Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

1. Bilan et perspectives de la recherche

L’unité allemande vue par les archives de la Chancellerie (1989/90)

Horst Möller
Traduction de Hélène Miard-Delacroix et fr

Texte intégral

I

1En 1989, la France fêtait le bicentenaire de la Révolution de 1789. Les festivités qui avaient débuté le 14 juillet et le flot des commémorations commençaient à peine à diminuer quand survint l’ouverture du mur de Berlin le 9 novembre 1989. Certains commentateurs étaient en joie car ce qui avait commencé en 1789 se réalisait enfin après 200 ans, les idéaux de la Révolution française (liberté, égalité, fraternité) s’imposaient maintenant dans la partie orientale de l’Europe et même dans l’autre partie de l’Allemagne. Le droit à l’autodétermination des peuples, la démocratie et l’État de droit n’étaient désormais plus seulement valables dans l’hémisphère Ouest, ils entamaient leur marche triomphale à l’Est.

2Cela, c’était une face de la médaille. Sur l’autre, il y avait le scepticisme et même de la peur face aux conséquences : est-ce que pour l’Allemagne divisée, qui avait été pendant quarante ans la conséquence et le symbole de la partition du monde, le droit à l’autodétermination signifiait nécessairement la réunification ? Est-ce que l’on verrait renaître au centre de l’Europe un État puissant, trop puissant entre l’Est et l’Ouest, et peut-être même un État agressif ?

3Et dans la perspective des Allemands : après la fondation du Reich par Bismarck en 1870/71, y aurait-il de nouveau un État-nation, après que le premier État-nation allemand se fut écroulé au bout d’à peu près 75 ans, en 1945, dans la catastrophe de la dictature nazie et de la Seconde Guerre mondiale ? Est-ce qu’après 45 années de division, c’est-à-dire près de la moitié du XXe siècle, viendrait la réunification ?

4Ce qui pouvait être un rêve pour les uns, se transforma en cauchemar pour les autres. Comment allait-on pouvoir surmonter 45 années de division de l’Allemagne, de l’Europe et du monde en deux blocs opposés, voire hostiles ?

5Cela ne fait aucun doute : la réunification de l’Allemagne et les évolutions qui y conduisirent constituent un événement d’une portée historique. Certes c’est en 1945 que prit fin la Seconde guerre mondiale, mais ce qui en résulta et qu’on appela la « guerre froide » ne se termina vraiment qu’en 1989/90. En à peine une année, non seulement l’Allemagne fut réunifiée mais aussi l’ensemble du système international transformé ; c’est ce qu’écrivit avec justesse l’ancien secrétaire d’État américain James Baker dans ses mémoires – « Trois années qui changèrent le monde », c’est le titre qu’il donna à ce livre relatant les années où il fut en fonction.

6Il est donc d’autant plus étonnant qu’en 1992, des commentateurs français remarquèrent avec malice mais non sans raison, que la coupe du monde de football était plus importante pour les Allemands que la réunification.

7Quoi qu’il en soit, en raison de l’importance historique de la réunification, on ne peut qu’être surpris par le découragement constaté chez bon nombre de gens, par l’indifférence, le mépris et par l’incapacité, face à la grandeur de l’événement, de relativiser une critique peut-être justifiée à petite échelle.

8Comme le dit bien la célèbre formule de Friedrich Schlegel, les historiens sont des prophètes tournés vers le passé, et c’est pour cela qu’ils sont de mauvais prophètes. Malgré tout, j’ose la prophétie suivante : dans une ou deux générations, on reconnaîtra mieux qu’aujourd’hui l’importance historique, indubitablement considérable, que revêt la réunification. Cela sera facilité par le jugement que porteront les historiens sur ce processus ainsi que par l’éducation politique qui en découlera. Ce n’est en effet que la distance qui fait apparaître la véritable dimension d’événements historiques.

II

9Il est déjà arrivé que des archives soient accessibles au public avant l’expiration du délai de trente ans. Mais il n’est jamais arrivé que les historiens – et donc le public – aient accès, au bout de seulement huit ans c’est-à-dire 22 ans avant l’expiration du délai de rigueur, aux documents internes – dont certains sont estampillés «très confidentiel» – ayant trait à des événements politiques aussi importants. Les historiens ne peuvent que saluer expressément une telle ouverture d’archives et peuvent espérer que cela débloquera d’autres fonds. Cela permet au grand public s’intéressant à la politique d’avoir un accès inattendu à des événements décisifs qui font partie de son histoire récente.

