Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Deuxième partie : Champs d’action et domaines d’intervention de l’OFAJ

L’OFAJ et les échanges scolaires

Caroline Doublier

Texte intégral

  • 1 Cf. ci-dessus l’article de H.M. Bock sur les racines de l’OFAJ. Je remercie chaleureusement Mme Joë (...)
  • 2 Notice concernant les échanges scolaires, 1982, annexe 1 au Rapport d’orientation 1985.
  • 3 Au départ, l’OFAJ accordait des subventions correspondant à 100 % de la grille forfaitaire des frai (...)

1Lorsque l’OFAJ est créé en 1963, les échanges scolaires ont déjà repris depuis plus d’une dizaine d’années entre établissements français et allemands. Ils ont été le fait d’une volonté politique dans la zone d’occupation française et en Sarre, relayée par des associations et par beaucoup d’initiatives individuelles1. Le soutien aux échanges de jeunes est une des premières missions de l’Office nouvellement créé en 1963 et, dans ce cadre, les échanges scolaires ont dès le départ pris une place particulière, qu’ils ont conservée malgré les difficultés et les adaptations successives qu’a connues ce secteur. Sont considérés comme échanges scolaires «  les programmes d’échanges réalisés sous la responsabilité juridique et pédagogique des établissements et approuvés par les autorités de tutelle  »2. Les échanges scolaires ont une importance fondamentale, réaffirmée régulièrement  : «  ils constituent pour les élèves qui en bénéficient une occasion privilégiée de connaître les réalités humaines, sociales, politiques et culturelles du pays partenaire  ; ils permettent de tisser et d’approfondir des relations d’amitié et de compréhension mutuelles  ; ils sont, au surplus, un instrument pédagogique efficace pour l’enseignement de la langue et de la civilisation du pays partenaire  ». Traditionnellement, les échanges scolaires sont des échanges de classe, concernant des élèves qui apprennent la langue du partenaire comme première ou deuxième langue vivante et qui séjournent, dans le cadre d’un appariement ou non, une à deux semaines, pendant les vacances ou sur le temps scolaire, dans la famille de leur correspondant. Ces rencontres comportent une alternance de cours et de visites culturelles. L’OFAJ n’accorde qu’une subvention pour les frais de transport, sur la base d’une grille forfaitaire3, l’hébergement étant assuré par les familles selon le principe de réciprocité. Toutefois, la nature des échanges a sensiblement évolué depuis les années 1960 et l’intervention de l’OFAJ dans le secteur scolaire s’est beaucoup diversifiée.

2Dès 1965, plus de 27 000 élèves participaient à des échanges scolaires soutenus par l’OFAJ, nombre qui augmenta rapidement jusque dans les années 1980. Si les chiffres ont diminué par la suite, dans un contexte d’effondrement progressif du nombre d’élèves apprenant l’allemand en France et le français en Allemagne, le secteur scolaire n’en reste pas moins un des principaux domaines d’intervention de l’OFAJ, qui a connu un renouvellement important au cours de la dernière décennie.

Un secteur d’intervention fondamental

3L’article 2 de l’accord du 5 juillet 1963 précise  :

L’Office a pour objet de resserrer les liens qui unissent les jeunes des deux pays, de renforcer leur compréhension mutuelle et, à cet effet, de provoquer, d’encourager, et, le cas échéant de réaliser des rencontres et des échanges de jeunes. Son action s’étend notamment aux domaines suivants  : a) rencontres et échanges d’écoliers, d’étudiants et de jeunes travailleurs…

4Cette priorité est restée inscrite dans les accords successifs de 1973 et 1983. L’accord sur l’Office franco-allemand pour la Jeunesse du 26 avril 2005, remplaçant l’accord du 25 novembre 1983, rappelle comme suit l’objet de l’OFAJ  :

L’Office encourage et soutient des rencontres et des échanges dans les secteurs scolaires et extrascolaires, et le cas échéant, il les réalise lui-même. Il peut également soutenir des programmes d’échanges avec des pays tiers.

5Les échanges scolaires revêtent une importance d’autant plus grande qu’ils sont souvent le premier contact des élèves apprenant la langue du partenaire avec l’autre pays et avec d’autres jeunes. Ils jouent ainsi un rôle déterminant dans la motivation des élèves et la poursuite de l’apprentissage linguistique.

  • 4 Les archives comportent relativement peu d’éléments. Les documents archivés sont essentiellement de (...)
  • 5 Procès-verbal de la 43e session du conseil d’administration, 1978, p. 3 et 4.
  • 6 Procès-verbal de la 45e session du conseil d’administration, projet de budget, mai 1979.
  • 7 45e session du conseil d’administration, procès-verbal de la 44e session, 2-3 novembre 1978.
  • 8 Procès-verbal de la 48e session du conseil d’administration, approuvé lors de la 49e session, 9-10 (...)
  • 9 Propositions d’orientation 1979, 44e session du conseil d’administration, 15-16 juin 1978 à Paris, (...)
  • 10 Ibid., p.13. Au moins deux de ces questions aboutiront dix ans plus tard à la mise en place des éch (...)

6Les chiffres4 ne permettent pas une analyse exhaustive de l’importance des échanges scolaires sur l’ensemble de la période mais traduisent toutefois la place prédominante de ce secteur, sinon en termes de budget, du moins en nombre de participants. À partir de 1973, qui correspond à une forte réduction des crédits pour les échanges scolaires, l’OFAJ prend en compte les difficultés qui en résultent. Chaque année, le conseil d’administration note l’importance des demandes de subventions dans le domaine des échanges scolaires et l’insuffisance des crédits accordés  : «  la situation dans le secteur scolaire est préoccupante. Si jusqu’en 1977 l’OFAJ a été en mesure de subventionner un échange sur deux, un échange sur trois seulement pourra l’être à partir de 1979  »5. En 1978, pour des raisons budgétaires, un seul échange annuel entre deux établissements appariés pouvait être soutenu, c’est-à-dire qu’un établissement ne pouvait rendre visite à son partenaire qu’une fois tous les deux ans en bénéficiant d’une subvention de l’OFAJ. Effectivement, en 1979, le nombre des appariements est passé de 200 à plus de 1500, dont 800 participent activement aux échanges, et le rythme de croissance est rapide6. Pour maintenir un voyage tous les deux ans, il faudrait pouvoir disposer d’un supplément de crédits de 500 000 DM. Le conseil d’administration donne un accord de principe pour ne pas ralentir le rythme des échanges du secteur scolaire et donc prélever les crédits manquants sur les crédits d’autres secteurs7. Il y a donc une première augmentation en 1979 et 1980, la part du budget réservé aux échanges scolaires passant de 6,4  % en 1977 à 8,4  % en 19798. Toutefois, les crédits restent très insuffisants pour répondre favorablement à toutes les demandes et maintenir les règles d’attribution fixées précédemment. Il est alors question, dès 19789, d’envisager d’autres modes d’intervention dans ce secteur. Le conseil d’administration se demande «  dans quelle mesure et selon quelle conception les échanges scolaires devront être soutenus à l’avenir  » et pose une série de questions «  provocatrices  » qui se font l’écho de certaines opinions exprimées par les partenaires  : comment associer davantage les jeunes à l’organisation des échanges  ? Ne faudrait-il pas s’adresser aux élèves qui n’apprennent pas encore la langue du partenaire, pour les motiver  ? À l’inverse, ne vaut-il pas mieux favoriser les élèves qui apprennent l’allemand ou le français comme première langue  ? Ceux des lycées franco-allemands ou des établissements bilingues  ? L’aide de l’OFAJ devrait-elle à l’avenir se limiter dans le domaine des échanges scolaires aux seuls cas où la situation sociale des élèves la rendrait nécessaire  ? Pourquoi n’existe-t-il pas de bourses pour les scolaires souhaitant effectuer un séjour de longue durée (3 mois à un an) comme élève dans un établissement partenaire10  ? Dans l’immédiat, le conseil d’administration, lors de la 45e session des 2-3 novembre 1978, estime que ces questions présentent un caractère trop théorique pour être débattues au fond.

  • 11 Ainsi en 1993 la part de l’enseignement général était de 10,58 %, en 1995 de 11,4 %, en 1996 de 12  (...)

7Dans les années qui suivent, on a essayé de maintenir le statu quo et de renforcer l’aspect qualitatif des programmes  : le secteur des échanges scolaires a toujours représenté une part importante des programmes et du nombre de participants (entre 60 000 et 70 000 élèves), mais une part bien inférieure des dépenses, autour de 10 à 12  %, les subventions accordées dans ce domaine restant très inférieures à la grille forfaitaire appliquée aux autres types de rencontres, alors que la contribution des deux États au financement de l’OFAJ a diminué en pouvoir d’achat des deux tiers depuis 196311.

  • 12 La part du secteur « enseignement général » dans les crédits d’intervention est alors retombée à 9, (...)
  • 13 Rapport d’orientation 1985.
  • 14 Rapport d’orientation 1986, p. 6-7. Cette gestion déconcentrée implique d’autre part une réorganisa (...)
  • 15 Ces échanges concernent 87 rencontres en 1994, plus de 100 en 1995.

