Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

1. Bilan et perspectives de la recherche

L’état de la recherche sur l’histoire de la RDA

Hermann Weber

Note de l’auteur

Ce texte est la communication que l’auteur a présentée à Bonn le 11 décembre 1997 en ouverture de l’audition publique de la commission d’enquête du Bundestag appelée « Règlement des conséquences de la dictature du SED pendant le déroulement de l’unité allemande ». La version allemande de cette communication est parue dans la revue Deutschland-Archiv de mars-avril 1998.

Texte intégral

1Parmi les problèmes que connaît la recherche sur l’histoire de la RDA, voici ceux que nous voudrions aborder :

  1. L’état de la recherche jusqu’en 1990

  2. L’accès aux archives

  3. Débats de fond sur l’histoire de la RDA, le rôle de la recherche scientifique et la question de la nature de la dictature du SED

  4. Le nombre de travaux de recherche depuis 1990

  5. Domaines de recherche et contenus

  6. Besoins et perspectives de la recherche

2Pour commencer, j’affirmerai que l’étude scientifique de l’histoire de la RDA est une des conditions du travail politique de mémoire, urgent et nécessaire, sur la dictature du SED. Tout bien considéré, ce sont les analyses scientifiques qui nous font gagner en objectivité. Ce sont elles qui empêchent le travail de mémoire de faire fausse route et qui évitent la formation des légendes et le refoulement du passé. De véritables connaissances scientifiques, voilà ce qu’exige le débat historique si l’on veut que le travail de mémoire échappe à toute dérive émotionnelle ou encore à toute instrumentalisation politique.

3Tel est pourtant le danger qui nous guette si les recherches historiques ne sont pas menées de manière scientifique. La science appartient au domaine public, ses résultats doivent être transparents et vérifiables. C’est elle qui peut expliquer s’il reste des domaines à explorer. Il faut élucider les zones d’ombre, analyser les structures et préciser les responsabilités, mais aussi rechercher les causes et les conséquences de la dictature du SED.

  • 2 Cf. Hermann Weber  : « Asymmetrie bei der Erforschung des Kommunismus und der DDR-Geschichte? », Au (...)

4Il faut d’abord constater que la recherche a bien plus progressé aujourd’hui – sept ans après l’unification – qu’elle ne l’avait fait entre 1945 et 1952/1953, dans l’étude de la première dictature, le national-socialisme2.

L’état de la recherche jusqu’en 1990

5Si l’état de la recherche, sept ans après l’unification de l’Allemagne et huit ans après la fin de la dictature du SED, a globalement bien avancé, la raison en est double : il y avait déjà avant 1990 des études approfondies et variées sur la RDA et il est possible, pour la première fois depuis cette date, de consulter dans les archives les documents « secrets » qu’elle a transmis.

  • 3 Cf. Rainer Eckert/Wolfgang Küttler/Gustav Seeber (Ed.), Krise - Umbruch – Neubeginn, Stuttgart 1992 (...)

6Toutefois, il faut savoir que parmi le grand nombre de travaux qui ont été publiés avant 1990 par les historiens de la RDA sur leur propre histoire, rares sont ceux auxquels la richesse du contenu confère toujours de la valeur. La plupart de leurs travaux sont bons à jeter. La cause en était l’obligation de la science historique de la RDA de démontrer la légitimité historique du régime SED. Ils devaient étayer l’axiome central de l’idéologie stalinienne selon lequel le parti avait toujours raison. Cette politisation ou « soumission au parti » condamne l’histoire de la RDA à n’être que la rétroprojection du présent. En RDA, il fallait écrire l’histoire comme la ligne politique du parti voulait justement qu’elle fût et non pas comme elle se déroulait effectivement3.

7C’est pourquoi la justification de la ligne générale de la direction du parti obligeait constamment à réécrire l’histoire. Le bon mot que l’on racontait s’est ainsi avéré juste. Quelle est la chose la plus difficile à prédire dans le communisme ? Le passé, c’est-à-dire les différents changements d’interprétation de l’histoire.

8Toutes les légendes, déformations et falsifications de l’historiographie de la RDA ont fait que la plupart des « résultats des recherches » qu’elle a menées sur le déroulement de sa propre histoire ont quasiment perdu tout intérêt.

9La «  soumission au parti » des historiens de la RDA avait obligé la recherche ouest-allemande sur la RDA à se substituer en quelque sorte à eux pour écrire son histoire. Ce faisant, la recherche était confrontée à deux difficultés de taille : il était très rare de pouvoir accéder aux sources et il y avait malheureusement trop peu d’historiens qui étaient spécialistes de l’histoire du temps présent. On notera cependant qu’un certain nombre d’analyses, jusque dans les années 80, ont traité, sous forme d’ouvrages généraux ou de monographies, de domaines, d’évolutions et de problèmes essentiels de l’histoire de la RDA et notamment des premières années (Zone d’occupation soviétique et début de la RDA). Toutefois, le pluralisme de la recherche occidentale dans le domaine de l’histoire du temps présent expliquait la grande variété des méthodes et des jugements.

  • 4 Cf. pour l’état de la recherche : Hermann Weber, Die DDR 1945 bis 1990, München 1993, p. 117 s.

10Le défaut d’accès aux archives de la RDA n’a pas empêché la publication de jugements valables sur la RDA, par exemple sur les différentes phases de la dictature du SED, ses continuités et ses mutations, les structures de pouvoir et les mécanismes de l’exercice du pouvoir (idéologie, terreur, élimination), etc. Nous avons des publications qui concernent de nombreux domaines de la politique et de la société, le système des partis et le bloc démocratique ou sur l’appareil gouvernemental, l’économie, la culture, la science, les persécutions, etc.4.