10Même de nos jours où les médias dominent tout, où tout est l’objet de discussions publiques voire d’indiscrétions systématiques, il n’est pas possible de se faire une image juste d’événements récents sans utiliser les fonds d’archives écrites. Ces documents sont le fondement permettant la reconstruction de processus de décision et ils sont indispensables pour porter un jugement équitable sur ces phénomènes. Ils permettent de jeter un regard en coulisses, d’examiner les processus de décision, de voir quels services et quelles personnes y ont pris part, ce qu’il était impossible de voir jusqu’alors à partir des sources connues.

  • 1 Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzleramtes, 1989/90. Dokument zur Deutsch (...)

11Les documents qui viennent d’être rendus publics1 montrent une fois de plus combien les publications de mémoires par des acteurs sont insuffisantes pour reconstruire et analyser des processus historiques. C’est pourquoi on ne peut certes se passer de mémoires très riches, mais elles sont presque toujours écrites dans la perspective de l’acteur placé dans telle ou telle situation et donc ce sont ses actions et ses objectifs qu’elles mettent au centre de la réflexion. C’est légitime, elles livrent donc une partie de l’image globale, mais jamais l’ensemble. Il faut faire appel à d’autres sources qui corrigent cette image. Car on ne peut trouver de réponse à bon nombre de questions qu’en examinant les archives officielles et ce n’est qu’à partir des documents que l’on peut déceler bon nombre de problèmes. C’est d’autant plus le cas qu’aucun des acteurs ne pouvait disposer d’informations sur l’ensemble des événements ni ne pouvait prendre part à tous les processus de décision.

12Cette ouverture d’archives fait donc apparaître sous un jour nouveau les descriptions brossées à partir d’un point de vue individuel ainsi que tous ces volumes de mémoires sophistiquées. Tout historien sait qu’il est indispensable de trier les sources, de les considérer avec un œil critique tant pour ce qui est des intentions qu’elles trahissent que des effets qu’elles ont eus. Il est nécessaire de les confronter à d’autres sources. Certes, l’on dispose d’une série de descriptions très élaborées des années 1989 et 1990, comme par exemple celles d’hommes d’État tels Helmut Kohl et Mikhail Gorbatchev, ou celles de ministres des Affaires étrangères comme Hans Dietrich Genscher, James Baker, Gyula Horn, ou bien de collaborateurs étroits, et qui ont été souvent indispensables dans la préparation de décisions, tels Horst Teltschik, Eduard Ackermann et Hans Klein, ou bien de diplomates, ou bien encore d’acteurs de Berlin-Est tels Günter Schabowski. Malgré tout, ces témoignages personnels n’ont, en tant que tels, de valeur réelle que replacés dans le contexte des documents que l’on vient de publier.

III

13Ce que la recherche attend d’une telle édition, c’est qu’elle remplisse les conditions suivantes : accès généralisé (ce qui n’exclut pas d’interdire de publication tel ou tel document), professionnalisme dans le choix des documents, utilisation critique des sources et présence d’indications concernant le choix, les principes et les lacunes dans l’élaboration de la documentation.

14Il faut ici rendre l’hommage le plus appuyé au chancelier fédéral et à la chancellerie pour l’ouverture des archives, au ministre de l’Intérieur et à son ministère pour la décision de publication dans le cadre des documents concernant les relations interallemandes édités par le ministère de l’Intérieur, aux directeurs scientifiques de cette collection, les professeurs Klaus Hildebrand et Hans-Peter Schwarz, ainsi qu’au président des archives fédérales, le professeur Friedrich P. Kahlenberg. Enfin et surtout, il faut remercier les deux personnes qui ont assuré la présentation des textes, Hanns-Jürgen Küsters et Daniel Hoffmann. Tous ont eu cette possibilité de pratiquer la liberté de la recherche, garantie par la Loi fondamentale, dans un domaine normalement encore inaccessible à la recherche historique.

15Il faut aussi particulièrement souligner que cette édition d’archives ne fait pas que jeter des fondements pour la recherche mais qu’elle suscite et permet d’autres recherches. En effet, l’ensemble des documents utilisés pour cette édition est dorénavant accessible plus tôt que prévu et peut être utilisé selon les règles habituelles. Non seulement cela donne une possibilité de contrôle pour ce qui est du choix, des commentaires et des possibilités d’interprétation de cette publication, mais en outre cela ouvre une brèche pour toute nouvelle recherche consacrée à cet ensemble de questions.

