Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Postface

« Le plus bel enfant du traité de l’Élysée » – toujours à l’avant-garde, toujours talentueux, toujours rebelle

Eva Sabine Kuntz et Max Claudet

Texte intégral

1L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ), le « plus bel enfant du traité de l’Élysée » fête en 2008 son 45e anniversaire. Ces 45 années d’existence sont pour lui un motif de joie et de fierté : depuis 1963, huit millions de jeunes Français et de jeunes Allemands ont pu se rencontrer et parfaire leur connaissance de la langue et de la culture de l’autre ; cela signifie que près de 200 000 jeunes ont participé, en moyenne annuelle, à plus de 11 000 rencontres. Cependant ces 45 années de travail et de réussite ne doivent pas inciter l’OFAJ à se reposer sur ses lauriers ; elles l’incitent, elles l’obligent même à poursuivre sa mission avec plus de zèle encore.

  • 1 Hans Manfred Bock (éd.) : Deutsch-französische Begegnung und europäischer Bürgersinn. Studien zum D (...)

2Pour célébrer ce 45e anniversaire, il n’y aura pas de somptueuses festivités. Mais nous voulons profiter de cette occasion pour mieux faire connaître toute la richesse, la solidité et l’inventivité de ce que propose l’OFAJ, grâce à l’aide de ses nombreux partenaires en Allemagne et en France. Nous souhaitons montrer que l’apprentissage interculturel – une notion dont on use et abuse de nos jours – parcourt comme un fil rouge tous les secteurs d’activité de l’OFAJ. Notre ambition est de nous adresser à tous les jeunes entre 3 et 30 ans, aux jeunes défavorisés socialement aussi bien qu’à ceux qui constituent déjà une élite franco-allemande, et ce, de La Rochelle à Francfort-sur-l’Oder, de Hambourg à Nice. Nous ne pourrions y parvenir sans la coopération qui nous lie depuis toujours à de nombreuses organisations partenaires et la confiance mutuelle qui s’est développée au fil des années. Le principe de subsidiarité, fondamental pour notre travail, se manifeste aussi dans la présente publication, fruit d’une coopération franco-allemande, qui présente une analyse scientifique de l’action de l’OFAJ dans son ensemble et dans ses différents secteurs d’intervention. Elle prend appui sur l’ouvrage Deutsch-französische Begegnung und europäischer Bürgersinn paru en langue allemande à l’occasion du 40e anniversaire de l’OFAJ en 20031. Nous sommes heureux que cette édition française actualisée et augmentée ait été réalisée sous la direction d’une équipe franco-allemande et nous remercions Hans Manfred Bock, Corine Defrance, Gilbert Krebs et Ulrich Pfeil de l’intérêt qu’ils ont porté à notre institution et de leurs efforts pour motiver et accompagner un grand nombre de jeunes chercheurs allemands et français.

  • 2 La mission a été confiée à un groupe d’experts indépendants comprenant, du côté allemand, deux soci (...)
  • 3 À l’occasion du 40e anniversaire du traité de l’Élysée, le bureau de l’Assemblée nationale et celui (...)

3Institution créée il y a quarante-cinq ans dont l’action fut souvent louée, mais rarement critiquée et encore moins étudiée ou analysée, l’OFAJ a été l’objet, il y a trois ans, d’une double évaluation : l’une menée par un groupe d’experts nommés par les deux gouvernements2, l’autre par une commission parlementaire franco-allemande3. L’OFAJ a ainsi été précurseur, une « évaluation » étant jusque-là inhabituelle dans le monde des institutions franco-allemandes. Le bilan se révèle rétrospectivement positif. L’évaluation, parfois douloureuse, a permis de faire un inventaire des actions et des structures, puis nous a amené à réorganiser une institution unique par sa structure et qui, à ses débuts, avait été « à l’avant-garde des échanges internationaux de la jeunesse », selon l’expression d’Alfred Grosser. Ce qu’elle veut continuer à être au xxie siècle.

  • 4 C’est ainsi qu’on peut lire dans l’avant-propos du rapport présenté par le groupe de travail du Bun (...)