11Au moment où la RDA a disparu, l’état de la recherche comportait un certain nombre de lacunes, mais il était d’assez bonne qualité. Il n’était pas nécessaire de tout reprendre depuis le début, contrairement à ce que beaucoup pensaient et à ce que quelques uns croient encore aujourd’hui.

L’accès aux archives

12La fin de la RDA et l’ouverture de ses archives, sans parler du travail inlassable des archivistes auxquels il convient de rendre hommage, offrent aux historiens la possibilité unique de consulter les documents écrits que la dictature du SED nous a transmis, depuis son établissement jusqu’à sa chute. Notons la création de la fondation « Archives des partis et des organisations de masse de la RDA » (SAPMO) et la levée du délai d’interdiction de 30 ans, qui permettent aux chercheurs de bénéficier de conditions de travail excellentes. Il faut reconnaître que ces archives sont d’une très grande importance pour l’approfondissement des recherches sur l’histoire de la RDA.

  • 5 Materialien der Enquete-Kommission « Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deu (...)

13C’est ce qu’a déjà indiqué la 1ère commission d’enquête du Bundestag « Travail de mémoire sur l’histoire et les conséquences de la dictature du SED en Allemagne », sans oublier de mentionner un certain nombre de difficultés d’accès aux archives5.

14Actuellement, ces problèmes sont essentiellement les suivants :

15- Nous avons dû déjà signaler plusieurs fois que l’accès aux archives comportait une anomalie. À l’heure qu’il est, on ne peut étudier les événements qu’à partir des sources de la RDA. Alors qu’il est possible de consulter la plupart des documents d’archives de la RDA jusqu’en 1989/ 1990, ceux de la RFA restent soumis au délai d’interdiction de 30 ans.

  • 6 Das Parlament du 17. 6. 1994.
  • 7 Materialien (note 5), p. 680 ; I. Drechsler (note 5), p. 134.

16Si la recherche doit, à partir de 1965, se contenter des sources qui nous viennent de la RDA, le travail de mémoire devient plus difficile. D’où la revendication « d’ouvrir aussi les archives de la RFA à la recherche »6. La 1 ère commission d’enquête a demandé dans un rapport de 1994 que l’on examine la possibilité de supprimer avant l’heure le délai d’interdiction de 30 ans pour toutes les archives de la RFA. Ce qui m’inquiète, c’est le risque de voir aujourd’hui la recherche se développer de façon asymétrique7. On n’a tenu aucun compte de notre demande.

17Il faut continuer d’exiger fermement que les scientifiques, pour la période qui va jusqu’en 1989/1990, puissent consulter notamment les archives des partis politiques de la RFA, de la Chancellerie fédérale, des Affaires étrangères et du ministère des relations interallemandes ou encore de la protection de la Constitution et du Service fédéral du renseignement.

  • 8 Materialien (note 5), p. 680 ; I. Drechsler (note 5), p. 134.

18- On peut lire aussi dans les recommandations de la 1ère commission d’enquête : « Les actes de l’ancien Ministère des Affaires étrangères de la RDA devraient être accessibles à la recherche »8. D’une manière générale, les chercheurs ne peuvent toujours pas y accéder. Il est aberrant de voir par exemple que Markus Meckel, le ministre des Affaires étrangères de la RDA libre en 1990, ne peut pas consulter les actes de son ancien Ministère.

  • 9 Cf. Jan Foitzik : « Zur Situation in Moskauer Archiven », Jahrbuch für Historische Kommunismusforsc (...)

19- Les archives russes continuent de poser un certain nombre de problèmes9. Faute de connaître les archives soviétiques, l’histoire de la Zone d’occupation soviétique (SBZ) et du début de la RDA ne peut s’écrire que de façon fragmentaire. Seule la consultation des dossiers du tout-puissant SMAD, qui sont dispersés dans toutes les archives russes, permettra l’analyse détaillée du rôle qu’il a joué dans la zone soviétique d’occupation jusqu’en 1949. Et seuls les documents soviétiques pourront nous dire clairement quelle a été la véritable marge de manœuvre de la direction du SED face aux maîtres du Kremlin. L’espoir, initialement très grand, de pouvoir explorer les archives soviétiques a – ces derniers temps – laissé plutôt la place à un scepticisme qui va croissant. Certaines expériences ont été très négatives.

20- La conservation et la préservation d’un certain nombre de documents de la résistance au régime de la RDA, qui se trouvent dans les archives du mouvement des citoyens, sont menacées. Il faut espérer que la fondation dont la création est actuellement débattue au Bundestag à l’initiative de la commission d’enquête saura résoudre le problème.

  • 10 Materialien (note 5), p. 680 ; I. Drechsler (note 5), p. 134.

21- La 1ère commission d’enquête avait aussi demandé que l’on trouve les fonds nécessaires à l’exploitation rapide des archives10. Actuellement, on est encore loin, même à la SAPMO, d’avoir exploité tous les documents. Pour que la recherche puisse mettre à profit toutes les sources, il faut exiger une exploitation rapide des archives et des écrits que nous ont laissés les hommes politiques. Depuis quelque temps, nous sommes confrontés à un nouveau problème : on ne peut obtenir de photocopies d’archives qu’à des prix que j’appellerais « russes », c’est-à-dire des prix qui sont hors de proportion avec ce que les étudiants sont capables de payer.

