Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Deuxième partie : Champs d’action et domaines d’intervention de l’OFAJ

Les échanges universitaires dans le programme d’activités de l’OFAJ

Corine Defrance

Texte intégral

1Dressant un bilan à l’occasion de son 30e anniversaire, en 1993, les responsables de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse constatèrent  :

  • 1 OFAJ, Rapport d’activité 1992.

Les échanges universitaires ont présenté moins de difficultés d’organisation que d’autres types de rencontres. En 1963, l’OFAJ trouvait déjà un terrain favorable, ne serait-ce que par l’existence d’un réseau de jumelages universitaires officiels et de relations bilatérales privilégiées entre associations d’étudiants spécialisées, habituées à l’international1.

  • 2 www.dfh-ufa.org/uploads/media/dfh_ufa_2005-07-01_geifes_02.ppt

2Cette relative facilité des échanges universitaires, en raison de la pluralité des partenaires, de la motivation des étudiants et du moindre barrage linguistique, a-t-elle été un atout sur lequel l’OFAJ a pu s’appuyer ou au contraire a-t-elle dissuadé l’Office de s’investir dans un secteur où son intervention pouvait ne pas paraître indispensable, voire faire double emploi avec celle des ministères et de l’ensemble des institutions en charge de l’enseignement supérieur  ? Pour donner la mesure du dynamisme des échanges universitaires bilatéraux, rappelons qu’aujourd’hui 6200 étudiants français sont inscrits dans les établissements d’enseignement supérieur allemands et 7000 jeunes Allemands dans les institutions universitaires françaises2. Si la création de l’OFAJ semble avoir marqué, en 1963, le triomphe d’une nouvelle conception de la «  culture  », beaucoup moins élitiste et même particulièrement attentive à la dimension «  populaire  », la coopération universitaire ne risquait-elle pas de ramener l’Office vers des formes traditionnelles de relations culturelles  ? Nous nous proposons ici d’apprécier à quel degré l’OFAJ s’est senti investi d’une «  mission  » particulière dans le champ de la coopération universitaire, comment il s’est adapté, au fil de ces quarante cinq ans d’existence, aux évolutions du paysage universitaire franco-allemand et européen, et dans quelle mesure l’Office a misé sur ce secteur particulier d’activités pour répondre aux principaux défis politiques de ces années  : la construction européenne, la réunification allemande, l’élargissement et la crise de l’Union.

Les années soixante  : les interrogations de l’OFAJ sur sa vocation à intervenir dans la coopération universitaire

  • 3 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968.
  • 4 Dans l’article 2 de l’accord du 5 juillet 1963 portant création de l’OFAJ, il était précisé que l’a (...)
  • 5 Cf. Henri Ménudier, Das Deutsch-Französische Jugendwerk. Ein exemplarischer Beitrag zur Einheit Eur (...)

3Au lendemain de sa fondation, l’OFAJ s’était fixé deux objectifs  : accroître globalement le nombre de jeunes participants aux échanges et démocratiser ces contacts, en permettant aux jeunes de toutes catégories sociales, professions et régions d’y participer3. Ainsi, les échanges d’étudiants et la coopération universitaire n’en constituaient alors pas une priorité tout en restant dans le champ d’activité de l’Office, ce qu’attestait l’organigramme de la nouvelle institution4. Dans la structure mise en place en 1963, au sein de chaque section nationale, un bureau était chargé des «  échanges scolaires et universitaires  », c’est-à-dire des échanges culturels dans le sens classique du terme5.

Des échanges universitaires franco-allemands déjà denses en 1963

  • 6 MAE/Paris, RFA 1961-1970, vol. 1659, réunion de la commission interministérielle pour la coopératio (...)
  • 7 Cf. Corine Defrance, Les alliés occidentaux et les universités allemandes 1945-1949, Paris, 2000.
  • 8 Cf. Helmut Coing, « Les relations entre les universités françaises et allemandes pendant les années (...)
  • 9 Texte du traité publié in : La Documentation française (articles et documents), 28 octobre 1957. Vo (...)
  • 10 Cf. Heinrich Küppers, Bildungspolitik im Saarland, 1945-1955, Sarrebruck, 1984 ; Corine Defrance, « (...)
  • 11 Cf. Corine Defrance, « Les relations universitaires franco-allemandes avant 1963. Impulsions instit (...)
  • 12 Reinhart Meyer-Kalkus, « Les relations universitaires franco-allemandes, 1963-1992 », in : Henri (...)

4Au moment de la fondation de l’OFAJ, 2 000 étudiants allemands fréquentaient les universités françaises et 600 Français les universités allemandes (dont 200 à Sarrebruck)6, ce qui témoignait à la fois de la vivacité et du déséquilibre de ces échanges. Un chemin considérable avait été parcouru entre 1945 et la signature du traité du 22 janvier 1963. Après cinq années de politique universitaire française en Allemagne sans relations universitaires franco-allemandes7 (pendant la période d’occupation militaire), la coopération universitaire se développa au cours des années cinquante, profitant davantage des impulsions venues de la société civile (les jumelages d’universités) et des décisions prises spontanément par les autorités universitaires françaises et allemandes (la mise en place de la Conférence franco-allemande des Recteurs en 1958) que des directives émanant des gouvernements de Paris et de Bonn8. Ainsi l’accord culturel franco-allemand de 1954 n’avait-il pas suscité la dynamique espérée9. En revanche, l’établissement d’institutions culturelles françaises et allemandes dans le pays partenaire constitua une bonne base de départ pour le développement ultérieur des relations universitaires franco-allemandes (fondation de l’université de la Sarre par l’occupant en 1948, mise en place du réseau de centres culturels français en Allemagne, puis plus tard, ouverture des premiers Instituts Goethe en France, de la Maison de l’Allemagne à la Cité universitaire de Paris en 1956, du Centre allemand de recherche historique à Paris en 1958, puis du bureau du DAAD à Paris en 196310). Néanmoins, la coopération en restait encore largement au stade de la connaissance du partenaire et il n’y avait encore ni grands projets de recherche franco-allemands, ni outils communs11. Aussi, en 1963, la coopération universitaire avait encore besoin de prendre son plein essor et le traité de l’Élysée l’éleva, en quelque sorte, au rang de «  priorité politique  »12.

La «  valeur particulière  » des échanges universitaires dans la politique de l’OFAJ

  • 13 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968.

5Dans le premier bilan à cinq ans, en 1968, l’OFAJ reconnaissait implicitement l’ambiguïté de sa politique à l’égard des étudiants  : «  Les échanges universitaires n’en gardent cependant pas moins une valeur particulière  »13.

1965

1968

1971

Part du secteur "scolaires et étudiants"

10,07  %

14,32  %

15,36  %

  • 14 PA/AA, B 90-600, vol. 409, 2e rencontre Fouchet/Kiesinger, 8 novembre 1963, Paris, rapport du 12 no (...)

6Bien qu’il n’ait pas été possible de distinguer ce qui revenait au «  scolaire  » et à «  l’universitaire  », la part du budget global de l’OFAJ attribué au secteur des «  jeunes dans le système éducatif  » augmenta considérablement (un tiers) au fil des années soixante. Sans doute la pression conjointe du ministre français de l’Éducation nationale et du plénipotentiaire allemand pour les Relations culturelles avec la France n’y fut-elle pas étrangère. En novembre 1963, Christian Fouchet et Kurt Georg Kiesinger formulèrent une directive pour le conseil d’administration demandant que l’OFAJ accordât la priorité dans les échanges aux élèves et étudiants apprenant la langue du partenaire, et accentuât la préparation linguistique pour les échanges extrascolaires14.

  • 15 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 78.

7En 1968, l’Office reconnut que les échanges universitaires présentaient beaucoup moins de difficultés d’organisation que la plupart des autres types de rencontres en raison de la «  communauté de formation et d’intérêts  » des destinataires d’une part, et de la très grande expérience des échanges chez les responsables des associations d’étudiants d’autre part15. Ainsi, le public ciblé était particulièrement motivé et l’encadrement déjà expérimenté. En effet, les échanges universitaires s’adressaient à des jeunes gens généralement plus âgés pour qui l’objectif n’était pas tant l’apprentissage linguistique que la «  découverte  » de l’autre pays. Les études communes constituaient souvent le point de départ de la plupart des contacts universitaires  :

  • 16 Ibid.

Les liens sont souvent noués par des relations personnelles entre professeurs ou entre assistants des deux pays. Les jumelages officiels d’universités, dont le nombre est en augmentation, ne doivent certes pas être sous-estimés, mais ne sont qu’une forme des relations universitaires16.

  • 17 Henri Reynaud, Les relations universitaires entre la France et la République Fédérale d’Allemagne d (...)
  • 18 On peut parler de reprise de contact dans la mesure où il y eut, avant la Seconde Guerre mondiale, (...)
  • 19 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 79.
  • 20 Lors de la 6e session du CA de l’OFAJ, les 1er et 2 février 1965, le secrétaire général insista sur (...)

8L’Office entendait aller plus loin que le jumelage. En effet, les débuts de la coopération universitaire franco-allemande relevaient davantage du défi politique (servir la réconciliation bilatérale) que de la collaboration scientifique et éducative, à tel point que ces premiers échanges de l’après-guerre ont été qualifiés de «  travail para-universitaire  »17. Il était temps désormais de dépasser le stade de la rencontre et de la (re-)prise de contacts pour entamer la coopération18. Les différents types de programmes initiés ou soutenus par l’OFAJ devaient en témoigner. Avant d’en dresser le bilan, notons le refus de l’OFAJ de subventionner toute forme de tourisme camouflé (les «  voyages d’études  »). En revanche, l’Office estimait très fructueuse la pratique des séminaires universitaires franco-allemands en raison «  des liens qu’ils créent entre des jeunes qui exerceront ensuite des professions homologues dans l’un et l’autre pays  »19. En fait le secrétaire général de l’OFAJ, François Altmayer (1963-1968), comprit très vite que les rencontres d’étudiants, en particulier de ceux qui maîtrisaient déjà bien la langue du partenaire, permettaient à l’OFAJ d’une part de recruter les animateurs dont celui-ci avait besoin pour toutes les autres formes de rencontres de jeunes, d’autre part d’agir sur les «  multiplicateurs  », futurs enseignants ou cadres des milieux politiques, économiques, syndicalistes et culturels. Il fallait agir sur les futures élites susceptibles d’ancrer plus profondément la réconciliation et la coopération franco-allemande20. C’est ainsi, sans aucun doute, qu’il faut interpréter la «  valeur particulière  » du public estudiantin pour l’OFAJ.

