Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

2. L'évolution en RFA et en RDA dans les années 1980

Le parti social-démocrate et la question de l’unité allemande (1982-1990)

Jean-Paul Cahn

Texte intégral

1La chute du gouvernement Schmidt, en 1982, à laquelle il avait lui-même contribué, rendit le parti social-démocrate allemand au rôle d’opposant. Il retrouvait une certaine liberté de parole, mais de nombreux inconvénients : des sources d’information moindres (ceci explique qu’en 1989/1990 son approche des attitudes de l’étranger fut parfois aléatoire – notamment lorsqu’il fut surpris, en décembre 1989, par l’approbation globale, moyennant quelques assurances, du « plan en dix points », ou lorsque Gorbatchev accepta en été 1990, contre son attente, l’appartenance de l’Allemagne non seulement aux Communautés, mais également à l’O.T.A.N.), une puissance médiatique réduite, une crédibilité à l’étranger amputée, etc. Le gouvernement agit, l’opposition réagit ; quand les événements se précipitèrent, cela eut pour effet de nuire à la perception de la cohérence de son action.

  • 1 Entre autres Der Spiegel du 26 mars 1990.

2Ces faiblesses se greffaient sur un problème endémique : le S.P.D. a toujours connu une opposition interne vigoureuse et turbulente jusque dans ses plus hautes instances. Lafontaine en était conscient, qui exigea de son parti qu’il lui apporte un soutien sans faille – ou qu’il se taise – lors de sa désignation à la candidature aux fonctions de chancelier1. Parmi les questions passionnelles figurait le rapport à la nation et la peur de toute forme de nationalisme : du fait de sa double origine (Marx et Lassalle), coexistaient un internationalisme théorique et un patriotisme pratique dont les proportions déterminèrent après 1945, de Schumacher à Lafontaine, les attitudes du parti face à l’Allemagne et à l’Europe.

  • 2 Le lecteur pourra également se reporter aux articles de Jacques-Pierre Gougeon, « Le SPD face à l’u (...)

3Nous étudierons, dans une première partie, la gestion de la question allemande par l’opposition social-démocrate entre 1982 et 1989 et, dans une seconde étape, nous examinerons plus particulièrement la période des mutations, 1989-1990.2

I. La social-démocratie face à la division de l’Allemagne entre 1982 et 1989

4Le parti social-démocrate mit à profit son retour dans l’opposition pour repenser les fondements de son action politique, la place de la gauche dans une société d’abondance et les conditions nouvelles de la situation de l’Allemagne en Europe. Cette démarche permit aux « petits-fils » (de Willy Brandt – les « Enkel »), qui n’avaient qu’une expérience personnelle superficielle de l’unité nationale, de gagner en influence – notamment par l’introduction de thèmes modernes (écologie, etc.). Parmi eux, Björn Engholm (Schleswig-Holstein), Walter Momper (Berlin), Gerhard Schröder (Basse-Saxe) et surtout Oskar Lafontaine (Sarre) devaient exercer des responsabilités régionales en 1989/1990. Mais l’inspiration venait encore largement des anciens, d’Egon Bahr en particulier. Leurs réflexions des années 80 devaient marquer la seconde rupture majeure du parti sur la question de l’unité allemande après 1945.

1. La première césure : l’Ostpolitik

A. La triple rupture

5Derrière une continuité conceptuelle effective, l’Ostpolitik engagée par Brandt avait déjà reposé sur une triple coupure.

a) L’abandon des conceptions de la période Schumacher / Ollenhauer.

  • 3 Cf. Peter Brandt in Kurt Schumacher und der « Neubau » der Deutschen Sozialdemokratie nach 1945, Bo (...)
  • 4 Cf. Detlef Lehnert, Sozialdemokratie zwischen Protestbewegung und Regierungspartei, Francfort/M. 19 (...)

6L’intransigeance de Kurt Schumacher sur la question de l’unité allemande3, son refus du libéralisme économique et son hostilité à la ligne Oder-Neiße avaient conduit d’emblée au conflit avec les Alliés. Avec l’échec des conférences de Berlin (1954) ou de Genève (1955) et avec le traumatisme de l’intégration de l’Allemagne dans deux systèmes militaires opposés (O.T.A.N. et Pacte de Varsovie), le S.P.D. évolua sous Erich Ollenhauer de la « fixation allemande »4 vers l’engagement en faveur d’un système de sécurité globale ou collective, solution alternative à l’intégration occidentale prônée par Adenauer, liant en un tout paix en Europe et réunification allemande. Ce changement de cap conduisit notamment au Deutschlandplan (mars 1959) dans lequel était prévu un rapprochement par étapes des deux Allemagnes ; il contenait au stade embryonnaire la future politique de Willy Brandt.

b) Le renoncement aux lignes directrices de la politique chrétienne-démocrate

  • 5 Cit. in Hélène Miard-Delacroix, « Une seule Allemagne ? », in Gilbert Krebs & Gérard Schneilin, L’A (...)
  • 6 En répondant à l’appel à l’aide de Brandt, Kennedy l’avait invité à prendre des initiatives et à re (...)
  • 7 Archiv der Gegenwart 1963, pp. 10700-10701.

7Le S.P.D. avait approuvé l’exigence de représentation exclusive, qu’Adolf Arndt avait justifiée, notamment en septembre 1958 : « Il n’existe pas d’Etat qui ait deux peuples ni de peuple qui ait deux Etats »5. Mais les années suivantes avaient montré que cette option conduisait à une impasse diplomatique et la construction du mur de Berlin avait convaincu Willy Brandt, Egon Bahr, etc., que l’Occident était disposé à apporter des garanties à l’Allemagne de l’Ouest, mais non à une nation allemande6. Pour eux, l’échec de la « politique [chrétienne-démocrate] de force » semblait avéré. À Tutzing, le 15 juillet 1963, Egon Bahr demanda le renoncement à la « politique du tout ou rien », estimant que la réunification était un processus qui présupposait l’accord de l’Union soviétique et la prise en compte de la réalité « du régime odieux qui y [à l’Est] règne actuellement »7.

c) L’intégration occidentale

8La troisième césure avait aussi précédé la mise en place de l’Ostpolitik. Le 30 juin 1960, Herbert Wehner avait annoncé le ralliement de son parti à l’intégration occidentale :

  • 8 Verhandlungen des Deutschen Bundestages, 3. Wahlperiode, Stenogr. Berichte, pp. 7056 sq.

« les alliances européenne et atlantique auxquelles appartient l’Allemagne constituent la base et le cadre de tous les efforts de la politique étrangère et interallemande de l’Allemagne [de l’Ouest] »8.

9En admettant par là le principe d’une défense intégrée, le S.P.D. renonçait à la politique du souhaitable au profit de la politique du faisable. Une fois chancelier, Brandt ne devait sacrifier ni l’intégration occidentale, ni ses corollaires, l’O.T.A.N. et l’Europe occidentale.

B. L’Ostpolitik (1969-1982)

10Cette triple mutation du S.P.D. et la mise en place de la coalition socialistes–libéraux permirent de placer les rapports entre les deux Allemagnes sur un plan nouveau.

a) Les prémisses de la politique orientale social-démocrate/libérale

11Dès la Grande coalition, Willy Brandt (Affaires étrangères) et Herbert Wehner (Affaires panallemandes) inscrivirent leur politique à l’Est dans le cadre de la Détente Est-Ouest ; ils en intégrèrent un principe majeur, l’acceptation du statu quo politique et territorial en Europe :

  • 9 Willy Brandt, cit in Jens Hacker, op. cit., p. 56.

« Nous savons [ ... ] que la question allemande ne peut trouver de solution que dans le contexte d’un règlement paneuropéen de la question de la paix et uniquement dans une situation d’équilibre entre l’Est et l’Ouest. Nous ne soumettons pas notre politique de détente à des progrès de la question allemande »9.

  • 10 Ibid., p. 58.
  • 11 Willy Brandt, Bericht zur Lage der Nation, 23 mars 1972, cit in Florian Roth, Die Idee der Nation i (...)
  • 12 Cit. in Christoph Klessmann, « Die Deutschlandpolitik der SPD », in S.P.D. (éd.), Materialien. Die (...)

12Dans sa déclaration de gouvernement, Brandt souligna le caractère particulier des relations interallemandes et il s’en tint à la pérennité de la nation allemande10. Celle-ci devait demeurer une réalité vivante « même divisée en deux systèmes étatiques et sociaux distincts »11. Rapprocher les citoyens par-delà les différences entre Etats, éviter qu’ils ne s’éloignent les uns des autres impliquait de « préserver l’unité de la nation en libérant les relations entre les deux parties de l’Allemagne de leur crispation »12. Cette démarche s’inspira de l’analyse qu’avait faite Bahr à Tutzing :

  • 13 Op. cit.

« Nous avons dit que le mur était un signe de faiblesse. On pourrait dire également qu’il était le signe de la peur et de l’instinct de survie du régime communiste. La question est de savoir s’il existe des possibilités de dissiper graduellement ces inquiétudes au point que des assouplissements frontaliers [ ... ] deviennent possibles parce que le risque serait devenu supportable. C’est là une politique que l’on pourrait concentrer en une formule : <le changement par le rapprochement> » 13.

  • 14 Willy Brandt, Deutscher Bundestag, 21 janvier 1971, cit. ibid. p. 97. Carlo Schmid avait déjà défin (...)
  • 15 On oublie trop souvent que le terrain avait été préparé, dans les années 60, par des articles de Go (...)
  • 16 « über ein geregeltes Nebeneinander zu einem Miteinander » selon la formule de Klaus Schütz.
  • 17 Neue Gesellschaft, septembre/octobre 1969, p. 505.

