Version classiqueVersion mobile

Les avatars du juvénilisme allemand 1896-1945

 | 
Gilbert Krebs

Epilogue

Texte intégral

1À l’aube du xxe siècle, Ellen Key, institutrice suédoise, socialiste et féministe, publia son livre Le siècle de l’enfant pour saluer le nouveau siècle. Dix ans plus tard, Walter Benjamin, qui n’était pas encore le philosophe visionnaire dont on connaît le sort tragique, mais un jeune étudiant prometteur, s’interrogeait dans un article de la revue Der Anfang publiée par un groupe berlinois d’adolescentes et d’adolescents :

Nous vivons au siècle du socialisme, du féminisme, des transports, de l’individualisme. N’allons-nous pas vers un siècle de la jeunesse ?

2Il semble que l’une et l’autre aient bien senti et interprété les signes annonciateurs des bouleversements qu’allait connaître le monde au xxe siècle, mais sans en pressentir toutes les conséquences.

  • 1 Cf. Jean Jousselin, Jeunesse, fait social méconnu, Paris, 1959.
  • 2 Cf. Aline Coutrot, « Le mouvement de jeunesse, un phénomène au singulier ? », in Gérard Cholvy (é (...)

3L’émergence d’un nouveau « fait social »1, la jeunesse, fut effectivement un des traits marquants du xxe siècle, mais cette réalité n’avait pas le même visage dans les différentes sociétés européennes, pour ne parler que d’elles. S’il est vrai, par exemple, que les sociétés française et allemande ont été caractérisées dans la première moitié du xxe siècle par la prise en compte croissante des besoins spécifiques de la jeunesse, par la multiplication des dispositifs législatifs ou administratifs pour remédier à ses problèmes et par la prolifération des mouvements de jeunesse2, il n’en reste pas moins que cet accroissement n’a pas eu la même signification, la même intensité et les mêmes effets dans les deux pays, malgré un certain nombre de similitudes de détail. Ce fut seulement en Allemagne que ce phénomène prit les traits d’un véritable « mouvement social », selon la définition qu’en donne la sociologie moderne. C’est pourquoi il est désigné en allemand par un singulier, die Jugendbewegung, à l’instar d’autres mouvements sociaux de la même époque (Frauenbewegung = féminisme), et pourquoi nous le traduisons par ce néologisme, le juvénilisme.

4Concrètement, le juvénilisme se manifestait en Allemagne par une profusion d’organisations de toute sorte, prenant en charge, parallèlement à l’éducation qu’ils recevaient traditionnellement dans le cadre familial et à l’école, la socialisation des jeunes d’âge scolaire ou postscolaire. Les plus anciennes de ces associations avaient été créées dès la fin du xixe siècle, notamment par les églises ou d’autres acteurs de la société civile comme les mouvements de gymnastes, les mouvements de lutte contre l’alcoolisme, les syndicats ou certains partis politiques. Au début du xxe siècle, la création de nouvelles organisations s’intensifia et la jeunesse sembla devenir une cible privilégiée de la sollicitude souvent intéressée de diverses forces sociales antagonistes. En Prusse, le gouvernement se mit lui aussi sur les rangs en créant en janvier 1911 un mouvement de jeunesse militariste (Jungdeutschlandbund), doté d’importants moyens financiers, et un dispositif législatif chargé de coordonner et de soutenir tous les mouvements de jeunesse « patriotiques ».

5Parallèlement, sous l’influence du courant de pensée anti-moderniste (Kulturpessimismus) et des partisans d’une réforme de l’éducation, d’autres organisations de jeunesse naquirent spontanément dans un milieu social particulièrement sensible à ces thématiques, les élèves des établissements d’enseignement secondaire, majoritairement issus des classes moyennes urbaines. Le siècle de la jeunesse se présentait ainsi en Allemagne d’abord sous la forme d’une multitude d’organisations, différentes par leurs origines, leur recrutement, leurs objectifs, leurs obédiences idéologiques, confessionnelles ou politiques, ainsi que par leur taille, leur extension territoriale ou leur durée de vie.

6Ce qui fit progressivement le lien entre toutes ces organisations et justifie qu’on puisse les étudier, dans le cas de l’Allemagne, comme un phénomène unique, comme un mouvement social comparable par exemple au féminisme, c’est le discours qui s’est développé à la veille de la Première Guerre mondiale au sein de certaines associations et ligues autonomes et qui s’est communiqué par la suite à une grande partie des autres mouvements. La glorification de la jeunesse avait une longue tradition dans la société et la culture allemandes (cf. Siegfried, incarnation du deutscher Jüngling), mais les individus qu’elle exaltait, à travers les légendes ou dans les œuvres littéraires, étaient généralement des jeunes adultes, non des adolescents.

