Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Affinités électives

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Stéphane Gödicke

Chapitre III. Avancer masqué : stratégies de subversion politique ?

La littérature soviétique comme modèle littéraire pour la RDA ?

La réception de Ciment de Fiodor Gladkov par Eduard Claudius et la question du « héros positif »

Carola Hähnel-Mesnard

Résumé

L’exemple de ce premier « roman d’usine » en RDA et son rapport à la littérature soviétique témoigne d’abord du décalage entre la volonté politique d’orienter la littérature et les réactions individuelles des écrivains. Lorsque la consigne est donnée de s’intéresser à l’actualité sociale du pays, Claudius tente, avec son expérience d’ouvrier, d’y répondre. Lorsque la consigne se double d’une injonction esthétique, l’auteur va jusqu’à nier le noyau de cette dernière : la représentation du héros positif. Inversement, les fonctionnaires de la culture de la jeune RDA dépendaient d’auteurs comme Claudius, leur œuvre, bien que critiquable, représentait le premier pas vers la nouvelle littérature socialiste. Cela étant, il ne s’agit pas de faire de Claudius rétrospectivement un « dissident », loin s’en faut, mais de souligner les écarts et les marges entre la volonté du pouvoir de gérer la littérature et les comportements individuels, notamment à une période aussi sensible que le début des années 1950.
À un deuxième niveau, ce roman témoigne des liens étroits entre littérature soviétique et littérature allemande, il est le fruit d’une rencontre qui remonte aux années 1920 et qui est réactualisée après 1945. Alors que la critique littéraire officielle ne cessait de recommander la littérature soviétique et le réalisme socialiste comme modèle et exemple, pensant évidemment à la conception littéraire d’après 1934, des auteurs comme Claudius ont une expérience très individuelle et déjà ancienne avec les premières œuvres soviétiques qui contenaient elles-mêmes encore des positions critiques. Il y a donc aussi un léger décalage entre le discours officiel et l’œuvre des écrivains d’une certaine génération en matière de modèle littéraire.
Enfin, si le roman de Claudius révèle des liens intertextuels très étroits avec celui de Gladkov, il fait toutefois preuve d’une appropriation critique. Si nombre de conflits étaient tout à fait transposables dans la RDA des années 1950, Claudius était conscient que les événements historiques qui ont bouleversé la Russie étaient inégalables et il a opté pour un ton plus modéré. Il dévie ainsi sur la représentation du personnage principal, remplaçant Gleb-Hercule aux dimensions et aux forces extraordinaires par un homme ordinaire. Claudius a créé un héros vraisemblable qui a eu son succès auprès des lecteurs et qui a défié les commentateurs officiels.

Texte intégral

  • 1 E. Claudius, Ruhelose Jahre, Halle (Saale), Mitteldeutscher Verlag, 1968, p. 362 sq.

1À la fin des années 1960, Eduard Claudius se souvient de l’après-guerre et de la phase de reconstruction en zone soviétique et en RDA où les débats et les interrogations sur le rapport entre l’homme et le travail étaient quotidiennement à l’ordre du jour. À l’instar de l’exploit du stakhanoviste Adolf Hennecke qui fut dûment organisé par le Parti, « rien ne devait tourner à vide », même pas dans le domaine littéraire où nombre de discussions et de débats sur les orientations à suivre furent organisés. L’auteur déplore qu’on demande aux écrivains l’impossible : « L’exigence de donner une forme artistique directe au présent paraissait irréalisable. […] Est-ce que le ‘nouveau’ n’a pas d’abord dû se former réellement […] pour en donner une forme artistique ? »1

  • 2 P. Zimmermann, Industrieliteratur der DDR : vom Helden der Arbeit zum Planer und Leiter, Stuttgart (...)

2Malgré ces apparentes difficultés d’aborder le présent et malgré les doutes sur l’ingérence du politique dans le domaine littéraire, Claudius publie en 1951 Menschen an unserer Seite (« Hommes à nos côtés »), le premier roman est-allemand sur la vie en usine dans une société socialiste émergente dont le héros est un travailleur « stakhanoviste ». Ce roman est considéré comme le « prototype de la littérature de reconstruction » des années 1950 dont le sujet permettait de débattre de tous les problèmes essentiels de la jeune RDA2. Pour mener à bien son projet, Claudius s’inspire d’un des premiers grands romans soviétiques sur la reconstruction du pays après la guerre civile : Ciment de Fiodor Gladkov. Si apparemment les modèles dans la tradition littéraire nationale allemande faisaient défaut, le recours à l’exemple soviétique n’est pas sans poser problème. Claudius se demande en effet si les auteurs est-allemands n’étaient pas simplement des « imitateurs » de la littérature soviétique. Le transfert du modèle soviétique s’annonce conflictuel.

1. La littérature entre les injonctions du « plan économique » et celles du « plan idéologique »

  • 3 A. Ackermann cité dans Lutz-W. Wolff, « ‘Auftraggeber : Arbeiterklasse’ Proletarische Betriebsroma (...)
  • 4 Ibid., p. 252.

3Lorsque dans l’après-guerre, en zone soviétique, le pouvoir se mettait à promouvoir les mouvements d’activistes à l’instar des stakhanovistes en URSS pour venir à bout des difficultés économiques, la littérature ne pouvait pas être en reste. Si le plus célèbre des « héros du travail », Adolf Hennecke, devint vite une icône de la propagande, il fallait à présent également des héros littéraires pour renforcer le mouvement. Rapidement, on assignait à la littérature une fonction bien précise. Dès le « Premier congrès central du SED sur la culture » en mai 1948, la volonté d’un renouvellement de la culture allemande s’accompagnait de l’exigence de mettre « l’homme actif […] au centre de la transformation culturelle », nécessitant « […] que le savant ou l’artiste se rendent chez les ouvriers dans les fabriques et usines »3. Parallèlement au premier plan économique biennal, les écrivains et artistes sont chargés dès septembre 1948 d’une mission sociale très claire : devenir les propagandistes du plan dans les usines, dans les villes ou à la campagne4. Déjà à cette époque, on déplore que le grand roman de la reconstruction ne soit pas encore écrit, que la vie des nouveaux paysans ne soit pas encore un sujet artistique.

  • 5 A. Hartmann, « Schriftsteller als kulturpolitische Kader : Auswirkungen der sowje tischen Präsenz (...)

