Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

2. L'évolution en RFA et en RDA dans les années 1980

Les années 1980 en Allemagne fédérale

Henri Ménudier

Texte intégral

1Les années 1980 sont bien délimitées par les élections fédérales du 5 octobre 1980, gagnées par le chancelier sortant Helmut Schmidt, SPD, et sa coalition SPD-FDP (qui restera au pouvoir jusqu’au 17 septembre 1982) et celles du 2 décembre 1990 qui marquent la nouvelle victoire politique du chancelier Helmut Kohl, CDU, et de la coalition CDU-CDU/FDP, dans le cadre de l’Allemagne unie. Ces années permettent de suivre le passage d’une coalition à une autre, avec en 1989-90 la mutation majeure que constitue l’unification de l’Allemagne. Il faut toutefois se référer aux années 1974-80 pour comprendre le rôle joué par Helmut Schmidt et l’héritage dont Helmut Kohl prend la charge en 1982. Les années 1980 se trouvent à cheval sur deux des quatre grandes périodes qui structurent l’histoire politique de la République fédérale d’Allemagne.

  1. Les vingt premières années (1949-69) sont dominées par la CDU-CSU et par des chanceliers CDU (Konrad Adenauer : 1949-63, Ludwig Erhard : 1963-66 et Kurt-Georg Kiesinger : 1966-69) qui dirigent des gouvernements de coalition, tantôt avec des partis de droite, tantôt avec la gauche (grande coalition CDU-CSU/SPD, de 1966 à 1969). La CDU-CSU ne dispose de la majorité absolue qu’au cours de la troisième législature, de 1957 à 1961.

  2. Les treize années suivantes (1969-82) sont celles de la coalition SPD-FDP, avec les chanceliers Willy Brandt (jusqu’en mai 1974) et Helmut Schmidt, de 1974 à 1982. La rupture avec la période précédente n’est pas totale car le SPD appartenait au gouvernement de grande coalition.

  3. Le 1er octobre 1982, Helmut Kohl prend la tête de la coalition CDU- CSU/FDP qui va garder le pouvoir pendant seize ans. Là aussi, pas de rupture avec la coalition précédente car le FDP formait le gouvernement avec le SPD.

  4. La quatrième phase de l’histoire politique de la République fédérale a commencé le 27 octobre 1998 avec l’élection de Gerhard Schröder, SPD, comme chancelier d’un gouvernement SPD-Verts, le premier du genre au niveau fédéral (de telles coalitions existent cependant dans des Länder). Comme aucun des deux partis n’appartenait au gouvernement Kohl, la République fédérale connaît ainsi après 49 années d’existence sa première alternance démocratique véritable. Peut-être faudrait-il nuancer cette constatation en relevant que le SPD et les Verts gouvernent en 1998 dans quatre Länder, que le SPD dirigeait onze gouvernements régionaux avant le 27 octobre et qu’il exerçait une forte pression sur le gouvernement Kohl par le truchement du Bundesrat où il est majoritaire. Avant l’installation de Gerhard Schröder à la chancellerie, on ne peut pas affirmer que le SPD et les Verts étaient coupés du pouvoir fédéral. La continuité dans le changement reste un élément essentiel de la vie politique allemande.

2La présentation qui suit traitera des années Schmidt puis des années Kohl ; elle s’intéressera tout particulièrement aux aspects politiques, sans négliger toutefois les évolutions socio-économiques et les données du contexte international et des relations interallemandes qui déterminent pour une bonne part la spécificité de l’Allemagne des deux Helmut.

I. Les années Helmut Schmidt

Willy Brandt, chancelier, 1969-74

3La coalition SPD-FDP se dessine dès le 5 mars 1969, avec l’élection à Berlin-Ouest de Gustav Heinemann, SPD (ministre fédéral de la Justice dans le gouvernement Kiesinger), à la présidence de la République. Les libéraux de gauche, devenus prépondérants au sein du FDP, s’étaient ralliés à cette candidature pour préparer la nouvelle coalition de l’automne. Le changement de pouvoir se concrétise lors des élections fédérales du 28 septembre. Trois partis seulement sont représentés au Bundestag, la CDU-CSU vient en tête mais sans majorité absolue, elle ne peut empêcher l’accord entre le SPD et le FDP. Willy Brandt est élu de justesse chancelier le 21 octobre avec 251 voix, la majorité absolue étant de 249 voix. Il veut être l’homme du renouveau interne et celui du dialogue avec les pays de l’Est, RDA comprise.

4Contrairement aux gouvernements précédents, Willy Brandt accepte le statu quo territorial en Europe et le caractère définitif de la ligne Oder-Neiße comme frontière germano-polonaise – l’Allemagne renonce de ce fait à un quart de son territoire dans les frontières de 1937. Il invite ses partenaires à l’Est à signer avec lui des accords de renonciation à la force et à développer des coopérations multiples. Des traités sont signés avec l’URSS et la Pologne en 1970, avec la Tchécoslovaquie en 1973. La recherche de la normalisation des rapports avec la RDA n’implique pas le renoncement à l’objectif de l’unité allemande, refusée par Berlin-Est. Malgré ce différend, de nombreux accords et traités sont signés avec la RDA, notamment pour régler les questions de transit et de transport entre les deux Allemagne et les deux Berlin ou pour définir les relations étatiques (traité du 21 décembre 1972). Très attentifs à ces négociations, les quatre Grands signent le 3 septembre 1971 l’Accord quadripartite sur Berlin qui va désamorcer les tensions sans éliminer les controverses juridiques. Les deux États allemands entrent à l’ONU le 18 septembre 1973. Willy Brandt est récompensé pour ses efforts par la remise du prix Nobel de la paix, le 10 décembre 1971, à Oslo. Le cadre nouveau des rapports avec l’Est et avec la RDA s’imposera tant à Helmut Schmidt qu’à Helmut Kohl.

5Cette politique de rapprochement suscite de telles animosités que le chancelier Brandt perd sa majorité absolue et fait procéder à la dissolution du Bundestag. Avec une participation record de 91,1 %, les élections anticipées du 19 novembre 1972 sont un triomphe pour Willy Brandt, le SPD (45,8% des voix) dépasse pour la première fois la CDU-CSU (44,9 %). La relance de la politique gouvernementale s’avère laborieuse ; Willy Brandt est malade, sa volonté de réforme s’affaiblit, son autorité se relâche.

6Sa chute est accélérée par la crise économique et financière et par l’affaire Guillaume. La guerre israélo-arabe du Kippour (octobre 1973) provoque la réduction des livraisons de pétrole et la flambée des prix. L’économie allemande s’installe dans la « stagflation » (stagnation de la croissance, inflation et chômage). Willy Brandt est peu préparé à maîtriser ces problèmes. Le 24 avril 1974, un de ses collaborateurs directs à la chancellerie, Günter Guillaume, en réalité un officier de l’armée est-allemande, est arrêté pour espionnage au profit de la RDA. Willy Brandt s’estime trahi et démissionne en tant que chancelier le 6 mai 1974. Il reste président fédéral du SPD jusqu’en 1987 ; il sera président de l’Internationale socialiste, de 1976 à septembre 1992, et président de la Commission Nord-Sud (pour développer la coopération avec le tiers-monde) à partir de 1977.

7Des changements importants dans la direction de la CDU se produisent en 1973. Le 8 mai 1973, le groupe parlementaire CDU-CSU au Bundestag vote contre l’entrée de la République fédérale à l’ONU (101 voix contre, 93 pour). Comme il était favorable à cette entrée, Rainer Barzel démissionne de la présidence du groupe parlementaire CDU-CSU (où il sera remplacé par le professeur Karl Carstens, CDU, président de la République fédérale de 1979 à 1984) ; il se retire aussi de la présidence fédérale de la CDU – celle-ci est conquise le 12 juin 1973 par Helmut Kohl qui ne l’abandonnera que 25 ans plus tard, le 7 novembre 1998.

