Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Deuxième partie : Champs d’action et domaines d’intervention de l’OFAJ

L’OFAJ et les jeunes professionnels

Anne-Marie Gervais

Texte intégral

  • 1 Hans Manfred Bock (éd.), Entre Locarno et Vichy. Les relations culturelles franco--allemandes dans (...)
  • 2 Stefan Zauner, Erziehungs- und Kulturmission. Frankreichs Bildungspolitik in Deutschland 1945-1949, (...)
  • 3 Hans Manfred Bock, « Private Verständigungs-Initiativen in der Bundesrepublik Deutschland und in Fr (...)
  • 4 Roland Kaehlbrandt, « “For ever young” ? L’Office franco-allemand pour la jeunesse », in : Henri (...)

1Pendant l’entre-deux-guerres, les échanges franco-allemands transnationaux avaient surtout été le fait des élites, et – pour les jeunes générations – avaient surtout concerné les étudiants, une catégorie relativement limitée à l’époque1. Après la Seconde Guerre mondiale, les responsables d’associations de jeunesse prirent très vite contact pour éviter les erreurs du passé, lutter contre le nationalisme et reconstruire l’Allemagne sur des bases démocratiques, en permettant à des jeunes Français et Allemands de se rencontrer2. Il s’agissait désormais d’étendre la base de l’échange, d’accorder aux jeunes une place particulière et d’élargir la notion de culture3. Toutes les couches sociales devaient pouvoir participer aux échanges pour parvenir à un solide partenariat, voire une solidarité franco-allemande4. C’est dans cet esprit que l’Office franco-allemand pour la Jeunesse fut créé en 1963 et qu’il eut pour mission de développer, en plus des échanges traditionnels, les échanges entre jeunes professionnels, apprentis et chômeurs, moins mobiles et pour lesquels il y avait peu de structures. Les jeunes professionnels ont représenté ainsi une pierre de touche pour l’OFAJ de sa capacité à démocratiser les échanges. Les questions qui guideront cette étude seront les suivantes  : quelle est la place des jeunes professionnels dans la politique de l’OFAJ et comment a t-elle évolué  ? Nous étudierons dans un premier temps quels moyens l’Office a mis en œuvre pour intégrer les professionnels aux échanges franco-allemands et quelles difficultés il a rencontrées, puis, dans un deuxième temps, comment l’Office s’est adapté aux mutations structurelles de la société et a su faire face au défi de son temps pour préparer les jeunes professionnels à l’Union européenne.

L’OFAJ et la mise en place des premiers programmes en faveur des professionnels 1963-1973

La place accordée aux jeunes professionnels dans la politique de l’OFAJ

  • 5 OFAJ, Rapport d’activité, 1963-1968, p. 9.
  • 6 Entretien téléphonique avec Horst Wegmann, le 14 septembre 2004. Voir l’article de Caroline Doublie (...)
  • 7 OFAJ, Rapport d’activité 1968-1973, p. 53.

2En inscrivant dans l’accord du 5 juillet 1963 les jeunes travailleurs, à côté des scolaires et des étudiants, comme domaine d’action, il s’agissait pour les deux gouvernements de relancer la coopération binationale en prenant appui sur les bases de la société. L’OFAJ s’est vu attribuer comme mission d’ouvrir les échanges à ceux qui avaient jusqu’alors eu moins de chances et de possibilité d’y participer5. Le terme de «  jeunes travailleurs  » désignait les jeunes entrés dans la vie active et les jeunes en formation. Il n’existait pas encore d’échanges entre les établissements d’enseignement professionnel et technique, car on considérait que cette catégorie ne possédait pas suffisamment de connaissances linguistiques pour participer aux échanges6. Dès l’origine, le conseil d’administration déclara que les échanges de jeunes professionnels occupaient une place particulière dans les activités de l’OFAJ et constituaient une priorité7  :

  • 8 OFAJ, Pressedienst, mars 1965, n° 5, p. 4-5.

Il faut que les jeunes professionnels des deux pays – quels que soient leur métier, le secteur économique dans lequel ils travaillent et leur place dans la hiérarchie professionnelle – aient la possibilité de se rencontrer, d’établir et d’approfondir des relations amicales. Lors de ces rencontres, le métier fournit tout naturellement le cadre des premiers échanges de vues et discussions […]. Les contacts établis au cours de séminaires, de rencontres, de voyages d’études et de stages de courte ou de longue durée, ont une valeur inestimable. On imagine facilement quelle importance ces rencontres revêtent pour l’Europe de demain, dans la mesure où elles éveillent et développent chez ces jeunes un sentiment de solidarité et la volonté de participer, chacun dans la mesure de ses moyens, à la construction d’une Europe unie8.

  • 9 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 53.

3En développant les échanges entre professionnels, l’OFAJ souhaitait légitimer le fait que la profession et le travail puissent être des moyens de rapprochement et de compréhension, autant que l’école, l’université, le sport et l’éducation populaire9. C’était par la profession que l’on cherchait à sensibiliser les professionnels aux réalités culturelles, sociales, économiques et politiques de l’autre pays  :

  • 10 Ibid., p. 54

L’axe de la rencontre doit bien davantage être la situation des jeunes travailleurs dans les deux pays avec, pour point de départ, l’analyse comparative de la situation individuelle des participants – situation globale avec ses implications professionnelles surtout, mais aussi économiques et sociales. C’est ainsi que les préoccupations professionnelles, le monde du travail, peuvent nourrir une véritable découverte et compréhension internationale10.

  • 11 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 53

4L’Office soutint d’une part la réalisation de programmes pour les responsables et animateurs des rencontres et d’autre part la réalisation de programmes destinés à une meilleure connaissance des structures et de la langue de l’autre pays. Pour atteindre ces objectifs, l’OFAJ décida d’un côté d’«  ouvrir aux jeunes travailleurs, le plus largement possible, toutes les catégories d’échanges franco-allemands  », et d’un autre côté, de «  mettre sur pied également des échanges spécialement pensés à leur intention pour tenir compte de leurs besoins spécifiques  »11.

L’engagement pour les premiers programmes en faveur des professionnels 1963-1973

  • 12 Horst Friese, « Der Austausch junger Berufstätiger », in : Deutsche Jugend, 1966, p. 65-70.

5Les échanges de jeunes professionnels étaient jusqu’alors essentiellement organisés par des associations de vacances. Faute d’expérience bilatérale dans ce domaine, l’OFAJ entreprit des démarches pour trouver un arrangement entre les organisations de travail social des jeunes et les représentants des syndicats, des chambres des métiers et les organisations de travail12. Les différences de structures entre les deux pays et les problèmes interculturels ont rendu la recherche et la mise en contact difficiles. En effet, en Allemagne, une grande majorité de jeunes professionnels effectuait parallèlement une partie de son apprentissage en entreprise et au centre de formation, alors qu’en France, comme le système d’apprentissage en alternance avait été peu pratiqué jusque dans les années 1950, la plupart des professionnels étaient de jeunes actifs.

