Version classiqueVersion mobile

Les avatars du juvénilisme allemand 1896-1945

 | 
Gilbert Krebs

Propos liminaires

Texte intégral

1Sous le titre La Tragédie de la jeunesse allemande, Ernst Erich Noth, jeune écrivain allemand exilé en France, entreprit en 1934 de dire à l’opinion publique française et mondiale la vérité sur les malheurs qui avaient frappé l’Allemagne – et plus particulièrement sa jeunesse – avec l’arrivée au pouvoir du national-socialisme. Le livre, écrit en allemand, fut publié en traduction française dans une collection dirigée par Jean Guéhenno chez Bernard Grasset.

2L’auteur ne se proposait pas seulement de contrer les mensonges de la propagande officielle en donnant un tableau véridique de l’Allemagne en train d’être façonnée par la dictature nazie, il voulait surtout mettre l’accent sur le rôle essentiel et ambigu de la jeune génération allemande, à la fois responsable et victime de l’évolution tragique de son pays. Il montrait comment les espoirs et les illusions de la jeune génération avaient été anéantis par les épreuves de la Première Guerre mondiale, par les troubles politiques de l’après-guerre et surtout par la crise économique et politique de la fin des années 1920, poussant des millions de jeunes Allemands dans le camp des partis extrémistes et en particulier dans les rangs nazis :

  • 1 Ernst Erich Noth, La Tragédie de la jeunesse allemande, Paris, 1934, p. 76-77. E. E.  Noth, pseudon (...)

Seule une fraction réduite, numériquement presque insignifiante, de la jeune génération était restée fidèle à la république de Weimar, tandis qu’une majorité écrasante avait misé sur les partis extrêmes, sur la solution révolutionnaire, mieux adaptée que les compromis à l’état d’esprit de la jeunesse1.

3Cette évolution, selon E. E.  Noth, avait été d’autant plus tragique qu’elle avait mis fin à ce « mouvement de la jeunesse allemande » qui

  • 2 E. E.  Noth, La Tragédie de la jeunesse allemande, op. cit., p. 53.

cherchait sa voie par soi et en soi, conformément à l’âge de la vie qu’elle représentait ; cette grandiose tentative d’émancipation aboutit à un échec, de même que fut réfutée l’affirmation touchant la valeur intrinsèque de la jeunesse2.

4Le mouvement dont parlait Ernst Erich Noth c’était le « Mouvement de la jeunesse » (en allemand : Jugendbewegung), un phénomène unique apparu en Allemagne au début du xxe siècle et qui a laissé une empreinte durable sur la société allemande de la première moitié du siècle. Il ne faut pas le confondre avec un simple « mouvement de jeunesse », bien que l’allemand utilise le même terme pour désigner deux réalités très différentes : d’une part, il peut comme en français, désigner un mouvement de jeunesse, c’est-à-dire n’importe quelle organisation dont l’objet principal est de regrouper selon divers critères, en vue d’activités et d’objectifs variables, des filles et des garçons, dont la principale caractéristique commune est leur jeune âge. Mais, d’autre part – et en Allemagne seulement –, à ce sens premier est venu s’ajouter à partir de 1910-1913 un autre, à la fois plus vaste et plus difficile à cerner : dès lors, lorsque le terme Jugendbewegung était utilisé avec seulement l’article défini die, éventuellement assorti de l’adjectif deutsch, il ne désignait pas une organisation particulière, mais un vaste mouvement englobant une multitude d’organisations de jeunesse qui – malgré leurs différences en matière de recrutement, de fonctionnement et d’objectifs – considéraient qu’elles étaient des manifestations d’un même phénomène.

Histoire de la jeunesse, histoire d’un mouvement ?

  • 3 Gerhard Wahrig, Deutsches Wörterbuch, éd. 1986, München.

