de Tienanmen. Désormais, la manifestation est devenue la forme d’expression courante d’un mécontement qui prend en ce milieu d’année 1989 une ampleur trop importante pour pouvoir être totalement réprimée par les forces de sécurité et par la Stasi.

  • 46 C’est à propos des réfugiés des ambassades que Honecker écrira dans le Neues Deutschland, le 2 octo (...)

49Durant les deux derniers mois qui précèdent la chute du Mur, la population de RDA amplifie sa double pression sur le régime, par une recrudescence des départs et par une politisation au grand jour des mouvements d’opposition. On ne compte plus les fois où les ambassades allemandes du bloc de l’Est sont prises d’assaut par des citoyens de RDA qui profitent des vacances pour quitter définitivement la RDA. À chaque fois, le même scénario se reproduit ; pensant détendre la situation, le SED autorise finalement ces réfugiés à partir. Mais rien ne peut empêcher cette déferlante qui culmine fin septembre avec l’épisode dramatique de l’annonce par Hans-Dietrich Genscher au balcon de l’ambassade à Prague de l’autorisation accordée à ces réfugiés de gagner la RFA46. Une seconde émigration en masse se renouvelle le 4 octobre, mais cette fois-ci, le train pour la RFA qui passe par Dresde est pris d’assaut en RDA par des citoyens espérant ainsi pouvoir eux aussi partir. Les forces de sécurité du régime interviennent avec une violence sans pareille. Durant ce mois agité, l’annonce, le 11 septembre, de l’ouverture définitive de la frontière austro-hongroise permettant aux citoyens de RDA de se rendre dans le pays de leur choix laisse impuissant le gouvernement, limité dans sa marge de manoeuvre par la préparation du 40e anniversaire de la RDA.

  • 47 Günter Schabowski souligne la peur des autres dirigeants du SED de ce contact avec la foule qui les (...)

50Tandis que le Politbüro, sous la houlette de Mittag, en absence de Honecker hospitalisé et de Krenz, envoyé d’autorité par ce dernier en vacances, commence à discuter des problèmes et à se scinder sur les solutions à adopter, l’opposition, elle-même prise de court par la rapidité des événements, se structure en mouvements et partis. Au slogan « Wir wollen raus » répond celui de « Wir bleiben hier ! » La revendication de démocratisation du régime unit des mouvements qui n’ont cependant guère eu le temps de formuler un programme précis. Le 9 septembre est fondé le Neues Forum par Bärbel Bohley, Katja Havemann, Jens Reich et Rolf Henrich. Son appel stigmatise l’absence de communication entre l’État et la société et appelle au dialogue et à la discussion. Le 12 septembre, Hans-Jürgen Fischbeck, Wolfgang Ullmann et Konrad Weiß lancent le mouvement civique Demokratie Jetzt pour une société socialiste réformée, pour une vraie alternative à la société de consommation occidentale. La protestation gagne les milieux artistiques ; les théâtres publient des appels au « dialogue démocratique ». Un dialogue qui finit par se mettre en place avec l’aile la plus tolérante du SED ; le 27 octobre, Günter Schabowski rencontre des représentants du nouveau Forum ; il participe avec le maire de Berlin au Sonntagsgespräche, où pour la première fois une vraie discussion s’engage avec les citoyens de RDA47.

51Ironie de l’histoire, ce quarantième anniversaire sonne le glas de la RDA. Les rituelles parades célébrant les victoires et les acquis du socialisme sont accompagnées de manifestations aux cris de « Freiheit, Freiheit » et de « Gorbi, hilf uns ». Un Gorbatchev qui prononce des paroles prémonitoires, devenues historiques :

  • 48 Cité par Klaus Schroeder, Der SED-Staat, op. cit., p. 298.