  • 13 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 53.

6L’OFAJ subventionna deux sortes d’échanges  : ceux organisés par des associations et institutions à dominante professionnelle et ceux conçus par des associations diverses, permettant aux participants soit un certain approfondissement professionnel, soit une information sur les réalités politiques, sociales et économiques13. 80  % des échanges furent ainsi organisés par des associations regroupées au sein de fédérations nationales, majoritairement par des associations de jeunesse rurale et de jeunesse ouvrière. Les 20  % restant étaient le fait des chambres de commerce, des chambres des métiers, des écoles d’agriculture, des établissements d’enseignement technique, etc.

  • 14 Ibid., p. 57.

7Comme les jeunes professionnels disposaient de peu de congés, les programmes devaient être de courte durée et attractifs pour les mobiliser. La profession devait servir d’axe à la rencontre, et l’expérience devait les amener à s’ouvrir à l’altérité. Les jeunes professionnels avaient ainsi l’occasion de connaître la situation des travailleurs de l’autre pays. Le but n’était pas de procurer un emploi, mais d’atteindre «  une pleine efficacité humaine, linguistique et professionnelle  »14.

  • 15 OFAJ, Pressedienst, juillet 1964, n° 2, p. 5
  • 16 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 56.
  • 17 « Typologie des programmes », point 2 de l’ordre du jour, procès-verbal de la 40e session du consei (...)

8Il y avait trois sortes de programmes relatifs aux jeunes professionnels15  : les séminaires et colloques pour les responsables des organisations de jeunes professionnels, les professeurs d’écoles techniques et les cadres des syndicats et associations patronales  ; les échanges et rencontres (70  % des manifestations) qui s’adressaient tant aux jeunes spécialistes d’entreprises similaires qu’aux jeunes fonctionnaires et élèves d’écoles professionnelles16  ; les stages de courte et longue durée, ouverts à tous les jeunes de 18 à 30 ans ayant achevé leur formation professionnelle. Après un cours de langue de plusieurs semaines, les participants se voyaient attribuer pour plusieurs mois un emploi dans une entreprise du pays partenaire. Des séminaires leur permettaient de tirer les conclusions pratiques de leur séjour. Concernant les stages de longue durée, comme la situation était différente dans les deux pays (en France, les entreprises organisaient elles-mêmes ces échanges avec l’aide du ministère du Travail, en Allemagne, ils étaient organisés par la Carl-Duisberg-Gesellschaft – CDG), l’OFAJ mit sur pied dès 1965 de nouvelles formes expérimentales de stages, en coopération avec la CDG et le Centre d’études françaises pratiques. D’autres formes de stages de moyenne durée furent mises en place pour les agriculteurs, les ouvriers qualifiés (en coopération avec l’Internationaler Fahrten-und Austauschdienst et le Centre de voyages de la jeunesse rurale) et pour les jardinières d’enfants. En 1971 et 1972, dans le cadre des jumelages de chambres des métiers, des stages de trois mois pour jeunes artisans français et allemands furent expérimentés. En 1971, deux types de sessions furent mises en place pour mobiliser davantage les jeunes professionnels  : les sessions de vacances franco-allemandes comportant une initiation à la langue du partenaire fondée sur la formule de l’atelier linguistique, des activités de loisirs classiques, et des entretiens sur des thèmes consacrés plus particulièrement aux conditions de vie et de travail des jeunes travailleurs. Les principaux organisateurs étaient les syndicats, les organisations professionnelles, les institutions d’éducation permanente et de jeunesse. Les sessions de découverte socio-économique (programmes à thème visant à l’approfondissement et à la coopération) permettaient à un groupe de jeunes d’un même secteur professionnel de s’informer des réalités économiques, administratives et culturelles d’une région du pays partenaire et de se confronter aux perspectives d’avenir. Ainsi, à titre d’exemple, les thèmes suivants furent-ils proposés  : «  les organisations syndicales et leurs rôles dans les entreprises du secteur métallurgique  », «  les conditions de travail et de participation dans les services postaux  », «  la place et le rôle de l’agriculture dans une société fortement industrialisée  ». L’OFAJ tint compte du besoin de vacances des jeunes professionnels (stages de voile et de ski) sans renoncer à l’exigence éducative de l’échange. Ces programmes, coûteux, concernaient essentiellement les jeunes du secteur secondaire, mais ne connurent pas le succès escompté17.

Les obstacles aux échanges des jeunes professionnels

9L’OFAJ se heurta très vite à de nombreux obstacles dus surtout à l’incompatibilité entre les deux systèmes de formation professionnelle, entraînant un problème de reconnaissance du temps de formation passé à l’étranger, et aux congés limités des professionnels. Il était difficile pour les jeunes professionnels de disposer de congés de formation et d’acquérir de l’expérience à l’étranger, sans risquer de perdre leur emploi. Se posa alors la question des indemnités compensatoires. Les quelques formules de congés-éducation qui existaient ne pallièrent pas la situation.

10Il fallait aussi former rapidement des cadres bilingues pour servir d’interprètes et animer la rencontre, étant donné le manque de connaissances linguistiques des jeunes professionnels. L’OFAJ a alors commencé à réfléchir sur l’animation linguistique et les méthodes d’apprentissage de la langue du partenaire en milieu extra-scolaire. Des ateliers linguistiques furent mis en place dès 1970.

  • 18 Gérard Duval, « Démocratiser les échanges franco-allemands », in : Documents, 1978, numéro spécial,(...)

11Enfin, la différence de structures des organisations entre les deux pays ne facilita pas ces échanges. Elles étaient particulièrement importantes dans le domaine syndical. Les syndicats allemands, orientés vers un syndicalisme d’adhésion, possédaient une structure jeunesse plus forte que les syndicats français, orientés vers un syndicalisme de militance, et étaient plus impliqués dans la formation professionnelle que leurs homologues français  ; les jeunes Français ne s’intéressaient généralement que plus tard à la vie syndicale, une fois entrés dans la vie active. La présence des partenaires sociaux était également plus forte en Allemagne qu’en France. Côté français, les partenaires les mieux subventionnés étaient l’Union française des jeunes travailleurs (UFJT), et, côté allemand, la Carl-Duisberg-Gesellschaft et la Jugendsozialwerk. Deux conférences organisées par le Deutscher Bundes-jugendring et le Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire, en 1976 et 1977, permirent de mieux connaître les partenaires et de chercher à améliorer la coopération franco-allemande18.

12En créant un réseau de partenariats qui n’existait pratiquement pas, l’OFAJ a réussi à stimuler l’intérêt des jeunes professionnels. La part des dépenses d’intervention consacrées aux jeunes professionnels passa de 5,57  % en 1964 à 13,5  % en 1972.