13Cette thèse visait à étendre « à la R.D.A. la stratégie de la paix » tout en laissant (par des voies opposées à celles de la démocratie chrétienne) la question allemande ouverte à une évolution ultérieure et en veillant à maintenir vivante la nation allemande en tant que « question de conscience et de volonté »14. La R.D.A., incontournable au plan diplomatique, devait être intégrée à ce processus de prise en compte par les Allemands eux-mêmes de l’unité nationale. Bonn se déclara disposée à reconnaître l’Etat Est-allemand comme existant de fait15, mais en aucun cas de jure. L’acceptation des frontières devait permettre, par le dialogue interallemand, d’améliorer les conditions de vie à l’Est. Elle était également sous-tendue par des considérations dialectiques : reconnaître pour dépasser16, admettre les frontières en Europe afin de les détendre peu à peu, dans l’espoir que, « dans le cadre d’une Europe en paix, les Allemands puissent se retrouver »17.

b) La mise en place de l’Ostpolitik

14L’Ostpolitik visait, selon la formule d’Arnulf Baring, à « faire l’inévitable dans la dignité ». La S.B.Z. devenait D.D.R., Bonn admettait l’existence de « deux Etats en Allemagne » (Willy Brandt, 28 octobre 1969). Cette réorientation impliquait une démarche progressive, la « politique des petits pas ». Elle fut d’abord vilipendée par l’opposition chrétienne-démocrate, acceptée avec réserve par l’opinion, et dénigrée au sein même du S.P.D. en dépit des déclarations de Brandt qui disait vouloir « garantir la paix pour tout notre peuple » à un moment où les entretiens Washington-Moscou sur la limitation des armements faisaient peu de cas de lui. Entre 1982 et 1989, elle inspira encore l’attitude du S.P.D. face à l’unité.

  • 18 Cit. in Pierre Guillen, La question allemande 1945 à nos jours, pp. 93-94.

15Les Traités de Moscou (août 1970) et de Varsovie (décembre 1970) sont connus, ainsi que la « lettre relative à l’unité allemande » dans laquelle Bonn rappelait son objectif d’instaurer en Europe un état de paix dans lequel le peuple allemand puisse recouvrer son unité par une « libre autodétermination »18. La normalisation des relations interallemandes intervint en 1972 avec le Traité fondamental qui établissait un modus vivendi entre les deux Allemagnes. Sur cette base, complétée par l’acte d’Helsinki (CSCE) en 1975, s’installait une coexistence négociée et réglementée qui rendait la confrontation moins visible, mais n’y mettait pas fin.

2. L’héritage repensé : la « deuxième Ostpolitik »

  • 19 Cf. entre autres Raymond Poidevin, Histoire de l’Allemagne, Paris 1992, pp. 359 sq.
  • 20 Timothy Garton Ash, Im Namen Europas. Deutschland und der geteilte Kontinent, Munich / Vienne 1993, (...)

16Nonobstant l’apparente stabilité dont témoignèrent les élections de 1980, le gouvernement Schmidt fut bientôt confronté à des problèmes : montée du pacifisme, tensions au sein de la coalition, crise économique brutale, chômage et élections régionales défavorables. La motion de défiance introduite par Helmut Kohl en octobre fut votée par la C.D.U./C.S.U. et par une trentaine de libéraux autour du ministre des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher. Les élections de 1983 furent un échec pour l’opposition19. Genscher, qui avait conservé l’Auswärtiges Amt, garda globalement le cap, fidélité au Traité fondamental, contacts avec l’Est et attachement à la Communauté européenne et à l’O.T.A.N. Le nouveau chef du S.P.D., Hans-Jochen Vogel, s’abstint de polémiques spectaculaires sur la nature des relations interallemandes afin de ne pas entraver la « recherche d’assouplissements humains » à l’Est20.

A. La seconde rupture

17Soucieux de revenir aux Affaires, le S.P.D. repensa ses options politiques. En matière de relations interallemandes, il resta fidèle aux principes directeurs en adaptant la méthode : c’est ce que l’on appelle « la seconde phase de l’Ostpolitik » ou « la seconde Ostpolitik ». En réalité celle-ci s’était ébauchée sous le gouvernement Schmidt, dans un contexte qui expliquait la place prépondérante qu’y occupent les questions de sécurité.

a) La réflexion politique

  • 21 Cit. in Wilfried von Bredow, contribution sans titre, in Dieter Dowe (éd.), Die Ost- und Deutschlan (...)
  • 22 Cf. Dieter Groh & Peter Brandt, « Vaterlandslose Gesellen ». Sozialdemokratie und Nation 1860-1990, (...)

18Dans la première partie des années 80, sur fond de tensions internationales, la réflexion programmatique s’appuya sur l’appel de Bahr (1980) à considérer l’unité allemande « davantage comme la résultante de facteurs nouveaux que d’exigences anciennes »21. Alors que Helmut Schmidt inscrivait clairement dans le cadre de la dissuasion ses conceptions de la sécurité collective, Bahr songeait à un dépassement des Pactes (Varsovie et O.T.A.N.) au bénéfice d’un système européen de sécurité. Sans le proclamer, le parti prenait ses distances par rapport à l’atlantisme auquel il avait souscrit en 1960. Deux facteurs s’avéraient déterminants : le rejet de la ligne de confrontation adoptée par l’Administration Reagan incitait à privilégier, contre la fermeté de Washington, une politique européenne de détente ; d’autre part, le parti social-démocrate se montra très tôt sensible aux chances de coopération européenne qu’offrait la ligne Gorbatchev – dans le refus toutefois de toute forme de « Troisième voie »22.

  • 23 Cf. Ash, op. cit., p. 465. « La paix n’est pas tout, mais sans la paix tout n’est rien » allait dan (...)
  • 24 Cf. entre autres Gerhard Wuthe, « Einheit und Nation. Traum oder Trauma der Sozialdemokratie ? », i (...)

19L’hostilité à l’installation en Europe de missiles Cruise et de Pershing II qu’exprimait le congrès de Cologne en 1983 dans le cadre d’un programme de politique étrangère intitulé « Nous voulons la paix »23 marquait la réorientation du S.P.D. : alors que par le passé il avait considéré qu’il n’y aurait pas de paix en Europe sans unité allemande préalable, il inversa ces données24. Oeuvrer pour la paix sur le vieux continent devenait autant une fin en soi qu’un moyen de faire progresser la question de l’unité nationale. Un avant-projet de programme social-démocrate, fondé sur la distinction Etat / nation, précisait en 1986 :

  • 25 Cit. Egon Bahr, in Dieter Dowe (éd.), op. cit., p. 34.

« La question de la nation [...] n’a pas trouvé de solution dans la division en deux Etats. Le problème reste posé de savoir si et sous quelle forme les Allemands des deux Etats trouveront le chemin d’une communauté institutionnelle dans le cadre d’une organisation pacifique de l’Europe »25.

  • 26 Horst Ehmke, « Deutsche ‘Identität’ und unpolitische Tradition », in Neue Gesellschaft / Frankfurte (...)
  • 27 Cf. Thomas Meyer, « Zur sozialdemokratischen Deutschland- und Ostpolitik seit Mitte der 70er Jahre  (...)
  • 28 Cf. Jens Hacker, op. cit., p. 61.

20Les débats sur la sécurité européenne redonnèrent vigueur à la question nationale – sous forme tronquée : n’envisageant pas que Moscou retire son soutien à l’Allemagne de l’Est et accepte une réunification, de nombreux sociaux-démocrates considéraient avec Horst Ehmke que la nation allemande devait s’accommoder durablement de la division26. Dans ses propositions d’Irsee le parti relativisait l’exigence unitaire affirmée à Bad Godesberg et lui substituait celle de l’autodétermination27. La formule de Helmut Schmidt sur le « partenariat de sécurité », qui était elle-même l’extension de la conception de « sécurité commune » d’Egon Bahr28, offrit le cadre d’un schéma qui attribuait aux deux Allemagnes un rôle d’exemple dans la marche vers le dépassement des Blocs par une amélioration de leurs relations. En 1992, Egon Bahr estimera que la priorité de la sécurité était un fourvoiement :

  • 29 Cit. in Ash, op. cit. (NBP), p. 498.

« Ma véritable erreur, je le vois maintenant, a été d’avoir toujours cru dans les 35 [sic] dernières années que, le cœur de l’ensemble étant la sécurité, la puissance, il fallait faire en sorte que des guerres deviennent impossibles – et la politique et tout le reste suivraient, y compris l’unité allemande, y compris le dépassement de la division Est-Ouest en Europe. C’était faux. La politique a dépassé la question de la sécurité »29.

b) Les contacts avec le S.E.D.

21À l’instar du British Labour, le S.P.D. développa une shadow foreign policy à partir de 1982. L’inquiétude que suscitait la fermeté ostentatoire du gouvernement Kohl face à l’Est le poussait à agir. Cependant, son statut de parti d’opposition ne le désignait plus comme interlocuteur d’un gouvernement. Le S.E.D. s’imposait comme partenaire. Que la R.D.A. ait informé Moscou et l’ait consultée témoigne de l’importance qu’elle accordait à ces entretiens.

22S’appuyant sur les racines communes de « la gauche » et sur le ton apparemment conciliant de Vogel dans le débat avec l’Est, Kohl usa sans nuances de l’argument de la collusion marxiste ; au sein même du parti, Gesine Schwan dénonçait une compromission avec un instrument de la politique de domination soviétique. Le S.E.D., clé de voûte du totalitarisme sur le sol allemand et lieu véritable du pouvoir de décision, n’était pas un partenaire très présentable et l’on n’ignorait pas qu’il utiliserait des entretiens avec le S.P.D. à des fins de propagande. L’accepter apparut comme le prix qu’il fallait payer pour faire évoluer la situation en Allemagne et en Europe sans menacer l’ordre établi – le prix de la paix.

  • 30 Cit. in Ash, op. cit., p. 473.
  • 31 Cit. in Groh & Brandt, op. cit., p. 312.