4Les deux groupes de travail ont remis leurs rapports en juin 2004. Ils ont tous deux conclu que l’OFAJ, depuis sa création en 1963, a mené un travail important et de qualité4, et ils ont fait des propositions – certaines convergentes, d’autres divergentes – sur la manière dont, selon eux, le travail de l’OFAJ pouvait être optimisé. à la suite de quoi, la ministre fédérale Renate Schmidt et son collègue français Jean-François Lamour ont créé un groupe de travail gouvernemental chargé d’élaborer, sur la base des conclusions des deux rapports d’évaluation et sous la responsabilité des deux ministères de la Jeunesse, un projet de réforme devant permettre à l’Office franco-allemand pour la Jeunesse de faire évoluer ses structures et ses programmes afin de les adapter à un contexte profondément changé, à cause, notamment, du processus d’intégration européenne, de l’élargissement de l’Union européenne à l’Est, de l’unité allemande, des changements démographiques, de la relève des générations dans les relations franco-allemandes (cf. la « génération de la réconciliation »), ainsi que des évolutions sociétales et de la mondialisation. En outre, la réforme devait garantir une gestion plus efficace et plus transparente de l’institution.

Le nouvel accord – points principaux

5Le nouvel accord a donné lieu à bien des spéculations avant même d’être connu. Certains ont agité le spectre d’une future école de langues, d’autres craignaient pour l’indépendance de l’Office qui, selon eux, menaçait d’être « gouvernementalisé », d’autres encore pensaient que l’autonomie de gestion des secrétaires généraux était menacée ou que la société civile risquait d’être exclue du travail de l’OFAJ. Après la signature du nouvel accord en mai 2005 et son entrée en vigueur en février 2006, ces voix se sont tues en constatant que la coopération entre le conseil d’administration et le conseil d’orientation fonctionnait bien et que l’indépendance de l’OFAJ était préservée. Les changements essentiels dans le nouvel accord concernent les missions et les objectifs de l’OFAJ, les processus de décision dans les différents conseils et le rôle des secrétaires généraux.

Une définition claire des objectifs

6Dans le nouvel accord, ce sont les objectifs de l’Office pour la Jeunesse qui sont décrits et non plus, comme précédemment, les instruments employés ; certains de ceux-ci n’ont en fait plus du tout la même importance qu’en 1963 (« colonies, centres et maisons familiales de vacances », « voyages d’études »). De surcroît, cette énumération contenue dans l’ancien accord avait pour inconvénient d’empêcher l’OFAJ de s’adapter rapidement aux évolutions de la société. À présent, ce sont les objectifs qui sont définis : la mission de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse est selon l’accord « d’approfondir les liens qui unissent les enfants, les jeunes, les jeunes adultes et les responsables de jeunesse des deux pays ». à cette fin, il

  • contribue à la découverte de la culture du partenaire

  • encourage les apprentissages interculturels

  • favorise les mesures de qualification professionnelle

  • renforce les projets communs d’engagement citoyen

  • sensibilise à la responsabilité commune de la France et de l’Allemagne en Europe

  • incite les jeunes gens à apprendre la langue du pays partenaire (art. 2, paragraphe 1).

Une répartition claire des compétences entre deux instances : le conseil d’administration et le conseil d’orientation

7La structure des instances de décision de l’OFAJ a été changée, l’ancien conseil d’administration (Kuratorium) a été scindé en une instance délibérative réduite, le conseil d’administration, et une instance consultative pour les orientations et les programmes, le conseil d’orientation.

  • 5 AlfredGrosser admet l’existence du conflit d’intérêt auquel on a voulu remédier, mais n’a pas appro (...)
  • 6 « Sans doute devait-on mettre fin à un système qui fait parfois des associations présentes dans le (...)

8Jusqu’à présent, le conseil d’administration était composé de représentants de l’administration publique, de personnalités qualifiées, de représentants des collectivités locales ou régionales et de représentants de la société civile. Cette composition comportait par essence un risque de conflit, ce qui a été souvent critiqué, parfois même par des compagnons de route de l’OFAJ aussi anciens et bienveillants qu’Alfred Grosser5 ou Daniel Vernet6 : en effet, certaines associations et fédérations siégeant au conseil d’administration décidaient ainsi du budget de l’OFAJ et donc de l’attribution des subventions, tout en bénéficiant en même temps de subventions de l’institution.