Répartition des dépenses d’intervention

1965

1968

1971

Échanges de jeunes professionnels

10,9  %

8,75  %

10,69  %

Stages de jeunes professionnels

3,89  %

3,52  %

5,25  %

L’OFAJ dans les années 1970-1980  : accentuation de la politique de l’OFAJ envers les professionnels

Changement conceptuel suite à la restructuration de l’OFAJ  : La fin d’un «  club de loisirs  »  ?

13La crise que connut l’OFAJ dans les années 1970 l’amena à redéfinir ses priorités. L’Office entendit alors renforcer la participation des apprentis et des jeunes professionnels et démarrer des actions de coopération en se concentrant d’abord sur certaines régions.

  • 19 Entretien avec Rudolf Herrmann, coordinateur de l’OFAJ, le 8 septembre 2004.

14Par ailleurs, avec la première crise pétrolière, l’apparition du chômage et la construction européenne, les gouvernements prirent conscience de l’importance de la formation professionnelle pour améliorer la situation de l’emploi et développer le marché unique. L’OFAJ décida d’ouvrir ses programmes aux jeunes des établissements d’enseignement technique et professionnel et rechercha de nouveaux partenariats, notamment avec les chambres de métiers, de commerce et d’industrie. Les échanges à caractère socio-professionnel et technologique furent inscrits dans le protocole modifiant l’accord sur la création de l’Office, signé le 22 juin 1973, reflétant ainsi la volonté du gouvernement et des syndicats allemands d’avancer dans le domaine professionnel19.

Conséquences sur les échanges professionnels

  • 20 « Propositions d’orientation 1979 », procès-verbal de la 44e session du conseil d’administration, l (...)
  • 21 OFAJ, Rapport d’orientation 1980, point 5 de l’ordre du jour, procès-verbal de la 46e session du co (...)

15Malgré la baisse des contributions gouvernementales, les échanges de jeunes professionnels restèrent une priorité. Certains programmes onéreux de longue durée furent cependant remplacés par des échanges de plus courte durée. Les programmes pour jeunes artisans et employés furent ainsi abandonnés. Pour enrayer la baisse de participation de cette catégorie de jeunes, le conseil d’administration décida de donner une importance prépondérante aux programmes d’information et de contact pour les jeunes professionnels20. Sous la direction de Pierre Gril, l’OFAJ réorienta ainsi ses programmes vers des échanges socio-éducatifs avec ou sans animation linguistique, vers des échanges socio-professionnels et spécialisés, et vers la formation et le perfectionnement de multiplicateurs. Il subventionna aussi bien des séjours de contacts que des séminaires s’adressant à des groupes binationaux, des séjours d’études à thème, des séjours de découverte socio-économique et des séjours pour multiplicateurs. À travers ces programmes, l’OFAJ cherchait désormais à atteindre en priorité les multiplicateurs et les jeunes en formation. Il fut décidé en 1979 de relever les crédits réservés aux échanges de masse dans le secteur professionnel et de doubler les montants des indemnités journalières21.

Intégration des jeunes en formation initiale aux programmes de l’OFAJ

  • 22 Krystelle Jambon, « La formation professionnelle en France et en Allemagne. Présentation et compara (...)

16Dans les années 1970, les systèmes de formation professionnelle connurent une dynamique liée à l’évolution du contexte social et économique et à l’introduction de nouvelles technologies. Les gouvernements avaient conscience que la formation professionnelle permettait de préserver la compétitivité économique, et qu’elle était un instrument d’intervention socio-politique pour l’intégration des jeunes défavorisés22.

17Alors qu’en Allemagne le système de formation en alternance (duales System), reflétant la collaboration entre les écoles professionnelles et les entreprises, était depuis longtemps une forme reconnue et valorisée dans l’enseignement, l’enseignement alterné-apprentissage fut introduit en France dans les années 1970 dans l’enseignement technologique, pour faciliter l’intégration professionnelle des jeunes sur le marché du travail et lutter contre le chômage touchant en premier les jeunes les moins qualifiés.

  • 23 Des premiers échanges entre établissements eurent lieu à partir de 1968.

18L’OFAJ ouvrit ses programmes aux jeunes des établissements d’enseignement professionnel pour encourager la mobilité23. Les rencontres chez le partenaire devaient favoriser une découverte des conditions de vie des jeunes en formation dans l’autre pays. Les rencontres en tiers lieu devaient leur permettre de se confronter aux différences culturelles. Des activités linguistiques ont été mises en place pour leur permettre de combler leurs manques de connaissances linguistiques.

  • 24 La France et l’Allemagne expérimentaient depuis trois ans le contrôle continu.

19Des stages pour jeunes travailleurs des régions frontalières furent lancés en 1975 dans le domaine de la métallurgie, l’électricité et la construction, en coopération avec le ministère de l’Éducation et le Bundesministerium für Bildung und Wissenschaft et avec les ministères de l’Éducation et des Cultes des Länder. Cette action fit suite à la décision du ministre de l’Éducation, René Haby, et du plénipotentiaire allemand, Hans Filbinger, d’harmoniser la formation dans les collèges d’enseignement technique (CET) des régions frontalières franco-allemandes, notamment en adoptant le système de la notation continue24.

  • 25 Convention entre les gouvernements français et allemand, relative à l’organisation d’échanges de je (...)

20Ces programmes servirent de modèle pour un accord entre les gouvernements français et allemands en 1980 qui prévoyait d’intensifier les échanges de jeunes et d’adultes en formation professionnelle, initiale ou continue, afin de «  renforcer et d’élargir, dans une perspective européenne, la coopération franco-allemande, et d’en faire profiter un grand nombre d’apprentis  »25.

  • 26 L’OFAJ, bulletin de liaison, octobre 1975, p. 17.

21Cependant, le souhait de Gril de voir se renforcer la participation des apprentis et des jeunes professionnels aux échanges franco-allemands ne fut qu’en partie exaucé. Même si le budget d’intervention augmenta entre 1971 et 1980, le taux de participation des professionnels et jeunes en formation baissa même sensiblement  : 38,92  % en 1977, 36,51  % en 1978 et 35,69  % en 1979. Les obstacles liés au statut du stagiaire, aux problèmes de reconnaissance des stages pratiques à l’étranger, et au manque de connaissances linguistiques restèrent toujours un frein à ces échanges. L’OFAJ estima dans son bilan de 1975 que l’objectif n’était pas encore atteint, et qu’il fallait sensibiliser davantage tous les partenaires de la vie professionnelle aux échanges internationaux et reconnaître aux stages et séminaires franco-allemands le même caractère de «  formation  » que d’autres activités nationales26.

La crise économique et ses conséquences

  • 27 Frankreich-Jahrbuch 1990, Opladen, 1990, p. 256.
  • 28 Bettina Isengard, « Jugendarbeitslosigkeit in der Europäischen Union und individuelle Risikofaktore (...)
  • 29 Ibid.

