Version classiqueVersion mobile

Les avatars du juvénilisme allemand 1896-1945

 | 
Gilbert Krebs

Le tournant de 1913-1918

Texte intégral

1. Le Wandervogel et ses guides autoproclamés

  • 1 Heinz Rosenbusch, Die deutsche Jugendbewegung in ihren pädagogischen Formen und Wirkungen dipa, Fra (...)

1L’existence d’un mouvement de jeunesse qui avait connu un certain succès sans avoir de programme précis ne pouvait manquer de susciter des vocations de « guides idéologiques1 » autoproclamés, cherchant à faire de lui un instrument au service de leurs ambitions personnelles. Ce phénomène est apparu dès le début du mouvement Wandervogel. Alors que celui-ci n’avait pas encore dépassé les limites de la banlieue berlinoise, il éveillait déjà l’intérêt des pangermanistes. Plus tard, vers 1906-1908, alors que le mouvement se répandait dans toute l’Allemagne, les mouvements de lutte contre l’alcoolisme ont, à leur tour, découvert dans le Wandervogel un relais pour leur action et, vers 1912, on vit grandir dans le Wandervogel l’influence du mouvement des gymnastes (Turner) qui se concrétisa par l’accession d’Edmund Neuendorff à la tête du Wandervogel e.V. Parmi les autres « guides » et inspirateurs, on peut citer Ferdinand Avenarius et sa revue Der Kunstwart, Hermann Popert, auteur de Helmut Harringa et directeur de la revue Der Vortrupp, ou l’éditeur Eugen Diederichs. Parfois leurs tentatives d’ingérence dans le mouvement provoquaient des conflits internes, voire des scissions. Mais, le plus souvent, elles arrivaient à s’intégrer sans difficultés dans la palette des divers courants qui se mêlaient dans le Wandervogel, parce qu’elles ne heurtaient pas ses convictions fondamentales.

2Il n’en fut pas de même lorsque, vers 1911-1912, Hans Blüher puis, peu après, Gustav Wyneken essayèrent de gagner à leurs idées le Wandervogel, dans lequel ils avaient cru voir une première manifestation du « mouvement de la jeunesse » dont ils se considéraient les hérauts. Contrairement à d’autres « crises », leurs interventions, tout en provoquant une levée de boucliers véhémente, ont provoqué une prise de conscience et changé le visage de tous les mouvements de jeunesse. Elles ont été les facteurs décisifs du processus transformant une pluralité de mouvements de jeunesse en un mouvement impliquant toute la jeunesse allemande, à la fois dans l’autoperception des jeunes membres de ces organisations et aux yeux de l’opinion publique. La Jugendbewegung au sens nouveau et valorisé et le juvénilisme, son idéologie spécifique, sont nés de ce processus.

Hans Blüher et la crise du Wandervogel en 1911-1912

  • 2 Hans Blüher (1888-1955). Fils de pharmacien, élève du lycée de Steglitz à partir de 1897, il a part (...)

3Hans Blüher2, un des premiers membres du Wandervogel A.f.S. à Steglitz, publia en 1911-1912 une histoire du mouvement qui fit scandale. Il voulait, disait-il, venger son ami Karl Fischer trahi par les siens à deux reprises, en 1904 et en 1906. La chute de Karl Fischer a marqué, selon Blüher , la victoire des médiocres, des esprits mesquins et pusillanimes, des « pieds plats » qui ont fait du Wandervogel le mouvement bien sage qu’il était devenu en 1910, respectueux des règlements, soucieux de ne pas déplaire aux autorités, tombé en réalité sous la coupe de la « clique des professeurs ». Face à cette décadence qu’il fustigeait, Blüher dressa son image du Wandervogel, mouvement de révolte des fils contre les pères, des élèves contre les maîtres, mouvement romantique et surtout – ce fut le sujet du troisième volet de son histoire – mouvement profondément anti-bourgeois, fondé sur l’Éros.

  • 3 « Herbstschau 1913 », in Wandervogel VIII, 10, octobre 1913, p. 282.

4Blüher ne prétendait pas que l’homosexualité était de règle dans le Wandervoge ; sa thèse était qu’au fond, conscientes ou refoulées, acceptées ou surcompensées, les motivations « homo-érotiques » jouaient un rôle primordial dans le mouvement. Ces affirmations suscitèrent l’indignation. Pourtant la discussion publique dans les revues du mouvement tourna court. Le sujet de l’homosexualité était couvert par un tabou tellement puissant qu’on préférait se taire plutôt que de se défendre publiquement, ce qui aurait obligé d’en parler. Hans Breuer s’en est acquitté d’une pirouette (révélatrice) : « Le Wandervogel est plein d’impasses et le blüherisme n’est qu’une venelle. Son gai hellénisme ne convient pas aux hommes du Nord que nous sommes3 ». Seule la revue du Jungwandervogel, mouvement proche de Blüher, consacra quelques articles à son livre.

5Une autre thèse défendue par Blüher était le caractère authentiquement romantique du Wandervogel. Il ne considérait pas le romantisme comme un fait historique, comme un phénomène littéraire ou intellectuel, mais comme un instinct qui appartient tout particulièrement à un certain âge. L’enfant, écrivait-il, est réaliste, il ne s’intéresse qu’à ce qui est tangible. L’adulte, en tout cas lorsque son évolution s’est faite normalement, découvre la beauté classique. Mais, entre les deux, il y a la période romantique, celle de l’adolescence. Elle commence à l’âge de la puberté et se termine – lorsqu’elle se termine – vers 20 ans. Selon Blüher, c’est pour avoir ignoré cette spécificité des besoins de chaque âge que l’éducation traditionnelle a échoué. Et c’est précisément parce que le romantisme naturel des adolescents est réprimé et combattu par l’école et les parents qu’il se manifeste par la révolte.

  • 4 Hans Blüher, Wandervogel. Geschichte einer Jugendbewegung, op. cit. p. 58. Par la suite, les citati (...)

le romantisme est […] la révolte contre le dressage, l’effronterie face aux interdits, le désordre contre l’ordre des choses – le romantisme est sain4.

6Plus l’oppression est grande, plus la réaction sera violente. Cette réaction romantique peut aller, dit Blüher, jusqu’à la naissance de bandes délinquantes. Chez d’autres encore, cet instinct romantique mène à la fugue, et parfois même au suicide.

7Le mouvement Wandervogel, pour Blüher, était l’expression la plus pure, la plus réussie du romantisme de la jeunesse. C’était « un enfant du romantisme dans ce que celui-ci a de plus téméraire » (WV, 80). Sa signification profonde était la révolte contre la génération des pères, contre la famille et l’école. C’était la réaction d’une jeunesse qui, selon Blüher, « éprouve haine et mépris à l’égard de ses parents, jusqu’à ce qu’une morne indifférence la délivre » (WV, 68). Le problème du conflit des générations n’est certes pas nouveau, mais, dit Blüher, il y a des périodes où le fossé des générations est plus profond qu’à d’autres moments, et ce fut le cas au début du xxe siècle : « Le temps qui a produit le Wandervogel est caractérisé par la lutte de la jeunesse contre les vieux » (WV, 65).

8Pour Blüher, le Wandervogel a réussi à naître et à se développer malgré son caractère révolutionnaire, grâce à un heureux concours de circonstances et à une habile tromperie. En cachant la véritable nature du mouvement et en inventant une forme d’organisation qui mit les autorités scolaires dans l’impossibilité d’intervenir, Karl Fischer avait réussi à tromper la vigilance du directeur de son lycée à Steglitz. Blüher célébrait cette trouvaille comme une « farce géniale », une « tromperie magnifique » (WV, 46 et 49). Il affirmait que le Wandervogel s’était inventé, à l’usage du public, « toutes sortes de fins, de buts et d’intentions fort louables » (WV, 76). Certains de ces objectifs correspondaient, dit Blüher, à des idéaux que cultivait aussi la génération des pères et que propageait notamment l’école : c’étaient les idéaux patriotiques et moraux ; en les adoptant, le Wandervogel était sûr de trouver toutes les protections qu’il voulait ; d’autres, parmi ces objectifs, étaient plus modernes et convenaient mieux aux besoins de la jeunesse : l’anti-alcoolisme, la redécouverte de la culture populaire, l’éducation physique, etc. Seulement, en poursuivant vraiment ces objectifs, le Wandervogel était devenu, selon Blüher, infidèle à sa nature véritable, qui est de pure révolte.

9Mais en essayant de légitimer sa démarche par des objectifs culturels, hygiéniques ou éducatifs, le Wandervogel avait, selon Blüher, précipité sa décadence. Il avait certes pu multiplier ses effectifs, mais la quantité a supplanté la qualité. Et, d’autre part, cela a accentué l’influence de plus en plus grande des professeurs sur le mouvement. Alors qu’au début, ils avaient été réticents, voire hostiles, à présent que le Wandervogel était bien vu des autorités et qu’il manifestait des intentions si louables, ils s’y pressaient en foule, car ils pensaient en tirer un avantage pour leur carrière (WV, 240). Ainsi, pour Blüher, l’histoire des dix premières années du Wandervogel était un échec. La jeunesse était retombée sous la tutelle des vieux, de leurs idéaux et de leur phraséologie. Seuls quelques groupes, et en particulier le Jungwandervogel, maintenaient encore l’idée initiale, la révolte romantique.

Un pédagogue radical : Gustav Wyneken

  • 5 Die Freie Schulgemeinde, revue trimestrielle, parut d’octobre 1910 à octobre 1920, chez l’éditeur E (...)

10Si les thèses de Blüher avaient été froidement reçues par les dirigeants du Wandervogel, elles avaient en revanche retenu l’attention du pédagogue Gustav Wyneken qui, après avoir enseigné pendant quelques années dans le premier « internat à la campagne » (Landerziehungsheim) de Hermann Lietz et s’être convaincu des avantages de la nouvelle pédagogie, avait fondé en 1906 près de Saalfeld, en Thuringe (duché de Saxe-Meiningen), sa propre école, la Freie Schulgemeinde Wickersdorf. Dès 1908, Wyneken dut abandonner ses fonctions de directeur, mais resta étroitement associé à la vie de l’école. Il fut chargé en particulier de propager l’idée de la Freie Schulgemeinde dans le public ; c’est ce qu’il fit les années suivantes après avoir fondé en 1910 le Bund für freie Schulgemeinden et la revue Die freie Schulgemeinde5.

  • 6 Wyneken lança en 1913 dans la presse un appel à contribution pour la création d’une nouvelle Freie (...)
  • 7 Gustav Wyneken est né en 1875 à Stade près de Hanovre. Parmi ses ascendants, il comptait de nombreu (...)

11A la veille de la Première Guerre mondiale, Wyneken était un des pédagogues les plus connus d’Allemagne, même si, pour une bonne partie du public, son nom était entouré d’une aura de scandale. Mais parmi les intellectuels, le personnage et le combat de ce pédagogue radical suscitaient généralement intérêt et sympathie6. Lorsqu’il entreprit de s’adresser directement à la jeunesse et qu’il entra en contact avec les mouvements de jeunesse, en particulier avec le Wandervogel, Wyneken était connu surtout par ses nombreuses publications et ses idées pédagogiques, mises en pratique dans la Freie Schulgemeinde Wickersdorf7.

12A Wickersdorf on trouvait les mêmes programmes d’enseignement et les mêmes activités intellectuelles, manuelles ou sportives que dans les « internats à la campagne » de Lietz. Mais selon Wyneken, à Wickersdorf ces activités prenaient un sens différent dès lors qu’elles étaient au service d’une autre vision du monde. La pratique des arts, par exemple, n’y était pas utilisée comme un moyen pour « élever, attendrir et réchauffer l’âme », ou pour mieux fixer l’attention des élèves et les enthousiasmer pour quelque idéal moral. A Wickersdorf, l’art occupait la place centrale.

  • 8 Gustav Wyneken, « Die deutschen Landerziehungsheime » (1911), in Der Kampf für die Jugend, Jena, 19 (...)

Pour la Freie Schulgemeinde, l’art est devenu véritablement la flamme du foyer autour de laquelle se rassemblent tous les esprits, le feu sacré auquel pourra être rallumée la lumière de la foi chaque fois qu’elle faiblira. Chez nous, on ne joue pas avec l’art, on ne le jette pas dans le chaudron pédagogique comme un ingrédient parmi d’autres ; toute l’école est rassemblée autour de l’art ; il n’est pas un moyen d’enseignement et d’éducation comme par exemple une carte murale ou une piscine8.

13Si, conformément à la tradition humaniste européenne, Wyneken faisait de l’homme la mesure de toute chose, ce n’était pas pour exalter l’individualisme « bourgeois » : mais ce n’était pas non plus, comme chez Langbehn et d’autres, pour permettre à l’individu de retrouver les valeurs fondamentales de l’esprit allemand, menacées par les temps modernes.

  • 9 G.  Wyneken, Schule und Jugendkultur, Jena, 1914, p. 7.

14Ce qui importait pour lui, ce n’était pas le « peuple » allemand, c’était l’humanité. Il considérait que l’homme joue un rôle essentiel dans l’histoire de l’univers, car il représente « le seul point au monde où existe la pensée9 ». En pensant, l’homme pense l’univers. Mais il fait partie de cet univers. Donc, en lui, c’est l’univers qui se pense lui-même, qui accède à la conscience. Le processus n’est pas statique, mais dynamique : tout ce que l’homme a pensé jusqu’à présent n’est qu’un infime commencement du processus d’éveil de l’univers à la conscience. La mission de l’homme est de faire progresser de toutes ses forces cette prise de conscience, de lutter pour assurer la victoire de la lumière sur les ténèbres, de la conscience sur l’esprit de pesanteur.

  • 10 La mission de l’humanité est essentielle, car elle ne consiste pas à dévoiler l’esprit, à le retrou (...)
  • 11 G.  Wyneken, Weltanschauung, München, 1947, p. 347 : « Le surhomme c’est d’abord l’homme supra-indi (...)

15Le péché contre l’esprit, c’est l’immobilisme, l’attachement à l’acquis. Cette foi dans l’avenir, cette confiance faite à la pensée, est sans doute ce qui distingue le plus nettement Wyneken de la majorité des pédagogues de son temps, qui faisaient appel de préférence à un passé plus ou moins mythique et au retour à la nature pour guérir les maux de leur temps10. Mais comme chez Nietzsche, cette foi dans l’avenir n’était pas chez Wyneken un optimisme béat : elle impliquait que l’homme cherche à se surpasser, à avancer sans cesse, qu’il résiste précisément à l’esprit de pesanteur qui l’invite à jouir de son acquis, à prendre ses aises. C’est l’invitation à une vie héroïque. Comme chez Nietzsche, cet appel à la vie héroïque et tout le vocabulaire militant que Wyneken utilisait dans ce contexte ont donné lieu à bien des malentendus parce que l’aspect métaphorique de ce langage a été trop souvent perdu de vue. Wyneken visait un héroïsme intellectuel et n’admettait la notion de surhomme que dans le domaine intellectuel, et seulement comme un idéal éternellement présent, qui ne serait jamais réalisé11.

L’éducation selon Wyneken

  • 12 G. Wyneken, Schule und Jugendkultur, op. cit., p. 5 et 12.

16Quelle est la place de la jeunesse et de l’éducation dans cette Weltanschauung ? Wyneken distingue trois étapes principales dans l’évolution de l’être humain : d’abord, le stade de l’enfance, encore très proche de l’animalité, de la nature. Puis vient le stade de la jeunesse. C’est une période cruciale puisque c’est le moment de la Menschwerdung, où l’être devient humain en découvrant la fonction essentielle de l’humanité : la pensée. C’est durant cette période, c’est-à-dire essentiellement le troisième septennat de la vie, de 14 à 21 ans, que l’individu accède à l’« esprit objectif », notion que Wyneken a empruntée à Hegel. Enfin vient l’âge adulte au cours duquel l’individu participe à l’activité de « l’esprit objectif » et apporte sa contribution à l’histoire de l’humanité12.

17La jeunesse est donc un stade essentiel parce qu’il est important pour le progrès de l’humanité de savoir de quelle manière les jeunes sont mis en contact avec l’esprit objectif. Ce processus d’accession à la pensée et à l’humanité, la Menschwerdung, ne se fait pas tout seul : Wyneken n’est nullement partisan du libre développement de la personnalité.

  • 13 Ibid., p. 13.

L’éducation est lutte, est violence. En s’acheminant vers son but, l’humanité donne sans cesse naissance à son propre ennemi : sa jeune génération, ses enfants, qui sont l’incarnation de sa vie instinctive, de sa volonté individuelle, la part proprement animale de sa nature, son passé sans cesse renouvelé. Il n’y a donc pas de tâche plus importante pour l’humanité que de se rendre maîtresse de cette part d’elle-même, de l’intégrer dans le processus de création de l’homme. C’est l’éducation. Celle-ci aura deux aspects : elle consistera à imprégner l’intellect de l’intellect social, c’est le rôle de l’enseignement, et à orienter la volonté dans le sens de la volonté sociale, c’est l’éducation au sens restreint13.

18Cette intégration dans l’intellect social et la volonté sociale ne doit pas être comprise comme une simple adaptation du jeune aux valeurs de la culture existante et de la société dans lesquels ils vivent. L’éducation ne doit pas être déterminée par le passé ou par le présent, mais par l’avenir et des valeurs éternelles.

  • 14 G. Wyneken, « Student und Erziehungsproblem » (1913), in Der Kampf für die Jugend, op. cit., p. 225

Par l’éducation, il s’agit de façonner l’avenir, de faire jaillir la source d’un temps meilleur, dans un esprit nouveau et totalement étranger à la génération présente14.

  • 15 « Pour la première fois l’éducation est investie d’une mission au service de l’histoire du monde. E (...)

19Car l’éducation n’est pas au service de la société ni de l’état, c’est une « tâche au service de l’histoire du monde15 ».

20L’éducation traditionnelle de la jeunesse, selon Wyneken, remplit mal cette tâche. D’abord, elle donne trop d’importance à l’éducation familiale. Celle-ci, indispensable pendant les premières années de la vie de l’enfant, est totalement inappropriée pour la période de l’adolescence. Les familles devraient enfin le reconnaître et « laisser les jeunes » à ceux qui sont aptes à les éduquer. L’état et son système éducatif sont tout aussi incapables de s’en acquitter convenablement. Ce que Wyneken appelle « l’éducation proprement dite », c’est celle que peuvent donner dans les écoles nouvelles les vrais éducateurs, des « éducateurs nés ». Wyneken estime que les parents, contrairement à ce qu’ils croient, ne connaissent pas leurs enfants, qui ne révèlent leur vraie personnalité que hors du cercle familial, parmi les jeunes de leur âge. Pour que la famille soit un milieu propice à l’éducation des adolescents, il faudrait que la cellule familiale renonce à ce qui fait son essence même, à la chaleur du foyer, à la Gemütlichkeit. Car ce n’est pas ce qu’il faut à la jeunesse :

  • 16 G. Wyneken, Schule und Jugendkultur, op. cit., p. 19.

Elle [la jeunesse] entend à sa porte le cliquetis des armes des combats de l’esprit, la fanfare de la vérité, l’appel du droit, et elle ne peut plus rester prisonnière de l’étroitesse des intérêts domestiques ; tel le jeune Achille, elle se débarrasse de l’habit de mollesse, choisit l’épée et s’élance au-dehors16.

  • 17 « ein Veralterungsapparat », ibid., p. 37.
  • 18 Ibid., p. 33.
  • 19 « das Heim, die Insel der Jugend », ibid., p. 37.

21L’école traditionnelle ne répond pas davantage aux besoins de l’éducation de la jeunesse. Wyneken la qualifie d’« appareil à faire vieillir17 », qui se fixe comme objectif de « rendre les jeunes aptes à tenir leur place dans la lutte économique pour l’existence18 ». Elle ne cherche pas à être le « foyer, l’île de la jeunesse19 », un domaine à l’écart du monde et de son influence, où la jeunesse peut trouver ce dont elle a besoin pour son développement et que la famille ne peut lui donner. Wyneken considère qu’il est inutile de chercher à réformer le système en changeant les programmes ou les méthodes ; ce qu’il faut, c’est une révolution. Il faut une nouvelle conception de la nature de l’école, il faut qu’elle devienne un lieu qui,

  • 20 G. Wyneken, Schule und Jugendkultur, op. cit., p. 37.

au milieu de la convention bourgeoise, sache offrir à la jeunesse un refuge pour son être le plus profond, qui ne considère pas que sa tâche est de faire vieillir, mais de découvrir, d’affirmer et de renforcer ce qu’il y a de juvénile dans la jeunesse20.

22Et Wyneken ne manque jamais de rappeler que le modèle de cette nouvelle école existe déjà à Wickersdorf.