9Le nouveau conseil d’administration, plus restreint, se compose des deux ministres chargés de la jeunesse, de 6 représentants de l’administration publique, de 2 représentants des collectivités territoriales, de 2 représentants des parlements nationaux et de 2 jeunes (entre 18 et 27 ans). Il est assisté d’un conseil d’orientation qui le conseille sur les orientations et programmes de l’OFAJ et qui se compose de 24 membres. Ces membres représentent les secteurs d’activité essentiels de l’Office pour la Jeunesse : la société civile, l’enseignement et l’université, la culture, l’économie, le sport et les institutions franco-allemandes.

10Nous sommes persuadés que le conseil d’orientation joue un rôle décisif dans le travail de l’Office. Il est absolument évident que, sans ses partenaires, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, qui intervient essentiellement de manière subsidiaire, ne pourrait poursuivre avec la même réussite le travail accompli depuis 1963. Les avis des organisations qui travaillent à nos côtés sur les orientations et les programmes sont essentiels et nous devons être en contact permanent. Elles seules peuvent nous informer des changements intervenus à la base et des réorientations nécessaires.

11La pratique a montré que, contrairement aux craintes de ceux qui redoutaient qu’avec le nouvel accord la société civile se trouve exclue de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, il n’en est rien. Au contraire, la coopération entre le conseil d’orientation et le conseil d’administration fonctionne pour le plus grand bénéfice de l’OFAJ. Le conseil d’orientation donne ses avis sur les orientations et les programmes et arrête, sur proposition des secrétaires généraux, le rapport d’orientation triennal ainsi que le programme de travail annuel établi sur le fondement de ces orientations. Chiffré et transformé par les secrétaires généraux en projet de budget, ce programme annuel est soumis à l’approbation du conseil d’administration. Celui-ci a adopté à l’unanimité, sans y apporter la moindre modification, aussi bien le rapport d’orientation 2007-2009 que le programme de travail pour 2008.

Redéfinition du rôle des secrétaires généraux

12L’Office franco-allemand pour la Jeunesse est dirigé dorénavant par deux secrétaires généraux ayant les mêmes prérogatives et travaillant selon le principe de collégialité ; ils sont porteurs d’un projet franco-allemand commun et en assument en commun la responsabilité. C’est une des nouveautés importantes de la réforme et un symbole politique fort, qui vient souligner le succès du travail commun d’un tandem franco-allemand à responsabilité partagée.

13Par sa structure intégrée, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse a toujours été un précurseur des évolutions politiques. La modification du rôle des secrétaires généraux est dans la droite ligne de l’intensification de la coopération décidée à l’occasion du 40e anniversaire du traité de l’Élysée et portée par une politique volontariste : institution de chargés de mission pour la coopération franco-allemande, le ministre d’état Günter Gloser et son homologue français, le ministre des Affaires européennes Jean-Pierre Jouyet, instauration de conseils des ministres franco-allemands tous les six mois et réunissant l’ensemble du gouvernement allemand et du Conseil des ministres français. La nouvelle structure renforce l’indépendance des secrétaires généraux vis-à-vis des gouvernements, car à l’avenir, il ne suffit plus qu’un des deux gouvernements persuade le secrétaire général seul du bien fondé d’une demande ; il faut que tout projet soit soutenu par les deux secrétaires généraux, responsables devant l’Office pour la Jeunesse et donc devant leur tandem franco-allemand.

