Version classiqueVersion mobile

Les avatars du juvénilisme allemand 1896-1945

 | 
Gilbert Krebs

La république et la jeunesse

Texte intégral

1. Une république mal-aimée et malchanceuse

Une succession de crises

1Après la formation, le 10 novembre 1918, du nouveau gouvernement du Reich composé paritairement de « commissaires » sociaux-démocrates, « majoritaires » et « indépendants » (aile gauche), la jeune république allemande pouvait en principe songer à rétablir le calme et la légalité. En réalité, il lui faudra longtemps pour retrouver un fonctionnement quelque peu stable et normal et les années qui suivirent la fin de la guerre ont été parmi les plus agitées et les plus difficiles que l’Allemagne ait connues depuis longtemps.

2Certes, le territoire du Reich n’avait pas été touché par les destructions liées à la guerre, et si les pertes en vies humaines étaient énormes (1,8 million de tués, 4,25 millions de blessés, 618 000 prisonniers), en revanche l’appareil productif était intact et les villes et villages étaient restés debout. Ce qui a fait de ces années un véritable cauchemar pour les Allemands, et plus particulièrement pour ceux qui avaient connu les horreurs du front et qui rentraient maintenant au pays, c’étaient les circonstances dans lesquelles la défaite était intervenue et les conditions que les alliés victorieux allaient imposer au vaincu.

3Les années 1919-1923 ont été une suite de crises politiques et économiques, de soulèvements et de répressions souvent sanglantes. Deux foyers ont alimenté ces crises : en politique intérieure, la nécessité de défendre le nouvel ordre politique et social, démocratique et libéral, menacé à sa gauche par les ambitions déçues de la gauche révolutionnaire inspirée et encouragée par l’exemple soviétique russe, et à sa droite par les nostalgiques de l’ancien régime, solidement installés dans l’administration, la justice, l’enseignement et l’armée et bientôt appuyés par des partisans d’un nouvel ordre autoritaire fasciste. Sur le plan international, les crises endémiques étaient alimentées par les conditions de l’armistice, encore aggravées par le traité de paix (Versailles, 1919) et par les sanctions prises contre l’Allemagne pour obtenir le paiement des « réparations » (occupation de villes en Rhénanie en 1920, puis du bassin de la Ruhr en 1923).

4Parmi les insurrections et les tentatives de putsch qui ont jalonné ces années, on peut citer les insurrections spartakistes puis communistes à Berlin (fin 1918, début 1919), dans le bassin de la Ruhr (mars-avril 1920), à Hambourg et en Allemagne centrale (mars 1921), en Saxe et en Thuringe (octobre 1923), et, pour ce qui est de l’extrême-droite, la répression par les armes de la république des Conseils à Munich (mai 1919), la tentative de putsch de Kapp et Lüttwitz (mars 1920) et celle d’Hitler et Ludendorff (novembre 1923). Si on y ajoute la série d’assassinats politiques (Erzberger, Rathenau), les conflits entre le Reich et certains Länder avec intervention des forces armées, on a un assez bon tableau des vicissitudes politiques de la nouvelle république.

  • 1 Les résultats électoraux des partis soutenant la république (staatstragende Parteien : SPD, DDP, DV (...)

5Pourtant les forces politiques modérées avaient réussi, contre vents et marées, à s’imposer au début de 1919 et à faire adopter une constitution à laquelle on peut surtout reprocher d’être trop libérale pour la situation difficile où se trouvait l’Allemagne et pour la culture politique de son électorat. Le gouvernement de coalition sorti des urnes en 1919 et 1920 se trouvait obligé d’assumer les conséquences d’une guerre que d’autres avaient déclenchée et perdue et se voyait en butte aux attaques de gauche et de droite, accusé de trahison, de faiblesse ou de complaisance vis-à-vis des exigences alliées. La « coalition de Weimar » – composée du parti social-démocrate (SPD), du Zentrum catholique et du parti démocratique allemand (DDP) –, qui avait géré la transition démocratique de l’Allemagne, perdit rapidement la majorité et fit place à l’instabilité gouvernementale et à des coalitions changeantes, tandis que les forces politiques extrémistes jouèrent un rôle de plus en plus néfaste pour la république1.

6Parallèlement, l’inflation héritée de l’économie de guerre progressa inéluctablement, d’abord lentement, puis, vers le milieu de l’année 1922, à un rythme de plus en plus effréné. Les conséquences étaient la flambée des prix, la dépréciation de la monnaie et le ralentissement économique. En juin 1923, les prix étaient plus de 25 000 fois supérieurs à ceux de 1914, en août 1923, déjà de plus d’un million de fois à ce qu’ils étaient avant-guerre. Le phénomène, dès lors, sortit du domaine de la rationalité économique et sombra dans l’absurdité et la folie. Ceux qui en étaient touchés dans leur vie quotidienne voyaient se dérober sous leurs pieds le monde qu’ils connaissaient. Ils étaient confrontés non seulement à des difficultés économiques énormes, mais aussi à la fin de toute certitude.

7La réforme monétaire mit fin au cauchemar à l’automne 1923, mais non au traumatisme subi par la majorité des Allemands, qui avaient tendance à imputer la responsabilité de ces désordres aux vainqueurs de 1918, ainsi qu’à l’incapacité du gouvernement républicain, qui n’avait pas su résister efficacement aux exigences de ces derniers. Après la réforme monétaire et l’abandon de la résistance passive en novembre 1923, l’année 1924 vit le début du rétablissement économique et de l’apaisement politique, mais cette embellie n’effaça pas les frustrations et les appréhensions des victimes de la période de l’hyper-inflation, d’autant moins que cette stabilisation resta fragile :

  • 2 Horst Möller, La République de Weimar, Paris, 2005, p. 186.

Rien n’avait changé dans les difficultés structurelles ou la contrainte extérieure et non plus dans l’hostilité que l’extrême droite et l’extrême gauche manifestaient envers l’état de Weimar2

8Pourtant, au cours de cette période de 1924 à 1929, la république de Weimar réussit à améliorer notablement la situation intérieure et internationale du pays et à créer les conditions qui auraient pu permettre de pérenniser cette amélioration – à condition d’en avoir le temps. La réforme monétaire avec la création du Rentenmark restaura la confiance et permit de relancer l’économie allemande, d’autant plus que les gouvernements allemands successifs et surtout Gustav Stresemann, ministre des Affaires étrangères inamovible de 1923 à 1929, avaient cherché avec succès à normaliser la position du Reich dans le concert des nations (traité de Locarno, 1925, entrée à la Société des Nations, 1926, entretiens de Thoiry entre G.  Stresemann et A. Briand, 1926) et à régler par la négociation la question brûlante des « réparations » (plan Dawes 1924, plan Young 1929, moratoire Hoover 1931).

9C’est alors que l’Allemagne fut frappée de plein fouet par la crise économique mondiale. Les « cinq plus belles années » de la république (Horst Möller) prirent fin brutalement en 1929-1930 lorsque la crise, partie des États-Unis, se propagea mondialement et toucha en particulier l’Allemagne mal remise de ses difficultés antérieures. La démocratie allemande y perdit ses derniers soutiens et succomba à l’assaut de ses ennemis de droite et de gauche. Mais avant cette issue fatale, qui intervint dans les premiers mois de 1933, l’Allemagne vécut de nouveau trois années d’instabilité économique, politique et sociale.

10Politiquement, ces années d’agonie de la démocratie furent marquées par le rapide délitement de l’ordre républicain. Cinq élections générales furent nécessaires entre 1928 et 1933 pour essayer de trouver une majorité de gouvernement au Reichstag. En attendant, les chanceliers successifs, Brüning, von Papen et von Schleicher, durent affronter les graves difficultés du pays en gouvernant par voie de décrets et faire face à l’exaspération croissante de la population. Lorsque, au début de 1933, le président Hindenburg confia le soin de former un nouveau gouvernement à Adolf Hitler en tant que chef du parti qui avait réuni aux élections législatives de novembre 1932 le plus grand nombre de voix et de mandats, il signa la condamnation à mort de la république qu’il n’avait jamais aimée. En l’espace de quelques mois, il ne resta plus, de l’ordre politique de Weimar, que quelques débris et une coquille vide.

11Malgré le vieillissement général de la population allemande – tendance qui avait commencé dès avant la guerre et qui se poursuivit sous Weimar –, les jeunes posaient dans les années 1920 et 1930 des problèmes socio-économiques et politiques préoccupants. Ils représentaient un poids démographique encore important malgré la baisse de la natalité : en 1911, les « moins de 20 ans » constituaient 43,9 % de la population totale, en 1925 ils n’étaient plus que 36,2 %, mais au sein de cet ensemble, c’est la part des « moins de 15 ans » qui avait diminué (25,7 % contre 34,2 %) tandis que celle des « 15 à 20 ans » avait augmenté (10,5 contre 9,7 %) tout comme la proportion des « 20 à 45 ans » (38,8 contre 35,9 % en 1911). Dans cette dernière catégorie, comme le montre la pyramide des âges, les hommes entre 20 et 30 ans, moins touchés par la guerre que leurs aînés, dominaient nettement. Parmi eux, on pouvait aussi compter la quasi-totalité des étudiants.

Pyramide des âges 1925-1939

Pyramide des âges 1925-1939

Source : Michel Hubert, L’Allemagne en mutation, Paris, 1995, p.314

12En fait, ceux qui voulaient accéder à présent à la vie active faisaient partie des cohortes nombreuses nées dans la première décennie du siècle. Elles réclamaient leur « place au soleil », mais le soleil des années 1920 n’était guère vaillant et les places étaient prises par la génération ancienne, celle qui précisément pouvait être considérée comme responsable des catastrophes qui s’étaient abattues sur l’Allemagne. La république, qui se révélait incapable de remédier à cette situation, trouva peu de défenseurs dans cette jeune génération, tandis que les forces politiques qui avaient juré sa perte ne se faisaient pas faute de jouer la carte des « jeunes contre les vieux », avec un certain succès, comme on le verra en 1933.

Une politique scolaire décevante

13à la fin de l’année 1918, l’univers éducatif n’avait pas été épargné par la tourmente révolutionnaire : certains élèves et professeurs avaient été saisis, eux aussi, par la fièvre du changement en voyant se lézarder et s’effriter l’édifice du pouvoir. Tous ceux qui, depuis des années, avaient stigmatisé les insuffisances du système éducatif allemand croyaient le moment venu de changer tout cela à la faveur du changement de régime. Partisans et adversaires des réformes de l’enseignement espéraient que les nouveaux ministres de l’éducation des Länder allaient s’attaquer sans tarder aux problèmes de l’école. Les premiers s’impatientaient des lenteurs et des hésitations dont faisaient preuve les autorités nouvelles, les autres ne songeaient qu’à retarder toute décision au prétexte que les questions d’éducation étaient trop délicates pour souffrir l’improvisation, qu’il fallait donc attendre que les esprits se fussent calmés et les situations clarifiées après les élections au Reichstag.

14En Prusse, le gouvernement des « commissaires du peuple », mis en place le 12 novembre 1918, avait confié le « ministère des Sciences, des Arts et de l’Éducation nationale » à Konrad Haenisch (SPD) et Adolf Hoffmann (USPD). Spécialistes, dans leurs partis respectifs, des questions d’éducation, ils n’avaient en revanche aucune expérience pratique et ne purent jamais se faire accepter par l’administration restée en place. Dans la petite équipe de conseillers qu’ils avaient réunie à la hâte, on remarqua en particulier la présence de Gustav Wyneken, qui sera à l’origine des mesures et des projets les plus controversés. Resté seul titulaire du portefeuille après le mois de janvier 1919, le ministre « majoritaire » Konrad Haenisch abrogea presque toutes les décisions prises en commun pendant les premières semaines de gestion et renvoya les collaborateurs de la première heure.

  • 3 Cf. « Erreichtes und Erstrebtes », Vorwärts du 29 novembre 1918, n° 328a.

15Le programme des réformes annoncées dès l’arrivée au pouvoir correspondait, pour l’essentiel, au catalogue traditionnel des revendications socialistes en matière d’enseignement : l’unification du système éducatif, l’égalité des chances d’accès, la gratuité de l’enseignement et des fournitures scolaires ainsi que la neutralité politique et confessionnelle de l’enseignement. L’éducation devait avoir comme seul objectif de permettre à chacun de s’épanouir et de trouver dans la société la place qui lui revenait, en conformité avec ses dons : « la distinction entre les travailleurs intellectuels et les travailleurs manuels ne sera plus déterminée par l’arbitraire d’une classe dirigeante, mais par la nature elle-même3 ».

16Les premiers décrets publiés portèrent sur l’enseignement de l’histoire (lutte contre le chauvinisme) et sur l’enseignement religieux (liberté de conscience pour les élèves, comme pour les professeurs), sur l’introduction prochaine d’un enseignement de morale non confessionnel, sur l’inspection des écoles (dorénavant confiée uniquement à des laïcs) ainsi que sur la cogestion dans les établissements secondaires. De toutes ces mesures, ce furent surtout celles sur l’enseignement des religions qui soulevèrent des tempêtes de protestations. Fin décembre 1918, il y eut à Berlin une manifestation de « parents indignés » qui se termina par la mise à sac des bureaux du ministère. Mais ce qui effraya le ministre Haenisch, ce n’étaient pas tant ces manifestations, à vrai dire assez habituelles dans le Berlin de 1918, que la pression politique massive que le parti du Zentrum, composante importante de la « coalition de Weimar », et la hiérarchie catholique exerçaient sur le gouvernement.

  • 4 La presse de l’époque signale que dans plusieurs villes d’Allemagne des lycéens constitués en « con (...)

17Un autre décret, du 27 novembre, portait plus clairement encore la marque de Gustav Wyneken et de son combat pour la Jugendkultur. S’adressant à la jeunesse scolaire, en passant par-dessus la tête de leurs enseignants, le ministère déclara que la jeunesse, compte tenu de sa conduite héroïque pendant la guerre et des sacrifices qu’elle avait consentis, ne pouvait plus être considérée comme « une masse immature tenue en tutelle ». Il annonça l’avènement d’une nouvelle éducation, où le rôle de l’école ne serait plus de couler tous les adolescents dans un moule unique, mais de les aider à participer eux-mêmes à leur éducation et à leur formation ; un lieu où l’esprit d’autorité et de soumission ferait place à l’esprit de liberté. C’est ainsi seulement que « les forces endormies et captives » de la jeunesse pourraient être libérées et qu’elle pourrait participer en toute responsabilité aux décisions qui la concernaient et qui déterminaient son existence. Le décret proposait la création dans toutes les écoles d’une assemblée paritaire où seraient débattues les questions concernant la vie de l’école. Même accompagné de mises en garde contre les abus possibles4 et contre le danger de politisation, le décret provoqua une levée de boucliers presque générale et finit aux oubliettes. Quant à Wyneken, il fut renvoyé au début du mois de décembre 1918.

  • 5 § 143 et suivants de la constitution de Weimar. Pour une analyse approfondie de cette constitution, (...)

18Les constituants réunis à Weimar n’avaient pas oublié les enseignants qui attendaient des réformes. Mais la marge de manœuvre de l’assemblée était étroite et il en résulta un texte5 qui se contentait d’énoncer trois principes fondamentaux, remettant à plus tard l’adoption d’une loi scolaire définitive par laquelle le Reich fixerait le cadre législatif que les Länder seraient tenus de respecter. Quant aux trois principes de base, ils se limitaient à affirmer la compétence « fondamentale » (mais non exclusive) du Reich en matière d’éducation, la mise en place d’un système éducatif unifié, structuré verticalement selon les degrés d’enseignement et horizontalement par types d’établissements, et enfin la généralisation des écoles primaires publiques interconfessionnelles (Gemeinschaftsschule), dispensant un enseignement religieux avec la participation des différentes confessions. Mais seule l’unification verticale a connu un début de mise en œuvre : le tronc commun de 4 années (Grundschule) débouchait sur différents types d’établissements : enseignement secondaire court (6 années) ou enseignement secondaire long, Oberschule ou Gymnasium (8 ou 9 années). Mais seul ce dernier ouvrait un plein accès aux études supérieures.

19Le règlement du problème des écoles publiques monoconfessionnelles fut repoussé aux calendes grecques. En attendant la promulgation de la future Loi scolaire du Reich (Reichsschulgesetz), il était stipulé expressément que les Länder pouvaient conserver leurs anciennes écoles monoconfessionnelles (§ 146,2) si les parents le demandaient. En 1921-1922, 16 % seulement des écoles primaires étaient interconfessionnelles ou laïques contre 55 % d’écoles monoconfessionnelles protestantes, 28,4 % d’écoles catholiques et 0,4 % d’écoles israélites. Le problème de l’enseignement religieux dans les écoles – monoconfessionnel ou interconfessionnel – restera une pomme de discorde dans la vie politique de la république jusqu’à la fin de celle-ci.

  • 6 Jacques Gandouly, Pédagogie et enseignement en Allemagne de 1800 à 1945, Presses universitaires de (...)