Helmut Schmidt, chancelier

8En mai 1974, l’Allemagne change en deux jours de président de la République et de chancelier. Gustav Heinemann ne souhaitait pas se représenter pour raisons de santé, il est remplacé le 15 mai 1974 par Walter Scheel qui prend ses fonctions le 1er juillet. Né à Solingen en 1919, il a été ministre de la Coopération (1961-66) et ministre des Affaires étrangères depuis 1969, il préside le FDP de 1968 à 1974. Hans-Dietrich Genscher, qui a déjà succédé à Walter Scheel à la présidence fédérale du FDP, prend en charge comme lui les fonctions de ministre des Affaires étrangères (jusqu’en 1992) et de vice-chancelier. Le 16 mai, Helmut Schmidt accède à la chancellerie. Né à Hambourg en 1918, soldat pendant la guerre, il fait des études d’économie après 1945 et commence à travailler dans les services économiques de sa ville natale. Membre du SPD depuis 1946, il siège au Bundestag de 1953 à 1962 et de 1965 à 1987. Il s’est fait connaître par ses décisions énergiques comme ministre de l’Intérieur à Hambourg, de 1961 à 1965. Sous la grande coalition, il dirige le groupe parlementaire SPD ; de 1969 à 1974, il sera successivement ministre fédéral de la Défense (1969-72), ministre fédéral de l’Économie et des Finances (juillet-novembre 1972) et ministre fédéral des Finances (1972-74). Il a une solide expérience de la vie politique régionale et fédérale, du pouvoir législatif et exécutif ; l’économie et les finances l’attirent autant que la défense et la politique extérieure. Convaincu de l’étendue de ses capacités, Schmidt « la grande gueule » est un pragmatique très sensible aux questions éthiques. Il va bénéficier d’un solide prestige tant en Allemagne qu’à l’étranger. Dans sa déclaration gouvernementale du 17 mai 1974, il promet de se concentrer « de façon réaliste et sobre sur l’essentiel et sur ce qui est maintenant nécessaire ».

Difficultés socio-économiques

9Il fait adopter des mesures contraignantes pour économiser l’énergie, prévoir des réserves supplémentaires et diversifier les sources d’approvisionnement énergétiques. La montée du chômage et la difficulté de financer les promesses sociales du gouvernement Brandt l’obligent à augmenter les impôts et à laisser filer l’endettement de l’État. Les difficultés budgétaires suscitent de fortes tensions entre les partis de la coalition. Helmut Schmidt ne revient pas sur l’arrêt du recrutement des ouvriers non ressortissants des pays de la Communauté européenne, décidé par son prédécesseur en 1973 (Anwerbestopp). Il espère en vain donner plus de dynamisme au marché du travail.

10Le gouvernement adopte d’importantes réformes. Le droit de vote avait été abaissé à 18 ans en 1970, l’âge de l’éligibilité est également fixé à 18 ans en 1975. Les jeunes de cet âge peuvent, sans autorisation parentale, se marier et assumer des responsabilités dans le monde des affaires. Les allocations familiales sont accordées dès le premier enfant. La libéralisation de l’avortement entre en vigueur en 1976, après une longue bataille politique et juridique qui reprendra dans les années 1980.

11Le terrorisme, qui apparaît sous le gouvernement Brandt, atteint son paroxysme sous Helmut Schmidt et poursuit ses méfaits après 1982. Né en 1970, la Fraction Armée Rouge (Rote Armee Fraktion, RAF) est un avatar de la contestation estudiantine de 1968. Formés dans des camps palestiniens, les terroristes se livrent à des attentats, des attaques et des enlèvements. Le noyau dur de la RAF est arrêté en 1972 ; il comprend Andreas Baader, Ulrike Meinhof, Gudrun Ensslin et Horst Mahler. Le suicide d’Ulrike Meinhof dans la prison-forteresse de Stuttgart-Stammheim, le 9 mai 1975, attise les passions. Des personnalités très connues de la justice, des banques, du patronat sont assassinées en 1977. Le 13 octobre, des terroristes détournent un avion de la Lufthansa à Mogadiscio/Somalie pour faire libérer des détenus en Allemagne. Une unité spéciale de la protection des frontières réussit à s’emparer de cet avion. Au cours de la nuit du 18 au 19 octobre, plusieurs terroristes de la RAF, condamnés à perpétuité, se suicident à Stuttgart-Stammheim (A. Baader, G. Ensslin, Jan-Carl Raspe) ; la radio les avait informés de l’échec de leurs camarades à Mogadiscio. Le gouvernement Schmidt va durcir singulièrement la législation antiterroriste et il conservera le décret très controversé contre l’emploi des extrémistes dans la fonction publique, adopté par Willy Brandt et les Länder en 1972.

Une forte action internationale

12En étroite coopération avec Valéry Giscard d’Estaing, président de la République française (19 mai 1974-19 mai 1981), Helmut Schmidt fait avancer la construction européenne : en décembre 1974, les Sommets européens sont transformés en « Conseils européens », le Système Monétaire Européen est mis en place en mars 1979 et les premières élections du Parlement européen au suffrage universel se déroulent le 10 juin 1979. Le taux de participation est faible (65,7 %), la CDU-CSU (49,2 %) profite de l’essoufflement du gouvernement Schmidt (40,8% au SPD et 6% au FDP). Pour leur première participation à une élection de dimension fédérale, les Verts obtiennent un succès d’estime (3,2 %).

13À Helsinki (Finlande), 35 États européens signent le 1er août 1975 l’Acte final de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) après des travaux préparatoires à Genève et à Helsinki depuis 1973. Le gouvernement Schmidt participe activement à l’élaboration de ce texte qui jouera un rôle considérable dans les relations Est/Ouest, surtout au cours des années 1980. Cette déclaration d’intention propose un code de conduite en Europe et veut empêcher un conflit armé entre l’Est et l’Ouest dans cette partie du monde. Les domaines de coopération envisagés concernent la sécurité, la coopération économique, scientifique et technique, la coopération humanitaire (contacts entre les personnes, rapprochement des familles, mariages, voyages, tourisme, rencontres sportives, circulation de l’information, meilleures conditions de travail des journalistes, échanges culturels …). De 1977 à 1980, des conférences examineront les suites d’Helsinki et apporteront des compléments aux programmes envisagés. Portés par ce processus dynamique, les contacts et échanges se multiplient entre l’Est et l’Ouest, les droits de l’Homme deviennent une précieuse source de référence pour les réformateurs et les contestataires dans les pays communistes, RDA comprise.

14Un coup de froid sérieux et durable se produit néanmoins dans les relations Est/Ouest à la suite du discours prononcé à Londres par Helmut Schmidt, le 28 octobre 1977  : il révèle que l’URSS installe en Europe de l’Est et tout particulièrement en RDA des fusées de portée intermédiaire (SS 20) capables d’atteindre n’importe quel point de l’Europe occidentale. L’initiative soviétique met en cause l’équilibre nucléaire stratégique convenu par les accords SALT (Strategic Arms Limitation Talks) et ABM (Anti Ballistic Missiles) convenus entre les États-Unis d’Amérique et l’URSS en mai 1972.

15Réuni à Bruxelles le 12 décembre 1979, le conseil de l’OTAN adopte, à l’initiative de l’Allemagne fédérale, une « double décision » (NATO-Doppelbeschluß). L’URSS est invitée à retirer ses fusées intermédiaires, sinon l’OTAN en déploiera à son tour pour rétablir l’équilibre stratégique en Europe. L’URSS conteste la décision de l’OTAN. Avec ce désaccord crucial, suivi de l’intervention soviétique en Afghanistan, fin décembre 1979, et de la crise iranienne (retour de Khomeyni en Iran, en février 1979 où il instaure une République islamique), une nouvelle « guerre froide » menace la détente des années 1970. Cette détérioration empêche tout rapprochement entre Helmut Schmidt et Leonid Brejnev (premier secrétaire du PC d’URSS depuis 1964 et président du præsidium du Soviet suprême depuis 1977) lors de leur rencontre à Moscou, fin juin/début juillet 1980. Mais la coopération économique progresse comme en témoignent les accords de 1981 et 1982 pour la livraison de gaz soviétique contre des tuyaux allemands.

Des relations interallemandes tendues

16Sensibles à ces oscillations, les rapports entre les deux Allemagne passent par des phases de coopération et de tension, même si Bonn et Berlin-Est s’efforcent de ne pas compromettre les acquis de la période Brandt. Malgré l’arrestation de Günter Guillaume, l’ouverture des représentations permanentes de la République fédérale à Berlin-Est et de la RDA à Bonn (la RFA refuse le terme et le statut d’ambassade pour montrer que les deux États ne sont pas étrangers l’un par rapport à l’autre) a lieu comme prévu le 2 mai 1974. Plusieurs accords seront signés au cours des années suivantes (santé, postes, coopération vétérinaire, télécommunications, aménagement des voies de circulation). La nouvelle autoroute Hambourg/Berlin, qui traverse le territoire de la RDA, sera inaugurée fin novembre 1982. La mauvaise humeur de Berlin-Est se manifeste notamment par l’expulsion de journalistes ouest-allemands, accrédités en RDA.

