Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les avatars du juvénilisme allemand 1896-1945

 | 
Gilbert Krebs

Le IIIe Reich et la jeunesse

Texte intégral

1. Le projet éducatif du national-socialisme

1Les années 1930, qui aboutiront à la reprise des hostilités interrompues par l’armistice de 1918 et qui conduiront pour l’ensemble de l’Europe à un désastre qui ne peut se comparer qu’aux ravages et aux bouleversements territoriaux et moraux occasionnés par la guerre de Trente Ans au xviie siècle, ont été en Allemagne la phase finale d’une période qui débuta à l’ombre de la défaite et qui fut dominée par l’idée d’une révision des traités de paix. Elles ont coïncidé avec l’arrivée au pouvoir d’un parti politique entièrement obnubilé par l’idée de revanche et prêt à recourir à tous les moyens, même les plus criminels, pour restaurer les forces du pays et mobiliser sa population en vue de cette deuxième tentative pour imposer son hégémonie au continent européen. Pour y parvenir, le parti national-socialiste a fait miroiter à une population lasse d’attendre des jours meilleurs une « révolution » globale, un changement profond des structures, des institutions, des valeurs et des mentalités en Allemagne.

Le NSDAP, parti de la jeunesse ?

  • 1 Entre le recensement de 1911 et celui de 1934, la proportion des jeunes de moins de 6 ans a baissé (...)
  • 2 Ibid., p. 313-314.

2L’Allemagne et le parti d’Adolf Hitler ont voulu présenter au monde, dès le début, une image jeune et dynamique. Le parti a sans cesse mis en avant la jeunesse et ses organisations, comme l’avaient fait aussi les autres mouvements et régimes fascistes en Europe, à commencer par celui de Mussolini en Italie. Mais même si sa démographie restait encore un peu plus vigoureuse que celle des autres sociétés occidentales, l’Allemagne n’était plus la « nation jeune » qu’elle avait été à la veille de la Première Guerre mondiale. L’essoufflement de sa croissance démographique, qui avait commencé au début du xxe siècle, avait modifié la pyramide des âges par rapport à 1911 : globalement, la population allemande avait vieilli1. Rendant responsable de cet affaiblissement le « système de Weimar », le national-socialisme entreprit une politique nataliste par des incitations financières et par une propagande privilégiant le culte de la jeunesse et de la maternité. Cette politique n’a cependant pas eu le temps de porter ses fruits avant que n’éclate la guerre en 1939 : la natalité avait certes augmenté, mais les classes d’âge des moins de 20 ans, qui représentaient près de 45 % de la population totale avant 1914, n’en représentaient plus que 36,2 % en 1925 et 30,2 % en 1934. La remontée de ces chiffres en 1939 ne concernait encore que les classes d’âge les plus jeunes. En revanche, entre 1925 et 1939, le pourcentage des personnes âgées de plus de 65 ans était passé de 5,8 % à 7,8 %2.

  • 3 Même des observateurs étrangers ont pu se laisser illusionner, tel Robert Brasillach découvrant ave (...)

3Pourtant, au début des années 1930, de plus en plus d’Allemands et surtout de jeunes étaient prêts à accepter l’idée que le national-socialisme représentait et réalisait les besoins et les aspirations de la jeunesse mieux que les partis traditionnels. Il est certain que le national-socialisme a su, mieux que d’autres partis politiques, mobiliser la jeunesse à son bénéfice en faisant appel à sa soif d’activité, à son potentiel révolutionnaire, en exploitant son désarroi devant la situation politique et économique, devant le chômage massif et le manque de perspectives d’avenir, et en faisant miroiter devant ses yeux des lendemains radieux après le renversement du « système » vermoulu de la république de Weimar. Mais cela ne signifiait pas que la prise du pouvoir avait été faite par la jeunesse et pour la jeunesse, ni que le parti d’Adolf Hitler pouvait être considéré comme « le parti de la jeunesse », malgré tous les efforts du nouveau régime pour propager cette idée3.

  • 4 Cf. Horst Möller, « L’évolution du système des partis dans les dernières années de Weimar », in G. (...)

4Certes, le NSDAP était un parti relativement jeune « si l’on considère ses adhérents, ses cadres, ses dirigeants et son électorat » comparable en cela seulement au parti communiste allemand, mais ce jugement valait surtout par comparaison avec la gérontocratie qui caractérisait les autres partis4. Lors de son arrivée au pouvoir, le nouveau chancelier avait 43 ans, son « lieutenant » à la tête du parti, Rudolf Hess, en avait 38, Goering 39, Goebbels 35 et Himmler 33. Seul le « chef de la jeunesse national-socialiste », l’étudiant germaniste Baldur von Schirach, faisait exception avec ses 25 ans. Le NSDAP faisait indéniablement la part belle à la « génération du front » : c’est elle qui constituait l’essentiel des effectifs et des cadres du parti et qui marquait de son empreinte le programme et la pratique politique. L’âge moyen de cette « génération du front » se situait en 1933 plus près de la quarantaine que de la vingtaine. C’était une génération qui avait le sentiment d’avoir tout donné et tout perdu, d’avoir enduré en vain des privations et des souffrances sans précédent et d’avoir été trahie par les politiciens de l’ancienne génération qui avaient déclenché la guerre mais n’avaient pas su la gagner, et surtout par les Novemberverbrecher, ces « criminels » considérés comme responsables de la débâcle finale et de la révolution de novembre 1918.

  • 5 « Macht Platz Ihr Alten! » Cité par H.-U. Thamer, Verführung und Gewalt, Berlin, 1998, p. 400. Greg (...)
  • 6 Cf. Karl Dietrich Bracher, Die Auflösung der Weimarer Republik (1re éd.1955), 5éd. Düsseldorf, 19 (...)

5Cette génération estimait que c’était à elle d’assurer la régénération de l’Allemagne, mais qu’elle ne pouvait y parvenir qu’en mobilisant les classes d’âge plus jeunes et en sommant les « vieux » de lui céder la place. « Place aux jeunes ! » fut un des slogans utilisés par Gregor Strasser5 pour mobiliser l’électorat jeune contre la sclérose du système en place et contre l’establishment de Weimar. Avec l’aggravation de la crise économique et politique, la société allemande s’est radicalisée. C’est lors des élections de septembre 1930 que se manifesta pour la première fois le « glissement de terrain » qui finira par ensevelir la démocratie en Allemagne en assurant la montée en puissance des partis extrémistes : le KPD passa de 54 à 77 sièges au Reichstag et le NSDAP, de 12 à 107 sièges. Cette évolution, de l’avis des spécialistes, était due pour une large part au renouvellement du corps électoral par l’arrivée de « nouveaux électeurs » : les jeunes qui venaient d’atteindre l’âge légal de 20 ans et les abstentionnistes des consultations précédentes. Leur vote était essentiellement un vote de protestation et montrait que l’instrumentalisation du conflit des générations en vue de la conquête du pouvoir avait porté ses fruits dans la situation chaotique de l’économie et de la société allemandes créée par la crise de 1929. Sans comprendre vraiment la situation politique de la république de Weimar, les nouveaux électeurs protestaient contre les politiciens de la vieille génération et s’engageaient pour un mouvement protestataire qui attribuait la faute aux « vieux » et qui, de surcroît, offrait des chances de promotion rapide et répondait à un besoin de communauté largement répandu dans les rangs de la jeunesse organisée6.

Jeunesses hitlériennes

6La naissance des mouvements de jeunesse du parti national-socialiste avait été précoce. Mais, au début, les créations avaient été locales et éphémères et le succès avait été lent à venir. Dès 1922 il y avait, à Munich, un Jugendbund der NSDAP, qui disparut à la suite du putsch manqué de novembre 1923 et de l’interdiction du parti qui s’ensuivit. Parallèlement, des jeunes nationaux-socialistes s’organisaient en Autriche (Tyrol) et à Plauen (Vogtland) où un certain Kurt Gruber mobilisait des jeunes autour des idées national-socialistes, d’abord dans une semi-clandestinité sous le nom de Großdeutscher Jugendbund, puis, après la levée de l’interdiction et la reconstitution du parti en 1925, sous les couleurs du parti national-socialiste. Le nom de Hitler-Jugend Deutsche Arbeiterjugend devint officiel en 1926 lorsque l’organisation de jeunesse fut reconnue par le parti et placée sous la tutelle du chef de la SA.

  • 7 D’après le texte d’un tract de propagande de 1930.

7Cette appellation signalait une double caractéristique qui devait pendant plusieurs années rendre difficiles les relations de la Hitler-Jugend avec les autres ligues de jeunesse. D’une part, elle montrait la totale dépendance du mouvement de jeunesse national-socialiste vis-à-vis du parti et du chef de celui-ci (par le nom), et plus précisément vis-à-vis de la SA (par l’organigramme), et, d’autre part, elle revendiquait le statut de jeunesse ouvrière. Elle se trouvait ainsi en opposition non seulement avec toutes les organisations de jeunesse « bourgeoises », confessionnelles ou apolitiques, auxquelles la jeunesse hitlérienne reprochait, avec un mépris non dénué d’envie, leur naïveté, leur romantisme, leur manque de réalisme politique, mais aussi avec les véritables organisations de jeunesse « prolétariennes », social-démocrates ou communistes, qu’elle cherchait à combattre sur leur terrain et avec leurs propres armes. Comme ces dernières, la Hitler-Jugend propageait alors l’idée d’une révolution sociale, une révolution aux modalités et finalités fort vagues où se mêlait au rejet de la société bourgeoise tout l’arsenal de l’idéologie raciste, völkisch, « le peuple, le sol natal, la culture, la conscience de la race, la défense de l’identité ethnique7 ».

  • 8 Arthur Axmann (1913-1996) avait succédé en 1940 comme Reichsjugendführer à Baldur von Schirach, nom (...)

8Les affrontements avec les organisations de jeunesse socialistes ou communistes étaient souvent marqués du sceau de la violence : les manifestations, les réunions, mais aussi, de plus en plus souvent, la rue devenaient le théâtre et l’enjeu d’un combat quotidien où les rixes se multipliaient en dégénérant parfois en batailles rangées. Dans ces combats, la Hitler-Jugend se trouvait au coude à coude avec les troupes de choc national-socialistes, la SA pour laquelle elle constituait une force d’appoint et que, par ailleurs, elle aidait pour le collage d’affiches, le service d’ordre, les défilés, etc. Cette collaboration était d’autant plus aisée et naturelle que la hiérarchie de l’organisation de jeunesse se confondait, à partir d’un certain niveau, avec celle de la SA. La déclaration du successeur de Baldur von Schirach en 19408, Arthur Axmann, selon lequel « la HJ a grandi au sein du parti, [et] elle a toujours suivi la même voie et connu le même sort [que ce dernier] », définit bien la nature initiale de la Hitler-Jugend et sa position vis-à-vis du parti.

  • 9 Baldur von Schirach (1907-1974). D’abord chef de l’Association des étudiants nationaux--socialistes (...)
  • 10 Dont 69 % de jeunes ouvriers et d’apprentis, un sur deux étant au chômage. Chiffres d’après Arno Kl (...)

9Le rôle important qu’elle tenait dans le dispositif de prise du pouvoir et pour la mobilisation de la jeunesse allemande se manifestait aussi par la place que Baldur von Schirach9 occupa à partir de 1931 dans la hiérarchie du parti et dans l’entourage proche d’Adolf Hitler. C’est lui qui fut l’artisan de la progression spectaculaire des effectifs et de la transformation de la Hitler-Jugend en Jeunesse d’état. Après la reconstitution du mouvement en 1925, les effectifs progressèrent d’abord lentement jusqu’à la campagne de recrutement de 1928, puis connurent à partir de 1931 une forte croissance sous Baldur von Schirach. En 1932, la revue de la Hitler-Jugend annonça un effectif total d’environ 40 000 jeunes10 et, lors de la Journée nationale de la jeunesse national-socialiste des 1er et 2 octobre 1932, 80 000 jeunes nationaux-socialistes auraient défilé pendant plus de 7 heures devant Adolf Hitler. La république de Weimar vivait alors ses derniers jours et il fallait à tout prix faire apparaître le national-socialisme comme un recours crédible pour vaincre les dernières réticences du président Hindenburg à son égard.

10À côté de la Hitler-Jugend, d’autres organisations de jeunesse national-socialistes virent le jour progressivement dans la seconde moitié des années 1920. Un premier groupe correspondait à l’extension de la sphère de recrutement de la Hitler-Jugend. Ce fut le cas pour l’organisation destinée aux jeunes filles, d’abord appelée Schwesternschaften, puis en 1931, après son regroupement avec d’autres groupes féminins proches du national-socialisme, Bund deutscher Mädel (BDM), qui sera rattaché à la Hitler-Jugend. L’organisation pour les plus jeunes, appelée Deutsches Jungvolk, née en Autriche, a d’abord été indépendante avant d’être implantée aussi en Allemagne vers 1929-1930. Contrairement à la Hitler-Jugend, très politisée d’emblée et résolument combative à l’égard des organisations de la Bündische Jugend, le Jungvolk chercha d’abord à se rapprocher de ces dernières en adoptant un certain nombre de leurs formes de vie et de leurs idées. Mais le Deutsches Jungvolk resta une organisation peu connue et très faible numériquement jusqu’à son rattachement à la Hitler-Jugend en 1931. Il constituera dès lors l’organisation qui accueillait les jeunes de 10 à 14 ans avant leur admission dans la Hitler-Jugend proprement dite.