20Le § 148 prévoyait que toutes les écoles devaient viser à donner une formation morale, à développer l’esprit civique et les compétences personnelles et professionnelles, en respectant l’esprit du peuple allemand et l’entente entre les peuples. L’éducation civique et les travaux manuels devaient faire partie des matières enseignées à l’école (§ 148,3). On était loin de la Reformpädagogik. La conférence scolaire nationale (Reichsschulkonferenz) réunie le 20 juillet 1920 afin de préciser le contenu concret de la future loi scolaire et dessiner le nouveau visage de l’école de la république fut un échec. Certes tous les courants réformateurs étaient présents, ainsi que des représentants des mouvements de jeunesse, des professeurs de pédagogie, des ligues féministes, etc. Mais si ces « états généraux de l’éducation6 » donnèrent lieu à un déploiement impressionnant de projets et d’idées nouvelles, il n’en sortit aucune proposition concrète.

  • 7 Dieter Langewiesche & Heinz-Elmar Tenorth, « Bildung, Formierung, Destruktion. Grundzüge der Bildun (...)

21La loi scolaire « nationale » promise ne verra jamais le jour. L’école publique resta majoritairement attachée à ses valeurs traditionnelles et soucieuse surtout d’assurer la transmission des valeurs essentielles de la culture allemande et la cohésion de la communauté nationale. Le changement de régime politique n’avait pas incité beaucoup d’enseignants à prôner désormais l’idéal d’un citoyen émancipé au sein d’une nouvelle société démocratique ou une plus grande ouverture sur le monde extérieur. Portés par l’esprit général du temps, la plupart d’entre eux ont choisi comme objectif de retrouver, dans les difficultés de l’après-guerre, l’union sacrée du temps de guerre, l’illusoire solidarité du front. Pour cimenter la communauté du peuple allemand, ils privilégiaient le repli sur ses valeurs culturelles spécifiques du peuple allemand et prenaient leurs distances par rapport au modèle de la « civilisation » occidentale, comme par rapport au nouveau modèle oriental (soviétique). On a pu parler d’une « alliance conservatrice, antirépublicaine entre les enseignants et les parents d’élèves des lycées, les professions libérales et les universités7 ».

La situation dans les universités

  • 8 Cf. Konrad H. Jarausch, Deutsche Studenten 1800-1970, Frankfurt am Main, 1984, en particulier le ch (...)

22Contrairement à l’affirmation souvent répétée que les troubles de 1918-1919 avaient été une « révolution sans les étudiants », les étudiants allemands avaient bien été présents dans cette révolution, mais ils ont rarement été aux côtés des révolutionnaires. Les quelques tentatives pour mobiliser les étudiants dans des comités révolutionnaires ont fait long feu8, tandis qu’à l’autre extrémité de l’éventail politique, les étudiants conservateurs ou monarchistes refusaient d’accepter la défaite et l’effondrement de l’ordre impérial et se mobilisaient dans des milices étudiantes ou des corps francs pour combattre les insurrections communistes et spartakistes ou pour défendre les frontières.

23Pour les milliers d’étudiants qui peuplèrent les universités dans les années 1920, le bon vieux temps de l’insouciance estudiantine (Burschenherrlichkeit) n’était plus qu’un souvenir lointain, évoqué avec nostalgie par les plus anciens. Après avoir été désertées par une grande partie de leurs étudiants pendant les années de guerre, les universités allemandes voyaient affluer, la paix revenue, une foule d’étudiants qu’elles avaient du mal à accueillir. Alors qu’en 1913 les universités et autres Hochschulen allemandes comptaient 78 000 étudiants (25 000 en 1918), elles devaient en accueillir en 1920 près du double (150 000). Les difficultés économiques persistantes, le départ progressif des générations d’étudiants anciens combattants ramèneront les effectifs à 89 000 en 1925 (dont moins d’un dixième de sexe féminin : 8 000).

24Durant les premières années de la république de Weimar, la vie quotidienne des étudiants était placée sous le signe du désarroi et de la pénurie. Désarroi des esprits par la perte des valeurs et des références traditionnelles, par l’agitation liée aux événements politiques, alors que le milieu universitaire en avait été jusque-là plutôt préservé, par le mélange des générations où le jeune bachelier côtoyait l’ancien combattant à peine sorti de l’enfer des tranchées. À cela s’ajoutaient les difficultés matérielles, la pénurie de logements et l’inflation, d’abord rampante puis galopante, qui priva de ressources la plupart des familles et par conséquent aussi les étudiants.

25La situation ne changea pas fondamentalement après 1924. Au contraire, la normalisation de la situation économique au milieu des années vingt restreignait les possibilités d’emplois précaires dont dépendaient beaucoup d’étudiants. Comme les familles avaient souvent été ruinées par les conséquences de l’inflation, la situation restait difficile. Le milieu estudiantin ne bénéficia que peu de la relative prospérité des années 1924-1930 et l’explosion du chiffre des chômeurs au début des années 1930 le radicalisera de nouveau. Un système de bourses et d’aides de toutes sortes mis en place progressivement s’avérait de toute manière insuffisant. Le type de l’étudiant salarié, obligé d’accepter des emplois précaires, à mi-temps ou pendant les périodes de vacances, pour pouvoir subvenir à ses besoins devenait de plus en plus fréquent.

26Après la décrue enregistrée au milieu des années vingt, les effectifs des étudiants connurent de nouveau une forte croissance avec la crise économique (près de 140 000 en 1931). Les études supérieures devenaient pour beaucoup de ces étudiants un palliatif à l’absence de débouchés professionnels après les études secondaires. Mais le nouveau problème sera ce qu’on appelait le chômage des diplômés, la Akademikerarbeitslosigkeit. Et surtout cela modifiait les mentalités de la communauté universitaire en radicalisant les frustrations et l’esprit de concurrence. D’autant plus que la croissance des effectifs était surtout due à l’afflux d’une nouvelle population, issue des milieux de petits et moyens fonctionnaires, de techniciens et d’employés, qui attendait de l’université avant tout une chance de promotion sociale. Les enfants du Mittelstand représentaient, dans ces années, 46,8 % des étudiants (contre moins de 3 % de fils d’ouvriers).

  • 9 Cf. Jürgen Schwarz, Studenten in der Weimarer Republik. Die deutsche Studentenschaft in der Zeit vo (...)

27Rien d’étonnant à ce que le milieu estudiantin se soit politisé au cours des années de Weimar : une politisation progressive et majoritairement orientée à droite. C’était surtout dans le réseau très dense de la vie associative traditionnelle des étudiants allemands que se manifestait cette tendance. Dans les années vingt, les deux tiers des étudiants allemands appartenaient à des organisations traditionnelles, en principe « apolitiques », mais aux orientations idéologiques et politiques plus ou moins nettement conservatrices, tandis que le dernier tiers n’appartenait à aucune organisation Parmi les membres des corporations, Burschenschaften ou Landsmannschaften, seulement 5 % appartenaient à des associations soutenant le régime de Weimar9.

28L’on vit prospérer aussi de nouvelles formes de groupements ouvertement de droite, par exemple des « guildes » aux noms archaïques (Werdandi, Niblung, Pachantei, Wiking, Bergfried). La Deutsch-akademische Gildenschaft avait été constituée à Berlin en 1919 par des étudiants proches du Bund Jungdeutschland : elle s’est rapidement répandue dans d’autres universités allemandes et forma en 1923 la Großdeutsche Gildenschaft. C’étaient des groupes restreints, recrutés par cooptation et décidés à changer le visage de la jeunesse étudiante allemande, se mêleraient les traits du Wandervogel, de l’étudiant traditionnel et du soldat ; leurs tenues étaient à mi-chemin de celle des corporations et de celles du Wandervogel ; ils refusaient le duel (Mensur) et pratiquaient les sports et les randonnées. Proches de la droite nationaliste et raciste, ils avaient rejoint le Hochschulring Deutscher Art et entretenaient d’étroites relations avec les associations d’étudiants autrichiennes.

  • 10 Cf. Ulrich Ketelsen, « Die Jugend von Langemarck », in Th. Koebner et al. (éds), Mit uns zieht die (...)
  • 11 Explicitement ou de manière allusive, les références à Langemarck furent innombrables : ce fut auss (...)

29Les corporations cultivaient en particulier le souvenir de la « bataille de Langemarck » comme un mythe identitaire et mobilisateur10. Il renvoyait à un épisode des premiers mois de la guerre sur le front de l’Ouest. Au cours de la « course à la mer », l’état-Major allemand avait jeté dans la bataille des troupes « fraîches » de jeunes engagés volontaires, notamment d’étudiants, mal formés et mal encadrés. Lancées à la mi-novembre 1914 à l’assaut des positions anglo--françaises près d’Ypres, sans préparation d’artillerie suffisante et presque à découvert, elles furent fauchées par les tirs des mitrailleuses et subirent de très lourdes pertes. Le lendemain des événements, la presse allemande parlait de « régiments de jeunes soldats se lançant à l’assaut des positions ennemies en chantant Deutschland über alles », bousculant les premières lignes et ramenant 2 000 prisonniers et 6 mitrailleuses. Le compte rendu officiel, non publié, constatait en revanche que ces attaques avaient échoué et provoqué de terribles pertes humaines. Mais le mythe l’emporta et la littérature ne fut pas en reste11.

  • 12 En 1938, Baldur von Schirach s’en prenait encore à « ceux qui osent parler de l’absurdité du sacrif (...)

30Dans le mythe, « Langemarck » était inséparable de « jeunesse ». Les mouvements de jeunesse et les organisations d’étudiants de droite avaient fini par le confisquer à leur profit. Les discours prononcés à l’occasion des « rentrées solennelles » des universités faisaient abondamment usage de ce thème et l’Association générale des étudiants allemands (Deutsche Studentenschaft) organisa en novembre 1928 une grande fête commémorative à Berlin. L’éclat de cette fête, voulue aussi comme une déclaration de guerre politique au « système » de Weimar, actualisa le mythe de Langemarck : d’autres célébrations eurent lieu les années suivantes et une collecte de fonds organisée par la même association d’étudiants servira à la construction d’un monument à Langemarck. Après 1933, le régime national-socialiste s’empara à son tour de ce mythe qui lui servit à exalter l’esprit de sacrifice de la jeune génération et à motiver celle-ci en vue de la guerre à venir12.

2. Des mouvements de jeunesse en transformation

31La guerre et l’après-guerre ont changé le visage du mouvement juvéniliste, sa configuration et sa composition, et infléchi ses orientations majeures dans le sens d’une radicalisation des positions et des clivages. Sa visibilité dans la société allemande s’en est trouvée accrue sans que pour autant le sens de son action soit devenu beaucoup plus clair pour le monde extérieur et moins exposé aux malentendus. Le nombre des organisations de jeunesse s’étant multiplié par le jeu des scissions et des recompositions, le tableau était devenu presque illisible. En même temps, on a pu observer une certaine uniformisation des modes de vie et de pensée des organisations anciennes ou nouvelles : l’exemple des organisations anciennes, comme le Wandervogel, la Freideutsche Jugend ou les Pfadfinder, contaminait progressivement une grande partie de celles qui étaient restées jusque-là sous l’emprise de leurs familles politiques ou confessionnelles respectives… tandis que les organisations juvénilistes « historiques » étaient en crise et avaient du mal à s’adapter aux changements provoqués par la guerre et la défaite. L’histoire compliquée des organisations de jeunesse allemandes – institutionnelles ou spontanées – sous la république de Weimar était à l’image de l’histoire politique et sociale de la nouvelle Allemagne démocratique.

Déclin et disparition de la Freideutsche Jugend

32Vers la fin de la guerre, le débat politique avait fait irruption en force dans les rangs de la Freideutsche Jugend. Tandis que Wyneken lui-même, accaparé par ses responsabilités au ministère de l’Éducation de Prusse, resta en retrait, les jeunes adhérents du mouvement se lancèrent dans l’arène où les camps politiques s’affrontaient avec une violence croissante. D’un côté, le courant völkisch, de l’autre celui des révolutionnaires et, entre les deux, la grande masse des « apolitiques ».

  • 13 Le
  • 14 Cité d’après Rudolf Kneip, Jugend der Weimarer Zeit, Handbuch der Jugendverbände 1919-1938, Frankfu (...)

33Le premier courant, qui s’était déjà manifesté au cours de la guerre, était essentiellement animé par d’anciens membres du Wandervogel craignant la contamination de la Freideutsche Jugend par des idées révolutionnaires. Il manifesta une orientation résolument conservatrice, dans la continuité de l’action d’Otger Gräff et de son Greifenbund et conduisit, en août 1919, à la création du Jungdeutscher Bund 13. Selon le manifeste adopté lors de l’assemblée constitutive, son objectif était de rassembler tous les jeunes Allemands pour -constituer « une véritable commu-nau-té du peuple allemand et contribuer à fonder un Reich allemand comme base de [leur] existence en tant que peuple14 ». Sous des appellations différentes, ce courant survivra à la Freideutsche Jugend et nourrira pendant toute la période de Weimar un antidémocratisme résolu qui fera la litière du national-socialisme. Il fut rejoint progressivement par d’autres groupes partageant les mêmes valeurs (p. ex. Jungborn-Bund, Hochschulring deutscher Art, Wandervogel völkischer Bund, etc).

  • 15 Même Knud Ahlborn, principal adversaire de Wyneken et chef de file du courant « apolitique », se dé (...)

34De son côté, le courant révolutionnaire, qui avait pris de l’importance à partir de 1917, année de la reprise de contact de Wyneken avec la Freideutsche Jugend, se radicalisa et se rallia aux positions politiques de l’aile gauche de l’USPD, puis du parti communiste allemand (KPD). La fin de la guerre et les mois de la révolution semblèrent même pendant un moment vouloir faire basculer la Freideutsche Jugend tout entière dans le camp de la gauche politique15. Mais ce ne fut qu’un accès de fièvre sans lendemain. En effet, la majorité du mouvement ne voulait voir dans les événements révolutionnaires qu’une aspiration à la liberté et au changement intellectuel et moral du peuple allemand et comprit rapidement qu’elle se faisait des illusions.

35Ces controverses se traduisaient aussi dans les revues du mouvement et dans de nombreuses brochures. Un des principaux représentants de l’aile gauche de la Freideutsche Jugend, Karl Bittel, fera paraître à partir de la fin de 1918 des Politische Rundbriefe et Friedrich Bauermeister, un autre fidèle de Wyneken, avait dès 1916 lancé, dans une petite brochure éditée par E. Diederichs, le mot d’ordre de la « lutte des classes des jeunes » (Klassenkampf der Jugend), qui se terminait par ces mots :

  • 16 Friedrich Bauermeister, Vom Klassenkampf der Jugend, Jena, 1916, p. 15 (initialement publié dans le (...)

Que les classes dirigeantes tremblent à la perspective d’une révolution de la jeunesse ! L’esprit n’a rien à perdre, sauf ses chaînes. Jeunes de toute condition, unissez-vous !16

36En 1918, il renouvela son appel :

  • 17 Friedrich Bauermeister, « Der öffentliche Betrieb », in Absage u. Beginn, Leipzig, 1918, p. 8.

Notre politique ne doit pas s’occuper de ce qui existe, mais seulement de ce qui peut exister. Nous devons tout démolir de fond en comble et ensuite reconstruire à partir de zéro17.

  • 18 Alfred Kurella, « Der Einzelne und die Gesellschaft », in Wandervogel, avril 1918, p. 15. Voir auss (...)

37Dans la même brochure, un autre partisan fidèle de Wyneken, Alfred Kurella, ancien Wandervogel, qui adhéra peu après au KPD et sera après la Seconde Guerre mondiale haut dignitaire du parti communiste de la RDA, prônait la transformation de la société (Gesellschaft) en communauté (Gemeinschaft)18. Il avait déjà milité pour cette idée dans la revue du Wandervogel :

  • 19 A. Kurella, ibid.

Nous mettons tous nos espoirs dans l’esprit communautaire. Il assigne de lui-même à chaque membre de la communauté sa place et sa mission, sans avoir à donner d’ordres19.

  • 20 cf. Werner Kindt, Die deutsche Jugendbewegung 1920 bis 1933. Die bündische Zeit. (Dokumentation der (...)

38Ces discours, plus proches du socialisme utopique que de l’orthodoxie marxiste, montraient que ces jeunes cherchaient encore leur voie et espéraient pouvoir concilier les principes du Meissner avec la révolution. Dès 1923, Kurella dit adieu à cet idéal en même temps qu’il tourna le dos à la Freideutsche Jugend20 et s’engagea dans les combats politiques du parti communiste allemand.

  • 21 Harald Schultz-Henke, Die Überwindung der Parteien durch die Jugend, Gotha, 1921.

39Entre le courant völkisch et le courant révolutionnaire, la direction « centriste » du mouvement louvoyait et cherchait à maintenir un cap apolitique, ou du moins un engagement politique à l’écart des partis. C’est ce que préconisa entre autres Harald Schultz-Hencke dans une brochure de 1921 intitulée Überwindung der Parteien durch die Jugend21, où il fit valoir que tous les partis étant des représentants d’intérêts particuliers et pratiquant une politique au service de ces intérêts (Interessenpolitik), la jeunesse, qui se voulait au service des valeurs supérieures et qui était responsable de l’avenir de l’humanité, ne pouvait s’en contenter.