7Dans la nouvelle Allemagne de la fin du xixe siècle, c’était toute la jeunesse qui était appelée à la rescousse pour sauver l’âme et l’esprit de l’Allemagne menacés par l’irruption de la modernité et l’ouverture au monde extérieur. Les principaux porte-parole du pessimisme culturel, comme Lagarde et Langbehn, et surtout Nietzsche, proclamaient que seule la jeunesse était en mesure de remédier à la décadence de la culture allemande, à condition d’être capable de rejeter la fausse culture de son temps pour lui substituer d’autres valeurs culturelles plus conformes à l’esprit allemand.

8Ce discours a été repris et adapté aux exigences du nouveau siècle sous le nom de « culture juvénile » (Jugendkultur) par Gustav Wyneken. L’action de ce dernier a été décisive pour la naissance du juvénilisme comme mouvement social. Il ne l’a pas inventé, mais découvert par la rencontre avec des mouvements de jeunesse, comme le Wandervogel, et les « nouveaux étudiants », issus de ce mouvement, qui cherchaient à la veille de la Première Guerre mondiale à préciser le sens de leur désir de changement, en évitant cependant tout programme et tout engagement politique.

9L’occasion de cette « épiphanie » fut, en octobre 1913, le grand rassemblement réunissant sur les pentes du Meissner, près de Kassel, plusieurs mouvements de jeunesse et d’étudiants, auxquels s’étaient joints divers partisans d’une réforme de la vie culturelle et sociale et en particulier de l’éducation de la jeunesse. Gustav Wyneken y joua un rôle essentiel par ses prises de position et par les polémiques qu’elles suscitèrent. C’est lui qui avait rédigé le texte de l’invitation paru dans la presse pour annoncer le rassemblement, et ce texte a inspiré à son tour la fameuse « déclaration du Meissner » et son message central, que nous rappelons ici :

  • 3 Texte allemand entre autres in Knud Ahlborn, Die Freideutsche Jugendbewegung, München, s.d. (1917), (...)

La jeunesse libre-allemande veut façonner sa vie selon sa propre loi, sous sa propre responsabilité, conformément à sa vérité intime. En toute circonstance, elle se trouvera unie pour la défense de cette liberté intérieure3.

10Ce texte, prévu pour être le manifeste fondateur d’un nouveau mouvement de jeunesse, la Jeunesse libre-allemande (Freideutsche Jugend, 1913-1923), est surtout resté comme une référence permanente pour tout le mouvement juvéniliste.

  • 4 Hans Blüher, Wandervogel. Geschichte einer Jugendbewegung, 1re éd. 1912, Berlin, 2e éd. Prien a. Ch (...)

11Au lendemain du rassemblement, Gustav Wyneken publia dans la Frankfurter Zeitung du 28 décembre 1913 un article sous le titre « Die deutsche Jugendbewegung ». Après avoir rendu compte de la réunion du Meissner, il y développait sa thèse de la naissance d’un grand mouvement porté par la jeunesse allemande, qui devait bouleverser la vie des jeunes dans la société et révolutionner l’école. Rendant compte un peu plus tard, dans sa revue Die Freie Schulgemeinde, du livre de Hans Blüher sur l’histoire du Wandervogel4, dans lequel celui-ci présentait ce mouvement comme une révolte de la jeunesse contre le monde des adultes, il écrit :

  • 5 Gustav Wyneken, « Wandervogel und Freie Schulgemeinde », in Die Freie Schulgemeinde, III, 2 janvi (...)

Blüher ne veut pas être le chroniqueur d’une association, mais l’historiographe d’un mouvement de jeunesse, ou plutôt du mouvement de la jeunesse allemande, de la seule réalisation authentiquement allemande et authentiquement jeune que notre jeunesse ait jamais réussi à produire par ses propres moyens5.

  • 6 En 1948, Hans Blüher revient sur ce tournant de 1913 : « [Mon] Histoire du Wandervogel va presque (...)