23En août 1983, Bahr rencontra Erich Honecker et Hermann Axen (chargé des relations internationales au bureau politique du S.E.D.) pour étudier les conditions du dialogue, le S.P.D. créa une commission (Grundwertekommission) chargée des conversations avec l’Académie Est-allemande des sciences sociales. De leur collaboration naquirent le plan sur une zone sans armements chimiques ou encore, en 1986, un accord sur une zone dénucléarisée en Europe. Ces documents n’avaient pas pour ambition de faire office de conventions internationales, bien qu’ils en eussent l’apparence formelle ; leurs signataires n’avaient pas qualité pour cela ; ils devaient susciter des discussions et, selon l’affirmation contenue dans l’accord sur les armements chimiques, « montrer à quel résultat des négociations intergouvernementales peuvent aboutir »30. Parallèlement, le S.P.D. espérait poursuivre l’amélioration des conditions de vie qu’avait permise l’Ostpolitik. Eu égard aux structures étatiques Est-allemandes qui ne permettaient guère que des réformes par le haut, il opta pour le soutien de l’opposition interne au S.E.D., cherchant, selon la formule de l’historien Heinrich August Winkler, à favoriser « la démocratisation de la République démocratique allemande »31. La discussion théorique lui apparut comme un outil possible. C’était là un pari sur la durée de la R.D.A., mais également sur la capacité du S.E.D. à évoluer.

24L’Ostpolitik avait établi des liens interétatiques, mais les relations de parti à parti n’existèrent qu’à partir de 1982. Le S.E.D. n’avait pas renoncé à considérer les idées social-démocrates comme pernicieuses, le S.P.D. ne renia jamais le Grundsatzpapier qui, en 1971, affirmait l’incompatibilité absolue des deux formes du socialisme. En 1986 encore, Brandt écrivait dans Thesen zum Verhältnis von Kommunisten und Sozialdemokraten que les impératifs de la paix imposaient le dialogue entre deux idéologies inconciliables.

  • 32 Texte élaboré par la Grundwertekommission sociale-démocrate et par l’Akademie für Gesellschaftswiss (...)
  • 33 Cf. Henning Voscherau, in Die Welt du 28 novembre 1989.

25Quand la réorientation politique soviétique devint sensible, dans la continuité du « partenariat de sécurité » et en s’appuyant sur les questions de fond qui avaient surgi lors des débats sur les accords récents (avenir du travail, place de l’homme dans la société capitaliste et socialiste, impératifs de la paix, etc.), Erhard Eppler proposa au S.E.D. (février 1986) de confronter des thèses dans un document écrit. L’entreprise demanda dix-huit mois (il est vrai que c’était la première déclaration commune depuis 1918). Le titre, « Querelle des idéologies et sécurité commune »32, trahissait un souci des deux partis de marquer des différences dont chacun escomptait un profit politique. Le but avoué était de rapprocher les notions occidentale de « sécurité collective » et orientale de « coexistence pacifique », mais le document faisait surtout apparaître les oppositions idéologiques autour d’une préoccupation commune (la sécurité). Les seules divergences d’interprétation autour de la notion de « démocratie » mettaient en évidence l’ampleur des désaccords. Même la reconnaissance mutuelle de l’aptitude à la paix n’alla pas de soi – surtout après les déclarations de Kurt Hager, secrétaire du Comité central qui, dans la tradition des années 50 / 60, insistait sur la nécessité de rendre l’impérialisme pacifique car il ne l’était pas de nature ! Les deux partis signèrent ce texte le 27 août 1987. Le S.E.D. attendait de l’affirmation de sa volonté de paix à travers la discussion avec un parti d’inspiration socialiste un renforcement de sa légitimité. Sans mesurer encore pleinement l’affaiblissement qu’avait constitué pour la propagande Est-allemande l’Ostpolitik (qui avait détruit l’image d’un « Occident exploiteur capitaliste ennemi de la classe ouvrière »33), les négociateurs sociaux-démocrates en avaient repris le schéma : améliorer les conditions de vie à l’Est par le dialogue avec le pouvoir. Tous deux pouvaient affirmer :

« Il faut qu’une discussion ouverte sur la concurrence entre les deux systèmes, leurs avantages et leurs inconvénients, soit possible à l’intérieur de chacun de ces systèmes. L’effectivité de cette concurrence présuppose même qu’une telle discussion soit encouragée et qu’elle conduise à des effets concrets »,

  • 34 Thomas Meyer, op. cit., p. 26.

26passage dont les contestataires de l’Est – au sein et à l’extérieur du S.E.D., les Eglises notamment – firent usage, conformément aux vœux du S.P.D. Mais, alors que le 2 septembre 1987 la télévision Est-allemande avait opposé en un débat Erhard Eppler et Thomas Meyer aux membres du S.E.D. Otto Reinhold et Ernst Reißig, Berlin-Est, dans la logique de son refus de souscrire à la réorientation politique de Gorbatchev, ne tarda pas à tout mettre en oeuvre pour étouffer les effets du Streitpapier. Celui-ci ne pouvait obtenir de résultats qu’à terme, les événements ne lui en laissèrent pas le temps. Pour le S.P.D. il eut avant tout pour effet pervers d’accréditer la thèse selon laquelle il était plus proche du S.E.D. que de l’opposition34, que, de la conception dialectique « reconnaître pour dépasser », il en était venu à privilégier la reconnaissance en sacrifiant le dépassement. Il objecta en arguant d’un renforcement de l’opposition et d’une contribution à l’érosion du régime Est-allemand.

  • 35 Op. cit., p. 498.
  • 36 Dowe (éd.), op. cit., p. 180.
  • 37 Ash, op. cit., p. 484.

27Les discussions avec le S.E.D. ne permettaient que peu de contacts avec l’opposition « réelle » ; Timothy Garton Ash parle de « mépris des individus, des groupes ou des mouvements qui s’engageaient à la base pour un changement »35. Ce jugement a posteriori paraît sévère : des liens manifestes avec l’opposition hors du parti unique auraient hypothéqué les relations avec le S.E.D. qui restaient l’unique voie susceptible d’être efficiente. Et puis, dans la seconde moitié des années 80, les exemples soviétique ou hongrois tendirent à accréditer l’hypothèse de changements par le haut dans les sociétés d’Europe orientale. Qui plus est, Karsten Voigt et la génération des jeunes sociaux-démocrates espéraient beaucoup en une volonté de mue de leur génération. À cela s’ajoutait que, contrairement à la Pologne, les opposants Est-allemands à qui l’opinion conférait une légitimité étaient difficilement identifiables car leur mouvement était hybride. À partir de 1987, le S.P.D. s’efforça d’établir des liens entre autres avec le mouvement pour le droit des citoyens, la Bürgerrechtsbewegung36. En septembre 1989, Erich Mielke faisait état devant le Politbüro de 37 contacts répertoriés de sociaux-démocrates avec les Eglises Est-allemandes depuis août 198837. Mais le S.P.D. subit le reproche, en 1989/1990, d’avoir renforcé le pouvoir en place au détriment de l’opposition effective.

II. La période 1989-1990

  • 38 Engholm, cit. in Wuthe, op. cit., p. 1170, Eppler in Frankfurter Rundschau du 31 mai 1991, Grundwer (...)

28En 1991, Björn Engholm voyait dans l’unité allemande « la réalisation d’un vieux rêve et d’un grand objectif de la social-démocratie allemande », mais Eppler déplorait que le parti n’ait pas su « accepter la décision démocratique des Allemands de l’Est [...] de se débarrasser de leur Etat » tandis que la Grundwertekommission admettait que le S.P.D. n’avait pas « formulé de manière convaincante le devoir moral qui ressortait de l’unification de l’Allemagne »38, etc. La période 1989-1990 apparaissait comme une occasion manquée.

1. Hésitation

  • 39 Groh & Brandt, op. cit., p. 328.
  • 40 Cf. Richard R. Moeller, « The Ambivalence of the SPD and the End of its Ostpolitik » in German Poli (...)
  • 41 Cit. in Ash, op. cit., p. 482.
  • 42 Ibid p. 329.
  • 43 Le S.D.P. devint S.P.D. en janvier 1990. Même au plan organisationnel des différences existaient. P (...)

29Le S.P.D. tarda à prendre la mesure de l’évolution et à se libérer de l’équation « stabilité = paix » dont il avait fait un point de dogme. L’espoir que se réalise avec Gorbatchev la sécurité européenne qu’il avait appelée de ses vœux et la prudence que lui semblait imposer le contexte international l’incitèrent à refuser toute déstabilisation de l’autre Allemagne (et de l’Europe). Lorsqu’en juin 1989, Erhard Eppler s’interrogea sur « ce qui se passerait si le rideau de fer était percé par la rouille plus tôt que prévu »39, il ne fut guère entendu. Le S.P.D. voyait dans la dégradation de la situation de l’U.R.S.S. un danger pour la libéralisation et pour la paix, et non une chance à saisir. En outre, « Nous sommes le peuple » ou les propos de Martin Gutzeit, l’un des fondateurs de la social-démocratie à l’Est (« Tout ce que nous voulons, c’est que vous réclamiez pour nous les droits et les libertés dont vous disposez vous-mêmes ») n’incitaient pas à se détourner de l’option bi-étatique ni de l’appui à une rénovation du S.E.D. En septembre, Vogel prévenait que le Parteivorstand était hostile à la création d’un parti social-démocrate à l’Est40 et Walter Momper précisait : « La création de partis par de petits groupes ne peut pas faire bouger les choses »41. Le départ de Honecker marqua le début de l’évolution42 : fin octobre, le Parteirat demanda des élections libres en R.D.A. Mais le S.D.P. qui naquit à Schwante le 7 octobre fondait son programme sur la division de l’Allemagne et ne se concevait pas comme la branche orientale du S.P.D.43. Des contacts eurent lieu à la base (Bezirke), les directions n’inclinant pas à des relations au sommet avant la désillusion du 18 mars 1990.

  • 44 Manfred Uschner estime que cette décision empêcha le S.D.P. de conquérir une assise en R.D.A. Die O (...)
  • 45 Horst Teltschick, 329 Tage, op. cit., p. 177.
  • 46 Entre autres, Sozialdemokratischer Pressedienst du 29 mars 1990. Cf. infra.