22- Il se pourrait que nous rencontrions encore une difficulté. Certaines institutions allemandes ont fait l’acquisition de photocopies de documents russes, parfois en très grande quantité. À quelles conditions la recherche pourra-t-elle les consulter ? En tout cas, il faut tout faire pour éviter toute nouvelle anomalie. Tel serait le cas si seules les personnes qui travaillent dans ces institutions pouvaient disposer des copies des films et des photocopies. Les photocopies ayant été achetées avec de l’argent public, les chercheurs doivent pouvoir les consulter de la même façon que les documents qui se trouvent dans les autres archives.

Débats de fond sur l’histoire de la RDA, le rôle de la recherche scientifique et la question de la nature de la dictature du SED

23La façon générale de considérer la RDA avant 1989 oscillait essentiellement entre la « soumission au parti » de l’historiographie de la RDA qui dressait toujours un tableau flatteur de son « socialisme réel » et l’esprit critique et la pluralité de la recherche occidentale sur la RDA, aussi bien du point de vue des méthodes que des jugements.

24La conception qui dominait à l’Ouest jusque dans les années 60 était celle du totalitarisme. Pour elle, l’histoire de la RDA n’était qu’un chapitre parmi d’autres dans l’évolution du communisme soviétique. Selon moi, la thèse de la soviétisation de la SBZ et de la RDA, ainsi que la thèse du totalitarisme, étaient plutôt partiales, mais elles avaient le mérite de mettre l’accent sur la dépendance politique du pays vis-à-vis de la grande puissance qu’était l’URSS, ce que les analyses postérieures ont souvent omis de faire.

  • 11 Cf. par exemple : Gerhard Lozek, Illusion und Tatsachen, Berlin 1980. – Cf. également : Thomas Amme (...)

25Pendant les années 60, Ernst Richert, un des fondateurs de la recherche ouest-allemande sur la RDA, étudia celle-ci en tant que société industrielle. Peter Christian Ludz fit remarquer que la société de la RDA était en train d’évoluer d’une société totalitaire vers une société autoritaire et privilégia, dans sa méthode d’approche, une analyse critique « intrinsèque ». Ce changement de perspective influença la recherche en sociologie et en sciences politiques, mais moins celle en histoire, qui s’employait à relater des événements d’ordre général. Il était assez rare de lire qu’elle considérait la RDA comme une société susceptible d’évolution. Finalement, elle définissait clairement le régime SED comme une dictature stalinienne. Pour leur part, la RDA et ses historiens regardaient ces diverses classifications comme de la « propagande anticommuniste », de la « subversion politique » et de la « diversion idéologique » imaginées par l’ennemi « impérialiste », et les historiens qui faisaient des recherches sur la RDA n’étaient que des « gens douteux qui cherchent à se faire passer pour des scientifiques »11.

  • 12 Cf. supra, note 2.

26Il est important de rappeler ces faits en raison de la polémique, qui existe depuis quelques années, sur la question de savoir si la recherche occidentale sur la RDA a embelli ou non la dictature du SED. Pour ce qui est de la recherche historique ouest-allemande sur la RDA, j’ai déjà rejeté maintes fois ce genre d’accusations. Je n’ai pas besoin de revenir ici sur le sujet12.

27C’est bien la recherche historique ouest-allemande sur la RDA qui, malgré l’impossibilité d’accéder aux archives de l’Est, a réalisé d’importantes études critiques sur l’évolution de la dictature du SED. Ce qui est sûr, c’est que, mis à part les articles d’importance secondaire publiés par le parti communiste DKP, la recherche historique actuelle n’a pas, sous l’influence du SED, enjolivé le régime de la RDA. Comme partout, on trouvait aussi parmi les historiens des gens naïfs, sectaires ou encore avec des œillères et il y avait des doctrinaires, comme c’est encore le cas aujourd’hui.

  • 13 Ilse Spittmann : « Das zweite Leben der DDR-Forschung », Deutschland-Archiv 5/1994, p. 459 s.

28Il est quand même inadmissible de voir aujourd’hui certaines personnes transformer de parfaits et loyaux démocrates en sympathisants de la dictature du SED. Surtout lorsqu’elles se veulent plus malignes que les autres, qu’elles font un choix partial des extraits de leurs ouvrages et omettent, pour le plaisir de faire des « révélations », de s’interroger sur leurs sources, ce que tout historien trouve pourtant naturel. Dans toutes ces accusations, les facteurs non scientifiques, comme par exemple les luttes d’influence, sont d’une grande importance. Cette querelle fait apparaître la « recherche elle-même comme presque secondaire »13.

29Il est vraiment temps d’en finir avec ces débats de personnes et ces injures verbales et de discuter des contenus. Ne laissons plus les luttes d’influence et l’obsession de la reconnaissance scientifique braver, dédaigner ou même fouler aux pieds les règles de courtoisie qui doivent présider à tout débat scientifique, c’est-à-dire l’échange d’arguments.

30De ce point de vue, le débat devrait davantage tenir compte des faits que des subtilités de langage et des idées suggestives. La controverse sur le nom par lequel il « fallait » nommer la RDA m’a toujours semblé ridicule. Lorsque j’ai fait paraître en 1966 le premier volume de mon ouvrage De la SBZ à la RDA, les centres d’information politique des Länder n’étaient prêts à le diffuser que si l’on y ajoutait des guillemets. Lors de la publication de l’ouvrage complet en 1967, cela n’a plus été nécessaire. Toutefois, les critiques écrivirent que le lecteur devait toujours avoir les « guillemets » présents à l’esprit.