17Erich Honecker donne un sérieux coup de frein dans son discours de Gera, prononcé le 13 octobre 1980, quelques jours après les élections fédérales du 5 octobre 1980, comme pour ne pas compromettre la réélection du chancelier. Consciente de devenir dépendante de la République fédérale sur le plan économique et financier, la RDA marque ses distances avec Bonn. Elle relève le taux de change obligatoire de 13 à 25 DM par jour pour les visiteurs de l’Ouest qui se rendent à Berlin-Est ou en RDA ; cette mesure vise à réduire les voyages privés d’Ouest en Est et à limiter les contacts entre les Allemands. Erich Honecker fait dépendre toute amélioration des relations interallemandes de trois exigences :

  • transformation des représentations permanentes en ambassades,

  • reconnaissance par Bonn de la citoyenneté de la RDA,

  • fermeture du centre de Salzgitter, créé en 1961 par les ministres de la Justice des Länder à l’Ouest afin de réunir et d’exploiter la documentation sur les actes de violence commis le long de la frontière interallemande, en particulier contre les personnes qui tentent de se réfugier à l’Ouest.

18Les relations entre Helmut Schmidt et Erich Honecker restent distantes. En mai 1971, Erich Honecker a succédé à Walter Ulbricht comme premier secrétaire du comité central du SED (il s’appelle secrétaire général depuis 1976) et il est devenu chef de l’État en 1976 en prenant la fonction de président du Conseil d’État, une sorte de présidence collective. Les deux hommes se rencontrent à Helsinki, le 1er août 1975, lors de la signature de l’Acte final de la CSCE. Du 11 au 13 décembre 1981, le chancelier Schmidt se rend en RDA (Werbelinsee et Döllnsee) à l’invitation d’Erich Honecker (Willy Brandt avait rencontré Willi Stoph, chef du gouvernement de RDA, en 1970 à Erfurt et à Cassel). Les entretiens dans la Schorfheide furent qualifiés de « constructifs », mais l’instauration du droit de guerre en Pologne et l’impossibilité pour Helmut Schmidt d’avoir un contact direct avec la population en RDA limitèrent singulièrement la portée de cette rencontre. Des relations se développent, mais la méfiance reste de règle entre les deux États.

Élections et partis

19Deux élections fédérales (1976 et 1980), une élection présidentielle (1979) et la première élection européenne de 1979, déjà évoquée plus haut, se tiennent pendant les années du gouvernement Schmidt. En 1976, après le succès exceptionnel de 1972, le SPD recule à 42 6 % (- 3,2 %) et le FDP à 7,9 % (— 0,5%). Dirigée pour la première fois au niveau fédéral par Helmut Kohl, la CDU-CSU s’approche de la majorité absolue avec 48,6 % (+ 3,7 %) ; elle retrouve sa place de premier parti qu’elle conservera jusqu’en 1998. Helmut Kohl quitte ses fonctions de Ministre-Président en Rhénanie-Palatinat pour prendre la direction du groupe parlementaire CDU-CSU au Bundestag ; le nouveau chef de l’opposition jusqu’en 1982 va se heurter, au moins jusqu’en 1980 à l’ambition et aux manœuvres de Franz Josef Strauss, président de la CSU bavaroise, avide de consécration au niveau fédéral. Sous l’impulsion de son rénovateur, Helmut Kohl, la CDU modernise et renforce son organisation ; elle se donne son premier programme fondamental au congrès de Ludwigshafen, en octobre 1978.

20La montée en puissance aux élections fédérales de 1976 et dans les Länder donne la majorité absolue à la CDU-CSU à l’élection présidentielle du 23 mai 1979, à Bonn. Le professeur Karl Carstens, CDU, est élu dès le premier tour. Ancien secrétaire d’État, député depuis 1972, chef du groupe parlementaire CDU-CSU en 1973, il accède en 1976 à la présidence du Bundestag.

21Aux élections fédérales de 1980, Franz Josef Strauss impose sa candidature à la chancellerie contre celle d’Helmut Kohl, puis contre le candidat CDU Ernst Albrecht, Ministre-Président de Basse-Saxe depuis 1976 (il sera battu en 1990 à Hanovre par Gerhard Schröder, SPD). Les électeurs CDU, outrés par les excès de Franz Josef Strauss, ne se mobilisent pas derrière lui et les élections fédérales du 5 octobre 1980 tournent à l’avantage de la coalition sortante. Le SPD progresse peu avec 42,9 % (+0,3 %), mais le FDP connaît un véritable succès en obtenant 10,6 % (+2,7%). Franz Josef Strauss perd son pari électoral car la CDU-CSU recule à 44,5% (— 4,1 %). Helmut Kohl conserve la direction du groupe parlementaire et redevient son candidat naturel à la chancellerie.

22Pour leur première participation à des élections fédérales, les Verts recueillent 569 589 voix (1,5 %). Des groupes très hétérogènes ont formé un parti à Karlsruhe, le 13 janvier 1980. Leurs valeurs fondamentales sont : l’écologie, le social, la démocratie de base et la non-violence. Favorables à la protection de la nature et de l’environnement, hostiles à la croissance et à l’exploitation des ressources naturelles, ils rejettent l’énergie nucléaire et les blocs militaires. Lointains héritiers des initiatives d’électeurs de la fin des années 1960, ils vont devenir une nouvelle composante de la politique allemande avec des premiers élus dans les diètes régionales.

La rupture de la coalition SPD-FDP

23Les désaccords sur la politique économique du gouvernement (lutte contre le chômage et endettement public) et sur la politique de défense (double décision de l’OTAN et montée du pacifisme), les défaites SPD et FDP aux élections régionales déstabilisent le gouvernement fédéral, les partis de la coalition se montrant peu disciplinés en raison de leur confortable majorité au Bundestag. Le 5 février 1982, pour la seconde fois dans l’histoire de la République fédérale (après Willy Brandt le 20 septembre 1972), le chancelier pose la question de confiance au Bundestag, selon l’article 68 de la Loi fondamentale ; il obtient le soutien de tous les députés SPD et FDP, qui redoutent des élections anticipées, mais il ne s’agit que d’une unité de façade. Le réaménagement du gouvernement le 28 avril ne calme pas les esprits.

24La rupture s’amorce le 9 septembre 1982 lorsque le ministre fédéral de l’Économie, le Comte Otto Lambsdorff, FDP, présente de nouvelles orientations économiques inacceptables pour le SPD, comme la réduction des prestations sociales, la libération des loyers et la diminution de la fiscalité sur les entreprises. Comme en 1966 avec Ludwig Erhard, le FDP choisit le débat sur le nouveau budget fédéral pour rompre la coalition. Le FDP ne veut pas davantage lier son sort à celui du SPD dont les électeurs se détournent.

25Les quatre ministres libéraux (Gerhardt Baum/Intérieur, Josef Ertl/ Agriculture, Hans-Dietrich Genscher/Affaires étrangères et Otto Graf Lambsdorff/Economie) démissionnent le 17 septembre, juste avant que Helmut Schmidt annonce la fin de la coalition SPD-FDP. Le chancelier forme un gouvernement minoritaire, le premier dans l’histoire de l’Allemagne fédérale, lui-même prend en charge les Affaires étrangères. Il propose des élections anticipées pour sortir de la crise, mais la CDU-CSU et le FDP préfèrent engager des négociations pour former un nouveau gouvernement. Aux élections régionales de Hesse, le 26 septembre (gouvernement sortant SPD-FDP), le SPD accuse de trahison le FDP qui voudrait former dans ce Land une coalition avec la CDU. Le FDP recule de 6,6 % à 3,1 % et disparaît du Landtag, la CDU et le SPD subissent également des pertes. Les vainqueurs de la crise, les Verts, passent de 2 % à 8 % et entrent au Landtag. Le Ministre-Président sortant, Holger Börner, SPD, forme un gouvernement minoritaire SPD. Des élections anticipées suivent un an plus tard et Joschka Fischer/Verts fait partie du gouvernement régional SPD/Verts.