8Les problèmes de l’aide aux échanges scolaires sont à nouveau sur le devant de la scène en 1985 et 198612. En 1985, l’OFAJ n’accorde plus que le remboursement des frais de voyage sur la base de la grille de référence des directives, déduction faite d’une participation individuelle de 270 F. 18  % des établissements n’obtiennent déjà plus qu’une subvention forfaitaire de 900 F par échange (soit 30 F par élève en moyenne). Pour 21  % des autres programmes, la subvention par élève est inférieure à 150 F. Néanmoins, on note avec satisfaction «  qu’en dépit de la faible croissance du budget scolaire et de l’augmentation des coûts, le nombre des programmes et des participants n’a cessé de croître et qu’il a été ainsi possible de maintenir l’effectif global des échanges de l’Office au-dessus du chiffre magique des 100 000 participants  »13. Exposés dans le rapport d’orientation 1985, ils donnent lieu à la création d’un groupe de travail pour réfléchir à une nouvelle conception des interventions et aux contenus pédagogiques des programmes. Ce groupe de travail s’est réuni en octobre 1984 et mars 1985. Il a proposé d’abandonner le système de subventionnement en vigueur jusque-là (soutien accordé à tous les programmes selon un rythme de deux ans dans la mesure où ils répondent aux critères indiqués dans la notice éditée par l’OFAJ et valable pour tous) et de s’orienter vers une nouvelle définition des échanges grâce à une décentralisation au niveau des académies et des autorités scolaires des Länder. À partir du 1er janvier 1986, l’OFAJ communique aux académies et aux Länder un montant de planification pour les échanges scolaires, qui est réparti par les autorités scolaires en fonction de leurs propres objectifs, en tenant davantage compte des critères d’ordre pédagogique, linguistique, social tout en restant dans le cadre des directives de l’OFAJ, qui n’édite plus de notice14. Parallèlement à ces modifications, une légère augmentation de la dotation budgétaire de ce secteur se produit en 1985, mais elle reste insuffisante et l’OFAJ ne peut accorder des aides, d’un montant assez faible, que tous les deux ans. À partir de 1990, une attention toute particulière est apportée aux échanges réalisés avec des établissements des «  nouveaux Länder  », qui bénéficient d’une priorité15.

  • 16 Rapport d’activité 1996, 81e session du conseil d’administration, p. 49. En 1995, 69 219 élèves ont (...)
  • 17 L’OFAJ, Chiffres, activités et résultats, 1999, p. 50-51.
  • 18 Le rapport d’activité de 1999 donne l’estimation « plus de 4500 », celui de 2001 « environ 4800 ».
  • 19 Rapport d’activité 1999, p. 34-35. Les scolaires représentent en 1999 71,2 % des participants soute (...)

9Le changement des modalités d’attribution des subventions n’a donc pas résolu le problème des crédits. Ainsi, en 1996, 71 320 élèves et lycéens (46,7  % des participants) ont participé à 2 918 rencontres scolaires, auxquelles il faut ajouter 247 échanges individuels (41,6  % des programmes)16. En 199817, 210 échanges individuels de moyenne durée (3 mois) ont été subventionnés par l’OFAJ, 67 821 élèves ont participé à 2876 rencontres scolaires dans le cadre d’un appariement (plus de 4500 appariements scolaires entre la France et l’Allemagne)18. Ils représentaient 49,5  % des participants et 11,5  % des dépenses19. En 1999, 68 094 élèves de l’enseignement général ont participé à des échanges, soit 50,02  % des participants, ne représentant cependant que 13 369 000 francs soit 11,66  % des dépenses.

  • 20 Rapport rédigé par Arnaud Sète, chef de bureau adjoint en charge des échanges scolaires généraux de (...)
  • 21 Compte de gestion de l’exercice 1999, 87e session du conseil d’administration, Montreuil, 16 juin 2 (...)
  • 22 Voir ci-dessous.
  • 23 Avec environ 32 500 élèves français en 2000 et 2001, 32 697 élèves en 2003, 34 883 élèves en 2004-2 (...)
  • 24 En 2002, le secteur « enseignement général » a reçu 17,7 % des crédits d’intervention, en 2003 17 % (...)
  • 25 Rapport d’activité 2001, OFAJ, p. 11 et Rapport d’activité 2002, OFAJ, p. 13.

10Le bureau chargé du secteur scolaire obtient cependant un réajustement en faveur de ce domaine d’action à partir de 200220  : alors que le budget alloué aux échanges de l’enseignement général était de 13,3 millions de francs en 199921, on note une première augmentation importante à 3 millions d’euros en 2002, et après une baisse à 2,7 millions en 2004, une nouvelle augmentation à 3,2 millions en 2005 et 2006, hausse qui a permis d’améliorer la dotation des échanges scolaires de groupes au domicile du partenaire et de faire face en partie à l’augmentation des demandes d’échanges individuels, mais pas d’atteindre un taux de subventionnement beaucoup plus important22. En effet, malgré le nombre décroissant d’élèves apprenant la langue du partenaire, la demande concernant les échanges scolaires reste très forte23 et ne permet pas à l’OFAJ de satisfaire toutes les demandes de subventions, même avec des taux de subventionnement inférieurs à ceux des autres programmes. Même après l’augmentation des crédits (qui passent de 12 à 20  % du budget total) affectés à ce secteur en 2002, l’OFAJ ne peut accorder 100  % de sa grille de frais de voyage24. La situation est alors paradoxale  : la valeur des échanges pour assurer la continuité pédagogique des appariements scolaires est reconnue, ils bénéficient d’un fort engagement de l’OFAJ, des correspondants académiques et des DARIC en France, des Austauschreferenten der Länder et du PAD en Allemagne, des enseignants et des parents d’élèves, mais ils ne sont subventionnés qu’à un niveau si faible, ne couvrant parfois que 5 à 10  % du coût de l’échange, que certains organisateurs renoncent à demander les subventions25. Les échanges avec les DOM et en particulier La Réunion, ainsi que les programmes trinationaux dans le cadre d’appariements existant entre établissements allemands ou français avec d’autres pays se sont également développés dans les années 2000.

  • 26 2 700 échanges, 1 500 programmes en Allemagne avec 31 000 élèves français, 1 200 programmes en Fran (...)

11En 2003, si 2 700 échanges ont eu lieu dans l’enseignement général, concernant 59 000 élèves26, on note les premières conséquences de la désaffection des élèves français pour l’allemand (le nombre d’élèves apprenant l’allemand dans l’enseignement secondaire est passé de 1 050 000 élèves en 2000 à 860 000 en 2005)  : alors que les groupes allemands sont constitués d’élèves d’une seule classe, les groupes français sont de plus en plus souvent constitués d’élèves de classes de niveaux différents, mêlant parfois LV1 et LV2. Il faut y ajouter 74 rencontres en tiers lieu (49 en France et 25 en Allemagne), 20 rencontres concernant les sections européennes (contre 10 organisées en 2002) et 8 rencontres impliquant des pays tiers. En 2004, il y eut 3 079 échanges entre établissements de l’enseignement primaire et secondaire et le nombre des rencontres en tiers lieu continua de progresser avec 83 rencontres (30 en Allemagne et 53 en France). Les effets du déclin important de l’enseignement de l’allemand en France ne se sont donc pas immédiatement répercutés sur le nombre des échanges soutenus par l’OFAJ, mais la situation est jugée alarmante et appelle une nouvelle stratégie. On constate en 2005 une détérioration sérieuse de la situation  : fermeture de sections d’allemand, professeurs d’allemand enseignant dans plusieurs établissements, nécessité de regrouper des élèves de niveaux différents, parfois anglicistes, pour atteindre un groupe suffisant pour organiser un échange (le nombre moyen de participants se limitant à une vingtaine d’élèves). Ces conditions ne favorisant pas l’organisation d’un échange, le nombre des échanges de classes stagne, avec 3 031 échanges en 2005 alors que le nombre d’échanges en tiers lieu s’est maintenu (83 rencontres concernant 2 500 élèves) et que les échanges individuels progressent toujours, comme nous le verrons plus loin.

Soutien aux échanges et coopération institutionnelle

  • 27 La terminologie (DAGIC, DRIC, DREIC) et les compétences précises de ces services ont évolué au cour (...)
  • 28 Le soutien de l’OFAJ est un gage de qualité et de pérennité des projets, qui manque parfois aux éch (...)

12L’intervention de l’OFAJ dans le secteur des échanges scolaires revêt une dimension tout à fait particulière. Les échanges scolaires sont organisés par les établissements en collaboration étroite avec leurs autorités de tutelle et en fonction des directives de celles-ci. En France, les échanges scolaires sont suivis par les rectorats, en particulier les services des DARIC, et au niveau ministériel par le service chargé des relations internationales, quel que soit le pays concerné27. En Allemagne, les échanges scolaires sont sous la responsabilité des ministères de l’Éducation des Länder, et au-delà, du Pädagogischer Austauschdienst (PAD) au sein du secrétariat de la Ständige Konferenz der Kultusministerien der Länder in der Bundesrepublik Deutschland (KMK). Des représentants du ministère de l’Éducation nationale et ceux de la KMK siègent à la commission franco-allemande des experts pour l’enseignement général, qui suit tous les programmes franco-allemands en application des décisions prises lors des sommets franco-allemands. L’OFAJ n’a au départ qu’un rôle de soutien financier et logistique pour les établissements qui lui adressent une demande de subvention, dans le cadre de ses directives. Progressivement, les compétences de l’OFAJ se sont élargies et des représentants de l’Office ont participé, par exemple, aux réunions de la commission des experts. L’OFAJ a davantage participé à la définition des différents types de programmes (élaboration des critères, évaluation) et à l’information des établissements, par le biais de ses correspondants dans les académies et les Länder. Il participe pleinement à la mise en œuvre de tous les nouveaux programmes d’échanges et, du fait de son expérience et du développement des recherches sur la pédagogie des échanges, joue un rôle d’impulsion et d’incitation important dans le renouvellement des pratiques depuis les années 199028.