11Le second groupe d’organisations pour la jeunesse national-socialiste visait les jeunes des classes moyennes et supérieures, élèves des établissements d’enseignement secondaire et des universités. Le NS-Schülerbund (depuis 1929) se fixait pour objectif d’introduire dans la jeunesse des classes moyennes qui fréquentait ces établissements un peu « d’esprit ouvrier » (Arbeitergeist). Quant au NS-Studentenbund, créé en 1926 et dirigé depuis 1928 par Baldur von Schirach, il réussit à s’implanter solidement et à devenir majoritaire dans les instances représentatives des étudiants dans un nombre croissant d’universités, malgré l’opposition des corporations traditionnelles et tout en restant minoritaire parmi les étudiants.

La « grande œuvre »

12Dans sa Weltanschauung primaire, le parti d’Adolf Hitler se considérait investi d’une mission historique dont l’accomplissement exigeait, dans un premier temps, d’imposer au peuple allemand une nouvelle vision du monde et de sa place dans le monde. Cet objectif comportait inévitablement un aspect pédagogique, visant en particulier la jeune génération. Dans la première déclaration gouvernementale du chancelier Adolf Hitler, en date du 1er février 1933, on pouvait lire :

  • 11 In F. Hiller (éd.), Deutsche Erziehung im neuen Staat, Berlin, 1936, p. 8.

Le gouvernement national considère que son premier devoir, son devoir suprême, est de restaurer l’unité d’esprit et de volonté du peuple allemand. […] Il veut éduquer la jeunesse allemande dans le respect de notre passé glorieux et la fierté de notre vieille tradition11.

13Les considérations de tactique électorale ou de conquête du pouvoir n’étaient pas seules en cause dans le discours « jeuniste » d’Hitler. La jeunesse tenait une place importante dans les projets politiques et le discours du nazisme, non seulement comme levier pour mobiliser les masses en vue de la prise du pouvoir, mais aussi comme porteuse et garante de l’avenir du peuple allemand, notamment en vue des conflits à venir.

  • 12 Hermann Rauschning, Hitler m’a dit, rééd. Paris, 1979, p. 332. Les conversations que H. Rauschning (...)

C’est avec la jeunesse que je commencerai ma grande œuvre éducatrice, dit Hitler. Nous, les vieux, nous sommes usés. Oui, nous sommes déjà vieux. Nous sommes gâtés jusqu’à la moelle. Nous n’avons plus d’instincts sauvages. Nous sommes lâches, nous sommes sentimentaux. Nous portons le poids d’une histoire humiliante et le souvenir confus des époques d’asservissement et d’humiliation. Mais ma splendide jeunesse ! Y en a-t-il une plus belle dans le monde ? Voyez donc ces jeunes hommes et ces jeunes garçons ! Quel matériel humain ! Avec eux, je pourrai construire un nouveau monde12.

14Ces propos d’Adolf Hitler tenus au début des années 1930 et rapportés par Hermann Rauschning correspondaient sans nul doute à des convictions et des intentions très anciennes. Depuis le début, le national-socialisme avait des conceptions assez précises quant au rôle de la jeunesse dans la nouvelle société et à la manière dont il envisageait l’éducation des jeunes, même si dans les années 1920 ces questions ne semblaient pas être au premier plan.

  • 13 Sur l’éducation sous le IIIe Reich, voir la bibliographie donnée en annexe.
  • 14 Voir entre autres les œuvres d’Alfred Bäumler, d’Ernst Krieck, ou de Georg Usadel.

15Comme d’autres aspects de sa Weltanschauung, les conceptions pédagogiques du parti national-socialiste se résumaient à quelques idées simples, traduites en mots d’ordre inlassablement martelés13. Ils provenaient pour l’essentiel des écrits racistes et pangermanistes qui avaient fourni à Adolf Hitler l’essentiel de son arsenal conceptuel et idéologique. Il y avait bien, avant 1933, quelques pédagogues nourris aux mêmes sources, mais ils n’ont guère joué de rôle dans le mouvement pendant sa marche au pouvoir14. C’est seulement après 1933 qu’ils ont pu prendre pied dans l’université, rejoints par la cohorte des opportunistes et des nouveaux convertis : les ouvrages théoriques publiés à partir de cette date par les pédagogues au service du régime se contentèrent de théoriser une pratique et de proposer des variations sur les grands principes énoncés d’emblée par Hitler.

  • 15 Cf. Wolfgang Michalka, Deutsche Geschichte 1933-1945, Dokumente zur Innen- und Aussenpolitik, Frank (...)

16Il ne faut pas chercher, dans leurs écrits, une théorie pédagogique élaborée, ni un programme concret et structuré à réaliser progressivement, mais seulement l’affirmation d’un objectif, la volonté d’assurer durablement la survie et le succès du nouveau régime en formant la jeunesse dans le sens des valeurs et des ambitions de celui-ci15. Partant d’un objectif central, à savoir la formation politique du nouvel homme pour qui le bien de la collectivité devait l’emporter en toutes circonstances sur l’intérêt individuel – étant entendu que seul le Führer pouvait déterminer ce que commandait l’intérêt général –, les traités des pédagogues nazis se contentaient d’énumérer des objectifs sous forme de slogans : peuple, communauté, nation, race, chef, Dieu, fidélité, sens du sacrifice et de la responsabilité, volonté, esprit de décision, obéissance, etc. Les moyens pour former le nouvel homme national-socialiste englobaient naturellement la mainmise sur l’école à travers les programmes et les enseignants, mais plus encore à travers l’éducation parallèle, périscolaire et postscolaire.

Objectifs et moyens

17Dans le « programme » national-socialiste en 25 points proclamé en 1920, les problèmes d’éducation étaient encore abordés de façon très conventionnelle. L’article 20 se contentait de promettre à tous les Allemands « capables et travailleurs » l’accès à l’éducation et à des positions sociales intéressantes, notamment grâce au développement de l’enseignement primaire et grâce à une prise en charge par l’État des enfants doués, quelle que soit la situation des parents. Par ailleurs, le même article insistait sur la nécessité de développer l’éducation civique.

18Dans Mein Kampf, on voit mieux apparaître quelques années plus tard les véritables objectifs de l’éducation nazie. Le tome 2, paru en 1927, comporte, sur ce sujet, les développements les plus abondants… tout de suite après les pages consacrées aux problèmes de la race et à la nécessité de veiller à maintenir la force et la pureté raciale du peuple. Aussi la première mission assignée à l’éducation est-elle de lutter contre la dégénérescence de la race, de garantir la santé et la vigueur physique des jeunes.

  • 16 Les citations de Mein Kampf (MK) sont traduites par nous d’après l’édition en un volume, München, 1 (...)

[L’État] n’a pas pour mission d’élever une colonie d’esthètes pacifiques et de dégénérés physiques. Son idéal humain n’est pas l’honorable petit-bourgeois, ni la vieille fille vertueuse, mais des incarnations farouches de la force virile ainsi que des femmes capables, de leur côté, de mettre au monde des hommes16.

  • 17 Ibid.

19L’existence de cette race saine, forte, résistante, énergique correspond, explique A.  Hitler, à une nécessité vitale pour un pays, et les malheurs que l’Allemagne a connus proviennent du fait qu’elle a oublié cette vérité et qu’elle a donné à sa jeunesse une éducation inappropriée : si les classes dirigeantes allemandes avaient été éduquées de cette manière au lieu de n’être gavées que de nourritures spirituelles, elles auraient su, en 1918, résister à cette révolution faite par une « bande de proxénètes, de déserteurs et de voyous17 ». Il faut retrouver l’esprit de 1914, non seulement par le développement de la force physique, mais aussi en rendant aux Allemands et surtout aux jeunes leur confiance en eux-mêmes :

  • 18 MK, p. 456.

Il faut inculquer cette confiance en soi au jeune Allemand dès l’enfance. Toute son éducation et toute sa formation doivent viser à lui procurer la conviction d’être absolument supérieur aux autres18.

20En revanche, l’école doit réduire ses exigences intellectuelles

  • 19 MK, p. 454.

… et ne pas surcharger les jeunes cerveaux d’un ballast […] dont ils ne retiendront qu’une faible partie, comme le montre l’expérience19.

21Mais, poursuit Hitler, il faudra au moins deux heures d’éducation physique et de sport par jour et en particulier de sports de combat comme la boxe. Il estime, en effet, que l’objectif central du nouvel État, de l’État völkisch, dans le domaine de l’éducation, ne doit pas consister :

  • 20 MK, p. 452.

à faire ingurgiter [einpumpen] simplement des connaissances mais à élever [heranzüchten] des corps parfaitement sains. Le développement des capacités intellectuelles ne vient qu’au deuxième rang20.

22Au développement de la santé et de la force physique s’ajoute l’éducation du caractère, de la volonté et de l’esprit de décision et de responsabilité, … « et en tout dernier lieu vient la formation scientifique ». Car :

  • 21 MK, p. 452.

un homme sans formation scientifique notable mais en bonne santé physique, doté d’un caractère bon et ferme, empli d’esprit de décision et de force de volonté, est plus précieux pour la communauté du peuple qu’une mauviette pleine d’esprit21.

23Les jeunes filles devront, elles aussi, être éduquées dans le même esprit :

  • 22 MK, p. 460.

là aussi l’accent doit être mis principalement sur l’éducation du corps, puis en second lieu sur les valeurs de l’âme et en dernier lieu sur celles de l’esprit. L’objectif inamovible de l’éducation féminine doit être la future mère22.

24Cette jeunesse nouvelle sera une garantie pour l’avenir, pas seulement pour les futurs succès face à la menace extérieure ou intérieure, mais aussi pour la survie de l’espèce et la pureté de la race, car, explique-t-il, les jeunes filles seront irrésistiblement attirées par ces jeunes Allemands aussi beaux que courageux :

  • 23 MK, p. 458.

Car c’est aussi l’intérêt de la nation de faire en sorte que les plus beaux corps se trouvent et contribuent ainsi à accroître la beauté du peuple23.

  • 24 MK, p. 459.

25Cette éducation trouvera son couronnement au cours du service militaire dont il faut créer un équivalent en attendant de pouvoir le rétablir. « à cette école, le garçon sera transformé en homme24 ». Il y apprendra à obéir en attendant de pouvoir commander à son tour, il y apprendra à se taire et à accepter les réprimandes même injustifiées, et surtout il s’y convaincra de l’invincibilité de son peuple. Il trouvera aussi quelques avantages et agréments personnels à cette éducation virile, car « la jeune fille préfère toujours le soldat au non-soldat ».

26Ces quelques extraits sont sans doute suffisants pour caractériser ces pages dans lesquelles s’étalent, dans une langue bien à lui, les obsessions d’Hitler dans le domaine de l’éducation, mais aussi, à l’évidence, d’autres obsessions et fantasmes. L’objectif annoncé est clair : former une génération apte à mener le combat au nom du Deutschtum sur les deux fronts, d’une part celui de l’affrontement militaire avec les adversaires qui veulent maintenir l’Allemagne dans une situation de dépendance et de quasi-esclavage et qui empêchent l’Allemagne de poursuivre son expansion et sa conquête d’espace vital, d’autre part sur celui de cette « lutte des races » (Rassenkampf), dans laquelle Hitler a cru découvrir le principe premier de l’histoire du monde, beaucoup plus impitoyable que la « lutte des classes » :

à coup sûr, le monde va au-devant d’un grand bouleversement. La seule question est de savoir si le résultat en sera le salut de l’humanité aryenne ou le profit du juif éternel.

  • 25 MK, p. 475.

En donnant à sa jeunesse une éducation appropriée, l’État völkisch doit veiller à créer une génération qui sera apte, le moment venu, à affronter les ultimes et suprêmes décisions sur cette terre25.

  • 26 Hans Schemm (1891-1935). « Der Sinn der Erziehung im Nationalsozialistischen Staat », repr. in Herb (...)

27Écrites au milieu des années 1920, ces lignes pouvaient passer pour une réaction à l’abaissement de l’Allemagne, un discours mobilisateur, démagogique. Mais le national-socialisme arrivé au pouvoir a cherché systématiquement à mettre en œuvre cette politique éducative. Les pédagogues nazis martèleront inlassablement le message selon lequel « seule la lutte donne un sens et un contenu à la vie26 » et que le nouvel état a le devoir de préparer la jeunesse à ces affrontements inévitables. Il le fera par tous les moyens à sa disposition dans l’enseignement scolaire traditionnel et dans les nouveaux établissements d’enseignement nationaux-socialistes. C’est ainsi que dans ses entretiens avec Hermann Rauschning, le Führer dira à propos des nouveaux établissements destinés à la formation des élites du national-socialisme, les Ordensburgen :

  • 27 H. Rauschning, Hitler m’a dit, op. cit., p. 333 sq.

