Version classiqueVersion mobile

Les avatars du juvénilisme allemand 1896-1945

 | 
Gilbert Krebs

L'univers éducatif parallèle

Texte intégral

1Pour parfaire le tableau de l’univers éducatif allemand vers 1900, il faut absolument y inclure les organisations de plus en plus nombreuses créées au cours du xixe siècle par différentes forces sociales ou politiques, comme les églises et les partis, ou par l’état lui-même, pour participer à la socialisation de la jeunesse et compléter l’éducation donnée dans le cadre familial et par l’école. Ces organisations, qui visaient tout spécialement les jeunes d’âge scolaire et post-scolaire, combinaient des objectifs pédagogiques et des intentions sociales. Elles constituaient en quelque sorte un univers éducatif parallèle.76

1. Entre assistance et éducation

2L’industrialisation et l’urbanisation rapides de la société ont engendré à partir du milieu du xixe siècle pour les classes laborieuses des difficultés accrues et des problèmes nouveaux, auxquels différents groupes et institutions de la société civile ont cherché à remédier dans la mesure de leurs moyens et de leurs missions respectives. Ce fut le cas en particulier pour les principales confessions.

Mouvements de jeunesse confessionnels

  • 1 Adolf Kolping (1813-1865), ancien compagnon cordonnier, devenu prêtre à Elberfeld, puis à Cologne. (...)

3L’Église catholique a multiplié ses associations pour les laïcs, en particulier pour les jeunes sortis de l’école. Certaines de ces associations qui unissaient étroitement l’aspect religieux à l’aspect pratique, éducatif ou caritatif étaient paroissiales, d’autres étaient des réponses aux problèmes sociaux spécifiques liés à l’industrialisation et à l’urbanisation : en 1848 fut créée à Cologne par Adolf Kolping1 la première association catholique de compagnons artisans (Gesellenverein) complétée par la création de foyers (Gesellenhospiz). à la fin des années 1860 naquit la première association d’apprentis catholiques (Lehrlingsverein). Leur développement, freiné par le Kulturkampf, reprit vers la fin des années 1880. À la même époque, l’Église catholique essaya d’étendre sans grand succès ce type d’associations aux jeunes ouvriers d’usine. Mais elle put étendre l’éventail des associations à d’autres groupes professionnels : jeunes employés de commerce, employées de maison, jeunes ruraux. On a dénombré, pour l’année 1909, 1 880 associations catholiques de type paroissial ou professionnel, pour des jeunes gens entre 14 et 18 ans, totalisant 195 000 membres. Les effectifs des associations féminines étaient à peu près au même niveau.

  • 2 Cf. Carl Mosterts, in H. Siemering, Die deutschen Jugendverbände seit 1917, t. 2, Berlin, 1923, p.  (...)

4La vie interne des associations tournait autour de leurs présidents (Präses). Ils déterminaient les programmes d’activités, examinaient les demandes d’admission et décidaient de la suite à donner. Leur autorité était incontestée, d’autant plus qu’il s’agissait en règle générale d’ecclésiastiques. Même s’il arrivait, pour des raisons pédagogiques, que certaines responsabilités fussent laissées aux jeunes, cela n’était pas un droit2. Le rôle des jeunes restait passif et réceptif : lorsqu’ils exerçaient des responsabilités, ce n’était que par délégation du président et en son nom. En adhérant, ils s’engageaient à observer les règles imposées et ils pouvaient, en cas de manquement, être exclu.

5Les organisations de la jeunesse catholique associaient des finalités religieuses et des finalités sociales. Leur première tâche était lapprofondissement de la formation religieuse et morale par des conférences, des cours de religion et par la participation collective aux cérémonies religieuses. Leur deuxième domaine d’intervention concernait l’instruction générale et professionnelle des jeunes. Elles militaient en particulier pour le développement et la généralisation des « écoles de perfectionnement » (Fortbildungsschulen), cherchaient à aider les jeunes dans leur vie professionnelle en les conseillant pour le choix d’un métier, en les incitant à se perfectionner dans leur profession et en leur inculquant l’amour du travail. Elles leur apprenaient à établir un budget, les incitaient à lépargne (créant même des caisses d’épargne), les informaient sur leurs droits et sur la législation sociale et s’occupaient de leurs problèmes de logement. Elles organisaient aussi des activités de loisir et essayaient d’élargir l’horizon culturel des jeunes, mais elles veillaient soigneusement à éviter toute activité de type syndical.

  • 3 Ibid., p. 94.
  • 4 Le mouvement de lycéens « anti-alcooliques » publia à partir de 1913 la revue Quickborn qui donnera (...)

6C’était au total une forme d’éducation très traditionnelle, où les notions de discipline et d’autorité n’avaient rien perdu de leur importance. Les nouvelles idées pédagogiques et les nouvelles formes de mouvements de jeunesse autonomes apparues au début du siècle n’étaient sans doute pas passées inaperçues dans les rangs catholiques. Mais, dans l’ensemble, les associations de jeunes catholiques étaient bien tenues en main par la hiérarchie de l’église. Avant la Première Guerre mondiale, une seule revue catholique pour la jeunesse, Efeuranken, propageait à partir de 1908 certaines des idées caractéristiques des mouvements autonomes : la recherche de l’« authenticité », la « réforme de la vie » dans tous les domaines, la pratique des randonnées et des chansons populaires, l’anti-alcoolisme et le végétarisme, etc.3 C’est seulement en 1915 que, de cette revue, naîtra un nouveau mouvement de jeunesse catholique, la Großdeutsche Jugend, qui rejoignit d’autres mouvements prônant la même démarche, en particulier le mouvement Quickborn, issu d’une association de jeunes lycéens4 catholiques fondée en 1913.

7La politique restait exclue de ces organisations de jeunesse catholiques. Mais le parti catholique Zentrum, fondé en 1871 par Ludwig Windthorst, créa en 1895 une organisation de jeunes dont les groupes portèrent le nom du fondateur du parti, décédé en 1891. Les groupes du Windthorstbund, sans former un véritable mouvement de jeunesse, attiraient les éléments les plus actifs et les plus jeunes du Zentrum : au cours de leurs réunions, ils débattaient de problèmes politiques, de questions religieuses et aussi de projets concrets d’actions à mener, par exemple à l’occasion d’élections. Le Windthorstbund, par le travail de formation théorique à l’intention des jeunes catholiques intéressés par la politique et par leur mobilisation à l’occasion des campagnes électorales, formait ainsi la relève du parti.

  • 5 Cf. Leopold Cordier, Evangelische Jugendkunde, Schwerin, 1926.

8L’évolution des organisations de la jeunesse protestante en Allemagne présenta un certain parallélisme avec celle de la jeunesse catholique5. Dès 1834, le pasteur Mallet avait fondé à Brême une société de secours aux jeunes gens (Hilfsverein für Jünglinge) pour chercher à soulager la misère des jeunes apprentis et travailleurs, sans renoncer pour autant à l’édification religieuse. Ce type d’associations se répandit rapidement dans le nord et l’ouest du pays. Leur développement fut particulièrement rapide à partir de 1880 sous l’influence, en particulier, de l’œuvre de « Mission intérieure » et grâce à l’apparition d’une nouvelle génération de pasteurs, plus sensibles aux problèmes sociaux.

  • 6 Cf. Karl Kupisch, Der deutsche CVJM. Aus der Geschichte der Christlichen Vereine Junger Männer Deut (...)
  • 7 Herta Siemering, Die deutschen Jugendpflegeverbände, t. 1, Berlin, 1918, p. 93-107.

9Une nouvelle impulsion vint de l’étranger. à l’instar des Young Men’s Christian Associations (YMCA), très répandues aux États-Unis, le pasteur Fritz von Schlümbach créa en 1883 à Berlin un Christlicher Verein junger Männer (CVJM) qui essaima rapidement. Ces associations se distinguaient par leur dynamisme, notamment en matière d’évangélisation. Elles étaient indépendantes des paroisses et admettaient des jeunes gens de toute condition. Comme leur but principal était la conversion, elles accentuaient l’aspect religieux au détriment de l’aspect social. Pourtant, disposant d’importants moyens financiers, elles ne négligeaient pas entièrement l’aide sociale aux jeunes, en particulier par la création de foyers d’accueil. Elles connurent un grand succès. Il s’en créa dans toute l’Allemagne, le plus souvent par transformation d’associations paroissiales déjà existantes. En 1900, les différentes unions régionales se fédérèrent en une union nationale (Nationalvereinigung der evangelischen Jünglingsbündnisse)6. Celle-ci comptera en 19147 2 510 associations, avec près de 150 000 membres et 178 maisons.

10Pour la jeunesse féminine, le Evangelischer Verband zur Pflege der weiblichen Jugend Deutschlands regroupait à la même date environ 3 800 associations de différentes sortes, rassemblant 185 000 membres. Dans ces associations féminines, l’édification religieuse et l’éducation morale et pratique étaient au premier plan. Contrairement aux associations masculines, elles n’avaient pas de mission d’évangélisation ou de conversion. Quant à l’aide sociale pour les jeunes filles, elle était confiée à des organisations spécialisées, comme les « missions de gare », créées en 1897, ou l’association des Amies de la jeune fille, fondée en 1877.

  • 8 Cf. Udo Smidt (éd.), 50 Jahre Bund Deutscher Bibelkreise, Wuppertal, 1933.

11À côté du CVJM, un autre type d’organisations pour la jeunesse protestante, les cercles bibliques (Bibelkreise), se développa à partir de 1883. Le premier de ces cercles fut fondé à Elberfeld à l’initiative de jeunes étudiants et lycéens. Ces cercles, relativement indépendants des autorités religieuses, s’adressaient principalement à la jeunesse masculine des lycées et des collèges. Progressivement, ils devinrent un véritable mouvement de jeunesse. Sur le plan local, les activités des jeunes étaient le plus souvent dirigées par des étudiants, sous le patronage d’un comité composé de parents, de professeurs ou de pasteurs. Ils organisaient de grands jeux, créaient des fanfares et des chorales, éditaient des livres de chants où les chansons populaires venaient se mêler aux chants religieux et entreprenaient, au cours des vacances, des randonnées en groupe et prirent même l’habitude, vers 1910, d’adopter un uniforme rappelant celui des Éclaireurs8. Le recrutement des Bibelkreise s’élargit et conduisit à la création de la Ligue des éclaireurs protestants d’Allemagne.

  • 9 D’après L. Cordier, Evangelische Jugendkunde, op. cit., p. 429, le Bund deutscher Jugendvereine com (...)

12Le Bund deutscher Jugendvereine naquit dans la première décennie du xxe siècle à la suite d’une sécession au sein du CVJM, auquel on reprochait de ne pas être assez attentif à l’évolution de la société moderne, de ne plus être en mesure de répondre aux besoins réels de la jeunesse et de trop se cantonner dans les activités religieuses. Le nouveau mouvement prit forme en 1909, et connut un développement assez rapide9. Sans rejeter les finalités religieuses, le Bund deutscher Jugendvereine réclamait davantage d’activités artistiques et sportives. Pour lui, il ne s’agissait plus seulement de former de bons chrétiens vivant leur foi, mais indifférents à ce qui se passait autour d’eux ; au contraire, il fallait éduquer de bons citoyens dont le christianisme se traduirait aussi dans le domaine de la vie sociale, économique et politique. Le mot d’ordre était « evangelisch-sozial », et le mouvement fut proche du combat mené par le pasteur Stoecker pour un christianisme social. Comme chez ce dernier, cet idéal prenait volontiers des allures militantes, en particulier lorsqu’il s’agissait de combattre l’influence de la social-démocratie.

  • 10 Cf. L. Cordier, Evangelische Jugendkunde, op. cit., p. 424.