22Bien que les relations politiques entre l’Allemagne et la France se fussent détendues, l’OFAJ dut faire face dans les années 1980 à de nouveaux défis, liés à l’aggravation du chômage dans les deux pays. Les conséquences de la deuxième crise pétrolière, en 1979, ainsi que les choix économiques néo-libéraux en Allemagne au début des années 1980, et en France avec la première cohabitation (1986-1988), eurent des conséquences graves sur l’emploi. Le taux de chômage augmenta en France de 2,4  % en 1970 à 6,3  % en 1980, pour atteindre 10,6  % en 1987. Il ne commença à baisser qu’à partir de 198927. En Allemagne, la crise économique n’eut pas d’effets aussi dévastateurs qu’en France. Après une augmentation importante de 3  % en 1980 à 7  % en 1985, le taux de chômage baissa à 4,9  % en 199028. En France, le taux de chômage chez les jeunes était particulièrement important. En 1985, 25,8  % des jeunes de moins de 25 ans étaient au chômage, contre seulement 9,8  % en Allemagne29. La situation moins catastrophique en Allemagne s’expliquait par le fait que le système de formation, le duales System, permettait aux jeunes d’intégrer très vite la vie professionnelle.

  • 30 Répartition des professionnels dans les différentes catégories de programmes en 1980 : 92 % dans le (...)

23Face à la dégradation du marché de l’emploi, l’OFAJ fut appelé à jouer un nouveau rôle. Il s’agissait désormais de répondre à un besoin socio-économique. La concrétisation de cet objectif s’est traduite par une augmentation régulière des dotations et des dépenses. Le nombre de jeunes échangés ne s’est malheureusement pas accru dans la même proportion. Au milieu des années 1980, tous programmes confondus, les jeunes professionnels représentaient un tiers du nombre total des participants30.

Part du budget consacré aux professionnels

Part du budget pour l’enseignement professionnel et technique

 % de jeunes en formation professionnelle

Répartition des participants par profession tous secteurs confondus

1979

20,99  %

12,01  %

23,68  %

1980

19  %

1981

21,35  %

11,19  %

22,05  %

1982

21,64  %

2,58  %

10  %

24,58  %

1983

20,81  %

2,51  %

9,41  %

23,28  %

1984

20,72  %

2,80  %

8,55  %

23,87  %

1985

21,35  %

2,73  %

1986

20,71  %

3,34  %

8,27  %

20,95  %

1987

21,15  %

3,90  %

1988

11,5  %

24,33  %

1989

24,94  %

5,02  %

23,09  %

24Dans cette conjoncture économique, il était difficile d’envoyer les jeunes dans l’autre pays, car les jeunes professionnels craignaient de ne pas retrouver leur place à leur retour.

L’OFAJ et les professionnels face à la crise économique des années 1980

  • 31 Procès-verbal de la 48e session du conseil d’administration.
  • 32 Ibid.
  • 33 Procès-verbal de la 52e session du conseil d’administration.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.

25Sous le mandat de Reinhard Wilke, le développement des échanges de jeunes professionnels resta une priorité31. Concernant les stages de longue durée, il ne fallait pas soutenir des échanges à l’intérieur d’entreprises multinationales, qui, selon l’OFAJ, se réalisaient aussi bien sans son aide32. Fallait-il multiplier les contacts avec les partenaires potentiels  ? Ou, partant du principe de l’offre et de la demande, ne fallait-il pas plutôt offrir de meilleures conditions financières, ce qui allait entraîner une plus forte demande33  ? Wilke rappela que les objectifs de l’OFAJ n’étaient pas tant d’assurer l’augmentation numérique, mais bien davantage de toucher les multiplicateurs34. Pour atteindre ces objectifs, il fallait donner priorité aux jeunes en formation et à ceux qui, après leur scolarité, n’avaient pas trouvé accès à la formation professionnelle. Quant à une augmentation de la prise en charge financière, l’OFAJ rappela qu’un taux double était déjà attribué aux jeunes professionnels et que l’augmenter encore impliquerait de diminuer le nombre total de participants35. Il estima que la coopération étroite avec les organisations et les partenaires potentiels était déterminante pour les échanges professionnels36  : 

  • 37 OFAJ, Rapport d’orientation 1981, point 7 du PV de la 48e session du conseil d’administration, Pari (...)

La tâche de l’OFAJ n’est pas de gérer la pédagogie en restant derrière ses bureaux. Il doit au contraire laisser davantage de responsabilité et de possibilités de choix aux organisateurs37.

  • 38 OFAJ, Rapport d’orientation 1983, point 3 du PV de la 52e Session du rapport du conseil d’administr (...)
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.

26Ce plaidoyer pour une amélioration qualitative des relations entre l’OFAJ et ses partenaires fut suivi de propositions concrètes. Ainsi, l’OFAJ soutint un colloque préparé à l’initiative de la Fédération Léo Lagrange, réunissant des représentants des associations et des pouvoirs publics et des experts, afin d’étudier les problèmes de l’insertion dans la vie professionnelle, des emplois alternatifs et de la lutte contre le chômage pour le grand public38. Dans son rapport d’orientation de 1981, il incita les partenaires à rechercher avec les organisations et associations concernées, avec les chambres professionnelles et les entreprises, des possibilités de coopération accrue et de nouvelles formes d’actions communes, en privilégiant les jeunes du secteur industriel, peu nombreux à participer aux échanges franco-allemands39. Le budget fut augmenté en priorité pour les échanges de jeunes actifs et de jeunes en formation professionnelle. C’est ainsi qu’en 1982, 23,9  % des crédits leur furent consacrés40.

  • 41 PV de la 52e session du conseil d’administration du 6 et 7 mai 1982 à Paris.
  • 42 «Situation et perspectives dans le domaine des échanges de jeunes professionnels », annexe 2 au poi (...)
  • 43 PV de la 54e session du conseil d’administration.
  • 44 Rapport d’orientation 1984, point 5, PV de la 54e session du conseil d’administration, Montpellier, (...)

27Comme en attestent les protocoles et rapports d’orientation entre 1981 et 1983, les progrès n’ont pas été à la hauteur des espérances. En plus du problème de reconnaissance de ces programmes par les employeurs, le secrétaire général déplora le manque d’engagement des associations de jeunesse et des villes jumelées dans ce secteur41. Il invita les villes organisant des échanges dans le cadre des jumelages à utiliser en premier lieu les crédits mis à leur disposition pour les jeunes professionnels, au lieu de les utiliser pour les groupes scolaires ou sportifs. Les objectifs des jumelages étaient de faire participer l’ensemble de la population aux échanges réalisés. Pour aider les établissements d’enseignement professionnel à organiser des échanges franco-allemands, il proposa de créer un groupe de travail réunissant des représentants des autorités scolaires, des chambres de métiers, de commerce et d’industrie, du patronat, des syndicats pour élaborer des conseils à l’usage des organisateurs42. Edwige Avice, ministre délégué au Temps libre, à la Jeunesse et aux Sports, intervint auprès du ministre de l’Éducation nationale pour inciter les recteurs à développer ces échanges43. L’Office renouvela un appel aux responsables d’organisations afin de lever les barrières nationales empêchant les jeunes professionnels de participer aux échanges44.

Remise en cause des stages de longue durée et ouverture aux jeunes en formation initiale

  • 45 DFJW/OFAJ, 1968 Kongress – Colloque 1968, p. 43
  • 46 Rapport d’orientation 1980, point 5, PV de la 46e session du conseil d’administration, Dijon les 21 (...)
  • 47 Rapport du secrétaire général sur les stages professionnels dans l’autre pays, point 4, PV de la 48(...)

28Depuis 1964, l’OFAJ n’avait soutenu que deux formes de stages professionnels de longue durée pour les jeunes en formation continue  : les stages professionnels d’un an, réalisés par la Carl-Duisberg-Gesellschaft e.V et le Centre de formation et d’études françaises pratiques (CFEFP), en liaison avec la Zentralstelle für Arbeitsvermittlung et l’Agence nationale pour l’emploi, ainsi que les programmes des jeunes agriculteurs de l’Internationaler Austausch-dienst et du Centre de voyages de la jeunesse rurale. Dès la fin des années 1970, l’OFAJ se demanda s’il devait continuer à subventionner ces stages de longue durée très onéreux45. Selon Gril, ces programmes étaient peu satisfaisants, car ils regroupaient surtout des jeunes professionnels du tertiaire, «  soucieux de promotion professionnelle  »46, tandis que toute une branche professionnelle dans le secteur de l’industrie était exclue. De plus, à cause de l’accroissement du chômage, le nombre de candidats diminua. Le nombre de ces programmes, qui était de 10 à 12 par an entre 1964 et 1970, fut réduit à 8 par an entre 1970 et 1980. Le nombre de participants allemands et français chuta également47. En revanche, le nombre de participants aux stages de jeunes agriculteurs resta constant, entre 22 et 25 participants.

  • 48 Rapport d’orientation 1980, point 5, PV de la 46e session du conseil d’administration, Dijon les 21 (...)
  • 49 PV de la 54e session du conseil d’administration.
  • 50 Ibid.

29Gril proposa d’abandonner les stages professionnels d’un an dans l’autre pays au bénéfice d’autres stages, notamment ceux qui se déroulaient dans le cadre de jumelages de villes, censés contribuer davantage à la formation d’animateurs48. Il proposa aussi de développer les programmes pour jeunes et futurs responsables au niveau des sociétés, de mettre l’accent sur les futurs enseignants autres que germanistes et romanistes et de prévoir des programmes pour les jeunes enseignants de l’école primaire et des établissements techniques. Certains membres du conseil se demandèrent s’il ne convenait pas de reporter les crédits affectés à ce secteur à d’autres domaines d’intervention, comme les jeunes chômeurs49. Mais Avice s’opposa à la décision d’arrêter les stages professionnels de longue durée50.

  • 51 Ibid.
  • 52 Les programmes d’échanges d’instituteurs ont été mis en place dés 1968.

30L’OFAJ mit en place des stages dans le cadre des villes jumelées et des chambres de métiers qui devaient prendre progressivement le relais des anciens stages organisés par la CFEFP et la CDG51. Ce désengagement permit de libérer des crédits pour les multiplicateurs52.

  • 53 Rapport du secrétaire général sur les stages professionnels dans l’autre pays, point 4, PV de la 48(...)
  • 54 Ibid.
  • 55 Rapport du secrétaire général sur les stages professionnels dans l’autre pays, point 4, PV de la 48(...)
  • 56 Ibid.

31Quant aux jeunes en formation professionnelle initiale, les stages de longue durée étaient peu adaptés à leurs besoins et ne permettaient pas le perfectionnement professionnel escompté53. L’OFAJ leur proposa alors un stage de courte durée. Mais, comme la formation professionnelle était rattachée en France au système scolaire, le jeune en formation était plutôt considéré comme un étudiant. Il était alors nécessaire de réexaminer la notion même de «  jeunes professionnels  » et celle de «  longue durée  »54. Comme les stages professionnels d’un an, malgré des difficultés, avaient rempli une fonction importante, le secrétaire général souhaita que les organisations impliquées poursuivent le travail. L’aide de l’Office devait se limiter aux bourses pour cours de langue. Il fallait améliorer la recherche de l’emploi dans le cadre de jumelages de communes, de chambres des métiers, d’associations, etc., et aussi les jumelages entre institutions de formation professionnelle, susceptibles d’offrir des stages pratiques aux jeunes de l’autre pays. Des contacts devaient être pris entre Instituts universitaires de technologie (IUT) et Fachhochschulen55. Wilke souligna cependant qu’il «  [fallait] tenir compte du fait que l’Office [n’était] pas une institution de formation professionnelle, mais un instrument de la coopération franco-allemande, l’un n’excluant d’ailleurs pas l’autre  »56.

La place accordée aux jeunes chômeurs

  • 57 « Situation et perspectives dans le domaine des échanges de jeunes professionnels », annexe 2 au po (...)
  • 58 « Situation et perspectives dans le domaine des échanges de jeunes professionnels » (cf. note 57).

32Dés le début de la récession économique, l’OFAJ demanda à ses partenaires de se préoccuper du chômage des jeunes et de faciliter leur participation aux programmes57. Des réunions de travail et colloques sur le chômage des jeunes à l’intention de représentants français et allemands des ministères du Travail, des agences nationales pour l’emploi et des organisations professionnelles furent organisées par l’OFAJ, afin de développer des programmes appropriés58. Cela représentait un nouveau défi pour l’OFAJ  :

  • 59 Rapport d’orientation pour 1984, point 5, PV de la 54e session du conseil d’admi-nistration, Montpe (...)

L’OFAJ, en tant qu’institution binationale, ne peut certes contribuer de manière sensible à la suppression du chômage des jeunes  ; il ne peut pas non plus s’ingérer dans les compétences des institutions privées et publiques responsables en France et en Allemagne de la formation professionnelle et de l’emploi des jeunes, et de ce fait organiser en régie directe des mesures d’insertion sociale et professionnelle. Il peut par contre soutenir des mesures d’orientation ou de réorientation, de qualification, et le cas échéant de spécialisation professionnelle en apportant son aide financière à des rencontres franco-allemandes de jeunes chômeurs en stage d’insertion59.

  • 60 Ibid.

33Le conseil d’administration décida qu’«  aucun chômeur ne devait être exclu pour des raisons financières  »60.

  • 61 Ibid.
  • 62 Rapport d’orientation 1987, PV de la 60e session du conseil d’administration, Brême, les 26 et 27 m (...)

34L’OFAJ soutint deux sortes de rencontres de courte durée pour les jeunes chômeurs. La première visait à leur faire prendre conscience des causes de la situation du marché de l’emploi, et à les aider à surmonter la crise d’identité et à sortir de l’attitude de résignation61. La deuxième fut organisée à l’intention de jeunes chômeurs participant à des stages d’insertion ou de préformation professionnelle organisés par des institutions publiques ou privées. Ces programmes visaient à les aider dans leur orientation professionnelle ou dans leur choix d’un cycle de formation. Lors de ces rencontres, l’OFAJ préconisait de mélanger les jeunes chômeurs aux jeunes professionnels afin de favoriser leur socialisation. Les groupes prioritaires étaient les jeunes en stage d’insertion professionnelle et sociale, âgés de 16 à 18 ans, et les jeunes bénéficiant de mesures de création d’emploi, intéressés par des projets individuels d’entraide ou de création d’entreprises alternatives62. Ces programmes de courte durée, initiés par les agences locales de l’emploi, réunirent 1541 participants en 1982 et 2480 en 1983.

L’OFAJ et le Secrétariat franco-allemand pour la formation professionnelle

  • 63 Convention entre les gouvernements français et allemand, relative à l’organisation d’échanges de je (...)

35Créé en 1980, le Secrétariat franco-allemand pour la formation professionnelle de Sarrebruck avait comme mission de renforcer dans une perspective européenne la coopération entre les établissements ou institutions de formation professionnelle, et de «  créer les conditions les plus favorables à la mobilité professionnelle par-delà les frontières en favorisant l’équivalence des diplômes de fin d’études  »63. Les participants pouvaient suivre une partie de leur formation dans l’autre pays, bénéficier des modes de formation spécifiques à chaque pays par un séjour de durée suffisante, mieux connaître la vie professionnelle et socio-culturelle du voisin.

  • 64 Information du conseil d’administration sur la Convention franco-allemande du 5 février 1980 relati (...)

36L’OFAJ s’est vu confier la mission d’assurer la préparation des jeunes et adultes, sur le plan de la langue et de la civilisation. Les rôles de la commission d’experts franco-allemands et de l’OFAJ ont été définis de la manière suivante  : la commission d’experts devait fixer le programme d’ensemble des échanges, suivre sa mise en œuvre et procéder à son évaluation. L’OFAJ était invité à convenir avec elle des modalités, de la procédure, du contenu des programmes, de la durée et de la réalisation des activités de préparation64. Concernant la prise en charge des participants aux programmes, les dépenses préparatoires devaient être couvertes par les ressources dont disposaient la commission franco-allemande d’experts. Cette convention était conclue pour une durée de deux ans. Le renouvellement de la convention devait se faire ensuite tacitement par période de cinq années.

  • 65 Ibid.
  • 66 PV de la 52e session du conseil d’administration.
  • 67 Rapport d’activité 1989, p. 49.

37L’OFAJ ne cacha pas que cette institution, qui attribuait des subventions plus élevées aux jeunes participants, pouvait créer une concurrence institutionnelle superflue. Craignant de voir les échanges franco-allemands se disperser dans ce domaine, le secrétaire général déclara vouloir «  s’opposer à une éventuelle tendance à confier à d’autres organisations une action qu’il avait menée avec succès depuis de nombreuses années  »65. Il proposa même d’étudier la possibilité d’intégrer le secrétariat à l’OFAJ sans toutefois remettre en cause la responsabilité de la commission franco-allemande d’experts66. Après avoir attiré l’attention des gouvernements sur ce danger, il fut décidé que le secrétariat franco-allemand prendrait en charge les échanges de groupes entre établissements d’enseignement professionnel, égaux ou supérieurs à trois semaines, et que l’OFAJ continuerait d’attribuer son aide financière aux échanges de groupe inférieurs à trois semaines. L’Office restait compétent pour l’attribution de bourses de stages individuels dans le cadre de la formation professionnelle initiale67. Malgré cette clarification, l’OFAJ nota que la confusion régnait toujours auprès des partenaires. Alors qu’il soutenait chaque année environ 2 400 jeunes en insertion, en formation, ou en activité professionnelle, le secrétariat n’en soutenait que 2 000.

Deuxième relance de la politique de l’OFAJ envers les professionnels en 1986

  • 68 Déclaration commune, 28 octobre 1986, in : Jardin, Kimmel, Les relations franco-allemandes (op. cit (...)
  • 69 Henri Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, 1988, p. 142.
  • 70 Voir l’article de Dominique Bosquelle dans cet ouvrage.
  • 71 PV de la 58e session du conseil d’administration, Rhöndorf, les 30 et 31 mai 1985, p. 10.

38La deuxième partie des années 1980 constitua un nouveau défi pour l’OFAJ, avec d’une part la signature de l’Acte unique en 1986, d’autre part la dégradation de la situation sociale en France. Malgré les nombreuses mesures prises par le gouvernement français pour lutter contre le chômage des jeunes (SMIC, RMI…), la courbe du chômage s’éleva jusqu’en 1989. Quant au taux de participation des jeunes professionnels aux échanges, il chuta de 34  % en 1980 à 29,21  % en 1986. Lors du sommet franco-allemand à Francfort, en 1986, les deux gouvernements annoncèrent un certain nombre de mesures visant à renforcer les échanges de jeunes en formation professionnelle, notamment par l’échange de stagiaires en formation continue entre les entreprises des deux pays68. Comme l’a noté Henri Ménudier, «  la formation professionnelle [avait] trouvé ainsi sa place dans la coopération culturelle et dans une conception élargie de la notion de culture  »69. L’OFAJ devait donc continuer ses efforts. Le terme de jeunes «  défavorisés  » fit alors son apparition70. Le conseil d’administration entendit se tourner davantage encore vers le monde économique et professionnel et mit en place un groupe de travail à cet effet71.

L’OFAJ et les défis contemporains  : réunification et européanisation

  • 72 Interview du secrétaire général adjoint, La Montagne, 1er juin 1990.

39Avec la réunification de l’Allemagne et l’ouverture de l’Europe à l’Est, la mission de l’OFAJ entra dans une nouvelle phase, spécifiquement axée sur le domaine de l’éducation et de la formation professionnelle72. Quelles mesures l’OFAJ prit-il pour encourager les jeunes professionnels à la mobilité et comment réagit-il face à l’émergence des nouvelles structures bilatérales et européennes  ?

L’Europe de 1993  : un nouveau défi

  • 73 Thomas Wobben, « Les programmes européens de mobilité. Bilan et perspectives », in : Échanges et mo (...)
  • 74 Véronique Barbieux, « Insertion professionnelle et mobilité des jeunes en Europe », in : Documents (...)

40Les programmes de l’Union européenne dans le domaine de la formation initiale et continue et de l’insertion étaient très nombreux et peu transparents (Petra, Leonardo, etc.)73. La Communauté souhaitait mettre en œuvre «  une politique de formation professionnelle, qui appuie et complète les actions des États membres, tout en respectant pleinement la responsabilité des États membres pour le contenu et l’organisation de la formation professionnelle  ». Il fallait développer l’apprentissage et les formes d’alternance et faire valider les compétences acquises tout au long de la vie74.

  • 75 Rapport d’orientation, voté lors de la 65e session du conseil d’administration, Tübingen, le 27 jui (...)
  • 76 Ibid.

41Face à ces nombreux programmes, l’OFAJ dut affiner son profil et éviter le double emploi et la dispersion des crédits. À titre d’exemple, comme les stages professionnels de longue durée étaient subventionnés par la CEE depuis 197975, le secrétaire général proposa de limiter l’intervention financière de l’OFAJ aux professions représentant un intérêt particulier76. La coopération avec l’Union permit aussi à l’OFAJ de créer des outils pour surmonter les obstacles à la mobilité. Ainsi, dans le cadre de Leonardo, un projet – Practicert (clos en 2004) – a été lancé en 2001 en collaboration avec le ministère de l’Éducation de Basse-Saxe et le rectorat de Dijon. Le but était d’établir un outil – «  Practifolio  » – de quantification et de certification des compétences acquises lors d’un stage à l’étranger, notamment par les apprenants en formation initiale.

  • 77 Rapport d’activité 1989, « Déclaration commune des présidents du conseil d’administration », p. 68.
  • 78 Rapport sur la mise en œuvre de la recommandation du Parlement européen et du Conseil du 10 juillet (...)

42Le conseil d’administration décida en 1989 de renforcer les actions en faveur des jeunes en formation et des jeunes travailleurs, en augmentant les crédits pour les programmes de longue durée, notamment pour les stages pratiques dans l’autre pays77, et en multipliant les échanges entre établissements professionnels. Il entendait contribuer à l’amélioration de la mobilité et à la modernisation des systèmes d’éducation et de formation. Selon un rapport de la Commission, seulement 1  % des personnes suivant une formation professionnelle en Europe avait effectué un séjour dans un autre pays78. Les obstacles à la mobilité restaient le manque de reconnaissance des diplômes et certificats de formation et l’absence de validation des périodes de stage à l’étranger. Le statut du stagiaire posa aussi problème. Les stagiaires en entreprise, qui n’étaient ni étudiants ni travailleurs/chômeurs reconnus (sans droit au chômage), ne pouvaient bénéficier d’une mobilité transnationale.

  • 79 L’OFAJ à 25 ans. Bilan et perspectives. Colloque 7-9 décembre 1988, rapport final, p. 4.
  • 80 Documents de travail, Formation à la pédagogie interculturelle des échanges dans le secteur profess (...)
  • 81 PV de la 79e session du conseil d’administration, le 15 et 16 novembre 1995, Meaux.

43Un travail d’information fut entrepris auprès des entreprises et des chambres des métiers79. Pour rendre les échanges attractifs, l’OFAJ délivre l’attestation europass (document communautaire). La majorité des filières sont représentées  : commerce, agriculture, industrie, santé, artisanat, etc. Le nombre d’échanges entre lycées professionnels ou techniques est ainsi passé de 241 en 1995 à plus de 400 aujourd’hui80. Comme le releva le conseil d’administration, «  la dynamique franco-allemande devait être mise au service de l’insertion sociale et professionnelle des deux pays  »81.

44Quant aux stages pratiques, l’OFAJ enregistra dès 1988 une demande croissante dans le cadre de la formation professionnelle initiale. À cause des systèmes spécifiques à l’Allemagne et à la France, la très grande majorité des bénéficiaires de ces programmes étaient des élèves d’établissements d’enseignement professionnel français, qui cherchaient à accomplir un ou plusieurs stages pratiques durant leur formation professionnelle initiale, afin d’acquérir une première expérience professionnelle. L’Office chercha à répondre au moins partiellement à cette demande en attribuant pour la première fois en 1989 des bourses et cours de langue pour stages pratiques en entreprise, d’une durée de 4 à 12 semaines, non susceptibles d’être financés dans le cadre d’autres projets ou de programmes de mobilité européens. Il mit également en place un nouveau programme, «  travailler chez le partenaire  ».

  • 82 OFAJ, Rapport d’activité 1994, p. 18.
  • 83 Barbieux, « Insertion professionnelle et mobilité des jeunes en Europe » (op. cit., note 74), p. 83 (...)
  • 84 Interview avec Manfred Lukas, chef du bureau III à l’OFAJ.

45Ces programmes connurent une évolution spectaculaire depuis leur mise en place en 1989, mais se heurtèrent à des restrictions budgétaires en 1994. La création de nouvelles filières post-diplômes préparées en alternance, dans des domaines comme l’économie, la gestion ou les sciences et techniques industrielles, engendra des demandes supplémentaires82. Face à l’évolution de la situation, l’OFAJ mena une étude en 1996 pour analyser la quantité et la nature des demandes de stages83. Les jeunes attendaient de l’OFAJ une aide directe dans la recherche d’un stage. 25  % des demandes émanaient de jeunes en formation professionnelle et de jeunes professionnels et la majorité des demandes concernaient des stages de courte durée. L’OFAJ décida de mettre en place avec le PIU-Centret danois (organisation centrale d’information et d’attribution de stages pour les jeunes Danois voulant effectuer une partie de leur formation à l’étranger), dans le cadre de Leonardo, un programme de placement pour stagiaires appelé Transnet qui devait devenir un réseau ouvert aux membres de la Communauté. Ce projet échoua à cause du manque d’intérêt des entreprises84.

  • 85 Déclaration franco-allemande sur la coopération éducative et culturelle du 19 septembre 1997, in : (...)

46Par ces actions, l’OFAJ a répondu ainsi aux vœux des deux gouvernements français et allemand de voir «  augmenter la mobilité d’un pays à l’autre de nos stagiaires et apprentis, en leur offrant des programmes d’échanges plus attrayants, plus proches de leurs préoccupations et débouchant sur des qualifications mieux reconnues  »85.

La réunification et l’ouverture aux pays tiers

47Les échanges professionnels ont représenté un grand intérêt pour les jeunes de RDA qui souhaitaient

  • 86 Le nombre d’emplois est passé de 6,2 millions en 1989 à 3,6 millions en 1993.
  • 87 OFAJ, Rapport d’activité 1991, p. 9.

se doter d’instruments importants pour la vie en commun et la coopération dans l’Europe de formation. Les jeunes en formation, les jeunes professionnels, les jeunes chômeurs, qui ont été les premiers touchés par la restructuration de l’économie et de l’industrie dans les nouveaux Länder86, se [sentaient] fortement attirés par un monde qu’ils ne connaissent pas et par une culture qu’ils ont l’occasion de découvrir depuis la chute du Mur grâce aux échanges franco-allemands87.

  • 88 OFAJ, Rapport d’orientation 1991, p. 7.

48Le nombre de participants aux échanges de jeunes en formation initiale augmenta progressivement, passant de 11 en 1990 à 124 en 1992 (sur 2795 Allemands). Quant aux jeunes chômeurs, seul un petit nombre purent participer aux rencontres qui leur étaient destinées, en raison du manque de structure qui rendait difficile le recrutement des participants. La situation s’améliora en 1991, avec la participation de 1803 jeunes de RDA aux échanges professionnels sur un total de 8537 participants88.