  • 21 Ibid., p. 117.

23En tant qu’établissement d’enseignement, l’école doit, selon Wyneken, répondre à un double impératif : préparer les élèves à la vie active en développant les aptitudes particulières de chacun et les faire participer à la totalité de la culture21. Ces deux missions doivent être assumées dans les mêmes établissements sans pour autant se mélanger ni se confondre. Pour Wyneken, c’est évidemment la mission culturelle qui est la plus importante.

  • 22 Ibid., p. 126-127.

Dans notre école, pour la première fois, le culte de la pensée, c’est-à-dire le développement du sens de la beauté et de la vérité, est placé au centre de toute la vie. Dans les œuvres de l’art et de la philosophie (au sens le plus large), nous reconnaissons les manifestations les plus pures et les plus sublimes de l’esprit22.

24L’école nouvelle telle que la concevait Wyneken est aussi un lieu de vie, une communauté qui a pour tâche d’éduquer tout en instruisant. L’enseignement, les activités sportives, manuelles ou artistiques et la participation des élèves à la gestion de l’école forment un tout, inspiré par un même esprit, par une même exigence intellectuelle, par le même refus de la facilité. Le rôle de la collectivité est essentiel, car l’esprit est par définition de nature « sociale ». Pour toutes les activités scolaires, en dehors de l’enseignement proprement dit, les élèves de Wickersdorf, garçons et filles, se groupaient autour d’un maître par libre choix, et le règlement donnait une large part de responsabilité et de pouvoir de décision aux élèves. C’était une véritable communauté vivante, le foyer de la jeunesse. Le rôle du maître en était changé : ce qu’il perdait en moyens de coercition, en signes extérieurs de respect, il le regagnait en autorité spirituelle et morale grâce à la confiance qu’il recevait de la part des élèves qui l’avaient choisi. C’est ce que Wyneken appelait « l’éros pédagogique ». Le véritable éducateur est un guide (Führer). Son charisme ne lui vient pas seulement de sa personnalité, mais aussi du fait qu’il est en contact avec l’esprit. A travers lui, l’élève qui l’a choisi pour maître entre en contact avec l’esprit.

Image de la jeunesse

  • 23 G. Wyneken, « Der Sozialismus der Jugend », in Der Kampf für die Jugend, op. cit., p. 143.

25Pour Wyneken, la jeunesse se définit par un ensemble de qualités et de caractéristiques propres à cet âge humain « appelé à se mettre tout entier au service de l’esprit, de la volonté de culture » parce qu’il est la part de l’humanité qui ne se trouve pas encore « intellectuellement intégrée dans le corps social »23.

  • 24 G. Wyneken, Schule und Jugendkultur, p. 46.

La jeunesse est le temps de la réceptivité pour les valeurs absolues de la vie, le temps de l’idéalisme. Elle est le seul temps où l’esprit peut faire valoir ses valeurs absolues ; le seul temps où peut naître un sentiment social qui ne repose pas sur l’eudémonisme, qui ne recherche pas le maximum de bonheur pour le plus grand nombre, mais qui considère la société comme une organisation dont le but est de promouvoir l’esprit24.

  • 25 Ibid., p. 43.

26La jeunesse pour Wyneken est « le temps de la passion et de l’amour, de la capacité de croire et de s’enthousiasmer25 ».

  • 26 Ibid., p. 34.
  • 27 Ibid., p. 35.
  • 28 Ibid., p. 42.

27Wyneken ne minimise pas la valeur de l’âge adulte, ni la nécessité d’agir dans la société existante, de participer au processus de production26. Il concède que la jeunesse ne peut pas être productrice de biens matériels ou spirituels, mais ce qu’il récuse, c’est le dédain dans lequel on la tient traditionnellement. Les adultes doivent accepter que la jeune génération leur propose l’image d’une humanité plus noble, plus pure et plus belle27 et que, dans son immaturité et son improductivité, elle possède une valeur en soi28. D’une certaine manière, affirme Wyneken, la période de la jeunesse est un sommet dans l’évolution des individus, c’est la période où ils sont les plus proches des valeurs absolues de l’humanité. L’âge adulte, qui arrive fatalement, constitue une régression : l’utilitarisme remplace l’idéalisme.

28Mais si l’on reconnaît la valeur spécifique de la jeunesse, il faut aussi accepter de lui permettre de vivre pleinement ce temps privilégié, sous la direction des guides qu’elle s’est choisie, de la laisser aussi longtemps que possible à l’écart de la mentalité utilitariste des adultes, des parents comme de la société. C’est dans l’intérêt de l’humanité et du progrès :

  • 29 Ibid., p. 39.

Une jeunesse à laquelle on permet d’être jeune est le grand remède de la société contre le conformisme, l’étroitesse d’esprit et la pusillanimité29.

  • 30 Ibid., p. 39.
  • 31 Cf. Erich Geissler, Der Gedanke der Jugend bei Gustav Wyneken, Frankfurt, 1963, p. 64.
  • 32 Ibid., p. 81.

29L’esprit de jeunesse pénétrera à la longue la société tout entière. Il faut que « la manière juvénile de sentir et de penser devienne une composante importante de l’opinion publique30 ». Au-delà de la jeunesse biologique, ce que vise Wyneken ici, c’est donc un certain état d’esprit qui étend les caractéristiques de la jeunesse à la société tout entière31. L’idéal de vie juvénile est présenté comme un idéal de vie valable pour tous : « la jeunesse est l’avant-garde de l’avenir32 ».

  • 33 G. Wyneken, Wickersdorf, Lauenburg, 1922, p. 15.
  • 34 Ces notions de « Sendung der Jugend », « Mission der Jugend », « Eigenwert der Jugend » deviendront (...)
  • 35 Cf. Ulrich Panter, Gustav Wyneken. Leben und Werk, Weinheim, 1960 ; Heinrich Kupffer, Gustav Wyneke (...)

30On découvre ainsi chez Wyneken toute une idéologie centrée sur la notion de jeunesse : jeunesse comme âge de la vie, comme ensemble de tous les jeunes et comme idéal de vie. Contrairement à la plupart des autres pédagogues réformateurs de son temps, il ne s’est pas intéressé à l’enfance et il a bien distingué entre enfance et jeunesse. S’il n’a pas, comme il le prétendait, « découvert la jeunesse33 », il a relancé et propagé vigoureusement et efficacement l’idée d’une « mission de la jeunesse », d’une « valeur spécifique de la jeunesse »34 qui est la composante centrale de ce que nous appelons ici le « juvénilisme ». On peut, bien sûr, découvrir dans la pensée de Wyneken les traces de nombreuses influences35. Les idées d’une éducation de la jeunesse à l’abri du monde, d’une régénération de la société par sa jeunesse viennent directement de Fichte ; la conception de l’histoire du monde comme avènement de l’esprit et de la raison est l’idée centrale de la philosophie de Hegel ; le pessimisme de Schopenhauer est sous-jacent dans la vision du monde de Wyneken, tout comme l’influence de Nietzsche.

31Mais contrairement aux grands esprits qui l’ont influencé, Wyneken ne s’adressait pas prioritairement aux adultes, aux éducateurs ou aux parents, mais directement aux jeunes, aux étudiants, aux lycéens pour les mobiliser et leur montrer la voie. C’était pour les atteindre qu’il avait joué un rôle décisif dans la reparution de la revue Der Anfang, multiplié les articles et les brochures et prononcé de nombreuses conférences devant des publics majoritairement composés d’étudiants. C’est dans la jeunesse intellectuelle qu’il trouva ses lecteurs et ses partisans les plus fidèles. Il a su traduire en slogans mobilisateurs certaines aspirations de la jeunesse intellectuelle dont on trouve la trace dans les œuvres de la « génération expressionniste » : le conflit des générations, le refus de l’autorité du monde des pères, le messianisme de la jeunesse, l’espoir d’un bouleversement révolutionnaire.

32Son influence directe ou indirecte, même si elle n’a pas été à la mesure de ses espoirs, fut essentielle dans l’évolution des mentalités de la jeunesse en Allemagne. Mais il n’a pas réussi à élargir, comme il aurait aimé le faire, son domaine d’action. Le « discours de la jeunesse » de Wyneken était aussi fondé sur sa conviction que la jeunesse pourrait devenir un instrument du changement social. La plupart de ses écrits de la période 1910-1920 étaient manifestement destinés à établir le contact avec la jeunesse, organisée ou non, pour l’influencer, la mobiliser et « l’activer » et, qui sait, constituer un grand mouvement de la jeunesse dont il serait le maître à penser.

2. Juvénilisme et « culture juvénile »

La culture juvénile (Jugendkultur)

  • 36 E. Geissler, Der Gedanke der Jugend bei Gustav Wyneken, op. cit., p. 25.
  • 37 G. Wyneken, « Wandervogel und Freie Schulgemeinde », Die Freie Schulgemeinde, III, 2, janvier 1913, (...)

33On a dit, à juste titre, que les rapports de Wyneken avec le Wandervogel reposaient sur un malentendu36. Wyneken avoua lui-même qu’il ne connaissait ce mouvement qu’à travers quelques jeunes amis et par le livre de Blüher37. Conformément aux thèses de ce dernier, il y voyait un mouvement de révolte de la jeunesse contre le monde des parents et de l’école. Et c’est une autre thèse de Blüher qu’il reprenait en reprochant au Wandervogel de s’être écarté de sa ligne et d’être devenu un mouvement trop sage et bien intégré.

  • 38 Ibid., p. 36-37 et p. 39.

34Mais, contrairement à Blüher, Wyneken ne demandait pas au mouvement de revenir en arrière et de retrouver sa nature originelle de révolte spontanée et instinctive. Il considérait que le stade de la révolte était dépassé et qu’à présent le Wandervogel devait dépasser aussi le stade d’apaisement où il se complaisait. Pour lui, le Wandervogel n’était que l’amorce du véritable mouvement de la jeunesse. Et il se sentait appelé à montrer la voie, voire à prendre la tête du mouvement. Pour cela, il fallait que le Wandervogel se donnât des objectifs dignes de lui et se mît au service de la cause de la jeunesse, de ce que Wyneken appelait la « culture juvénile », Jugendkultur. Le Wandervogel s’était borné jusque-là à fuir la civilisation des grandes villes et avait cru trouver dans la nature et à la campagne des formes plus authentiques et plus saines d’art et de culture populaires. Mais pour Wyneken on ne peut appeler cela une culture, pas même l’ébauche d’une culture juvénile, c’est tout au plus un succédané provisoire, tombant très rapidement dans la médiocrité, la banalité et le Kitsch38.

  • 39 G. Wyneken, « Der weltgeschichtliche Sinn der Jugendbewegung » (1916), in Der Kampf für die Jugend, (...)
  • 40 G. Wyneken, « Jugendkultur » (1914), in Der Kampf für die Jugend, p. 124.

35Le Wandervogel s’est constitué comme un refuge où il s’est affranchi de la tutelle de la famille et de l’école, mais il doit maintenant donner un sens et un contenu à cette émancipation. Pour le moment, dit Wyneken, il y a, d’un côté, un mouvement de jeunesse, le Wandervogel, qui n’a pas encore trouvé le chemin de la culture et, de l’autre côté, un lieu où s’est épanouie la nouvelle culture de la jeunesse : c’est la Freie Schulgemeinde. Cette relation d’opposition ou de polarité doit aboutir à une synthèse : la jeunesse doit trouver dans la culture son sens, la culture dans la jeunesse son sang39. Une jeunesse qui s’arrêterait au stade de l’émancipation, estime Wyneken, périrait de « sous-alimentation intellectuelle40 ».

  • 41 G. Wyneken, Was ist Jugendkultur ?, München, 1914, p. 18.
  • 42 G. Wyneken, « Jugendkultur », p. 127.

36Il n’est pas aisé de savoir ce que Wyneken entendait par Jugendkultur. Il a refusé de la définir, se contentant de renvoyer à l’exemple de la Freie Schulgemeinde, qui était « le lieu géométrique de la culture juvénile41 ». À ceux qui ne se contentaient pas de cette « explication », il répondait que « la culture juvénile n’est pas un programme, mais une idée, pas une mosaïque de réformes de la manière de vivre, mais une nouvelle vie42 ». En fait, Wyneken utilisait ce terme, dans lequel il résumait toute sa conception de la mission de la jeunesse, de la nouvelle école qu’il prônait et des rapports de la jeunesse avec la culture, comme la devise du juvénilisme, le cri de guerre, la bannière sous laquelle il voulait rassembler la jeunesse. Ce slogan annonçait une nouvelle façon de vivre où la jeunesse et la culture étaient prises dans leur sens le plus fort, où la jeunesse libérée des contraintes de la famille et de la société pouvait se vouer entièrement au culte de l’esprit, sous la direction de ses vrais maîtres et guides. La nouvelle école représentait à la fois l’émancipation de la jeunesse et son intégration dans la culture, non dans la culture contingente du présent, mais la vraie culture à laquelle travaille sans relâche l’« esprit objectif ».

  • 43 E. Neuendorff, in Sämann, avril 1914, cité par E. Geissler, Der Gedanke der Jugend bei Gustav Wynek (...)

37Non seulement Wyneken se méprenait sur la nature du Wandervogel, et sur les motivations qui animaient la majorité des jeunes, mais encore il méconnaissait absolument la réalité institutionnelle du mouvement. Même si, à titre individuel, des membres du Wandervogel pouvaient être séduits par l’idéologie juvéniliste de Wyneken et y trouver l’expression de leurs propres aspirations confuses, le mouvement en tant que tel adopta d’emblée une attitude hostile, dirigée à la fois contre les idées et contre la personnalité de Wyneken. Il n’y a pas eu, à proprement parler, de discussion sur les idées de Wyneken dans les journaux du Wandervogel : elles ont été largement ignorées. Le Wandervogel, y lisait-on, a réussi à se créer son domaine de liberté et pour cette raison, il ne veut pas se laisser mettre au service d’une cause quelle qu’elle soit, à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’une cause aussi peu conforme à sa nature, un système comme celui de Wyneken, imprégné d’un « froid intellectualisme de vieillard43 ».

38Les dirigeants du Wandervogel, car c’étaient eux qui s’exprimaient ainsi, ne voulaient pas laisser pénétrer dans le mouvement une idéologie qui aboutissait à un appel pour changer l’école, qui serait donc contraire à toute la ligne suivie jusque-là par le mouvement, soucieux de ne pas choquer les autorités établies. Le rappel du principe de « l’absence de programme » du Wandervogel servait de prétexte commode pour écarter des idées jugées importunes. Il en sera de même, un peu plus tard, lorsque le mouvement de la Freideutsche Jugend prendra lui aussi ses distances par rapport à Wyneken. Mais dans les deux cas, la frilosité des responsables ne put empêcher qu’une partie de leurs troupes soit contaminée par les idées de la « culture juvénile » qui constitueront le socle intellectuel du juvénilisme.

Der Anfang, revue de la jeunesse

  • 44 Né en 1892 à Barbizon près de Paris, il était le fils de Willy Gretor, peintre et marchand de table (...)
  • 45 Siegfried Bernfeld (1892-1953) terminait alors ses études de psychologie à Vienne. Il devait souten (...)

39Au mois de mai 1913, parut à Berlin le premier numéro d’une revue intitulée Der Anfang. Zeitschrift der Jugend. Malgré son faible tirage (environ 1000 exemplaires), elle ne tarda pas à susciter beaucoup d’émotions et de violentes polémiques. Attaquée par la presse conservatrice et cléricale, interdite en Bavière, évoquée au cours de débats parlementaires, elle était considérée par certains comme un symptôme alarmant montrant la radicalisation des tendances émancipatrices dans la jeunesse et prouvant l’influence pernicieuse de quelques individus, en particulier de Gustav Wyneken. Diffusée par l’éditeur de la revue expressionniste Die Aktion (Franz Pfemfert), la revue Der Anfang était publiée par Georges Barbizon44 (Berlin) et Siegfried Bernfeld45 (Vienne), tandis que Gustav Wyneken signait comme « rédacteur responsable » au regard de la loi de presse. En réalité, le rôle de Wyneken dans cette parution était à la fois plus important qu’il ne voulait bien l’admettre lui-même et moins déterminant que ne le prétendaient ses adversaires.

  • 46 Walter Benjamin fut un des collaborateurs fidèles du Anfang jusqu’en 1914. Il rompit alors avec Wyn (...)
  • 47 Otto Braun, fils de Heinrich et Lily Braun (Memoiren einer Sozialistin), fut un enfant prodige. Il (...)
  • 48 Stefan Lepsius (1897-1917), fils unique du couple de peintres Sabine et Reinhold Lepsius, dont le p (...)

40Sous une première forme, la revue Der Anfang avait été fondée en 1908 par Georges Barbizon pour permettre aux jeunes talents de publier leurs œuvres et de les soumettre au jugement de leurs amis. Il s’était entouré d’un groupe de garçons et de filles de son cercle de connaissances : il y avait là les deux fils de Käthe Kollwitz, le fils d’un marchand d’art, Walter Benjamin (qui signait Ardor)46, Otto Braun47, Stefan Lepsius48 et une dizaine d’autres garçons et filles entre 12 et 18 ans. Le milieu familial de ces adolescents, où se rejoignaient le monde des affaires, celui des arts et celui de la politique, était aux antipodes du monde petit-bourgeois, à l’horizon social et intellectuel étriqué, où évoluait le Wandervogel. L’on y était artiste sans être bohème, libéral, sensible aux problèmes politiques et sociaux sans s’engager forcément dans un parti politique. Nulle trace de nationalisme : sans être cosmopolite, on y était ouvert à l’étranger.

  • 49 « Vorwort », in Der Anfang. Vereinigte Zeitschriften der Jugend, I, 2, février 1911, p. 27.

41Sous sa première forme, la revue avait surtout publié entre 1908 et 1910 les productions de ses jeunes collaborateurs, récits de voyage, contes philosophiques, poèmes, chansons, critiques musicales, dessins et comptes rendus d’expositions de peinture moderne, conformément au programme annoncé dans son sous-titre (Zeitschrift für kommende Kunst und Literatur). Mais en février 1911, Barbizon, revenant sur les objectifs de sa revue, rappela que celle-ci voulait traiter de tous les problèmes qui préoccupaient la jeunesse, de ses idées et de ses intérêts. Il -remarqua que la plupart des contributions qui lui parvenaient parlaient de problèmes sentimentaux et que les auteurs semblaient surtout animés par la vanité, par le désir d’être publiés. Il réclamait des articles moins conventionnels et incitait en particulier les jeunes à donner leur opinion sur les problèmes de l’école et de l’éducation, « sur lesquels on écrit tellement en ce moment49 ».

  • 50 Ardor, « Das Dornröschen », in Der Anfang, 3, mars 1911, p. 51-54, et « Die Freie Schulgemeinde », (...)

42Deux articles signés Ardor témoignaient de cette volonté de changement de la revue et portaient déjà très nettement la trace de l’influence de Wyneken, dont Walter Benjamin avait été l’élève en 1905. L’un des deux articles présentait la Freie Schulgemeinde Wickersdo rfl’autre, intitulé La Belle au bois dormant (Das Dornröschen)50, abordait le problème de la jeunesse en des termes où, sous la métaphore poétique, percent des intentions assez précises :

Nous vivons au siècle du socialisme, du féminisme, des moyens de transport, de l’individualisme. N’allons-nous pas vers un siècle de la jeunesse ? En tout cas, nous vivons dans un temps où l’on ne peut plus ouvrir une revue sans tomber sur le mot « école », en un temps où les mots co-éducation, internat à la campagne, enfant et art sont dans l’air. Mais la jeunesse est la Belle au Bois dormant qui sommeille et qui ne se rend pas compte qu’approche le Prince charmant pour la délivrer. Faire en sorte que la jeunesse s’éveille, qu’elle prenne part au combat qui est mené pour elle, c’est ce à quoi veut contribuer notre revue dans la mesure de ses forces. […] Elle veut lui montrer des chemins pour faire naître en elle le sentiment de la solidarité, lui faire prendre conscience d’elle-même, conscience d’être celle qui, dans quelques lustres, tissera et façonnera la trame de l’histoire de l’univers.

43Et Benjamin poursuit en montrant comment quelques « grands » de la littérature mondiale ont déjà exprimé nettement cet « idéal d’une jeunesse consciente d’elle-même comme d’un facteur de la culture de l’avenir ». Il cite tour à tour Hamlet, « dont le pessimisme fondamental est celui de toute jeunesse », et le héros des Brigands de Schiller, Karl Moor, « dont les combats sont nos combats, l’éternelle révolte de la jeunesse, ses combats avec la société, l’état et le droit ».