30Ces élections furent douloureuses. Les territoires de l’Est passaient pour être une citadelle social-démocrate traditionnelle. Au vu des sondages, et après avoir refusé l’admission de ceux qui avaient appartenu au S.E.D.44, le S.P.D.-Est décida d’aller seul à la bataille, ce qui l’éloigna des forces émergentes. En dépit des applaudissements que recueillit Brandt (qui s’adressaient à l’ancien chancelier plus qu’à son parti), l’attitude générale du S.P.D.-Ouest, les réticences envers l’Est que lui prêtait l’électorat, la confusion répandue (et entretenue par la C.D.U.) entre « socialisme réel » et social-démocratie, l’incapacité à attirer les jeunes et les ouvriers, étaient des facteurs défavorables. La victoire de l’« Alliance pour l’Allemagne » fut un succès pour Kohl et un désaveu de l’option sociale-démocrate : les électeurs n’avaient pas seulement désigné une nouvelle Chambre du peuple, ils s’étaient prononcés pour l’unité allemande. Le chancelier le comprit, qui qualifia ce vote de « cadeau de Dieu »45 et approuva la constitution d’un gouvernement de coalition (sous Lothar de Maizière) incluant le S.P.D. pour lier le S.P.D.-Ouest, indispensable à toute modification constitutionnelle. Le 27 mars, le parti de Vogel se donnait Oskar Lafontaine pour candidat à la chancellerie. Il affirma que l’option européenne qu’il défendait n’était pas exclusive de l’unité, et que l’incitation adressée aux Allemands de l’Est à rester chez eux était l’expression d’un souci de justice sociale46.

  • 47 Küsters & Hofmann (éd.), Dokumente zur Deutschlandpolitik. Deutsche Einheit. Sonderedition aus den (...)
  • 48 Ibid., p. 202. Voir également, entre autres, documents 149, 167, etc., ibid.
  • 49 Ibid., document n° 387 C, pp. 1478 à 1479.

31N’ayant pu faire entendre son désir d’être associé au processus décisionnel, le parti social-démocrate tenta d’agir au plan des Länder. Il contribua à la demande de la Conférence des Ministerpräsidenten d’une consultation approfondie des régions, surtout après que l’élection de Gerhard Schröder lui eût donné, avec la majorité au Bundesrat, un poids politique accru. Document consensuel, mais portant la griffe du S.P.D., les « Points cardinaux des Länder pour une organisation confédérale dans une Allemagne unie »47 reflétaient une identité de vue entre tous les gouvernements régionaux autour de l’organisation d’une Allemagne unie en une confédération et du refus de l’Etat-nation traditionnel48. En des circonstances extraordinaires et sur des points précis (congédiement de ministres par de Maizière en août 1990), les Ministerpräsidenten sociaux-démocrates firent cavalier seul49.

2. Unité nationale ?

  • 50 Cit. in Klessmann, op. cit., p. 12.
  • 51 Kommentarübersicht (BPA) du 4 décembre 1989.
  • 52 Entre autres Hartmut Soell in Sozialdemokratischer Pressedienst du 5 décembre 1989 ; cf. le même : (...)

32Le S.P.D. se réclame d’une tradition nationale en se fondant sur ses liens avec les mouvements unitaires du XIXe siècle, sur les efforts de Lassalle en vue de lier émancipation et valeurs nationales, sur la défense de l’unité après la défaite de 1918, sur les positions de Schumacher après celle de 1945 ou encore sur l’affirmation dans le programme de Bad-Godesberg (1959) de l’impératif de l’unité. Parallèlement, depuis sa mise à l’écart de la communauté (Reichsfeinde etc.), il éprouve envers le nationalisme une méfiance endémique qui hypothèque parfois jusqu’à sa relation à la nation. À cela s’est ajouté dans les années 50 la prise en compte des préoccupations de l’étranger face au problème du seuil critique de l’Allemagne : en février 1959 les instances du parti constatèrent l’impossibilité de récupérer les territoires à l’Est de l’Oder-Neiße ; cette position ne fut rendue publique qu’en 1968, lorsque Brandt parla de « respect voire reconnaissance »50 de cette frontière ; Hans-Jochen Vogel la reprit en novembre 1989, appelant Bonn à la souplesse, « sinon nous récolterons une méfiance croissante de la part de nos voisins »51. Le refus d’une neutralisation de l’Allemagne confédérée participait de ce souci de ne pas susciter à l’étranger l’appréhension de voir resurgir la « politique de balance » passée entre l’Est et l’Ouest52. Après avoir tenté de préserver un sentiment d’appartenance à une même communauté, le S.P.D. oscilla ainsi entre aspiration nationale et méfiance envers le pangermanisme, et il réagit en ordre dispersé. Alors que Brandt appelait à s’engager, Lafontaine mettait en avant les difficultés.

A. La réalisation du rêve de l’unité allemande

  • 53 Deutscher Bundestag, 11. Wahlperiode, p. 11 636.
  • 54 Cit. in Uschner, op. cit., p. 154.

33Le 1er septembre 1989, Brandt affirmait que la « politique des petits pas » était arrivée à son terme53, qu’elle avait fait son office. Quand s’ouvrit le mur de Berlin, dont il avait dit en 1964 qu’il allait contre le cours de l’histoire54, il eut ce mot célèbre : « Désormais se rejoint ce qui est fait l’un pour l’autre », signifiant que ni la première, ni la seconde Ostpolitik n’avaient impliqué un renoncement à l’unité. Avec lui Klaus von Dohnanyi, Johannes Rau, Anke Fuchs, Björn Engholm ou Hans-Ulrich Klose se prononcèrent tôt pour que le parti fît siennes les aspirations unitaires.

a) Unité et non réunification

  • 55 Cf. Willy Albrecht, Kurt Schumacher. Reden – Schriften – Korrespondenzen, Berlin – Bonn 1985, pp. 4 (...)
  • 56 Cf. Hans-Peter Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik. Deutschland im Widerstreit der außenpolitisch (...)
  • 57 Süddeutsche Zeitung du 16 avril 1979 pour Wehner, du 22 pour Brandt.
  • 58 14 septembre 1988 : « Vollends durch den kalten Krieg und seine Nachwirkungen gefördert wurde die H (...)
  • 59 Westfälische Rundschau du 29 novembre 1989.
  • 60 Sic. Brandt, Sozialdemokratischer Pressedienst du 22 juin 1990.
  • 61 Cit. in Horst Ehmke, Mittendrin. Von der Großen Koalition zur deutschen Einheit, Berlin 1994, p. 40 (...)

34Schumacher avait d’abord demandé l’unité allemande, mais il avait bientôt admis, face aux dissensions entre Alliés et à la question des frontières, que son exigence devait être celle d’une réunification. Il avait alors défendu la « théorie de l’aimant »55 – thèse acceptée par les autres partis56. En 1979, Brandt relativisa ouvertement la « réunification » en dénonçant l’illusion que véhiculait le préfixe « ré » de retrouver une situation passée dans un monde qui avait changé, et Wehner qualifiait le concept de « question allemande » de « tromperie »57. Dans son « état de la nation », Helmut Schmidt précisait le 17 mai que l’unité ne signifiait le rétablissement ni de conditions ni de conceptions révolues. Ces propos ne marquaient ni un renoncement à une seule Allemagne ni une négation de la théorie de la continuation, mais l’abandon du Reich bismarckien comme référence absolue. En 1984, Brandt parla de la « fiction de la question allemande » et en 1988, il franchit une nouvelle étape en dénonçant le « mensonge vital » de la réunification58. En 1989/1990, cette position fut maintenue. Björn Engholm déclarait le 28 novembre 1989 : « Personne ne veut d’un Quatrième Reich qui prolongerait les précédents. Nous voulons quelque chose de neuf »59. C’est pourquoi on parla volontiers de néo-unification, de « réunification de parties [de l’Allemagne] qui n’ont jamais été liées sous cette forme » (Brandt, Kölner Stadt-Anzeiger du 19 décembre) ou on précisa que « l’Etat fédéral allemand croît quantitativement mais, du point de vue qualitatif, il ne change pas de <caractère> »60. L’évolution de « nous sommes le peuple » vers « nous sommes un peuple » traduisait et légitimait le sentiment d’appartenance commune que l’Ostpolitik avait visé à entretenir et à laquelle il convenait de répondre en réalisant, selon la formule de Brandt, « l’unité dans toute la mesure du possible »61.

b) Le respect démocratique de la volonté populaire

  • 62 Cf. Roth, op. cit., p. 168.
  • 63 Interview Stern du 7 décembre 1989.
  • 64 Cf. entre autres Karsten D. Voigt in Parlamentarisch-Politischer Pressedienst du 1er février 1990.
  • 65 Kommentarübersicht (BPA) du 4 décembre 1989.

35Les partisans de l’unité firent également valoir que, défenseur depuis des décennies du droit de tous les Allemands à l’autodétermination, le S.P.D. se devait de prendre en compte la légitimité de l’aspiration unitaire d’un mouvement populaire et démocratique. Dans Der Spiegel du 28 mai 1990, Dohnanyi rappelait à son propre parti que l’article 23 de la Loi fondamentale donnait aux Allemands de l’Est les moyens de l’unité. Loin de chercher à nourrir le sentiment national, certains espéraient, en prenant en compte l’aspiration populaire, parvenir à la canaliser. Au congrès de Berlin, le S.P.D. opta pour le triptyque communauté contractuelle – confédération – unité confédérale dans le cadre de la C.S.C.E. : vingt ans après la polémique suscitée par Wehner qui avait dit que la solution confédérale proposée par Ulbricht pourrait redevenir d’actualité62, après s’en être tenu, dans l’opposition, à la coexistence de deux Etats allemands dans une Europe pacifique, le parti se ralliait ainsi à « une construction issue de deux Etats d’abord indépendants mais liés l’un à l’autre de manière particulière »63. La confédération apparaissait comme un moyen de dépasser la division sans création d’un nouveau Reich ni annexion d’une Allemagne par l’autre. Elle permettait de préserver les projets de sécurité qui consistaient à s’appuyer sur l’O.T.A.N. et sur le Pacte de Varsovie pour les dépasser et créer un nouvel ordre européen de sécurité64. Vogel résumait : « Les deux processus d’unification doivent être menés à terme ensemble »65.

B. Oskar Lafontaine et la voie postnationale

  • 66 Cit. in Ash, p. 467.