  • 22 Voir le compte rendu de cette réunion par Ernst Kantorowicz, in Freideutsche Jugend, août/septembre (...)
  • 23 Le 50e anniversaire du rassemblement du Meissner a donné lieu en 1963 à de nombreuses manifestation (...)

40Les courants se heurtèrent et s’affrontèrent au cours de plusieurs assemblées générales. Celle d’Iéna en avril 1919, qui a vu de violents affrontements sur des questions politiques22, n’apporta aucune clarification et ne déboucha sur aucune solution. De plus en plus souvent, les groupes les plus politisés furent mis à l’écart et exclus ou firent sécession en créant de nouvelles organisations, p. ex. la Entschiedene Jugend (Jeunesse radicale), ou en ralliant des organisations de jeunesse clairement politiques, à gauche comme à droite. L’assemblée de Hofgeismar (automne 1920) a vu une dernière offensive des « révolutionnaires » pour entraîner le mouvement dans son sillage. En vain : ils furent exclus de la Freideutsche Jugend, qui s’achemina de plus en plus clairement vers son éclatement définitif. L’agonie durera encore un certain temps. Après que Knud Ahlborn eut quitté la direction du mouvement, ses successeurs tentèrent de relancer le mouvement, mais sans succès. La revue Freideutsche Jugend cessa de paraître fin 1922 et en 1923, après une dernière assemblée pour commémorer le 10e anniversaire de la réunion du Meissner de 1913, le mouvement lui-même mit fin à son existence. Son souvenir resta cependant très présent23, et nombre de ses anciens membres gardèrent le contact entre eux et essayèrent de faire survivre l’esprit freideutsch malgré les vicissitudes de l’histoire.

41Pendant une décennie, entre 1913 et 1923, la Freideutsche Jugend a été le centre et l’organisation la plus représentative de la Jugendbewegung. Il est très significatif de la nature de celle-ci que son noyau ait été constitué par un mouvement aussi peu structuré, aussi divers par ses tendances, aussi vague par ses objectifs, aussi incapable de toute action concrète. Dans la Freideutsche Jugend se concentraient tous les courants, toutes les promesses et toutes les ambiguïtés du juvénilisme. Ce caractère était visible depuis le début : il suffit de se rappeler la diversité des organisations et des courants de pensée qui ont appelé au rassemblement du Hoher Meissner et qui ont participé à la création du mouvement. Il a été renforcé par le refus obstiné que la direction collégiale opposait à toute tentative pour mettre le mouvement au service d’une cause et pour lui donner un programme autre que celui, creux et ambigu, que proclama la déclaration du Meissner.

42La revue Die Freideutsche Jugend a été pendant près de dix ans un porte-parole du juvénilisme et le miroir de son évolution au cours de sa deuxième décennie. Son niveau était très supérieur aux revues du Wandervogel : le mouvement s’était intellectualisé, et les débats en son sein s’étaient approfondis, mais ils étaient restés stériles faute de montrer le chemin de l’action. L’éventail des thèmes abordés était d’une extrême diversité. On y parlait de religion, mais pas sous l’angle des confessions établies : il s’agissait plutôt d’une vague religiosité où les éléments de la pensée orientale (Chine, Inde) se mêlaient souvent à la tradition chrétienne. Dans le domaine artistique, on constatait un intérêt pour les tendances « modernes », en particulier pour l’expressionnisme et son côté messianique. Les thèmes politiques étaient bien présents : ils reflétaient toutes les luttes qui déchiraient le mouvement, ce que certains déploraient, car ils y voyaient la perte de « l’unité de la jeunesse ».

  • 24 Cf. Peter Dudek, Vom Schulmeister zum Menschen: Max Tepp, ein jugendbewegter Reformpädagoge, Schrif (...)

43Les questions d’éducation étaient celles qui suscitaient le moins de controverses : la Freideutsche Jugend militait pour une réforme profonde de l’école en tant que cellule élémentaire de la nouvelle Gemeinschaft dont rêvait le mouvement. Mais, non plus, cela n’allait pas jusqu’à un engagement véritable. Cette incapacité à s’engager qui caractérisait tout le mouvement lui fut souvent reprochée dans ses rangs mêmes. Le pédagogue réformateur Max Tepp24 la résumait ainsi : « Par peur de l’action, on s’enivre de paroles ». En laissant s’exprimer librement tous les courants qui agitaient la jeunesse allemande au cours de ces années, mais en refusant de choisir un engagement concret et de prendre part, en tant que mouvement, aux grands affrontements idéologiques et politiques de la guerre et de l’après-guerre, la Freideutsche Jugend était représentative de la Jugendbewegung et reste aujourd’hui encore une référence incontournable pour quelques nostalgiques.

Le renouveau du Wandervogel

44Quand les anciens du Wandervogel et de tous les autres mouvements de jeunesse autonomes sont revenus du front en 1918-1919, ils n’ont plus retrouvé les mouvements tels qu’ils les avaient quittés en 1914. Même s’il n’avait pas réussi à fédérer toutes les associations, le Wandervogel e.V. était devenu en 1913 le principal représentant du mouvement. Son responsable national (Bundesleiter) d’avant-guerre, Edmund Neuendorff, directeur d’école, avait été mobilisé et reprit ses fonctions au printemps 1919 pour se trouver confronté aux turbulences qui agitaient le mouvement. La guerre avait éclairci les rangs des étudiants qui encadraient les groupes et même ceux qui avaient survécu ne retrouvaient plus le contact avec les jeunes membres parmi lesquels se manifestaient déjà de nombreuses ambitions personnelles. La contestation se manifesta surtout au niveau des responsables régionaux (Gauleiter). On réclamait le rajeunissement de la direction nationale, la suppression de la tutelle par les Conseils de parents et d’amis et la modification des procédures de désignation des chefs. On voulait ramener la vie dans le mouvement et lutter contre la tendance à recruter massivement et sans discernement au détriment de la qualité et du dynamisme.

  • 25 « Ein Staat fester Jungengruppen ». Cette formulation semble préfigurer deux traits principaux de l (...)

45Au mois d’août 1919, un rassemblement national fut convoqué à Coburg pour l’élection d’une nouvelle direction nationale. Le déroulement du Bundestag fut chaotique, avec drapeaux rouges et distribution de tracts. Neuendorff déploya tous ses efforts pour apaiser les antagonismes sans se montrer trop autoritaire, et il eut beaucoup de peine à préserver l’unité du mouvement. En l’absence d’un candidat de rechange crédible, il fut réélu pour expédier les affaires courantes, flanqué d’une direction collégiale où étaient représentés les principaux courants contestataires. Lors de l’assemblée générale suivante, en mai 1920 à Kassel, présenta sa démission : il fut remplacé par un groupe de huit jeunes responsables représentant différentes régions et présidé par Rudolf Mehnert (1897-1920), pour qui le mouvement devait avoir le visage d’un « état » composé « de groupes soudés de jeunes gens »25. Le nom du mouvement fut changé en Wandervogel Deutscher Jugendbund.

46La question de la place des anciens dans le mouvement fut évoquée : la majorité du mouvement estimait que le Wandervogel était un mouvement pour les jeunes, un Jugendbund. Mais, sans doute par réaction contre la place que les filles avaient prise pendant la guerre dans l’encadrement et par le nouveau style qu’elles avaient introduit dans la vie des groupes, certains voulurent aussi qu’il redevienne un mouvement exclusivement réservé aux garçons, un Jungenbund. En invalidant ainsi une des décisions adoptées en 1914 au Bundestag de Francfort-sur-l’Oder, on revenait aussi à des positions défendues par Hans Blüher dès 1912.

47Rudolf Mehnert expliqua au nom de son Gau de Saxe que :

  • 26 Rudolf Mehnert, cité d’après Hermann Siefert, Der bündische Aufbruch 1919-1923, Bad Godesberg, 1963 (...)

… les filles ne sont pas à leur place dans le Wandervogel. Il faut en finir avec ce qui rappelle la sphère familiale […] Là où il y a des filles, c’est le règne de la Gemütlichkeit. On s’y sent satisfait, pas révolutionnaire. […] L’avenir appartient au mouvement de garçons : c’est pour beaucoup d’entre eux la seule possibilité de faire l’expérience de l’héroïsme26.

48L’initiative des Saxons ne resta pas isolée et fut suivie par d’autres groupes (en particulier par le Altwandervogel dès 1920). Il était prévu de s’expliquer sur cette question à l’occasion de la réunion suivante à Brême en septembre 1920. La disparition accidentelle de Mehnert permit à ses adversaires de faire machine arrière sur ce point : la décision sur l’admission des filles fut de nouveau laissée à l’appréciation des responsables régionaux et locaux et une nouvelle direction collégiale fut élue sur un « programme » modéré et traditionnel : il affirmait que le Wandervogel avait pour objectifs de satisfaire l’instinct migratoire (Wandertrieb) des Allemands ainsi que leur désir de changer de vie et de nouer des liens personnels.

49Dès le mois d’octobre 1920 les Saxons, marginalisés dans le mouvement, décidèrent de faire sécession. Ils furent imités en 1921 par le Gau de Silésie qui prit son indépendance sous la direction de Hans Dehmel (ancien initiateur et chef de la Wandervogel-Hundertschaft) et se déclara Jungenbund en excluant les filles. Mais le calme ne revint pas pour autant dans les rangs du mouvement restant. La direction collégiale fut changée à plusieurs reprises et en 1921, après un coup de force du nouveau responsable, le Bavarois Friedrich Kreppel décidant d’exclure toutes les organisations régionales qui ne correspondaient pas à ses critères de qualité, la disparition du Wandervogel e.V. n’était plus qu’une question de mois. Sa dissolution fut prononcée lors de la réunion de Merseburg (avril 1922).

  • 27 Entre autres : Altwandervogel, Jungwandervogel, Wandervogel-Jungenbund, Deutschwandervogel, Nerothe (...)
  • 28 Wandervogel- Wehrbund deutscher Jugend et diverses fédérations régionales de l’ancien Wandervogel e (...)

50Cela ne signifiait pas la fin du Wandervogel, mais la reprise de son éclatement en une multitude d’organisations, souvent régionales, parmi lesquelles certaines accueillaient uniquement les garçons27, d’autres étaient adeptes de la mixité28 et un certain nombre s’adressaient uniquement aux aînés du mouvement. Le Wandervogel avait atteint en 1914 son point culminant. Son déclin se manifesta moins par une baisse globale des effectifs que par la sclérose des organisations anciennes, par leur incapacité à se renouveler. Seules quelques ligues comme le Jungwandervogel ou le Nerother Wandervogel évitèrent de succomber à la routine et surent privilégier le dynamisme et l’imagination en pratiquant une politique élitiste.

  • 29 Voir ci-après un essai de représentation graphique de l’évolution des organisations portant le nom (...)

51Après la dissolution, en 1923, du Wandervogel e.V., ni le nom, devenu une référence quasi mythique, ni l’esprit particulier qui avait animé ce premier véritable mouvement juvéniliste ne disparurent. Au contraire, il y eut pléthore d’héritiers et de successeurs. Étant donné l’extrême éparpillement et la très grande instabilité institutionnelle qui caractérisaient à la fin des années 1920 l’univers des mouvements de jeunesse autonomes et en particulier les héritiers du Wandervogel d’avant-guerre, nous nous contenterons de signaler quelques-uns d’entre ceux qui réussirent à garder leur indépendance jusqu’au bout29.

52Contrairement au Altwandervogel, dont un tiers des groupes avait refusé de rallier le Wandervogel e.V. en 1912-1913, mais qui fut un des initiateurs du nouveau regroupement qui s’opéra au milieu des années 1925-1926 pour donner naissance à la Deutsche Freischar, le Jungwandervogel avait maintenu farouchement depuis 1910 son indépendance et affirmé ses spécificités, en particulier son élitisme dans le choix de ses membres, son refus de la mixité et son fonctionnement autocratique. « L’idée du Bund ne permet ni la liberté des individus, ni l’égalité des droits, elle exige la soumission ; commander et servir, c’est à cela que se résume l’essence du Bund », déclarait son chef Willie Jahn en 1921. Le Jungwandervogel devait payer le prix de son intransigeance par de nombreux conflits et de multiples sécessions : à la fin des années 1920, il était réduit à quelques centaines de jeunes.

53Le Nerother Wandervogel deutscher Ritterbund, créé en 1921 par les frères Karl et Robert Ölbermann, eut, lui aussi, une propension à mettre l’accent sur les notions d’élite, d’autorité du chef et d’obéissance à ses ordres, mais il sut enrober ces réminiscences féodales d’un rituel, d’un discours et d’activités ludiques et aventureuses qui correspondaient aux attentes de beaucoup de jeunes. De surcroît, la structure très décentralisée du mouvement en « ordres », représentant des affinités communes et non des régions, garantissait une grande proximité entre les responsables et les membres de leurs groupes. Le succès du Nerother Wandervogel se maintint jusqu’au bout et il comptait encore 1 500 membres au moment de sa dissolution forcée en 1933.

  • 30 Voir les mémoires de Karl Oelbermann, 50 Jahre Nerother Bund, Burg Waldeck, 1970 et les souvenirs d (...)

54Ses activités sédentaires avaient pour cadre le burg Waldeck dans le Hunsrück, que le mouvement avait restauré pendant des années. Mais c’était surtout par les grandes expéditions entreprises pendant les années 1920 et au début des années 1930 que les Nerother étaient devenus une sorte de légende dans le milieu de la Jugendbewegung30. Ces expéditions, au cours desquelles les groupes organisaient des représentations de théâtre amateur et des concerts de chansons folkloriques allemandes ou réalisaient des films, ont mené les Nerother dans toute l’Europe, du Cap Nord jusqu’au Péloponnèse, mais aussi en Égypte, en Union soviétique, aux Indes, en Chine et en Afrique de Sud. Contrairement aux expéditions de la Deutsche Freischar, le Nerother Bund n’allait pas à la découverte des minorités allemandes à l’étranger et ne se fixait pas pour objectif de maintenir et de renforcer la présence culturelle de l’Allemagne. Les expéditions des Nerother n’avaient d’autre but que de découvrir des peuples et des pays inconnus et de vivre des aventures exaltantes qui renforçaient la cohésion du Bund.

55Le Nerother Wandervogel n’avait aucune sympathie pour l’idéologie national-socialiste. Sans attendre d’être interdit, il mit tacitement fin à son existence en 1933 en omettant de se soumettre à l’obligation de déclaration exigée en 1933 par la Reichsjugendführung. Bien que dissous de facto, il continua pendant quelque temps ses activités habituelles dans la clandestinité. En juin 1935, Karl Ölbermann partit avec son groupe pour une expédition en Afrique. Il ne reverra l’Allemagne que dix-neuf ans plus tard. Son frère Robert, l’autre chef du mouvement, fut arrêté en février 1936 et mourut en 1941 au camp de concentration de Dachau. Le Burg Waldeck fut confisqué en 1937 : pourtant de nombreux membres et des petits groupes du Nerother Wandervogel ont continué à leur manière à résister, sans motivations politiques, à toutes les pressions et persécutions, seulement par fidélité à leurs camarades et à leur idéal juvéniliste.

La mue du scoutisme

56Alors qu’au lendemain de la guerre, les mouvements « autonomes » comme, par exemple, le Wandervogel cherchaient, dans leur majorité, à adopter un style et un mode de fonctionnement plus rigoureux, plus exigeant, voire héroïque (n’était-ce pas pour certains un des arguments décisifs pour exclure les filles ?), le mouvement scout n’avait qu’un désir, secouer la tutelle étouffante de la discipline militaire et des chefs appartenant au corps des officiers, et avoir droit, lui aussi, à sa part de sentiment, de passion et de rêve. Nés vers 1911 sous l’égide de l’état et de l’armée, les mouvements d’éclaireurs avaient déjà manifesté certaines réticences à obtempérer pendant la guerre aux tentatives pour embrigader les jeunes non encore mobilisables. À présent que la guerre était perdue et l’armée en pleine liquidation, le moment paraissait venu de prendre son indépendance et de rejoindre le groupe des mouvements de jeunesse autonomes. La principale fonction du scoutisme d’avant-guerre avait été la formation de citoyens loyaux, disciplinés et aptes à faire de bons soldats. L’écroulement de l’ordre établi, consécutif à la défaite, signifia la perte des repères et des valeurs sur lesquels reposait tout le mouvement. Il avait mis en lumière le caractère contingent de ces valeurs et contraint le mouvement à s’interroger sur sa légitimité et ses objectifs.

57Les velléités d’indépendance se manifestèrent dès 1919 en Brandebourg avec la création de la Jungdeutsche Pfadfinderschaft (Martin Voelkel, Helmuth Kittel e.a.) et en Bavière par la création de la Neudeutsche Pfadfinderschaft au château de Prunn en août 1919. Franz Ludwig Habbel, éditeur à Ratisbonne, qui avait publié dès fin 1918 une revue, Der Aufbau (qui deviendra Der Weisse Ritter par la suite), fut à l’origine de cette création, qui, selon lui, marquait la naissance du premier véritable mouvement Éclaireur en Allemagne. Dans leur manifeste, les « nouveaux éclaireurs » proclamaient leur idéal : être « jeunes et joyeux, mener leur vie dans la pureté et la vérité intérieure, soutenir activement toute cause juste et bonne » et suivre les chefs en qui ils avaient confiance. On n’est pas loin du discours juvéniliste.