Ma pédagogie est dure. Je travaille au marteau et arrache tout ce qui est faible. Dans mes Ordensburgen, grandira une jeunesse qui fera trembler le monde. Une jeunesse violente, impérieuse, intrépide, cruelle. […]. Elle saura supporter la douleur. Je ne veux en elle rien de faible ni de tendre. Je veux qu’elle ait la force et la beauté des jeunes fauves. Je la ferai dresser à tous les exercices physiques. Avant tout, qu’elle soit athlétique : c’est là le plus important. C’est ainsi que je purgerai la race de ses milliers d’années de domestication et d’obéissance. C’est ainsi que je la ramènerai à l’innocence et à la noblesse de la nature ; c’est ainsi que je pourrai construire un monde neuf27

Jeunesse confisquée

  • 28 Ibid., p. 453.

28Pour le national-socialisme, cette éducation nouvelle était une affaire trop importante pour être laissée à la discrétion des éducateurs traditionnels : les parents étaient considérés comme peu aptes à cette tâche, les églises devaient par principe être exclues de toute fonction « politique » ; quant aux écoles, elles devaient changer profondément et ne pas considérer qu’elles étaient seulement vouées à la transmission des savoirs et de la culture. C’est à l’État qu’incombait la responsabilité de la formation de cette nouvelle génération : il doit « affirmer son autorité et combattre l’ignorance et l’incompréhension » qui règnent en matière de « préservation de la substance du peuple » (Erhaltung des Volkstums)28. Certes, pour des raisons tactiques, l’État totalitaire, incarné par son parti unique, devait encore, dans un premier temps, ménager les puissances éducatives anciennes. Mais il revendiquait d’emblée la primauté en matière d’éducation de la jeunesse, en attendant de pouvoir imposer son monopole. Et il apparaissait clairement que pour façonner le nouvel homme, il fallait compter surtout sur des méthodes et des institutions éducatives nouvelles et en particulier sur ses organisations de jeunesse.

29Le rôle de cette éducation parallèle apparaît avec une brutale clarté dans le discours prononcé le 4 décembre 1938 par Hitler devant un parterre de hauts dignitaires du parti, donc destiné à ne pas être connu de la population :

  • 29 Discours de Reichenberg, le 4 décembre 1938, texte reproduit in H. Kanz, Der Nationalsozialismus al (...)

[…] lorsque ces garçons entreront dans notre organisation à l’âge de dix ans et qu’ils y respireront pour la première fois de leur vie un air frais, ils passeront quatre ans plus tard du Jungvolk à la Hitler-Jugend et là nous les garderons encore une fois pendant quatre ans. Et ensuite nous ne les rendons surtout pas à leurs géniteurs, nous les faisons entrer dans le Parti, le Front du travail, ou la SA ou la SS ou le NSKK, etc. Et lorsqu’ils y auront passé deux ans ou un an et demi et s’ils ne sont pas encore des nationaux-socialistes convaincus, ils feront leur service du travail et y seront de nouveau dressés pendant six mois, sous le signe de la bêche allemande. Et s’il subsiste encore, çà et là, après six ou sept mois, quelques traces de conscience de classe ou de morgue sociale, la Wehrmacht se chargera pendant deux ans de les en guérir. Et lorsqu’ils en reviendront après deux ou trois ou quatre années, pour éviter toute rechute, nous les réintégrerons tout de suite dans la SA, la SS, etc. et ils ne retrouveront plus la liberté de toute leur vie29.

30Le discours était sans ambiguïté : il s’agissait bien d’enlever, le plus tôt possible, les jeunes à leurs « géniteurs », prisonniers de leurs préjugés de classe et de caste, et de ne plus les leur « rendre ». Mais comme, sans doute, la majorité des parents allemands n’était pas prête à entendre ce discours il valait mieux pratiquer cette éducation tout en faisant semblant de respecter les éducateurs traditionnels. C’était dans la Hitler-Jugend que les jeunes devaient être éduqués dans le respect absolu des dogmes nationaux-socialistes, en particulier de son credo raciste et de son antisémitisme biologique. C’est là qu’ils apprendraient à devenir de parfaits membres de la nouvelle société sans classes, la Volksgemeinschaft, et à faire passer l’intérêt commun avant les intérêts particuliers, qu’ils recevraient une éducation qui mettrait au premier plan des valeurs irrationnelles et idéologiques, honneur, germanité, sang, sol, race, le culte de la force du corps et du caractère, l’amour aveugle de l’Allemagne et de son Führer Adolf Hitler.

2. Prise du pouvoir et mise au pas

  • 30 P. ex. les « sans parti » von Papen (vice-chancelier) ; von Neurath (Aff. étrangères) ; von Blomber (...)

31Le changement de gouvernement du 30 janvier 1933 et la nomination d’Adolf Hitler comme chancelier du Reich n’étaient que des préalables créant les conditions propices à la véritable prise du pouvoir par le parti national-socialiste qui se fit au cours des mois suivants par tous les moyens légaux et illégaux imaginables et surtout par un recours à la violence sans précédent. En attendant, le nouveau gouvernement – le 24e depuis la naissance de la république de Weimar, quinze ans auparavant – ne comptait que deux ministres membres du NSDAP, « encadrés » par des ministres sans parti ou appartenant à différentes formations de droite30.

Mainmise sur les leviers du pouvoir

  • 31 Littéralement, en électricité, « synchronisation, mise en phase » ou, au sens figuré, « harmonisati (...)

32Très rapidement ces derniers furent neutralisés et le parti national-socialiste réussit à mettre la main sur tous les leviers du pouvoir, interdisant tous les autres partis et mettant également hors circuit la représentation populaire (Reichstag) et les corps intermédiaires, comme les gouvernements et parlements régionaux et toutes les forces sociales organisées, notamment les syndicats. Ce processus, camouflé dans le langage euphémique nazi par Gleichschaltung31, est désigné habituellement en français par « mise au pas ». La première phase, menée tambour battant, prit fin en juillet 1933. Après la dissolution du Reichstag, le 1er février, une campagne électorale forcenée permit au NSDAP de revenir avec 288 députés (44 % des sièges à pourvoir) et de disposer d’une majorité courte mais suffisante (52 %) avec l’apport du Front conservateur (Stahlhelm, DNVP). L’incendie du Reichstag (27 février) fut le prétexte pour mettre hors la loi le parti communiste (KPD) et interdire sa presse, en attendant que l’« ordonnance présidentielle pour la protection du peuple et de l’état » (28 février) suivie de la « loi des pleins pouvoirs » du 24 mars (Ermächtigungsgesetz) permissent de donner un semblant de légalité aux mesures de démantèlement progressif de l’état de droit et à la liquidation de la république de Weimar.

33Sans attendre, les ministres de l’Intérieur nationaux-socialistes (Wilhelm Frick dans le gouvernement central, Hermann Göring en Prusse) et leurs complices, hommes de main et troupes de choc, avaient commencé en toute illégalité et impunité à purger l’administration de ses éléments jugés peu sûrs, à doubler les forces de police par des auxiliaires issus des SA et des SS, et à arrêter et interner les opposants dans les premiers camps de concentration. Un nouveau ministre national-socialiste, Joseph Goebbels, fut nommé et chargé de la propagande et de l’information. La Journée de Potsdam du 21 mars 1933 scella les retrouvailles de l’ancienne et de la nouvelle Allemagne par la poignée de main du maréchal Hindenburg et du caporal Hitler.

34Les mesures de « mise au pas » prises dans le cadre des lois d’exception interprétées de manière extensive ou parfois à l’initiative de petits chefs locaux, encouragés et soutenus par les hiérarques du parti, se succédèrent sans rencontrer une opposition significative. Elles visaient en particulier les forces politiques : après l’interdiction du KPD en février 1933, ce fut au tour des partis de droite et du centre, qui furent obligés de se dissoudre « volontairement » en juin-juillet de la même année, tandis que le SPD était interdit le 22 juin et ses dirigeants emprisonnés ou contraints à l’exil (Prague, puis Paris et enfin Londres). Les syndicats libres ont été interdits le 2 mai et remplacés le 10 par le Front du travail (Deutsche Arbeitsfront). Après la disparition de tous les autres partis, la loi du 14 juillet 1933 proclama le NSDAP parti unique et interdit la création de tout nouveau parti.

35Le 6 juillet 1933, Adolf Hitler, faisant le point de la situation au cours d’une réunion avec les Reichsstatthalter, déclara

  • 32 Source : R. Michaelis et E. Schraepler (éds), Ursachen und Folgen. Vom deutschen Zusammenbruch 1918 (...)

La conquête du pouvoir est terminée, il faut à présent passer à la formation de la population32.

  • 33 Pour n’avoir pas voulu entendre l’avertissement et obtempérer, un certain nombre de hauts responsab (...)

36La phase « révolutionnaire » étant officiellement close33, le deuxième semestre de 1933 fut notamment consacré à la « mise au pas » de la société : le concordat avec l’Église catholique, signé le 20 juillet, devait rassurer provisoirement la population catholique sur les intentions du nouveau régime. S’agissant des Églises protestantes, le régime tenta en septembre d’en prendre le contrôle en faisant élire un de ses fidèles, le pasteur Ludwig Müller, comme « évêque du Reich » (Reichsbischof). Mais une partie des pasteurs protesta et créa, à l’initiative de Martin Niemöller, l’église confessante (Bekennende Kirche) pour faire pièce aux Chrétiens allemands (Deutsche Christen) du Reichsbischof. En septembre fut promulguée aussi la « loi sur la Chambre de la culture du Reich », dont les différentes sections réunissaient et contrôlaient toutes les activités culturelles sous la férule de Joseph Goebbels. Enfin, la mise au pas des mouvements de jeunesse fut accélérée et, parallèlement, le régime réorganisa l’agriculture allemande et prit de nouvelles mesures contre le chômage.

37Le bilan de cette première année n’a pu être considéré par la population allemande comme satisfaisant qu’en oubliant à quel prix ont été obtenues la pacification et les améliorations de la vie quotidienne des Allemands : la perte de toute liberté individuelle, la destruction de l’état de droit, l’exclusion et la persécution de tous les Allemands opposés ou jugés non conformes au modèle du nouvel homme. Il semble que beaucoup d’Allemands aient préféré ignorer cette face sombre de la « révolution nationale » : aux élections générales du 12 novembre 1933, les listes uniques du NSDAP obtinrent 92 % des voix. Il est vrai que les électeurs n’avaient pas d’autre choix et que ces élections étaient couplées avec un référendum pour ou contre la décision de quitter la Société des Nations. Après la mort, le 2 août 1934, du président Hindenburg, qui sera remplacé dans toutes ses attributions, sans aucune autre forme de procès, par le Führer, tous les leviers du pouvoir, y compris les forces armées, étaient concentrés entre les mains du parti national-socialiste et de son chef : la « prise du pouvoir » politique totale, commencée au lendemain de l’accession d’Hitler à la chancellerie, avait duré environ dix-huit mois.

La mise au pas de la société

38La « mise au pas » de la société, commencée au lendemain du 30 janvier 1933 et intensifiée à partir du deuxième semestre de la même année, s’est avérée plus ardue et plus longue que la liquidation des partis politiques et le démantèlement de l’ordre légal et institutionnel de la république de Weimar. Ses résultats ont été moins complets et souvent moins durables et ils ne permettaient pas au régime nazi de relâcher sa pression. Cela a été vrai dans plusieurs domaines, par exemple en ce qui concerne les églises et les mouvements de jeunesse. Dans ce dernier domaine, les décisions avaient été prises dès le lendemain de l’arrivée au pouvoir, mais elles ont dû être réitérées à plusieurs reprises, même au cours des années de guerre, et les archives des tribunaux et de la police regorgent de dossiers concernant les « menées » illégales de la jeunesse des ligues, qualifiées dans le jargon policier du Troisième Reich de « bündische Umtriebe ».

39L’objectif de la mise au pas de la Bündische Jugend était double : d’une part, il fallait mettre fin aux activités des mouvements et des institutions existants pour pouvoir établir le monopole du national-socialisme en matière de formation de la jeunesse, d’autre part, il fallait créer sous la responsabilité et sous le contrôle du parti une organisation destinée à accueillir toute la jeunesse allemande, en attendant de pouvoir rendre leur adhésion obligatoire. Le réservoir où la Hitler-Jugend puisa la majeure partie de ses nouveaux adhérents était en effet la multitude des organisations de jeunesse qui avaient proliféré en Allemagne depuis le début du siècle. Toutes devaient céder la place à la jeunesse hitlérienne, mais leur liquidation ne s’est pas faite d’un seul coup, ni selon un processus unique.