4En effet, entre 1945 et 1949, les écrivains revenus en zone soviétique se consacrent principalement à leur vécu pendant l’exil ou dans les camps de concentration. Si l’expérience individuelle se trouve en décalage avec la nouvelle mission du présent, sa représentation artistique est toutefois ressentie comme une nécessité. Comme l’a remarqué Wieland Herzfelde, il faut d’abord regarder le passé pour avoir une vision juste du présent5. Ce regard en arrière fut régulièrement critiqué par le Parti qui considérait les écrivains comme rétrogrades.

  • 6 M. Jäger, Kultur und Politik in der DDR, Köln, Edition Deutschland Archiv, 1995, p. 33.

5Lors du deuxième congrès des écrivains en juillet 1950, qui avait précisément comme thème « La nouvelle vie exige une nouvelle mise en forme artistique », Bodo Uhse répond aux critiques. Il met en avant les différentes activités publiques des auteurs et avance l’argument déjà rencontré chez Claudius, selon lequel les choses se trouvent dans un changement permanent ce qui rend difficile leur représentation. Il évoque par ailleurs le manque d’une tradition littéraire allemande qui s’intéresse à la description de la société6. Moins d’un an après ce congrès, qui laissait encore des marges pour des hésitations et des explications de la part des écrivains, en mars 1951, la résolution du comité central du SED sur Le combat contre le formalisme dans l’art et dans la littérature a inauguré un durcissement de la politique culturelle, exigeant non seulement des thématiques adéquates à la ligne politique, mais fixant également des normes esthétiques, notamment celles du réalisme socialiste.

6Alors que la politique culturelle officielle devenait de plus en plus restrictive, certains écrivains tentaient toutefois de répondre à la demande officielle en matière de littérature, tout en gardant une distance critique à l’égard des modalités de la mise en œuvre de cette « collaboration ». C’est le cas d’Eduard Claudius qui n’a cessé d’exprimer ses réticences et ses doutes sur la gestion du « plan littéraire ». Claudius est l’exemple d’un écrivain prolétaire qui, maçon et délégué syndical, a travaillé en tant que « correspondant ouvrier » pour la presse du KPD. Ses premières tentatives littéraires remontent aux années 1930, époque où il a été fortement influencé par la « Fédération des Écrivains prolétaires et révolutionnaires » (BPRS) et des auteurs comme Hans Marchwitza, Willi Bredel et Erich Weinert. Combattant dans les brigades internationales, Claudius s’est fait reconnaître en tant qu’écrivain avec Grüne Oliven und nackte Berge (1945), un des premiers romans en langue allemande sur les expériences de la guerre d’Espagne. En 1947, il s’installe en zone soviétique, après avoir été pendant deux ans le chef du service de presse du ministère bavarois pour la dénazifi cation à Munich. Ses racines ouvrières, son parcours engagé et sa rencontre avec des auteurs comme Marchwitza – qui a toujours souligné qu’il était important d’écrire en tant qu’ouvrier sur sa propre condition – rendaient Claudius certainement réceptif à la demande des fonctionnaires du SED de représenter la nouvelle vie dans les usines.

2. À la recherche d’un modèle littéraire

  • 7 E. Claudius, Ruhelose Jahre, op. cit., p. 363.

7Face à ce nouveau sujet difficile à cerner, Claudius est conscient des modèles et références possibles. S’il pense immédiatement aux premières œuvres soviétiques, il se voit parallèlement réduit à ne pouvoir que les imiter, car elles décrivaient déjà suffisamment « la problématique globale de tout commencement socialiste ». La littérature allemande ne pouvait exprimer que des nuances dans cette construction du socialisme et devait également fournir des réflexions sur le passé national-socialiste7.

  • 8 A. Hartmann, « ‘Erneuerung der deutschen Kultur ?’ Zur sowjetischen Kultur-und Literaturpolitik in (...)
  • 9 O. Gotsche, « Deutsche proletarisch-revolutionäre Literatur und Sowjetliteratur », in G. Ziegengei (...)
  • 10 F. Selbmann, « Sowjetliteratur : erlebtes und bestimmendes Vorbild » (1969), in Ziegengeist, op. c (...)
  • 11 W. Mittenzwei, « Das Bild des Revolutionärs in der sozialistischen Literatur », in Ziegengeist, op (...)
  • 12 Ibid., p. 87.

8Cette connaissance de la littérature soviétique n’est pas le fruit d’une découverte récente, qui serait due aux efforts de l’administration soviétique de promouvoir cette littérature dans sa zone d’occupation8. La rencontre remonte aux années 1920 où les premières œuvres romanesques soviétiques emportaient toute la gauche, des intellectuels comme Anna Seghers ou Walter Benjamin aux ouvriers et écrivains réunis dans le BPRS. L’accueil fut enthousiaste, comme en témoigne l’écrivain et fonctionnaire Otto Gotsche9, qui y voyait une littérature « […] pouvant aider à guider les désirs et les espoirs des masses laborieuses » après l’échec de la révolution de 1918. Pour Fritz Selbmann10, l’intérêt des « jeunes ouvriers révolutionnaires » pour la littérature soviétique s’explique par le manque d’une littérature allemande accessible qui, contrairement à la littérature dite « bourgeoise », pouvait attirer les ouvriers en mettant leurs intérêts au centre. Les impulsions thématiques données par les œuvres soviétiques incitaient ceux qui étaient déjà engagés dans la presse ouvrière à écrire des romans sur leurs propres expériences. Ainsi, la littérature soviétique livrait déjà dans les années 1920 et 1930 le modèle pour la mise en place et le développement d’une littérature socialiste11. Elle permettait notamment de dépasser la représentation habituelle du prolétariat comme miséreux et souffrant en faveur de « l’ouvrier combattant » et « conscient de sa classe »12.

  • 13 W. Fink, Le peuple, la populace et le prolétariat, Paris, éditions de la MSH, 2002, p. 87 sq.
  • 14 Ibid., p. 260.
  • 15 Ibid., p. 378 sq.

9Dans l’histoire littéraire allemande, il s’agit là d’une innovation. Dans son étude sur l’émergence du personnage de l’ouvrier dans le roman allemand, Wolfgang Fink a en effet souligné les difficultés des romanciers allemands à faire face à l’industrialisation, à intégrer les représentations du travail industriel et du personnage de l’ouvrier dans leurs œuvres. Ancrée dans une tradition littéraire qui, du classicisme au romantisme, donne la primauté à l’individu et à l’introspection et qui résiste à la prise en compte de la vie active moderne, le roman allemand réussit seulement dans les années 1840 à se rapprocher des discours sociopolitiques ambiants, tout en étant confronté à des difficultés sémantiques pour représenter le milieu ouvrier13. À l’exception du Fragment eines Romans de Georg Weerth (1846) qui représente un héros ouvrier voulant se libérer de son milieu social et agissant de façon active, la majorité des auteurs du Vormärz représentent l’ouvrier comme victime et crève-la-faim et réduisent son identité à la pauvreté14. Ainsi, la plupart des romans sociaux des années 1840 ne peuvent constituer un véritable modèle littéraire pour les auteurs des années 1920. De plus, l’échec de la révolution de 1848 a étouffé ces premières tentatives de littérature sociale et prolétaire et par la suite on s’est détourné de cette thématique15.