58Les anciens chefs du DPB (Deutscher Pfadfinderbund), étaient considérés comme inaptes à comprendre et conduire les jeunes et ne jouissaient plus, de toute évidence, de la confiance des nouveaux éclaireurs, et ce sentiment était réciproque. Le conflit entre les rebelles et l’ancienne direction s’intensifia et conduisit fin 1920 à la rupture : les éclaireurs neudeutsch (Habbel) et jungdeutsch (Voelkel) s’unirent, quittèrent le DPB et créèrent le Bund der Neupfadfinder. D’autres créations suivirent entre 1920 et 1923 (Bund der Ringpfadfinder, Korpspfadfinder, Christliche Pfadfinderschaft et Deutsche Pfadfinderschaft). Finalement le DPB « maintenu » se décida, lui aussi, à suivre la voie de la rénovation et à se rapprocher par ses activités et ses discours des mouvements de jeunesse autonomes, tout en gardant son nom traditionnel.

59L’histoire du scoutisme allemand au temps de la république de Weimar ne s’arrêta pas en 1923 : créations, scissions, regroupements se poursuivront jusqu’à la fin, c’est-à-dire jusqu’à la dissolution de tous les mouvements autonomes par le régime national-socialiste en 1933. L’évolution qui a eu lieu au cours de ces premières années d’après-guerre constituait un tournant important dans l’histoire du mouvement juvéniliste. Alors qu’il y avait auparavant, d’un côté, le groupe des organisations autonomes, repliées sur elles-mêmes et sur leurs utopies romantiques et passéistes et, de l’autre côté, l’ensemble des nombreux mouvements de jeunesse créés par l’état, les églises et d’autres forces sociales et qui avaient enrôlé des masses de jeunes en les encadrant et en les contrôlant étroitement (Jugendpflege), à présent ce fossé se comblait.

60En même temps que le Wandervogel et ses proches aspiraient à des structures plus strictes et plus efficaces, des pans importants de la Jugendpflege commencèrent à s’affranchir de leurs tutelles et adoptèrent les comportements idéalistes et irréalistes des mouvements autonomes. Ce sera la signature de la Bündische Jugend qu’on peut résumer dans la dichotomie : romantisme et activisme. On peut en trouver une illustration dans le texte suivant présenté par les Neupfadfinder en 1920 (lors d’une rencontre à Potsdam) comme base de discussion pour la création d’une grande fédération :

Nous, les Neupfadfinder, recherchons un renouveau de notre vie intérieure et publique dans la foi en une future culture allemande. Celle-ci a besoin d’un nouvel homme et conduira à un nouveau Reich. C’est pourquoi, dans un esprit de chevalerie, nous voulons lutter pour l’avènement, dans notre vie personnelle et communautaire, d’une véritable humanité, dont la source et l’aboutissement seront l’amour, dont le bouclier sera la pureté et dont l’arsenal sera le désir toujours vigilant d’aider le prochain.

Les piliers sur lesquels repose la ligue des Nouveaux éclaireurs sont la communauté fraternelle, la fidélité indéfectible envers nos chefs et une manière de commander responsable.

  • 31 Cité d’après H. Siefert, 1963, Der Bündische Aufbruch, op. cit., p. 68.

Notre façon de vivre et de travailler sera rude et énergique. Le but qui se dresse devant nous est le nouvel homme et le nouveau Reich31.

La politique de la jeunesse sous Weimar

61Dans la continuité de la tradition d’avant-guerre, l’Assemblée nationale de Weimar adopta en 1922 une nouvelle loi d’Empire sur la jeunesse, définissant en particulier le cadre général des mesures de protection (Jugendfürsorge) ou d’éducation de la jeunesse en dehors de l’école (Jugendpflege). Cette loi –Reichsjugendwohlfahrtsgesetz (RJWG) – entra en vigueur en 1924. Elle proclamait, d’emblée, le droit de tous les enfants à l’éducation « physique, morale et sociale », spécifiait que des organismes publics ou privés devaient se substituer à la famille si celle-ci était défaillante et que les pouvoirs publics avaient un rôle de contrôle et d’intervention. La loi laissait aux autorités régionales ou communales le soin de mettre en œuvre cette politique, notamment par la création d’échelons administratifs spécifiques au niveau des communes, le Jugendamt.

62Les objectifs de cette intervention des pouvoirs publics dans l’éducation extra-scolaire des jeunes – enseigner le respect de l’autorité, l’amour de la patrie, l’hygiène publique, mettre en garde contre les poisons modernes (p. ex. alcool et « mauvaises lectures ») et contribuer à l’élévation du niveau culturel des masses populaires – n’étaient pas fondamentalement différents de ceux de la Jugendpflege d’avant-guerre, pas plus que les moyens mis en œuvre. L’état n’intervenait pas directement et se déclarait politiquement neutre, se contentant d’apporter quelques moyens matériels et d’en contrôler l’utilisation, mais la majorité des associations qui se chargeaient de mettre en œuvre cette formation des jeunes partageaient les valeurs traditionnelles de la société allemande et étaient même souvent plus radicales dans leur volonté de combattre les évolutions « pernicieuses » du monde moderne.

63Les associations et organisations actives dans ce domaine rassemblaient une partie importante de la jeunesse « organisée » et, sans être très innovantes, elles participaient à la diffusion et à la vulgarisation du discours et du style de vie « juvénilistes » des mouvements autonomes, dont elles subissaient l’influence à des degrés divers. Ce que ces organisations de la Jugendpflege – créées par les églises, les syndicats, les partis ou par d’autres forces sociales – adoptaient le plus facilement pour céder à la demande pressante des jeunes, c’étaient les formes de vie de la Jugendbewegung, en particulier une tenue « décontractée », très éloignée de l’uniforme des éclaireurs d’avant-guerre, mais loin aussi du débraillé provocateur qu’affichait volontiers le Wandervogel et de la tenue « bourgeoise » des groupes de la jeunesse confessionnelle et même de la jeunesse ouvrière d’avant-guerre.

64Les jeunes de ces groupes de la Jugendpflege demandaient aussi un surcroît d’acti-vités physiques et sportives, plus de randonnées, la pratique des danses folkloriques et du Volkslied. En revanche, le discours juvéniliste sur la valeur spécifique de la jeunesse, sa volonté de renouveler la culture dominante en substituant de nouvelles valeurs aux valeurs obsolètes de la société des adultes pénétrera moins facilement dans leurs associations. En fait, dans la plupart des groupes de la Jugendpflege, le socle des valeurs fondamentales restait intact et l’autorité morale des adultes largement inentamée, même s’ils laissaient aux jeunes membres un espace de liberté pour avoir l’air de satisfaire au principe que « la jeunesse doit être conduite par la jeunesse ».

65Même la principale organisation de gymnastes, la Deutsche Turnerschaft, avait entrepris après la guerre, sous la direction d’Edmund Neuendorff, ancien dirigeant du Wandervogel e.V., d’organiser les groupes de jeunes en s’inspirant du modèle du Wandervogel. Malgré les réticences des cadres de la Turnerschaft, la tentative fut couronnée de succès : en 1931 la Turnerjugend comptait 300 000 jeunes gens et 133 000 jeunes filles. Il en fut de même pour les organisations sportives socialistes réunies dans la Zentralkommission für Arbeitersport und Körperpflege e.V. qui comptait plus de 400 000 jeunes de moins de 18 ans (273 200 garçons et 129 000 filles).

66Le Jungdeutschlandbund (Ligue jeune Allemagne) était une survivance de l’empire. Sous le patronage du Generalfeldmarschall von der Goltz et sous l’impulsion des milieux nationalistes et militaristes allemands, il avait été mis en place en 1911 dans le cadre de la législation sur l’éducation péri- et postscolaire de la jeunesse (Jugendpflege) pour coordonner l’action des mouvements de jeunesse nationalistes et militaristes et, le cas échéant, pour pallier leurs insuffisances ou leur absence. Après la guerre, le Jungdeutschlandbund a survécu comme organisme privé et en poursuivant les mêmes objectifs qu’avant-guerre : coordonner l’action de mouvements de jeunesse attachés à la formation physique et morale des jeunes gens dans un esprit nationaliste et militariste. Il faisait le lien entre 36 ligues et mouvements parmi lesquels on retrouvait plusieurs mouvements scouts, les Adler und Falken, le Junabu et de nombreuses autres organisations nationalistes.

Mouvements de jeunesse protestants

67À l’époque de Weimar, les organisations de jeunesse protestantes, bien implantées dans la société allemande depuis la fin du xixe siècle, ont poursuivi leur travail éducatif et social dans les mêmes formes et les mêmes structures qu’avant la guerre, en les adaptant, le cas échéant, à la nouvelle législation. Ces mouvements, anciens ou de création plus récente, étaient majoritairement regroupés dans des fédérations nationales comme le Reichsverband der Evangelischen Jungmännerbünde Deutschlands ou son équivalent pour la jeunesse féminine, le Evangelischer Verband für die weibliche Jugend.

68Les idées et les activités de la Jugendbewegung, et notamment du Wandervogel, avaient depuis longtemps exercé une certaine attirance sur les jeunes protestants, une tendance que, le plus souvent, les dirigeants et mentors des mouvements de jeunesse protestants ne partageaient et n’encourageaient pas. Cependant, comme les jeunes protestants avaient moins de réticences et d’obstacles à vaincre que les jeunes catholiques pour adhérer directement à des mouvements non confessionnels comme le Wandervogel et la Freideutsche Jugend, qui se recrutaient majoritairement dans la population protestante, un certain nombre d’organisations de jeunesse protestantes sont allées au-devant des souhaits de la jeunesse pour éviter qu’elle ne déserte leurs rangs, et ont adopté, dès avant la Première Guerre mondiale, certains éléments des modes de vie et des activités du Wandervogel sans rien céder, pour autant, quant à l’éducation religieuse.

69Mais ce n’était pas suffisant pour certains mouvements comme l’Union des cercles bibliques (Bibelkreise), qui décida en 1919 de prendre son autonomie. Les jeunes adhérents prirent progressivement en main les rênes du mouvement. L’exemple fut suivi par d’autres organisations protestantes, par exemple en 1920 par le Bund deutscher Jugendvereine (BDJ) qui comptait plus de 20 000 membres en 1928 et qui pratiquait une politique de recrutement très ouverte, admettant aussi des enfants d’ouvriers et comptant presque autant de groupes de garçons que de filles (339 contre 302 plus 150 groupes mixtes).

70Certains groupes de la jeunesse protestante avaient commencé aussi à adopter des éléments de l’idéologie du scoutisme ainsi que ses signes extérieurs comme l’uniforme, les insignes et sa structure quasi militaire. Au lendemain de la guerre, ces groupes ont été réunis au sein du Scoutisme chrétien allemand (Christliche Pfadfinderschaft Deutschlands). À l’instar des mouvements qui ont quitté l’Union des éclaireurs allemands (DPB), les Éclaireurs chrétiens refusaient de jouer aux soldats et ne se distinguaient des Neupfadfinder que par une plus grande ouverture vis-à-vis du scoutisme international et par l’orientation religieuse de leurs activités spirituelles : aux mythes du nouveau Reich et du Chevalier blanc, ils préféraient l’étude de la Bible et la participation à des tâches missionnaires.

71Dès 1917, un groupe de jeunes filles protestantes avait quitté la fédération des associations protestantes de jeunes filles pour créer le mouvement Neuland. Elles aspiraient au renouveau de la vie dans un esprit chrétien et allemand, à un nouveau monde de pureté, de justice, de vérité et d’amour, « le règne de Dieu dans notre patrie ». Au retour de la guerre, d’anciens soldats et d’autres jeunes gens avaient rejoint le mouvement qui se scinda en 1921, la majorité de ses membres masculins créant une ligue qui associa dans son nom les deux valeurs considérées comme fondamentales, le Christ et la patrie allemande (Christdeutscher Bund). Ils voyaient, en effet, « dans la force du Christ le remède à la détresse de l’Allemagne » au lendemain de la guerre.

  • 32 Leur nom est celui de la petite ville qui a vu la création du mouvement.
  • 33 W. Hauer (1881-1962), orientaliste et professeur d’histoire des religions. Après la disparition du (...)

72Sous Weimar, le rapprochement des jeunesses protestantes avec les mouvements autonomes s’est accentué, multipliant les ruptures avec les autorités de tutelle et la naissance de nouvelles organisations. Ce fut le cas, par exemple en 1920, avec la création de la Ligue de Köngen32 (Bund der Köngener) par de jeunes protestants qui se disaient las du « dogmatisme rigide des vieux messieurs en noir qui présidaient les réunions ». Ils voulaient mener leur vie religieuse dans la liberté, avec Dieu pour seul guide. L’organisation, qui comptait des groupes de jeunes, d’étudiants et d’aînés et qui a été dirigée pendant plus d’une décennie par son « chancelier » E. W. Hauer33, a rejoint en 1927 la Deutsche Freischar, mouvement phare de la Bündische Jugend, tout en gardant ses structures, sa direction et ses caractéristiques. Le Bund der Köngener a repris son indépendance en 1930 après l’épisode de l’alliance conclue – et aussitôt dénoncée – entre la Deutsche Freischar et le Großdeutscher Jugendbund de l’amiral von Trotha.

Mouvements catholiques

  • 34 Franz Henrich, Die Bünde katholischer Jugendbewegung. Ihre Bedeutung für die liturgische und euchar (...)

73Tout comme les mouvements de jeunesse protestants, la majorité des organisations de jeunesse catholiques étaient regroupées dans un organisme central, la Katholische Jugend Deutschlands, créé en 1921 par 28 fédérations de la jeunesse catholique : entre autres les fédérations des associations paroissiales de jeunes gens ou de jeunes filles (Katholischer Jungmännerverband et Katholische Jungfrauenvereinigungen), les fédérations d’associations à base professionnelle (Burschenvereine, Gesellenvereine, Katholischer Jugendbund werktätiger Mädchen, etc.) ou celles des associations de lycéens, d’étudiants, etc. Les organisations de jeunesse catholiques de l’avant-guerre n’ont pas été touchées en profondeur par la guerre et la révolution. Le principe d’autorité et la présence aux postes de direction, à tous les niveaux, d’ecclésiastiques ou de laïcs très étroitement intégrés dans la vie de l’église ont réussi à freiner les ardeurs qui auraient pu se manifester dans la tourmente révolutionnaire34. Malgré cela, le changement fut sensible dans certains types d’organisations anciens et nouveaux.

  • 35 Ibid., p. 167.

74Créé en juillet 1919 à l’initiative de l’archevêque de Cologne, le mouvement Neudeutschland s’adressait aux jeunes catholiques fréquentant les établissements d’enseignement secondaire et se proposait de contribuer au relèvement religieux et moral du peuple allemand ; les groupes de jeunes étaient placés sous la direction de leurs professeurs d’enseignement religieux assistés par des laïcs. Les statuts de 1919 énuméraient les objectifs en mettant l’accent sur l’approfondissement de la foi catholique, le service de la patrie et les tâches sociales et caritatives, et non sur les activités ludiques, sportives et conviviales. Mais rapidement la « vague de fond du juvénilisme35 » atteignit aussi ce mouvement et changea non seulement les activités, le style de vie et les rapports avec la hiérarchie de l’église, mais aussi la structure du mouvement par groupes d’âge. En 1924, le groupe des Normannsteiner (du nom d’un de leurs lieux de réunions) prit son indépendance. Persécuté puis interdit sous le Troisième Reich, Neudeutschland fournit plusieurs figures emblématiques à la résistance contre le nazisme, en particulier le père Alfred Delp (cercle de Kreisau) et Willi Graf (du groupe de la Rose blanche).

75En 1920, les groupes qui, au sein de la confédération, pratiquaient les sports et la gymnastique, constituèrent une fédération spécifique intitulée Deutsche Jugendkraft (Force juvénile allemande). Les sections sportives et gymniques restaient au sein des associations catholiques respectives (en 1929 le nombre total des adhérents était d’environ 700 000 jeunes gens). Deux nouvelles associations ont vu le jour au sein de la Deutsche Jugendkraft en 1923, toutes deux mettaient en avant la pratique des randonnées : Jung Scharfeneck et Kreuzfahrer. Tandis que la première resta au sein de la Jugendkraft et eut à souffrir de la défiance de la hiérarchie au point de devoir renoncer à sa relative indépendance, les Kreuzfahrer purent survivre jusqu’en 1933 en se séparant de leurs membres les plus âgés et en se transformant en Kreuzfahrer-Jungenschaft.

