Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Deuxième partie : Champs d’action et domaines d’intervention de l’OFAJ

Pour une pédagogie de la rencontre et de l’échange : la recherche à l’OFAJ

Gilbert Krebs

Texte intégral

  • 1 Allemagne d’aujourd’hui 162 (2002).

1Généralement les publications consacrées à l’Office franco-allemand pour la Jeunesse mettent l’accent sur les innombrables programmes d’échanges et de rencontres de jeunes rendus possibles depuis 1963 grâce au soutien de l’OFAJ, sur les millions de jeunes Français et Allemands qui ont ainsi pu avoir un contact vivant avec le pays voisin et ses habitants et sur la contribution ainsi apportée par l’Office à l’entente franco-allemande et à la cause de l’unification européenne. Le dossier publié par la revue Allemagne d’aujourd’hui sur l’OFAJ à la veille de la célébration de son 40e anniversaire1 fait exception à la règle en donnant la première place à un aspect moins connu des activités de l’Office bien qu’il fût inscrit dès le début dans le catalogue de ses missions. C’est ce que rappelle d’entrée Michel Cullin, secrétaire général adjoint de l’Office de 1999 à fin 2003, avant de rendre hommage à l’œuvre accomplie dans ce domaine par les chercheurs et les collaborateurs de l’OFAJ  :

  • 2 Michel Cullin, « Formation interculturelle et recherche à l’OFAJ », ibid., p. 189.

L’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) est tenu de par ses statuts (Art. 2) à mener et développer la recherche et les enquêtes concernant la jeunesse dans les deux pays2.

  • 3 Dans le cadre du présent volume et compte tenu de la place qui lui est impartie, une telle étude se (...)
  • 4 Nous renvoyons aussi aux articles de la première partie du présent ouvrage qui, en retraçant l’hist (...)

2Il n’en reste pas moins que pendant longtemps l’importance de cette mission n’a pas été reconnue au sein de l’Office et qu’elle a été régulièrement mise en doute malgré l’indéniable qualité des travaux qu’elle a générés. Notre propos n’est pas ici de décrire cette recherche dans sa diversité, ni d’en analyser les présupposés théoriques ou méthodologiques, et encore moins de porter des jugements de valeur scientifiques3. Nous nous proposons simplement de montrer comment et sous quelles formes la recherche s’est établie dans les activités de l’OFAJ  ; quelle a été sa place dans l’organisation et dans la répartition des moyens  ; comment elle a évolué depuis la création de l’institution franco-allemande il y a quarante-cinq ans4.

  • 5 Cet alinéa 2 g (devenu après 1973 alinéa 2 h) a traversé inchangé les versions successives des stat (...)

3L’inscription à l’article 2 des statuts de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse d’un point g) stipulant que l’action de la nouvelle institution englobait des «  Enquêtes et recherches scientifiques dans le domaine de la jeunesse  »5, répondait de toute évidence à un souci tout à fait légitime des rédacteurs du texte de l’accord. Créant une institution pour laquelle il n’y avait guère de précédents, ils lui fixaient sa mission (resserrer les liens qui unissent les jeunes des deux pays […] renforcer leur compréhension mutuelle) et définissaient en même temps des «  domaines d’action  » grâce auxquels cette mission pouvait être remplie (les rencontres et échanges de jeunes, mais aussi des actions d’information et de formation, notamment linguistique, ainsi que des enquêtes et recherches scientifiques). Dans l’esprit des auteurs de l’accord, ce dernier domaine d’action ne constituait pas une fin en soi, mais désignait un moyen pour atteindre l’objectif principal (rapprochement, compréhension) en accroissant l’efficacité des rencontres et échanges de jeunes.

Des débuts hésitants  : la première décennie

  • 6 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité 1963-1968, Document de travail, archives de l’OFAJ, Paris. Nous le ci (...)
  • 7 Ces secteurs sont : échanges dans le cadre d’organisations et d’institutions de jeunesse ou d’éduca (...)
  • 8 Ibid., p. 13.
  • 9 Ibid., p. 14.
  • 10 Ibid., p. 20.

4Dans la phase de démarrage du travail de l’OFAJ, celui-ci ne s’intéressait guère au travail théorique sur la jeunesse à laquelle s’adressaient ses activités, ni aux méthodes et moyens qui pourraient optimiser l’efficacité des échanges et lui permettre de mieux remplir sa mission. Le rapport d’activité 1963-19686, qui devait faire le bilan des cinq premières années, est révélateur à cet égard. Alors que, dans d’autres domaines, il est très précis sur les activités de l’Office, il reste remarquablement vague sur le sujet de la recherche. Elle n’y apparaît explicitement ni dans l’énumération des «  grands secteurs dans lesquels l’OFAJ est intervenu  »7, ni dans le schéma de ventilation des budgets d’intervention8, et pas davantage dans la nomenclature des «  bureaux  » fonctionnant dans chacune des deux sections nationales de Bonn et de Paris9. À l’évidence, la première équipe de direction de l’Office a mis l’accent sur les échanges de masse et on peut supposer que la principale raison de ce choix était la nécessité de trouver rapidement sa vitesse de croisière afin de présenter aux deux gouvernements des bilans convaincants. Comme l’y invitaient ses statuts, l’OFAJ s’est adressé à des partenaires extérieurs pour soutenir et intensifier par des incitations financières leurs activités d’échanges entre jeunes Allemands et jeunes Français, mais sans intervenir de façon active dans leurs modes de fonctionnement ni dans leurs méthodes de travail sur le terrain. C’est grâce à cela que le secrétaire général peut écrire en 1968 que «  le succès quantitatif ne peut être contesté  » et signaler que «  dès 1965, a été atteint le plafond des échanges possibles avec les moyens existants  »10.

  • 11 Ibid., p. 23.
  • 12 Ibid., p. 22.
  • 13 Ibid., p. 97.
  • 14 Ibid., p. 96.
  • 15 Ibid., p. 91.
  • 16 Ibid., p. 97.

5Cette (auto)satisfaction est certes tempérée plus loin par des interrogations sur la qualité et les résultats des échanges  : «  Les manifestations subventionnées par l’OFAJ n’ont pas encore toutes la qualité souhaitée  », même si «  la valeur de l’ensemble des activités s’est améliorée progressivement  »11. Le rapport estime que la connaissance du partenaire doit encore être améliorée pour faire disparaître les préjugés12  ; il envisage d’«  intensifier et améliorer l’information sur l’Allemagne et sur la France  » et d’améliorer la «  recherche scientifique des échanges franco-allemands  », «  si possible par la création d’équipes franco-allemandes de psychosociologues  »13. Et de fait l’OFAJ a «  essayé d’intéresser des sociologues et des psychologues  » allemands et français à l’étude des relations franco-allemandes14 et il a organisé avec eux des séminaires en 1965 et 1966, mais ces rencontres n’ont pas débouché sur des programmes de recherche systématiques. La recherche émargeait à cette époque au chapitre «  Presse et information  » qui regroupait l’information du public sur l’OFAJ et l’information des participants aux échanges et leurs organisateurs. Outre la publication de brochures d’information, l’organisation de voyages d’information pour des journalistes et des communiqués de presse, ce secteur d’activité a donné essentiellement lieu au cours de ces années à des sondages réalisés à la demande de l’OFAJ par l’IFOP et l’EMNID à l’automne 1963 puis de nouveau en 1968. Il s’agissait de mieux cerner les attitudes et les attentes du public ciblé. Les priorités étaient clairement affichées  : «  L’OFAJ a toujours préféré réserver l’essentiel de ses crédits à la réalisation d’échanges et de rencontres  », précisait le rapport d’activité, en ajoutant que l’ensemble du secteur presse et information n’émargeait au budget de l’OFAJ qu’à hauteur de 1,25  %15, et il concluait en estimant qu’il ne fallait pas s’attendre à beaucoup de changements dans ce secteur au cours des années à venir16.

  • 17 OFAJ/DFJW Kongress-Congrès, en particulier le rapport de la commission n° 1, ici p. 19.
  • 18 Ibid., p. 39.

6Destinataires parmi d’autres de ce rapport, les participants (notamment les universitaires) au colloque convoqué par l’OFAJ à Paris pour le mois de novembre 1968 étaient loin de tous partager ces vues. Ils déploraient «  la profonde ignorance, tant de leur propre pays que du pays voisin, qui caractérise la plupart des participants [aux échanges]  »17 et, refusant de croire que la situation s’améliorerait automatiquement, ils proposèrent un certain nombre de solutions. François-Georges Dreyfus recommanda de confier à des universités le soin d’étudier la raison de ces ignorances. Gilbert Ziebura déplora la frilosité de l’Office à l’égard de toute problématique politique et demanda que des rencontres sur des thématiques politiques soient organisées ou que la politique soit présente dans tous les types de rencontres. Par ailleurs, la formation des cadres devait être prise en main par l’Office. En fait, le congrès s’élevait contre l’illusion qu’il suffisait d’organiser des rencontres pour que la connaissance l’emporte sur l’ignorance, la compréhension sur l’animosité. C’est ce qu’exprime le rapport de la commission 2 lorsqu’il affirme «  la rencontre ne suffit plus à motiver la rencontre  »18. En conclusion, Alfred Grosser revient sur cette idée  : il ne faut pas abdiquer la volonté d’éduquer, mais il faut, pour pouvoir être entendu par les jeunes d’aujourd’hui, changer l’approche pédagogique.

7Mais avant que ces conseils et mises en garde soient entendus il s’écoulera encore un certain temps. Estimant sans doute que les propos critiques entendus au cours du colloque de novembre 1968 étaient imputables à un certain esprit du temps, consécutif aux «  événements de mai 68  », la nouvelle direction de l’OFAJ, où Albrecht Krause, jusque-là secrétaire général adjoint, devient secrétaire général, ne semble pas avoir modifié sensiblement ses priorités. Le rapport d’activité publié en 1973 et faisant le bilan des dix années d’existence de l’Office ressemble beaucoup à celui de 1968. Certes la recherche y est mentionnée, et pas seulement dans l’introduction générale qui rappelle que

l’OFAJ n’est pas seulement une administration de gestion, mais aussi une administration de mission. Et son rôle, au-delà de l’action extensive, est bien de chercher, de créer, d’expérimenter pour susciter de nouveaux moyens pédagogiques et ouvrir de nouveaux domaines à leur application,

  • 19 Rapport d’activité 1963-1973 ; Document OFAJ : archives de l’OFAJ, Paris, p. 15 et 16.

8et qui affirme que «  l’aspect qualitatif [du travail de l’Office] est aussi très perceptible  », notamment en dégageant «  des voies et des modèles susceptibles de transformer et d’enrichir profondément les systèmes d’éducation  »19.

  • 20 Ibid., p. 29.
  • 21 Ibid., p. 30. En particulier les enquêtes réalisées en 1970 auprès de lycéens munichois et parisien (...)
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid., p. 32 sq. Il s’agit essentiellement de méthodes d’enseignement programmé, de matériel audio- (...)

9Mais le chapitre «  enquêtes et recherches  », s’il est bien présenté à part et non plus confondu avec l’information, ce qui est sans doute un progrès par rapport à 1968, est loin de justifier cette vision positive. Le rapport distingue trois secteurs dans ce domaine  : «  enquêtes sur les opinions et les représentations  ; recherche sur la pédagogie des groupes franco-allemands  ; recherche linguistique appliquée aux échanges franco-allemands  »20. Mais s’agit-il vraiment de recherches  ? Le premier secteur reprend les réalisations déjà signalées en 1968 (sondages ifop-emnid et séminaires de sociologues et psycho-sociologues de 1965 et 1966) en y ajoutant quelques activités plus récentes du même type21. Le second secteur concerne «  une recherche destinée beaucoup moins à la publication et bien davantage à l’application immédiate  »22. Il s’agit d’enquêtes par questionnaires ou séminaires d’évaluation effectués à l’issue de rencontres, pour déceler les problèmes et trouver des remèdes. Les remèdes préconisés sont surtout une meilleure formation pédagogique des animateurs et une amélioration de la documentation fournie, mais on ne précise pas ce que pourrait être cette meilleure formation et information. Dans le secteur de la recherche linguistique, le travail des équipes franco-allemandes de «  didacticiens, linguistes, psychologues, éducateurs et praticiens  » chargés d’élaborer des méthodes et du matériel d’enseignement ou d’animation linguistique23 devait également déboucher sur l’application immédiate  :

  • 24 Ibid., p. 33

Recherche, formation des cadres et application sont ainsi, grâce à l’association directe entre «  producteurs  » et «  utilisateurs  » en interaction continue24.

  • 25 Ibid., p. 35 sq.
  • 26 Ibid., annexes non paginées (p. 92).

10Si le bilan de ce qui a été réellement fait au cours des cinq dernières années n’est pas très différent de ce qu’il était en 1968, on voit néanmoins se dessiner dans ce rapport d’activité les contours de ce que devrait être une véritable pédagogie de l’apprentissage interculturel. En tout cas les problèmes commencent à être identifiés, par exemple dans les réflexions sur la formation des «  cadres franco-allemands  » où apparaissent des notions comme «  coopération (communication) transnationale  », «  actions éducatives nouvelles  » «  communication réelle entre jeunes de langues et de cultures différentes  ». On s’aperçoit que la compétence linguistique de l’encadrement ne suffit pas pour assurer une «  animation biculturelle  » et des «  transferts culturels  »25. Sans doute n’a-t-on pas encore saisi toute la complexité de cette pédagogie interculturelle à inventer. Ce sera l’objet de l’intense activité de recherche qui se développera à partir de 1975. En 1973 la fonction recherche n’a pas encore trouvé sa place dans les activités de l’OFAJ (d’ailleurs dans le schéma de répartition des crédits, le poste recherche n’apparaît toujours pas séparément)26. Il n’est donc pas surprenant de constater que les observateurs extérieurs, en particulier ceux qui avaient participé au congrès de 1968, s’étonnent de la lenteur avec laquelle l’Office abandonne son principe du «  tout pour le quantitatif  » pour prendre en compte aussi le qualitatif. À la base de cette lenteur, il y avait sans doute des considérations politiques et la pression des représentants des associations au sein du conseil d’administration. Mais elle était due aussi à une illusion tenace, qu’Alfred Grosser avait déjà dénoncée en 1968 et que Joseph Rovan rappela en 1973  :

  • 27 Cité par Henri Ménudier dans Dix ans d’OFAJ, Documents 5 (1973), p. 20.

L’activité de l’O.F.AJ. et des organisations qui s’occupent des échanges depuis 1945 repose évidemment sur un certain nombre de prémisses et de présuppositions de nature optimiste. Elle suppose la conviction que la rencontre nourrit la compréhension, et que les expériences de contact et d’échanges peuvent à la longue modifier les idées et les comportements des deux sociétés, voire préparer un rapprochement […]27.

11De son côté, Henri Ménudier constatait  :

  • 28 Ibid.

En 1973, la base des échanges franco-allemands repose toujours sur une pédagogie très approximative qui accorde plus de place à l’improvisation et au bon sens qu’à une conception mûrement réfléchie et dont les conséquences seraient tirées avec rigueur. Entre les échanges de masse et les échanges de qualité, entre la sensibilisation et le travail d’approfondissement, entre le tourisme culturel et la volonté de peser sur les structures politiques et socio-éducatives des deux pays, l’O.F.A.J. n’a pas vraiment choisi – c’est peut-être ce qui explique le malaise et les ambiguïtés que laissent planer dix années d’activités28.

Le vrai départ

  • 29 Interview de Pierre Gril in Éducation, 16 janvier 1975, p. 91.
  • 30 Ibid.
  • 31 « Une expérience de recherche en matière de pédagogie internationale […]. Un groupe d’innovations t (...)
  • 32 Il faut citer dans cet ordre d’idées en particulier Ewald Brass, Barbara Stummeyer et Dieter Reiche (...)
  • 33 Une des premières publications scientifiques de l’Office fut le travail pionnier d’Yvon Bourdet, Pr (...)

12Dans le domaine de la recherche, la relève de 1974 a constitué un tournant important comme dans d’autres domaines, sans que l’on puisse décider si l’intérêt accru pour la recherche et l’intense activité qui a régné dans ce domaine à partir de 1974 étaient dus davantage aux réformes structurelles ou aux personnes, plus exactement aux impulsions données par le nouveau secrétaire général Pierre Gril et son équipe. Ce dernier refuse de donner à penser que c’est son arrivée à la tête de l’Office qui a conduit l’OFAJ «  à s’orienter pour une grande part vers des objectifs pédagogiques  »29 en précisant que «  ces idées étaient déjà dans la maison. On ne peut améliorer la qualité des programmes si la pratique des échanges n’est pas soutenue par une politique de réflexion et de recherche  »30. Le secrétaire général annonce aussi le lancement d’un premier véritable projet de recherche31. Sur le plan institutionnel, le signal de départ de cette évolution a été donné par la création en 1974 d’un bureau IV «  pédagogie  » et par une légère augmentation des crédits de recherche. Le bureau IV a pu prendre appui à partir de 1976 sur les travaux d’une commission créée par le conseil d’administration afin de participer au processus d’élaboration du programme de recherches. Cette structure et l’engagement personnel de ses responsables32 ont donné à la recherche au sein des activités de l’OFAJ une dimension et une visibilité qui dépassaient largement l’investissement financier dont elle a bénéficié33.

  • 34 Ces deux instances centrales, le Deutscher Bundesjugendring (DBJR) et le Comité national des associ (...)
  • 35 DBJR/CNAJEP. Conférence franco-allemande, 19-21 octobre 1977. Rapport du groupe de travail n° 3 : « (...)

13La nouvelle définition des priorités de l’OFAJ affichée (prudemment) en 1974 par le secrétaire général Pierre Gril et concrétisée par la création du bureau IV a provoqué un véritable appel d’air et suscité d’innombrables vocations de chercheurs. Mais les spécialistes universitaires ou chercheurs n’étaient pas les seuls à répondre à l’appel  : les organisations partenaires de l’OFAJ pour les échanges se sont mobilisées, elles aussi. C’est ainsi, par exemple, que lors de la conférence franco-allemande du DBJR et du CNAJEP34 de 1977, le groupe de travail n°  3, chargé de réfléchir sur «  les problèmes de la pédagogie internationale rencontrés dans les activités franco-allemandes  » a non seulement essayé de porter un diagnostic sur les insuffisances constatées dans certains types de rencontres et d’échanges et sur «  les freins et blocages qui gênent aujourd’hui le développement de la recherche pédagogique dans le secteur international  »35, il a aussi défini «  quelques critères nécessaires à l’efficacité de la recherche pédagogique  »  :

Cette recherche doit d’abord servir à la rencontre franco-allemande. Il est indispensable qu’elle se fasse en interaction avec l’ensemble des activités de jeunesse, et que l’on ne se contente pas de brasser des idées et des opinions. […] Elle doit faire travailler ensemble le maximum d’associations.

14Ces recommandations n’étaient pas destinées seulement à usage interne, elles s’adressaient avant tout au conseil d’administration de l’OFAJ pour le mettre en garde contre des dérives possibles en direction d’une recherche trop éloignée de la réalité des échanges de jeunes organisés par les associations. Celles-ci veulent être associées à toutes les étapes de la recherche  :

  • 36 Ibid., p. 3 sq.

Il faudrait que  : 1. des associations de jeunesse intéressées, en collaboration avec un institut de recherche, réfléchissent au préalable sur l’objet de la recherche et qu’ensuite, 2. grâce à des projets expérimentaux, des associations de jeunesse travaillant avec des experts mettent au point des processus et méthodes qui permettent de transférer dans la vie quotidienne le moment privilégié qu’aura été la rencontre internationale36.

  • 37 PV de la 38e session du CA, Paris, 26-27 mai 1975, p. 4.
  • 38 CR de la 40e session du CA, Nice, 26-27 avril 1976, p. 9 sq..

15Les craintes sous-jacentes dans ces réflexions des associations de jeunesse se manifestaient aussi dans les délibérations du conseil d’administration. Certains représentants des associations s’élevaient contre des projets de recherche faisant intervenir «  des groupes d’experts préoccupés de théorie  » et estimaient que «  des enquêtes menées dans les rencontres et une exploitation commune des programmes sont plus efficaces que de coûteuses recherches abstraites  »37. Il a fallu beaucoup de patience et de diplomatie au secrétaire général pour dissiper les craintes des associations qui redoutaient aussi que l’OFAJ «  tente de développer […] une pédagogie propre, à l’encontre des conceptions des associations  »38. Momentanément calmé par les assurances du secrétaire général, le débat rebondit avec une virulence accrue lors de la 41e session (Rhöndorf, 25-26 octobre 1976), car entre temps le CA avait pris connaissance du rapport intermédiaire concernant le projet de recherche Pagès-Muller qui a suscité de la part de certains membres du conseil plus que des réserves – une franche hostilité.

  • 39 PV de la 41e session du CA, Rhöndorf, 25-26 octobre 1976, p. 11.

Le rapport intermédiaire «  Pagès/Muller  » fait l’objet de critiques, pour partie très sévères  ; son contenu et son style sont jugés inacceptables  ; certains membres du Conseil d’Administration estiment qu’il n’est pas nécessaire de poursuivre ce projet et de prévoir de nouveaux crédits39.

La commission de la recherche

16C’est dans ce contexte que le CA décida la création d’une commission de la recherche  :

  • 40 Ibid. Les premiers membres nommés à cette commission étaient MM. Dreyfus, Bordat et Muller du côté (...)

Il devra s’agir d’une commission du Conseil d’Administration composée de 3 membres français et 3 membres allemands et d’un représentant de chacun des ministères de la Jeunesse (qui ne sera pas nécessairement un membre du Conseil). L’administration de l’Office participera également aux travaux de cette commission. En fonction des besoins, des chercheurs pourront être invités par elle40.

17Quant au rôle de cette commission, le conseil d’administration hésitait entre deux attitudes  :

  • 41 PV du 42e session du CA, 5-7 juin 1977 à Strasbourg, p. 7.

Les uns estiment qu’il appartient à celle-ci de définir un cadre mais qu’elle n’a pas à se substituer à l’administration  ; elle n’est pas une commission de sélection. D’autres au contraire pensent que les projets doivent être étudiés un par un par la commission avant d’être présentés au Conseil d’Administration sous une forme appropriée41.

18Il est certain que le travail de cette commission n’était pas aisé, d’une part à cause du nombre de dossiers (lors de la 43e session du CA les 29-30 novembre 1977 à Berlin, la commission a présenté 29 projets de formation-recherche), d’autre part à cause de l’ambiguïté de son statut et de la piètre qualité de certains dossiers qui lui étaient soumis  :

  • 42 PV du 43e session du CA, 29-30 novembre 1977 à Berlin, p. 5.

La commission, si elle doit poursuivre ses travaux, souhaiterait ne pas se cantonner dans un rôle de contrôle des projets qui lui sont présentés  ; elle voudrait jouer davantage un rôle d’incitation et de proposition permettant au Conseil d’Administration de définir pour l’Office une véritable politique de la recherche42.

  • 43 PV de la 47e session, adopté au cours de la 48e session le 29-30 mai 1980 à Paris, ici p. 13 et 14.

19Les dossiers fournis par les chercheurs n’étant «  fréquemment pas acceptables dans leur formulation  », il convient de veiller à l’avenir à plus de clarté et de précision. Malgré ses doutes et ses difficultés, malgré les critiques persistantes du conseil d’administration, autant à l’égard des chercheurs qu’à l’égard de la commission, qui ne ferait pas preuve d’une vigilance suffisante, le ministre Jean-Pierre Soisson qui présidait le conseil renouvela sa confiance à la commission tout en lui recommandant de se montrer plus exigeante et de maintenir «  son attitude critique et rigoureuse pour éviter toute recherche abstraite et purement intellectuelle  »43.

20Reconduite, la commission de la recherche a repris ses travaux dans les années 1980. Sa première réunion de cette décennie eut lieu le 22 février 1980. En préambule, le nouveau secrétaire général Reinhard Wilke exposa sa conception du travail de recherche à l’OFAJ en rappelant, au passage, que «  c’est le secrétaire général qui a la responsabilité de la recherche  ». Pour lui

la recherche constitue un champ d’expérimentation binationale qui se concrétise pour une grande part dans des activités de formation-recherche  ; l’objectif est de créer des conditions favorables à la rencontre et de proposer des aides aux partenaires  ; il n’est pas, au premier chef, de tirer des conséquences administratives des résultats.

21à son sens, le rôle de la commission est

de favoriser la discussion et la réflexion pédagogique au sein du conseil d’administration, de faire des propositions de thèmes, d’examiner les nouveaux projets et de veiller à l’exploitation des résultats [et non] de suivre des réalisations dans le détail.

  • 44 Aux six membres de la commission sont venus se joindre trois « autres membres du conseil d’administ (...)

22Après ce préambule, qui ressemble aussi à une mise en garde, la commission44 passe à l’examen des dossiers et des documents présentés. Elle approuve les six projets nouveaux, en prenant acte, le cas échéant, des éclaircissements reçus à la suite d’une première navette et des changements d’intitulés qui en ont résulté. À titre d’exemple, voici la liste des projets examinés lors de cette séance  :

I. Nouveaux projets 1980

  1. Pour une nouvelle pédagogie du sport dans les échanges franco-allemands

  2. Pédagogie des échanges entre groupes originaires de villes jumelées

  3. Contexte culturel des jeunes travailleurs et élaboration de méthodes d’animation adaptées à leurs besoins

  4. Les jeunes et les informations politiques franco-allemandes et internationales – pour une nouvelle pédagogie de l’information dans les échanges

  5. Pédagogie de l’enseignement extrascolaire de civilisation comparée (Landeskunde)

  6. Les croyances religieuses, leur internationalisme, leur rôle et leur influence dans l’animation des échanges franco-allemands et internationaux de jeunes

II. Programmes en cours de réalisation

  1. Rencontres franco-allemandes en centres de vacances

  2. Participation – Cogestion

  3. Moyens audiovisuels et langage symbolique

  4. Pédagogie des rencontres de jeunes travailleurs

  5. Influence des grands moyens de communication audiovisuels sur la connaissance et la compréhension de l’autre pays

  6. Socialisation des enfants à l’école primaire

  7. Contenus des manuels scolaires

  8. Formation des enseignants dans les écoles normales et les Pädagogische Hochschulen et échanges de jeunes

III. Programmes terminés en 1979

  1. Pouvoir et communication dans les groupes binationaux

  2. Pratiques de l’animation en France et en Allemagne

  3. Comment les hommes et les femmes ont-ils appris à vivre dans les deux pays  ?

  4. Deux passés différents, deux façons différentes de vivre le présent

    • 45 Document cité ci-dessus. Annexes.

    Pédagogie des échanges scolaires45

23Les conclusions de la commission sont communiquées au conseil d’administration de l’OFAJ au cours de sa 48e session, à Paris les 29 et 30 mai 1980, et entérinées.

24La réunion suivante de la commission a eu lieu les 16 et 17 février 1981 à Rhöndorf  : elle prit connaissance de deux nouveaux projets concernant respectivement «  Les pratiques culturelles en France et en Allemagne  » et «  Les identités culturelles, nationales et politiques  », ainsi que de deux rapports finaux concernant les programmes de formation-recherche sur «  la vie culturelle des jeunes travailleurs en France et en Allemagne  » et «  le rôle du sport dans les échanges internationaux de jeunes  ». Ce dernier rapport avait reçu un accueil mitigé de la part des associations sportives et avait été l’objet de vifs échanges notamment avec les représentants de la Deutsche Sportjugend lors du colloque sur le même thème qui avait eu lieu à Strasbourg les 9 et 10 décembre 1980. À ce propos  :

  • 46 Rapport de la commission de la recherche, réunion des 16 et 17 février 1981 à Rhöndorf, document da (...)

La commission estime qu’il convient de dissiper un malentendu  : il ne s’agissait nullement d’une critique des rencontres sportives en tant que telles, mais d’une remise en cause de l’automatisme en vertu duquel telle activité, sportive ou non, constitue en soi un élément de rapprochement international. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre la portée du travail réalisé dont la commission souligne le sérieux, notamment par l’importance attachée à l’observation participante. La préoccupation de l’office doit être celle de la rencontre et de l’apprentissage de la relation interculturelle. Une formation des praticiens dans cette perspective et une mise en garde contre les idées reçues sont nécessaires46.

  • 47 Ibid., p. 5.
  • 48 Ibid.
  • 49 Le projet de budget pour 1982, examiné par la commission au cours de sa séance du
    3 novembre 1981, (...)

25La commission rappelle aussi à l’occasion de cette réunion que, compte tenu des avancées réalisées dans le domaine formation-recherche au cours des quatre premières années de son existence, elle voudrait, à l’avenir, «  surtout s’efforcer d’exploiter les résultats de la recherche et de mieux en informer le Conseil  »47 et pour conclure elle constate «  qu’à peine un peu plus de 1  % du budget est affecté à la recherche, dont elle souligne le rôle prospectif, même si parfois les résultats dérangent  »48, et recommande au CA «  de maintenir en tout cas le volume actuel de crédits  »49.

  • 50 Résultats de la réunion de la commission de la recherche à Rhöndorf le 26 mars 1982, document dacty (...)

26Cette plongée dans le travail concret de la commission de la recherche – que nous ne pouvons évidemment pas poursuivre systématiquement – illustre l’intensité et le sérieux de l’activité de recherche au début des années 1980, mais aussi les obstacles, les hésitations et les ambiguïtés qui caractérisent ce secteur d’activité dans lequel l’Office en tant qu’institution devient plus actif et interventionniste que ne le souhaiteraient ses partenaires institutionnels, un secteur qui voit aussi s’affronter deux cultures différentes, celle des praticiens des échanges et celle des chercheurs universitaires. Située à l’interface de ces deux univers, la commission est particulièrement exposée à ces contradictions, et son malaise est d’autant plus grand que son mandat est loin d’être clair. Le compte rendu de sa réunion du 12 octobre 1982 ressemble un peu à un testament50  :

  • 51 Ibid., p. 1.

À un moment où le Conseil d’Administration va être renouvelé et où certains membres ne sont plus candidats, la commission procède à un rappel de ses activités, dont elle souligne qu’elles doivent être poursuivies  ; elle constate qu’elle a été un lieu d’apprentissage du franco-allemand et que son travail binational a débouché sur une tentative d’intégration, notamment dans le cadre de colloques réunissant praticiens et chercheurs des deux pays […]. Elle fait ressortir aussi l’importance de la recherche action, très étroitement liée à la formation, et lieu de rencontre entre animateurs et universitaires51.

27à partir de 1984 les activités de recherche seront poursuivies mais sans la commission de la recherche, remplacée par un groupe de travail «  pratique et contenus des échanges  », directement rattaché au secrétariat général. De surcroît, la restructuration de l’OFAJ et la création, au siège parisien, du bureau VIII chargé de la recherche donnera encore plus d’autonomie et de visibilité à celle-ci.

  • 52 Sources : Documents de travail, rapports d’activité ou d’orientation, dossiers OFAJ de la décennie (...)

28Pourtant la part de la recherche dans les crédits d’intervention n’augmente pas, au contraire. Pour les années 1980, on peut suivre plus facilement l’évolution des crédits de recherche parce qu’ils ne sont plus confondus avec ceux de la formation linguistique et figurent dans les tableaux financiers de l’Office au titre VIII «  études et recherches  ». En 1980 ces crédits représentent 1,38  % du total des crédits d’intervention, soit 710 000 F, qui se répartissent entre «  animation et pédagogie de groupes  » (560 000 F), «  méthodologie et pédagogie de l’enseignement linguistique  » (110 000 F) et «  études générales  » (40 000 F). En 1987 le titre VIII émarge pour 937 000 F, mais en pourcentage cela ne représente plus que 1  % du budget d’intervention. On peut remarquer que cette régression relative s’est effectuée de manière continue au cours des années 198052.

Formation et recherche

29Un thème récurrent dans le discours de l’OFAJ destiné à défendre et justifier son engagement dans les activités de recherche était la nécessité d’améliorer la formation des intervenants dans les rencontres de groupes. Il a été formulé par le secrétaire général Pierre Gril dès le milieu des années 1970, au moment où la recherche a cherché sa place et sa légitimité au sein des activités de l’Office  :

  • 53 Cf. in Bulletin de liaison de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, octobre 1975, p. 30.

L’OFAJ ne se livre à aucune recherche pédagogique fondamentale. La recherche, dans les échanges franco-allemands, est indissolublement liée à la formation de l’encadrement et à la mise en route de sessions expérimentales. Cette recherche appliquée, sans équivalent à l’heure actuelle, se veut exemplaire53.

30Bien que le principe de subsidiarité fût fondamental dans le fonctionnement de l’OFAJ, il montrait ses limites dans le cas de la formation des cadres. Peu d’organisations partenaires étaient en mesure d’assurer pour leurs personnels d’encadrement une formation spécifique, adaptée au contexte particulier des rencontres et des échanges entre jeunes français et allemands ou, plus largement, au contexte des rencontres de jeunesse internationales en général. Les formations existantes dans ce domaine étaient, de part et d’autre, en France comme en Allemagne, des formations nationales marquées dans leurs méthodes comme dans leurs objectifs par des traditions culturelles et éducatives propres à chacun des deux pays. Ce qu’il fallait mettre au point c’était une pédagogie binationale, biculturelle, intégrant les spécificités nationales de la tradition éducative dans une pédagogie qui soit véritablement interculturelle non seulement par ses objectifs mais aussi dans ses principes fondamentaux, ses références culturelles et théoriques, ses méthodes et son organisation pratique. Par sa structure binationale, par la mission dont il était chargé, l’OFAJ était le mieux placé pour entreprendre cette tâche  : son intervention était plus qu’utile, elle s’imposait naturellement. Mais il restait à convaincre ses partenaires institutionnels de la nécessité de mettre au point une pédagogie appropriée et de former (ou de laisser former) leurs animateurs à ces méthodes et principes pédagogiques issus des travaux de recherche initiés et subventionnés par l’Office.

  • 54 40e Session du conseil d’administration les 26-27 avril 1976 à Nice (archives de l’OFAJ, Paris). Dé (...)

31Depuis le milieu des années 1970, cette intervention a été considérée comme une priorité par l’OFAJ54. Le rapport présenté au CA lors de sa 40e session à Nice rappelle que

dans les premières années de l’existence de l’OFAJ, on n’a accordé que peu d’importance à une formation spécifique des animateurs. Dans leur grande majorité, les organisations estimaient que les expériences nationales suffisaient largement à faire face aux situations nouvelles créées par la vie des groupes réunissant des jeunes français et allemands. On était tout au plus prêt à investir du temps et des moyens dans l’amélioration des connaissances linguistiques des responsables.

32Mais l’expérience a montré que

  • 55 Ibid., p. 1.

la plupart des difficultés soulevées par les échanges ne pouvaient se résoudre «  d’elles-mêmes  », mais qu’il était nécessaire, pour ce faire, de familiariser les animateurs avec les situations des rencontres franco-allemandes par un travail de formation spécifique55.

  • 56 Formation des responsables et des animateurs engagés dans les échanges franco-allemands. Partie I : (...)

33D’où les nouvelles directives de 1974 et les règles fixées en 1976 pour «  la mise en œuvre d’une formation à caractère véritablement binational  »56 constituant un véritable processus d’apprentissage interculturel

  • 57 Ibid., p. 4.

donnant des informations sur une autre culture, permettant de prendre conscience de sa propre pratique culturelle ou de la percevoir d’un point de vue différent et menant à une négociation de la coopération qui tient compte de ces aspects57.

  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid. p. 5.
  • 60 Ibid.

34Cette formation binationale et interculturelle apporte aussi des réponses nouvelles et plus satisfaisantes au souci manifesté par beaucoup de responsables de ne pas évacuer la dimension politique  : celle-ci ne se présente pas ici sous la forme de la discussion théorique sur la «  grande politique  », mais «  à travers la vie quotidienne des participants  » et des «  discussions et réflexions sur le vécu des uns et des autres  »58. De même, cette nouvelle formation, au lieu de vouloir s’attaquer frontalement aux préjugés pour les éradiquer, ce qui est illusoire59, vise à «  encourager les aptitudes nécessaires à vivre lucidement avec les préjugés et à les “traiter” pour éventuellement les modifier  »60.

35Le rapport relève aussi, pour s’en féliciter, que

  • 61 Ibid. p. 6.

le nombre de programmes axés surtout sur des problématiques internes aux associations va en diminuant alors que les questions plus générales se rapportant aux relations et à la coopération franco-allemande qui président aux échanges de jeunes jouent un rôle de plus en plus important61.

36Cela permet aussi de mutualiser les séances de formation en les ouvrant à des animateurs venus d’associations diverses et en particulier d’associations qui, à elles seules, n’auraient pas les moyens d’organiser de tels stages de formation.

  • 62 Ibid., Annexe C.

37Le bilan présenté au début des années 1980 à l’occasion de la 50e session du CA au Mont-Saint-Michel en avril 1981 montre les progrès enregistrés en la matière62.

Année

Nombre de programmes

Nombre de participants

en Allemagne

en France

Total

Allemands

Français

Autres

Total

1975

32

39

71

922

896

0

1818

1976

31

61

92

777

845

4

1626

1977

61

92

153

1380

1334

6

2720

1978*

48

85

133

1298

1272

64

2634

1979

61

79

140

1344

1264

37

264S

1980

67

77

144

1314

1362

9s

2771

(*) La diminution du nombre de programmes est due à l’augmentation des taux de subvention

Premier bilan des actions de formation-recherche

  • 63 Rapport d’orientation pour 1986. Premier tirage. Document dactylographié, archives de l’OFAJ, Paris (...)

38Le conseil d’administration de l’Office a pris connaissance lors de sa 58e session (Bad Honnef les 30 et 31 mai 1985) d’un bilan portant sur un peu plus de dix ans de recherche et de formation-recherche sous la responsabilité du bureau IV «  pédagogie  », dirigé par Ewald Brass. Repris dans le rapport d’orientation pour 1986, ce rapport rappelle que «  la formation des animateurs, des formateurs et des responsables reste une des priorités de l’OFAJ  »63, avant de définir la conception de la recherche telle qu’elle est pratiquée à l’OFAJ. On rappelle d’abord les réticences et malentendus rencontrés initialement par l’introduction de la recherche  :

L’emploi du mot «  recherche  » a éveillé, au début de la mise en place des programmes formation-recherche, des représentations erronées, calquées sur ce qui est connu des recherches universitaires. Il prenait de ce fait une importance disproportionnée par rapport à l’objet qui était visé par son utilisation à l’OFAJ  : les échanges de jeunes et la formation des animateurs.

  • 64 Ibid., p. 10.

Parfois l’importance des travaux de recherche à entreprendre était, au contraire, sous-estimée  : le mot «  recherche  » ne faisait alors penser qu’à des interventions ponctuelles de chercheurs spécialistes de telle ou telle discipline, invités individuellement dans des stages, pour disparaître rapidement après avoir dialogué avec les responsables64.

39Il s’agissait dans les deux cas de malentendus, car

  • 65 Ibid.

les programmes de formation-recherche s’inscrivent dans un ensemble d’activités en interaction, comprenant la réalité vécue dans les rencontres de base, les sessions d’exploration et les stages de formation des animateurs65.

40Ces programmes, réalisés en coopération avec des associations et avec des institutions de recherche, se déroulent généralement sous la forme de cycles de trois ou quatre stages réunissant des groupes d’une trentaine de personnes (chercheurs, formateurs, responsables et animateurs d’échanges, enseignants) français et allemands auxquels viennent se joindre parfois des participants d’autres nationalités. Leur utilité est double  :

  • 66 Ibid., p. 10.

En premier lieu, ils ont pour résultat d’inciter les participants, animateurs et organisateurs d’échanges, à renouveler leurs pratiques à partir des expériences vécues au cours des stages. De plus, ils donnent lieu à la production de documents de fin de formation-recherche, diffusés soit sous forme de matériaux pédagogiques, soit pour certains d’entre eux, dans la série des textes de travail. Tous ces documents sont destinés aux enseignants, animateurs et formateurs des organisations partenaires de l’OFAJ66.

  • 67 Cf. ibid., p. 27-31 I. Principaux programmes achevés : 1. Méthodes d’animation dans les rencontres (...)

41Pour illustrer leur propos, les auteurs du rapport présenté au conseil d’administration énumèrent la liste des 13 projets déjà achevés et ayant fait l’objet d’une diffusion par différents supports soit internes à l’Office (série des «  Textes de travail  », «  Matériaux pédagogiques  » ou documents de fin de recherche) soit pour un plus grand public (articles dans des revues, publications d’instituts de recherche, actes de colloque)67, ainsi que la liste des 14 projets en cours de réalisation. La diversité des sujets abordés montre bien que ces recherches ne se contentent pas de chercher à élaborer des recettes et des méthodes pédagogiques. Elles s’intéressent aussi à une meilleure connaissance de leur public spécifique et surtout aux données particulières qui découlent de la situation de rencontre internationale, interculturelle, interlinguistique…

  • 68 La partie du rapport consacrée à la recherche a été publiée dans le numéro 8 de la série des Textes (...)

42Le rapport présenté au conseil d’administration en 1988 à l’occasion du 25e anniversaire de l’Office fait de nouveau une place privilégiée à l’activité de recherche de l’OFAJ, à ses objectifs, à ses principes directeurs et à ses méthodes68. Il rappelle que cette activité est légitimée par un double objectif  : d’une part, répondre à l’exigence d’exemplarité inscrite dans les «  directives  » adoptées par le CA car,

  • 69 Ibid., p. 2.

par l’importance de ses moyens, par ses méthodes de travail et par ses objectifs, l’Office offre un champ d’expérimentation pour un travail européen de jeunesse69

43et d’autre part mieux assurer les missions assignées à l’Office dans les relations franco-allemandes.

  • 70 Ibid., p. 18 (également les citations suivantes).

44C’est ce deuxième objectif qui est au centre du chapitre sur «  la philosophie des travaux de formation-recherche à l’OFAJ  ». On y voit affleurer une fois de plus les réticences de certains membres du CA à l’égard de l’intrusion des chercheurs extérieurs au monde associatif et aux échanges franco-allemands dans un domaine où les «  praticiens  » estiment être seuls compétents. L’on rappelle qu’il n’a jamais été question de créer à l’OFAJ quelque chose de comparable à des recherches universitaires ou à celles des laboratoires scientifiques  »70. Peut-être même, se demande-t-on «  aurait-on dû éviter au départ le terme de recherche, propre à susciter des malentendus.  » En effet «  il ne pouvait s’agir en aucun cas de privilégier la production de nouvelles théories […] pas plus que de transposer des résultats scientifiques, sans réflexion critique, au domaine des échanges  ». Au contraire, il s’agissait

  • 71 Ibid., p. 18.

dans un contact étroit avec ceux qui assument l’animation ou la direction des programmes d’apporter une aide leur permettant de mieux maîtriser les situations auxquelles ils sont confrontés sur le terrain, afin que les rencontres soient fructueuses … 71.

  • 72 Ibid.
  • 73 Ibid., p. 19.

45Après avoir pris toutes ces précautions de langage et affirmé avec force que le «  principe essentiel est – et demeure – celui d’une recherche appliquée  »72, le rapport conclut cependant que «  l’association des chercheurs aux échanges ne cesse ni d’être nécessaire, ni d’être judicieuse  »73, car le champ d’investigation dans lequel se déroule l’échange des jeunes évolue sans arrêt et de plus en plus vite, si bien qu’on ne peut pas se contenter des résultats déjà acquis  :

  • 74 Ibid.

Les contextes politiques changent, les sociétés se voient confrontées à de nouveaux types de problèmes. Les jeunes y réagissent dans leurs attitudes et leurs comportements. Les échanges doivent donc rester très sensibles à ces fluctuations, s’ils ne veulent pas se mettre en position d’hors-jeu par rapport aux réalités sociales74.

46En bref  : la formation de l’encadrement continue à être une priorité de l’Office et la recherche continue à en être la base indispensable.

  • 75 Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1988, OFAJ/DFJW (archives de l’OFAJ, Paris).
  • 76 Par exemple le colloque « Charlemagne et l’Europe, passé et avenir » en janvier 1988 à Aix-la-Chape (...)
  • 77 Sur des thèmes comme : l’Europe en 1993, l’environnement, les nouvelles technologies, les questions (...)
  • 78 Ibid., p. 53 sq.

47Le rapport d’activité de 198875 fait, lui aussi, une large place à tous les programmes scientifiques, qu’il s’agisse de la collaboration avec les universités, notamment pour l’organisation de colloques interdisciplinaires76, de la formation pédagogique, des rencontres à thème et sessions d’exploration77 ou des études et recherches pédagogiques pour lesquelles le rapport formule un catalogue de thèmes «  qui devraient faire l’objet d’un travail tourné vers l’avenir  » si l’on veut que les échanges franco-allemands débouchent véritablement sur une «  transformation durable des rapports entre nos peuples dans le contexte de la construction européenne  »78.

  • 79 Ibid., p. 11.

48Au-delà des programmes de formation-recherche appliquées aux échanges internationaux de jeunes, l’OFAJ soutient aussi la recherche binationale en facilitant et soutenant les contacts entre chercheurs des deux pays dont les travaux portent sur «  la connaissance de la vie des jeunes, de l’évolution de leurs besoins et de leurs aspirations  »79.

  • 80 Publiés dans la brochure Documents de travail – Arbeitsmaterialien, L’OFAJ a 25 ans – Bilans et per (...)

49Les chercheurs associés au travail de l’OFAJ sont largement sollicités aussi pour la célébration du 25e anniversaire de l’Office à Paris du 7 au 9 décembre 1988. Ils ont été invités à fournir des textes préparatoires pour alimenter les débats80. Jacques Demorgon, Edmond-Marc Lipiansky, Hans Nicklas, Klaus Eder, Jean-René Ladmiral, Rémi Hess ont ainsi pu exposer la quintessence de leurs recherches. Il faut remarquer qu’à aucun moment les débats n’ont mis en cause l’intérêt de ces travaux et encore moins la légitimité de la présence d’une activité de recherche au sein de l’OFAJ comme cela s’est encore produit dix ans auparavant. Cependant, le groupe de travail n°  7 «  quelles pédagogie pour les échanges  ?  », tout en reprenant une partie de l’arsenal conceptuel de l’interculturalité, ne s’identifie pas aux conclusions des groupes de chercheurs travaillant pour et avec l’OFAJ. Les participants à ce groupe de travail voudraient voir élargir le domaine de la recherche interculturelle et ont également voulu

prendre position contre une direction uniformisante de l’interculturalité. Ils pensent qu’elle se met en place sur de multiples bases économiques et culturelles. Ils ont tenu à insister sur l’importance du rôle des minorités régionales ou autres. Enfin la sauvegarde de l’emploi de la langue maternelle a été fortement soulignée.

50Par ailleurs ils estiment que

  • 81 Ibid., tome 2 : Rapport final, p. 72.

les difficultés réelles de la rencontre interculturelle demandent du temps. Un ralentissement a-t-on même précisé. De plus un réel travail de théorisation est nécessaire pour éclairer ces expériences difficiles81.

  • 82 Ibid., p. 127.

51En somme la légitimité de la recherche au sein de l’OFAJ n’est pas mise en cause, les recherches sur l’interculturel pas davantage, même si on sent des craintes inavouées à propos de la «  relativité culturelle  » où l’on voit, sans doute à tort, le risque d’une perte d’identité. Mais on invite les chercheurs à ne pas se contenter de ce qu’ils ont produit jusqu’à présent. D’une certaine manière on leur demande de s’appliquer à eux-mêmes le constat fait dans son allocution finale par le secrétaire général Daniel Groscolas  : «  le processus interculturel de remise en cause permanente s’oppose par nature à la routine  »82.

  • 83 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1989, p. 66.

52La fin des années 1980 voit également l’intensification des publications rendant compte des travaux de recherche. Les «  Textes de travail  » paraissant depuis le début de la décennie constituent de ce qu’on peut appeler la «  littérature grise  » de la recherche de l’OFAJ, à l’instar d’un certain nombre d’autres brochures de recommandation et de conseils pratiques  : ils sont prioritairement destinés au cercle limité des animateurs des rencontres, ou participants aux stages de formation, aux collaborateurs pédagogiques et aux responsables d’associations partenaires. Mais au-delà de ces besoins ponctuels, la recherche à l’OFAJ a aussi des objectifs à plus long terme  : la connaissance des fondements, des «  signaux qui expriment des valeurs fondamentales  » et de la «  manière dont fonctionne et s’élabore la perception subjective de ces signaux par les participants  »83. C’est à partir de la fin des années 1980 que les travaux de recherche élaborés avec le soutien de l’OFAJ, à la demande ou avec l’aval de l’Office, sur les thèmes et des réalités propres aux activités de l’Office sont publiés dans des collections reconnues et portés ainsi à la connaissance du grand public et de l’ensemble de la communauté scientifique et des spécialistes nationaux et internationaux. Les deux premiers volumes paraissent en 1989 dans la collection «  Bibliothèque européenne des sciences de l’éducation  » chez Armand Colin à Paris  : Jacques Demorgon, L’exploration interculturelle – pour une pédagogie internationale et Jean-René Ladmiral/Edmond Marc Lipiansky, La communication interculturelle. Dans les deux cas, le «  terrain  » des actions de l’OFAJ et de ses partenaires a servi à produire des matériaux de travail destinés certes, d’abord, aux acteurs des échanges de jeunes entre la France et l’Allemagne, mais aussi à ceux des autres pays européens. Et surtout  :

  • 84 Ibid.

Toute cette masse de productions, dont les auteurs sont des formateurs et des chercheurs d’Allemagne, de France et d’autres pays européens, témoignent d’un processus de maturation d’expériences et de théorisations d’une quinzaine d’années sans lequel des synthèses expérimentalement et scientifiquement fondées ne sont pas possibles84.

53Ces deux volumes ont été les premiers d’une longue série qui sera publiée au cours des années 1990 et 2000 par différents éditeurs en France et en Allemagne et dont la liste n’est pas encore close.

Formation et/ou évaluation

54Au cours des années 1990 et au début des années 2000 (mandats de Gert Hammer, Francis Bellanger et Babette Nieder comme secrétaires généraux) la place de la recherche comme secteur d’intervention de plein droit au sein des divers domaines d’activité de l’OFAJ ne semble plus être mise en question. C’est une place modeste en termes de volumes budgétaires (autour de 1  % du budget d’intervention dans sa totalité), mais c’est une place bien visible et qui contribue à la visibilité, au renom et à l’exemplarité de l’Office autant sinon plus que beaucoup d’autres activités mobilisant bien plus de moyens humains et financiers. La recherche semble avoir trouvé sa place et cela se traduit aussi dans les documents et rapports publiés régulièrement par l’Office. La recherche y est présente à différents titres  : d’une part, à l’occasion d’événements ponctuels comme des colloques, des congrès, des publications scientifiques issues de travaux de recherche réalisés avec le concours de l’OFAJ et souvent à son initiative, d’autre part au titre de programmes de recherche pluriannuels ou des nombreux programmes de formation pédagogique au cours desquels les organisateurs et animateurs de rencontres sont familiarisés aux concepts et méthodes de l’apprentissage interculturel élaborés et expérimentés dans les stages de formation-recherche  ; il y est question aussi de quelques nouveaux projets dont le lancement est envisagé ou décidé. C’est la situation caractéristique d’un domaine d’action bien installé qui continue à avancer sur sa lancée et qui, en même temps, se préoccupe de mettre en valeur et d’appliquer les acquis des travaux antérieurs.

  • 85 Voir ci-dessus l’étude de Hans Manfred Bock sur l’OFAJ après 1990.
  • 86 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1991, p. 43

55Les premiers rapports d’activité de cette période sont marqués inévitablement par les événements politiques liés à la chute du Mur de Berlin, puis à l’unification de l’Allemagne85. Les événements ont été trop soudains pour pouvoir être anticipés dans les programmes, mais l’OFAJ a su réagir vite, notamment en associant dès la première année des animateurs venus de l’ancienne RDA à ses sessions de formation pédagogique et en consacrant quelques sessions au thème de la RDA. Cette pratique s’est poursuivie et développée dans les années suivantes bien que les résultats ne fussent pas à la hauteur des espoirs. Le rapport d’activité de 1991 signale avec satisfaction la présence de nombreux participants venus de l’ex-RDA, mais aussi les difficultés nouvelles rencontrées du fait de «  l’asymétrie des nouveaux échanges  » alors que les «  échanges franco-allemands […] jusqu’à maintenant reposaient sur la symétrie, les structures économiques, sociales et culturelles de ces pays étant largement comparables  »86. Le rapport de 1993 signale cependant un recul d’intérêt pour ces stages parmi les participants des nouveaux Länder. D’une façon générale, ces manifestations qui représentent le principal moyen pour transférer les résultats des recherches à la pratique des échanges se sont poursuivies au moins jusqu’au milieu des années 1990 avec un volume de programmes et de participants relativement constant (en moyenne 210 programmes et 3700 participants par an).

  • 87 Rapport d’activité 1990, p. 11.

56On constate, par ailleurs, une multiplication des colloques et congrès scientifiques organisés par l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, généralement en coopération avec des universités allemandes et françaises. Ils permettent à des chercheurs venus d’horizons différents de confronter et de faire évoluer leurs conceptions sur des sujets précis en relation avec les missions de l’OFAJ et ils créent des événements qui ont un retentissement public et servent à la diffusion du savoir, une fonction qui se trouve amplifiée par la publication ultérieure des actes. On peut citer, dans cet ordre d’idées, la série des «  Congrès de l’OFAJ  » dont le premier, organisé par Henri Ménudier, a eu lieu du 23 au 25 avril 1990 à Bonn sur le thème «  Mobilité et identité ou la préparation des jeunes à l’Europe de 1993  »87. Le congrès suivant s’est tenu à Lyon en septembre 1992 sur le thème «  Espoirs et inquiétudes des jeunes  »  ; il a été suivi de «  Langue étrangère – langue du partenaire. La langue et l’apprentissage interculturel en France, en Allemagne et en Europe  » (février 1993 à Berlin) et de «  Formation à l’interculturel  : le défi de l’an 2000  » (novembre 1993 à Paris). Mais la liste des colloques scientifiques organisés ou soutenus par l’OFAJ ne s’arrête pas là  : on peut citer parmi beaucoup d’autres les journées d’études organisées à Ratisbonne du 25 au 28 octobre 1992 sur «  Identité nationale, plurielle et multiculturelle en Europe  » (universités de Ratisbonne et de Toulouse), le colloque pluridisciplinaire «  Environnement 2000  » à Aix-la-Chapelle (RWTH Aachen et ENSIC Nancy) ou le colloque universitaire franco-germano-hongrois «  Les intellectuels et le pouvoir  » (Budapest juin 1993). D’une certaine manière l’OFAJ a ainsi «  externalisé  » une partie de ses activités de recherche tout en les diversifiant.

  • 88 Rapport d’activité 1990, p. 56 sq. Ce colloque qui s’était réuni à Vaucresson du 25 au 27 -octobre (...)
  • 89 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1991, p. 43.
  • 90 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1990, p. 57. Cf. également le rapport d’orientati (...)
  • 91 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1992, p. 29.

57D’autres initiatives visaient plus particulièrement la coopération entre chercheurs français et allemands au-delà des programmes de formation-recherche de l’OFAJ. Celui-ci fut co-organisateur d’un grand colloque de spécialistes français et allemands en sciences sociales «  qui se donnent pour tâche d’étudier – dans une perspective intranationale – les diverses jeunesses  » et leurs conditions de vie88. Cette initiative a été poursuivie en 1991 et par la suite89. La même année 1990 a vu l’aboutissement d’un autre projet avec la tenue d’un colloque franco-allemand de chercheurs spécialisés dans les «  problématiques interculturelles telles qu’elles apparaissent à l’intérieur de chaque pays et plus particulièrement en relation avec la présence de populations immigrées  »90. L’OFAJ a aussi invité des chercheurs français spécialistes des questions de jeunesse pour un séjour d’étude dans les nouveaux Länder sur le thème «  Recherches en sciences sociales et la reconstruction du système universitaire  »91. Enfin on peut mentionner pour mémoire les très nombreux séminaires à thèmes organisés dans le cadre de jumelages universitaires ainsi que les bourses de recherche pour étudiants travaillant sur des sujets concernant le pays partenaire.

  • 92 Signalons du moins les principales maisons d’éditions et collections où paraissent ces ouvrages : « (...)
  • 93 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1992, p. 28 sq.
  • 94 Outre les deux versions (française et allemande) des actes du colloque de Vaucresson, il s’agit d’u (...)
  • 95 On trouvera sur le CD-Rom inséré dans le présent volume la liste des principales publications scien (...)

58Dans cette période, peu de projets de recherche nouveaux viennent s’ajouter à ceux en cours ou déjà réalisés  ; en revanche, l’activité de publication soutenue par l’Office se développe et assure aux chercheurs associés à l’OFAJ une large plateforme pour la diffusion de leurs travaux. Nous ne pouvons pas donner ici une liste exhaustive de ces publications  : celle-ci figurera en revanche sur le CD-Rom inséré dans le présent volume92. Le rapport d’activité de l’année 199293 met particulièrement l’accent sur le bilan en matière de publications et annonce l’achèvement de cinq ouvrages94 ainsi que onze autres projets de publication plus ou moins avancés95. Il est vrai que le rapport d’activité de 1993, rappelant que

  • 96 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1993, p. 50.

les travaux de recherches-formations ne prennent tout leur sens que si les moyens de diffusion des résultats, dans les deux pays, auprès d’un large public de multiplicateurs, de formateurs et de responsables institutionnels, sont assurés96,

  • 97 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1994, p. 57 sq. et 61.

59signale que plusieurs ouvrages achevés n’ont pas encore pu paraître, faute de moyens, et que d’autres risquent d’être retardés d’autant. La situation dans ce domaine s’améliore un peu en 1994  : le rapport d’activité enregistre la parution de plusieurs «  Textes de travail  » et de trois coéditions97. La situation se débloque après 1995 et les parutions se succèdent rapidement, autant dans la série des «  Textes de travail  » que dans les collections créées par divers éditeurs français et allemands. En même temps, la problématique interculturelle déborde du cadre des échanges de jeunes et s’intéresse à d’autres contextes, comme par exemple le monde des entreprises, où les contacts et les interactions entre cultures différentes jouent un rôle déterminant.

  • 98 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1995, p. 57.
  • 99 Rapport d’orientation 2000-2002, annexe au point n° 3 de l’ordre du jour de la 85e session du conse (...)
  • 100 Ibid., p. 18.

60Paradoxalement, dans le contexte de l’OFAJ, le thème semble devenir moins mobilisateur. Certes l’apprentissage interculturel est plus que jamais au centre des priorités de l’Office, et tous les programmes de rencontres et d’échanges, ainsi que toutes les formations, sont placés sous le signe de cette exigence, mais dans le domaine de la recherche, le thème semble avoir du mal à trouver un second souffle  : le nombre de publications ne doit pas faire illusion, car elles reprennent souvent des recherches plus anciennes. Un autre thème, celui de l’évaluation des programmes, prend progressivement une importance au moins égale à celle de la formation des animateurs et des formateurs. C’est loin d’être une exigence nouvelle, même si elle semble avoir été un peu perdue de vue dans les années 1980. Le colloque de 1988 l’a rappelée et signalée à l’attention des chercheurs. Les nouvelles orientations définies par le conseil d’administration à partir de 1993 préconisèrent de privilégier l’évaluation de la qualité des programmes, et un groupe de chercheurs allemands et français fut chargé de mener des «  réflexions préliminaires  ». À l’issue de celles-ci, un consensus semble s’être établi pour estimer que le meilleur moyen était «  le renforcement des capacités d’auto-évaluation et d’évolution des groupes qui participent aux échanges  » et que pour cela «  il est nécessaire de développer de nouvelles approches  »98. Les chercheurs ont donc été invités à prendre en compte cette dimension nouvelle dans leurs actions de formation-recherche et à trouver des outils d’auto-évaluation à intégrer dans la formation pédagogique des animateurs. Le rapport d’orientation pour 2000-2002, adopté par le conseil d’administration en juin 199999, réitéra cette priorité et confirma la décision de privilégier l’auto-évaluation, dont l’avantage «  réside aussi dans le fait qu’elle peut devenir une composante de l’échange lui-même et que, de cette manière, les résultats de l’évaluation peuvent être immédiatement intégrés et modifier le cours du programme  »100.

  • 101 Textes de travail n° 23 : L’immersion dans la culture et la langue de l’autre, 2006, 222 pages. Con (...)

61C’est le programme Voltaire créé en 1999 à l’initiative de Brigitte Sauzay qui fera l’objet d’un premier programme de «  recherche évaluative  » dont la méthodologie et les résultats sont exposés dans un volume de la série «  Textes de travail  »101. Cette recherche menée sur les trois populations concernées par le programme (élèves, parents, enseignants) au moyen de questionnaires, entretiens et analyses de documents, se fixait pour objectif

l’évaluation des effets de l’immersion sur la mobilité dans le cadre du programme Voltaire et veut appréhender, dans sa singularité et dans sa systématicité, la construction de l’identité personnelle et sociale chez des jeunes en situation de contact culturel et linguistique.

  • 102 Activités OFAJ/DFJW Aktivitäten 2001, p. 22. Ce cycle de réflexion, poursuivi en 2002 (cf. rapport (...)
  • 103 Activités OFAJ/DFJW Aktivitäten 2004, p. 58.

62Tous les projets mis en route au début des années 2000 ne sont pas des recherches évaluatives. Beaucoup d’entre eux portent sur l’étude de la jeunesse allemande et française dans ses attitudes et mentalités, ses comportements culturels et sociaux, ses conditions de vie, etc. C’est le cas, par exemple, du «  processus de réflexion  » lancé en 2001 sur le thème «  Cultures jeunes et rencontres franco-allemandes  »  : Comment évoluent les jeunes en France et en Allemagne  ? Quels sont leurs comportements  ? leurs préoccupations  ? Quelles conclusions en tirer au niveau pédagogique dans le domaine franco-allemand  ?102 Dans le rapport d’activité de 2004, il est fait mention aussi de deux autres projets nouveaux103  : «  Le local et le global  : les effets de la mondialisation sur les contextes de vie des jeunes dans les quartiers défavorisés en France et en Allemagne  » et «  Exclusion et inclusion de minorités dans nos sociétés, considérées du point de vue d’une articulation nécessaire dans un contexte de construction européenne  ».

  • 104 Bureau IV – Secteur « recherches ». Programme d’action 2005-2007. Document dactylographié, 8 p.
  • 105 Cf. notamment : Marion Perrefort, J’aimerais aimer parler l’allemand, 2001 ; Rémi Hess, Gabriele We (...)

63En fait, le nombre de projets de recherche en cours est beaucoup plus important, mais l’état d’avancement des neuf projets de recherche signalés dans un document rédigé en août 2005 par le bureau IV – secteur recherches104 – comme étant «  en cours  » ou «  en suspens à reprendre  » est variable et leur date d’achèvement incertaine. Le programme des «  travaux d’élaboration d’outils d’auto-évaluation destinés aux formateurs et animateurs  » n’est pas plus explicite  : il s’agit essentiellement de «  travaux à reprendre sur de nouvelles bases  ». Le document signale également deux projets nouveaux  : «  Comment apprendre la citoyenneté européenne  ?  » et «  Ethnicité, religiosité, interculturalité  », mais sans pouvoir en préciser le calendrier prévisionnel. L’activité de publication est la seule exception notable à ce ralentissement de l’activité de recherche qu’on peut observer au cours des premières années du nouveau siècle105.

  • 106 Source : OFAJ, bureau IV, Berlin.

64Cette tendance est-elle irréversible  ? La disparition, dans la version 2005 de l’accord sur l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, de la phrase donnant mission explicite à l’OFAJ d’effectuer entre autres des «  enquêtes et recherches scientifiques dans le domaine de la jeunesse  » signifie-t-elle l’abandon de cet aspect du travail de l’Office  ? Sans être devin, on peut affirmer qu’il n’en sera rien, car comment l’OFAJ pourrait-il remplir les nouvelles fonctions que lui attribue le texte de l’accord de 2005, en tant que «  centre de compétence pour les gouvernements des deux pays  » et de «  conseiller et d’intermédiaire entre les collectivités locales et territoriales ainsi qu’entre les acteurs de la société civile en France et en Allemagne  » sinon en acquérant lui-même ces compétences et cette capacité à conseiller  ? Et comment pourrait-il se passer de chercheurs pour y parvenir  ? La baisse soudaine et importante des crédits du secteur recherche et évaluation dans les budgets 2004 et 2005 (1,83  % des crédits d’intervention en 2000, 0,85  % en 2005, une diminution de plus de 50  %) ainsi que les explications données à ce propos lors de l’examen du budget de 2005 doivent être replacées dans le contexte de la grave crise financière et politique traversée par l’OFAJ. D’ailleurs ce budget a été abondé dès 2007 et a retrouvé l’étiage traditionnel de 1  % du budget d’intervention106.

65En revanche, on peut supposer que le secteur de la recherche ne fera pas l’économie d’un travail de réflexion et devra revoir ses objectifs et ses procédures pour s’adapter à un contexte social, politique, institutionnel et médiatique en rapide et constante évolution. Cette remise en question ne devrait pas lui poser de problème insoluble  : le questionnement permanent sur l’utilité et l’efficacité de la démarche scientifique choisie ne fait-il pas partie intégrante de toute activité de recherche  ? Depuis le début, une des fonctions principales de la recherche dans le cadre des activités de l’Office pour la Jeunesse avait été d’améliorer constamment leur qualité et leur efficacité en évitant qu’elles ne sombrent dans la routine. C’est à elle-même qu’elle devra appliquer également les outils d’auto-évaluation qu’elle est chargée d’élaborer.

66Dans la conjoncture actuelle, il n’est sans doute pas inutile de rappeler les conclusions du rapport de 1988 reprises dans le fascicule n° 8 des «  Textes de travail  »  :

  • 107 L’OFAJ et les explorations interculturelles (Textes de travail n° 8), p. 57.

Il faut le souligner ici  : grâce, entre autres, aux travaux de formation-recherche, l’OFAJ est l’une des rares institutions en Europe (et dans le monde) capable actuellement de jouer un rôle exemplaire d’élucidation, d’exploration, de prospective et d’anticipation dans le domaine des pratiques, des méthodes et des connaissances à acquérir pour rendre productifs les échanges de jeunes. L’OFAJ remplit ainsi son rôle qui est, aussi, d’offrir «  un champ d’expérimentation pour un travail européen de jeunesse  » tel qu’il est demandé par les Directives de son Conseil d’Administration (1.3.)  ; ils ont des effets positifs sur les pratiques et les évolutions conceptuelles des programmes  ; ils se sont fait reconnaître par de nombreux organisateurs et animateurs et par d’autres institutions internationales107.

67Ne serait-ce que par sa contribution essentielle au caractère «  exemplaire  » de l’OFAJ, largement reconnu et prouvé, la recherche a amplement justifié sa place au sein de l’institution franco-allemande. Elle a permis de trouver des réponses aux interrogations qui se sont exprimées à l’Office, parmi ses partenaires institutionnels et au niveau des deux gouvernements. Elle a été un remède efficace contre la routine et c’est une fonction plus que jamais indispensable.

Notes

1 Allemagne d’aujourd’hui 162 (2002).

2 Michel Cullin, « Formation interculturelle et recherche à l’OFAJ », ibid., p. 189.

3 Dans le cadre du présent volume et compte tenu de la place qui lui est impartie, une telle étude serait trop réductrice et trahirait son objet. Mais une approche scientifique appro-fondie telle que l’a entreprise récemment, dans une perspective comparatiste plus large, Andreas Thimmel (Pädagogik der internationalen Jugendarbeit. Geschichte, Praxis und Konzepte des Interkulturellen Lernens, Schwalbach/Ts., 2001), qui consacre trente pages aux travaux réalisés dans ce domaine par et pour l’OFAJ (« Praxisforschung und konzeptionelle Beiträge im Kontext des Deutsch‑Französischen Jugendwerks », in : ibid., p. 169‑199.) mériterait sans nul doute d’être entreprise en France aussi.

4 Nous renvoyons aussi aux articles de la première partie du présent ouvrage qui, en retraçant l’histoire générale de l’institution, sont évidemment amenés aussi à parler de la recherche.

5 Cet alinéa 2 g (devenu après 1973 alinéa 2 h) a traversé inchangé les versions successives des statuts jusqu’à la dernière en date des réformes (2005). Dans la nouvelle version de l’accord, les domaines d’action de l’OFAJ ne sont plus détaillés.

6 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité 1963-1968, Document de travail, archives de l’OFAJ, Paris. Nous le citerons ci-après dans sa version française dont le texte est sensiblement différent de son équivalent allemand, même si, comme il se doit, les conclusions des deux rapports sont identiques.

7 Ces secteurs sont : échanges dans le cadre d’organisations et d’institutions de jeunesse ou d’éducation populaire, chantiers de travail, stages « Connaissance de la France » et « à la découverte de l’Allemagne », jumelages, colonies de vacances, séjours individuels dans les familles, rencontres et stages de jeunes professionnels, échanges sportifs, scolaires et universitaires, manifestations artistiques ; ibid., p. 3 sq.

8 Ibid., p. 13.

9 Ibid., p. 14.

10 Ibid., p. 20.

11 Ibid., p. 23.

12 Ibid., p. 22.

13 Ibid., p. 97.

14 Ibid., p. 96.

15 Ibid., p. 91.

16 Ibid., p. 97.

17 OFAJ/DFJW Kongress-Congrès, en particulier le rapport de la commission n° 1, ici p. 19.

18 Ibid., p. 39.

19 Rapport d’activité 1963-1973 ; Document OFAJ : archives de l’OFAJ, Paris, p. 15 et 16.

20 Ibid., p. 29.

21 Ibid., p. 30. En particulier les enquêtes réalisées en 1970 auprès de lycéens munichois et parisiens et le colloque organisé avec le Centre d’études germaniques de Strasbourg en 1972 sur la psychologie de la rencontre franco-allemande et publié dans la Revue d’Allemagne 2 (1973).

22 Ibid.

23 Ibid., p. 32 sq. Il s’agit essentiellement de méthodes d’enseignement programmé, de matériel audio-visuel ou d’ateliers linguistiques.

24 Ibid., p. 33

25 Ibid., p. 35 sq.

26 Ibid., annexes non paginées (p. 92).

27 Cité par Henri Ménudier dans Dix ans d’OFAJ, Documents 5 (1973), p. 20.

28 Ibid.

29 Interview de Pierre Gril in Éducation, 16 janvier 1975, p. 91.

30 Ibid.

31 « Une expérience de recherche en matière de pédagogie internationale […]. Un groupe d’innovations théoriques et pratiques dirigé par MM. Pagès et Müller essaie de déterminer quel est le comportement des jeunes dans la rencontre à caractère binational. » (Pierre Gril dans la même interview parue dans l’Éducation en janvier 1975). Les conclusions de ce groupe de recherche susciteront beaucoup de réactions négatives. Voir aussi, ci-dessus, l’étude de Katja Marmetschke sur l’OFAJ dans les années 1970.

32 Il faut citer dans cet ordre d’idées en particulier Ewald Brass, Barbara Stummeyer et Dieter Reichel.

33 Une des premières publications scientifiques de l’Office fut le travail pionnier d’Yvon Bourdet, Préjugés français et préjugés allemands, étude empirique concernant un millier de jeunes Allemands et de jeunes Français des deux sexes vivant ensemble dans des camps de vacances, 1980, Ofaj, 84 p.

34 Ces deux instances centrales, le Deutscher Bundesjugendring (DBJR) et le Comité national des associations de jeunesse et d’éducation populaire (CNAJEP) représentent quasiment l’ensemble des associations de jeunesse allemandes et françaises.

35 DBJR/CNAJEP. Conférence franco-allemande, 19-21 octobre 1977. Rapport du groupe de travail n° 3 : « les problèmes de la pédagogie internationale rencontrés dans les activités franco-allemandes », document dactylographié, archives de l’OFAJ, Paris, p. 2.

36 Ibid., p. 3 sq.

37 PV de la 38e session du CA, Paris, 26-27 mai 1975, p. 4.

38 CR de la 40e session du CA, Nice, 26-27 avril 1976, p. 9 sq..

39 PV de la 41e session du CA, Rhöndorf, 25-26 octobre 1976, p. 11.

40 Ibid. Les premiers membres nommés à cette commission étaient MM. Dreyfus, Bordat et Muller du côté français ; Juraschek, Stephan et Lichtwark du côté allemand.

41 PV du 42e session du CA, 5-7 juin 1977 à Strasbourg, p. 7.

42 PV du 43e session du CA, 29-30 novembre 1977 à Berlin, p. 5.

43 PV de la 47e session, adopté au cours de la 48e session le 29-30 mai 1980 à Paris, ici p. 13 et 14.

44 Aux six membres de la commission sont venus se joindre trois « autres membres du conseil d’administration » et six membres de l’administration de l’OFAJ (MM. Wilke, Lallement, Brass, Herrmann, Reichel, Siffermann). Ibid.,. p. 1.

45 Document cité ci-dessus. Annexes.

46 Rapport de la commission de la recherche, réunion des 16 et 17 février 1981 à Rhöndorf, document dactylographié, archives de l’OFAJ, Paris, p. 2. Dossiers aimablement communiqués par M. Bernard Viale.

47 Ibid., p. 5.

48 Ibid.

49 Le projet de budget pour 1982, examiné par la commission au cours de sa séance du
3 novembre 1981, prévoit un crédit global de 600 000 F pour la recherche (art. 0810) qui se répartissent comme suit : 102 300 F pour les travaux de fin de recherche (quatre projets) ; 427 200 F pour la poursuite des travaux en cours (15 projets) ; 52 100 F pour deux nouveaux projets ; 18 400 F pour les secrétariats des groupes de travail. Cf. Résultats de la réunion de la commission de la recherche à Paris le 3/11/1981 – Document dactylographié, archives de l’OFAJ, Paris, p. 1.

50 Résultats de la réunion de la commission de la recherche à Rhöndorf le 26 mars 1982, document dactylographié, archives de l’OFAJ, Paris.

51 Ibid., p. 1.

52 Sources : Documents de travail, rapports d’activité ou d’orientation, dossiers OFAJ de la décennie 1980.

53 Cf. in Bulletin de liaison de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, octobre 1975, p. 30.

54 40e Session du conseil d’administration les 26-27 avril 1976 à Nice (archives de l’OFAJ, Paris). Décision du conseil d’administration concernant le perfectionnement des animateurs. On y lit en particulier :

« […] Une formation spécifique est indispensable pour animer des programmes allant « de la première découverte des réalités françaises et allemande à l’apprentissage de la coopération binationale et multinationale et à la capacité de développer en commun de nouvelles formes de vie » (§ 2. 2 des Directives). Celle‑ci ne saurait relever de modèles nationaux, elle relève davantage de la confrontation entre les conceptions pédagogiques des deux pays. »

« […] l’Office ne soutiendra plus, au titre de la formation, de programmes réalisés dans le cadre de formations nationales, généralement conçus en vue de l’obtention d’une attestation ou d’un diplôme national »

Concernant les seuls programmes de formation dorénavant soutenus, on précise :

« les programmes sont destinés à des animateurs ayant déjà une “formation de base” sur le plan national et une expérience des groupes, ils devront en outre avoir une connaissance suffisante de l’autre pays et de sa langue.

» les programmes seront orientés aussi bien en fonction de la connaissance des objectifs et des problèmes particuliers aux relations internationales de jeunes qu’en fonction des contenus techniques et opérationnels.

» à cet effet, l’Office encourage les partenaires à inclure dans leurs équipes de formateurs des chercheurs acceptant de travailler en coopération avec les animateurs et les participants

» de même l’Office renforcera son action d’information sur les résultats de la recherche pédagogique (organisation de journées d’études réunissant les formateurs des associations et les chercheurs ayant participé à des programmes expérimentaux, publication de documents de travail et de brochures). »

55 Ibid., p. 1.

56 Formation des responsables et des animateurs engagés dans les échanges franco-allemands. Partie I : Contribution de l’OFAJ. Document pour la 50e session du conseil d’administration, Mont-Saint-Michel les 13 et 14 avril 1981, annexe B.

57 Ibid., p. 4.

58 Ibid.

59 Ibid. p. 5.

60 Ibid.

61 Ibid. p. 6.

62 Ibid., Annexe C.

63 Rapport d’orientation pour 1986. Premier tirage. Document dactylographié, archives de l’OFAJ, Paris, ici p. 9.

64 Ibid., p. 10.

65 Ibid.

66 Ibid., p. 10.

67 Cf. ibid., p. 27-31 I. Principaux programmes achevés : 1. Méthodes d’animation dans les rencontres franco‑allemandes — 2. Animation des échanges scolaires franco‑allemands — 3. Pédagogie des échanges de jeunes travailleurs — 4. Le rôle du sport dans les échanges internationaux de jeunes — 5. Les conceptions et les pratiques d’animation en France et en Allemagne — 6. Pouvoir et communication dans les groupes bilingues — 7. Comment les hommes et les femmes ont‑ils appris à vivre dans leur contexte national respectif ? — 8. Le rôle des centres de vacances dans le cadre des échanges de jeunes — 9. Socialisation des enfants à l’école primaire — 10. Analyse des contenus de manuels scolaires — 11. La formation des instituteurs et des institutrices dans les écoles Normales et les Pädagogische Hochschulen dans la perspective des échanges de jeunes — 12. La pédagogie des rencontres de jeunes entre villes jumelées — 13. Le contexte culturel des jeunes travailleurs

II. Programmes en cours de réalisation : 1. Contexte culturel des jeunes travailleurs et élaboration de méthodes d’animation adaptées à leurs besoins — 2. Dynamique des groupes bilingues et identité nationale — 3. L’approche des « différences » dans les relations interculturelles et internationales — 4. Les effets des différentes socialisations de l’enfant et du jeune sur les aptitudes à vivre et à comprendre les relations interculturelles et internationales — 5. Les communications entre individus et groupes originaires de cultures différentes — 6. Les différents aspects des apprentissages interculturels — 7. Répercussions des nouveaux langages informatiques sur les communications interculturelles — 8. Les imprégnations télévisuelles et leurs influences sur les rencontres de jeunes — 9. Les bouleversements scientifiques sont en train de changer les connaissances sur lesquelles reposent nos systèmes d’enseignement et de formation : recherches sur les nouvelles perspectives à développer dans le champ des relations internationales et interculturelles des jeunes — 10. Quelle éducation et quelles formations des jeunes dans le contexte européen ? Avec quels apprentissages ? — 11. La prime éducation, l’enculturation et les apprentissages précoces de l’interculturalité — 12. Cycle expérimental destiné à des enseignants engagés dans les échanges scolaires — 13. Socialisation des enfants à l’école primaire et ouverture sur l’autre (autres pays, autres cultures, autres peuples) — 14. Pédagogies de la transculturalité et de l’interculturalité dans un contexte européen.

68 La partie du rapport consacrée à la recherche a été publiée dans le numéro 8 de la série des Textes de travail : L’OFAJ et les explorations interculturelles : des recherches qui ouvrent de nouvelles perspectives en Europe (réédité en 1994).

69 Ibid., p. 2.

70 Ibid., p. 18 (également les citations suivantes).

71 Ibid., p. 18.

72 Ibid.

73 Ibid., p. 19.

74 Ibid.

75 Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1988, OFAJ/DFJW (archives de l’OFAJ, Paris).

76 Par exemple le colloque « Charlemagne et l’Europe, passé et avenir » en janvier 1988 à Aix-la-Chapelle, ibid., p. 44.

77 Sur des thèmes comme : l’Europe en 1993, l’environnement, les nouvelles technologies, les questions liées à la vie des femmes, la communication interculturelle et les situations multiculturelles, ibid., p. 49 sq.

78 Ibid., p. 53 sq.

79 Ibid., p. 11.

80 Publiés dans la brochure Documents de travail – Arbeitsmaterialien, L’OFAJ a 25 ans – Bilans et perspectives / 25 Jahre DFJW – Bilanz und Perspektiven, 1988. 2 tomes, le deuxième contient le « Rapport final ».

81 Ibid., tome 2 : Rapport final, p. 72.

82 Ibid., p. 127.

83 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1989, p. 66.

84 Ibid.

85 Voir ci-dessus l’étude de Hans Manfred Bock sur l’OFAJ après 1990.

86 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1991, p. 43

87 Rapport d’activité 1990, p. 11.

88 Rapport d’activité 1990, p. 56 sq. Ce colloque qui s’était réuni à Vaucresson du 25 au 27 -octobre 1990 a donné lieu à la publication de deux forts volumes : René Bendit, Gérard Mauger, Christian von Wolffersdorff (éds), Jugend und Gesellschaft. Deutsch--französische Forschungs-perspektiven, Baden-Baden, 1993, et Id., Jeunesses et sociétés, perspectives de la recherche en France et en Allemagne, Paris, 1994 (Bibliothèque des -sciences de l’éducation).

89 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1991, p. 43.

90 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1990, p. 57. Cf. également le rapport d’orientation pour 1991, p. 36 sq.

91 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1992, p. 29.

92 Signalons du moins les principales maisons d’éditions et collections où paraissent ces ouvrages : « Deutsch-Französische Studien », Nomos (Baden-Baden) ; « Bibliothèque européenne des sciences de l’éducation », Armand Colin (Paris) ; « Exploration inter-culturelle et science sociale », Anthropos-Economica (Paris) ; « Europäische Bibliothek interkultureller Studien », Campus (Francfort/Main, New York) ; Leske und Budrich (Opladen) ; « Au cœur de la formation », éd. Retz (Paris).

93 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1992, p. 28 sq.

94 Outre les deux versions (française et allemande) des actes du colloque de Vaucresson, il s’agit d’un ouvrage collectif intitulé Relations et apprentissages interculturels, lui aussi publié en deux versions et de la version française de Le couple mixte et ses enfants dans l’Europe des nations.

95 On trouvera sur le CD-Rom inséré dans le présent volume la liste des principales publications scientifiques réalisées en collaboration et avec le soutien de l’OFAJ.

96 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1993, p. 50.

97 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1994, p. 57 sq. et 61.

98 OFAJ/DFJW, Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1995, p. 57.

99 Rapport d’orientation 2000-2002, annexe au point n° 3 de l’ordre du jour de la 85e session du conseil d’administration, Aubervilliers le 22 juin 1999.

100 Ibid., p. 18.

101 Textes de travail n° 23 : L’immersion dans la culture et la langue de l’autre, 2006, 222 pages. Contributions de Gilles Brougère, Lucette Colin, Hans Merkens, Katrin Kaufmann, Hans Nicklas, Marion Perrefort, Volker Saupe.

102 Activités OFAJ/DFJW Aktivitäten 2001, p. 22. Ce cycle de réflexion, poursuivi en 2002 (cf. rapport d’activité pour 2002 p. 25) a donné lieu à un rapport intermédiaire de 33 pages (juillet 2002).

103 Activités OFAJ/DFJW Aktivitäten 2004, p. 58.

104 Bureau IV – Secteur « recherches ». Programme d’action 2005-2007. Document dactylographié, 8 p.

105 Cf. notamment : Marion Perrefort, J’aimerais aimer parler l’allemand, 2001 ; Rémi Hess, Gabriele Weigand, L’observation participante dans les situations interculturelles, 2006 ; Jacques Demorgon, Edmond‑Marc Lipiansky, Burkhard Müller, Hans Nicklas, Dynamiques interculturelles pour l’Europe, 2003 ; Jean‑René Ladmiral, Edmond‑Marc Lipiansky, Interkulturelle Kommunikation – Zur Dynamik mehrsprachiger Gruppen, 2000 ; Klaus Eder, Kulturelle Identität zwischen Tradition und Utopie. Soziale Bewegungen als Ort gesellschaftlicher Lernprozesse, 2000 ; Jacques Demorgon, EdmondMarc Lipiansky, Burkhard Müller, Hans Nicklas, Europa-kompetenz lernen, Interkulturelle Ausbildung und Evaluation, 2001 ; Hans Merkens, Jacques Demorgon, Gunter Gebauer (éds), Kulturelle Barrieren im Kopf. Bilanzen und Perspektiven des interkulturellen Managements, 2004 ; Burkhard Müller, Richard Hellbrunn, Jeanne Moll, Tom Storrie, Gefühle Denken. Macht und Emotion in der pädagogischen Praxis, 2005 ; Hans Nicklas, Burkhard Müller, Hagen Kordes (éds), Interkulturell denken und handeln. Theoretische Grundlagen und gesellschaftliche Praxis, 2006.

106 Source : OFAJ, bureau IV, Berlin.

107 L’OFAJ et les explorations interculturelles (Textes de travail n° 8), p. 57.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540