La cause des jeunes

44Après avoir cessé de paraître pendant deux ans pour des raisons financières, la revue Der Anfang reparut en mai 1913. Dans une déclaration liminaire, Wyneken précisa sa position à l’égard de la revue :

  • 51 Gustav Wyneken, « Erklärung », in Der Anfang. Zeitschrift der Jugend, I, 1, mai 1913, p. 4.

En proposant à la jeunesse cette revue, nous lui […] donnons la possibilité d’exprimer son opinion et sa volonté – en défiant, au besoin, toutes les puissances et autorités – sans retenue et de manière à être entendue au loin. Nous lui remettons cette revue, s’il le faut, comme un outil et une arme dans son combat pour se faire respecter, pour les droits de la personnalité, pour la liberté de pensée, pour une nouvelle manière de conduire sa vie, et comme un moyen pour se découvrir elle-même pour la première fois et pour prendre conscience de son être et de ses intérêts communs51.

45Dans son premier éditorial, Barbizon reprit la revendication du droit à la parole pour la jeunesse et proposa comme devise de son action : « Par la jeunesse, pour la jeunesse ! » :

  • 52 Georges Barbizon, « Die treibenden Kräfte », in Der Anfang, I, 1, mai 1913, p. 3.

Il faut que se constitue et s’exprime une opinion publique de la jeunesse. Et en particulier sur les questions de la jeunesse, pour lesquelles le monde des gens mûrs manifeste si peu d’intérêt et de compréhension52.

46Il invitait tous les jeunes qui voulaient prouver qu’ils étaient « convaincus du droit de la jeunesse à mener une vie qui lui soit appropriée » à s’exprimer. Il s’agissait, selon lui, d’un combat pour la culture (Kulturkampf), du combat pour la culture juvénile (Jugendkulturkampf). La référence à Wyneken était claire et elle l’était encore plus dans un passage où Barbizon évoquait explicitement les mérites de Wyneken dans la lutte pour l’autonomie et les droits de la jeunesse. La revue se positionna comme une revue de combat, une arme au service de la « cause des jeunes ». La plupart des articles traitèrent désormais du thème de la jeunesse en de nombreuses variations : les jeunes et l’école, les jeunes et la famille, les jeunes et l’amour, les jeunes et la religion, la mission de la jeunesse, etc. Un certain nombre d’articles concernèrent des mouvements de jeunesse, Wandervogel, Freideutsche Jugend, Germania et les groupes de jeunes qui s’étaient constitués dans les universités et les lycées autour des idées de Wyneken.

  • 53 Cf. Siegfried Bernfeld, in Der Anfang, I, 5, p. 148-149, ou Ado, ibid., I, 8, p. 240.

47Dès les premières livraisons, le problème de l’école occupa une place centrale. La plupart des textes publiés sur ce sujet étaient des témoignages d’élèves, notamment dans la rubrique intitulée « Der Klassenspiegel », qui présentait un sottisier, un recueil de « perles » de professeurs et un miroir impitoyable de leurs faits et gestes. Venant de la part de jeunes gens et de jeunes filles encore scolarisés qui mettaient en cause leurs professeurs (sans toutefois citer de nom), cette rubrique a donné lieu aux réactions les plus vives de la part des enseignants et de l’opinion publique. La cible principale était le pouvoir absolu dont le maître était investi et dont il usait de façon arbitraire, exigeant un respect servile pour sa personne et ses paroles, mais sans respecter lui-même l’élève qu’il avait en face de lui, ses pensées, ses opinions, ses sentiments, sa personnalité53.

  • 54 Voir par exemple H.H., in Der Anfang, I, 12, avril 1914, p. 377.
  • 55 Voir entre autres : Ardor (i.e. Walter Benjamin), Der Anfang I, 1, mai 1913, p. 6.
  • 56 Cf. Hermann, Der Anfang, I, 6, octobre 1913, p. 172.

48Le Anfang mettait en cause un système où les élèves ne pouvaient survivre qu’au prix de mille dissimulations, mensonges et tricheries et qui récompensait la flatterie et la délation54 ; un système qui s’évertuait à transmettre une masse de savoirs morts et inutiles, mais ne savait pas donner aux jeunes ce dont ils avaient besoin et n’essayait même pas de leur apprendre à penser, qui restait attaché à une pseudo-culture classique en tuant toute beauté par la manière dont les grands textes étaient analysés et disséqués55. Des réformes de détail ne pouvaient pas remédier à cette situation, expliqua un des auteurs, ce qu’il fallait c’était une « révolution de l’école », c’était faire disparaître l’école telle qu’elle existait actuellement. Et c’était bien sûr dans la Freie Schulgemeinde qu’il voyait le modèle de l’école de demain56.

  • 57 G. Barbizon, Der Anfang, I, 3, juillet 1913, p. 68.
  • 58 Cf. Der Anfang, II, 13, p. 25.
  • 59 Voir par exemple Der Anfang, I, 6, oct. 1913, p. 179 ; ibid., I, 5, sept. 1913, p. 138 ; ibid., I, (...)
  • 60 « Erwiderung », in Der Anfang, I, 9, janvier 1914, p. 261. « Qui fait les lois, qui vote, qui gouve (...)

49La famille n’était pas épargnée par ces critiques. Un article de Barbizon replaçait le problème de l’émancipation de la jeunesse dans le contexte plus général de la transformation de la vie familiale dans le monde moderne et établissait un lien entre l’émancipation des jeunes et celle des femmes57. D’autres textes traitaient de problèmes plus personnels et montraient que les jeunes déploraient surtout l’absence de liberté et l’impossibilité de communiquer avec les parents, notamment lorsque venait le temps des premières amours. Le problème des relations entre garçons et filles faisait aussi l’objet d’un certain nombre de textes. Dans ce domaine, Der Anfang, contrairement à ce qu’on lui a reproché, ne se montrait pas révolutionnaire. Certes, on y trouvait un article osant évoquer la « misère sexuelle » des jeunes à qui la société imposait une longue période d’attente et d’abstinence avant le mariage58, mais ce que la plupart des textes consacrés à ce sujet attaquaient, c’était l’« hypocrisie bourgeoise » qui régnait dans ce domaine, c’était la pudibonderie qui censurait même des textes anodins dans les livres de classe59, qui s’opposait à l’idée de la mixité des établissements et qui imposait aux adolescent(e)s les formes guindées et ridicules des cours de danse (Tanzstunde). La revue reprenait aussi certains arguments du féminisme60.

  • 61 Der Anfang, I, 8, déc. 1913, p. 225.
  • 62 Le numéro 10 (février 1914) publie les réponses de Wilhelm Ostwald, Alfred Kerr, Ernst Müller, Paul (...)
  • 63 La « majorité religieuse » (Religionsmündigkeit), c’est-à-dire le droit de choisir librement sa con (...)

50Le problème de la religion est posé dans la revue à plusieurs reprises. Dans le n° 8, un jeune lecteur qui signe Hermann, élève de première à Munich, pose la question : comment des jeunes peuvent-ils prendre leur vie en mains et vivre selon leurs convictions, surtout en matière de religion, puisqu’ils dépendent entièrement de leurs parents ? S’ils refusent de participer aux pratiques religieuses parce qu’ils ont perdu la foi, ils risquent des sanctions et de nombreux inconvénients pour eux-mêmes et leurs parents61. Cette question suscite de nombreuses réponses à partir du n° 10 : certaines prônent la franchise, quelles qu’en soient les conséquences, d’autres la prudence, tandis que certains adultes interrogés62 tentent de replacer le problème dans un contexte plus vaste, le problème de la séparation de l’Église et de l’état, ou la notion de « majorité religieuse63 ».

Pour l’émancipation morale de la jeunesse

  • 64 Ardor, « Erfahrung », in Der Anfang, I, 6, oct. 1913, p. 169.

51Le problème religieux, tout comme le problème sexuel et, dans une certaine mesure aussi, les problèmes des relations avec la famille et l’école, semblaient donc se ramener pour la jeunesse à un problème de sincérité, de vérité intérieure, de Wahrhaftigkeit. à partir du moment où il était admis que, par nature, les jeunes avaient d’autres besoins et d’autres aspirations que les adultes, qu’ils avaient une vision de la vie et du monde différente parce qu’ils étaient jeunes, parce qu’ils grandissaient dans un monde différent de celui où avaient grandi les parents, pourquoi devraient-ils être obligés, au sein de la famille comme à l’école, de réprimer ces aspirations et ces convictions et de feindre d’accepter les valeurs que le monde des adultes leur proposait et leur imposait au nom de l’autorité et de l’expérience, qu’il s’agisse des questions religieuses ou des questions politiques64 ? La jeunesse voudrait pouvoir proclamer haut et fort qu’elle est différente des adultes, qu’elle veut autre chose.

  • 65 Der Anfang I, 2, juin 1913, p. 33.
  • 66 « nous voulons vivre et travailler avec notre temps », Der Anfang, I, 4, août 1913, p. 112.

52Cette notion de sincérité montrait aussi en quels termes la question de l’émancipation était posée par ces jeunes. C’était une émancipation qui excluait soigneusement les problèmes économiques et se concentrait sur les problèmes de conscience. L’émancipation réclamée consistait à demander le droit à une vie juvénile « libre », mais assurée financièrement par la famille. C’était l’idéal d’une jeunesse reconnue par le monde des adultes non seulement comme une réalité sui generis, ayant une valeur intrinsèque, mais aussi comme porteuse d’une mission, qui aurait le droit de vivre sa vie conformément à l’esprit qui est en elle – dégagée de tout souci matériel65. Elle ne voulait plus vivre et étudier selon des règles et des principes du passé66, parce qu’elle considérait que sa principale qualité était d’être encore en mesure de reconnaître les valeurs absolues, le beau, le vrai, et que son devoir était de se mettre sans restrictions au service de ces valeurs.

  • 67 « Sind wir eine Zeitströmung ? », in Der Anfang, II, 2/3, juin 1914, p. 70-71.

C’est venu, personne ne sait comment. Nous ne pouvions plus être nous-mêmes dans le cadre qu’on nous offrait ; nous ne pouvions plus vivre dans les formes qui existaient. L’esprit qui y régnait n’était pas celui dont nous avions besoin. Alors, nous nous sommes levés et avons commencé sans bruit à construire le nouvel édifice. Nous ne nous connaissions pas les uns les autres. Maintenant, nous le voyons déjà plus clairement : ce que nous faisons, c’est travailler à une nouvelle culture. Quelle culture, nous ne le savons pas encore. Il y a encore beaucoup de désordre et de tiraillements. Nos guides n’ont pas encore d’objectif commun. Mais tous nous poussent à agir, et c’est malgré tout un esprit commun qui les anime. Nous suivons, sans savoir où nous allons67.

  • 68 Der Anfang, I, 8, déc. 1913, p. 232. Voir également « Von der Mission der Jugend », ibid., I, 5, se (...)

53En donnant à ces jeunes le moyen de s’exprimer, la revue de Barbizon et de Bernfeld leur avait également permis de constater qu’ils n’étaient pas seuls, que d’autres avaient les mêmes problèmes, les mêmes aspirations. L’espoir en une communauté des jeunes animés par le même idéal s’exprimait de plus en plus souvent dans la revue. La jeunesse n’était plus ressentie comme un destin individuel, une fatalité, mais comme un problème qui pouvait trouver sa solution par l’action collective des jeunes eux-mêmes68.

  • 69 Cette communauté ne prendra des formes concrètes que dans les « salles de discussion » (Sprechsäle) (...)

54On voyait s’ébaucher ainsi l’utopie d’un mouvement social, ayant pour objectif ultime la réalisation de la Jugendkultur et espérant entraîner progressivement, par la force mobilisatrice de ses idées, la jeunesse allemande tout entière69. Les partisans de cette Jugendkulturbewegung ne constituaient qu’une petite minorité de la jeunesse des lycées et des universités. Même si, conformément aux recommandations que leur faisait la rédaction, les abonnés du Anfang faisaient circuler la revue parmi leurs camarades, le nombre de lecteurs ne dépassait sans doute pas deux à trois mille. Ils étaient en majorité issus de familles bourgeoises aisées, habitant les grandes villes, et faisaient preuve d’une curiosité intellectuelle supérieure à la moyenne.

55Cependant l’importance du phénomène ne résidait pas dans les effectifs. D’une part, l’existence d’une telle revue et des idées qui s’y exprimaient jette une lumière nouvelle sur l’Allemagne wilhelmienne à la veille de la guerre de 1914. L’édifice monolithique d’une société fondée sur la puissance économique et militaire, sur la discipline et le travail, apparaît moins solide qu’on le croyait. Certes, cette révolte des jeunes ne mettait pas en péril la société et l’état. Son caractère idéaliste, l’absence de toute perspective politique ou économique concrète et le dédain superbe des contingences matérielles faisaient que la culture juvénile prêchée par Wyneken n’était pas plus de l’avenir que du présent. C’était une utopie. Mais une utopie pouvait être mobilisatrice d’énergies dans la jeunesse qui cherchait un point d’application pour ses énergies. L’idée de la culture juvénile et de la mission de la jeunesse était au centre de l’idéologie juvéniliste qui se développa dans la société allemande sous la république de Weimar – mais sans Wyneken et avec des objectifs souvent contraires à ceux que visait celui-ci.

3. La « fête de la jeunesse » sur le Meissner

Les nouveaux étudiants

  • 70 Sur l’histoire des associations d’étudiants, on peut consulter le livre classique de Friedrich Schu (...)
  • 71 Cf. A. Zoellner, Die freistudentische Bewegung an den Hochschulen Deutschlands, Charlottenburg, 190 (...)

56Dans l’Allemagne de 1900, les associations estudiantines traditionnelles70, les Burschenschaften, les Korps et les Landsmannschaften, fidèles soutiens du régime impérial, avaient commencé à perdre leur quasi-monopole de représentation des intérêts des étudiants, à mesure que les enfants des classes moyennes affluaient dans les universités. Des étudiants « non incorporés » (c’est-à-dire non affiliés à une des organisations de type traditionnel) créèrent en 1900 la Deutsche Freie Studentenschaft, pour fédérer ces groupes d’étudiants « libres71 ». Cette Freie Studentenschaft fut bientôt reconnue par les autorités académiques comme organisation représentative à côté des corporations.

  • 72 Ibid., p. 26.
  • 73 Cf. « Bericht über den XIV. Freistudententag in Weimar », in Der Anfang, II, 4, p. 120-122, et « Ch (...)
  • 74 Der Anfang, II, 4, p. 121.
  • 75 Cf. Hans Reichenbach, « Der Sinn der Hochschulreform », in Studentenschaft und Jugendbewegung, Münc (...)

57En affirmant sa neutralité politique et religieuse, en s’ouvrant à tous, même aux femmes et aux étudiants étrangers, en brocardant les rituels archaïques des corporations, la Freie Studentenschaft s’attirait l’hostilité de ces dernières, qui l’accusaient notamment d’être un repaire de juifs et de sociaux-démocrates et de manquer d’« esprit national72 ». Pourtant elle n’a jamais pris de position politique et a toujours eu soin de ne pas se laisser entraîner dans des combats qui n’étaient pas les siens. Au cours de son assemblée générale de 1914, un groupe de délégués conduits notamment par Walter Benjamin, alors président de la Freie Studentenschaft de l’université de Berlin, essaya de faire adopter une motion dans laquelle le mouvement « saluait avec joie les forces nouvelles qui sont nées dans la jeunesse allemande et qui se sont manifestées publiquement lors de la fête sur le Meissner », et s’engageait à soutenir la jeunesse scolaire dans ses revendications73. La motion fut repoussée par 17 voix contre 5. C’était un échec pour le camp des partisans de Wyneken, qui prônaient une université rénovée, « née de l’esprit de la jeunesse74 » et la « conquête de l’université par la jeunesse75 ». Les étudiants, même ceux de la Freie Studentenschaft, n’étaient pas disposés à se rallier à la cause de la Jugendkultur que Wyneken avait essayé de propager à partir de 1910-1911 par des conférences dans différentes villes universitaires.

58L’arrivée dans les universités d’une génération d’étudiants passés par des mouvements de jeunesse comme le Wandervogel ou le Bund deutscher Wanderer avait introduit de nouvelles mentalités et de nouveaux comportements dans les milieux estudiantins et avait été à l’origine de la création d’un nouveau type d’associations. Elles portaient différents noms : d’abord Akademischer Wandervogel, puis, selon les universités, Akademische Vereinigung (p. ex. à Marburg et Iéna) ou Deutsche Akademische Freischar, à Göttingen, Munich, Berlin, Kiel, Bonn, Danzig, Fribourg et Heidelberg. Elles se positionnaient à mi-chemin entre les corporations traditionnelles et le mouvement des étudiants « libres ».

  • 76 Cf. Thiemer-Nahnsen, « Über die Freischaren », in Wandervogel-Führerzeitung, n° 12, nov. 1913, p. 2 (...)
  • 77 Cf. A. Hallermeyer, « Freie Studentenschaft und Freischar », in W. Kindt (éd.), Die Wandervogelzeit (...)

59Comme les Freistudenten, ces nouvelles associations refusaient les beuveries ritualisées, l’obligation du duel et la hiérarchie figée des corporations et elles proclamaient leur intention de réformer la vie estudiantine. Mais, comme les corporations, les Akademische Freischaren constituaient des groupes fermés, sélectionnant leurs membres, n’acceptant de nouveaux adhérents que par cooptation à l’unanimité76. Comme les corporations, elles reprochaient à la Freie Studentenschaft son caractère de « mouvement de masse » parce qu’elle acceptait tous ceux qui désiraient y adhérer et à cause de son principe démocratique de « gouvernement par la majorité77 ».

  • 78 Cf. Quintus, « Über die Deutsche Akademische Freischar » (1913), in W. Kindt (éd.), ibid., p. 437-4 (...)

60Dans un programme en six points, affiché en 1907, l’Akademische Freischar rappelait son opposition aux conventions et aux rites des corporations. Dans ses groupes unis par une amitié durable devait régner la liberté de pensée et l’absence de préjugés. Les étudiants devaient y trouver la possibilité d’un développement personnel avec et grâce aux autres membres du groupe. Contrairement au Wandervogel, la Freischar invitait ses membres à s’intéresser aux problèmes du temps, à prendre conscience de leur responsabilité vis-à-vis de la collectivité nationale et à prendre activement leur part des tâches qui se présentaient. Cependant l’association proclamait sa neutralité et excluait tout engagement politique concret : les activités conseillées (p. ex. participer à l’éducation des ouvriers, s’occuper de groupes de jeunes, militer contre l’alcoolisme78) étaient essentiellement sociales et apolitiques. La Freischar invitait également ses membres à agir pour la réforme de la vie estudiantine, mais non pour la réforme de l’université.

  • 79 Ibid., p. 29.

61La politique, la participation concrète aux destinées de la nation, restait un domaine interdit, ou plutôt ignoré, même pour ces jeunes dont certains étaient déjà électeurs. Mais, pas plus que dans le Wandervogel, cet apolitisme de l’Akademische Freischar n’était neutre : il reposait sur des valeurs fondamentales résolument conservatrices. On s’y référait explicitement à l’esprit de Fichte, Carlyle et Lagarde, ainsi qu’à Jahn, on affirmait défendre les « idéaux ancestraux du vrai, du bon et du beau, nés bien avant l’ère du rationalisme79 ».

62Si les idées de Wyneken et son discours juvéniliste s’étaient heurtés, dans les rangs du Wandervogel, au mieux à l’indifférence et à l’incompréhension, et le plus souvent à une farouche réaction de rejet de la part des responsables, cela se -comprend- à la fois par le positionnement idéologique de ces derniers et par -l’absence de maturité de leurs troupes. Les réactions ont été moins négatives dans les associations d’étudiants. Même si, là aussi, la personnalité de Wyneken, ses positions radicales et la véhémence avec laquelle il les défendait ont souvent heurté ceux qu’il voulait convaincre et l’ont empêché de devenir, comme il -l’aurait souhaité, le maître à penser de la nouvelle génération, il n’en resta pas moins que ses idées ont été entendues et âprement discutées dans le monde estudiantin, à défaut dêtre adoptées.

  • 80 Der Anfang, I, 1, p. 28 énumérait quelques-uns des sujets traités dans le Sprechsaal de Vienne : Ju (...)
  • 81 Le premier Sprechsaal en Allemagne fut fondé par Walter Benjamin à Berlin. D’autres s’ouvrirent à M (...)
  • 82 Cf. Siegfried Bernfeld, « Sprechsaal und Jugendgemeinde », in Der Anfang, II, 2/3, juin 1914, p. 51 (...)