  • 29 Compte rendu de la réunion du groupe de travail « échanges scolaires », Paris, 14 mars 1985, et Rap (...)
  • 30 Il a néanmoins subsisté jusqu’en 1985 une certaine ambiguïté, puisque l’ancienne « notice-critères  (...)
  • 31 L’OFAJ procède à des contrôles par sondage et à des visites d’évaluation dans les différentes acadé (...)

13Les modalités du travail de l’OFAJ avec les ministères compétents en France et en Allemagne ont connu plusieurs évolutions. La diminution des crédits destinés aux échanges scolaires à partir de 1973 a tout d’abord conduit à une coopération plus étroite afin de faire face à de nouvelles difficultés. Sur l’invitation du secrétaire général, une réunion de travail a eu lieu à Berlin le 12 octobre 1976 qui a débouché sur la mise en place d’un groupe de travail mixte comportant du côté français cinq représentants du ministère de l’Éducation et des académies et du côté allemand cinq représentants des ministères des Länder et de la conférence des ministres de l’Éducation. Ce groupe devait examiner périodiquement les critères de mise en œuvre des programmes et proposer éventuellement des modifications, étudier avec l’OFAJ les priorités et les choix. Un certain nombre de notices et de listes de critères et de conseils sont élaborés pour aider à la mise en œuvre des échanges scolaires. Le principal changement intervient en 1985. Le groupe de travail réuni pour réfléchir à un nouveau fonctionnement du secteur scolaire aboutit à la proposition d’une gestion déconcentrée des crédits consacrés aux échanges et à la redéfinition du rôle de l’Office29. Jusqu’en 1976, les demandes des établissements d’enseignement général étaient directement adressées à l’OFAJ par les établissements. À partir de 1976, ils ont été invités à faire parvenir leurs demandes à l’OFAJ par l’intermédiaire des rectorats d’académies ou des autorités scolaires des Länder. Ces demandes étaient transmises après étude à l’OFAJ, qui calculait les subventions dans le cadre de ses directives. Le groupe de travail élargi qui a analysé la situation en 1983 a déjà dû rappeler que l’attribution des subventions devait être étudiée dans le seul cadre des directives du conseil d’administration, sans élaborer de critères supplémentaires, et le secrétaire général avait indiqué que l’Office accepterait, dans le cadre bisannuel instauré, toute demande de subvention conforme à ses directives. Un certain nombre de rectorats et de Schulbehörde effectuaient un tri supplémentaire en fonction de critères plus rigides allant dans le sens de leurs circulaires ministérielles, mais qui ne pouvaient être attribués à l’OFAJ30. À partir de 1985, ce sont les autorités scolaires qui donnent les instructions concernant les échanges franco-allemands aux établissements, l’OFAJ publie en revanche des textes de travail à destination des enseignants, des élèves et des parents d’élèves. Le groupe de travail définit ainsi le rôle de l’Office  : «  L’OFAJ se veut un lieu d’expérimentation, de formation et de communication, non pour normaliser les échanges mais au contraire pour permettre aux initiatives de se développer.  » La nouveauté est la déconcentration du traitement administratif et de l’attribution des subventions, dans un esprit de «  meilleure utilisation des moyens financiers  »  : laisser la gestion aux administrations scolaires qui sont plus proches des utilisateurs, avec des réunions de concertation régulières réunissant les responsables des administrations scolaires des deux pays pour éviter trop de différences. On aboutit à une gestion régionale des crédits, processus appliqué à partir du 1er janvier 1986. Dans le cadre de cette nouvelle coopération, l’OFAJ met à la disposition des rectorats une enveloppe budgétaire par année civile, en fonction des demandes que les rectorats font remonter avant le 31 octobre. Les établissements continuent à adresser leurs demandes de subventions sur imprimés OFAJ au rectorat pour les échanges prévus au cours de l’année civile à venir. Ce sont par contre les rectorats qui étudient les demandes dans le cadre des directives de l’OFAJ ou de critères supplémentaires et qui dressent la liste des établissements auxquels une subvention est accordée. Les procédures de versements des subventions sont complexes et l’OFAJ demande aux autorités scolaires de trouver un organisme ou un établissement support pour centraliser les subventions31. Cette procédure se met en place dès 1986, avec plus de facilité en Allemagne qu’en France. Le corollaire en est la mise en place d’un réseau de correspondants académiques et de Referenten désignés par le secrétaire général sur proposition des autorités scolaires (en France c’est très souvent l’IPR d’allemand de l’académie). Ces correspondants sont réunis tous les ans, avec les responsables administratifs des rectorats, à l’échelle nationale ou binationale, pour faire le point sur les directives, recadrer la politique d’attribution des subventions, présenter les nouveaux programmes et transmettre les informations qui sont ensuite relayées vers les établissements et les enseignants. Ces réunions sont aussi l’occasion de débattre des problèmes de fond concernant les échanges scolaires, en vue d’en améliorer la réalisation, mais aussi le contenu, en relayant les nouvelles orientations prises au niveau politique, en particulier les programmes élaborés dans le cadre de la commission franco-allemande d’experts pour l’enseignement général, à laquelle l’OFAJ participe pour tout ce qui concerne les échanges.

Un souci de qualité et d’adaptation des échanges scolaires à des besoins nouveaux

  • 32 Rapport d’orientation 1998, point 2 de l’ordre du jour de la 82e session du conseil d’administratio (...)

14Les échanges scolaires figurent toujours en bonne place dans les rapports d’orientation présentés lors des sessions du conseil d’administration. On y note toutefois des infléchissements, des priorités nouvelles liées au nouveau contexte politique dans les années 1990. Ainsi la déclaration commune des chefs d’État et de gouvernement adoptée lors du sommet de Weimar en septembre 1997 consacre une attention particulière à la coopération éducative et culturelle «  afin d’adapter celle-ci aux réalités de notre temps et de lui assigner certaines priorités  : la formation et l’emploi des jeunes, la construction de l’Europe et la promotion de sa culture partout dans le monde  ». Cela rejoint les priorités que l’OFAJ s’est données depuis le début des années 1990, en particulier concernant la préparation des jeunes à l’Europe de 1993, l’ouverture vers les nouveaux Länder allemands et vers d’autres pays européens. Si l’intérêt porté aux échanges de classes et d’élèves apprenant l’allemand ou le français reste fondamental, le soutien à la rencontre d’élèves en situation de choix de leur future langue étrangère est considéré comme particulièrement important. Le développement de «  programmes de motivation  » pour le choix de l’allemand ou du français répond au recul de l’enseignement de ces deux langues dans les deux pays. D’autres priorités apparaissent, comme le soutien apporté depuis 1995 à la coopération, appliquée à des projets, entre les sections européennes et les sections bilingues allemandes, ou le vœu d’étendre les échanges entre établissements d’enseignement professionnels, objectif dont l’OFAJ juge qu’il ne pourra être atteint que par des efforts particuliers en raison de la quasi-absence d’un enseignement de la langue du partenaire dans ce secteur32.

  • 33 Synthèse « L’OFAJ 1976-1977 : les jeunes et la coopération franco-allemande » et « un appariement d (...)
  • 34 Annexe 1 au Rapport d’orientation 1985.
  • 35 « Réflexions et recommandations concernant les échanges scolaires franco-allemands », annexe au Rap (...)

15L’OFAJ a assez rapidement pris conscience de la nécessité d’avoir, au-delà de son rôle de pourvoyeur de subventions, une réflexion sur l’orientation et le contenu pédagogique des échanges33. La définition de critères pour l’éligibilité des projets, l’évaluation, mise en place progressivement, des comptes rendus de rencontres adressés par les organisateurs après chaque échange, la publication de notices et de conseils pour la réussite des échanges scolaires ont été autant d’occasions de réfléchir à la qualité des échanges. Avant 1985, l’OFAJ publiait une liste de critères, conseils et recommandations pour la réussite des échanges34. Parmi ceux-ci, la réciprocité et la permanence dans le cadre des appariements et des jumelages, l’implication de l’ensemble de l’équipe éducative et administrative, des programmes facilitant l’accès à la culture et à la langue du partenaire et permettant une initiation à la vie de l’établissement d’accueil (donc durant suffisamment longtemps  : deux semaines dont au moins une sur le temps scolaire). D’autres considérations importantes pour le succès de l’échange sont évoquées  : homogénéité des groupes, âge, maîtrise de la langue du partenaire, implication des familles. La concertation et la recherche de thèmes de travail communs par le biais d’un échange de correspondance et de documentation sont également souhaitées. Il s’y ajoute en 1985 une réflexion sur l’apprentissage interculturel et la nécessité de diffuser les acquis de l’expérience de l’OFAJ dans ce domaine35  : le rôle des contacts individuels et de l’immersion personnelle, celui de l’école dans l’accès à une autre culture y sont analysés. Le groupe de travail «  échanges scolaires  » mis en place en 1985 pour réfléchir à la gestion déconcentrée des programmes est également l’occasion d’une discussion de fond sur la finalité des échanges qui ne saurait se limiter à l’apprentissage linguistique  :

  • 36 Compte rendu de la réunion du groupe de travail « échanges scolaires » du 14 mars 1985.

les échanges devraient s’orienter davantage vers un apprentissage interculturel et ne pas constituer un simple prolongement de l’enseignement linguistique dans l’autre pays. Ils ne devraient pas se limiter aux classes et aux groupes d’élèves apprenant l’autre langue. Les échanges ne devraient pas non plus être le fait des seuls enseignants de français et d’allemand36.