36Le S.P.D. se targue d’être le parti de tradition européenne la plus ancienne depuis que son congrès de Heidelberg (1925) s’était prononcé pour des « Etats-Unis d’Europe », mais ses réticences face à la construction européenne telle que la réalisa Adenauer firent que la C.D.U. obtint le label de « parti européen ». Au début de 1989, Hans-Jochen Vogel, qui n’avait jamais renoncé à l’unité allemande, tenait encore pour réaliste la priorité de la construction européenne sur l’unité nationale allemande, dans la ligne de la « lettre sur l’unité allemande » (1972 – parvenir à un « état de la paix en Europe dans lequel le peuple allemand retrouve son unité par libre autodétermination ») et du programme de Cologne (1987) qui octroyait à l’Europe le rôle de « second pilier fort du pont atlantique »66.

  • 67 Oskar Lafontaine, Deutsche Wahrheiten. Die nationale und die soziale Frage, Hambourg 1990, pp. 181 (...)
  • 68 Cit. in Jacques-Pierre Gougeon, La social-démocratie allemande 1830-1996. De la révolution au réfor (...)
  • 69 Parlamentarisch-Politischer Pressedienst du 19 décembre 1989.

37Contrairement à Brandt ou Bahr, qui pensaient en catégories nationales, Oskar Lafontaine ne croyait pas en l’avenir de l’Etat-nation qu’il jugeait historiquement pernicieux et inadéquat au présent67. Il raisonnait plutôt en termes postnationaux et interétatiques, l’unité allemande devait être sociale avant que d’être nationale ; la tradition fédéraliste de l’Allemagne devrait, par le biais d’une confédération, permettre de jeter « les bases d’une future confédération européenne »68. Il plaça sa campagne sous le signe du refus de la « vague nationale » et de l’affirmation de la justice sociale et de la solidarité, soutenu entre autres par Günter Grass qui estimait que la conscience nationale était « laminée par un nationalisme diffus »69 ; à la rhétorique unitaire, il préféra une démarche qui visait, par une corrélation entre unité allemande et européenne, à faire de l’une le moteur et le garant de l’autre. Ce discours international avait également pour objet de rassurer l’étranger. Il contribua probablement à accréditer l’idée d’une relation nouvelle des Allemands à leur nation. Mais à l’intérieur, la présentation parfois simplificatrice qu’en faisait la presse accentua le sentiment que le S.P.D. et son candidat étaient hostiles à l’unité – sentiment que ses cris de Cassandre sur le coût l’unité et le rappel des conversations passées avec le S.E.D. semblaient confirmer.

C. « Aider la R.D.A. à s’aider elle-même »70

  • 70 Sozialdemokratischer Pressedienst du 29 mars 1990.
  • 71 Oskar Lafontaine, in Der Spiegel du 28 mai 1990.
  • 72 Cf. Küsters & Hofmann, op. cit., doc. 237, p. 993.
  • 73 Björn Engholm in Westfälische Rundschau du 29 novembre 1989.
  • 74 Parlamentarisch-Politischer Pressedienst du 28 novembre 1989.
  • 75 Cf. entre autres Oskar Lafontaine, Kommentarübersicht (BPA) du 28 mars 1990.
  • 76 Cf. Küsters & Hofmann, op. cit., p. 207 ; voir également le document n° 387C, pp. 1478-1479, « Erkl (...)

38La solidarité financière s’imposa comme une nécessité et comme une forme primordiale de cohésion allemande : « Il est des gens pour qui le terme d’unité ne désigne que l’unité étatique. Pour les sociaux-démocrates, cela signifie aussi la mise en place de conditions de vie homogènes »71. Or, l’exode de l’été 1989 suscita au S.P.D. la crainte d’une hémorragie des compétences à l’Est doublé d’un déséquilibre social à l’Ouest. L’opposition demanda que soit mis un terme à l’assistance aux réfugiés de R.D.A. ainsi qu’à toute incitation à l’entrée en R.F.A.72 Une aide immédiate devait permettre à l’Est de dépasser son déficit de productivité, favoriser l’installation d’entreprises et l’arrivée de capitaux, faciliter les transferts de technologie et la formation, bref, soutenir une croissance rapide du niveau de vie lui permettant de vivre « dans un délai de trois à cinq ans, un miracle économique qui n’aurait rien à envier à celui que nous avons connu dans les années d’après-Guerre »73. Ces mesures, fondées sur la pérennité de deux entités allemandes liées l’une à l’autre, n’étaient pas une oeuvre de charité mais un investissement économique et politique, elles ne devaient pas être assorties de conditions. Wolfgang Roth rappelait que, l’objectif étant de permettre à la R.D.A. d’aller vers une organisation libérale de son économie, le libéralisme ne devait pas constituer un préalable74. L’appui financier était un moyen de favoriser les progrès de la démocratie en R.D.A., le concours fédéral au redressement devait donc se faire dans le respect des intérêts et de la dignité des Allemands de l’Est : le refus du paternalisme Ouest-allemand était un thème récurrent, les exigences en matière de salaires, d’investissements etc. devaient participer d’un souci de « justice sociale pour tous »75. Les efforts des Ministerpräsidenten sociaux-démocrates lors de la première phase des négociations interallemandes sur un traité d’unité, en juillet 1990, pour que soient prises en considération, outre les questions constitutionnelles ou budgétaires, les problèmes sociaux, écologiques ou culturels76, allaient dans cette direction. Les Länder s’efforcèrent cependant de laisser à Bonn l’essentiel de la charge des financements à l’Est.

  • 77 In Der Spiegel du 26 mai 1990.
  • 78 Werner Abelshauser, « La <querelle des historiens économistes> et l’unification de l’Allemagne », in (...)
  • 79 Cf. « Erklärung der Regierungschefs des SPD-geführten Länder », op. cit., p. 1478.
  • 80 Norbert Wieczorek, Parlamentarisch-Politischer Pressedient du 27 juillet 1990.
  • 81 En 1935, la Sarre avait été intégrée immédiatement dans l’économie du Reich, ce qui avait eu des co (...)
  • 82 Cf. Ehmke, op. cit., p. 420.

39Klaus von Dohnanyi refusait que l’on attribuât à Helmut Kohl la responsabilité de dépenses qui « résult[ai]ent de quarante années de politique SED »77, mais son parti reprochait au gouvernement de mettre en oeuvre une réponse inadéquate. Pour lui, l’option unitaire de l’exécutif devait par elle-même accentuer les inégalités, et les solutions libérales auxquelles avait recours la coalition C.D.U.-F.D.P., qui procédaient d’une sous-estimation des coûts et d’une clarification insuffisante des problèmes (questions de la propriété ou de la dette, par exemple), ne pouvaient qu’accroître ce phénomène. Elles étaient perçues comme la reprise anachronique des méthodes qui avaient présidé au « miracle économique », alors que l’inadaptation flagrante de la R.D.A. à un contexte international différent et l’obligation de transformer les structures de production imposaient plus que la mise en pratique des lois de l’économie de marché. Contrairement à Kohl, qui escomptait d’importants investissements occidentaux, le S.P.D. avait largement fait siennes les critiques de l’économie sociale de marché des années 70 et il craignait qu’en l’absence des conditions très favorables des années 50 le « second miracle économique » n’introduise surtout en R.D.A. les inconvénients du libéralisme78. La puissance publique, de l’Etat à la commune79, devait intervenir davantage, entre autres dans les domaines dans lesquels on ne pouvait attendre une réponse suffisante du secteur privé – « afin que la crise économique ne se mue pas en catastrophe économique »80. Mais alors que le groupe parlementaire évoluait rapidement de l’exigence d’un taux fixe de convertibilité vers la demande de création d’un espace monétaire commun cogéré par la Bundesbank et la Banque centrale Est-allemande (une fois celle-ci adaptée aux conditions de l’économie de marché), Lafontaine, instruit par le précédent sarrois81 désireux de protéger l’économie de la R.D.A. et de préserver ses débouchés en Europe centrale et orientale, souhaitait l’intégration du processus monétaire allemand au processus d’union monétaire européen et une période transitoire pendant laquelle une monnaie-relais (au taux de 1 :5) devait permettre l’adaptation économique de la R.D.A.82. Mais le mirage du D.M., qui devait transformer nuitamment les « Trabant » en « Mercedes », fit que cet argument ne trouva pas d’écho. Le débat se compliquait d’une querelle interne de principe : la tendance patriotique déclarait que

  • 83 Willy Brandt, in Sozialdemokratischer Pressedienst du 22 juin 1990.

« La disposition à s’entendre ne doit pas s’effacer derrière la disposition à transférer notre bon D.Mark. Quel qu’en soit le nombre, les milliards ne suffiront pas à faire de deux parties séparées une nation »83,

  • 84 Cf. Der Spiegel du 26 mars 1990.

40et reprochait à Lafontaine de sacrifier le sentiment national, d’avoir des événements une approche trop rationnelle, trop terre à terre, dont l’effet était, selon Eppler, de faire de lui l’incarnation des angoisses des Allemands et non le porteur de leurs espoirs84.

3. La critique de l’action gouvernementale

Helmut Kohl, Hans-Jochen Vogel et Oskar Lafontaine in Der Spiegel du 11 juin 1990 (repris de la Osnabrücker Zeitung). Son prénom, le rôle de trublion qu’il n’hésitait pas à jouer ainsi que le soutien que lui apporta Günter Grass valurent à Lafontaine, dans une partie de la presse, le surnom de « Trommler » par référence au héros du Tambour. Ici : allusion à son hostilité au traité d’Etat qu’une partie du S.P.D. approuvait.