63Il y avait cependant des exceptions, par exemple à l’université de Vienne où Siegfried Bernfeld, un disciple de Wyneken, avait fondé pendant l’hiver 1912-1913 le Comité universitaire pour la réforme de l’enseignement (Akademisches Comité für Schulreform). Parallèlement il créa la Salle de discussion pour lycéens viennois (Sprechsaal Wiener Mittelschüler). Il ne s’agissait d’abord que d’un lieu de réunion où des lycéens se rencontraient une fois par semaine, entendaient un exposé sur des sujets qui les concernaient directement80, et pouvaient ensuite en discuter librement. Par la suite, les activités du Sprechsaal de Vienne se diversifièrent : à côté des discussions, il y eut aussi des randonnées à la manière du Wandervogel ou la pratique du ski. L’institution du Sprechsaal essaima et gagna d’autres villes en Autriche et en Allemagne81. Le Sprechsaal devint ainsi une sorte de mouvement de jeunesse, aux activités multiples, mais qui convergeaient toutes vers un objectif central : l’avènement et la reconnaissance de la Jugendkultur82.

L’idée d’une « fête de la jeunesse »

  • 83 Le nom officiel de la manifestation, choisi à Iéna, fut Freideutscher Jugendtag. Mais dès avant la (...)

64Le rassemblement qui s’est tenu les 11 et 12 octobre 1913 aux environs de Kassel, sur un modeste sommet de 790 m appelé Meissner, magnifié à cette occasion en « Haut-Meissner » (Hoher Meissner), a été appelé « fête de la jeunesse »83. Ce nom était justifié si l’on considère l’âge de la majorité des participants et la valeur symbolique que cette manifestation prit par la suite pour les mouvements de jeunesse et pour l’opinion publique en Allemagne. Il se justifiait aussi par le fait que l’initiative était venue des nouveaux étudiants avec l’aide de quelques adultes, proches du monde des organisations de jeunes.

65L’occasion fut offerte par la célébration du centième anniversaire de la bataille de Leipzig de 1813 et des « guerres de libération ». L’annonce des cérémonies officielles prévues partout en Allemagne, et en particulier à Leipzig, pour commémorer la « Bataille des nations », avait suscité dans les milieux des étudiants réformateurs des inquiétudes quant à la manière dont se dérouleraient ces festivités : discours patriotiques et défilés, le tout noyé dans des flots de bière. L’idée fut lancée d’organiser non pas une contre-manifestation, mais une « action parallèle » pour démontrer que les grands anniversaires nationaux pouvaient être célébrés de manière plus digne et que le patriotisme pouvait s’exprimer autrement. Cette manifestation ne devait pas être considérée comme une protestation contre le nationalisme ou le patriotisme, mais seulement contre certaines formes dans lesquelles ceux-ci s’exprimaient.

  • 84 W. Groothoff, in Wandervogelführerzeitung, mai 1913.
  • 85 La liste des mouvements participants n’étant pas encore connue, l’auteur parle de « toutes les asso (...)

66Dans un des premiers articles annonçant dans la presse le projet des étudiants, l’auteur opposait deux façons de manifester son patriotisme : d’une part, il y a le patriotisme en paroles (Wortpatriotismus) de la grande masse, de ceux qui à Leipzig parcourront les rues en colonnes marchant au pas, au son de la musique militaire ; qui peupleront les cabarets, qui se glorifieront des exploits de leurs ancêtres en se disant « nous étions de fameux gaillards » et s’endormiront satisfaits, en estimant avoir fait quelque chose ; d’autre part, il y a le patriotisme de l’action (Tatpatriotismus) auquel cette commémoration donnera l’occasion de s’engager à œuvrer pour le bien de la patrie84. Cette dernière attitude est celle des « mouvements nouveaux85 » qui refusaient de se joindre à la foule de Leipzig.

67Initialement, les organisateurs de la manifestation voulaient seulement donner aux jeunes et aux adultes qui partageaient l’objectif d’une rénovation de l’esprit public en Allemagne l’occasion de se connaître mutuellement, de constater la similitude de leurs aspirations, de prendre conscience de leur force, de se faire connaître de l’opinion publique et éventuellement aussi de s’allier pour des actions communes ultérieures. Si le rassemblement est devenu une manifestation de la jeunesse allemande, c’est parce que l’organisation a été prise en main par des étudiants, que les jeunes ont constitué la très grande majorité des participants et que les revendications de la jeunesse furent au centre de deux textes largement diffusés par la presse et remarqués par l’opinion publique : le texte de l’invitation et celui de la déclaration finale (Meissner-Formel).

  • 86 Le compte rendu de cette réunion est reproduit in extenso dans W. Kindt (éd.), Die Wandervogelzeit (...)

68Le projet prit forme au cours d’une réunion qui se tint début juillet 1913 à Iéna86. Étaient représentées plusieurs associations estudiantines (Deutsche Akademische Freischar, Akademische Vereinigung, Burschenschaft Vandalia, Deutscher Bund abstinenter Studenten, Sera-Kreis), trois organisations de la jeunesse des lycées (Germania, mouvement « abstinent » des lycéens, Wandervogel e.V. et Jungwandervogel), ainsi que la Freie Schulgemeinde Wickersdorf, le Bund deutscher Wanderer et le mouvement Vortrupp. Elle devait définir le sens, le nom et le programme de la manifestation et en fixer le lieu et la date. Pour le nom, l’appellation « Freideutscher Jugendtag » l’emporta sur deux contrepropositions et, quant au lieu, le Meissner, bien connu du Wandervogel, qui y avait déjà tenu des rassemblements, fit l’unanimité. Il avait pour principal avantage sa situation centrale en Allemagne. On se mit d’accord aussi sur le but de la manifestation : permettre une meilleure connaissance mutuelle des différents mouvements luttant pour une « réforme de la vie », et jeter les bases d’une collaboration ultérieure.

  • 87 Gottfried Traub (1869-1959), pasteur protestant, membre de l’association nationale-sociale, défenda (...)

69Il fut plus difficile en revanche de se mettre d’accord sur un programme concret et sur les orateurs à inviter. Les noms de Gustav Wyneken et de Friedrich Naumann furent d’abord rejetés (le premier « pour éviter de choquer l’opinion publique », le second « pour ne pas donner une coloration politique à la manifestation ») et on se rallia finalement à trois noms, le pasteur Gottfried Traub87, l’étudiant Hans Breuer comme porte-parole des jeunes et l’historien Karl Lamprecht. Signalons que, des trois orateurs prévus initialement, seul Gottfried Traub prit la parole sur le Meissner et que Wyneken y prononça quand même un discours de clôture remarqué. Après avoir réglé des détails financiers et techniques, les délégués se séparèrent en remettant à plusieurs commissions spécialisées le soin de régler les détails de l’organisation. Elles ont finalement donné à la manifestation un visage assez différent des conceptions exprimées à Iéna.

  • 88 Eugen Diederichs (1867-1930) fonda en 1896 une maison d’édition qui allait jouer un rôle de premier (...)
  • 89 Freideutsche Jugend. Zur Jahrhundertfeier auf dem Hohen Meißner 1913, Jena, 1913. Dans une première (...)

70L’éditeur Eugen Diederichs88, qui devait publier la Festschrift, la plaquette officielle de la manifestation, prit l’initiative, de son côté, d’inviter un certain nombre de personnalités à participer à la manifestation ou à envoyer une contribution pour la publication prévue89. En même temps, il rédigea un premier appel qui fut publié par plusieurs journaux. Il y présentait le rassemblement prévu sur le Hoher Meissner comme la fête de la jeunesse qui, « tournée vers le présent, veut manifester le véritable patriotisme en s’engageant à agir ». Pour lui, « la tâche patriotique la plus noble de la jeunesse » consistait à « développer librement son être pour le consacrer ensuite au service de la collectivité ». Cette nouvelle jeunesse, qui entendait l’appel de l’avenir, qui voulait se mettre au service du « renouveau intérieur de la nation », sera différente des générations précédentes : elle sera naturelle, sincère, authentique, droite, elle aura le sens de sa responsabilité. Et elle sera également joyeuse, ouverte, saine, vigoureuse et maîtresse d’elle-même. Diederichs reprit ainsi, parfois jusque dans les termes, le « programme » implicite du Wandervogel.

71Mais ce texte ne satisfit pas les étudiants chargés de l’organisation de la manifestation. Ils prirent contact avec Gustav Wyneken, qui proposa un autre texte : celui-ci fut finalement adopté comme invitation officielle et reproduit dans la presse, sans avoir fait l’objet d’une concertation avec les autres organisations invitantes. Toutes n’auraient sans doute pas été d’accord, même si Wyneken s’était efforcé de tenir compte des idées des différentes organisations en cause. Mais il a surtout fait une grande place à ses propres idées, sa conception du rôle de la jeunesse, du mouvement en train de naître dans la jeunesse, et il a ainsi placé la manifestation dans un tout autre contexte.

72Le texte de Wyneken commença par l’affirmation que la jeunesse se trouve confrontée « à un tournant historique » qui lui permettra de prendre conscience de sa spécificité et de son rôle dans l’histoire de l’humanité. Cette prise de conscience devrait la conduire à réclamer son droit à vivre conformément à sa propre loi, à rejeter les règles et les habitudes de la génération des adultes. Cette vie juvénile autonome cependant ne sera ni futile ni puérile : elle aura sa valeur propre, et elle sera en mesure d’apporter sa contribution à l’évolution culturelle. La « culture juvénile » pour laquelle se bat la nouvelle jeunesse sera un bienfait pour la nation tout entière, dont elle assurera le rajeunissement spirituel. On reconnaît sans peine dans ces passages les thèmes centraux de la pensée de Wyneken et les objectifs de son combat personnel. Dans la suite du texte, Wyneken s’efforça de montrer que les différentes organisations signataires de l’invitation cherchaient, chacune à sa manière, à contribuer à la réalisation de cette nouvelle culture juvénile, qu’elles étaient donc appelées à s’entendre et à s’allier.

73Ces organisations étaient, d’une part, celles qui avaient participé aux conversations préparatoires du mois de juillet, d’autre part, trois nouveaux groupes qui sont venus se joindre aux autres : le Wandervogel autrichien, le Bund für freie Schulgemeinden (au nom duquel Wyneken participa dorénavant aux réunions) et une école nouvelle, le Landschulheim am Solling. Le Wandervogel e.V. figurait encore parmi les signataires de l’appel, mais au mois de septembre, il décida de ne pas participer à la fête. Sans que la raison fût donnée explicitement, on peut penser que l’apparition de Wyneken avait définitivement effrayé la direction du mouvement.

74On est frappé par la diversité des organisations invitantes et présentes à la manifestation et l’on ne peut s’empêcher d’estimer qu’il s’agit d’un assemblage assez aléatoire de groupes et de mouvements poursuivant des objectifs très différents. Le Wandervogel n’a finalement participé « officiellement » que par deux branches minoritaires, voire marginales, le Jungwandervogel et le Wandervogel autrichien, mais ses adhérents étaient présents en nombre, à titre individuel. Les fidèles de Wyneken consistaient en une délégation représentant l’école de Wickersdorf et le Bund für Freie Schulgemeinden. Les étudiants, quant à eux, étaient très nombreux et ont joué un rôle décisif dans le déroulement et le succès du rassemblement. Parmi eux il y avait tous les groupes animés par d’anciens membres du Wandervogel ou du Bund der Wanderer, mais aussi de nombreux représentants d’associations estudiantines anti-alcooliques, notamment du Deutscher Bund abstinenter Studenten fondé en 1903.

  • 90 Hans Paasche (1881-1920), ancien officier de marine, fils du vice-président du Reichstag, militait (...)

75Parmi les autres groupes organisateurs, il convient de s’arrêter un instant sur le Vortrupp. Ce mouvement, créé en 1912, était alors en plein développement. Bien que n’étant pas un mouvement de jeunesse, il attirait beaucoup de jeunes, lycéens et étudiants, qui trouvaient dans son programme comme un concentré de différents mouvements de réforme. À l’origine, il y eut la parution, en 1910, du roman Helmut Harringa de Hermann Popert. Il racontait l’histoire d’un jeune juge hambourgeois, incarnant toutes les vertus de la race nordique, qui, découvrant les méfaits de l’alcool et les risques qu’il représentait pour l’avenir de la race, entreprenait de lutter contre ce fléau social. Le succès du livre incita Popert à créer en 1912 la revue Der Vortrupp, comme organe de propagande pour tous les courants de « réforme de la vie » : végétarisme, naturisme, réforme de l’habillement, lutte contre l’alcool, le tabac et la prostitution. Le Vortrupp-Bund, créé la même année pour regrouper les lecteurs fidèles de la revue, comptait en 1914 environ 50 sections locales, avec 4 000 membres dont un tiers de jeunes ; il était dirigé par Hermann Popert et Hans Paasche90.

  • 91 Wilhelm Schwaner (1863-1944), instituteur, journaliste et éditeur, était une figure en vue dans les (...)

76D’autres organisations, qui ne figuraient pas comme signataires de l’invitation, vinrent se joindre aux premières et participèrent aux discussions. Il s’agissait en particulier de deux groupes d’adultes : le Bund der Volkserzieher, association antisémite dirigée par Wilhelm Schwaner91 et composée surtout d’enseignants, et le Dürerbund sous la direction de Ferdinand Avenarius.

Le déroulement de la fête

  • 92 Par la suite, G.  Wyneken s’en plaignit et y voyait la confirmation de son opinion au sujet du manq (...)

77Conformément au programme arrêté en juillet, la fête se déroula sur deux plans nettement distincts. D’une part, il y avait les discussions des « officiels » et leurs discours, de l’autre, les activités ludiques des quelque 2 000 garçons et filles qui avaient fini par rejoindre le sommet et qui généralement prêtaient peu d’attention aux discours et aux débats92.

  • 93 Paasche insistait sur l’urgence des problèmes qui se posaient selon lui pour la survie de la race, (...)

78Le premier volet, celui des « choses sérieuses », concernait seulement les responsables des organisations invitantes et les adultes invités. Dès le 10 octobre, ils se réunirent dans les ruines d’un Burg isolé (Burg Hanstein) pour « exposer leurs différents objectifs particuliers et trouver un terrain d’entente ». L’étudiant Bruno Lemke, parlant au nom de l’Akademische Freischar, tenta de montrer que le point commun de tous les mouvements rassemblés résidait dans la notion d’auto-éducation de la jeunesse, en précisant qu’il ne s’agissait pas de remplacer l’éducation donnée par les adultes, mais de la compléter. Il rejetait donc plus ou moins explicitement la notion de Jugendkultur que Wyneken avait introduite dans le texte de son invitation publiée dans la presse. Après Lemke, les porte-parole des différents mouvements exposèrent leurs programmes respectifs et cherchèrent à convaincre les autres qu’ils devaient à tout prix s’y rallier. Le discours le plus véhément fut celui de Hans Paasche au nom du Vortrupp93. Puis Wyneken intervint pour rappeler que la jeunesse ne devait pas se mettre à la remorque des objectifs des adultes. On se sépara sans avoir réussi à se mettre d’accord.

79Les discours prononcés dans la matinée du 11 devant la foule assemblée en plein air sur les pentes du Meissner n’ont d’abord rien apporté de nouveau. On semblait s’orienter vers les mêmes échanges stériles de déclarations programmatiques, inconciliables a priori. Mais l’atmosphère avait changé. Il y avait le public et une majorité de jeunes qui donnèrent rapidement des signes de lassitude. Pour eux, le rassemblement devait être une fête au vrai sens du mot, semblable aux grands rassemblements de leurs mouvements respectifs, et ils étaient impatients de pouvoir commencer. C’est pourquoi les organisateurs présentèrent rapidement le fruit des entretiens nocturnes qui avaient eu lieu entre quelques participants de la soirée du 10 octobre, déçus par l’échec des débats de la soirée. Ce texte, qui ressemblait à une « motion de synthèse » bancale, fut accueilli avec soulagement et adopté à l’unanimité par acclamation, sans débat ni examen plus poussé. Il sera appelé par la suite « déclaration du Meissner » (Meissnerformel) et cité avec respect par des générations d’Allemands comme la Charte de la nouvelle jeunesse allemande.

  • 94 Texte allemand entre autres in Winfried Mogge et Jürgen Reulecke (éds), Hoher Meissner 1913. Der er (...)

La Jeunesse libre-allemande veut façonner sa vie selon sa propre loi, sous sa propre responsabilité, conformément à sa vérité intime. En toute circonstance, elle se trouvera unie pour la défense de cette liberté intérieure. Des assemblées générales de la Jeunesse libre-allemande seront organisées afin de se concerter. L’alcool et le tabac seront bannis de toutes les manifestations communes de la Jeunesse libre-allemande94.

80Que peut-on dire de cette déclaration ? A l’évidence, elle manquait de cohérence et ses termes n’avaient pas été suffisamment pesés, ce qui devait entraîner bien des malentendus et des débats par la suite pour en préciser le sens et les intentions. La dernière phrase était de circonstance. Elle était destinée à satisfaire un certain nombre des groupes présents sur le Meissner, en particulier le Vortrupp, qui s’était montré très virulent dans les débats de la veille pour défendre la cause de la lutte contre l’alcoolisme. La deuxième phrase postulait que la Jeunesse libre-allemande constituerait désormais un front uni pour la défense de la « liberté intérieure » qu’elle revendiquait. Mais cette Freideutsche Jugend ne verra le jour que six mois plus tard, après avoir éliminé une partie des groupes présents sur le Meissner et s’être donné des statuts et une direction qui reniaient l’essentiel de la déclaration du Meissner.

81Restait la première phrase de la déclaration adoptée le 11 octobre 1913 sur le Meissner, phrase qui portait jusque dans le vocabulaire l’empreinte de Wyneken, et qui rappelait en particulier les formules que celui-ci avait utilisées dans son texte d’invitation publié dans toute la presse. C’est cette revendication de « liberté intérieure » et d’autonomie éducative qui retenait l’attention de la plupart des commentateurs et de leurs lecteurs. Sur le Meissner, et au moment de faire adopter ce texte, personne n’avait réfléchi à sa signification. Le moment ne s’y prêtait pas. Mais très rapidement, il apparut que la formule et en particulier sa première phrase suscitaient des inquiétudes dans la presse et dans les milieux politiques conservateurs. Les responsables de la Freideutsche Jugend ne trouvèrent rien de mieux que de la faire disparaître et de renier le travail de Wyneken, qui de son côté persistait à estimer que la formule du Meissner signifiait le ralliement du nouveau mouvement de la jeunesse à la cause de la « culture juvénile ».

  • 95 Gustav Wyneken, « Die Freideutsche Jugend », in Die Freie Schulgemeinde, IV, n° 2/3, p. 36.

Au cours de la nuit et de la matinée suivante, quelques dirigeants ont trouvé (sans d’ailleurs que j’y eusse participé ou que j’en fusse même informé) une formule de synthèse qui se situait tout à fait dans la ligne que je défendais95.

82L’adoption de la formule fut le signal pour laisser libre cours à la partie festive de la journée qui se prolongea jusqu’au crépuscule. Une intense vie animait les vastes prairies qui s’étendent sur le sommet du Meissner, où alternaient le soleil et des nuages bas. Partout s’allumaient des feux, se formaient des groupes. Aux compétitions sportives succédaient des danses populaires, des chansons et des jeux.

  • 96 Knud Ahlborn, né en 1888 à Hambourg, avait été un des membres fondateurs du Hamburger Wanderverein, (...)

83La journée se termina, le soir venu, par un prêche du pasteur Traub suivi, un peu plus tard, par le discours de l’étudiant Knud Ahlborn96, prononcé selon la tradition du Wandervogel devant un grand feu de bois. Ces allocutions des « orateurs officiels » avaient à peu près la même teneur. évoquant l’époque des guerres de libération, de l’éveil du sentiment national, l’époque des Arndt, Körner, Lützow et Schill, qui avait également été l’époque de l’idéalisme allemand, de Schiller et de Kant, et surtout de Fichte, ils tentaient d’enflammer la jeunesse pour qu’elle se montre digne de l’héritage de ces grands Allemands. Ils l’invitaient à ne pas se laisser entraîner dans les luttes idéologiques et politiques, mais à développer leur personnalité pour pouvoir ensuite la mettre au service de la patrie et de la nation.

84Les discours qui reprirent le lendemain matin semblaient d’abord se cantonner dans le même registre. La seule fausse note fut introduite par l’intervention intempestive du représentant du Wandervogel autrichien. Décrivant en termes pathétiques le « péril slave » qui menaçait son pays, il lança aux jeunes Allemands un véritable appel aux armes. Son intervention fut saluée par les mêmes acclamations enthousiastes, par les mêmes cris de « Heil ! », que le prêche du pasteur Traub.

  • 97 Voir le discours de Wyneken, reproduit dans W. Kindt, Die Wandervogelzeit (Dokumentation der Jugend (...)