« Je considère comme très important de ne pas laisser passer le moment opportun, de ne pas gâcher ses chances. Le parti doit avoir ses propres idées, proposer une démarche qui soit la sienne. Si nous n’avançons pas, la vie nous punira immédiatement. »48

52Symboles d’un régime qui n’hésite plus à recourir à des moyens dignes d’une autre dictature, les arrestations massives de manifestants dans la nuit du 7 au 8 octobre font redouter une « solution chinoise » pour la manifestation prévue à Leipzig le 9. L’intervention au niveau local des « Six de Leipzig » – parmi eux figure le chef d’orchestre Kurt Masur – qui enjoignent la population de garder son calme et de poursuivre sa ligne non-violente a définitivement raison de la menace de l’armée et de la Stasi :

  • 49 E. Neubert, Geschichte der Opposition, op. cit., p. 855.

« Cet événement avait contraint le SED à adopter pour la première fois une procédure de règlement des conflits pacifique. »49

53Désormais, la participation aux manifestations du lundi à Leipzig, puis dans les autres villes, ira en s’amplifiant : la pression de la rue contraint le SED au dialogue.

54Le 17 octobre, le Politbüro décide de remplacer Honecker par Egon Krenz. Ce changement ne séduit guère la population, qui associe Krenz à la fraude électorale de mai 1989 et à l’utilisation de la violence armée contre les manifestants. L’annonce d’un tournant – Krenz utilise le mot « Wende » –, dans son premier discours, déçoit et laisse sceptique sur les chances d’entrée en vigueur d’une véritable réforme en RDA :

  • 50 Konrad H. Jarausch, Die unverhoffte Einheit, 1989-1990, Frankfurt am Main, 1995, p. 96.

« Bien que son programme témoignait d’un plus grand réalisme que les discours solennels de Honecker, il n’ébauchait aucune vision attrayante pour l’avenir. »50

55La manifestation du 4 novembre qui rassemble plus d’un demi-million de personnes sur l’Alexanderplatz à Berlin reste symptomatique de la constante pression d’une population toujours plus insatisfaite. Tandis que l’exode massif de RDA se poursuit – encouragés par la nouvelle législation, 40 000 personnes gagnent la RFA par la Tchécoslovaquie du 1er au 5 novembre –, le nombre de manifestants croît dans le même temps jusqu’à 1,5 millions. Sur ce navire qui prend l’eau de toute part, la nouvelle réglementation de la circulation des personnes annoncée sans commentaire particulier par Günter Schabowski le 9 novembre au soir fait l’effet d’une bombe :

  • 51 Cité par Klaus Schroeder, Der SED-Staat, op. cit., p. 303.

« Les demandes de voyages privés à destination de l’Étranger peuvent être faites sans avoir à fournir de justification particulière (motifs précis de voyage, liens de parenté). Les autorisations seront rapidement délivrées. »51

56Cette mesure entrant immédiatement en vigueur, le soir même, des milliers de Berlinois de l’Est passent à l’Ouest. Le Mur était tombé.

Note

1 Christoph Hein, Die Ritter der Tafelrunde und andere Stücke, Aufbau Verlag, 1990, p. 193.

2 Hans Mayer, Erinnerung an eine Deutsche Demokratische Republik, Der Turm von Babel, Frankfurt am Main 1991, p. 254.

3 N’oublions pas la nouvelle définition que la Constitution de 1968 donne de la RDA : « La RDA est un État socialiste de nation allemande ». Né en 1893, Ulbricht n’a jamais totalement voulu rompre avec le concept de nation allemande, en dépit de ses tentatives en 1967 pour affirmer dans le cadre de la politique de démarcation, la spécificité de la RDA. Ce n’est que sur pression de Brejnev qu’il se réaligne sur cette politique de démarcation en décembre 1969. Voir Peter Bender : Episode oder Epoche ? Zur Geschichte des geteilten Deutschland, München, 1997, p. 181-182.

4 Voir Hans-Hermann Hertle, Der Fall der Mauer, Die unbeabsichtigte Selbstauflösung des SED-Staates, Westdeutscher Verlag, Opladen 1996, p. 25-26.

5 Voir les pertinentes réflexions de Günter Schabowski : « Honecker n’était pas un idéologue, mais il s’est servi de l’idéologie. Il se donnait des airs de patriarche qui pensait savoir ce qui était bon pour son clan. », Das Politbüro, Hamburg, 1991, p. 24 et 30.