5Dans ce sens, la deutsche Jugendbewegung était un phénomène historique spécifique – unique par sa nature, mais pluriel dans ses concrétisations – caractéristique de la société allemande du début du xxe siècle. Mais de quoi s’agissait-il ? Un dictionnaire récent de la langue allemande3 propose la définition suivante : « Mouvement présent entre 1900 et 1930 environ au sein de la jeunesse allemande, cherchant à donner un nouveau sens à sa vie, en particulier par la pratique des randonnées, du théâtre amateur, de la musique et des danses folkloriques ». On ne peut pas accepter une définition aussi vague et réductrice, donc fausse, même si elle correspond plus ou moins à la perception courante aujourd’hui en Allemagne de la Jugendbewegung historique. Mais si ce mouvement n’avait été que cela, on verrait mal pourquoi les historiens jugeraient utile de s’y arrêter, ni pourquoi beaucoup d’entre eux considèrent comme E. E.  Noth qu’il s’agissait d’une « grandiose tentative d’émancipation » de la jeunesse.

6Il ne faut donc pas s’arrêter aux apparences et ne retenir que certaines pratiques et activités anodines du mouvement, mais, au contraire, il faut s’interroger sur les causes, les intentions et les conséquences de cette « quête de sens » qui a poussé la jeunesse allemande à vouloir adopter un nouveau « style de vie », une démarche qui rappelle étrangement les mouvements « alternatifs » de la jeunesse du dernier quart du xxe siècle. Si l’on veut comprendre le phénomène historique de la Jugendbewegung, il faut le replacer dans le contexte de l’histoire de l’Allemagne et de sa société et l’étudier en ayant présente à l’esprit la situation matérielle et culturelle des jeunes Allemands de l’époque sans prétendre, pour autant, écrire une impossible « histoire de la jeunesse allemande ».

7En fait, de quoi parle-t-on, quand on parle de la jeunesse ? C’est une question que posa Pierre Bourdieu en 1985 et sa réponse fut plutôt décourageante :

  • 4 Pierre Bourdieu, « De quoi parle-t-on, quand on parle du problème de la jeunesse ? », p. 229, in An (...)

« les jeunes » ce n’est qu’un mot et « la jeunesse » a fortiori. C’est un concept qui attrape tout, c’est-à-dire rien. Il faut le savoir4.

  • 5 Pour le domaine français, voir, entre autres, le livre d’Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence ( (...)

8Il ne faut pas considérer cette réponse comme une simple boutade, comme un mouvement d’humeur provoqué par l’usage répétitif et abusif de cette notion dans le débat public. Car, Pierre Bourdieu le savait mieux que personne, la jeunesse est bel et bien, depuis plus d’un siècle, un objet de recherche pour les sciences de l’homme et de la société5. En réalité, cette déclaration à l’emporte-pièce doit être comprise comme une mise en garde adressée par Pierre Bourdieu aux « producteurs de discours scientifiques », leur enjoignant de définir avec plus de précision leur objet d’étude.

  • 6 L’ouvrage classique de Stanley G. Hall, Adolescence, paru en 1904-1905 aux états-Unis (Appleton, Ne (...)

9Car la jeunesse est un concept qui peut désigner bien des réalités différentes. D’une part, il faut bien distinguer entre enfance et jeunesse. Sur le plan individuel, biologique et psychologique, cette dernière désigne un stade du développement de l’être humain entre la fin de l’enfance et l’accès au statut d’adulte. En ce sens, la jeunesse est un problème individuel mais aussi une réalité sociale qui dépend du milieu socioculturel dans lequel grandissent les jeunes, mais où se développent aussi, transcendant les différences sociales, des modes de vie et des comportements communs qui sont autant de réactions à leur situation spécifique, à la place et au rôle que la société assigne à la jeunesse en lui concédant certains droits et devoirs, ainsi que quelques espaces de liberté. C’est pourquoi, en même temps que la psychologie, la sociologie naissante s’est très tôt intéressée à la jeunesse6.