40Elle a débuté dans les premiers mois de 1933 et a connu une accélération après le 5 avril 1933, lorsque la Hitler-Jugend occupa avec le concours de la SA le siège berlinois de l’organisme central de coordination des mouvements de jeunesse, le Reichsausschuss der deutschen Jugendverbände, saisissant les fichiers et les archives. La Hitler-Jugend mit ainsi la main sur un ensemble de données et de fichiers qui lui permirent de mieux cibler les organisations condamnées à disparaître. Le Reichsausschuss fut dissous et ses biens confisqués. Très rapidement, la plupart des mouvements de jeunesse subirent le même sort : interdits, dissous ou intégrés de force dans la Hitler-Jugend, ils durent mettre fin à leurs activités propres et voir leurs biens saisis au profit de la Hitler-Jugend. Après avoir fait disperser par la police le dernier grand rassemblement du Großdeutscher Bund, le Reichsjugendführer Baldur von Schirach prit l’arrêté suivant :

Le Großdeutscher Bund et les différentes organisations que celui-ci regroupe sont dissous avec effet au 17 juin 1933 et leurs biens sont mis sous séquestre. En même temps que le Großdeutscher Bund sont dissoutes les ligues suivantes : Freischar junger Nation, Deutsche Freischar, Deutscher Pfadfinderbund, Die Geusen, Ringgemeinschaft deutscher Pfadfinder, Ring deutscher Pfadfindergaue, Deutsches Pfadfinderkorps, Freischar Evangelischer Pfadfinder. Le Reichsausschuss der deutschen Jugendverbände est dissous avec effet immédiat. Les tâches assurées jusqu’à présent par le Reichsausschuss sont reprises par la Jugendführung du Reich dans le cadre de ses compétences élargies. Toutes les organisations de jeunesse d’Allemagne doivent être déclarées à la Jugendführung du Reich […] Les organisations de jeunesse qui n’auront pas procédé à cette formalité avant le 13 juillet 1933, ou qui auraient déposé une déclaration incomplète, seraient considérées comme dissoutes (Reichsjugendpressedienst, 21 juin 1933).

41La Hitler-Jugend a elle aussi changé au cours de ce processus en se dégageant progressivement de ses tâches d’agitation politique et de ses liens avec la SA pour devenir un instrument essentiel de l’éducation de l’homme nouveau, de l’Allemand national-socialiste. Pour y parvenir, elle a profité de l’héritage de la Jugendbewegung et repris, en les pervertissant, certaines valeurs et les modes de vie du juvénilisme pour les mettre au service de ses propres finalités : le sens de la communauté, l’attachement aux traditions populaires et à la grandeur de l’Allemagne, le thème de la mission régénératrice de la jeunesse.

Interdiction des mouvements de jeunesse

42Les mouvements de jeunesse politiques ou syndicaux avaient été victimes de la « mise au pas » au fur et à mesure des interdictions qui frappèrent les partis ou les syndicats auxquels ils se rattachaient directement ou indirectement. Pour les organisations de la jeunesse communiste, cela fut le cas dès le mois de février 1933 après l’incendie du Reichstag. Les autres mouvements de jeunesse institutionnellement rattachés à une formation politique subirent progressivement le même sort et disparurent en même temps que les partis dont ils dépendaient : les Windthorstbünde du parti catholique (Zentrum), la Bismarckjugend de la Deutschnationale Volkspartei, la Hindenburgjugend de la Deutsche Volkspartei, la Scharnhorstjugend du Stahlhelm ont été dissoutes ou se sont sabordées au cours du premier semestre de 1933. Sauf dans le cas des organisations de gauche, les effectifs des mouvements ainsi « mis au pas » étaient automatiquement « reversés » dans la HitlerJugend ou bien, suivant leur âge, dans une des innombrables formations nazies qui s’étendirent progressivement comme une gigantesque toile d’araignée sur la société allemande. Les organisations de la jeunesse des syndicats connurent le même sort que les syndicats eux-mêmes, interdits le 2 mai 1933.

  • 34 Chiffres de 1926, cités par B. Mewes, Die erwerbstätige Jugend, Berlin, 1929.
  • 35 Voir Guillaume Robin, « Le sport ouvrier : outil au service de la lutte des classes », in Jean-Fran (...)

43Sous Weimar, la vie sportive était florissante et les ligues sportives comptaient d’importants effectifs de jeunes. Celles qui étaient rattachées au Reichsausschuss der deutschen Jugendverbände regroupaient à la fin des années vingt 1 616 900 garçons et filles de moins de 21 ans, dont 381 550 de moins de 14 ans34. Les organisations sportives de jeunes proches du SPD étaient regroupées avant 1933 dans la Zentralkommission für Arbeitersport und Körperpflege, fondée en 1912, qui comptait en 1930 plus de 400 000 jeunes de moins de 18 ans, et le Arbeiterturn und Sportbund (ATSB) fondé en 1919 et dont les effectifs étaient proches du million (tous âges confondus). Les organisations sportives communistes avaient fait sécession en 1928 et quitté la fédération ATSB dominée par le SPD pour créer une fédération concurrente, rebaptisée en 1930 Kampfgemeinschaft für Rote Sporteinheit35. En mars 1933, tous les clubs et fédérations gymniques et sportifs de gauche furent interdits et leurs biens mis sous séquestre.

  • 36 Fondé au xixe siècle dans le contexte de la révolution éphémère de 1848 et du mouvement en faveur d (...)

44L’autre grande fédération sportive était la Deutsche Turnerschaft, dont la section pour la jeunesse (Turnerjugend) comptait environ 430 000 membres. Bien que la Turnerschaft fût présidée en 1933 par un membre du parti national-socialiste (Edmund Neuendorff, ancien chef du Wandervogel) et qu’elle ait fait allégeance au nouveau régime lors de son congrès (Deutsches Turnfest) de 1933, en présence d’Adolf Hitler, elle n’échappa pas à la Gleichschaltung36. En mai 1933, le Deutscher Reichsausschuss für Leibesübungen, organisme regroupant les organisations sportives, fut remplacé par le Deutscher Reichsbund für Leibesübungen (DRL) qui assumera à partir de 1934 la gestion des activités d’éducation physique en se substituant à la Turnerschaft, dissoute officiellement en septembre 1936. En 1938, les derniers vestiges d’autonomie qui avaient pu subsister au niveau des clubs disparurent définitivement lorsque le DRL prit le nom de Nationalsozialistischer Reichsbund für Leibesübungen (NSRL) et fut placé sous la responsabilité directe du parti.

Le ralliement contesté de la jeunesse protestante

45Le cas des organisations confessionnelles de jeunesse était plus délicat : celles qui dépendaient directement des autorités religieuses ne pouvaient pas être dissoutes sans risquer un conflit avec les églises – que le régime voulait éviter dans un premier temps –, à la différence de celles qui étaient sorties de ce rapport de dépendance et qui subirent le sort des mouvements de jeunesse « autonomes ». Pour les premières, le parti devait tenir compte des rapports de force et de considérations tactiques générales dans un pays où 95 % de la population appartenait à l’une des trois confessions principales. Le national-socialisme estimait que, dans un premier temps, avant que son pouvoir soit fermement assuré, il lui fallait faire preuve de prudence, de patience et aussi de dissimulation à l’égard des différentes confessions. Le temps de les affronter à visage découvert (Kirchenkampf) viendrait à son heure.

46La majorité des protestants allemands se situait politiquement dans le camp du « mouvement national » et avait accueilli favorablement l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler et de son gouvernement de droite, saluant les premières mesures du nouveau régime qui paraissaient aller dans le sens d’une pacification de la vie politique et d’une amélioration de la vie matérielle des Allemands. C’est pourquoi le national-socialisme n’attendait pas beaucoup de résistance de leur part en procédant à la « mise au pas » de la société. Pendant toute l’année 1933, la situation resta confuse. Les nationaux-socialistes soufflaient tantôt le chaud, tantôt le froid. Des déclarations rassurantes de certains dirigeants nationaux-socialistes étaient perçues comme les promesses d’un possible arrangement avec le pouvoir, mais d’un autre côté, un arrêté du Reichsjugendführer, B. von Schirach, interdisait aux jeunes de la Hitler-Jugend d’être simultanément membres d’un mouvement confessionnel. Les relations entre la Hitler-Jugend et les organisations de jeunesse protestantes allaient, selon les situations locales, de la coopération cordiale à l’affrontement et aux agressions contre les personnes et les biens.

47Après les élections de fin mars 1933, les principaux mouvements de la jeunesse protestante avaient salué « avec joie le renouveau de la nation allemande » et affirmé vouloir participer à ce renouveau aux côtés de la Hitler-Jugend, mais en préservant l’autonomie de leurs associations. Les réflexions sur la manière dont pouvait se pratiquer cette coexistence apparurent rapidement inutiles, car le nouveau pouvoir n’envisageait nullement de partager son emprise sur la jeunesse. Certaines organisations de jeunesse protestantes autonomes espéraient être plus fortes en se regroupant mais, là aussi, l’effort fut vain, par exemple dans le cas de l’alliance entre les cercles bibliques (Bibelkreise), la Jeunesse chrétienne-allemande (Christdeutscher Bund) et les Scouts chrétiens (Christliche Pfadfinderschaft). Ils disparurent comme les autres : seule leur revue Jungenwacht survécut jusqu’en 1938.

  • 37 Voir les témoignages rapportés par Arno Klönne, Jugend im Dritten Reich, op. cit. Voir également le (...)

48Pour toutes les associations de la jeunesse protestante, la « mise au pas » intervint officiellement le 19 décembre 1933, lorsque le Reichsbischof Müller, aux ordres du NSDAP, conclut un accord avec von Schirach pour transférer tous les membres des jeunesses protestantes âgés de moins de 18 ans dans la Hitler-Jugend. Des associations paroissiales pouvaient continuer à fonctionner, à condition de limiter leurs activités au domaine religieux : étude de la Bible, chants liturgiques, musique d’église, catéchèse, etc. La manière dont ces restrictions étaient observées ou transgressées variait localement selon la position des pasteurs dans le conflit entre Chrétiens allemands et église confessante37. De toute manière, la formulation de ces conditions laissait une grande place aux interprétations et à l’arbitraire des potentats nazis locaux, sûrs d’être soutenus par leur hiérarchie.

49La dissolution des mouvements de jeunesse protestants et leur transfert pur et simple dans la Hitler-Jugend n’ont pas donné lieu à des réactions collectives notables : on signale une seule manifestation, réunissant quelques milliers de jeunes à Essen, le 27 décembre 1933, pour protester contre cette capitulation. Les Églises protestantes semblaient s’être résignées à ne s’occuper que des âmes et de l’instruction religieuse, abandonnant à l’État national-socialiste, à son école et à son organisation de jeunesse toutes les autres formes d’éducation. Pourtant, sans aller jusqu’à une opposition ouverte, de nombreux pasteurs, notamment ceux qui se reconnaissaient dans les idées de la Bekennende Kirche, ont permis à des groupes de jeunes, sous couvert de pratiques ou d’instruction religieuses, de préserver une vie associative propre où étaient maintenues et propagées des valeurs différentes de celles de la Weltanschauung nazie dominante.

La jeunesse catholique sous la protection illusoire du concordat

  • 38 Le Zentrum a fait partie de toutes les coalitions gouvernementales entre 1919 et 1932.

50Le catholicisme allemand a été moins sensible que le protestantisme à l’idéologie et aux promesses électoralistes nazies. Plus uni et conforté par son appartenance à une église universelle, il disposait aussi, au plan national, d’une plus grande cohésion que le protestantisme et d’un relais politique de poids dans le parti du Zentrum et son partenaire bavarois, la Bayrische Volkspartei, qui s’étaient rangés dès le début dans le camp des soutiens actifs de la république de Weimar38, contrairement au principal parti des électeurs protestants, le DNVP (Deutschnationale Volkspartei), rallié tardif et tiède à la démocratie parlementaire, et qui, en revanche, participa en 1933 au gouvernement du chancelier Hitler.

  • 39 Cf. A. Klönne, Jugend im Dritten Reich, op. cit., p. 178 sqq.

51Comme pour les mouvements de jeunesse protestants, les débuts de la mise au pas ont été marqués en 1933 par des actions violentes et illégales contre l’Église et ses représentants. En juin 1933, par exemple, 1 900 personnes furent arrêtées en Bavière dans les milieux catholiques, parmi lesquelles beaucoup de notables, pour forcer le parti catholique bavarois BVP à se dissoudre. D’autres actions visaient des groupes de la jeunesse catholique, ainsi que des personnes (prêtres, responsables ou simples membres) liées à ces organisations. Ces actions avaient pour objectif d’accentuer la pression pour obtenir le ralliement à la Hitler-Jugend39. Comme la double appartenance à la Hitler-Jugend et à un mouvement de jeunesse confessionnel était interdite, les jeunes et surtout leurs parents étaient placés devant des choix difficiles.

52Parallèlement à ces manœuvres d’intimidation et à ces pressions, des négociations avec le Saint-Siège commencées depuis plusieurs années se poursuivirent et aboutirent en juillet 1933 à la signature d’un concordat, qui sera entériné en septembre. Ce concordat entre le Reich et le Saint-Siège, qui semblait satisfaire les deux parties, aurait pu signifier la fin du conflit entre le pouvoir politique nazi et l’Église catholique, mais il n’en fut rien. Certes, les biens confisqués illégalement furent restitués, mais le parti catholique du Zentrum resta interdit. Les associations, les écoles et les mouvements de jeunesse catholiques obtinrent quelques garanties et purent continuer leur travail, mais à condition de s’engager à éviter toute intervention dans le domaine public et politique.

53Dans ses longues et difficiles négociations avec le pouvoir nazi, l’Église manifestait des positions nuancées et prudentes :

  • 40 D’après Guenter Lewy, L’Église catholique et l’Allemagne nazie, Paris, 1965, p. 120.