31J’espère ne pas voir le retour d’une telle époque, même si l’« esprit du temps » ne jure plus que par la théorie du totalitarisme et condamne toutes les formes de socialisme, y compris le socialisme libéral et démocratique. La recherche scientifique doit s’opposer sans cesse à toute instrumentalisation de l’histoire par la politique de son époque et se garder de toute « soumission à un parti ». Il importe de défendre la liberté de la recherche scientifique, mais il faut savoir que le travail de mémoire sur l’histoire de la RDA ne peut faire « abstraction de la politique ». Par exemple, nous devons nous garder de toute nostalgie. On voit bien quelle relation étroite il existe entre l’étude scientifique de l’histoire de la RDA et l’importance politique et morale de la « maîtrise du passé ». C’est pourquoi l’historien, qui est un citoyen, doit utiliser ses connaissances pour aider à maîtriser ce passé.

32Pourtant, la recherche scientifique doit toujours rester fidèle à ses propres critères et se conformer aux usages. Certains voient poindre actuellement une « nouvelle querelle des historiens », non pas dans la recherche sur la RDA, mais dans la recherche sur le communisme. Le « livre noir » du communisme, qui a paru en France, donne lieu à des débats sur la terreur qui a régné dans les pays communistes du monde entier.

  • 14 Le livre noir du communisme, Paris 1997. Préface de Stephane Courtois, in : Frankfurter Allgemeine (...)

33Personne, ou presque, ne doute du nombre de victimes que l’on doit, selon les différents auteurs, à la terreur des dictatures communistes. La discussion concerne surtout l’introduction du livre de Stéphane Courtois14. Peut-on comparer les 80 millions de victimes – Courtois parle même de 100 millions – « du  » communisme aux 25 millions de victimes « seulement » de la dictature national-socialiste, et mettre sur le même plan le « génocide de classes » et le « génocide racial » ?

34Et surtout : peut-on additionner si facilement toutes les victimes «du » communisme, sans se demander si elles ont été assassinées à l’époque du « communisme de l’âge de la pierre » de Pol Pot ou durant la guerre civile russe qui fit rage entre 1918 et 1921 ? Il ne faut pas oublier que, durant cette guerre civile, les « Blancs » et les « Rouges » se sont entretués avec la même cruauté.

  • 15 Die Tageszeitung du 1. 12. 1997, p. 18 ; Frankfurter Rundschau du 4. 12. 1997 ; cf. ibid., 5. 12. 1 (...)

35Depuis sa parution, certains auteurs du « livre noir » comme Nikolas Werth ont pris leurs distances, dans des interviews qu’ils ont accordées aussi aux médias allemands, par rapport aux simplifications de Courtois15.

  • 16 Der Spiegel Nr. 48 du 24. 11. 1997, p. 214 ; Junge Welt du 1. 12. 1997, p. 1.

36Cela fait presque peine à voir, mais c’est la revue Junge Welt qui dénonce l’imposture de l’une des photos publiées par Der Spiegel à cette occasion16. Celle-ci montre des orphelins pendant la famine russe de 1922, famine que les communistes, selon la nouvelle version, ont sciemment provoquée pour exterminer les enfants. En réalité, la photo a servi d’argument à « l’aide ouvrière internationale », qui était d’obédience communiste, pour obtenir l’aide du monde entier en faveur de la Russie en proie à la famine. Cette aide fut organisée – du reste sur l’ordre de Lénine – par le communiste allemand Willi Münzenberg, que Staline fit vraisemblablement exécuter un certain nombre d’années plus tard.

  • 17 Hermann Weber/Ulrich Mählert (Ed.), Terror. Stalinistische Parteisäuberungen 1936 bis 1953, Paderbo (...)

37Ceci me conduit à aborder un autre problème. Les discussions oublient en effet une particularité du communisme. Ce mouvement, à l’époque du stalinisme, a assassiné plus de ses dirigeants, de ses fonctionnaires et de ses membres que ne le firent leurs ennemis. Des chercheurs allemands, russes et tchèques vont bientôt publier un livre sur ce sujet. Ils ont rassemblé les faits, que l’on appelle « purges », qui ont eu lieu entre 1936 et 1953 et en ont analysé les causes17. Comme d’habitude, cet ouvrage de l’équipe de recherche sur le communisme de Mannheim ne se conforme en rien à l’esprit du temps, pas plus qu’il ne pratique l’opportunisme politique.

38La terreur était inhérente aux dictatures communistes et particulièrement au stalinisme, mais il ne faut pas réduire le communisme à un phénomène de terreur sanglante. De même, les chiffres horriblement élevés de victimes ne suffisent pas à rendre compte de toutes les formes de terreur.

39La conclusion que la recherche sur la RDA doit aussi tirer de ce nouveau débat est simple. Lorsqu’il formule des jugements, l’historien doit, malgré les explications monocausales que le public attend d’événements complexes, faire intervenir si possible son esprit critique et distinguer entre les situations. Il ne doit pas tomber dans le piège des simplifications manichéennes, mais indiquer les zones d’ombre et se montrer nuancé. C’est pourquoi la recherche scientifique doit résister à l’emprise de la politique comme à l’« esprit du temps », qui est variable.

40Cependant, la recherche scientifique ne peut ni ne doit renoncer à formuler des jugements de valeur qui soient clairs. Un exemple : la comparaison des deux dictatures allemandes montre que les dimensions de la terreur étaient infiniment plus grandes dans la barbarie national-socialiste, sans que cela ôte pourtant quoi que ce soit à l’horreur de la dictature du SED. C’est pourquoi la RDA, comme l’exige l’objectivité scientifique, doit aussi être considérée comme une dictature et un régime politique de non-droit.

La quantité de travaux de recherche depuis 1990

  • 18 Il existe actuellement plus de 800 projets de recherche sur l’histoire de la RDA. Cf. Deutscher Bun (...)

