Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Affinités électives

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Stéphane Gödicke

Avant-propos

Kerstin Hausbei et Stéphane Gödicke

Texte intégral

1Si l’Histoire a souvent mis face à face la Russie et l’Allemagne, cela n’a pas empêché l’établissement d’échanges culturels étroits et féconds entre les deux cultures.

2L’étude de ces échanges a traditionnellement emprunté deux chemins, le premier consistant à examiner l’image d’un pays dans l’autre (imagologie), le second à examiner la circulation des biens culturels entre les deux pays (transferts culturels). À l’heure où la tendance est à l’étude des phénomènes d’influence au sens large, incluant l’examen des circuits de diffusion, les réseaux d’éditeurs, les bibliothèques, les traductions, etc., nous avons souhaité remettre les textes au cœur du dispositif d’interprétation. En se concentrant sur le texte, on se place au niveau le plus intime et le plus élevé du transfert culturel, au sens où la production d’une œuvre d’art constitue l’aboutissement d’un échange culturel réussi. Car l’œuvre d’art n’est-elle pas, au final, ce qui nourrit le transfert culturel, n’est-elle pas l’objet même du transfert ? Certes, l’œuvre n’existe pas en dehors d’une certaine matérialité, ou plutôt sa diffusion dépend d’un certain nombre de conditions matérielles : un roman n’existe pas indépendamment de l’objet livre, et celui-ci, sans traduction et sans diffusion, n’a aucune chance de toucher un public étranger et, donc, d’influer sur une autre culture. Et pourtant, c’est bien vers l’œuvre d’art que se tourne l’attention des artistes, c’est elle qui alimente et qui féconde le transfert, et si ce n’est pas elle qui permet à la culture d’exister, c’est qu’elle est la culture.

  • 1 Dans un champ plus vaste, incluant entre autres les arts graphiques, le cinéma et l’architecture, (...)
  • 2 Voir Alexandre Belobratow (éd.), 1999, Wien und St. Petersburg um die Jahrhundertwende(n) : kultur (...)

3Devant l’ampleur des échanges culturels germano-russes, il nous a semblé nécessaire de préciser notre champ d’étude dans trois directions : si, géographiquement, nous avons souhaité nous inscrire dans une logique d’ouverture, en ne délimitant pas l’aire des transferts à quelques villes (Berlin/Moscou1, ou bien Vienne/Saint-Pétersbourg2, par exemple) ou encore à la seule Allemagne, puisque les auteurs autrichiens sont des acteurs importants de ce transfert, nous avons en revanche fait le choix de nous restreindre à la seule littérature, et plus particulièrement à celle de la période 1880-1940, marquée par une extrême fécondité en terme de productivité et d’échanges. C’est en effet au cours de cette période que se produisent les grands bouleversements politiques, économiques et sociaux qui modifieront en profondeur le visage de l’Europe, mais aussi le paysage littéraire, où l’on assiste à la naissance de ce qu’il est convenu d’appeler la modernité. Celle-ci se caractérise par la recherche de nouvelles formes d’expression, et est facilitée par la circulation européenne des idées, par une dynamisation sans précédent des échanges culturels.

4Toutefois, nous avons choisi de ne pas clore entièrement ce cadre chronologique sur lui-même, afin d’en faire apparaître les racines, qui puisent largement dans le XIXe siècle, mais aussi d’en apercevoir les prolongements, qui s’étirent jusqu’à l’époque contemporaine. La période 1880-1940 est, littérairement parlant, une période charnière, tiraillée entre les hommages aux classiques (Goethe, Gogol, Gontcharov) et des aspirations réformatrices, voire révolutionnaires (Maïakovski, Khlebnikov), qui serviront de référence aux générations futures.

5C’est la littérature, et plus précisément les textes qui rapprochent et réunissent les auteurs étudiés dans ce volume et c’est au nom de ce patrimoine commun que l’on peut parler « d’affinités électives » entre les deux littératures. Tous les auteurs partagent une certaine culture, des références, ou parfois juste une expérience de lecture marquante, autour de laquelle s’articule la comparaison.