16Il y a là la volonté de créer une nouvelle dynamique, de réorienter les échanges scolaires et d’innover.

  • 37 Conny Reuter, chef de bureau adjoint, bureau II, synthèse des bilans d’échanges de l’année 1997-199 (...)
  • 38 À mettre en relation avec le travail du bureau « formation-recherche ».
  • 39 Conny Reuter estime qu’à raison d’au moins deux enseignants par établissement, 12 000 personnes ser (...)

17Dix ans plus tard, en 1997-199837, Conny Reuter relève dans son analyse des rapports d’échanges un certain nombre de difficultés nouvelles, liées à la baisse des effectifs d’élèves apprenant l’allemand en première langue vivante en France et à des problèmes d’organisation de l’enseignement, en France d’ailleurs plus qu’en Allemagne (nécessité pour les enseignants participant à l’échange de rattraper leurs heures, difficultés pour libérer les élèves français de cours lors de la présence des correspondants allemands, et par conséquent moins de sorties communes, recrutement d’élèves dans plusieurs classes au lieu d’avoir un groupe homogène, ce qui pose à son tour des difficultés d’organisation lors de l’accueil des élèves allemands dans l’établissement). Le travail d’évaluation porte cependant davantage sur le contenu pédagogique et la qualité des échanges, les nouvelles pratiques et l’utilisation des nouvelles technologies que sur ces difficultés matérielles. La majorité des échanges restent de forme classique, entre deux classes ou deux groupes d’élèves de niveau équivalent avec hébergement en famille et alternance de visites (à thème culturel, fédérées ou non par un projet) et de cours. Le projet pédagogique reste centré sur la langue (pratique orale, enrichissement du vocabulaire), la vie quotidienne en famille, la découverte de la culture de l’autre pays (souvent réduite à des visites touristiques), la découverte du système scolaire, parfois un thème de travail commun aux deux partenaires. La communication linguistique est au cœur des programmes, le recours aux nouvelles technologies devient de plus en plus fréquent (la correspondance internet, puis le forum ou le «  chat  » remplacent progressivement les traditionnels échanges de courrier). Les visites touristiques (en particulier des deux capitales) par contre s’accompagnent rarement d’une préparation pédagogique allant au-delà de la recherche d’informations sur des sites Internet. Relativement peu d’échanges sont organisés autour d’un thème commun, c’est en revanche le cas des projets des établissements du réseau de coopération et de développement des sections européennes et sections bilingues mis en place à partir de 1995. L’OFAJ a joué un rôle d’impulsion pour le développement de ces nouveaux types de rencontres, articulées autour de la notion de projet interculturel38, dans le sillage de la déclaration commune du ministère de l’Éducation nationale français et du plénipotentiaire de la République fédérale d’Allemagne pour les affaires culturelles du 1er décembre 1993 dans le «  cadre d’orientation commune pour la promotion de la langue et de la civilisation du pays partenaire dans l’enseignement scolaire et professionnel  ». L’OFAJ a par exemple organisé avec les administrations scolaires des deux pays des journées de travail sur le thème «  Échanges scolaires et apprentissage des langues  », impliquant les enseignants et directeurs des lycées franco-allemands, des lycées ayant une section bilingue ou européenne, des lycées qui délivrent le baccalauréat français et allemand, dans le but d’améliorer la qualité des rencontres franco-allemandes. Ces efforts commencent à avoir des répercussions en 1997. Lorsqu’il y a projet, les thèmes les plus fréquents sont l’environnement, les nouvelles technologies, l’histoire ancienne et contemporaine, le cinéma, les rencontres musicales, l’Europe, la réalisation d’une pièce de théâtre, y compris dans la langue du partenaire. En 1997-1998, l’amélioration de la qualité des rencontres dans le domaine scolaire apparaît comme un souci permanent  ; il reste plusieurs défis à relever, dont celui de la formation des enseignants à la pédagogie de la rencontre et du projet apparaît fondamental et difficile à mettre en œuvre39.

  • 40 Hélène Le Borgne, Académie de Créteil, Synthèse des rapports d’échanges pour l’année 2000, 2001 ; N (...)
  • 41 Les rapports d’activité de 2000 à 2005 confirment ces orientations.
  • 42 « Références qualitatives des échanges scolaires franco-allemands soutenus par l’OFAJ », 2001-2002, (...)
  • 43 Sous la conduite d’Arnaud Sète, mis à la disposition de l’OFAJ de 2000 à 2005 avec pour mission « l (...)

18Dans un souci d’évaluation, des enquêtes sont aussi organisées auprès des jeunes participants aux échanges et auprès des organisateurs. Les rapports et comptes rendus d’échanges sont étudiés avec soin, et des synthèses en sont réalisées par les responsables du bureau chargé des échanges scolaires ou par des étudiants ou stagiaires dans le cadre de mémoires, pour évaluer le contenu des rencontres. En 2000-2002 une série de synthèses des rapports d’échanges scolaires ont été réalisées par des étudiants français et allemands pour une série d’académies (Créteil, Montpellier, Paris, Aix-Marseille, Versailles, Rennes et Bordeaux)40. Ils mettent en évidence le nombre de rencontres réalisées, les partenariats et les destinations choisies, la composition des groupes, la durée des échanges, en général une semaine, parfois deux, le type d’appariements, l’existence ou non d’un jumelage de villes ou de communes entre les localités dans lesquelles se trouvent les établissements, la place de l’échange dans le projet d’établissement. Si la majorité des échanges observés sont encore des échanges «  classiques  » associant séjour en famille, participation aux cours et programme de visites et d’excursions, un certain nombre de changements sont à noter  : la préparation et l’exploitation de la rencontre donnent lieu de façon générale à l’utilisation des nouvelles technologies (correspondance, réalisation de carnets de voyage sur CD, de vidéos, de pages web sur le site des établissements), et la part des rencontres réalisées autour d’un thème et associant des enseignants d’autres disciplines augmente, de même que le nombre des rencontres en tiers lieu41. Ces rencontres connaissent un plus grand dynamisme et correspondent davantage au projet interdisciplinaire et interculturel promu par l’OFAJ depuis le début des années 1990. L’avantage des rencontres en tiers lieu est aussi de faciliter la participation à l’échange d’élèves de milieux modestes pour lesquels l’accueil d’un correspondant en famille est parfois problématique. Tous ces éléments sont repris dans la nouvelle grille de références qualitatives des échanges scolaires franco-allemands soutenus par l’OFAJ42. Ils font également l’objet d’une démarche «  évaluation/qualité  » précise43.

  • 44 Compte rendu du séminaire organisé à Paris les 13 et 14 octobre 1994 sur « les contenus et les méth (...)
  • 45 Échanges scolaires, comptes rendus, collection Documents de travail, OFAJ, 1997.
  • 46 Christian Alix, Christoph Kodron, Coopérer et se rencontrer, collection Documents de travail, OFAJ, (...)
  • 47 Voir l’article de Solenn Kerneis dans cet ouvrage.
  • 48 Des actions de formations binationales existent depuis 1996 (Rapport d’activité 1995, p. 40) et des (...)
  • 49 Rapport d’activité 2001, OFAJ, p. 12.
  • 50 Ouverture internationale et échanges : pour une pédagogie raisonnée des différences, actes de l’uni (...)
  • 51 Cette formation destinée à des enseignants français et allemands organisant des échanges scolaires (...)
  • 52 Voir ci-dessous.

19À partir des années 1990 se multiplient aussi les publications à destination de ceux qui organisent des échanges scolaires, dans le but d’aider à la mise en œuvre de ces échanges, de donner des exemples, de donner une impulsion aux nouveaux projets. En 1992, l’OFAJ publie une brochure Échanges scolaires qui rappelle les objectifs généraux dans ce domaine et reproduit une série de rapports et d’exemples de réalisations. En 1994, un séminaire est organisé sur le thème «  les contenus et les méthodes de l’évaluation des rencontres de jeunes  »44. En 1999, Hinweise und Anregungen zur Planung und Durchführung von Austauschsprogrammen in der Grundschule zwischen Frankreich und Deutschland donnent une réflexion et des pistes pour les programmes de motivation à l’école primaire. En 1997 est publié un fascicule de comptes rendus d’échanges scolaires, comportant des exemples réussis de programmes de motivation, d’échanges entre des lycées, de rencontres tri-nationales, de projets à thèmes ou d’échanges individuels de moyenne durée45. Précédés d’une introduction qui rappelle la diversité des actions soutenues par l’OFAJ dans le secteur scolaire, ces exemples sont conçus comme une incitation à renouveler les pratiques en termes d’échanges scolaires. D’autres publications sont consacrées à la pédagogie des échanges interculturels46. Le rapport d’orientation 2000-2002 précise la vocation de l’OFAJ à proposer un soutien pédagogique et linguistique dans le cadre des échanges scolaires, sous forme de participation à des stages de formation et sous forme de matériel pédagogique. Il s’agit ici d’améliorer la qualité des échanges en faisant bénéficier les organisateurs, enseignants de langue ou d’autres disciplines, de toute l’expérience accumulée par l’OFAJ depuis 1963, en particulier dans le domaine de l’apprentissage linguistique47 (par exemple l’animation linguistique et les cours de langue binationaux avec la méthode «  Tandem  »). L’OFAJ organise davantage de séminaires de formation destinés aux enseignants en collaboration avec les autorités compétentes en matière de formation continue48. En 2001, par exemple, l’OFAJ a mis en place un programme de formation avec l’intervention de responsables du secteur scolaire dans une vingtaine de réunions d’enseignants comme des Deutschlehrertage en France et les regroupements organisés en Allemagne par les Instituts français ou dans le cadre de la formation continue49. L’organisation, sous l’impulsion de l’OFAJ, d’une université d’automne intitulée «  Ouverture internationale et échanges  : pour une pédagogie raisonnée des différences  » au CIEP de Sèvres du 27 au 31 octobre 2002, sous l’égide du ministère de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche, va dans le même sens50  : réunissant des enseignants, chefs d’établissements, responsables académiques et nationaux et des chercheurs, elle a permis une réflexion sur l’apprentissage interculturel et la formation des enseignants à l’international. Une nouvelle université d’automne a été organisée du 22 au 27 octobre 2005 à Werftpfuhl (Brandebourg) sur le thème  : «  L’échange scolaire  : tout un projet  ! – Formation aux échanges scolaires franco-allemands  »51. Dans le même temps, les échanges de professeurs des écoles se poursuivent52.

