Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Deuxième partie : Champs d’action et domaines d’intervention de l’OFAJ

La promotion par l’OFAJ de la coopération entre jeunes artistes et étudiants en art

Anne-Kathrin Auel
Traduction de Jean-Léon Muller

Texte intégral

1C’est en ces termes que l’ancien secrétaire général Reinhard Wilke a décrit l’hésitation de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse à considérer les artistes comme une catégorie professionnelle à promouvoir. À l’inverse, les amateurs furent soutenus dans les activités culturelles et artistiques dès la fondation de l’Office.

2Depuis, l’aide apportée aux artistes dans le domaine professionnel s’est étendue aux secteurs les plus variés. Depuis 1975 et le début de l’engagement artistique de l’OFAJ, avec le symposium Foto-Film-Video destiné aux plasticiens, le champ d’action n’a cessé de s’élargir. Le cadre nécessairement limité de cet article est centré sur la genèse du programme d’aide. Ce faisant, une attention particulière sera portée aux arts plastiques, exemple qui permettra de suivre l’évolution de la promotion des artistes par l’OFAJ.

La genèse d’un nouveau programme de soutien

  • 2 Ruth Falazik est décédée en 1998. Un an plus tard, la fondation Springhornhof vit le jour et assura (...)
  • 3 Informations recueillies au cours d’entretiens avec Horst Wegmann à Berlin (13 août 2002) et à Pari (...)

3C’est à l’écart de la scène artistique, dans le village de Neuenkirchen, situé dans la lande de Lunebourg, que la galerie Falazik s’installa dans les années 1960. Grâce à l’engagement de sa fondatrice, qui dirigea le lieu pendant de longues années, le Springhornhof est devenu un centre de soutien aux artistes du monde entier2. C’est à l’atmosphère positive d’un des symposiums organisés sur place que l’on doit l’appui apporté aujourd’hui par l’OFAJ aux jeunes artistes professionnels et aux étudiants en art. Horst Wegmann, longtemps chef du bureau «  emploi et solidarité  » de l’OFAJ, avait aidé en 1974 un ami sculpteur à mener à bien sa contribution à la manifestation Kunst und Dorf (Art et village) à Neuenkirchen. Les soirées de discussions entre artistes et les conditions offertes par ce lieu paisible, prédestiné au travail créatif, fascinèrent tant Wegmann que son enthousiasme personnel devint le principal moteur d’une nouvelle idée. La même année, il mena à bien des travaux préparatoires pour un programme financé et organisé par l’OFAJ, à Neuenkirchen. Le secrétaire général de l’époque Pierre Gril jugea le projet prometteur et lui apporta son soutien dès l’origine. En Allemagne comme en France, il n’y avait à l’époque aucune structure pour la promotion des artistes professionnels. Comme il était nécessaire de la créer ex nihilo, les artistes eux-mêmes furent associés à sa conception. Pour la première rencontre ou symposium, on invita des artistes établis et on élabora avec leur aide des propositions concrètes pour un programme. Le choix des artistes conviés permit aussi d’asseoir la crédibilité du nouveau programme. Parmi les idées lancées à cette occasion, on peut citer les coopérations entre établissements d’enseignement artistique allemands et français et les bourses de travail3.

4Avec le symposium Foto-Film-Video, l’OFAJ parvint notamment à mener à bien une première expérience de coopération dans le domaine des arts plastiques, mais ouvrit aussi la voie à des engagements futurs. De fait, la possibilité d’organiser et de proposer de nouveaux séminaires et des expositions se fit rapidement jour. L’Office vit alors s’ouvrir un champ totalement neuf et prometteur pour ses actions de soutien. Pierre Gril formula ce constat dans le premier catalogue d’exposition  :

  • 4 OFAJ/Galerie Falazik (éd.), Photo-film-vidéo – Symposium franco-allemand Neuenkirchen, s.l., 1975, (...)

L’engagement de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse en faveur de ce symposium est à considérer comme le coup d’envoi d’un nouveau programme. Outre ses actions capitales de promotion des échanges et des rencontres de jeunes des deux pays, l’OFAJ considère qu’il est de son devoir de faciliter la diffusion des informations d’un pays à l’autre et de permettre sinon de stimuler la coopération entre institutions4.

  • 5 Ibid.
  • 6 Au cours d’un entretien avec l’auteur, le 11 février 2003, l’ancien boursier Norbert Radermacher, p (...)

5Le catalogue soulignait en outre qu’il s’agissait d’une manifestation internationale, sans oublier de mentionner les initiateurs de la rencontre  : «  l’initiative est à mettre au crédit de Horst Wegmann (OFAJ), la conception est due à Ruth Falazik  »5. Ce passage révèle un point important  : les programmes étaient en grande partie lancés à l’initiative de personnes qui s’engageaient bien au-delà de leurs obligations professionnelles, et ce furent ces mêmes personnes qui, pour l’essentiel, en assurèrent la mise en œuvre6. Horst Wegmann travailla à l’OFAJ jusqu’à l’automne 2003 et décéda le 13 avril 2006. Dans une lettre d’information de l’Office, on pouvait lire  :

  • 7 La lettre d’information de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, n° 17, juin 2006, p. 5.

L’OFAJ a perdu un collègue qui pendant trente ans a fait progresser la coopération franco-allemande et a permis à de nombreux jeunes, et plus particulièrement à des jeunes artistes de nos deux pays, de vivre l’expérience de l’échange7.

6Les programmes initiés par Wegmann bénéficièrent dès le départ de son engagement personnel sans faille et profitèrent aussi de ses nombreux contacts privés. Il est dès lors facile de comprendre que son départ de l’Office ne resta pas sans conséquences.

  • 8 Orientations 1993-1994, p. 24, et Horst Wegmann, Einführung zur Tagung, Deutsch--französische Zusam (...)

7Depuis 1975, l’OFAJ a proposé divers types de collaborations à de jeunes artistes en formation ou en activité, «  car l’institution était d’avis que la sensibilité des artistes était précisément de nature à apporter une contribution importante à la coopération franco-allemande  »8. En conformité avec ce nouveau champ d’action, qui s’adressait aux artistes et donc à des «  multiplicateurs  », le texte du projet de budget 1976 déclarait  :

  • 9 Projet de budget pour l’exercice 1976, annexe pour la 39e session du conseil d’administration le 27 (...)

En 1976, l’OFAJ entend se tourner plus systématiquement encore vers les jeunes professionnels, exerçant des responsabilités et pouvant être considérés comme multiplicateurs possibles9.

8Dès lors, l’engagement de l’OFAJ dans le domaine artistique et culturel s’articula pour l’essentiel en deux catégories  : hormis le soutien aux amateurs, on ajouta l’aide apportée aux jeunes artistes professionnels.

9Les programmes artistiques sont d’autant plus propices aux échanges interculturels qu’ils permettent aux participants d’engager un dialogue, même si leurs connaissances linguistiques sont limitées. L’intérêt et les activités déployés dans un domaine particulier de l’art constituent un excellent pont afin de surmonter les difficultés liées à la langue. Cet avantage décisif a été souligné par Klaus Honnef à l’occasion du symposium de photographie qu’il a dirigé pour l’OFAJ  :

  • 10 Institució d’Estudis Politècnics de Barcelona (éd.), Foto Workshop ’88, s.l., s.d. et sans paginati (...)

[ils ont] travaillé ensemble et, ce qui est plus important, parlé ensemble. Ils ont fait connaissance et en ont peut-être appris un peu plus sur l’autre pays, toujours étranger. La langue qui les a réunis était en premier lieu celle des images10.

10Dans d’autres projets d’exposition initiés par l’OFAJ, les conditions idéales offertes par l’art sont aussi mises en avant  :

  • 11 OFAJ (éd.), Germinations – Entwicklungen. Arbeiten von Studenten deutscher und französischer Kunsth (...)

Car le métier d’artiste est plus apte que tout autre à transmettre des formes d’expression et des impressions que les hommes comprennent même s’ils ne parlent pas la même langue11.

  • 12 Il en va de même pour les programmes sportifs de l’OFAJ. Voir à ce propos la contribution d’André K (...)

11Il est donc décisif pour la réussite des programmes d’échange que les expériences communes puissent aussi fonctionner de façon non verbale. Si l’on y parvient, on évite la frustration au sein du groupe et les participants conservent la motivation d’aller à la rencontre des autres12.