26Le 1er octobre 1982 Helmut Kohl est élu chancelier par la CDU-CSU et le FDP qui utilisent l’article 67 de la Loi fondamentale :

« Le Bundestag ne peut exprimer sa défiance envers le chancelier fédéral qu’en élisant un successeur à la majorité absolue et en invitant le président de la République fédérale à le relever de ses fonctions. Le président fédéral doit faire droit à cette demande et nommer la personnalité élue ».

27Sur 495 voix exprimées, il y a 256 oui pour Helmut Kohl, 235 non et 4 abstentions ; Helmut Schmidt est le premier chancelier à perdre le pouvoir après un tel vote. Helmut Kohl prête serment le même jour. Ainsi prennent fin les treize années de coalition SPD-FDP. Dans le débat avant le vote, Helmut Schmidt avait parlé d’un abus de confiance sans mandat des électeurs, aussi demande-t-il des élections anticipées. Helmut Kohl s’engagera sur cette voie, mais dans des conditions différentes de celles souhaitées par son prédécesseur.

II- Les années Helmut Kohl

A. Politique intérieure

28Né à Ludwigshafen le 3 avril 1930, Helmut Kohl fait des études d’histoire et de droit, terminées par une thèse sur la reconstitution des partis en Rhénanie-Palatinat. Admirateur d’Adenauer, il adhère très jeune à la CDU et fait tout d’abord une carrière politique communale et régionale qui le conduit aux fonctions de Ministre-Président de Rhénanie-Palatinat, en 1969. Président fédéral de la CDU en 1973 (il succède à Rainer Barzel), il quitte Mayence en 1976 pour prendre la direction du groupe CDU-CSU au Bundestag. Formé le 4 octobre 1982, son premier gouvernement fédéral comporte seize ministres (8 CDU, 4 CSU et 4 FDP) ; Hans-Dietrich Genscher, FDP, reste ministre des Affaires étrangères et vice-chancelier et Otto Graf Lambsdorff conserve l’Agriculture. Norbert Blüm, responsable CDU en Rhénanie du Nord - Westphalie, se voit attribuer l’important ministère du Travail et des Affaires sociales qu’il garde jusqu’en 1998 ; il est le seul ministre à rester pendant les 16 années du gouvernement Kohl. Le nouveau chancelier promet une politique du renouveau malgré la crise économique. Ses priorités sont la création d’emplois, le maintien des prestations sociales mais en recherchant des économies, l’intégration des étrangers sinon l’incitation au retour au pays d’origine, la réadaptation de la politique étrangère et de sécurité dans le cadre de l’OTAN, en étroite liaison avec les États-Unis et la Communauté européenne.

Les élections anticipées du 6 mars 1983

29Le mandat du Bundestag s’achève en octobre 1984, il reste peu de temps à Helmut Kohl pour faire ses preuves, la dernière année de la législature étant dominée par les manœuvres électorales. Profitant du choc créé par le changement de coalition, Helmut Kohl décide, de façon assez artificielle, de se faire renverser en posant la question de confiance au Bundestag le 17 décembre 1982 ; s’il gagne les élections anticipées, il disposera des quatre années de la nouvelle législature. La procédure est critiquée tant par le président de la République que par la Cour constitutionnelle fédérale. Les élections sont fixées au 6 mars 1983 ; la campagne électorale est dominée par la question du chômage (2,5 millions de chômeurs) et par les suites à donner à la double décision de l’OTAN.

30Les électeurs approuvent la manœuvre du chancelier, car la coalition bénéficie d’une solide majorité absolue de 55,1 %, la CDU-CSU progresse de 44,5 % à 48,8 % (+4,3 %) mais le FDP recule de 10,6 % à 7 %. Le FDP perd de nombreux adhérents et certains de ses responsables ont été réélus au Bundestag en quittant le parti pour le SPD (comme le secrétaire général Günter Verheugen et la spécialiste des questions financières Ingrid Mathäus-Meier). Le SPD, avec Hans-Jochen Vogel comme candidat à la chancellerie, n’obtient plus que 38,2 % (— 4,7 %) ; il ne reviendra au-dessus de 40 % qu’en 1998 avec Gerhard Schröder. Hans-Jochen Vogel a été ministre fédéral dans les gouvernements Brandt et Schmidt et maire régnant de Berlin-ouest au premier semestre 1981.

31L’entrée des Verts au Bundestag (1,5 % en 1980 et 5,6 % en 1983) constitue la grande nouveauté du vote ; deux femmes, Petra Kelly et Marie-Luise Beck-Oberdorf, en sont les têtes de file. Depuis 1961, le Bundestag ne comptait plus que trois groupes parlementaires, il en a quatre en 1983 et cinq en 1990 avec l’arrivée du parti du socialisme démocratique (PDS) qui a succédé au parti dominant de la RDA, le SED. Les Verts se divisent entre les fondamentalistes (Fundis), hostiles à l’intégration dans le système politique qu’ils veulent transformer, et les réalistes (Realos), disposés à assumer des responsabilités politiques pour réaliser leurs objectifs politiques, si possible avec le SPD.

32L’année 1983 voit naître un nouveau parti, les Republikaner, fondé à Munich les 26 et 27 novembre par deux députés CSU qui manifestaient ainsi leur désapprobation à l’égard de Franz Josef Strauss, coupable d’avoir facilité l’octroi d’un prêt ouest-allemand d’un milliard de DM, au profit de la RDA. Ce parti, qui se veut au départ conservateur et libéral, se distingue rapidement par des positions d’extrême-droite. En 1985, il passe sous le contrôle de Franz Schönhuber, ancien membre de la CSU, journaliste, écarté de la télévision bavaroise pour sa nostalgie à l’égard des SS. Les Republikaner ne parviendront pas à se faire élire en Bavière (3 % en 1986 et 4,9 % en 1990) et ils échoueront également aux élections fédérales de 1990. En revanche, ils auront des élus dans les diètes régionales de Berlin-Ouest (7,5 % en 1989) et du Bade-Wurtemberg (10,9 % en 1992 et 9,1 % en 1996) ainsi qu’aux élections européennes de 1989 (7,1 %).

Richard von Weizsäcker, élu président de la République

33Le pouvoir CDU-CSU est confirmé par l’élection à la présidence de la République de Richard von Weizsäcker, le 23 mai 1984 à Bonn. Le SPD et le FDP ne présentent pas de candidat ; les Verts, eux, soutiennent la candidature de l’écrivain Luise Rinser (sans parti) qui obtient 68 voix. Richard von Weizsäcker recueille 832 suffrages, il y a 117 abstentions et 11 voix nulles. L’autorité du président est reconnue bien au-delà de la CDU-CSU (parfois irritée par son libéralisme de gauche) et il jouit d’un réel prestige tant en Allemagne qu’à l’étranger. Il sera facilement réélu en 1989.

34Le 8 mai 1985, il prononce un discours important qui connaît un fort retentissement, y compris hors d’Allemagne. Il explique que le 8 mai 1945 n’est pas un jour de fête pour les Allemands mais une journée qui les a libérés d’un régime dictatorial. À ses compatriotes qui font commencer la fuite, l’expulsion et la privation des libertés le 8 mai 1945, il rappelle que cette date est inséparable de celle de la prise du pouvoir par Hitler, le 30 janvier 1933. Le 8 mai 1945 met fin aux errements du peuple allemand en apportant l’espoir en un avenir meilleur. « Celui qui ferme les yeux sur le passé, est aveugle pour le présent » .

35En juin, le Bundestag adopte une loi qui punit la négation ou la minimisation du génocide nazi. Les publications d’extrême droite, les objets avec des signes nazis (croix gammée par exemple) peuvent être saisis. Des poursuites seront engagées contre les personnes qui offensent ou diffament les victimes du national-socialisme ou de tout autre despotisme.

Corruption, procès et affaires

36Quelques affaires de corruption ou de financement illégal des partis secouent la République fédérale. Une nouvelle loi, entrée en vigueur le 1er janvier 1984, oblige les partis à rendre compte non seulement de l’origine mais aussi de l’utilisation de leurs moyens financiers, pour voir si un équilibre existe entre les recettes et les dépenses. Le 27 juin 1984, Otto Graf Lambsdorff, FDP, ministre de l’Économie, démissionne (il est remplacé par Martin Bangemann, FDP) car il comparaît dans un procès à propos de l’affaire Flick. Le groupe Flick avait vendu en 1975 les actions qu’il détenait dans le groupe Daimler-Benz pour les réinvestir dans un groupe américain. Les ministres fédéraux de l’Économie (Hans Friederichs puis Otto Graf Lambsdorff) facilitèrent les démarches d’exemption fiscale en acceptant des dons importants pour leur parti. Avec le directeur général du groupe Flick, ils seront tous les deux condamnés à de lourdes amendes pour aide à la dissimulation fiscale.