  • 53 Le rôle de coordination et de suivi pédagogique de l’OFAJ a été renforcé à la suite de la « Déclara (...)
  • 54 Rapport d’activité 1996, 81e session du conseil d’administration, 1er décembre 1997, p. 48.

20L’enseignement précoce de la langue du partenaire et les programmes de motivation au choix de la langue du partenaire constituent des éléments de réponse institutionnelle relayés par l’OFAJ face à la désaffection de l’apprentissage de l’allemand en France et dans une moindre mesure du français en Allemagne. Dans le secteur de l’enseignement primaire, deux actions principales  : les échanges d’instituteurs, instaurés dès 1968, et d’autre part les rencontres de classes. En effet, des échanges d’instituteurs ont été organisés à partir de 1968, permettant une sensibilisation des élèves à l’autre langue dès l’école primaire. L’OFAJ assure la coordination générale de cet échange en coopération avec les ministères concernés. Il assure également le suivi pédagogique des enseignants, les prépare à l’enseignement de leur langue comme langue étrangère et au séjour dans l’autre pays, leur fournit des instruments de travail53. Depuis 1968, plus de 2000 instituteurs français ont ainsi séjourné un an en Allemagne et permis d’initier des élèves allemands à la langue française, et inversement pour les élèves français. L’objectif de 100 instituteurs français et 100 allemands, fixé par la commission franco-allemande des experts, n’est cependant pas atteint, non par manque de candidatures, mais en raison des difficultés administratives rencontrées en France, où moins de la moitié des candidats recevaient en 1996 l’autorisation de leur inspection académique. En 1995-1996, 67 instituteurs français et 70 allemands, en 1996-1997, 70 instituteurs allemands et 70 instituteurs français, en 1998-1999, 56 Français et 56 Allemands ont participé à ce programme. L’OFAJ déplore à plusieurs reprises les difficultés administratives en France ainsi que le faible réinvestissement des acquis  : «  les enseignants participant à l’échange ne sont pas tous “utilisés” à leur retour pour enseigner l’allemand ou le français dans leur classe du primaire  »54. Face à ces difficultés, un groupe de travail a été réuni en 1995 qui a fait des propositions à la commission franco-allemande des experts pour l’enseignement général en vue d’adapter ce programme aux nouveaux contextes, notamment à la généralisation de l’enseignement des langues étrangères au primaire, à laquelle l’OFAJ est associé. L’échange s’est poursuivi depuis  : en 2001-2002, ils étaient 40 professeurs des écoles français et 40 allemands à y participer.

  • 55 L’information officielle faite par l’OFAJ auprès des rectorats et des Schulbehörde est parvenue tro (...)
  • 56 Rapport d’activité 1994, p. 33 et Rapport d’activité 1995, p. 38.
  • 57 En 2005, par exemple, deux écoles ont travaillé sur le thème « Manger et boire », d’autres sur le c (...)

21D’autre part, des mesures sont mises en place pour susciter ou renforcer la motivation pour le choix du français ou de l’allemand auprès des élèves qui n’ont pas encore opté pour l’une ou l’autre langue  : à destination donc des élèves de CM2 (éventuellement CM1) et de cinquième, parfois d’élèves de troisième en situation de choisir une LV3. L’importance que les gouvernements accordent à cette démarche se traduit par la mise à disposition de crédits destinés à financer des rencontres d’élèves qui n’apprennent pas encore la langue du partenaire. À partir de 1990, l’OFAJ développe des formes et des contenus d’échanges susceptibles de sensibiliser les élèves du primaire. Ce programme a connu d’assez grandes difficultés au démarrage55, notamment parce que les rencontres étaient trop brèves (parfois une seule journée de découverte de l’autre pays) et parce que les élèves allemands de l’école primaire n’étaient pas autorisés à sortir du territoire pendant le temps scolaire, une situation qui s’est améliorée par la suite. Ainsi, en 1995 ont eu lieu 181 rencontres contre 180 en 1994 et 165 en 199356. Ces rencontres concernent essentiellement des élèves du primaire, qui ne parlent pas encore l’allemand ou le français, et sont donc souvent réalisées dans des lieux adaptés pour de jeunes élèves – classes de découvertes, centres de vacances – et animées par les enseignants autour de contenus favorisant la communication  : jeu, chant, découverte du milieu, travail sur un projet commun57. Ces programmes ont pris une importance particulière du fait du développement de l’enseignement des langues étrangères  : en 2002, 400 échanges ont été subventionnés, les chiffres se stabilisent ensuite autour d’une centaine par an.

22De nouveaux programmes mettent en valeur la pédagogie de projet et l’interdisciplinarité. C’est particulièrement le cas du réseau de développement et de coopération des sections européennes d’allemand en France et des sections -bilingues de français en Allemagne, mais aussi d’un programme comme le concours de journalisme «  Les jeunes écrivent l’Europe  », lancé en 2003.

  • 58 Rapport d’activité 1994, p. 34.
  • 59 L’OFAJ organise régulièrement des réunions d’évaluation du réseau, à Soest en -novembre 1997, à Mar (...)

23La création des sections européennes en France en 1992 est immédiatement suivie d’échanges et de partenariats concernant ces sections d’allemand. Dès 1994, le développement de partenariats spécifiques entre sections européennes d’allemand en France et sections bilingues de français en Allemagne est envisagé. L’OFAJ participe dès lors à la réflexion sur la formation spécifique des enseignants de ces sections, visant à leur faire acquérir des compétences linguistiques, didactiques et interculturelles58. Un réseau de coopération et de développement est mis en place par la Déclaration conjointe du ministre de l’Éducation nationale et du plénipotentiaire de la République fédérale d’Allemagne pour les affaires culturelles dans le cadre du traité sur la coopération franco-allemande relative à un programme commun de développement et de coopération pour les filières bilingues à profil franco-allemand, le 7 décembre 1995. Un autre réseau de partenariats existe également pour les établissements préparant à la délivrance simultanée du baccalauréat et de l’Abitur (Abibac), avec la possibilité d’organiser des rencontres et des échanges spécifiques à ces sections. L’OFAJ a réuni en 1995 les chefs d’établissements et les enseignants de langue et disciplines non linguistiques des lycées français et allemands impliqués dans ce programme pour les sections Abibac, en 1996 pour les sections européennes et bilingues. L’OFAJ apporte un soutien renforcé aux échanges organisés dans le cadre du réseau et organise régulièrement des rencontres des enseignants et chefs d’établissements impliqués dans ce programme. Un premier groupe de partenariats a été mis en place en 1995 pour une période de cinq ans  ; renouvelé par la suite, il a été un lieu d’innovation et de développement de rencontres «  à thèmes  » et de projets pédagogiques communs. Des réunions d’évaluation du réseau ont eu lieu régulièrement59, elles sont l’occasion de faire le point sur les partenariats, de présenter les projets réalisés, sur des thèmes aussi variés que, pour ne prendre que quelques exemples de 1998  : «  Peuples, religions et langues dans la région du Haut-Rhin  » (Colmar / Breisach), «  Gesellschaft im Wandel – auf dem Weg zur Jahrhundertwende  » (La-Queue-lez-Yvelines / Garching), «  La ville et ses services  » (Nantes / Francfort/Main), «  Dichtung und Wahrheit  » (Forbach / Weimar), «  Identité nationale et mémoire historique chez les élèves allemands et français – une enquête croisée  » (Nevers / Coblence). La présence d’enseignants de disciplines non linguistiques, enseignant dans la langue du partenaire, favorise les approches interdisciplinaires. Ces séminaires sont aussi l’occasion de travailler sur l’enseignement spécifique dans les classes européennes ou bilingues, les outils pédagogiques, la place des projets dans les partenariats et la pédagogie des échanges, l’utilisation des nouvelles technologies. En 1999, 52 établissements (26 français et 26 allemands) font partie du réseau, qui assure la réalisation des documents d’accompagnement tels que le Vademecum comportant les exemples de projets, une bibliographie et les lettres de liaison adressées aux établissements. Dans le cadre des sections européennes, 16 projets ont été subventionnés en 2001, 10 en 2002, 20 en 2003 dont 5 en tiers lieu.