IV

16La mission centrale de la recherche historique consiste, selon le mot célèbre de Leopold von Ranke, à montrer « comment les choses ont vraiment été » et aussi à analyser les causes et les effets de phénomènes historiques. La recherche historique doit rester attachée à cette approche scientifique désintéressée, car en ce sens elle n’est au service d’aucune autre cause. Mais nous, les historiens, sommes convaincus qu’il n’y a pas d’éducation politique sans connaissance historique, sans fondement historique. Or cette éducation politique est vraiment indispensable dans une démocratie parlementaire et au sein d’un État de droit. Les légendes historiques conduisent à des déformations politiques et trop souvent à l’empoisonnement du climat politique, alors qu’une description historique en quête d’objectivité aide à la prise de décision politique et la rend réaliste. Ainsi la recherche et la connaissance historiques ont-elles toujours un effet indispensable et, de cette manière indirecte, positif pour la vie politique d’une société et pour la formation du jugement dans celle-ci.

V

17Un problème particulier se pose à l’historien qui veut formuler un jugement scientifique sur la réunification : c’est celui de la proximité temporelle, dans la mesure où tout observateur, et l’historien lui aussi, subit les effets immédiats d’événements qu’il a lui-même vécus. Il en devient un témoin mais aussi, comme tous les autres qui ont connu l’événement, il devient un contemporain lié à un lieu et à une époque.

18Avec le recul, les jugements de valeur se modifient et c’est la distance qui permet de reconnaître les lignes de force. Donc plus l’histoire est complexe et plus sera complexe la recherche et l’interprétation historique d’événements d’importance considérable. Ce qui en permet un traitement objectif, c’est l’étude des sources et notamment des archives.

VI

19Que nous propose cette édition ? Quelques informations formelles d’abord. Avec près de 1700 pages, ce livre rassemble 531 documents issus de la chancellerie et rendus accessibles par un commentaire scrupuleux, un répertoire biographique annoté, un index des noms de personnes et un index des matières très complet. En outre Hanns-Jürgen Küsters a rédigé une introduction extrêmement instructive qui, avec ses plus de 200 pages, a à elle seule le format d’une monographie. Küsters relie les masses de documents, avec à la fois une sûreté dans le détail et un sens pour les grandes lignes et les proportions ; c’est une contribution fondamentale à la recherche consacrée à la réunification.

20Les documents couvrent la période qui va du printemps 1989 jusqu’à la réunification. Le premier document est une conversation du chancelier Kohl avec le président Bush le 30 mai 1989, le dernier est la note adressée par le gouvernement de la RDA au gouvernement fédéral le 29 septembre 1990.

21La périodisation y apparaît de manière systématique. Les prémices, c’est-à-dire d’un côté la déstabilisation progressive des États du pacte de Varsovie et notamment de la RDA, de l’autre des activités dans le domaine de la politique de sécurité avec des négociations sur la réduction des armements, ces prémices forment une première phase. La deuxième phase concerne la crise et l’effondrement de la RDA, la troisième la préparation politique et diplomatique de la réunification, avec d’un côté les conversations dans le cadre dit « 2 + 4 », de l’autre les négociations entre le gouvernement fédéral et le gouvernement de la RDA issu des premières élections libres du 18 mars 1990 et porteur ainsi de légitimité démocratique. Certains processus de décision méritent une attention particulière : il s’agit de ceux qui se sont déroulés en République fédérale mais sans se limiter au gouvernement fédéral, c’est-à-dire intégrant l’opposition ou, selon les cas, le Bundesrat et les gouvernements des Länder. Voilà une vraie nouveauté.

22De par leur provenance, leur auteur et leur contenu, les documents eux-mêmes sont variés. À côté de notes et de comptes rendus de conversations entre dirigeants (le chancelier, le président américain, le président russe, le président français ou le premier ministre britannique pour ne nommer que ceux-là) se trouvent du courrier officiel, des documents issus des ministères et des notes en grand nombre.