85Dans son discours de clôture, Gustav Wyneken revint sur cet incident. Il dit sa perplexité et avoua avoir été tenté de renoncer à prendre la parole. Reprochant aux jeunes auditeurs leurs comportements contradictoires, il leur montra qu’il n’était pas possible, dans le même souffle, de chanter avec Schiller et Beethoven l’idéal de fraternité universelle et d’acclamer des appels chauvins à prendre les armes. Tout le discours de Wyneken était axé sur ce problème de l’engagement de la jeunesse. Il la mettait en garde contre sa propension à suivre le premier venu qui lui criait des mots d’ordre guerriers. Lui aussi invoqua la tradition de l’idéalisme allemand et de Fichte, mais pour montrer que ces grands esprits mettaient l’humanité au-dessus de la nation. Le seul objectif digne de la jeunesse est de se mettre au service du progrès de l’esprit. C’est une tâche commune à tous les peuples. Chacun était amené à y participer dans le cadre de sa propre nation, mais il devait garder le regard fixé sur les valeurs supérieures et se sentir voué au service de ces valeurs97.

86Le discours de Wyneken tranchait positivement sur les propos paternalistes, racoleurs ou martiaux des autres orateurs. Il sera accueilli avec le même enthousiasme que les autres par un auditoire manifestement peu attentif. Mais au lendemain de la manifestation, il sera, au même titre que la première phrase de la déclaration, au centre de la polémique que déclencheront les milieux conservateurs et confessionnels contre ce qu’ils considéraient comme un appel à la rébellion de la jeunesse et l’annonce d’une révolution culturelle, voire sociale et politique.

Écho public et querelles internes

87La fête du Meissner d’octobre 1913, qui avait réuni un ensemble assez disparate d’organisations ayant apparemment pour seul dénominateur commun la volonté de réformer divers aspects de la société allemande, de ses mentalités et formes de vie, a aussi été considérée comme la « fête de la jeunesse » grâce à la présence de milliers de jeunes qui, s’ils ne s’intéressaient guère aux discussions des adultes, donnaient par leurs chants, leurs jeux et leurs danses à cette manifestation une allure festive, semblable à celle qui caractérisait habituellement les grands rassemblements du Wandervogel.

  • 98 Au total, on a identifié 75 articles consacrés à la manifestation du Meissner dans les jours et sem (...)

88L’opinion publique a (re)découvert à cette occasion une réalité connue, mais dont elle n’avait pas soupçonné l’ampleur. Elle connaissait, pour les rencontrer au quotidien, l’existence de nombreux mouvements de jeunesse de toute nature, mais était loin d’y voir la manifestation d’un mouvement beaucoup plus profond et plus vaste qui pouvait impliquer d’une manière ou d’une autre l’ensemble de la jeunesse allemande. Dès le lendemain de la manifestation, la plupart des journaux allemands en ont rendu compte, les uns avec bienveillance, les autres sur le mode ironique. Parmi eux il y avait des organes de presse de portée nationale ou internationale comme la Frankfurter Zeitung, le Berliner Tageblatt, la Neue Zürcher Zeitung, le Vorwärts, Die Aktion, März et de nombreux autres quotidiens ou mensuels renommés98. Ils avouaient souvent aussi leur perplexité devant la diversité et la confusion des courants qui s’étaient exprimés sur le Meissner et devant l’imprécision de la déclaration qui en a résulté.

  • 99 H. Bohnenkamp, « Das Selbstverständnis der Meißnerjugend », in Neue Sammlung, sept./oct. 1963, repr (...)

89En effet le bilan et la portée de cette manifestation, qui, avec le recul historique, apparaît comme un tournant dans l’histoire du juvénilisme en Allemagne, n’étaient pas clairs à première vue. Pour les mouvements de jeunesse comme pour l’opinion publique tout se passait comme si, pour la première fois, la jeunesse allemande avait pris la parole publiquement pour exprimer ses revendications. Même si cette interprétation de l’événement ne correspondait pas tout à fait à la réalité, la fête du Hoher Meissner a marqué la naissance du juvénilisme, du moins sa révélation aux yeux du public et à ses propres yeux. Ce fut « la première fois, et peut-être la seule, où la Jugendbewegung s’est vue elle-même comme un tout99 ». La signification principale de la fête sur le Meissner résidait dans une prise de conscience.

  • 100 Cf. G. Mittelstrass, et C. Schneehagen, Freideutscher Jugendtag 1913, Hamburg, 1913. Reproduit dans (...)

90Avant même que la nouvelle organisation, la Freideutsche Jugend, ait une existence réelle, certains de ses futurs dirigeants100 s’empressèrent de réduire la portée du texte de la « déclaration », en affirmant qu’elle ne constituait en aucun cas un programme. Ils expliquaient que la fête du Meissner avait permis à une partie de la jeunesse allemande de prendre conscience de sa force et de sa volonté ; elle avait donné l’occasion de montrer à la nation entière le travail accompli en silence depuis une dizaine d’années par la jeunesse allemande, de sa propre initiative et sans intervention des autorités. Mais cette manifestation avait aussi permis à la jeunesse de constater à quel point elle manquait encore d’un idéal commun, accepté par tous, à quel point elle était encore incapable de formuler clairement son objectif pour l’immédiat. Les auteurs en conclurent que la jeunesse devait continuer son effort, sans se déterminer trop tôt et sans suivre aveuglément les « guides idéologiques » qui cherchaient à l’influencer.

  • 101 K. Ahlborn, Die freideutsche Jugendbewegung, op. cit., p. 7.

91Knud Ahlborn, futur dirigeant de la Freideutsche Jugend, répétait, lui aussi, à l’envi qu’il ne fallait pas chercher dans cette déclaration l’expression d’un programme concret de la nouvelle jeunesse. La question des contenus avait été laissée de côté sur le Meissner, expliquait-il : la formule n’était qu’une déclaration « formelle » des intentions de la nouvelle jeunesse ; c’était un avertissement qui s’adressait aussi bien aux « amis » qu’aux « ennemis » de la jeunesse, pour leur signifier que la jeunesse allemande était prête à les écouter, mais non à les suivre. Mais Ahlborn allait plus loin, en faisant remarquer que la revendication de liberté intérieure était émise au nom de la Jeunesse libre-allemande en tant que mouvement. Cela ne signifiait pas que chacun de ses membres réclamait pour soi le droit de façonner sa vie comme il l’entendait, ce qui mènerait à l’individualisme débridé. Enfin, pour réduire encore davantage la portée de la déclaration, Ahlborn confessa que sur le Meissner, les rédacteurs du texte n’avaient pas suffisamment réfléchi. En réclamant le droit à « façonner sa vie selon sa propre loi », ils n’avaient pas tenu compte du fait qu’une telle revendication ne pouvait en aucun cas concerner les lycéens, cette jeunesse « qui a encore tant besoin d’être dirigée et éduquée par d’autres101 ».

  • 102 « L’organisation [qui vient d’être créée] ne peut donc comprendre que des associations ayant claire (...)

92Les désaccords ainsi apparus au lendemain de la fête allaient croître au fil des mois, semant la confusion, provoquant des échanges d’invectives et conduisant finalement à des ruptures. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que l’unité proclamée dans la même déclaration ait volé en éclats avant même de connaître un début de concrétisation. La grande fédération des mouvements militant pour une « réforme de la vie » et en particulier de la vie juvénile, annoncée en 1913, n’a été qu’ébauchée et n’arrivera jamais à se structurer définitivement. Après l’exclusion progressive de toutes les organisations qui voulaient donner un contenu précis et fixer des objectifs à la nouvelle jeunesse, en particulier les groupes proches des idées de Wyneken102, la Freideutsche Jugend resta toujours un ensemble informel de personnalités et de groupes où s’affrontaient des tendances multiples qui finirent par provoquer au début des années 1920 la disparition du mouvement.

  • 103 Freideutsche Jugend. Monatsschrift für das junge Deutschland, éditée par Bruno Lemke (puis par Knud (...)

93Mais, contrairement à ce qui s’était passé dans le Wandervogel, dans le cas de la Freideutsche Jugend les débats qui ont précédé l’exclusion de certaines organisations, et, par la suite, les luttes de tendances, les crises, les ruptures, les anathèmes ont été largement médiatisés et ont contribué à la notoriété du mouvement. La revue Freideutsche Jugend103 jouera pendant quelques années un rôle important dans la prise de conscience de la nature du mouvement de la jeunesse dans ses différentes incarnations et dans la définition des éléments de l’idéologie juvéniliste.

  • 104 Jugendkultur. Dokumente zur Beurteilung der „modernsten“ Form „freier“ Jugenderziehung. Zusammenges (...)
  • 105 Wyneken était déjà placé sous surveillance policière en Bavière. Cf. Bayerisches Staatsarchiv, Münc (...)

94Paradoxalement, c’est la campagne de presse déclenchée par certains journaux conservateurs et cléricaux, notamment en Bavière, qui a le plus contribué à faire considérer la Jugendbewegung comme un phénomène important. Cette campagne de presse, en effet, appliquant le principe de l’amalgame, s’en prenait indistinctement à la Freideutsche Jugend, aux « étudiants libres » (les Freistudenten, qui n’avaient pas participé à la manifestation du Meissner), au Wandervogel, à la revue Der Anfang et à Wyneken. Cette campagne atteignit son paroxysme à Munich au début de 1914, après la parution d’un pamphlet anonyme. L’auteur, qui signait « un maître d’école bavarois », s’en prenait principalement à Wyneken et à la revue Der Anfang, mais il cherchait aussi à montrer que les organisateurs de la manifestation du Hoher Meissner, soit parce qu’ils étaient complices, soit parce que leur bonne foi avait été surprise, avaient permis à Wyneken de faire de cette fête une « revue de ses troupes » et de placer toute la réunion sous le signe de « la lutte contre la famille, contre l’école, contre toute religion positive et contre la morale chrétienne ». Et ce pamphlet se terminait par un appel aux organisations de parents, aux parlementaires et aux autorités de l’état pour qu’ils mettent fin à ces agissements104. L’appel fut entendu par le gouvernement bavarois. La revue Der Anfang fut interdite dans les écoles, ainsi que le recueil de chansons du Wandervogel (Zupfgeigenhansl), car le caractère « érotique » de certaines chansons populaires était jugé choquant. Les directeurs d’établissements reçurent des instructions leur recommandant une vigilance accrue105.

La reculade de Marbourg

  • 106 Cf. Knud Ahlborn, Die Freideutsche Jugend im bayerischen Landtag, Hamburg, 1914. Extraits chez W. K (...)

95Comment réagit la Freideutsche Jugend, le nouveau mouvement de jeunes dont la création avait été décidée lors du rassemblement d’octobre 1913 ? Elle n’avait encore qu’une direction provisoire chargée d’élaborer des statuts. En réponse aux attaques dont le mouvement était la cible, cette commission principale (Hauptausschuß) organisa le 9 février 1914 une « réunion d’information », à Munich, pour permettre aux différents groupes présents sur le Meissner de préciser leurs positions. Au cours de cette réunion qui rassembla plus de mille personnes et qui fut présidée par le professeur Alfred Weber, celui-ci prit la défense du mouvement de la jeunesse et en montra les aspects positifs, avant de donner la parole aux représentants des divers groupes concernés. Tandis que Wyneken défendit avec véhémence ses idées et sa revue Der Anfang, les autres intervenants s’efforcèrent surtout de prendre leurs distances et d’affirmer qu’ils ne se sentaient en aucune manière solidaires des théories propagées par Wyneken et ses proches. Ahlborn prit soin de préciser que le rassemblement du Meissner n’avait pas eu lieu sur l’initiative de Wyneken et que la Freideutsche Jugend (Jeunesse libre-allemande) n’était pas une menace pour la société et l’État106.

  • 107 Cf. J. Georgi & H. Hertling, Die Marburger Tagung der Freideutschen Jugend, Hamburg, 1914.

96Espérant mettre fin définitivement aux « malentendus », la commission convoqua une réunion des délégués des organisations signataires de la déclaration du Meissner pour les 8 et 9 mars 1914, à Marbourg. Cette assemblée décida d’exclure toutes les organisations qui n’étaient pas « créées par la jeunesse et portées par elle107 ». Cela signifiait l’éviction de mouvements comme le Vortrupp, le Dürerbund, le Bund der Volkserzieher, et surtout du Bund für freie Schulgemeinden et de son porte-parole G. Wyneken. Les débats prirent souvent un tour très passionné et personnel, car il était évident que cette mesure était principalement dirigée contre Wyneken. Ensuite, l’assemblée examina la déclaration du Meissner et entreprit de la « préciser ». Le résultat fut une réécriture totale du texte et une nouvelle formule qui n’avait plus grand-chose de commun avec l’original :

  • 108 Ibid., p. 36.

En développant nous-mêmes nos forces, sous notre propre responsabilité et conformément à notre vérité profonde, nous voulons compléter la transmission des valeurs que les générations précédentes ont acquises et nous ont léguées. Nous refusons toute prise de position partisane sur des questions économiques, confessionnelles et politiques pour ne pas entraver prématurément cette éducation que nous voulons nous donner à nous-mêmes108.

97La phrase prévoyant l’unité d’action de la jeunesse pour la défense de sa « liberté intérieure » disparut complètement. Par rapport à la formule du Meissner, celle-ci avait au moins le mérite d’être claire sur un point : non seulement la revendication d’autonomie éducative de la jeunesse ne comportait aucune intention agressive contre l’éducation scolaire ou familiale, mais de surcroît, la valeur et la légitimité de cette dernière furent explicitement réaffirmées : l’auto-éducation de la jeunesse n’est qu’un complément. Wyneken et ses partisans accueillirent cette nouvelle déclaration par des sarcasmes et des invectives. Pour eux, elle était le fruit de la peur et de la lâcheté des responsables de la Freideutsche Jugend, qui s’étaient empressés de faire leur soumission aux autorités dès le premier froncement de sourcils. À vrai dire, la formule élaborée à Marbourg en mars 1914 tomba rapidement dans l’oubli et seule la déclaration du Meissner fut retenue par l’histoire. En 1917, après bien des péripéties et des débats, la Freideutsche Jugend revint au texte initial d’octobre 1913.

98Après la « purge » de Marbourg, la Freideutsche Jugend ne comprenait plus en principe qu’un petit nombre d’organisations de jeunesse. Le principal mouvement du Wandervogel persista dans son refus d’y adhérer et se contenta de conseiller à ses membres les plus âgés d’y entrer à titre personnel. Les statuts adoptés à Marbourg prévoyaient une structure fédérale assez complexe avec une assemblée de délégués et une commission exécutive. La plus large autonomie était laissée aux organisations fédérées, la Freideutsche Jugend semblant vouloir limiter ses activités à l’organisation de Jugendtage, de grands rassemblements comme celui du Meissner. Mais du fait de la guerre, cette constitution n’eut pas le temps d’être appliquée. La Freideutsche Jugend est restée un ensemble vague aux contours imprécis dans lequel on trouve non seulement les membres des organisations qui ont décidé de s’allier, mais aussi de nombreux jeunes, notamment des étudiants, qui se sentaient en affinité avec l’esprit freideutsch, tel qu’il s’exprimait à partir de l’hiver 1914 dans la revue du mouvement (Freideutsche Jugend). À part cette vague communauté de pensée, les positions idéologiques et notamment politiques reflétaient tout l’éventail de la société allemande : cette situation ne devait pas manquer de provoquer des débats, des conflits et des scissions.

99Les « années Wandervogel » ne prirent pas fin avec le rassemblement du Meissner. Le Wandervogel survivra avec des péripéties et sous des formes différentes jusqu’en 1933 lorsque tous les mouvements de jeunesse libres furent interdits et les Jeunesses hitlériennes proclamées Jeunesse d’état. Mais, entre 1913 et 1933, le Wandervogel n’était plus au centre de l’attention, car il n’était plus considéré comme le courant essentiel du mouvement juvéniliste, la référence pour toute la jeunesse organisée, même si certaines branches vivaces faisaient encore parler d’elles à l’occasion. Pendant environ une décennie ce fut la Freideutsche Jugend qui donna le ton dans l’univers juvéniliste, jusqu’à son déclin inexorable au début des années 1920 et son remplacement, à partir de 1923, par la Jeunesse ligueuse, la Bündische Jugend.

4. Les mouvements de jeunesse
et la Grande Guerre

L’appel aux armes

  • 109 André François-Poncet, normalien, germaniste et diplomate, a été ambassadeur de France à Berlin (19 (...)

100En 1913, André François-Poncet109 entreprit d’informer l’opinion française sur Ce que pense la jeunesse allemande. A propos de la nouvelle loi militaire allemande votée par le Reichstag, il expliquait que, si « l’Allemagne est devenue une machine de guerre », ce n’est pas seulement parce qu’elle avait augmenté une fois de plus les effectifs de ses armées, mais surtout à cause de la propagande militariste et nationaliste massive dont la population et notamment la jeunesse étaient constamment abreuvées.

  • 110 André François-Poncet (1887-1978), Ce que pense la jeunesse allemande, Paris, 1913, p. 18.

L’Allemand par nature n’est pas guerrier et pourtant […] il n’est pas niable qu’aujourd’hui toute l’Allemagne, au mot de patrie, vibre à l’unisson, et soit prête à accueillir d’une âme enthousiaste la nécessité d’une guerre110.

101Selon lui, la militarisation de la jeunesse allemande commençait à l’école et se poursuivait au lycée pour aboutir à l’université dans les corporations estudiantines, « l’armée à l’université » :

  • 111 Ibid., p. 39.

La jeunesse allemande universitaire ne se dresse pas debout sur le seuil, offrant son visage au vent de l’avenir. Elle tourne le dos au monde extérieur. Elle regarde vers l’intérieur. Elle est au service des forces qui régissent le pays. L’Etat militaire s’appuie sur elle ; c’est un des piliers sur lesquels il pose son édifice hiérarchique111.

102Certes, le jeune germaniste François-Poncet connaissait suffisamment bien les universités allemandes et leurs étudiants pour savoir que ces derniers n’étaient pas tous membres d’une corporation. Mais il avait aussi pu observer l’apparition vers 1910 d’un nouveau type d’étudiants qu’il appela les « indépendants » et qui, marqués par l’esprit de la Jugendbewegung rejetaient les rituels surannés des corporations tout comme leur patriotisme bruyant (Hurrah-Patriotismus) et professaient en revanche un nationalisme beaucoup plus inquiétant parce qu’il n’était pas de commande, mais fondé sur leur conviction inébranlable de la supériorité de l’Allemagne.

  • 112 Ibid., p. 110.

Les Allemands dangereux pour nous ne sont pas ceux qui crient fort, ni ceux qui, par tradition, obéissent au mot d’ordre reçu d’en haut, mais bien ceux que j’ai appelés les indépendants, qui vous exposent d’une voix calme les raisons presque mathématiques qui obligeront le monde à reconnaître la suprématie allemande112.

103Août 1914 sembla lui donner raison. Cet été a vu se mettre en marche la machine infernale d’une guerre qui mit l’Europe à feu et à sang pendant quatre années et dont les conséquences fatales pour les puissances européennes et pour l’équilibre mondial marquèrent tout le xxe siècle.

  • 113 Même Wyneken, qui avait mis en garde, en 1913 sur le Meissner, contre les accents guerriers de cert (...)

104La crise des Balkans, l’escalade des mobilisations – partielles, puis générales – enfin la déclaration de guerre avaient pris la jeunesse allemande par surprise. Certes, les tensions diplomatiques et les cliquetis des armes n’avaient pas échappé à l’attention des responsables des mouvements de jeunesse et, comme beaucoup d’Allemands, ils étaient persuadés que, tôt ou tard, un conflit était inévitable, voire souhaitable pour clarifier la situation et asseoir la position de l’Allemagne en Europe et dans le monde. Pourtant, peu d’Allemands, et encore moins les jeunes membres des mouvements, croyaient que ce serait précisément ce nouveau conflit balkanique qui allait faire sauter la poudrière européenne. Mais, la première surprise passée, l’appel aux armes suscita un enthousiasme auquel peu d’Allemands réussirent à se soustraire113.

  • 114 L’âge des jeunes incorporés et envoyés au front passa de 20 ans en 1914 à 18 ans vers la fin de la (...)
  • 115 D’après Rudolf Kneip, ancien responsable du Wandervogel de Saxe, cette province a vu partir sous le (...)