37Rainer Barzel, président de la CDU (1971-73), ministre des Relations interallemandes d’octobre 1982 à mars 1983, démissionne en octobre 1984 de la présidence du Bundestag à laquelle il a été élu après les élections fédérales du 6 mars 1983, car lui aussi aurait profité de la générosité du groupe Flick. Il est remplacé le 5 novembre 1984 par Philipp Jenninger, CDU, auparavant ministre d’État à la chancellerie ; il démissionnera en 1988.

38Le climat se dégrade pour le gouvernement fédéral. Le 40e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale est marqué par une polémique désagréable que le beau discours de Richard von Weizsäcker ne peut totalement faire oublier. À l’occasion de sa visite en Europe, le président américain, Ronald Reagan, se rend au camp de concentration de Bergen-Belsen, dans la Lüneburger Heide, et, à l’invitation du chancelier Kohl, il s’arrête au cimetière de Bitburg, en Rhénanie-Palatinat. Ce dernier déplacement est très critiqué, en Allemagne comme aux États-Unis, car des tombes de soldats SS se trouvent dans ce cimetière.

Élections et partis (1987-88)

39Les élections fédérales du 25 janvier 1987 se traduisent par un fort recul de la participation électorale de 89,1 % à 84,3 % (4,8 %) et de la CDU-CSU qui, avec 44,3 %, perd 4,5 % des voix par rapport à 1983. Heureusement pour elle, le FDP remonte un peu de 7 % à 9,1 % (+2,1 %) – soit 53,4 % pour les deux partis. Le SPD n’a plus que 37 % (— 1,2 %) car la candidature à la chancellerie de Johannes Rau, Ministre-Président de Rhénanie du Nord -Westphalie, n’a pas été très convaincante. Les Verts s’installent solidement dans le paysage politique avec 8, 3% (+ 2,7%).

40Le printemps 1987 est encore favorable à la CDU. Aux élections régionales de Hesse, le 5 avril, la CDU et le FDP (49,9 % des voix) l’emportent de justesse devant le SPD et les Verts (49,6 %). Après 42 années de pouvoir SPD, Walter Wallmann, CDU, forme un gouvernement avec le FDP. SPD et Verts reprennent l’avantage quatre ans plus tard, en janvier 1991.

41L’automne 1987 devient franchement détestable pour la CDU, surtout dans le Schleswig-Holstein où son impact électoral s’amenuise au profit du SPD. Ce nouveau rapport de force se confirme aux élections régionales du 13 septembre 1987 avec 42,6 % pour la CDU, 5,2 % pour le FDP et 45,2 % pour l’opposition SPD. Précédé de rumeurs entretenues par Der Spiegel, le scandale éclate aussitôt après les élections car le Ministre-Président sortant, Uwe Barschel, CDU, aurait essayé par des moyens peu élégants de discréditer son adversaire SPD, Björn Engholm, accusé de fraude fiscale et d’homosexualité. Devant la presse, Uwe Barschel donne sa « parole d’honneur » de ne rien avoir entrepris de tel, mais l’accumulation des preuves le pousse à la démission, le 2 octobre. Au retour d’un voyage, il est découvert mort dans la baignoire de sa chambre, dans un grand hôtel de Genève. Suicide ou règlement de compte ? Les conditions de sa mort ne seront jamais totalement élucidées, la STASI et des trafics d’armes ayant été évoqués. Aux élections anticipées du 8 mai 1988, le SPD atteint 54,8 % des voix (+9,6 %) dans ce Land réputé pour son conservatisme ; la CDU, déconsidérée, s’effondre à 33,3 % (— 9,3 %). Björn Engholm devient Ministre-Président mais il sera, lui aussi, emporté par le scandale car il a menti devant la commission d’enquête du Landtag en affirmant qu’il n’avait été informé des agissements d’Uwe Barschel que tardivement. En mai 1993, il démissionne de la direction du gouvernement régional et de la présidence fédérale du SPD. Il se retire totalement de la vie politique. L’affaire Barschel ne renforce pas la crédibilité des hommes politiques.

42Des changements se produisent dans la direction des partis politiques en 1987 et 1988. Willy Brandt ne parvient pas à faire accepter par le comité directeur du parti son nouveau porte-parole, Margarita Mathiopulos, 39 ans, de nationalité grecque, et qui n’adhère pas au SPD. Choqué par le débat interne sur sa sénilité (il a 73 ans) et ses caprices, il abandonne en mars 1987 la présidence du SPD qu’il détenait depuis 1964. Il est remplacé par Hans-Jochen Vogel, déjà président du groupe parlementaire SPD ; il garde cette double fonction jusqu’en 1991. Björn Engholm lui succédera comme président du parti (1991-93).

43Survenue subitement au début d’une partie de chasse, le 3 octobre 1988, la mort de Franz Josef Strauss, président de la CSU depuis 1961, plusieurs fois ministre fédéral entre 1953 et 1969, Ministre-Président de Bavière depuis novembre 1978 pose de délicats problèmes de succession. Max Streibl, habitant d’Oberammergau (célèbre pour ses jeux de la Passion depuis 1634), ministre régional des Finances, prend la direction du gouvernement bavarois ; il devra démissionner en 1993 après quelques délicates affaires de corruption (Edmund Stoiber deviendra le nouveau Ministre-Président à Munich). Le député fédéral Theo Waigel, dont la carrière politique s’est surtout déroulée à Bonn, est élu président du parti en avril 1989, Helmut Kohl le choisit comme ministre fédéral des Finances — il conserve ces deux fonctions jusqu’aux élections fédérales de 1998, la présidence de la CSU revenant ensuite à Edmund Stoiber.

44Au congrès de Wiesbaden, du 7 au 9 octobre 1988, le FDP se donne aussi un nouveau président en la personne du Comte Otto Lambsdorff, député depuis 1972, ancien ministre fédéral de l’Économie, condamné en 1987 à propos de l’affaire Flick. Hans-Dietrich Genscher, inamovible ministre fédéral des Affaires étrangères de mai 1974 à mai 1992, avait démissionné de la présidence fédérale du FDP en 1985 ; les présidents suivants seront Martin Bangemann (1985-88), Otto Graf Lambsdorff (1988-1993), Klaus Kinkel (1993-95) et Wolfgang Gerhardt depuis 1995.

B. Économie et société : une évolution contrastée

45L’évolution socio-économique de la République fédérale est pour le moins contrastée pendant les années 1980. Nulle en 1981 et même négative en 1982 (— 1 %) , la croissance reprend en 1983 et se maintient ensuite à un rythme compris entre 1,7 % et 3,6 %. En 1990, l’Allemagne fédérale connaît sa 8e année consécutive de croissance. La bonne tenue du Deutsche Mark, une inflation modérée et les incontestables succès du commerce extérieur devraient contribuer à l’optimisme des Allemands, mais la persistance du chômage et de l’endettement inquiète la population. Quelques aspects seulement de cette évolution seront évoqués ici.

46L’index des prix à la consommation, qui n’augmentait que de 1,6 % en 1968, atteint le record de 7 % en 1974 ; il baissera jusqu’à 2,7 % en 1978 et parviendra à un nouveau sommet en 1981 (6,3 %). Une décrue s’amorce jusqu’en 1986 (— 0,1 %) et la hausse repart (2,7 % en 1990 et même 4,2 % en 1993). De son côté, le commerce extérieur se développe à un rythme soutenu, avec une balance commerciale toujours positive ; si la part des importations représente quelque 23 % du Produit Intérieur Brut, la part des exportations passe de 23,8 % à 26,5 % entre 1980 et 1990.