VII

23Grâce à ces archives, nous recueillons pour la première fois des informations sur un nombre très important d’événements et de processus décisionnels, et l’image que nous avons des motivations et des objectifs, de la stratégie et de la tactique des hommes politiques en est en partie modifiée. Les documents montrent les acteurs sous un éclairage particulier mais ils révèlent aussi la diversité des lieux de l’action et des multiples acteurs. Entre les pôles de la politique mondiale, entre Washington et Moscou, les centres de décision européens que sont Bonn, Paris, Berlin, Varsovie, Budapest et Londres, il y a les événements en RDA, comme par exemple la formation de l’opposition politique ou encore la pression qu’exerça le nombre croissant de réfugiés sur la direction est-allemande et sur les autres gouvernements. Dans cette situation particulière, la gestion de crise a été décisive, avec ses changements fréquents, d’une semaine à l’autre, voire d’un jour à l’autre.

24Nous assistons aussi plus nettement qu’auparavant aux changements de stratégie du gouvernement américain qui a reconnu très tôt – et en tous cas plus tôt que la plupart des autres acteurs – les signes indiquant une transformation des rapports de forces au niveau mondial. Dès le 12 mai 1989 en effet, le président Bush écrit au chancelier Kohl que l’on peut voir se dessiner une chance historique de modifier les relations Est-Ouest (p. 35 s.). Pendant l’été et au début de l’automne 1989 il apparaît clairement aussi qu’il y a deux écoles de pensée au sein de l’administration américaine. Toutes deux partent du même constat d’une transformation profonde de la scène internationale mais elles n’en tirent pas la même conséquence pour la question allemande. Ainsi, dans son discours du 16 octobre, le secrétaire d’État Baker parle encore de «  réconciliation » des deux États allemands, mais pas encore de «réunification ». Le président Bush en revanche, qui le 11 novembre invite le chancelier Kohl à venir à Camp David (n° 64), parle de nouveau d’une possibilité de réunification (n° 67). Tant le gouvernement américain que le gouvernement fédéral accordent une grande importance à la consultation réciproque avant de prendre toute nouvelle initiative. Les conversations menées par le chancelier Kohl avec le secrétaire d’État Baker le 12 décembre montrent que le gouvernement américain n’acceptera la réunification qu’aux conditions définies par l’Ouest. L’appartenance de l’Allemagne réunifiée à l’OTAN en est un élément essentiel.

25Pour sa part, Helmut Kohl ne s’est pendant longtemps pas exprimé sur ce que serait, selon lui, l’aboutissement des bouleversements en Allemagne et sur la scène internationale. Le 9 novembre, ni lors de sa visite, pour lui fort importante, à Varsovie, ni dans sa réaction à l’annonce de l’ouverture du mur formulée par Schabowski, on ne le vit s’engager définitivement. Cela apparaît clairement aussi dans les entretiens téléphoniques qu’il a eus les 10 et 11 novembre avec le président Bush et avec le président Mitterrand (n° 82). Au cours de ces entretiens, trois semaines avant la rencontre de Bush avec Gorbatchev à Malte, le chancelier fit part à ses interlocuteurs du fait que dans la seule année 1989 il y a eu environ 280 000 réfugiés de la RDA, âgés de 25 à 30 ans, qui passèrent en RFA.

26C’est une information analogue que le chancelier communique au président Mitterrand le 11 novembre. Or les nuances dans la réaction des deux hommes d’État, américain et français, en disent long. Bush comprend immédiatement que l’ouverture du mur et le flot des réfugiés ont transformé la situation ; il en accorde donc d’autant plus d’importance à la rencontre prévue avec Gorbatchev. Mitterrand en revanche évalue cette évolution comme un acte d’émancipation populaire, comme « l’heure du peuple », dans la plus pure tradition de la pensée politique des Français depuis 1789. Kohl quant à lui cherche à minimiser l’importance des événements et constate que les choses vont plus dans le sens d’une évolution que d’une révolution.

27Lorsque le 9 novembre, alors qu’il se trouve à Varsovie, Kohl apprend que le mur a été ouvert, il n’a manifestement encore qu’une vague vision de la situation, il ne manifeste aucun sentiment et choisit clairement d’attendre. Mais lorsqu’il interrompt son voyage à Varsovie pour se rendre à Berlin et apparaître devant l’hôtel de ville de Schöneberg avec Willy Brandt, Hans-Dietrich Genscher et le maire de Berlin Momper, Kohl est indigné par l’incroyable discours de Momper où celui-ci parle du « peuple de la RDA », misant dès le début sur la poursuite de l’existence de deux États en Allemagne.