  • 16 E. Röhner, « Arbeitergestalten und literarisches Menschenbild. Zu Entwicklungs-proble men der epis (...)
  • 17 On évitait aussi cette tradition dans la mesure où les premières œuvres d’auteurs comme Bredel, Gr (...)

10L’accueil positif de la littérature soviétique par les auteurs prolétaires des années 1920 n’est donc guère étonnant. Ils y puisent des formes et des thèmes, principalement liés à la révolution et à la guerre civile, qui leur permettent de représenter leurs combats de l’époque. Ce sont souvent ces mêmes auteurs qui, après 1945, s’installent en zone soviétique et en RDA, et se voient confrontés à l’injonction politique de représenter la société émergente. Alors qu’auparavant ils se situaient dans la confrontation avec le pouvoir, il fallait à présent le soutenir. De même, il fallait créer un autre type de personnage ouvrier dans la littérature, un nouveau type de héros, celui qui s’engage dans la construction d’une nouvelle société16. Si la littérature prolétaire au tournant des années 1920-1930 avait donc bien intégré le personnage de l’ouvrier dans le roman, elle ne pouvait servir elle-même de modèle, puisque le type de héros ouvrier ne correspondait plus à l’horizon d’attente actuel17. On revenait de nouveau au modèle soviétique, considéré cette fois sous un angle thématique différent.

  • 18 A. Abusch, « Die Diskussion in der Sowjetliteratur und bei uns » (1950), in idem, Literatur und Wi (...)
  • 19 Ibid., p. 309.

11La critique littéraire officielle soulignait également l’insuffisance de modèles littéraires propres à la tradition allemande. Selon Alexander Abusch18, les tentatives de la littérature bourgeoise d’esquisser des « héros positifs » ont échoué dans la mesure où ces héros se trouvaient de façon permanente en décalage ou en opposition avec la société, un décalage qui avait disparu dans la littérature soviétique. Tout en prônant le modèle soviétique pour la jeune littérature est-allemande, Abusch met en garde contre le danger d’une imitation épigonale. Il ne s’agirait pas de copier simplement les héros soviétiques qui ont évolué dans une société socialiste depuis plusieurs décennies. Les nouveaux héros doivent refléter les conflits de l’Allemagne actuelle divisée19.

  • 20 H. D. Kittsteiner, « Die in sich gebrochene Heroisierung. Ein geschichtstheoretischer Versuch zum (...)
  • 21 Ibid., p. 456 sq.
  • 22 C. Wolf, Der geteilte Himmel (1963), München, DTV, 1973, p. 168 sq.

12Imiter simplement la littérature soviétique et ses héros, outre le regard faussé sur la société allemande qui en résulterait, implique un autre élément qui rendrait cette opération difficile. Heinz D. Kittsteiner a analysé le rapport du « héros socialiste » soviétique à l’histoire qui se distinguerait par sa tentative de maîtriser l’histoire. Dans cette perspective, Kittsteiner souligne l’influence du concept nietzschéen du surhomme sur l’intelligentsia russe dès le XIXe siècle et sa persistance dans l’héroïsme romantique de la jeune Union soviétique20. Concrètement, c’est le personnage de l’ouvrier qui affronte l’histoire pour lui donner une organisation plus humaine. Les représentations artistiques de l’ouvrier doivent révéler ses forces, le langage de son corps correspond symboliquement au modelage de l’histoire et chaque partie du corps a sa signification : avec des pieds fermes et des jambes vigoureuses il se tient sur la terre, son cou est fort, son regard fixé sur l’horizon historique, ses mains fortes travaillent durement. Alors qu’on reconnaît certains de ces traits dans l’iconographie officielle de propagande, la simple reprise du modèle soviétique du héros en RDA semble toutefois problématique. Les représentations des héros ouvriers dans l’art du début des années 1950 sont moins optimistes, elles révèlent des « ombres » que les spectateurs de l’époque pouvaient sans problèmes renvoyer à l’histoire récente. L’existence de la RDA n’est pas le fruit d’une maîtrise de l’histoire, elle n’est pas due à une victoire du communisme, mais elle est le résultat du triomphe sur le national-socialisme. Si, en RDA, les héros ouvriers regardent vers un meilleur avenir, ils le font tout en étant conscients de leur passé. L’expérience du national-socialisme mène en RDA à ce que Kittsteiner appelle une « héroïsation brisée en elle-même » (« in sich gebrochene Heroisierung »21). Il est par ailleurs intéressant de voir que Christa Wolf évoque cette même problématique en 1963 dans Le Ciel partagé, lorsque Manfred réplique à Wendland, directeur de l’usine de wagons : « Ce qu’il vous faut, c’est des héros intacts. Ce que vous trouvez ici, ce sont des générations brisées. […] »22. Si l’art et la littérature soviétiques offrent donc incontestablement des modèles à la jeune littérature de RDA, on peut se demander dans quelle mesure ce modèle est adaptable au contexte allemand.

3. Le rôle de Ciment et sa réception par Claudius : correspondances et décalages

  • 23 H. Mayer, « Deutsche Literatur und Sowjetliteratur », in idem, Deutsche Literatur und Weltliteratu (...)
  • 24 E. Claudius, Ruhelose Jahre, op. cit., p. 177 sq.

13En 1957, Hans Mayer écrit : « Le plus grand succès d’un livre soviétique, probablement le livre modèle tout court qui nous transmettait à nous, lecteurs en Allemagne, une idée de ce qui était fondamentalement nouveau dans la littérature soviétique, était sans aucun doute Ciment de Gladkov. »23 Ciment fut accessible au public allemand dès 1927 (un an après sa parution en URSS), dans la traduction d’Olga Halpern à laquelle se réfère Claudius. Ce dernier décrit le roman comme une œuvre qui l’a accompagné « pendant ses années de jeunesse, les temps difficiles de l’émigration et de la guerre d’Espagne ». Il aurait même fait pleurer Gladkov lorsqu’il le rencontra en mai 1948 avec la première délégation d’écrivains allemands à Moscou et lui « parlait de son livre et de moi comme si nous n’étions qu’une seule chose […] »24. Claudius évoque également d’autres lectures, mais le roman de Gladkov est un modèle propice pour représenter sa problématique ; il englobe le passage de la révolution et de la guerre civile à la construction d’un état industriel socialiste et pouvait fournir des éléments importants pour aborder la nouvelle thématique en RDA.