6 ibid., p. 32. Ceci se traduit par un programme de politique sociale lancé en avril 1972. Voir à ce sujet, Sophie Lorrain, Histoire de la RDA, PUF, 1994, p. 85-86.

7 Klaus Schroeder, Der SED-Staat, Partei, Staat und Gesellschaft, 1949-1990, Hanser, 1998, p. 199.

8 Jean-François Tournadre, in La RDA, chronique d’une mort annoncée ? Regards sur l’histoire de la RDA, Cahiers d’histoire de l’institut de recherches marxistes, N° 57 (1994) Paris, p. 33.

9 M. Rainer Lepsius, « Die Institutionenordnung als Rahmenbedingung der Sozialgeschichte der DDR », in Hartmut Kaelble, Jürgen Kocka, Hartmut Zwahr (Hg.), Sozialgeschichte der DDR, Stuttgart 1994, p. 25. Sur le déroulement des séances du Politbüro, voir le témoignage de Günter Schabowski : sur les 5 dernières années du régime, il y eut seulement deux discussions sérieuses, l’une en 1985 et l’autre en septembre 1989, une harmonie par ailleurs souvent comprise comme le signe d’une cohérence de la ligne du gouvernement, Das Politbüro, op. cit., p. 20-21. Voir également Hermann Weber, Aufbau und Fall einer Diktatur, 1991, p. 133-137.

10 Sur le plan culturel, le Plenum vient mettre fin à un certain climat de détente dans le monde culturel qui avait suivi la construction du Mur et l’idéologie de la NÖS. Des artistes et des intellectuels contestataires comme Wolfgang Biermann, Stefan Heym et Robert Havemann y sont accusés de « scepticisme », de « pessimisme », d’« anarchisme » et de « révisionisme ». Désormais la RDA, c’était le socialisme et toute critique ne pouvait être que contre-révolutionnaire. Voir Erhart Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR, 1949-1989. Berlin, 1998, p. 150-158.

11 Honecker cité par Klaus Schroeder, Der SED-Staat, op. cit., p. 217.

12 Voir Wolfgang Rüddenklau, Störenfried, DDR-Opposition 1986-1989, Berlin 1992, p. 18.

13 Stefan Hermlin, Franz Fühmann, Stefan Heym, Heiner Müller, Rolf Schneider, Sarah Kirsch, Christa et Gerhard Wolf, Volker Braun, Günter Kunert, Jureck Becker, Erich Arendt.

14 Premier « incident » : en 1975, l’Union Soviétique change son mode de calcul des prix du pétrole et aligne ces derniers sur les prix mondiaux. En outre, elle refuse d’augmenter la quantité de sa livraison à la RDA.

15 Günter Mittag est secrétaire pour l’économie du ZK, Gerhard Schürer est président de la Commission au Plan.

16 Voir H.H. Hertle, Der Fall der Mauer, op. cit., p.  37-39.

17 Sur le nouvel enjeu de cette insatisfaction, nous renvoyons à l’approche de Mary Fulbrook. À partir des années 1960 et au plus tard des années 1970, « la règle aurait été de s’adapter afin de pouvoir survivre dans le contexte existant. [...] L’accent porte davantage sur les intérêts et les besoins individuels [...]. La tolérance à l’égard du régime et le soutien qui lui est apporté se fondent sur l’attente de contreparties d’ordre à la fois matériel et émotionnel », Alf Lüdtke, « La RDA comme histoire, Réflexions historiographiques », Annales, HSS, janvier-février 88, No 1, p.  35-36.

18 Voir Peter Bender : « L’essor de la RDA fut aussi impressionnant que trompeur. Tandis que Honecker asseyait la réputation de son État dans le monde, la RDA perdait de sa substance économique puis progressivement aussi de sa stabilité politique. Mais le monde ne voulait remarquer et prêter attention qu’aux progrès accomplis en matière de politique étrangère. » Episode oder Epoche, op. cit., p. 121.