13Initialement destinés à la jeunesse masculine, ces trois types d’associations de jeunesse protestantes créées avant 1914 furent rapidement rejoints par des associations similaires pour la jeunesse féminine. Leurs objectifs étaient les mêmes et répondaient aux problèmes que posait la jeunesse allemande au début du xxe siècle. Les associations de jeunesse protestantes étaient d’abord soucieuses de l’éducation religieuse personnelle des jeunes, en y ajoutant le cas échéant une aide sociale du type caritatif. Le deuxième objectif correspondait aux efforts entrepris dans toute la société allemande pour trouver de nouvelles formes d’éducation de la jeunesse10. Dans cette démarche, elles se rapprochèrent de la sphère d’attraction des mouvements de jeunesse autonomes. Mais, avant 1914, seuls les cercles bibliques montraient quelques tendances dans ce sens, et c’est seulement au début des années vingt qu’ils secouèrent la tutelle des adultes et rejoignirent le mouvement juvéniliste.

  • 11 Cf. H. Siemering, Die deutsche Jugendpflegeverbände, op. cit., t. 1., p. 413-419.

14Dans la communauté juive d’Allemagne, qui représentait en 1900 environ 1 % de la population allemande, la vie associative de la jeunesse s’éveilla relativement tard mais suivit des voies assez semblables à celles que l’on observe pour les deux confessions dominantes. Les premières associations de jeunes furent créées à partir de 1892 à l’initiative de la Grande Loge juive. Jusqu’en 1904 environ, ces associations affichaient principalement des buts humanitaires et sociaux, ce qui explique leur faible succès dans la jeunesse juive, moins prolétarisée et plus instruite que la moyenne de la jeunesse allemande et vivant au sein de communautés plus solidaires. L’organisation centrale, le Verband der Jüdischen Jugendvereine Deutschlands (VJJD), connut d’abord une croissance lente, qui ne s’accéléra que vers le milieu de la première décennie du xxe siècle : 8 associations en 1900, 25 en 1909. Mais en 1914 la fédération comptait 130 associations et 15 000 membres, regroupant alors 15 % de la jeunesse israélite allemande entre 14 et 25 ans11.

  • 12 In ibid., p. 108 sq.

15Les formes d’action et d’organisation de ces associations de la jeunesse israélite n’étaient pas moins traditionnelles que les contenus de leur programme  ; elles étaient dirigées exclusivement par des adultes. Le programme du Verband visait le développement personnel des jeunes et leur intégration dans la collectivité, sans prendre position sur les différents courants religieux et politiques présents au sein de la communauté juive. Les associations qui en faisaient partie devaient transmettre aux jeunes les valeurs morales et spirituelles du judaïsme et leur montrer qu’ils étaient héritiers d’une grande tradition. Le principal dirigeant du Verband, le rabbin Rieger, estimait qu’il fallait « prêcher inlassablement » à la jeunesse « la modestie, la véracité, l’honnêteté, la bonne conduite et le sens du devoir »  ; « aiguiser sa conscience morale et son autocritique », mais aussi développer l’attachement au pays natal et « former de bons Allemands »12.

  • 13 Cf. H. Meier-Cronemeyer, « Jüdische Jugendbewegung », in Germanica Judaica, VIII 1/2, Köln, 1969, p (...)

16à côté de ces associations aux formes et aux contenus très traditionnels, d’autres courants et aspirations se manifestèrent dans la jeunesse israélite et tout d’abord dans la jeunesse estudiantine13. Des associations d’étudiants juifs existaient depuis la fin du xixe siècle. Elles se regroupèrent, à l’instar des autres corporations d’étudiants, en « cartels » : Kartell-Convent jüdischer Korporationen, en 1896 (KC), Bund jüdischer Corporationen en 1901 (BJC), et Kartell zionistischer Verbindungen (KZV) en 1907. Cette multiplicité des organisations traduisait aussi des divergences, non seulement en ce qui concerne les formes de leurs activités, mais aussi les principes et la finalité de leurs groupements. Le Kartell-Convent (KC) voulait surtout offrir aux étudiants israélites, exposés aux discriminations dans les associations traditionnelles, la possibilité de défendre leurs intérêts et d’avoir une vie associative « normale ». Le KZV, en revanche, voyait aussi dans les associations d’étudiants israélites le moyen d’approfondir la conscience et la connaissance du judaïsme, de proclamer et de défendre leur judaïsme, le cas échéant par l’épée, conformément à la tradition des associations estudiantines allemandes. Le sionisme, notamment dans sa dimension spirituelle, représentée par Martin Buber, trouva dans ces associations ses premiers adhérents et ses propagandistes les plus actifs.

Organisations professionnelles

  • 14 Il y avait des groupes de jeunes notamment dans les syndicats suivants : Verband Evangelischer Arbe (...)

17Diverses organisations laïques joignaient leurs efforts à ceux des Églises pour développer l’éducation de la jeunesse en dehors de l’école, dans un cadre associatif. Ce fut le cas en particulier pour les syndicats d’ouvriers ou d’employés cherchant à aider les jeunes ouvriers et apprentis dans leur vie professionnelle et sociale tout en assurant la relève de leurs adhérents. Nous parlerons plus loin des syndicats proches du parti social-démocrate, qui travaillaient en étroite symbiose avec le parti. Pour les syndicats chrétiens14, l’objectif affiché était éducatif : il s’agissait de maintenir les jeunes dans la bonne voie, d’en faire de bons citoyens et de bons chrétiens et, surtout, de les garder sous l’influence de l’église. Toutes les activités, même les distractions offertes aux jeunes, devaient servir à cette fin. C’est pourquoi les syndicats chrétiens, tant protestants que catholiques, s’en remettaient eux aussi pour l’essentiel à des ecclésiastiques pour assurer cette éducation et rattachaient leurs groupes de jeunes aux grandes fédérations d’associations chrétiennes de jeunes gens ou de jeunes filles.

  • 15 P. ex. Deutsche Gewerkvereine (Hirsch-Dunker) et les Christlichnationale Gewerkschaften. Cf. H Siem (...)
  • 16 Cf. « Der Verband deutscher Handlungsgehilfen zu Leipzig und die Jugendpflege », in ibid., p. 285-2 (...)
  • 17 Cf. Johanna Waescher, « Bericht über die Jugendgruppen der verbündeten Kaufmännischen Vereine für w (...)

18En ce qui concernait les syndicats « neutres15 », non confessionnels ou interconfessionnels et qui n’étaient pas liés directement à un parti politique, la situation était plus complexe. Le cas le plus connu était celui des syndicats d’employés de commerce. Le Deutschnationaler Handlungsgehilfenverband, non rattaché à un parti, mettait néanmoins l’accent sur le développement d’un « esprit national », voire nationaliste. Il formait les jeunes pour en faire de bons citoyens, forts, dévoués, patriotes… et bons soldats16. Les mêmes principes présidaient à l’éducation des jeunes filles, qu’on préparait à leurs tâches futures de ménagères, de mères et de citoyennes, car « notre peuple a besoin de femmes en bonne santé17 ». Par ces objectifs et par les formes dans lesquelles elles les poursuivaient, ces organisations annonçaient les mouvements que créera un peu plus tard l’État, comme le Jungdeutschlandbund.

  • 18 Sur les Fahrende Gesellen, voir Werner Kindt, Die Wandervogelzeit, Quellenschriften zur deutschen J (...)

19On observa cependant, dans plusieurs de ces associations, au cours de la première décennie du xxe siècle, les mêmes évolutions que dans certains mouvements de jeunesse confessionnels. Des adhérents, subissant l’influence des mouvements de jeunesse des lycéens et notamment du Wandervogel, cherchèrent à secouer la tutelle des responsables adultes. Il en résulta parfois des scissions et la création de nouvelles organisations de jeunesse. C’est ainsi que dans l’association Kaufmännischer Verein von 58 (Hambourg), les groupes de jeunes qui désiraient calquer leurs activités sur celles des mouvements de jeunesse autonomes fondèrent l’organisation Die Vaganten. Bund für freideutsches Wandern im 58er Verein. Il en fut de même pour le Deutschnationaler Handlungsgehilfenverband, où les groupes de randonneurs créèrent le mouvement des Fahrende Gesellen. En 1913, celui-ci comptait près de 20 000 jeunes membres. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les Fahrende Gesellen rompirent définitivement avec le Deutschnationaler Handlungsgehilfenverband, et devinrent un mouvement de jeunesse autonome18.

Éducation physique et sociale

  • 19 Pour l’année 1914, les chiffres du Turnerbund étaient les suivants : 11 491 associations, avec près (...)

20Un deuxième grand groupe d’organisations s’occupant d’éducation post-scolaire était constitué par les gymnastes (Turner) ainsi que par les ligues anti-alcooliques. Depuis sa création au début du xixe siècle, le mouvement des Turner affichait un objectif d’éducation populaire pour les adultes et les jeunes. Mais à la fin du xixe siècle, le Turnerbund restait encore prioritairement un mouvement pour les adultes et n’avait pas créé de structures spécifiques pour ses jeunes membres. Mais étant donné la très forte implantation du mouvement dans toute l’Allemagne et l’esprit militant qui l’animait, les effectifs de jeunes d’âge scolaire et d’adolescents de 14 à 17 ans qui participaient occasionnellement ou régulièrement à ses activités gymniques et sportives étaient loin dêtre négligeables19. En dehors de l’éducation physique, ces jeunes se voyaient proposer aussi un éventail d’activités diverses (conférences, chants, excursions) qui se rapprochait de celles des organisations de jeunesse autonomes, en particulier du Wandervogel. En revanche, il ne restait plus trace du libéralisme parfois militant qui animait les Turner dans la première moitié du siècle. Leur programme de Gotha, adopté en 1861, affirmait la « neutralité politique » de leur mouvement, mais aussi son esprit « national ».

21Très proche du Turnerbund par l’esprit, le mouvement Jungsturm 1913 est né en 1897 d’une « Strandkompanie » et a pris en 1913 ce nom sous lequel il subsistera jusquen 1933. Au départ cétait un groupe de garçons jouant aux soldats pendant lété sur la plage ; mais même sils ne maniaient que des fusils de bois et ne prenaient d’assaut que des châteaux de sable, ils manœuvraient comme de vrais soldats et imitaient l’armée jusque dans le détail des grades et des commandements. L’exemple fut rapidement suivi dans d’autres stations balnéaires et bientôt aussi dans des localités situées à l’intérieur des terres. Né d’une initiative personnelle, le mouvement, qui comptait encore plusieurs milliers de jeunes membres vers 1930, bénéficia de prestigieux patronages, en particulier celui du Generalfeldmarschall von Mackensen (1849-1945). Il allait au-devant d’un projet souvent évoqué dans les sphères du gouvernement et de l’armée à la fin du xixe siècle et qui se réalisa vers 1910.

  • 20 Voir ci-dessous au chapitre 2, point 4.

22Sous des formes et des appellations différentes, cette idée de la Jugendwehr (préparation militaire de la jeunesse) avait connu un début de réalisation dans certains cantons suisses ainsi qu’en France après la défaite de 1871 avec les « bataillons scolaires ». D’une certaine manière, les Turner poursuivaient en Allemagne le même objectif dans leurs groupes de jeunes. Mais les pouvoirs publics allemands, tout en voyant d’un œil favorable et en soutenant les initiatives prises dans ce sens par la société civile (par exemple la création en 1891 d’un Zentralausschuß für Volks- und Jugendspiele), hésiteront longtemps avant de prendre en charge directement ce secteur de léducation post-scolaire de la jeunesse20.

  • 21 Il y avait aussi la Ligue internationale de lutte anti-alcoolique, la Croix bleue et l’Armée du Sal (...)
  • 22 Cf. H. Siemering, Die deutschen Jugendpflegeverbände, op. cit., t. 1, p. 377-384.