  • 25 H. Mayer, op. cit., p. 232 sq.

14Lorsque Mayer s’interroge sur l’influence spécifique de la littérature soviétique en Allemagne et se demande si certaines œuvres ont été consciemment écrites, en entier ou dans les détails, en référence à la théorie et la pratique de celle-ci, il répond : « Dans une forme chimiquement pure […] ce processus ne se laissera pas démontrer : ni chez Becher ni chez Bredel ou Claudius, non pas chez Brecht et pas non plus chez Friedrich Wolf. »25 Si Mayer insiste sur la multitude des expériences de chacun, y compris sur des influences de lecture variées, les références du roman de Claudius à Gladkov sont toutefois nombreuses et bien repérables que ce soient des similitudes structurelles au niveau de l’action, des personnages et des conflits ou quelques rapprochements au niveau du langage. Suivant la typologie intertextuelle de Genette, il s’agit ici d’un rapport de transposition. Cependant, on observera que Claudius choisit de figurer le personnage principal, le « héros », avec un écart considérable par rapport à son « modèle ».

  • 26 L’exploit de Garbe a fait l’objet de nombreuses réécritures littéraires (reportages, un fragment d (...)

15Le contexte global est celui de la reconstruction de l’économie d’un pays : dans Ciment, le passage, au début des années 1920, de la guerre civile à la « nouvelle politique économique », dans Hommes à nos côtés, la reconstruction d’une industrie lourdement détruite à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Gleb Tchoumalov, le héros de Gladkov, ouvrier et soldat de l’Armée rouge, rentre du front et voit sa ville transformée en village. L’usine de ciment qui lui est familière depuis sa jeunesse n’est plus qu’une étable, les habitants vivent dans la misère. Tchoumalov décide de se battre sur tous les fronts et de remettre en marche l’usine. Claudius construit son héros Hans Aehre d’après le personnage authentique de l’activiste Hans Garbe qui travaille comme maçon dans l’usine Siemens-Plania à Berlin, spécialisée dans la production d’électrodes. Pendant l’hiver 1949-1950, Garbe se charge de réparer avec une équipe les chambres de combustion du dernier four encore en marche, sans arrêter la production26. Cette première correspondance entre les deux romans au niveau du cadre d’action du héros révèle cependant une différence d’échelle qu’on observera à tous les niveaux du roman de Claudius. Chez Gladkov, le héros assume la reconstruction de toute une usine, dans un pays aux dimensions immenses, secoué d’abord par la révolution et ensuite par la guerre civile. Les conditions ambiantes sont extrêmes, entre l’organisation de la survie de la population et les attaques régulières des Blancs. À l’image de ces défis, le roman de Gladkov est traversé d’un pathos révolutionnaire qui n’est pas recherché par Claudius.

16Cette différence d’échelle se retrouve dans une autre thématique reprise par Claudius : l’émancipation de la femme et la réflexion sur le rôle de la famille. Pendant que Gleb est à l’armée, sa femme Dacha entre au Parti et s’engage pour l’émancipation des femmes. Pour pouvoir se consacrer à ses nouvelles responsabilités et donner elle-même l’exemple, elle met sa fille Niourka dans un foyer pour enfants où elle se meurt sous les yeux de sa mère. Dacha refuse toutefois de retourner dans son rôle traditionnel de mère. La dimension tragique inhérente à cette croyance dans l’inéluctable accomplissement de la révolution dans tous les domaines de la vie est absente du roman de Claudius. Katrin, la femme de Aehre, entre au Parti à l’insu de son mari, elle commence à travailler dans la même usine et met leur fille dans un jardin d’enfant tout neuf. Les conflits intérieurs des personnages sont moins intenses, car les conditions sont moins extrêmes.

  • 27 E. Claudius, Menschen an unserer Seite, Berlin, Volk und Welt, 1951, p. 295.
  • 28 Aussi bien Tchoumalov que Aehre désignent leur foyer comme « nid » (Nest), Dacha accueille Gleb en (...)

17À d’autres niveaux, les deux romans se rapprochent et révèlent un rapport intertextuel non négligeable. Il y a le rapport d’abord conflictuel entre l’ouvrier et l’ingénieur en chef de l’usine, représentant de l’ancienne intelligentsia « bourgeoise » (Aehre/Wassermann et Tchoumalov/Kleist). La relation de Aehre aux différentes instances dirigeantes de l’usine se caractérise par une certaine méfiance, on lui reproche de vouloir réaliser sa proposition d’innovation « à la manière des partisans »27 et d’introduire une certaine anarchie – un comportement propre également à Gleb Tchoumalov. D’autres détails se correspondent, y compris au niveau du langage28.

  • 29 E. Röhner, op. cit., p. 229.

18La grande différence entre les deux romans concerne paradoxalement la figure du héros. Certains ont affirmé que « le souffle du Ciment de Gladkov » traverse le roman de Claudius, qu’il était perceptible « dans la ténacité et l’acharnement de Aehre », dans l’idée « que seul est un héros qui accomplit l’impossible »29. Or, comparé à l’imaginaire héroïque produit par le discours officiel et ses réalisations iconographiques, ce héros se présente souvent comme un anti-héros.

4. Du « héros positif » au héros impossible

  • 30 F. Gladkow, in Gladkow/Müller, op. cit., p. 11.
  • 31 Ibid., p. 26.
  • 32 Ibid., p. 61.
  • 33 Ibid., p. 179.
  • 34 Ibid., p. 92.
  • 35 Ibid., p. 62.
  • 36 Ibid., p. 200.