28Dans toutes les conversations qui ont eu lieu avant cette date, il ne fait pas de doute que le chancelier identifie les symptômes d’une crise qui s’accentue, même si, lors d’un entretien le 9 novembre avec le chef du syndicat Solidarité Lech Walesa il ne souscrit pas à l’opinion clairvoyante de Walesa qui doute que le mur soit encore debout deux semaines plus tard et qui demande à Kohl si la République fédérale devra le reconstruire au cas où il serait démoli.

29D’un autre côté, il est clair à mon avis (mais c’est une question d’interprétation) que Kohl a vu, au plus tard à l’automne, que s’offrait là une chance de parvenir à la réunification. Par exemple, le 11 novembre, le nouveau président du conseil d’État Krenz déclare à Kohl, après un échange de politesses, qu’il ne fait aucun doute que tous deux sont d’accord pour considérer que la réunification n’est actuellement pas à l’ordre du jour. Ce à quoi le chancelier répondit que, sur ce point, leurs avis divergeaient, que lui, Kohl avait prêté serment sur la Loi fondamentale et qu’il avait certainement sur cette question une autre conception des choses que le président du Conseil d’État. « Cependant ce n’est pas la réunification qui nous préoccupe le plus actuellement ». À partir de la fin novembre le chancelier mettra résolument le cap sur la réunification.

30Les déclarations parfois sibyllines que l’on trouve à ce sujet montrent qu’une partie du jeu diplomatique consiste pour Kohl à ne pas désorienter et inquiéter les dirigeants étrangers qui très manifestement craignent une réunification, à ce moment-là où tout est encore ouvert. Outre Krenz, il s’agit de Gorbatchev bien sûr, mais aussi de Margaret Thatcher. Mitterrand ne s’exprime pas de manière définitive contre la réunification, mais il adopte pendant un temps une position très légaliste, c’est-à-dire qu’au début il s’en tient au statu quo. Cela apparaît clairement lors de la rencontre de Kohl avec Mitterrand à Latché, dans la propriété privée du chef de l’État français, le 4 janvier 1990. Il est clair également que pendant l’hiver 1989/90, Mitterrand ne table pas sur le fait que Gorbatchev pourrait faire des concessions importantes, comme par exemple sur les questions du droit à l’autodétermination des Allemands, des élections libres, du retrait des troupes soviétiques et enfin de l’appartenance à l’OTAN. Il considère que le problème de la ligne Oder-Neiße est un ultime obstacle ou un dernier frein à la réunification. En effet, pour Paris, la frontière orientale de l’Allemagne constitue un vrai problème. Cela apparaîtra de nouveau avec évidence lors de la visite du général Jaruzelski à Paris le 15 mars 1990.

31D’un autre côté, lors de la conférence de presse du 3 novembre 1989 à Bonn, Mitterrand s’était montré compréhensif face au vœu et au droit des Allemands de se réunifier. Mais le 18 novembre, le président déclara que la question de la réunification ne se trouvait pas à l’ordre du jour. On peut donc observer une certaine ambiguïté tandis que l’interview que Margaret Thatcher a accordée au Wall Street Journal en janvier 1990 laisse apparaître de manière univoque son scepticisme et même une résistance certaine face à la réunification. Ces deux réactions montrent bien combien la plus grande prudence était nécessaire. Joachim Bitterlich a constaté avec justesse que cela a peut-être été le plus grand mérite de la politique allemande que d’avoir absorbé le « choc » que provoquait auprès des partenaires une réunification qu’ils n’attendaient pas du tout ou pas aussi tôt, et d’avoir réussi à instaurer un climat de confiance.

32À partir de l’été 1989 la crise ne cesse de s’aggraver en RDA. La pression des vagues de réfugiés et des manifestations de masse oblige les dirigeants à agir. Ils y sont d’ailleurs contraints aussi par les réformes engagées dans les États d’Europe de l’Est : la RDA s’isole dans son refus auquel elle s’accrochera jusqu’à son effondrement.

33Dès le début, l’une des cartes de Helmut Kohl a été de faire avancer le processus de réformes en Hongrie et en Pologne, en gardant deux points de repère en vue : le désarmement et la coopération économique dont l’objectif était également d’organiser des aides. La République fédérale elle-même était prête à leur accorder une aide financière, mais Kohl tenta aussi d’amener la Communauté européenne et le gouvernement américain à offrir également de telles aides. Kohl le formule lors d’un entretien avec le président de la Commission européenne Jacques Delors le 5 octobre 1989 (n° 58) et il affirme que ce n’est qu’avec ce soutien financier d’autres États européens qu’il sera possible de donner à la Hongrie et à la Pologne les moyens dont elles ont besoin pour accélérer et faire aboutir les réformes.

