Version classiqueVersion mobile

Les avatars du juvénilisme allemand 1896-1945

 | 
Gilbert Krebs

Les années Wandervogel

Texte intégral

1. Naissance et essor du Wandervogel

Des débuts modestes

  • 1 Wandervogel est un synonyme peu usité de Zugvogel (oiseau migrateur). La référence au Wandern (voya (...)

1Dans la multitude des organisations de jeunesse qui ont vu le jour au début du xxe siècle en Allemagne, les mouvements qui portèrent le nom de Wandervogel (Oiseau migrateur)1 occupèrent indéniablement une place à part. Ils ont été une des sources principales de la Jugendbewegung, le premier mouvement de jeunesse où le nouveau discours de la jeunesse s’est établi, le lieu où l’idéologie juvéniliste a commencé à se cristalliser. Le mouvement Wandervogel est né spontanément et ses débuts ont été inévitablement modestes, mettant en jeu des personnages sans éclat, interchangeables, des « événements » anodins et des effectifs peu nombreux. Mais même si l’événement en lui-même manquait d’envergure et semble appartenir au domaine de la micro-histoire, il a pris de l’importance par la rapidité et l’ampleur de son succès et par sa postérité.

  • 2 Cf. Bayerisches Staatsarchiv München, dossier MK 14 911, pièces 21.473 et 11.198.

2Dans tous les lycées allemands, il y avait traditionnellement une vie associative relativement intense : on y trouvait toutes sortes de clubs et cercles, littéraires, scientifiques, religieux ou artistiques. La plupart avaient une existence officielle : ils étaient reconnus et contrôlés par la direction de l’établissement et souvent dirigés par des professeurs. Ils faisaient partie, en quelque sorte, de l’offre d’éducation de l’école. Mais il y avait aussi des groupes moins avouables, voire clandestins, où des élèves des classes terminales singeaient les corporations d’étudiants et se retrouvaient pour boire de la bière, chanter le répertoire du Kommersbuch et imiter tous les rites des corporations d’étudiants (à l’exception toutefois du duel)2. La création d’une nouvelle association n’avait donc rien d’extraordinaire.

  • 3 Hermann Hoffmann-Fölkersamb (1875-1950). Après des études de droit, il entra en 1900 dans la carriè (...)
  • 4 Située au sud-ouest de Berlin, Steglitz connaissait alors une forte croissance démographique. Entre (...)

3À l’automne 1895, un jeune étudiant en droit, Hermann Hoffmann-Fölkersamb3, obtint du directeur du Gymnasium de Steglitz4, dans la banlieue de Berlin, l’autorisation d’organiser des cours gratuits de sténographie pour les élèves du lycée. Puis, à partir de 1896, et toujours avec l’autorisation du directeur, Hoffmann entreprit avec les élèves qui suivaient ses cours des sorties aux environs de Steglitz, puis une randonnée de quinze jours dans le massif du Harz en 1897, suivie d’une autre jusqu’au Rhin avec 11 participants en 1898 et enfin, en 1899, une longue randonnée de quatre semaines avec une vingtaine de lycéens jusqu’en Bohême.

  • 5 Cf. Gerhard Ziemer & Hans Wolf, Wandervogel-Bildatlas, Bad Godesberg, 1963.

4On a une image assez fidèle de ces premières excursions par les souvenirs des participants et par des photographies5. On est tenté de sourire devant ce groupe de lycéens portant casquette ou chapeau, armés de parapluies, conduits par un jeune homme à pince-nez. Pourtant, l’essentiel de ce qui devait par la suite faire l’originalité du mouvement était déjà réalisé ici : indépendance du groupe, absence de toute autorité traditionnelle, mépris des chemins battus et fréquentés par les touristes, mode de vie frugal, dédain pour le confort des auberges et des hôtels. Aucun bagage idéologique n’alourdissait ces débuts. Hoffmann était bien loin de penser qu’il venait d’inventer une nouvelle manière de vivre des jeunes ou d’exprimer une revendication d’autonomie de la part de la jeunesse. Son œuvre, qui n’avait encore ni nom, ni statuts, devait connaître un premier développement grâce à Karl Fischer.

5Karl Fischer, né à Berlin en 1881, avait été dès le début parmi les plus fervents disciples de Hoffmann-Fölkersamb, qu’il secondait au cours des randonnées. Lorsque ce dernier quitta Berlin fin 1899, c’est à Fischer qu’il demanda de prendre la relève. Mais ce fut seulement fin 1901 que Fischer, qui avait enfin obtenu son Abitur après deux tentatives infructueuses, put consacrer toute son énergie à son groupe de randonneurs, au détriment d’ailleurs de ses études universitaires en droit et en sinologie. Son premier soin fut de donner au groupe une structure juridique qui lui permît de se développer sans dépendre du bon vouloir de l’école et de résister aux pressions venues de l’extérieur.

  • 6 Ces dénominations introduites par Karl Fischer devaient rappeler la vie des étudiants du Moyen Âge  (...)

6Il créa le 4 novembre 1901 à Steglitz une association baptisée Wandervogel, Ausschuß für Schülerfahrten avec quatre étudiants de ses amis et cinq personnalités de la ville (4 écrivains et 1 médecin). Ce groupe fondateur constituait un comité de patronage, assumait la responsabilité juridique et financière, mais n’intervenait pas dans les activités de l’association, rôle réservé au « chef », Karl Fischer, seul habilité à nommer les autres responsables : trésorier, secrétaire et Führer responsables de la conduite des randonnées. Ils s’intitulaient tous Bachanten, tandis que Fischer s’attribuait le titre d’Oberbachant 6. En revanche, pour des raisons juridiques, les lycéens participant aux randonnées et appelés Scholaren n’étaient pas membres de l’association ; ils figuraient simplement sur une liste appelée Scholarenliste et leur seul lien avec l’association passait par la personne du Oberbachant, auquel ils juraient fidélité au moment de leur admission.

  • 7 Wandervogel, Illustrierte Monatsschrift, éd. par Fritz A. Meyen (à partir du n° 6 : « par Fritz A. (...)

7L’exemple des lycéens de Steglitz gagna d’autres établissements de la banlieue de Berlin, puis d’autres villes à l’initiative d’anciens élèves de Steglitz qui avaient changé d’établissement. En 1903, des groupes du Wandervogel fonctionnaient déjà régulièrement à Berlin, Poznan, Munich, Hambourg et Lunebourg. Les randonnées prévues étaient annoncées par tracts (Fahrtenzettel), d’abord manuscrits, ensuite imprimés et insérés dans la revue publiée à partir de mars 19047. Les participants s’inscrivaient en fonction du programme proposé, mais aussi selon leurs d’affinités avec tel ou tel Führer. Malgré le caractère autocratique de Fischer, le mode de fonctionnement restait très ouvert et il n’y avait ni uniforme, ni insigne, sauf l’obligation de porter la casquette aux couleurs d’un lycée. Cependant l’accroissement continu et rapide des effectifs et du nombre de groupes locaux (Ortsgruppe) et la possibilité pour les chefs de laisser libre cours à leur tempérament lorsqu’ils étaient seuls avec leur groupe devaient très rapidement provoquer des conflits avec Karl Fischer qui continuait à identifier tout le mouvement à sa personne. De plus, le ton et les mœurs instaurés sous la conduite de Fischer ne convenaient pas à tout le monde. L’imitation des « bacheliers errants » et des chemineaux donnait parfois lieu à des excès vestimentaires et langagiers, et même, à l’occasion, à des excès alcooliques.

Croissance et diversification

8Ce fut un conflit, à la fois de principes et de personnes, qui devait amener la première scission du Wandervogel. Un groupe de Bachanten de Steglitz reprochait à Fischer de ne pas se montrer assez vigilant dans le recrutement des membres et de négliger les aspects culturels au cours des randonnées. Le « césarisme » de Fischer n’était pas seul en cause ; deux conceptions différentes du mouvement se heurtaient ici : l’une, plus réaliste, conformiste et utilitariste, l’autre, représentée par Fischer, plus « romantique », plus « nature » et moins policée. La crise aboutit, le 29 juin 1904, à la dissolution du Wandervogel, Ausschuß für Schülerfahrten – mais c’était pour renaître, dès l’automne de la même année, sous deux nouvelles appellations.

  • 8 Les professeurs, Brinkmann, Paulsen, Albrecht, le peintre Cornelius Gurlitt et l’écrivain Heinrich (...)
  • 9 Nachrichtenblatt des Wandervogels Eingetragener Verein zu Steglitz bei Berlin (septembre 1904-décem (...)

9Le premier groupe s’appela Wandervogel, eingetragener Verein zu Steglitz, ou plus couramment Wandervogel-Steglitz. Il fut dirigé par un directoire (le Vorstand) présidé par le professeur Ludwig Gurlitt et composé de personnalités locales8 et d’étudiants. Toutes les décisions importantes étaient de la compétence du Vorstand, y compris le choix du rédacteur en chef de la revue9. La charge de Oberbachant disparut au profit d’une direction collégiale (Führerkollegium), dont le président assurait la liaison entre le Vorstand et les Führer. Le Wandervogel-Steglitz ne chercha pas à devenir une organisation de masse et resta cantonné, pour l’essentiel, à la banlieue berlinoise. Au moment de sa dissolution, en 1912, l’association ne comptait que 200 « membres » et ses activités étaient fréquentées par 440 lycéens.

  • 10 Siegfried Copalle, (1882-1957), fils de haut fonctionnaire, élève à partir de 1898 du lycée de Steg (...)
  • 11 Repris dans la publication posthume de Frank Fischer, Wandern und Schauen, Hartenstein i.S. Gesamme (...)

10Malgré cela, elle a marqué l’évolution du Wandervogel, grâce à sa revue dont le niveau dépassait celui des autres organes du Wandervogel, et à quelques-uns de ses dirigeants, en particulier à Siegfried Copalle et Frank Fischer10. Ceux-ci cherchaient à donner au mouvement des objectifs « culturels » en perfectionnant les techniques des randonnées, en organisant des cours de photographie et de secourisme, en créant une bibliothèque et en collectionnant des chansons populaires, et en publiant en 1905 un recueil de chansons populaires anciennes. Ils voulaient que les randonnées soient « formatrices » pour la personnalité des jeunes en leur apprenant à traverser le monde les yeux ouverts. Dans un article de 1909, « Unser Wandern11 », Frank Fischer précisa sa conception et marqua nettement ce qui distinguait, selon lui, le vrai Wandervogel à la fois du touriste, épris de pittoresque et attaché à son confort, et du Naturbursche, surtout avide de performances et dont l’imitation des étudiants du Moyen Âge ou des vagabonds devenait vite ridicule.

  • 12 Karl Fischer s’engagea dans le bataillon de volontaires en partance pour la concession allemande de (...)
  • 13 En 1905, le Altwandervogel comptait 681 « inscrits » ; ils furent 1 353 en juin 1907 dans 122 group (...)

11Les fidèles de Karl Fischer fondèrent, en novembre 1904, une autre association, qui, par son nom, Altwandervogel, se proclamait seule héritière légitime du mouvement original. Elle resta placée sous l’autorité de Karl Fischer qui prit le titre de Großbachant et exigea que toutes les communications des responsables locaux fussent signées « au nom du Großbachant ». Mais dès 1905 une nouvelle « crise de gouvernement » secoua le mouvement, et le 1er janvier 1906, Fischer déposa sa charge ; quelques mois plus tard, il abandonna ses études et quitta l’Allemagne où il ne devait revenir que quinze ans plus tard12. Après son départ, le Altwandervogel s’empressa d’abandonner lui aussi le principe autocratique pour se donner des statuts très proches de ceux du Wandervogel-Steglitz : l’association était dirigée par un Bundesleiter, émanation d’un comité dirigeant où le Conseil des parents et amis (Eltern- und Freundesrat, alias Eufrat) jouait un rôle prépondérant. Dès lors, le Altwandervogel connut un intense développement numérique13. Le bachelier errant et le vagabond restèrent ses références préférées et les conceptions vaguement pangermaniques de Karl Fischer continuèrent à le guider. Mais le Altwandervogel se montra toujours hostile à toute velléité de mettre le mouvement au service d’une idée ou d’une cause quelconque et resta caractérisé par une certaine rudesse dans le ton et l’allure. Son attachement au style des premières années devait cependant produire de nouveaux remous générateurs de scissions.

La difficile recherche de l’unité

  • 14 Ferdinand Vetter, né en 1877, avait 30 ans à cette époque. C’était un membre influent du Bund absti (...)
  • 15 Wandervogel, Monatsschrift des Wandervogel, Deutschen Bundes für Jugendwanderungen, herausgegeben v (...)
  • 16 Hans Lissner, né en 1886, a rejoint le Wandervogel alors qu’il était étudiant à Iéna puis à Heidelb (...)

12Dès 1907, une nouvelle crise éclata au sein du Altwandervogel. À l’origine du différend se trouvait Ferdinand Vetter14, chef du groupe Altwandervogel d’Iéna, qui demandait que le mouvement inscrive dans ses statuts l’interdiction pour ses membres de consommer de l’alcool pendant les randonnées. Le problème n’était pas nouveau, mais jusque-là, le AWV avait évité de prendre position officiellement sur ce point, contrairement au Wandervogel de Steglitz qui avait déjà franchi ce pas dès 1904. La crise déclenchée par l’exigence du groupe d’Iéna conduisit ce dernier à faire sécession et à fonder une nouvelle organisation qui prit le nom de Wandervogel, Deutscher Bund für Jugendwandern (WV DB). Il déploya un intense travail de recrutement, aidé notamment par les étudiants membres du Bund abstinenter Studenten qui fondèrent des groupes dans leurs villes d’origine, ainsi que dans les villes universitaires. En 1908, il y avait des groupes dans 23 localités ; en 1909, leur nombre passa à 53, puis à 120 en 1910-1911. L’organisation de la nouvelle association, largement décentralisée, laissait aux groupes locaux une grande indépendance, la cohésion étant assurée par des assemblées annuelles et par une revue15. Des personnalités de dirigeants comme Hans Lissner et Hans Breuer16 donnèrent au WV DB un prestige considérable et en firent un pôle d’attraction pour les autres branches du Wandervogel entre 1907 et 1913.