24L’OFAJ a initié depuis 2003, en coopération avec la Fondation Robert Bosch et l’ARPEJ (Association régions presse enseignement jeunesse), le projet «  Les jeunes écrivent l’Europe / Jugend und Europa – Schüler machen Zeitung  ». Ce projet s’inscrit dans la priorité donnée par l’OFAJ au développement des échanges scolaires sur projet, qui permettent d’accroître la motivation pour l’apprentissage de la langue du partenaire et de donner aux échanges une dimension interdisciplinaire. Ce type de projets permet d’impliquer dans l’échange des enseignants d’autres matières que le français ou l’allemand. En 2003-2004, 32 classes françaises et allemandes (plus de 700 élèves) ont participé à ce concours et rédigé ensemble, au cours d’échanges scolaires et encadrés par des journalistes professionnels, des articles de presse sur des thèmes de dimension européenne, de la mobilité des jeunes à la monnaie commune, en passant par les aspirations de la jeunesse, le rôle des langues étrangères ou l’élargissement de l’Europe. Les articles ont été publiés dans 25 quotidiens régionaux français et allemands. Le projet a été poursuivi en 2004-2005 avec 33 classes françaises et allemandes et en 2005-2006 avec 36 classes (plus de 900 élèves). Une quatrième édition du concours a eu lieu en 2006-2007. D’une année sur l’autre, les thèmes varient en fonction de l’actualité sociale et politique européenne, mais le concours rencontre un grand succès.

25Les échanges individuels de longue et moyenne durée sont ceux qui ont connu la plus forte croissance ces dernières années. Ils semblent correspondre aux nouvelles attentes des jeunes dans le nouveau contexte européen et à une individualisation croissante de la formation.

  • 60 Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1999, p. 23
  • 61 Rapport d’activité 2003, p. 34 ; Rapport d’activité 2004, p. 29. Cette augmentation rapide du nombr (...)
  • 62 À partir de 2003, cette bourse a été réduite à 500 euros pour 6 mois, puis en 2005 à 250 euros, san (...)
  • 63 La revue de presse « Le programme Voltaire / das Voltaire Programm », une sélection d’articles paru (...)
  • 64 Gilles Brougère, Lucette Colin, Katrin Kaufmann, Hans Merkens, Hans Nicklas, Marion Perrefort, Volk (...)
  • 65 Rapport d’activité 2001, p. 13 ; Rapport d’activité 2003, p. 35 ; Rapport d’activité 2004, p. 32 ; (...)
  • 66 À partir de 2001, l’OFAJ encourage les rectorats et les Kultusministerien à passer directement des (...)
  • 67 Mesure annoncée par Gilles de Robien, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieu (...)
  • 68 Réunions du groupe de travail mis en place par la commission franco-allemande des experts pour l’en (...)
  • 69 La certification de langue de niveau B1 (dans le cadre européen de référence), facultative et gratu (...)
  • 70 Les échanges de correspondances entre le secrétariat général de l’OFAJ, le ministère de l’Éducation (...)

26Le programme Voltaire a été lancé au cours de l’année scolaire 1999-200060  : c’est le 14 décembre 1999 que Babette Nieder, secrétaire générale de l’OFAJ, Brigitte Sauzay, conseillère du chancelier Gerhard Schröder pour les relations franco-allemandes, et Yves Lucas, chargé de mission pour l’Europe occidentale et orientale auprès du ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, ont présenté le programme à la presse à Berlin. Ce programme d’échange de longue durée (6 mois dans chaque pays) s’adresse aux lycéens de classe de seconde et de 10e ou 11e en Allemagne. Les modalités de candidature et de réalisation du programme sont publiées chaque année au Bulletin officiel de l’Éducation nationale et font l’objet d’une importante communication de l’OFAJ en direction des enseignants et des élèves (par l’intermédiaire des correspondants académiques de l’OFAJ, des enseignants d’allemand, du site internet). L’idée a été lancée lors du sommet franco-allemand de Potsdam en novembre 1998 par Brigitte Sauzay et Michael Naumann, ministre d’État chargé des Affaires culturelles et des Médias. Le programme Voltaire a connu une phase pilote de mars à juillet 2000, avec 8 élèves français du lycée Stendhal de Grenoble et du lycée Gustave Monod d’Enghien-les-Bains et 8 élèves allemands de leurs établissements partenaires, Rückert Oberschule et Romain-Rolland Gymnasium à Berlin. L’OFAJ prévoyait d’accorder en 2000-2001 100 bourses à des jeunes, en ouvrant le programme à d’autres établissements. Ils seront 110 (55 Allemands et 55 Français) à partir en 2001. Le programme a donc connu un vif succès et une augmentation rapide du nombre de participants  : 16 participants en 2000 pour la première édition, 110 en 2001, 252 en 2002, 370 en 2003, 470 en 200461. Les élèves français partent en Allemagne de mars à août, ils reçoivent leur correspondant de septembre à mars de l’année suivante. Ils sont hébergés dans la famille de leur correspondant et scolarisés dans l’établissement d’accueil, dans lequel un professeur est responsable du programme (tuteur). Ce nouveau programme a soulevé beaucoup d’espoirs et d’intérêt  : il devait dynamiser et donner une nouvelle dimension aux échanges déjà existants. Il a été l’objet d’un investissement fort de l’OFAJ en termes financiers (au début une bourse de 100 euros par mois était versée aux participants en plus des frais de transports pour leurs dépenses d’ordre culturel, financée en partie par des sponsors62) et en termes de suivi et d’évaluation. Cette formule permet donc à des lycéens de tous milieux de se rendre en Allemagne, puisque le principe de réciprocité limite le coût pour les familles. Les premières années, la presse locale et régionale a fait un large écho à ces échanges63. Beaucoup de brochures et de documents de cadrage destinés aux établissements, aux professeurs responsables, aux élèves et à leurs parents ont été produits. L’observation des élèves participant à ces séjours «  en immersion  » et l’évaluation de leurs comptes rendus ont fait l’objet d’une recherche spécifique publiée en 2006 sous le titre L’immersion dans la culture et la langue de l’autre64. Dans le même temps, les échanges de moyenne durée connaissent également un regain d’intérêt  : créés en 1989, ces échanges individuels de huit semaines minimum à trois mois maximum, rebaptisés par la suite «  programme Brigitte Sauzay  », attirent à leur tour davantage d’élèves dans le sillage du programme Voltaire  : 132 échanges en 1994, 174 en 1995, 247 en 1996, 210 en 1998, 250 en 2000 et en 2001, mais 574 en 2002, 697 en 2003, 1000 en 2004, 1500 en 200565. Ces échanges se distinguent du programme Voltaire par leur durée inférieure et par le fait que ce sont les établissements qui recherchent les correspondants, en général dans leurs établissements partenaires66. La durée plus courte, qui permet de placer le séjour des élèves français en Allemagne en fin d’année de seconde, à un moment qui perturbe moins le déroulement de la scolarité, rassure et attire beaucoup de parents, alors que les Allemands sont plus nombreux à se porter candidats à un échange de longue durée. La crainte, surtout des élèves français, d’avoir des difficultés à passer dans la première de leur choix après une absence de six mois ne pourra être en partie résolue qu’avec la reconnaissance de la scolarité accomplie en Allemagne, ce qui est le cas depuis novembre 200667. Le 12 octobre 2006, un nouveau programme d’échange de moyenne durée a été annoncé par le ministre français de l’Éducation nationale. Cette mesure, préparée par un groupe de travail dès le printemps 200568, permettra aux élèves de seconde titulaires d’une certification de langue du niveau B169 d’effectuer dans le pays partenaire un séjour de trois à huit semaines (plus court donc que le programme Sauzay) dans le cadre d’un projet pédagogique. Les élèves de seconde inscrits à la session 2007 de la certification pourront déjà effectuer un échange de ce type. L’objectif est ici de favoriser la mobilité des élèves qui parlent la langue de l’autre, dans le cadre d’un projet pédagogique personnalisé, établi avec l’aide de l’équipe pédagogique. Les élèves s’inscrivent dès la candidature à la certification, ce qui permettra de préparer le séjour (recherche d’un partenaire et élaboration du projet). Dans les académies et les Länder liés par un partenariat, la mise en œuvre de l’échange relève de la DARIC en France et des Länder en Allemagne. Lorsque ce type de partenariat n’existe pas, les établissements scolaires doivent préparer et mettre en œuvre l’échange en liaison directe avec l’établissement partenaire en informant la DARIC ou le Land concernés, comme c’est le cas pour le programme Sauzay. L’OFAJ joue un rôle d’expertise et d’information et pourra apporter des aides financières aux familles qui en feront la demande. La création de ce programme supplémentaire a posé plusieurs problèmes à l’OFAJ  : la possible concurrence avec les programmes de longue et moyenne durée qui sont en plein essor et surtout la nécessité de trouver de nouveaux financements avec un budget qui n’est pas extensible, donc l’obligation de redistribuer les fonds disponibles sur trois programmes au lieu de deux70, sans risquer de mettre en péril le programme Voltaire dont la bourse a déjà été diminuée de 600 à 250 euros entre 2000 et 2006 ou de concurrencer le programme Sauzay. La mise en place de ce nouveau programme d’échange individuel témoigne toutefois de l’intérêt et du succès de ce type d’échanges qui ont désormais fait leurs preuves.

  • 71 Rapport d’orientation 2007-2009 (version provisoire), 2e session du conseil d’administration, 14 fé (...)
  • 72 Rapport d’orientation 2000-2002, « Un nouveau dialogue franco-allemand », point 3 de l’ordre du jou (...)
  • 73 Ibid., p. 7.
  • 74 Rapport d’orientation 2007-2009 (version provisoire), février 2007, p. 6.

27Le rapport d’orientation 2007-200971 rappelle à quel point les échanges scolaires constituent une chance pour l’OFAJ, permettant de toucher un public très large dès son plus jeune âge. L’objectif annoncé est de poursuivre les efforts faits dans ce secteur, en prenant en considération le fait que le public a changé. Les principales orientations vont dans le sens des priorités dégagées depuis 2000. L’OFAJ rappelait déjà dans le rapport d’orientation 2000-2002 le rôle des échanges scolaires dans l’enseignement primaire et secondaire, qui sont «  un bon moyen pour permettre à des élèves qui doivent être issus de toutes les classes sociales d’avoir un premier contact avec l’autre pays  »72. Il notait toutefois que son rôle n’est pas de se substituer à la politique scolaire des gouvernements et qu’il ne peut qu’en appeler à la responsabilité des décideurs politiques pour que les échanges d’enseignants soient facilités et que l’enseignement du français et de l’allemand soit «  plus vivant, plus efficace et moins sélectif  »73. En 2007, le renforcement des échanges dits «  à thème  » est d’abord préconisé, c’est-à-dire des échanges inscrits dans un véritable projet pédagogique, dans lequel la rencontre physique n’est que l’aboutissement d’un travail commun entrepris durant la période qui précède l’échange et qui pourra avoir comme support l’internet et tous les nouveaux modes de communication. La diminution du nombre des élèves choisissant la langue du partenaire amène également à s’adresser non plus aux seuls élèves germanistes ou romanistes et à leurs professeurs de langue, mais aussi à des élèves qui n’apprennent pas la langue du partenaire, et à des professeurs de toutes disciplines. Ce point est jugé crucial et «  doit aussi permettre de démontrer que les échanges dans le cadre scolaire n’ont pas pour but unique d’améliorer le niveau en langue étrangère comme le pensent encore nombre de parents et parfois bien des participants. Ainsi l’échange dans le cadre scolaire peut être conçu comme un apprentissage plus large dont l’aspect linguistique n’est qu’une des composantes  »74.

Notes

1 Cf. ci-dessus l’article de H.M. Bock sur les racines de l’OFAJ. Je remercie chaleureusement Mme Joëlle Bontems, bureau « Découvertes » à Berlin, pour son accueil, ses conseils et l’accès aux archives du bureau.

2 Notice concernant les échanges scolaires, 1982, annexe 1 au Rapport d’orientation 1985.

3 Au départ, l’OFAJ accordait des subventions correspondant à 100 % de la grille forfaitaire des frais de voyage, mais assez vite l’explosion du nombre des appariements et l’augmentation du nombre des demandes, à crédits constants, n’a plus permis de le faire.

4 Les archives comportent relativement peu d’éléments. Les documents archivés sont essentiellement des demandes de subventions et comptes rendus de programmes, mais qui ne sont conservés que cinq ans. S’y ajoutent les dossiers concernant la mise en place des pro-grammes les plus récents. Les synthèses chiffrées sont celles des rapports d’activité, ce qui pose plusieurs problèmes. Les rapports d’activité publiés annuellement reprennent les mêmes paragraphes, avec une actualisation des chiffres qui reste de l’ordre de l’approximation. D’autre part, dans les graphiques et statistiques d’ensemble, les chiffres sont donnés par bureau (les échanges scolaires sont de la responsabilité du bureau II, puis bureau « décou-vertes / Entdecken und kennenlernen »), ou par secteur d’activité. On connaît parfois la part des jeunes d’âge scolaire, mais le détail échanges scolaires/programmes extra-scolaires n’est pas toujours donné. D’autres documents, comme les budgets et les comptes de gestion, précisent par secteur d’intervention, voire par type de rencontres. On ne dispose donc pas d’une série continue et homogène de statistiques.

5 Procès-verbal de la 43e session du conseil d’administration, 1978, p. 3 et 4.

6 Procès-verbal de la 45e session du conseil d’administration, projet de budget, mai 1979.

7 45e session du conseil d’administration, procès-verbal de la 44e session, 2-3 novembre 1978.

8 Procès-verbal de la 48e session du conseil d’administration, approuvé lors de la 49e session, 9-10 octobre 1980, p. 13.

9 Propositions d’orientation 1979, 44e session du conseil d’administration, 15-16 juin 1978 à Paris, p. 12-13.

10 Ibid., p.13. Au moins deux de ces questions aboutiront dix ans plus tard à la mise en place des échanges de moyenne durée (3 mois) et aux programmes de motivation (voir ci-dessous).

11 Ainsi en 1993 la part de l’enseignement général était de 10,58 %, en 1995 de 11,4 %, en 1996 de 12 %, en 1997 de 12,2 %, en 1998 de 11,3 %, en 1999 de 11,6 % et en 2002 de 13 %. Ces chiffres extraits des rapports d’exercice et des rapports d’activité des années correspon-dantes montrent la stabilité de la part du secteur scolaire dans les budgets d’intervention de l’OFAJ.

12 La part du secteur « enseignement général » dans les crédits d’intervention est alors retombée à 9,86 %, annexe au Rapport d’orientation 1986, 58e session du conseil d’administration, 30-31 mai 1985.

13 Rapport d’orientation 1985.

14 Rapport d’orientation 1986, p. 6-7. Cette gestion déconcentrée implique d’autre part une réorganisation du travail de l’OFAJ avec les académies et les autorités scolaires des Länder, voir ci-dessous.

15 Ces échanges concernent 87 rencontres en 1994, plus de 100 en 1995.

16 Rapport d’activité 1996, 81e session du conseil d’administration, p. 49. En 1995, 69 219 élèves ont participé à 2 910 rencontres dont 79 en tiers lieu et 174 échanges individuels (Rapport d’activité 1995, p. 37) ; en 1994, 67 076 élèves ont participé à 2 876 rencontres dont 79 en tiers lieu et 132 échanges individuels.

17 L’OFAJ, Chiffres, activités et résultats, 1999, p. 50-51.

18 Le rapport d’activité de 1999 donne l’estimation « plus de 4500 », celui de 2001 « environ 4800 ».

19 Rapport d’activité 1999, p. 34-35. Les scolaires représentent en 1999 71,2 % des participants soutenus par l’OFAJ (55,6 % pour les moins de 16 ans, 15,6 % pour les plus de 16 ans), les chiffres de 1998 sont sensiblement les mêmes (56,1 % et 14,8 %), mais ne distinguent pas les activités scolaires des activités extrascolaires.

20 Rapport rédigé par Arnaud Sète, chef de bureau adjoint en charge des échanges scolaires généraux de septembre 2000 à juillet 2005.

21 Compte de gestion de l’exercice 1999, 87e session du conseil d’administration, Montreuil, 16 juin 2000. Les chiffres sont restés stables, entre 10 et 13 millions de francs, tout au long des années 1990 : 12,3 millions de francs en 1991 et 11,3 en 1992, 12,2 proposés pour 1993 (projet de budget 1993, 72e session du conseil d’administration, 14-15 décembre 1992), 12,1 millions en 1994, 12,2 en 1995 et 1996 (ventilation des crédits par secteur, modification du projet de budget 1996, 78e session du conseil d’administration, 15-16 novembre 1995).

22 Voir ci-dessous.

23 Avec environ 32 500 élèves français en 2000 et 2001, 32 697 élèves en 2003, 34 883 élèves en 2004-2005, le nombre d’élèves concernés ne diminue pas, le nombre de programmes reste relativement stable, avec une légère baisse depuis 2003 pour les échanges de 5 jours (une semaine) : 1523 en 2003, 1583 en 2004, 1539 en 2005.

24 En 2002, le secteur « enseignement général » a reçu 17,7 % des crédits d’intervention, en 2003 17 %, en 2004 18,7 %, auxquels il faut ajouter 3,7 à 4 % pour le secteur « enseignement professionnel et technologique », Rapport sur l’exercice 2004, p. 22.

25 Rapport d’activité 2001, OFAJ, p. 11 et Rapport d’activité 2002, OFAJ, p. 13.

26 2 700 échanges, 1 500 programmes en Allemagne avec 31 000 élèves français, 1 200 programmes en France avec 28 000 élèves allemands, Rapport d’activités 2003, OFAJ, p. 33.

27 La terminologie (DAGIC, DRIC, DREIC) et les compétences précises de ces services ont évolué au cours de la période. Un bureau est plus particulièrement chargé de la coopération franco-allemande au ministère de l’Éducation nationale.

28 Le soutien de l’OFAJ est un gage de qualité et de pérennité des projets, qui manque parfois aux échanges internationaux engagés avec d’autres pays.

29 Compte rendu de la réunion du groupe de travail « échanges scolaires », Paris, 14 mars 1985, et Rapport d’orientation 1986.

30 Il a néanmoins subsisté jusqu’en 1985 une certaine ambiguïté, puisque l’ancienne « notice-critères » n’avait pas été totalement supprimée et que l’OFAJ adressait une notice intitulée « Réflexions et recommandations concernant les échanges scolaires franco-allemands » (annexe au rapport 1985) qui était envoyée à tous les établissements s’adressant à lui et que les rectorats étaient invités à joindre aux décisions d’attribution de subvention. Note de Magaïe Boutéraon sur les rencontres entre établissements d’enseignement général, 15 septembre 1986, p. 2.