6Devant le nombre et la variété des cas de figure, nous avons cependant choisi de ne pas nous en tenir à une définition rigide de l’intertextualité.

7Jeu avec le texte (ses constituants, ses personnages, ses métaphores) ou jeu autour du texte (son statut ou le nom de son auteur), citation, référence, allusion, plagiat ou hommage, le présent volume offre une vaste palette de possibilités intertextuelles. Trois cas de figures se dégagent cependant avec plus de netteté : le premier consiste à reprendre dans son ensemble un mythe ou un substrat de pensée, comme par exemple le mythe de Faust, la légende du charmeur de rats de Hameln ou la doctrine freudienne, qui, insérés dans leur contexte d’accueil, prennent une tout autre résonance. Le deuxième consiste à emprunter certains éléments ponctuels, comme Sacher-Masoch qui dans La Mère de Dieu reprend à Tourguéniev la structure de son récit Un Roi Lear de la steppe, sa localisation mais aussi la constellation des personnages, ou alors comme Doderer, qui emprunte carrément le titre de Dostoïevski pour écrire « ses » Démons… Le troisième élément consiste dans des affinités plus diffuses, pour lesquelles il est difficile d’apporter la preuve d’une influence positive, mais où les parallèles sont souvent les plus frappants (il en va ainsi de l’utilisation des métaphores animales chez Kafka et Dostoïevski, par exemple).

8Il va de soi que, selon les cas, la fonction du recours intertextuel varie : le texte de référence peut ainsi servir de renfort argumentatif, d’hommage ou de subversion, ou bien combiner plusieurs de ces fonctions. Un auteur peut ainsi se reconnaître des affinités secrètes avec un autre, comme c’est le cas de Heiner Müller avec Maïakovski où, plus que la citation elle-même, c’est le gestus de la citation qui compte, l’hommage d’une personnalité à une autre, perçue à tort ou à raison comme un double ou un frère en littérature. Il y a là comme une manière de s’inscrire dans une lignée, une famille, une tradition littéraire et, par le biais de l’hommage, de se donner une affiliation dans le monde des lettres et d’acquérir du même coup une présence plus forte et sans doute aussi un ancrage plus solide. Mais l’intertextualité peut également avoir pour mission d’instrumentaliser une pensée, d’introduire un message subversif dans un contexte donné.

9L’intertextualité pose, par nature, la question du rapport à l’autre, qu’il s’agisse d’un texte ou d’un auteur – et à plus forte raison lorsque celui-ci provient d’une autre culture ou qu’il a été rédigé dans une autre langue. Comment justifier l’import d’un élément étranger dans sa propre production ? Ce corps demeure-t-il un élément hétérogène ou bien y a-t-il amalgame, assimilation ? Les études réunies dans cet ouvrage font là encore apparaître plusieurs cas de figure.

10Ce recueil s’ouvre sur un « prélude » consacré à deux exemples de « reflets croisés » germano-russes, exemples qui se situent, chacun à sa manière, en amont du domaine étudié, puisque l’un traite d’un roman du milieu du XIXe siècle et que l’autre prend pour objet un ensemble de textes paralittéraires, en l’occurrence la correspondance entre Rilke et Lou Andreas-Salomé. Ces deux études permettent de dégager les grands axes autour desquels va s’articuler la réception de l’Autre. à travers le personnage de Stolz, Gontcharov pense cerner de façon rationnelle et objective les vertus allemandes pouvant servir de correctif au « Mal russe » incarné par Oblomov. À l’inverse, Rilke cultive une image très personnelle de la Russie, nourrie d’émotions et de souvenirs rapportés de ses voyages en compagnie de Lou. La Russie y est incarnée à travers des expériences, des rencontres et bien sûr aussi à travers Lou elle-même. Ces deux grands axes de la réception qui, dans le prélude, apparaissent de façon bien distincte sont, dans le reste du corpus, le plus souvent présents conjointement, dans des configurations variables.