13Le Wandervogel DB était soutenu par des mouvements culturels comme le Dürerbund, dont il partageait l’idéal d’une nouvelle culture allemande, et par les ligues anti-alcooliques qui militaient en faveur de l’« hygiène sociale ». Pour la première fois, une sorte de « programme » était proposée au Wandervogel : il était essentiellement pédagogique. En s’éduquant mutuellement au sein de leurs groupes parcourant les routes d’Allemagne, les jeunes devaient s’aguerrir et entraîner le corps, la volonté et l’esprit, en même temps que s’éveillait en eux le sens social par le contact avec les autres et par la fréquentation de toutes les couches du peuple allemand, la notion de peuple allemand étant étendue à toutes les populations de « race » et de langue allemandes, même celles qui vivaient hors des frontières du Reich. Trois buts concrets étaient proposés au mouvement : extension du mouvement à toute la jeunesse allemande des deux sexes et de toutes les couches sociales, donc également aux élèves des écoles primaires ; interdiction de la consommation d’alcool pendant toutes les randonnées ; effort de réunification du mouvement en une association unique.

  • 17 Le recueil, publié en 1909 à compte d’auteur, puis par les éditions Hofmeister de Leipzig, atteigni (...)
  • 18 Des Knaben Wunderhorn, recueil de chansons populaires, publié par Arnim et Brentano entre 1805 et 1 (...)

14Un des principaux apports du Wandervogel DB au mouvement fut son action en faveur de la culture populaire qu’il découvrait au cours de ses randonnées et qu’il estimait menacée. Paru au début de 1909, le recueil de chansons populaires publié par Hans Breuer et Hans Lissner sous le titre Zupfgeigenhansl (littéralement : « Jeannot à la guitare ») connut de nombreuses rééditions17. Il a redonné vie à la chanson populaire allemande redécouverte au début du xixe siècle par les romantiques de Heidelberg18, mais déjà passée de mode un siècle plus tard. Avec le même souci de qualité et d’authenticité, le Wandervogel DB œuvrait pour améliorer les autres activités et productions du mouvement, qu’il s’agisse de l’aménagement et de la décoration des « foyers », de l’« art de voyager » ou de la qualité des articles publiés dans ses revues.

15En ce qui concernait l’objectif de la création d’un grand mouvement Wandervogel unifié, des contacts furent pris vers 1910 avec le Hamburger Wanderverein, devenu Bund Deutscher Wanderer, mais ils se heurtèrent à un refus. Le Hamburger Wanderverein avait vu le jour, vers 1905, sans rapport direct avec le Wandervogel, mais dans des conditions presque identiques. À l’origine il y eut un groupe de lycéens de Hambourg, insatisfaits des activités trop exclusivement intellectuelles qui leur étaient proposées par les associations traditionnelles et désireux d’introduire des activités artistiques et sportives qui leur paraissaient indispensables pour un développement harmonieux de la personnalité. Leur succès fut rapide.

  • 19 Sur la fête du Hoher Meissner, voir ci-dessous au chapitre 4, point 3.

16Proche du mouvement pour l’éducation artistique d’Alfred Lichtwark, le Bund Deutscher Wanderer voulait développer des activités littéraires, photographiques, théâtrales et promouvoir l’étude de la nature et la sauvegarde des paysages naturels. Dès 1906, il avait commencé à étendre son recrutement au milieu universitaire : deux de ses anciens dirigeants, Knud Ahlborn et Ferdinand Goebel, créèrent à Göttingen un mouvement étudiant, la Deutsche Akademische Freischar, qui devait par la suite imprimer à la vie estudiantine la marque du mouvement de la jeunesse. C’est dans ces milieux que naquit l’idée de la grande fête de la jeunesse, qui eut lieu en octobre 1913 sur le Meissner, près de Kassel19.

17Après l’échec des contacts avec le Bund deutscher Wanderer, le Wandervogel DB concentra ses efforts sur les autres branches du mouvement Wandervogel. Avant qu’une unification pût se réaliser, il fallait trouver un accord sur les trois conditions préalables que le WV DB avait posées : l’adoption de la lutte anti-alcoolique, l’admission des filles dans le Wandervogel et l’élargissement du mouvement aux élèves de l’enseignement primaire et aux apprentis. Des compromis laborieux furent trouvés, laissant pour l’essentiel aux groupes locaux le soin de décider de leur application. Dès lors, rien ne s’opposait plus à la création, fin 1912, d’un mouvement unifié qui prit le nom de Wandervogel e.V., Bund für deutsches Jugendwandern.

  • 20 Friedrich Wilhelm Fulda (1885-1945) joua dans le mouvement, à partir de 1910, un rôle important qui (...)

18Le principe de son organisation était celui d’une très large décentralisation, comparable à celle dont jouissaient les États composant l’Empire allemand. Se rallièrent à ce mouvement, dès décembre 1912, le Wandervogel-Steglitz, puis, en janvier 1913, le Wandervogel DB ainsi que les deux tiers des membres du Altwandervogel. La revue Wandervogel devint la revue officielle du Wandervogel e.V., avec le sous-titre Monatsschrift für deutsches Jugendwandern. À côté de cette revue publiée par la direction centrale du mouvement, on vit apparaître de nombreuses revues régionales, où se reflétait dans sa diversité la vie des différentes régions du Wandervogel (en 1913, on dénombra dix-neuf Gaublätter différents). Enfin, une autre revue, totalement indépendante de toute association, parut à partir de 1912 : la Wandervogelführerzeitung, publiée par Friedrich Wilhelm Fulda20. C’est là qu’on trouve les prises de position et les polémiques les plus violentes sur toutes les questions brûlantes à l’ordre du jour, et qu’on peut suivre les problèmes qui ont agité le mouvement après son unification.

En marge du mouvement unifié

19Tout comme le Bund deutscher Wanderer, un certain nombre d’associations du Wandervogel sont finalement restées à l’écart du mouvement unifié, soit pour des raisons de personnes, soit pour des questions de principe.

20Altwandervogel (Altwandervogel avaient refusé la fusion et décidé de maintenir leur mouvement et sa revue. Renouant avec la tradition de Karl Fischer, le Altwandervogel « maintenu » refusait tout débat d’idées et ne voulait pas se laisser embrigader dans des entreprises d’adultes. Sur la question de l’antisémitisme, sa position fut très proche de celle du Wandervogel e.V. : liberté entière laissée aux groupes, mais rappel de la « nature allemande » du Wandervogel. Dès 1914, le Altwandervogel avait retrouvé un nombre d’adhérents appréciable (4 400 membres, 6 000 Scholaren). Alors que la Première Guerre mondiale devait sonner l’heure du déclin pour la grande association du Wandervogel e.V., le Altwandervogel survécut et put même participer de façon déterminante à l’évolution des mouvements de jeunesse après la guerre.

  • 21 Sur le Jungwandervogel, voir en particulier Otto Piper, in Ziemer & Wolf, Wandervogel und Freideuts (...)
  • 22 Ibid., 3e année, novembre-décembre, p. 164.

21Jungwandervogel (JWV)21. Le Jungwandervogel s’était séparé en décembre 1910 du Altwandervogel, à l’initiative d’un groupe proche de Hans Blüher et de ses thèses. Blüher jugeait que le mouvement était devenu trop sage, s’était embourgeoisé et avait perdu son âme. Il voyait trois raisons à cette évolution : le rôle abusif que jouaient les adultes du Conseil des parents et amis (Eufrat), l’intervention abusive des professeurs dans la vie de l’association et la croissance incontrôlée des effectifs. Il estimait que la quantité avait remplacé la qualité et rendu la vie du mouvement superficielle et vide. Face à cette évolution, le Jungwandervogel voulait redevenir une association fondée sur les affinités électives, un mouvement élitaire et surtout un véritable mouvement de jeunes dans la tradition des premiers temps du Wandervogel, et tendait à constituer une sorte de « province pédagogique » où les jeunes pouvaient s’épanouir librement, sans préjugés, sans déformation, en développant tous les aspects de leur personnalité afin d’être ainsi en mesure, plus tard, d’affronter les problèmes et les tâches de la vie22.

  • 23 Sur le Schweizer Wandervogel, voir Ziemer & Wolf, Wandervogel und Freideutsche Jugend, op. cit., p. (...)

22Schweizerischer Wandervogel (SWV)23. Le Wandervogel suisse est né dans les années 1906-1907 à la suite de rencontres avec des groupes allemands lors de rassemblements ou d’assemblées générales de mouvements lycéens de lutte contre l’alcoolisme. Constitué officiellement en avril 1908 avec 50 membres, le Schweizerischer Wandervogel se développa rapidement, pour atteindre son apogée en 1913, avec environ 1 500 membres. Les problèmes qui agitèrent le Wandervogel en Allemagne n’eurent en Suisse qu’un faible écho. Il n’y eut de véritable crise qu’en 1917, à propos des idées propagées par Blüher et Wyneken. Mais les remous se calmèrent vite et le Wandervogel suisse continua à mener une existence paisible jusqu’en 1955. Il n’a jamais dépassé le chiffre de 1 500 adhérents atteint en 1913, et n’a joué aucun rôle dans l’histoire générale du mouvement. Le Wandervogel suisse ne s’est jamais implanté durablement dans le Tessin, ni en Suisse romande. Le mouvement resta limité, pour l’essentiel, à la jeunesse bourgeoise, de langue allemande et de religion protestante.

  • 24 Cf. « Der Österreichische Wandervogel », in Ziemer & Wolf, op. cit., p. 294-324.
  • 25 En particulier du Deutscher Schulverein, fondé en 1880, et de la revue Lehr und Wehr, Völkische Blä (...)

23Österreichischer Wandervogel (ÖWV)24. Wandervogel autrichien. C’est en Bohême que les premiers contacts de la jeunesse autrichienne avec le Wandervogel allemand ont eu lieu vers 1906. En 1909, un étudiant praguois, Hans Moutschka, fonda un groupe de Migrateurs, qui prit contact avec le Wandervogel DB. C’est seulement en 1911 que fut créé le Österreichischer Wandervogel, Bund für deutsches Jugendwandern. Tout en reprenant les pratiques et les modes de vie de son modèle allemand, le Wandervogel autrichien eut sa physionomie propre, due à la situation particulière de l’Autriche. Recruté au sein de la bourgeoisie autrichienne qui se sentait menacée par la montée des nationalismes et réagissait par la xénophobie et le racisme, le Wandervogel fut d’emblée enrôlé par les adultes engagés dans la « lutte défensive » du germanisme contre la montée du panslavisme. Le Wandervogel autrichien était très proche des organisations du Schutzverein25 et les représentants du Wandervogel autrichien se faisaient remarquer à toutes les réunions communes avec les mouvements allemands par le ton violent de leurs interventions. Ainsi le délégué autrichien sur le Meissner, en octobre 1913, appelant à l’aide ses camarades du Reich :

  • 26 Cité d’après Knud Ahlborn, Die Freideutsche Jugendbewegung, München, 1917, p. 10.

Nous sommes en pleine lutte pour la sauvegarde de notre germanisme, une lutte désespérée contre la marée slave. Nous aurons à livrer non seulement des batailles de l’esprit, mais des batailles dures et sanglantes. Déjà l’ennemi s’apprête aux frontières. Frères, aidez-nous26 !

 C’était quelques mois avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

2. Sociologie du Wandervogel

24Entre 1896 et 1914, l’histoire du Wandervogel en Allemagne était dominée par deux questions : d’un côté, par la propagation et l’extension du mouvement et les conséquences de cette croissance, et de l’autre, surtout vers 1912-1913, par les réflexions, tâtonnements et débats autour de l’identité et des objectifs du mouvement. La rapidité de sa croissance était remarquable compte tenu de l’absence de moyens propres : le chiffre d’environ 40 000 adhérents, atteint par les différentes branches du Wandervogel à la veille de la Première Guerre mondiale, était considérable car il n’était dû qu’à la force de contagion que recelait la démarche initiale des lycéens de Steglitz.

La répartition des implantations

  • 27 Soit 12 groupes du Wandervogel, e.V. Steglitz (WVeV St), 313 groupes du Altwandervogel (AWV), 110 g (...)

25En 1912, les différentes organisations de Wandervogel comptaient 692 groupes, implantés dans 496 localités différentes d’Allemagne27 (à quoi s’ajoutaient 6 groupes en Autriche-Hongrie et 4 groupes dans des capitales étrangères). Né dans la banlieue de Berlin, le mouvement était déjà présent de la mer du Nord aux Alpes, du Rhin au Niémen. La rapidité de cette expansion était due au fait que chaque nouvelle implantation devenait à son tour un centre de propagation. En 1912, les zones de plus forte concentration s’étendaient, d’une part, sur un axe est-ouest qui commençait en Silésie, traversait la Saxe et la Thuringe, puis la Hesse, pour aboutir en Westphalie et en Rhénanie et, d’autre part, sur un axe nord-sud, de moindre importance, qui allait de la Westphalie jusqu’au pays de Bade. De part et d’autre de ces axes s’étendaient de vastes régions où les groupes du Wandervogel étaient plus clairsemés : la grande plaine de l’Allemagne du Nord, depuis la frontière hollandaise jusqu’à la frontière polonaise, la province prussienne de Posnanie, l’Alsace-Lorraine, une bonne partie de la Silésie et surtout la Bavière.