  • 85 Kommentarübersicht (BPA), 27 février 1990. Kohl et Bush s’étaient accordés sur une proposition de s (...)
  • 86 Cf. Grundwertekommission, document daté de mai 1991.
  • 87 Küsters & Hofmann, op. cit., p. 130. Ajoutons que l’article 23 permettait une procédure plus rapide

41La critique ne fut pas systématique. Le S.P.D. approuva sans réserve le Traité 2+4. Mais les points de discorde ne manquaient pas. Alors que George Bush et Helmut Kohl estimaient que l’Allemagne unifiée devait devenir membre de l’O.T.A.N., Karsten Voigt demandait qu’il soit précisé que cette appartenance ne durerait que jusqu’à la mise en place d’un nouvel ordre européen de sécurité.85 D’une manière générale, l’attitude du chancelier suscitait la crainte d’une action personnelle dictée par des préoccupations électoralistes et idéologiques86. La méfiance était réciproque : le 12 mars, Kohl justifiait son choix de l’article 23 de la Loi fondamentale pour réaliser l’unité par la possibilité qu’offrait l’article 146 à l’opposition d’introduire des éléments socialistes dans la constitution87 ; l’exigence sociale-démocrate de l’approbation par le peuple allemand tout entier d’une nouvelle constitution visait entre autres à ne pas abandonner à la coalition la maîtrise exclusive du jeu. Le rythme des événements (la « fuite en avant » du chancelier) lui paraissait aussi de nature à déstabiliser l’Allemagne et il s’alarmait des tendances pangermaniques qu’il discernait.

A. Les « dix points »

  • 88 Kommentarübersicht (BPA) du 30 novembre 1989.
  • 89 Le S.P.D. avait connaissance des difficultés intérieures de Gorbatchev par les médias, par Brandt q (...)

42Lorsque Helmut Kohl devança le S.P.D. sur le terrain de l’unité en présentant au Bundestag son programme en dix points pour la « réunification » de l’Allemagne, Karsten Voigt, prenant notamment en considération le lien qu’établissait le chancelier entre évolution allemande et européenne, manifesta son approbation en séance. Il y eut un flottement au S.P.D. : les uns (Karsten Voigt, Horst Ehmke) affirmèrent que le gouvernement s’était rallié aux conceptions sociales-démocrates et à leur tradition unitaire88, tandis que d’autres soulignaient l’insuffisante consultation des Alliés, voire du F.D.P. ; l’absence d’engagement clair à aider Gorbatchev89 et à respecter la volonté des Allemands de l’Est, ainsi que le flou sur la sécurité et le silence sur la frontière Oder-Neiße (Oskar Lafontaine, Hans-Jürgen Wischnewski) furent les autres sujets d’une critique qui s’amplifia sous l’influence de l’aile gauche du parti.

B. Le traité d’État d’union monétaire

  • 90 « Erklärung des Parteivorstandes der SPD », in Presseservice der SPD, 21 mai 1990.

43En mai 1990, ceux qui étaient favorables au Traité d’État sur l’union monétaire, économique et sociale (Brandt, Vogel, Dohnanyi, la vice-présidente du Bundestag Annemarie Renger, Hans-Jürgen Wischnewski, Johannes Rau, mais aussi des Enkel, Walter Momper ou Wolfgang Roth), considéraient que l’importance du texte – à la négociation duquel avaient contribué des sociaux-démocrates de l’Est – imposait que l’on passât outre ses faiblesses. Mais, contre l’avis de Vogel, Lafontaine (soutenu par Andreas von Bülow ou par Heidemarie Wieczorek-Zeul) demanda d’abord, en s’appuyant sur la position de prudence de la Bundesbank, que le parti le rejette, par crainte qu’il ne provoque en R.D.A. un effondrement économique et un nouvel exode massif. Le projet était toutefois de repousser le texte au Bundestag pour marquer sa désapprobation, mais de ne pas s’y opposer au Bundesrat (où l’élection de Schröder en Basse-Saxe venait de donner la majorité au S.P.D.) afin que le S.P.D. n’endossât pas la responsabilité de l’échec. Le parti refusa de le suivre. Le Parteivorstand s’accorda le 21 mai sur une approbation critique soumise à conditions : transition humaine vers l’économie de marché en R.D.A., protection de l’environnement, sécurité et consultation des partis déterminants des deux Allemagnes90. Le 29, eu égard aux risques qu’impliquaient les transformations prévues à l’Est, il demanda en outre l’addition d’une clause de révision. Le 21 juin 1990 le Bundestag approuvait l’union monétaire ; le 22 le Bundesrat donnait quitus au premier traité interallemand ; ne manquaient que les voix de la Sarre et de la Basse-Saxe.

C. La sanction électorale

44Anticipée par le vote du 18 mars, la sanction du 2 décembre fut sans appel : C.D.U. et F.D.P., qui apparaissaient comme les artisans de l’unité, recueillirent 55 % des suffrages, le S.P.D. 30 %. Ces élections avaient été précédées d’une campagne à dominante économique : depuis l’entrée en vigueur du Traité d’unification, le 3 octobre, le débat politique de principe était obsolète. Elles mettaient fin à une campagne pendant laquelle Lafontaine s’était heurté principalement à deux obstacles autour de son argument majeur du coût de l’unité :

  1. le rythme auquel le gouvernement avait réalisé l’unité et les mesures par lesquelles il avait pallié les retombées économiques et fiscales en attendant les élections avaient fait que, l’électorat voyant se réaliser l’unité qu’il souhaitait sans les inconvénients qu’il redoutait, avait perçu les mises en garde du candidat social-démocrate sur le caractère fallacieux des promesses chrétiennes-démocrates comme dénuées de fondement et purement tactiques ;

    • 91 Cf. opus, divergences sur l’introduction du D.M. à l’Est ; cf. Ehmke, op. cit., p. 425 – lequel mon (...)

    il n’avait pas obtenu la solidarité qu’il avait demandée ; pendant sa convalescence, le groupe parlementaire avait collaboré à la préparation du Traité d’Etat91 et il devait mesurer son soutien à son candidat, tandis que le rêve du D.M. éloignait les Allemands de l’Est de la transition monétaire qu’il proposait ; plus généralement, l’écho rencontré par Brandt et l’aile nationale du parti depuis l’automne 1989 jetait un doute sur l’homogénéité de son parti et sur sa propre représentativité. Par contraste avec ceux qui paraissaient répondre au besoin de reconnaissance de l’Est et aux aspirations unitaires allemandes, Lafontaine semblait vouloir les tenir à distance.

45En outre, son parti avait sous-estimé Kohl, sa promptitude et surtout son entourage. Erhard Eppler dira plus tard, traduisant à l’emporte-pièce l’aigreur de nombre de ses amis :

  • 92 Der Spiegel du 26 mars 1990.

« L’histoire a mis entre les mains d’un imbécile du nom de Kohl une chose qui aurait rendu invincibles de vrais chanceliers tels que Willy Brandt ou Helmut Schmidt »92.

46En tardant lui-même à mesurer l’ampleur du mouvement à l’Est et la légitimité que celui-ci conférait à l’action du gouvernement, en sous-estimant les concessions que Moscou était susceptible de faire, en mettant en garde contre le coût de l’unification et en exprimant trop rarement sa volonté unitaire, le S.P.D. avait suscité une impression d’hostilité au processus et il s’était exposé, en R.D.A. au reproche de « patriotisme du confort » – ce qui y avait entamé sa légitimité sans compensation à l’Ouest. Son argument du « mensonge fiscal » du gouvernement aurait probablement eu plus de poids si le parti n’avait partiellement porté à faux par rapport à l’opinion. Il devait en aller ainsi de la quasi-totalité des points sur lesquels les années suivantes confirmèrent son analyse.

47Pourtant, en vertu de sa tradition nationale, de Schumacher à Schmidt, le S.P.D. estimait avoir, plus que son adversaire chrétien-démocrate, oeuvré en faveur de l’unité. Au milieu des années cinquante déjà, alors qu’Ollenhauer, Heine ou Mommer luttaient pour rendre la Sarre à l’Allemagne, les événements avaient fait d’Adenauer l’homme de la « première réunification ». Alors que Schumacher s’était prononcé très tôt pour une Europe unie, la C.D.U. était devenue l’artisan de la construction européenne. Alors que Brandt avait engagé l’Allemagne dans la voie de l’unité, celle-ci se réalisait sous un gouvernement dont les sociaux-démocrates étaient exclus – sous une forme qui les désignait comme des adversaires de l’unité. Brandt déplora le caractère terre à terre de l’action du gouvernement :

  • 93 Sozialdemokratischer Pressedienst du 22 juin 1990.

« Ce n’était vraiment pas l’expression d’une grande sagesse politique que de réagir presque exclusivement aux attentes matérielles et de sous-estimer ce qui aurait pu signifier une réelle prise en compte des sentiments de nos concitoyens de R.D.A. [...] Cette phase de l’unification ne semble guère pétrie de dimension spirituelle. Il y est surtout question d’esprit à propos du monopole des bouilleurs de cru, et la notion de culture n’apparaît que dans l’acception d’agriculture »93,

48De telles doléances et la confirmation a posteriori de nombre de ses griefs furent une piètre consolation.

Conclusion

49Dans les années 80, l’approche social-démocrate de la question de l’unité allemande, la dimension nationale, connut un recul en faveur d’objectifs de sécurité. Fondé sur l’idée de la pérennité de deux Allemagnes, le dialogue avec le S.E.D. prolongeait la thèse du rapprochement en vue du changement. Il aspirait à provoquer une évolution du pouvoir Est-allemand et à donner à la R.F.A. et à la R.D.A. un rôle exemplaire dans la mise en place d’un ordre européen pacifique. Mais les impératifs de ce dialogue éloignèrent le S.P.D. de l’opposition qui se constituait à l’Est.

50Lorsque le changement s’amorça, le parti social-démocrate tarda à évoluer, laissant à Kohl l’initiative et l’image unitaires. Trois éléments faisaient obstacle : l’évolution de l’Europe de l’Est qui entretint l’espoir d’une évolution en République démocratique, la crainte des effets de l’évolution allemande sur l’étranger et les divisions internes qui opposèrent partisans d’une approche nationale du problème – et qui souhaitaient que l’on fît le plus vite possible le plus d’unité possible – à ceux qui, pensant plutôt en termes postnationaux, accordaient la priorité à la solidarité sociale et à la dimension européenne.