  • 13 Voir, dans ce volume, la contribution de Hans Manfred Bock, « Les racines de l’OFAJ dans la société (...)
  • 14 La maîtrise d’un vocabulaire enrichi et de termes techniques permet d’engager un dialogue encore pl (...)

12Dans le cadre d’une rencontre binationale ou internationale, la communication est grandement facilitée si les groupes qui se rencontrent poursuivent les mêmes buts13. Cela assure en outre qu’au-delà de sa seule existence, la rencontre puisse déboucher sur un résultat profitable. À l’évidence, les organisateurs n’ont pas pour seul objectif de réunir des représentants de certaines disciplines. Ils n’agiraient alors que comme des prestataires de service et non comme des médiateurs culturels. Une rencontre doit, au-delà de son cadre professionnel, être avant tout l’occasion d’un échange culturel global. Outre la connaissance du pays et de sa culture, celui-ci englobe bien sûr l’amélioration réciproque des connaissances linguistiques14.

  • 15 Reinhard Wilke, in : Freunde – Amis… ? (op. cit., note 1), p. 12 ; cf. aussi, dans le même sens, Ba (...)

Il y avait en arrière-plan la conception selon laquelle de jeunes artistes invités à travailler en commun dans des symposiums utiliseraient cette occasion pour échanger et trouver des similitudes à propos de leur travail, leur position sociale, leur situation existentielle, leur implication politique et économique, comme le font les étudiants ou les jeunes syndicalistes15.

13Énoncées par Reinhard Wilke lors de la première exposition de boursiers, ces remarques porteuses de grandes lignes directrices seront reprises vingt ans plus tard par Babette Nieder, à la faveur d’une autre exposition. Ce que l’on espérait obtenir du soutien aux artistes était donc clairement défini dès la mise en place du dispositif, sans qu’une évolution de plusieurs années ne fût nécessaire. À l’inverse, au sein de l’OFAJ, envisager puis accepter l’idée même de soutenir des artistes professionnels ne fut possible que progressivement.

  • 16 Procès-verbal de la 46e session du conseil d’administration des 21 et 22 mai 1979 à Dijon, adopté à (...)

14Mais si les programmes pour artistes furent sujets à controverse au sein de l’OFAJ – en particulier au moment de la mise en place du soutien aux artistes professionnels – «  d’autres considèrent qu’il s’agit de la promotion de l’artiste professionnel en sa qualité de jeune travailleur et de multiplicateur d’un genre particulier  »16. Qui plus est, les programmes devaient souvent faire face à des reproches internes comme le prouve le rapport d’orientation de 1983 et sa demande d’élargissement des échanges en termes de contenu  :

  • 17 Rapport d’orientation 1983, annexe au point 3 de l’ordre du jour de la 52e session du conseil d’adm (...)

Le développement du nombre de programmes culturels dans tous les domaines […] ne procède pas du désir d’ajouter quelques fleurons à la couronne des échanges, mais de la simple constatation que tous les supports et toutes les formes d’activités doivent participer à la réflexion franco-allemande17.

  • 18 Otto Fichtner dans sa lettre au secrétaire général de l’OFAJ, Bad Godesberg, 17 juillet 1975, DFJW- (...)
  • 19 Pierre Gril dans sa lettre en réponse à Fichtner, 19 août 1975, DFJW-Archiv Berlin.

15Il y eut aussi des critiques renouvelées se fondant sur des préjugés ou des malentendus. Dans une lettre adressée au secrétaire général Pierre Gril, un membre du conseil s’interrogea à propos de la manifestation Foto-Film-Video en se demandant si «  la promotion d’un modèle de coopération entre jeunes artistes français et allemands […] au regard de moyens financiers très limités, justifiait un engagement matériel et humain aussi élevé de la part de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse  »18. Dans sa réponse, le secrétaire général de l’époque fit valoir «  que ce symposium se situait dans les limites des dépenses engagées pour des manifestations comparables de l’OFAJ. Quant aux personnes, l’Office s’était simplement engagé à envoyer un de ses collaborateurs  »19. En définitive, la crainte dominante était celle d’une trop grande ouverture au monde de l’art professionnel, qui comportait le danger de s’éloigner du principe d’échanges aussi larges que possible. La remarque suivante montre que l’on voulait empêcher une telle évolution  :

  • 20 Rapport d’orientation 1984, annexe au point 5 de l’ordre du jour de la 54e session du conseil d’adm (...)

Les activités artistiques pratiquées par des millions de jeunes amateurs sont ouvertes à tous les milieux sociaux (et nullement réservés à une élite)20.

16À peine six mois plus tard, la critique sous-jacente se fit plus concrète  :

  • 21 Procès-verbal de la 54e session du conseil d’administration les 15 et 16 juin 1983 à Montpellier ad (...)

On accueille favorablement le développement des activités culturelles et artistiques  ; certains estiment néanmoins qu’il ne faudrait pas s’adresser aux artistes professionnels21.

  • 22 Heinz L. Kretzenbacher, « Der „erweiterte Kulturbegriff“ in der außenkulturpolitischen Diskussion d (...)
  • 23 Finn Jor, « Demystifizierung der Kultur », in : Erwachsenenbildung 24 (1978), p. 142 sq.

17La controverse sur l’engagement de l’Office dans le domaine culturel et artistique vit s’opposer radicalement culture d’élite et culture de masse. En guise d’explication, on peut se reporter à l’approche de Heinz L. Kretzenbacher qui a mis en relief les dichotomies à l’œuvre dans le concept traditionnel de culture. Ces oppositions sous-tendent la distinction entre culture d’élite, considérée comme positive, et culture de masse, perçue comme négative22. Mais avec le concept de «  culture élargie  » cette opposition s’est annulée. Ainsi en 1978, Finn Jor soutient que «  d’un point de vue sociologique, on peut dire que tout ce que l’homme crée fait partie de la culture. Cette conception élargie ne prive pas pour autant la traditionnelle culture d’élite de sa valeur  »23. Quoi qu’il en soit, l’ouverture de la culture aux domaines les plus variés et, ce faisant, l’implication renforcée des amateurs ont modifié l’attitude à l’égard des élites. Les favoriser fut dès lors jugé de façon très critique, car l’élargissement du concept de culture était en opposition avec toute forme de promotion des élites. D’un certain point de vue, l’appréciation réciproque des deux types de culture en vint à s’inverser, la culture d’élite finissant par être jugée négativement. Toutefois, l’idée selon laquelle les élites ne sauraient être sciemment privées de tout soutien s’est maintenue. Ces opinions antinomiques, exprimées au sein même de l’OFAJ, ont certes empêché l’émergence d’une conception valable pour tous. Mais, y compris dans ce domaine, il y avait unanimité sur la nécessité de faire des possibilités d’échange le principal aspect de la coopération franco-allemande. Les «  directives provisoires de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse  » s’étaient déjà clairement prononcées sur cette question  :

  • 24 « Vorläufige Richtlinien des Deutsch-Französischen Jugendwerks », in : Deutsche Jugend 2 (1964), p. (...)

Les présentations d’artistes professionnels ne peuvent être incluses dans les programmes de soutien que si ces derniers s’intègrent dans des manifestations au service des rencontres et des échanges de jeunesse24.

18Des présentations individuelles dans le pays partenaire, comme, par exemple, des tournées sur invitation, furent d’emblée exclues de toute subvention.

Ateliers et boursiers à l’origine de réseaux

19Les jeunes artistes se trouvent en général dans une situation professionnelle particulière. Leur travail est marqué par des incertitudes, dont celle concernant leurs moyens financiers. S’ils veulent se consacrer à leur œuvre à titre professionnel, ils dépendent – a fortiori s’ils sont débutants – d’un support financier sous forme de bourses.

  • 25 Bundesverband Bildender Künstler (éd.), ProKunsT – Grundsätze und Leitlinien zur Durchführung von W (...)

Leur octroi peut viser différents objectifs, mais ces subsides ont en commun d’offrir aux artistes la possibilité de travailler un certain temps en toute indépendance, libérés des contraintes économiques. Cette intention s’accompagne souvent d’autres buts  : promotion de réalisations artistiques particulières, échanges culturels avec d’autres nations, renouvellement des générations, bourses de voyage25.

  • 26 Afin de favoriser les échanges et la connaissance de l’autre culture, l’OFAJ établit la règle selon (...)

20Ces principes posés par le Bundesverband Bildender Künstler à propos de «  la promotion des artistes par les bourses  » ont été repris par l’OFAJ26.

  • 27 Voir la liste des boursiers de l’OFAJ, archives de l’OFAJ, Paris.
  • 28 Museum Wiesbaden (éd.), Camo Book, Wiesbaden, 2001, p. 3.
  • 29 Pour plus de détails sur le programme « Passages », voir le 3e chapitre.

21En 1976, l’Office alloua ses deux premières bourses à des artistes et, dès l’année suivante, sept boursiers furent sélectionnés27. Jusqu’en 1999, ce ne furent pas moins de 279 bourses de travail individuelles qui furent distribuées28. Par an, douze artistes ayant achevé leur formation – la moitié provenant d’Allemagne et l’autre de France – bénéficièrent de bourses individuelles. Les boursiers étaient désignés par un jury rassemblant critiques, acteurs du monde de l’art, représentants d’associations artistiques, artistes et anciens boursiers. Commencé en 2000 et interrompu depuis, le programme «  Passages  » s’accompagnait du choix de boursiers par un commissaire d’exposition, auparavant désigné par un jury29.

  • 30 Reinhard Wilke, in : OFAJ (éd.), Egal, Hauptsache gut! – Eine Ausstellung des Deutsch-Französischen (...)
  • 31 OFAJ (éd.), Presseunterlagen zur Ausstellung « Korrespondenzen », Punkt 5: Künstler-programme im DF (...)

22Les bourses d’étude dans un établissement supérieur d’enseignement artistique, une école de design et de décoration ou une école de musique du pays partenaire ont été mises à la disposition des étudiants jusqu’à l’âge de 30 ans. Pour ce faire, il est nécessaire de produire une attestation prouvant qu’un professeur est prêt à vous accueillir. Les différents établissements concernés sont largement associés à l’attribution des bourses, car ils ont chacun le droit de nommer un boursier par an. En cas de nécessité, un cours de langue est également assuré. D’autres possibilités de soutien sont offertes par les ateliers, les symposiums et les projets associant plusieurs établissements. Dans un catalogue, Reinhard Wilke souligne que grâce à de telles rencontres «  un réseau de relations se constitue entre les artistes, réseau volontairement maintenu et cultivé par l’OFAJ avec l’envoi régulier d’informations, de catalogues et d’autres documents  »30. Ailleurs, on apprend que «  l’on recherche à établir une sorte de réseau d’anciens  »31. Sur ce point, le programme de volontaires scientifiques dans les musées et les lieux d’exposition fait figure d’exemple, car, pour son 10e anniversaire, on a constaté que  :

  • 32 La lettre d’information de l’OFAJ, n° 19, décembre 2006, p. 16.

la pertinence de l’idée de réseau [s’était] traduit par le maintien de liens avec 80 anciens participants et participantes […] une mention spéciale devant être faite pour Marie-Laure Péronne (boursière 2003) et sa liste exhaustive des boursiers et musées partenaires des dix dernières années, liste qui permettra certainement d’intensifier les échanges entre anciens et nouveaux boursiers32  !

  • 33 Georg Jappe, in : OFAJ (éd.), Egal, Hauptsache gut! – Eine Ausstellung des Deutsch-Französischen Ju (...)
  • 34 Dans l’entretien déjà mentionné à la note 6.

23Une bourse ou la participation à un atelier peuvent revêtir une certaine importance dans l’évolution de l’artiste, car elles offrent la possibilité d’établir des contacts étroits dans le pays partenaire. Beaucoup d’anciens bénéficiaires des programmes de l’OFAJ ont vu leur carrière artistique démarrer avec succès. Même s’il est impossible d’évaluer précisément l’impact du soutien franco-allemand sur les carrières, Georg Jappe a constaté dans son enquête que «  toutes les personnes interrogées ont qualifié “d’expérience positive” la bourse ou la participation à une manifestation33  ». Norbert Radermacher salue aussi les nombreuses expériences vécues au cours de sa bourse et leur attribue un effet positif dans de nombreux domaines. Il évoque même l’existence d’un lien probable entre les contacts noués à cette occasion et son invitation à la Documenta 8, en 198734. Pour sa part, Thomas Bachler juge ainsi sa participation au programme  :

  • 35 Entretien du 13 février 2003 avec Thomas Bachler, artiste indépendant, assure depuis 1990 un enseig (...)

L’apport d’un tel atelier est impossible à mesurer. Sur le plan artistique, il permet d’évaluer sa propre position et d’adopter un autre point de vue. Bien qu’il soit impossible de désigner un résultat concret, une telle expérience est tout de même parfaitement justifiée35.

24Quand Bachler prétend que l’effet n’est pas toujours tangible, il se réfère à la fragilité inhérente aux programmes de soutien.

  • 36 Voir : Les initiatives de l’OFAJ pour la coopération entre jeunes artistes et étudiants en art alle (...)
  • 37 « Arts plastiques, arts dramatique, musique », annexe au point 3 de l’ordre du jour de la 60e sessi (...)

25En 1984, la réunion de mise en place du Fonds franco-allemand pour la promotion de la coopération artistique déboucha sur un projet de sommet culturel en 198636. Dans le cycle des réunions préparatoires au sommet, l’OFAJ proposa la création d’une académie et se déclara prêt, compte tenu de son expérience de plus de vingt ans en tant qu’institution binationale, à assurer l’administration et la gestion de ce fonds37.

  • 38 Adolf Kimmel, Pierre Jardin (éds), Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1963. Eine Dokumentat (...)
  • 39 Voir http://www.dfkr.org/d_texte/stipendien.htm (consulté le 14 avril 2003).

26Mais on résolut d’abord de fonder un Haut Conseil culturel franco-allemand dont la session constitutive eut lieu deux ans plus tard. «  Afin de donner une impulsion nouvelle à la coopération franco-allemande dans le domaine des arts et de la culture  », le Haut Conseil prit la forme d’un comité consultatif bilatéral rassemblant des personnalités de la vie culturelle des deux pays38. Il était aussi habilité à accorder des bourses à de jeunes artistes, musiciens et médiateurs culturels afin de promouvoir les échanges culturels39. Dans le sillage d’une prise de position interne à l’OFAJ au sujet de cette création, une note critique fut rédigée à l’attention des deux gouvernements  :

Vous avez nommé au Haut-Conseil culturel principalement des artistes importants et des représentants de la vie culturelle, sans consulter le moins du monde à ce sujet les instances nationales du monde culturel, comme par exemple le Conseil culturel allemand et ses subdivisions comme le Conseil musical allemand, le Conseil artistique et le Conseil pour les questions socio-culturelles.

  • 40 Voir note à l’attention de Babette Nieder, « Deutsch-Französischer Kulturrat/Deutsch Französische A (...)

27La même erreur aurait été commise côté français40.

  • 41 Au total, des questionnaires furent envoyés à 400 institutions allemandes et à 150 institutions fra (...)
  • 42 Voir l’évaluation partielle des questionnaires pour une « Académie franco-allemande des arts et de (...)
  • 43 Voir le lien ci-dessous (consulté le 11 mars 2007) : http://www.bundesregierung.de/Webs/Breg/DE/Bun (...)
  • 44 Voir « Les initiatives de l‘OFAJ », op. cit., note 36 ; voir aussi : http://www.cinemasterclass.org (...)

28L’OFAJ poursuivit néanmoins son idée d’une Académie franco-allemande des arts et de la culture. Afin de rechercher des partenaires, un questionnaire fut adressé à tous les établissements supérieurs d’enseignement artistique, aux académies et aux autres institutions culturelles41. On put établir la liste des institutions proposant déjà des programmes franco-allemands et voir où l’on pouvait envisager d’en implanter de nouveaux. L’évaluation des questionnaires montra que 88 institutions allemandes et 30 institutions françaises étaient disposées à discuter de leur coopération à la mise sur pied d’une académie42. Mais en dépit de ces résultats à la fois positifs et instructifs, les efforts de l’OFAJ n’aboutirent pas. C’est indépendamment de cette tentative, à l’initiative du chancelier Gerhard Schröder et du président Jacques Chirac, que fut fondée en 2000 l’Académie franco-allemande du cinéma43. Un an plus tard, une master class franco-allemande vit le jour à la Filmakademie du Bade-Wurtemberg (à Ludwigsburg) et à l’École nationale supérieure des Métiers de l’Image et du Son (FEMIS, Paris). La classe reçut le soutien de l’OFAJ par le biais de bourses d’études linguistiques et le financement d’ateliers à l’occasion des festivals d’Angers, de Berlin et de Cannes44.

«  Passages  » et «  germinations  » – deux programmes interrompus

  • 45 Délégué général de la Biennale de Paris de 1970 à 1985, ce critique d’art est décédé en 1991.
  • 46 Horst Wegmann, dans une lettre à l’auteur, du 21 avril 2003.
  • 47 Horst Wegmann, Kulturförderung des DFJW – ein Modell für Europa (Tagung der BKJ, 2 et 3 octobre 199 (...)

29Le projet «  germinations  » fut initié en 1981 par Georges Boudaille45 et par l’OFAJ sous la forme d’une «  Biennale des écoles supérieures d’art et des académies allemandes et françaises  ». Des «  contenus de projets du programme artistique de l’OFAJ furent repris et développés  »46 pour les besoins de la Biennale. Sous l’impulsion du bureau culturel de la Commission de la Communauté européenne47, cette initiative, d’abord bilatérale, prit de l’ampleur jusqu’à devenir internationale. Dès la seconde exposition, on accueillit les Écoles d’art britanniques. Avec «  germinations 3  » les Pays-Bas furent invités et «  germinations 5  » vit le concours de la Belgique et de l’Espagne. À partir de 1989, leur contribution étant devenue possible, de jeunes artistes de Hongrie, de Pologne, de Tchécoslovaquie, puis de République tchèque et de Slovaquie furent aussi partie prenante.

  • 48 Voir OFAJ (éd.), Germinations – entwicklungen. Die deutschen und die französischen Kunsthochschulen (...)
  • 49 Volker Rattemeyer, Renate Petzinger, in : DFJW (éd.), Germinations II. Germinations III (Referate u (...)

30La première exposition s’est appuyée sur des «  travaux préparatoire de Volker Rattemeyer du Wissenschaftliches Zentrum für Berufs und Hochschulforschung der Gesamthochschule Kassel  »48. En 1983 et 1985, sous la direction de Rattemeyer et de Renate Petzinger, le «  groupe de travail sur l’art  » du Centre de recherche proposa deux colloques pour les deux «  germinations  » en préparation. Les discussions ayant pour thème les différents problèmes du travail d’artiste s’appuyaient sur des recherches menées au Centre. Elles mirent en lumière les déficiences de la formation artistique «  qui, pour une partie des étudiants diplômés en art, se traduisaient par des problèmes non négligeables au moment du passage des études à la pratique professionnelle  »49.

  • 50 Ibid., p. 8.
  • 51 Rapport d’activité 1990, p. 36.

31On constata que les jeunes artistes ne disposaient pas de contacts suffisants et avaient souvent une fausse image de leur métier. Afin d’y remédier, le marché de l’art, l’organisation des expositions et la promotion des artistes devaient faire partie intégrante d’une «  offre de formation tournée vers les métiers  ». Pour Rattemeyer, les conditions d’une telle amélioration des conditions de la formation artistique étaient réunies dans «  germinations  » et son cadre programmatique, car «  ces questions pouvaient y être envisagées et traitées par des experts  »50. Au nombre des principaux objectifs de ce projet se trouvait donc celui d’«  améliorer l’entrée dans la profession par la participation à une exposition organisée professionnellement  »51.

  • 52 Voir http://www.germinations.org/D/d_institut.htm (consulté le 9 mars 2007).
  • 53 Entrevue téléphonique avec Volker Rattemeyer du 6 mars 2007.

32Tandis qu’un comité de coordination bénévole était responsable de la sélection des artistes, «  germinations 13  » marqua l’élaboration d’une nouvelle approche  : pour les projets de l’année 2002 on désigna des commissaires qui choisiraient des artistes selon leurs propres conceptions. Les cinq expositions qui virent alors le jour signèrent la fin de ce programme européen, qui avait acquis entre-temps le statut d’une fondation de droit néerlandais financée par les institutions nationales responsables – ministères et programmes de subvention –, les programmes culturels de l’Union européenne et la Fondation Allianz52. L’organisation de «  germinations  » s’appuyait sur le bénévolat, principe qui ne permettait plus de maîtriser un projet de plus en plus vaste. Le départ de l’OFAJ de Horst Wegmann, trop âgé pour poursuivre, vint encore aggraver la situation. Volker Rattemeyer a décrit dans ces termes, le vide qui s’installa  : «  Personne à l’OFAJ n’était en mesure de poursuivre sur la voie ouverte par Wegmann.  » Trop occupés professionnellement, les autres membres du comité de coordination ne disposaient d’aucune institution pour les aider à supporter un projet d’une telle ampleur, si bien que les subventions déjà accordées par Bruxelles durent être remboursées53.

  • 54 Tapuscrit, archives de l’OFAJ, Paris.
  • 55 Voir Orientations 2002, p. 15.
  • 56 Les commissaires se présentaient avec un projet d’exposition au jury auquel appartenaient Volker Ra (...)
  • 57 Voir Horst Wegmann dans une lettre du 26 juin 2002 aux chefs des services culturels de différentes (...)
  • 58 Neuorientierung des Stipendienprogramms für junge Künstler und Kunstvermittler (tapuscrit), p. 2, a (...)

33À partir de l’année 2000, l’OFAJ élargit son propre soutien à des groupes professionnels pluridisciplinaires et regroupa ses différents champs d’activé artistiques dans le projet d’exposition «  Passages  », «  Programme de bourse pour les jeunes créateurs allemands et français  »54. Les diverses initiatives en faveur de la promotion et des rencontres d’artistes furent regroupées dans ce cadre «  avec pour ligne directrice la qualification professionnelle  ». De fait, les contacts noués par l’OFAJ depuis des décennies se prêtaient tout particulièrement au développement de perspectives professionnelles pour les bénéficiaires du programme55. Ce dernier était élaboré et chapeauté par un comité de conseillers réunissant des personnalités de la vie artistique des deux pays. Alors que l’artiste subventionné pouvait auparavant se consacrer à son propre projet pendant un séjour de six mois dans le pays partenaire, il était à présent impliqué dans le projet d’un commissaire d’exposition56. Mais si les œuvres voyaient le jour dans le cadre d’une thématique définie par le commissaire, la règle selon laquelle personne ne devait influencer l’artiste et sa création restait valable. Le principe des échanges réciproques fut aussi maintenu. Un projet initié en Allemagne était dirigé par un commissaire français tandis qu’en France, il était confié à un Allemand57. Dans le cadre de collaborations complémentaires, le commissaire pouvait inviter un graphiste, un critique d’art, un photographe, un manager culturel et un journaliste58.

34Les programmes «  germinations  » et «  Passages  » s’influencèrent mutuellement et témoignèrent jusqu’au bout de nombreux parallèles. En 2003, le départ du chef de bureau responsable mit un coup d’arrêt à l’organisation de «  Passages  ». Toutefois, les deux dernières expositions qu’il avait initiées purent être menées à bien l’année suivante.

  • 59 À partir d’un entretien téléphonique le 23 février 2007 avec Martine Morin, du bureau « formation p (...)
  • 60 À partir d’un entretien téléphonique le 9 mars 2007 avec Colette Buffière du bureau « formation pro (...)
  • 61 Voir : http://www.ofaj.org/commun/agenda/detail.php?page=&lng=de&page=&idAgenda=-174&mode= (consult (...)
  • 62 Voir : http://www.bundesmedieninstitut.de/final_04/article.php3?id_article=1357 (consulté le 9 mars (...)

35La fin de «  Passages  » se traduisit par une baisse sensible du nombre de bourses individuelles accordées à des artistes déjà formés. Alors que, jusqu’alors, on attribuait traditionnellement douze bourses par an, en 2005, le nombre passa à cinq et chuta même à deux l’année suivante. Cette évolution tenait à la fois à l’absence de concours et à l’inexistence du jury censé distribuer les bourses59. Le service responsable a envisagé la remise sur pied d’un tel jury et réfléchi à la possibilité de reprendre le programme «  Passages  » dans l’optique d’un partenariat entre Paris et Berlin. En effet, l’OFAJ ne souhaite plus en assurer seul la charge, trop exigeante en temps60. Les deux dernières expositions du programme ont déjà été présentées à Berlin et Paris et ont notamment bénéficié du soutien du Sénat de Berlin et de la direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris61. Dans la perspective du 20e anniversaire du jumelage entre les deux villes en 2007, Klaus Wowereit, maire de Berlin, a par ailleurs déclaré  : «  Je me réjouirais si nous parvenions à mettre sur pied une exposition «  Berlin-Paris, Paris-Berlin  » avec pour thème central l’art contemporain et la jeune création  »62.

Diversité de l’offre culturelle et artistique de l’OFAJ

  • 63 Voir : Das Deutsch-Französische Jugendwerk als Plattform und Motor der Zusammenarbeit junger deutsc (...)
  • 64 Voir note pour le secrétaire général du 20 mars 1989, p. 1, archives de l’OFAJ.

36Le bureau «  Emploi, solidarité  » de l’OFAJ a toujours été soucieux d’élargir le cadre des coopérations artistiques. Les premiers programmes furent considérés comme des modèles dont on pouvait s’inspirer pour organiser «  les secteurs du théâtre, de la danse, de la musique et de la littérature  »63. Tandis qu’à la fin des années 1980, la littérature, le cinéma et la critique comptaient encore au nombre des lacunes dans les programmes de l’OFAJ64, ces domaines finirent à leur tour par être couverts.

  • 65 En collaboration avec la Foire du livre de Francfort et le Bureau international de l’Édition frança (...)
  • 66 En collaboration avec la Foire du livre de Francfort, le Bureau international de l’Édition français (...)
  • 67 Voir http://cnsmd-lyon.fr/e.php?lsd=10x336&tc=5 (consulté le 10 mars 2007).

37Depuis 1989, l’OFAJ organise des échanges de libraires et de représentants de maisons d’édition65 et, dix ans plus tard, un programme pour jeunes traducteurs littéraires66 a aussi été mis sur pied. Il s’agit d’offrir la possibilité de mieux connaître la littérature du pays voisin ainsi qu’un tremplin pour l’entrée dans les professions concernées. En 1995 fut institué un programme d’échange sur la base du volontariat entre spécialistes scientifiques des musées. Le programme fut étendu quatre années plus tard à la Belgique. Les partenaires de ce programme sont la Haus der Geschichte (Bonn), la direction des Musées de France (Paris) et le Musée royal de l’Armée et de l’Histoire (Bruxelles). «  Jeunesse Moderne  » compte, pour sa part, parmi les initiatives musicales les plus importantes de l’OFAJ. Cette Académie pour la musique de chambre contemporaine a été fondée en 2001 par le Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Lyon et les Jeunesses Musicales Deutschland. Depuis, l’OFAJ, la Fondation Allianz, la SACEM, le Fonds européen des sociétés d’auteurs pour la musique et l’Institut für kulturelle Innovationsforschung se sont associés pour favoriser la connaissance et la diffusion d’œuvres de musique de chambre des xxe et xxie siècles. Après les deux premières académies d’été, exclusivement franco-allemandes, un pays tiers est invité chaque année à se joindre à la manifestation67.

  • 68 Dans un rapport d’activité, on peut lire cette remarque élogieuse : Mangelsdorff « a formé une cent (...)

38Comme nous l’avons déjà remarqué, dans les programmes artistiques de l’OFAJ, les engagements individuels jouent un rôle majeur. Une contribution importante est dans cette optique à mettre au crédit des directeurs artistiques des différents programmes  : Milan Sladek, qui dirigea l’atelier de mime à partir de 1979, et Albert Mangelsdorff, animateur de l’Ensemble franco-allemand de jazz depuis 1981, en sont deux exemples remarquables. Dans leur discipline, ces artistes internationalement reconnus – Sladek a reçu la «  Croix fédérale du mérite  » de 1re classe (Bundesverdienstkreuz 1. Klasse) en 2000 et Mangelsdorf a été fait «  Chevalier des Arts et des Lettres  » en 2002 – ont transmis tout leur savoir et leur expérience aux jeunes68. L’ancien chef de bureau de l’OFAJ a souligné l’excellence de cette distribution  :

  • 69 Programme 1986 der jungen Künstler – Fragen der Rechnungsprüfer, rapport interne du 30 juillet 1987 (...)

La qualité des programmes pour les artistes dépend directement de leur direction artistique. Le principe a toujours été d’associer aux programmes «  les meilleurs éléments  » disponibles69.

  • 70 « Grâce à des acrobaties, des pantomimes, de la musique, du théâtre pour enfant et des spectacles i (...)

39En mai 1999, Milan Sladek a dirigé en Macédoine un ultime projet théâtral organisé avec la participation d’artistes kosovars et d’enfants réfugiés du Kosovo70. Le dernier concert de l’Ensemble franco-allemand de jazz a eu lieu en 2004. Avec la mort de Mangelsdorff, le 25 juillet 2005, l’ensemble a perdu son fondateur et dirigeant et a interrompu ses activités.

  • 71 Voir : www.forum-forum.org und www.asphodeles.com (consulté le 9 mars 2007).
  • 72 Voir : www.zikommfestival.eu (consulté le 9 mars 2007).

40Pour ce qui est des jeunes artistes professionnels, le partenaire de l’OFAJ est le Forum franco-allemand des jeunes artistes. Fondé en 1987, il dispose d’un siège à Lyon et d’un autre à Bayreuth, et est avant tout destiné aux musiciens, aux acteurs, aux danseurs et aux clowns71. Depuis 2002, à l’occasion du Zikommfestival, des ateliers dirigés par des professionnels proposent aussi de pratiquer la musique populaire72. À propos du Zikommfestival, le rapport d’évaluation de l’OFAJ, réalisé à la demande des gouvernements français et allemand, remarque que  :

  • 73 Evaluation des Deutsch-Französischen Jugendwerks, Juni 2004. Bericht zur Vorlage bei dem ministère (...)

les frontières entre les domaines de compétences des différents Bureaux semblent être parfois plus fluctuantes dans la réalité. Par exemple, dans le cas d’une manifestation récente concernant la musique moderne (le festival des jeunes à Aix-en-Provence)  : celle-ci a été prise en charge par le Bureau «  Découvertes  », alors que le Bureau «  Forum société  » (car il s’agissait d’un «  event  » selon la terminologie de l’OFAJ) ou bien le Bureau «  Emploi solidarité  » (car il s’agissait d’un programme pour jeunes artistes), auraient aussi bien pu se charger de cette tâche73.

  • 74 Activités OFAJ DFJW-Aktivitäten 2000, p. 31.

41Certes, il existe des recoupements dans l’organisation des services, l’OFAJ intervenant aussi en faveur des artistes dans le cadre général des échanges culturels et artistiques. Il n’est par ailleurs pas toujours facile de distinguer entre amateurs et professionnels. Quoi qu’il en soit, la différence avec le bureau «  emploi solidarité  » tient aux conditions de participation. Il suffit, en l’occurrence, de faire preuve de connaissances de base en matière musicale, sans pour autant devoir justifier d’un statut d’étudiant ou d’une formation professionnelle achevée. Ainsi, cette manifestation, où de jeunes musiciens s’investissent avec passion avec des intentions toutes professionnelles, est classée dans les programmes amateurs. On trouve un autre cas limite avec le DJ Contest Paris-Berlin, qui témoigne d’une conception très étendue de la culture dans les programmes de soutien culturels et artistiques. Les promoteurs se sont concentrés sur les centres d’intérêts les plus actuels du groupe ciblé par le programme  : la musique électronique et la pratique culturelle des fêtes jouent il est vrai «  un rôle essentiel au sein des cultures urbaines  » des deux pays74. À l’occasion de cette manifestation, seules de jeunes femmes DJ, sans contrat avec une maison de disques, ont pu concourir.

  • 75 La lettre d’information de l’OFAJ, n° 18, septembre 2006, p. 22.
  • 76 Voir. http://www.dfjw.org/de/ofaj/cinema/index.htm (consulté le 10 mars 2007).

42L’OFAJ propose aussi des programmes sur le thème du cinéma, invitant les cinéphiles à s’intéresser de près à la culture cinématographique du pays partenaire. Le cinéma est considéré comme un «  média idéal pour véhiculer la langue et pour permettre réflexion et dialogue sur les cultures  »75. Les programmes s’adressent à des amateurs, même si au cours de leur participation, les jeunes accumulent des expériences à caractère professionnel. La coopération de l’OFAJ avec des partenaires comme TV 5 Monde, l’Internationale Filmfestspiele Berlin, la Semaine Internationale de la Critique, l’organisme de promotion German Films et les Französische Filmtage de Tübingen permet non seulement à des jeunes d’approcher le monde des festivals mais aussi d’y participer en tant que critiques ou membres d’un jury. Ainsi, depuis 2004, un jury franco-allemand de jeunes délivre à la Berlinale le prix «  Dialogue en perspective  » pour un film de la section «  Perspective deutsches Kino  ». Depuis 2005, pendant la Semaine internationale de la critique, des lycéens décernent le Prix de la (toute) jeune critique. Un an plus tard, au Festival du cinéma allemand de Paris et aux Französische Filmtage de Tübingen, un jury bilingue délivrait le «  Prix du jeune jury de l’OFAJ  »76. Les échanges bilingues et la décision commune pour choisir le lauréat constituent en l’occurrence des événements publiquement reconnus.

  • 77 Dans les coulisses œuvrait le chef de service de l’époque. Dans sa nécrologie, on peut lire : « Hor (...)

43L’échange culturel et artistique et la coopération de jeunes artistes professionnels étaient au centre des préoccupations pour le 40e anniversaire de l’Office. À l’occasion de la fête au «  Centre méditerranéen d’études françaises  » du Cap d’Ail, des jeunes de diverses disciplines soutenues par l’OFAJ s’illustrèrent, sous la direction artistique de Milan Sladek  : des mimes, danseurs, costumiers et décorateurs mais aussi des graphistes, des designers, des élèves en hôtellerie-restauration et en sommellerie. Albert Mangelsdorff et Jean-Rémy Guédon composèrent deux morceaux créés pour l’occasion par l’Ensemble franco-allemand de jazz. De plus, des étudiants du Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Lyon et des Musiciens du Forum franco-allemand des jeunes artistes de Bayreuth se sont produits sous la direction de Nicolaus Richter77.

  • 78 La lettre d’information de l’OFAJ, n° 8, décembre 2003, p. 3.

Sur la scène de l’amphithéâtre du Centre Méditerranéen d’Études Françaises, les jeunes artistes ont offert la représentation passionnante d’une œuvre complète78.

44D’autres représentations de ce «  projet Orphée  » ont eu lieu au Komische Oper de Berlin et au Markgräfliches Opernhaus de Bayreuth.

  • 79 Toutefois, la fête du Cap d’Ail dépassa le budget et occasionna un déficit pour le futur secré-tair (...)
  • 80 Pour la première fois, à l’occasion des expositions de boursiers « Freunde – Amis…? » (op. cit., no (...)

45Dans les manifestations de grande ampleur, un rôle central revient au domaine culturel et artistique, particulièrement porteur et adapté aux présentations publiques. Il fut donc le principal bénéficiaire du budget spécial alloué pour les célébrations du 40e anniversaire de l’Office79. Si cette fête fut la plus importante jamais organisée, avec un regard rétrospectif sur les activités de l’OFAJ en matière artistique et culturelle, il y avait déjà eu des manifestations comparables par le passé. Des expositions d’envergure avaient ainsi permis de faire le bilan des activités dans le domaine des beaux-arts. De cette façon, l’institution pouvait offrir au monde extérieur un aperçu particulièrement éloquent de ses propres activités80. En soutenant la coopération entre artistes, l’OFAJ rend possible un vaste travail de rencontres culturelles qui touchent les individus bien au-delà des seuls participants. La musique, le théâtre et les arts plastiques enrichissent non seulement le vécu personnel mais aussi la vie sociale et il est donc souhaitable de continuer à les soutenir et à les promouvoir.

Quelle sera à l’avenir la place des arts plastiques dans les programmes de soutien  ?

46Il n’a jamais été dans les objectifs de l’OFAJ de faire disparaître les différences entre les pays et les cultures, de les dissimuler ou de chercher à les uniformiser. Il s’agit au contraire de les reconnaître et de les accepter. Ce point a été souligné par l’initiateur des programmes artistiques. Pour lui, le discours sur une culture européenne unifiée est dangereux  :

  • 81 Wegmann, Kulturförderung des DFJW (op. cit., note 47), p. 43.

car il déforme le regard porté sur les différences et des oppositions existantes en Europe. Ce discours attribue à une culture – en l’occurrence inexistante – une capacité d’action dont elle est privée. Il empêche de considérer la nécessaire prise en compte de ces différences, ces antagonismes et ces complémentarités. Seule la compréhension des différences permet de les rendre fécondes pour que chacun puisse se situer dans sa culture et participer au processus de concertation, afin de parvenir à une position égale pour tous dans une Europe unie. Les artistes étant de l’avis général particulièrement impliqués dans cette évolution, il convient de leur offrir des occasions nombreuses et variées de vivre des expériences interculturelles, au mieux sous la forme d’un travail en commun à partir de thèmes et de problèmes librement choisis81.

47Du point de vue de leur organisation et de leur budget, les programmes artistiques doivent défendre leur position au sein de l’OFAJ. C’est ainsi qu’au cours d’une session du conseil d’administration a été évoquée la nécessité pour le budget prévisionnel de 1980 de prévoir une somme réservée à la promotion des arts

  • 82 Procès-verbal de la 46e session du conseil d’administration des 21 et 22 mai 1979 à Dijon, adopté à (...)

bien qu’il soit clair qu’il ne s’agit encore que d’une expérience limitée sur le plan budgétaire et susceptible d’élargir le champ d’activité de l’OFAJ, tout au plus à longue échéance82.

  • 83 C’est ainsi que dans les organigrammes de 2001 et 2002, les programmes pour les artistes se cachent (...)
  • 84 Voir projet de budget 2002. Annexe à la 90e séance du conseil d’administration, 1er avril 2002 à Be (...)
  • 85 Voir le Projet de budget 2003, p. 10 et le projet de budget 2002, p. 16.

48On peut dès lors en déduire que ces activités avaient jusqu’alors dû combattre un certain flou pour survivre. On peut aussi en voir une traduction indirecte dans l’organigramme. Les programmes pour artistes comme les échanges culturels et artistiques ne disposent pas toujours d’intitulés distincts, même si dans certains cas, ils ne font que disparaître de l’organigramme83. Par ailleurs, c’est seulement depuis 2002 que le budget est articulé en fonction de la structure des différents bureaux84. C’est ainsi que l’on peut déduire les sommes allouées spécifiquement à la promotion des artistes dans le cadre du bureau «  emploi solidarité  ». Certains sous-titres distinguent aussi nettement les artistes des autres professionnels. Plasticiens, acteurs, danseurs et musiciens sont présentés sous la dénomination de «  multiplicateurs  » dans les échanges à orientation professionnelle. Les «  bourses d’artistes  » sont traitées dans la rubrique dite des échanges individuels, au même titre que les «  bourses d’étude dans les écoles d’art et de musique  ». Il existe en outre un poste «  écoles d’art et académies  » dépendant de la section université. Ses quatre titres disposaient d’un budget annuel global de 330 000 euros85. En 2006, celui-ci à été réduit à 239 171 euros, au détriment, pour l’essentiel, des «  bourses d’artistes  » pour les échanges individuels. Après l’arrêt du programme «  Passages  », les bourses individuelles ne furent plus proposées, ce qui entraîna une baisse automatique et drastique de la demande. La première place revint alors aux médiateurs, comme le montre le bilan 2004  :

  • 86 1re session du conseil d’administration, Berlin, 22 mai 2006, point 3 de l’ordre du jour, compte de (...)

Dans le cas des multiplicateurs du secteur professionnel, il y a eu des transferts de moyens de même ampleur des beaux-arts vers les stagiaires des musées d’art86.

  • 87 Voir à ce sujet, entre autres : Rapport d’orientations 2003-2005, Rapport d’orientations 2007-2009, (...)
  • 88 À partir d’un entretien téléphonique avec Françoise Fouquet (chef du bureau « formation professionn (...)

49Les deux derniers rapports d’orientation ne mentionnent même pas le soutien aux artistes, l’OFAJ s’étant ces dernières années davantage consacré à l’enseignement des langues ou à des thèmes comme «  l’intégration  » et «  l’égalité des chances  »87. Outre ces nouvelles priorités, le processus de réforme de l’OFAJ a aussi entraîné la perte de la volonté politique pour poursuivre l’ensemble des initiatives touchant à la promotion des artistes. Qui plus est, les beaux-arts ne sont aujourd’hui pas au nombre des priorités88.

50Mais ces nouveaux choix s’expliquent peut-être par une évolution générale, décrite par Max Fuchs en ces termes  :

  • 89 En italique dans l’original, Max Fuchs, « Kulturpolitik in Zeiten der Globalisierung », in : Aus Po (...)

Tous les concepts et les mesures concrètes en matière de politique culturelle sont fondés sur la conviction profonde que culture et art sont nécessaires à, et dans, la société. Pratiques esthétiques et artistiques sont indispensables à l’individu (éducation culturelle) et pour la vie en société. Particulièrement en Allemagne, ce consensus fondateur n’a traditionnellement jamais été remis en question, même en dehors du domaine culturel. Mais cela semble être en train de changer. Ma conviction est donc que nous avons besoin d’une campagne pour transmettre efficacement à la société la valeur des arts et de la culture89.

Notes

2 Ruth Falazik est décédée en 1998. Un an plus tard, la fondation Springhornhof vit le jour et assura la pérennité de l’association d’artistes.

3 Informations recueillies au cours d’entretiens avec Horst Wegmann à Berlin (13 août 2002) et à Paris (25 et 26 mars 2003).

4 OFAJ/Galerie Falazik (éd.), Photo-film-vidéo – Symposium franco-allemand Neuenkirchen, s.l., 1975, sans pagination.

5 Ibid.

6 Au cours d’un entretien avec l’auteur, le 11 février 2003, l’ancien boursier Norbert Radermacher, professeur d’arts plastiques à la Kunsthochschule de Kassel a confirmé l’hypothèse selon laquelle le développement du programme pour les artistes est largement dû à l’engagement de Horst Wegmann.

7 La lettre d’information de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, n° 17, juin 2006, p. 5.

8 Orientations 1993-1994, p. 24, et Horst Wegmann, Einführung zur Tagung, Deutsch--französische Zusammenarbeit im Musikbereich - Bilanz und Ausblick (tapuscrit non publié), 1995, p. 2.

9 Projet de budget pour l’exercice 1976, annexe pour la 39e session du conseil d’administration le 27 et 28 octobre 1975 à Rhöndorf, p. 25.

10 Institució d’Estudis Politècnics de Barcelona (éd.), Foto Workshop ’88, s.l., s.d. et sans pagination.

11 OFAJ (éd.), Germinations – Entwicklungen. Arbeiten von Studenten deutscher und französischer Kunsthochschulen, Bad Honnef, 1982, p. 16.

12 Il en va de même pour les programmes sportifs de l’OFAJ. Voir à ce propos la contribution d’André Koch dans ce volume.

13 Voir, dans ce volume, la contribution de Hans Manfred Bock, « Les racines de l’OFAJ dans la société civile ». L’auteur confirme ce constat en citant le procès-verbal d’une séance de travail des institutions privées en 1955.

14 La maîtrise d’un vocabulaire enrichi et de termes techniques permet d’engager un dialogue encore plus pointu sur la discipline commune. Afin d’accélérer ce processus, l’OFAJ a édité des glossaires pour différents domaines, dont l’organisation d’expositions. Voir Béatrice Béha, Peter Keller, Alexandra Lüke (éds), Muséologie. Museumskunde (en collaboration avec : Musée d’art et d’histoire d’Auxerre, Staatliche Museen zu Berlin), Bad Honnef, Paris, 1998.

15 Reinhard Wilke, in : Freunde – Amis… ? (op. cit., note 1), p. 12 ; cf. aussi, dans le même sens, Babette Nieder, in : OFAJ (éd.), Aller et retour – 35 Jahre Deutsch-Französisches Jugendwerk, s.l. 1999, p. 3.

16 Procès-verbal de la 46e session du conseil d’administration des 21 et 22 mai 1979 à Dijon, adopté à la 47e session du conseil d’administration des 15 et 16 octobre 1979 à Rhöndorf, p. 13.

17 Rapport d’orientation 1983, annexe au point 3 de l’ordre du jour de la 52e session du conseil d’administration des 6 et 7 mai 1982 à Paris, p. 4.

18 Otto Fichtner dans sa lettre au secrétaire général de l’OFAJ, Bad Godesberg, 17 juillet 1975, DFJW-Archiv Berlin.

19 Pierre Gril dans sa lettre en réponse à Fichtner, 19 août 1975, DFJW-Archiv Berlin.

20 Rapport d’orientation 1984, annexe au point 5 de l’ordre du jour de la 54e session du conseil d’administration, les 15 et 16 juillet 1983 à Montpellier, p. 15.

21 Procès-verbal de la 54e session du conseil d’administration les 15 et 16 juin 1983 à Montpellier adopté à la 55e session du conseil d’administration les 22 et 23 novembre 1983 à Bad Honnef, p. 19.

22 Heinz L. Kretzenbacher, « Der „erweiterte Kulturbegriff“ in der außenkulturpolitischen Diskussion der Bundesrepublik Deutschland », in : Jahrbuch Deutsch als Fremdsprache, 1992, p. 170-195, p. 172.

23 Finn Jor, « Demystifizierung der Kultur », in : Erwachsenenbildung 24 (1978), p. 142 sq.

24 « Vorläufige Richtlinien des Deutsch-Französischen Jugendwerks », in : Deutsche Jugend 2 (1964), p. 89.

25 Bundesverband Bildender Künstler (éd.), ProKunsT – Grundsätze und Leitlinien zur Durchführung von Wettbewerben und anderen Projekten auf dem Gebiet der bildenden Kunst. Handbuch des Bundesverband Bildender Künstler 1992, Bonn, 1992, p. 49.

26 Afin de favoriser les échanges et la connaissance de l’autre culture, l’OFAJ établit la règle selon laquelle les boursiers devaient résider dans le pays voisin pour la durée de leur travail. On assurait ainsi aux participants « d’acquérir une connaissance plus approfondie de la culture de l’autre pays, particulièrement dans les domaines qui les concernent directement », voir Directives. Document de travail soumis à l’approbation du Conseil d’Administration de l’OFAJ, 2002, p. 10.

27 Voir la liste des boursiers de l’OFAJ, archives de l’OFAJ, Paris.

28 Museum Wiesbaden (éd.), Camo Book, Wiesbaden, 2001, p. 3.

29 Pour plus de détails sur le programme « Passages », voir le 3e chapitre.

30 Reinhard Wilke, in : OFAJ (éd.), Egal, Hauptsache gut! – Eine Ausstellung des Deutsch-Französischen Jugendwerks aus Anlaß seines 20-jährigen Bestehens, Bad Honnef, 1983, p. VII.

31 OFAJ (éd.), Presseunterlagen zur Ausstellung « Korrespondenzen », Punkt 5: Künstler-programme im DFJW, p. 20.

32 La lettre d’information de l’OFAJ, n° 19, décembre 2006, p. 16.

33 Georg Jappe, in : OFAJ (éd.), Egal, Hauptsache gut! – Eine Ausstellung des Deutsch-Französischen Jugendwerks aus Anlaß seines 20-jährigen Bestehens, Bad Honnef, 1983, p. XVI.

34 Dans l’entretien déjà mentionné à la note 6.

35 Entretien du 13 février 2003 avec Thomas Bachler, artiste indépendant, assure depuis 1990 un enseignement dans le domaine de la photographie et de l’art.

36 Voir : Les initiatives de l’OFAJ pour la coopération entre jeunes artistes et étudiants en art allemands et français, p. 2, archives de l’OFAJ, Paris.

37 « Arts plastiques, arts dramatique, musique », annexe au point 3 de l’ordre du jour de la 60e session du conseil d’administration des 26 et 27 mai 1986 à Brême, p. 3.

38 Adolf Kimmel, Pierre Jardin (éds), Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1963. Eine Dokumentation, Opladen, 2002, p. 506.

39 Voir http://www.dfkr.org/d_texte/stipendien.htm (consulté le 14 avril 2003).

40 Voir note à l’attention de Babette Nieder, « Deutsch-Französischer Kulturrat/Deutsch Französische Akademie für Kunst und Kultur, archives de l’OFAJ », Paris.

41 Au total, des questionnaires furent envoyés à 400 institutions allemandes et à 150 institutions françaises, archives de l’OFAJ, Paris.

42 Voir l’évaluation partielle des questionnaires pour une « Académie franco-allemande des arts et de la culture », p. 1 sq., archives de l’OFAJ, Paris.

43 Voir le lien ci-dessous (consulté le 11 mars 2007) : http://www.bundesregierung.de/Webs/Breg/DE/Bundesregierung/BeauftragterfuerKulturundMedien/Medienpolitik/Film
foerderung/InternationaleFilmfoerderung/DeutschFranzoesischeFilmakademie/deutsch-franzoesische-filmakademie.html

44 Voir « Les initiatives de l‘OFAJ », op. cit., note 36 ; voir aussi : http://www.cinemasterclass.org (consulté le 9 mars 2007).

45 Délégué général de la Biennale de Paris de 1970 à 1985, ce critique d’art est décédé en 1991.

46 Horst Wegmann, dans une lettre à l’auteur, du 21 avril 2003.

47 Horst Wegmann, Kulturförderung des DFJW – ein Modell für Europa (Tagung der BKJ, 2 et 3 octobre 1992), p. 38, archives de l’OFAJ, Berlin.

48 Voir OFAJ (éd.), Germinations – entwicklungen. Die deutschen und die französischen Kunsthochschulen. Eine Dokumentation zur Ausstellung, Bad Honnef, 1982, p. 5.

49 Volker Rattemeyer, Renate Petzinger, in : DFJW (éd.), Germinations II. Germinations III (Referate und Berichte zweier Colloquien), Kassel s.d., p. 7.

50 Ibid., p. 8.

51 Rapport d’activité 1990, p. 36.

52 Voir http://www.germinations.org/D/d_institut.htm (consulté le 9 mars 2007).

53 Entrevue téléphonique avec Volker Rattemeyer du 6 mars 2007.

54 Tapuscrit, archives de l’OFAJ, Paris.

55 Voir Orientations 2002, p. 15.

56 Les commissaires se présentaient avec un projet d’exposition au jury auquel appartenaient Volker Rattemeyer, Gunter Rambow, Jean-Marc Poinsot, Bernard Marcadé, Thomas Michelon et Horst Wegmann.

57 Voir Horst Wegmann dans une lettre du 26 juin 2002 aux chefs des services culturels de différentes villes. Bureau « Emploi et solidarité », archives de l’OFAJ, Berlin.

58 Neuorientierung des Stipendienprogramms für junge Künstler und Kunstvermittler (tapuscrit), p. 2, archives de l’OFAJ, Paris.

59 À partir d’un entretien téléphonique le 23 février 2007 avec Martine Morin, du bureau « formation professionnelle et échanges universitaires », responsable du secteur « multiplicateurs, artistes professionnels et séminaires universitaires ».

60 À partir d’un entretien téléphonique le 9 mars 2007 avec Colette Buffière du bureau « formation professionnelle et échanges universitaires », responsable du secteur « université ».

61 Voir : http://www.ofaj.org/commun/agenda/detail.php?page=&lng=de&page=&idAgenda=-174&mode= (consulté le 9 mars 2007).

62 Voir : http://www.bundesmedieninstitut.de/final_04/article.php3?id_article=1357 (consulté le 9 mars 2007).

63 Voir : Das Deutsch-Französische Jugendwerk als Plattform und Motor der Zusammenarbeit junger deutscher und französischer Künstler (tapuscrit), probablement de l’année 1985, archives de l’OFAJ, Berlin et Paris.

64 Voir note pour le secrétaire général du 20 mars 1989, p. 1, archives de l’OFAJ.

65 En collaboration avec la Foire du livre de Francfort et le Bureau international de l’Édition française ; voir http://www.dfjw.org./barrierefrei/de/travailler/programme.htm (consulté le 9 mars 2007).

66 En collaboration avec la Foire du livre de Francfort, le Bureau international de l’Édition française, le Literarisches Colloquium Berlin et le Collège international des traducteurs littéraires à Arles. Voir http://www.dfjw.org/barrierefrei/de/travailler/traduc_litter.htm (consulté le 9 mars 2007).

67 Voir http://cnsmd-lyon.fr/e.php?lsd=10x336&tc=5 (consulté le 10 mars 2007).

68 Dans un rapport d’activité, on peut lire cette remarque élogieuse : Mangelsdorff « a formé une centaine de jeunes musiciens professionnels français et allemands ». Voir Activités OFAJ/DFJW-Aktivitäten 2005, p. 12.

69 Programme 1986 der jungen Künstler – Fragen der Rechnungsprüfer, rapport interne du 30 juillet 1987, archives de l’OFAJ, Berlin.

70 « Grâce à des acrobaties, des pantomimes, de la musique, du théâtre pour enfant et des spectacles interactifs, ils veulent contribuer à rétablir un peu de normalité et de stabilité pour les enfants réfugiés du Kosovo. » Voir. http://www.ofaj.org/de/ofaj/histoire/1999.htm (consulté le 9 mars 2007).

71 Voir : www.forum-forum.org und www.asphodeles.com (consulté le 9 mars 2007).

72 Voir : www.zikommfestival.eu (consulté le 9 mars 2007).

73 Evaluation des Deutsch-Französischen Jugendwerks, Juni 2004. Bericht zur Vorlage bei dem ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative und dem Bundesministerium für Familie, Senioren, Frauen und Jugend, 2. korrigiertes Exemplar, p. 34. Disponible en version allemande à l’adresse http://www.dji.de/bibs/340_DFJWGesamt.pdf (consulté le 5 mars 2007).

74 Activités OFAJ DFJW-Aktivitäten 2000, p. 31.

75 La lettre d’information de l’OFAJ, n° 18, septembre 2006, p. 22.

76 Voir. http://www.dfjw.org/de/ofaj/cinema/index.htm (consulté le 10 mars 2007).

77 Dans les coulisses œuvrait le chef de service de l’époque. Dans sa nécrologie, on peut lire : « Horst Wegmann s’est fortement impliqué dans l’organisation de la fête du quarantième anniversaire de l’OFAJ à Cap d’Ail, rassemblant de nombreux acteurs de son secteur de travail. », La lettre d’information de l’OFAJ, n° 17, juin 2006, p. 5.

78 La lettre d’information de l’OFAJ, n° 8, décembre 2003, p. 3.

79 Toutefois, la fête du Cap d’Ail dépassa le budget et occasionna un déficit pour le futur secré-taire général. Mais comme les actions avaient déjà fait l’objet d’une répartition budgétaire entre les services pendant les deux années de préparation, il est ici impossible d’évaluer les conséquences financières de cette situation sur la promotion des artistes.

80 Pour la première fois, à l’occasion des expositions de boursiers « Freunde – Amis…? » (op. cit., note 1) et « Egal, Hauptsache gut! » (op. cit., note 30).

81 Wegmann, Kulturförderung des DFJW (op. cit., note 47), p. 43.

82 Procès-verbal de la 46e session du conseil d’administration des 21 et 22 mai 1979 à Dijon, adopté à la 47e session du conseil d’administration des 15 et 16 octobre 1979 à Rhöndorf, p. 13.

83 C’est ainsi que dans les organigrammes de 2001 et 2002, les programmes pour les artistes se cachent sous l’intitulé « multiplicateurs et réseau emploi » dans le bureau « emploi solidarité », alors qu’en 2007, ils figurent dans le bureau « formation professionnelle et échanges universitaires » sous le titre « multiplicateurs, artistes professionnels et séminaires universitaires » subordonné au secteur « université ».

84 Voir projet de budget 2002. Annexe à la 90e séance du conseil d’administration, 1er avril 2002 à Berlin, p. 4.

85 Voir le Projet de budget 2003, p. 10 et le projet de budget 2002, p. 16.

86 1re session du conseil d’administration, Berlin, 22 mai 2006, point 3 de l’ordre du jour, compte de gestion 2004, p. 26.

87 Voir à ce sujet, entre autres : Rapport d’orientations 2003-2005, Rapport d’orientations 2007-2009, La lettre d’information de l’OFAJ, n° 19, décembre 2006.

88 À partir d’un entretien téléphonique avec Françoise Fouquet (chef du bureau « formation professionnelle et échanges universitaires ») le 22 février 2007, Martine Morin le 23 février 2007 et Colette Buffière le 26 février 2007 et le 9 mars 2007.

89 En italique dans l’original, Max Fuchs, « Kulturpolitik in Zeiten der Globalisierung », in : Aus Politik und Zeitgeschichte B 12/2003, p. 15-20, ici p. 19.

Auteur

Née en 1978, diplômée (Magister) en histoire de l’art, doctorante à la Kunsthochschule de Kassel.

Jean-Léon Muller (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540