76En 1920, les groupes qui, au sein de la confédération, pratiquaient les sports et la gymnastique, constituèrent une fédération spécifique intitulée Deutsche Jugendkraft (Force juvénile allemande). Les sections sportives et gymniques restaient au sein des associations catholiques respectives (en 1929 le nombre total des adhérents était d’environ 700 000 jeunes gens). Deux nouvelles associations ont vu le jour au sein de la Deutsche Jugendkraft en 1923, toutes deux mettaient en avant la pratique des randonnées : Jung Scharfeneck et Kreuzfahrer. Tandis que la première resta au sein de la Jugendkraft et eut à souffrir de la défiance de la hiérarchie au point de devoir renoncer à sa relative indépendance, les Kreuzfahrer purent survivre jusqu’en 1933 en se séparant de leurs membres les plus âgés et en se transformant en Kreuzfahrer-Jungenschaft.

77L’augmentation rapide des groupes de randonneurs dans divers types d’associations de jeunes gens catholiques a aussi donné lieu, vers la fin de la décennie, en 1929, à la naissance de la Sturmschar, qui, malgré les réticences d’une partie de la hiérarchie de l’église, a connu un succès notoire à cause du nouveau style qu’elle introduisait, mêlant le cérémoniel liturgique et le style juvéniliste (tenue, drapeaux, flambeaux, etc.). à l’occasion, les groupes défilaient avec tambours et trompettes. En 1934, la Sturmschar comptait près de 30 000 membres (dont deux tiers de jeunes).

78Le scoutisme a été introduit relativement tard dans les activités des groupes de la jeunesse catholique allemande. C’est seulement en 1928 que, sous l’influence des pays voisins, les premiers groupes d’éclaireurs catholiques allemands virent le jour, et c’est en 1929 que fut créée la ligue des « éclaireurs de Saint-Georges ». En 1934, elle comptait 13 000 membres. Malgré la dérisoire protection que leur conférait le concordat, la Sturmschar et la Pfadfinderschaft Sankt Georg furent les principales cibles des persécutions national-socialistes avant d’être interdites en 1939 comme l’ensemble des associations de jeunesse catholiques.

  • 36 Cf. ibid. et Hans-Jürgen Findeis, « Katholische Jugendbewegung und Romano Guardini », p. 329-254, i (...)

79La lutte contre les méfaits de l’alcoolisme fut une des premières causes au nom desquelles les organisations confessionnelles catholiques entrèrent en contact avec les mouvements de jeunesse autonomes et adoptèrent aussi, ce faisant, un certain nombre d’autres éléments du nouveau style de vie. Ce fut le cas notamment des mouvements Quickborn36 et Jungborn qui cherchèrent, entre autres, à étendre l’influence du mouvement anti-alcoolique dans les milieux scolaires. Créé par Bernhard Strehler à la veille de la Première Guerre mondiale, le Quickborn se répandit rapidement surtout grâce à sa revue éponyme. Il trouva son siège « mythique » en 1919 au château de Rothenfels, dans la vallée du Main, et son guide spirituel, le philosophe et théologien Romano Guardini, en 1920.

  • 37 Revue Quickborn, n° 3-4, 1923.

80Au lendemain de la guerre, Quickborn devint une référence pour toute la jeunesse catholique grâce à ses publications et au rayonnement de ses manifestations. Son indépendance par rapport aux autorités ecclésiastiques et le style non conventionnel de ses activités lui valurent aussi des inimitiés et médisances. Ses objectifs étaient un « renouveau religieux, intellectuel et moral » et « un nouveau rapport à la nature, aux choses, aux hommes, à la profession, au mariage, à l’art, bref, à toute la vie qui est la nôtre37 ». Le Jungborn, contrairement au Quickborn, ne se limitait pas aux élèves du secondaire. En 1926, une scission se produisit et donna naissance au Jungkreuzbund dont se détacha en 1928 le Katholischer Wandervogel.

81Dès 1915, certains jeunes du Volksverein für das katholische Deutschland avaient décidé de ne plus se contenter des activités compassées que leur proposaient leurs associations et de se créer un espace de liberté, notamment par la pratique des randonnées. Ce fut le début de la Großdeutsche Jugend. Contrairement au Quickborn, qui était un groupe homogène avec un lieu de ralliement et un guide intellectuel prestigieux, la Großdeutsche Jugend ne cherchait pas à devenir une organisation structurée, ni à recruter beaucoup de membres. Elle s’attachait à propager dans les organisations de jeunesse catholiques d’Allemagne, mais aussi d’Autriche et de Suisse, un nouvel esprit en plaidant pour une vie « de vérité et d’authenticité » et des nouveaux modes de vie inspirés de ceux du Wandervogel.

82Ceux qui partageaient ces idées restaient membres de leurs associations respectives où ils formaient de petits groupes qui restaient en contact par l’intermédiaire d’une revue éponyme. L’ensemble constituait une sorte de réseau trans-organisations et se voulait le levain d’une nouvelle jeunesse catholique. Rapidement, des cercles d’adultes animés par une même volonté de réforme éthique et politique de la vie naquirent à côté des groupes de jeunes. Lorsqu’en 1926 la conférence des évêques allemands réunie à Fulda exigea que toutes les organisations de jeunes ou d’adultes qui voulaient être reconnues comme étant catholiques aient un directeur spirituel mandaté par leur évêque et soumettent leurs revues à la censure de l’église, la Großdeutsche Jugend refusa de se soumettre et prit son indépendance.

83Les liens de certaines organisations de jeunesse catholiques avec des mouvements autonomes juvénilistes se sont renforcés aussi dans les années 1933-1939 quand les mouvements autonomes furent interdits et leurs membres transférés dans la Hitler-Jugend, alors que les organisations catholiques protégées par l’église étaient tolérées grâce au concordat, à condition de renoncer à se manifester en public. Dans des groupes semi-clandestins comme le Grauer Orden (où milita Willi Graf, résistant exécuté, membre de la Rose blanche) d’anciens membres de mouvements autonomes rejoignaient souvent les rangs des catholiques pour pouvoir poursuivre leurs activités.

Mouvements juifs

  • 38 Une confédération regroupant la plupart des mouvements de jeunesse juifs (Reichsausschuss der jüdis (...)
  • 39 Cf. Hermann Meier-Cronemeyer, Jüdische Jugendbewegung, op. cit.

84Le souffle de liberté apporté par la révolution et l’instauration de la démocratie de Weimar a été contrebalancé par la droitisation de beaucoup de mouvements de jeunesse allemands. Par réaction, les jeunes juifs allemands ont multiplié et parfois radicalisé leurs propres mouvements en accentuant leurs spécificités sociales, culturelles, religieuses ou politiques (notamment sionistes)38. La communauté juive avait créé, bien avant la Première Guerre mondiale, ses propres organisations de jeunesse, notamment le Wanderbund Blau-Weiß, pour offrir une alternative au Wandervogel; au lendemain de la guerre, le Blau-Weiß, tout comme le Wandervogel, traversa une période de crise qui se termina en 1926 par l’éclatement du mouvement. Alors que la guerre lui avait permis de prouver que son patriotisme ne le cédait en rien à celui du Wandervogel, notamment par l’engagement volontaire de beaucoup de ses cadres, au lendemain de la défaite un tournant s’amorça qui se concrétisa en 1922. Sous la direction de Walter Moses, Blau-Weiß se transforma en un mouvement rigoureusement structuré à visée clairement politique. Son objectif était à présent de préparer les jeunes juifs d’Allemagne à l’émigration vers la Palestine, et de fait, grâce à lui, des centaines de jeunes membres émigrèrent dans les années 1920 et 1930 en Palestine où ils imprégnèrent notoirement l’esprit des kibboutz39.

  • 40 Cette fusion fut décidée lors d’un rassemblement en un lieu mythique, le Hoher Meissner. Depuis 192 (...)

85L’autre organisation de jeunesse créée avant la guerre, le Jung-jüdischer Wanderbund, traversa les turbulences et survécut aux scissions et recompositions jusqu’en 1933. Elle illustre aussi le parcours caractéristique des mouvements de la jeunesse juive dans l’entre-deux-guerres. En 1920, elle voulut secouer la tutelle des adultes de la fédération des associations de jeunesse juives et mener une vie juvénile comme celle du Wandervogel, dont elle imitait aussi les tenues, les activités et les usages culturels et sportifs, tout en observant par ailleurs les règles alimentaires et les fêtes juives. Dès 1922, le sionisme commença à gagner le mouvement, d’abord sous sa forme culturelle. En 1925, le Jung-jüdischer Wanderbund fusionna avec le mouvement Brit Haolim40 dont il adoptera aussi, en 1930, le nom et l’objectif de colonisation en Palestine. En 1933, Brit Haolim fusionna avec le mouvement Kadimah, né en 1926 par le regroupement d’éléments issus des Kameraden, de Blau-Weiß et de l’Union des éclaireurs juifs (Bund jüdischer Pfadfinder). Le regroupement prit le nom de Habonim Noar Chaluzi.

86En même temps, de nouvelles organisations se constituèrent qui, tout en cherchant à offrir à la jeunesse des lieux de sociabilité et des activités conformes à leurs besoins et à leurs aspirations, s’efforçaient de développer en elle la conscience de la spécificité culturelle et religieuse de sa communauté. Le mouvement créé en 1919 sous le nom de Deutsch-Jüdischer Wanderbund Kameraden avait été créé dans l’illusion que la jeune génération pouvait réaliser la synthèse entre judaïsme et germanité. Après un succès initial, le mouvement périclita au bout de quelques années : des scissions se multiplièrent jusqu’à l’éclatement en 1932. Mais l’espoir avait la vie dure : le principal successeur des Kameraden s’intitula encore Werkleute. Bund deutsch-jüdischer Jugend.

Autres courants religieux et philosophiques

  • 41 Qui était affiliée à une union mondiale dont le siège était à Boston (Mass

87La fédération des unions de jeunesse évangéliques libres réunissait les mouvements de jeunesse de différentes communautés évangéliques non intégrées dans les églises officielles : baptistes, mennonites, méthodistes ainsi que les mouvements de jeunesse protestants hors église, comme l’Union des jeunes pour un christianisme résolu (Jugendbund für entschiedenes Christentum41) ou les groupes de jeunes de la Communauté évangélique d’Allemagne (Evangelische Gemeinschaft in Deutschland). Il y avait aussi des mouvements de jeunesse des adventistes du septième jour et des mormons (église des saints des derniers jours).

88Des groupes dissidents de jeunes protestants, anciens membres de la Freideutsche Jugend ou du Bund der deutschen Jugendvereine, avaient créé en 1919, sous l’influence du mouvement chrétien-social suisse, une communauté de vie dans une ferme près de Schlüchtern (d’où leur nom de Schlüchterner Jugend). Leur double motivation, à la fois religieuse (nostalgie du christianisme primitif, œcuménisme et exaltation mystique) et sociale (vie communautaire, travail artisanal et agricole, partage des biens), provoqua des conflits et une scission : en 1922, le groupe Neuwerk qui, sous la conduite de l’écrivain Eberhard Arnold, voulait privilégier le rôle social du mouvement, fonda une nouvelle communauté et se rallia au Freideutscher Werkbund. Un groupe mystico-juvéniliste se forma en 1921 autour de Fritz Bühler et décida de quitter le mouvement des Wanderscharen. Le groupe, qui s’appela Cercle allemand (Deutscher Kreis) à partir de 1927, ne visait pas, contrairement au Neuwerk, la création d’une communauté de vie permanente, mais organisait des camps et des fêtes au cours desquelles les exercices sportifs se mêlaient à des rituels pseudo-religieux ou des manifestations littéraires.

89La Ligue des libres penseurs eut aussi son mouvement de jeunes en 1927 (Bund der Freidenkerjugend) par regroupement de la Freigeistige Jugend avec la Proletarische Freidenkerjugend et la Monistische Jugend. Elle déclarait en 1930 avoir 50 groupes locaux avec 3 000 à 4 000 membres. La Ligue de la jeunesse libre (Bund freier Jugend) réunissait, quant à elle, dans ses groupes européens, américains et asiatiques, des jeunes à la recherche d’une nouvelle forme de convivialité juvénile dans l’esprit de la théosophie, de l’anthropologie et d’autres courants mystiques modernes. La mouvance maçonnique était présente aussi dans l’univers des mouvements de jeunesse avec différentes organisations comme l’Ordre De Molay (De-Molay-Orden) venu d’Amérique ou les écuyers de Saint-Georges (Gefolgschaft der Georgenknappen), groupe fondé en 1926 à Dresde. Les physiocrates avaient aussi leur mouvement (Physiokratische Jugend), tout comme les adeptes d’un retour à la « foi lumineuse de l’âme germanique » et de la « réalisation d’une communauté de vie et de sang nordique » (Orden der Nordungen, créé en 1929).

3. Jeunesses du mouvement ouvrier

90La guerre et les événements de l’après-guerre n’ont pas manqué de laisser des traces aussi dans l’histoire des mouvements de jeunesse socialistes, même si leur principale autorité de tutelle, le SPD, n’avait pas souffert de l’effondrement du régime impérial et de l’ordre politique ancien, mais au contraire en était ressortie renforcée. En 1914, la majorité des organisations de jeunesse socialistes était regroupée sous l’égide du SPD et des syndicats d’obédience socialiste dans un organisme central présidé par Friedrich Ebert, le futur premier président de la république de Weimar. À travers ses commissions locales, cette Zentralstelle für die Arbeitende Jugend Deutschlands pilotait les activités des jeunes et exerçait une tutelle, souvent ressentie comme lourde et importune par les groupes de jeunes, qui cherchaient volontiers à s’y soustraire. Un certain nombre de groupes avaient d’ailleurs réussi à établir avec leurs autorités de tutelle locales des relations qui leur laissaient une certaine autonomie. Mais les termes de la loi de 1908 sur les associations ne leur permettaient pas d’aller très loin dans leur désir d’indépendance.

La Jeunesse ouvrière socialiste cherche à s’émanciper

91Cet obstacle tomba avec la révolution et la création de la république de Weimar. Dès l’été 1919, la Centrale changea son nom en Fédération des associations de la jeunesse ouvrière d’Allemagne, devenue, deux ans plus tard, Fédération de la jeunesse ouvrière socialiste. Indépendamment des changements de nom, c’était un nouvel esprit qui tentait de se faire une place dans le mouvement avec une certaine contamination par les idées du juvénilisme. Dès avant la guerre, beaucoup de responsables politiques du SPD avaient déploré l’attrait qu’exerçait l’exemple des mouvements autonomes comme le Wandervogel, dont les groupes de la jeunesse ouvrière aimaient copier, autant que possible, les modes de vie, sans pour autant reprendre à leur compte les options politiques et sociales.

92Au cours du premier « rassemblement national de la jeunesse » à Weimar en 1920, ces tendances se sont manifestées clairement parmi les jeunes, au grand étonnement des hiérarques du parti et des syndicats. Mais la contamination allait plus loin et concernait aussi des groupes de jeunes adultes et d’étudiants qui avaient établi au cours de la guerre le dialogue avec l’aile gauche du mouvement freideutsch, adoptant certains éléments des discours et des aspirations de cette jeunesse « bourgeoise ». Ces courants se sont concrétisés dans de nouvelles associations, par exemple le IJB (Internationaler Jugendbund) créé dès 1917 par le philosophe Leonard Nelson, ou dans les groupes encore informels des Jungsozialisten qui proclamèrent après le rassemblement de Weimar en août 1920 :

  • 42 Cf. W. Kindt, Die deutsche Jugendbewegung 1920 bis 1933 (Dokumentation der Jugendbewegung t. 3), p. (...)

Nous voulons davantage, nous avons des ambitions plus hautes [que les adultes]. Nous commençons à reconnaître que la lutte des classes politique et économique ne suffit pas pour réaliser le socialisme. Nous voulons devenir des hommes nouveaux, de vrais socialistes. Nous voulons donner vie au parti en lui insufflant notre esprit, afin qu’il devienne le parti de l’avenir. Nous exigeons du parti qu’il accorde pleine liberté à nos aspirations42.

93Même les plus jeunes, les membres de la SAJ, trouvèrent des accents proches de ceux de la Jugendbewegung. Lors du rassemblement de Weimar en 1920, ils proclamèrent :

  • 43 Cf. E.R. Müller, Das Weimar der arbeitenden Jugend, Arbeiterjugend Verlag, 1920.

Jeunesse et socialisme. Dépasser les revendications et les objectifs des vieux. Le socialisme n’est pas seulement affaire de raison critique, mais aussi affaire de cœur […] voilà le sens de notre mouvement de jeunesse43.

  • 44 « Les temps nouveaux marchent à nos côtés ». Hermann Claudius (1878-1980), instituteur, auteur de n (...)

94Ils ne se contentaient plus d’une éducation purement politique consistant à mémoriser la doctrine et le catéchisme marxistes, mais réclamaient une éducation qui englobât aussi les valeurs de la tradition culturelle, de l’art et de la religion et demandaient qu’on reconnaisse à la jeunesse un espace de vie permettant le libre épanouissement de la personnalité. Et ils prétendaient apporter leur contribution propre à l’avènement du socialisme, à la victoire de l’amour au sein du peuple et entre les peuples et concluaient : « Nous voulons le renouveau du socialisme par l’action et l’exemple de notre mouvement de jeunesse. » C’est l’annonce de ces « temps nouveaux » en marche avec la jeunesse, selon les paroles de la célèbre chanson de Hermann Claudius, « Mit uns zieht die neue Zeit »44, popularisée dans les mouvements de jeunesse à l’occasion de ce rassemblement de Weimar en 1920 et qui devint rapidement un bien commun de toute la Jugendbewegung.