Un investissement initial majoritairement tourné vers les programmes lourds

  • 21 En 1967, 65 bourses de ce type furent attribuées à des Allemands et 64 à des Français.
  • 22 Cf. Rainer Hudemann, « Wiederaufbau und Interessenpolitik. Zu den politischen Rahmen-bedingungen de (...)
  • 23 PA/AA, B 90-600, vol. 413, PV de la 6e session du CA, 1er et 2 février 1965.
  • 24 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 67.

9Dans les activités universitaires de l’OFAJ au cours des années soixante peuvent être distingués d’une part tout un éventail de bourses, d’autre part les programmes particuliers. L’OFAJ attribuait ou cofinançait plusieurs types de bourses permettant de renforcer les coopérations initiées par les partenaires universitaires déjà établis  : 1. Les bourses de longue durée qui ne suffisaient pas à répondre à une demande très importante, l’OFAJ étant représenté dans les commissions chargées de la sélection des boursiers  ; 2. Les bourses de jumelages, attribuées dans le cadre des jumelages universitaires franco-allemands21  ; 3. Les bourses d’études à l’université de la Sarre. En raison de l’histoire même de sa fondation, l’université de Sarrebruck était alors le seul établissement d’enseignement supérieur où, dans certains instituts (Centre d’études juridiques françaises  ; Europa-Institut  ; Institut für Übersetzen und Dolmetschen), des étudiants pouvaient passer des diplômes français (ce qui permettait de contourner l’absence d’équivalences)22. En février 1965, le conseil d’administration de l’OFAJ proposa de soutenir cette université en raison de son rôle de passerelle entre les deux pays23. En 1967, l’OFAJ attribua 79 bourses (à des Français uniquement) en fonction de critères sociaux et des qualifications universitaires des candidats  ; 4. Les bourses de cours d’été dans une université ou un institut linguistique. L’OFAJ déplorait le décalage très grand qui s’était instauré, contrevenant au principe de parité  : 120 bourses attribuées à des Français et 30 seulement à des Allemands. Avant la fin des années soixante, l’OFAJ devait déjà cesser de financer ce dernier type de bourses24.

  • 25 Une quinzaine de jeunes fonctionnaires ou juristes, venant de terminer leurs études, suivait le cyc (...)
  • 26 PA/AA, B. Paris 1051/1, lettre de la Alexander von Humboldt-Stiftung du 17 août 1927 à l’ambassade (...)

10Parmi les «  programmes particuliers  », les principaux furent les stages d’étudiants allemands à l’École nationale d’administration (ENA)25  ; les stages cliniques dans des établissements hospitaliers destinés aux jeunes étudiants en médecine (80 participants français et allemands en 1968)  ; les stages pour juristes (permettant aux jeunes licenciés en droit des deux pays de faire un stage pratique de 5 mois auprès d’avocats ou d’avoués de l’autre pays). Une place particulière doit être accordée à un «  programme pilote  », celui des germanistes. Ce programme était né en 1967 à l’initiative du germaniste Pierre Bertaux, lui-même premier bousier français de la Fondation Alexander von Humboldt dans l’entre- deux-guerres, devenu entre temps professeur à la Sorbonne puis fondateur de l’Institut d’allemand d’Asnières en 196926. Ce programme devait permettre à de jeunes germanistes français, après leur première année à l’université, d’effectuer un semestre d’études dans une université allemande. Il fut organisé par l’OFAJ en coopération avec le DAAD et les sections de romanistique de certaines universités allemandes qui opéraient la sélection en fonction des résultats universitaires des candidats. En 1967, il toucha 180 étudiants germanistes de la Sorbonne (parmi lesquels 140 reçurent une bourse de l’OFAJ), et 240, venus de toutes les universités françaises, un an plus tard. Dans le rapport de 1968, l’OFAJ notait  :

  • 27 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 83.

Cette expérience est suivie avec attention par la Commission franco-allemande des Recteurs, et il faut espérer qu’elle pourra être institutionnalisée27.

  • 28 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 66.

11Signalons encore qu’au cours des premières années, grâce à la coopération entre le Centre national des œuvres universitaires et scolaires (CNOUS) et la Zentralstelle für Arbeitsvermittlung (ZfA), des emplois temporaires de 4 à 8 semaines furent offerts aux étudiants français ou allemands dans le pays partenaire, que l’OFAJ cofinança initialement28.

12Aussi, au bout de cinq ans de fonctionnement, l’OFAJ pouvait-il tirer quelque fierté de son bilan d’activité en matière universitaire. Alors qu’avant 1963, germanistes français et romanistes allemands avaient majoritairement profité des échanges universitaires bilatéraux, désormais ceux-ci s’ouvraient aux étudiants de presque toutes les disciplines. Mais la place des germanistes restait privilégiée et la part des programmes qui s’adressaient à la fois aux étudiants allemands et français restait réduite. Si l’OFAJ parvenait globalement à maintenir le principe de parité entre Français et Allemands, la plupart des programmes restaient unilatéraux (cf. le programme des germanistes français, des stagiaires allemands à l’ENA, des étudiants français à Sarrebruck…), ce qui ne correspondait pas à la philosophie de l’institution. Certes, l’OFAJ contribuait à accroître la mobilité des étudiants, mais l’Office savait où résidait le principal obstacle à cette mobilité  :

  • 29 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 85.

Le couronnement de cette œuvre est l’équivalence des études et des diplômes  ; c’est un problème qui échappe complètement à la compétence de l’Office, mais à propos duquel il faut signaler le rôle éminent et fructueux de la Commission franco-allemande des recteurs29.

  • 30 Au sujet de l’établissement des équivalences, voir Ansbert Baumann, « Éducation et Jeunesse : “Ress (...)

13La crise de 1968 allait emporter cette commission dans la tourmente, et la question des équivalences devoir attendre les années 1980 pour trouver un début de solution30.

Les «  longues  » années soixante-dix (1969-1983)  :
crises et adaptation

14Au tournant des années soixante et soixante-dix, l’OFAJ dut faire face à une crise double, d’une part, la réduction considérable de son budget qui faillit remettre en cause le rôle de l’institution en matière scolaire et universitaire, d’autre part, le choc de mai 1968 et ses répercussions dans les deux pays.

Un débat âpre sur le rôle de l’OFAJ en matière universitaire

  • 31 Cf. Ménudier (op. cit., note 5), p. 123 sq.
  • 32 OFAJ, « rapport provisoire sur l’exercice 1970 », annexe au PV de la 25e session du CA, 26-27 novem (...)
  • 33 Ibid.

15À la fin des années soixante, le gouvernement français adopta une politique de restriction budgétaire qui affecta aussitôt sa contribution au fonds commun de l’OFAJ. Comme la parité des contributions gouvernementales était la règle, la contribution allemande baissa31. Mais au-delà de ces coupes budgétaires, la part du budget global de l’Office affectée aux secteurs scolaire et universitaire chuta tout au long des années 1970, témoignant de ce que ces échanges n’étaient pas une priorité (la part du secteur universitaire passa de 12  % en 1975 à moins de 9  % en 1982). Le rapport d’activité de 1970 relevait déjà que les échanges de scolaires, d’étudiants et de sportifs avaient été les secteurs les plus affectés par les restrictions budgétaires32. Lors des discussions de juin 1973 pour l’établissement de nouvelles directives pour l’Office, le débat fut très vif en conseil d’administration  : Pierre Garrigue (bureau des relations internationales, ministère de l’Éducation nationale) et Hansgerd Schulte (président du DAAD) dénonçaient certains courants présents au conseil, enclins à sacrifier les échanges scolaires et universitaires dans les activités de l’OFAJ sous prétexte que ces domaines relevaient des ministères compétents en France et en Allemagne. Garrigue souligna alors «  que l’idée d’une relève de l’Office par les administrations scolaires et universitaires dans l’immédiat est une illusion qu’il importe de dissiper  » et il se demanda «  si une telle opération serait parfaitement conforme à la lettre comme à l’esprit du traité franco-allemand de 1963  »33. Schulte proposa alors d’aboutir à un compromis  : comme l’OFAJ ne pouvait pas tout subventionner et qu’il fallait faire des choix, il fallait définir de manière transversale un objectif prioritaire  : «  atteindre le multiplicateur  ». Il déclara  :

  • 34 Ibid.

L’école, l’université, y compris l’école technique ne sont que des instruments. Ils ne doivent pas être subventionnés en qualité d’institutions, mais l’on doit utiliser les possibilités qu’elles offrent en tant qu’instruments pour la formation de multiplicateurs. Nous ne devrions pas considérer le problème sous l’angle des institutions, mais au contraire sous l’angle des objectifs34.

S’adapter aux restructurations de l’après-1968

  • 35 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 23.
  • 36 Cf. Ansbert Baumann, Begegnung der Völker? Der Élysée-Vertrag und die Bundesrepublik Deutschland. D (...)
  • 37 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 78. Le président de la Conférence ouest-allemande des Recteu (...)
  • 38 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 67.

16Les conséquences de la crise de 1968 ne furent pas immédiatement ressenties par l’OFAJ. Au lendemain des événements, seulement 7  % des manifestations prévues durent être annulées35. Mais les répercussions à plus long terme sur les paysages universitaires français et allemand et les modalités de la coopération devaient être importantes. Ainsi, de part et d’autre du Rhin, assista-t-on à un repli des établissements d’enseignement supérieur sur eux-mêmes  : la restructuration prenait le pas sur les échanges internationaux. L’une des conséquences immédiates fut la fin de la Conférence franco-allemande des Recteurs36. Par ailleurs, les jumelages s’essoufflaient, tout en restant encore importants, certains d’entre eux n’ayant dû leur dynamisme qu’à la personnalité de leurs créateurs37. La multiplication du nombre des nouvelles universités, en France d’abord, mais bientôt en RFA aussi, contribua encore à affaiblir le système ancien des jumelages38.

  • 39 Cf. Hansgert Peisert, Gerhild Framhein, Higher Education in Germany, Bonn, 1994 ; Reinhart Meyer-Ka (...)
  • 40 OFAJ, Rapport d’activité 1992, p. 44.

17Les jumelages signifiaient un partenariat entre deux universités, ce qui ne représentait pas un système très souple. La réforme issue de la crise de 1968, en France comme en RFA, conduisit à réviser la structure classique de l’Université (les facultés) et à créer des unités plus petites et plus homogènes, les unités de formation et de recherche (UFR) et les Fachbereiche39. Cette restructuration devait déboucher sur une diversification des échanges et sur l’implication d’un nombre toujours plus grand de disciplines dans la coopération internationale. Comme l’Office le souligna dans le bilan qu’il dressa à l’occasion de son 30e anniversaire, «  l’initiative ne revient plus exclusivement aux jumelages universitaires officiels, mais au grand nombre de partenariats au niveau des différents départements et des UFR à l’intérieur d’une même université  »40. C’était une première conséquence positive de la réforme. Une autre évolution caractéristique des années 1970 fut l’accroissement du nombre d’étudiants et leur souhait grandissant d’aller étudier à l’étranger. Le ministre français de l’Éducation nationale, Edgar Faure, avait d’ailleurs déclaré au Conseil de l’Europe, en octobre 1969  :

Il est d’une absolue nécessité que s’instaurent une politique et une pratique constantes de libre circulation d’une université à l’autre, d’échanges de maîtres et d’étudiants, ce qui commande automatiquement la mise en œuvre de conventions d’équivalences entre les cycles d’études et les qualifications universitaires qui les sanctionnent.

  • 41 PA/AA, B 94, vol. 2032, note de Rumpf, 10 octobre 1969.
  • 42 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 65.

18Ce discours fut très remarqué et apprécié par la Westdeutsche Rektorenkonferenz, dont le président estimait que la voie de l’européanisation de l’université passait impérativement par le développement de la coopération bilatérale franco-allemande41. Cette internationalisation était à la fois une chance et une menace pour le franco-allemand. En effet, cela signifiait aussi la concurrence croissante des pays anglo-saxons et, pour les Allemands surtout, des voyages à l’Est42.

19La disparition de certains des piliers «  traditionnels  » de la coopération universitaire franco-allemande, jointe au défi des restructurations et à la demande estudiantine de mobilité, aurait dû a priori renforcer le rôle de l’OFAJ dans le secteur universitaire. Pour son bilan à dix ans, l’OFAJ constatait  :

  • 43 Ibid., p. 69.

Certes, la vocation essentielle de l’Office n’est peut-être pas là [dans les échanges universitaires], mais il a eu, là aussi, une action remarquablement fécondante. Il est regrettable que le renouvellement de la forme même des échanges universitaires par l’OFAJ ait été particulièrement freiné par les restrictions de crédits43.

20Ces contraintes budgétaires se traduisirent douloureusement au niveau des programmes.

Le renouvellement des programmes

  • 44 Ibid., p. 66.

21Au début des années soixante-dix, l’OFAJ se désengagea d’un grand nombre de programmes. Il se retira du système des bourses de longue durée, laissant la place aux autres «  acteurs  » des relations universitaires, interrompit le financement de bourses de jumelages, cessa son aide au programme de travail des étudiants dans le pays partenaire44. En 1973, sur décision de son conseil d’administration, l’OFAJ n’accorda plus de subventions aux stages d’étudiants allemands à l’ENA, car ce programme lui paraissait être «  sur orbite  », et commenta  :

  • 45 Brochure « L’OFAJ en 1975 », p. 24. L’OFAJ subventionna les stages à l’ENA jusqu’en 1974-1975.

C’est certainement là la vocation de l’OFAJ que cette action d’impulsion lançant des programmes devenant ensuite partie intégrante de la coopération franco-allemande45.

  • 46 OFAJ, 29e session du CA, 27-28 juin 1972.

22Enfin, l’OFAJ envisagea un temps de cesser de financer les bourses d’études à Sarrebruck en estimant qu’il n’y avait plus de raison de privilégier l’université sarroise46.

  • 47 PV de la 38e session du CA, 26-27 mai 1975.
  • 48 Au sujet de ce programme, voir Meyer-Kalkus (op. cit., note 40), p. 141-142.
  • 49 Cf. Meyer-Kalkus (op. cit., note 40), p. 147-149.

23L’Office développa cependant avec le DAAD deux nouveaux programmes d’envergure  : d’une part, le programme des jeunes romanistes allemands, faisant écho au programme des germanistes français, qui devait orienter davantage la formation de ces futurs enseignants vers la «  civilisation française  » pour en faire de réels «  médiateurs  »47. En 1969-1970, 100 étudiants allemands furent reçus dans les universités de Nantes, Paris, Poitiers et Rennes. En 1972, ce furent 195 étudiants qui se rendirent dans dix universités françaises, mais ce programme se heurta aux impératifs budgétaires et, en 1979, le Bundesministerium für Bildung und Wissenschaft, par l’intermédiaire du DAAD, décida de le reprendre entièrement à sa charge48. D’autre part, le programme destiné aux historiens, économistes et politologues, mis en place en 1975-1976. Il s’agissait d’élargir le champ des disciplines impliquées dans la coopération bilatérale. À l’origine, ce programme fut conçu pour les étudiants «  avancés  » des deux pays auxquels devait être offert un séjour de six mois dans une université du pays partenaire  : Aix-en-Provence et Bordeaux III pour les jeunes historiens allemands, Munich et Göttingen pour les Français  ; Sciences-Po-Paris et Paris I, pour les politologues et Paris IX (Dauphine) pour les économistes. Mais, pour diverses raisons (obstacle linguistique, peut-être aussi la volonté des grandes écoles françaises de commerce et des Instituts d’études politiques de former eux-mêmes leurs élèves), il fut impossible d’établir la réciprocité. L’envoi d’historiens français à Munich et Göttingen cessa lui aussi bientôt, donnant ainsi au programme un caractère unilatéral  : seuls les étudiants allemands de ces trois disciplines continuèrent de venir en France49.

  • 50 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 68.
  • 51 Cf. Meyer-Kalkus (op. cit., note 40), p. 88.

24Par ailleurs, l’OFAJ restait impliqué dans le programme des germanistes (en 1973, 29 universités françaises envoyaient 250 étudiants d’allemand dans les universités allemandes). L’OFAJ avait conscience de l’intérêt de ce programme, «  excellente occasion d’intéresser des étudiants qualifiés à l’encadrement d’échanges franco-allemands  » et regrettait qu’il ne fût pas possible, financièrement, d’envisager sa généralisation à la totalité des jeunes germanistes français50. Notons enfin que l’OFAJ développa un programme avec le bureau GE/TH (Grandes Écoles/Technische Hochschulen)51 pour que les élèves ingénieurs puissent effectuer leur stage en entreprise dans l’autre pays. Enfin, l’OFAJ s’engagea aussi en 1971 et 1972 dans un programme de stages pratiques en Allemagne pour 25 élèves d’Instituts universitaires de technologie (IUT).

La coopération universitaire dans les années 1980 (1983-1989)  : l’OFAJ face à la double dynamique franco-allemande et européenne

Aiguiser son profil face aux nouveaux vecteurs de la coopération universitaire

25Outre une restructuration de l’OFAJ en 1983, les années 1980 et surtout la seconde moitié de la décennie se caractérisent, en matière universitaire, par une double dynamique européenne (lancement de grands programmes par Bruxelles) et franco-allemande (approfondissement de la relation), constituant un véritable défi pour l’Office.

26Suite aux restructurations, l’ancien bureau «  écoles et universités  » disparut, les questions scolaires étant désormais traitées par le bureau «  jeunesse et sport  », et les questions universitaires rattachées au bureau «  profession et université  ». À partir des années 1980, une nouvelle philosophie anima l’OFAJ  : le temps de la «  simple découverte  » du voisin était révolu, on entrait dans l’ère de «  l’interculturalité  ». La traduction en fut un regain d’intérêt pour les séminaires communs d’étudiants  :

  • 52 OFAJ, Rapport d’activité (bilan des trente ans), 1992.

Depuis les années 1980, des séminaires binationaux de spécialité regroupant des étudiants d’une même discipline sur un thème choisi et traité en commun ont été développés et subventionnés par l’OFAJ. Ceux-ci répondaient dans une large mesure aux étudiants qui ne recherchaient plus la formule voyage d’étude sur la base d’une simple comparaison de contenus. De la même manière, la forte demande de stages pratiques en entreprises et de séjours d’études ou de recherches à finalité professionnelle ont largement influencé les formes d’échanges52.

  • 53 Voir le communiqué franco-allemand concernant les questions culturelles du 28 février 1986 et la dé (...)
  • 54 Cf. l’accord portant création du Collège franco-allemand pour l’Enseignement supérieur, 13 novembre (...)
  • 55 Cf. Reinhart Meyer-Kalkus, « Les relations universitaires franco-allemandes, 1963-1992 », in : Henr (...)
  • 56 OFAJ, Rapport d’activité 1988, « préface ».
  • 57 63e session du CA, octobre 1988, « rapport d’orientation 1989 ». Voir aussi Roland Kaehlbrandt, « F (...)
  • 58 PV de la 65e session (point 4) du CA, 27 juin 1989.
  • 59 Ibid.