51L’action du gouvernement suscitait une triple inquiétude dans l’opposition : la peur que le chancelier ne sacrifiât à des considérations électoralistes, la crainte des effets d’un rythme trop soutenu dans lequel on discernait des relents pangermaniques, l’appréhension d’un réveil brutal après les propos enjoliveurs de Helmut Kohl. À cela le S.P.D. opposait une autre approche de l’adaptation de la R.D.A. : mettre un terme aux départs massifs, catastrophiques pour les deux terres allemandes ; procéder non pas selon des critères libéraux, mais soutenir les immenses transformations nécessaires par des financements publics ; respecter les Allemands de l’Est et leur dignité en évitant toute condescendance. Mais, là encore, le S.P.D. se montrait désuni – au point que le groupe parlementaire agit majoritairement contre son candidat à la chancellerie dans la question monétaire.

52Les divergences ne contribuaient pas à dissiper les malentendus. Le dialogue passé avec le S.E.D., les mises en garde contre le coût des mesures gouvernementales, les propos pragmatiques quand l’opinion demandait à rêver entamèrent le crédit du S.P.D. et le firent apparaître comme un parti opportuniste et hostile à l’unité nationale. On ne l’entendit pas. Rétrospectivement, Eppler semble avoir assez bien résumé le problème social-démocrate durant l’année 1989/1990 lorsqu’il affirma (à propos d’Oskar Lafontaine) qu’il

  • 94 Cit. in Wuthe, op. cit., p. 1177.

« avait dit bien des choses vraies concernant le coût et les difficultés de l’unité. [...] il n’y a qu’une chose qu’il n’a pas dite : ‘Vous, les Allemands de l’autre côté, vous êtes les bienvenus’ »94.

53Ce n’était pas un mince paradoxe que le S.P.D., qui n’avait cessé de se battre pour l’amélioration des conditions de vie à l’Est et qui avait fondé son action depuis 1945 – de manière plus ou moins apparente – sur la « théorie de l’aimant », ait manqué le coche au moment où se réalisait, par l’effet d’attraction de l’Ouest, l’espoir longtemps caressé de l’unité allemande.

Lothar de Maizière, Oskar Lafontaine (qui vient d’affirmer dans Der Spiegel que le traité d’Etat et l’introduction du DM, le 2 juillet, en R.D.A., constituent « une décision éminemment fausse » dont il ne veut pas assumer la responsabilité), Helmut Kohl. In Le Monde du 30 mai 1990.

Tensions et incertitudes à la direction du parti – Oskar Lafontaine / Hans Jochen Vogel in Der Spiegel du 2 juillet 1990 (allusion à la caricature que publiait le journal satirique londonien Punch lors du départ de Bismarck en 1890). La marguerite qu’effeuille le Ministerpräsident sarrois apparaît dans de nombreux dessins pour symboliser le caractère versatile et imprévisible que d’aucuns prêtent à son engagement. Notons que ce même dessin de Punch, très célèbre en Allemagne, avait inspiré ceux qui, en 1982, après le congrès de Munich et le lâchage de Schmidt par son parti, avaient affirmé que le bateau avait quitté son pilote.

En empruntant cette caricature à la Tageszeitung de Munich, Der Spiegel du 29 mai 1990 traduisait non seulement les divergences de vues Vogel – Lafontaine sur l’approbation du traité d’Etat par le groupe parlementaire social-démocrate, mais également, fondée sur ses mises en garde contre la précipitation du gouvernement, l’image du candidat à la chancellerie d’un parti volontiers protestataire cherchant vainement à

Notes

1 Entre autres Der Spiegel du 26 mars 1990.

2 Le lecteur pourra également se reporter aux articles de Jacques-Pierre Gougeon, « Le SPD face à l’unification : tergiversations et engagement » et, plus ponctuellement aux contributions de Jacques Poumet, de Jean Mortier ou encore de Jean-François Tournadre, textes réunis par Jérôme Vaillant, Allemagne d’Aujourd’hui n° 146 (dont l’auteur n’a toutefois pas connaissance à l’heure où il écrit ces lignes).

3 Cf. Peter Brandt in Kurt Schumacher und der « Neubau » der Deutschen Sozialdemokratie nach 1945, Bonn 1996, pp. 35 sq.

4 Cf. Detlef Lehnert, Sozialdemokratie zwischen Protestbewegung und Regierungspartei, Francfort/M. 1983, p. 135.

5 Cit. in Hélène Miard-Delacroix, « Une seule Allemagne ? », in Gilbert Krebs & Gérard Schneilin, L’Allemagne 1945-1955, Asnières 1996, p. 211 ; en 1954, Arndt estimait déjà : « C’est le peuple qui perpétue l’État et non l’État qui perpétue le peuple ».

6 En répondant à l’appel à l’aide de Brandt, Kennedy l’avait invité à prendre des initiatives et à renoncer à des exigences irréalisables. À Berlin, le président américain estima, le 26 juin 1963, qu’il convenait « de faire ce que nous pouvons faire pour susciter des allègements et pour entretenir par autant de contacts que possible, par autant d’échanges commerciaux que le permet la sécurité de l’Occident, l’espoir de ceux qui vivent au-delà du mur ». Cf. Jens Hacker, « Die deutsche Frage aus der Sicht der SPD », in Dieter Blumenwitz & Gottfried Zieger (éd.), Die deutsche Frage im Spiegel der Parteien, Bonn 1989, p. 54. A Tutzing, Bahr fit référence à Washington qui n’aspirait pas à mettre fin à l’influence communiste, mais à la transformer (Deutschland-Archiv, Jg. 6/1973, p. 862).

7 Archiv der Gegenwart 1963, pp. 10700-10701.

8 Verhandlungen des Deutschen Bundestages, 3. Wahlperiode, Stenogr. Berichte, pp. 7056 sq.

9 Willy Brandt, cit in Jens Hacker, op. cit., p. 56.

10 Ibid., p. 58.

11 Willy Brandt, Bericht zur Lage der Nation, 23 mars 1972, cit in Florian Roth, Die Idee der Nation im politischen Diskurs. Die Bundesrepublik Deutschland zwischen Ostpolitik und Wiedervereinigung, Baden-Baden 1995, p. 98.

12 Cit. in Christoph Klessmann, « Die Deutschlandpolitik der SPD », in S.P.D. (éd.), Materialien. Die deutsche Teilung und ihre Überwindung, Bonn, non daté.

13 Op. cit.

14 Willy Brandt, Deutscher Bundestag, 21 janvier 1971, cit. ibid. p. 97. Carlo Schmid avait déjà défini la nation comme un acte volontaire : « Nation ist ein Produkt des Willens und nicht nur der gleichen Sprache, nicht einmal nur ein Produkt des Wissens um gleiche geschichtliche Herkunft von alters her » (cit. ibid. p. 101).

15 On oublie trop souvent que le terrain avait été préparé, dans les années 60, par des articles de Golo Mann (Die Zeit du 18 août 1961), de Marion Gräfin Dönhoff (Die Zeit du 18 août 1962), de Rudolf Augstein (Der Spiegel du 15 août 1962), etc.

16 « über ein geregeltes Nebeneinander zu einem Miteinander » selon la formule de Klaus Schütz.

17 Neue Gesellschaft, septembre/octobre 1969, p. 505.

18 Cit. in Pierre Guillen, La question allemande 1945 à nos jours, pp. 93-94.

19 Cf. entre autres Raymond Poidevin, Histoire de l’Allemagne, Paris 1992, pp. 359 sq.

20 Timothy Garton Ash, Im Namen Europas. Deutschland und der geteilte Kontinent, Munich / Vienne 1993, p. 490.

21 Cit. in Wilfried von Bredow, contribution sans titre, in Dieter Dowe (éd.), Die Ost- und Deutschlandpolitik der SPD in der Opposition (1982-1989), Bonn 1993, p. 108.

22 Cf. Dieter Groh & Peter Brandt, « Vaterlandslose Gesellen ». Sozialdemokratie und Nation 1860-1990, Munich 1992, p. 324.

23 Cf. Ash, op. cit., p. 465. « La paix n’est pas tout, mais sans la paix tout n’est rien » allait dans le même sens.

24 Cf. entre autres Gerhard Wuthe, « Einheit und Nation. Traum oder Trauma der Sozialdemokratie ? », in Deutschland Archiv 24,3, 1991, pp. 1176 sq.

25 Cit. Egon Bahr, in Dieter Dowe (éd.), op. cit., p. 34.

26 Horst Ehmke, « Deutsche ‘Identität’ und unpolitische Tradition », in Neue Gesellschaft / Frankfurter Hefte 35, pp. 339-366.

27 Cf. Thomas Meyer, « Zur sozialdemokratischen Deutschland- und Ostpolitik seit Mitte der 70er Jahre », in SPD (éd.), Materialien, op. cit., p. 25.

28 Cf. Jens Hacker, op. cit., p. 61.

29 Cit. in Ash, op. cit. (NBP), p. 498.

30 Cit. in Ash, op. cit., p. 473.

31 Cit. in Groh & Brandt, op. cit., p. 312.

32 Texte élaboré par la Grundwertekommission sociale-démocrate et par l’Akademie für Gesellschaftswissenschaften pour le S.E.D. « Der Streit der Ideologien und die gemeinsame Sicherheit », appelé également Streitpapier ou Streitkulturpapier. Extraits notamment dans Dieter Grosser, Stephan Bierling et Beate Neuß (éd.), Deutsche Geschichte in Quellen und Darstellung. vol. 11, « Bundesrepublik und D.D.R. 1969-1990 », Stuttgart 1996, pp. 291-294. Pour l’interprétation du texte, cf. Mortier, op. cit. (NBP 1) ou Klaus-Jürgen Müller, dans le présent ouvrage, NBP 20.

33 Cf. Henning Voscherau, in Die Welt du 28 novembre 1989.

34 Thomas Meyer, op. cit., p. 26.

35 Op. cit., p. 498.

36 Dowe (éd.), op. cit., p. 180.

37 Ash, op. cit., p. 484.

38 Engholm, cit. in Wuthe, op. cit., p. 1170, Eppler in Frankfurter Rundschau du 31 mai 1991, Grundwertekommission in Wuthe, p. 1171.