10La jeunesse est devenue aussi, dans les sociétés modernes, une réalité politique. En effet, à mesure que, pour une proportion de plus en plus importante de jeunes, l’écart entre le moment où l’individu perd son statut d’enfant (généralement à la puberté) et celui où il peut assumer les rôles de l’adulte (en acquérant un statut professionnel et/ou en fondant une famille) ne cesse de s’agrandir, l’état et la société doivent chercher des moyens pour combler cet intervalle qui pourrait mettre en péril leur stabilité. Ce « no man’s land statutaire » entre l’enfance et l’âge adulte et l’absence de « rites de passage » reconnus incitent les sociétés à créer des instances de socialisation pour prolonger l’action de l’école. Mais comme, de leur côté, les jeunes cherchent et développent aussi plus ou moins spontanément des formes de comportement et de sociabilité spécifiques pour pallier -l’absence d’un véritable statut social, il y a là un double champ de recherche pour les sciences humaines et sociales.

11Mais il leur faut, au préalable, déterminer et délimiter l’objet de la recherche. En renonçant à vouloir écrire une histoire de la jeunesse en Allemagne dans la première moitié du xxe siècle et en centrant notre étude sur des mouvements de jeunesse et plus particulièrement surle « mouvement de la jeunesse allemande », que nous appelons le « juvénilisme », nous avons fait le choix d’étudier un aspect relativement limité de la situation de la jeunesse dans la société allemande au début du xxe siècle. Pourtant cet aspect est loin de constituer une réalité simple, ne serait-ce qu’à cause des changements intervenus au cours de ce demi-siècle et de la multitude d’organisations, différentes par la taille, le statut ou les finalités, qui constituèrent la Jugendbewegung.

Les mouvements de jeunesse allemands autour de 1900

  • 7 L’allemand utilise deux termes distincts pour désigner les deux volets de la « politique de la jeun (...)

12La prolifération d’organisations de jeunesse de toute nature, à l’initiative de l’état, des églises ou de diverses forces de la société civile, fut un trait marquant de l’histoire sociale de l’Allemagne au début du xxe siècle. Tout se passait comme si la société et l’état prenaient conscience du fait que leur univers éducatif, leur dispositif de reproduction et de transmission des savoirs et des valeurs n’étaient plus en mesure de remédier aux problèmes nouveaux que la société industrielle et urbaine posait aux jeunes. Il s’agissait donc d’élargir et de diversifier le rôle des institutions extra- et périscolaires pour prolonger l’action éducative de la société après la fin de la scolarité obligatoire (14 ans) et pour préparer physiquement et moralement les jeunes Allemands à devenir de bons citoyens, utiles au pays et prêts à le défendre, le cas échéant, les armes à la main. Elles constituaient, avec la législation correspondante, l’amorce d’une « politique de la jeunesse7 ». La jeunesse était devenue un enjeu du pouvoir, selon l’adage : « qui a la jeunesse, a l’avenir ».

13À côté des mesures prises par la société et l’état, on vit proliférer des initiatives venues des jeunes eux-mêmes. Elles étaient en partie des réponses aux mêmes problèmes et cherchaient, elles aussi, à compléter et prolonger l’encadrement et la formation de la jeunesse en dehors de l’école, de la famille et des églises, mais avec d’autres motivations et d’autres objectifs. Pour ces mouvements « spontanés » ou « autonomes », il ne s’agissait pas de prolonger et de conforter le système des valeurs traditionnelles, mais d’expérimenter de nouvelles formes de relations sociales sur la base d’autres valeurs. Les profondes mutations qui avaient transformé la société allemande à la fin du xixe siècle s’étaient accompagnées aussi d’une crise des valeurs dont les premières manifestations étaient apparues dès la création du Reich en 1871 (Nietzsche) et qui s’était prolongée en s’amplifiant jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale. Une partie de la population allemande, notamment les classes moyennes traditionnelles et la « bourgeoisie cultivée » (Bildungsbürgertum), ne retrouvait pas dans l’Allemagne moderne, surtout dans celle de Guillaume II après 1890, « son » Allemagne et sa « culture ».