41Sur la demande de la 1ère commission d’enquête du Bundestag, le groupe de travail de Mannheim sur l’histoire de la RDA a dressé la liste, en 1993, de tous les projets de recherche consacrés à ce sujet. Sa publication est intervenue en 199418. On avait déjà pu noter à cette époque la croissance rapide de l’intérêt de la recherche scientifique, dans le domaine de l’histoire du temps présent et des sciences sociales, pour les travaux concernant l’histoire de la RDA. On a pu recenser plus de 750 projets. Beaucoup sont aujourd’hui terminés et publiés, certains en revanche ont été abandonnés.

  • 19 Vademecum der DDR-Forschung. Ein Leitfaden zu Archiven, Forschungseinrichtungen, Bibliotheken, Einr (...)

42La preuve de l’importance qu’a déjà prise la recherche sur la RDA dans le paysage de la recherche scientifique nous est fournie par la publication, il y a quelques semaines, d’un Vademecum consacré à ce sujet19. Cet ouvrage de 350 pages, dont l’auteur est Ulrich Mählert, donne un large aperçu des institutions de recherche, des bibliothèques, des archives, etc. Cela démontre que l’étude de l’ancienne RDA repose globalement sur des bases solides.

  • 20 Expertise : « Analyse der zur Zeit in Bearbeitung befindlichen und der bereits abgeschlossenen Fors (...)

43Je tiens à remercier Ulrich Mählert qui m’a autorisé à présenter ici un certain nombre des conclusions de l’expertise – non encore publiée – qu’il a adressée à la commission d’enquête20.

44Je dirai principalement que l’intérêt de la recherche universitaire et non universitaire n’a pas faibli sept ans après la réalisation de l’unité allemande. Le nombre de projets de recherche sur la RDA s’élève, depuis 1990, à plus de 1 000. Actuellement, il y a certainement plus de 500 chercheurs hommes et femmes qui travaillent sur les aspects les plus divers de la dictature du SED. Il est intéressant de noter que les projets en cours se répartissent à raison d’un tiers chacun sur les anciens Länder, les nouveaux Länder et sur Berlin. On remarquera que la recherche sur la RDA compte de plus en plus d’universitaires, dont un tiers environ possède un doctorat. L’augmentation du nombre de thèses montre l’intérêt de la recherche scientifique. L’enquête de 1993 indiquait que 131 des 750 projets de recherche enregistrés avaient été déposés en vue du doctorat. Pour les nouveaux projets (1994-1997), on compte 107 doctorants, qui représentent un tiers des chercheurs, et même 15 habilitations. La moitié de ces projets s’effectue dans le cadre universitaire et un tiers dans le cadre d’institutions proches des universités.

45On a vu naître de nouvelles institutions spécialisées dans l’étude de l’histoire de la RDA. La plupart d’entre elles se sont installées dans les nouveaux Länder et à Berlin. La section « Formation et Recherche du délégué fédéral aux documents de la Stasi » se concentre depuis 1992 sur l’étude du Ministère de la Sécurité d’État et son rôle dans le système dictatorial de la RDA.

46Depuis 1994, l’antenne berlinoise de l’Institut du temps présent de Munich étudie l’histoire de la SBZ et de la RDA. Elle le fait en la considérant comme une partie de l’histoire allemande du temps présent et en menant notamment des études comparatives avec la dictature national-socialiste ainsi qu’avec l’histoire de l’Union soviétique et des États d’Europe de l’Est. À Potsdam, le Centre de recherche sur l’histoire du temps présent, qui est né du champ principal de recherche tel qu’il existe depuis 1992, analyse l’histoire de la SBZ et de la RDA dans une perspective comparative.

47À l’Institut Hannah Arendt de Dresde pour la recherche sur le totalitarisme, les historiens et les chercheurs en sciences sociales étudient les structures des dictatures national-socialiste et du SED ainsi que les mouvements de résistance de façon interdisciplinaire.

48Depuis 1992, le groupe de recherche sur l’État SED à l’Université libre de Berlin se consacre à l’étude de l’organisation, de l’évolution et des structures du SED ainsi qu’à celle de la politique allemande de la RDA.

49C’est surtout dans les Universités que l’étude de l’histoire de la RDA s’est développée ces dernières années. On mentionnera les Instituts et les chaires de sciences politiques, d’études germaniques et d’histoire du temps présent. Cependant, l’histoire de la RDA intéresse aussi les géographes, les pédagogues, les historiens spécialisés en économie et en médecine. Le Vademecum qui traite de la recherche sur la RDA contient aujourd’hui toutes ces informations ainsi que celles qui concernent la recherche non universitaire qui est d’une extrême variété.

50Il faut aussi mentionner, dans ce travail de mémoire, les comités d’anciens opposants au régime de la RDA, les associations de victimes, mais aussi les groupements de ceux qui travaillaient dans les Instituts de recherche de la RDA qui ont été liquidés.

51Les grandes fondations (fondation Friedrich Ebert, fondation Konrad Adenauer, etc.) et les groupes de recherche qui gravitent autour des Eglises participent aussi à ce travail. Pour finir, citons aussi la recherche étrangère sur la RDA. Comme jadis, nous la trouvons surtout dans les pays anglophones.

52Le développement de la recherche universitaire sur la RDA d’une part et la multiplication des initiatives non universitaires d’autre part permettent de beaucoup espérer dans l’avenir de la recherche.

Domaines de recherche et contenus

53Actuellement, la recherche scientifique est loin de manifester le même intérêt pour tous les domaines de recherche et pour toutes les phases de l’histoire de la SBZ/RDA. Depuis 1990, elle privilégie sa phase initiale (25 % des projets), phase que l’on avait déjà le mieux étudiée avant 1990, ainsi que la dernière période, celle des années 80 et de la fin de la dictature (20 % des projets alors que autres 25 % concernent l’ensemble de l’histoire de la RDA). On ne s’intéresse guère actuellement aux années 60 et 70 (3 % seulement).