Indépendance et autonomie de l’OFAJ

14Pour que l’OFAJ puisse remplir ses missions et précisément aussi à cause de son caractère intégré et de ses deux implantations, respectivement à Paris (siège) et Berlin, il est apparu indispensable de garder pour l’Office le statut d’organisation internationale. La disposition précisant que l’Office pour la Jeunesse « jouit de l’autonomie de gestion et d’administration » (art. 3.1) a elle aussi été conservée. De même, il est interdit – comme cela a été le cas jusqu’à présent – aux deux secrétaires généraux de suivre des instructions données par des tiers, par d’autres institutions ou par l’un des deux gouvernements. D’ailleurs – et cela nous a été confirmé par de nombreux entretiens – les deux gouvernements ont conscience qu’un Office franco-allemand pour la Jeunesse qui n’est pas à leurs ordres peut être beaucoup plus utile qu’un Office étiqueté « proche des gouvernements ». Il va de soi que nous continuerons à avoir avec les deux gouvernements un dialogue confiant et constructif. Il serait naïf de confondre l’autonomie d’une institution avec l’absence de dialogue. En considérant qu’un Office franco-allemand pour la Jeunesse qui n’est pas aux ordres des gouvernements est plus utile que si c’était le contraire et en tenant compte du renforcement de la position des secrétaires généraux qui doivent donner tous les deux leur accord pour les projets proposés à l’OFAJ par l’un des deux gouvernements, les gouvernements expriment leur confiance à l’égard de notre institution. Leur promesse de maintenir le volume de leurs dotations malgré les difficultés budgétaires qui existent dans les deux pays en est une preuve supplémentaire.

L’OFAJ, centre de compétence

  • 7 Lors de cette conférence européenne de la Jeunesse – prolongement du Parlement franco-allemand des (...)

15L’Office franco-allemand pour la Jeunesse voit son rôle de « centre de compétence » pour les deux gouvernements renforcé par le nouvel accord. Il doit mettre ses connaissances et ses compétences à la disposition des deux gouvernements afin d’atteindre les objectifs énumérés dans l’article 2. Cela a déjà été le cas au cours des années écoulées pour la question des langues, pour l’organisation de la conférence européenne de la jeunesse en mars 2004 à Paris7 sur le sujet « volontaires pour l’Europe », pour l’organisation et le déroulement du rallye culturel trinational TRIDEM 2005 Paris-Berlin-Varsovie à l’initiative des ministres de la Culture d’Allemagne, de France et de Pologne, pour la création d’un service volontaire franco-allemand dans le cadre du service des volontaires européens ou encore pour la question « intégration et égalité de chances ». Dans ce domaine, l’OFAJ a participé activement à la préparation du programme et à l’élaboration du document final du conseil des ministres franco-allemand de Berlin en mars 2006. Il a organisé ensuite, à la demande de la chancelière fédérale Angela Merkel et du président de la République Jacques Chirac, une rencontre de jeunes socialement défavorisés de France et d’Allemagne, qui ont pu présenter leurs suggestions et leurs propositions lors de la session plénière du conseil des ministres franco-allemand en octobre 2006 à Paris. Les résultats ont été pris en compte dans la préparation de la présidence allemande de l’Union européenne et dans l’élaboration d’un plan national allemand d’intégration, adopté en juillet 2007.

16Nous voulons servir de médiateur et de conseiller aux différents niveaux de l’état et de la société civile en France et en Allemagne. L’OFAJ occupe une position unique, car il a une fonction charnière : nous sommes en contact permanent avec des organisations partenaires, des fédérations, des associations qui travaillent sur le terrain avec des jeunes Français et Allemands. Et en même temps, nous sommes en dialogue constant avec les instances compétentes au niveau politique et administratif. Trop souvent, des projets d’échanges échouent non en raison du manque de bonne volonté des protagonistes, mais à cause de détails concrets dans leur réalisation. Dans ce domaine, l’OFAJ est décidé à jouer sa fonction de charnière plus encore que dans le passé au service des organisations concernées.

17Notre rôle de médiateur entre les acteurs de la société civile se traduit par l’établissement de contacts et l’incitation à créer des réseaux là où jusqu’à présent il n’y avait eu que peu de contacts (p. ex. Zikomm ; la collaboration des différents acteurs engagés dans le combat pour l’intégration et l’égalité des chances au niveau de régions et Länder jumelés ; la mise en contact des professionnels de l’aide sociale, de l’assistance à la jeunesse et de l’éducation populaire en vue de créer des modules de formation communs).

Le « nouvel » OFAJ

18Le message est clair et sans ambiguïté : la mission de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse est de « resserrer les liens qui unissent les jeunes des deux pays [et] de renforcer leur compréhension mutuelle » selon le texte de l’accord du 5 juillet 1963 portant création de l’OFAJ. Même si cette formulation peut paraître vieillotte ou poétique, elle est toujours valable aujourd’hui. Beaucoup de pays envient la France et l’Allemagne d’avoir ainsi pu trouver en commun la voie du rapprochement et de la réconciliation.

19Il est cependant vrai que bien des choses ont changé, en particulier dans la vie des jeunes Français et Allemands. Des parcours plus individualisés, un accès plus difficile à la vie professionnelle, une moindre facilité à s’engager (cf. Enquête Shell)8, la multiplication des offres de loisirs, avec lesquelles l’offre franco-allemande se trouve en concurrence, pour ne citer que quelques exemples. De surcroît, l’échange franco-allemand a perdu son aura, il n’est plus aussi exceptionnel, il n’a plus ce côté novateur ou spectaculaire. Cela ne facilite pas la tâche de l’OFAJ et de ses partenaires quand il s’agit de susciter l’enthousiasme pour un échange franco-allemand. Cependant, gardons à l’esprit que ces difficultés sont en réalité la preuve la plus convaincante du chemin parcouru ensemble par la France et l’Allemagne : qui aurait osé rêver il y a encore quarante ans que les relations franco-allemandes seraient considérées par de nombreux jeunes comme « normales », voire « banales » ?

20Nous savons pourtant que cette évolution comporte un risque : on croit se connaître tellement bien que l’intérêt pour l’autre diminue et qu’en fin de compte on s’éloigne de nouveau les uns des autres.

21Ces évolutions ont obligé l’OFAJ à réfléchir sans relâche aux moyens développés pour atteindre ses objectifs et aux groupes cibles qu’il veut atteindre – sans que la qualité de son travail en soit diminuée. Cela a conduit, par exemple, à augmenter l’offre de programmes individuels ou de subventionner davantage des groupes cibles qui, jusque-là, n’avaient pas pu être pris suffisamment en compte (jeunes défavorisés ou jeunes qui ne sont pas membres d’associations ou de fédérations).

La langue

22Il est pour nous d’un intérêt primordial d’intensifier l’intérêt pour la langue et la culture du partenaire. Tandis que le nombre de ceux qui apprennent le français stagne en Allemagne, le nombre de ceux qui apprennent l’allemand en France a connu au cours des dernières années un net recul. Grâce aux efforts communs de nombreux acteurs, il a été possible, l’année passée, d’augmenter légèrement le nombre de ceux qui apprennent l’allemand, mais il s’agit à présent de ne pas relâcher cet effort. C’est pourquoi l’OFAJ veut contribuer activement à améliorer les connaissances de la langue et de la culture du pays partenaire.

23L’apprentissage linguistique est une question centrale pour le travail de l’OFAJ, bien que le manque de connaissances ne puisse et ne doive empêcher de participer aux rencontres et échanges de l’OFAJ. Les activités linguistiques ont été intégrées systématiquement dans le déroulement des rencontres et l’OFAJ a développé des programmes linguistiques pour les animateurs, en sensibilisant ses partenaires : après quelques hésitations initiales ceux-ci se sont engagés de façon très déterminée. Il faut continuer dans cette voie, en particulier en intensifiant le recours à la méthode du télé-tandem mise au point par l’OFAJ. Elle montre que l’enseignement de la langue peut emprunter des voies nouvelles – dans le cas présent les nouveaux médias. En outre, la conception, la réalisation et la diffusion de glossaires de plus en plus utilisés dans les programmes d’échanges et qui ont beaucoup contribué à la renommée de l’OFAJ seront poursuivies. Le dernier en date, consacré au sujet « intégration et égalité des chances », a rencontré un grand succès. Parmi les projets en cours, mentionnons surtout le glossaire sur le sujet de la librairie, destiné à accompagner le travail très prometteur de l’OFAJ dans ce secteur (programme pour jeunes traducteurs littéraires et jeunes libraires) et à renforcer le réseau franco-allemand dans le domaine de la culture.