Le commerce extérieur allemand

47Les performances de l’économie allemande ne doivent pas faire perdre de vue les deux problèmes majeurs que constituent le chômage et l’endettement. Peu élevé en 1970 (148 000 chômeurs, soit un taux de 0,7 % par rapport à la population salariée), le chômage s’envole en 1974 (0,5 million et 2,6 %). Le premier million de chômeurs est franchi en 1981 (1,2 million et 5,5 %). Les 2 millions sont dépassés en 1983 (2,2 millions et 9,1 %), le record est atteint en 1985 (2,3 millions et 9,3 %). Une lente décrue se manifeste après (1,6 million en 1990 et 7,2 %). La durée du chômage s’allonge de façon inquiétante : en 1981, 16,2 % des chômeurs n’avaient pas de travail depuis un an et plus, en 1990, ils représentent déjà 29,7 % des chômeurs.

48L’endettement de l’État progresse de façon alarmante si bien que le remboursement de la dette devient un poste important du budget. La dette publique représente 11,5 % du PIB en 1979, 21,8 % en 1984 et 22,5 % en 1989.

L’endettement public allemand (Mrd. de DM)

Sources : Bundesbank et Office fédéral des statistiques

49En 1982 l’intérêt de la dette au seul niveau fédéral atteignait 22,1 Mrd. de DM, en 1990 il en est déjà à 34,2 Mrd. de DM. Au lieu de diminuer, les impôts et les charges sociales augmentent, la fracture sociale s’accentue avec d’un côté le club des millionnaires qui s’agrandit et de l’autre les personnes dépendantes de l’aide sociale dont les rangs ne cessent de se renforcer.

50La diminution des rentrées fiscales, le coût croissant de la lutte contre le chômage obligent le gouvernement à réduire des prestations sociales, comme dans le domaine de la santé, et à augmenter la pression fiscale. La réforme de la santé, qui entre en vigueur en 1989, prévoit une économie de 14 milliards de DM, grâce à une participation financière plus élevée des malades. Pour apaiser les étudiants, qui demandent davantage de locaux, d’enseignants et de logements, le gouvernement doit accorder une aide d’urgence de 2 Mrd. de DM en décembre 1988. La même situation de crise se reproduit en 1997.

51L’accueil des étrangers, l’immigration sauvage, l’arrivée massive de réfugiés venus de RDA (Übersiedler) ou des pays de l’Est (Aussiedler) accroissent les tensions, si bien que la fin des années 1980 est caractérisée par un profond malaise qui s’ajoute au « ras-le-bol » politique. Cette évolution explique les poussées en faveur de l’extrême-droite (surtout les Républicains), à Berlin-Ouest en janvier 1989 et en juin 1989 aux élections européennes. De 1980 à 1989, l’Allemagne fédérale accueille 985 000 Aussiedler (Allemands ethniques de l’Est), dont 64,3 % viennent de Pologne et 17,9 % d’URSS. Le nombre annuel des demandeurs d’asile est de 107 818 en 1980 (12 % obtiennent le statut de réfugié), il passe à 193 063 en 1990 (4 % seulement sont reconnus comme réfugiés) et même à 322 529 en 1993 (taux de reconnaissance : 3,2 %). Le gouvernement Kohl va durcir les conditions d’entrée sur le territoire allemand pour les réfugiés.

52La lutte contre le terrorisme ne se relâche pas. À la mi-novembre 1982, des terroristes très recherchés (Brigitte Mohnhaupt, Adelheide Schulz et Christian Klar), impliqués dans les assassinats de Jürgen Ponto et de Hanns Martin Schleyer en 1977, sont arrêtés. Des personnalités sont encore assassinées, comme Karl Heinz Beckurts (un des directeurs de Siemens) ou Gerold von Braunmühl (directeur politique au ministère des Affaires étrangères. Le 30 novembre 1989, à Bad Homburg, dans la banlieue résidentielle de Francfort/Main, Alfred Herrhausen, président de la Deutsche Bank (la première banque d’Allemagne de l’Ouest) est tué dans sa voiture par une bombe télécommandée. Ami de Helmut Kohl, il comptait parmi les hommes les plus influents du pays.

C. Politique extérieure et relations RFA/RDA

Coopération franco-allemande et Europe

53Dans sa lutte contre le SPD, les Verts et les pacifistes pour l’implantation des nouvelles fusées américaines en Europe, le chancelier Kohl reçoit le soutien du président François Mitterrand qui prononce un discours très remarqué au Bundestag, le 20 janvier 1983. Les deux hommes d’État scellent spectaculairement la réconciliation franco-allemande en se donnant la main lors d’une commémoration à Verdun, le 22 septembre 1984. La coopération militaire franco-allemande franchit une nouvelle étape avec la création d’une brigade franco-allemande et la mise en place de Conseils spécialisés pour la sécurité et la défense, l’économie et les finances, et pour la culture. La France et l’Allemagne donnent ensemble des impulsions pour relancer la construction de l’Europe.

54Des Conseils européens témoignent de l’efficacité de la concertation franco-allemande. Le Conseil de Stuttgart (17-19 juin 1983), présidé par l’Allemagne fédérale, adopte une déclaration solennelle sur l’Union européenne qui fixe les intentions et les priorités des prochaines années. Le second semestre 1983, présidé par la Grèce, révèle de profonds désaccords sur les grands dossiers. Grâce à une bonne préparation franco-allemande, le Conseil européen de Fontainebleau (25-26 juin 1984) élabore des compromis, y compris sur la contribution britannique au budget communautaire. À partir de 1985, le nouveau président de la Commission, Jacques Delors lance des initiatives en étroite concertation avec Paris et Bonn.

Les élections européennes en Allemagne

55Aux secondes élections européennes, celles du 17 juin 1984, la participation recule nettement à 56,8 % (— 8,9 %), les partis traditionnels, pourtant connus pour leur engagement européen, subissent des pertes assez sérieuses ; avec 4,8 % des voix, le FDP n’a plus de députés. Au contraire les Verts, eux, progressent fortement de 3,2 % à 8,2 % (+5 %) et entrent pour la première fois au Parlement européen avec 7 sièges. Aux élections européennes suivantes, le 18 juin 1989, la participation s’élève à 62,3 %, la CSU et le SPD remontent respectivement à 8,2 % et 37,3 % ; la CDU subit une sévère défaite avec 29,5 % seulement des voix (— 7,9 %), si bien que la CDU-CSU est réduite à 37,8 % contre 49,2 % dix ans plus tôt. Les Verts maintiennent leur position avec 8,4 % (+0,2 %). Dès leur première candidature, les Republikaner gagnent 7,1 % des voix et 6 députés, qu’ils reperdent en 1994. Ainsi, de 1979 à 1989, la CDU-CSU s’affaiblit de façon évidente, le SPD et le FDP perdent un peu de terrain, les Verts et les Republikaner s’installent sur le plan parlementaire. Le système des partis, autrefois concentré autour de quelques formations, se diversifie et devient plus hétérogène.

Déploiement des fusées et désarmement

56En matière de sécurité et défense, les grands débats des années 1982-90 portent sur l’application de la double décision de l’OTAN et sur les mesures de désarmement et de contrôle des armements. Après d’intenses controverses, le Bundestag approuve le 22 novembre 1983 le stationnement des fusées américaines de moyenne portée Pershing et Cruise Missiles. Les Soviétiques gèlent les négociations sur la limitation des armements à Genève (INF : Intermediate (Range) Nuclear Forces/Nukleare Mittelstreckenwaffen et START : Strategic Arms Reduction Talks/ Verhandlungen über die Reduzierung strategischer Waffen) et à Vienne (MBFR : Mutual Balanced Force Reductions/ Beiderseitig ausgewogene Truppenverminderungen). L’année 1987 amorce une reprise avec l’entrée en vigueur de l’accord multilatéral sur le contrôle des armements décidé dans le cadre des conférences du suivi de la CSCE. La République fédérale ne modernise pas les 72 fusées Pershing Ia dont les têtes nucléaires sont sous contrôle américain. Le 8 décembre 1987, le président américain Ronald Reagan, et le secrétaire général du PC soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, s’entendent à Washington en signant le traité INF (solution double zéro) visant à détruire dans un délai de trois ans les fusées nucléaires américaines et soviétiques de moyenne portée et les missiles de courte et moyenne portée (entre 500 et 5000 kilomètres) stationnés au sol en Europe. Le traité entre en vigueur le 1er juin 1988.