105La mobilisation toucha d’abord les hommes de 20 ans et plus, puis progressivement des classes d’âge de plus en plus jeunes114. Elle priva les mouvements de jeunesse de leurs membres les plus âgés et de leurs cadres dirigeants, les jeunes « chefs » régionaux ou locaux, appelés sous les drapeaux ou engagés volontaires. La Freideutsche Jugend vit partir sous les armes la très grande majorité de ses membres (elle en retrouvera par la suite un certain nombre : réformés pour blessures ou étudiants autorisés à reprendre leurs études). Pour le Wandervogel et des mouvements du même type où la majorité des membres était plus jeune, la mobilisation et les engagements volontaires touchèrent principalement les jeunes cadres, le plus souvent étudiants. Il n’existe pas de statistiques fiables et complètes permettant de juger de l’impact réel de la mobilisation sur les mouvements de jeunesse. Mais les témoignages sont nombreux et concordants et montrent à quel point la majorité des membres des mouvements de jeunesse en âge de porter les armes a senti la nécessité de participer à la grande confrontation guerrière qui débutait et dont l’enjeu, à leurs yeux, n’était pas seulement la défense de la patrie menacée, ni la conquête de l’hégémonie continentale, mais aussi une Allemagne nouvelle régénérée et plus puissante, à laquelle ils espéraient bien pouvoir imposer leur marque115.

Le Wandervogel au front et à l’arrière

106En juillet et août 1914, comme d’habitude, les groupes du Wandervogel étaient sur les routes pour des randonnées plus ou moins lointaines, parfois même hors des frontières du Reich. La déclaration de guerre les a obligés d’interrompre leurs grandes vacances pour se lancer dans une autre grande randonnée aventureuse qu’ils espéraient brève et victorieuse. La guerre n’a pas été ressentie par tous comme une catastrophe, mais aussi comme une occasion à saisir pour faire reconnaître la place de l’Allemagne, sa puissance économique et militaire et son rayonnement culturel dans le monde. Se croyant sincèrement investis d’une mission d’éducateurs et de précurseurs, les jeunes soldats issus des mouvements de jeunesse autonomes espéraient pouvoir constituer par leur exemple, en s’immergeant dans la masse des soldats où se retrouvaient toutes les couches de la société, le levain de la Volksgemeinschaft. Leur ardeur initiale a surpris leurs instructeurs, tout comme leurs camarades – et elle a même résisté à la difficile période d’instruction. Cette dernière a été du reste souvent courte et sommaire, et beaucoup de ces jeunes recrues ont été jetées dans la bataille sans avoir reçu une préparation suffisante. Les pertes subies pendant les assauts, l’enlisement dans la guerre des tranchées et la prolongation du conflit ont refroidi leur ardeur, et l’expérience de la vie au front devait rapidement dissiper leurs illusions du début de la guerre : plus encore que la boue des tranchées, que les fatigues et les dangers des combats, c’est la promiscuité forcée qui fit souffrir ces jeunes qui jusque-là n’étaient guère sortis de leur milieu bourgeois d’origine, bien qu’ils eussent toujours prétendu aller au-devant du peuple. Leur idéalisme, qu’ils auraient voulu communicatif, ne rencontrait le plus souvent qu’incompréhension, sourires et quolibets.

  • 116 Lettre citée par G. Fiedler, Jugend im Krieg, op. cit., 1989, p. 56.

107Si les récits de guerre publiés dans les revues des mouvements restaient généralement fidèles au genre héroïque convenu, les lettres et les récits plus intimes montraient à quel point ils étaient choqués par la vulgarité, le matérialisme, l’absence de goût, d’idéal et d’ouverture de certains de leurs officiers et de la plupart de leurs camarades et particulièrement par leur refus de renoncer aux plaisirs faciles de l’alcool et des amours vénales. Comme l’écrivit l’un d’entre eux : « La boue, les frictions, la stupidité des camarades et des supérieurs sont souvent une vraie torture116 ». Ils devaient constater que la guerre moderne ne ressemblait pas du tout à l’idée romantique et héroïque qu’ils s’en étaient faite, que la puissance de feu, la supériorité technique et numérique y comptaient davantage que l’idéalisme des combattants.

108Obligés de tirer les leçons de ce constat et de réviser leurs illusions quant à leur rôle comme hérauts d’une nouvelle société allemande, les membres du Wandervogel, et plus largement tous ceux qui se trouvaient peu ou prou dans la mouvance du juvénilisme, réagirent diversement. Les plus nombreux eurent le réflexe habituel et cherchèrent à trouver des camarades partageant les mêmes idées et les mêmes frustrations pour se replier sur des groupes au sein desquels ils pouvaient ignorer la réalité. Cet espace réservé était meublé de lectures où dominaient les œuvres du canon traditionnel de la bourgeoisie allemande (Nietzsche, Fichte, Goethe, etc.), d’expériences religieuses vécues dans les formes et avec les contenus confessionnels traditionnels ou empreintes de mysticisme, de panthéisme ou encore d’un sentiment de la nature où se mêlaient l’horreur devant la dévastation d’une nature martyrisée, dévastée par les combats, et l’émotion élémentaire suscitée par le spectacle d’une fleur, d’un brin d’herbe, d’un coucher de soleil ou d’un chant d’oiseau.

  • 117 Walter Flex (né en 1887, tombé en 1917), Der Wanderer zwischen beiden Welten. Ein Kriegserlebnis, i (...)

109En pleine guerre, cette réaction devant les affres de la vie au front trouva même à s’incarner dans un personnage réel auquel le jeune écrivain Walter Flex donna une existence littéraire. Il s’agissait d’Ernst Wurche, un jeune étudiant en théologie, membre du Wandervogel avant la guerre, engagé volontaire dès la déclaration de guerre, tombé en août 1915 à l’âge de 21 ans, dont son ami l’écrivain Walter Flex a fait le personnage principal de son récit, Der Wanderer zwischen beiden Welten (Le voyageur entre les deux mondes), paru fin 1916117. Contrairement à beaucoup de livres de guerre, le petit ouvrage de Flex est avare de scènes de bataille. Il nous présente son héros moins comme combattant que comme homme, dans la vie quotidienne du front, comme chef et comme ami. Dans ses rapports avec ses subordonnés, Wurche était le chef Wandervogel, tel que celui-ci se voyait lui-même : un chef qui n’est pas seulement investi d’une fonction de commandement, qui se sent également éducateur ; dont l’autorité est incontestée sans qu’il ait besoin de sévir ; qui agit par la force de sa personnalité et de son exemple. Il ne demande rien à ses hommes qu’il n’est disposé à faire le premier.

  • 118 Ibid., p. 215-216.
  • 119 « Reif werden und rein bleiben » (mûrir en gardant sa pureté) était la devise et le programme de vi (...)

110Il est ennemi du mensonge, même du mensonge patriotique et de tout ce qui n’est pas authentique. Amoureux de la vie, il ne craint pas la mort. Il est conscient du caractère éphémère des peuples et des civilisations : si son peuple doit périr et disparaître, il veut au moins que ce soit les armes à la main, et non pas de la mort des lâches118. Ce rêveur casqué, avec son idéal de fraternité, de pureté119, son amour de la vie, mais aussi son ardent désir de se battre, de tuer sans haine, certes, mais aussi sans remords, qui ne s’interroge pas une seule fois sur le sens et la légitimité de la guerre dans laquelle est engagé son pays, est bien à l’image des ambiguïtés du Wandervogel et de l’idéal humain que celui-ci cherche à réaliser. Ernst Wurche est devenu grâce au roman de Walter Flex l’archétype du Wandervogel : il permettait de rêver et de s’abstraire de la sombre réalité.

  • 120 Cf. Anne-Marie Saint-Gille, « Les mouvements de jeunesse à l’épreuve de la Grande Guerre », p. 135 (...)
  • 121 Ce « Feldwandervogel », accueillait tous « ceux qui se considéraient comme faisant partie de la Jug (...)

111Mais dans la vie réelle au front, le Wandervogel avait trouvé d’autres remèdes pour oublier sa déception en reconstituant une communauté avec des camarades partageant les mêmes valeurs et confrontés aux mêmes vicissitudes120. Très rapidement, dès le premier hiver de guerre, on voyait se nouer des contacts entre membres des mouvements qui se retrouvaient dans les mêmes unités et les mêmes secteurs du front. Ces contacts étaient facilités par des signes de reconnaissance (discrets) portés sur l’uniforme et par la correspondance avec les camarades restés à l’arrière. Peu à peu, ces contacts prirent de l’ampleur et il y eut, à l’arrière du front, des rassemblements réunissant plusieurs centaines de membres de la Jugendbewegung, sans distinction de leurs organisations d’origine. Ils permettaient à des mobilisés venus de divers secteurs du front de se rencontrer et de retrouver des amis, garçons et filles, venus de l’arrière pour saluer et encourager « leurs » soldats121.

112À larrière, un coordinateur général gérait le fichier des militaires mobilisés, membres de ce « réseau », sans distinction de grades (3 500 noms en 1917) ; un bureau central communiquait des adresses de contact aux membres et organisait les réunions et les rassemblements. Il y avait même un découpage territorial comme en temps de paix : on créa ainsi, à côté des districts traditionnels appelés Gau, des districts nouveaux : Ardennes, Moselle, Verdun, Siegfried. Les contacts entre le front et l’arrière étaient étroits : de nombreux échanges épistolaires se mirent en place, soit individuels, soit collectifs par lettres circulaires. Les revues traditionnelles des mouvements faisaient une large place à la guerre par des articles, des nécrologies, des lettres de soldats. Les circulaires (Rundbriefe) des débuts se sont transformées, vers 1917, en véritables revues : celle destinée au front de l’Ouest intitulée Zwiespruch atteignit 22 numéros à la fin de la guerre et, celle des fronts orientaux, appelée Rundbriefe der Feldwandervögel im Osten, 10 numéros.

113Lorsque les cadres et les membres des mouvements en âge de porter les armes avaient été mobilisés ou s’étaient portés volontaires, les plus jeunes, restés à l’arrière, avaient été invités, eux aussi, à participer à l’effort de guerre dans les tâches plus modestes comme la collecte de vieux matériaux ou l’aide aux moissons. Néanmoins, les activités habituelles au sein des groupes ses sont poursuivies pendant les années de guerre, limitées seulement par les restrictions imposées par l’économie de guerre et par l’absence de nombreux chefs. Comme l’encadrement s’était féminisé dans beaucoup de groupes, les randonnées furent généralement moins nombreuses et moins lointaines ; en revanche, les réunions régulières en ville ou dans le Landheim, les fêtes traditionnelles en plein air avec force chants et danses folkloriques se poursuivirent tout comme le recrutement de nouveaux membres. Mais l’« esprit Wandervogel » avait changé, il avait perdu de sa rudesse et gagné en civilité et bonnes manières.

  • 122 Cf. G. Fiedler, Jugend im Krieg, op. cit., p. 76 sq.

114Parallèlement, la guerre avait incité les pouvoirs publics à intensifier leurs efforts pour développer la préparation militaire des jeunes Allemands non mobilisés. Dès le mois d’août 1914, le ministère de la Guerre avait manifesté sa volonté de généraliser la préparation militaire des jeunes qui n’étaient pas encore concernés par les ordres de mobilisation. Pourtant les directives publiées à ce moment-là, complétées et précisées plus tard par une circulaire plus détaillée122, n’apportèrent pas vraiment d’éléments nouveaux. Elles reprenaient des dispositions antérieures en insistant seulement sur le fait que, à cause de la guerre, la question devenait d’une acuité accrue et que les autorités allaient exercer une pression plus forte pour la réalisation des objectifs déjà définis vers 1910.

115Ces objectifs qui avaient conduit à la législation de 1911, et notamment à la création du Jungdeutschlandbund, étaient donc plus que jamais d’actualité. Il s’agissait non pas d’une préparation militaire proprement dite, mais d’une éducation physique et morale empreinte des valeurs dominantes de la société impériale en matière de morale sociale et de patriotisme. Le soin de donner cette éducation était laissé à des associations et à des mouvements comme les éclaireurs. Les textes adoptés entre 1914 et 1917 insistaient seulement sur la nécessité d’intensifier les efforts et d’y associer le plus grand nombre possible de jeunes ; ils ne mettaient pas en cause les principes du volontariat des jeunes et du recours aux organisations existantes pour assurer ces tâches.

116C’est seulement en 1917 que la prolongation de la guerre et la nécessité de mobiliser des classes d’âge de plus en plus jeunes firent évoluer les positions des pouvoirs publics et donnèrent lieu à des projets d’instauration, par la voie d’une loi d’Empire (Reichsgesetz), d’une formation prémilitaire obligatoire pour la jeunesse (Jugendwehr). Ces projets suscitèrent des inquiétudes et des réticences au Reichstag, mais aussi dans les rangs des organisations de jeunesse autonomes. Finalement cette loi d’Empire ne vit jamais le jour, sans doute parce que l’évolution politique en Allemagne et la fronde parlementaire du début de 1917 firent craindre au nouveau chancelier de ne pas trouver de majorité pour sa loi.

  • 123 Maximilian Bayer, in Feldmeister, 5/1917, p. 36. Voir également Christoph Schubert-Weller, So began (...)

117Pourtant, la participation des jeunes à l’effort de guerre et les activités de préparation militaire de certains mouvements se poursuivirent en s’intensifiant, sans attendre le vote d’une loi. Les « compagnies de jeunes » (Jugendkompanien) se multipliaient, mais elles restaient fondées sur le volontariat et adossées à des organisations déjà existantes, comme les groupes de jeunes du mouvement des gymnastes (Turnerbund), le Jungsturm, le Bayerischer Wehrkraftverein, le Jungdeutschlandbund et les Pfadfinder, c’est-à-dire les principales organisations de la Jugendpflege. Les revues éditées par ces organisations reflétaient les formes de leur engagement dans l’effort de guerre : aide au service des administrations et des hôpitaux militaires, missions de gare, surveillance de ponts et d’installations militaires, aide aux moissons, etc123.

118L’enthousiasme était nettement moins fort dans les rangs des groupes du Wandervogel et d’autres organisations de jeunesse autonomes, comme la Freideutsche Jugend. Même dans les publications du mouvement des éclaireurs, on décèle un certain malaise, une critique cachée à l’encontre du Drill que les militaires introduisaient souvent dans les activités de ces compagnies de jeunes. Il y avait là l’amorce d’une fronde qui se déclara après la fin de la guerre et provoqua la disparition de certains de ces mouvements et les transformations profondes que connut le mouvement scout. C’était un signe avant-coureur du rapprochement entre les mouvements de jeunesse autonomes et les mouvements de la Jugendpflege, qui se concrétisa après la guerre

La question des aînés

119Les transformations qui ont affecté l’univers des mouvements de jeunesse après la guerre reflétaient surtout les réflexions et les expériences de ceux qui, au front, découvraient dans la « communauté des tranchées » un monde nouveau et un aspect du « peuple » qu’ils avaient ignorés jusque-là. La guerre a dissipé beaucoup d’illusions et de chimères ; bien des préjugés et des exclusions se sont révélés injustifiés et les fossés qui semblaient exister entre certains types d’organisations de jeunesse sont apparus factices. Le côté artificiel du « romantisme » de la jeunesse et de la « rébellion de la jeunesse bourgeoise contre les valeurs du monde des pères » était apparu en pleine lumière, tandis qu’à l’inverse l’expérience du front avait développé parmi les jeunes mobilisés leur sens des responsabilités et leur désir d’aider leur pays à panser les plaies et se reconstruire, quelle que soit l’issue du conflit. En même temps, des clivages idéologiques et politiques se dessinaient, qui conduiront après la guerre à des scissions et des conflits.

120La question du devenir des anciens membres du Wandervogel s’était déjà posée avant 1914. Elle n’était que partiellement résolue par la création de nouvelles associations d’étudiants par les anciens du Wandervogel. Il fallait aussi trouver des solutions pour ceux qui choisissaient d’entrer directement dans la vie active. C’est ainsi qu’en 1913 d’anciens membres du Wandervogel de Saxe créèrent une association qu’ils appelèrent Landsgemeinde, une sorte de confrérie informelle pour ceux qui, par leur âge et leurs responsabilités familiales et professionnelles, ne pouvaient plus envisager de partager les activités des groupes de jeunes, mais qui désiraient prolonger la communauté de pensée et de vie du Wandervogel.

  • 124 Otger Gräff (1893-1917). Chef Wandervogel de la région de Bonn, engagé volontaire, hautement décoré (...)

121Cette initiative, reprise dans d’autres régions, inspira Otger Gräff, ancien Wandervogel mobilisé dès le début de la guerre124, qui fonda en 1915 la Ligue du griffon (Greifenbund) et milita à partir de 1916 par des circulaires (Jungdeutsche Rundbriefe) pour son projet de création, après la guerre, d’établissements coopératifs, gérés par d’anciens membres du Wandervogel (Siedlungsbewegung). Il appela aussi à la création d’un nouveau mouvement unifié autour des valeurs nationalistes et antisémites. « Ce qui nous unit, écrivait-il, c’est l’élément germanique, aryen ». Ce dernier projet ne vit pas le jour à cause de la mort de Gräff en 1917, mais sera repris au lendemain de la guerre par Frank Glatzel sous le nom de Jungdeutscher Bund (août 1919).

La Freideutsche Jugend pendant la guerre

  • 125 Wyneken lui-même et ses fidèles n’appartenaient avant 1914 à aucun parti ou courant politique. Leur (...)

122Alors que les responsables étudiants de la « jeunesse libre-allemande » créée lors du rassemblement de 1913 sur le Meissner étaient hostiles à tout engagement politique ou idéologique de leur mouvement et étaient suivis dans cet apolitisme de principe par la majorité de leurs adhérents, ils furent obligés de repousser les attaques d’un groupe qui avait joué un rôle important dans la conception et le déroulement de la manifestation : le groupe autour de Gustav Wyneken, toujours désireux d’amener la Freideutsche Jugend dans son camp. C’est pourquoi, dès le mois de février 1914, au cours de la grande réunion de clarification organisée à Munich sous la présidence d’Alfred Weber, Knud Ahlborn, porte-parole du comité directeur, fit une mise au point sans ambiguïté en précisant que la Freideutsche Jugend ne combattait ni la famille, ni l’école, ni l’État, ni la religion. En mars 1914, les délégués des groupes constituant la Freideutsche Jugend, réunis à Marburg pour élaborer les statuts de l’association, pensaient avoir réglé définitivement le problème en excluant Wyneken et son groupe en même temps que les autres mouvements d’adultes comme le Vortrupp de Popert ou le Sera-Kreis de Diederichs. Mais ils se trompaient, car même après son exclusion, le groupe de Wyneken n’a pas abandonné l’espoir de pouvoir « gauchiser125 » le mouvement freideutsch.

  • 126 Parmi les collaborateurs du Aufbruch, on trouve les noms de Kurt Hiller, Gustav Landauer, Klabund, (...)

123Certains de ses fidèles créèrent au début de la guerre un groupe de travail pour propager les idées du juvénilisme (Centralarbeitsstätte für die Jugendbewegung) et une nouvelle revue, Der Aufbruch, pour remplacer Der Anfang. Ces deux initiatives étaient dominées par des étudiants et des intellectuels de gauche hostiles à la guerre126. Elles furent interdites en 1917 à la demande des autorités militaires. De son côté, Wyneken continuait à utiliser sa revue Die freie Schulgemeinde pour fustiger la médiocrité des idées et des activités que le mouvement Freideutsch proposait à la jeunesse allemande et poursuivait son combat pour la réforme de la culture par la réforme de l’école.

  • 127 Leonard Nelson (1882-1927), philosophe néo-kantien prônant l’unité de la pensée et de l’action et m (...)

124Au printemps 1916, la réunion d’Iéna du comité de direction de la Freideutsche Jugend, suivie quelques semaines plus tard par une assemblée des délégués (Vertretertag) à Göttingen, avait réaffirmé les positions adoptées à Marburg en 1914 et tenté sans succès de préciser la déclaration adoptée à cette occasion, ne réussissant qu’à l’édulcorer encore davantage. Mais lors de cette réunion de Göttingen, la direction de la Freideutsche Jugend s’était trouvée confrontée à des attaques de plus en plus violentes de la part des groupes de gauche : le groupe de Berlin, influencé par Wyneken et représenté par Max Hodann au nom de la Centralarbeitsstätte, fut rejoint par un autre groupe, conduit par un jeune philosophe de Göttingen, Leonard Nelson127. Celui-ci reprochait au mouvement de refuser tout engagement public sur des questions économiques, confessionnelles ou politiques. Il demandait aussi que le mouvement prenne fermement position en faveur du professeur Friedrich Wilhelm Foerster, interdit d’enseignement à l’université de Munich pour avoir tenu des propos pacifistes. Devant le refus qui lui fut signifié, Nelson accusa la Freideutsche Jugend de pusillanimité et d’inconséquence et fonda son propre mouvement.