19Intéressons-nous d’abord à la représentation de Tchoumalov. Lorsqu’il rentre chez lui, Gleb porte l’uniforme de l’Armée rouge, son apparence est tout de suite associée au combattant, au héros de la guerre. Tout le long du roman, la description de Gleb est plutôt hésitante, les traits de son visage ne sont, contrairement à d’autres personnages, jamais décrits. En revanche, le narrateur ne cesse de souligner la force de ce personnage, souvent par l’intermédiaire de paraphrases. Lorsqu’il retrouve Dacha à la maison, il la prend dans ses « bras d’homme de façon à lui faire craquer les os dans le dos »30. Un ami d’enfance le décrit à son retour dans l’usine : « […] Guerrier !… T’as mis ton casque, mais il y a seulement ton nez et l’étoile qui ont grandi !… Et je reconnais tes mains et tes pieds – ils marchent vigoureusement, elles travaillent dur… »31 Si les signes particuliers de la physionomie du héros ne sont pas évoqués, l’accent est toutefois mis sur les pieds et les mains, renvoyant aux traits généraux caractérisant l’iconographie du héros travailleur. Par la suite, la description de Gleb continue à passer par l’exhibition de ses forces. « Avec lui, on bouleversera trente trois montagnes », affirme-t-on32. On vante sa force animale, ses capacités à travailler comme une bête33. Lorsqu’il enlève sa chemise pour montrer aux travailleurs dubitatifs ses énormes cicatrices de guerre, « les muscles allant du cou jusqu’au pantalon bougeaient […] comme des cordons élastiques »34. À d’autres endroits, la taille et la force du héros sont encore exprimées par des paraphrases qui ont tendance à renforcer le phénomène. Participant à une réunion du groupe des femmes, Gleb entre dans la pièce et se voit transformé en géant : « Et comme la pièce était petite, ou comme il n’y avait que des femmes assises à l’intérieur, Gleb avait l’impression de la remplir entière ment et de ne plus avoir de place pour se retourner. Il lui semblait que son casque touchait le plafond et raclait les stucs. »35 Ailleurs, il porte Polia et Dacha chacune sur un bras, « sans ralentir ses pas », il marche fermement « en portant les deux femmes comme des petites filles qui riaient »36.

  • 37 F. Mierau, « ‘Zement’ – fünfzig Jahre danach », in Gladkow/Müller, op. cit., p. 516.
  • 38 Ibid., p. 519.

20Ces quelques exemples montrent que le héros de Gladkov est physiquement à la hauteur des défis qu’il doit relever pour reconstruire la cimenterie. Gladkov renonce à une description plus détaillée des traits individuels de son héros principal. En effet, l’auteur avait mis en avant que la nouvelle époque était propice pour créer des « images monumentales » et des « types puissants et complets », pour faire des synthèses artistiques de la nouvelle société et procéder à une généralisation grandiose37. Ce schématisme et la faible individualisation ont, dès la publication du roman, rencontré une forte critique ; ainsi Sergeï Tretiakov s’interrogeait sur l’utilité de présenter Gleb en Hercule et sur cette « stylisation gréco-soviétique »38. De son côté, Gladkov défend l’utilité de la légende qui, à elle seule, pouvait se rapprocher de la vérité de l’homme. Malgré cette tendance à la représentation hyperbolique du héros, Gladkov a introduit dans son roman une remise en question critique de l’héroïsme lui permettant de maintenir une distance critique face au discours officiel.

  • 39 E. Claudius, Menschen an unserer Seite, op. cit., p. 9.
  • 40 Ibid., p. 13.
  • 41 Ibid., p. 46.
  • 42 Ibid., p. 47.
  • 43 Ibid., p. 99
  • 44 Ibid., p. 204.
  • 45 Ibid., p. 148.
  • 46 Ibid., p. 104.
  • 47 Ibid., p. 152.
  • 48 Ibid., p. 172.
  • 49 Ibid., p. 230.
  • 50 Ibid., p. 353.

21Or, la représentation du « héros positif » chez Eduard Claudius diffère totalement de celle de Gladkov, et face au modèle soviétique qui se dessine en arrière-plan du roman est-allemand, Hans Aehre apparaît comme la caricature d’un héros. Contrairement à Gladkov, Claudius commence son roman par le portrait du protagoniste : « Les mains et le visage menu aux traits marqués avec le nez légèrement trop long, la bouche charnue et le regard toujours saisissant […] »39. La focalisation sur le visage et les mains est ensuite élargie à la parole et à l’écriture. Aehre est décrit comme quelqu’un de très inhibé qui a de grandes difficultés à s’exprimer. Il soupçonne les autres de se moquer de son « langage lourdaud qui va trébuchant avec son accent de Poméranie » et il rougit facilement40. Lorsqu’il essaye de mettre par écrit ses idées innovatrices, son écriture est décrite comme « maladroite » et « griffonnée comme des pattes de mouches »41. Il a besoin de sa femme pour venir à bout de ses projets et apparaît comme entièrement dépendant d’elle. Plus d’une fois, « son bras cherchait chez elle un appui »42. Partout où il apparaît, Aehre est hésitant, indécis. Au lieu d’enfoncer les portes des bureaux administratifs comme Gleb, Aehre frappe et attend une réponse43. Pour présenter ses propositions, il transpire d’angoisse et commence à bégayer44. Le directeur de l’usine le tient pour très sensible, voire mou45, et l’instructeur du Parti venu enquêter dans l’usine le décrit comme « étourdi », « casse-cou et irréfléchi », par moments « sans la moindre fermeté »46. Après ces descriptions peu encourageantes, des informations sur le physique de ce « héros » confirment les premières impressions plutôt négatives. Aehre évolue avec des « pas de maçon lourds et patauds »47, les ouvriers qui l’observent voient « un corps ayant l’air quelque peu courbé et penché »48, ils constatent qu’il « n’a plus que la peau et les os »49 et que sur sa « poitrine étroite il n’y avait presque pas de muscles », qu’il « avait l’air plutôt chétif »50.

  • 51 E. Claudius, Die geistigen Grundlagen des heutigen deutschen Arbeiters, Stiftung Archiv der Akadem (...)
  • 52 Idem, Ruhelose Jahre, p. 331 sq.
  • 53 Ibid., p. 365.
  • 54 D. Vogel, Der positive Held – Geschichte und Funktion eines literarischen Charakters, Stuttgart, I (...)
  • 55 E. Claudius, Menschen an unserer Seite, op. cit., p. 184.

22La représentation de ce héros est non seulement en décalage avec son modèle littéraire, mais également avec les représentations de propagande ambiantes, propagande que Claudius dénonce par ailleurs très tôt51. À maintes reprises, Claudius a exprimé sa critique du « héros positif ». Lorsqu’il participe en 1948 à la première délégation d’écrivains allemands en Union soviétique et rencontre nombre d’auteurs et de critiques, il dénonce « la critique littéraire soviétique et ses maximes que je ne pouvais accepter pour mon travail ». Il refuse « la théorie selon laquelle uniquement l’exemple positif, le héros positif pouvait faire l’objet de la littérature », transformant la littérature en image d’Épinal52. À propos de son reportage Vom schweren Anfang, qui constituait le récit de base pour son roman, il déclare, après avoir travaillé dans l’équipe de Hans Garbe, qu’il n’y a pas de « héros radieux » et que c’étaient des hommes ordinaires qui avaient agi53. En dehors de ces expériences concrètes de la vie ouvrière, le refus de représenter un véritable « héros positif » tient certainement aussi à la nécessité déjà évoquée de tenir compte du passé. Si le héros de Gladkov est exemplaire, c’est aussi grâce au lien qu’il fait entre l’héroïsme de la guerre civile et celui sur le « champ de bataille du travail »54. Cette association est évidemment impossible dans la littérature allemande après l’expérience du IIIe Reich. Claudius reste d’ailleurs très discret sur le passé d’Aehre pendant la guerre, le récit de sa vie est interrompu pendant ces années, mais l’auteur lui prête des propos anti-hitlériens dès 194555.