19 Fondée après la construction du Mur en août 1961, la Zentrale Erfassungsstelle était chargée de tenir un registre de tous les actes de violence commis en RDA au regard des lois de la RFA.

20 Il ne faut pas sous-estimer l’influence de l’exemple polonais dans les choix économiques opérés par le gouvernement de RDA. Aux conséquences politiques négatives du choix polonais d’une croissance fondée sur le recul de la consommation, la RDA préfère la solution de l’endettement qui a du moins le mérite de répondre – ou de vouloir répondre aux besoins des citoyens.

21 Voir Ilse Spittmann, Die DDR unter Honecker, Deutschland-Archiv, 1990, p. 92.

22 Voir Klaus Schroeder : « Le troc qui consistait à échanger une aide économique contre des mesures humanitaires devait orienter de manière décisive les relations interallemandes jusqu’à la réunification. », Der SED-Staat, op. cit., p. 265.

23 Voir Michel Hubert : « C’est d’ailleurs en 1984 que les premiers craquements de frontières sont intervenus après 23 ans de monolithisme : un octroi plus généreux des autorisations de sortie permet le départ de 40 900 personnes contre 11 300 l’année précédente », « Le bilan démographique », in Henri Ménudier (dir.), L’Allemagne de la division à l’unité, Asnières, 1991, p. 138/139.

24 L’occupation par 35 personnes de l’ambassade de RFA à Prague en février 1984 fut suivie par les médias occidentaux avec une attention toute particulière puisqu’en faisait partie la nièce du ministre-président de RDA, Willy Stoph. Ce fut la dernière autorisation de ce genre.

25 Sur le dilemme du SED sur ce sujet et la « voie médiane » qu’il adopte, voir Klaus Schroeder : « En discriminant ces personnes, les dirigeants du pays espéraient décourager les imitateurs potentiels ; mais ils autorisaient en même temps une émigration contrôlée et limitée. » Der SED-Staat, op. cit., p. 277.

26 Hartmut Zwahr, « Umbruch durch Ausbruch und Aufbruch : die DDR auf dem Höhepunkt der Staatskrise 1989 », in H. Kaelble/J.Kocka/H. Zwahr, Sozialgeschichte der DDR, op. cit., p. 449. En font partie à titre d’exemple : Margot Honecker, Hermann Kant, Günter Mittag, Heiner Müller, Günter Schabowski, Harry Tisch, Wolgang Ullmann, Christa Wolf. Parmi les dirigeants de RDA, Erich Mielke, Kurt Hager, Erich Honecker, Willy Stoph appartiennent aux générations nées entre 1900 et 1919.

27 Citons parmi ces derniers Wolf Biermann, Hans-Jürgen Fischbeck, Sarah Kirsch, Manfred Krug et Rainer Kunze, tous trois partis en RFA en 1977, Uwe Johnson, Volker Braun.

28 Font partie de la génération 1940-1949 : Lothar Bisky, Bärbel Bohley, Gregor Gysi, Christoph Hein, Rolf Henrich, Regine Hildebrandt, Lothar de Maizière, Monika Maron, Gerd Poppe, Friedrich Schorlemmer, Wolfgang Templin, Wolfgang Thierse. De la génération 1950-59 : Marianne Birthler, Jürgen Fuchs, Freya Klier, Ulrike Poppe, Vera Wollenberger.

29 Littérature clandestine diffusée dans les pays du Bloc de l’Est et éditée dans des conditions précaires.

30 Voir Klaus Schroeder : « La ‘coalition de la raison’ établie sur le plan interallemand s’accompagnait de la part du SED d’une politique de démarcation très dure sur le plan intérieur.  », Der SED-Staat, op. cit., p. 255.

31 Voir la définition que donne Gorbatchev de la « pensée nouvelle » : « La pensée nouvelle dont le monde a besoin aujourd’hui est incompatible avec l’idée que le monde puisse appartenir à quiconque. Elle est incompatible avec ces tentatives de se faire passer pour un bienfaiteur, de jouer au paternaliste et de donner des leçons aux gens pour leur dire comment se conduire et quel chemin prendre. » E. Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR, op. cit., p. 635.