27La seconde moitié des années 1980 fut marquée par une nette relance de la coopération culturelle, décidée au sommet de Francfort en octobre 198653. Elle se traduisit par la fondation de nouvelles institutions franco-allemandes, notamment par la création du Collège franco-allemand pour l’Enseignement supérieur qui devait se consacrer à la mise en place de cursus intégrés54. C’est à la même époque que de grands programmes d’encouragement à la mobilité estudiantine furent développés par la Communauté européenne, en particulier Erasmus, mais aussi Comett, Lingua et Tempus, contribuant à créer un grand réseau universitaire européen55. Cette dynamique imposait de réfléchir à un nouveau partage des tâches à des fins de rationalisation. L’OFAJ entendit alors «  préciser ses orientations et œuvrer pour plus de cohérence dans le domaine franco-allemand  »56. Il opta pour un recentrage sur ce qui faisait sa spécificité, la coopération franco-allemande57. À l’issue d’une réunion de concertation avec les responsables français et allemands du programme Erasmus et les représentants du Collège franco-allemand58, en mai 1989, il fut décidé que l’OFAJ continuerait à encourager les séminaires à thème dans le cadre des accords de partenariat interuniversitaires, en améliorant la préparation linguistique et en veillant à la réciprocité des rencontres. Comme le programme Comett prenait en charge les stages longs dans le cadre d’accords universités/entreprises, l’OFAJ proposa de circonscrire son aide aux stages de moins de trois mois, non pris en compte par les autres partenaires. Quant à l’attribution de bourses, l’OFAJ décida de subventionner les étudiants qui ne pouvaient bénéficier ni de l’aide d’Erasmus (bourses pour une année complète à l’étranger), ni de celle du Collège franco-allemand (inscription dans un cursus intégré débouchant sur un double diplôme). L’Office se spécialisa donc dans le créneau des bourses de courte durée (moins d’un an), attribuées aux seuls étudiants travaillant, quelle que soit leur discipline, sur une thématique franco-allemande59.

De nouvelles priorités pour les activités en matière d’échanges universitaires

  • 60 60e session du CA, « orientations 1987 ».
  • 61 « Réunion commune des membres français et allemands du CA en vue de la préparation de la prochaine (...)

28Ces nouvelles orientations avaient été largement anticipées par le conseil d’administration de l’Office en mai 1986. Comme les universités des deux pays s’étaient beaucoup investies en faveur d’une coopération renforcée par la signature d’accords de partenariat, l’OFAJ, fidèle au principe de subsidiarité, pouvait se «  désengager  » de certains programmes pour se concentrer en particulier sur les séminaires et les stages dans le pays partenaire60. En ce milieu des années 1980, la densification des acteurs et programmes universitaires d’une part, la préparation au marché unique européen de l’autre amenèrent l’OFAJ à revoir ses priorités. Les échanges de jeunes travailleurs et de jeunes en formation professionnelle devenaient l’objectif principal, le travail linguistique devant être encore intensifié. Il fallait dégager des crédits, et la coopération universitaire fit partie des «  victimes  ». Les coupes devaient affecter en particulier les programmes «  longs  »  : programme des germanistes  ; programme des économistes, politologues et historiens. En revanche, le financement du programme des étudiants français en droit à Sarrebruck (35 étudiants concernés) devait «  être maintenu en raison du rééquilibrage récemment opéré entre Sarrebruck, Metz et Nancy  » (dans le cadre de la charte européenne de coopération Sarre-Lor-Lux)61. C’était là l’un des premiers exemples de prise de relais du franco-allemand au niveau européen.

  • 62 63e session du CA, octobre 1988, « rapport d’orientation 1989 ».
  • 63 Ibid.

29Le programme des historiens, économistes et politologues, retombé dans l’unilatéralisme, ne correspondait plus à l’esprit de l’OFAJ. En 1988, il regroupait encore 35 étudiants allemands et était fort dispendieux62. Aussi le secrétaire général de l’Office proposa-t-il d’arrêter la participation de l’OFAJ à ce programme (ce qui fut fait progressivement au début des années 1990, suite à un accord avec le DAAD), les crédits ainsi libérés restant affectés au secteur universitaire63.

  • 64 PV de la 38e session du CA, 26-27 mai 1975.
  • 65 PV de la 51e session du CA, 18-19 novembre 1981. Fin 1981 avait même été évoquée, sans la retenir, (...)
  • 66 PV de la 50e session du CA.
  • 67 PV de la 54e session du CA.
  • 68 PV de la 56e session du CA.
  • 69 60e session du CA, « orientations 1987 ». L’ouverture se fit surtout en direction des étudiants ins (...)

30Le programme des germanistes, à l’origine un des fleurons de l’OFAJ en raison de son caractère exemplaire64, devint toujours davantage un boulet financier. Depuis octobre 1980, la question de la poursuite du financement de ce programme par l’Office était posée. En 1981, le conseil d’administration estima qu’en raison de sa valeur, l’OFAJ devait en poursuivre le financement jusqu’à ce que la partie française fût en mesure de prendre le relais. La situation était d’autant plus embarrassante que le gouvernement allemand, depuis 1979, assumait seul le programme des romanistes, créant ainsi un déséquilibre budgétaire souligné par le ministère allemand des Finances65. Le secrétaire général notait aussi que le financement des germanistes (43,4  % du poste budgétaire  !) obérait les autres activités universitaires de l’OFAJ66. Au conseil d’administration de juin 1983, l’OFAJ demanda instamment une solution d’autant plus que l’OFAJ subventionnait 170 participants français (censés être de futurs enseignants d’allemand), mais que le gouvernement français ne recrutait plus que 80 germanistes environ aux concours67. En 1984, le Quai d’Orsay s’engagea enfin à reprendre progressivement ce programme. Mais, au-delà même des problèmes financiers, des doutes furent émis sur l’intérêt de le poursuivre tel quel  : pourquoi un tel effort dans la seule direction des germanistes  ?68 À partir du début 1987, ce programme, rebaptisé programme d’études allemandes (PEA), devait (théoriquement) s’ouvrir à des étudiants d’autres disciplines69. Mais le ministère français des Affaires étrangères ne tint pas tous ses engagements et sa participation financière resta trop modeste pour permettre un réel désengagement de l’Office. La question ne devait être réglée qu’au cours des années 1990.

  • 70 PV de la 65e session (point 4) du CA, 27 juin 1989. Pour « l’exemplarité » de l’OFAJ, voir le témoi (...)

31Au début de l’été 1989, le rôle pionnier de l’OFAJ en matière universitaire fut mis en avant  : grâce à ses programmes courts et longs, des réseaux avaient été tissés entre universités des deux pays, dans toutes les disciplines. Non sans autosatisfaction fut évoquée «  l’exemplarité  » du travail de l’Office, pouvant inspirer des initiatives européennes (Erasmus) et bilatérales (le Collège franco-allemand pour l’Enseignement supérieur). En juin 1989, le secteur universitaire fut même élevé au rang de priorité en raison des évolutions en Europe et de l’internationalisation croissante des échanges70. Mais la chute du Mur de Berlin et l’émancipation des pays de l’Europe centre-orientale devaient considérablement chambouler l’ordre des priorités.

L’OFAJ et la coopération universitaire depuis les années 1990  : un secteur en voie de marginalisation  ?

La coopération universitaire au service des grands enjeux politiques

  • 71 Cf. Roland Kaehlbrandt, « L’unification allemande : un nouveau défi pour l’OFAJ », in : Henri Ménud (...)
  • 72 OFAJ, Rapport d’activité, 1990, p. 27.

321990 marqua une nouvelle étape pour l’OFAJ avec deux priorités  : la réunification allemande et l’ouverture du franco-allemand aux tiers. Quelle en fut la traduction au niveau universitaire  ? Dès la chute du Mur, avant même la réunification, l’Office œuvra à l’intégration des jeunes Allemands de l’Est dans ses programmes71. Les partenaires français de l’OFAJ tinrent particulièrement à organiser des programmes avec les établissements d’enseignement supérieur d’Allemagne orientale (par exemple le séminaire commun organisé par les départements de linguistique de Bielefeld, Lyon, Paris, et Leipzig72), et les événements en cours devinrent même le thème de certaines rencontres («  l’unification allemande et ses effets sur les relations franco-allemandes  » au cœur du séminaire organisé par la faculté des sciences humaines d’Orléans et du département de romanistique de l’université de Siegen). Au départ, cette ouverture à l’Allemagne de l’Est puis à l’est de l’Allemagne se fit dans l’enthousiasme mutuel. Mais bientôt l’OFAJ constata que l’intérêt des universités et étudiants français pour les nouveaux Länder était bien supérieur à celui des Länder orientaux pour la France, même si 200 étudiants originaires de ces régions avaient participé aux échanges universitaires en 1992  :

  • 73 OFAJ, Rapport d’activité, 1992, p. 45.

La situation précaire de certains établissements et surtout de leurs enseignants jusqu’à la rentrée universitaire à l’automne 1992 a eu pour effet un certain relâchement après une phase d’enthousiasme et de curiosité73.

33En 1993, à l’exception des établissements d’enseignement supérieur du Brandebourg et de la Saxe, peu de programmes furent organisés par les universités orientales. La situation se détériora encore par la suite. En 1995, le rapport d’activité relevait que

  • 74 OFAJ, Rapport d’activité 1995, p. 45.

parmi les universités des nouveaux Länder qui s’étaient rapidement intéressés aux échanges franco-allemands, certaines n’ont pas toujours reconduit des échanges […] et la réciprocité n’est pas encore devenue la règle74.

  • 75 Cf. Rudolf Herrmann, « L’Esprit de Weimar : la coopération franco-allemande avec l’Europe de l’Est  (...)

34La seconde priorité des années 1990 puis de la première moitié des années 2000 fut l’ouverture aux tiers et en particulier à ceux de l’Europe centre-orientale75 et désormais, dans le cadre du dernier élargissement de l’Union européenne de janvier 2007, de l’Europe du Sud-Est. Pour cela, l’OFAJ peut en partie compter sur des fonds de concours versés par les deux ministères des Affaires étrangères. Dans le domaine universitaire, les séminaires s’avèrent particulièrement adaptés à la coopération trilatérale (remarquons cependant que le domaine universitaire n’avait pratiquement pas participé à l’ouverture au tiers de la CEE depuis 1976)  :

  • 76 Entretien avec Colette Buffière, mars 2003 et « rapport d’activités 2002, échanges universitaires » (...)

L’OFAJ y voit, au-delà de l’intérêt scientifique et pluridisciplinaire, l’opportunité de mettre un partenariat franco-allemand réussi et exemplaire au service de la coopération trinationale. Son objectif est d’encourager, à partir de l’exemple franco-allemand, la réflexion sur la complexité des représentations divergentes du passé commun et du présent, l’analyse commune d’événements – souvent abordés selon un prisme national – et de créer progressivement les conditions favorables au vivre ensemble en Europe et à la citoyenneté européenne76.

  • 77 OFAJ, « Activités », 2001.
  • 78 OFAJ, Rapport d’activité 2005.
  • 79 OFAJ, Rapport d’activité 2005.
  • 80 OFAJ, Intelligenz und Macht/Les intellectuels et le pouvoir. Actes du Colloque franco-germano-hongr (...)
  • 81 Entretien avec Colette Buffière, 27 avril 2007.

35Ainsi, en septembre 2001, l’OFAJ avait soutenu une rencontre franco-germano-polonaise à Kreisau (Pologne) sur le thème «  les mouvements d’opposition en Pologne et en RDA (1945-1989) et leur perception de l’Europe de l’Ouest  », organisée par le Berlin-Brandenburgisches Institut de Genshagen77. Aujourd’hui encore, les séminaires avec la Pologne restent les plus nombreux des séminaires trinationaux (9 en 2005), tandis que se développent ceux avec les pays baltes et la Roumanie78. Ainsi, en juin 2005, l’OFAJ a t-il co-organisé l’université d’été franco-germano-lituanienne à Vilnius, avec les juristes et politologues des universités de Paris X – Nanterre, Francfort et Vilnius sur le thème  : «  La constitution européenne  : quel droit pour l’Europe élargie  ? Un nouveau champ d’action pour les jeunes européens  ?  »79. Par ailleurs, l’OFAJ initie lui-même des manifestations trilatérales  : déjà en 1993 et 2001, il avait organisé des colloques pluridisciplinaires avec la Hongrie80. Plus récemment (depuis 2003), l’Office initie encore un programme universitaire trilatéral entre la Northwestern University de Chicago, l’Universität des Saarlandes, l’université de Metz, l’IEP de Paris et désormais (depuis 2006) aussi l’École normale supérieure de Lyon, réunissant essentiellement des historiens et politologues. L’idée de ce programme avec les États-Unis (seul programme de l’Office avec ce «  tiers  ») a été lancée par l’OFAJ dans le contexte des tensions franco-germano-américaines suscitées par la question de l’intervention en Irak. Les ambassades de France et d’Allemagne aux États-Unis ont aidé à rechercher une université partenaire outre-Atlantique, en fonction des thèmes d’études et de recherche (l’intérêt pour l’Europe) et la disposition à co-financer le projet. Une fois que l’université de Chicago fut retenue, ainsi que les établissements de Metz et de Sarrebruck (où les historiens avaient déjà développé entre eux une coopération depuis plusieurs années), il fallait rechercher des thèmes fédérateurs  : la première rencontre se tint à Chicago en 2004 sur le thème  : «  l’Atlantique s’élargit-il  ?  » et la seconde à Metz et Sarrebruck se proposa de réfléchir au concept de nation. En 2008 doit commencer un nouveau cycle de rencontres dans le cadre de ce programme trilatéral81.

  • 82 OFAJ, Rapport d’activité 1992, p. 8.

36Pourtant, malgré ces nouveaux enjeux pour les échanges universitaires, la part du secteur universitaire au sein de l’OFAJ s’est affaiblie avant de se stabiliser  : le rapport d’activité de 1992 en prenait déjà acte82, et la répartition du budget le confirme.

Année

Budget, secteur université

Part du secteur université dans le budget total

Nombre de participants dans le secteur université

Nombre d'étudiants dans le total des activités de l'OFAJ

1991

10 639 000 F

9,00  %

4 953 (3,00  %)

13 110 (8,22  %)

1994

9 448 000 F

8,79  %

5 355 (3,49  %)

11 044 (8,21  %)

1995

10 737 000 F

9,28  %

5 533 (3,50  %)

11 466 (7,84  %)

1996

8 043 000 F

7,00  %

4 816 (3,20  %)

10 809 (7,91  %)

1997

7 349 000 F

6,80  %

4 605 (3,30  %)

9 645 (7,40  %)

1998

6 600 000 F

7,52  %

5 470 (3,90  %)

9 749 (7,80  %)

1999

6 676 000 F

5,82  %

4 407 (3,24  %)

(7,10  %)

2002

815 000 €

2004

808 000 €

5,37  %

2005

819 400 €

5,64  %

6 416 (4,60  %)

2006

827 000 €

5,39  %

  • 83 Malgré la promesse du Quai d’Orsay de reprendre progressivement le PEA, le programme fut fortement (...)

37Cette baisse des ressources est d’autant plus préoccupante que l’OFAJ s’est complètement retiré au milieu des années 1990 du programme d’études allemandes (PEA)83, libérant ainsi, a priori, des crédits pour d’autres activités universitaires.

Les types d’activités de l’OFAJ en matière universitaire

38Parmi les activités de l’OFAJ dans le domaine universitaire, on peut distinguer plusieurs catégories  : les séminaires à thème, les stages pratiques en entreprise, les bourses de recherche, les bourses de recherche documentaire et les bourses pour étudiants en art et musique.

  • 84 OFAJ, Rapport d’activité 2005.
  • 85 Quelques échanges sont organisés par l’OFAJ impliquant des élèves des classes préparatoires aux gra (...)
  • 86 Sur le rôle et l’histoire de l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg, voir Hans Manfred Bock, Pro (...)
  • 87 OFAJ, Rapport d’activité 1990.
  • 88 En 1985, l’OFAJ soutint un programme de coopération entre l’École normale nationale d’apprentissage (...)
  • 89 OFAJ, Rapport d’activité 1993.
  • 90 OFAJ, Rapport d’activité 2005.
  • 91 OFAJ, Rapport d’activité 1996.
  • 92 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

39Les séminaires à thème sont plus que jamais la priorité de l’OFAJ (la moitié du budget consacré aux questions universitaires). Selon le principe de subsidiarité, l’Office joue le rôle d’un incitateur, les maîtres d’œuvre restant le plus souvent les universités et leurs enseignants. Les séminaires se tiennent alternativement en France et en Allemagne et les établissements partenaires se choisissent librement. Presque toutes les disciplines sont représentées – sauf la médecine et la pharmacie –, avec, en dehors des disciplines linguistiques, une prééminence des filières histoire, droit et sciences sociales84. Si l’on examine la répartition des établissements participant aux séminaires, les universités arrivent en tête tant en France qu’en Allemagne, loin devant les grandes écoles, les IUT, les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) d’une part, les Fachhochschulen et les Pädagogische Hochschulen d’autre part, et enfin, côté français, les élèves des classes préparatoires aux grandes écoles85. Il faut remarquer que les grandes écoles françaises (ENA, Polytechnique, Centrale, Arts et Métiers, École des hautes études commerciales – HEC) restent encore en marge de ce système et participent surtout aux séminaires organisés à leur intention par l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg86. À l’initiative de l’OFAJ, cet institut a décidé depuis 1991 d’associer des étudiants allemands à ces séminaires87. Quant aux écoles normales et aux instituts pédagogiques allemands, ils sont devenus des partenaires importants de l’OFAJ depuis le milieu des années 198088. Depuis 1991-1992 (transformation des Écoles normales françaises en IUFM), l’OFAJ veille à la poursuite des échanges entre les établissements de formation pédagogique des deux pays89. L’intégration en cours des IUFM aux universités pourrait faciliter et densifier les contacts internationaux de ces filières. Les écoles d’art, d’architecture et d’urbanisme (12 programmes en 2005 pour ces deux dernières catégories90) ont aussi leur place dans les programmes de l’OFAJ  : Écoles des Beaux-Arts et Kunsthochschulen participent à l’organisation de séminaires depuis le début des années 1980. Depuis 1995, les étudiants en musicologie, jusqu’alors peu impliqués, se voient proposer des séminaires spécifiques91 et désormais l’effort porte aussi sur les filières de l’audiovisuel, du cinéma et des médias en général92.

  • 93 Les dernières rencontres sont marquées par la volonté de renouveler les thématiques, de travailler (...)
  • 94 Cette association, fondée en 1991, se donne pour objectif la lutte contre les inégalités et agit da (...)
  • 95 Association reconnue d’utilité publique, fondée en 1980, œuvrant dans le domaine de l’action social (...)
  • 96 En 2006, l’OFAJ a soutenu une rencontre trilatérale entre l’AFEV Lyon, la BAPOB Berlin et une assoc (...)
  • 97 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

40Signalons enfin que les associations d’étudiants sont aussi des partenaires pour l’organisation de rencontres à thèmes, qu’il s’agisse du CROUS et des Studentenwerke (depuis les années 1970, avec une nouvelle impulsion depuis 200693), pour réfléchir à la condition estudiantine ou au rôle des étudiants dans la société, ou d’autres associations étudiantes impliquées dans la vie de la Cité, telles l’AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville)94 et la BAPOB95 (Berliner Arbeitskreis für politische Bildung)96. L’OFAJ soutient encore des associations qui proposent des séminaires, telle cette association pluridisciplinaire de jeunes chercheurs post-doc, le Groupe interdisciplinaire de recherche Allemagne-France (GIRAF-IFFD)97. Plusieurs rencontres à thème (en 2004  : «  Pour une réflexion sur les tabous et leur violation en Allemagne et en France  »  ; en 2005 «  Centre et périphérie en France et en Allemagne  »  ; 2007 «  malentendu  : bien entendu, une affaire de communication  ») ont déjà été organisées avec GIRAF et divers partenaires (le Frankreich-Zentrum de la Technische Universität de Berlin, le centre Marc Bloch de Berlin, etc.).