Les dirigeants des associations catholiques servent le peuple allemand et la patrie avec courage, abnégation et fidélité, ils refusent toute conduite subversive, s’abstiennent de toute activité politique, se montrent résolus à repousser les avances que pourraient tenter les communistes. Les catholiques ne fomentent pas de révoltes et n’offrent pas de résistance violente40.

54Le concordat donna certes un sursis aux mouvements de jeunesse catholiques et apporta une détente dans leurs relations avec le parti national-socialiste, mais ce n’était pas la paix, seulement une trêve fallacieuse qui n’empêcha pas le régime nazi de poursuivre son entreprise de mise au pas et de démantèlement des institutions et organismes catholiques au service de l’éducation des jeunes, dont les marges de manœuvre rétrécissaient comme une peau de chagrin.

55Les rassemblements à l’occasion de cérémonies religieuses ou de pèlerinages donnaient à la jeunesse catholique des occasions pour manifester sa force, sa cohésion et son refus de se plier à l’uniformisation des esprits, et devenaient ainsi des actes d’opposition. Mais soumis, par ailleurs, à une très forte pression sociale, notamment à l’école de la part des enseignants et des camarades, mais également des parents, qui avaient à souffrir dans leur vie professionnelle et sociale s’ils encourageaient chez leurs enfants une attitude qui pouvait passer pour de l’hostilité au régime, les jeunes appartenant à ces organisations catholiques finissaient souvent par céder et par se conformer au modèle imposé en adhérant à la Hitler-Jugend, soit, lorsque leurs convictions étaient fortement ancrées, par se replier sur des activités de type spirituel en développant une attitude d’opposition et de défi qui sera, dans un certain nombre de cas, la première étape de l’engagement dans une résistance plus directe.

  • 41 Voir les témoignages et documents rapportés par Arno Klönne, Jugend im Dritten Reich, op. cit., p.  (...)

56Les tracasseries, les pressions et les persécutions ne cessèrent pas : poursuites contre des prêtres et des dirigeants accusés de délits sexuels ou financiers ; pressions sur les parents pour qu’ils retirent leurs enfants des écoles catholiques ; obligation pour toutes les associations sportives et ouvrières gravitant autour de l’Église de rejoindre l’Action catholique qui était censée limiter ses actions au domaine purement religieux, culturel ou caritatif ; interdiction aux adhérents des organisations catholiques ouvrières d’être simultanément membres de la Deutsche Arbeitsfront (DAF). Comme il était indispensable d’appartenir à la DAF pour trouver un emploi, cette décision impliquait la disparition de toutes les associations ouvrières catholiques. L’année 1934 fut particulièrement difficile pour les jeunesses catholiques. Malgré le Reichskonkordat, malgré les précautions prises par les responsables des organisations de jeunesse catholiques, les dernières associations de jeunesse catholiques furent dissoutes en 1938. Mais ce sursis de quelques années leur a permis d’adapter leurs activités et de trouver des moyens d’échapper à la mainmise totale, en exploitant les faiblesses et les lacunes du pouvoir totalitaire afin de passer entre les mailles du filet41.

Un fragile sursis pour la jeunesse juive

  • 42 Cf. Andreas Winnecken, Ein Fall von Antisemitismus, Köln, 1991.

57La situation des mouvements de la jeunesse juive a été très différente de celle des formations correspondantes catholiques ou protestantes42. Ils ne furent pas interdits au lendemain de l’arrivée d’Hitler au pouvoir et il n’était pas question de transférer leurs effectifs dans la Hitler-Jugend, ni par la force ni par la persuasion. Ce n’était pas une faveur consentie par le nouveau pouvoir, c’était un signe clair de son refus de considérer les juifs allemands comme membres de la Volksgemeinschaft. Le 2 novembre 1933, un arrêté du Reichsjugendführer décréta que le Reichsausschuss für jüdische Jugendverbände serait dorénavant l’interlocuteur unique du Chef de la jeunesse allemande, notamment pour demander les autorisations nécessaires pour certaines activités comme les camps, les déplacements en groupes ou toute autre activité publique. Pour être reconnues, les organisations de jeunesse juives devaient déposer une déclaration auprès de la Reichsjugendführung : une façon de les centraliser, de les contrôler et de favoriser les organisations prônant l’émigration en Palestine. Paradoxalement ce fut une période de forte croissance des mouvements de jeunesse juifs, surtout des mouvements sionistes. Globalement, 97 organisations ont déposé une déclaration et les effectifs ont fait entre 1932 et 1935 un bond, passant de 26 000 à 50 000 adhérents, soit 60 % de la jeunesse juive.

  • 43 Ce fut le cas par exemple pour le Vortrupp, mouvement fondé par un ancien membre de la Freideutsche (...)

58En même temps que leurs effectifs croissaient, les mouvements de la jeunesse juive se multipliaient et se diversifiaient avec des visées et des fortunes diverses. Des mouvements comme Esra, fondé en 1918, ou comme Agudas Israel, qui ne visaient que la formation religieuse de la jeunesse juive, n’étaient plus adaptés à la nouvelle situation, tout comme ceux qui voulaient surtout continuer à pratiquer les modes de vie et les activités traditionnelles de la Bündische Jugend. Ils furent l’objet de tracasseries et de persécutions croissantes et se trouvèrent progressivement interdits entre 1933 et 1937. Fin 1933, le Bund deutsch-jüdischer Jugend avait réuni divers mouvements non sionistes (près de 5 000 membres en 1934), dans le vain espoir de pouvoir ainsi mieux résister aux tentatives d’exclusion en se disant « Allemands de confession judaïque » ; mais en 1936, il fut obligé de biffer le mot deutsch dans son intitulé et en 1937 il fut interdit par la Gestapo. Le Deutscher Vortrupp, Gefolgschaft deutscher Juden, créé au printemps 1933 et dont la devise était « Prêt pour l’Allemagne », avait connu le même sort dès décembre 1935. En refusant l’idée de l’émigration, qui aurait signifié que la jeunesse juive n’avait plus aucun avenir en Allemagne43, ces mouvements allaient à l’encontre des projets du régime national-socialiste. Ce dernier favorisait et tolérait en revanche les ligues de jeunesse sionistes qui continuaient à prôner et à préparer l’établissement des jeunes en Palestine : par exemple, la section allemande du Hechaluz, le Makkabi Hazair ou le Zofim, deux mouvements d’éclaireurs, la Jüdisch-Nationale Jugend Herzlia (nom du Betar en Allemagne) ou encore l’Alija (un organisme d’entraide). Entre 1933 et 1939, près de 7 000 pionniers rejoignirent la Palestine.

  • 44 Sur l’histoire des mouvements de jeunesse juifs, voir Hermann Meier-Cronemeyer, Jüdische Jugendbewe (...)

59La tolérance prit fin en 1939, après que la « nuit de cristal » eut donné le signal de l’aggravation de la politique antijuive et de l’intensification des persécutions. Les dernières ligues de la jeunesse juive furent alors interdites à leur tour44. Certains jeunes réussirent encore à quitter l’Allemagne avant que le piège mortel ne se referme sur eux ou à survivre dans la clandestinité ; au cours des années qui suivirent, de nombreux jeunes juifs furent arrêtés et exécutés pour des faits de résistance et la majorité fut victime de la déportation et des camps de la mort.

3. Le système scolaire

Missions et structures de l’école sous le IIIe Reich

  • 45 A. Hitler, Mein Kampf, op. cit., p. 453.

60Le pouvoir national-socialiste estimait que c’était l’État, représenté par le parti unique, qui devait prendre en main la formation de la nouvelle génération et se substituer aux éducateurs traditionnels ou du moins contrôler l’éducation donnée par eux pour corriger leurs erreurs45. Il ne suffisait pas de faire table rase du « système » de Weimar ; changer de régime signifiait aussi imposer une nouvelle échelle de valeurs. Prendre le contrôle de la jeune génération, corps et esprits, était, estimait-on, une garantie contre le retour aux errements anciens à condition de limiter l’influence des éducateurs traditionnels. Le rôle des parents dans l’éducation des enfants ne pouvant pas être officiellement mis en question, il fallait créer et imposer des instances de socialisation parallèles, capables de surveiller et corriger le cas échéant l’influence familiale. Les églises, quant à elles, étaient tenues de se limiter strictement à l’instruction religieuse et leurs activités éducatives étaient étroitement contrôlées.

61L’école restait un élément essentiel de l’univers éducatif, mais elle devait s’adapter, bon gré, mal gré, aux exigences du nouveau régime. Le système éducatif allemand, prestigieux et riche d’une forte tradition, n’a pas été épargné par la Gleichschaltung, même si sa structure générale n’a été que peu modifiée. La « mise au pas » concerna surtout le personnel enseignant, les contenus enseignés, le poids des différentes disciplines, les finalités et l’orientation idéologique du message transmis. Les valeurs sur lesquelles se fondait traditionnellement l’enseignement allemand furent remises en question. Certes, les idées libérales et démocratiques, l’idéal de liberté et d’égalité, l’esprit de tolérance que la république de Weimar avait cherché à propager dans la société allemande n’avaient pas vraiment gagné les enseignants et leurs élèves pendant les treize années de sa courte existence. Mais il y avait les valeurs plus anciennes, formulées notamment au début du xixe siècle par Wilhelm von Humboldt et qui mettaient au centre de l’enseignement secondaire et supérieur les valeurs intellectuelles et humanistes et l’idéal de l’épanouissement de la personnalité de chaque élève au contact de la science, des langues anciennes et des textes fondateurs de la pensée occidentale.

62Cet humanisme classique, aussi éloigné de tout utilitarisme social que de tout endoctrinement idéologique, avait sans doute été progressivement adapté pendant le xixe siècle aux exigences des temps nouveaux et « modernisé » : il n’en restait pas moins une référence à laquelle la majorité des enseignants allemands se sentait toujours attachée. Au contraire – et Adolf Hitler l’avait déjà annoncé dans Mein Kampf –, l’éducation national-socialiste sera anti-intellectualiste et antihumaniste, centrée sur des notions irrationnelles et idéologiques, honneur, germanité, sang, sol, race, force, antisémitisme, xénophobie, etc.

63Les éducateurs étaient invités à modifier leurs systèmes de valeurs traditionnels pour adopter les nouvelles valeurs imposées par la dictature. Certes, la plupart des enseignants formés dans les universités et les Pädagogische Akademien allemandes sous l’Empire et la République étaient des conservateurs et non des révolutionnaires. Malgré cela – et de nombreux témoignages le montrent –, tous n’étaient pas prêts à s’aligner aveuglément sur les nouvelles directives du régime. Ce qui les retenait, ce n’étaient pas ses options politiques, mais plutôt son anti-intellectualisme agressif, son mépris des valeurs les plus sacrées de la science et de la culture allemandes. L’appartenance au NS-Lehrerbund n’y changeait rien, pas plus que les cours et les stages de formation idéologique proposés par celui-ci, auxquels nul ne pouvait se soustraire.

64Pourtant certains membres du corps enseignant étaient a priori considérés comme hostiles au nouveau régime : les uns pour leurs opinions politiques de gauche clairement affichées et d’autres pour leur appartenance à la communauté juive que le régime national-socialiste avait d’emblée discriminée et exclue de la communauté du peuple allemand. La loi du 7 avril 1933 réorganisant la fonction publique et les lois d’exception visant l’opposition politique permirent au régime de chasser de leurs chaires des enseignants « non aryens » et d’autres soupçonnés d’être des opposants. Ne restèrent en fonction, en principe, que ceux qui donnaient au régime toutes les garanties souhaitées.

Cursus et programmes

65Il n’y eut pas en 1933 de refonte structurelle globale du système éducatif public allemand qui restait, à quelques modifications et innovations mineures près, identique à celui créé et mis en place sous la république de Weimar. Les changements intervinrent par étapes : entre 1933 et 1937, il s’agissait surtout de mesures d’« épuration » du corps enseignant et des manuels. Le secteur le moins touché par ces changements fut la Volksschule, alors que les écoles expérimentales (Reformschulen) qui avaient prospéré sous Weimar furent supprimées et que, d’une façon générale, la surveillance des écoles privées fut intensifiée, y compris, après 1938, celle des écoles catholiques. Nous verrons plus loin le cas des écoles juives.

  • 46 « Neuordnung des höheren Schulwesens ». Einführungserlass, 29. Januar 1938, in Kanz, Der Nationalso (...)

66Une deuxième vague de réformes, toujours aussi prudente, eut lieu en 1937-193846 et concernait essentiellement l’enseignement secondaire. Les timides tentatives faites sous Weimar pour introduire la mixité dans l’enseignement public furent stoppées. L’ordonnance de janvier 1938, qui fit de la Oberschule le « type normal » et du lycée classique, le Gymnasium, une « forme particulière », rappela aussi que, par principe, garçons et filles devaient fréquenter des établissements distincts : si, à titre individuel et par dérogation, des filles pouvaient être autorisées à étudier dans un établissement de garçons, ces derniers n’étaient en aucun cas admis dans une école de filles.