Échanges scolaires et extrascolaires

24Pendant longtemps, les échanges scolaires et extrascolaires ont été considérés comme des concurrents. En réalité, c’est le contraire qui est le cas : celui qui apprend le français à l’école sera d’autant plus intéressé à participer à un échange franco-allemand dans le cadre de son club sportif ; celui qui, grâce à un échange dans le cadre d’un jumelage de villes, a constaté qu’il n’est pas si compliqué que cela de réussir à communiquer dans cette langue réputée difficile, se décidera plus facilement à choisir l’allemand comme langue étrangère à l’école. C’est pourquoi l’OFAJ est décidé à poursuivre, en collaboration avec ses partenaires, l’intensification de la mise en réseau et de la création de synergies entre les programmes scolaires et extrascolaires en France et en Allemagne. Sur la base du colloque de Berlin en 2004 (« Les systèmes éducatifs français et allemand : l’Allemagne peut-elle s’inspirer du modèle français ? Quel rôle pour les associations d’éducation populaire, de jeunesse et de sport dans les deux pays ? Une comparaison France-Allemagne dans le cadre de l’année Européenne de l’éducation par le sport (AEES) », et de celui de Tours en 2006 (« Les systèmes éducatifs français et allemand : quel avenir pour la jeunesse ? »), il est prévu d’organiser une suite de manifestations destinées à approfondir la question du lien entre le travail scolaire et extrascolaire dans les domaines de la jeunesse, du sport et de l’éducation.

25Parallèlement, l’OFAJ s’engage dans les échanges scolaires en empruntant des voies innovantes : des programmes de formation continue sont proposés aux enseignants qui organisent des échanges scolaires sur projets, nous nous adressons aux enseignants qui enseignent d’autres matières que l’allemand ou le français ou bien aux directeurs d’établissements afin de les sensibiliser au système de l’autre pays et à l’importance des échanges franco-allemands.

Échanges franco-allemands au service de l’Europe

26L’apprentissage interculturel dans les rencontres franco-allemandes constitue un entraînement et une préparation pour l’Europe : l’OFAJ et ses partenaires permettent aux participants d’acquérir un socle commun de compétences pour la vie dans une Europe de plus en plus intégrée. La France et l’Allemagne sont des pays qui, du point de vue historique, ont des expériences diamétralement opposées dans beaucoup de domaines, mais qui ont, entre temps, une grande expérience de la coopération bilatérale et sont donc particulièrement aptes à être une sorte de laboratoire expérimental européen, d’autant plus que les deux pays jouent plus que jamais un rôle pilote en Europe. C’est particulièrement vrai dans les périodes d’élargissement, lorsqu’on s’interroge sur l’identité de l’Europe commune et qu’on cherche à savoir où sont ses limites. C’est pourquoi il faut continuer à mettre en évidence l’importance des programmes franco-allemands pour l’Europe et la complémentarité entre les programmes franco-allemands et les programmes européens. Les programmes « trinationaux », qui prouvent que la relation franco-allemande n’est pas exclusive et qu’elle s’ouvre à des tiers, doivent être poursuivis en particulier avec les pays du Sud-Est européen, d’Europe centrale et orientale et les pays riverains de la Méditerranée et notamment avec la Turquie.

Projets pilotes

27Si l’OFAJ veut être à la hauteur de sa mission et atteindre les objectifs qu’il s’est fixés, il doit réagir aux changements et s’adresser à de nouveaux groupes cibles. Il ne doit pas craindre la nouveauté et avoir le courage d’expérimenter des chemins nouveaux, au risque que l’un ou l’autre de ceux-ci se révèle être une impasse. Ce genre de projets pilotes font partie de la tradition de l’OFAJ. Bien préparés et bien évalués après coup, ils sont en même temps un précieux laboratoire d’expérimentation pour les partenaires de l’OFAJ. Le conseil d’orientation a expressément encouragé l’OFAJ à emprunter des voies innovantes dans le domaine de l’apprentissage interculturel et de l’échange franco-allemand.