26La carte des densités de population n’explique pas à elle seule ces différences de succès du Wandervogel, il faut prendre en compte d’autres facteurs, par exemple le facteur confessionnel. Dans les régions à prépondérance catholique, le Wandervogel s’est moins facilement implanté que dans les régions à majorité protestante. Sur les 496 localités d’implantation recensées pour 1912, 394, soit près de 80 %, comportaient une population à forte ou très forte majorité protestante. La question des nationalités venait aussi s’ajouter comme facteur négatif, par exemple en Alsace-Lorraine ou en Posnanie.

  • 28 Cf. Statistisches Jahrbuch der höheren Schulen, 34e année, 1913-1914, Leipzig, 1913, 2e partie, p.  (...)

27Pour ce qui concernait la taille des localités d’implantation du mouvement, on constate qu’en 1912 le Wandervogel était présent dans la quasi-totalité des villes de plus de 100 000 habitants et dans 68,7 % des 208 villes de 20 000 à 100 000 habitants que comptait l’Allemagne. Mais des groupes existaient aussi dans 23,5 % des villes de 5 000 à 20 000 habitants et dans 3 % des villes de 2 000 à 5 000 habitants, et même dans 23 communes rurales de moins de 2 000 habitants. Malgré ces quelques exceptions, le Wandervogel était un fait essentiellement urbain : mais il n’était pas limité aux grandes agglomérations puisque près des deux tiers (63,3 %) des implantations étaient des localités de moins de 20 000 habitants. En revanche, la présence de nombreux établissements d’enseignement secondaire (2 596 établissements dans 496 villes, soit plus de 5 en moyenne28) est une caractéristique commune des lieux d’implantation du Wandervogel, grands ou petits.

28En classant les 496 localités d’implantation du Wandervogel selon leur profil socio-économique, sans tenir compte du nombre d’habitants, on arrive à un constat intéressant. Les agglomérations qui constituaient l’Allemagne moderne, fortement industrialisées et au peuplement dense et en forte croissance, ne formaient que 22 % des lieux d’implantation du mouvement et les villes industrielles proprement dites, seulement 14,11 %. Plus des trois quarts des villes d’implantation faisaient partie de l’Allemagne traditionnelle, celle des villes moyennes et petites, des banlieues résidentielles, des villes d’eau, des villes universitaires, des capitales des petites principautés, où l’existence semblait encore marquée par une certaine lenteur, une certaine sécurité, où les traditions semblaient encore régir sans problème les modes de vie et lon se connaissait encore entre voisins.

Origines sociales des adhérents

29Le milieu social qui a vu naître le Wandervogel, celui de la banlieue résidentielle de Berlin, était à la fois sa matrice et l’univers contre lequel il réagissait. Ce milieu jouissait généralement d’une aisance suffisante pour pouvoir profiter des bienfaits de la civilisation moderne. Les familles y disposaient du nécessaire et pouvaient même se permettre parfois du superflu, notamment en ce qui concernait les loisirs. Elles ne connaissaient pas la crainte du lendemain. Ce n’étaient pas les conditions matérielles qui pouvaient expliquer cette « sécession » de la jeunesse. Ce n’était pas non plus le cadre de vie. Certes, la vie urbaine a ses inconvénients, mais lorsque les appartements sont spacieux, les rues larges et les espaces verts abondants, la ville offre un cadre relativement agréable, surtout si on compare cette situation à celle des quartiers populaires.

  • 29 La sociologie du milieu porteur du Wandervogel a été étudiée par Ulrich Aufmuth, Die deutsche Wande (...)

30Les causes du phénomène sont à chercher dans le milieu social et non dans le cadre matériel. Ce que les jeunes du Wandervogel fuyaient, c’étaient les contraintes sociales de leur milieu, non les fumées d’usines. C’était l’univers familial bourgeois ou petit-bourgeois, réduit au tête-à-tête des parents avec les enfants. C’était un milieu que les jeunes trouvaient dépourvu de chaleur humaine et de sincérité, parce que les individus y étaient enfermés dans un réseau de conventions et de rapports hiérarchiques qui ne tenaient pas compte de la valeur des individus, mais seulement de leur rang social29. Au lycée, le poids du travail, la crainte des notes, l’esprit de compétition gelaient et faussaient toutes les relations et rendaient difficiles de véritables liens d’amitié et de solidarité. Quant aux associations de jeunesse traditionnelles, elles n’offraient que des activités et des relations jugées puériles ou artificielles.

31Par rapport à d’autres types de réactions, notamment littéraires, qui s’exprimaient à la même époque dans la jeunesse de ces mêmes milieux, celle du Wandervogel se distinguait parce qu’elle était collective et débouchait sur un véritable mouvement social. C’était un mouvement de fuite, d’exode d’une partie de la jeunesse allemande qui manifestait son malaise dans la société existante et son désir de changement. Mais sa démarche ne comportait aucune volonté d’affrontement avec la société allemande de son temps. Ce n’était pas un mouvement révolutionnaire. Les jeunes du Wandervogel se contentaient de se retirer discrètement de cet univers social où ils ne se sentaient pas à l’aise. Ils se créaient leur monde à l’écart de la vie bourgeoise. Ils y passaient leur temps libre, une partie des vacances, puis réintégraient leur milieu d’origine. à aucun moment, ils ne coupaient les ponts. Et même lorsque, par la suite, le Wandervogel, se chargeant de divers contenus idéologiques, professa une sorte d’utopie sociale, ce sera dans l’espoir qu’elle se réalisera toute seule, grâce à la transformation des individus.

Le Wandervogel et l’école

  • 30 Voir ci-dessous, chap. 4, point 1.
  • 31 À lexception de la Bavière où la réunion de Meissner en 1913 et la déclaration finale adoptée à ce (...)
  • 32 Monatsschrift für höhere Schulen, II. Jahrgang, 1903, p. 545-548.

32Le mouvement Wandervogel était-il une révolte de la jeunesse contre la famille et l’école ? C’est ce qu’affirmait Hans Blüher30, mais tous les témoignages sur les premiers temps du Wandervogel montrent que le mouvement a toujours entretenu de bons rapports avec l’école et les parents, qu’il a toujours recherché et obtenu le soutien des autorités pour ses activités31 et que ses objectifs déclarés n’étaient pas fondamentalement différents de ceux des autres institutions éducatives. Dès 1903 une revue éditée par le ministère des Cultes et de l’Enseignement de Prusse32 publia un article de Ludwig Gurlitt consacré au Wandervogel. Gurlitt y insistait sur les bienfaits des randonnées pour la santé physique et morale des jeunes : elles développaient l’amour et la connaissance de la nature et de la patrie allemande et habituaient les jeunes à être sobres, résistants et indépendants. Gurlitt en concluait que tous les hommes soucieux de la santé du peuple devraient s’intéresser à ce mouvement et le favoriser. De surcroît, écrivait-il, c’est une excellente préparation au service militaire. On retrouvait ces déclarations sous la plume des jeunes Führer eux-mêmes. Ainsi, on lit dans le Fahrtenspiegel de Hans Lissner :

Dans l’intérêt de la collectivité comme dans l’intérêt de chacun, il faut aider les jeunes adolescents de notre pays à développer, perfectionner et retrouver autant que possible leurs forces physiques et intellectuelles. […] Pour notre part, nous pensons atteindre ce but en développant dans la jeunesse la pratique des randonnées à pied…

33Rien ne permet de voir dans le mouvement Wandervogel une révolte anarchiste ou nihiliste de la jeunesse allemande. Si de telles réactions se sont manifestées dans certains groupes et chez certains individus – ce qui n’est ni impossible, ni improbable –, ces tendances ne caractérisaient en aucun cas le mouvement en tant que tel. Depuis le début, le mouvement Wandervogel cherchait à être accepté comme une institution parmi d’autres en charge de l’éducation de la jeunesse allemande. Mais il tenait aussi à affirmer son originalité et son indépendance par rapport à l’institution scolaire et aux organisations de jeunesse existantes et surtout par rapport aux organisations « officielles » créées à partir de 1911 (Pfadfinder, Jungdeutschlandbund).

34Dans son effort pour se démarquer des organisations de jeunesse bénéficiant du soutien de l’état et de l’armée, le Wandervogel fut amené à préciser ses spécificités : contrairement au scoutisme, né à l’initiative des autorités, le Wandervogel s’était constitué par génération spontanée ; le scoutisme sollicitait les adhésions et acceptait tout le monde, le Wandervogel procédait par cooptation et par choix. Dans les groupes du Wandervogel, les relations hiérarchiques s’établissaient spontanément, les groupes se créaient par affinité. Les relations qui s’établissaient entre membres des groupes n’étaient pas des rapports hiérarchiques imposés du dehors. Enfin, le mouvement Wandervogel refusait de s’associer aux objectifs et aux manifestations du patriotisme officiel. Ce dernier lui paraissait bruyant, stérile et artificiel. Ce n’est pas en défilant à l’occasion des fêtes nationales, ni en s’associant aux déclarations fracassantes contre les ennemis de l’extérieur ou de l’intérieur qu’il voulait témoigner de son amour de la patrie, mais par une quête passionnée de l’âme allemande, et il pensait la trouver au cours de ses randonnées, par ses contacts avec le peuple et la nature.

L’éducation par les pairs au sein du groupe

35L’image qu’on peut se faire du Wandervogel en tant qu’instance éducative sera différente suivant qu’on l’aborde à travers les déclarations et les explications de ses dirigeants ou à travers l’observation des activités des groupes. Les messages délivrés par les chefs à l’occasion des grands rassemblements et par les écrits publiés dans les revues ou des brochures reflétaient un idéal éducatif assez traditionnel, en mettant l’accent sur les avantages hygiéniques, moraux et culturels que les jeunes retiraient de leur adhésion au Wandervogel.

36Le projet éducatif du Wandervogel se découvre mieux dans ses conduites que dans ses discours, et apparaît plus nettement au niveau des petits groupes où se déroulait la vie du mouvement, qu’au niveau des objectifs proclamés par les dirigeants. Le Wandervogel ne prétendait pas changer la société : il se contentait de créer une sphère de vie où l’esprit de l’Allemagne moderne était ignoré, où son influence était neutralisée, une sphère de vie où avaient cours d’autres valeurs que celles de la société des adultes, où l’on observait d’autres pratiques sociales et d’autres comportements, où pouvait naître un autre homme.

37Dans le cadre du petit groupe autonome de randonneurs, composé de jeunes et dirigé par un jeune, la fonction d’éducateur revenait principalement au chef de la « horde », au Führer. À peine plus âgé que la plupart de ceux qu’il conduisait, vivant avec eux dans des conditions primitives, son comportement donnait le ton à celui du groupe. Le chef n’était pas ressenti comme un adulte, comme quelqu’un de fondamentalement différent : il n’était ni un maître d’école, ni un sous-officier, mais un grand frère. La pratique du tutoiement entre le groupe et le chef, qui s’est imposée peu à peu, en était le signe le plus évident.

  • 33 Cf. Heinz S. Rosenbusch, Die deutsche Jugendbewegung in ihren pädagogischen Formen und Wirkungen, F (...)

38Mais le chef n’était pas non plus l’égal des garçons : il était le primus inter pares. Sa légitimité ne lui venait pas du dehors : elle n’était pas formalisée par un brevet ou des galons, elle ne lui était pas confiée par une autorité supérieure. Il la devait à sa personnalité et à sa compétence dans la vie pratique. La question de savoir s’il était un étudiant brillant n’avait aucune importance ; ce qui comptait, c’est qu’il sache conduire le groupe, se débrouiller dans toutes les situations, trouver un gîte, assurer la subsistance du groupe. Il était considéré, d’une certaine manière, comme le garant de la survie (au sens biologique) de la horde33.

  • 34 Cf. Frank Fischer, « Unser Wandern », in Wandern und Schauen, op. cit.

39Le chef était le représentant, le porte-parole du groupe face au monde extérieur. Il était aussi chargé d’expliquer le monde à son groupe. Il assumait ainsi une fonction de médiateur entre le monde et les adolescents, ce qui est une fonction éducative par excellence34. Le fait que le groupe se trouvait hors du cadre de vie habituel ajoutait à l’efficacité de cette éducation. Mais ce qui comptait dans cette éducation, c’était moins ce que le jeune apprenait sur le monde, sur les paysages traversés, sur les gens rencontrés, que ce qu’il apprenait sur lui-même et sur la manière de vivre dans une collectivité. Chaque garçon était éducateur et éduqué à la fois : la Selbsterziehung n’était pas une éducation que l’individu se donnait à lui-même, c’était l’éducation mutuelle des membres d’un groupe.

  • 35 Blüher, qui avait lu Freud et fréquenté l’Institut de sexologie du professeur Magnus Hirschfeld, af (...)

40Les relations interpersonnelles qui assuraient cette éducation mutuelle pouvaient, dans certains cas, changer de nature, se transformer en amitié amoureuse entre deux garçons du même groupe, entre le chef et certains garçons. Blüher a beaucoup insisté sur cet aspect, qui existait certainement35. Mais ces relations privilégiées étaient plutôt préjudiciables à la cohésion du groupe. Celle-ci reposait davantage sur un ensemble de règles librement acceptées, sur une hiérarchie entre les individus, qui s’établissait spontanément et qui était susceptible de varier, sur un langage commun, sur un ensemble de souvenirs et de références dont le sens échappait à ceux qui ne faisaient pas partie du groupe. En s’intégrant librement dans un groupe, qui n’était ni égalitaire ni anarchique, le jeune acceptait ces règles et acceptait aussi l’éducation qui lui était donnée.

3. Un nouveau style de vie

Le groupe et la randonnée

  • 36 Pour ces analyses, nous avons surtout exploité les différentes revues du Wandervogel ainsi que des (...)
  • 37 Voir à ce sujet les souvenirs de Hermann Mitgau, « Einbruch der Jugendbewegung in die Vorkriegszeit (...)

41Dans les récits publiés en leur temps36, tout comme dans les souvenirs des anciens membres, l’irruption du Wandervogel dans la vie d’un jeune, avant la Première Guerre mondiale, est décrite comme une révélation qui a bouleversé sa vie37. Ce qui séduisait l’adolescent, ce n’était pas une idéologie, une doctrine, mais la découverte – au hasard d’une rencontre ou du récit plus ou moins véridique d’un camarade – d’une existence différente, d’un ensemble de modes de vie rendus possibles par un nouveau type de mouvement de jeunesse. Le cadre de cette révélation c’était le petit groupe de jeunes du même âge, non une organisation. C’était dans le cadre du groupe que le jeune découvrait et pratiquait les différentes activités et formes de vie, sédentaires ou itinérantes, qui constituaient l’essentiel du mouvement.

  • 38 Le Wandervogel se référait à une tradition qui remontait au début du xixe siècle et qui considérait (...)
  • 39 Zünftig = dans les règles de l’art. Terme emprunté aux compagnons artisans.
  • 40 Elles étaient même interdites dans certaines régions (p. ex. en Bavière, le pays de Bade).

42De toutes les activités du Wandervogel, c’était la randonnée qui tenait la première place. Le Wandern, le voyage à pied, était plus qu’une activité : c’était l’élément central du nouveau style de vie38 ; il donnait son nom au mouvement et devait être pratiqué dans le respect de certaines formes, être zünftig39. La forme sociale propre à la randonnée était le petit groupe, la horde, comportant normalement une dizaine de garçons – les groupes mixtes étant à l’époque des exceptions très rares et mal acceptées40. Les âges des participants s’échelonnaient entre 12 et 18 ans. Les groupes locaux (Ortsgruppen) du mouvement comprenaient généralement plusieurs Führer. Chacun préparait ses randonnées et en choisissait les participants. Ceux-ci, de leur côté, étaient libres de choisir le chef qu’ils désiraient suivre et la randonnée à laquelle ils voulaient prendre part.

  • 41 Cf. Frank Fischer, « Oratio pro domo », in Wandern und Schauen, op. cit., p. 13.

43À la belle saison, l’on rencontrait de plus en plus souvent sur les routes d’Allemagne ces hordes de jeunes randonneurs. Le Wandervogel ne recherchait pas les villes ou les paysages réputés touristiques : il mettait au contraire une certaine affectation à s’en détourner, pour découvrir d’autres beautés, plus discrètes, dans d’autres régions d’Allemagne, en particulier dans le nord du pays ou en Allemagne centrale, en Thuringe et en Hesse41. Lorsqu’il sortait des frontières du Reich, c’était pour découvrir des régions où la culture allemande était prétendument menacée par l’influence slave. Les randonnées les plus longues et les plus aventureuses avaient lieu à la belle saison, pendant les grandes vacances : pour bien marquer leur spécificité par rapport à une banale « excursion », on prit l’habitude d’utiliser, pour les désigner, le terme de Fahrt (pluriel Fahrten), qui se rapprochait de l’idée d’expédition et impliquait un caractère plus aventureux, celui d’un voyage d’exploration en territoire lointain, inconnu et peut-être même hostile. Certes les périls affrontés lors de ces grands périples, par exemple dans les monts de Bohême, étaient plus imaginaires que réels, mais ils ajoutaient du piment à l’aventure.

  • 42 Ibid., p. 11.

44Le Wandervogel voulait se distinguer des touristes à la fois par ses buts et par sa manière de voyager : selon lui, le touriste aborde une région « avec des exigences sportives ou esthétiques », il la « choisit en connaisseur et l’utilise pour ses fins ». Il est toujours à la recherche d’une « Suisse » quelconque. Ce qui compte pour le touriste, c’est d’arriver au but qu’il s’est choisi, et le plaisir ou le profit qu’il espère en tirer ; son chemin est jalonné par les auberges et les points de vue pittoresques signalés par les guides. Le Wandervogel, lui, n’avait cure de tout cela : « il veut seulement voir et apprendre à aimer le simple paysage allemand dans sa diversité naturelle42 ». Ce qui compte, c’est moins le but que le chemin qui y mène ; ce n’est pas d’arriver quelque part, c’est d’être en chemin. L’expérience que vivaient les adolescents n’était pas liée aux paysages traversés, elle résidait bien davantage dans la vie du groupe et ses contacts avec la population rencontrée. Le monde extérieur traversé comptait moins que le monde intérieur du groupe et la nouvelle qualité de relations interpersonnelles qui naissait au sein du groupe à l’occasion de ces activités itinérantes.

45La pratique du camp fixe, courante chez les Éclaireurs, ne se rencontrait guère dans le Wandervogel avant 1914. C’est pourquoi le feu de camp ne faisait pas non plus partie de leur vie quotidienne. La veillée autour du feu (Feuerwache) avait toujours une signification plus profonde, quasi cultuelle, car elle était généralement associée à une occasion particulière, par exemple les solstices d’hiver et d’été. L’atmosphère y était solennelle : les chansons chantées en chœur, les danses folkloriques, les coutumes observées étaient destinées à manifester ce caractère rituel. Le discours prononcé par un adulte ne manquait jamais de rappeler que ces rites païens renvoyaient au passé le plus profond de la race germanique et que leur reprise était le signe de l’attachement aux traditions et à l’âme du peuple allemand.

  • 43 L’assemblée générale se déroulait suivant des formes qui tantôt ressemblaient aux assemblées de vil (...)

46Les grands rassemblements régionaux ou nationaux du Wandervogel avaient une signification particulière. Placés généralement à la fin des vacances, ils voyaient converger de toutes parts les hordes de Migrateurs au lieu de rendez-vous : sommet d’une montagne ou ruine médiévale. C’était la grande fête du Wandervogel. Les groupes s’y côtoyaient et rivalisaient dans les jeux et toutes sortes d’activités, tandis que les chefs se concertaient. La dernière journée en était l’apogée : tous se réunissaient en assemblée (thing)43, entendaient les discours de leurs chefs, intervenaient parfois dans la discussion ou ponctuaient les déclarations par des « Heil » retentissants. Les décisions étaient adoptées et la direction réélue par acclamations. Un grand feu réunissait tout le mouvement à la nuit tombée. C’était l’occasion d’entendre le message que tous emporteraient dans la vallée de la vie quotidienne.

Les modes vestimentaires et l’art de voyager

47Le Wandervogel ne connaissait pas l’uniforme, et sa tenue évolua au cours des années : il s’est rapidement libéré des conventions et des contraintes vestimentaires du monde bourgeois ainsi que de l’habit correspondant à son statut d’élève : tenue de ville, casquette aux couleurs du lycée. La tenue typique était constituée vers 1908-1910 d’une lourde veste de loden, d’une culotte mi-longue, de grosses chaussures de marche et parfois d’un chapeau de feutre surmonté d’une plume. Par la suite, le loden fut remplacé par un tissu plus léger, les jambes se dénudèrent, le couvre-chef disparut. Dans certaines circonstances, en particulier pour les danses populaires, un certain souci esthétique et de couleur historique se manifestait par le choix de tenues plus chatoyantes, censées représenter la tenue des étudiants du Moyen âge. Mais le signe le plus évident de la libération des contraintes vestimentaires fut l’adoption de la chemise à col ouvert (col à la Danton, Schillerkragen), au lieu du col dur et de la cravate.

48L’équipement du Wandervogel changea aussi. Le havresac et le cartable des premières sorties firent rapidement place au rucksack venu d’Allemagne du Sud. Le sac de couchage fit son apparition et l’on découvrit les services que peut rendre une toile de tente. Toutes ces innovations eurent pour effet d’accroître la mobilité et l’autonomie du groupe, de renforcer son autonomie par rapport aux commodités de la vie moderne. Les repas constituaient des moments importants dans la vie de la horde. Pendant les premières années, chaque garçon apportait ses provisions et son petit réchaud à alcool. La découverte de la cuisine en commun est célébrée comme un événement considérable : le chaudron collectif, le Hordentopf, devient dès lors l’emblème du groupe. C’est un symbole de l’affranchissement du jeune : la famille nourricière est supplantée par la horde qui doit trouver et préparer elle-même sa nourriture.

49L’autre grande affaire au cours des randonnées était la recherche d’un gîte pour la nuit. Excluant par principe les hôtels et les auberges, le Wandervogel devait improviser à chaque étape son logement : soit il couchait en plein air, dans une grange abandonnée, dans une meule de paille, ou sous la tente, soit il demandait l’hospitalité dans une ferme ou dans un village. Ses exigences étaient modestes : il ne demandait qu’un toit et une litière de paille ; mais si l’hôte offrait des lits et un repas en sus, la horde ne refusait pas. Non seulement cela permettait de réaliser des économies, mais approfondissait aussi, à leurs yeux, le contact avec le « peuple ». Car il était entendu, pour le Wandervogel, que le peuple (Volk) se réduisait aux paysans et aux artisans. Dans les rencontres qu’il décrivait dans ses journaux, on voyait apparaître toutes sortes de personnages, y compris des vagabonds, mais aucun ouvrier.

50L’intérêt que le Wandervogel montrait pour la vie de ses hôtes n’allait pas jusqu’à lui faire prendre conscience des problèmes réels que rencontraient les paysans. Il voyait du pittoresque, là où régnait la misère. Il s’intéressait aux coutumes et aux traditions, il déplorait que le modernisme ait fait son entrée dans les campagnes, faisant disparaître les vieilles coutumes, que les produits industriels aient tendance à supplanter les productions des artisans traditionnels, comme les potiers, par exemple. Il se croyait chargé d’une mission : recueillir ce qui subsistait encore de ces coutumes et les maintenir vivantes. Les jeunes citadins cherchaient ainsi à redonner aux villageois la conscience de la valeur de l’art populaire, de leurs coutumes et de leurs chansons.

Les refuges

51Les groupes du Wandervogel prirent l’habitude d’aménager des locaux pour se retrouver lorsqu’ils n’étaient pas sur les routes. Ces logis, qu’ils appelaient leur nid lorsqu’il se situait en ville (Stadtnest), ou leur foyer rural (Landheim) lorsqu’il s’agissait d’une une maison à la campagne, étaient mis à leur disposition par un parent ou loué et aménagé grâce à la générosité du comité de patronage. Pour les groupes propriétaires ou locataires de ces locaux, le Stadtnest servait de lieu de réunion où ils se retrouvaient régulièrement sans ordre du jour et sans rituel particulier. Les jeunes y passaient des soirées à discuter ou à chanter. Ils apprenaient des chansons nouvelles, préparaient les randonnées futures ou évoquaient les aventures passées. Ils accueillaient aussi, à l’occasion, des groupes de passage. Les activités qui avaient pour cadre le Landheim étaient plus variées et les séjours plus longs en fin de semaine ou pendant les vacances. Il s’agissait souvent d’une chaumière, d’un vieux moulin ou d’une ruine féodale, restaurés et aménagés par les groupes eux-mêmes. Ceux-ci y organisaient des jeux de plein air, puis, le soir venu, se réunissaient autour du feu pour chanter et parler.

  • 44 La revue Wandervogel a publié de nombreux articles sur ce sujet. Les numéros 6 et 7 de 1912 étaient(...)

52L’aménagement et la décoration de ces foyers faisaient l’objet de beaucoup de soins44. Il se créait ainsi un véritable style, fait de rusticité artificielle, de simplicité, d’authenticité et de naturel. Le mobilier était en bois massif, la vaisselle en terre cuite, les murs blanchis à la chaux. Pour le chauffage, on préférait un vieux poêle de faïence ou une cheminée à foyer ouvert. Ce qui distinguait principalement ce type de refuge de la « maison de campagne » du citadin du xxe siècle, c’est qu’il n’était pas destiné à accueillir une vie familiale conventionnelle. Il ne servait pas à transplanter à la campagne les formes sociales et les modes de vie traditionnels, il correspondait à un autre type de vie sociale, communautaire et non familiale. Les parents et les éducateurs n’y venaient que sur invitation. C’était le lieu où les relations de groupe nées au cours des randonnées étaient cultivées et perpétuées.

Pratiques artistiques et culturelles

53Le Wandervogel manifestait des goûts artistiques traditionnels et même résolument passéistes. Dès les premières années, ses revues furent abondamment illustrées, d’abord de dessins, puis également de photographies. On y trouvait aussi des conseils sur la façon de dessiner ou de photographier un beau paysage. Parmi les peintres du xixe siècle dont des œuvres étaient reproduites dans ces revues, il faut citer Caspar David Friedrich et surtout Ludwig Richter. Les idylles villageoises et les personnages de vagabonds ou d’« escholiers » dessinés par ce dernier illustrèrent de nombreuses livraisons. La manière de Ludwig Richter était aussi la principale source d’inspiration pour les jeunes photographes et illustrateurs des revues : scènes de voyage ou paysages, un torrent, des arbres aux formes tourmentées, la lande battue par le vent, un coin pittoresque dans une petite ville d’aspect médiéval, un château, une ruine ou une église, beaucoup de chaumières, de moulins.

  • 45 Hugo Hoppner, alias Fidus (1868-1948). Son tableau le plus célèbre, Lichtgebet, a été reproduit à d(...)

54La plupart de ces illustrations étaient des dessins à la plume ou encore des silhouettes découpées, mode romantique remise à l’honneur par le Wandervogel. Imitation, absence d’inspiration propre, recherche d’un pittoresque bon marché, ignorance ou indifférence à l’égard des tendances de l’art moderne, caractérisent les dessinateurs et les peintres du Wandervogel comme ses écrivains amateurs. Même le Jugendstil, si proche pourtant, par certains traits, de la sensibilité du Wandervogel, n’a pas eu d’imitateur dans le mouvement, à l’exception de Fidus45, avec ses adorateurs du soleil, ses éphèbes et ses naïades aux poses avantageuses. En fait, le Wandervogel ne pratiquait pas les arts pour eux-mêmes, pour goûter un plaisir esthétique, mais cherchait à tirer profit des significations qu’il prétendait y trouver. Les œuvres d’art lui servaient à traduire ce qu’il ressentait et qu’il était incapable d’exprimer autrement.

55C’était le cas aussi pour le Volkslied, la chanson populaire. Comme l’écrivait Hans Breuer, principal propagateur de ce genre traditionnel :

  • 46 Hans Breuer, cité par Fritz Jöde, « Wandervogel und Jugendmusik », p. 484-498, in Ziemer & Wolf, Wa (...)

Ce que le Wandervogel cherche au-dehors se trouve écrit dans la chanson populaire. […] la chanson populaire est l’expression parfaite des idéaux de notre Wandervogel46.

56La chanson populaire servait à créer une communion entre les membres du groupe, entre le groupe et le monde extérieur, avec le peuple et avec la nature. Recueillir les chansons populaires, lit-on dans l’avant-propos de Hans Breuer pour la première édition du Zupfgeigenhansl en 1908, c’est se mettre à l’écoute du peuple, c’est essayer de sauver et de retenir ce qui peut encore être sauvé de la décadence de la poésie populaire créatrice. Mais il ne s’agit pas de constituer un musée de la chanson populaire, il faut essayer de la maintenir vivante :

  • 47 Hans Breuer, Zupfgeigenhansl, avant-propos de la 2e édition, mars 1910.

La chanson populaire doit vivre ; la vie c’est la liberté, la force intérieure qui permet de se développer, c’est une jeunesse sans fin47.

57L’avant-propos de Breuer pour la 7e édition (Noël 1911) identifie la chanson populaire à l’essence du peuple : en découvrant ces chansons, le Wandervogel découvrira ce qui est allemand et prendra conscience qu’il appartient à un grand peuple aux nobles dons.

  • 48 Ibid., 7e édition, Noël 1911.

Cultiver la chanson populaire n’est pas un romantisme archaïque inadapté à notre temps. Il suffit de voir comment a évolué la race allemande pour se rendre compte qu’il n’est pas inutile de recourir à l’exemple des ancêtres48.

  • 49 Ibid., 10e édition, février 1913.

58Cette opposition entre un passé où l’âme allemande était encore forte et pure et savait s’exprimer dans la chanson populaire et le présent, placé sous le signe de la décadence, revient plus explicitement encore dans l’avant-propos de la 10e édition, de février 1913, à propos d’une polémique contre les « novateurs » qui réclamaient de nouvelles chansons, adaptées au xxe siècle. Selon Breuer, le compositeur de chansons modernes ne peut plus exprimer que ses propres sentiments, car il n’est plus en accord avec la totalité du peuple. Selon lui, la chanson populaire « classique » est la chanson de l’homme entier, cohérent, de cet homme fort qui portait en lui toutes les possibilités et toutes les formes d’évolution, qui n’avait qu’à laisser chanter son cœur pour exprimer le cœur du peuple tout entier49. Peut-être, ajoute Breuer, de nouvelles guerres, de « nouveaux raz-de-marée nationaux » pourront-ils faire naître de nouvelles chansons populaires, mais les temps ne s’y prêtaient pas pour l’instant.

La bibliothèque idéale

  • 50 Par ex. Nachrichtenblatt des Wandervogel e.V. zu Steglitz, VI, n° 3, mai 1909, ou Jungwandervogel, (...)

59Dans la « bibliothèque idéale » du Wandervogel, telle qu’on peut la reconstituer à partir des conseils de lectures donnés dans les revues du mouvement, on trouve la même approche utilitariste des productions artistiques : prédominance d’ouvrages pratiques50, guides des régions d’Allemagne, études sur la faune, la flore, ou même la géologie, méthodes de guitare et beaucoup de recueils de chansons populaires. Les rares ouvrages littéraires qui y figuraient avaient tous plus ou moins un rapport avec le Wandern : par exemple le Voyage en Italie de Goethe, les Pérégrinations à travers la Marche de Brandebourg de Fontane, le Taugenichts d’Eichendorff, Peter Camenzind et Unterm Rad de Hesse, le Livre de la Jungle de Rudyard Kipling, les Études de Stifter.

60On conseille aux jeunes de ne pas se contenter des histoires d’Indiens à la Karl May ou Fenimore Cooper, mais de s’intéresser à des livres qui « conviennent mieux à de jeunes Allemands », comme ceux de Scheffel, Dahn, Eichendorff, W. Busch, C.F. Meyer et G. Keller, etc. Cette bibliothèque idéale était d’une certaine cohérence. L’absence totale de toute la tradition libérale, progressiste ou moderniste de la littérature allemande, de l’Aufklärung au naturalisme en passant par la Jeune Allemagne, ne saurait étonner. À l’opposé, la tradition littéraire populaire et romantique est privilégiée. Cette lignée va de Hans Sachs et Grimmelshausen, jusqu’aux écrivains régionalistes de la fin du xixe siècle. Pour le Wandervogel, le peuple se réduit aux artisans et aux paysans, et ses représentations littéraires n’en montrent qu’une réalité transfigurée, « poétisée ».

61La production littéraire, fort modeste, des membres du mouvement, cultivait principalement les petites formes : courts récits de voyages, descriptions de paysages, poèmes, contes, fables, légendes, etc. Le Volkslied et les ballades populaires fournissaient les modèles pour ses essais poétiques, les descriptions de la nature oscillaient entre le réalisme minutieux et un peu pédant à la manière de Hermann Löns et l’emphase, supposée romantique ; les récits essayaient de mêler l’humour à l’observation, comme Wilhelm Raabe. La langue fourmillait d’archaïsme, de régionalisme, mais aussi de phrases toutes faites et d’expressions du langage de potache. À l’évidence, le Wandervogel n’a pas spécialement attiré les jeunes gens doués pour la littérature alors qu’à la même époque naissait en Allemagne la révolution littéraire de l’expressionnisme portée par la jeunesse intellectuelle de la même génération (née entre 1880 et 1890) et du même milieu social que les fondateurs du Wandervogel.

Le romantisme comme mode de vie

62En se référant au romantisme, le Wandervogel n’en assumait pas tout l’héritage. Le côté nocturne et fantastique du romantisme allemand était absent et il n’en retenait que la face la plus aimable, la plus optimiste, la plus solaire, mais aussi la plus superficielle, celle en particulier de l’école de Heidelberg. Deux œuvres ont joué un rôle particulièrement important pour le Wandervogel : le Cor enchanté de l’enfant, recueil de chansons populaires publiées de 1805 à 1808 par Clemens Brentano et Achim von Arnim, qui a servi de référence pour les efforts en faveur d’une renaissance de la chanson populaire, et les Scènes de la vie d’un propre à rien de Joseph von Eichendorff.

63Ce dernier a fourni aussi un modèle de vie : le Wandervogel se voyait volontiers sous les traits du « propre-à-rien » (Taugenichts). Comme ce dernier, il aurait voulu mettre au centre de sa vie le Wandern, la vie errante au long des routes, le voyage à l’aventure, sans but précis. Comme le Taugenichts, ce qui le poussait sur les routes, c’était la volonté de fuir les contraintes, les entraves et l’ennui de la vie quotidienne, les obligations sociales et familiales. En prenant son bâton et son baluchon, le Taugenichts ne pouvait s’empêcher de jeter un regard apitoyé sur ceux qu’il laissait en arrière, ployant sous le poids des soucis, dont le premier est le souci du pain quotidien.

  • 51 Josef von Eichendorff, Aus dem Leben eines Taugenichts. Scènes de la vie d’un propre à rien, éd. bi (...)

64Il se sentait attiré au loin par un sentiment aussi puissant que vague : la Sehnsucht, aspiration imprécise, informulée, jamais satisfaite, qui le poussait à aller toujours plus loin pour voir ce qu’il y avait au-delà de l’horizon. Il se laissait porter par les événements et les péripéties de la route sans connaître la contrainte d’un itinéraire et d’un horaire ou d’un calendrier à respecter. Délivré du temps mécanique, il ne connaissait plus que le temps intérieur et le temps de la nature, l’alternance du jour et de la nuit, le rythme des saisons. Cette liberté créait une disponibilité accrue, une grande réceptivité aux choses et aux êtres qu’il rencontrait. Sa vie était un « éternel dimanche », un état de conscience où toute rencontre devenait événement. Ouvert au monde, il voyait le monde ouvert devant lui. Il y lisait comme dans un livre51.

  • 52 Thomas Mann a qualifié ironiquement ce comportement de « mode de vie intérimaire pas toujours dénué (...)

65Mais en prétendant vivre au quotidien selon ce modèle littéraire, le Wandervogel se contentait d’un simulacre. Sa démarche était concertée : pour imiter son modèle, il devait veiller à éviter le contact avec la civilisation, il devait rechercher les régions isolées, couper les liens avec la société, vivre hors du temps pendant la durée de la randonnée, mais sachant d’avance que cette parenthèse dans la vie quotidienne était limitée et que rapidement sa randonnée le ramènerait au foyer de ses parents d’où il était parti52.

66D’autre part, le voyageur romantique était solitaire par définition, s’il rencontrait des compagnons de route, leurs chemins se séparaient rapidement. Il ne restait jamais longtemps en un même lieu, même lorsque des liens sentimentaux tendaient à l’y fixer. Le Wandervogel, lui, se déplaçait en groupe ; il échappait aux contraintes et aux intentions éducatives de la société, mais c’était pour reconstituer une mini-société qui avait ses règles et sa fonction éducative. L’expérience du monde, qui est l’apport principal du voyage, était vécue par le Wandervogel essentiellement à travers le groupe. Ce n’était plus une appréhension directe, spontanée du monde et des gens par le voyageur, mais un contact déformé par les conventions et les contenus idéologiques que le groupe véhiculait avec lui.

67Le contact avec la nature jouait apparemment un grand rôle dans le Wandervogel : non seulement le monde rural, ses coutumes et ses habitudes de vie, mais aussi la nature sauvage ou inhabitée. Pourtant, là aussi, on constate des différences sensibles avec le Naturerlebnis du romantisme. Pour le romantique, la nature était encore intacte, elle était habitée : démons, elfes et esprits bienfaisants n’étaient que des avatars de l’esprit dont le souffle animait la nature. La nature était le vêtement de Dieu. Malgré qu’il en ait, le Wandervogel est l’enfant d’un siècle désenchanté : Dieu et les esprits ont déserté la nature, celle-ci ne dialogue plus avec l’homme.

  • 53 Voir par exemple : Treumann-Albrecht Meyen, Stromerfahrten. Aus der Heimat eines Wandervogels, Hart (...)
  • 54 Voir par exemple, dans la revue Wandervogel. Monatsschrift für deutsches Jugendwandern, les article (...)

68Les descriptions de la nature que l’on trouve dans les écrits du Wandervogel sont plus proches du réalisme du xixe siècle (Hermann Löns) que du romantisme53. Tout ce qui va au-delà de la description se borne à quelques phrases creuses ou au silence. C’est pour surmonter le silence que le Wandervogel, lorsqu’il se trouvait devant un spectacle naturel saisissant, prenait sa guitare et entonnait une chanson. Non seulement il n’était plus en mesure de comprendre le langage de la nature et de dialoguer avec elle, il devait aussi constater qu’elle était attaquée et défigurée par la civilisation ; qu’elle devait être protégée. Mais une nature qu’on est obligé de protéger a perdu son mystère et sa majesté54. Pour le Wandervogel, comme pour la majorité des citadins modernes, le retour à la nature était une vaine tentative pour fuir le monde de la civilisation moderne en espérant trouver un remède aux maux dont il souffrait.

  • 55 Cf. Hermann Bach in Jahrbuch des Archivs der deutschen Jugendbewegung, t. 3, 1971, p. 12-23. Le mou (...)

69C’est également dans ce contexte qu’il faut replacer un autre aspect du retour à la nature qui distinguait le Wandervogel de son modèle romantique : il s’agit de la redécouverte du corps. En exposant son corps aux fatigues du voyage et aux intempéries, il découvrait la nature en se confrontant à elle. Il découvrait aussi son corps lui-même, ses possibilités et ses limites. Le tournant du siècle a vu un développement considérable du sport, à la fois comme sport de compétition et comme moyen de développer la personnalité. En 1896, année de naissance du Wandervogel, ont eu lieu les premiers Jeux olympiques de l’ère moderne, une « fête de la jeunesse » selon le baron Pierre de Coubertin. Le Wandervogel a contribué à cette remise à lhonneur de l’effort corporel gratuit et de l’idéal des beaux corps55 en pratiquant certaines disciplines athlétiques et en nouant des contacts avec le mouvement naturiste. En revanche, il a toujours refusé la recherche de la performance et du record.

4. Ambiguïtés idéologiques

Nationalisme et pangermanisme

70Le Wandervogel n’a eu ni activité ni programme politique avant 1914 ; il n’est jamais intervenu à l’occasion de manifestations ou d’élections ; il n’a jamais pris, en tant que mouvement, position sur les questions politiques à l’ordre du jour ; on ne trouve dans ses revues et publications aucune trace des crises et des débats qui agitaient l’opinion publique allemande. Il ne s’est pas non plus joint aux innombrables voix qui soutenaient et amplifiaient les mots d’ordre du pouvoir impérial en matière, par exemple, de politique navale ou coloniale. Le Wandervogel semblait bien installé en marge de la vie publique. Cette attitude d’abstention politique ne correspondait pourtant pas à une neutralité idéologique, car tout en refusant de participer au jeu politique des institutions et des partis, le mouvement se situait dans un contexte politique précis par la volonté même de ses fondateurs.

  • 56 Conférence de Karl Fischer à Berlin, le 18 octobre 1927, in Georg Korth, Wandervogel 1896-1906, Fra (...)

71Dans un texte de 1927, Karl Fischer se souvient : « J’étais un jeune Allemand, et je voulais faire œuvre utile en tant qu’Allemand56 » et Hans Blüher, témoin et compagnon des premières années, avait écrit, dès 1912, en parlant de Fischer :

  • 57 H. Blüher, Wandervogel, Geschichte einer Jugendbewegung, 6e éd., Prien (Chiemsee), 1922 (1re éd. 19 (...)

Il était guidé par des objectifs nationaux et le Wandervogel devait être l’expression nouvelle et originale d’un aspect particulier de l’idée nationale, pour laquelle, pourtant, il n’a jamais su trouver le mot approprié57.

  • 58 Ibid.

72Faute de pouvoir exprimer plus clairement ce qui le motivait, Fischer se référait au passé (F.L. Jahn) ou aux thèmes du pangermanisme. Il s’« intéressait », disait-il, au problème de « la lutte de l’esprit germanique contre le judaïsme et le panslavisme »58. Pendant un temps, il fut en contact avec le professeur Paul Förster, membre influent de la Ligue pangermaniste et frère du célèbre propagandiste de l’antisémitisme Bernhard Förster, beau-frère de Nietzsche.

  • 59 Friedrich Lange militait aussi au sein de la Société pour la colonisation allemande et pour la réfo (...)

73Un autre témoin de la première heure, Siegfried Copalle, précisera que les positions politiques des premiers responsables du Wandervogel étaient, pour l’essentiel, celles que traduisait la Deutsche Zeitung, feuille pangermaniste fondée en 1896 par Friedrich Lange. Ils étaient « informés sur la question juive », et lisaient assidûment la revue Die Heimat59.

  • 60 Cf. W. Gerber, Zur Entstehungsgeschichte…, op. cit. Le témoignage de S.  Copalle (deux lettres écri (...)

Nous connaissions tous les écrivains et poètes nationalistes et racistes : Lagarde Langbehn, Chamberlain, Gobineau, Bartels, Ammon, Sohnrey, Lienhard, et bien d’autres encore…60

74Le Wandervogel se situait clairement dans la mouvance du mouvement pangermanique. Celui-ci connaissait précisément, vers 1900, un certain regain de faveur et trouvait ses adeptes et ses propagandistes les plus actifs dans les mêmes milieux sociaux et professionnels que ceux où le Wandervogel recrutait ses membres et ses protecteurs. Dès 1902 et 1903, le groupe de Steglitz a participé aux fêtes de solstice organisées par la Ligue pangermaniste : par la suite, la tradition s’est répandue dans le mouvement. Pour le Wandervogel cela faisait partie de sa démarche de retour aux racines culturelles du peuple allemand par la remise en vigueur de vieilles coutumes allemandes et germaniques, et des chansons, danses et costumes populaires qu’il retrouvait en parcourant la Heimat dans l’espoir d’y découvrir un monde rural non encore dénaturé par la civilisation moderne.

  • 61 Cf. l’article de Paul Förster, « Der deutsche Gruß Heil », in Wandervogel, Illustrierte Monatssch (...)

75C’était aussi la raison pour laquelle le Wandervogel a réintroduit dans ses revues les noms de mois « germaniques » (Hartung, Hornung, Lenzmond, Ostermond, etc.) pour expurger la langue allemande des apports étrangers. La « défense » de la germanité contre les attaques du panslavisme, surtout dans l’Empire austro-hongrois, était un autre thème pangermaniste auquel le Wandervogel, sous l’impul-sion de Karl Fischer, était sensible. La Bohême devint un des buts de randonnées traditionnels du Wandervogel. Dans ce domaine, le Wandervogel autrichien se montra beaucoup plus radical que le mouvement allemand auquel il reprochait volontiers de n’être pas assez agressif. C’est aux Autrichiens que le Wandervogel a emprunté le « deutscher Gruss », c’est-à-dire l’usage de se saluer par « Heil ! » (Salut !). Ce salut traditionnel des alpinistes y était devenu aussi le signe de ralliement des groupes nationalistes et racistes61.

  • 62 Berliner Tageblatt du 7 juin 1913.
  • 63 « Unklug », in Wandervogelführerzeitung, n° 8, juillet 1913, p. 143-144.
  • 64 Karl Wilker, né en 1885, fondateur du centre d’éducation du Lindenhof à Berlin.
  • 65 Deutsch oder National! Beiträge des Wandervogels zur Rassenfrage, herausgegeben von F.W. Fulda unte (...)
  • 66 Ibid., p. 18.
  • 67 Une nouvelle revue, Die Pachantei, fut même créée pour combattre l’influence de la Führerzeitung. E (...)

76L’antisémitisme fut un autre point de rencontre entre le Wandervogel et le pangermanisme. La question, présente depuis le début, donna lieu à une crise ouverte en 1913 après que le Wandervogel de Zittau eut refusé d’admettre une jeune fille au motif qu’elle était juive et « que le Wandervogel était un mouvement allemand ». L’affaire fit grand bruit dans la presse62 et le comportement du groupe de Zittau fut vivement critiqué dans la Wandervogelführerzeitung63 par Karl Wilker disant que, certes, un groupe avait le droit de refuser ou d’admettre qui bon lui semblait, mais qu’en tout état de cause, il ne devait pas faire entrer en jeu des considérations raciales. Ce fut un beau tollé ! Dans son numéro de septembre 1913, la Wandervogelführerzeitung publia les réponses de ses lecteurs indignés contre Karl Wilker64. Réunis en brochure, ces articles ont paru en 1914, sous le titre Deutsch oder National. Beiträge des Wandervogels zur Rassenfrage65. Toute la gamme de l’antisémitisme s’y étalait, depuis l’appel aux armes, les accusations calomnieuses, les plaisanteries douteuses, jusqu’aux raisonnements hypocrites sur la nécessité de permettre aux jeunes juifs de rester entre eux, car ils seraient malheureux dans un contexte aussi « profondément et spécifiquement allemand » que le Wandervogel. « Il faut, lit-on dans un de ces articles, séparer bien proprement les races, pour maintenir pur notre précieux sang allemand66 ». Disons cependant, à l’honneur du Wandervogel, que cette débauche d’antisémitisme de la pire espèce suscita aussi des protestations dans les rangs du Wandervogel67.

  • 68 Notamment dans le Jüdischer Wanderbund Blau-Weiß, fondé en 1912.

77À l’occasion de l’assemblée générale (Bundestag) du Wandervogel e.V. à Francfort-sur-l’Oder en 1914, la question de l’admission des jeunes juifs dans le mouvement donna lieu à des débats passionnés. Le résultat fut un compromis qui ne trompait personne. Il établissait trois principes : 1. les groupes locaux (Ortsgruppen) sont entièrement libres d’admettre les juifs ou de les refuser ; 2. le Wandervogel reste, comme par le passé, neutre sur le plan confessionnel et politique ; 3. le Wandervogel est d’essence foncièrement allemande et plonge ses racines dans le passé allemand. À la suite de cette déclaration, la plupart des jeunes juifs membres du Wandervogel quittèrent le mouvement pour rejoindre des associations juives68. D’ailleurs, leur nombre n’avait jamais été très important dans le Wandervogel : en 1914, 92 % des groupes déclarèrent qu’ils ne comptaient aucun membre juif dans leurs rangs, dont 84 % « par principe ». Le Wandervogel autrichien, quant à lui, était statutairement fermé aux « non-aryens ». Le nationalisme du Wandervogel, axé sur la notion de peuple et non sur celle de nation, a mené logiquement au racisme antisémite.

  • 69 Cité d’après Hans Tramer, « Blau-Weiß, Wegbereiter für Zion », in E. Korn et al., Die Jugendbewegun (...)

78C’est en réaction à ces tendances antisémites manifestées par le Wandervogel que fut créé le mouvement Blau-Weiß Bund für jüdisches Jugendwandern en 1912 à Berlin par un étudiant sioniste, Josef Marcus. Celui-ci insistait surtout sur le fait que les courants antisémites se développaient dans les organisations de jeunesse allemandes, en particulier dans le Wandervogel. Son association se présentait comme une alternative, un lieu où les jeunes gens et jeunes filles israélites ne faisaient pas l’objet de discriminations et pouvaient devenir des jeunes gens « fiers, forts, incapables de faire le mal, joyeux et sains69 ». Les liens étroits du Blau-Weiß avec le mouvement sioniste étaient évidents, mais il mettait l’accent sur les objectifs religieux et culturels du sionisme plus que sur l’aspect politique : approfondissement de la connaissance de la tradition judaïque, de l’histoire du peuple juif, des pratiques religieuses ; développement d’une conscience juive, du sentiment d’appartenir non seulement à une communauté religieuse, mais à un peuple.

  • 70 Le Jüdisches Wanderliederbuch (1914) contenait 90 chansons de marche traditionnelles, 28 chansons e (...)

79Les moyens pédagogiques mis au service de cette éducation étaient semblables à ceux du Wandervogel, en particulier la pratique des randonnées. Le succès du Blau-Weiß fut rapide. En 1914, il comptait déjà 26 groupes et 900 membres. Il possédait deux foyers, éditait une revue mensuelle et publia un livre de chansons70. Après la Première Guerre mondiale, le développement du mouvement Blau-Weiß se poursuivit pendant quelques années. Le mouvement adopta nettement la cause sioniste et une partie de ses membres émigra en Palestine.

Refus de l’impérialisme et du militarisme

80Cependant le Wandervogel se distinguait du pangermanisme sur d’autres points : la Ligue pangermanique, créée à l’occasion d’une crise politique liée au problème colonial, faisait pression sur le gouvernement impérial pour qu’il mène une politique militaire, navale, coloniale et économique plus hardie et plus expansionniste. Elle voulait affirmer la place de l’Allemagne dans le monde et créer en Europe centrale une force économique englobant non seulement l’Autriche-Hongrie, mais aussi la Suisse et les Pays-Bas. Ces aspects militaristes et impérialistes, essentiels dans le pangermanisme, étaient absents dans le Wandervogel. Contrairement à d’autres mouvements de jeunesse, en particulier les Éclaireurs, il ne s’est pas passionné pour la question coloniale, il n’a pas porté l’uniforme ni joué au soldat. Il a visité des ruines de châteaux médiévaux, mais s’est désintéressé des fortifications modernes. Les dernières réalisations de l’industrie de guerre allemande, les progrès de l’aviation, les lancements de bateaux de guerre le laissaient indifférent – du moins, si l’on en juge par ses revues.

81On ne vit pas non plus le Wandervogel prendre part aux fêtes patriotiques, aux défilés de l’anniversaire de la victoire de Sedan, alors que les Éclaireurs et les Turner y participaient, drapeaux en tête. Bien plus, à aucun moment on ne vit les journaux du Wandervogel mentionner la personne de l’empereur. Il ne faut pas en conclure que le Wandervogel était antimilitariste et antimonarchiste. Simplement, ces questions se situaient en dehors de son horizon. Pour le pangermanisme, la grandeur de l’Allemagne se confondait avec sa force militaire et navale, avec l’étendue de son empire colonial, la puissance de son économie et sa place dans le monde. Le Wandervogel était tourné vers l’intérieur : pour lui, la grandeur de l’Allemagne résidait dans la fidélité à sa nature profonde. Son Allemagne s’incarnait dans le peuple, non dans son monarque ou dans sa puissance économique et militaire.

82Mais les deux attitudes ont fini de se rejoindre dans l’enthousiasme guerrier de 1914. Dans l’avant-propos que Breuer écrivit en 1915 dans les tranchées pour une réédition de son recueil de chansons, le Zupfgeigenhansl, il fit remarquer que la guerre avait donné raison au Wandervogel, qu’à présent, l’idée nationale qui était l’idée fondamentale du mouvement se trouvait « au milieu de nous, débarrassée de tout ce qui était accessoire, dans sa force et son éclat ». Il n’y a plus de différence, dès lors, entre l’attitude des anciens du Wandervogel ou des anciens du Jungdeutschlandbund, entre ceux qui marchaient au pas et ceux qui vagabondaient à travers la campagne, entre ceux qui manifestaient leur amour de la patrie en participant à des défilés et ceux qui préféraient le silence de la forêt allemande. L’Allemagne secrète et profonde que cherchait le Wandervogel avait rejoint l’Allemagne impériale, militariste et impérialiste.

Réticences à l’égard de la coéducation

83Né dans le cadre d’établissements d’enseignement secondaire pour garçons, le mouvement Wandervogel, dans un premier temps, restait un domaine réservé aux jeunes de sexe masculin. Mais rapidement leurs sœurs ont manifesté leur volonté de ne pas rester exclues de ces randonnées et autres activités passionnantes dont elles entendaient parler. Logiquement, cette revendication s’est d’abord manifestée dans le milieu familial où, contrairement au milieu scolaire, la mixité existait tout naturellement. Ce sont les sœurs des jeunes lycéens affiliés au Wandervogel qui, les premières, ont réagi contre cette discrimination et ont cherché, à partir de 1905, grâce à la compréhension de quelques mères, à suivre l’exemple des garçons. L’Union des sœurs randonneuses (Bund der Wanderschwestern) fondée en 1905 par Marie Luise Becker, militante féministe et épouse de Wolfgang Kirchbach (membre fondateur et protecteur du Wandervogel à Steglitz en 1901, puis dirigeant du Altwandervogel après la scission de 1904), n’avait pas d’existence propre. Elle se considérait comme faisant partie de l’organisation créée par et pour les garçons, sans être officiellement reconnue comme telle et sans se mêler aux activités des garçons.