125Wyneken repassa à l’offensive en août 1917 à l’occasion d’un rassemblement (Westdeutscher Jugendtag) sur le site de la Loreley, dont l’initiative avait été prise par certains de ses partisans de Bonn. Les quelque 700 jeunes réunis déploraient la dérive du mouvement freideutsch depuis sa création et réclamaient un retour à l’esprit du Meissner. La direction de la Freideutsche Jugend, absente de cette réunion, se disait cependant prête à envisager une coopération avec Wyneken et les siens. Mais les réunions suivantes, notamment celle d’octobre 1917 (Solling) et celle de mars 1918 (Nuremberg), qui décida de revenir à la version première de la Meissnerformel, n’allèrent pas au-delà de déclarations d’intention et de promesses non tenues.

126La Freideutsche Jugend n’était pas prête à s’engager dans le débat politique, alors que la situation politique et militaire du Reich devenait de plus en plus précaire. Réuni en août 1918 à Tübingen, le mouvement en resta aux considérations générales, moralisatrices et sentimentales, sur la situation de l’Allemagne au front comme à l’arrière. Il fallut attendre l’écroulement du front et les troubles révolutionnaires qui agitèrent le Reich pour modifier son attitude et éveiller chez certains de ses dirigeants une vocation révolutionnaire éphémère insoupçonnée jusque-là. En attendant, la direction collective de la Freideutsche Jugend et de la revue éponyme resta sur une ligne « apolitique » et sur le refus de tout engagement politique.

5. Le retour du front

La fin de la guerre

127Le déroulement de la guerre avait déjoué toutes les prévisions et tous les espoirs. On avait prévu, notamment à l’État-Major allemand, une guerre courte faite d’opérations rapides destinées à prendre l’adversaire par surprise (par l’invasion de la Belgique p. ex.). Mais sur le front ouest, après des succès initiaux, le plan Schlieffen s’enraya au bout de cinq semaines (bataille de la Marne suivie de la « course à la mer ») et ce fut pendant plus de quatre ans une guerre d’usure épuisante et très coûteuse en hommes et en matériel avec des gains territoriaux souvent minimes et éphémères. À cause de la durée du conflit et de son coût, à cause aussi du blocus anglais, l’arrière eut à souffrir des privations autant que les soldats au front. Malgré cela, le moral de la population resta étonnamment bon tant qu’elle put nourrir l’espoir que les gains apportés par la victoire finale compenseraient largement les sacrifices consentis pour l’effort de guerre, et le souvenir des bénéfices retirés de la victoire de 1871 sur la France n’était sans doute pas étranger à ces réflexions.

128La frustration fut d’autant plus vive lorsque ces espoirs furent déçus. La déception éprouvée par la population qui avait vécu la guerre à l’arrière était incomparablement plus intense chez ceux qui avaient souffert pendant des années du froid et des privations dans la boue des tranchées, qui avaient été blessés ou gazés et qui devaient constater qu’ils avaient enduré cet enfer en vain. Et s’ils étaient soulagés parce que leurs souffrances prenaient fin, ils ne comprenaient pas pourquoi, alors que l’ennemi n’avait pas foulé le sol allemand et qu’au contraire les troupes allemandes occupaient toujours une partie des territoires ennemis, ils devaient cesser le combat et retourner dans leurs foyers en vaincus parce que leur gouvernement avait demandé un armistice qui ressemblait à une capitulation.

129Après l’armistice conclu par l’Allemagne avec le gouvernement bolchevique russe (décembre 1917) et après la paix de Brest-Litovsk avec la Russie soviétique en mars 1918, la confiance en la victoire, qui avait nettement fléchi en 1917, était revenue. La bataille décisive sur le front de l’Ouest était considérée comme imminente. Mais l’offensive allemande de mars-avril 1918 n’apporta pas la percée espérée et le succès de la contre-offensive alliée de juillet-août, dû aussi à l’entrée en guerre des États-Unis, repoussa les troupes allemandes progressivement vers l’est ; pourtant le front semblait toujours tenir. Les défections se manifestèrent cependant à l’Est, où les alliés de l’Allemagne, Turquie, Bulgarie et Autriche-Hongrie, demandèrent, l’une après l’autre, des armistices séparés. à la mi-août, Hindenburg et Ludendorff estimaient que la guerre était perdue et, fin septembre, ils invitèrent le gouvernement impérial à demander un armistice, laissant ainsi le mauvais rôle au pouvoir civil. Pendant ce temps, la population allemande, bercée de communiqués lénifiants (A l’Ouest rien de nouveau !), ne se doutait toujours pas de l’imminence de la catastrophe.

130Les événements se précipitèrent fin octobre, début novembre. La mutinerie des marins de Kiel se transforma en insurrection et la contagion révolutionnaire gagna rapidement toute l’Allemagne, à commencer par les grandes villes (Munich le 7 novembre, Berlin le 9). Partout se créèrent des Conseils d’ouvriers et de soldats, qui prirent le pouvoir dans l’improvisation et la confusion. Le 9 novembre, le chancelier du Reich, le prince Max de Bade, démissionna après avoir transmis ses pouvoirs au président du SPD, Friedrich Ebert, et annonça l’abdication de l’empereur. Le même jour Philippe Scheidemann, au nom du SPD « majoritaire », proclama la « république allemande » tandis que, deux heures plus tard, Karl Liebknecht, au nom de l’aile gauche révolutionnaire du SPD, proclama la « république allemande socialiste libre ». Depuis la veille, les émissaires allemands sous la conduite de Mathias Erzberger, député du Zentrum, négociaient avec les vainqueurs, mais sans réussir à atténuer la rigueur des conditions qu’on leur communiqua et que, le 11 novembre, Erzberger dut accepter.

Le retour des combattants

131Au front comme à l’arrière, les quatre années de guerre ont profondément
marqué tous les mouvements de jeunesse, quelle qu’ait été leur attitude face à la guerre : la jeunesse antimilitariste proche du parti social-démocrate n’y a pas échappé, pas plus que la jeunesse militariste et patriotique du Jungdeutschlandbund, ni que les mouvements confessionnels ou les mouvements « autonomes » et « apolitiques », comme le Wandervogel ou la Freideutsche Jugend. L’expérience des quatre années de guerre et le traumatisme de la défaite avaient creusé un fossé entre les aînés et les jeunes. Les jeunes restés à l’arrière, avaient été partiellement contaminés par la fièvre révolutionnaire. Voyant s’effondrer les structures et les autorités traditionnelles, certains estimaient que l’autorité des anciens du mouvement était, elle aussi, frappée d’obsolescence : les anciens appartenaient au monde d’hier, pas au monde nouveau que l’on croyait voir naître à présent. Pour ces révolutionnaires en culottes courtes, 1918 ne sonnait pas seulement le glas d’un régime politique, mais aussi celui d’une société.

132Pour les mobilisés, le retour à la vie civile a été pénible, parfois chaotique. Mais beaucoup d’entre eux espéraient pouvoir retrouver le contact avec leurs camarades au sein de leurs mouvements d’avant-guerre. Ils durent constater que les années de guerre avaient aussi changé les jeunes non mobilisés. Les nombreux anciens combattants qui participèrent à la première assemblée générale d’après-guerre du Wandervogel e.V. (août 1919 à Coburg) purent constater le fossé qui s’était creusé entre eux et les jeunes membres du mouvement, touchés par la fièvre des bouleversements politiques et sociaux de l’après-guerre. Il leur parut impossible de trouver de nouveau leur place dans ce mouvement, qui ne désirait d’ailleurs pas vraiment leur retour. D’un commun accord, on décida donc de se séparer. À la Pentecôte de 1920, plus d’un millier d’anciens membres du Wandervogel, rassemblés dans la petite ville de Kronach en Allemagne centrale, créèrent la Ligue de Kronach des anciens du Wandervogel (Kronacher Bund der alten Wandervögel) pour « jeter les bases d’une communauté vivante et pouvoir apporter leur contribution à la reconstruction de la nouvelle Allemagne ».

133La nouvelle association, présidée et animée par Otto Schönfelder (1893-1944), connut un rapide succès et atteignit, un an après sa création, un effectif de 2 700 membres, hommes et femmes. Ceux-ci s’engagèrent dans divers types d’action sociale, principalement dans le domaine de l’éducation (universités populaires, établissements d’éducation pour adolescents en difficulté, stages de formation aux problèmes économiques, sociaux et culturels, etc.). Progressivement, les activités de la Ligue de Kronach se sont diversifiées et spécialisées par la création de groupes et de « guildes » professionnelles relativement autonomes : médecins, chimistes, jardiniers, artisans, techniciens du BTP, commerçants, enseignants et surtout diverses guildes d’artistes (Neudeutsche Künstlergilden). Par leurs actions publiques, expositions, publications, représentations théâtrales, concerts, ces guildes artistiques ont contribué à répandre dans la société d’après-guerre les valeurs esthétiques de la Jugendbewegung, en cherchant à détourner le public des productions « superficielles et insignifiantes » de l’art contemporain pour l’amener à reconnaître l’art « authentique » et les valeurs éternelles d’un art intériorisé.

  • 128 Voir sur ce sujet la galerie des faux messies présentée par Ulrich Linse, Barfüßige Propheten. Erlö (...)

134D’autres anciens du Wandervogel n’ont pas eu la même réaction constructive devant le désarroi de la société allemande à l’issue du conflit et choisirent de se réfugier dans des dérives mystico-religieuses en rejoignant la cohorte des faux mages et des prophètes itinérants qui avait proliféré dans les premiers temps de l’après-guerre128, lorsque ces « prophètes aux pieds nus » attirèrent dans leurs sectes des cohortes de nouveaux disciples, dont beaucoup de jeunes désorientés.

135Friedrich Lamberty (1891-1984), connu sous le nom de Muck-Lamberty, était un de ces gourous issus du mouvement de la jeunesse. Il avait découvert le Wandervogel vers 1910 alors qu’il gravitait autour du groupe de la revue Der Vortrupp de Hermann Popert et Hans Paasche. Mobilisé en 1914, Muck-Lamberty se rapprocha vers la fin de la guerre du nouveau parti ultranationaliste (Vaterlandspartei). Participant en 1920 au rassemblement d’où naquit le Kronacher Bund, l’ancien Wandervogel rassembla autour de lui un groupe de 25 jeunes, garçons et filles, qu’il appela simplement Die neue Schar (la nouvelle cohorte).

136La petite troupe se mit en marche pour porter la bonne parole à travers les villes et bourgades d’Allemagne centrale, de Kronach à Eisenach, en passant par Iéna, Weimar et Erfurt, en chantant, dansant et prêchant, suscitant partout la curiosité, puis l’intérêt et parfois même l’enthousiasme de la population et pas seulement des enfants. Ce succès était dû davantage à leur habillement, à leur mode de vie et à leur rhétorique qu’à l’originalité ou la cohérence de leur message. Tous les discours antimodernistes et tous les courants du mouvement de Lebensreform s’y retrouvaient pêle-mêle, dans un jargon pseudo-religieux, avec des thèmes politiques proches de ceux de la « révolution conservatrice ».

  • 129 Adam Ritzhaupt, Die Neue Schar in Thüringen, Jena, 1921 (Tat-Flugschrift 38).

137La « feuille de route » imaginée par Muck-Lamberty pour cette expédition prévoyait de mobiliser tous les jeunes pour « combattre la vulgarité et l’exploitation et réaliser la Volksgemeinschaft ». On retrouve aussi des bribes du discours juvéniliste quand il parle du combat des jeunes (qualifiés de vivants et divins) contre les vieux (vénaux et utilitaristes). La révolution, pour Muck-Lamberty, ne devait pas servir à changer les structures de l’état et de la société, mais à révolutionner les âmes pour le renouveau de l’Allemagne. En affirmant ainsi la domination de l’âme sur la matière, il sut intéresser aussi des adultes et en particulier des hommes d’Église, par exemple le pasteur Adam Ritzhaupt, d’Erfurt, qui lui ouvrit les portes de son église où s’entassèrent des milliers de personnes et qui lui consacra une brochure enthousiaste129.

138La Neue Schar n’a dansé qu’un été. Pour l’hiver 1920-1921, elle s’était installée dans une auberge de jeunesse et y avait établi une sorte de communauté de vie et de travail autour d’un atelier de tournage sur bois. Mais, contrairement aux projets, il n’y eut pas de seconde tournée. Sur plainte d’une des jeunes femmes du groupe, la justice intervint et Muck-Lamberty, qui avait pris trop à cœur le principe de la mise en commun des biens et des corps, fut condamné pour polygamie. Le groupe se dispersa et Muck-Lamberty devint un entrepreneur prospère, fabriquant et vendant des objets artisanaux en bois. Il n’en reste pas moins que la randonnée de la Neue Schar eut dans l’opinion publique et même dans la littérature un certain retentissement, surprenant si l’on considère la réalité de l’événement, mais symptomatique du désarroi qui caractérisait la société allemande et les esprits des jeunes privés de leurs repères traditionnels au lendemain de la guerre.

139Le chemin du retour à la vie civile ne fut pas aussi folklorique pour tous les démobilisés. D’autres anciens membres des mouvements de jeunesse, autonomes ou non, qui ne voulaient pas abandonner le combat, ont rejoint la multitude de corps francs semi-officiels qui furent créés à partir de début 1919 par l’état-Major général de l’armée pour pallier l’absence momentanée d’une armée régulière capable d’intervenir dans les conflits intérieurs (insurrections) ou extérieurs, notamment aux frontières de l’Est et dans les pays baltes. Ces formations commandées par des officiers de l’ancienne armée, en cours de réorganisation et de réduction à 100000 hommes seront par la suite intégrées partiellement dans la nouvelle armée (Reichswehr).

140Pourtant un certain nombre d’entre elles voulurent garder leur indépendance et constituèrent dans les premières années de la république de Weimar des forces armées incontrôlables et dangereuses pour le régime démocratique. L’une d’entre elles, la brigade Ehrhardt, fut le fer de lance du putsch manqué de Kapp et Lüttwitz en 1920. Progressivement « démobilisés » mais pas toujours réellement désarmés, les corps francs non intégrés dans la Reichswehr restèrent une menace pour la république et influencèrent aussi un certain nombre de mouvements de jeunesse d’extrême-droite, par exemple la Schilljugend créée par le lieutenant Gerhard Rossbach qui avait participé avec son Freikorps Rossbach au putsch d’Hitler à Munich en 1923, ou le Jungdeutscher Orden d’Artur Mahraun qui se transforma vers la fin des années 1920 en un véritable mouvement de jeunesse et tenta de former avec la Bündische Jugend une nouvelle force politique en créant la Deutsche Staatspartei.

141Certains anciens du Wandervogel ont même pris l’initiative de créer leur propre corps franc composé majoritairement d’anciens membres des mouvements de jeunesse. Une de ces formations, connue sous le nom de Wandervogel-Hundertschaft, a été créée et majoritairement constituée par des membres du Wandervogel silésien. Ce corps franc avait été engagé pour la défense des frontières orientales du Reich contre les avances polonaises. L’esprit et les comportements du groupe étaient plus proches de ceux d’un Bund de la Jugendbewegung que de ceux d’une unité militaire. Son efficacité militaire en a sans doute souffert. Les responsables de ce corps franc joueront plus tard un rôle important dans l’encadrement des ligues de la Bündische Jugend.

Notes

1 Heinz Rosenbusch, Die deutsche Jugendbewegung in ihren pädagogischen Formen und Wirkungen dipa, Frankfurt am Main, 1973, p. 105.

2 Hans Blüher (1888-1955). Fils de pharmacien, élève du lycée de Steglitz à partir de 1897, il a participé aux débuts du Wandervogel aux côtés de Karl Fischer. Après des études éclectiques et inachevées, Blüher s’établit comme psychothérapeute et écrivain à Berlin en 1924. Il a laissé une œuvre abondante et inégale (cf. son autobiographie Werke und Tage. Geschichte eines Denkers, München, 1953). Son livre Wandervogel. Geschichte einer Jugendbewegung parut en 1911 chez Weise à Berlin. Aux deux parties relatant l’histoire du mouvement, Blüher ajouta en 1912 un troisième volet, Die deutsche Wandervogelbewegung als erotisches Phänomen. Nous citons l’ouvrage dans une édition ultérieure parue en 1922 chez Kampmann à Prien.

3 « Herbstschau 1913 », in Wandervogel VIII, 10, octobre 1913, p. 282.

4 Hans Blüher, Wandervogel. Geschichte einer Jugendbewegung, op. cit. p. 58. Par la suite, les citations tirées de cet ouvrage sont signalées dans le texte sous WV, suivi du numéro de la page.

5 Die Freie Schulgemeinde, revue trimestrielle, parut d’octobre 1910 à octobre 1920, chez l’éditeur E. Diederichs, Iéna.

6 Wyneken lança en 1913 dans la presse un appel à contribution pour la création d’une nouvelle Freie Schulgemeinde. Parmi les signataires, on trouve entre autres : Ferdinand Avenarius, Hermann Bahr, Eugen Diederichs, Ludwig Ganghofer, Ernst Haeckel, Magnus Hirschfeld, Hugo von Hofmannsthal, Käthe Kollwitz, Ernst Mach, Max Reinhardt, Hermann Sudermann, Berta von Suttner, Alfred Weber, etc. (Wyneken-Archiv, Burg Ludwigstein).

7 Gustav Wyneken est né en 1875 à Stade près de Hanovre. Parmi ses ascendants, il comptait de nombreux pasteurs. Lui-même suivit l’exemple de son père en étudiant parallèlement la philosophie, la théologie et la pédagogie. Ces trois axes devaient déterminer toute son existence. Même la théologie, dont il avait abandonné l’étude en 1898 (peu après, en 1901, il quitta l’église), n’a jamais cessé de l’occuper : sa dernière grande œuvre publiée fut LAdieu au christianisme (Abschied vom Christentum paru en 1963 à Munich (Szcesny), puis en livre de poche (Rowohlt 1967-1968)). Outre une Weltanschauung parue en 1941 et rééditée en 1947, c’est surtout son œuvre pédagogique qui nous intéressera ici.

8 Gustav Wyneken, « Die deutschen Landerziehungsheime » (1911), in Der Kampf für die Jugend, Jena, 1920, p. 35.

9 G.  Wyneken, Schule und Jugendkultur, Jena, 1914, p. 7.

10 La mission de l’humanité est essentielle, car elle ne consiste pas à dévoiler l’esprit, à le retrouver, mais à le créer, à être l’organe de son déploiement. Gustav Wyneken, « Die Idee des Geschichtsunterrichts » (1911), in Der Kampf für die Jugend, op. cit., p. 54.

11 G.  Wyneken, Weltanschauung, München, 1947, p. 347 : « Le surhomme c’est d’abord l’homme supra-individuel et la pensée supra-individuelle ».

12 G. Wyneken, Schule und Jugendkultur, op. cit., p. 5 et 12.

13 Ibid., p. 13.

14 G. Wyneken, « Student und Erziehungsproblem » (1913), in Der Kampf für die Jugend, op. cit., p. 225.

15 « Pour la première fois l’éducation est investie d’une mission au service de l’histoire du monde. Elle ne doit pas perpétuer l’esprit de l’ancienne génération, mais rompre avec lui et en créer un nouveau », G.  Wyneken, « Fichte als Erzieher » (1915), in Der Kampf für die Jugend, op. cit., p. 239.

16 G. Wyneken, Schule und Jugendkultur, op. cit., p. 19.

17 « ein Veralterungsapparat », ibid., p. 37.

18 Ibid., p. 33.

19 « das Heim, die Insel der Jugend », ibid., p. 37.

20 G. Wyneken, Schule und Jugendkultur, op. cit., p. 37.

21 Ibid., p. 117.

22 Ibid., p. 126-127.

23 G. Wyneken, « Der Sozialismus der Jugend », in Der Kampf für die Jugend, op. cit., p. 143.

24 G. Wyneken, Schule und Jugendkultur, p. 46.

25 Ibid., p. 43.

26 Ibid., p. 34.

27 Ibid., p. 35.

28 Ibid., p. 42.

29 Ibid., p. 39.

30 Ibid., p. 39.

31 Cf. Erich Geissler, Der Gedanke der Jugend bei Gustav Wyneken, Frankfurt, 1963, p. 64.

32 Ibid., p. 81.

33 G. Wyneken, Wickersdorf, Lauenburg, 1922, p. 15.

34 Ces notions de « Sendung der Jugend », « Mission der Jugend », « Eigenwert der Jugend » deviendront les slogans autour desquels se rallieront les étudiants et lycéens qui s’exprimeront dans la revue Der Anfang (voir plus loin).

35 Cf. Ulrich Panter, Gustav Wyneken. Leben und Werk, Weinheim, 1960 ; Heinrich Kupffer, Gustav Wyneken, Stuttgart, 1970.