32 Honecker cité par Klaus Schroeder, Der SED-Staat, op. cit., p. 288.

33 Honecker, cité par Klaus Schroeder, ibid., p. 294.

34 Une position qu’il résume dans une phrase célèbre d’une interview accordée à un journal ouest-allemand : « Wir brauchen keinen Tapetenwechsel ». (Ce n’est pas parce que le voisin (sous-entendu l’Union Soviétique) rénove sa maison que la RDA est obligée d’en faire autant).

35 Cette politique d’ouverture aura pour conséquence indirecte d’accroître la colère de la population et le rôle des mouvements d’opposition. La visite d’Honecker à Kohl en septembre 1987 augmente le nombre des voyages privés d’Est en Ouest dans des « circonstances urgentes », le nombre des jumelages, supprime l’interdiction d’importer des disques et des journaux.

36 Sur l’instrumentalisation du papier par le SED pour simuler une ouverture idéologique, voir E. Neubert : « Pour le SED, il s’agissait uniquement d’un moyen de propagande pour feindre une ouverture qui n’existait pas. C’est pourquoi, jusqu’à la fin de la RDA, l’opposition a pris position contre le papier et a vivement critiqué le SPD. », Geschichte der Opposition, op. cit., p. 663.

37 Voir H.H. Hertle, Der Fall der Mauer, op. cit., p. 62.

38 Sur les détails de cette discussion, ibid., p. 66 sq.

39 ibid., p. 73.

40 cité par E. Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR, op. cit., p. 645.

41 Sur cette affaire et sur celle de Sputnik, voir W. Rüddenklau, Störenfried, op. cit., p. 191-197.

42 Sur les raisons invoquées par le SED, voir Klaus Schroeder : « Quiconque discrédite le combat héroïque des communistes allemands et de tous les antifascistes contre le fascisme hitlérien, quiconque défigure l’histoire héroïque de l’Union Soviétique et de son parti léniniste, quiconque calomnie le socialisme, celui-là n’a pas sa place chez nous, quelque soit le lieu où il tient ses discours, écrit ses articles et les fait imprimer. », Der SED-Staat, op. cit., p. 295.

43 Paroles prononcées le 19 janvier 1989 devant le comité Thomas Münzer. Le 6 février était tué Chris Gueffroy lors de sa tentative de franchir le Mur.

44 cité par Peter Bender, Episode oder Epoche, op. cit., p. 125.

45 Leipzig a eu un rôle pionnier dans ce domaine. Ce n’est que plus tard, début juillet que se mettent timidement en place les premières manifestations à Berlin. Voir E. Neubert : « Les événements avaient montré la difficulté, qui n’existait pas à Leipzig, d’organiser à Berlin une manifestation publique car Berlin n’avait pas de centre facilement délimitable ; en outre, les incessantes tentatives de médiation de la part des représentants officiels des Églises entravaient le développement de toute manifestation. » Geschichte der Opposition, op. cit., p. 814.

46 C’est à propos des réfugiés des ambassades que Honecker écrira dans le Neues Deutschland, le 2 octobre : « Ils ont piétiné nos valeurs morales ; ils ne méritent donc pas qu’on verse une seule larme sur leur départ » .

47 Günter Schabowski souligne la peur des autres dirigeants du SED de ce contact avec la foule qui les confronte pour la première fois avec la réalité du pays. Peu d’entre eux renouvelleront l’expérience, préférant être traités de « lâches » que d’« idiots », Das Politbüro, op. cit., p. 125.

48 Cité par Klaus Schroeder, Der SED-Staat, op. cit., p. 298.

49 E. Neubert, Geschichte der Opposition, op. cit., p. 855.

50 Konrad H. Jarausch, Die unverhoffte Einheit, 1989-1990, Frankfurt am Main, 1995, p. 96.

51 Cité par Klaus Schroeder, Der SED-Staat, op. cit., p. 303.

Autore

Université des Sciences humaines de Strasbourg

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista