Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Affinités électives

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Stéphane Gödicke

Chapitre II. Jeux de miroirs

Berganza, Fidel et leur meute. Vers une généalogie des chiens philosophes

Cornelia Ruhe

Résumé

La relation entre les chiens et la philosophie a une longue tradition. Elle ne commence pas avec le chien philosophe, mais avec son contraire, le philosophe chien : les philosophes « cyniques » tenaient leur nom du fait que leurs détracteurs aimaient profiter de la proximité phonétique de leur lieu d’enseignement, le gymnase Kynosarges, avec kyon (chien) pour les traiter de chiens.
Bien des siècles après le regard « cynique » d’Antisthène et de Diogène sur le monde, ses conventions et sa morale, ce sont les chiens philosophes qui ont pris la relève pour tenter, à leur façon, de « résoudre l’énigme de l’humanité ». C’est à la littérature qu’ils doivent leur existence, et la littérature leur doit beaucoup en retour, car le sujet des chiens philosophes a eu et continue d’avoir une fortune qui est des plus surprenantes. Ce qui sera abordé, ce n’est pas l’énigme de l’humanité – question qui nous mènerait peut-être un peu trop loin –, mais l’énigme de la « canité » et de sa vie intertextuelle si intense.
L’intertextualité sera comprise ici selon le modèle de Renate Lachmann, pour qui elle peut être définie comme un processus d’interprétation qui implique une relation dynamique entre les textes. R. Lachmann distingue trois modèles d’intertextualité : la participation, la « Tropik » et la transformation. Ces trois modèles d’intertextualité se trouvent dans nos textes aux protagonistes canins.
On suivra les étapes intertextuelles des chiens savants du début du XVIIe siècle jusqu’au début du XXe, chiens philosophes qui voyagent d’Espagne en Allemagne, puis en Russie. On analysera d’abord le Coloquio de los perros de Miguel de Cervantes Saavedra, pour ensuite en venir à sa « suite », la Nachricht von den neuesten Schicksalen des Hundes Berganza de E.T.A. Hoffmann, avant de traiter le Journal d’un fou de Nicolaï Gogol, le roman Niebla de Miguel de Unamuno et Cœur de chien de Mikhaïl Boulgakov.

Texte intégral

  • 1 Patrick Nganang, Temps de chien, Paris, Serpent à Plumes, 2001, p. 39.

Désormais c’est moi qui définirai le domaine de définition des choses. C’est moi qui nommerai même les choses et les êtres. C’est moi, oui, c’est moi seul qui interpréterai le monde autour de moi […] Je dis bien : c’est moi et moi seul qui m’efforcerai à résoudre l’énigme de l’humanité1.

  • 2 Titre qui n’est pas sans rappeler celui du roman de Günter Grass Hundejahre, Neuwied, Luchterhand, (...)

1Celui qui nous parle sur ce ton plein d’assurance est le narrateur d’un roman camerounais. C’est un chien qui en bon philosophe mène dans les quartiers pauvres de Yaoundé une vie que résume bien le titre Temps de chien2.

2La relation entre chien et philosophie a une longue tradition. Elle ne commence pas avec le chien philosophe, mais avec son contraire, le philosophe chien : Les philosophes « cyniques » tenaient leur nom du fait que leurs détracteurs aimaient profiter de la proximité phonétique de leur lieu d’enseignement, le gymnase Kynosarges, avec kyon (chien) pour les traiter de chiens.

  • 3 C’est comme si Elias Canetti avait voulu illustrer cette idée en remarquant que pour lui, l’auteur (...)

3Bien des siècles après le regard « cynique » d’Antisthène et de Diogène sur le monde, ses conventions et sa morale, ce sont les chiens philosophes qui ont pris la relève pour tenter, à leur façon, de « résoudre l’énigme de l’humanité ». C’est à la littérature qu’ils doivent leur existence, et la littérature leur doit beaucoup en retour3, car le sujet des chiens philosophes a eu et continue d’avoir une fortune qui est des plus surprenantes. Ce que je voudrais aborder ici, ce n’est pas l’énigme de l’humanité – question qui nous mènerait peut être un peu trop loin –, mais l’énigme de la « canité » et de sa vie intertextuelle si intense.

4Selon Renate Lachmann, l’intertextualité peut être définie comme un processus d’interprétation qui implique une relation dynamique entre les textes. Elle distingue trois modèles d’intertextualité : la participation, la « tropique » et la transformation :

  • 4 Renate Lachmann, Gedächtnis und Literatur, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1990, pp. 38-39.

La participation, c’est le fait de prendre part, sur un mode dialogique, par l’écriture, aux textes qui forment la culture ; c’est la tentative de transformer en texte la « nostalgie de la culture universelle », pour reprendre la formule de Mandelstam. […] J’entends par tropique, par analogie au sens que Harold Bloom attribue à la notion de trope, une pratique qui vise à écarter, à combattre le texte source, c’est un combat tragique contre les textes d’autrui qui s’inscrivent nécessairement dans tout texte nouveau ; c’est une tentative de surenchère, un refus, l’effacement des traces du texte source ; à l’inverse, la transformation est l’appropriation de l’autre texte grâce à la distance, la souveraineté et certains gestes usurpateurs ; elle cache le texte étranger ; le dissimule, joue avec lui […]4.

5Nous verrons par la suite que les trois modèles d’intertextualité se trouvent dans nos textes aux protagonistes canins. S’il est difficile dans l’analyse que nous allons entreprendre d’établir une distinction exacte entre les trois modèles lachmanniens, c’est que, dans le dialogue productif que constitue l’intertextualité canine, les modèles se combinent et intensifient ainsi la dynamique de la réécriture.

6Ce qui est vrai pour l’application de la théorie est tout aussi vrai pour le contenu des récits qui nous intéressent : nous y constaterons le même phénomène de combinaison et d’interpénétration, voire de superposition.

7Deux thèmes sont liés dès le départ. D’un côté, il y a le rapport entre l’homme et son « meilleur ami » parmi les bêtes. Si le chien est le symbole de la fidélité et de la soumission, il est aussi celui qui connaît le mieux son maître et le monde des humains. Le chien est ainsi le mieux placé pour critiquer, en connaissance de cause, la nature humaine, sur laquelle il jette un regard à la fois intéressé et distant. Sa critique sera d’autant plus pénétrante qu’elle profite d’un renversement des valeurs : le chien, changé en être de culture et se posant en critique de la société, ramène l’homme à sa (vraie) nature. Un sujet qui se prêtait facilement au passage intertextuel d’une littérature à l’autre et qui pouvait s’adapter à toutes les sociétés.

8Mais ce n’est pas tout. Avec l’invention du chien qui parle et qui possède des connaissances philosophiques et artistiques – il saura même écrire à un moment donné –, est introduit un discours métatextuel qui pose, implicitement ou explicitement selon les textes, le problème de l’écriture et de la fiction. Ce sujet fait son apparition avec les premiers chiens philosophes chez Miguel de Cervantes, et comme il est fondamentalement moderne, les auteurs modernes devaient s’y intéresser.

9En résumant nos observations, nous pouvons constater que le succès des chiens philosophes n’a finalement rien pour nous surprendre. Ce ne sont pas seulement les textes qui se croisent, mais aussi les modèles d’intertextualité qui sont croisés dans les textes – voilà ce qui résout l’énigme de la canité intertextuelle : le sujet des chiens philosophes est dès le départ particulièrement riche en potentialités, l’histoire de la réception du sujet n’a fait que développer cette richesse.

10Je me limiterai à une première esquisse de ce sujet pour suivre les étapes intertextuelles des chiens savants du début du XVIIe siècle jusqu’au début du XXe, chiens philosophes qui voyagent d’Espagne en Allemagne, puis en Russie.

I. Dialogue entre chiens – Le colloque des chiens de Miguel de Cervantes

  • 5 Miguel de Cervantes, Le mariage trompeur suivi du colloque des chiens, in Nouvelles exemplaires, P (...)

11Les chiens philosophes avec lesquels je voudrais commencer et avec lesquels tout commence sont Berganza et Cipión, les protagonistes du Coloquio de los perros de Miguel de Cervantes Saavedra (1613). Cette « nouvelle exemplaire » est étroitement liée à celle qui la précède, El casamiento engañoso. L’un des protagonistes de celle-ci, le lieutenant Campuzano, dit avoir été témoin de la conversation de deux chiens et en avoir fait un texte. L’authenticité du texte ou plutôt de cette expérience de l’Alférez Campuzano est pourtant mise en doute par son lecteur Peralta : « Bien que ce colloque soit inventé et n’ait jamais eu lieu, il me paraît fort bien composé, et monsieur l’enseigne peut passer outre avec le second. »5

  • 6 Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, 1970, p. 29.

12À la fin du texte, le narrateur tient donc à en souligner le caractère fictionnel. Pour le lecteur, cela a deux conséquences : alors que tout au long du texte, il se trouvait dans un univers fantastique, la fin du texte détruit cette ambiguïté en signalant ouvertement sa fictionnalité – « bien qu’il soit inventé ». Il n’y a donc pas « l’hésitation éprouvée par un être qui ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturelle »6, qui, selon Tzvetan Todorov, définit le fantastique : le voile est levé par le narrateur lui-même.

13Il est évident que si Cervantes donne la voix à deux chiens, c’est pour échapper à d’éventuels jugements. Puisque la violente critique sociale et littéraire (n’oublions pas qu’il s’agit d’une parodie du roman picaresque) provient de deux chiens, donc d’êtres normalement dépourvus de raison, elle ne peut pas être reproché à l’auteur : il ne fait que transmettre le texte d’un autre (l’Alférez Campuzano), témoin du Coloquio, et devient ainsi pratiquement inattaquable.

14Cipión et Berganza, les deux protagonistes canins du texte, se voient dotés, à leur propre étonnement, non seulement du don du langage, mais aussi de celui de la raison :

  • 7 Cervantes, Colloque, p. 215 / Coloquio, p. 299.

– Berganza : […] il me semble que ce que nous pouvons parler excède les limites de nature.
– Cipión : Cela est pourtant vrai, Berganza, et le miracle est d’autant plus grand que non seulement nous parlons, mais encore le faisons conséquemment, comme si nous étions capables de raison, alors que nous en manquons […]7

15Il est donc clair dès le début du texte que cette capacité de parler et de raisonner est tout à fait extraordinaire, ce qui n’empêche pas les deux chiens d’en tirer profit.

16Durant la première nuit que le texte relate, Berganza raconte l’histoire de sa vie et le lecteur reconnaît aisément la parodie du roman picaresque. Berganza, le héros d’origine incertaine, passe par le service de différents maîtres et brosse un portrait fort négatif de la société humaine. Si l’on en croît Berganza, les hommes useraient le meilleur de leur temps à tromper et à se faire tromper. Le grand sujet du « Siglo de Oro », « engaño » et « desengaño » est donc au centre du texte. Cette question essentiellement métatextuelle renvoie implicitement à la production du texte lui-même, à celle de tous les textes littéraires, qui, en tant qu’œuvres de fiction réclament leur propre vérité tout en étant « inventés », donc fictifs.

17Ce qui m’intéresse plus particulièrement, par rapport aux textes qui vont suivre, ce sont les instances narratives du Coloquio : Campuzano, l’humain, se trouve être le témoin de cette conversation et décide d’en faire un texte. Tandis que l’homme en général est le sujet de la conversation canine, l’homme particulier qu’est Campuzano l’épie et en prend note. Le texte qui en résulte donne presque entièrement la parole aux chiens sans qu’un narrateur quelconque vienne interrompre leur dialogue, et ce n’est que tout à la fin, que le narrateur humain peut intervenir avec le très court apport cité plus haut (« bien qu’il soit inventé »).

  • 8 250 ans plus tard, Cipión et Berganza seront les noms de plumes de deux jeunes gens qui, dans leur (...)

18Les chiens philosophes qui raisonnent sur la nature humaine sont donc pratiquement les seules voix qu’on entend dans le texte8.

II. Dialogue entre chien et humain – Récentes fortunes du chien Berganza d’E.T.A. Hoffmann

19Deux cents ans plus tard, nous retrouvons Berganza, toujours bien vivant et déjà bien plus à l’est, en Allemagne. Le texte d’E.T.A. Hoffmann, Récentes fortunes du chien Berganza (1814), se réfère ouvertement à celui de Cervantes. Il se présente dès son titre comme une suite de la nouvelle espagnole :

  • 9 E.T.A. Hoffmann, Récentes fortunes du chien Berganza, in Fantaisies dans la manière de Callot, tra (...)

Tu sais que jadis, quand pour la première fois, le don de la parole nous fut accordé, à moi et à mon défunt ami Scipion […], l’enseigne Campuzano, qui en proie aux plus atroces souffrances gisait sans pouvoir parler sur son matelas à l’hôpital, suprit notre entretien ; mais comme l’admirable Don Miguel de Cervantès Saavedra a raconté au monde ce qu’en a recueilli Campuzano, je puis supposer que mes aventures d’autrefois, celles dont je fis part à mon cher et inoubliable Scipion, te sont suffisamment connues9.

20La référence intertextuelle est on ne peut plus explicite. Cela a pour le narrateur l’avantage de lui épargner de devoir présenter son protagoniste – il peut présumer que le lecteur averti connaît le Coloquio de Cervantes et sera donc au courant de ce qui s’y est passé. En même temps, à l’intérieur du récit de Hoffmann, la novela de Cervantes sert comme authentification de la réalité textuelle. Chez Hoffmann, le texte de Cervantes et la réalité de la Nachricht sont sur le même niveau ontologique.

21Cela nous amène d’abord à penser que nous avons affaire au procédé intertextuel que Lachmann appelle la « participation », Hoffmann essaierait donc de participer à une tradition littéraire.

22À première vue, il pourrait paraître curieux que le narrateur ne s’étonne pas outre mesure d’entendre un chien parler. Il dit :

  • 10 Hoffmann, Récentes fortunes, p. 114 / Nachricht, p. 12.

Sans aucun doute, c’était lui qui avait soupiré et prononcé ces paroles. Cela me parut, à vrai dire, un peu extraordinaire, car je n’avais jamais ouï un chien parler si intelligiblement10.

23Cela ne le surprend qu’« un peu » et, qui plus est, apparemment ce n’est pas la première fois qu’il entend parler un chien, car ce n’est que le fait de parler « si intelligiblement » qui rend son aventure actuelle remarquable.

  • 11 Cette indication est absente de la traduction française. Nachricht, p. 12.
  • 12 Hoffmann, Récentes fortunes, p. 146 / Nachricht, p. 131.

24L’intertexte de Cervantes, qui, pourtant, fait grand cas du fait qu’il ne raconte qu’une histoire fantastique, semble avoir habitué ses lecteurs aux chiens philosophes. Le poète et musicien, protagoniste de Hoffmann – et qui semble être un alter ego de Hoffmann lui-même, « chef d’or chestre à Dresde », comme nous l’indique « l’avant-propos »11 – reconnaît tout de suite Berganza, et Berganza est conscient du fait qu’un texte parlant de ses aventures l’a rendu célèbre jusqu’en Allemagne. Le chien semble même être devenu un expert aussi bien en procédés narratifs qu’en édition de texte. Ainsi, lors d’une conversation qu’il introduit dans son récit, il avertit son interlocuteur comment il faut procéder pour la mise en page : « Si jamais tu publies notre entretien actuel, veille à ce que cette conversation-là soit insérée dans le nôtre d’une façon convenable… »12

25Le « Hoffmann » du texte semble d’abord un mauvais lecteur qui n’a pas bien compris la différence entre réalité et fiction et pour qui le texte de Cervantes se trouve avoir la même vérité ontologique que sa vie à lui – elle aussi, bien sûr, purement littéraire. Le problème de la distinction entre réalité et fiction, que Cervantes posait déjà dans son texte, gagne ainsi en complexité. En même temps, le monde littéraire du protagoniste de Hoffmann est fondamentalement différent de celui des textes de Cervantes, car il s’agit d’un monde romantique où le fantastique a sa place sans besoin d’explication. Dans l’univers textuel romantique de Hoffmann est devenu normal ce qui était extraordinaire dans le texte de Cervantes.

26C’est la notoriété même du texte de Cervantes qui est responsable du changement de ton du texte. Comme les chiens du Coloquio de Cervantes étaient « entre eux » et ne savaient pas qu’un humain les écoutait, ils pouvaient laisser libre cours à leurs pensées. Par contre, le Berganza du texte de Hoffmann est déjà un « chien littéraire » et en est hautement conscient. Il explique à son interlocuteur humain qu’il tentera de contrôler son langage :

  • 13 Récentes fortunes, p. 117 / Nachricht, p. 100.

C’est ainsi, par exemple, que tu vas sans aucun doute noter notre conversation présente et la faire imprimer ; je m’appliquerai donc à me montrer sous mon meilleur jour et à n’user que de mon langage le plus raffiné…13

27Il ne parlera pas naturellement et de ce qui lui tient à cœur, mais dans son « langage le plus raffiné » (« schön »), c’est-à-dire qu’il fera un effort pour donner à son discours une valeur esthétique. Par rapport au texte antérieur, la situation semble avoir radicalement changé. Berganza est une star et se comporte comme telle.

28En plus, dans le texte de Hoffmann, le chien parle à un humain, qui, en outre, est le narrateur du texte. C’est l’humain qui domine le texte, qui décide de ce qu’il inclut ou de ce qu’il omet, qui a le pouvoir sur le texte et, donc, le pouvoir sur Berganza. Pourtant, au bout de quelques pages, Berganza défend au narrateur de l’interrompre :

  • 14 Récentes fortunes, p. 118 / Nachricht, pp. 101-102.

Ce seul récit sera déjà si long que je dois te prier de ne point trop m’interrompre. Quelques mots seulement, une réflexion à l’occasion, si elle est sensée, voilà tout ce que je te permets ; si elle est sotte, garde-la pour toi et ne m’interromps pas inutilement […]14.

  • 15 Cf. Récentes fortunes, p. 183 / Nachricht, p. 171.

29C’est donc la vedette littéraire Berganza qui dicte les règles. Le narrateur se retire en tant que narrateur, le texte se lit désormais comme un dialogue ou comme une pièce de théâtre. Pourtant, en tant qu’interlocuteur de Berganza, le narrateur reste bien présent et ne s’abstient pas de remarques plus au moins « sensées ». À la fin du texte, Berganza perd la faculté de parler et redevient un simple chien15. Le narrateur reprend le dessus pour dire le fin mot de l’histoire. Il ne laisse donc pas totalement libre cours à la voix du chien, et c’est ce que Berganza assume d’avance en décidant de contrôler son langage (et d’essayer de limiter les intrusions de son interlocuteur). Sa liberté est beaucoup plus restreinte que celle des chiens dans le texte de Cervantes.

  • 16 C’est ce même « devoir d’objectivité » qui lie le narrateur canin de Patrick Nganang (op. cit., p. (...)

30L’humain, qui, dans la logique de la fiction de Cervantes, n’était qu’un intrus qui épiait une conversation confidentielle, fait maintenant partie de la conversation. Cela ne change pas seulement la situation narrative, mais joue aussi un rôle important pour l’articulation de la critique sociale : dans le Coloquio, les chiens, en tant que chiens, ne font pas partie de la société des humains, ils en sont exclus. Pour être extérieurs au spectacle qu’ils décrivent, Cipión et Berganza donnent une importance supérieure à leur critique, car en venant d’eux, elle est marquée comme étant désintéressée16.

  • 17 Récentes fortunes, p. 120 / Nachricht, p. 104.

31Il n’en est pas de même de la critique sociale dans le texte de Hoffmann. Bien que les intrusions du protagoniste « Hoffmann » soient plutôt courtes, elles servent à orienter les paroles du chien, pourtant doté d’un « esprit philosophique »17, dans la direction voulue, si besoin est en le cajolant :

  • 18 Récentes fortunes, p. 142 / Nachricht, p. 127.

Berganza s’approcha de moi en s’ébrouant un peu ; je le caressai et lui grattai plusieurs fois le dos jusqu’à la queue ; il agitait sa tête en tous sens, et gémissait de plaisir et de volupté, se prêtant et se pliant à ma main bienfaisante18.

32Cela ne semblerait que pure gentillesse de la part du protagoniste, si le paragraphe qui précède cette scène ne parlait pas, justement, de l’intérêt que les humains mettent normalement à faire du bien :

  • 19 Récentes fortunes, p. 141 / Nachricht, p. 126.

Berganza : Mon cher ami, dans ma vie passablement longue, j’ai reçu en vérité un certain nombre de bienfaits, peut-être immérités, et je pense avec reconnaissance à chacun des instants, joyeux et aimables que tel ou tel m’a procurés sans arrière-pensée. Je dis bien : sans arrière-pensée ! Faire le bien !… il y aurait long à dire là-dessus ! Si quelqu’un me gratte le dos ou me chatouille délicatement les oreilles […] pour que je consente à […] faire le beau dressé sur mes pattes de derrière […], je prétends [qu’il] ne m’a fait du bien le moins du monde : c’est un prêté pour un rendu, un acheté pour un vendu, où il ne peut être question ni de bienfait ni de dette de reconnaissance19.

  • 20 Récentes fortunes, p. 115 / Nachricht, p. 98.
  • 21 Ibid.

33L’homme n’est donc jamais désintéressé, c’est toujours son propre intérêt qui motive ses actions. Comme les paroles de Berganza sont suivies immédiatement par les caresses du protagoniste, le lecteur est amené à croire que le protagoniste lui-même a quelque chose en tête en prêtant sa « main bienfaisante » à Berganza. Et le lecteur se rappelle que, dès le début du texte, l’humain parlait au chien avec sa « première politesse »20 (« einmal ange-nomme Artigkeit »), en lui disant des « flatteries »21, donc en feignant l’amabilité, ce qui rend son rôle dans le récit plus douteux encore.

34Qu’il s’agisse de s’approprier le chien savant pour en tirer profit ou seulement de le faire parler des choses qui intéressent le protagoniste humain, d’amener donc le chien à calomnier les humains et surtout les autres poètes et musiciens, il n’est pas facile pour le lecteur de trancher. Toutefois, les intrusions du « Moi » de Hoffmann se font plus fréquentes vers la fin du texte, jusqu’à ce que Berganza déclare ouvertement ne pas vouloir rester avec lui :

  • 22 Récentes fortunes, p. 178 / Nachricht, p. 166.

Moi : Alors tu n’acceptes pas l’offre que je t’ai faite de rester avec moi ? Berganza : Non ! quand ce ne serait que parce que j’ai conversé avec toi. En général il n’est pas sage de découvrir à quelqu’un tous les talents qu’on possède, parce qu’alors ce quelqu’un croit avoir le droit dûment acquis d’y recourir dès qu’il lui plaît. Ainsi pourrais-tu exiger sans cesse que je te fasse la conversation22.

35Berganza craint que l’intérêt de son interlocuteur n’embarrasse leur relation. Il ne veut pas entrer dans un nouveau rapport maître-chien.

  • 23 Cf. Récentes fortunes, p. 120 / Nachricht, p. 104.
  • 24 Cf. Récentes fortunes, p. 134 / Nachricht, p. 118.
  • 25 Cf. Récentes fortunes, p. 169 / Nachricht, p. 152.
  • 26 Lachmann, op. cit., p. 39.

36Mais quel pourrait être l’intérêt de « Hoffmann » ? Il veut faire parler Berganza et en faire un texte, pour avoir, avec un peu de chance, le même succès que Cervantes avec son dialogue des chiens philosophes. Mais « Hoffmann » ne voudrait pas seulement « participer » intertextuellement à la tradition initiée par Cervantes. « Son » chien, qu’il dit être « philosophe »23, « musicien »24, possédant de fines connaissances dans le domaine des arts, du théâtre25, de la vie en général et, bien sûr, des femmes, l’emporte de loin sur les deux chiens de Cervantes, qui, eux, ne connaissaient que philosophie et théâtre. Nous avons donc affaire au procédé de la « tropique », à la « tentative de surenchère […] sur le texte source »26 que Renate Lachmann propose, car ici c’est le chien lui-même qui devient un esthète. Le texte de Hoffmann essaie non seulement d’égaler, mais de surpasser son prédécesseur. La suite qu’il donne au texte de Cervantes n’est pas une simple « participation » à une tradition déjà bien établie, mais c’est la tentative de faire mieux que Cervantes. Le rapport de la Nachricht à leur prétexte, le Coloquio, est un rapport de concurrence.

37Mais le texte qui relate la conversation du narrateur « Hoffmann » avec Berganza renvoie aussi à la production des textes en général et aux difficultés des « pauvres poètes » qui, pour remporter un succès, sont obligés d’imiter leurs prédécesseurs, de n’avoir que leur propre intérêt en tête et de faire mieux qu’eux – même dans des situations fantastiques. « Hoffmann » serait donc un profiteur, que l’opinion de Berganza n’intéresse pas en tant que telle, mais uniquement pour pouvoir en tirer profit en tant qu’auteur – de la même manière que Hoffmann profite de Cervantes en écrivant la « suite » de son texte.

III. Correspondances canines – Le Journal d’un fou (Записки сумасшедшего) de Nikolaï Gogol

38Quelque trente ans plus tard, les chiens philosophes font la conquête de la Russie. Fidel et Medji, les correspondants canins des Записки сумасшедшего (1835) de Nikolaï Gogol ont apparemment appris la leçon du texte de E.T.A. Hoffmann. Ils n’attendent pas l’intervention humaine pour formuler leurs pensées et leurs critiques de la société par écrit – ils s’en chargent eux-mêmes.

39L’absence d’un narrateur fiable, qui, comme je viens de le montrer, caractérisait les textes qui traitaient des chiens philosophes, se fait aussi sentir dans le texte russe : le lecteur à affaire au journal intime, au « Записки » de Poprichtchine, qui est le « сумасшедший », le fou du titre. De par sa folie, il n’est aucunement crédible en tant que narrateur.

40Petit employé de bureau, Poprichtchine est copiste, tout comme Akaki Akakiévitch, le héros du Шинель de Gogol. Les signes, les lettres qu’il recopie sont, selon l’interprétation de Renate Lachmann, à la source de sa maladie mentale. Il n’arrive plus à les maintenir en ordre, les signes se confondent, jusqu’à ce qu’il devienne incapable de comprendre le monde « normal ». Les problèmes commencent déjà le « 3 octobre », date citée au début du texte et à laquelle le chef se plaint à Poprichtchine :

  • 27 Nicolaï Gogol, Le Journal d’un fou, Paris, Éditions du Chêne, 1946, p. 17 / Записки сумашедшго, in(...)

Dis donc, mon petit, qu’est-ce qui te prend ? Tu en as un charivari dans la tête : tantôt tu te démènes, comme si tu avais le feu au derrière, tantôt tu m’embrouilles une affaire au point que le diable lui-même y perdrait son latin – pas de majuscule au grade de l’intéressé, pas de date, pas de numéro d’ordre !27

41Poprichtchine, qui ne peut plus écrire correctement – la catastrophe pour un copiste ! – et qui commence déjà à tout confondre, fait, le même jour, une rencontre inattendue : en observant la fille de son chef, de laquelle il est amoureux, il entend le chien de celle-ci et celui d’une autre jeune femme entamer un dialogue. Tout comme le protagoniste du texte de E.T.A. Hoffmann, Poprichtchine n’est pas trop étonné :

  • 28 Gogol, Journal, pp. 20-21 / Записки, p. 185.

Sur le moment, je fus stupéfait, je le confesse, de l’entendre [= le chien] parler comme un être humain, mais, toute réflexion faite, je me dis qu’il n’y avait vraiment pas de quoi. Ce n’est pas la première fois que pareil phénomène se produit. Il paraît qu’en Angleterre, on a vu émerger un poisson, qui a prononcé deux mots dans une langue si étrange que, depuis trois ans, des savants cherchent à les comprendre et n’ont encore rien trouvé. En outre, les journaux ont parlé de deux vaches, qui étaient entrées dans une boutique et avaient réclamé une livre de thé28.

  • 29 Nikolaï Gogol lui-même avait de grandes affinités avec l’Espagne, surtout avec la littérature espa (...)

42Poprichtchine ne trouve pas extraordinaire le fait que les animaux parlent, il peut même en citer plusieurs exemples. Comme il est un peu dissipé, il ne pense pas tout de suite aux exemples les plus canoniques – aux chiens philosophes de Cervantes (et de Hoffmann)29.

  • 30 Gogol, Journal, p. 42 /Записки, p. 197.
  • 31 Richard Peace, « The Logic of Madness: Gogol’s Zapiski sumasshedshego », Oxford Slavonic Papers, n(...)
  • 32 Renate Lachmann, Erzählte Phantastik. Zu Phantasiegeschichte und Semantik phantastischer Texte, Fr (...)

43L’Espagne, pourtant, joue un rôle important dans les notes de Poprichtchine, car, plus tard, au comble de sa folie, il se croit le successeur au trône d’Espagne. Cela lui arrive au moment où il ne contrôle déjà plus du tous les chiffres et les lettres, ce que le lecteur comprend en lisant la date de l’entrée de journal concernant sa descendance royale, « Год 2000 апреля 43 числа » (« Le 43 avril de l’an de grâce 2000 »)30. Mais ce n’est pas seulement avec cette date que les signes se brouillent, c’est aussi le nom du pays duquel il croit être roi qui est hautement significatif – la présence anagrammatique du mot « писания », « écriture », dans « Испания » « Espagne », a déjà été signalée par Richard Peace31. Nous sommes donc autorisés à penser que ce n’est pas le pays exotique de l’Espagne que Poprichtchine aimerait gouverner, mais le monde des signes, de l’écriture, ce monde qui, au fur et à mesure que sa folie progresse, en arrive à perdre toute signification pour lui32. L’Espagne est le pays duquel provient le sujet littéraire des chiens philosophes, qui sont maintenant, grâce à leur « évolution » intertextuelle, dotés non seulement du langage, mais aussi de l’écriture, domaine dont Poprichtchine voudrait garder l’exclusivité.

  • 33 Gogol, Journal, p. 21 / Записки, p. 185.

44Par rapport à leurs prédécesseurs, les chiens dans le texte de Gogol ont bien progressé. D’abord socialement, car au lieu de gagner leur vie péniblement en servant différents maîtres, ils sont les chiens de manchon de deux jeunes filles appartenant à la haute bourgeoisie de Saint-Pétersbourg. Mais ils ont surtout fait beaucoup de progrès au niveau de leurs facultés intellectuelles. Ce qui étonne beaucoup Poprichtchine, ce n’est pas leur faculté de parler : « Que diantre ! Je ne m’étais encore jamais douté qu’un chien pût écrire ! Seul un gentilhomme est capable de le faire correctement ! »33

  • 34 Gogol, Journal, p. 31 / Записки, p. 191.

45Pour lui, ce n’est donc pas parce qu’ils sont capables de parler que les chiens sortent du domaine de l’ordinaire, mais seulement parce qu’ils savent écrire. Par contre, que les chiens possèdent des connaissances politiques semble tout à fait normal à Poprichtchine : « Les chiens sont des gens intelligents, parfaitement au courant de toutes les ficelles politiques […] »34.

46Apparemment, lui aussi connaît donc les textes de Cervantes et de Hoffmann et ne doute pas des compétences des chiens en général.

  • 35 Gogol, Journal, p. 32 / Записки, p. 192.

47Pourtant, ce qui inquiète Poprichtchine, ce n’est pas le fait que les chiens soient dotés de raison, mais qu’ils viennent lui faire concurrence sur son propre terrain, celui de l’écriture. Car après avoir volé une partie de la correspondance des chiens – il s’agit des lettres écrites par Medji, chien de la femme qu’il aime –, le copiste se rend compte que les chiens écrivent même très bien, aussi bien que « les gentilshommes », parce que correctement du point de vue de l’orthographe : « Il n’y pas à dire, tout cela est parfaitement correct. La ponctuation est bonne et je ne trouve pas une seule faute d’orthographe. »35

48Pour comprendre l’enjeu du texte de Gogol, il faut à mon avis souligner le fait qu’il ne s’agit pas de chiens, mais bien de chiennes. Non seulement des chiens, êtres dont le statut est considéré comme étant inférieur à celui de l’homme, possèdent les mêmes connaissances que Poprichtchine mais, ce qui est bien pire, c’est que, dans ce cas précis, il s’agisse de femelles, donc de femmes, qui lui sont nettement supérieures au niveau de l’orthographe, domaine, qui, pourtant, lui devrait être réservé en tant que copiste. L’affront est bien plus grave que s’il s’agissait de chiens mâles, car en tant qu’homme, Poprichtchine se sent humilié en se voyant inférieur par rapport à des êtres de sexe féminin.

  • 36 Gogol, Journal, p. 36 / Записки, p. 194.

49Comme il sied à leur sexe, les chiennes savantes parlent et écrivent sur d’autres sujets que leurs équivalents mâles chez Cervantes et Hoffmann : au lieu de parler philosophie ou esthétique, Fidel et Medji parlent de leurs nourritures préférées, des câlins qu’elles reçoivent et de leurs amoureux. La correspondance des chiennes témoigne ainsi du fait qu’elles s’intéressent aux mêmes affaires que les femmes bourgeoises de leur temps, affaires que les hommes comme Poprichtchine trouvent être des « глупости » (« bêtises ») et des « пустяки » (« fadaises »)36. Par rapport à Berganza, qui, en tant que mâle avait des préoccupations relatives à son sexe, les chiennes, elles, abondent en faux sentiments, tout comme les humains qui les entourent. Fidel et Medji, pour vivre dans le confort d’une grande maison, ont sacrifié leur liberté et c’est ce manque de liberté qui les a, en quelque sorte, corrompues. Leur sacrifice de la liberté est caractéristique de la situation des femmes de leur temps, qui, elles aussi, sont obligées de faire des concessions au monde masculin pour y trouver une place.

  • 37 Lachmann, Gedächtnis, op. cit., p. 39.
  • 38 Gogol, Journal, p. 33 / Записки, p. 192.

50La philosophie de Fidel et de Medji consiste, du moins selon l’opinion de Poprichtchine, en une absence de philosophie humaine – elles sont belles et bien des chiennes et leurs plaisirs bien canins et féminins sont les seules choses qui les intéressent. Les chiennes qui se sont approprié l’écriture ont complètement transformé le sujet de la « philosophie canine » : leurs rapports à leurs modèles intertextuels correspond à une « transformation [comme] appropriation de l’autre texte grâce à la distance, la souveraineté et certains gestes usurpateurs ; [un procédé qui] cache le texte étranger ; le dissimule, joue avec lui »37. En usurpant le domaine de l’écriture, elles transforment les textes antérieurs en en éliminant une partie qui leur était centrale : le contenu philosophique et esthétique, ce que Poprichtchine appelle la « substance » du texte38. Ce changement est évidemment dû à leur sexe, qui, selon l’opinion commune, souffrirait, justement, d’un manque de substance.

  • 39 Ibid.

51Chez Gogol, les chiens et les humains semblent avoir changé de position : tandis que dans le texte de Cervantes, l’humain épiait les deux chiens, ce sont maintenant les chiennes qui espionnent les hommes : « Je t’informerai volontiers de tout ce qui se passe chez nous. »39

52À nouveau, comme chez Cervantes, les chien(ne)s sont entre eux (elles), l’humain qui se mêle de leurs affaires n’est qu’un intrus. Ou plutôt : l’homme qu’est Poprichtchine est un intrus dans le monde féminin des deux chiennes. Les partenaires de la correspondance proviennent du même monde, mais espionnent systématiquement l’autre monde, celui des humains, qui est sous domination masculine.

53Le protagoniste de Hoffmann espérait encore tirer profit de sa conversation avec le chien, la mettre par écrit et en faire un texte qui le rendra aussi fameux que Cervantes. Poprichtchine, quant à lui, ne contrôle plus le domaine de l’écriture. Non seulement il est incapable, en tant que narrateur, de prendre le dessus et de dicter des sujets intéressants aux chiennes – comme le faisait, par exemple, son équivalent dans le texte de Hoffmann. Bien pire, il perd complètement la raison et pour cause : il perd la faculté de comprendre le monde pour ne pas contrôler celui des femmes. Les femmes que les chiennes représentent l’égalent et le surpassent sur son propre terrain qu’est l’écriture, et ainsi, le ridiculisent et l’humilient. À la fin du texte allemand, c’est le chien Berganza qui perd, à nouveau, la faculté de parler et redevient un animal. Chez Gogol, c’est l’humain qui perd la raison pour avoir perdu la maîtrise du monde des femmes et, par conséquent, de celui des signes. En volant les lettres, documents qui prouvent la supériorité des « femelles » dans le domaine de l’écriture, Poprichtchine est relégué à un niveau inférieur, niveau qui correspond à sa position sociale, insignifiante aux yeux de la bourgeoisie, où Medji et Fidel ont trouvé leur place. Sa tentative de se réapproprier le monde des signes est vouée à l’échec.

54Il n’est pas facile de démêler les causes et les effets dans cette affaire lamentable, de décider si Poprichtchine perd la raison pour ne plus comprendre le monde des signes ou s’il ne comprend plus le monde des signes pour ne plus dominer celui des femmes, mais il me semble que le texte suggère que l’usurpation du domaine de l’écriture par les femmes-chiennes en revient à une castration de Poprichtchine au niveau de la langue – les chiennes qui le surpassent sur son propre terrain le font taire : son journal s’achève et sa voix s’éteint.

55Les chiennes savantes de Gogol ne sont pas les dernières présences canines qui parlent dans les littératures européennes, bien que, à ma connaissance, les seules de sexe féminin.

IV. Monologue d’un chien à l’enterrement d’un humain – Niebla de Miguel de Unamuno

56Quatre-vingts ans plus tard, le chien philosophe retourne en Espagne. Nous le retrouvons dans le roman Niebla (1914) de Miguel de Unamuno. Niebla est un roman hautement métatextuel. Le protagoniste Augusto décide de se suicider, et avant de mettre à exécution cette décision, il voudrait parler à un expert en la matière. C’est pourquoi il s’en va à Salamanca et rend visite à un célèbre auteur, qui aurait parlé du suicide dans l’un de ses textes. Cet auteur salmantin est Miguel de Unamuno en personne. En expliquant son dessein, Augusto se fait rire au nez. Unamuno lui explique qu’en tant que personnage littéraire, il ne possède pas de libre-arbitre et ne peut donc pas se suicider. Au cours de la dispute qui s’ensuit, Unamuno lui annonce qu’en tant qu’auteur du texte, il le tuera. Augusto retourne chez lui et meurt des suites d’un dîner trop copieux.

  • 40 Orfeo ne vient donc pas chercher son maître dans l’au-delà, comme son prédécesseur mythique, mais (...)

57Et les chiens dans tout cela ? Ils arrivent : à la mort d’Augusto, c’est son meilleur ami qui se charge de l’oraison funèbre. Et ce meilleur ami, c’est le chien, Orfeo40. Bien qu’ayant perdu la faculté de parler, Orfeo n’en est pas moins philosophe. Son monologue intérieur, qui forme l’épilogue du texte, ne pose pourtant pas la question de la metatextualité, abondamment traité dans le reste du roman, mais fait une violente critique de la société humaine.

58Orfeo est d’avis que les humains, en faisant des philosophes des chiens, les ont corrompus au point d’en faire presque leur égal :

  • 41 Miguel de Unamuno y Jugo, Niebla, in Unamuno, Obras Selectas, Madrid, Espasa, 1998, pp. 319-555, p (...)

Et évidemment, le chien qui se dresse sur ses pattes arrière affiche sa propre honte de façon impudique et cynique ! Il en fut ainsi de l’homme quand il se dressa sur ses pattes arrière et se transforma en mammifère vertical – tout de suite il réalisa sa honte et le besoin moral de la cacher […] Ce sont les hommes qui nous ont pervertis, nous, les chiens, ils nous ont rendu canins et cyniques, et c’est cela notre hypocrisie. Car chez les chiens, le cynisme est hypocrisie, tout comme chez les hommes, l’hypocrisie est cynisme. Nous nous sommes contaminés mutuellement41.

  • 42 Le chien qui est protagoniste du texte de Franz Kafka Forschungen eines Hundes (1922) est du même (...)

59La philosophie ne serait donc pas un avantage pour les chiens si elle est articulée ouvertement, car cela mène aux résultats que nous avons vus : à un Berganza qui se comporte en vedette littéraire et ménage ses paroles ou alors à des chiennes qui, bien qu’éduquées au plus haut degré, ne parlent que de choses insignifiantes, ce qui met l’homme en rage, vu qu’il attend d’elles des vérités philosophiques42. Les chiens, en devenant un sujet littéraire, perdent leur « canité » et, avec cela, leur critique perd sa force de frappe. En une dernière volte metatextuelle, Orfeo conseille donc aux siens de taire leur philosophie, de seulement la « penser » (à son exemple), pour ne pas se faire subjuguer et corrompre par les humains. En dernier lieu, les chiens philosophes, pour être philosophes, et, en cela, plus sages que les humains, devront retourner à leur nature, et se taire.

V. Monologue d’un chien plus qu’humain – Cœur de chien (Собачье сердце) de Mikhaïl Boulgakov

60Dans le dernier texte dont je voudrais traiter ici – Собачье сердце (1925) de Mikhaïl Boulgakov –, le problème est celui du rapport entre chien et homme. Le grand médecin Preobrajenski gagne sa vie en vendant des cures de rajeunissement. En essayant un nouveau traitement, en greffant une hypophyse humaine sur un chien, au lieu d’obtenir un rajeunissement, il obtient un être tout à fait inattendu et original : au lieu d’un homme rajeuni se présente Charik, l’homme-chien. Suite à l’opération, le chien, qui, comme Berganza, était un chien de rue, gentil et docile, commence à perdre ses poils et se dresse sur ses pattes arrière. Charik réalise donc ce dont Orfeo entendait préserver les siens.

  • 43 Nganang, op. cit., p. 43.

61En perdant son caractère canin et en s’élevant sur ses pattes arrière, Charik commence non seulement à ressembler extérieurement à un humain, mais aussi à se comporter comme tel ; à devenir corrompu, hypocrite, pervers, alcoolique – et, bien pire, socialiste et prolétaire. L’homme-chien Charik (qui se fait, d’ailleurs, appeler « Polygraph Polygraphovitch », ce qui est un joli clin d’œil au texte de Gogol) est ce que le chien Charik n’était pas – une brute. La nature humaine, le nouvel homme socialiste qu’il incarne, semble bien plus invivable que le simple chien. Pour être devenu hybride, ni chien ni humain, pour avoir perdu ses « évidences canines »43, Charik devient une créature exécrée de tous. Et ce n’est qu’à la fin du texte, après une nouvelle opération de Preobrajenski, qu’il redevient le chien gourmand et abruti et qu’il arrive à s’intégrer dans le monde des humains – en tant que chien « normal », bien entendu.

62La généalogie des chiens philosophes ne semble pas, pour autant, s’arrêter ici. Mais, pour se protéger, les chiens se seraient décidés à ne plus s’adresser directement aux humains, pour éviter d’éveiller leur attention et pour pouvoir observer la nature humaine en paix, comme le précise un chien philosophe et littéraire du début du XXIe siècle :

  • 44 Ibid., p. 46.

Une chose est devenue sûre pour moi, en effet : les hommes n’aiment pas les chiens qui pensent. De loin, ils préfèrent ceux qui les suivent et les servent, ceux qui par leur aboyant silence leur démontrent la grandeur éternelle de tous ceux qui comme eux marchent debout44.

  • 45 Ibid., p. 39.
  • 46 Mason & Dixon, New York, Holt, 1997.
  • 47 Timbuktu, New York, Holt, 1999.

63Après avoir, je l’espère, résolu l’« énigme de la canité » intertextuelle, il faudra donc attendre un autre chien philosophe et un interlocuteur plus propice à cela pour enfin résoudre l’« énigme de l’humanité »45. Peut-être que les chiens philosophes qui apparaissent maintenant dans des textes d’outre-atlantique, de Thomas Pynchon46 ou de Paul Auster47, se chargeront de ce problème.

Notes

1 Patrick Nganang, Temps de chien, Paris, Serpent à Plumes, 2001, p. 39.

2 Titre qui n’est pas sans rappeler celui du roman de Günter Grass Hundejahre, Neuwied, Luchterhand, 1963.

3 C’est comme si Elias Canetti avait voulu illustrer cette idée en remarquant que pour lui, l’auteur lui-même est « der Hund seiner Zeit ». Canetti, « Hermann Broch », in Das Gewissen der Worte, München, Hanser Verlag, 1983, p. 11.