31 L’OFAJ procède à des contrôles par sondage et à des visites d’évaluation dans les différentes académies.

32 Rapport d’orientation 1998, point 2 de l’ordre du jour de la 82e session du conseil d’administration, 2 décembre 1997 à Ilmenau.

33 Synthèse « L’OFAJ 1976-1977 : les jeunes et la coopération franco-allemande » et « un appariement de lycées, Toulon-Mannheim », collection rapports et documents, n° 5, 1976.

34 Annexe 1 au Rapport d’orientation 1985.

35 « Réflexions et recommandations concernant les échanges scolaires franco-allemands », annexe au Rapport d’orientation 1985.

36 Compte rendu de la réunion du groupe de travail « échanges scolaires » du 14 mars 1985.

37 Conny Reuter, chef de bureau adjoint, bureau II, synthèse des bilans d’échanges de l’année 1997-1998, 9 septembre 1998.

38 À mettre en relation avec le travail du bureau « formation-recherche ».

39 Conny Reuter estime qu’à raison d’au moins deux enseignants par établissement, 12 000 personnes seraient concernées. Il préconise une collaboration dans ce domaine avec les IUFM et les universités.

40 Hélène Le Borgne, Académie de Créteil, Synthèse des rapports d’échanges pour l’année 2000, 2001 ; Nicolas Dudicourt, Académie de Montpellier, Synthèse des rapports d’échanges scolaires pour l’année 2001, 2002 ; Coline Tison, Académie de Paris, synthèse des rapports d’échanges scolaires année 2001, 2002 ; Eva Lensing, Bilan Académie Aix-Marseille 2002, échanges généraux, juillet-août 2003 ; Anne-Christin Engel, Schüleraustausche zwischen Besuchern von allgemeinbildenden Schulen im Gebiet der Académie de Versailles und ihren deutschen Partnern 2003, 2004 et Beobachtungen über den Austausch der allgemeinbildenden Schulen 2003 (Bayern, Rennes et Bordeaux), 2004.

41 Les rapports d’activité de 2000 à 2005 confirment ces orientations.

42 « Références qualitatives des échanges scolaires franco-allemands soutenus par l’OFAJ », 2001-2002, bureau « découvertes-échanges scolaires ».

43 Sous la conduite d’Arnaud Sète, mis à la disposition de l’OFAJ de 2000 à 2005 avec pour mission « le rôle de contribuer, grâce aux impulsions de l’Éducation nationale et de la KMK, à donner un contenu plus substantiel aux échanges scolaires, développer de nouvelles formes d’échanges (en particulier les programmes Voltaire et Sauzay) et promouvoir des méthodes innovantes ». (rapport d’activité du 01/09/2001 au 30/06/2002).

44 Compte rendu du séminaire organisé à Paris les 13 et 14 octobre 1994 sur « les contenus et les méthodes de l’évaluation des rencontres de jeunes dans le cadre des échanges franco-allemands soutenus par l’OFAJ ».

45 Échanges scolaires, comptes rendus, collection Documents de travail, OFAJ, 1997.

46 Christian Alix, Christoph Kodron, Coopérer et se rencontrer, collection Documents de travail, OFAJ, 1988 puis 2e édition en 2004.

47 Voir l’article de Solenn Kerneis dans cet ouvrage.

48 Des actions de formations binationales existent depuis 1996 (Rapport d’activité 1995, p. 40) et des échanges ont lieu entre IUFM et instituts allemands de formation des enseignants.

49 Rapport d’activité 2001, OFAJ, p. 12.

50 Ouverture internationale et échanges : pour une pédagogie raisonnée des différences, actes de l’université d’automne du ministère de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche, Sèvres, 27-31 octobre 2002, CIEP, ADECE, OFAJ.

51 Cette formation destinée à des enseignants français et allemands organisant des échanges scolaires combinait à la fois des apports théoriques sur l’apprentissage interculturel et la pédagogie de projet et des conseils pratiques pour l’organisation et la préparation des différents types de rencontres soutenues par l’OFAJ, en particulier séjours en tiers lieux et projets.

52 Voir ci-dessous.

53 Le rôle de coordination et de suivi pédagogique de l’OFAJ a été renforcé à la suite de la « Déclaration commune » du sommet de Francfort en 1986. Cf. Rapport d’orientation 1990, p. 24. L’OFAJ a également mis à jour en 1995 une bibliographie commentée pour l’apprentissage de l’allemand à l’école primaire et en 1996 pour l’enseignement précoce du français en Allemagne, Rapport d’activité 1995, p. 38.

54 Rapport d’activité 1996, 81e session du conseil d’administration, 1er décembre 1997, p. 48.

55 L’information officielle faite par l’OFAJ auprès des rectorats et des Schulbehörde est parvenue trop tardivement en février 1989 et n’a pas pu être relayée assez complètement : trop peu de demandes de subventions en 1989, ou pour des projets ne correspondant pas vraiment au programme « voyages » et non « rencontres », excursions d’une seule journée. Note sur les nouveaux programmes d’incitation au choix de l’allemand ou du français comme langue étrangère, Bureau II, Paris, 20 septembre 1989.

56 Rapport d’activité 1994, p. 33 et Rapport d’activité 1995, p. 38.

57 En 2005, par exemple, deux écoles ont travaillé sur le thème « Manger et boire », d’autres sur le cirque, mais les sujets du sport et de la nature restent les plus fréquents, Rapport d’activité 2005, p. 25.

58 Rapport d’activité 1994, p. 34.

59 L’OFAJ organise régulièrement des réunions d’évaluation du réseau, à Soest en -novembre 1997, à Marly-le-Roi en décembre 1998, à Évian en décembre 1999, à Genshagen en -novembre 2002, Évian en décembre 2005.

60 Rapport d’activité – Tätigkeitsbericht 1999, p. 23

61 Rapport d’activité 2003, p. 34 ; Rapport d’activité 2004, p. 29. Cette augmentation rapide du nombre de participants a conduit à modifier le fonctionnement du programme Voltaire : si l’OFAJ reste coordinateur du programme et interlocuteur pour les autorités scolaires, les ministères et les sponsors, le suivi technique en a été transféré en juillet 2003 à la nouvelle Centrale Voltaire à la BBI/Stiftung Genshagen (Institut de Berlin Brandebourg pour la coopération franco-allemande en Europe). Le programme fait l’objet d’un suivi très précis notamment pour améliorer le choix des correspondants et éviter les échecs (interruptions ou changements de familles) relativement nombreux (13,45 % en 2001-2002 ; 25 % en 2003-2004 ; 20 % en 2004-2005).

62 À partir de 2003, cette bourse a été réduite à 500 euros pour 6 mois, puis en 2005 à 250 euros, sans conséquence sur le nombre des candidatures.

63 La revue de presse « Le programme Voltaire / das Voltaire Programm », une sélection d’articles parus dans la presse, OFAJ, 2005, reprend des articles parus de 2000 à 2005.

64 Gilles Brougère, Lucette Colin, Katrin Kaufmann, Hans Merkens, Hans Nicklas, Marion Perrefort, Volker Saupe, L’immersion dans la culture et la langue de l’autre, Une recherche évaluative du programme Voltaire, collection Textes de travail, n° 23, OFAJ, 22006.

65 Rapport d’activité 2001, p. 13 ; Rapport d’activité 2003, p. 35 ; Rapport d’activité 2004, p. 32 ; Rapport d’activité 2005, p. 21 ; Rapport du groupe de travail de l’Assemblée nationale et du Bundestag, juin 2004, p. 40.

66 À partir de 2001, l’OFAJ encourage les rectorats et les Kultusministerien à passer directement des accords entre eux, au niveau académique ou régional, pour avoir une politique volontariste dans le domaine des échanges individuels. Ce sont des partenariats qui permettent de mettre en relation rapidement un grand nombre d’élèves français et allemands, Rapport d’activité 2003, p. 35.

67 Mesure annoncée par Gilles de Robien, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche lors de la remise des diplômes de certification en allemand le 12 octobre 2006 et publiée dans la note de service n° 2006-184 du 21 novembre 2006, portant sur la validation de l’année de seconde passée dans un établissement scolaire allemand en Allemagne, Bulletin Officiel n° 44 du 30 novembre 2006.

68 Réunions du groupe de travail mis en place par la commission franco-allemande des experts pour l’enseignement général à Sarrebruck le 28 janvier 2005 et à Berlin le 13 avril 2005, après l’annonce par François Fillon, ministre de l’Éducation nationale, de la mise en place du processus de certification en 2006.

69 La certification de langue de niveau B1 (dans le cadre européen de référence), facultative et gratuite, a été proposée pour la première fois aux élèves germanistes en 2006. 8400 élèves de 600 établissements ont bénéficié de cette opportunité. Le dispositif s’élargit en 2007 à davantage d’élèves et à d’autres langues.

70 Les échanges de correspondances entre le secrétariat général de l’OFAJ, le ministère de l’Éducation nationale, le PAD et les autorités scolaires des Länder en octobre-novembre 2006 témoignent d’une négociation difficile.

71 Rapport d’orientation 2007-2009 (version provisoire), 2e session du conseil d’administration, 14 février 2007, Paris.

72 Rapport d’orientation 2000-2002, « Un nouveau dialogue franco-allemand », point 3 de l’ordre du jour de la 85e session du conseil d’administration, 22 juin 1999 à Aubervilliers.

73 Ibid., p. 7.

74 Rapport d’orientation 2007-2009 (version provisoire), février 2007, p. 6.

Auteur

Née en 1967, historienne et germaniste, professeur d’histoire et de géographie en section européenne d’allemand.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540