67Dans les « Oberschulen pour garçons », les programmes d’enseignement des trois dernières classes permettaient de choisir entre une option « sciences » et une option « langues » ; dans les établissements pour filles, le choix était entre une option « langues » et une option « économie domestique », qui ne permettait pas l’accès à l’université. Quant au recrutement social des élèves de l’enseignement secondaire, il n’a subi que peu de changements, sauf dans les nouvelles écoles que le parti national-socialiste mit en place pour la formation de ses cadres et où les considérations politiques et raciales comptaient davantage que le statut social des parents. Une troisième phase de la politique scolaire du Troisième Reich (1942-1945) coïncida avec l’écroulement militaire du Reich et fut marquée par la désorganisation de la scolarité à cause des bombardements et par la mobilisation de classes d’âge de plus en plus jeunes.

68Si le Troisième Reich n’a pas profondément modifié les structures du système éducatif, il a en revanche redéfini les programmes et réécrit progressivement les manuels dans le sens de son idéologie. Les deux disciplines d’enseignement les plus directement visées étaient l’histoire et la biologie. La première pour montrer, au mépris de la plus élémentaire vérité historique, que le Reich d’Adolf Hitler était l’aboutissement et le couronnement de l’histoire de l’Allemagne. La seconde, sous la forme vulgarisée d’une Rassenkunde (science raciale) pseudo-scientifique, servait à la propagation des mots d’ordre de purification raciale.

69Mais même les enseignements qui n’étaient pas directement à caractère idéologique ou politique comme, par exemple, les cours d’allemand dans l’enseignement secondaire furent mis à contribution pour porter le message de la Weltanschauung nazie, comme le montre le programme de lectures prescrites par les instructions officielles :

  1. Le peuple comme communauté raciale. Dans ce contexte l’accent sera mis sur les idées de race et d’hérédité, sur la généalogie et l’ethnologie.

  2. Le peuple comme communauté de destin et de combat. La lutte pour la conquête de l’espace vital. La vie militaire (armée, aviation, marine), l’héroïsme, la littérature de guerre, le combattant des tranchées de la Guerre mondiale comme figure mythique et comme force morale. La femme pendant la Guerre mondiale. Les groupes et formations de combat nationaux-socialistes. La colonisation, le rôle du chef, la camaraderie. La lutte du peuple allemand hors des frontières.

  3. Le peuple comme communauté de travail. La vie du travailleur et du paysan, du commerçant, du chercheur et de l’artiste, de la femme allemande.

    • 47 Cité d’après H.U. Thamer, Verführung und Gewalt, Berlin, 1986, p. 410.

    Le peuple comme communauté d’idées. La Weltanschauung germanique et le sentiment germanique de la vie. La notion de peuple et d’État dans la littérature allemande. Le combat intellectuel des prophètes et des penseurs politiques du peuple. Sentiment de la nature et quête de Dieu47.

  • 48 Voir les témoignages et documents publiés entre autres par Marcel Reich-Ranicki, Meine Schulzeit im (...)

70Des témoignages concordants, littéraires ou documentaires, font cependant apparaître une réalité plus complexe et plus diverse, où chaque école, chaque classe, chaque relation interpersonnelle entre enseignant et élève pouvait constituer une sorte de microclimat, et donner une coloration idéologique différente à l’action éducative. Le système scolaire allemand du Troisième Reich n’a pas pu être nazifié uniformément et totalement ; sous l’obligatoire vernis national-socialiste, uniforme mais superficiel, de nombreuses possibilités de transmettre aux élèves un message plus conforme à la tradition culturelle allemande s’offraient aux enseignants qui n’adhéraient pas aveuglément à la nouvelle Weltanschauung. Si l’opposition ouverte était impossible dans le cadre scolaire à cause de la vigilance de la Gestapo et des risques de délation, il pouvait y avoir une variété infinie dans le degré d’engagement idéologique des professeurs48, sauf bien entendu dans les écoles nouvelles du parti et de ses organisations.

Les écoles juives

  • 49 Wolfgang Keim, Erziehung unter der Nazi-Diktatur, Darmstadt, t. II, 1997, p. 224.

71Dans le système éducatif général, plusieurs mesures modifièrent rapidement les conditions d’accueil et de travail des élèves juifs. Le numerus clausus, introduit en 1933 pour l’accueil dans les établissements d’enseignement secondaire et supérieur allemands, constitua le premier pas vers l’exclusion totale des jeunes juifs du système éducatif public. Bientôt, il ne leur resta pas d’autre ressource que de fréquenter les écoles privées créées par la communauté juive. Ces écoles existaient depuis longtemps, mais traditionnellement la majorité des parents juifs allemands préféraient envoyer leurs enfants dans l’enseignement public. En 1932, sur 60 000 écoliers juifs, les trois quarts fréquentaient des écoles publiques où ils pouvaient bénéficier, si les parents le désiraient, d’un enseignement religieux dans les mêmes conditions que les autres confessions. Seulement 15 000 jeunes fréquentaient sous Weimar des écoles privées juives, dont le nombre diminuait continûment : il y en avait environ 250 avant 1914, 150 dans les années vingt et 80 en 193349.

  • 50 Ibid., p. 227.

72Dès les premiers mois de 1933, la situation changea et les élèves juifs eurent à affronter de la part de leurs camarades, souvent aussi de la part des enseignants, des marques claires de rejet qui montraient bien que le discours antisémite nazi avait déjà contaminé de larges pans de la société allemande. Martin Buber écrivit dès mai 1933 dans la Revue juive (Jüdische Rundschau)50.

Les enfants ont conscience de ce qui se passe et se taisent, mais la nuit ils rêvent en gémissant, ils se réveillent et regardent fixement l’obscurité : le monde est devenu menaçant.

  • 51 Cf. « Richtlinien für Lehrpläne der jüdischen Volksschulen », in W. Keim, Erziehung unter der Nazi- (...)

73Sans attendre l’aggravation des mesures d’exclusion prises par les autorités scolaires nazies, la communauté juive représentée par la Reichsvertretung der deutschen Juden (présidée par le rabbin Léo Baeck) entreprit de développer les capacités d’accueil des écoles juives et d’en créer de nouvelles dans la mesure de ses moyens. Entre 1933 et 1937, le nombre de ces écoles passa de 80 à 170, dont environ 150 écoles primaires. Le poids financier de ce développement ainsi que les frais de scolarité pesaient principalement sur les communautés juives et les parents, en l’absence de subventions de l’état ou des communes. L’esprit et les finalités de l’éducation dispensée dans ces écoles évoluèrent progressivement. Alors qu’en 1934 les instructions de la Reichsvertretung51 se référaient encore à une double tradition culturelle, juive et allemande, dans les instructions de 1937, parues après les lois de Nuremberg et l’aggravation de la persécution des juifs en Allemagne, il ne restait plus que l’objectif d’une « éducation juive » qui prenait aussi en compte la perspective d’une émigration, en Palestine ou ailleurs.

  • 52 Entre octobre 1938 et février 1939, 12 000 enfants juifs ont pu être envoyés à l’étranger, notammen (...)

74Le pogrom de novembre 1938 (« nuit de cristal ») marqua une étape de plus dans l’exclusion des juifs : les synagogues furent la proie des flammes, mais aussi des commerces et des écoles juives ; des enseignants furent maltraités, arrêtés et déportés et les élèves juifs définitivement bannis des écoles « allemandes ». Une dernière vague d’émigration permit encore à des familles et notamment à des enfants d’échapper au sort qui les attendait en Allemagne52, puis, avec le début de la guerre, le piège mortel se referma sur ceux qui n’avaient pas quitté l’Allemagne, souvent parce qu’ils se sentaient allemands autant que juifs.

Les écoles du parti

75Si les « écoles juives » constituaient, en marge du système éducatif général du Troisième Reich, une enclave destinée à isoler une partie de la jeunesse considérée comme étrangère à la Volksgemeinschaft allemande, un autre système éducatif « bis », chargé de sélectionner et de former l’élite national-socialiste et les futurs cadres du parti et de ses organisations de masse, se constitua progressivement en marge du système éducatif général, à l’initiative de différentes instances du parti. Toutes avaient en commun de recruter leurs élèves par une sélection rigoureuse.

  • 53 Keim, op. cit., II, p. 106 sq.

76Les qualités principales qui déterminaient l’admission des candidats dans un de ces établissements étaient les aptitudes physiques et les qualités de caractère, non les capacités intellectuelles. Les premiers évaluateurs étaient des médecins appartenant à la Hitler-Jugend, aux SA ou aux SS. Parallèlement, des agents de l’état ou du parti scrutaient les arbres généalogiques fournis par les candidats pour certifier leur ascendance « aryenne », ainsi que les convictions et engagements politiques des candidats et de leurs parents. Pour juger de l’aptitude physique et morale des candidats, l’on se référait aux critères du recrutement des SS, considérés comme les incarnations de l’idéal humain national-socialiste53, comme parfaits représentants de la race des « dominants » par leurs aptitudes physiques et leur prestance, par leur esprit de décision et leur disposition à exécuter les ordres qu’ils recevaient, quels qu’ils fussent, sans scrupules ni états d’âme.

  • 54 Chiffres d’après Bernd-Jürgen Wendt, Deutschland 1933-1945; Das Dritte Reich, Hannover, 1995, p. 29 (...)

77Parmi ces écoles nouvelles, il y avait d’abord les Nationalpolitische Anstalten (Napola) ; les premières ont été créées dès avril 1933 en Prusse et installées dans les écoles militaires héritées de l’Empire (Kadettenanstalten). L’exemple fut suivi dans d’autres régions allemandes et même, au cours de la guerre, dans quelques pays annexés ou occupés. Vers la fin de la guerre, il y avait 35 Napola (dont une seule pour jeunes filles)54. C’étaient des établissements d’enseignement secondaire long où l’on entrait à 10 ans et qui conduisaient, après huit années d’études, au baccalauréat. Leurs programmes d’enseignement étaient calqués sur ceux du système scolaire général avec cependant deux particularités : c’étaient, d’une part, des internats où la vie communautaire était intensivement cultivée pour créer un esprit de corps et, d’autre part, les activités physiques y tenaient une très grande place et privilégiaient des disciplines de type militaire (athlétisme, escrime, natation, gymnastique aux agrès, boxe, équitation, vol à voile). Placés sous la tutelle conjointe du ministère de l’Éducation et de la Reichsführung SS, ces établissements pour les jeunes de 10 à 18 ans devaient former dans la tradition prussienne et l’esprit national-socialiste les futurs cadres du parti, de la SS et de l’armée.

78Les Adolf-Hitler-Schulen (AHS), créées en 1937, étaient elles aussi des établissements secondaires, mais financées par la Deutsche Arbeitsfront (Ley) et contrôlées par la Reichsjugendführung (Schirach). Les élèves y étaient admis à l’âge de 12 ans et pouvaient acquérir en cinq ans un équivalent du baccalauréat. Pour y être admis, il fallait être recommandé par le parti et par la jeunesse hitlérienne et faire la preuve de sa « pureté raciale » et de ses qualités de chef. Là aussi la formation consistait essentiellement en une combinaison d’enseignement théorique et idéologique et d’entraînement militaire. Les élèves des Adolf-Hitler-Schulen avaient entre 6 et 8 heures d’éducation physique et sportive par semaine. Par leur recrutement sélectif mais ouvert en principe à tous les Allemands de race aryenne, ces écoles devaient permettre d’élargir le renouvellement des cadres du parti. En dehors de cette catégorie d’établissements, toutes les organisations de masse national-socialistes, y compris la Hitler-Jugend, avaient aussi des écoles, des camps et des stages pour la formation continue de leurs cadres.

79Les trois Ordensburgen, financés par la Deutsche Arbeitsfront, offraient à d’anciens élèves des Napola et des AHS âgés de 23 à 30 ans, mariés et ayant fait la preuve de leurs qualités au service du parti, de l’armée ou du service du travail, la possibilité d’une formation complémentaire de trois ans pour accéder à l’élite des chefs nazis. La première année était consacrée à l’approfondissement des connaissances en matière de biologie raciale et d’idéologie, la seconde à la formation sportive et militaire, et la troisième, qui avait lieu à la Marienburg en Prusse, préparait les élèves aux « nouvelles tâches » qui les attendaient à l’Est.

80Au niveau de l’enseignement supérieur, le national-socialisme n’a pas essayé de concurrencer le système universitaire et s’est contenté de mettre en place des formations complémentaires pour faire émerger la nouvelle « noblesse de la nation ». Les premières, chronologiquement, furent les deux Junkerschulen des SS créées en 1934 et baptisées ainsi en 1937. Elles dispensaient des cycles de formation de 10 mois (4 mois pendant la guerre) à des élèves, titulaires ou non d’un diplôme de fin d’études secondaires, qui cherchaient à progresser dans la hiérarchie de la SS, de la police ou du SD (contre-espionnage). Signalons, pour mémoire, la Haute école du NSDAP (Hohe Schule) que projetait de créer Alfred Rosenberg, mais qui resta à l’état de projet.