84Les excursions que ces jeunes filles entreprenaient dans les environs de Berlin, toujours avec la participation d’une adulte, dépassaient rarement la journée et ne ressemblaient guère aux randonnées aventureuses des groupes masculins. Pourtant le mouvement était lancé et son succès se confirmait, au grand déplaisir des dirigeants du Altwandervogel. Vers 1910, ils consentirent cependant à accepter tacitement l’existence de ces groupes qui, au moment du regroupement opéré en 1912-1913, s’empressèrent de rejoindre le nouveau Wandervogel e.V. qui admettait statutairement les groupes de jeunes filles et tolérait même – avec bien des précautions – des randonnées communes des groupes de garçons et de filles. Le Wandervogel e.V. accueillit aussi les groupes de jeunes filles qui s’étaient constitués progressivement dans les autres branches du mouvement (Wandervogel-Steglitz, Wandervogel Deutscher Bund et Jung-Wandervogel).

  • 71 Sur l’ensemble de cette problématique, on trouvera une bonne synthèse dans l’article de Monique Mom (...)

85Cependant le problème de la place des jeunes filles dans les rangs du mouvement Wandervogel n’était pas réglé pour autant71. Il ne l’était toujours pas au moment où le mouvement éclata à nouveau vers 1923 en une multitude de groupes et de groupuscules et cessa d’être une référence pour la Jugendbewegung. La Mädchenfrage continuera à agiter les esprits et à provoquer des conflits dans la nébuleuse des organisations constituant la Bündische Jugend sous la république de Weimar. Ces débats et ces conflits prirent fin avec l’arrivée au pouvoir en 1933 du parti national-socialiste : celui-ci fit certes une place importante à la jeunesse féminine, mais en distinguant nettement les organisations féminines et masculines et en ne laissant aucun doute sur la prééminence des secondes sur les premières. Les principes d’égalité des sexes et de co-éducation devront attendre la fin du xxe siècle pour être admises dans les sociétés développées du monde occidental.

86Sur cette question, l’ambiguïté et les contradictions de la démarche du Wandervogel apparaissent clairement. Son rejet des valeurs et du style de vie du monde des parents restait en réalité très timide. Sur la question des rapports entre les sexes et sur les problèmes de la sexualité adolescente, il se montrait aussi prude que la société petite-bourgeoise et bien-pensante dont ses membres étaient originaires et il se situait à cent lieues des audaces et des provocations de certains auteurs d’avant-garde (naturalistes ou expressionnistes) ou des théories des scientifiques, médecins ou pédagogues grâce auxquels ces questions avaient fait leur entrée dans le débat public en Allemagne. Ces problèmes avaient aussi fait leur apparition, en 1913, dans la revue Der Anfang, publiée par des lycéens et étudiants sous le patronage de Gustav Wyneken, et dans la nouvelle pédagogie, notamment celle des « internats à la campagne » (Lietz, Wyneken) qui prônait et pratiquait la mixité.

  • 72 Hans Breuer, « Das Teegespräch », in Wandervogel. Monatsschrift für deutsches Jugendwandern, I (VI) (...)

87Face à cela, que trouvait-on dans les débats et les revues du Wandervogel ? Dans un texte célèbre, Hans Breuer72 exposa, avec l’autorité que lui conférait son ancienneté et son rôle au sein du mouvement, son opinion que l’on peut considérer comme représentative de la position officielle du Wandervogel à cette date. Breuer ne se déclarait pas opposé à l’admission de jeunes filles dans le Wandervogel, il voyait même des avantages à leur présence. Ce qu’il combattait, c’était le mélange des genres (Misch-Masch, Gleichmacherei) et la confusion des sexes qui transformerait les jeunes filles en garçons manqués et les garçons en fillettes.

88Il s’en prenait en particulier à ceux qui proposaient d’autoriser des randonnées mixtes, garçons et filles, ou qui invitaient les groupes de jeunes filles à imiter les garçons en entreprenant le même genre de randonnées qu’eux. Par leur constitution physique plus fragile, elles ne seraient pas capables de réaliser les exploits qui font la fierté des garçons : elles n’auraient ni la vigueur, ni l’endurance, ni l’esprit aventureux et la débrouillardise nécessaires pour cela. Et leur présence dans les groupes mixtes ne ferait que ralentir et perturber le groupe. Car, de surcroît, la nature féminine est, selon Breuer trop différente de celle des garçons : il estimait qu’elles étaient plus sentimentales et capricieuses, privilégiaient l’aspect esthétique dans leur perception des lieux et des gens rencontrés. C’est pourquoi il préconisait de recommander aux groupes féminins du Wandervogel de se limiter à des excursions de courte durée et de préférer des activités dans le cadre des foyers que les groupes possédaient en ville (Stadtnest) ou à la campagne (Landheim). Elles pourraient s’y livrer à des activités conformes à leur nature, chants, danses folkloriques, travaux de décoration ou d’aménagement, et acquérir les aptitudes et les vertus qui leur seraient utiles plus tard dans leur vie de femme. On ne peut pas imaginer une conception plus traditionnelle du rôle et de la place des femmes dans la société.

Le Wandervogel, cellule originaire du juvénilisme

89Le Wandervogel n’était pas un simple club de jeunes randonneurs : son succès, sa longévité et sa postérité suffiraient à le prouver. Les nouveautés qu’il a introduites dans le paysage des associations de jeunesse allemandes portaient en germe les principales caractéristiques d’un mouvement social qui dépassa largement les limites de ce groupe initial, le « juvénilisme » (Jugendbewegung) – dans ses aspects positifs comme ses aspects négatifs. Pour que ces germes se développent, il a fallu évidemment qu’interviennent d’autres influences (idéologiques ou politiques) et d’autres événements et bouleversements sociaux : la guerre, la défaite de l’Allemagne, les troubles politiques et économiques des années 1920, avant que l’arrivée au pouvoir du national-socialisme ne pervertisse, instrumentalise et anéantisse définitivement le « Mouvement de la jeunesse ». C’est pourquoi il est important d’interroger encore ce modèle initial, le Wandervogel, qui a préfiguré le visage de la jeunesse allemande dans la première moitié du xxe siècle. Par ses réussites comme par ses insuffisances, il a démontré la possibilité et la difficulté d’une démarche de la jeunesse bourgeoise allemande pour trouver son identité dans une société en profonde mutation culturelle.

  • 73 Sur la fête du Meissner (1913) et la fameuse déclaration, voir ci-après au chapitre 4, point 3.

90Cette quête d’une nouvelle identité sociale, problème à la fois individuel et collectif, ne se posait pas seulement à la jeunesse bourgeoise, mais celle-ci offrait un terrain particulièrement favorable. Le milieu familial et le milieu scolaire où est né et où s’est développé le Wandervogel étaient loin d’être parmi les plus rétrogrades dans la société allemande : il y régnait un certain libéralisme et une relative ouverture aux idées nouvelles. Même s’ils estimaient, malgré tout, être prisonniers de conventions sociales étouffantes et « insupportables », les jeunes y jouissaient de plus de liberté que la majorité des jeunes de leur âge. De surcroît, ils n’avaient généralement aucun souci matériel et des conditions de vie tout à fait confortables. C’était cet espace de liberté, cette relative absence de contraintes qui permirent à ces jeunes gens de s’échapper provisoirement du milieu familial et scolaire avec la bénédiction des « autorités », pour chercher par eux-mêmes et en eux-mêmes des valeurs et des codes de comportement nouveaux qui leur semblaient mieux représenter leurs aspirations et leurs besoins. Provisoirement exempts de la pression morale du milieu familial et scolaire, ils voulaient trouver leur « vérité intérieure » pour pouvoir façonner leur vie sous leur « propre responsabilité », selon la fameuse « formule du Meissner » adoptée en 191373.

91Cette quête d’un nouveau « statut », d’une nouvelle identité sociale de l’adolescence dans une société en mutation, concernait chaque adolescent individuellement, mais c’était aussi une démarche collective qui se déroulait dans un cadre social spécifique : celui du mouvement de jeunesse, plus précisément du petit groupe de jeunes du même âge, de même origine sociale et partageant les mêmes activités. Le groupe constituait un nouveau milieu de vie et de socialisation caractérisé négativement par l’absence d’adultes représentant l’autorité (père, prêtre, professeur) et positivement par l’influence réciproque des membres du groupe ainsi que par les nouvelles expériences de vie liées aux activités du groupe, notamment la randonnée et la découverte d’autres milieux sociaux. La vie de groupe impliquait inévitablement une autre pression sociale et créait de nouvelles normes de comportement et de nouveaux codes d’expression. La recherche de l’authenticité et de la « vérité intérieure » aboutissait à un nouveau conformisme et à l’émergence d’une « culture jeune » distincte de la culture établie. Mais s’agissant d’une « subculture », cette culture jeune véhiculait de très nombreux éléments communs avec la culture adulte. Elle impliquait certes une rupture, mais nullement une révolte contre la société établie et ses valeurs.

92Les valeurs qu’ils trouvèrent ainsi et dans lesquelles ils se retrouvaient étaient peu originales et peu précises, influencées par des courants de pensée minoritaires certes, mais bien représentés dans le milieu où a pris naissance le Wandervogel. La subculture jeune représentait une variante de la culture dominante agrémentée de quelques nouveautés qui étaient autant de signes distinctifs d’un groupe social cherchant à établir et à marquer sa spécificité. En ce sens le Wandervogel, même si ses valeurs ressemblaient à celles des parents et des maîtres, signalait l’émergence d’un groupe social spécifique, la « jeunesse », et de son idéologie encore embryonnaire, le « juvénilisme ». Pendant ses premières années, le mouvement n’avait pas encore pris clairement conscience de ce qu’il représentait et de ce qu’il allait devenir : des voix extérieures ne tarderont pas à lui proposer des missions et des perspectives. Mais la Première Guerre mondiale mettra brutalement un frein à son essor et c’est dans une Allemagne différente, celle de la république de Weimar, que le mouvement de la jeunesse, profondément bouleversé, cherchera à peser sur l’évolution de la société allemande en propageant son idéologie juvéniliste et en essayant de faire reconnaître son droit à proposer à la société des adultes les nouvelles valeurs constitutives du juvénilisme. Nous sommes bien, en 1913, à l’aube d’un changement de paradigme qui se confirmera après les bouleversements de la guerre et de l’après-guerre.

  • 74 Margaret Mead (1901-1978), ethnologue et anthropologue américaine, a consacré de nombreuses études (...)

93Pour caractériser ce changement, on peut recourir à la terminologie proposée par l’ethnologue américaine Margaret Mead74. Elle distingue entre trois types de cultures en fonction de la manière dont elles évoluent et notamment du rôle des générations montantes et du rapport entre les générations. Dans les postfigurative cultures, les jeunes sont instruits avant tout par les parents et les « anciens » : c’est le cas dans les sociétés traditionnelles où la chaîne de transmission des valeurs culturelles fonctionne sans difficultés majeures. Dans les sociétés modernes, où les adolescents forment un groupe social de plus en plus important et de plus en plus conscient de sa spécificité, les jeunes effectuent une part notable de leur apprentissage au contact de leurs pairs et créent une subculture distincte de la culture des adultes : c’est ce que Margaret Mead appelle les cofigurative cultures : la coexistence d’une culture adulte et d’une culture jeune n’empêche pas des contaminations et des échanges entre l’une et l’autre. Mais l’ethnologue voit aussi poindre (notamment dans les universités américaines des années 1970) les signes avant-coureurs de ce qu’elle appelle les prefigurative cultures, où la « jeunesse » prétend substituer sa culture jeune à celle des adultes, au prétexte que les adultes représentent le passé et sont incapables de s’adapter au rythme effréné du changement qui caractérise le monde moderne. Ce sont les jeunes générations qui estiment qu’elles seules sont capables de pressentir l’esprit des temps à venir et de définir les normes et les codes culturels appropriés. Les adultes sont invités à s’y rallier. Ce schéma théorique et sommaire met l’accent sur une évolution que l’on peut constater dans toutes les sociétés modernes avec des variations d’intensité et à des époques différentes.

Notes

1 Wandervogel est un synonyme peu usité de Zugvogel (oiseau migrateur). La référence au Wandern (voyage à pied, randonnée) lui donne une connotation particulière qui a sans doute séduit les lycéens de Steglitz. Pour éviter des confusions ou des répétitions, nous désignerons parfois ci-dessous les membres de ce mouvement par « les Migrateurs ».

2 Cf. Bayerisches Staatsarchiv München, dossier MK 14 911, pièces 21.473 et 11.198.

3 Hermann Hoffmann-Fölkersamb (1875-1950). Après des études de droit, il entra en 1900 dans la carrière diplomatique et occupa divers postes en Turquie, Tchécoslovaquie et Pologne. Il termina comme consul général à Trébizonde. Cf. Walther Gerber, Zur Entstehungsgeschichte der deutschen Wandervogelbewegung, Bielefeld, 1957.

4 Située au sud-ouest de Berlin, Steglitz connaissait alors une forte croissance démographique. Entre 1895 et 1905, sa population était passée de 20 000 à 35 825 personnes. Mais la ville avait gardé son caractère résidentiel et attirait beaucoup de fonctionnaires, de professions libérales et d’intellectuels. 85 % des maisons possédaient un jardin particulier.

5 Cf. Gerhard Ziemer & Hans Wolf, Wandervogel-Bildatlas, Bad Godesberg, 1963.

6 Ces dénominations introduites par Karl Fischer devaient rappeler la vie des étudiants du Moyen Âge : Bachant ou Pachant, tout comme Scholar, étaient des appellations traditionnelles pour les « bacheliers errants » (clerici vagantes) ; Fischer utilisait souvent aussi le nom de Vagant.