36 E. Geissler, Der Gedanke der Jugend bei Gustav Wyneken, op. cit., p. 25.

37 G. Wyneken, « Wandervogel und Freie Schulgemeinde », Die Freie Schulgemeinde, III, 2, janvier 1913, p. 33.

38 Ibid., p. 36-37 et p. 39.

39 G. Wyneken, « Der weltgeschichtliche Sinn der Jugendbewegung » (1916), in Der Kampf für die Jugend, op. cit., p. 166.

40 G. Wyneken, « Jugendkultur » (1914), in Der Kampf für die Jugend, p. 124.

41 G. Wyneken, Was ist Jugendkultur ?, München, 1914, p. 18.

42 G. Wyneken, « Jugendkultur », p. 127.

43 E. Neuendorff, in Sämann, avril 1914, cité par E. Geissler, Der Gedanke der Jugend bei Gustav Wyneken, op. cit., p. 28.

44 Né en 1892 à Barbizon près de Paris, il était le fils de Willy Gretor, peintre et marchand de tableaux que Frank Wedekind a immortalisé sous les traits de son Marquis von Keith. Après la séparation de ses parents en 1905, le jeune Georg vécut à Berlin chez Käthe Kollwitz, une amie de sa mère.

45 Siegfried Bernfeld (1892-1953) terminait alors ses études de psychologie à Vienne. Il devait soutenir en 1914 une thèse intitulée Über den Begriff der Jugend. Bernfeld a laissé une œuvre abondante, en grande partie oubliée, dans laquelle il essaie d’allier son engagement sioniste et ses projets pédagogiques, la psychanalyse et le marxisme. Un choix a été réédité après 1968 : Siegfried Bernfeld, Antiautoritäre Erziehung und Psychoanalyse, 3 vol., Darmstadt, 1969-1970.

46 Walter Benjamin fut un des collaborateurs fidèles du Anfang jusqu’en 1914. Il rompit alors avec Wyneken dont il désapprouvait les positions sur la guerre.

47 Otto Braun, fils de Heinrich et Lily Braun (Memoiren einer Sozialistin), fut un enfant prodige. Il tomba en 1918, à l’âge de 21 ans. Voir le volume posthume : Otto Braun. Aus dem Leben eines Frühvollendeten, Berlin, 1921.

48 Stefan Lepsius (1897-1917), fils unique du couple de peintres Sabine et Reinhold Lepsius, dont le poète Stefan George fréquenta assidûment le salon.

49 « Vorwort », in Der Anfang. Vereinigte Zeitschriften der Jugend, I, 2, février 1911, p. 27.

50 Ardor, « Das Dornröschen », in Der Anfang, 3, mars 1911, p. 51-54, et « Die Freie Schulgemeinde », ibid., 4, p. 79-83.

51 Gustav Wyneken, « Erklärung », in Der Anfang. Zeitschrift der Jugend, I, 1, mai 1913, p. 4.

52 Georges Barbizon, « Die treibenden Kräfte », in Der Anfang, I, 1, mai 1913, p. 3.

53 Cf. Siegfried Bernfeld, in Der Anfang, I, 5, p. 148-149, ou Ado, ibid., I, 8, p. 240.

54 Voir par exemple H.H., in Der Anfang, I, 12, avril 1914, p. 377.

55 Voir entre autres : Ardor (i.e. Walter Benjamin), Der Anfang I, 1, mai 1913, p. 6.

56 Cf. Hermann, Der Anfang, I, 6, octobre 1913, p. 172.

57 G. Barbizon, Der Anfang, I, 3, juillet 1913, p. 68.

58 Cf. Der Anfang, II, 13, p. 25.

59 Voir par exemple Der Anfang, I, 6, oct. 1913, p. 179 ; ibid., I, 5, sept. 1913, p. 138 ; ibid., I, 6, oct. 1913, p. 166.

60 « Erwiderung », in Der Anfang, I, 9, janvier 1914, p. 261. « Qui fait les lois, qui vote, qui gouverne et qui juge ? Qui a déterminé l’ordre social actuel ? » interroge cette étudiante en réponse à un article où l’auteur se plaignait de la mentalité de la plupart des filles et mettait en cause l’éducation qu’elles recevaient.

61 Der Anfang, I, 8, déc. 1913, p. 225.

62 Le numéro 10 (février 1914) publie les réponses de Wilhelm Ostwald, Alfred Kerr, Ernst Müller, Paul Natorp, Walther Borgius.

63 La « majorité religieuse » (Religionsmündigkeit), c’est-à-dire le droit de choisir librement sa confession, était fixée à 14 ans en Prusse et à 21 ans en Bavière.

64 Ardor, « Erfahrung », in Der Anfang, I, 6, oct. 1913, p. 169.

65 Der Anfang I, 2, juin 1913, p. 33.

66 « nous voulons vivre et travailler avec notre temps », Der Anfang, I, 4, août 1913, p. 112.

67 « Sind wir eine Zeitströmung ? », in Der Anfang, II, 2/3, juin 1914, p. 70-71.

68 Der Anfang, I, 8, déc. 1913, p. 232. Voir également « Von der Mission der Jugend », ibid., I, 5, sept. 1913, p. 136.

69 Cette communauté ne prendra des formes concrètes que dans les « salles de discussion » (Sprechsäle) organisées par le Comité universitaire pour la réforme de l’enseignement (Akademisches Comité für Schulreform, ACS). Une rubrique régulière informait les lecteurs du Anfang des activités de ces groupes. Voir également l’article « Sprechsaal und Jugendgemeinde », in Der Anfang, II, 2/3, juin 1914, p. 51.

70 Sur l’histoire des associations d’étudiants, on peut consulter le livre classique de Friedrich Schulze et Paul Szymank, Das deutsche Studententum von den ältesten Zeiten bis zur Gegenwart, Leipzig, 1910 (nombreuses rééditions), ainsi que l’ouvrage plus superficiel de Werner Klose, Freiheit schreibt auf eure Fahnen. 800 Jahre deutsche Studenten, Oldenburg – Hamburg, 1967.

71 Cf. A. Zoellner, Die freistudentische Bewegung an den Hochschulen Deutschlands, Charlottenburg, 1909.

72 Ibid., p. 26.

73 Cf. « Bericht über den XIV. Freistudententag in Weimar », in Der Anfang, II, 4, p. 120-122, et « Chronik », ibid., p. 123. Voir également Werner Kindt (éd.), Die Wandervogelzeit (Dokumentation der Jugendbewegung, t. 2), op. cit., p. 446.

74 Der Anfang, II, 4, p. 121.

75 Cf. Hans Reichenbach, « Der Sinn der Hochschulreform », in Studentenschaft und Jugendbewegung, München, 1914 (recueil d’articles publiés à l’occasion de l’assemblée générale de la Freie Studentenschaft à Weimar en 1914).

76 Cf. Thiemer-Nahnsen, « Über die Freischaren », in Wandervogel-Führerzeitung, n° 12, nov. 1913, p. 230-232.

77 Cf. A. Hallermeyer, « Freie Studentenschaft und Freischar », in W. Kindt (éd.), Die Wandervogelzeit (Dokumentation der Jugendbewegung, t. 2), op. cit., p. 395.

78 Cf. Quintus, « Über die Deutsche Akademische Freischar » (1913), in W. Kindt (éd.), ibid., p. 437-439.

79 Ibid., p. 29.

80 Der Anfang, I, 1, p. 28 énumérait quelques-uns des sujets traités dans le Sprechsaal de Vienne : Jugendkultur, Énergie et éthique, La poésie moderne, Le mouvement espérantiste, L’art de la reproduction, Le Wandervogel, Le mouvement pacifiste, Morale moderne, Le mouvement des suffragettes, etc.

81 Le premier Sprechsaal en Allemagne fut fondé par Walter Benjamin à Berlin. D’autres s’ouvrirent à Munich, Stuttgart, Darmstadt, Cobourg, Heidelberg, Iéna, Göttingen, le plus souvent à l’initiative d’étudiants de la Freie Studentenschaft.

82 Cf. Siegfried Bernfeld, « Sprechsaal und Jugendgemeinde », in Der Anfang, II, 2/3, juin 1914, p. 51-61. Bernfeld a également évoqué ces expériences dans : « Die Schulgemeinde und ihre Funktion im Klassenkampf » (1928), reproduit dans S.  Bernfeld, Antiautoritäre Erziehung und Psychoanalyse, Darmstadt, 1969, t. 2, p. 388-477. Le Sprechsaal de Vienne dut cesser ses activités en mars 1914 par décision de police.

83 Le nom officiel de la manifestation, choisi à Iéna, fut Freideutscher Jugendtag. Mais dès avant la réunion, les noms Jugendfest ou Fest der Jugend apparurent, aussi bien dans Der Anfang que dans les revues du Wandervogel ou dans des publications extérieures aux mouvements de jeunesse.

84 W. Groothoff, in Wandervogelführerzeitung, mai 1913.

85 La liste des mouvements participants n’étant pas encore connue, l’auteur parle de « toutes les associations modernes », (« alle neuzeitlichen Vereinigungen »).

86 Le compte rendu de cette réunion est reproduit in extenso dans W. Kindt (éd.), Die Wandervogelzeit (Dokumentation der Jugendbewegung, t. 2), op. cit., p. 484-490.

87 Gottfried Traub (1869-1959), pasteur protestant, membre de l’association nationale-sociale, défendait à cette époque des positions libérales tant sur le plan politique que sur le plan religieux. En 1913, il était dirigeant de la Ligue des protestants allemands (Deutscher Protestantenbund) et membre du parlement de Prusse. Après 1918, il rejoignit la droite nationaliste. Membre du Reichstag, député du parti national-allemand (DNVP), il soutint le putsch de Kapp et Lüttwitz et rédigea le journal d’extrême-droite, Eiserne Blätter.

88 Eugen Diederichs (1867-1930) fonda en 1896 une maison d’édition qui allait jouer un rôle de premier plan dans le mouvement de la « révolution conservatrice » en Allemagne. éditeur du néo-romantisme, il publia également de nombreux ouvrages sur le passé allemand et sur des questions pédagogiques. La revue Die Tat, qu’il édita à partir de 1912, eut une grande audience.

89 Freideutsche Jugend. Zur Jahrhundertfeier auf dem Hohen Meißner 1913, Jena, 1913. Dans une première partie, les différentes organisations présentaient leurs programmes respectifs. Dans la deuxième partie, réservée aux « amis » de la « jeunesse libre-allemande », on trouve entre autres les noms et les textes de H. Delbrück, E Diederichs, Fidus, Ludwig Gurlitt, G Kerschensteiner, LKlages, EKühnemann, PNatorp, L Nelson, GPrellwitz, Ludwig Thoma, Alfred Weber, G Wyneken.

90 Hans Paasche (1881-1920), ancien officier de marine, fils du vice-président du Reichstag, militait pour la Lebensreform. Il fut un ardent propagandiste du retour à la nature dans tous les aspects de l’existence (alimentation, habillement, etc.). Au cours de la guerre, il ajouta le pacifisme au nombre des causes qu’il défendait. Il fut assassiné en 1920 par un groupe d’irréguliers de la Reichswehr.

91 Wilhelm Schwaner (1863-1944), instituteur, journaliste et éditeur, était une figure en vue dans les milieux du nationalisme racial et culturel allemand (völkische Bewegung), notamment par ses livres Bible des Germains (Germanenbibel, 1904), Sous la croix gammée (Unterm Hakenkreuz, 1913) et sa revue Der Volkserzieher, dont la couverture s’ornait d’une svastika.

92 Par la suite, G.  Wyneken s’en plaignit et y voyait la confirmation de son opinion au sujet du manque de culture du Wandervogel. (Cf. Gustav Wyneken, « Die Freideutsche Jugend », in Die freie Schulgemeinde, IV, 2/3, avril 1914, p. 36-37.)

93 Paasche insistait sur l’urgence des problèmes qui se posaient selon lui pour la survie de la race, minée par les poisons de la civilisation moderne. « Notre Reich allemand est en flammes », s’écriait-il, et il invitait la jeunesse allemande à éteindre l’incendie.

94 Texte allemand entre autres in Winfried Mogge et Jürgen Reulecke (éds), Hoher Meissner 1913. Der erste Freideutsche Jugendtag in Dokumenten, Deutungen und Bildern, Köln, 1988, p. 52.

95 Gustav Wyneken, « Die Freideutsche Jugend », in Die Freie Schulgemeinde, IV, n° 2/3, p. 36.

96 Knud Ahlborn, né en 1888 à Hambourg, avait été un des membres fondateurs du Hamburger Wanderverein, puis de la Akademische Freischar. Il présida la commission principale de la Freideutsche Jugend, fut rédacteur en chef de la revue du même nom, et continua à jouer un rôle de premier plan dans l’histoire de ce mouvement.

97 Voir le discours de Wyneken, reproduit dans W. Kindt, Die Wandervogelzeit (Dokumentation der Jugendbewegung, t. 2), op. cit., p. 501-505. Un ensemble des textes importants (texte de l’invitation, discours prononcés, réactions dans la presse, etc) a été reproduit, présenté et commenté dans le volume cité ci-dessus : Hoher Meissner 1913 (W. Mogge et J. Reulecke), op. cit.

98 Au total, on a identifié 75 articles consacrés à la manifestation du Meissner dans les jours et semaines qui suivirent. Les organisateurs avaient pris soin d’inviter la presse et, notamment grâce au carnet d’adresses de l’éditeur Eugen Diederichs, ils avaient réussi à attirer l’attention de journalistes connus. D’après Mogge et Reulecke (op. cit.), sur les 75 articles analysés, 25 étaient négatifs, 35 jugeaient positivement l’événement et 15 étaient positifs avec quelques réserves.

99 H. Bohnenkamp, « Das Selbstverständnis der Meißnerjugend », in Neue Sammlung, sept./oct. 1963, reproduit dans W. Kindt, Die Wandervogelzeit (Dokumentation der Jugendbewegung, t. 2), op. cit., p. 515.

100 Cf. G. Mittelstrass, et C. Schneehagen, Freideutscher Jugendtag 1913, Hamburg, 1913. Reproduit dans W. Kindt, ibid., p. 497.

101 K. Ahlborn, Die freideutsche Jugendbewegung, op. cit., p. 7.

102 « L’organisation [qui vient d’être créée] ne peut donc comprendre que des associations ayant clairement pour objectif de garantir à tous les groupes affiliés le droit de disposer d’eux-mêmes en toute liberté ; la neutralité, ou mieux l’absence d’intention doit être le mot d’ordre des groupes à réunir. » Bruno Lemke, le 7 mars 1914 (in W. Kindt, Die Wandervogelzeit (Dokumentation der Jugendbewegung, t. 2), op. cit., p. 534.)

103 Freideutsche Jugend. Monatsschrift für das junge Deutschland, éditée par Bruno Lemke (puis par Knud Ahlborn), A. Saal, Lauenburg a.d. Elbe, 1914-1921.

104 Jugendkultur. Dokumente zur Beurteilung der „modernsten“ Form „freier“ Jugenderziehung. Zusammengestellt von einem bayerischen Schulmann, München, 1914, p. 26.

105 Wyneken était déjà placé sous surveillance policière en Bavière. Cf. Bayerisches Staatsarchiv, München, MK 15003, p. 32007 A II, 32506 A II. Après la décision d’interdire ses publications, le ministère des Cultes de Bavière invita par une circulaire du 23 janvier 1914 les directeurs et professeurs à punir et signaler des élèves qui lisaient Der Anfang, à confisquer la revue et à dénoncer au ministère les libraires qui la mettaient en vente (Bayerisches Staatsarchiv München, MK 15003, « Höhere Lehranstalten »).

106 Cf. Knud Ahlborn, Die Freideutsche Jugend im bayerischen Landtag, Hamburg, 1914. Extraits chez W. Kindt, Die Wandervogelzeit (Dokumentation der Jugendbewegung, t. 2), op. cit., p. 527-532.

107 Cf. J. Georgi & H. Hertling, Die Marburger Tagung der Freideutschen Jugend, Hamburg, 1914.

108 Ibid., p. 36.

109 André François-Poncet, normalien, germaniste et diplomate, a été ambassadeur de France à Berlin (1931-1938) et à Rome (1938-1940). Après la guerre, il occupa à Bonn les fonctions de haut-commissaire, puis d’ambassadeur de France (1949-1955).

110 André François-Poncet (1887-1978), Ce que pense la jeunesse allemande, Paris, 1913, p. 18.

111 Ibid., p. 39.

112 Ibid., p. 110.

113 Même Wyneken, qui avait mis en garde, en 1913 sur le Meissner, contre les accents guerriers de certains discours, exalta fin 1914 la grandeur de la guerre et sa valeur formatrice pour la jeunesse. « Que chacun fasse que cette guerre soit pour lui sa bonne guerre, sa guerre sacrée. » (Der Krieg und die Jugend, München, 1915, p. 12). Ce texte fut la raison pour laquelle Walter Benjamin rompit définitivement avec Wyneken dont il avait été jusque-là un fidèle disciple.

114 L’âge des jeunes incorporés et envoyés au front passa de 20 ans en 1914 à 18 ans vers la fin de la guerre.

115 D’après Rudolf Kneip, ancien responsable du Wandervogel de Saxe, cette province a vu partir sous les armes, dans les 14 premiers mois de la guerre, environ 40 % des cadres et des membres du mouvement. In Gudrun Fiedler, Jugend im Krieg. Bürgerliche Jugendbewegung, erster Weltkrieg und sozialer Wandel, 1914-1923, Köln, 1989, p. 38 sq.

116 Lettre citée par G. Fiedler, Jugend im Krieg, op. cit., 1989, p. 56.

117 Walter Flex (né en 1887, tombé en 1917), Der Wanderer zwischen beiden Welten. Ein Kriegserlebnis, in Gesammelte Werke, München, 1925, t. I, p. 185-265. La première édition, parue fin 1916, connut immédiatement un grand succès, qui se poursuivit au temps de la république de Weimar. Ce court récit devait fonder toute la renommée de Walter Flex.

118 Ibid., p. 215-216.

119 « Reif werden und rein bleiben » (mûrir en gardant sa pureté) était la devise et le programme de vie d’Ernst Wurche.

120 Cf. Anne-Marie Saint-Gille, « Les mouvements de jeunesse à l’épreuve de la Grande Guerre », p. 135 sqq. in Marc Cluet et Monique Mombert, Mouvements de jeunesse / Jeunes en mouvement, op. cit.

121 Ce « Feldwandervogel », accueillait tous « ceux qui se considéraient comme faisant partie de la Jugendbewegung ». Outre les différentes branches du Wandervogel, on y trouvait des membres du Bund der Wanderer, du Vortrupp, de la Freideutsche Jugend, des Guttempler, des Fahrende Gesellen, etc. Mais dans cette liste on ne trouve ni les organisations de la jeunesse ouvrière, ni les organisations confessionnelles, pas plus que les Turner, les éclaireurs et d’autres organisations à dominante patriotique ou militariste (Jungdeutschlandbund, etc.), d’après Hermann Mitgau, in Ziemer-Wolf, Wandervogel und Freideutsche Jugend, op. cit., p. 517.

122 Cf. G. Fiedler, Jugend im Krieg, op. cit., p. 76 sq.

123 Maximilian Bayer, in Feldmeister, 5/1917, p. 36. Voir également Christoph Schubert-Weller, So begann es – Scouting als vormilitärische Erziehung, Baunach, 1988 et Karl Seidelmann, Die Pfadfinder in der deutschen Jugendgeschichte, t. 1 : Darstellung, Hannover, 1977.

124 Otger Gräff (1893-1917). Chef Wandervogel de la région de Bonn, engagé volontaire, hautement décoré, a succombé à ses blessures de guerre en 1917.

125 Wyneken lui-même et ses fidèles n’appartenaient avant 1914 à aucun parti ou courant politique. Leur réputation de révolutionnaires provenait essentiellement de leur mise en question de la culture dominante. Après la guerre, beaucoup de membres de ce groupe se sont cependant engagés dans diverses formations politiques de gauche.

126 Parmi les collaborateurs du Aufbruch, on trouve les noms de Kurt Hiller, Gustav Landauer, Klabund, Alfred Wolfenstein, qui ont joué un rôle non seulement dans le mouvement expressionniste, mais aussi dans la révolution de 1918.

127 Leonard Nelson (1882-1927), philosophe néo-kantien prônant l’unité de la pensée et de l’action et militant pour un « socialisme éthique ». Après l’échec de ses tentatives pour gagner la Freideutsche Jugend à sa cause, il fonda en 1917 le Internationaler Jugendbund, qui devint en 1926, après son exclusion du SPD, le Internationaler Sozialistischer Kampfbund, survivant sous ce nom à la mort de son fondateur, jusque dans la résistance au national-socialisme.

128 Voir sur ce sujet la galerie des faux messies présentée par Ulrich Linse, Barfüßige Propheten. Erlöser der zwanziger Jahre, Berlin, 1983.

129 Adam Ritzhaupt, Die Neue Schar in Thüringen, Jena, 1921 (Tat-Flugschrift 38).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search