4. Universités et étudiants

81La république de Weimar avait donné aux étudiants de nouvelles possibilités de participer à la gestion de leurs universités en créant les Commissions générales des étudiants (Allgemeine Studentenausschüsse - ASTA) élues au scrutin universel et secret par tous les étudiants d’une université. Ces commissions locales désignaient à leur tour les membres de l’instance nationale, la Deutsche Studentenschaft, qui représentait tous les étudiants allemands, membres ou non d’une association ou d’une corporation. Il y eut ainsi une vie politique spécifique à l’université, rythmée par les élections universitaires, et tous les étudiants participaient, en principe, à la gestion de l’université à travers ses organes consultatifs.

La politisation croissante du monde étudiant

82Les élections à ces différentes instances et les débats des congrès annuels de la Deutsche Studentenschaft, les Studententage, mesurent l’évolution de la politisation des étudiants. On y voyait d’abord s’affronter, parfois violemment, les opinions politiques très contrastées, allant de l’extrême gauche à l’extrême droite antisémite, en passant par toutes les nuances du centrisme et du républicanisme. Mais très rapidement des groupes activistes, globalement minoritaires, purent y accaparer le pouvoir à la faveur du très fort taux d’abstention des étudiants aux élections, et réduire progressivement au silence les voix modérées et démocratiques. La Deutsche Studentenschaft ne représenta bientôt plus que des groupes plus ou moins hostiles à l’ordre républicain, les corporations, duellantes ou non, rassemblées entre autres dans la Deutsche Burschenschaft, la Deutsche Landsmannschaft, le Cartell-Verband ou dans des fédérations plus récentes comme le Deutscher Hochschulring et le Allgemeiner Deutscher Waffenring.

  • 55 Adolf Reichwein (1904-1944), pédagogue réformateur, résistant sous le Troisième Reich (membre du Ce (...)

83Les associations d’étudiants qui, avant la guerre, avaient représenté dans les universités la tradition des mouvements de jeunesse autonomes étaient sur le déclin : la Deutsche Akademische Freischar qui avait été présente en 1914 dans 11 universités n’a survécu après 1918 que par quelques groupes éphémères. L’autre organisateur de la fête du Meissner en 1913, la Akademische Vereinigung de Marburg, connut elle aussi une éclipse après 1918, mais réussit à survivre. L’adhésion d’Adolf Reichwein55 et ses efforts pour transformer en 1923 l’association en un groupe politiquement et idéologiquement de gauche se heurtèrent à l’inertie de la majorité de l’association attachée à sa neutralité. Les autres associations, notamment la Freie Studentenschaft, les associations républicaines créées après la guerre ou les corporations confessionnelles durent laisser le champ libre aux anciennes corporations. Ces dernières furent concurrencées à leur tour, vers la fin des années 1920, par l’Union des étudiants nationaux-socialistes (Nationalsozialistischer Deutscher Studentenbund, NSDStB). À partir de ce moment-là, les conflits se produisaient moins au sein de la Studentenschaft qu’entre cette dernière et les ministres de tutelle.

84Ce fut en Prusse, le Land le plus important par sa superficie, sa population et son nombre d’universités, gouverné jusqu’en 1932 par des coalitions républicaines à majorité social-démocrate, que le conflit fut le plus âpre. Il portait sur les statuts de la Studentenschaft et plus particulièrement la question de savoir si les étudiants des universités germanophones d’Autriche et de Tchécoslovaquie pouvaient y adhérer dans les mêmes conditions que les étudiants du Reich. Le gouvernement défendait le principe constitutionnel de la Staatsbürgerschaft ou Reichsbürgerschaft (la citoyenneté dans le cadre de l’état-nation, en l’occurrence du Reich allemand), les étudiants de droite restaient en revanche fermement attachés au principe de la Volksbürgerschaft, la citoyenneté allemande élargie aux dimensions d’un ensemble unique, culturel, linguistique et ethnique (voire racial) qui n’existait pas en droit, le Volk. À l’arrière-plan de ce conflit se profilait le problème de l’antisémitisme : les statuts de la plupart des corporations étudiantes autrichiennes comportaient un Arierparagraph excluant les étudiants juifs et elles refusaient de renoncer à cette règle.

85Dans l’Allemagne de Weimar, une telle exclusion statutaire des juifs, bien que tacitement pratiquée par beaucoup de corporations de droite, était anticonstitutionnelle. Le conflit larvé entre les étudiants des universités prussiennes et leur ministre C.H. Becker mena à la rupture en 1927 lorsque le ministre mit en demeure les étudiants de choisir entre des statuts valables pour les seuls étudiants allemands ou des statuts großdeutsch, en précisant que, dans ce dernier cas, il fallait aussi que la Studentenschaft accueille tous les étudiants, même les juifs, les socialistes et les libéraux. Soumis au vote des étudiants prussiens, le texte élaboré par le ministère fut rejeté par 77 % des votants. La rupture entre le gouvernement prussien et les organisations étudiantes était consommée.

86Cet antagonisme entre les milieux estudiantins les plus radicaux, souvent tacitement soutenus par les autorités académiques, et les autorités politiques se manifestait de plus en plus fréquemment et de manière de plus en plus violente. Des incidents se produisaient à propos du drapeau républicain ou à l’occasion des cérémonies académiques pour commémorer la date anniversaire de l’entrée en vigueur de la constitution de Weimar. Dans plusieurs universités, des professeurs de gauche, libéraux ou juifs furent attaqués et boycottés par les étudiants de droite et parfois forcés à démissionner pour avoir tenu des propos ou publié des écrits jugés injurieux pour la droite et ses symboles. Par exemple, Theodor Lessing, à Halle, qui avait mis en garde contre Hindenburg, candidat à la présidence de la république, et Emil Gumbel, à Heidelberg, qui dénonçait la partialité de la justice dans la poursuite des crimes politiques et qui traita en 1925 les champs de bataille de la Première Guerre mondiale de « champs du déshonneur ». Il avait touché là un point extrêmement sensible pour les étudiants nationalistes, pour qui le souvenir de la guerre et en particulier de la bataille de Langemarck restait sacré.

Purges et numerus clausus

  • 56 Cité par Konrad Jarausch, Deutsche Studenten 1800-1970, Frankfurt am Main, 1984, p. 165.

87« L’État a été conquis, l’université pas encore », proclamèrent les étudiants nazis au printemps 193356. La nazification totale de l’université allait cependant se révéler moins facile qu’ils ne le pensaient, même si le monde estudiantin était déjà noyauté bien avant 1933 par l’organisation des étudiants nazis, la NSDStB (Nationalsozialistischer Deutscher Studentenbund) créée en 1926 par un étudiant en droit, Wilhelm Tempel, proche du courant « de gauche » représenté au sein du NSDAP par les frères Georg et Otto Strasser. Le NSDStB progressa surtout à la fin des années 1920, lorsque le national-socialisme commença à envisager d’accéder au pouvoir par des voies légales et à s’intéresser aux classes moyennes en constatant (élections du 20 mai 1928) que l’accent mis auparavant sur la classe ouvrière ne produisait pas les résultats espérés. Cela provoqua un net changement d’attitude à l’égard du mouvement des étudiants nationaux-socialistes, qui se traduisit aussi par le remplacement de Tempel à la tête du mouvement en 1928.

88Son successeur, Baldur von Schirach, jouissait de l’entière confiance du Führer. L’organisation des étudiants nationaux-socialistes prit progressivement sa place dans le dispositif de pénétration dans les milieux de la bourgeoisie moyenne et supérieure, en particulier dans la bourgeoisie cultivée (Bildungsbürgertum). L’intérêt pour cet électorat s’accentua encore dans le contexte de la crise économique de la fin des années vingt qui, en prolétarisant les classes moyennes, les rendit plus sensibles aux mots d’ordre de changement radical, sans pour autant les pousser à rejoindre les partis de la classe ouvrière.

89Lors de la mise au pas en 1933, les universités et autres établissements d’enseignement supérieur ainsi que leurs étudiants et leur corps enseignant n’offrirent pas beaucoup de résistance : ils étaient soucieux surtout de préserver autant que possible leurs statuts et leurs privilèges. La Gleichschaltung avait ici le même but final que dans les autres secteurs de la société : mettre la formation universitaire au service exclusif des objectifs du national-socialisme en obtenant d’une part qu’elle se concentre sur la propagation de la Weltanschauung raciste et impérialiste nazie en éliminant toute voix discordante, et d’autre part en fournissant à la société totalitaire des cadres civils et militaires loyaux et dévoués.

90Dans un premier temps il fallait contrôler et limiter le nombre d’étudiants en fonction des besoins de la société. C’était une réponse à l’afflux massif d’étudiants dans les établissements d’enseignement supérieur qui s’était produit lors de la crise économique de la fin des années 1930, génératrice d’un chômage massif. La majorité des étudiants provenait des « nouvelles classes moyennes » qui espéraient trouver dans les études supérieures un vecteur d’ascension sociale, mais qui, en attendant, grossissaient les rangs des « prolétaires diplômés » (akademisches Proletariat). La solution du numerus clausus avait déjà été envisagée par la république de Weimar, mais sans aboutir.

  • 57 « Gesetz gegen die Überfüllung deutscher Schulen und Hochschulen », in Philologenblatt, 41, 1933, p (...)

91Parallèlement il s’agissait de « purger » le corps enseignant et les étudiants des « éléments indésirables » et d’enrôler ceux qui restaient dans des organisations national-socialistes pour mieux assurer et contrôler leur endoctrinement idéologique. L’une des premières mesures fut la loi du 5 avril 1933 « contre le surpeuplement des écoles et universités allemandes », qui limita le nombre de nouvelles inscriptions d’étudiants juifs à 1,5 % du total et à un maximum de 5 % par université57. Des décrets d’application limitèrent aussi l’accès des filles aux études supérieures en stipulant que la proportion de bachelières autorisées à s’inscrire à l’université ne devrait pas dépasser 10 % des bacheliers masculins. Une mesure plus ciblée encore fut prise par le ministère de l’Enseignement du Reich le 29 juin 1933, enjoignant aux recteurs d’établir des listes d’étudiants qui avaient manifesté « en paroles, par écrit ou par leur comportement général » leur haine du mouvement national et de les exclure de l’université. La décision visait explicitement, « [ces] personnes d’ascendance non aryenne […] dont l’influence matérielle et intellectuelle affaiblit l’unité de pensée et la vigueur nationale du peuple et de l’État allemand ».

92Cette politique sélective sur critères politiques et raciaux a donné les résultats escomptés, mais au détriment du second objectif du régime, la formation d’une nouvelle élite nazie. Dans un premier temps, les effectifs d’étudiants ont enregistré pour l’ensemble des établissements une chute spectaculaire de plus de 50 % entre 1933 et 1937. Cette baisse était due également à la baisse des effectifs des classes d’âge susceptibles d’entrer à l’université, à l’amélioration de la situation de l’emploi, à l’anti-intellectualisme foncier du national-socialisme et à la multiplication des obligations pour les bacheliers (service du travail obligatoire, service militaire). Très rapidement des voix s’élevèrent pour signaler le danger de cette politique qui privait l’Allemagne des scientifiques et techniciens de haut niveau dont elle avait besoin.

  • 58 Chiffres d’après Hans Maier, « Nationalsozialistische Hochschulpolitik », in H. Kuhn et al. (éds), (...)

93Le tarissement du potentiel et de la relève scientifique dans les universités allemandes était aussi une conséquence des purges opérées dans le corps professoral, qui privèrent la science allemande de quelques-uns de ses représentants les plus éminents. Outre les actions de boycott menées par les étudiants nazis contre des enseignants libéraux, juifs ou communistes, qui aboutissaient généralement au renvoi du professeur attaqué, la loi du 7 avril 1933 sur le rétablissement du service public (Berufsbeamtengesetz) avait provoqué une saignée fatale à la science allemande : entre 1933 et 1934, environ 1 680 enseignants universitaires ont été licenciés ou forcés de démissionner, soit 14,4 % (11 % des professeurs titulaires dont un certain nombre de prix Nobel)58. Le tout sans susciter une réaction collective des collègues, des associations professionnelles ou des autorités universitaires, qui avaient en majorité rallié le camp du national-socialisme triomphant (voir le cas Heidegger).

La mise au pas des corporations

94La plupart des associations d’étudiants ont assisté avec indifférence ou avec satisfaction à l’intrusion du politique dans la sphère des « libertés académiques ». Les associations socialistes, libérales ou juives ont été dissoutes ou réduites au silence. Quant aux corporations prétendument « apolitiques » mais majoritairement ultra-conservatrices, elles ont, quelles que fussent leurs motivations profondes, par opportunisme ou idéalisme, par peur du lendemain ou patriotisme, accepté, voire approuvé les décisions des autorités et cherché surtout à tirer leur épingle du jeu. Selon Konrad Jarausch, les frustrations sociales et les conflits politiques qui agitaient les étudiants étaient aussi des indices d’un conflit des générations. La jeune génération académique se sentait abandonnée et trahie par celle des adultes qui campait sur ses positions idéologiques et matérielles acquises et était incapable d’offrir des perspectives aux nouvelles générations, incapable même de les comprendre.

  • 59 Michael H. Kater, « Die Studenten auf dem Weg in den Nationalsozialismus », in Jörg Tröger, (éd.), (...)