7 Wandervogel, Illustrierte Monatsschrift, éd. par Fritz A. Meyen (à partir du n° 6 : « par Fritz A. Meyen et Karl Fischer »), Amtliches Organ des Ausschusses für Schülerfahrten.

8 Les professeurs, Brinkmann, Paulsen, Albrecht, le peintre Cornelius Gurlitt et l’écrivain Heinrich Sohnrey.

9 Nachrichtenblatt des Wandervogels Eingetragener Verein zu Steglitz bei Berlin (septembre 1904-décembre 1912).

10 Siegfried Copalle, (1882-1957), fils de haut fonctionnaire, élève à partir de 1898 du lycée de Steglitz, était d’abord très proche de Karl Fischer. Frank Fischer, sans lien de parenté avec Karl Fischer, est né en 1882. Son Wandervogel-Liederbuch a connu un tirage de 130 000 exemplaires. Devenu assistant à l’université de Göttingen, Frank Fischer est tombé en 1914, à la bataille de Langemarck.

11 Repris dans la publication posthume de Frank Fischer, Wandern und Schauen, Hartenstein i.S. Gesammelte Aufsätze, 1921.

12 Karl Fischer s’engagea dans le bataillon de volontaires en partance pour la concession allemande de Tsing-Tao en Chine. Démobilisé en 1907, il resta en Chine, où il occupa un modeste emploi de bureau. Prisonnier des Japonais en 1914, Fischer ne fut libéré qu’en 1920. Il regagna alors -l’Allemagne, où il fut reçu par les mouvements de jeunesse comme un personnage légendaire, mais d’un autre temps. Il est mort en 1941, solitaire et aigri.

13 En 1905, le Altwandervogel comptait 681 « inscrits » ; ils furent 1 353 en juin 1907 dans 122 groupes.

14 Ferdinand Vetter, né en 1877, avait 30 ans à cette époque. C’était un membre influent du Bund abstinenter Studenten. Vetter est tombé en 1915.

15 Wandervogel, Monatsschrift des Wandervogel, Deutschen Bundes für Jugendwanderungen, herausgegeben von der Bundesleitung des Wandervogel, avril 1907 à janvier 1911.

16 Hans Lissner, né en 1886, a rejoint le Wandervogel alors qu’il était étudiant à Iéna puis à Heidelberg. Il participa à la création du Wandervogel, Deutscher Bund et à la rédaction du Zupfgeigenhansl. Il fut aussi rédacteur en chef de la revue. Ses articles ont été réunis et publiés sous le titre Fahrtenspiegel, Leipzig, 1915. Hans Breuer, né en 1883, est tombé en 1918 devant Verdun. Dès les débuts du Wandervogel, Breuer, élève au lycée de Steglitz, avait fait partie des plus fidèles Bachanten.

17 Le recueil, publié en 1909 à compte d’auteur, puis par les éditions Hofmeister de Leipzig, atteignit un tirage de 192 000 exemplaires en 1915 et de plus d’un million en 1929. Une analyse du Zupfgeigenhansl montre que la majorité des chansons qui y figuraient avaient déjà été publiées dans des recueils plus anciens. Une cinquantaine seulement sont des découvertes de Hans Breuer et de ses amis.

18 Des Knaben Wunderhorn, recueil de chansons populaires, publié par Arnim et Brentano entre 1805 et 1808.

19 Sur la fête du Hoher Meissner, voir ci-dessous au chapitre 4, point 3.

20 Friedrich Wilhelm Fulda (1885-1945) joua dans le mouvement, à partir de 1910, un rôle important qui lui valut le surnom de « pape du Wandervogel ». Il était responsable pour une bonne part du développement des idées racistes et nationalistes dans le Wandervogel.

21 Sur le Jungwandervogel, voir en particulier Otto Piper, in Ziemer & Wolf, Wandervogel und Freideutsche Jugend, Bad Godesberg, 1961, p. 248-267.

22 Ibid., 3e année, novembre-décembre, p. 164.

23 Sur le Schweizer Wandervogel, voir Ziemer & Wolf, Wandervogel und Freideutsche Jugend, op. cit., p. 327-338, ainsi que Fritz Baumann, Der Schweizer Wandervogel, Das Bild einer Jugendbewegung, Heidenheim, 1966.

24 Cf. « Der Österreichische Wandervogel », in Ziemer & Wolf, op. cit., p. 294-324.

25 En particulier du Deutscher Schulverein, fondé en 1880, et de la revue Lehr und Wehr, Völkische Blätter für die deutsche Jugend, organe des Schutzvereine.

26 Cité d’après Knud Ahlborn, Die Freideutsche Jugendbewegung, München, 1917, p. 10.

27 Soit 12 groupes du Wandervogel, e.V. Steglitz (WVeV St), 313 groupes du Altwandervogel (AWV), 110 groupes du Jungwandervogel (JWV) et 257 groupes du Wandervogel, Deutscher Bund (WV DB). Cf. Walther Gerber, in Werner Kindt (éd.), Die Wandervogelzeit (Dokumentation der Jugendbewegung, t. 2), op. cit., p. 1074 sq.

28 Cf. Statistisches Jahrbuch der höheren Schulen, 34e année, 1913-1914, Leipzig, 1913, 2e partie, p. 220-233 et 580-612.

29 La sociologie du milieu porteur du Wandervogel a été étudiée par Ulrich Aufmuth, Die deutsche Wandervogelbewegung unter soziologischem Aspekt, Göttingen, 1979. Voir aussi les ouvrages publiés par Hinrich Jantzen, Namen und Werke. Biographien und Beiträge zur Soziologie der Jugendbewegung, Frankfurt a.M. (précieux pour les biographies).

30 Voir ci-dessous, chap. 4, point 1.

31 À lexception de la Bavière où la réunion de Meissner en 1913 et la déclaration finale adoptée à cette occasion (Meissnerformel) avaient déclenché une véritable campagne de dénigrement et provoqué l’interdiction temporaire du Wandervogel (voir au chapitre 4).

32 Monatsschrift für höhere Schulen, II. Jahrgang, 1903, p. 545-548.

33 Cf. Heinz S. Rosenbusch, Die deutsche Jugendbewegung in ihren pädagogischen Formen und Wirkungen, Frankfurt am Main, 1973.

34 Cf. Frank Fischer, « Unser Wandern », in Wandern und Schauen, op. cit.

35 Blüher, qui avait lu Freud et fréquenté l’Institut de sexologie du professeur Magnus Hirschfeld, affirmait que le ressort secret du mouvement Wandervogel était l’attirance érotique entre garçons. Le type parfait du chef Wandervogel était, selon lui, le Männerheld (l’homme à hommes), conscient ou refoulé. Cf. Hans Blüher, Die deutsche Wandervogelbewegung als erotisches Phänomen, Berlin, 1912.

36 Pour ces analyses, nous avons surtout exploité les différentes revues du Wandervogel ainsi que des anthologies de textes parus initialement dans les revues, notamment les recueils de Hans Lissner, Ernst Berghäuser, Harry Wolff, Frank Fischer, Otto Bojarzin, F.W. Fulda, Treumann-Albrecht Meyen, Werner Kindt.

37 Voir à ce sujet les souvenirs de Hermann Mitgau, « Einbruch der Jugendbewegung in die Vorkriegszeit », in Festgabe für Otto Haase, Göttingen, 1953.

38 Le Wandervogel se référait à une tradition qui remontait au début du xixe siècle et qui considérait le Wandern comme l’activité allemande par essence, correspondant à un instinct ancestral de la race germanique (Wotan n’est-il pas représenté comme un éternel voyageur ?).

39 Zünftig = dans les règles de l’art. Terme emprunté aux compagnons artisans.

40 Elles étaient même interdites dans certaines régions (p. ex. en Bavière, le pays de Bade).

41 Cf. Frank Fischer, « Oratio pro domo », in Wandern und Schauen, op. cit., p. 13.

42 Ibid., p. 11.

43 L’assemblée générale se déroulait suivant des formes qui tantôt ressemblaient aux assemblées de village d’une peuplade primitive, tantôt à l’assemblée générale d’une association sportive ou d’un club de philatélistes. Dans l’imaginaire des jeunes, cependant, ces assemblées retrouvaient les formes du thing des Germains.

44 La revue Wandervogel a publié de nombreux articles sur ce sujet. Les numéros 6 et 7 de 1912 étaient presque entièrement consacrés aux Landheime.

45 Hugo Hoppner, alias Fidus (1868-1948). Son tableau le plus célèbre, Lichtgebet, a été reproduit à dinnombrables exemplaires. Cf. Frecot, Geist & Kerbs, Fidus 1868-1948. Zur ästhetischen Praxis bürgerlicher Fluchtbewegungen, München, 1972.

46 Hans Breuer, cité par Fritz Jöde, « Wandervogel und Jugendmusik », p. 484-498, in Ziemer & Wolf, Wandervogel und Freideutsche Jugend, op. cit., p. 485.

47 Hans Breuer, Zupfgeigenhansl, avant-propos de la 2e édition, mars 1910.

48 Ibid., 7e édition, Noël 1911.

49 Ibid., 10e édition, février 1913.

50 Par ex. Nachrichtenblatt des Wandervogel e.V. zu Steglitz, VI, n° 3, mai 1909, ou Jungwandervogel, Zeitschrift des Bundes für Jugendwandern Jungwandervogel, I, n° 1, décembre 1910.

51 Josef von Eichendorff, Aus dem Leben eines Taugenichts. Scènes de la vie d’un propre à rien, éd. bilingue, Paris, 1968.

52 Thomas Mann a qualifié ironiquement ce comportement de « mode de vie intérimaire pas toujours dénué d’artifice, de dilettantisme et de comique ». Doktor Faustus, Das Leben des deutschen Tonsetzers Adrian Leverkühn erzählt von einem Freunde, Stockholm, 1948, p. 180.

53 Voir par exemple : Treumann-Albrecht Meyen, Stromerfahrten. Aus der Heimat eines Wandervogels, Hartenstein, 1921.

54 Voir par exemple, dans la revue Wandervogel. Monatsschrift für deutsches Jugendwandern, les articles : « Natur und Heimatschutz » (août 1911, p. 193) ; « Der Flurgänger » (février 1911, p. 51) ; « Vogelschutz » (juin 1913, p. 186).

55 Cf. Hermann Bach in Jahrbuch des Archivs der deutschen Jugendbewegung, t. 3, 1971, p. 12-23. Le mouvement « naturiste » s’est développé en Allemagne parallèlement au Wandervogel, et la première revue nudiste Die Schönheit parut en 1904.

56 Conférence de Karl Fischer à Berlin, le 18 octobre 1927, in Georg Korth, Wandervogel 1896-1906, Frankfurt, p. 191-196.

57 H. Blüher, Wandervogel, Geschichte einer Jugendbewegung, 6e éd., Prien (Chiemsee), 1922 (1re éd. 1911), p. 81.

58 Ibid.

59 Friedrich Lange militait aussi au sein de la Société pour la colonisation allemande et pour la réforme de l’enseignement, (Verein für Schulreform), qu’il avait fondée en 1889. La revue Heimat, fondée en 1900 par Friedrich Lienhard et Adolf Bartels, prêchait pour un art et une littérature ré-enracinés dans la terre et la race allemandes, délivrés des influences étrangères et du cosmopolitisme dont Berlin était le siège.

60 Cf. W. Gerber, Zur Entstehungsgeschichte…, op. cit. Le témoignage de S.  Copalle (deux lettres écrites en 1941) y est partiellement reproduit p. 83-84.

61 Cf. l’article de Paul Förster, « Der deutsche Gruß Heil », in Wandervogel, Illustrierte Monatsschrift, III, 3, Lenzmonat 1906, p. 35.

62 Berliner Tageblatt du 7 juin 1913.

63 « Unklug », in Wandervogelführerzeitung, n° 8, juillet 1913, p. 143-144.

64 Karl Wilker, né en 1885, fondateur du centre d’éducation du Lindenhof à Berlin.

65 Deutsch oder National! Beiträge des Wandervogels zur Rassenfrage, herausgegeben von F.W. Fulda unter Mitwirkung vieler Wandervögel, Leipzig, 1914.

66 Ibid., p. 18.

67 Une nouvelle revue, Die Pachantei, fut même créée pour combattre l’influence de la Führerzeitung. Elle n’a paru que de mars à juillet 1914.

68 Notamment dans le Jüdischer Wanderbund Blau-Weiß, fondé en 1912.

69 Cité d’après Hans Tramer, « Blau-Weiß, Wegbereiter für Zion », in E. Korn et al., Die Jugendbewegung Welt und Wirkung, Düsseldorf, 1963.

70 Le Jüdisches Wanderliederbuch (1914) contenait 90 chansons de marche traditionnelles, 28 chansons en yiddish et 5 chansons en hébreu. Dans les éditions suivantes, les chansons en hébreu augmentèrent progressivement au détriment de celles en yiddish.

71 Sur l’ensemble de cette problématique, on trouvera une bonne synthèse dans l’article de Monique Mombert, « Les jeunes filles et le mouvement juvéniliste », p. 203-226 in Marc Cluet & Monique Mombert, Mouvements de jeunesse / Jeunes en mouvement, Recherches germaniques, H.S. n° 6, Presses universitaires de Strasbourg, 2009.

72 Hans Breuer, « Das Teegespräch », in Wandervogel. Monatsschrift für deutsches Jugendwandern, I (VI), n° 2, février 1911, p. 31-38.

73 Sur la fête du Meissner (1913) et la fameuse déclaration, voir ci-après au chapitre 4, point 3.

74 Margaret Mead (1901-1978), ethnologue et anthropologue américaine, a consacré de nombreuses études remarquées aux sociétés océaniennes, à commencer par Coming of Age in Samoa (1928), suivie de nombreuses autres études. Sa théorie des trois types de cultures est exposée en particulier dans Culture and Commitment (New York, 1970).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search