14Et, paradoxalement, une partie de la jeune génération partageait ce rejet des temps nouveaux et de la nouvelle Allemagne que la génération des parents avait bâtie et à laquelle beaucoup de jeunes se sentaient étrangers. De surcroît, le discours critique à l’égard de la culture du temps (Kulturkritik) les touchait aussi dans leurs collèges et lycées à travers l’enseignement de leurs maîtres dont beaucoup partageaient ces idées et réclamaient une réforme profonde des principes et pratiques de l’éducation allemande, à laquelle ils reprochaient notamment d’être devenue trop utilitariste et de négliger les besoins réels des jeunes en privilégiant une formation axée sur les besoins de la société industrielle moderne.

15Parmi les mouvements de jeunesse spontanés qui sont nés sans liens institutionnels avec des forces sociales établies, le mouvement du Wandervogel (Oiseau migrateur) a été le plus représentatif avant 1914. Les jeunes qui ont créé ou rallié ces mouvements n’étaient pas des rebelles en lutte contre l’ordre établi, ils cherchaient seulement à se ménager un espace de liberté permettant d’échapper momentanément aux contraintes du monde bourgeois, en adoptant un mode de vie alternatif, romantique, censé permettre de retrouver le contact avec le passé, le peuple, la terre, par réaction à la civilisation industrielle et urbaine moderne. C’était aussi une protestation contre l’anonymat et l’aliénation propres à la société moderne et contre le manque de considération du monde adulte pour la jeunesse.

  • 8 Pour des raisons évidentes, nous évitons l’appellation de « jeunisme » trop souvent utilisée ces de (...)

16C’est dans ces mouvements « autonomes », nés dans la jeunesse des lycées et collèges, que s’opéra la mutation qui fit de simples associations de jeunes randonneurs un mouvement social et culturel où se cristallisèrent, à la veille de la Première Guerre mondiale, avec l’aide de maîtres à penser extérieurs, les principaux éléments du discours et des comportements caractéristiques du « juvénilisme8 », néologisme par lequel nous traduirons désormais la notion de Jugendbewegung lorsque nous ne désignons pas une organisation ou un ensemble d’organisations particulières mais un mouvement général, un mouvement social de défense de la « cause des jeunes », comme on parle couramment du féminisme pour caractériser les organisations qui combattaient à la même époque pour la « cause des femmes ».

Les avatars d’un mouvement social

  • 9 Voir Alain
  • 10 Ces nouveaux mouvements sociaux ont été étudiés en particulier par Ronald Inglehart (né en 1934), s (...)

17Cette notion de mouvement social permet, nous semble-t-il, d’appréhender le mieux la nature du mouvement d’ensemble que nous appelons le juvénilisme. Celui-ci réunit en effet les trois principes qui caractérisent, selon Alain Touraine9, un mouvement social et le distinguent d’autres formes de groupes de pression ou de mouvements revendicatifs. D’abord le principe d’identité : que représente le mouvement et au nom de qui parle-t-il ? Le juvénilisme considérait qu’il parlait au nom de toute la jeunesse, de la jeune génération allemande, organisée ou non. Le second principe est le principe d’opposition et concerne l’adversaire contre lequel le mouvement social lutte. Il est tout clairement identifié pour le juvénilisme sous les traits de la société établie, du monde des pères et des valeurs dominantes de ce monde. Enfin, le troisième principe est clairement satisfait aussi : il s’agit, dans la terminologie d’Alain Touraine, du principe de totalité qui signifie qu’un mouvement social recherche, par définition, une alternative globale à la société existante et à ses valeurs, non la satisfaction de revendications particulières, notamment matérielles, et pas non plus le pouvoir politique ou économique. On le reconnaît dans tout le discours juvéniliste et dans sa critique de la société allemande du temps, mais aussi dans les modes de vie « alternatifs » que les organisations de jeunesse pratiquaient et prônaient comme modèles à généraliser. Il n’y a pas de doute : le juvénilisme a préfiguré les « nouveaux mouvements sociaux » qui ont proliféré dans la deuxième moitié du xxe siècle et dont l’ambition avouée était d’agir comme moteur du changement social10. Il en a montré aussi les ambiguïtés et les insuffisances en se contentant de rêver d’un monde meilleur, en se satisfaisant de discours utopistes et en ignorant la dure loi des réalités économiques et sociales.

18Le juvénilisme allemand historique est né avec les premiers mouvements autonomes de la jeunesse autour de 1900 et il a disparu au milieu des années 1940, emporté par le cataclysme matériel, humain et moral déchaîné par la politique criminelle du régime national-socialiste pendant les douze années du Troisième Reich. Au cours des quarante-cinq ans de son existence, le mouvement a connu l’empire de Guillaume II, cinq années de troubles politiques et économiques après 1918, la république de Weimar et, pour finir, la dictature hitlérienne. Et il a vécu les horreurs de deux guerres mondiales. Il n’est donc pas étonnant que ces changements et ces épreuves aient modifié successivement le visage du mouvement même s’ils n’ont pas altéré sa nature profonde. Les quatre avatars du juvénilisme allemand que nous avons distingués correspondent ainsi à quatre périodes bien identifiables de l’histoire politique et sociale de l’Allemagne dans la première moitié du xxe siècle : la fin de l’empire, les années difficiles de la transition démocratique, la république de Weimar, installée mais toujours menacée, et le Troisième Reich fasciste, raciste et génocidaire.

19Pour chacune de ces périodes nous évoquerons rapidement le cadre économique, politique et social en accordant une attention particulière à la situation de la jeunesse et aux problèmes concernant l’éducation. Mais l’objet central de notre étude sera l’univers des organisations de jeunesse, leur rôle et leurs apports à la socialisation de la jeune génération allemande, leur rayonnement et leur impact sur l’opinion publique et leur rapport avec la sphère politique. Nous privilégierons, ce faisant, les mouvements autonomes qui, n’ayant de lien direct avec aucune organisation politique, confessionnelle ou idéologique, ont été le terreau où est né et s’est développé le juvénilisme. C’est là qu’on peut analyser son idéologie et son style de vie et où se sont formés les traits caractéristiques du mouvement, c’est là que nous nous trouvons au cœur de notre sujet. Nous découvrirons ainsi que chacun des avatars du juvénilisme peut être identifié à une organisation emblématique dans laquelle se focalisaient à ce stade les principaux traits du mouvement : pour la période wilhelmienne, c’était le mouvement des Migrateurs (Wandervogel) ; les premières années de l’après-guerre furent marquées par la Jeunesse libre--allemande (Freideutsche Jugend) créée en 1914, à laquelle succéda la Jeunesse ligueuse (Bündische Jugend) et en particulier la Deutsche Freischar. Sous la dictature, la Jeunesse hitlérienne (Hitler-Jugend) se proclamait seule héritière du mouvement de la jeunesse, alors qu’elle en reniait toutes les valeurs et que les jeunes qui cherchaient à rester fidèles à l’idéal juvéniliste étaient réduits à la clandestinité et exposés à la vindicte publique.

20La société allemande sous le règne de Guillaume II était caractérisée par le développement de la Jugendpflege, c’est-à-dire par la multiplication d’organisations de jeunesse à linitiative de létat ou de la société civile, notamment des églises et de certains syndicats ou partis politiques. Mais le mouvement le plus original était celui du Wandervogel, né et répandu spontanément parmi les élèves de l’enseignement secondaire. Contrairement à l’idée que certains auteurs ont voulu accréditer, ces jeunes n’étaient pas en rébellion contre la société et l’école, même s’ils ne s’y sentaient pas à l’aise. Ils cherchaient seulement à se créer un espace de liberté où ils pouvaient échapper pour un temps aux règles et aux conventions que leur imposaient au jour le jour le milieu familial et l’école. Les moments forts de cette évasion hors des contraintes sociales étaient les randonnées qu’ils entreprenaient pendant les vacances par petits groupes, conduits par un élève ou un étudiant un peu plus âgé, mais sans la présence d’aucun adulte et d’aucune figure d’autorité. Il leur fallait certes la permission des parents et même du directeur d’école et ils l’avaient obtenue en mettant en avant les bienfaits physiques et intellectuels que comportaient ces retours à la vie simple et les contacts avec le vrai peuple. Les vraies motivations, l’aspiration à la liberté et à l’autonomie, restaient dans le non-dit.

21Il n’en fut plus de même à partir du moment où la génération du Wandervogel fut en âge de poursuivre ses études à l’université et y rencontra un autre type de contrainte sociale, celle exercée par les us et coutumes des corporations traditionnelles. C’est dans les rangs de cette nouvelle génération d’étudiants que germa l’idée d’organiser une « fête de la jeunesse » pour faire entendre sa voix dans le concert des manifestations commémorant en 1913 le centenaire de la « bataille des nations » de Leipzig en 1813. La déclaration adoptée par les milliers de jeunes présents à la fête attira l’attention parce qu’elle était comprise comme une proclamation d’indépendance réclamant pour la jeunesse le droit de « façonner sa vie à sa guise, sous sa propre responsabilité et conformément à sa vérité intérieure ». La Meissnerformel devint à partir de cette date la référence centrale de l’idéologie et du discours juvénilistes : jamais réalisée, mais invoquée par un nombre croissant de mouvements de jeunesse au cours des années 1920, quels que fussent par ailleurs leurs origines, leurs obédiences et leurs objectifs particuliers.

22Mais la Première Guerre mondiale, qui éclata quelques mois après cet événement, retarda de plusieurs années le développement du mouvement de la Jeunesse libre-allemande (Freideutsche Jugend) créée en 1913 à l’issue de la fête du Meissner. Ce deuxième avatar du juvénilisme était placé sous le signe de l’incertitude et de la confusion. Pendant les années du conflit, tandis que les aînés faisaient l’expérience du front et que les activités des plus jeunes marquaient un net ralentissement, des évolutions souterraines avaient eu lieu, qui explosèrent au lendemain de l’armistice. Le discours juvéniliste sur l’autonomie de la jeunesse se banalisa et produisit, selon les cas, des crises internes et la création de nouveaux mouvements ou, dans le cas de la Freideutsche Jugend, des affrontements idéologiques qui conduisirent à sa disparition. Si la valeur intrinsèque de la jeune génération, l’importance de son rôle pour la régénération de l’Allemagne et son droit à chercher elle-même sa voie étaient reconnus même par des organisations de la Jugendpflege, le désaccord était total sur l’usage que la jeunesse devait faire de la liberté qu’elle revendiquait. Le juvénilisme en tant que mouvement resta attaché au principe de l’apolitisme et fut, de ce fait, susceptible de cohabiter avec des courants politiques de toute nature.

23À la fin des années difficiles de l’après-guerre, la république de Weimar connut après 1923 une certaine stabilisation politique et économique et l’univers des organisations de jeunesse entra dans une phase de fermeté et de rigueur autour du concept de Bund rappelé par le nom de Bündische Jugend couramment utilisé pour désigner cette phase et ce troisième avatar du juvénilisme. Il est reconnaissable dans la création de nouvelles associations marquées par l’expérience de la guerre, par l’évolution interne des anciens mouvements dans le sens d’une militarisation et d’une politisation, particulièrement sensibles dans le mouvement de recomposition qui a donné naissance à la Deutsche Freischar, héritière de l’esprit du Wandervogel et de celui d’un scoutisme réformé. Malgré cela, peu d’organisations ont franchi le pas et se sont engagées dans le débat, voire dans l’action politique. Le mouvement resta velléitaire et irréaliste tandis qu’autour de lui la république de Weimar luttait pour sa survie. Le mouvement juvéniliste n’a guère pris position dans ces événements : en revanche il a rapidement eu à en éprouver les conséquences.