39 Groh & Brandt, op. cit., p. 328.

40 Cf. Richard R. Moeller, « The Ambivalence of the SPD and the End of its Ostpolitik » in German Politics, avril 1996.

41 Cit. in Ash, op. cit., p. 482.

42 Ibid p. 329.

43 Le S.D.P. devint S.P.D. en janvier 1990. Même au plan organisationnel des différences existaient. Par réaction contre le centralisme du S.E.D., le S.D.P. favorisa une démocratie à la base ; il limita les unités de base à vingt personnes, à leur tête un porte-parole (Sprecher) et non un président (Vorsitzender), marquant que l’initiative revenait aux militants. Voir Peter Wardin, « Der gesamtdeutsche Zusammenschluß der SPD », in Franz Löber, Josef Schmidt & Heinrich Thiemann, Wiedervereinigung als Organisationsproblem, Bochum 1992, pp. 60 sq.

44 Manfred Uschner estime que cette décision empêcha le S.D.P. de conquérir une assise en R.D.A. Die Ostpolitik der SPD. Sieg und Niederlage einer Strategie, Berlin 1991, pp. 158 sq.

45 Horst Teltschick, 329 Tage, op. cit., p. 177.

46 Entre autres, Sozialdemokratischer Pressedienst du 29 mars 1990. Cf. infra.

47 Küsters & Hofmann (éd.), Dokumente zur Deutschlandpolitik. Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzleramtes 1989/90, Munich 1998, documents n° 342 (p. 1304) et 342A, pp. 1305 à 1307.

48 Ibid., p. 202. Voir également, entre autres, documents 149, 167, etc., ibid.

49 Ibid., document n° 387 C, pp. 1478 à 1479.

50 Cit. in Klessmann, op. cit., p. 12.

51 Kommentarübersicht (BPA) du 4 décembre 1989.

52 Entre autres Hartmut Soell in Sozialdemokratischer Pressedienst du 5 décembre 1989 ; cf. le même : « Was machen die Deutschen, wenn sie nirgendwo eingebunden sind ? », ibid., 12 décembre.

53 Deutscher Bundestag, 11. Wahlperiode, p. 11 636.

54 Cit. in Uschner, op. cit., p. 154.

55 Cf. Willy Albrecht, Kurt Schumacher. Reden – Schriften – Korrespondenzen, Berlin – Bonn 1985, pp. 491 sq., 622 sq., etc.

56 Cf. Hans-Peter Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik. Deutschland im Widerstreit der außenpolitischen Konzeptionen in den Jahren der Besatzungsherrschaft 1945-1949, p. 301.

57 Süddeutsche Zeitung du 16 avril 1979 pour Wehner, du 22 pour Brandt.

58 14 septembre 1988 : « Vollends durch den kalten Krieg und seine Nachwirkungen gefördert wurde die Hoffnung auf Wiedervereinigung gerade zur Lebenslüge der zweiten deutschen Republik [...] » ; cit. Roth, p. 104.

59 Westfälische Rundschau du 29 novembre 1989.

60 Sic. Brandt, Sozialdemokratischer Pressedienst du 22 juin 1990.

61 Cit. in Horst Ehmke, Mittendrin. Von der Großen Koalition zur deutschen Einheit, Berlin 1994, p. 403.

62 Cf. Roth, op. cit., p. 168.

63 Interview Stern du 7 décembre 1989.

64 Cf. entre autres Karsten D. Voigt in Parlamentarisch-Politischer Pressedienst du 1er février 1990.

65 Kommentarübersicht (BPA) du 4 décembre 1989.

66 Cit. in Ash, p. 467.

67 Oskar Lafontaine, Deutsche Wahrheiten. Die nationale und die soziale Frage, Hambourg 1990, pp. 181 sq. Cf.également Die Gesellschaft der Zukunft, Hambourg 1988, p. 188, ou ses déclarations de Leipzig, où il définissait comme obsolète de « denken in Kategorien des Nationalstaates », in Frankfurter Rundschau du 24 février 1990. Peter Glotz, l’un de ses proches, affirmait dans Neue Gesellschaft 1/1990, pp. 41 sq., qu’il fallait à la fois revenir aux régions et faire progresser les structures transnationales. Cf. également Lothar Späth, 1992. Der Traum von Europa, Stuttgart 1989, entre autres p. 266 (« Nicht der Nationalstaat – Europa ist die Schicksalsgemeinschaft der Zukunft »).

68 Cit. in Jacques-Pierre Gougeon, La social-démocratie allemande 1830-1996. De la révolution au réformisme, Paris 1996, p. 388.

69 Parlamentarisch-Politischer Pressedienst du 19 décembre 1989.

70 Sozialdemokratischer Pressedienst du 29 mars 1990.

71 Oskar Lafontaine, in Der Spiegel du 28 mai 1990.

72 Cf. Küsters & Hofmann, op. cit., doc. 237, p. 993.

73 Björn Engholm in Westfälische Rundschau du 29 novembre 1989.

74 Parlamentarisch-Politischer Pressedienst du 28 novembre 1989.

75 Cf. entre autres Oskar Lafontaine, Kommentarübersicht (BPA) du 28 mars 1990.

76 Cf. Küsters & Hofmann, op. cit., p. 207 ; voir également le document n° 387C, pp. 1478-1479, « Erklärung der Regierungschefs der SPD-regierten Länder vom 19. August 1990 ».

77 In Der Spiegel du 26 mai 1990.

78 Werner Abelshauser, « La <querelle des historiens économistes> et l’unification de l’Allemagne », in Relations internationales n° 70, 1992, pp. 139-151.

79 Cf. « Erklärung der Regierungschefs des SPD-geführten Länder », op. cit., p. 1478.

80 Norbert Wieczorek, Parlamentarisch-Politischer Pressedient du 27 juillet 1990.

81 En 1935, la Sarre avait été intégrée immédiatement dans l’économie du Reich, ce qui avait eu des conséquences désastreuses ; la période de transition décidée en 1956 avait au contraire permis une adaptation sans heurt.

82 Cf. Ehmke, op. cit., p. 420.

83 Willy Brandt, in Sozialdemokratischer Pressedienst du 22 juin 1990.

84 Cf. Der Spiegel du 26 mars 1990.

85 Kommentarübersicht (BPA), 27 février 1990. Kohl et Bush s’étaient accordés sur une proposition de statut militaire pour l’Allemagne de l’Est qui fût compatible avec les impératifs de sécurité de l’Est comme de l’Ouest. En avril, dans la perspective du nouvel ordre européen que demandait son parti, Voigt plaidait pour une réduction drastique des effectifs militaires en Europe, pour que soit inscrit dans la future constitution allemande le renoncement aux armes A[tomiques], B[iologiques] et C[himiques], mais il envisageait le maintien de troupes américaines à l’Ouest et de troupes soviétiques à l’Est de l’Allemagne (cf. entre autres Handelsblatt du 19 avril 1990).

86 Cf. Grundwertekommission, document daté de mai 1991.

87 Küsters & Hofmann, op. cit., p. 130. Ajoutons que l’article 23 permettait une procédure plus rapide.

88 Kommentarübersicht (BPA) du 30 novembre 1989.

89 Le S.P.D. avait connaissance des difficultés intérieures de Gorbatchev par les médias, par Brandt qui l’avait rencontré le 21 novembre 1989. Cf. Küsters & Hofmann, op. cit., doc. 98, p. 563.

90 « Erklärung des Parteivorstandes der SPD », in Presseservice der SPD, 21 mai 1990.

91 Cf. opus, divergences sur l’introduction du D.M. à l’Est ; cf. Ehmke, op. cit., p. 425 – lequel montre bien, pp. 429 sq., l’importance pour la campagne du lâchage de Lafontaine par le groupe parlementaire.

92 Der Spiegel du 26 mars 1990.

93 Sozialdemokratischer Pressedienst du 22 juin 1990.

94 Cit. in Wuthe, op. cit., p. 1177.

Table des illustrations

Légende Helmut Kohl, Hans-Jochen Vogel et Oskar Lafontaine in Der Spiegel du 11 juin 1990 (repris de la Osnabrücker Zeitung). Son prénom, le rôle de trublion qu’il n’hésitait pas à jouer ainsi que le soutien que lui apporta Günter Grass valurent à Lafontaine, dans une partie de la presse, le surnom de « Trommler » par référence au héros du Tambour. Ici : allusion à son hostilité au traité d’Etat qu’une partie du S.P.D. approuvait.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6317/img-1.png
Fichier image/png, 50k
Légende Lothar de Maizière, Oskar Lafontaine (qui vient d’affirmer dans Der Spiegel que le traité d’Etat et l’introduction du DM, le 2 juillet, en R.D.A., constituent « une décision éminemment fausse » dont il ne veut pas assumer la responsabilité), Helmut Kohl. In Le Monde du 30 mai 1990.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6317/img-2.png
Fichier image/png, 58k
Légende Tensions et incertitudes à la direction du parti – Oskar Lafontaine / Hans Jochen Vogel in Der Spiegel du 2 juillet 1990 (allusion à la caricature que publiait le journal satirique londonien Punch lors du départ de Bismarck en 1890). La marguerite qu’effeuille le Ministerpräsident sarrois apparaît dans de nombreux dessins pour symboliser le caractère versatile et imprévisible que d’aucuns prêtent à son engagement. Notons que ce même dessin de Punch, très célèbre en Allemagne, avait inspiré ceux qui, en 1982, après le congrès de Munich et le lâchage de Schmidt par son parti, avaient affirmé que le bateau avait quitté son pilote.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6317/img-3.png
Fichier image/png, 88k
Légende En empruntant cette caricature à la Tageszeitung de Munich, Der Spiegel du 29 mai 1990 traduisait non seulement les divergences de vues Vogel – Lafontaine sur l’approbation du traité d’Etat par le groupe parlementaire social-démocrate, mais également, fondée sur ses mises en garde contre la précipitation du gouvernement, l’image du candidat à la chancellerie d’un parti volontiers protestataire cherchant vainement à
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6317/img-4.png
Fichier image/png, 52k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540