12Le passage de l’article indéfini « eine » à l’article défini « die » changeait clairement le statut et la portée du mot Jugendbewegung. Il ne désignait plus une organisation en particulier, mais un mouvement général qui dépassait les clivages entre les organisations qui s’y reconnaissaient, considérant qu’ils étaient tous au service d’une cause commune, la cause des jeunes. La notion de Jugendbewegung utilisée dans son sens nouveau s’imposa rapidement dans le milieu des organisations de jeunesse et dans le discours public : les nouveaux comportements et discours de la jeunesse allemande, qui paraissaient souvent incompréhensibles au monde des adultes, trouvaient soudain une explication et prenaient leur sens comme manifestations d’un phénomène d’ensemble, le juvénilisme6.

13Comprise comme une charte engageant toute la jeunesse allemande, la déclaration du Meissner semblait revendiquer pour tous les jeunes le droit de mener sa vie selon sa propre loi et sous sa propre responsabilité. C’est ainsi que l’entendirent les premiers commentateurs du texte qui y virent une véritable déclaration d’indépendance de la jeunesse, le manifeste fondateur du juvénilisme.

14Le juvénilisme affirmait que les jeunes constituaient dans la société un groupe à part, qui avait sa valeur propre. Il estimait, par principe, que les clivages d’ordre social, politique ou confessionnel qui divisaient la société des adultes étaient pour la jeunesse des déterminants secondaires, donc négligeables, compte tenu de la communauté de destin impliquée par l’appartenance à la catégorie, fugace il est vrai, de la jeunesse. Il considérait que la principale qualité de la jeunesse résidait dans ce que les adultes considéraient généralement comme un manque à réparer au plus vite : son immaturité. Ce prétendu défaut est en réalité un avantage, parce qu’il signifie que la jeunesse n’est pas prisonnière des rôles sociaux et des contraintes que la société des adultes impose à l’individu. Elle est encore capable d’enthousiasme et de générosité, elle est sincère, opposée à tous les compromis et toutes les compromissions.

15Pour le juvénilisme, la jeunesse n’est pas responsable du monde tel qu’il est, tel que l’ont façonné les adultes, car elle n’est responsable que de l’avenir. Il faut qu’elle puisse façonner cet avenir conformément à sa propre loi, celle qu’elle porte en elle, non celle que lui imposent les adultes. L’éducation traditionnelle, processus de vieillissement forcé, est un appauvrissement de la personnalité, c’est pourquoi il faut la réformer profondément. Il faut que les adultes se mettent à l’écoute de la jeunesse et lui donnent la parole. De son côté, la jeunesse doit éviter d’entrer dans les conflits des adultes et notamment de s’engager dans leurs luttes politiques, confessionnelles ou idéologiques. Elle doit se réserver pour l’avenir.

16Cette « idéologie » juvéniliste était suffisamment vague pour pouvoir coexister avec un grand nombre de convictions politiques ou confessionnelles différentes. Dans les années 1920, on la retrouvait ainsi – avec des variantes – dans les mouvements de jeunesse socialistes comme dans les mouvements conservateurs ou fascistes, dans les mouvements catholiques et les mouvements protestants ou juifs, dans la jeunesse socialiste comme dans la jeunesse militariste. Elle s’y retrouvait à l’état plus ou moins pur, plus ou moins dilué, plus ou moins mélangé à d’autres éléments. Le degré maximal de concentration et de pureté de l’idéologie juvéniliste se trouvait bien entendu dans les mouvements autonomes. C’est à travers ces derniers que l’on peut observer les permanences et les avatars du juvénilisme allemand dans la première moitié du xxe siècle.

17Le mouvement juvéniliste allemand a souvent cherché à se faire passer pour un phénomène spécifiquement allemand, sans équivalent dans aucune société moderne, et les conclusions qu’en tiraient ses protagonistes n’étaient pas toujours innocentes. Dans son roman Doktor Faustus (1948), Thomas Mann décrit ainsi un groupe d’étudiants randonneurs et met dans la bouche de l’un d’entre eux, au nom prédestiné de Deutschlin, les propos suivants :

Être jeune, c’est être spontané, rester proche des sources de la vie, pouvoir se dresser et secouer les chaînes d’une civilisation périmée, oser ce que d’autres n’ont pas eu le courage d’entreprendre ; en somme, se replonger dans l’élémentaire. […]

18Mais il enchaîne :

  • 7 Thomas Mann, Doktor Faustus. Das Leben des deutschen Tonsetzers Adrian Leverkühn erzählt von eine (...)