  • 21 Ibid., p. 2.

54Quant aux contenus de la recherche depuis 1990, je peux citer les résultats de Ulrich Mählert : « 20 % environ de tous les projets de recherche traitent de questions qui concernent la conservation du pouvoir par le parti, le Ministère de la Sécurité d’État, l’armée, la police et la justice ou des formes de rejet du système par l’opposition ; 20 % s’intéressent à l’histoire économique et sociale. Durant les années 90, l’intérêt de la recherche pour la littérature, le théâtre et le cinéma de la RDA a diminué. Les médias de la RDA et les questions qui concernent l’histoire locale et régionale, la chute de la RDA et le processus de transformation qui s’en est suivi continuent d’intéresser la recherche »21.

55On peut ajouter que les chercheurs continuent de s’intéresser au rôle de l’Église. Cependant, on les voit se tourner de plus en plus depuis quelques années vers les questions d’histoire économique et sociale, ce qui n’apparaissait pas dans l’enquête de Mannheim de 1993. En revanche, le nombre de travaux sur l’art et la culture a plutôt tendance à diminuer et le nombre de projets qui concernent les aspects de la vie quotidienne et les études biographiques augmente.

56Comme Mählert l’a mis en évidence, les travaux sur l’art et la culture font partie des cinq domaines dans lesquels on trouve actuellement plus de 20 projets de recherche. Les autres domaines sont les Eglises, les mouvements d’opposition et les mesures de persécution, l’histoire sociale et l’histoire économique.

57Les domaines dans lesquels il existe suffisamment de travaux de recherche sont les suivants : histoire politique, constitutionnelle, idéologique et littéraire et aussi politique de la formation, de la femme et de la jeunesse durant les premières décennies de l’histoire de la RDA. Il existait déjà un certain nombre de travaux importants avant 1990, mais d’autres ont été réalisés depuis ou bien l’accès aux archives en a permis l’approfondissement.

58De même, les souvenirs de témoins sont intéressants pour la recherche. Le nombre de publications de mémoires a littéralement explosé depuis 1990. On peut citer les tentatives de justification des anciens membres du Politbureau comme Hermann Axen, Kurt Hager, Alfred Neumann, etc., et même des officiers et membres du Ministère de la Sécurité d’État. D’autre part, les récits d’opposants et de personnes persécutées sont aujourd’hui assez nombreux pour que les chercheurs n’en soient plus réduits à la consultation des archives dans ce domaine.

59Il faut indiquer que l’on a rédigé encore trop peu de biographies des personnalités les plus marquantes de l’histoire de la RDA.

60Nous disposons depuis 1990 d’une documentation abondante ainsi que de travaux fondés sur les sources dans de nombreux domaines de l’histoire de la RDA. Dans l’ensemble, la recherche sur la RDA a atteint un bon niveau, aussi bien en quantité qu’en qualité.

Besoins et perspectives de la recherche

  • 22 H. Weber (note 4), p. 188 s.

61Comme je l’ai prévu en 1993, les « futurs travaux de recherche sur l’histoire de la RDA seront dictés autant par certains besoins que par l’état des sources » et les programmes d’aide à la recherche22.

  • 23 Eckhard Jesse : « Die DDR-Forschung vor und nach der ‘Wende’.  »Expertise für die Enquete-Kommissio (...)
  • 24 Cf. Materialien (note 5), tome II et suivants.

62Il existe pourtant encore certains besoins. D’une façon générale, la recherche comparative sur les dictatures en est toujours à ses débuts. Les études comparatives entre les deux dictatures allemandes, entre la RDA et les dictatures communistes d’Europe de l’Est, ainsi qu’entre la RDA et la RFA, ne font que commencer. Il en va de même pour l’analyse des modes de décision à la tête du SED, notamment en ce qui concerne leur marge de manœuvre vis-à-vis de Moscou. Il est frappant de constater que, aujourd’hui encore, et sauf la période initiale de la SBZ/RDA, la recherche ne s’intéresse guère au SED, dont les dirigeants exerçaient la dictature, ni aux partis du bloc démocratique et aux organisations de masse sur lesquels il s’appuyait. Jesse, Mählert et d’autres ont récemment indiqué quels sont ces besoins23, mais, parmi les expertises qui ont été réalisées pour la 1ère commission d’enquête, celles de Eckert, Diller, Holzweißig, Krebs, Kuppe, Lapp, W. Müller, Richter et Voigt indiquent clairement aussi dans quels domaines la recherche est lacunaire24. Voici la liste de quelques uns de ces besoins :

  • l’interdépendance de l’évolution des deux États allemands

  • la politique étrangère de la RDA

  • l’élargissement de la vision focalisée sur les structures internes de la RDA par des analyses du rôle de l’Union soviétique, du Pacte de Varsovie et du Comecon, etc.

  • les études sur le SED, l’histoire sociale, les mutations de la dictature du parti au pouvoir au cours des différentes phases et dans différents domaines de l’histoire de la RDA

  • les phénomènes de conviction, d’acceptation et d’arrangement avec le régime

  • l’idéologie comme facteur d’intégration

  • le rôle et l’ambivalence des organisations de masse et notamment du FDGB

  • les raisons du comportement docile ou rebelle de certains groupes sociaux vis-à-vis du système

  • la militarisation de la société

63En général, on note que la recherche s’est trop penchée sur les intentions des dirigeants et a négligé d’en étudier la mise en œuvre politique et ses conséquences réelles.