  • 98 « L’action de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse dans la coopération universitaire. Bref tou (...)
  • 99 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

41Au total, comme le souligne un rapport portant sur la période 2000-2002, «  la tentation de faire porter l’accent sur des filières réputées prometteuses en termes d’insertion professionnelle rapide sur le marché de l’emploi franco-allemand est grande, mais l’OFAJ a opté pour une action généraliste  »98, tout en ciblant son effort sur les problématiques communes aux deux pays, comme le débat sur l’Europe99. Ouverture aux tiers et diversification des partenaires caractérisent donc les années 1990 et 2000 dans ce domaine. Actuellement, les séminaires universitaires à thème représentent la part la plus importante de l’action de l’OFAJ dans le secteur de l’enseignement supérieur.

Années

Nombre de séminaires

Nombre d'étudiants participants

1989

120

3 000

1990

130

2 600

1991

150
(84 en RFA, 68 en France)

3 000

1992

130
(63 en RFA, 69 en France)

2 500

1993

131
(70 en RFA, 57 en France
et 4 en pays tiers)

3 497

1994

137
(71 en RFA, 63 en France,
3 en pays tiers)

2 836

1995

149
(69 en France, 77 en RFA,
3 en pays tiers)

3 218

1996

133

3 027

2001

Environ 200

2005

150

2 724

  • 100 OFAJ, Rapport d’activité 1999.
  • 101 OFAJ, Rapport d’activité 1990.
  • 102 OFAJ, Activités, 2001.

42La deuxième catégorie est celle des bourses pour stages pratiques dans une entreprise du pays partenaire. Depuis la fin des années 1980, il s’agit d’un «  secteur de pointe  » des échanges universitaires100. De nouvelles catégories d’étudiants sollicitent désormais ces bourses  : les étudiants des IUT101, les jeunes professeurs stagiaires en IUFM qui peuvent désormais effectuer des stages pratiques dans des écoles allemandes102, les étudiants en licence (Bachelor) professionnelle, ou encore les étudiants des cursus intégrés franco-allemands en droit (leur stage pratique n’étant pas financé par l’Université franco-allemande – UFA). Mais la modestie relative de ces bourses n’incite pas toujours les étudiants à se tourner vers l’OFAJ.

Etudiants ayant bénéficié d’une bourse de l’OFAJ

1973

1983

1984

1988

1989

1990

1991

1992

1993

1995

1996

2001

2002

2005

25

140

175

270

240

400

430

400

451

587

594

600

670

597

43Les bourses de recherche s’adressent plus particulièrement aux étudiants préparant des masters. L’OFAJ ne subventionne que les étudiants travaillant sur une thématique franco-allemande. Depuis la fin des années 1980, la réduction des effectifs se confirme (entre 30 et 40 tout au long de la décennie  ; 15 bourses en 2003, 24 en 2005). C’est la conséquence du partage des tâches avec les programmes européens d’une part et l’Université franco-allemande (UFA) de l’autre, qui finance depuis 2000 les programmes intégrés

  • 103 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

44Les bourses de recherche documentaire, instaurées au tournant des années 1980 et 1990, accordées pour un ou deux mois, souvent pour la collecte de matériel de recherche (bibliographie, archives, entretiens avec des témoins…) constituent désormais une part importante des bourses «  universitaires  » accordées par l’Office103. À la différence des autres bourses de recherches, elles ne sont pas exclusivement réservées aux étudiants travaillant sur des thématiques franco-allemandes, si bien que le panel des étudiants y postulant est très large, dépassant considérablement le seul champ des sciences humaines et sociales.

  • 104 OFAJ, Rapport d’activité 2005.
  • 105 Ces stages sont réservés aux jeunes diplômés ayant déjà une expérience professionnelle d’un an au m (...)

45En marge de ces catégories, l’OFAJ mène une action d’information accrue en direction de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. L’action la plus marquante reste la participation de l’OFAJ au «  forum franco-allemand  » (entreprises-universités), depuis sa création en octobre 1999 à Metz. Ce forum est désormais organisé par l’UFA. L’OFAJ y tient régulièrement un stand. Depuis 2001, l’Office invite régulièrement 150 élèves de terminale des lycées français et allemands (filières européennes, sections Abibac, lycée franco-allemand) à venir au forum s’informer des cursus intégrés et du marché de l’emploi dans chacun des deux pays104. Mais il faut encore signaler les stages de longue durée (un mois de cours de langue binational puis deux mois de stage professionnel) pour jeunes diplômés des secteurs de la transmission et de la médiation culturelles (métiers de la librairie et de l’édition, de la traduction, des bibliothèques et de la conservation du patrimoine), que l’OFAJ organise afin de les aider à s’intégrer dans le marché de l’emploi105.

46Les échanges universitaires n’ont jamais constitué un domaine prioritaire de l’OFAJ, même si la part de ce secteur dans la globalité des activités de l’Office a sensiblement varié au cours des quarante dernières années. Le fait qu’il existait en France et en Allemagne des ministères, des établissements d’enseignements supérieurs et de multiples institutions à vocation universitaire et de recherche ne devait pas inciter l’OFAJ à concentrer ces efforts dans cette direction. Les représentants ministériels présents au conseil entendaient d’ailleurs veiller à ce que l’Office n’empiétât pas sur leur domaine de compétences. Mais il y avait deux écueils à éviter  : d’une part se laisser instrumentaliser par ces ministères en devenant leur bailleur de fonds, d’autre part renoncer à toute action en matière universitaire (et scolaire) et trahir ainsi l’esprit du traité de l’Élysée. La vivacité des débats en conseil, en 1973, montre que d’aucuns semblent avoir caressé cette idée. Mais les responsables de l’OFAJ, depuis 1963, savaient combien les échanges universitaires peuvent contribuer à atteindre l’objectif global  : la réconciliation, la compréhension et la coopération franco-allemandes, plus récemment la coopération avec l’Allemagne réunifiée et la coopération franco-allemande au service d’une Europe élargie. Comme Hansgerd Schulte l’avait martelé au moment de la «  crise  » de 1973, il fallait, par-delà l’institution universitaire «  viser le multiplicateur  »  : or les jeunes étudiants constituent presque par définition l’un des principaux viviers de «  multiplicateurs  », bientôt «  médiateurs  » ou «  passeurs  » de culture en tant que futurs enseignants ou cadres dans tous les secteurs de la société. À ce titre, l’investissement de l’OFAJ dans ce domaine est parfaitement justifié. Mais au-delà de la légitimité de l’action, comment trouver le bon créneau permettant de développer les échanges universitaires de manière efficace sans doubler les initiatives des autres partenaires agissant dans le secteur  ? Tel fut le défi que l’OFAJ dut sans cesse relever, tant le paysage universitaire s’est transformé et densifié au cours des 45 ans passés. Et l’OFAJ n’a pas eu seulement à «  s’adapter  » à la restructuration des universités françaises et allemandes suite à 1968, mais, par une sorte de processus dialectique, l’Office a contribué à susciter (phénomène d’«  exemplarité  ») de nouvelles initiatives tant européennes (les grands programmes de la Communauté, Erasmus, Leonardo…) que bilatérales (le Collège franco-allemand pour l’Enseignement supérieur puis l’Université franco-allemande) dont la mise en place lui a ensuite imposé un repositionnement permanent. Comme le grand principe qui préside à ses activités est celui de la «  subsidiarité  », l’OFAJ a réagi en se désengageant de programmes anciens pour investir dans de nouveaux types d’échanges correspondant aux attentes du public estudiantin  : ainsi, au terme de ces quarante cinq années, l’OFAJ a-t-il su renoncer aux grands programmes très lourds, budgétivores et souvent unilatéraux, pour s’orienter vers des actions plus souples, en particulier les séminaires courts à thème et les subventions pour certains types de stages dans le pays partenaire. Les derniers rapports d’activité de l’OFAJ font apparaître que cette institution est loin de pouvoir répondre à la demande, même après s’être spécialisée sur les formes d’action universitaire non susceptibles d’être financées par d’autres institutions. Dans ces conditions, n’y a-t-il pas un certain paradoxe à voir la part du budget accordé aux «  échanges universitaires  » toujours restreinte  ?

Notes

1 OFAJ, Rapport d’activité 1992.

2 www.dfh-ufa.org/uploads/media/dfh_ufa_2005-07-01_geifes_02.ppt

3 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968.

4 Dans l’article 2 de l’accord du 5 juillet 1963 portant création de l’OFAJ, il était précisé que l’action de l’Office s’étendait notamment : « aux rencontres et échanges d’écoliers, d’étudiants et de jeunes travailleurs ».

5 Cf. Henri Ménudier, Das Deutsch-Französische Jugendwerk. Ein exemplarischer Beitrag zur Einheit Europas, Bonn, 1991, p. 66 sq. ; OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 9.

6 MAE/Paris, RFA 1961-1970, vol. 1659, réunion de la commission interministérielle pour la coopération franco-allemande du 25 novembre 1963.

7 Cf. Corine Defrance, Les alliés occidentaux et les universités allemandes 1945-1949, Paris, 2000.

8 Cf. Helmut Coing, « Les relations entre les universités françaises et allemandes pendant les années 50 », in : Klaus Manfrass (éd.), Paris-Bonn. Eine dauerhafte Bindung schwieriger Partner. Beiträge zum Deutsch-französischen Verhältnis in Kultur, Wirtschaft und Politik seit 1949, Sigmaringen, 1984, p. 84-89.

9 Texte du traité publié in : La Documentation française (articles et documents), 28 octobre 1957. Voir : Margarete Sturm, « Un texte tombé dans l’oubli : l’accord culturel franco-allemand du 23 octobre 1954 », in : Allemagnes d’Aujourd’hui 84 (1983), p. 9-22 ; Ulrich Lappenküper, « Sprachlose Freundschaft? Zur Genese des Deutsch-französischen Kulturabkommens vom 23. Oktober 1954 », in : Lendemains 84 (1996), p. 67-82.

10 Cf. Heinrich Küppers, Bildungspolitik im Saarland, 1945-1955, Sarrebruck, 1984 ; Corine Defrance, « La création du réseau de centres culturels français en Allemagne dans l’immédiat après-guerre », in : Lendemains 103/104 (2001), p. 83-107 ; Victoria Znined-Brand, Deutsche und französische auswärtige Kulturpolitik. Eine vergleichende Analyse. Das Beispiel der Goethe-Institute in Frankreich sowie der Instituts und Centres Culturels Français in Deutschland seit 1945, Francfort/Main, 1999 ; Eckard Michels, « Vom Glück der verspäteten Arbeitsaufnahme: die Anfänge des Goethe-Instituts in Paris », in : Lendemains 103/104 (2001), p. 97-107 ; Martin Raether (éd.), Maison Heinrich Heine Paris. Quarante ans de présence culturelle, Bonn, Paris, 1998. Voir en particulier les contributions de Hans Manfred Bock, « La Maison de l’Allemagne à la Cité Universitaire de Paris. Un projet socio-culturel à travers les vicissitudes des relations franco-allemandes de 1927 à 1952 », p. 24-59, et de Ulrich Lappenküper, « Lieu de rencontres, foyer de la réconciliation et de la concorde entre les peuples : la création de la Maison Allemande à la Cité Universitaire de Paris (1950-1956) », p. 103-131 ; Hans Manfred Bock, « Die Maison de -l’Allemagne in der Cité Internationale Universitaire de Paris 1956-1972. Zur Implementierung des ersten kulturpolitischen Projekts der Bundesrepublik in der französischen Hauptstadt », in : Lendemains 32 (2007) 125, p. 110-149 ; Werner Paravicini, « Du franco-allemand à l’histoire européenne : l’Institut historique allemand de Paris depuis 1964 », in : Allemagne d’aujourd’hui 162 (2002), p. 150, 156 ; Ulrich Pfeil, « Eugen Ewig. Ein rheinisch--katholischer Historiker -zwischen Deutschland und Frankreich », in : François Beilecke, Katja Marmetschke (éds), Der Intellektuelle und der Mandarin. Für Hans Manfred Bock, Kassel, 2005, p. 527-552 ; Ulrich Pfeil, « Das Deutsche Historische Institut Paris. Eine Neugründung „sur base univer-si-taire“ », in : Ulrich Pfeil (éd.), Deutsch-französische Kultur- und Wissenschaftsbeziehungen im 20. Jahrhundert. Ein institutionengeschichtlicher Ansatz, Munich, 2007, p. 281-308 ; Ulrich Pfeil, Vorgeschichte und Gründung des Deutschen Historischen Instituts Paris. Darstellung und Dokumentation, Ostfildern, 2007 ; Hans Manfred Bock, « Der DAAD in den Deutsch-französischen Beziehungen », in : Peter Alter (éd.), Der DAAD in der Zeit. Geschichte, Gegenwart und zukünftigen Aufgaben, Bonn, 2000, p. 196-217 ; Id., « Représentation et Médiation. Le DAAD dans les relations franco--allemandes, 1963-2003 », in : Allemagne d’Aujourd’hui 168 (2004), p. 116-139 ; Ulrich Pfeil, « Die Pariser DAAD-Außenstelle in der „Ära Schulte“ (1963-1972) », in : Francia 32/3 (2005), p. 51-74, ici, p. 53-56 ; Ulrich Pfeil, « „Dynamische, expansive Austauschpolitik auf allen akademischen Gebieten“. Die DAAD-Außenstelle in Paris (1963-1972) », in : Ulrich Pfeil (éd.), Deutsch-französische Kultur-und Wissenschaftsbeziehungen…, p. 197-222.

11 Cf. Corine Defrance, « Les relations universitaires franco-allemandes avant 1963. Impulsions institutionnelles et initiatives privées », in : Lendemains 107/108 (2001), p. 88-108.

12 Reinhart Meyer-Kalkus, « Les relations universitaires franco-allemandes, 1963-1992 », in : Henri Ménudier (éd.), Le couple franco-allemand en Europe, Asnières, 1993, p. 113-122, ici p. 115 ; Theodor Berchem, « Les échanges universitaires franco-allemands », in : Documents, 58 (2003) 1, p. 39-44, ici p. 40.

13 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968.

14 PA/AA, B 90-600, vol. 409, 2e rencontre Fouchet/Kiesinger, 8 novembre 1963, Paris, rapport du 12 novembre 1963.

15 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 78.

16 Ibid.

17 Henri Reynaud, Les relations universitaires entre la France et la République Fédérale d’Allemagne de 1945 à 1978, Bonn, 1979, p. 12, 31.

18 On peut parler de reprise de contact dans la mesure où il y eut, avant la Seconde Guerre mondiale, une tradition d’échanges universitaires franco-allemands. Cf. Hans Manfred Bock, Reinhart Meyer-Kalkus, Michel Trebitsch (éds), De Locarno à Vichy, les relations culturelles franco-allemandes dans les années 1930, Paris, 1993 ; Dieter Tiemann, Deutsch-Französische Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit, Bonn, 1989 ; Johann Chapoutot, « La discipline et la force massive contre l’intelligence française : l’Office national des universités et écoles françaises (ONUEF) face à l’Allemagne (1910-1939) », in : Francia 28/3 (2001), p. 15-34 ; Hans Manfred Bock, « Initiatives socio-culturelles et contraintes politiques dans les relations universitaires entre la France et l’Allemagne dans l’entre-deux-guerres », in : Revue d’Allemagne et des Pays de langue allemande 3 (2002), p. 297-310.

19 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 79.

20 Lors de la 6e session du CA de l’OFAJ, les 1er et 2 février 1965, le secrétaire général insista sur l’importance des rencontres et échanges de groupes scolaires et estudiantins « parce qu’il s’agit là des futures forces dirigeantes potentielles ». Le ministre fédéral allemand de la Jeunesse, Bruno Heck, répondit : « Dans tous les cas, il nous faut accorder toute l’aide possible aux enseignants, car ils sont les meilleurs médiateurs culturels », procès-verbal in : PA/AA B 90-600, vol. 413. Au sujet du programme des stagiaires allemands à l’ENA (1965-1966-1974-1975), l’OFAJ notait : « L’OFAJ a soutenu le programme, parce qu’il s’adresse à un groupe particulièrement intéressant de jeunes professionnels qui peuvent être amenés à occuper des postes importants dans le cadre des relations franco-allemandes. Les effets d’un tel programme doivent être particulièrement appréciés dans l’esprit du Traité franco-allemand », PV de la 38e séance du CA, 26-27 mai 1975.

21 En 1967, 65 bourses de ce type furent attribuées à des Allemands et 64 à des Français.

22 Cf. Rainer Hudemann, « Wiederaufbau und Interessenpolitik. Zu den politischen Rahmen-bedingungen der Gründung der Universität des Saarlandes », in : Armin Heinen, Rainer Hudemann (éds), Universität des Saarlandes 1948-1988, Sarrebruck, 1989 ; voir aussi, dans ce même ouvrage, Christian Autexier, « Das Centre d’Études Juridiques Françaises, 1955-1988 », p. 141-144 ; Wolfgang Müller, « Die Universität des Saarlandes in der politischen Umbruchsituation 1955/56 », in : Rainer Hudemann, Burkhard Jellonek, Bernd Rauls (éds), Grenz-Fall. Das Saarland zwischen Frankreich und Deutschland 1945-1960, St. Ingbert, 1997, p. 413-425.

23 PA/AA, B 90-600, vol. 413, PV de la 6e session du CA, 1er et 2 février 1965.

24 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 67.

25 Une quinzaine de jeunes fonctionnaires ou juristes, venant de terminer leurs études, suivait le cycle complet d’études à l’ENA puis effectuait un stage dans une administration française.

26 PA/AA, B. Paris 1051/1, lettre de la Alexander von Humboldt-Stiftung du 17 août 1927 à l’ambassade d’Allemagne à Paris, et réponse de l’ambassade à la fondation, 3 septembre 1927. Voir aussi Pierre Bertaux, Mémoires interrompus, Asnières, 2000 ; Pierre Bertaux, Un normalien à Berlin, Lettres franco-allemandes, 1927-1933, Asnières, 2001 ; Hans Manfred Bock, « Universitätsrevolte und Reform des französischen Germanistikstudiums. Erinnerung und Dokumentation zur Gründung des Institut d’Allemand d’Asnières vor dreißig Jahren », in : Lendemains 93 (1999), p. 117-139 ; Hans Manfred Bock, « Connaître l’Allemagne – ensei-gner l’Allemagne. Quelques origines biographiques de la conception des études germaniques de Pierre Bertaux », in : Lendemains 95/96 (1999), p. 164-168.

27 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 83.

28 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 66.

29 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 85.

30 Au sujet de l’établissement des équivalences, voir Ansbert Baumann, « Éducation et Jeunesse : “Resserrer les liens et approfondir la compréhension mutuelle” ? », in : Corine Defrance, Ulrich Pfeil (éds), Le traité de l’Élysée et les relations franco-allemandes 1945-1963-2003, Paris, 2005, p. 131-148.

