Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Affinités électives

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Stéphane Gödicke

À propos des auteurs

Volltext

1 Florence Baillet est maître de conférences à l’Université Paris 8. Elle a publié en 2003, aux éditions Belin, Heiner Müller, et en 2004, aux éditions du CNRS, L’Utopie en jeu. Critiques de l’utopie dans le théâtre allemand contemporain.

2 Florence Bancaud est maître de conférences en littérature allemande à l’Université de Rouen. A publié La nouvelle histoire de la littérature allemande (Armand Colin, 1998), Repères sur la vie de Galilée de Brecht (Bréal, 1999), Le Journal de Kafka ou l’écriture en procès (Paris, CNRS Éditions, 2000), L’animal et l’homme (Bréal, 2004). Elle est l’auteur d’une habilitation sur « l’esthétique de la laideur de 1750 à 1914 ». Elle prépare actuellement un ouvrage sur Kafka, à paraître dans la collection « Voix allemandes » chez Belin.

3 Michel Cadot est professeur émérite de littérature générale et comparée de l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Il est spécialiste des littératures russes et allemandes et a consacré une partie importante de ses recherches à l’imagologie.

4 Éric Chevrel a été lecteur de français à Cologne et ATER d’allemand à Caen, et il enseigne depuis 2000 comme maître de conférences la littérature de langue allemande et la civilisation autrichienne à l’université Paris 4. Il a soutenu en 1998 une thèse sur « les romans de Heimito von Doderer : l’ordre des choses, du temps et de la langue », et a rédigé six articles sur Doderer.

5 Catherine Géry est maître de conférences au département d’Études Slaves de l’Université Bordeaux 3 – Michel de Montaigne, spécialiste de littérature russe des XIXe et XXe siècles, auteur d’une thèse, d’articles, ouvrages et traductions sur l’œuvre de Nikolaï Leskov. Dernières publications importantes : Dossier H Nikolaï Leskov, L’Âge d’Homme, Lausanne, 2005. Littérature et histoire dans le domaine slave – XIXe-XXe siècles (éd.), Slavica Occitania, Toulouse, 2003. Nicolas Leskov, Le Gaucher et autres récits (traduction, préface et notes), L’Âge d’Homme, Lausanne, 2003 (prix de traduction Halpérine-Kaminski 2004, décerné par la Société des Gens de Lettres).

6 Stéphane Gödicke est normalien, agrégé d’allemand et docteur de l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Il a soutenu une thèse sur Musil, et publié des articles sur Musil, Kraus et Thomas Mann. Il enseigne actuellement au Lycée Franco-Allemand de Buc. Il a publié Désordres et transgressions chez Robert Musil (Presses Sorbonne Nouvelle, 2006)/

7 Carola Hähnel-Mesnard est maître de conférences en littérature et civilisation allemandes à l’École Polytechnique. Thèse en 2003 sur la littérature autoéditée en RDA dans les années 1980 (Université Paris 3). Domaines de recherche : littérature de la RDA, modèle du champ littéraire, littérature contemporaine, enjeux mémoriels en Allemagne.

8 Kerstin Hausbei est maître de conférences en études germaniques à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Également spécialiste de théâtre, elle a soutenu une thèse portant sur Thomas Bernhard et Anton Tchekov. Elle co-dirige la revue annuelle arts et sciences en recherche transversale erkundungen in kunst und wissenschaft (München, Fink). Autre publication : Edwige Brender, Kerstin Hausbei, Béatrice Jongy e.a. (éd.), À la croisée des langages. Correspondances entre texte et arts dans les pays de langue allemande (Presses Sorbonne Nouvelle, 2006).

9 Dominique Iehl, professeur émérite de l’Université de Toulouse le Mirail depuis 1993, a enseigné la littérature comparée à la Sorbonne au début des années 1950, puis l’allemand dans les universités de Lille et de Toulouse. Une partie de ses recherches concerne les rapports entre religion et poésie dans la période postromantique (cf. Le monde religieux et poétique d’Annette von Droste-Hülshoff). Il s’est consacré par la suite surtout à des études, sous forme d’articles, et souvent sur le mode comparatiste, sur la poésie, le théâtre et le roman de langue allemande à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle (surtout Hofmannsthal, Trakl, Rilke, Thomas Mann, Kafka, Musil et le théâtre de l’époque). Il s’est intéressé également aux problèmes du grotesque (Cf. Le Grotesque, Que sais-je ?, 1997), et aux rapports entre littérature et peinture.

10 Ida Junker, originaire de Novossibirsk, a fait des études des langues slaves aux universités de Saint-Pétersbourg, Marbourg et Mayence. Depuis trois ans elle travaille à Paris comme auteur et chercheur indépendant. Sa thèse de doctorat publiée en 2003 au Biblion Verlag, Munich, est consacrée à la poésie de Benedikt Livšic. Sa monographie sur le « texte pétersbourgeois » de la littérature russe (« Ot mifa k melodrame. Po strauitsam Petersbourgskogo teksta ») est parue en 2005, au Biblion Verlag, Munich.

11 Christine Meyer est maître de conférence à l’Institut d’allemand de l’Université d’Amiens. Elle est spécialiste de Canetti et notamment l’auteur de Comme un autre Don Quichotte : Intertextualités chez Canetti, Lyon, ENS-Éditions, 2001, et de Canetti lecteur de Stendhal. Construction d’une écriture autobiographique, Rouen, PUR, 2004. Elle s’intéresse par ailleurs à l’intermédialité.

12 Cécile Millot est maître de conférences à l’Université de Reims – Champagne-Ardenne. Elle travaille essentiellement sur la poésie contemporaine : la poésie engagée (H.M. Enzensberger, Erich Fried), la poésie de RDA (Volker Braun, Elke Erb), dont la littérature inofficielle de la fin de la RDA (Prenzlauer Berg), et la littérature de la « Wende » (Bert Papenfuß), mais aussi sur les avant-gardes historiques (expressionnisme[-s]).

13 Larissa Polouboiarinova enseigne la littérature germanophone moderne et contemporaine à l’Université de Saint-Pétersbourg. Elle a publié dans les domaines suivants : histoire de la littérature allemande, littérature comparée, traductologie, littérature de jeunesse.

14 Cornelia Ruhe a fait des études de philologie romane, russe et anglaise aux universités de Ratisbonne et de Constance. Elle a soutenu une thèse de doctorat en littérature à l’Université de Constance en 2002. Actuellement, elle prépare son habilitation à diriger des recherches en littérature comparée, sur la réception intertextuelle de Fiodor Dostoïevski dans les littératures françaises et espagnoles.

15 Gerald Stieg est professeur à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, depuis 2001 directeur de l’Institut d’Allemand d’Asnières. Ses recherches se répartissent en deux pôles : d’un côté, la relation entre littérature et politique en Autriche (Nestroy, Karl Kraus, Elias Canetti), et notamment la critique des médias ; de l’autre, la poésie de la modernité (direction des Œuvres poétiques de Rilke à la Bibliothèque de la Pléiade, travaux sur Trakl).

16 Alfred Strasser est maître de conférence à l’Université Lille 3 – Charles de Gaulle, et membre de la rédaction de la revue littéraire « Krautgarten ». Publications sur la littérature autrichienne contemporaine (Peter Turrini, Felix Mitterer, Michael Köhlmeier), la littérature de la RDA (Stephan Hermlin, Stefan Heym) et sur les littératures des minorités germanophones (Belgique, Prague, Trentin-Haut-Adige).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540