L’idée de jeunesse est un privilège et une qualité de notre peuple, du peuple allemand – les autres ne la connaissent guère […] La jeunesse allemande représente, précisément en tant que jeunesse, l’esprit du peuple lui-même, qui est jeune et porteur d’avenir – immature si l’on veut, mais cela n’a aucune importance ! Les actions de l’Allemagne ont toujours résulté d’une sorte de formidable immaturité… 7

19Ce n’est pas par hasard que Thomas Mann, observateur attentif et ironique des manières d’agir et de parler de ses contemporains et compatriotes allemands, rapporte ce type de discours dans un roman qui s’interroge précisément sur les causes du désastre et des crimes dans lesquels le IIIe Reich a entraîné l’Allemagne et le monde au xxe siècle. Les propos qu’il prête à l’étudiant Deutschlin n’étaient pas rares dans les années 1920 lorsque la Bündische Jugend et, plus largement, la jeune génération apparut aux yeux de beaucoup d’observateurs proches de la « révolution conservatrice » comme l’ultime recours pour maîtriser le chaos dans lequel sombrait la société allemande. On sait ce qu’il advint de ces espoirs et comment le national-socialisme sut les utiliser à son profit pour prendre le pouvoir et comment il continua à glorifier et à courtiser la jeunesse pour mieux masquer son objectif réel, c’est-à-dire la guerre.

20Comme tout mouvement social, le juvénilisme allemand était l’enfant de son temps et il a changé avec son temps, suivant les évolutions et les accidents historiques qui ont affecté la société allemande. Pendant les années qui précédèrent la guerre de 1914, son discours était indéniablement marqué par le « néo-romantisme » du Wandervogel, mouvement de collégiens et de lycéens qui s’était répandu rapidement dans toute l’Allemagne. Il avait été créé par des jeunes désireux de fuir un milieu familial et scolaire qu’ils ressentaient comme étouffant et de se ménager de manière non violente et non définitive, avec l’accord des parents et de l’école, des espaces de liberté à l’issue desquels ils reprenaient le « collier ». Plus encore que la nature intacte et l’authenticité de la vie simple, rurale, ce qu’ils cherchaient et trouvaient ainsi, c’était une vraie communauté avec des jeunes du même âge, animés par le même vague désir d’un changement de société et d’une nouvelle sociabilité.

21Ce furent des anciens du Wandervogel, ayant quitté le lycée pour poursuivre leurs études à l’université, qui marquèrent le visage du juvénilisme dans sa deuxième phase entre 1913 et 1923 à travers le mouvement de la Jeunesse libre-allemande (Freideutsche Jugend). Né au cours de la fête du Meissner de 1913 qui avait vu apparaître et se répandre le discours du juvénilisme, le mouvement est devenu plus intellectuel sans changer fondamentalement ses modes de vie. Mais l’expérience de la guerre et de la défaite, le changement du régime politique et les désordres de l’après-guerre ont surtout modifié les mentalités de la jeunesse. Des clivages politiques et idéologiques sont apparus ou se sont creusés et ont déchiré les mouvements, rendant le tableau d’ensemble des organisations de jeunesse plus confus et plus conflictuel, sans pourtant porter atteinte au socle profond de l’idéologie juvéniliste. Après une flambée de politisation au cours des premières années de la république de Weimar, cette phase se termina vers 1923 dans le désenchantement, marqué par la disparition de la Freideutsche Jugend.

22Mais c’était pour revivre aussitôt sous d’autres auspices. La Bündische Jugend (Jeunesse ligueuse) s’est constituée vers le milieu des années 1920 en fédérant un ensemble de mouvements représentatifs de deux traditions complémentaires, celle du Wandervogel et celle des ligues d’éclaireurs, l’une comme l’autre marquées par les années de guerre et d’après-guerre. Cette synthèse fut incarnée par la Deutsche Freischar (1927-1933). De la tradition des ligues d’Éclaireurs, elle avait gardé le sens de la rigueur, de la responsabilité sociale et l’intérêt pour les problèmes politiques, de l’héritage Wandervogel les modes de vie, la pensée et le discours du juvénilisme et en particulier sa volonté farouche de ne pas s’engager dans le débat public en se donnant un programme et en choisissant son camp. À côté de la Deutsche Freischar, le nombre d’organisations explosa et les effectifs cumulés grossirent, en même temps que l’idéologie et le discours juvénilistes gagnèrent un nombre croissant d’organisations de jeunesse, même celles créées à l’initiative de l’État, des Églises, des partis et des syndicats.

