Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990)

 | 
Anne Saint Sauveur
, 
Gérard Schneilin

Avant-propos

Anne Saint Sauveur-Henn et Gérard Schneilin

Texte intégral

Le colloque dont ce volume reproduit les actes a été organisé à l’initiative des universités de Paris 3 (Sorbonne nouvelle), et Paris 4 (Paris-Sorbonne) par les professeurs Anne SAINT SAUVEUR-HENN et Gérard SCHNEILIN, avec le concours des universités de Paris 8 et de Paris 12, de la Maison Heinrich Heine et de l’Institut historique allemand de Paris. Nous remercions très vivement les directions de ces organismes sans lesquels le colloque n’aurait pu se dérouler.

Nos remerciements vont aussi aux nombreux collègues allemands et français dont les contributions ont permis de mieux comprendre les événements de 1989-1990 et leurs arrière-plans.

Enfin nous exprimons notre gratitude aux traducteurs bénévoles et aux Presses de l’Institut d’Allemand d’Asnières qui ont assuré, sous la direction de Michèle Leprettre, une publication rapide des actes du colloque.

1Du 9 au 12 décembre 1998, s’est tenu au Centre Universitaire du Grand Palais/Sorbonne, à l’Institut d’Allemand d’Asnières/Sorbonne Nouvelle et à la Maison H. Heine de la Cité Universitaire Internationale de Paris un colloque franco-allemand sur le thème « La mise en œuvre de l’unification allemande (1989‑1990) ». Cet ouvrage présente la somme des contributions faites par des spécialistes allemands et français de cette question devant un public informé et intéressé, composé entre autres de nombreux étudiants préparant l’agrégation et le C.A.P.E.S. d’allemand.

2Cette question de l’unification allemande, qui aura été l’événement essentiel de l’histoire allemande récente, a suscité depuis 1990 un flot ininterrompu de publications en Allemagne, en France et dans la plupart des pays. Ce qui, au départ, ne fut qu’une masse d’informations brutes, de comptes rendus descriptifs, d’appels et de prises de position orientées et passionnées, devint au fil des ans un ensemble d’études diverses et contradictoires dont il s’agit ici de faire le point dans les domaines concernés. Mais, en raison des nouveaux documents publiés récemment, dont ceux de la chancellerie de la République fédérale d’Allemagne, la plupart des contributions incorporent des sources nouvelles, ce qui aura permis de fonder certaines hypothèses, d’amender certaines conclusions ou de réorienter certains aspects de la recherche universitaire. Tous les articles contenus dans cet ouvrage ont puisé à ces sources. Mais les deux contributions initiales de Hermann Weber et de Horst Möller sont une analyse directe de ces matériaux et études.

3Dix-neuf études sur l’unification sont organisées à la suite des deux premières, en trois rubriques de longueur diverse. Une première série d’articles porte sur les origines immédiates du processus d’unification depuis le début des années 80, ce retour en arrière étant indispensable pour la compréhension et l’explication des phénomènes et du cours des événements. Les études d’Henri Ménudier et de Jean-Paul Cahn portent respectivement sur l’analyse générale de l’évolution en R.F.A. et sur la position du S.P.D. Parallèlement, cinq contributions sont consacrées à la situation finale en R.D.A. Sophie Lorrain analyse la vie politique en R.D.A., dans une démarche parallèle à celle d’Henri Ménudier, et Jean Mortier, en une autre étude d’un parti politique, retrace l’évolution du S.E.D. Trois communications sont des éléments d’une appréciation critique et synthétique : Bernard Poloni étudie les illusions et l’échec du mythe d’une « troisième voie », Ehrhart Neubert, qui y fut impliqué, s’attache à souligner le rôle de l’Église protestante dans la « révolution pacifique » et Martin Sabrow analyse la décomposition interne de la R.D.A. en une critique systémique. Enfin, deux aspects d’ordre socio-économique ont été d’une importance centrale dans le succès de la R.F.A. et l’effondrement de la R.D.A. Il s’agit d’abord de l’évolution démographique respective des deux sociétés, étudiée par Michel Hubert, et du développement économique des deux systèmes opposés, observé par Gérard Schneilin.

4Néanmoins, l’étude des facteurs intérieurs, politiques et économiques ne suffit pas à expliquer cet exceptionnel processus. Sans les interventions et décisions internationales, il n’eût pas été réalisé tel qu’il le fut ; ce contexte, richement documenté par les publications récentes, est donc étudié dans cinq contributions. Alfred Grosser trace la « dimension européenne » du phénomène, Ulrich Pfeil souligne la « portée » du voyage de François Mitterrand en R.D.A. du 10 au 12 décembre 1989 et Klaus-Jürgen Müller rattache l’événement aux traditions de politique extérieure de l’État national allemand. Deux communications enfin soulignent le rôle essentiel des Alliés de la Seconde Guerre mondiale dans la procédure de paix puisque, rappelons-le, il n’y avait pas de traité de paix avant 1990. Anne Saint Sauveur-Henn retrace donc la position des Alliés jusqu’en février 1990 et Hélène Miard-Delacroix analyse les négociations en vue du règlement des problèmes extérieurs pendants. Une fois ces problèmes internationaux réglés, il s’agissait d’élaborer les conditions juridiques de l’unification retracée dans deux contributions : Jean-Pierre Kéribin analyse le problème de la nationalité allemande et Christoph Gusy le processus juridique propre à l’unité.

5Enfin, trois études abordent la dimension culturelle du processus : Jacques Poumet analyse les publications autonomes et la culture autonome en R.D.A., Frank Hörnigk les rapports entre littérature et politique en R.D.A. en leur importance et leur tension et Hansgerd Schulte consacre son intervention à Günter Grass dont on sait combien il n’a eu de cesse de réfléchir à la question allemande, en des prises de position souvent critiques.

6Le processus d’unification ainsi analysé a été en apparence rapide, mais complexe en réalité. Ses débuts remontent à la séparation, en 1949, et aujourd’hui encore, il n’est pas entièrement achevé. Certains espoirs ont été déçus, même si l’essentiel espéré par la majorité a été réalisé. Mais, après tout, on sait que la politique est l’art du compromis. Et l’ensemble des problèmes internationaux tels qu’ils se sont posés en 1990 montre bien qu’une solution satisfaisante aura été trouvée pour l’un des problèmes les plus épineux du xxe siècle. Les contributions ici réunies l’ont montré avec pertinence et lucidité.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site