Les « Jeunes socialistes » sous Weimar

  • 45 Erich Ollenhauer (1901-1963) succédera en 1952 à Kurt Schumacher comme président du SPD et fut par (...)
  • 46 Johannes Schult, Aufbruch einer Jugend. Der Weg der deutschen Arbeiterjugend, Bonn, 1956.

95Dans l’euphorie des premiers temps de la république, le SPD avait laissé la bride sur le cou à sa jeunesse. Mais avec l’apparition des premières difficultés politiques, la reprise en main eut lieu progressivement. On laissa aux jeunes les formes extérieures, le col Danton et les culottes courtes, symboles de leur liberté conquise, on développa les activités artistiques et intellectuelles, mais l’objectif central redevint la formation de la relève des adhérents du parti et des syndicats sociaux-démocrates. La reprise en main s’accentua encore plus après le rassemblement de Bielefeld en 1921 et la création de l’Internationale de la jeunesse ouvrière. La SAJ (Sozialistische Arbeiterjugend) fut présidée par Max Westphal tandis que le secrétaire général, Erich Ollenhauer45, assurait le contact avec la direction du parti et la direction du journal Arbeiterjugend. La SAJ comptait, fin 1920, 75 000 membres et les deux tiers des 11 000 « permanents » étaient âgés de moins de 18 ans46. En 1923, la Jeunesse socialiste prolétarienne rejoignit la SAJ, dont les effectifs atteignirent 105 000 membres, ce qui en faisait le principal mouvement de jeunesse de la gauche. D’autres organisations viendront encore s’y adjoindre, mais l’effectif cumulé n’augmentera plus jusqu’à la fin des années 1920.

96Sous le nom de Jeunes socialistes (Jungsozialisten), des groupes d’anciens membres des associations de la jeunesse ouvrière s’étaient constitués spontanément vers 1919-1920 afin d’approfondir leur réflexion sur le socialisme. Ils se sentaient à l’étroit sous la tutelle du parti social-démocrate, à l’égard duquel ils cherchaient à garder leur indépendance. Ils maintenaient un contact et un dialogue permanents avec des jeunes appartenant à d’autres familles de pensée, jeunes catholiques, jeunes protestants et membres des mouvements de jeunesse autonomes, notamment de la Freideutsche Jugend. Pour eux, la lutte des classes, politique et économique, ne suffisait pas pour réaliser le socialisme : le socialisme devait être une aventure intellectuelle et leur objectif était de

  • 47 Franz Lepinsky, Die jungsozialistische Bewegung, Berlin, 1927.

former une génération vivant son destin social de façon pleinement consciente, une jeunesse qui consacrait toutes ses forces à l’instauration d’un nouvel ordre du monde dans l’esprit du socialisme47.

97En 1931, les Jeunes socialistes, qui comptaient alors 12 000 membres des deux sexes âgés de 20 à 25 ans, réintégrèrent le SPD. Un certain nombre d’entre eux rejoignirent le courant du national-bolchevisme – « ni droite, ni gauche » – et, sous le Troisième Reich, on en retrouvera d’autres dans la résistance à Hitler (Th. Haubach, G. Dahrendorf) ou en exil (Willy Brandt).

98Proche intellectuellement des Jeunes socialistes, tout comme de la Freideutsche Jugend avant la disparition de celle-ci, mais sans lien institutionnel avec eux, le Internationaler Jugendbund (Union internationale de la jeunesse), une création du philosophe Leonard Nelson, prônait un socialisme fondé sur une éthique strictement rationnelle et sur le principe de l’équité. Ses relations avec le SPD étaient conflictuelles et conduiront à la rupture en 1926. L’organisation changea de nom et s’appela Internationaler sozialistischer Kampfbund (Union combattante socialiste internationale).

99L’association des Amis de l’enfance (Kinderfreunde), fondée en 1919 par des parents et des enseignants socialistes désireux d’éduquer les enfants en bons socialistes et de les soustraire à l’influence exclusive de l’école « bourgeoise », comptait en 1932 environ 150 000 enfants de moins de 14 ans. Les plus jeunes, appelés Jeunes Faucons, étaient initiés aux activités de plein air (monter une tente, nager, s’orienter, etc.), mais apprenaient aussi ce que signifiait le fait d’être des enfants d’ouvriers et des jeunes socialistes. Les plus âgés, les Faucons rouges, rejoignaient la jeunesse ouvrière socialiste (SAJ) à la fin de leur scolarité. Ils y pratiquaient des activités proches de celles du scoutisme. Pour les plus jeunes, il y eut aussi des « républiques d’enfants », de grands rassemblements, dont le dernier s’est tenu en 1932 près de Paris, réunissant 900 enfants français, allemands, belges et suisses.

100Dans le même ordre d’idées, il faut citer les groupes de jeunes excursionnistes de l’association des Amis de la nature (Naturfreunde) qui comptait environ 30 000 membres en 1920, ainsi que le Jungbanner, mouvement de jeunesse du Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold (Ligue de la bannière d’empire) créé en 1924 pour faire pièce au Stahlhelm, organisation de droite résolument hostile au nouveau régime républicain. Le Jungbanner, qui pratiquait les randonnées et la gymnastique tout en donnant à ses membres une formation pratique et civique (républicaine), comptait, en 1931, 220 000 membres de 14 à 18 ans et 485 000 membres de 18 à 25 ans. Il fut interdit dès le mois de mars 1933, en même temps que le Reichsbanner.

À la gauche du SPD

101L’aile gauche, révolutionnaire, du SPD avait pris progressivement ses distances par rapport à la majorité réformiste et cessé au cours de la guerre de collaborer avec l’organisme central pour la jeunesse ouvrière (Zentralstelle für die arbeitende Jugend Deutschlands). Fin 1918, des groupes proches de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg avaient fondé la Jeunesse socialiste libre (Freie Sozialistische Jugend Deutschlands). Après la création du parti communiste allemand (KPD), des transfuges de la Jeunesse socialiste libre créèrent la Jeunesse ouvrière communiste (Kommunistische Arbeiterjugend). Mais les rapports de ce mouvement avec la direction du parti se détériorèrent rapidement à cause des positions radicalement révolutionnaires de ce groupe, de son hostilité envers une organisation strictement centralisée et de son refus de participer aux élections parlementaires, au travail syndical et aux luttes politiques ou économiques du jour. De ce fait le mouvement déclina rapidement et ses effectifs tombèrent à 500 adhérents.

102La Fédération de la jeunesse communiste (Kommunistischer Jugendverband Deutschlands, KJD) était elle aussi issue de la Freie sozialistische Jugend et avait vu ses rangs grossis par les apports successifs de groupes de diverses provenances, entre autres par l’arrivée, en 1921, de la Jeunesse radicale (Entschiedene Jugend) qui jusque-là faisait partie de la Freideutsche Jugend. Le Jugendverband se compo-sait de deux sections : les Jeunes Spartakistes (Jungspartakus) pour les jeunes de 10 à 16 ans et le Jeune Front rouge (Rote Jungfront) pour ceux de 16 à 21 ans. Viendront également s’agréger à la Fédération de la jeunesse communiste les sections de jeunesse de différentes organisations communistes, comme le Secours rouge, le Secours ouvrier international, l’Union des femmes et des jeunes filles et les associations sportives ouvrières communistes.

103Cet ensemble disparate était étroitement intégré au parti communiste, même si les activités et les modes de fonctionnement variaient en fonction de l’âge, du sexe et de l’origine des différentes composantes. Alors que les activités des jeunes spartakistes étaient celles d’un véritable mouvement de jeunesse avec camps, randonnées, etc., le Rote Jungfront, quant à lui, était considéré comme une force d’appoint pour les milices paramilitaires du parti (Roter Frontkämpferbund) et participait à l’encadrement des réunions politiques et aux combats de rue. Cela lui valut d’être interdit en 1930, mais il put renaître sous le nom de Jeune garde antifasciste. Tous ces mouvements de jeunesse faisaient également partie de l’Internationale de la jeunesse communiste fondée en 1919 à Berlin.

104Quelques mouvements de jeunesse gauchistes comme la Syndikalistische Jugend, qui avait rejoint la jeunesse anarchiste (Anarchistische Jugend), rejetaient la tutelle des partis et de l’ancienne génération d’une façon générale. Convaincus que le « mouvement de la jeunesse était une idée anarchiste », un idéal en soi, ils ne refusaient cependant pas de participer aux luttes de la classe ouvrière en vue d’abattre l’ordre social existant et d’instaurer un socialisme sans dominés ni dominants. Comme les juvénilistes, ils revendiquaient pour les jeunes le droit au libre épanouissement de la personnalité. Ils étaient aussi très actifs dans le mouvement pacifiste « Plus jamais de guerre ! » (Nie wieder Krieg).

Mouvements de jeunesse des syndicats

105De très nombreuses organisations professionnelles ou syndicales avaient une branche pour la « jeunesse », qui assurait aux jeunes adhérents la défense de leurs intérêts professionnels et sociaux spécifiques, un complément de formation et d’éducation (professionnelle et sociale, mais aussi morale), des occupations de loisirs et des séjours de vacances ainsi que des caisses de secours. Certains de ces mouvements de jeunesse dataient du début du xxe siècle, d’autres étaient de création plus récente. Dans ces mouvements aux effectifs parfois impressionnants, certains groupes furent tentés par le modèle des mouvements de jeunesse autonomes et prirent leur indépendance.

106Après avoir été hostiles à la création d’une organisation de jeunesse socialiste spécifique, les syndicats proches du SPD (Allgemeiner Deutscher Gewerkschaftsbund, ADGB) s’étaient joints au parti social-démocrate pour soutenir en les contrôlant les mouvements de jeunesse socialistes, à partir de 1908. Cette collaboration se poursuivit après la guerre au sein de la Centrale pour la jeunesse ouvrière (Zentralstelle für die arbeitende Jugend Deutschlands), sur la base d’une certaine répartition des tâches : les syndicats laissant au parti l’aspect politique de la formation des jeunes et se concentrant sur les aspects économiques, physiques et culturels. En 1930, les organisations regroupées dans le Jugendsekretariat comptaient plus de 300 000 jeunes. à cela il faut ajouter les quelque 30 000 membres du Syndicat des employés (Reichsjugendgruppe im Zentralverband der Angestellten), lui aussi proche du SPD.

107D’autres syndicats et groupes professionnels avaient également des branches pour la jeunesse, dont ils déterminaient à la fois les modes et moyens de fonctionnement et les orientations idéologiques, confessionnelles ou politiques. Du côté des syndicats chrétiens, outre les « précurseurs » comme les associations de compagnons, d’autres organisations plus récentes avaient été créées par exemple pour les jeunes professionnels du secteur commercial (Jugendbund im Verband katholischer kaufmännischer Vereinigungen Deutschlands, 12 500 membres en 1930, dont des sections d’éclaireurs, Jungmercuria). Sous la république de Weimar, la plupart des syndicats chrétiens étaient fédérés, sur une base interconfessionnelle, au sein du Deutscher Gewerkschaftsbund (DGB), particulièrement présent dans les régions à majorité catholique. Leurs effectifs atteignaient vers 1930 environ 600 000 adhérents, dont 120 000 jeunes. Ils se cantonnaient à la formation de leurs jeunes adhérents dans un esprit chrétien de réforme sociale et sur des sujets d’économie et de société.

108Le troisième grand ensemble d’organisations syndicales, celui des syndicats libéraux, ni socialistes, ni confessionnels (anciennement Hirsch-Dunckersche Gewerkvereine, puis Verband der deutschen Gewerkvereine), se voulait politiquement neutre, mais était proche des partis libéraux et préférait la négociation et la conciliation à la lutte des classes. Sous Weimar, cet ensemble déclina rapidement (moins de 150 000 adhérents en 1931). Depuis 1919, il formait le Gewerkschaftsring deutscher Arbeiter, Angestellten und Beamtenverbände avec notamment le Ring deutscher Beamtenverbände et la confédération des syndicats d’employés (Gewerkschaftsbund der Angestellten, GDA). Toutes les organisations syndicales regroupées dans le Gewerkschaftsring avaient des branches pour la jeunesse où elles se consacraient principalement à la formation et au perfectionnement professionnel de leurs jeunes membres (p. ex. environ 50 000 pour le Jugendbund im GDA en 1930, avec une branche pratiquant le scoutisme).

109À lextrême droite de léventail politico-syndical, on trouvait les organisations de jeunesse issues de la Fédération nationale allemande des employés de commerce (Deutschnationaler Handlungsgehilfenverband, DHV). De ce mouvement (créé en 1904) s’était détaché en 1909 un groupe de jeunes randonneurs, les Fahrende Gesellen (4 000 membres en 1912). Après la guerre, ce Bund fut secoué par des revendications demandant un rapprochement avec la Jugendbewegung et l’ouverture à tous les jeunes « attachés au Volkstum allemand », ainsi qu’aux filles. En 1919, après le refus opposé par la majorité à ces revendications, 1 200 membres firent sécession et fondèrent la Ligue des gueux (Geusenbund). Tout en étant résolument à droite et hostiles à la « pénétration des idées libérales, contraires à l’esprit allemand », et tout en accusant les vainqueurs de 1918 de vouloir réduire en esclavage le peuple allemand, les Fahrende Gesellen se tinrent à distance du national-socialisme jusqu’en 1933.

4. La multiplication des mouvements de jeunesse politiques

Jeunesse politique du centre et de la droite modérée

110Au centre de l’éventail des partis politiques sous Weimar, on trouvait deux courants héritiers des partis centristes d’avant-guerre : d’une part, le parti catholique du Zentrum et son faux jumeau bavarois, plus conservateur, le Parti populaire bavarois (Bayerische Volkspartei, BVP), et d’autre part, les deux héritiers du libéralisme d’avant-guerre, le Parti démocratique allemand (Deutsche Demokratische Partei, DDP) au centre gauche et le Parti populaire allemand (Deutsche Volkspartei, DVP) au centre droit. Comparés aux mouvements de jeunes des grands partis de la gauche ou de la droite, les effectifs des mouvements de jeunesse du centre étaient modestes : au lendemain de la guerre, le Zentrum avait bien créé la Fédération nationale des ligues Windthorst (Windthorstbünde) du nom du fondateur du parti, mais ses effectifs plafonnaient aux environs de 10 000 membres. Il est vrai que les centaines de milliers d’adhérents des mouvements de jeunesse confessionnels catholiques compensaient largement ce bilan modeste. Notamment par la revue Das junge Zentrum, les Windthorstbünde cherchaient à donner à leurs adhérents une formation politique.

111La Ligue des jeunes démocrates allemands (Reichsbund der deutschen Jungdemokraten), fondée en avril 1919, était proche du DDP, mais restait indépendante. Dans un premier temps, elle avait attiré un certain nombre de membres de la Freideutsche Jugend qui influencèrent le mouvement dans le sens du juvénilisme. Mais, fin 1923, les anciens Freideutsche se retirèrent et le mouvement se politisa davantage, militant entre autres pour la réconciliation franco-allemande, l’idée européenne, le pacifisme et le rajeunissement des Parlements. En 1932, les jeunes démocrates comptaient 2 000 membres et l’âge moyen était de 20 ans et demi. Il y avait aussi une Ligue des étudiants démocrates (600 adhérents). Pour l’éducation politique, civique et physique de leurs adhérents, mais aussi pour propager l’esprit patriotique et l’attachement aux valeurs du peuple, le Deutsche Volkspartei (DVP) avait lui aussi créé des groupes de jeunes au lendemain de la guerre. En 1929, le mouvement prit le nom de Hindenburgbund. Il comptait à la fin des années 1930 plus de 10 000 membres. Même le petit Parti de l’économie (Wirtschaftspartei), situé au centre droit et proche du DVP, avait ses groupes de jeunes sous le nom de Jungmittelstand (Jeunesse des classes moyennes).

Jeunesses des partis de droite et d’extrême droite

112En 1922 fut fondée une Fédération nationale des groupes de jeunes du parti populaire national-allemand (DNVP) qui choisit de se placer sous l’égide de Bismarck (Bismarckbund der Deutschnationalen Volkspartei). En 1930, la ligue comptait environ 40 000 membres dont de nombreux jeunes organisés à la manière des groupes d’éclaireurs. L’objectif politique du Bismarckbund était le même que celui du parti DNVP : restauration de l’Empire allemand sous les couleurs noir-blanc-rouge. En marge de ce mouvement, quelques groupes de randonneurs du DNVP prirent le nom de Ligue des Germains (Bund der Germanen), mais celui-ci resta cantonné à la Silésie.

113Le Deutschnationaler Jugendbund, tout en portant le nom du DNVP et en étant très proche du parti par ses orientations politiques et sociales, n’en faisait cependant pas partie. Il avait été créé en 1918 comme corps franc par un groupe d’étudiants pour s’opposer à l’effondrement de l’ordre public au front et dans le pays. Après l’instauration de la république, ce groupe s’est transformé en mouvement de jeunesse notamment grâce à l’adhésion de nombreux membres du Jungdeutscher Bund, courant nationaliste de la Freideutsche Jugend. Mais cette greffe ne tint pas longtemps : des conflits de tendance éclatèrent dès 1920 et conduisirent au départ des anciens Jungdeutsche, qui fondèrent en 1921 le Jungnationaler Bund (Junabu).