57Les relations germano-soviétiques se détériorent après l’adoption de la double décision de l’OTAN. Leonid Brejnev, mort le 10 novembre 1982, ne peut pas ouvrir de dialogue avec Helmut Kohl. Ses deux éphémères successeurs, Iouri Andropov (mort en 1984) et Constantin Tchernenko (mort en mars 1985) ne s’intéressent pas à une telle démarche. De nouvelles perspectives de dialogue s’ouvrent après l’arrivée de Mikhaïl Gorbatchev. À Moscou, fin décembre 1988, il décide avec Helmut Kohl de mettre fin à « la période de glaciation » et de développer une coopération plus amicale, qui sera très précieuse au moment de la réunification allemande. L’URSS voit cependant d’un mauvais œil le nouveau crédit de 950 millions de DM accordé fin juillet.

Les accrocs du dialogue avec la RDA

58L’état des rapports avec l’URSS se répercute sur les relations interallemandes. Après l’octroi d’un premier crédit d’un milliard de DM à la RDA, en 1983, l’URSS accepte mal le crédit suivant de 950 millions de DM accordé fin juillet 1984 par la Deutsche Bank car Moscou redoute une dépendance accrue de la RDA vis-à-vis de la République fédérale. Le dialogue entre les deux États allemands connaît lui aussi ses à-coups. En avril 1983, par exemple, quand deux ressortissants de République fédérale meurent de crise cardiaque à la frontière interallemande pendant un interrogatoire mené par des agents des frontières de RDA. Le gouvernement fédéral et l’opinion dénoncent le caractère inhumain du régime. L’occupation des locaux de la Représentation permanente à Berlin-Est ou des ambassades ouest-allemandes dans les pays de l’Est commence à poser des problèmes. Par ce procédé, des citoyens de RDA obtiennent en général des autorisations de sortie légale de RDA pour aller habiter à l’Ouest. Fin juin 1984, la Représentation permanente de la République fédérale à Berlin-Est ferme ses locaux aux visiteurs tant les « occupants » sont nombreux. En janvier 1985, l’ambassade ouest-allemande à Prague fait l’objet d’une occupation. En 1989, des occupations à une échelle beaucoup plus grande provoqueront la chute du régime communiste en RDA.

59Un autre flot de réfugiés perturbe les relations entre Bonn et Berlin-Est. De nombreux demandeurs d’asile étrangers arrivent à l’aéroport de Schönefeld, près de Berlin-Est, d’où ils se rendent à Berlin-Ouest. En octobre 1986, la RDA s’engage à ne laisser passer à l’Ouest que les voyageurs en transit, en possession d’un visa pour la République fédérale.

60La découverte des espions jette toujours un froid dans les relations interallemandes. Le 19 août 1985, Hans-Joachim Tiedge, un des responsables du contre-espionnage ouest-allemand à l’Office de protection de la constitution, passe en RDA, après avoir travaillé pour les services est-allemands. Le président de l’Office, Héribert Hellenbroich, est démis de ses fonctions, d’autant que Tiedge était un alcoolique notoire. Des secrétaires du ministère fédéral de l’Économie, de la présidence de la République, de la chancellerie et de la Fédération des réfugiés se sauvent précipitamment en RDA après le départ de Tiedge.

Les avancées de la coopération interallemande

61En dépit des coups de froid, la coopération interallemande progresse lentement. Par l’intermédiaire de Franz Josef Strauss des banques ouest-allemandes annoncent le 29 juin 1983 l’octroi à la RDA d’un crédit d’un milliard de D.M., garanti par l’État fédéral. En échange, la RDA fait des concessions : elle supprime le change obligatoire pour les jeunes Allemands de l’Ouest, de moins de 14 ans, qui se rendent en visite en RDA, elle adopte des dispositions pour faciliter le regroupement des familles et les mariages avec les « étrangers ». Elle s’engage aussi à démonter les installations de tirs automatiques le long de la frontière interallemande. Le 1er août 1984, le change obligatoire pour les retraités ouest-allemands est diminué, la durée des séjours à l’Est pour les Berlinois de l’Ouest et les ressortissants de la République fédérale est prolongée. Les retraités de RDA sont autorisés à passer 60 jours par an à l’Ouest. Les déplacements interfrontaliers pour la population qui vit à proximité de la frontière interallemande sont également facilités. Des millions d’Allemands vont désormais pouvoir se rencontrer. Les autorisations légales de départ de la RDA en Allemagne de l’Ouest passent de 43 314 en 1988 à 388 396 en 1989, grâce au mouvement des réfugiés.

62Le nouvel accord postal du 15 novembre 1983 veut améliorer les échanges postaux et les télécommunications. Après douze ans de négociations, un accord culturel est enfin signé entre les deux États, le 6 mai 1986, pour intensifier les échanges et la coopération dans de nombreux domaines de la vie culturelle. Le rapprochement est symbolisé par la signature, quelques jours plus tôt, le 25 avril, du premier jumelage interallemand entre les villes d’Eisenhüttenstadt (dans le Brandebourg) et de Saarlouis (en Sarre), avec l’aide d’Oskar Lafontaine, Ministre-Président de Sarre, et d’Erich Honecker, sarrois d’origine.

63Des progrès décisifs se manifestent en 1987. En mars, des officiers de la Bundeswehr participent pour la première fois, en tant qu’observateurs, à des manœuvres du pacte de Varsovie en RDA, prévues dans le cadre de la Conférence sur les mesures de confiance (Konferenz über Vertrauens-und Sicherheitsbildende Maßnahmen und Abrüstung in Europa, KVAE). Le 26 août, le gouvernement fédéral décide d’augmenter de 30 à 100 DM la somme remise annuellement à chaque ressortissant de RDA qui vient en visite en Allemagne fédérale. Fin août, la Commission des valeurs fondamentales du SPD et de l’Académie des sciences sociales auprès du comité central du SED publient un texte fondamental (Grundsatzpapier) sur la lutte entre les idéologies et la sécurité commune. Il y est question de la concurrence pacifique entre deux systèmes sociaux différents et de la nécessité du dialogue. Le SPD et le SED considèrent que la division allemande sera durable et qu’il convient d’aménager des relations réciproques pacifiques sans mettre en cause l’existence de l’État voisin, la coexistence pacifique est de règle.

64Richard von Weizsäcker, dans ses fonctions de président du Kirchentag évangélique allemand (1979-81), de député fédéral (1969-81), de vice-président du Bundestag (1979-81), de maire régnant de Berlin-Ouest (1981-84) et de Président de la République (1984-94) joue un rôle actif dans la pratique du dialogue avec l’autre Allemagne. Pour la première fois depuis la division de la ville en 1947-48, les maires de Berlin-Ouest (Eberhard Diepgen) et de Berlin-Est (Erhard Krack) se rencontrent à Berlin-Est, le 21 octobre 1987, pour le 750e anniversaire de la fondation de la ville.

Conclusion

Un chancelier contesté qui réaffirme son autorité

65La situation du chancelier Kohl, mal noté dans les sondages, est paradoxale en 1989 car, après bien des menaces, il va réussir un rétablissement spectaculaire. Depuis 1987, la CDU enregistre des pertes graves aux différentes élections. Le chancelier remanie son gouvernement fin avril 1989. Son départ du gouvernement est ouvertement discuté au sein de la CDU, par le député Heiner Geissler, secrétaire général de la CDU (il sera écarté de cette fonction en août), Rita Süssmuth, présidente du Bundestag, et Lothar Späth, Ministre-Président du Bade-Wurtemberg qui demandent la séparation des fonctions de chancelier de celles de président de la CDU. Helmut Kohl réaffirme son autorité lors du congrès fédéral de la CDU, à Brême, du 10 au 13 septembre, mais il n’est réélu à la présidence que par 77,4 % des votants – son plus mauvais résultat depuis 1973. Sa déclaration en dix points du 28 novembre pour réaliser l’unité allemande le replace au cœur de l’action politique, le privilège de l’exécutif lui permettant d’en être un des moteurs, au moment où les dirigeants SPD s’interrogent encore sur l’opportunité de la réunification et où les contestataires de RDA rêvent à l’hypothétique troisième voie entre le communisme et le capitalisme. L’avertissement pour Helmut Kohl a cependant été sérieux car le recul de la participation électorale, la perte de crédibilité des forces politiques traditionnelles et la montée des extrêmes traduisent un mécontentement grandissant.