5. L’héroïsme par le détour de la peinture

  • 56 Ibid., p. 301.
  • 57 Ibid., p. 390 sq.
  • 58 A. Abusch, « Die Diskussion in der Sowjetliteratur », op. cit., p. 154.
  • 59 Idem, « Aktuelle Fragen unserer Literatur » (1951), in idem, Literatur und Wirklichkeit, op. cit., (...)

23Si, tout au long de son roman, la sémantique de la représentation du anti-héros est maintenue, toutefois la personnalité d’Aehre évolue. Au rythme de l’avancée de son projet, il gagne en assurance, s’exprime plus facilement, tient tête à ses adversaires. Pour figurer ce changement digne du protagoniste d’un roman de formation, tout en refusant de faire représenter Aehre en « héros positif » par le narrateur, Claudius opère un détour par l’image et y intègre accessoirement une réflexion sur la doctrine artistique du réalisme socialiste. Il y a d’abord une photographie de l’activiste Aehre qu’il commente lui-même : « […] n’ai-je pas l’air anxieux ? Anxieux et sans énergie, sans grande volonté ! Un visage ordinaire, lui semblait-il, le visage de quelqu’un qui n’a rien de particulier ! […] »56. Alors que la photographie reflète ici simplement les aspects extérieurs de l’activiste et non pas ses motivations intérieures, il en est autrement avec la peinture. Claudius a en effet introduit le personnage complexe d’un peintre, Andrytzki, qui cherche sa voie entre l’Est et l’Ouest. Lors d’une exposition dans la nouvelle Maison de la culture, Aehre regarde les tableaux qui le représentent. Contrairement à la photo graphie de l’activiste, Aehre voit qu’Andrytzki a réussi à représenter tous ses sentiments de l’époque dans une série de dessins : « Il y en avait un […] qui le montrait avec un visage qui voulait dire : Venez donc, vous allez voir ! Andrytzki avait saisi tout son manque d’assurance, le manque d’assurance et la position de défense exagérée contre tout autour de lui qui en a résulté […] ». À présent, Aehre « […] se voyait comme si on avait enlevé un masque de son visage, comme si un visage différent, authentique était apparu et qu’il se tenait nu devant les hommes »57. Le regard engagé de l’artiste réussit à extrapoler les véritables forces du protagoniste. C’est comme si Claudius croyait ici aux possibilités artistiques du réalisme socialiste tel qu’il était débattu à l’époque, d’un réalisme qui ne correspond pas « au naturalisme plat d’un reflet photographique », mais qui a la force de « former la réalité et d’orienter vers l’avenir »58. En introduisant ce mouvement entre photographie et dessin, Claudius prend position par rapport à la doctrine réaliste et semble l’adopter, mais par le biais de l’iconographie. Pourtant Abusch lui reproche pour son livre d’avoir donné une représentation naturaliste, « photographique » de l’homme, avec tous ses défauts, au lieu de montrer « des hommes réels dans leur mouvement en avant, donc aussi : comme ils doivent être et comme ils seront demain »59.

  • 60 E. Claudius, Menschen an unserer Seite, op. cit., p. 391.
  • 61 E. Claudius, Ruhelose Jahre, op. cit., p. 370.

24Cette réflexion métadiscursive se poursuit. Avec le regard qu’Aehre porte sur une grande peinture à l’huile, la doctrine du réalisme socialiste dans son état le plus pur a trouvé l’entrée dans le roman, constituant une sorte d’apothéose qui peut laisser perplexe après tout ce qui a été dit. Dans une parfaite harmonie, le tableau réunit l’ouvrier activiste, l’ingénieur de l’ancienne intelligentsia et le secrétaire du Parti. Le visage d’Aehre est « plein d’énergie, audacieux et avec des yeux clairs et intelligents », le visage « calme et intelligent » de Wassermann est « éclairci par un sourire ». Wende, le responsable du Parti, se tient au centre, plus petit qu’Aehre, mais « plus robuste, plus massif », son « visage large » est « vigoureux et confiant »60. Tous les conflits qui ont traversé le roman – et pour la représentation desquels Claudius a été fortement critiqué – sont résolus dans ce tableau final. L’héroïsme est finalement figuré dans le roman, mais grâce au détour par la peinture. Au lieu d’y voir une profession de foi inattendue ou une allégeance faite à la doctrine artistique officielle, ce tableau final exprime une méfiance et un espoir en même temps. Une méfiance dans le sens où Claudius reste fidèle à sa critique du « héros positif » et confère aux arts figuratifs la tâche de le représenter. Et un espoir dans les potentialités d’une nouvelle esthétique qui reflète aussi bien les réflexions dans le BPRS que les débats très riches de l’après-guerre, avant que l’esthétique ne devienne une affaire d’État, et quand, selon Claudius, personne ne pensait encore que l’écrivain était un ordinateur que l’on pouvait programmer pour en sortir le « roman taillé sur mesure »61.

  • 62 M. Fenske, Die Darstellung des positiven Helden im Prosawerk Eduard Claudius’, SAdK, Eduard-Claudi (...)

25Si la réception officielle du roman était très critique, il en était autrement de la part des lecteurs. Du côté de la critique littéraire, on regrettait principalement le manque d’un véritable « héros positif » ; déjà le titre ne renvoyait pas à de l’exemplaire, mais à des hommes ordinaires. On lui reprochait le comportement amoral de ses personnages (certains boivent, fument ou couchent avec des femmes) et une représentation trop négative du Parti. Dans un mémoire de fin d’études sous la direction d’Alfred Kantorowicz, l’auteur constate qu’en suivant les erreurs du modèle direct Hans Garbe, le héros ne peut devenir le représentant typique et positif de son époque62.

  • 63 Lettres de lecteurs, SAdK, E.-C.-Archiv, no 175.