34Là aussi, on constate une ambivalence. C’est bien le cas lors des négociations avec la Hongrie à propos du problème des réfugiés. En effet il apparaît que dans les conversations rassemblant le chancelier et le ministre des Affaires étrangères Genscher du côté allemand, et le premier ministre Nemeth et son ministre des Affaires étrangères Horn du côté hongrois, il n’a pas du tout été question, comme cela a pourtant été communiqué à la presse, de questions humanitaires ; du côté hongrois, il s’agissait d’un marché financier. On voit en effet Nemeth faire la liste de ses desiderata, Kohl les accepter, puis déclarer publiquement, une fois le marché conclu, qu’il remercie le gouvernement hongrois « pour sa générosité et son humanité » que les Allemands n’oublieront jamais (au château de Gymnich le 25 août, documents n° 28, 29, 40, 41). Une partie essentielle de la stratégie de Kohl en Europe de l’Est consiste à parvenir à une réconciliation définitive avec la Pologne. C’est un point important vis-à-vis de la France car la disposition des Allemands à reconnaître définitivement la ligne Oder-Neiße comme frontière élimine, pour l’Ouest comme pour l’Est, un obstacle central à la réunification.

35Au même moment, les masses de gens fuyant la RDA – à cause de difficiles négociations avec la RDA et avec les gouvernements tchèque et hongrois – ne sont pas les seules à poser constamment des problèmes nouveaux ; c’est aussi le cas du mouvement de protestation en RDA même. Cela apparaît nettement le 19 septembre par exemple, avec la création du Nouveau Forum, sous la houlette de Bärbel Bohley, dans l’Église de Gethsémané à Berlin-Est. Dans l’ensemble, les documents montrent que les analyses que fait la chancellerie en septembre-octobre 1989 prennent certes en compte l’éventualité d’une profonde déstabilisation de la RDA, mais que l’on préfère encore attendre. Il est vrai que, comme l’indique un entretien du chef de la chancellerie Seiters avec le secrétaire d’État-adjoint Eagleburger le 7 septembre, certaines analyses de la situation à l’interne vont dès le mois de septembre bien plus loin que ce que présentent les estimations faites en public. En effet, on y voit Seiters confirmer le soutien explicite que le président Bush accorde alors à la réunification.

36Un autre fil de ce jeu diplomatique complexe concerne les contacts constants de Kohl avec le président russe Gorbatchev dont on peut suivre l’évolution depuis le mois de mai 1989 jusqu’aux deux virages décisifs de janvier/février et de mai 1990.

37En mai 1990, il apparaît avec évidence à Kohl que Gorbatchev a besoin d’argent pour son programme de pérestroïka et de réformes. Il ne se fait aucune illusion sur la précarité de la situation de Gorbatchev. C’est ce que prouvent la visite de Horst Teltschik le 14 mai 1990 auprès de Gorbatchev ainsi que la lettre de Kohl. C’est lors de la visite de Kohl à Moscou le 15 juillet, puis le lendemain à l’occasion du show bien télégénique dans le Caucase, que le virage est présenté au public. Mais la conversation de Bush et Kohl à Washington le 6 juin 1990 montrait que tous deux étaient déjà convaincus que les Soviétiques feraient des concessions sur le problème de l’appartenance de l’Allemagne réunifiée à l’OTAN.

38Mais les négociations germano-soviétiques avaient dû parcourir un long chemin. En effet, en novembre 1989 après la chute de Honecker le 18 octobre et l’ouverture du mur le 9 novembre, Gorbatchev avait campé sur sa position selon laquelle l’Union soviétique n’accepterait jamais que l’on touche au principe de l’existence de deux États en Allemagne. Là aussi, de la même façon qu’il procéda avec d’autres hommes d’État comme par exemple le premier ministre Andreotti, Kohl avait poursuivi une stratégie à deux faces. Il assura Andreotti que le gouvernement fédéral se refusait d’envisager une quelconque déstabilisation. En réalité, cette déstabilisation faisait partie de son calcul politique tout en devant rester sous contrôle. À partir du moment où les choses deviennent plus claires après le 9 novembre, Kohl mise sur la double stratégie qui est bien connue, c’est-à-dire réunification et intégration européenne, deux objectifs qu’il poursuit avec la même intensité. Il y a là derrière à la fois une conviction européenne et l’idée très juste que c’est le seul moyen de promouvoir la réunification.