23Dans le domaine de ce que l’on appelait à l’époque en Allemagne l’hygiène sociale (Sozialhygiene), une place à part doit être faite à la lutte contre l’alcoolisme, considéré comme un fléau social majeur. L’exemple de ces organisations de lutte est venu des États-Unis, où les ligues de tempérance étaient nées dans la première moitié du xixe siècle. La plus importante fut l’Independant Order of Good Templars (IOGT), créé en 185121. C’est en 1888 que ce mouvement, organisé sur le modèle des loges maçonniques, avec rites d’initiation et serment solennel par lequel chaque membre s’engageait à s’abstenir sa vie durant de tout alcool22, -s’implanta en Allemagne sous le nom de Deutscher Guttemplerorden. Il comprenait des groupes de jeunes qui formaient les Loges de la jeunesse (Jugendlogen). Ces jeunes membres de 10 à 17 ans ne prêtaient pas le serment définitif, mais il leur était interdit de fumer, de boire de l’alcool, de jouer à des jeux d’argent et de jurer. Ils avaient des réunions hebdomadaires avec leurs rituels propres. En 1905, l’Ordre des Bons Templiers comptait en Allemagne 1 850 loges, avec 32 000 membres, dont 6 000 jeunes.

  • 23 Cf. Werner Kindt, Die Wandervogelzeit (Dokumentation der Jugendbewegung, t. 2), op. cit., p. 675-69 (...)

24Mais bientôt, il fallut trouver des formes mieux adaptées aux jeunes. Ce furent les Wehrlogen, qui disposaient d’une certaine autonomie par rapport au Guttemplerorden. Rapidement ces groupes tendirent à devenir un véritable mouvement de jeunesse où linfluence des adultes passa au second plan et où les jeunes choisissaient et organisaient eux-mêmes leurs activités, en particulier les loisirs23. L’influence du Wandervogel y devint très sensible, notamment par des activités comme les danses et les chants populaires ou la pratique des randonnées. Les Wehrlogen de l’Ordre des Bons Templiers collaboraient souvent avec le Germania, Bund abstinenter Schüler et le Bund abstinenter Studenten. La création des Wehrlogen n’avait pourtant pas suffi pour apaiser la soif de liberté des jeunes membres de l’Ordre. Dès 1912, un courant s’était manifesté dans les Wehrlogen pour s’affranchir du rituel et pour se soustraire à la tutelle de l’Ordre, jugée trop pesante encore. Ces tendances aboutirent en 1913 à la création d’un mouvement qui s’appela Abstinenter Wandervogel im IOGT, puis, en 1914, après avoir été exclu de l’Ordre, Wanderscharen, Bund für volkstümliches Wandern.

Les auberges de la jeunesse

  • 24 Cf. Wilhelm Münker, Das deutsche Jugendherbergswerk. Seine Entstehung und Entwicklung bis 1933, Bie (...)

25Les organisations professionnelles des enseignants n’ont pas joué en tant que telles un rôle notoire dans le domaine de l’éducation extrascolaire de la jeunesse  ; mais les enseignants étaient très largement engagés à titre individuel dans toutes les initiatives des Églises et de l’État et même dans les mouvements autonomes. Le mouvement des auberges de la jeunesse24, lui, est né à l’initiative personnelle d’un enseignant. Dès les années 1901-1903, un instituteur prussien en poste à Altena en Westphalie, Richard Schirrmann, avait commencé à entreprendre avec ses élèves des randonnées dans les environs de la ville. Encouragé par le succès et par l’intérêt que les autorités scolaires et militaires manifestèrent pour son initiative, Schirrmann constitua progressivement un réseau de gîtes ouverts aux groupes d’élèves en randonnée.

  • 25 En 1930, il y avait en Allemagne 636 auberges et le nombre des nuitées avait dépassé 4 millions.

26Avant même la mise en place du dispositif de la Jugendpflege en 1911, ses groupes furent accueillis dans des bâtiments scolaires, dans des casernes ainsi que dans des refuges du Club Alpin  ; à partir de 1911, il bénéficia du soutien financier de l’état dans le cadre des nouvelles institutions de la Jugendpflege. La première véritable auberge de jeunesse permanente fonctionna à Altena à partir de 1909 dans une école désaffectée. Un bilan établi pour l’année 1914 fit état de 200 auberges, même s’il ne s’agissait souvent que d’un gîte occasionnel et minuscule, d’une salle de classe ou du grenier d’une école. Il n’empêche que le mouvement eut un succès immédiat, qui s’amplifia après la Première Guerre mondiale lorsque l’Allemagne se dota d’un vaste réseau d’auberges de jeunesse25. L’exemple gagna d’autres pays, notamment la France à la fin des années 1920 et surtout dans les années 1930, sous le gouvernement du Front populaire.

2. Le mouvement ouvrier allemand et la jeunesse

27Dans l’Allemagne de 1900, la jeunesse prolétarienne – enfants de travailleurs, apprentis, jeunes ouvriers et ouvrières – était l’objet de sollicitations multiples. Des organisations de plus en plus nombreuses, tant confessionnelles que laïques, s’intéressaient à elle et cherchaient à l’attirer dans leurs rangs. Ces initiatives multiples visaient surtout la jeunesse des grandes villes où la condition ouvrière avait pris à la fin du xixe siècle un visage nouveau, marqué par des phénomènes de masse : masse des effectifs dans les entreprises, masse des habitants entassés dans les rues et les immeubles de location construits à la hâte et offrant des conditions de confort et d’hygiène rudimentaires.

  • 26 Entre autres celles de Hans Weicker, Die jugendlichen Arbeiter in Deutschland, Jena, 1911 ; Otto (...)
  • 27 Cf. H. Weicker, Die jugendlichen Arbeiter in Deutschland, op. cit., p. 155.

28De cette jeunesse, nous possédons de nombreux témoignages et analyses de type sociologique26. Ils montrent que ses problèmes étaient avant tout liés aux conditions d’existence et au cadre de vie. C’était le cadre étroit et oppressant des quartiers populaires surpeuplés et des banlieues ouvrières désolées, noyées dans les fumées d’usines. Les bien nommées « casernes locatives » (Mietskasernen) y alignaient leurs façades grises et monotones et le soleil ne pénétrait que rarement dans les cours et les rues étroites. Pour beaucoup de raisons, les familles nombreuses qui s’entassaient dans les logements exigus n’étaient plus guère en mesure d’assurer l’éducation des enfants : restait l’école… et la rue27.

  • 28 Cf. Karl Bittmann, Arbeitsverhältnisse der den § 135-139a der Gewerbeordnung unterstellten minder-j (...)
  • 29 L’article 127a de la loi du travail précise que l’apprenti est soumis à la « discipline paternelle  (...)

29Sous Guillaume II, le travail des enfants, qui avait été un des fléaux des débuts de l’industrialisation, avait disparu dans une large mesure en Allemagne. Mais la protection des enfants prenait fin avec la scolarité obligatoire et jusqu’à 21 ans le jeune ouvrier ou la jeune ouvrière avait tous les devoirs du travailleur adulte, sans avoir les mêmes droits28. Pour les apprentis, la relation avec le maître d’apprentissage devenait de plus en plus une simple relation d’employé à employeur. De l’apprentissage traditionnel, il ne restait souvent que les aspects négatifs : pas de salaire, mais un simple argent de poche, dépendance absolue vis-à-vis du maître29 et même vis-à-vis des compagnons, souvent aussi les mauvais traitements. Mais paradoxalement, les difficultés spécifiques de la jeunesse ouvrière semblaient dans un premier temps avoir occupé davantage les Églises et l’État que le parti social-démocrate ou les syndicats.

Le parti social-démocrate et l’éducation de la jeunesse

30Les partis politiques allemands, à l’exception notoire du parti social-démocrate, étaient avant 1914 des partis de notables. Ils avaient des cadres dirigeants, des porte-parole, des organes de presse pour agir sur l’opinion, mais peu d’adhérents. Ils ne voyaient donc pas l’intérêt de créer des mouvements de jeunesse pour offrir un cadre de vie et une formation périscolaire aux enfants des citoyens partageant leurs convictions politiques ou pour attirer dans leurs rangs des jeunes gens qui formeraient leurs futurs adhérents. De surcroît, s’agissant des partis « bourgeois », ils pouvaient considérer que la formation de leur future clientèle électorale était suffisamment assurée par le système éducatif jusqu’à l’âge de 13-14 ans et par le réseau très dense et actif des mouvements de jeunesse des églises et de la société civile pour les jeunes sortis de l’école… en attendant que le service militaire, cette « école du citoyen », mette la touche finale à cette éducation.

  • 30 Par comparaison, les effectifs des syndicats non socialistes étaient modestes. Les Gewerkvereine, p (...)
  • 31 Cf. Günther Roth, « Die kulturellen Bestrebungen der Sozialdemokratie im kaiserlichen Deutschland » (...)

31Mais il n’en était pas de même pour le Parti social-démocrate allemand (SPD) devenu en 1914 une force politique et sociale présente dans tous les domaines de la vie publique. Entre 1890 et 1910, les effectifs des syndicats dits « libres », d’obédience social-démocrate, étaient passés de 690 000 à 2 millions d’adhérents. Ils constituaient une force avec laquelle devaient compter le patronat et l’État, mais même la direction du parti social-démocrate30. à côté du parti et des syndicats, on peut considérer que les coopératives ouvrières, la presse et les maisons d’édition socialistes, les associations à caractère culturel (formation d’adultes), artistique (chant choral, théâtre) ou sportif (club de gymnastes, de cyclistes, etc.) constituaient un troisième pilier du mouvement ouvrier et manifestaient l’existence au sein de la société allemande31 d’une véritable contre-société socialiste dont l’influence et l’extension préoccupèrent de plus en plus le pouvoir politique.

  • 32 Cf. Horst Ueberhorst, Frisch, frei, stark und treu. Die Arbeitersportbewegung in Deutschland 1893-1 (...)
  • 33 Selon W. Sieger, Das erste Jahrzehnt der deutschen Arbeitsjugendbewegung, 1904-1914, Berlin, 1958, (...)
  • 34 Cf. Wilhelm Liebknecht, Wissen ist Macht – Macht ist Wissen und andere bildungspolitisch--pädagogis (...)
  • 35 W. Liebknecht, Wissen ist Macht…, op. cit., p. 93 et 158.

32Pendant longtemps, la social-démocratie n’avait considéré les problèmes de la jeunesse ouvrière que comme un aspect parmi d’autres de la misère matérielle et morale du prolétariat, estimant qu’ils trouveraient leur solution en même temps que la question sociale et qu’ils ne nécessitaient ni actions ni moyens spécifiques. La protection des jeunes travailleurs et apprentis et l’amélioration des conditions d’accès à l’éducation étaient certes des points importants dans le programme de la social-démocratie et des progrès sensibles avaient été obtenus dans ces domaines. Mais le parti et les syndicats se bornaient pour l’essentiel à exiger des mesures adéquates de la part des pouvoirs publics et ils ne prenaient guère d’initiatives propres. C’est encore dans les groupes de « gymnastes ouvriers » (Arbeiter-Turnerbund32), créés en 1893, que la jeunesse ouvrière trouvait le plus facilement un cadre qui correspondait à ses besoins de distractions et d’activités physiques33. Pourtant, dès 1872, Wilhelm Liebknecht34 avait invité son parti à s’occuper davantage des questions culturelles et scolaires et à devenir « le parti de la culture » et « le parti de la science »35, et quelques années plus tard, ce fut au tour d’August Bebel de développer les conceptions socialistes en matière d’éducation dans Die Frau und der Sozialismus (Berlin, 1879).

  • 36 Voir le § 7 du programme d’Erfurt in Deutsche Parteiprogramme, herausgegeben von W. Mommsen, Münche (...)