24Après l’arrivée au pouvoir du national-socialisme, de même qu’il n’y avait plus qu’un seul parti politique autorisé, de même la multitude des mouvements de jeunesse fut rapidement « mise au pas », intégrée de force ou ralliée par opportunisme aux jeunesses hitlériennes. Mais si les mouvements de jeunesse autres que la Hitler-Jugend furent interdits, l’esprit et l’héritage du juvénilisme ne disparurent pas. Son quatrième avatar est caractérisé par la coexistence de deux héritiers : le premier, légal mais illégitime, fut la Hitler-Jugend qui se proclamait légataire universel de la Jugendbewegung et en reprit un certain nombre de formes et d’éléments du discours en les pervertissant pour les mettre au service des objectifs criminels du régime hitlérien ; le second fut incarné par les groupes et les individus qui par attachement aux valeurs juvénilistes n’hésitèrent pas à entrer dans l’illégalité et à risquer leur liberté et parfois leur vie pour rester fidèles à leur idéal.

25Tout cela a constitué le décor tragique de l’histoire de la jeunesse allemande au début du xxe siècle vue à travers ses organisations. Sous l’empire « wilhelmien », les jeunes héritiers des pères fondateurs n’ont pas pu trouver leur place dans -l’Allemagne- nouvelle et partager l’euphorie orgueilleuse de leurs prédécesseurs. La république de Weimar n’a pas pu répondre davantage aux attentes des jeunes et tenir ses promesses lorsqu’elle se trouva, à la fin des années 1920, confrontée au chaos économique, aux turbulences politiques et à la perte des valeurs et repères traditionnels. En revanche, le Troisième Reich a su, dans un premier temps, séduire la jeunesse en lui faisant miroiter des perspectives exaltantes et en jouant sans vergogne sur sa soif d’action, de changement et de reconnaissance. Lorsque la nature et les intentions réelles du régime apparurent, il était trop tard. Prise au piège, endoctrinée et embrigadée, la jeunesse allemande n’eut plus d’autre solution que de subir jusqu’au bout les conséquences des utopies et de l’aveuglement qui étaient aussi des marques distinctives du juvénilisme.

Responsable ou coupable ?

  • 11 Après la guerre, un des premiers à essayer de disculper la Jugendbewegung fut l’historien Hermann M (...)

26Il reste cependant une dernière question : peut-on vraiment conclure que, par son aveuglement et par l’ambiguïté de certains de ses objectifs, le juvénilisme a porté une responsabilité spécifique dans la dérive de la société allemande et l’arrivée au pouvoir du parti hitlérien ? Serait-il plus coupable que d’autres catégories sociales et d’autres forces organisées de la société allemande ? Les jeunes de la Jugendbewegung du début du xxe siècle affirmaient leur droit à l’autonomie, à l’« autodétermination », remettaient en question les valeurs véhiculées par l’éducation traditionnelle et prétendaient leur substituer une « culture jeune » qui restait à inventer. Ils manifestaient une volonté de rupture, mais sans aller jusqu’à la sécession ouverte. Dans son immense majorité, le mouvement vivait et agissait comme si les réalités économiques et politiques de la société ne le concernaient pas et refusait par principe de se laisser entraîner dans les querelles idéologiques ou partisanes des adultes. Il disait vouloir fuir tout engagement prématuré, au nom d’un avenir aussi vague que mythique pour lequel il voulait se réserver. Les derniers soubresauts de la république de Weimar n’ont fait sortir de leur réserve qu’un petit nombre d’organisations et c’était rarement pour défendre la démocratie. La très grande majorité d’entre elles vivait en quelque sorte en autarcie, en se focalisant sur les problèmes internes de leur organisation ou leurs rêves concernant la mission de la jeune génération et en faisant passer la solidarité générationnelle avant les problèmes sociaux, économiques et politiques qui agitaient la société des adultes. De ce fait, la nature véritable du juvénilisme et son rôle dans l’histoire contemporaine de l’Allemagne sont, à juste titre, toujours controversés dans les ouvrages des historiens et les témoignages des anciens membres. Aux lectures « politiques » et souvent polémiques des premiers, répondent les plaidoyers à décharge des seconds, qui ne veulent voir dans la démarche de la jeunesse qu’une réaction contre la société moderne, un désir de liberté et de contact avec la nature, ou qui interprètent le phénomène comme un retour aux sources et aux vraies valeurs du passé et de l’âme du peuple allemand11.