64En outre, l’analyse de l’histoire de la RDA pose de nombreuses questions, tant du point de vue de la méthode que du contenu. Il faut que la recherche scientifique en débatte. On continuera par exemple de se demander s’il faut étudier aujourd’hui la RDA en ramenant tout à sa disparition, si sa chute était bien inscrite dans les faits ou bien s’il y a eu, à certains moments, d’autres possibilités d’évolution. L’histoire initiale de la RDA a-t-elle été démocratique, comme on l’a souvent soutenu ?

65Le rôle du marxisme-léninisme est controversé : est-ce que le SED a réalisé les théories de Marx ou bien l’idéologie a-t-elle surtout servi d’instrument de justification et de dissimulation à sa domination ? On se demandera aussi quel genre de société était la société de la RDA et quelle a été la part de responsabilité de l’Union soviétique et des communistes allemands dans la dictature du SED.

66Les avis divergent actuellement sur la question fondamentale de savoir comment la recherche doit aborder les 40 années de l’histoire de la RDA. L’histoire sociale et l’histoire de la vie quotidienne doivent-elles devenir maintenant le centre de la recherche ? Les comportements et les mentalités qui se sont développés dans la vie quotidienne, c’est là un argument de poids, ont une influence déterminante sur l’« union » des deux parties du pays. La connaissance de l’histoire sociale est donc nécessaire à l’approfondissement du travail de mémoire.

67Ou bien au contraire les structures dictatoriales du régime de la RDA doivent-elles continuer de rester au centre des recherches pour mieux faire comprendre que la dictature du SED était le cœur du système ?

  • 25 E. Jesse (note 23), p. 43 s.
  • 26 Clemens Burrichter/Gerd-Rüdiger Stephan : « Die DDR als Untersuchungsgegenstand einer Historischen (...)

68Il est réducteur de ne voir dans la recherche sur la RDA qu’une recherche sur la dictature25. Bien entendu, il est nécessaire de faire des études plus approfondies sur les structures du pouvoir et sur le renforcement et le maintien de la dictature du SED. Pourtant, il est tout aussi clair qu’il faut traiter davantage l’histoire sociale et « analyser l’histoire du temps présent sous l’angle des sciences sociales »26 si l’on veut mieux connaître la RDA.

  • 27 Zeitschrift des Forschungsverbundes SED-Staat, Nr. 4, 1997, p. 2 s.

69On débat actuellement – même à l’intérieur du groupe de recherche de Berlin sur l’État SED – pour savoir si c’est une révolution qui a entraîné la fin de la dictature du SED et l’unité allemande27. On se demande aussi si l’état de la recherche permet déjà d’écrire des ouvrages généraux ou bien s’il faut continuer, pour le moment, de traiter des problèmes particuliers.

70Tout cela montre que l’évolution de la recherche sur la RDA est sérieuse et productive. Elle se caractérise par son pluralisme et une grande variété de méthodes et de jugements, et promet beaucoup.

  • 28 Cf. U. Mählert (note 20), p. 39 s.

71On ne peut malgré tout pas dire que la recherche sur la RDA se soit imposée comme un domaine de recherche autonome au sein des « disciplines mères ». L’état de la recherche sur la RDA a beau être très important en 1997, ce dont je me réjouis, celle-ci en est plutôt encore aux prémices dans de nombreux domaines, par exemple si on la compare aux travaux sur la dictature national-socialiste. C’est pourquoi il faut mettre l’accent sur le financement de la recherche sur la RDA. Il est grave de constater qu’il y a actuellement un chercheur sur cinq qui doit exercer une profession en plus de son activité scientifique, ce qui signifie qu’il ne peut faire de recherches qu’« en dehors de son travail ». Il n’y a que 10 % des chercheurs qui sont payés par l’État, la moitié environ est aidée par des fondations ou par le monde économique, 15 % reçoivent des bourses28. À une époque où l’argent est rare, le financement de la recherche pose un problème général, mais pour un domaine de recherche qui commence à se développer comme c’est le cas pour la recherche sur la RDA, c’en est un particulièrement. Il ne faut pas diminuer l’aide financière actuelle de la Fédération, des Länder et des institutions qui soutiennent la recherche si on ne veut pas menacer les fondements mêmes du travail de mémoire. La fondation dont la création aura pour but de réaliser ce travail de mémoire sur l’histoire et les conséquences de la dictature du SED devra surtout s’attacher à mieux soutenir financièrement les chercheurs afin d’assurer le développement de la recherche sur la RDA.

Résumé

72Pour résumer, on peut, sept ans après l’unification allemande, faire les remarques suivantes concernant l’état de la recherche sur l’histoire de la RDA :

  1. Malgré d’énormes difficultés, la recherche sur la RDA a bien avancé. Elle est partie en 1990 d’un niveau qui était satisfaisant et depuis, les archives se sont ouvertes. Pourtant, il y a encore des problèmes pour accéder aux archives.

  2. Le nombre de travaux de recherche publiés depuis 1990, ainsi que leur qualité, est remarquable. L’intérêt pour certains domaines de recherche a augmenté. Il importe de saluer cette quantité et cette variété.

  3. Bien que l’état de la recherche sur la RDA en 1997 soit important et que ses perspectives soient globalement bonnes, les problèmes ne manquent pas. La recherche sur la RDA n’est pas encore fermement établie. Il est nécessaire et même indispensable de continuer de la soutenir et surtout de la financer.

  4. Pour finir, disons que la recherche est la condition d’un travail de mémoire de nature critique sur le plan social et politique. C’est pourquoi le soutien que l’on apporte à la recherche scientifique qui étudie l’histoire de la RDA équivaut à un soutien du travail de mémoire et du débat sur la dictature du SED.