4 Renate Lachmann, Gedächtnis und Literatur, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1990, pp. 38-39.

5 Miguel de Cervantes, Le mariage trompeur suivi du colloque des chiens, in Nouvelles exemplaires, Paris, Gallimard, 1937, p. 265 / El coloquio de los perros, in Novelas ejemplares, 2 tomes, Madrid, Catedra, 2003, tome 2, p. 359.

6 Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, 1970, p. 29.

7 Cervantes, Colloque, p. 215 / Coloquio, p. 299.

8 250 ans plus tard, Cipión et Berganza seront les noms de plumes de deux jeunes gens qui, dans leur correspondance, tâchent de se servir de l’espagnol, langue qu’ils ont appris de façon autodidacte – Eduard Silberstein et Sigmund Freud, « wobei Freud sich für den kritischen, pädagogischen und klügeren Cipión, Silberstein sich für den vielerzählenden, erlebnisfreudigen Berganza entschieden hat. » Walter Boehlich, « Nachwort », in Sigmund Freud, Jugendbriefe an Eduard Silberstein, 1871-1881, Frankfurt am Main, S. Fischer, 1989, p. 231.

9 E.T.A. Hoffmann, Récentes fortunes du chien Berganza, in Fantaisies dans la manière de Callot, traduction de Henri de Curzon, Paris, Phébus, 1979, p. 118 / Nachricht von den neuesten Schicksalen des Hundes Berganza, in Fantasiestücke in Callots Manier. Blätter aus dem Tagebuche eines reisenden Enthusiasten, Berlin/Weimar, Aufbau-Verlag, 1976, p. 102.

10 Hoffmann, Récentes fortunes, p. 114 / Nachricht, p. 12.

11 Cette indication est absente de la traduction française. Nachricht, p. 12.

12 Hoffmann, Récentes fortunes, p. 146 / Nachricht, p. 131.

13 Récentes fortunes, p. 117 / Nachricht, p. 100.

14 Récentes fortunes, p. 118 / Nachricht, pp. 101-102.

15 Cf. Récentes fortunes, p. 183 / Nachricht, p. 171.

16 C’est ce même « devoir d’objectivité » qui lie le narrateur canin de Patrick Nganang (op. cit., p. 210).

17 Récentes fortunes, p. 120 / Nachricht, p. 104.

18 Récentes fortunes, p. 142 / Nachricht, p. 127.

19 Récentes fortunes, p. 141 / Nachricht, p. 126.

20 Récentes fortunes, p. 115 / Nachricht, p. 98.

21 Ibid.

22 Récentes fortunes, p. 178 / Nachricht, p. 166.

23 Cf. Récentes fortunes, p. 120 / Nachricht, p. 104.

24 Cf. Récentes fortunes, p. 134 / Nachricht, p. 118.

25 Cf. Récentes fortunes, p. 169 / Nachricht, p. 152.

26 Lachmann, op. cit., p. 39.

27 Nicolaï Gogol, Le Journal d’un fou, Paris, Éditions du Chêne, 1946, p. 17 / Записки сумашедшго, in Gogol, Повести, Moscou, IXL, 1966, p. 183.

28 Gogol, Journal, pp. 20-21 / Записки, p. 185.

29 Nikolaï Gogol lui-même avait de grandes affinités avec l’Espagne, surtout avec la littérature espagnole. Son écrivain préféré était, selon ce que le Vicomte de Voguë en dit, Miguel de Cervantes, avant tout son grand roman, le Don Quichotte. Dans ses notes, Gogol indique assez clairement connaître aussi les nouvelles de Cervantes, parmi lesquelles figure le Coloquio. L’influence de E.T.A. Hoffmann sur les écrits de Gogol a été signalé si souvent que je me limite à la constater ici. L’on peut donc supposer avec assez de certitude que les deux textes et leurs protagonistes canins étaient connus de l’auteur russe.

30 Gogol, Journal, p. 42 /Записки, p. 197.

31 Richard Peace, « The Logic of Madness: Gogol’s Zapiski sumasshedshego », Oxford Slavonic Papers, no 9, 1976, pp. 28-45.

32 Renate Lachmann, Erzählte Phantastik. Zu Phantasiegeschichte und Semantik phantastischer Texte, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2002, pp. 203-205.

33 Gogol, Journal, p. 21 / Записки, p. 185.

34 Gogol, Journal, p. 31 / Записки, p. 191.

35 Gogol, Journal, p. 32 / Записки, p. 192.

36 Gogol, Journal, p. 36 / Записки, p. 194.

37 Lachmann, Gedächtnis, op. cit., p. 39.

38 Gogol, Journal, p. 33 / Записки, p. 192.

39 Ibid.

40 Orfeo ne vient donc pas chercher son maître dans l’au-delà, comme son prédécesseur mythique, mais au contraire, il l’y accompagne.

41 Miguel de Unamuno y Jugo, Niebla, in Unamuno, Obras Selectas, Madrid, Espasa, 1998, pp. 319-555, pp. 553-554.

42 Le chien qui est protagoniste du texte de Franz Kafka Forschungen eines Hundes (1922) est du même avis – le fait de se dresser sur les pattes arrière mène directement à la honte, est contre nature : « Diese Hunde vergingen sich gegen das Gesetz. […] sie hatten ja alle Scham von sich geworfen, die Elenden taten das gleichzeitig Lächerlichste und Unanständigste, sie gingen aufrecht auf den Hinterbeinen. » (Kafka, « Forschungen eines Hundes », in Die Erzählungen, Frankfurt am Main, Fischer Taschenbuch Verlag, 1996, p. 417). Ce chien semble avoir appris la leçon du monologue d’Orfeo – les chiens s’étant éloignés de leur propre nature, le protagoniste de Kafka fait des recherches sur « das Wesen der Hunde » (ibid., p. 454), donc sur la « canité », pour les ramener à elle.

43 Nganang, op. cit., p. 43.

44 Ibid., p. 46.

45 Ibid., p. 39.

46 Mason & Dixon, New York, Holt, 1997.

47 Timbuktu, New York, Holt, 1999.

Auteur

Fait des études de philologie romane, russe et anglaise aux universités de Ratisbonne et de Constance. Elle a soutenu une thèse de doctorat en littérature à l’Université de Constance en 2002. Actuellement, elle prépare son habilitation à diriger des recherches en littérature comparée, sur la réception intertextuelle de Fiodor Dostoïevski dans les littératures françaises et espagnoles.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540