33En matière d’éducation, le programme adopté par le SPD en 1890 à Erfurt se contentait encore de mettre l’accent sur les deux exigences traditionnelles : laïcité et gratuité36. Mais au début du xxe siècle, on assista à une certaine radicalisation des positions de l’aile gauche du parti sur l’école et l’éducation. Clara Zetkin, Otto Rühle, Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht et d’autres reprochaient à la direction du parti de vouloir maintenir l’école et la jeunesse à l’écart de la lutte des classes, de les considérer comme un domaine neutre. Puisque, selon eux, l’État utilisait l’école comme une préparation à la caserne, pour former des citoyens dociles et combattre les idées socialistes, il fallait que les socialistes portent le combat sur le même terrain et cherchent à gagner et à mobiliser la jeunesse. L’objectif était, non d’améliorer l’école dans la société bourgeoise, mais de réaliser la société nouvelle et d’utiliser aussi à cette fin le potentiel d’action que recelait l’école. Malgré les réticences de la majorité du parti, attachée à une certaine « neutralité de la culture », Karl Liebknecht et l’aile gauche du parti eurent une influence non négligeable sur la création des mouvements de jeunesse socialistes en 1904.

Les débuts des mouvements de jeunesse socialistes

  • 37 Présentée par Rosa Luxemburg. Cf. Geschichte der deutschen Arbeiterjugendbewegung 1904-1945, Berlin (...)
  • 38 Cf. W. Sieger, Das erste Jahrzehnt…, op. cit., p. 26-29.

34Au congrès socialiste international de Paris de 1900, une résolution37 avait été adoptée, invitant les différents partis socialistes à intensifier la lutte contre le militarisme, d’une part en refusant de voter les dépenses militaires, navales et coloniales, d’autre part en organisant la jeunesse et en l’éduquant dans un esprit antimilitariste. Au cours des années qui suivirent, le débat gagna en virulence38 au sein du Parti social-démocrate allemand. Lors du congrès de 1904 à Brême, Karl Liebknecht invita le parti à agir par l’intermédiaire des syndicats ou d’organisations de jeunesse encore à créer. Pour Liebknecht :

  • 39 Ibid., p. 29.

Il ne fait de doute pour aucun social-démocrate que nous devons nous attaquer au problème de l’éducation de la jeunesse, et éducation de la jeunesse signifie éducation contre le militarisme39.

35Sa motion fut repoussée à une très grande majorité. La direction du parti, par la voix du député Molkenbuhr, estimait qu’il n’était pas nécessaire de combattre spécialement le militarisme, qu’il suffisait de propager les idées du socialisme, car avec la victoire du socialisme, le militarisme disparaîtrait. D’autre part, il s’opposait à la création d’un mouvement de jeunesse au nom de l’unité et de la cohérence du parti et affirmait, approuvé par l’assemblée, que, si un tel mouvement venait à être créé, le parti serait obligé de le combattre.

  • 40 Ludwig Frank (né en 1874) était une étoile montante du SPD. Il était actif, éloquent, brillant et h (...)
  • 41 Le tirage de Die junge Garde atteignit 6 000 exemplaires dès 1906 et culmina à 11 000 exemplaires. (...)
  • 42 Vorwärts du 19 mai 1906.

36Pourtant, la même année 1904 a vu naître, à l’initiative de la « base » et indépendamment l’une de l’autre, deux organisations de jeunesse socialistes en Allemagne : respectivement en Prusse (Berlin) et dans le Grand-Duché de Bade (Mannheim). L’organisation qui s’est constituée à Mannheim au mois d’octobre 1904 sous le nom de Verband junger Arbeiter Mannheims, est née sur l’initiative de Ludwig Frank, jeune avocat alors âgé de 30 ans40, qui venait de participer au congrès international socialiste d’Amsterdam et avait rencontré les délégués des mouvements de jeunesse socialistes européens. Il avait été frappé par le dynamisme du mouvement de jeunesse socialiste belge, la Jeune Garde socialiste, qui, sous l’impulsion notamment de Hendrik de Man, s’était fait remarquer par une intense activité antimilitariste. Le premier groupe badois créé à Mannheim avec 25 membres sous l’égide du club local de gymnastes ouvriers fut rapidement imité dans d’autres villes. En février 1906, les associations locales furent réunies au sein du Verband junger Arbeiter Deutschlands dont le journal, Die Junge Garde, connut un succès rapide41. Profitant de la législation relativement libérale en vigueur en Allemagne du Sud en matière de droit de coalition, le mouvement put afficher clairement son caractère politique et se proclamer « organisation de jeunesse social-démocrate », « le dernier-né dans la famille du mouvement ouvrier moderne »42 ; il organisait ses assemblées en relation avec les congrès du SPD, qui y déléguait certains de ses responsables. Son journal publiait des articles à caractère ouvertement politique.

37à l’origine du mouvement berlinois, lui aussi créé en 1904, il y eut une tragédie : le suicide d’un jeune apprenti maltraité par son patron. Ce fait divers suscita un débat passionné dans la presse social-démocrate sur l’opportunité de créer une organisation de type syndical réservée aux apprentis pour veiller aux intérêts de cette catégorie de travailleurs particulièrement exposée à l’arbitraire et à l’exploitation. L’association des apprentis et jeunes travailleurs berlinois (Verein der Lehrlinge und jugendlichen Arbeiter Berlins) fut fondée le 10 octobre 1904. Présidée par un jeune syndicaliste de 21 ans, elle était ouverte aux apprentis et jeunes travailleurs des deux sexes et publiait dès 1905 un journal, Die arbeitende Jugend.

38L’association fut en butte à l’hostilité des associations chrétiennes de jeunes gens et aux manœuvres des employeurs et de leurs corporations (Innungen), qui faisaient pression sur les apprentis pour les empêcher d’adhérer à la nouvelle association. Leur colère était exacerbée par le ton du journal où étaient relatés, dans une rubrique permanente intitulée « le tableau d’honneur des employeurs », des cas d’abus et de mauvais traitements dont étaient victimes les apprentis. Regroupées en 1907 au sein de l’Union des organisations de jeunesse libres (Vereinigung der freien Jugendorganisationen Deutschlands), les associations qui s’étaient multipliées dans toute l’Allemagne du Nord passèrent en un an (1907-1908) de 1 483 à 3 789 membres. En 1908, les deux branches du mouvement de jeunesse socialiste comptaient dans leurs rangs plus de 10 000 membres. Ce n’était pas un chiffre énorme  ; il a suffi cependant pour inquiéter à la fois les autorités de l’état et les dirigeants sociaux-démocrates.

  • 43 Heinrich Schulz (1872-1932), le spécialiste des questions d’éducation au sein du SPD, se situait à (...)
  • 44 Clara Zetkin (1857-1933) fut députée du parti communiste allemand au Reichstag de 1920 à 1933.

39La position du SPD sur le principe d’un mouvement de jeunesse socialiste avait légèrement évolué, mais il n’appréciait pas vraiment l’évolution des organisations nées en 1904, en particulier l’influence qu’y avait prise l’aile gauche du parti. Le congrès de Mannheim en 1906 avait accordé une grande place aux questions de la jeunesse et de l’éducation. Après des interventions de Heinrich Schulz43 sur l’éducation socialiste à l’école et de Clara Zetkin44 et Ludwig Frank sur l’éducation socialiste en dehors de l’école, le congrès unanime avait adopté une motion de Karl Liebknecht exprimant sa sympathie et son soutien aux organisations de jeunesse socialistes.

40Mais les syndicats ne partageaient pas cette attitude conciliante. Dès novembre 1906, le congrès annuel des centrales syndicales, réuni à Berlin en présence d’un représentant de la direction du SPD, se prononça, par la voix de son président Carl Legien, contre la création d’une organisation centralisée et indépendante pour la jeunesse ouvrière. Selon lui, la tâche d’éduquer la jeunesse ouvrière incombait au parti et aux syndicats et ils ne devaient pas se dessaisir de cette responsabilité. Cette position des syndicats s’exprima de façon encore plus nette au cours de la conférence suivante, en novembre 1907. Le porte-parole de la direction centrale des syndicats y affirma que les organisations de jeunesse socialistes existantes avaient échoué dans leur principale tâche : l’éducation socialiste de la jeunesse « dans le sens de nos conceptions et de nos idées », et il déplora les « chimères internationalistes » poursuivies par les mouvements de jeunesse. Cette campagne contre l’indépendance des mouvements de jeunesse socialistes atteignit son point culminant en 1908.

  • 45 Karl Liebknecht, Militarismus und Antimilitarismus unter besonderer Berücksichtigung der internatio (...)
  • 46 Cité par Fritz Globig, … aber verbunden sind wir mächtig, Berlin, 1958, p. 53.

41Cette opposition interne allait tout à fait dans le sens des pouvoirs publics. En attendant la promulgation d’une nouvelle loi sur les associations, valable pour tout le territoire du Reich, l’état se contenta de combattre la propagande antimilitariste. Il ne s’attaqua pas au mouvement de jeunesse où cette propagande était la plus active (celui de l’Allemagne du Sud), ni au journal où paraissaient les articles antimilitaristes, Die junge Garde, mais à l’auteur de ces articles et au principal inspirateur de cette agitation, Karl Liebknecht, à l’occasion de la publication d’une brochure antimilitariste45. Liebknecht, « lâché » par son parti, fut condamné à un an et six mois de prison pour « préparatifs en vue d’une entreprise de haute trahison notamment au moyen des organisations de jeunesse46 ». Ce verdict était destiné à marquer publiquement, en particulier vis-à-vis du SPD, le point au-delà duquel il ne fallait pas aller. L’avertissement fut compris par le parti, et fut pour lui une raison supplémentaire pour reprendre en main une entreprise qui avait tendance à lui échapper. Ludwig Frank lui-même, qui avait vu son influence s’effacer de plus en plus au profit de Karl Liebknecht, prêta la main à cette liquidation.

La loi de 1908 sur les associations

42La nouvelle loi sur les associations vit le jour en 1908 et c’était une loi d’Empire. Jusque-là, les législations en la matière variaient selon les constitutions régionales, et les tentatives d’unification, entreprises à partir de 1896, avaient échoué. Mais à présent, le moment paraissait opportun pour régler cette question. Le projet initialement soumis au Reichstag ne prévoyait pas de règles spécifiques pour les jeunes, limitant leur droit de réunion et de coalition. Dès qu’il fut connu, le projet provoqua une levée de boucliers dans les milieux patronaux et leur presse. Après un débat houleux et après le revirement des libéraux, la loi fut adoptée avec des amendements importants, introduisant des dispositions d’exception contre la jeunesse.

43Toute activité dans une association « politique » était maintenant interdite à tous les jeunes de moins de 18 ans. Quant aux écoliers et aux apprentis, il leur était aussi interdit d’assister à des réunions organisées par des associations à caractère politique, ainsi qu’à toute réunion « à caractère politique » quel qu’en fût l’organisateur. Ce libellé ouvrait la porte à tous les arbitraires lorsqu’il s’agissait d’apprécier le caractère politique d’une réunion. En cas de contravention, étaient passibles de poursuites non seulement les organisateurs de la réunion, mais aussi les participants eux-mêmes. Au total, cette loi permettait à la police et à la justice d’intervenir beaucoup plus facilement et plus brutalement. Peu de temps après, suivant le modèle de la législation sociale de Bismarck, les mesures répressives étaient complétées par un train de mesures dites « positives », prévoyant une intensification et une extension des mesures et des institutions pour l’éducation des jeunes de plus de 14 ans, afin de les protéger contre les « influences hostiles à l’armée et à l’État ».

44La nouvelle loi sur les associations touchait particulièrement les organisations socialistes d’Allemagne du Sud. Dès le 3 mai 1908, devançant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, le Verband junger Arbeiter und Arbeiterinnen Deutschlands, réuni à Darmstadt, se saborda. En Allemagne du Nord, la Vereinigung der freien Jugendorganisationen Deutschlands connut le même sort. La question fut définitivement réglée au congrès du SPD de 1908 à Nuremberg qui décida qu’il n’y aurait plus d’organisation centrale indépendante pour la jeunesse socialiste et réaffirma la primauté du parti et des syndicats dans ce domaine. Sur le plan local, les groupes de la jeunesse socialistes pouvaient continuer à exister et ils pouvaient même recevoir, pour leurs activités « apolitiques », le soutien du parti et des syndicats. Les membres de plus de 18 ans devaient rejoindre directement les rangs du parti ou des syndicats. Pour soutenir et contrôler les activités des groupes locaux, le congrès SPD de 1908 créa des « commissions de jeunesse » dans toutes les villes ; elles étaient coordonnées au niveau national par un Bureau central, la Zentralstelle für die arbeitende Jugend Deutschlands, présidée par Friedrich Ebert. À partir de janvier 1909 parut un nouveau journal, Die Arbeiter-Jugend, sous la direction de Karl Korn.

  • 47 Cf. J. Schult, Aufbruch einer Jugend, op. cit., 1956, p. 72-73.

45Les « commissions de jeunesse » étaient composées à parts égales de représentants du parti, de représentants des syndicats et de représentants de la jeunesse. Ces derniers étaient obligatoirement âgés de plus de 18 ans et devaient être élus en réunion publique par les jeunes eux-mêmes. Les commissions étaient responsables des activités éducatives pour la jeunesse ouvrière, elles avaient pour tâche d’« organiser des conférences instructives sur des questions d’économie politique, d’histoire, de droit, de sciences naturelles, de technique, de littérature, d’art, d’hygiène »  ; elles devaient également organiser des « réunions amicales et des manifestations récréatives ou sportives, et des jeux »47. La circulaire recommandait aux commissions de bien veiller à ne pas laisser des jeunes de plus de 18 ans participer aux activités qu’elles organisaient  ; elle étendait même cette interdiction aux organisations de jeunesse socialistes « indépendantes » qui ne dépendaient pas de la direction du parti et n’avaient pas de directives à en recevoir.

  • 48 Sur cette conférence et les interventions de Friedrich Ebert, cf. W. Sieger, Das erste Jahrzehnt…, (...)
  • 49 L’histoire de l’Internationale de la jeunesse socialiste commence avec la réunion d’Amsterdam en 19 (...)

46Cette situation devait subsister telle quelle jusqu’à la guerre de 1914. Lors de la première conférence générale des commissions de la jeunesse, réunie en 1910 sous la présidence de Friedrich Ebert, des délégués de la jeunesse réclamèrent la parité de sièges entre, d’une part, les représentants du parti et des syndicats et, d’autre part, ceux de la jeunesse au sein des commissions, et dans la commission centrale. Ebert réussit à faire repousser cette motion. Dans son allocution finale, il rappela que l’organisation de la jeunesse ne devait être qu’une partie du parti et mettait en garde contre les excès auxquels pourrait mener le « besoin d’activité de la jeunesse48 ». La nouvelle organisation fut consolidée et structurée par la création de directions régionales (Bezirksleitungen). En 1913, il y avait 38 directions régionales, regroupant 837 commissions. Mais au total la victoire de la direction du parti était loin d’être complète. Certains groupes de la jeunesse socialiste ont pu rester à l’écart et devenir des foyers d’opposition à la politique de la majorité du parti. Ils ont en particulier noué ou maintenu des contacts internationaux et ils ont ainsi joué à partir de 1915 un rôle important dans l’évolution du parti et sa scission ultérieure49.

La jeunesse socialiste et la « culture juvénile »

  • 50 Sur ces conflits, voir par exemple Walter Sieger, Die junge Front, Berlin, 1958, en particulier p.  (...)

47L’histoire des organisations de jeunesse socialistes avant 1914 n’est pas seulement un épisode de la lutte que se livraient l’état, les églises et les partis – ou les différentes tendances à l’intérieur du parti social-démocrate – pour s’assurer une influence prépondérante sur la jeunesse ouvrière. C’est également l’apparition d’un phénomène social qu’on peut analyser en lui-même et en tant qu’aspect de l’histoire de la jeunesse allemande. Cela vaut surtout pour les associations de jeunesse social-démocrates « indépendantes » qui survécurent à la réorganisation de 1908. Dans ces associations, les rapports avec le parti et les syndicats étaient complexes. Elles se considéraient certes comme faisant partie du mouvement socialiste  ; elles avaient parfois des relations personnelles étroites avec les instances locales du parti et des syndicats  ; elles participaient aux manifestations et apportaient leur concours à l’occasion des campagnes électorales  ; des membres adultes du parti et des syndicats siégeaient dans leurs comités de direction et écrivaient dans leurs journaux. Mais ces adultes étaient des conseillers, non des dirigeants. Ces associations avaient réussi à garder une certaine marge de liberté  ; elles ne prenaient pas leurs ordres du parti et adoptaient parfois des positions divergentes par rapport à la ligne officielle, notamment sur des questions d’ordre tactique, allant parfois jusqu’à l’opposition ouverte. On verra en particulier se durcir ces oppositions en 1914, lorsque le SPD, non content d’avoir voté les crédits de guerre, se montra disposé à participer à la préparation militaire de la jeunesse (Jugendwehr) organisée par les autorités militaires50.

48Sur le plan de la culture politique, il n’y avait pas vraiment d’opposition entre les jeunes de ces groupes indépendants et les adultes des instances social-démocrates : les jeunes se référaient aux mêmes idées, aux mêmes grands hommes, à la même tradition révolutionnaire dans l’histoire allemande que leurs aînés. Mais ils s’en écartaient dans la pratique. Ils comprenaient mal la prudence et la patience du parti  ; ils admettaient difficilement que les syndicats ne veuillent pas courir le risque de perdre, par des initiatives inopportunes, les avantages conquis par de longues années de luttes. Opposés aux compromis et aux compromissions, partisans du « tout et tout de suite », les jeunes préféraient les solutions radicales et rejoignaient en cela l’aile gauche du parti.

  • 51 Cf. J. Schult, Aufbruch einer Jugend. op. cit., p. 59-60 et F. Globig, … aber verbunden sind wir mä (...)

49C’était d’une certaine manière un conflit de générations au sein de la social-démocratie. C’est bien ainsi que cela a été ressenti par les adultes, et c’est en pères courroucés qu’ont réagi les syndicalistes, en particulier à l’occasion de leur congrès de Hambourg en 1908. Ils ont déploré le « romantisme politique » qui poussait les jeunes à se lancer dans des entreprises « irréfléchies » comme l’agitation antimilitariste  ; ils ont qualifié de bavardage enfantin les campagnes de presse contre les abus des patrons vis-à-vis des apprentis  ; ils ont évoqué avec un sourire condescendant la réunion internationale de Stuttgart, où la jeunesse a discuté « à grand renfort de tam-tam de questions politiques de la plus haute importance » et ils les ont invités à se contenter de profiter de leur jeunesse51.

50Malgré cette volonté d’indépendance de certains groupes de la jeunesse socialiste, leurs modes de vie et de pensée ne ressemblaient pas à ceux de la jeunesse « autonome » en train de se développer dans le milieu scolaire et universitaire. Ils ne pratiquaient pas, à cette époque, le système des petits groupes d’une dizaine de membres réunis autour d’un jeune de leur âge. Le groupe, c’étaient tous les membres de l’association locale  ; il pouvait dépasser la centaine. Même leur tenue les distinguait du Wandervogel. Les photos montrent des jeunes gens auxquels se mêlaient parfois quelques rares jeunes filles, partant en excursion en habits du dimanche. Sans doute, au cours de la journée s’installait un certain débraillé. Mais on comprend bien l’image de soi que ces jeunes voulaient donner et le fait que ces excursions étaient des fêtes, non l’occasion de déroger aux codes vestimentaires de leur classe sociale.

51à l’intérieur de ces groupes, qui étaient relativement stables et homogènes, les jeunes assumaient la plupart des fonctions mais généralement sous l’œil vigilant des membres adultes des commissions pour la jeunesse. Tous les groupes étaient tenus en principe à participer à des activités culturelles et éducatives, à des cours et conférences, des visites de musées, soirées, excursions et fêtes en plein air ; mais là où la tutelle du Jugendausschuss était moins présente, le « besoin d’activité » contre lequel Friedrich Ebert avait mis en garde les délégués des jeunes était moins bridé. Quand les groupes jouissaient d’une certaine indépendance, ils préféraient l’action à l’éducation, les manifestations publiques aux réunions en salle, et l’on ne fuyait pas la confrontation avec des organisations rivales, en particulier avec la jeunesse chrétienne.

  • 52 Il existe de nombreux témoignages de cette évolution (Erich Lindstaedt, Mit uns zieht die neue Zeit (...)

52À la veille de la Première Guerre mondiale, on observa dans les organisations de la jeunesse socialiste une intensification de l’influence « petite-bourgeoise » du Wandervogel, que les marxistes traitaient avec dédain de Wandervogelei. La jeunesse prolétarienne découvrait à son tour le plaisir de se ménager, dans un monde de plus en plus aliénant, un domaine réservé à la fête et à l’illusion de la liberté52. Mais c’est seulement après la guerre qu’une partie de la jeunesse socialiste devait se rapprocher de certains mouvements de jeunesse venus d’autres milieux sociaux et culturels pour former un front commun au nom d’une sorte de « conscience de classe de la jeunesse ».

3. L’état et sa politique de la jeunesse

Essor de la Jugendpflege

  • 53 En 1912, l’organisme semi-officiel Deutsche Zentralstelle für Jugendfürsorge organisa une grande co (...)

53Entre 1908 et 1912, les gouvernements allemands, sous l’impulsion de la Prusse, mirent en place et perfectionnèrent un ensemble de lois et d’institutions destinées à mettre en échec l’influence de la social-démocratie sur les jeunes et à attirer ceux-ci dans des institutions inspirées et contrôlées par l’État. Ces mesures, à la fois répressives et incitatives, avaient pour objectif de créer pour la jeunesse d’âge post-scolaire un espace éducatif nouveau, assurant la jonction avec le service militaire53. L’État avait réussi à imposer après le Kulturkampf sa prééminence dans l’enseignement public et le monopole du contrôle des établissements privés. La nouvelle loi d’Empire sur le droit d’association cherchait à limiter également le risque de voir la jeunesse d’âge post-scolaire exposée à des influences jugées néfastes, notamment à la propagation des idées socialistes et antimilitaristes.

  • 54 Karl Liebknecht, in Gesammelte Reden und Schriften, Berlin, Bd. I, p. 456.

54C’est un antimilitariste, Karl Liebknecht, qui avait lancé en 1907 ce nouveau mot d’ordre : « Qui a la jeunesse a l’armée54 », et le ministre de la Guerre était à l’évidence du même avis. L’armée ne s’inquiétait pas seulement de la propagande antimilitariste, mais aussi de la détérioration de l’état sanitaire de la jeunesse allemande : la proportion de jeunes gens que les conseils de révision étaient obligés de déclarer inaptes au service, surtout dans les régions industrialisées, lui paraissait alarmante. On voyait se multiplier dans la presse les mises en garde et, dans les ministères, des rapports concluant à la nécessité pour l’État de prendre en main la formation physique et morale de la jeunesse sortie de l’école.

55Dans les discussions du gouvernement prussien deux tendances s’affrontaient. D’un côté, la position dure du ministre de la Guerre von Einem, réclamant une répression plus sévère de la propagande antimilitariste ainsi que l’instauration d’une préparation militaire de la jeunesse, plus ou moins obligatoire  ; de l’autre côté, la position plus nuancée de Bethmann-Hollweg, partisan de mesures « positives », c’est-à-dire de la mise en place d’institutions éducatives suffisamment attrayantes pour que les jeunes y viennent d’eux-mêmes. Parmi les mesures débattues au cours de ces années, la généralisation de l’école de perfectionnement (Fortbildungsschule) avait tenu longtemps une grande place. Il s’agissait de prolonger la scolarité obligatoire au-delà de l’âge de 14 ans, sous forme de cours du soir, ou du dimanche ou d’une journée dans la semaine. Malgré tous les efforts de ses nombreux défenseurs, le système n’enregistra pas de progrès notable à cause des réticences des autorités communales, à qui incombait le financement de ces écoles.

  • 55 Cf. Helmuth Westphal, Die Politik der herrschenden Klassen zur Militarisierung der deutschen Körper (...)
  • 56 Dans son rapport, von Bissing indique que la création d’une organisation de jeunesse militaire pour (...)

56Vers 1910, les débats tournaient surtout autour de la question de la préparation militaire (Wehrertüchtigung). C’est dans ce sens aussi qu’intervenaient auprès des autorités certains groupes comme la Ligue pangermanique55 ou des associations de gymnastes. Le général von Bissing, chargé par Guillaume II d’établir un rapport sur les mesures à prendre pour la jeunesse, fut le principal inspirateur des mesures prises en 1911 et les années suivantes. Contrairement au monarque, qui envisagea un moment la création par l’État d’une grande organisation de jeunesse de type « boy-scouts » dont il aurait lui-même pris la tête, Bissing était opposé à l’idée d’une jeunesse d’État en uniforme et ouvertement militarisée. Non seulement il craignait l’opposition des organisations déjà existantes, en particulier des Turner, mais il redoutait aussi de favoriser ainsi la constitution d’une sorte de milice56. C’est pourquoi il préconisait un ensemble de mesures pour coiffer, coordonner et intensifier les efforts déjà entrepris par la société civile pour l’éducation physique et morale et la préparation militaire de la jeunesse. Les nouvelles instances mises en place auraient pour principale tâche de promouvoir et d’inspirer les initiatives allant dans ce sens et de veiller à ce que les positions politiques des organisations rattachées soient conformes aux intentions du pouvoir.

La législation de 1911

  • 57 Erlaß vom 18. Januar 1911, U III B 6088 (Unterrichts-Zentralblatt, p. 276 et 282).

57Le décret publié en janvier 191157 reprenait une partie de ces propositions. Dans l’exposé des motifs, il insistait sur la nécessité de permettre à la jeune génération « de grandir dans la joie, en développant ses forces physiques et morales ». Il faisait appel à tous les citoyens et en particulier aux fonctionnaires, aux ecclésiastiques et aux enseignants pour qu’ils se mettent au service de cette cause. Dans chaque localité, il prévoyait de créer une « commission » pour l’éducation de la jeunesse, dont la première tâche serait de trouver les moyens nécessaires pour développer l’éducation post-scolaire de la jeunesse et de découvrir les hommes et les femmes aptes à s’en charger. Ces commissions locales seraient coiffées par des commissions de districts. Le texte insistait sur le fait qu’il n’était pas question de rendre obligatoire pour la jeunesse l’adhésion à ces associations et la participation aux manifestations qu’elles organiseraient, et sur la volonté des pouvoirs publics de laisser subsister, en les coordonnant, toutes les organisations déjà existantes qui répondraient aux objectifs du gouvernement. Dans un additif à ce décret, le ministère précisa les formes et les moyens de cette éducation ainsi que ses objectifs : une jeunesse joyeuse, résistante physiquement, moralement saine, imprégnée de dévouement pour le bien commun et de la crainte de Dieu, d’amour pour le pays natal et pour la patrie.

  • 58 En 1914, 12 905 personnes, prêtres, enseignants, fonctionnaires, etc., suivirent des conférences et (...)

58La circulaire prévoyait la création de lieux de réunion, de bibliothèques, d’ateliers, de terrains de jeux et de salles de sport et de piscines pour la jeunesse. Elle demandait que soient développés les exercices physiques de toute nature, suivant la saison et les données locales, et insistait sur la valeur éducative des randonnées. Il n’y a rien de neuf dans ce texte, si ce n’est que l’État manifestait clairement qu’il se considérait comme responsable de cette éducation post-scolaire et qu’il s’engageait à la soutenir, en particulier sur le plan financier. Le Parlement prussien a aussitôt voté un premier crédit d’un million de marks et les nouvelles mesures furent immédiatement mises à exécution. Sur le plan local, les fonctionnaires firent preuve d’empressement, sinon de compétence pédagogique. Des cours spéciaux furent organisés pour la formation des éducateurs58. De son côté, la Zentralstelle für Jugendfürsorge se chargea d’harmoniser les pratiques dans toute l’Allemagne.

  • 59 L’initiative de von der Goltz avait lieu sur la demande de Guillaume II, mais à l’insu du gouvernem (...)

59Mais le décret de 1911 sur l’éducation de la jeunesse n’avait pas vraiment réglé le problème de la préparation militaire. Il donnait une impulsion et des moyens nouveaux aux activités existantes, mais se heurtait souvent à la résistance d’organisations plus anciennes, notamment les Turner et les Jugendwehren, ou en train de s’implanter, comme les éclaireurs (Pfadfinder). C’est pourquoi les militaires continuaient leurs efforts pour développer des mouvements de jeunesse à caractère plus ou moins militaire. Le Generalfeldmarschall von der Goltz59 fut chargé de cette tâche. Grâce à une habile et intense préparation des dirigeants des principales organisations concernées, en particulier les Turner, et grâce au soutien massif des autorités, les résistances tombèrent peu à peu. C’est ainsi que le Jungdeutschlandbund vit le jour le 13 novembre 1911.

  • 60 Il n’y a jamais eu de fusion entre le Jungdeutschlandbund et le Deutscher Pfadfinderbund (DPB), mai (...)

60Cette nouvelle organisation ne remplaçait pas l’institution des « commissions » créées en janvier de la même année. Mais, peu à peu, les représentants de cette Ligue de la jeune Allemagne (Jungdeutschlandbund) prirent le contrôle de ces commissions, infléchissant leurs activités dans le sens qu’ils souhaitaient, c’est-à-dire en accentuant les activités sportives et la militarisation de l’éducation de la jeunesse. Le Jungdeutschlandbund participait ainsi à la distribution des subsides et orientait leur utilisation dans le sens de ses propres objectifs. Mais il créa aussi des groupes sous son nom, là où n’existait pas de mouvement de jeunesse correspondant à ses conceptions de l’éducation de la jeunesse, en particulier là où n’existait pas de groupe d’Éclaireurs ou de certaines organisations équivalentes comme le Bayerischer Wehrkraftverein. Ces groupes propres fonctionnant sous le nom Jungdeutschlandbund ne se distinguaient en rien des Éclaireurs60.

L’introduction du scoutisme en Allemagne

61Le mouvement des éclaireurs (Pfadfinder) a été introduit en Allemagne vers 1910 après des premiers contacts du Wandervogel avec les boy scouts anglais, en avril 1909, par l’entremise du docteur Alexandre Lion, médecin militaire, qui venait de faire paraître une traduction du livre de Baden-Powell, Scouting for Boys. Mais ces contacts officiels entre les « éclaireurs » anglais et les « Migrateurs » allemands furent sans lendemain et ces derniers restèrent à l’écart du mouvement scout qui prit naissance en Allemagne à cette date.

  • 61 Dans une brochure parue en 1913, le capitaine von Seckendorff, un des dirigeants du DPB revint sur (...)
  • 62 La concurrence était particulièrement vive en Bavière, où l’association Bayerischer Wehrkraftverein(...)

62La première édition du Pfadfinderbuch d’Alexandre Lion avait été accueillie avec intérêt par de nombreux éducateurs et par certains jeunes officiers : des troupes de Pfadfinder furent formées, en particulier à Munich et Berlin. Mais, faute de soutien officiel, le mouvement ne progressa d’abord que lentement. La réserve des autorités civiles et militaires à l’égard du scoutisme dura jusqu’en 1911. Elle était due, pour une part, aux origines étrangères de la méthode61 et au fait qu’en 1909 le scoutisme interférait avec les autres initiatives et réflexions pour créer en Allemagne des organisations de jeunesse d’inspiration nationaliste et militaire62. La situation se clarifia en 1911 après la mise en place des commissions et du Jungdeutschlandbund. On put alors procéder à la création de l’Union des Éclaireurs allemands (DPB, Deutscher Pfadfinderbund). À partir du mois de mai de cette même année, commença une intense activité de recrutement qui porta ses fruits puisqu’en juin 1913 le DPB comptait déjà 200 groupes locaux, répartis en sept groupements régionaux.

63Le Pfadfinderbund a été l’une des premières associations à rejoindre le Jungdeutschlandbund, fédération des mouvements de jeunesse « nationaux ». Cet empressement et la suite de l’évolution du mouvement allemand des éclaireurs montrent que le scoutisme allemand renonçait d’emblée à toute indépendance vis-à-vis des autorités civiles et militaires du Reich et se plaçait délibérément dans le cadre défini par celles-ci pour l’éducation patriotique et la préparation militaire de la jeunesse. Le président du Jungdeutschlandbund, le Generalfeldmarschall von der Goltz, était également président d’honneur de l’Union des Éclaireurs allemands. Dans les différents états du Reich, on retrouvait les mêmes personnalités dans les comités de patronage des deux associations. À partir de sa troisième édition (1911), le manuel des éclaireurs porta le titre de Jungdeutschlands Pfadfinderbuch.

64Les groupes que le Jungdeutschlandbund créait en son nom propre ressemblaient à s’y méprendre aux groupes d’Éclaireurs : même uniforme, même organisation, avec de simples différences d’appellation, mêmes exercices et activités. Les uns comme les autres avaient des relations très étroites avec les autorités militaires locales, qui fournissaient souvent une partie de l’équipement, le local pour les réunions et surtout les officiers qui encadraient les troupes. Éclaireurs et groupes du Jungdeutschlandbund participaient à toutes les cérémonies officielles et ne manquaient aucune occasion pour défiler dans les rues. Leur uniforme, chapeau à larges bords relevés d’un côté, tunique boutonnée jusqu’au col, resserrée par un ceinturon de cuir, culotte serrée au-dessous du genou et prise dans des guêtres ou des chaussettes, leur donnait une allure martiale. Cet uniforme inspiré de celui des troupes coloniales allemandes provenait d’ailleurs le plus souvent des magasins de l’armée.

  • 63 Alexander Lion, Jungdeutschlands Pfadfinderbuch, München, 1914, p. 217.
  • 64 Chiffres donnés dans H. Siemering, Die deutschen Jugendpflegeverbände, op. cit., t. 1, p. 51.

65En se mettant ainsi au service de la cause nationale et en devenant l’auxiliaire de l’état-major dans ses efforts pour former une génération vigoureuse et d’esprit patriote, le scoutisme allemand avait trouvé le moyen d’assurer son succès matériel. Dans la plupart des cas, la naissance d’un nouveau groupe d’éclaireurs avait lieu par une initiative venue d’en haut. Un comité local se constituait, où l’on retrouvait des représentants des autorités municipales, des enseignants, des ecclésiastiques et des officiers. Puis on recrutait les garçons et on commençait le travail. Les officiers d’active ou de réserve qui prenaient la tête de ces troupes d’éclaireurs n’étaient pas toujours animés par une vocation pédagogique irrépressible. Ils considéraient cette tâche comme un « sacrifice déposé sur l’autel de la patrie63 » et au sens du devoir s’ajoutaient sans doute souvent des espoirs d’avancement plus rapide. En 1914, au moment de la déclaration de guerre, l’Union des Éclaireurs allemands comptait environ 90 000 éclaireurs et 2 000 chefs de troupe (Feldmeister), dans 375 localités64. Dès les premiers mois de guerre, plus de 25 000 éclaireurs et plus de 1 500 chefs de troupe furent appelés sous les armes.

Spécificités du scoutisme allemand avant la guerre

  • 65 Jungdeutschlands Pfadfinderbuch, op. cit., p. 2.
  • 66 Ibid., p. 3.

66Les différences entre le modèle anglais et l’adaptation allemande du scoutisme apparaissent bien lorsque l’on compare le manuel Scouting for Boys avec sa traduction allemande, Jungdeutschlands Pfadfinderbuch. Les éditions successives ont progressivement accentué la distance entre l’original et sa traduction allemande et gommé les traces de l’origine anglaise du livre et du mouvement. Dans la 5e édition, de 1914, cette origine n’apparaît plus que dans une petite note en bas de la page 2, qui ne cite même pas le nom de Baden-Powell65. Les auteurs de la version allemande du livre ont entrepris de récrire l’histoire de la naissance du scoutisme, et la paternité en sera attribuée au Turnvater Jahn, le père du mouvement des gymnastes à l’époque des guerres de libération en 1813. De même, le panthéon du scoutisme, les grandes figures du passé et du présent proposées à l’imitation des jeunes éclaireurs, a été « germanisé » : c’étaient les glorieux exemples de Roland, Parsifal, Siegfried et Lohengrin, les exploits des Cimbres et des Teutons, ainsi que des Normands, « découvreurs de l’Amérique », qui devaient inspirer les éclaireurs allemands. L’accent était mis aussi sur des héros récents, les explorateurs et les conquérants coloniaux allemands66, ainsi que sur les inventeurs et les savants : Koch et Zeppelin, Siemens, Krupp, etc.

  • 67 Ibid., chapitre 8.
  • 68 Cf. la revue Der Pfadfinder, 2e année, n° 5, mai 1913.

67Le premier chapitre était ensuite consacré à l’exposé des qualités de l’éclaireur et des connaissances qu’il devait acquérir. La « loi scoute », dans sa version allemande, différait de son modèle anglais par des détails significatifs qui allaient tous dans le sens de la préparation militaire et ignoraient les références sociales qu’on trouvait dans le texte original. De même, les activités scoutes habituelles, observation, vie au camp et en plein air, secourisme, etc., étaient présentées de préférence dans un contexte militaire et en mettant en lumière l’utilité de ces techniques en temps de guerre. En principe, le mouvement des éclaireurs allemands ne pratiquait pas d’exercices proprement militaires  ; mais, pratiquement, les officiers qui étaient à la tête des troupes d’éclaireurs n’hésitaient pas à les faire manœuvrer comme les soldats dans la cour de la caserne. La menace de la guerre, expliquée d’avance par la jalousie que suscitait chez ses voisins la puissance nouvelle de l’Allemagne67, et l’éventualité d’avoir à défendre la patrie les armes à la main, était partout présente dans la formation des Pfadfinder et dans la revue mensuelle Der Pfadfinder, publiée à partir de 1912. On pouvait y lire de nombreux conseils techniques ou les récits dexploits guerriers68.

  • 69 Jungdeutschlands Pfadfinderbuch, op. cit., p. 218.
  • 70 La structure du mouvement des Éclaireurs était d’une rigueur toute militaire. Huit éclaireurs et un (...)
  • 71 Cf. H. Van Effenterre, Histoire du scoutisme, Paris, 2e éd., 1961, p. 57.

68Les finalités militaires de l’éducation scoute n’étaient certes pas absentes dans la doctrine originale anglaise, mais elles s’y trouvaient compensées par des considérations d’inspiration plus sociale et humaniste. Le développement de la personnalité, l’épanouissement des facultés de chaque adolescent étaient des objectifs que Baden-Powell ne perdait jamais de vue. Dans le scoutisme allemand, même si l’on trouvait encore ces notions dans le Pfadfinderbuch69, elles ne jouaient guère de rôle dans la réalité. Alors que chez Baden-Powell, le petit groupe de garçons sous la conduite d’un des leurs était le lieu privilégié de l’action éducative et le milieu où pouvaient s’épanouir des personnalités responsables, dans le scoutisme allemand, la patrouille n’était plus guère qu’une subdivision de la « troupe », sans rôle éducatif propre70. Seul responsable de l’éducation des Éclaireurs, le chef de troupe était un adulte. Alors que pour Baden-Powell, la principale qualité du chef était de pouvoir se mettre à la portée des garçons, d’être pour eux une sorte de grand frère qui participait de bon cœur à tous les jeux, d’être en quelque sorte un homme-enfant71, le chef éclaireur allemand devait prendre soin de mettre toute la distance possible entre lui et les adolescents qu’il conduisait et exiger d’eux une discipline à mi-chemin entre celles de la caserne et du lycée.

  • 72 Cf. F. von Seckendorff, Deutsche Jugenderziehung und Pfadfinderbewegung, op. cit., p. 17-20.

69Les relations entre le mouvement des Pfadfinder et le Wandervogel étaient complexes. Ce dernier avait découvert bien avant les éclaireurs les vertus éducatives des randonnées et de la vie au plein air  ; il cherchait aussi à inculquer l’amour du pays natal et à fortifier le corps en même temps que le caractère. Fort de cette antériorité, il estimait qu’il n’avait pas grand’chose à apprendre du scoutisme sinon quelques techniques. En revanche, il était choqué par le caractère trop hiérarchisé, trop structuré, trop militarisé du mouvement des éclaireurs et par la prépondérance des adultes. Du côté des Pfadfinder, on considérait le mouvement Wandervogel comme « anarchique » et manquant de sérieux. On lui reprochait de se contenter de ses randonnées à travers l’Allemagne72, de ne pas pratiquer plus assidûment le Kriegsspiel, de ne songer qu’à s’amuser au lieu de faire du travail sérieux en cherchant à former systématiquement les garçons aux techniques scoutes, de préférence à celles qui pouvaient servir à des fins militaires, comme la signalisation, l’observation, etc.

70Le Wandervogel d’un côté et les Pfadfinder de l’autre étaient représentatifs des deux types de mouvements de jeunesse qui ont été créés en Allemagne au début du xxe siècle. D’une part, il y avait des mouvements créés par divers groupes et institutions de la société civile ou par l’état. Ces associations poursuivaient des objectifs qui leur étaient assignés du dehors, elles dépendaient des organisations d’adultes qui les avaient créées et qui continuaient à les tenir sous tutelle. Ces mouvements étaient de loin les plus nombreux et regroupaient des effectifs beaucoup plus importants que les mouvements indépendants comme ceux du type Wandervogel.

71Ces derniers naissaient à l’initiative des jeunes et ceux-ci restaient, au-delà des avatars multiples que pouvaient connaître leurs organisations au cours des décennies, les éléments déterminants des mouvements. Ils étaient, certes, souvent influencés eux aussi par des idées importées du dehors, mais ils pouvaient les accepter un temps puis les rejeter ou changer de maître à penser et cette liberté, génératrice d’une certaine instabilité institutionnelle, était aussi la source principale de la vitalité du phénomène densemble que nous appelons le juvénilisme allemand.

72Cette instabilité était présente dès les premiers temps du Wandervogel, mais elle s’est renforcée et accélérée après la Première Guerre mondiale lorsqu’un nombre croissant de mouvements de jeunesse qui avaient été jusque-là tenus en tutelle par les adultes virent la possibilité de s’en affranchir. On assista alors à la convergence des deux types de mouvements de jeunesse, le type du Wandervogel et celui des Pfadfinder. L’organisation qui, dans les années 1920, a le mieux incarné cette convergence s’est appelée Union des Wandervögel et des éclaireurs (Bund der Wandervögel und Pfadfinder) avant de devenir la Deutsche Freischar, un mouvement phare de cette période. Nous y reviendrons.

Notes

1 Adolf Kolping (1813-1865), ancien compagnon cordonnier, devenu prêtre à Elberfeld, puis à Cologne. Son œuvre lui a survécu jusquà nos jours.

2 Cf. Carl Mosterts, in H. Siemering, Die deutschen Jugendverbände seit 1917, t. 2, Berlin, 1923, p. 135.

3 Ibid., p. 94.

4 Le mouvement de lycéens « anti-alcooliques » publia à partir de 1913 la revue Quickborn qui donnera son nom à l’organisation à partir de 1920. Le Quickborn devint entre les deux guerres mondiales un phare intellectuel pour la jeunesse catholique allemande grâce à son maître à penser, le philosophe et théologien Romano Guardini.

5 Cf. Leopold Cordier, Evangelische Jugendkunde, Schwerin, 1926.

6 Cf. Karl Kupisch, Der deutsche CVJM. Aus der Geschichte der Christlichen Vereine Junger Männer Deutschlands. Kassel, 1958, p. 15.

7 Herta Siemering, Die deutschen Jugendpflegeverbände, t. 1, Berlin, 1918, p. 93-107.

8 Cf. Udo Smidt (éd.), 50 Jahre Bund Deutscher Bibelkreise, Wuppertal, 1933.

9 D’après L. Cordier, Evangelische Jugendkunde, op. cit., p. 429, le Bund deutscher Jugendvereine comprenait en 1910 97 associations et 5 400 membres.

10 Cf. L. Cordier, Evangelische Jugendkunde, op. cit., p. 424.

11 Cf. H. Siemering, Die deutsche Jugendpflegeverbände, op. cit., t. 1., p. 413-419.

12 In ibid., p. 108 sq.

13 Cf. H. Meier-Cronemeyer, « Jüdische Jugendbewegung », in Germanica Judaica, VIII 1/2, Köln, 1969, p. 6-16.

14 Il y avait des groupes de jeunes notamment dans les syndicats suivants : Verband Evangelischer Arbeiterinnenvereine Deutschlands, Rheinisch-Westfälischer Verband evangelischer Arbeitervereine ; Verband katholischer Vereine erwerbstätiger Frauen und Mädchen ; Verband katholischer Arbeitervereine ; Verband katholischer Arbeiter- und Knappenvereine Westdeutschlands.

15 P. ex. Deutsche Gewerkvereine (Hirsch-Dunker) et les Christlichnationale Gewerkschaften. Cf. H Siemering, Die deutschen Jugendpflegeverbände, op. cit., t. 1, p. 222-232.

16 Cf. « Der Verband deutscher Handlungsgehilfen zu Leipzig und die Jugendpflege », in ibid., p. 285-295.

17 Cf. Johanna Waescher, « Bericht über die Jugendgruppen der verbündeten Kaufmännischen Vereine für weibliche Angestellte », in Die deutschen Jugendpflegeverbände, op. cit., p. 319-324.

18 Sur les Fahrende Gesellen, voir Werner Kindt, Die Wandervogelzeit, Quellenschriften zur deutschen Jugendbewegung 1896-1919 (Dokumentation der Jugendbewegung, t. 2), Düsseldorf, 1968, p. 694-715.

19 Pour l’année 1914, les chiffres du Turnerbund étaient les suivants : 11 491 associations, avec près d’un million et demi de membres masculins. Sur ce total, 188 019 étaient âgés de 17 à 20 ans, 217 246 de 14 à 16 ans, 110 851 étaient encore d’âge scolaire. Les groupes féminins comptaient 75 392 femmes et 39 134 filles d’âge scolaire.

20 Voir ci-dessous au chapitre 2, point 4.

21 Il y avait aussi la Ligue internationale de lutte anti-alcoolique, la Croix bleue et l’Armée du Salut ainsi que des organisations nationales s’adressant spécifiquement à certaines catégories professionnelles ou des groupes d’âge : ouvriers (Bund abstinenter Arbeiter), ecclésiastiques (Bund abstinenter Pastoren), juristes (Bund abstinenter Juristen), lycéens (Germania) ou étudiants (Bund abstinenter Studenten).