Premier exemple : intégration et égalité des chances

28Cette thématique montre de façon exemplaire la manière dont l’OFAJ remplit sa mission de centre de compétence pour les gouvernements français et allemand et comme conseiller et intermédiaire entre les différents niveaux de l’état et les acteurs de la société civile.

29Par principe, toutes les rencontres franco-allemandes constituent des champs d’apprentissage et d’expérimentation pour le dialogue interculturel. Les rencontres franco-allemandes visent à favoriser le désir d’apprendre la langue du partenaire et sa culture, c’est-à-dire à découvrir l’autre, l’étranger. L’apprentissage interculturel, international – nos rencontres binationales et trinationales nous l’ont montré constamment – donne également aux jeunes des outils pour mieux affronter la vie dans le domaine intraculturel (dans leur « quartier sensible », leur banlieue).

30L’Office franco-allemand pour la Jeunesse a fait, à l’automne 2005, un bilan critique de ses activités dans le domaine « intégration et égalité des chances », une thématique qui, dans ses diverses facettes – racisme, xénophobie, lutte contre la violence dans le sport, etc – a été présente depuis la création de l’OFAJ. Nous avons informé nos partenaires en France et en Allemagne que les rencontres et échanges pour jeunes défavorisées seraient considérées comme prioritaires pour le subventionnement. L’OFAJ, conformément à son caractère subsidiaire, a donc incité de nombreux partenaires issus de la société civile à proposer des activités de ce type. Dans les cas où les partenaires n’auraient pas été en mesure de les réaliser seuls, l’OFAJ a organisé lui-même des programmes avec l’aide et la participation des organisations. Les groupes cibles de ces activités étaient des jeunes défavorisés et des personnes travaillant avec les jeunes défavorisés. Ainsi le projet pilote « médiateurs jeunesse » a pour objectif de faciliter l’accès aux programmes d’échanges franco-allemands à des personnes n’ayant pas d’expérience internationale ; un réseau régional « intégration et égalité des chances » a été créé entre Paris-Île de France et Berlin-Brandebourg ; des moyens financiers ont été demandés et obtenus de la part du Fonds social européen (FSE) pour le programme « qualification transnationale de jeunes en recherche d’emploi ou de personnes menacées de chômage », qui vient en aide à des jeunes ayant des difficultés à entrer sur le marché du travail ; en collaboration avec des formateurs dans les secteurs de l’assistance aux enfants et aux jeunes ainsi que de l’éducation populaire, nous avons développé des modules bilatéraux de formation ; un glossaire « intégration et égalité des chances » a été élaboré et publié pour permettre aux jeunes défavorisés et aux personnes qui s’occupent d’eux de communiquer plus aisément. Et l’OFAJ, en tant que centre de compétence des gouvernements français et allemand, a été étroitement associé au travail gouvernemental sur ce thème (cf. supra).

Deuxième exemple : bénévolat / service volontaire

31Les efforts déployés par l’OFAJ pendant des années pour créer un service volontaire franco-allemand se sont concrétisés après que la France a défini le cadre juridique du « volontariat associatif ». La manière dont ce résultat a été obtenu montre bien le rôle joué par l’OFAJ aux différents niveaux de l’état comme centre de compétence et intermédiaire. Il a d’abord fallu éclaircir les bases juridiques des deux côtés : existence en Allemagne de l’année de volontariat social, législation nouvelle en France où ce volontariat social d’un an n’existait pas jusque-là. Ensuite, l’OFAJ a réuni un groupe de pilotage, composé de responsables français et allemands appartenant aux deux ministères de la Jeunesse et de partenaires de l’OFAJ intéressés par la question, en le chargeant d’élaborer un projet de service volontaire, de l’accompagner dans sa phase de mise en place et de l’évaluer. En septembre 2007, l’objectif était atteint : la première promotion composée de 15 volontaires français et allemands a pu commencer son année de service volontaire dans le pays partenaire.