23Le dernier avatar du juvénilisme allemand apparut en 1933 lorsque tous les mouvements de jeunesse existants furent progressivement interdits par le régime national-socialiste et leurs membres absorbés par la Hitler-Jugend, jeunesse d’état dotée du monopole de l’éducation de la jeunesse en dehors de l’école et du foyer familial, en attendant d’être déclarée service obligatoire. Du juvénilisme, il ne restait dans cette jeunesse hitlérienne que des apparences, quelques discours fallacieux et des activités, parmi lesquelles la préparation militaire prit rapidement le dessus. À l’encontre des jeunes qui refusaient cet embrigadement et l’endoctrinement qui l’accompagnait, la police et la justice aux ordres de la dictature n’hésitaient pas à sévir pour les amener à résipiscence, en les traînant devant les tribunaux et en les jetant en prison. L’idéologie juvéniliste non pervertie et instrumentalisée ne survécut que dans les rangs des groupes clandestins de jeunes, rebelles à l’ordre fasciste hitlérien.

  • 8 Par exemple, Elisabeth Korn, Otto Suppert, Karl Vogt (éds), Die Jugendbewegung. Welt und Wirkung. (...)

24Lorsque, à l’automne 1963, un grand rassemblement réunit sur les pentes du Meissner quelques milliers d’anciens membres ou responsables de la Jugendbewegung d’avant 1933 et des jeunes appartenant aux mouvements de jeunesse d’après-guerre, une question était consciemment ou inconsciemment présente dans tous les esprits : celle du bilan. Elle était aussi au cœur des débats, des réflexions et des discours et se retrouve dans les publications parues à l’occasion de cette manifestation du souvenir, cinquante ans après le rassemblement historique d’octobre 1913 et trente ans après l’année fatidique de 1933 qui avait sonné le glas pour les espoirs et les illusions du juvénilisme allemand8.

25Peut-on s’en étonner, compte tenu de tout ce qui s’est passé en Allemagne au cours de ces cinquante années : deux changements de régime politique avec leur cortège de violences et de bouleversements, deux guerres mondiales faisant des millions de victimes parmi la jeunesse mobilisée et la population civile, des déplacements de populations et des crimes monstrueux commis prétendument pour le bien de l’Allemagne, mais en réalité au nom d’une idéologie démente ? La question de la responsabilité historique du Mouvement de la jeunesse était présente dans tous les esprits, parfois évacuée rapidement ou traitée avec complaisance, mais parfois aussi examinée sérieusement.

26La jeunesse allemande n’a pas inventé le national-socialisme et on ne peut pas affirmer qu’elle s’y soit ralliée dans sa totalité et de son plein gré. Mais elle n’a pas non plus soutenu l’ordre démocratique de Weimar et ne l’a pas vraiment regretté. En se réfugiant dans l’isolement de ses groupes élitistes et en se désintéressant généralement de la politique, le juvénilisme avait contribué, par passivité, à affaiblir la république. De surcroît, certains mots d’ordre qu’il propageait, ses appels en faveur d’un « ordre nouveau », de la « communauté du peuple » et de « la mission de la jeune génération » allaient dans le sens de la propagande national-socialiste. Mais si on cherche les responsables de l’avènement du national-socialisme, il faut aussi mettre dans la balance la somme d’indifférence, de naïveté politique, d’opportunisme et de petites lâchetés dont a fait preuve la majorité de la société allemande et de ses élites et qui a permis au parti d’Adolf Hitler d’arriver au pouvoir et de semer la mort dans toute l’Europe.

27La jeunesse allemande, qui pendant douze ans a été tour à tour cajolée, glorifiée, manipulée, mise en condition et finalement sacrifiée, a pourtant eu sa part de responsabilité. D’abord en succombant trop facilement aux mensonges et aux mirages que le parti national-socialiste faisait miroiter à ses yeux et en reniant les valeurs essentielles au nom desquelles la plupart des mouvements avaient cru œuvrer pendant des décennies à l’avènement d’une nouvelle société allemande réconciliée et harmonieuse. Ensuite en acceptant sans se révolter tous les sacrifices que le régime lui demandait, y compris le sacrifice de sa vie et de son âme. Une des images les plus poignantes des derniers jours du Reich hitlérien montre ces enfants soldats rescapés des derniers combats pour la défense de Berlin, le visage défait, marqué par l’épuisement et le désespoir qui leur redonne une moue presque enfantine. Serait-ce donc là le bilan du siècle de l’enfant, du juvénilisme allemand ?

  • 9 Helmut Gollwitzer (1908-1993). Théologien protestant, proche de Karl Barth et de Martin Niemöller (...)