22 Cf. H. Siemering, Die deutschen Jugendpflegeverbände, op. cit., t. 1, p. 377-384.

23 Cf. Werner Kindt, Die Wandervogelzeit (Dokumentation der Jugendbewegung, t. 2), op. cit., p. 675-694.

24 Cf. Wilhelm Münker, Das deutsche Jugendherbergswerk. Seine Entstehung und Entwicklung bis 1933, Bielefeld, 1944.

25 En 1930, il y avait en Allemagne 636 auberges et le nombre des nuitées avait dépassé 4 millions.

26 Entre autres celles de Hans Weicker, Die jugendlichen Arbeiter in Deutschland, Jena, 1911 ; Otto Rühle, Das proletarische Kind, München, 1911 ; Günther Dehn, Großstadtjugend, Berlin, 1919 ; Hermann Bertlein, Jugendleben und soziales Bildungsschicksal. 1860-1910, Hannover, 1966.

27 Cf. H. Weicker, Die jugendlichen Arbeiter in Deutschland, op. cit., p. 155.

28 Cf. Karl Bittmann, Arbeitsverhältnisse der den § 135-139a der Gewerbeordnung unterstellten minder-jährigen Arbeiter, Jena, 1912.

29 L’article 127a de la loi du travail précise que l’apprenti est soumis à la « discipline paternelle » (väterliche Zucht) du maître d’apprentissage.

30 Par comparaison, les effectifs des syndicats non socialistes étaient modestes. Les Gewerkvereine, proches du parti libéral, comptaient 92 000 adhérents en 1900 et 123 000 en 1914. De leur côté, les syndicats chrétiens, proches du Zentrum catholique, avaient 77 800 adhérents en 1900, et 316 000 en 1910.

31 Cf. Günther Roth, « Die kulturellen Bestrebungen der Sozialdemokratie im kaiserlichen Deutschland », in H.U. Wehler (éd.), Moderne deutsche Sozialgeschichte, Köln, 1968, p. 342-365.

32 Cf. Horst Ueberhorst, Frisch, frei, stark und treu. Die Arbeitersportbewegung in Deutschland 1893-1933, Düsseldorf, 1973.

33 Selon W. Sieger, Das erste Jahrzehnt der deutschen Arbeitsjugendbewegung, 1904-1914, Berlin, 1958, p. 32, les jeunes de 14 à 20 ans (env. 50000 en 1906) représentaient presque la moitié des membres dans les associations de gymnastes ouvriers. Voir également Johannes Schult, Aufbruch einer Jugend, Bonn, 1956, p. 24.

34 Cf. Wilhelm Liebknecht, Wissen ist Macht – Macht ist Wissen und andere bildungspolitisch--pädagogische Äußerungen, rééd. Berlin, 1968. Sur l’ensemble de cette question, cf. Lutz von Werder, Sozialistische Erziehung in Deutschland 1848-1973, Frankfurt, 1974.

35 W. Liebknecht, Wissen ist Macht…, op. cit., p. 93 et 158.

36 Voir le § 7 du programme d’Erfurt in Deutsche Parteiprogramme, herausgegeben von W. Mommsen, München, 1960, p. 352.

37 Présentée par Rosa Luxemburg. Cf. Geschichte der deutschen Arbeiterjugendbewegung 1904-1945, Berlin, 1973, p. 31.

38 Cf. W. Sieger, Das erste Jahrzehnt…, op. cit., p. 26-29.

39 Ibid., p. 29.

40 Ludwig Frank (né en 1874) était une étoile montante du SPD. Il était actif, éloquent, brillant et habile. On l’appelait le Kronprinz du Kaiser Bebel. En 1914, après avoir voté les crédits de guerre, Ludwig Frank estima de son devoir de s’enrôler volontairement et tomba au combat dans les premiers mois de la guerre.

41 Le tirage de Die junge Garde atteignit 6 000 exemplaires dès 1906 et culmina à 11 000 exemplaires. L’association compta 85 groupes locaux et environ 4 500 membres en 1908. Les âges se répartissaient comme suit : moins de 18 ans : 56 % ; entre 18 et 20 ans : 29 % ; au-dessus de 20 ans : 15 %. Les jeunes filles ne représentaient que 5 % des effectifs. D’après Karl Korn, Die Arbeiterjugendbewegung, I. Berlin, 1923, p. 90.

42 Vorwärts du 19 mai 1906.

43 Heinrich Schulz (1872-1932), le spécialiste des questions d’éducation au sein du SPD, se situait à l’aile droite du parti et était partisan de la « neutralité de la jeunesse ».

44 Clara Zetkin (1857-1933) fut députée du parti communiste allemand au Reichstag de 1920 à 1933.

45 Karl Liebknecht, Militarismus und Antimilitarismus unter besonderer Berücksichtigung der internationalen Jugendbewegung, Leipzig, 1907, in Gesammelte Reden und Schriften, Bd. I, Berlin, 1958.

46 Cité par Fritz Globig, … aber verbunden sind wir mächtig, Berlin, 1958, p. 53.

47 Cf. J. Schult, Aufbruch einer Jugend, op. cit., 1956, p. 72-73.

48 Sur cette conférence et les interventions de Friedrich Ebert, cf. W. Sieger, Das erste Jahrzehnt…, op. cit., Berlin, 1958, p. 163-167.

49 L’histoire de l’Internationale de la jeunesse socialiste commence avec la réunion d’Amsterdam en 1904, mais c’est seulement à Stuttgart en 1907 que l’organisation prit forme. Elle élut comme président Karl Liebknecht. Lors des réunions de Copenhague (1910) et de Bâle (1912), le SPD n’était plus représenté officiellement mais seulement par quelques-uns de ses membres, comme Karl Liebknecht, ainsi que par certains groupes de jeunes. En 1914, le Bureau international cessa son activité. Le mouvement fut relancé par des éléments révolutionnaires des organisations de jeunesse suisse, italienne, allemande, hollandaise et russe lors de la conférence de Berne, en avril 1915. Dorénavant, il était contrôlé par des socialistes révolutionnaires et évolua en direction du communisme. Cf. Richard Schüller, Von den Anfängen der proletarischen Jugendbewegung bis zur Gründung der K.J.I., t. 1, Berlin, 1970.

50 Sur ces conflits, voir par exemple Walter Sieger, Die junge Front, Berlin, 1958, en particulier p. 58-76. On peut voir de quelle manière ces conflits se traduisaient sur le plan local, en l’occur-rence à Hambourg, chez Curt Bondy, Die proletarische Jugendbewegung in Deutschland, mit besonderer Berücksichtigung der Verhältnisse in Hamburg, Lauenburg, 1922, p. 12 sq.

51 Cf. J. Schult, Aufbruch einer Jugend. op. cit., p. 59-60 et F. Globig, … aber verbunden sind wir mächtig, op. cit., p. 59 sq.

52 Il existe de nombreux témoignages de cette évolution (Erich Lindstaedt, Mit uns zieht die neue Zeit, Bonn, 1954, p. 18). Tous déploraient que les excursions, les danses et les chansons prennent une place de plus en plus grande dans les activités de la jeunesse socialiste. Les auteurs marxistes déploraient que cette intrusion de la mentalité petite-bourgeoise détourne la jeunesse de l’essen-tiel, c’est-à-dire du combat politique (p. ex. Richard Schüller, Von den Anfängen der proletarischen Jugendbewegung, p. 59 ; Walter Sieger, Die junge Front, p. 75). On trouve en revanche chez F. Globig, … aber verbunden sind wir mächtig, op. cit., p. 79-107, une description attendrie de ces activités telles qu’il les a vécues dans sa jeunesse, même si, politiquement, il déplore, lui aussi, cette « dérive ».

53 En 1912, l’organisme semi-officiel Deutsche Zentralstelle für Jugendfürsorge organisa une grande conférence sur le thème « Der Kampf der Parteien um die Jugend », à laquelle participèrent les représentants de toutes les familles spirituelles et politiques, y compris le SPD.

54 Karl Liebknecht, in Gesammelte Reden und Schriften, Berlin, Bd. I, p. 456.

55 Cf. Helmuth Westphal, Die Politik der herrschenden Klassen zur Militarisierung der deutschen Körperkultur am Vorabend des ersten Weltkriegs, thèse, Potsdam, 1964, p. 51.

56 Dans son rapport, von Bissing indique que la création d’une organisation de jeunesse militaire pourrait donner prétexte à certains partis politiques pour relancer l’idée d’une réduction de la durée du service militaire. Il rappelle à ce sujet un discours de Bebel en 1870. Cf. H. Westphal, Die Politik der herrschenden Klassen…, op. cit., p. 63.

57 Erlaß vom 18. Januar 1911, U III B 6088 (Unterrichts-Zentralblatt, p. 276 et 282).

58 En 1914, 12 905 personnes, prêtres, enseignants, fonctionnaires, etc., suivirent des conférences et des cours pour se préparer à leurs nouvelles tâches.

59 L’initiative de von der Goltz avait lieu sur la demande de Guillaume II, mais à l’insu du gouvernement prussien qui n’a été mis au courant que lorsque les contacts étaient déjà établis et les discussions assez avancées

60 Il n’y a jamais eu de fusion entre le Jungdeutschlandbund et le Deutscher Pfadfinderbund (DPB), mais une proximité très étroite et un pacte tacite de non-concurrence respecté à tous les niveaux.

61 Dans une brochure parue en 1913, le capitaine von Seckendorff, un des dirigeants du DPB revint sur ces accusations d’anglomanie (Engländerei) ou d’esprit antipatriotique (undeutsches Wesen) et estima qu’en adhérant au Jungdeutschlandbund les éclaireurs avaient suffisamment montré l’inanité de ces reproches. Cf. Freiherr von Seckendorff, Deutsche Jugenderziehung und Pfadfinderbewegung, München, 1913.

62 La concurrence était particulièrement vive en Bavière, où l’association Bayerischer Wehrkraftverein, très proche dans sa forme du modèle scout, opposait une résistance obstinée aux efforts pour introduire le Pfadfinderbund.

63 Alexander Lion, Jungdeutschlands Pfadfinderbuch, München, 1914, p. 217.

64 Chiffres donnés dans H. Siemering, Die deutschen Jugendpflegeverbände, op. cit., t. 1, p. 51.

65 Jungdeutschlands Pfadfinderbuch, op. cit., p. 2.

66 Ibid., p. 3.

67 Ibid., chapitre 8.

68 Cf. la revue Der Pfadfinder, 2e année, n° 5, mai 1913.

69 Jungdeutschlands Pfadfinderbuch, op. cit., p. 218.

70 La structure du mouvement des Éclaireurs était d’une rigueur toute militaire. Huit éclaireurs et un chef formaient une patrouille (Kornettschaft). Plusieurs groupes formaient une troupe (Zug) dont le chef (Feldmeister) devait avoir plus de 18 ans. Plusieurs troupes (maximum 4) formaient une compagnie (Feldkompagnie) sous la conduite d’un Oberfeldmeister. Lorsqu’il y avait plusieurs compagnies, elles étaient regroupées dans un bataillon (Feldbataillon) conduit par un Hauptfeldmeister. Les subdivisions régionales étaient le Gau (dirigé par un Gaufeldmeister) qui correspondait à un arrondissement ou un département (Regierungsbezirk), le Land (Landesfeldmeister) qui correspondait aux provinces prussiennes ou aux pays de l’Empire. Quatre Bundesfeldmeister dirigeaient respectivement un quart du Reich ; ils étaient coiffés par le Reichsfeldmeister.

71 Cf. H. Van Effenterre, Histoire du scoutisme, Paris, 2e éd., 1961, p. 57.

72 Cf. F. von Seckendorff, Deutsche Jugenderziehung und Pfadfinderbewegung, op. cit., p. 17-20.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search