32L’OFAJ assumera son rôle de coordinateur en accord avec les partenaires concernés en offrant des formations sous la forme de séminaires d’accompagnement d’une durée totale de 5 semaines qui auront lieu entre le 1er septembre 2007, début du service volontaire, et son terme le 15 août 2008. Le coût de ces séminaires pédagogiques d’accompagnement est supporté en partie par l’OFAJ, en partie par les deux gouvernements.

33En outre, en concertation avec le conseil d’orientation, les thématiques prioritaires suivantes ont été adoptées : « apprentissages dans la première enfance », « formation culturelle », « programmes trilatéraux avec la Turquie ».

34En cette année jubilaire, l’OFAJ poursuivra sa réflexion sur les groupes cibles, sur les Directives qui définissent les critères de subventionnement et qui n’ont pas été revues depuis longtemps, sur l’intensification du travail en direction de la presse et de l’opinion publique et sur l’évaluation des rencontres et échanges subventionnés par l’OFAJ ou réalisés directement par lui.

35Beaucoup de travail attend l’OFAJ dans les années à venir – nous nous en réjouissons.

Notes

1 Hans Manfred Bock (éd.) : Deutsch-französische Begegnung und europäischer Bürgersinn. Studien zum Deutsch-Französischen Jugendwerk 1963-2003, Opladen, 2003.

2 La mission a été confiée à un groupe d’experts indépendants comprenant, du côté allemand, deux sociologues du Deutsches Jugendinstitut de Munich et, du côté français, deux inspecteurs généraux du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative.

3 À l’occasion du 40e anniversaire du traité de l’Élysée, le bureau de l’Assemblée nationale et celui du Bundestag ont également décidé de consacrer leur premier groupe de travail parlementaire commun à une évaluation des activités de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse. Le groupe était co-présidé par Andreas Schockenhoff et Yves Bur et comprenait six députés allemands (Monika Griefahn, vice-présidente du groupe, Bettina Hagedorn, Antje Hermenau, Sybille Laurischk et Stefan Müller) et six députés français (Jean-Pierre Brard, vice-président, Michel Herbillon, Jean-Yves Hugon, Jean-Louis Idiart et François Rochebloine). Leur travail a duré neuf mois. L’objectif des deux groupes d’évaluation était d’étudier les missions, l’organisation et les structures de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse après plus de quarante ans de fonctionnement.

4 C’est ainsi qu’on peut lire dans l’avant-propos du rapport présenté par le groupe de travail du Bundestag et de l’Assemblée ationale : « L’Office franco-allemand pour la Jeunesse créé en 1963 en application du Traité de l’Élysée a apporté une contribution inappréciable au rapprochement entre les deux sociétés en permettant aux jeunes Français et Allemands d’hier et d’aujourd’hui, les décideurs de demain, d’apprendre à se connaître et de découvrir ce qui les distingue et ce qui les réunit – en un mot, à développer une sensibilité interculturelle qui leur fait comprendre la valeur de différences acceptées et surmontées. » (rapport final p. 5sq.).

5 AlfredGrosser admet l’existence du conflit d’intérêt auquel on a voulu remédier, mais n’a pas approuvé la solution apportée.

6 « Sans doute devait-on mettre fin à un système qui fait parfois des associations présentes dans le conseil d’administration de l’OFAJ les récipiendaires des subventions distribuées par ce même OFAJ. Sans doute était-il nécessaire de dépoussiérer la composition du conseil pour laisser place à de nouveaux domaines d’activités. » (Le Monde, 16 mars 2005)

7 Lors de cette conférence européenne de la Jeunesse – prolongement du Parlement franco-allemand des jeunes de 2003 – 25 jeunes Allemands et 25 jeunes Français ont invité chacun 4 jeunes de tous les autres états membres de l’Union à venir à Paris le 1er mai 2004, anticipant ainsi sur l’élargissement.

8 Cf. http://www.shell.com/home/content/de-de/society_environment/jugendstudie/2006/dir_ jugendstudie.html

Auteurs

Secrétaire générale de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse

Secrétaire général de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540