95Dans ces conditions, les effectifs de l’association des étudiants nationaux-socialistes, le NSDStB, augmentèrent rapidement après 1933 (passant par exemple à l’université de Hambourg entre février et juillet 1933 de 42 à 266 membres). Selon certaines estimations, au début de 1933 plus de la moitié des étudiants partageaient plus ou moins les convictions national-socialistes, sans être forcément membres d’une organisation d’obédience nazie59. Grâce à leur activisme, ils parvenaient à jouer un rôle de plus en plus important dans les instances représentatives de la communauté estudiantine, en ne rencontrant que peu de résistance de la part des corporations traditionnelles.

96Mais le NSDStB n’était toujours pas la seule association estudiantine. Jusqu’à la fin de 1934, la dualité entre, d’une part, l’association générale des étudiants allemands (la Deutsche Studentenschaft) et, d’autre part, l’association des étudiants nationaux-socialistes (NSDStB) subsista. Pourtant les deux fédérations étaient présidées par un national-socialiste depuis 1931 et la Deutsche Studentenschaft avait fait allégeance au nouveau régime dès avril 1933 en adoptant de nouveaux statuts, excluant les étudiants non aryens et appliquant le Führerprinzip : le président de la Deutsche Studentenschaft s’appelait désormais « Führer der Studentenschaft ». Les nouveaux statuts de la Studentenschaft avaient également mis en place plusieurs services spécialisés, dont un service d’éducation politique qui fut l’enjeu principal de la lutte d’influence entre la Studentenschaft et le Studentenbund national-socialiste, une concurrence qui se manifesta aussi lors des autodafés de livres du 10 mai 1933.

97La concurrence entre le Studentenbund et la Studentenschaft se termina, comme il fallait s’y attendre, par la victoire de l’organisation du parti national-socialiste qui, comme dans les autres domaines de la société totalitaire allemande, ne pouvait pas tolérer un partage de son pouvoir avec qui que ce soit, même si ce rival n’était pas un opposant. En 1936, tous les étudiants furent placés sous l’autorité unique du Reichsstudentenführer, chef de la Ligue national-socialiste des étudiants (NSDStB).

Notes

1 Entre le recensement de 1911 et celui de 1934, la proportion des jeunes de moins de 6 ans a baissé de 14,5 % à 8,9 % ; celle des 6 à 15 ans, de 19,7 % à 15,7 % ; celle des 15-20 ans de 9,7 à 6,3 % ; celle des 20-45 ans a augmenté de 35,9 à 41,7 % ; celle des 45-65 ans, de 15,3 à 21,1 %, et celle des plus de 65 ans, de 5 à 7,1 %. cf. M. Hubert, L’Allemagne en mutation…, op. cit., p. 483.

2 Ibid., p. 313-314.

3 Même des observateurs étrangers ont pu se laisser illusionner, tel Robert Brasillach découvrant avec émerveillement en 1937 le nazisme à l’occasion du congrès de Nuremberg du parti nazi : « C’est à elle [la jeunesse] que tout s’adresse ici et l’on est presque étonné de découvrir, dans les S.A. qui emplissent les rues, de débonnaires Bavarois ventrus, petits, pacifiques, qui font de ces uniformes des vêtements de tranquille garde nationale. On avait oublié, en vérité, qu’il existait des Allemands de plus de vingt-cinq ans – et que c’était même eux qui avaient fait le national-socialisme. Mais ils peuvent l’avoir créé, désormais le mouvement n’est plus pour eux, il est pour la jeunesse. » (R. Brasillach, Notre avant-guerre, Paris, 1941, p. 270). Voir aussi le témoignage de E. E.  Noth, La Tragédie de la jeunesse allemande, op. cit., p. 144-145.

4 Cf. Horst Möller, « L’évolution du système des partis dans les dernières années de Weimar », in G. Krebs et G. Schneilin (éds), Weimar ou De la démocratie en Allemagne, Asnières, 1994, p. 308.

5 « Macht Platz Ihr Alten! » Cité par H.-U. Thamer, Verführung und Gewalt, Berlin, 1998, p. 400. Gregor Strasser, l’aîné des frères Strasser (né en 1892, assassiné lors de la purge de 1934), était alors chargé de la propagande électorale du parti national-socialiste.

6 Cf. Karl Dietrich Bracher, Die Auflösung der Weimarer Republik (1re éd.1955), 5éd. Düsseldorf, 1978, en particulier le chapitre V, 1, p. 116-120.

7 D’après le texte d’un tract de propagande de 1930.

8 Arthur Axmann (1913-1996) avait succédé en 1940 comme Reichsjugendführer à Baldur von Schirach, nommé Gauleiter de Vienne. Citation extraite de son article « Hitlerjugend 1933-1943 », in Das Deutschland, Berlin, 1943.

9 Baldur von Schirach (1907-1974). D’abord chef de l’Association des étudiants nationaux--socialistes (NSDStB), à partir de 1928, puis également chef de la Hitler-Jugend et du NS-Schülerbund (1931), il fut nommé, après la prise du pouvoir, Jugendführer des Deutschen Reiches (chef de la jeunesse allemande) en 1933. Condamné en 1946 au procès de Nuremberg à vingt ans de prison, il en sortit en 1966.

10 Dont 69 % de jeunes ouvriers et d’apprentis, un sur deux étant au chômage. Chiffres d’après Arno Klönne, Hitlerjugend, Marburg, 1956, p. 10.

11 In F. Hiller (éd.), Deutsche Erziehung im neuen Staat, Berlin, 1936, p. 8.

12 Hermann Rauschning, Hitler m’a dit, rééd. Paris, 1979, p. 332. Les conversations que H. Rauschning (1887-1982), ancien président du Sénat de Danzig émigré en 1935, avait eues avec Hitler et qu’il relatait dans son livre paru la première fois en 1939 ne sont certes pas des documents primaires. Mais la teneur et le style des déclarations du Führer sont indéniablement l’écho des propos tenus par celui-ci.

13 Sur l’éducation sous le IIIe Reich, voir la bibliographie donnée en annexe.

14 Voir entre autres les œuvres d’Alfred Bäumler, d’Ernst Krieck, ou de Georg Usadel.

15 Cf. Wolfgang Michalka, Deutsche Geschichte 1933-1945, Dokumente zur Innen- und Aussenpolitik, Frankfurt/M., 1994, p. 32.

16 Les citations de Mein Kampf (MK) sont traduites par nous d’après l’édition en un volume, München, 1933. Les références figurent à la suite de chaque citation (ici MK p. 455).

17 Ibid.

18 MK, p. 456.

19 MK, p. 454.

20 MK, p. 452.

21 MK, p. 452.

22 MK, p. 460.

23 MK, p. 458.

24 MK, p. 459.

25 MK, p. 475.

26 Hans Schemm (1891-1935). « Der Sinn der Erziehung im Nationalsozialistischen Staat », repr. in Herbert Kanz, Der Nationalsozialismus als pädagogisches Problem, Frankfurt, 1990, ici p. 103. Instituteur et militant national-socialiste dès 1923, Schemm créa en 1929 la Ligue national--socialiste des instituteurs (NS-Lehrerbund).

27 H. Rauschning, Hitler m’a dit, op. cit., p. 333 sq.

28 Ibid., p. 453.

29 Discours de Reichenberg, le 4 décembre 1938, texte reproduit in H. Kanz, Der Nationalsozialismus als pädagogisches Problem, op. cit., p. 241 sqq. Il s’agit de la transcription du discours enregistré ; le Völkischer Beobachter en publia à l’époque une version expurgée. La mention de la « bêche allemande » était une référence au service du travail (Reichsarbeitsdienst).

30 P. ex. les « sans parti » von Papen (vice-chancelier) ; von Neurath (Aff. étrangères) ; von Blomberg (Reichswehr); les ministres représentant le DNVP : Hugenberg (économie) et Gürtner (Travail), le dirigeant du Stahlhelm Seldte (Justice).

31 Littéralement, en électricité, « synchronisation, mise en phase » ou, au sens figuré, « harmonisation ».

32 Source : R. Michaelis et E. Schraepler (éds), Ursachen und Folgen. Vom deutschen Zusammenbruch 1918 und 1945…, Berlin, 1964-1976, cité d’après Hans-Ulrich Thamer, Verführung und Gewalt, Berlin, 1996, p. 306. Les Reichsstatthalter ont été institués par la loi du 7 avril 1933 comme représentants du gouvernement central (donc du chancelier) dans les différents Länder du Reich.

33 Pour n’avoir pas voulu entendre l’avertissement et obtempérer, un certain nombre de hauts responsables du parti ont perdu leurs postes et parfois aussi leur vie. Ernst Röhm, chef suprême de la SA, partisan de la révolution permanente, fut assassiné en juin 1934, lors de la « nuit des longs couteaux », en même temps que plus d’une centaine d’opposants ou de rivaux internes potentiels d’Hitler.

34 Chiffres de 1926, cités par B. Mewes, Die erwerbstätige Jugend, Berlin, 1929.

35 Voir Guillaume Robin, « Le sport ouvrier : outil au service de la lutte des classes », in Jean-François Tournadre (éd.), Pour une histoire du sport et de la jeunesse, Paris, 2002.

36 Fondé au xixe siècle dans le contexte de la révolution éphémère de 1848 et du mouvement en faveur de l’unification allemande, le Turnerbund est resté fidèle à sa vocation « nationale » et était devenu après la création du Reich en 1871 un pilier du nationalisme.

37 Voir les témoignages rapportés par Arno Klönne, Jugend im Dritten Reich, op. cit. Voir également les études et les documents de Erich Stange, Er führt uns wie die Jugend, Kassel, 1957 ; Karl Kupisch, Der deutsche CVJM, Kassel, 1958 ; Manfred Priepke, Die evangelische Jugend in Dritten Reich 1933-1936, Hannover, 1960.

38 Le Zentrum a fait partie de toutes les coalitions gouvernementales entre 1919 et 1932.

39 Cf. A. Klönne, Jugend im Dritten Reich, op. cit., p. 178 sqq.

40 D’après Guenter Lewy, L’Église catholique et l’Allemagne nazie, Paris, 1965, p. 120.

41 Voir les témoignages et documents rapportés par Arno Klönne, Jugend im Dritten Reich, op. cit., p. 178 sqq. Voir également Barbara Schellenberger, « Katholischer Jugendwiderstand », in Jürgen Schmädeke & Peter Steinbach, Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus, München, 1994, p. 314 sqq.

42 Cf. Andreas Winnecken, Ein Fall von Antisemitismus, Köln, 1991.

43 Ce fut le cas par exemple pour le Vortrupp, mouvement fondé par un ancien membre de la Freideutsche Jugend, H.J. Schoeps.

44 Sur l’histoire des mouvements de jeunesse juifs, voir Hermann Meier-Cronemeyer, Jüdische Jugendbewegung, 2 t., Köln, 1969, n° 29/30.

45 A. Hitler, Mein Kampf, op. cit., p. 453.

46 « Neuordnung des höheren Schulwesens ». Einführungserlass, 29. Januar 1938, in Kanz, Der Nationalsozialismus als pädagogisches Problem, op. cit., p. 204 sqq.

47 Cité d’après H.U. Thamer, Verführung und Gewalt, Berlin, 1986, p. 410.

48 Voir les témoignages et documents publiés entre autres par Marcel Reich-Ranicki, Meine Schulzeit im Dritten Reich, München, 1982 ; Geert Platner, Schule im Dritten Reich. Erziehung zum Tod ? München, 1983 ; Helmut Schmidt et al., Kindheit und Jugend unter Hitler, Berlin, 1992, ou Benjamin Ortmeyer, Schulzeit unterm Hitlerbild, Frankfurt am Main, 1996.

49 Wolfgang Keim, Erziehung unter der Nazi-Diktatur, Darmstadt, t. II, 1997, p. 224.

50 Ibid., p. 227.

51 Cf. « Richtlinien für Lehrpläne der jüdischen Volksschulen », in W. Keim, Erziehung unter der Nazi-Diktatur, op. cit., II, p. 231 sqq.

52 Entre octobre 1938 et février 1939, 12 000 enfants juifs ont pu être envoyés à l’étranger, notamment en Angleterre et en Palestine, grâce à des initiatives privées ou publiques. Cf. W. Keim, op. cit., II, p. 248.

53 Keim, op. cit., II, p. 106 sq.

54 Chiffres d’après Bernd-Jürgen Wendt, Deutschland 1933-1945; Das Dritte Reich, Hannover, 1995, p. 290.

55 Adolf Reichwein (1904-1944), pédagogue réformateur, résistant sous le Troisième Reich (membre du Cercle de Kreisau) ; arrêté en juillet 1944, il fut condamné à mort et exécuté.

56 Cité par Konrad Jarausch, Deutsche Studenten 1800-1970, Frankfurt am Main, 1984, p. 165.

57 « Gesetz gegen die Überfüllung deutscher Schulen und Hochschulen », in Philologenblatt, 41, 1933, p. 210.

58 Chiffres d’après Hans Maier, « Nationalsozialistische Hochschulpolitik », in H. Kuhn et al. (éds), Die deutsche Universität im Dritten Reich, München, 1966.

59 Michael H. Kater, « Die Studenten auf dem Weg in den Nationalsozialismus », in Jörg Tröger, (éd.), Hochschule und Wissenschaft im Dritten Reich, Frankfurt – New York, 1986, p. 33.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540