114Ceux qui restaient se donnèrent pour chef le vice-amiral von Trotha, sous la conduite duquel le Deutschnationaler Jugendbund, rebaptisé Großdeutscher Jugendbund en 1924, devint un des mouvements phares de la jeunesse de droite. Elle avait aussi des sous-groupes pour les aînés du mouvement (Großdeutscher Ring, 1927) et pour les étudiants (Großdeutscher Gildenring). Sous l’influence de von Trotha, la ligue se donnait pour objectif de mobiliser la jeunesse allemande en vue de rétablir l’hégémonie du Reich dans l’espace centre-européen ainsi que de cultiver les vertus de l’ancienne armée impériale : discipline et dévouement. En 1930, von Trotha tentera de rassembler sous sa houlette les principales organisations de jeunesse. L’échec de cette première tentative sera suivi en 1933 d’une seconde, toujours dans le vain espoir d’échapper à la récupération par la Hitler-Jugend.

115Après des débuts modestes en 1922, le mouvement de jeunesse national-socialiste ne fut recréé officiellement qu’en 1926 lorsque le parti fut de nouveau autorisé. La Hitler-Jugend était alors complètement intégrée dans la SA et dépendait directement du chef de celle-ci ; même dans sa tenue, elle copiait la SA avec ses chemises brunes et ses casquettes. Dans ces conditions, elle ne se développa que lentement jusqu’au début des années 1930, date à laquelle elle ne comptait encore que 25 000 membres. Son essor fut ensuite rapide, surtout après la prise du pouvoir et l’interdiction de toutes les autres organisations de jeunesse. Nous y reviendrons ci-dessous.

Jeunesses des ligues d’anciens combattants

116Au lendemain de la guerre naquirent des associations d’anciens combattants dont les objectifs étaient de maintenir le contact avec les anciens camarades du front et de peser sur les décisions politiques de l’après-guerre. Comme les partis politiques et d’autres organisations principalement constituées d’adultes, ces ligues d’anciens combattants ont créé des mouvements de jeunesse, d’abord pour les enfants de leurs adhérents et ensuite pour pouvoir mobiliser aussi la jeunesse et accroître dans la durée leur efficacité dans le débat politique en familiarisant la jeunesse d’âge postscolaire avec leurs idées et leurs objectifs politiques.

117Le plus important mouvement d’anciens combattants, en termes d’effectifs comme de poids politique, fut le Stahlhelm (Casque d’acier), fondé en 1918 pour lutter contre les désordres révolutionnaires et les conséquences du traité de Versailles. Lorsque le calme fut revenu après 1923, le Stahlhelm élargit son aire de recrutement au-delà du cercle des anciens combattants et admit tous les hommes qui partageaient ses idées antiparlementaristes, antimarxistes, antisémites et militaristes (il annonçait des effectifs de 900 000 membres en 1928). Le Stahlhelm devint rapidement un élément incontournable du paysage politique de droite et participa activement à l’arrivée au pouvoir des nazis, ce qui n’a pas empêché ceux-ci de le dissoudre ainsi que ses mouvements de jeunesse dès 1933. Cela concerna aussi toutes les branches du Stahlhelm destinées aux jeunes : le Scharnhorstbund pour les adolescents de 13 à 17 ans (8 000 membres en 1932), le Jungstahlhelm pour les 17 à 23 ans (110 000 membres en 1930), et le Bund Königin Luise pour les jeunes filles (4 000 à 5 000 membres en 1930). Selon leur sexe et leur âge, ils furent intégrés dans la SA ou les différentes formations de la Hitler-Jugend.

118Les autres ligues d’extrême-droite comparables par leurs origines et leurs objectifs avaient des effectifs globalement plus modestes : par exemple la Ligue de Tannenberg, du général Erich Ludendorff, qui regroupait plusieurs organisations régionales accueillant aussi des adolescents et des jeunes gens (e.a. Alte Reichsflagge, Bund deutscher Aar, Jugendbund Schlageter, Jugendbund Graf York von Wartenburg) et qui, malgré cela, ne dépassait pas un millier de membres. La Ligue du Kyffhäuser (Kyffhäuserbund) était elle aussi une fédération d’associations d’anciens combattants incluant des organisations de jeunes : Kyffhäuser-Jugend et Blücherbund. Quant au Wehrwolf, ligue créée en 1923 dans la mouvance du Stahlhelm, il constitua jusqu’en 1933 avec son organisation de jeunesse, le Jungwolf (environ 30 000 jeunes), une sorte de doublon du Stahlhelm, encore plus proche du national-socialisme que ce dernier.

119Le Wehrbund Ostmark (env. 1 000 garçons et filles), qui avait quitté en 1924 le Großdeutscher Jugendbund, rejoignit le Jungstahlhelm en 1928. La Ligue des associations maritimes créa un Marinejugendbund (env. 8 000 jeunes en 1930), tandis que la Marinejugend Vaterland (env. 1 000 jeunes) créée en 1926 resta indépendante. De son côté, la Société coloniale allemande (Deutsche Kolonialgesellschaft) chercha à passionner la jeunesse scolaire pour l’idée coloniale, au sein de la Deutsche Kolonialjugend, en liaison avec le Bund deutscher Kolonialpfadfinder. Pour les jeunes ruraux, il existait le Reichs-Junglandbund, une émanation du Reichslandbund : il comptait 230 000 adhérents en 1930. Le Jungsturm était une des plus anciennes organisations de formation paramilitaire des jeunes (fondé en 1897, il comptait encore 25 000 membres en 1930). La principale caractéristique commune à toutes ces organisations réunies sous l’appellation Wehrbünde, c’était leur caractère patriotique et ouvertement militariste, qui se traduisait aussi dans les tenues et les activités.

L’héritage des corps francs

120Les troubles de l’après-guerre ont été directement à l’origine de la création d’autres organisations de jeunesse issues des corps francs qui avaient poursuivi pendant quelques années pour leur propre compte une guerre contre des supposés ennemis extérieurs ou intérieurs. Certains d’entre eux ont disparu après la fin des troubles révolutionnaires et des combats d’arrière-garde aux frontières orientales. Le corps des chasseurs du général Maerker en Allemagne du Nord et l’organisation Escherisch (Orgesch) en Bavière sont rentrés dans le rang à la fin des combats. En revanche, la « brigade de marine » du capitaine Ehrhardt, qui avait participé au putsch de Kapp et Lüttwitz, et qui avait été dissoute en 1920, survécut sous différents noms (notamment l’Organisation Consul, responsable de plusieurs assassinats politiques) et continua à jouer un rôle avec le mouvement Wiking et le Bund Oberland.

121La Schilljugend naquit en 1924 à l’initiative de Gerhard Rossbach, chef d’un corps franc, et se consacra à partir de 1926 à la formation paramilitaire de la jeunesse, d’abord en collaboration avec les Adler und Falken. Il fut rejoint la même année par le Sturmvolk de Werner Lass. Dans ce mouvement, qui se disait apolitique et qui recrutait des jeunes gens entre 15 et 25 ans, régnait une discipline très stricte. Les deux axes principaux de ses activités étaient depuis 1927 la défense du substrat germanique dans les peuples « germains de l’Ouest » (Flandres, Pays-Bas) et, à partir de 1929, des manifestations culturelles (théâtrales, chorales, chorégraphiques et musicales) pour maintenir vivantes les traditions de la culture populaire. Pour ce dernier type d’activité, G.  Rossbach avait créé une structure spécifique, le Bund Ekkehard. Cette évolution a provoqué en 1927 une scission : Werner Lass quitta la Schilljugend et créa la Freischar Schill (1 000 membres en 1930), un mouvement résolument martial et entièrement dévoué à son chef, dont l’objectif était de propager un nationalisme anticapitaliste et révolutionnaire et d’instaurer un Troisième Reich. Dans cette perspective, il collabora avec des éléments du Jungnationaler Bund, mais refusa de s’allier à la Hitler-Jugend.

122L’origine de l’Ordre jeune-allemand (Jungdeutscher Orden ou Jungdo) remonte aussi aux premiers temps de la république et aux corps francs. Arthur Mahraun, ancien Wandervogel, en fit un mouvement à l’imitation des ordres militaro-religieux du Moyen Âge, en particulier de l’Ordre des chevaliers teutoniques, en insistant sur les valeurs de fraternité, de camaraderie, de solidarité, de pureté et d’abstinence. Par la suite, ce modèle évolua vers une communauté d’éducation à la manière des mouvements de jeunesse autonomes. Les plus jeunes (12 à 16 ans) constituèrent une branche spécifique (Jungdeutsche Ordensjugend), tandis que les jeunes filles formèrent en 1923 les Jungdeutsche Schwesternschaften.

  • 48 Cf. Klaus Hornung, Der Jungdeutsche Orden, Düsseldorf, 1958, en particulier le chapitre VIII « Das (...)

123L’Ordre jeune-allemand se distinguait des autres groupes de droite par son parcours politique. Tout en étant hostile au régime des partis de la république de Weimar, il refusait tous les fascismes, et créa en 1930-1931, avec les vestiges de l’ancien parti démocratique (DDP) et des éléments de la Bündische Jugend, un nouveau et éphémère parti libéral, la Deutsche Staatspartei48. Le parcours de ce mouvement, profondément ancré dans la tradition et les illusions du mouvement juvéniliste, mais évoluant aux confins du monde politique réel, dans lequel il cherchait à faire entendre sa voix et peser d’un certain poids, est symptomatique pour le rôle historique de la Bündische Jugend : ni entièrement impliquée dans l’évolution de la république de Weimar ni entièrement étrangère à l’échec de celle-ci.

124La Ligue jeune-nationaliste (Junabu) née en 1921 avait, quant à elle, repris l’héritage du courant droitier, nationaliste de la Freideutsche Jugend. Elle réunissait des filles et des garçons âgés de 12 à 25 ans en une organisation rigoureuse, prônant les valeurs de la camaraderie, de fidélité, d’obéissance et d’autodiscipline, mais demandant aussi de faire preuve d’indépendance du jugement et de courage dans l’affirmation de ses convictions. Ce qui distinguait surtout le Junabu des autres ligues de jeunesse, c’était sa volonté d’intervenir activement sur le plan politique, non comme force d’appoint d’un parti établi, mais comme représentant des aspirations de la jeune génération. Après une fusion manquée avec la Deutsche Freischar en 1930, le Junabu forma avec l’ancien Großdeutscher Jugendbund la Freischar junger Nation. Cette année-là, il prit aussi contact avec le rassemblement conservateur populaire (Volkskonservative Vereinigung). Le Junabu se définissait comme une synthèse du Wandervogel et des anciens combattants, rêvait d’un état de la jeunesse et d’une nouvelle culture allemande. Il se voulait réaliste et non utopiste, mais ses tentatives sur le terrain de la politique dénotaient surtout son amateurisme.

Ligues racistes (völkisch)

  • 49 Wilhelm Kotzde-Kottenrodt (1878-1948). Militant d’extrême droite, membre du Deutschbund et auteur d (...)

125Parmi les nouvelles ligues de jeunesse autonomes appartenant à la mouvance de l’extrême droite raciste (völkisch), l’une des plus en vue fut celle des « Aigles et Faucons » (Adler und Falken), fondée en 1920 par l’instituteur et écrivain nationaliste Wilhelm Kotzde-Kottenrodt49 avec d’anciens membres du Wandervogel. L’objectif proclamé était le renouveau de l’Allemagne par un retour aux sources de la culture et de l’être (Wesen) allemand et par la lutte contre toutes les influences étrangères. Le succès fut rapide et le mouvement atteignit 4 000 membres dès 1922. Il se composait des Aigles (Adler, jeunes entre 8 et 18 ans) et des Faucons (Falken, de 18 à 27 ans). Pour les plus de 27 ans fut créée en 1922 la Guilde Roland (Rolandsgilde, devenue après 1929 Schwarzhäuser Ring).

126En 1924, W. Kotzde participa à la création de la Ligue Artam (Bund der Artamanen) et il établit aussi des contacts avec d’autres mouvements nationalistes : Schilljugend en 1925 et Großdeutscher Jugendbund en 1926. Il se situait clairement dans le groupe des mouvements völkisch, idéologiquement très proches du national-socialisme. Mais la fusion avec la Hitler-Jugend, envisagée en 1929, ne se réalisa pas. Les Adler und Falken participaient aussi à des randonnées et rencontres avec les minorités allemandes en Europe centrale. Après que W. Kotzde eut quitté la direction du Bund, il créa en 1929 la Deutsche Falkenschaft, qui disparut en 1934.

127Le mouvement des Artamanen, créé en 1924, poursuivait un double but : social et politique. Il se proposait de créer sur la base du volontariat un service du travail à la campagne, plus précisément dans les provinces allemandes de l’est. Les jeunes gens et jeunes filles qui y participeraient (âge minimum 17 ans) y gagneraient un enrichissement de l’esprit, du corps et de l’âme et une expérience qui pourrait changer leur vie. Par ailleurs, cela permettrait de se passer des saisonniers polonais, généralement engagés sur les grands domaines. En revalorisant le travail de la terre, le Bund Artam voulait aussi combattre l’exode rural et revivifier la culture populaire.

128L’idée d’un renouveau spirituel de l’Allemagne par le retour à la terre allait dans le sens de l’idéologie du Blut und Boden et n’a pas manqué d’intéresser le parti national-socialiste qui chargea en 1929 Heinrich Himmler (agronome de formation) de s’intéresser au mouvement : il fut responsable de la branche bavaroise du mouvement et mit notamment l’accent sur la formation politique. Entre 1929 et 1931, le Bund Artam, qui comptait alors 2 000 membres et travaillait sur plus d’une centaine de domaines agricoles, traversa une crise à la fois économique et idéologique, d’où il sortit divisé et affaibli. Il fut intégré après 1933 dans les organisations nazies correspondantes (Hitler-Jugend et Arbeitsdienst).

  • 50 Cf. Stefan Breuer, Die Völkischen in Deutschland, Darmstadt, 2010, p. 161 sqq.

129Les Geusen, Jungvölkischer Bund sont nés en 1919 du mouvement de jeunesse du Deutschnationaler Handlungsgehilfenverband (DHV). Le sens de cette sécession apparaît dans le sous-titre par la référence à la mouvance völkisch qui fut le mot de ralliement des forces politiques nationalistes et antisémites « révolutionnaires50 ». Au cours de leur histoire ultérieure, les Geusen ont établi des contacts plus ou moins étroits et durables avec la plupart des groupes et groupuscules de la jeunesse d’extrême droite : Wandervogel Völkischer Bund, Deutschwandervogel, Goten, Nordischer Wandervogel, Treuvolk, Greifenbund et Ringwandervogel, Nibelungen, etc.

130En 1929, une réunion « au sommet » eut lieu entre les représentants des Geusen, des Adler und Falken, de la Freischar Schill, des Artamanen et de la Hitler-Jugend en vue d’une fusion, qui finalement n’eut pas lieu parce que le mouvement de jeunesse du parti national-socialiste prétendait absorber purement et simplement les autres groupes (ce qui sera finalement le cas en 1933). La prolifération des groupes d’extrême droite et le refus d’une fusion avec la jeunesse hitlérienne n’empêchaient pas une étroite communauté de vue entre ces groupes, y compris en ce qui concernait la fiction d’une communauté idéale, à la fois nationale (c’est-à-dire raciale) et sociale (sur le modèle fasciste).

Bilan provisoire

131Ce tableau des mouvements de jeunesse de toute obédience existant à la fin des années 1920 que nous venons de passer en revue est incomplet malgré les apparences. Il est néanmoins apte à donner une idée de la vitalité, de la diversité et de la complexité de l’univers des organisations de jeunesse nées spontanément ou à l’initiative et avec l’aide des pouvoirs publics, des forces politiques, des églises ou d’autres acteurs de la société civile allemande. Elles se sont développées quantitativement et en ordre dispersé, mais elles ont aussi changé qualitativement par l’émergence du nouveau discours de la jeunesse qui postulait l’existence d’une réalité sociale nouvelle, la jeune génération, et qui demandait au monde des adultes de reconnaître la mission et les besoins spécifiques de la jeunesse.

132Ce discours, né dans le contexte des courants réformistes du début du siècle et notamment du mouvement de la réforme pédagogique, s’est développé dans des organisations de jeunesse autonomes avant de contaminer un grand nombre d’autres organisations. La contamination a eu lieu moins par la transmission d’un message idéologique que par l’imitation d’un nouveau modèle de la sociabilité des jeunes, par un style de vie, par une « idéologie vécue » qui répondait aux idées et aux aspirations de la jeunesse allemande.