28Le discours de clôture prononcé sur le Meissner en 1963 par le professeur Helmut Gollwitzer9 fut un des grands moments du rassemblement, car il dressa un bilan sans complaisance et pourtant compréhensif des mérites et des faillites du mouvement juvéniliste, auquel il avait lui-même participé dans sa jeunesse. Il rappela qu’en adoptant un nouveau style de vie, la jeunesse allemande du début du siècle ne cherchait pas à mettre en pratique une idéologie ou un programme, mais à réaliser un idéal personnel et collectif fondé sur un ensemble de valeurs au premier rang desquelles figuraient l’authenticité et la vérité, la responsabilité personnelle de chacun pour son éducation au sein du groupe et avec l’aide de ses pairs, la tolérance mutuelle et le refus de l’uniformité.

29Mais la jeunesse n’a pas voulu ou su reconnaître que son nombrilisme était une erreur, qu’elle ne pouvait pas réserver cet idéal d’une société d’entente et de tolérance aux membres de ses organisations et que, dans la sphère publique, sociale ou politique, le seul régime qui permettait de propager et de pratiquer ces vertus, et en particulier la tolérance, était la démocratie. Si la Jugendbewegung avait compris cela, dit Gollwitzer, elle aurait soutenu la république de Weimar au lieu de contribuer à sa chute et elle aurait peut-être épargné à l’Allemagne de tomber aux mains d’un régime criminel qui l’a menée au désastre.

30Le juvénilisme allemand a sombré avec la défaite de l’Allemagne sous les décombres et dans la désolation en laissant derrière lui un monde qui n’avait aucun rapport avec ses attentes et ses espoirs. On comprend qu’il soit devenu pour les Allemands d’après-guerre, malgré les efforts de ses anciens membres ou responsables d’avant 1933, un souvenir, nostalgique peut-être pour certains, mais ni une référence ni un modèle à faire revivre – au contraire, une mise en garde contre le retour des mêmes errements.

Notes

1 Cf. Jean Jousselin, Jeunesse, fait social méconnu, Paris, 1959.

2 Cf. Aline Coutrot, « Le mouvement de jeunesse, un phénomène au singulier ? », in Gérard Cholvy (éd.), Mouvements de jeunesse, Paris, 1985, p. 109-123.

3 Texte allemand entre autres in Knud Ahlborn, Die Freideutsche Jugendbewegung, München, s.d. (1917), p. 7.

4 Hans Blüher, Wandervogel. Geschichte einer Jugendbewegung, 1re éd. 1912, Berlin, 2e éd. Prien a. Chiemsee, 1922.

5 Gustav Wyneken, « Wandervogel und Freie Schulgemeinde », in Die Freie Schulgemeinde, III, 2 janvier 1913, p. 33 (c’est nous qui soulignons).

6 En 1948, Hans Blüher revient sur ce tournant de 1913 : « [Mon] Histoire du Wandervogel va presque exactement jusqu’au terme de la première période du Mouvement de la jeunesse. […] À partir de la proclamation du Hoher Meissner commence la deuxième période, celle d’un “Mouvement de la jeunesse” […], conscient de son importance sociale, et dont l’histoire n’est pas encore écrite. » Avant-propos pour une réédition de son livre ; version française dans Hans Blüher, Wandervogel. Histoire d’un mouvement de jeunesse, t. 1, Paris, 1994.

7 Thomas Mann, Doktor Faustus. Das Leben des deutschen Tonsetzers Adrian Leverkühn erzählt von einem Freunde, Stockholm, 1948, p. 185-186.

8 Par exemple, Elisabeth Korn, Otto Suppert, Karl Vogt (éds), Die Jugendbewegung. Welt und Wirkung. Zur 50. Wiederkehr des freideutschen Jugendtages auf dem Hohen Meissner, Düsseldorf-Köln, 1963 ; Werner Kindt, Karl Vogt (éds), Der Meissnertag 1963, Reden und Geleitworte, Düsseldorf-Köln, 1964 ; Knud Ahlborn, Helmut Hertling (éds), Lebensfragen und Gestaltungswille. Die Reden der Gesprächsgruppen auf dem Meissnertag, Klappholttal/Sylt, 1963.

9 Helmut Gollwitzer (1908-1993). Théologien protestant, proche de Karl Barth et de Martin Niemöller, résistant sous le IIIe Reich, il milita dans les années d’après-guerre contre le réarmement de l’Allemagne et les armes nucléaires. Il fut aux côtés de Rudi Dutschke et du mouvement étudiant en 1968.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search