31 Cf. Ménudier (op. cit., note 5), p. 123 sq.

32 OFAJ, « rapport provisoire sur l’exercice 1970 », annexe au PV de la 25e session du CA, 26-27 novembre 1970. En juin 1973, Hansgerd Schulte avança le chiffre d’une réduction de 50 % pour le secteur scolaire et universitaire, « Compte rendu détaillé des débats concernant le point 9 de l’ordre du jour, rapport de la commission des directives, annexe au PV de la 33e session du CA des 22-23 juin 1973 ».

33 Ibid.

34 Ibid.

35 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 23.

36 Cf. Ansbert Baumann, Begegnung der Völker? Der Élysée-Vertrag und die Bundesrepublik Deutschland. Deutsch-französische Kulturpolitik von 1963 bis 1969, Francfort/Main, 2003, p. 246.

37 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 78. Le président de la Conférence ouest-allemande des Recteurs (WRK), Hans Rumpf, écrivit : « En raison de facteurs structurels et financiers, les jumelages universitaires franco-allemands se sont desséchés », PA/AA, B 94 vol. 2032, note de Rumpf, « Zur Zukunft der Zusammenarbeit deutscher und französischer Universitäten », 10 octobre 1969.

38 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 67.

39 Cf. Hansgert Peisert, Gerhild Framhein, Higher Education in Germany, Bonn, 1994 ; Reinhart Meyer-Kalkus, Die akademische Mobilität zwischen Deutschland und Frankreich (1925-1992), Bonn, 1994, p. 212 sq.

40 OFAJ, Rapport d’activité 1992, p. 44.

41 PA/AA, B 94, vol. 2032, note de Rumpf, 10 octobre 1969.

42 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 65.

43 Ibid., p. 69.

44 Ibid., p. 66.

45 Brochure « L’OFAJ en 1975 », p. 24. L’OFAJ subventionna les stages à l’ENA jusqu’en 1974-1975.

46 OFAJ, 29e session du CA, 27-28 juin 1972.

47 PV de la 38e session du CA, 26-27 mai 1975.

48 Au sujet de ce programme, voir Meyer-Kalkus (op. cit., note 40), p. 141-142.

49 Cf. Meyer-Kalkus (op. cit., note 40), p. 147-149.

50 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 68.

51 Cf. Meyer-Kalkus (op. cit., note 40), p. 88.

52 OFAJ, Rapport d’activité (bilan des trente ans), 1992.

53 Voir le communiqué franco-allemand concernant les questions culturelles du 28 février 1986 et la déclaration commune sur la coopération culturelle du 28 octobre 1986, cf. Pierre Jardin et Adolf Kimmel (éds), Les relations franco-allemandes depuis 1963, Paris, 2001, p. 276 et 279-283.

54 Cf. l’accord portant création du Collège franco-allemand pour l’Enseignement supérieur, 13 novembre 1987, publié in : Jardin, Kimmel (op. cit.) p. 292-294. Voir aussi Hermann Harder, « Doktor, Doktor. La cotutelle de thèse, instrument de la coopération universitaire internationale et franco-allemande », in : Passerelles et passeurs. Hommages à Gilbert Krebs et Hansgerd Schulte, Asnières, 2002, p. 105-122 ; Alain Sauval, « Le Collège franco-allemand pour l’enseignement supérieur à l’heure de l’intégration européenne », in : Allemagne d’Aujourd’hui 123 (1993), p. 21-31 ; Marieluise Christadler, « Die Deutsch-französischen Kulturbeziehungen, 1945-1995 », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 30/1995, p. 41 ; Corine Defrance, Ulrich Pfeil, « Das Projekt einer deutsch-französischen Hochschule seit 1963 », in : Ulrich Pfeil (éd.), Deutsch-französische Kultur- und Wissenschaftsbeziehungen im 20. Jahrhundert. Ein institutionengeschichtlicher Ansatz, Munich, 2007, p. 309-337.

55 Cf. Reinhart Meyer-Kalkus, « Les relations universitaires franco-allemandes, 1963-1992 », in : Henri Ménudier (éd.), Le couple franco-allemand en Europe, Asnières, 1993, p. 122.

56 OFAJ, Rapport d’activité 1988, « préface ».

57 63e session du CA, octobre 1988, « rapport d’orientation 1989 ». Voir aussi Roland Kaehlbrandt, « For ever Young ? L’Office franco-allemand pour la Jeunesse », in : Henri Ménudier (éd.), Le couple franco-allemand en Europe, Asnières, 1993, p. 123-131, ici p. 126.

58 PV de la 65e session (point 4) du CA, 27 juin 1989.

59 Ibid.

60 60e session du CA, « orientations 1987 ».

61 « Réunion commune des membres français et allemands du CA en vue de la préparation de la prochaine session, les 16 et 17 novembre 1987 à Berlin ».

62 63e session du CA, octobre 1988, « rapport d’orientation 1989 ».

63 Ibid.

64 PV de la 38e session du CA, 26-27 mai 1975.

65 PV de la 51e session du CA, 18-19 novembre 1981. Fin 1981 avait même été évoquée, sans la retenir, la possibilité de « rendre » le programme des « romanistes » à l’OFAJ par souci d’équilibre.

66 PV de la 50e session du CA.

67 PV de la 54e session du CA.

68 PV de la 56e session du CA.

69 60e session du CA, « orientations 1987 ». L’ouverture se fit surtout en direction des étudiants inscrits en LEA (Langues étrangères appliquées).

70 PV de la 65e session (point 4) du CA, 27 juin 1989. Pour « l’exemplarité » de l’OFAJ, voir le témoignage de Wolfgang Linckelmann (ancien secrétaire adjoint de l’OFAJ, 1973-1979), « Expérience d’un médiateur. Le rayonnement européen de l’OFAJ », in : Documents 58 (2003) 1, p. 66-68.

71 Cf. Roland Kaehlbrandt, « L’unification allemande : un nouveau défi pour l’OFAJ », in : Henri Ménudier (éd.), L’Allemagne, de la division à l’unité, Asnières, 1991, p. 235-240.

72 OFAJ, Rapport d’activité, 1990, p. 27.

73 OFAJ, Rapport d’activité, 1992, p. 45.

74 OFAJ, Rapport d’activité 1995, p. 45.

75 Cf. Rudolf Herrmann, « L’Esprit de Weimar : la coopération franco-allemande avec l’Europe de l’Est », in : Documents, 57 (1992) 3, p. 99-102 et Id., « Le deux plus un de l’OFAJ. La coopération trilatérale : une méthode complémentaire de la politique culturelle extérieure », in : Documents, 58 (1993) 3, p. 95‑100.

76 Entretien avec Colette Buffière, mars 2003 et « rapport d’activités 2002, échanges universitaires ». Nous exprimons ici à Madame Buffière nos très vifs et chaleureux remerciements pour son accueil et ses conseils précieux.

77 OFAJ, « Activités », 2001.

78 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

79 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

80 OFAJ, Intelligenz und Macht/Les intellectuels et le pouvoir. Actes du Colloque franco-germano-hongrois de professeurs d’université et d’étudiants, Budapest, 1993.

81 Entretien avec Colette Buffière, 27 avril 2007.

82 OFAJ, Rapport d’activité 1992, p. 8.

83 Malgré la promesse du Quai d’Orsay de reprendre progressivement le PEA, le programme fut fortement menacé au début des années 1990, avant de passer effectivement sous la tutelle des Affaires étrangères en 1995-1996. Voir PV de la 67e session du CA, 18-19 juin 1990.

84 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

85 Quelques échanges sont organisés par l’OFAJ impliquant des élèves des classes préparatoires aux grandes écoles, surtout dans la section « économie ». Entretien avec Colette Buffière, 27 avril 2007.

86 Sur le rôle et l’histoire de l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg, voir Hans Manfred Bock, Projekt Deutsch-französische Verständigung. Die Rolle der Zivilgesellschaft am Beispiel des Deutsch-französischen Instituts in Ludwigsburg, Opladen, 1998.

87 OFAJ, Rapport d’activité 1990.

88 En 1985, l’OFAJ soutint un programme de coopération entre l’École normale nationale d’apprentissage de Villeurbanne et le Pädagogisches Zentrum de Berlin. Voir OFAJ, « orientations 1987 ».

89 OFAJ, Rapport d’activité 1993.

90 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

91 OFAJ, Rapport d’activité 1996.

92 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

93 Les dernières rencontres sont marquées par la volonté de renouveler les thématiques, de travailler avec les élus étudiants, de réunir de petits groupes d’une dizaine de personnes autour d’un cours de langue binational et de les impliquer dans l’organisation des séminaires franco-allemands. Entretien avec Colette Buffière, 27 avril 2007.

94 Cette association, fondée en 1991, se donne pour objectif la lutte contre les inégalités et agit dans les quartiers en mobilisant les étudiants bénévoles, notamment par le tutorat auprès des jeunes en difficulté.

95 Association reconnue d’utilité publique, fondée en 1980, œuvrant dans le domaine de l’action sociale en faveur des jeunes et des services sociaux.

96 En 2006, l’OFAJ a soutenu une rencontre trilatérale entre l’AFEV Lyon, la BAPOB Berlin et une association d’étudiants volontaires barcelonais.

97 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

98 « L’action de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse dans la coopération universitaire. Bref tour d’horizon 2000-2002 », communiqué par Colette Buffière.

99 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

100 OFAJ, Rapport d’activité 1999.

101 OFAJ, Rapport d’activité 1990.

102 OFAJ, Activités, 2001.

103 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

104 OFAJ, Rapport d’activité 2005.

105 Ces stages sont réservés aux jeunes diplômés ayant déjà une expérience professionnelle d’un an au moins. Entretien avec Colette Buffière, 27 avril 2007.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540