133Au lendemain de la guerre, les mouvements historiques ont tous connu des crises plus ou moins graves et certains d’entre eux n’ont pas survécu. Mais au moment où des mouvements comme le Wandervogel et la Freideutsche Jugend étaient en crise, ils pouvaient constater aussi que leur exemple inspirait une partie de plus en plus large de la jeunesse allemande et l’ensemble des mouvements de jeunesse, quelles que fussent leurs origines et leurs orientations, justifiant ainsi la perception des jeunes comme un tout nommé la jeune génération.

  • 51 Il changea son nom en 1926 en Reichsausschuss der deutschen Jugendverbände. Outre la revue mensuell (...)
  • 52 D’après M. Zwerschke, Jugendverbände und Sozialpolitik, München, 1963, p. 107.

134Une institution née à la même époque illustre l’importance des mouvements de jeunesse dans l’Allemagne weimarienne. Prenant la succession d’une institution semi-officielle d’avant-guerre, des mouvements de jeunesse différents par la taille, les objectifs et les origines ont créé en 1919 un organisme central chargé de la coordination et de la défense des intérêts des mouvements de jeunesse, le Ausschuss der deutschen Jugendverbände51. Il regroupait les représentants des principales fédérations d’associations de jeunesse. Trois conditions étaient requises pour pouvoir se rattacher à cette Centrale : d’abord, l’engagement de respecter le nouvel état républicain, ensuite d’avoir pour objectif la formation physique, intellectuelle et morale de la jeunesse, et enfin de comporter au moins 50 groupes locaux et compter un minimum de 1 000 membres entre 14 et 25 ans52. étaient exclus les mouvements de jeunesse des partis (notamment des partis extrémistes, communiste et national-socialiste) et ceux des organisations paramilitaires. L’organisation sera dissoute en 1933, ses locaux et ses archives saisis par la Hitler-Jugend et son dernier président, Hermann Maaß, assassiné dans les geôles nazies en 1944.

  • 53 D’après le catalogue de l’exposition Das junge Deutschland, Ausstellung der deutschen Jugend, châte (...)
  • 54 D’après R. Kneip, Jugend der Weimarer Zeit, op. cit., p. 204-206.
  • 55 Bernhard Mewes, Die erwerbstätige Jugend, Berlin, 1929.

135En 1927, les mouvements rassemblés au sein du Reichsausschuss comprenaient 3,6 millions de jeunes entre 14 et 21 ans, ce qui représentait 40 % des classes d’âge correspondantes (54 % des jeunes gens et 26 % des jeunes filles)53. En comptant les jeunes de moins de 14 ans, le total des effectifs des mouvements rattachés atteignait 4 353 050 jeunes. En novembre 1932, ils étaient 4 750 00054. Dans les statistiques établies à l’occasion d’une exposition organisée en 1927 au château de Bellevue à Berlin, revues par la suite et publiées en 192955, les organisations rattachées au Reichsausschuss furent regroupées de manière plus ou moins arbitraire en 9 ensembles de taille variable. Le groupe le plus nombreux était celui des organisations d’éducation physique et sportive avec 1 616 900 jeunes. Il était suivi par les mouvements catholiques (784 000) et protestants (458 950). Les mouvements comptés au titre de la Jugendbewegung atteignaient 51 150 membres.

136Il ne faut pas surestimer la signification et la fiabilité de ces chiffres, qui reposaient principalement sur les déclarations des organisations elles-mêmes et comportaient une importante marge d’erreur, ne serait-ce qu’à cause des appartenances multiples. Mais ils montrent, d’une part, le très haut degré de mobilisation des jeunes par les différents camps idéologiques et politiques et, d’autre part, que les mouvements de jeunesse libres ou autonomes créateurs et porteurs de l’idéologie juvéniliste ne représentaient qu’une part très modeste de la « jeunesse organisée » (1,2 %), ce qui ne les empêchait pas de jouer un rôle central par leur rayonnement et de focaliser l’attention de la plupart des observateurs de la société allemande des années 1920.

Évolution des mouvements de jeunesse autonomes

Évolution des mouvements de jeunesse autonomes

Source : Günther Ehrenthal, Die deutschen Jungendbünde. Ein Handbuch ibrer Organisation und ibrer Bestrebungen, Berlin, 1929

Notes

1 Les résultats électoraux des partis soutenant la république (staatstragende Parteien : SPD, DDP, DVP, Zentrum, BVP) ont connu d’importantes fluctuations : de 76 % des suffrages exprimés en 1919 à 33 % en 1933. Le recul est intervenu dès 1920 (47,7 %). Malgré une petite amélioration pendant les années de « prospérité » (49,8 % en décembre 1924 et en mai 1928), ces partis n’ont plus jamais retrouvé une majorité absolue des voix et, dès le début de la crise économique de 1929, leur déclin s’est accéléré. Chiffres d’après Hagen Schulze, Weimar. Deutschland 1917-1933, Berlin, 1998.

2 Horst Möller, La République de Weimar, Paris, 2005, p. 186.

3 Cf. « Erreichtes und Erstrebtes », Vorwärts du 29 novembre 1918, n° 328a.

4 La presse de l’époque signale que dans plusieurs villes d’Allemagne des lycéens constitués en « conseils d’élèves » à l’imitation des « conseils d’ouvriers et de soldats » s’en étaient pris à des professeurs impopulaires et avaient tenté de dicter leur loi aux directeurs (cf. Berliner Tageblatt du 3 décembre 1918, ou Allgemeine Rundschau du 17 mai 1919).

5 § 143 et suivants de la constitution de Weimar. Pour une analyse approfondie de cette constitution, cf. Christoph Gusy, Die Weimarer Reichsverfassung, Tübingen, 1997, en particulier p. 331 sqq.

6 Jacques Gandouly, Pédagogie et enseignement en Allemagne de 1800 à 1945, Presses universitaires de Strasbourg, 1997, p. 193. Les déclarations et débats de la Conférence ont été publiés par le ministère de l’Intérieur : Die Reichsschulkonferenz 1920, Leipzig, 1921.

7 Dieter Langewiesche & Heinz-Elmar Tenorth, « Bildung, Formierung, Destruktion. Grundzüge der Bildungsgeschichte von 1918-1945 », in C. Berg, Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, op. cit., t. V, p. 14.

8 Cf. Konrad H. Jarausch, Deutsche Studenten 1800-1970, Frankfurt am Main, 1984, en particulier le chapitre III : « Die Gebildeten in der Dauerkrise 1918-1932 » ; Michael H. Kater, Studentenschaft und Rechtsradikalismus in Deutschland 1918-1933, Hamburg, 1975 ; Friedrich Schulze & Paul Ssymank, Das deutsche Studententum, 4e éd., München, 1932, reprint, Schernfeld, SH-Verlag, 1991.

9 Cf. Jürgen Schwarz, Studenten in der Weimarer Republik. Die deutsche Studentenschaft in der Zeit von 1918 bis 1923 und ihre Stellung zur Politik, Berlin, 1968.

10 Cf. Ulrich Ketelsen, « Die Jugend von Langemarck », in Th. Koebner et al. (éds), Mit uns zieht die neue Zeit, Frankfurt, 1985, p. 70.

11 Explicitement ou de manière allusive, les références à Langemarck furent innombrables : ce fut aussi le sujet d’une pièce à succès en 1933, Jugend von Langemarck, de H. Zerkaulen.

12 En 1938, Baldur von Schirach s’en prenait encore à « ceux qui osent parler de l’absurdité du sacrifice de Langemarck et qui se permettent de jouer au maître d’école en donnant des notes aux chefs de guerre et en mettant en balance des pertes et les gains ». Pour Schirach, le sacrifice des jeunes se lançant à l’assaut des « hauteurs de Langemarck » [sic] a été un « acte sacré » (Th. Koebner, Mit uns zieht die neue Zeit., op. cit., p. 72).

13 Le

Jungdeutscher Bund

Jungdeutscher Bund ne doit pas être confondu avec deux autres mouvements importants : le

Jungdeutschlandbund

Jungdeutschlandbund et le

Jungdeutscher Orden

Jungdeutscher Orden. Frank

Glatzel Frank (1892-1958)

Glatzel (1892-1958) présida le

Jungdeutscher Bund

Jungdeutscher Bund jusqu’en 1924 et se lança ensuite dans une carrière politique au centre droit (DNVP puis DVP). Voir le livre très documenté de Jakob Müller, Die Jugendbewegung als deutsche Hauptrichtung neukonservativer Reform, Zürich, 1971.

14 Cité d’après Rudolf Kneip, Jugend der Weimarer Zeit, Handbuch der Jugendverbände 1919-1938, Frankfurt, 1974, p. 151.

15 Même Knud Ahlborn, principal adversaire de Wyneken et chef de file du courant « apolitique », se découvrit une vocation politique qui ne dura pas très longtemps et annonça qu’il adhérait au Parti social-démocrate indépendant (USPD). D’autres membres de la Freideutsche Jugend commen-cèrent à cette occasion une carrière politique.

16 Friedrich Bauermeister, Vom Klassenkampf der Jugend, Jena, 1916, p. 15 (initialement publié dans le n° 1 de la revue Aufbruch).

17 Friedrich Bauermeister, « Der öffentliche Betrieb », in Absage u. Beginn, Leipzig, 1918, p. 8.

18 Alfred Kurella, « Der Einzelne und die Gesellschaft », in Wandervogel, avril 1918, p. 15. Voir aussi Hans Wolf, « Alfred Kurella 1895-1975 », in Jahrbuch des Archivs der deutschen Jugendbewegung, n° 8, 1976, p. 179 sqq.

19 A. Kurella, ibid.

20 cf. Werner Kindt, Die deutsche Jugendbewegung 1920 bis 1933. Die bündische Zeit. (Dokumentation der Jugendbewegung t. 3), Düsseldorf, 1974, Die bündische Jugend, p. 279.

21 Harald Schultz-Henke, Die Überwindung der Parteien durch die Jugend, Gotha, 1921.

22 Voir le compte rendu de cette réunion par Ernst Kantorowicz, in Freideutsche Jugend, août/septembre 1919. Sonderheft : Der Freideutsche Führertag in Jena. Reproduit in W. Kindt (éd.), Die deutsche Jugendbewegung 1920 bis 1933 (Dokumentation der Jugendbewegung t. 3), op. cit., Die bündische Jugend, p. 254-261.

23 Le 50e anniversaire du rassemblement du Meissner a donné lieu en 1963 à de nombreuses manifestations et publications, à la fois sur le déroulement de la fête en 1913 et sur l’héritage du mouvement. À propos de la permanence du souvenir de cet événement, on peut consulter : H.U. Seidel, Aufbruch und Erinnerung. Der Freideutsche Kreis als Generationseinheit im 20. Jahrhundert, Archiv der deutschen Jugendbewegung, Witzenhausen, 1996 et A.K. Thomm, Alte Jugendbewegung, neue Demokratie. Der Freideutsche Kreis Hamburg in der frühen Bundesrepublik Deutschland, Schwalbach, 2010.

24 Cf. Peter Dudek, Vom Schulmeister zum Menschen: Max Tepp, ein jugendbewegter Reformpädagoge, Schriftsteller und Verleger, Bad Heilbrunn, 2014.

25 « Ein Staat fester Jungengruppen ». Cette formulation semble préfigurer deux traits principaux de la Bündische Jugend de la fin des années 1920 : mouvements exclusivement masculins et strictement encadrés, de type préfasciste. La disparition de Mehnert n’a pas permis au Wandervogel de suivre cette voie après 1920.

26 Rudolf Mehnert, cité d’après Hermann Siefert, Der bündische Aufbruch 1919-1923, Bad Godesberg, 1963, p. 104.

27 Entre autres : Altwandervogel, Jungwandervogel, Wandervogel-Jungenbund, Deutschwandervogel, Nerother Wandervogel, Deutscher Ritterorden, Die Nibelungen, Schlesische Jungmannschaft.

28 Wandervogel- Wehrbund deutscher Jugend et diverses fédérations régionales de l’ancien Wandervogel e.V. regroupées sous le nom de Bündnis freier Wandervogelgaue qui se transforma en 1924 en Wandervogel deutscher Jugendbund.

29 Voir ci-après un essai de représentation graphique de l’évolution des organisations portant le nom de Wandervogel au cours des années 1920.

30 Voir les mémoires de Karl Oelbermann, 50 Jahre Nerother Bund, Burg Waldeck, 1970 et les souvenirs d’un ancien membre, l’écrivain Werner Helwig, Auf der Knabenfährte, Bad Godesberg, 1953 et Die blaue Blume des Wandervogels, Gütersloh, 1960, p. 221 sq.

31 Cité d’après H. Siefert, 1963, Der Bündische Aufbruch, op. cit., p. 68.

32 Leur nom est celui de la petite ville qui a vu la création du mouvement.

33 W. Hauer (1881-1962), orientaliste et professeur d’histoire des religions. Après la disparition du Bund der Köngener en 1933, W. Hauer milita pour le ralliement des protestants allemands au régime national-socialiste et créa avec d’autres la Deutsche Glaubensbewegung.

34 Franz Henrich, Die Bünde katholischer Jugendbewegung. Ihre Bedeutung für die liturgische und eucharistische Erneuerung, München, 1968.

35 Ibid., p. 167.

36 Cf. ibid. et Hans-Jürgen Findeis, « Katholische Jugendbewegung und Romano Guardini », p. 329-254, in Marc Cluet & Monique Mombert, Mouvements de jeunesse / Jeunes en mouvement, op. cit.

37 Revue Quickborn, n° 3-4, 1923.

38 Une confédération regroupant la plupart des mouvements de jeunesse juifs (Reichsausschuss der jüdischen Jugendverbände) fut créée en 1924, réunissant 11 mouvements avec environ 30 000 jeunes, presque un tiers des jeunes juifs allemands.

39 Cf. Hermann Meier-Cronemeyer, Jüdische Jugendbewegung, op. cit.

40 Cette fusion fut décidée lors d’un rassemblement en un lieu mythique, le Hoher Meissner. Depuis 1923 les deux mouvements avaient adhéré à l’Union mondiale de la jeunesse juive. De tendance socialiste,

Brit Haolim

Brit Haolim avait pour objectif l’établissement de kibboutz en Palestine.

41 Qui était affiliée à une union mondiale dont le siège était à Boston (Mass

42 Cf. W. Kindt, Die deutsche Jugendbewegung 1920 bis 1933 (Dokumentation der Jugendbewegung t. 3), p. 1027.

43 Cf. E.R. Müller, Das Weimar der arbeitenden Jugend, Arbeiterjugend Verlag, 1920.

44 « Les temps nouveaux marchent à nos côtés ». Hermann Claudius (1878-1980), instituteur, auteur de nombreux textes et poèmes. Son parcours politique erratique le conduira du nationalisme guerrier (1914) à la social-démocratie (1919), puis au national-socialisme (1933). Néanmoins « Mit uns zieht die neue Zeit » continue à être chanté dans les réunions des sociaux-démocrates allemands.

45 Erich Ollenhauer (1901-1963) succédera en 1952 à Kurt Schumacher comme président du SPD et fut par deux fois candidat à la chancellerie de la RFA.

46 Johannes Schult, Aufbruch einer Jugend. Der Weg der deutschen Arbeiterjugend, Bonn, 1956.

47 Franz Lepinsky, Die jungsozialistische Bewegung, Berlin, 1927.

48 Cf. Klaus Hornung, Der Jungdeutsche Orden, Düsseldorf, 1958, en particulier le chapitre VIII « Das Jungdeutsche Manifest » : Der jungdeutsche Volks- und Führerstaat (p. 77-86).

49 Wilhelm Kotzde-Kottenrodt (1878-1948). Militant d’extrême droite, membre du Deutschbund et auteur d’ouvrages historiques et de livres populaires pour jeunes, il a dirigé la Ligue des Aigles et Faucons jusqu’en 1929 et fondé ensuite la Deutsche Falkenschaft.

50 Cf. Stefan Breuer, Die Völkischen in Deutschland, Darmstadt, 2010, p. 161 sqq.

51 Il changea son nom en 1926 en Reichsausschuss der deutschen Jugendverbände. Outre la revue mensuelle Das Deutschland, il a publié en 1918, 1923 et 1931 des volumes réalisés par Herthe Siemering, dans lesquels les différentes organisations rattachées se présentaient. En 1927, le Reichsausschuss a organisé une grande exposition intitulée Das Junge Deutschland au château Bellevue à Berlin.

52 D’après M. Zwerschke, Jugendverbände und Sozialpolitik, München, 1963, p. 107.

53 D’après le catalogue de l’exposition Das junge Deutschland, Ausstellung der deutschen Jugend, château Bellevue, Berlin, 1927, p. 18.

54 D’après R. Kneip, Jugend der Weimarer Zeit, op. cit., p. 204-206.

55 Bernhard Mewes, Die erwerbstätige Jugend, Berlin, 1929.

Table des illustrations

Titre Pyramide des âges 1925-1939
Crédits Source : Michel Hubert, L’Allemagne en mutation, Paris, 1995, p.314
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6179/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6179/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6179/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6179/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Évolution des mouvements de jeunesse autonomes
Crédits Source : Günther Ehrenthal, Die deutschen Jungendbünde. Ein Handbuch ibrer Organisation und ibrer Bestrebungen, Berlin, 1929
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6179/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search