26En revanche, les réactions des lecteurs et de la presse locale sont unanimement positives et se réjouissent que l’auteur n’idéalise pas son sujet et renonce à « héroïser » par des moyens faciles. Ce qui est le plus intéressant, ce sont en effet les lettres de lecteurs dont il y a un grand nombre, puisque Claudius avait lancé lui-même un appel afin qu’on réagisse à son roman. Même s’il faut se méfier de la spontanéité de ces lettres et de leur authenticité, l’accueil favorable est tout à fait crédible dans la mesure où Claudius présente un livre qui ne cache pas la réalité. On compare le roman spontané ment à la littérature soviétique fortement promue à l’époque (le lecteur se trompe toutefois de modèle en pensant à Nicolaï Ostrovski) ; une femme au foyer demande à la rédaction d’un magazine si elle était encore capable de changer de vie à l’exemple de Katrin Aehre ; beaucoup d’autres insistent sur la véracité des personnages décrits. Certains avouent qu’ils étaient d’abord peu acquis à l’idée de voir « encore un activiste qui récite les éditoriaux des journaux », mais qu’ils se sont aperçus que Claudius décrit des hommes réels comme s’il avait pris des modèles dans leur propre usine63.

  • 64 E. Claudius, Fragment eines Vortrages über Literaturprobleme, SAdK, Berlin, Eduard-Claudius-Archiv (...)

27À travers son rapport critique au « héros positif », Claudius valorise également les capacités du lecteur pour une lecture « responsable », alors qu’on lui reprochait justement d’inciter les lecteurs à imiter le comportement défaillant de ses personnages ou de donner prise à l’adversaire. Selon lui, le lecteur est de moins en moins un « consommateur enfantin de l’art » et il demande autre chose qu’une « action superficiellement optimiste » ou un « tout va bien qui finit bien pseudo réaliste »64.

Pour conclure

  • 65 A. Hartmann et W. Eggeling, Sowjetische Präsenz im kulturellen Leben der SBZ und frühen DDR 1945-1 (...)

28L’exemple de ce premier « roman d’usine » en RDA et son rapport à la littérature soviétique est révélateur à plusieurs niveaux. Il témoigne d’abord du décalage entre la volonté politique d’orienter la littérature et les réactions individuelles des écrivains. Lorsque la consigne est donnée de s’intéresser à l’actualité sociale du pays, Claudius tente, avec son expérience d’ouvrier, d’y répondre. Lorsque la consigne se double d’une injonction esthétique, l’auteur va jusqu’à nier le noyau de cette dernière : la représentation du héros positif. Inversement, les fonctionnaires de la culture de la jeune RDA dépendaient d’auteurs comme Claudius, leur œuvre, bien que critiquable, représentait le premier pas vers la nouvelle littérature socialiste. Ainsi, le reportage de Claudius sur Hans Garbe est cité en exemple dans la très oppressante résolution contre le formalisme, alors que ce même reportage a auparavant été lourdement attaqué par une critique littéraire soviétique qui lui reprochait des erreurs politiques et une représentation diffamatoire du Parti65. Cela étant, il ne s’agit pas de faire de Claudius rétrospectivement un « dissident », loin s’en faut, mais de souligner les écarts et les marges entre la volonté du pouvoir de gérer la littérature et les comportements individuels, notamment à une période aussi sensible que le début des années 1950.

29À un deuxième niveau, ce roman témoigne des liens étroits entre littérature soviétique et littérature allemande, il est le fruit d’une rencontre qui remonte aux années 1920 et qui est réactualisée après 1945. Alors que la critique littéraire officielle ne cessait de recommander la littérature soviétique et le réalisme socialiste comme modèle et exemple, pensant évidemment à la conception littéraire d’après 1934, des auteurs comme Claudius ont une expérience très individuelle et déjà ancienne avec les premières œuvres soviétiques qui contenaient elles-mêmes encore des positions critiques. Il y a donc aussi un léger décalage entre le discours officiel et l’œuvre des écrivains d’une certaine génération en matière de modèle littéraire.

30Enfin, si le roman de Claudius révèle des liens intertextuels très étroits avec celui de Gladkov, il fait toutefois preuve d’une appropriation critique. Si nombre de conflits étaient tout à fait transposables dans la RDA des années 1950, Claudius était conscient que les événements historiques qui ont bouleversé la Russie étaient inégalables et il a opté pour un ton plus modéré. Il dévie ainsi sur la représentation du personnage principal, remplaçant Gleb-Hercule aux dimensions et aux forces extraordinaires par un homme ordinaire, Hans Garbe, dont il avait suivi le travail de près. Ce héros ordinaire aux nombreux défauts manque d’exemplarité, il ne représente ni le typique ni le positif absolument recherché. Mais il se rapproche certainement le plus des représentations artistiques crédibles d’un « héros » dans l’Allemagne de l’après-guerre, une représentation qui tient aussi bien compte du passif historique que des conflits réels dans la construction de la nouvelle société. Claudius a créé un héros vraisemblable qui a eu son succès auprès des lecteurs et qui a défié les commentateurs officiels.

Notes

1 E. Claudius, Ruhelose Jahre, Halle (Saale), Mitteldeutscher Verlag, 1968, p. 362 sq.

2 P. Zimmermann, Industrieliteratur der DDR : vom Helden der Arbeit zum Planer und Leiter, Stuttgart, Metzler, 1984, p. 83 sq.

3 A. Ackermann cité dans Lutz-W. Wolff, « ‘Auftraggeber : Arbeiterklasse’ Proletarische Betriebsromane 1948-1956 », in H.-J. Schmitt (éd.), Einführung in Theorie, Geschichte und Funktion der DDR-Literatur (Literaturwissenschaft und Sozialwissenschaften 6), Stuttgart, Metzler, 1975, p. 251.

4 Ibid., p. 252.

5 A. Hartmann, « Schriftsteller als kulturpolitische Kader : Auswirkungen der sowje tischen Präsenz auf das kulturelle Leben in der SBZ », in S. Hanuschek, Hörnigk e.a. (éd.), Schriftsteller als Intellektuelle. Politik und Literatur im Kalten Krieg, Tübingen, Niemeyer, 2000, p. 169.

6 M. Jäger, Kultur und Politik in der DDR, Köln, Edition Deutschland Archiv, 1995, p. 33.

7 E. Claudius, Ruhelose Jahre, op. cit., p. 363.

8 A. Hartmann, « ‘Erneuerung der deutschen Kultur ?’ Zur sowjetischen Kultur-und Literaturpolitik in der SBZ und der frühen DDR », in K.R. Scherpe et L. Winckler (éd.), Frühe DDR-Literatur. Traditionen, Institutionen, Tendenzen, Hamburg, Berlin, Argument-Verlag, 1988, p. 46.