Notes

2 Cf. Hermann Weber  : « Asymmetrie bei der Erforschung des Kommunismus und der DDR-Geschichte? », Aus Politik und Zeitgeschichte B 26/97 du 20. 6. 1997, id. : « Was beweisen die Akten? », IWK, 2/1997, p. 232 s.

3 Cf. Rainer Eckert/Wolfgang Küttler/Gustav Seeber (Ed.), Krise - Umbruch – Neubeginn, Stuttgart 1992 ; Rainer Eckert/Ilko-Sascha Kowalczuk/Isolde Stark (Ed.), Hure oder Muse ? Klio in der DDR, Berlin 1994 ; Konrad Jarausch (Ed.), Parteilichkeit und Professionnalität, Berlin 1991 ; Ilko-Sascha Kowalczuk, Legitimation eines neuen Staates? Parteiarbeiter an der historischen Front, Berlin 1997 ; Hermann Weber, Aufbau und Fall einer Diktatur, Köln 1991, p. 209 s.

4 Cf. pour l’état de la recherche : Hermann Weber, Die DDR 1945 bis 1990, München 1993, p. 117 s.

5 Materialien der Enquete-Kommission « Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deutschland ». Ed. Deutscher Bundestag. Neun Bände in 18 Teilbänden, Frankfurt/M-Baden-Baden 1995, t. I, p. 647 s. ; Ingrun Drechsler e. a. (Ed.), Getrennte Vergangenheit - gemeinsame Zukunft. Ausgewählte Dokumente, Zeitzeugenberichte und Diskussionen der Enquete-Kommission « Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deutschland » 4 t., München 1997, t. IV, p. 126 s.

6 Das Parlament du 17. 6. 1994.

7 Materialien (note 5), p. 680 ; I. Drechsler (note 5), p. 134.

8 Materialien (note 5), p. 680 ; I. Drechsler (note 5), p. 134.

9 Cf. Jan Foitzik : « Zur Situation in Moskauer Archiven », Jahrbuch für Historische Kommunismusforschung 1993, p. 229 s.

10 Materialien (note 5), p. 680 ; I. Drechsler (note 5), p. 134.

11 Cf. par exemple : Gerhard Lozek, Illusion und Tatsachen, Berlin 1980. – Cf. également : Thomas Ammer et Hans-Georg Bauer, Die Kritik an der DDR- und Deutschlandforschung der Bundesrepublik Deutschland in den wissenschaftlichen Zeitschriften und Medien in der DDR 1962-1983. Ausgewählte Dokumente. Ed. Gesamtdeutsches Institut, Bonn 1983, p. 148 s., p. 154 s., p. 205 s.

12 Cf. supra, note 2.

13 Ilse Spittmann : « Das zweite Leben der DDR-Forschung », Deutschland-Archiv 5/1994, p. 459 s.

14 Le livre noir du communisme, Paris 1997. Préface de Stephane Courtois, in : Frankfurter Allgemeine Zeitung du 26. 11. 1997.

15 Die Tageszeitung du 1. 12. 1997, p. 18 ; Frankfurter Rundschau du 4. 12. 1997 ; cf. ibid., 5. 12. 1997, p. 7.

16 Der Spiegel Nr. 48 du 24. 11. 1997, p. 214 ; Junge Welt du 1. 12. 1997, p. 1.

17 Hermann Weber/Ulrich Mählert (Ed.), Terror. Stalinistische Parteisäuberungen 1936 bis 1953, Paderborn 1998.

18 Il existe actuellement plus de 800 projets de recherche sur l’histoire de la RDA. Cf. Deutscher Bundestag (Ed.), Forschungsprojekte zur DDR-Geschichte. Ergebnisse einer Umfrage des Arbeitsbereichs DDR-Geschichte im Mannheimer Zentrum für Europäische Sozialforschung der Universität Mannheim, bearb. von Thomas Heimann unter Mitarbeit von Ralf Eicher und Stefan Wortmann. Bonn 1994. Poursuivi par Ulrich Mählert, Aktuelles aus der DDR-Forschung. Ein Newsletter.

19 Vademecum der DDR-Forschung. Ein Leitfaden zu Archiven, Forschungseinrichtungen, Bibliotheken, Einrichtungen der politischen Bildung, Vereinen, Museen und Gedenkstätten, éd. par Ulrich Mählert, Opladen 1997.

20 Expertise : « Analyse der zur Zeit in Bearbeitung befindlichen und der bereits abgeschlossenen Forschungsarbeiten zur DDR-Geschichte », réalisée pour la commission d’enquête du Bundestag « Überwindung der Folgen der SED-Diktatur im Prozeß der deutschen Einheit » par Ulrich Mählert, Mannheim, Ms. 1997.

21 Ibid., p. 2.

22 H. Weber (note 4), p. 188 s.

23 Eckhard Jesse : « Die DDR-Forschung vor und nach der ‘Wende’.  »Expertise für die Enquete-Kommission, Ms. 1997. p. 28 s. ; U. Mählert (note 20), p. 17 s. ; H. Weber (note 4), p. 187 s.

24 Cf. Materialien (note 5), tome II et suivants.

25 E. Jesse (note 23), p. 43 s.

26 Clemens Burrichter/Gerd-Rüdiger Stephan : « Die DDR als Untersuchungsgegenstand einer Historischen Sozialforschung », Deutschland-Archiv 3/1996, p. 444 s.

27 Zeitschrift des Forschungsverbundes SED-Staat, Nr. 4, 1997, p. 2 s.

28 Cf. U. Mählert (note 20), p. 39 s.

Auteur

Universität Mannheim

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540