39Mais c’est une erreur de croire qu’à ce moment-là l’union monétaire aurait été négociée comme le prix à payer pour la réunification ainsi que l’a affirmé le Spiegel en se fondant sur une note de Joachim Bitterlich. En effet, cette union monétaire était en gestation depuis les années soixante-dix, la décision en avait été prise en 1988 ; en outre le président Mitterrand voulait obtenir un succès pendant la présidence française de l’Union européenne et, dès ce moment (voir le document n° 70), il ne considérait pas l’union monétaire comme une fin mais comme une étape vers l’union politique. La note de Bitterlich adressée à Kohl en préparation de cet entretien comporte une estimation de la position française et une analyse des points de vue différents de Bonn et de Paris sur la route à suivre et sur les priorités.

40La réunification et l’intégration européenne participèrent bien de la même dialectique, la réunification ayant accéléré l’intégration et l’intégration ayant au moins facilité la réunification.

Bilan

41Permettez-moi quelques remarques de conclusion

  • C’est la chancellerie qui a coordonné, pendant toute la période de la réunification, la politique étrangère de la RFA et sa politique vis-à-vis de l’autre Allemagne. Les documents en question en illustrent l’élaboration ainsi que les nombreux obstacles. Le Chancelier a été au centre de ces décisions, ce qui relativise le rôle, au demeurant important, du ministre des Affaires étrangères Genscher.

  • La défaite aux élections en Basse-Saxe signifia pour la coalition chrétienne-démocrate la perte de sa majorité au Bundesrat. Par suite, les Länder jouèrent un rôle plus important dans le règlement de problèmes de politique interallemande ; c’est ce que montrent les entretiens intensifs du chef de la Chancellerie Seiters avec les chefs des chancelleries des Länder – comme par exemple Wolfgang Clement pour la Rhénanie du Nord-Westphalie – ainsi que les discussions du chancelier fédéral avec les ministres-présidents des Länder. Ainsi, par le biais de sa majorité au Bundesrat, l’opposition a participé à l’élaboration de la politique intérieure.

  • Kohl abandonna le programme en dix points, qu’il avait annoncé le 28 novembre, lorsqu’il se rendit compte que ce plan ne recueillait pas un écho favorable au plan international. Sur ce point également, l’édition d’archives donne accès à des analyses, fort instructives, de Horst Teltschik.

42Cela signifie-t-il que cette édition d’archives donne accès à l’essentiel de ce qui existe au sujet de la réunification et que toute autre recherche est superflue ? Bien sûr que non, car ces documents proviennent de la chancellerie et il faudra y ajouter d’autres fonds, comme celui du ministère allemand des Affaires étrangères. En outre d’autres fonds d’archives étrangers, surtout américains, français, soviétiques et britanniques, méritent d’être étudiés de près. Mais ces nécessaires compléments ne diminuent en rien l’importance de l’édition dont nous parlons ici. Elle conservera cette importance parce qu’elle contient les sources majeures issues du centre de décision qu’est la chancellerie. Elle demeurera longtemps un ouvrage capital pour la recherche en histoire contemporaine, mais aussi elle restera une lecture captivante qui traduit de manière très vivante le caractère dramatique des événements qui se bousculèrent en 1989/90.

43Cette édition montre avec quelles difficultés et avec quel nombre incalculable de petits pas, d’avancées et de reculs, on est parvenu à la réunification, et ceux qui en ont été les principaux acteurs.

44Cette réunification revêt une importance historique parce qu’en surmontant la division de l’Allemagne, elle a permis d’éliminer la division de l’Europe. Elle a fait disparaître l’équilibre de la terreur dont l’expression et la conséquence étaient ce surarmement que la coexistence des deux blocs ne parvint pas à empêcher. Si l’on considère que l’Ostpolitik des années soixante-dix a fait partie de la politique de détente, alors il faut nécessairement considérer la réunification comme l’apogée de la politique de détente, comme une politique de paix au sens le plus fort. Comme Goethe l’avait dit : à partir d’ici et de maintenant débute une nouvelle ère dans l’histoire de l’humanité. Vous y étiez !

Notes

1 Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzleramtes, 1989/90. Dokument zur Deutschlandpolitik, München, Oldenburg, 1998.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540