11Certains auteurs font appel à l’autre, au grand Autre, un rôle dans lequel la figure de Dostoïevski émerge singulièrement, en tant que référence majeure de la slavitude et de l’être-russe, se posant paradoxalement à la fois comme référence universelle incontournable et comme symbole d’une altérité profonde. Dostoïevski a servi de modèle et de miroir à bien des auteurs germanophones, chez qui il a été perçu comme le penseur du Mal par excellence, un problème qui, pour des raisons liées à l’histoire des idées (débat autour du nihilisme et de la dégradation des valeurs) aussi bien qu’à la politique (guerres et révolutions), préoccupait les écrivains de la période 1880-1940.

12Une partie des contributions est consacrée à l’étude de motifs communs, et notamment à l’utilisation de métaphores animales, pratique courante chez les Russes comme les Allemands. L’animal apparaît alors comme étant logé au cœur de l’homme, le cafard de Kafka ne faisant que répondre à celui de Dostoïevski. Est-ce l’animal qui s’est fait homme, ou n’est-ce pas plutôt l’homme qui s’est transformé en animal, au cours d’un siècle qui vit reculer de façon spectaculaire les limites de « l’humanité » ? Comment s’étonner dès lors que la description de cet « autre » logé au cœur de soi ne fasse pas l’économie d’un détour par le texte de l’autre culture, de l’autre écrivain perçu en même temps comme un double ? Écriture de soi et écriture de l’autre se trouvent alors étroitement liées…

13Enfin, une autre partie des contributions porte sur la fonction du phénomène intertextuel et sur les modifications de l’objet liées au transfert en lui-même. Dans cet ordre d’idées, le recours crypté à Nietzsche et à Freud par Zochtchenko dans Avant le Lever du soleil est paradigmatique d’une stratégie de contournement des grands interdits staliniens prononcés à l’encontre de la « culture bourgeoise », de même que la référence à Maïakovski et Khlebnikov chez les poètes du Prenzlauer Berg prend les allures d’un reniement de la RDA.

14Le colloque dont les actes sont ici réunis a lui-même été l’occasion de rencontres, un moment de croisement et d’échange entre les cultures, réunissant des chercheurs issus d’horizons, de nationalités et de disciplines différentes. Il donna lieu non seulement à un transfert de connaissances, mais permit également une confrontation de méthodes et de savoirs dont le lecteur trouvera, nous l’espérons, la trace enrichissante dans le présent volume.

Notes

1 Dans un champ plus vaste, incluant entre autres les arts graphiques, le cinéma et l’architecture, on peut penser à l’exposition tenue à Berlin en 2003 Berlin-Moskau/Moskau-Berlin 1950-2000, catalogue en 2 volumes paru au Nikolai Verlag, Berlin, 2003.

2 Voir Alexandre Belobratow (éd.), 1999, Wien und St. Petersburg um die Jahrhundertwende(n) : kulturelle Interferenzen, Jahrbuch der Österreich-Bibliothek in St. Petersburg.

Auteurs

Maître de conférences en études germaniques à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Également spécialiste de théâtre, elle a soutenu une thèse portant sur Thomas Bernhard et Anton Tchekov. Elle co-dirige la revue annuelle arts et sciences en recherche transversale erkundungen in kunst und wissenschaft (München, Fink). Autre publication : Edwige Brender, Kerstin Hausbei, Béatrice Jongy e.a. (éd.), À la croisée des langages. Correspondances entre texte et arts dans les pays de langue allemande (Presses Sorbonne Nouvelle, 2006).

Normalien, agrégé d’allemand et docteur de l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Il a soutenu une thèse sur Musil, et publié des articles sur Musil, Kraus et Thomas Mann. Il enseigne actuellement au Lycée Franco-Allemand de Buc. Il a publié Désordres et transgressions chez Robert Musil (Presses Sorbonne Nouvelle, 2006)/

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540