27Le juvénilisme a bien eu sa part de responsabilité dans la catastrophe allemande, et il a failli, ne serait-ce que par aveuglement, passivité ou opportunisme. Mais en conduisant les jeunes à chercher leur « voie par eux-mêmes et pour eux-mêmes », cette « grandiose tentative démancipation » (E. E.  Noth) aurait-elle été plus coupable que d’autres mouvements parce qu’elle leur a fait oublier le principe de réalité ? C’est une des questions auxquelles notre étude s’efforce aussi de répondre, notamment en replaçant le phénomène dans son contexte général de l’histoire de la société allemande au début du xxe siècle.

Notes

1 Ernst Erich Noth, La Tragédie de la jeunesse allemande, Paris, 1934, p. 76-77. E. E.  Noth, pseudonyme de Paul Kranz (1909-1983), journaliste et écrivain allemand, émigré en France puis aux états-Unis, auteur d’études et de romans en français, allemand et anglais ; voir aussi son autobiographie, Mémoires d’un Allemand, Paris, 1970.

2 E. E.  Noth, La Tragédie de la jeunesse allemande, op. cit., p. 53.

3 Gerhard Wahrig, Deutsches Wörterbuch, éd. 1986, München.

4 Pierre Bourdieu, « De quoi parle-t-on, quand on parle du problème de la jeunesse ? », p. 229, in Annick Percheron (éd.), Les Jeunes et les autres jeunes, t. 2, Centre de recherche interdisciplinaire de Vaucresson, 1986.

5 Pour le domaine français, voir, entre autres, le livre d’Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence (1850-1914), Paris, 1999.

6 L’ouvrage classique de Stanley G. Hall, Adolescence, paru en 1904-1905 aux états-Unis (Appleton, New York), a inauguré une longue lignée de travaux. à côté de l’école anglo-saxonne, il y eut bientôt une école française (G. Compayré, P. Mendousse, M. Debesse parmi bien d’autres) et une école allemande avec Ch. Bühler, E. Spranger, etc.

7 L’allemand utilise deux termes distincts pour désigner les deux volets de la « politique de la jeunesse » (Jugendpolitik) : la Jugendfürsorge s’attache surtout à des actions en faveur de la jeunesse « en péril » c’est-à-dire à des interventions curatives, tandis que la Jugendpflege mise sur des actions préventives, généralement de nature éducative.

8 Pour des raisons évidentes, nous évitons l’appellation de « jeunisme » trop souvent utilisée ces dernières années en français avec des connotations nettement péjoratives, en particulier destinées à stigmatiser certains aspects des « événements » de 1968 ou certains phénomènes de mode.

9 Voir Alain

Touraine Alain (*1925)

Touraine, Production de la société, Paris, 1973.

10 Ces nouveaux mouvements sociaux ont été étudiés en particulier par Ronald Inglehart (né en 1934), sociologue américain, théoricien du changement culturel, auteur entre autres de The Silent Revolution (1977) et Culture Shift in Advanced Industrial Society (1990). Il insiste surtout sur le fait que les revendications de ces nouveaux mouvements concernent davantage des valeurs postmatérialistes que la conquête d’un pouvoir quelconque.

11 Après la guerre, un des premiers à essayer de disculper la Jugendbewegung fut l’historien Hermann Mau (1913-1952), « Die deutsche Jugendbewegung. Rückblick und Ausblick », in Zeitschrift für Religions- und Geistesgeschichte, I, 1948, p. 135-149. Après avoir constaté que la Jugendbewegung était morte et appartenait à l’histoire, il lui dénia toute historicité, en ne lui reconnaissant ni prédécesseurs ni successeurs, ni liens avec les événements politiques de son temps et en préconisant de la considérer comme un événement unique, incommunicable et inexplicable rationnellement, un « Erlebnis » (une expérience personnelle, un vécu).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search