9 O. Gotsche, « Deutsche proletarisch-revolutionäre Literatur und Sowjetliteratur », in G. Ziegengeist, Begegnung und Bündnis. Sowjetische und deutsche Literatur. Histo rische und theoretische Aspekte ihrer Beziehungen, Berlin, Akademie-Verlag, 1973, p. 47.

10 F. Selbmann, « Sowjetliteratur : erlebtes und bestimmendes Vorbild » (1969), in Ziegengeist, op. cit., p. 605.

11 W. Mittenzwei, « Das Bild des Revolutionärs in der sozialistischen Literatur », in Ziegengeist, op. cit., p. 84.

12 Ibid., p. 87.

13 W. Fink, Le peuple, la populace et le prolétariat, Paris, éditions de la MSH, 2002, p. 87 sq.

14 Ibid., p. 260.

15 Ibid., p. 378 sq.

16 E. Röhner, « Arbeitergestalten und literarisches Menschenbild. Zu Entwicklungs-proble men der epischen Literatur der DDR », in Ziegengeist, op. cit., p. 228.

17 On évitait aussi cette tradition dans la mesure où les premières œuvres d’auteurs comme Bredel, Grünberg ou Marchwitza évoquaient les divergences et luttes entre le KPD et le SPD dans les années 1920, alors que l’heure était à l’unification des deux partis en 1946 (Wolff, op. cit., p. 250).

18 A. Abusch, « Die Diskussion in der Sowjetliteratur und bei uns » (1950), in idem, Literatur und Wirklichkeit. Beiträge zu einer neuen deutschen Literaturgeschichte, Berlin, Aufbau-Verlag, 1952, p. 307 sq

19 Ibid., p. 309.

20 H. D. Kittsteiner, « Die in sich gebrochene Heroisierung. Ein geschichtstheoretischer Versuch zum Menschenbild in der Kunst der DDR », in Historische Anthropologie, 3/1994, Köln, Weimar, Wien, Böhlau, p. 452 sq.

21 Ibid., p. 456 sq.

22 C. Wolf, Der geteilte Himmel (1963), München, DTV, 1973, p. 168 sq.

23 H. Mayer, « Deutsche Literatur und Sowjetliteratur », in idem, Deutsche Literatur und Weltliteratur. Reden und Aufsätze, Berlin, Rütten & Loening, 1957, p. 224.

24 E. Claudius, Ruhelose Jahre, op. cit., p. 177 sq.

25 H. Mayer, op. cit., p. 232 sq.

26 L’exploit de Garbe a fait l’objet de nombreuses réécritures littéraires (reportages, un fragment de Brecht, la pièce Der Lohndrücker de Heiner Müller, etc.).

27 E. Claudius, Menschen an unserer Seite, Berlin, Volk und Welt, 1951, p. 295.

28 Aussi bien Tchoumalov que Aehre désignent leur foyer comme « nid » (Nest), Dacha accueille Gleb en l’appelant « camarade Gleb », la femme de Aehre fait de même (F. Gladkow, Zement (1926), traduction d’Olga Halpern, in F. Gladkow, H. Müller, Zement, Leipzig, Reclam, 1975, pp. 7, 12 ; E. Claudius, Menschen an unserer Seite, op. cit., pp. 10, 216). On observe également la volonté de Claudius d’introduire, à la manière de Gladkov, des jeux de mots ; il y a une similitude dans les commentaires métadiégétiques des deux narrateurs.

29 E. Röhner, op. cit., p. 229.

30 F. Gladkow, in Gladkow/Müller, op. cit., p. 11.

31 Ibid., p. 26.

32 Ibid., p. 61.

33 Ibid., p. 179.

34 Ibid., p. 92.

35 Ibid., p. 62.

36 Ibid., p. 200.

37 F. Mierau, « ‘Zement’ – fünfzig Jahre danach », in Gladkow/Müller, op. cit., p. 516.

38 Ibid., p. 519.

39 E. Claudius, Menschen an unserer Seite, op. cit., p. 9.

40 Ibid., p. 13.

41 Ibid., p. 46.

42 Ibid., p. 47.

43 Ibid., p. 99

44 Ibid., p. 204.

45 Ibid., p. 148.

46 Ibid., p. 104.

47 Ibid., p. 152.

48 Ibid., p. 172.

49 Ibid., p. 230.

50 Ibid., p. 353.

51 E. Claudius, Die geistigen Grundlagen des heutigen deutschen Arbeiters, Stiftung Archiv der Akademie der Künste (SAdK), Berlin, Eduard-Claudius-Archiv, Nr. 58, 1950.

52 Idem, Ruhelose Jahre, p. 331 sq.

53 Ibid., p. 365.

54 D. Vogel, Der positive Held – Geschichte und Funktion eines literarischen Charakters, Stuttgart, Inaugural-Dissertation/Selbstverlag, 1973, p. 92.

55 E. Claudius, Menschen an unserer Seite, op. cit., p. 184.

56 Ibid., p. 301.

57 Ibid., p. 390 sq.

58 A. Abusch, « Die Diskussion in der Sowjetliteratur », op. cit., p. 154.

59 Idem, « Aktuelle Fragen unserer Literatur » (1951), in idem, Literatur und Wirklichkeit, op. cit., p. 326.

60 E. Claudius, Menschen an unserer Seite, op. cit., p. 391.

61 E. Claudius, Ruhelose Jahre, op. cit., p. 370.

62 M. Fenske, Die Darstellung des positiven Helden im Prosawerk Eduard Claudius’, SAdK, Eduard-Claudius-Archiv, Nr. 145, 1953, p. 116.

63 Lettres de lecteurs, SAdK, E.-C.-Archiv, no 175.

64 E. Claudius, Fragment eines Vortrages über Literaturprobleme, SAdK, Berlin, Eduard-Claudius-Archiv, Nr. 79, s.d., p. 5 sq.

65 A. Hartmann et W. Eggeling, Sowjetische Präsenz im kulturellen Leben der SBZ und frühen DDR 1945-1953, Berlin, Akademie Verlag, 1998, p. 327.

Auteur

Maître de conférences en littérature et civilisation allemandes à l’École Polytechnique. Thèse en 2003 sur la littérature autoéditée en RDA dans les années 1980 (Université Paris 3). Domaines de recherche : littérature de la RDA, modèle du champ littéraire, littérature contemporaine, enjeux mémoriels en Allemagne.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540