66Helmut Kohl bénéficie d’une situation internationale plutôt favorable qu’il sait utiliser à son profit. Le retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan, en février 1989, rétablit un climat de confiance entre l’Est et l’Ouest, propice aux négociations sur le désarmement et aux grands projets de coopération. La visite d’État de Mikhaïl Gorbatchev à Bonn, du 12 au 15 juin, est celle de la confiance, de l’entente et de la coopération. Le rideau de fer commence à s’ ouvrir entre l’Autriche et la Hongrie en mai 1989 et, le 7 juillet, les Pays du pacte de Varsovie mettent fin à la doctrine Brejnev sur la souveraineté limitée des États socialistes, adoptée le 21 août 1969. La chute d’Erich Honecker, le 18 octobre, la médiocrité de son éphémère successeur Egon Krenz permettent à Helmut Kohl de jouer un rôle moteur dans les choix cruciaux à faire pour l’avenir de l’Allemagne : le chancelier a eu l’habileté et le bon sens de ne pas séparer unité allemande et unité européenne. Malgré les réticences de Margaret Thatcher et de François Mitterrand, il obtient à la fin de l’année 1989 le soutien de l’Union européenne et de l’OTAN. Le président George Bush lui est tout acquis pourvu que l’Allemagne unie reste dans l’OTAN. Mikhaïl Gorbatchev se convertit définitivement à l’idée de l’unité allemande, au début de l’année 1990, bien que l’intégration allemande dans l’OTAN lui pose des problèmes.

67Tous les événements de 1990 montrent à quel point l’interaction est grande entre l’évolution interne des Allemagne, la marche vers l’unité et le contexte international. En début d’année, Helmut Kohl a la certitude que les quatre Grands (qui conservent encore leurs droits et responsabilités vis-à-vis de l’Allemagne dans son ensemble), la Communauté européenne et l’OTAN acceptent l’idée d’une Allemagne unie qui sera ancrée dans le camp occidental. Les premières élections libres en RDA, le 18 mars, donnent une victoire politique inespérée à la CDU (40,8 2% des voix) et même 48,05 % avec ses deux petits partenaires de « Alliance pour l’Allemagne » ; le SPD n’arrive qu’à 21,88 % des voix. Totalement sous le contrôle de la CDU, le gouvernement de Bonn négocie à partir d’avril, avec le gouvernement de Maizière à Berlin-Est, les conditions de la réunification avec tout d’abord le Traité sur l’unité économique, monétaire et sociale (qui entre en vigueur le 1er juillet), et le Traité sur l’unité étatique qui se réalise le 3 octobre. Auparavant une rencontre historique entre Helmut Kohl et Mikhaïl Gorbatchev, à Stravopol, dans le Caucase, le 15 et 16 juillet, a levé les dernières préventions soviétiques sur les questions de sécurité. Les Quatre Grands, en négociation depuis le mois de mai avec les deux Allemagne, adoptent dès le 12 septembre le traité « 2 + 4 » ou « traité portant règlement définitif concernant l’Allemagne » qui détermine les conditions extérieures de l’unité allemande. La conférence de la CSCE à Paris, du 19 au 21 novembre, enterre la guerre froide en Europe et ouvre l’ère du partenariat entre les deux Europe selon la charte adoptée à cette occasion. Après la confrontation et la division, les 34 pays d’Europe appellent de leur vœu la démocratie, la paix et l’unité. L’unité étatique de l’Allemagne devient le symbole de cette mutation.

68Les premières élections régionales dans les nouveaux Länder, le 14 octobre, tournent à l’avantage de la CDU qui va diriger quatre des cinq gouvernements régionaux (trois coalitions CDU-FDP en Mecklenburg-Vorpommern, Saxe-Anhalt et Thuringe, un gouvernement entièrement CDU en Saxe), seul le Brandebourg revient au SPD. Aux élections régionales du 2 décembre 1990, dans la ville de Berlin réunifiée, la CDU (40,4 %) distance nettement le SPD (30,4 %) ; en janvier 1990, Eberhard Diepgen, CDU, maire régnant, forme une grande coalition avec le SPD.

69La coalition sortante du chancelier Kohl gagne les premières élections fédérales dans le cadre de l’Allemagne unie, le 2 décembre 1990. La CDU progresse de 34,5 % à 36,7 % (+2,2 %), mais la CSU recule de 9,8 % à 7,1 % car son impact électoral reporté à l’ensemble de l’Allemagne unie est plus faible que dans l’Allemagne des 10 Länder de l’Ouest. La CDU-CSU passe ainsi de 44,3 % à 43,8 % (– 0,5 %). Ce léger recul est compensé par la bonne tenue du FDP qui progresse de 9,1 % à 11 % (+1,9 %). Dans le camp de l’opposition, l’érosion du SPD s’accentue de 37 % à 33,5 % (— 3,5 %), tant son chef de file, Oskar Lafontaine, se montrait critique à l’égard des conditions de l’unité. Les Verts, encore plus hostiles à l’unité, tombent en Allemagne de l’Ouest, de 8,3 % à 3,8 % (— 4,5 %) et perdent leurs députés ; avec 6 % des voix en Allemagne de l’Est, ils auront néanmoins 8 élus car, exceptionnellement, la loi électorale a distingué deux espaces électoraux différents, celui de l’Ouest et celui de l’Est, pour permettre aux petits partis d’avoir des élus à l’Est. Avec 9,9 % des voix en Allemagne de l’Est (2,4 % seulement reportés à l’ensemble de l’Allemagne unie, mais 0,3 % en Allemagne de l’Ouest), le PDS obtient 17 sièges. Il se présente déjà comme un parti régional. La CDU et le SPD sont plus faibles à l’Est qu’à l’Ouest, les autres partis connaissent une situation inverse.

70Dans l’attente des élections fédérales du 2 décembre, 144 députés de l’ancienne Chambre du peuple entraient après le 3 octobre au Bundestag et quelques membres du gouvernement de Maizière devenaient ministres sans portefeuille dans le gouvernement Kohl. Les élections du 2 décembre mettent fin à cette situation transitoire. Le nouveau Bundestag de l’Allemagne unie se constitue le 20 décembre, Rita Süssmuth reste présidente ; elle avait été élue après la démission qui a sanctionné le discours maladroit prononcé par Philipp Jenninger, le 10 novembre 1988, pour le 50e anniversaire du pogrome antisémite, appelé « la nuit de cristal ». Le 17 janvier 1991, Helmut Kohl est élu chancelier, il présente son gouvernement CDU-CSU/FDP le lendemain et sa déclaration gouvernementale le 30. L’Allemagne unie s’engage dans les années 1990, avec en 1998 un changement politique fondamental.

Les élections fédérales, 1976-1990

NB. Pour chaque législature, le nombre de mandats indiqués comprend aussi ceux de Berlin-Ouest pour les années 1976-87. De 1949 à 1987, en raison du statut particulier de la ville, les députés de Berlin-Ouest ne sont pas élus directement par la population mais désignés par les membres de la Chambre des députés de cette ville. Leur droit de vote au Bundestag est limité. Ce statut disparaît en 1990 avec la réunification. Pour l’étude et l’interprétation des résultats à l’Est, voir notre contribution « Élections dans les nouveaux Länder en 1994. Vers le tripartisme », p. 77-94. In  : Vaillant (Jérôme), ed., L’Allemagne unifiée cinq ans après .... Paris/AGES et Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 1995, 408 p.

L’évolution politique des Länder

71Au début des années 1980, la CDU et la CSU dirigent seules ou en coalition six Länder : elle conserve jusqu’en 1990 et au-delà la Bavière (CSU), le Bade-Wurtemberg et la Rhénanie-Palatinat (qui passe au SPD en 1991), mais elle perd au profit du SPD la Sarre en 1985, le Schleswig-Holstein en 1988 et la Basse-Saxe en 1990. SPD et CDU se disputent Berlin-Ouest (SPD en 1980, CDU en 1981, SPD en 1989 et CDU-SPD depuis 1990). La Hesse est gouvernée par la CDU et le FDP de 1987 à 1991. Trois Länder sont toujours gouvernés par le SPD : Brême et la Rhénanie du Nord-Westphalie, Hambourg (SPD, puis SPD/FDP en 1987). En 1990, la CDU dirige quatre des cinq nouveaux Länder.

Les dirigeants politiques

72Pour compléter, voir Henri Ménudier, « Les conditions historiques de l’unité allemande, pp. 13-46 et « Elections dans les nouveaux Länder en 1994. Vers le tripartisme », pp. 77-94, in : Jérôme Vaillant (ed.), L’Allemagne unifiée cinq ans après, Paris, AGES et Valenciennes Presses universitaires, 1995.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540