49Quant aux échanges trinationaux, l’OFAJ souhaitait

  • 89 OFAJ, Rapport d’activité 1992, préface.

donner aux jeunes en route pour l’Europe unie – mais aussi pour l’Europe de l’Est et Centrale – tout un bagage d’expériences professionnelles transnationales, de connaissances linguistiques, de culture89.

  • 90 La coopération institutionnelle étant la dernière avec 5,4 %.
  • 91 Interview avec Bernard Viale, coordinateur à l’OFAJ, le 14 septembre 2004.

50Les séminaires étaient la forme la plus appropriée pour ces échanges. Pour les jeunes, il s’agissait de comparer leur formation professionnelle avec celle du voisin, de porter un premier regard sur la pratique professionnelle. En 1990, les échanges dans le domaine professionnel représentaient environ 15,8  % du total90. Aujourd’hui, ils ont lieu surtout avec la Pologne91.

L’OFAJ face aux bouleversements de la société à la fin des années 1990  : priorité donnée aux programmes de qualification pour les jeunes en réinsertion sociale et professionnelle et aux échanges de jeunes en formation

  • 92 Gilbert Ziebura, « Frankreich am Beginn des 21. Jahrhunderts. Zwischen Europäi-sierung, Globalisier (...)

51Au milieu des années 1990, l’OFAJ dut faire face à une nouvelle génération de jeunes touchés par la globalisation et le chômage. La réunification et l’ouverture des frontières, qui accrut le flux migratoire en Europe, eurent pour conséquences d’augmenter le taux de chômage dans les deux pays92. Il atteint 12,3  % en France et 11  % en Allemagne en 1997, les nouveaux Länder étant les plus touchés avec un taux de chômage des jeunes (de l’ordre de 18 %) deux fois plus élevé qu’à l’Ouest, de même que le taux de chômage pour l’ensemble de la population (19,5  % en 1997). Le taux de chômage des femmes passa de 12,3 % en 1991 à 25  % en 1997. En France, les jeunes de moins de 25 ans étaient toujours les plus touchés, en raison d’un système de scolarité peu adapté à la préparation au marché du travail. Leur taux de chômage passa de 19,8  % en 1990 à 27,1  % en 1995, pour retomber à 8,9  % en 2000. En Allemagne, les jeunes de moins de 25 ans qui avaient été jusque-là épargnés ont également été touchés par la globalisation. Alors que le taux de chômage des moins de 25 ans n’était que de 4,6  % en 1990, il atteint 9  % en 2002. Le duales System connaît aujourd’hui des difficultés avec des problèmes de la qualification et un nombre insuffisant de places offertes. Cette conjoncture économique et sociale défavorable s’est accompagnée d’une poussée de xénophobie et d’une recrudescence de la délinquance.

  • 93 Déclaration des chefs d’États et de gouvernements sur l’éducation, la formation profes-sionnelle et (...)
  • 94 OFAJ, Rapport d’orientation 1997, p. 2.

52Face à cette situation très préoccupante, la mobilité des jeunes devint un enjeu fondamental. En novembre 1999, les deux gouvernements décidèrent «  de donner de nouvelles impulsions à [leur] coopération, pour soutenir par l’éducation et la formation professionnelle, [leur] combat contre le chômage des jeunes et pour l’accès de tous à l’emploi  »93. Les programmes de qualification pour les jeunes en insertion professionnelle et les programmes d’intensification des échanges de jeunes en formation professionnelle ont été inscrits en 1996-1997 en tête des priorités94. Les groupes cibles étaient les jeunes en formation, menacés par le chômage, les jeunes sans diplômes de fin d’études à la recherche d’une place d’apprentissage ou menacés par le chômage, ainsi que les jeunes femmes et des Français d’origine maghrébine (parfois jusqu’à 80  % des participants) et des Turcs résidant en Allemagne.

  • 95 Benoît Haudidier, Gérard Gabert, « Rencontres de jeunes sans emploi. Bilan et perspec-tives. Synthè (...)

53Pour réaliser des programmes adaptés, l’OFAJ a soutenu une série de rencontres et de séminaires au début des années 199095  : les programmes de qualification professionnelle ouverts aux jeunes en formation, permettant de comparer les pratiques professionnelles et de découvrir les réalités sociales et culturelles, et les programmes de réinsertion professionnelle pour les jeunes sans emploi ou places d’apprentissage. Depuis 1989, 120 programmes d’insertion professionnelle environ sont organisés chaque année, réunissant à peu près 2500 participants. Ce chiffre n’a guère évolué depuis 1989, révélant la difficulté de l’OFAJ à mobiliser ce groupe cible.

  • 96 Programmes de lutte contre le chômage de longue durée, et programmes d’amélioration des chances d’i (...)

54Quant aux jeunes chômeurs, afin de leur permettre de suivre une formation transnationale et d’augmenter leurs chances d’insertion professionnelle, l’OFAJ mena des discussions avec le Fonds social européen96 qui aide les instances nationales à développer des stratégies d’insertion professionnelle des chômeurs de longue durée et des jeunes. L’OFAJ se chargea de la coordination et de l’organisation de ce programme. Mais les différentes législations des pays membres ont rendu difficile la mobilité de ce groupe cible. En Allemagne, il était plus difficile pour un chômeur de participer à un stage ou à une formation à l’étranger, car il risquait de perdre ses droits à l’allocation de chômage et sa couverture sociale. Grâce aux démarches de l’OFAJ et de ses partenaires, il est désormais possible depuis 1994 d’effectuer un stage à l’étranger d’une durée maximale de 12 semaines, sans perdre ses droits. L’OFAJ lança en 1996 un nouveau programme de qualification professionnelle – «  programme 1000 chômeurs  » – devant permettre à 1000 jeunes sans emploi ou en situation précaire de suivre un stage de formation qualifiante et d’effectuer ensuite un stage professionnel dans l’autre pays. Les efforts entrepris par l’Office envers les jeunes chômeurs ont eu des résultats plutôt positifs. 80 % des jeunes chômeurs ayant participé à ce genre d’échange auraient retrouvé un emploi.

  • 97 L’OFAJ s’est adressé aux 118 jeunes des deux pays ayant participé au programme. Ont répondu : 66 pe (...)

55L’insertion professionnelle et la mobilité sont au cœur des priorités de l’OFAJ qui a renommé ce service «  bureau pour l’emploi et la solidarité  ». Son but est d’une part de faciliter l’entrée dans la vie active des jeunes grâce à l’acquisition d’une expérience professionnelle à l’étranger et de compétences linguistiques et interculturelles, et d’autre part de donner des chances aux jeunes défavorisés. Les rencontres de groupes, les stages pratiques et le programme «  travail chez le partenaire  » sont les trois principales formes d’échange. Depuis 1989, le nombre de bourses pour les stages pratiques n’a cessé d’augmenter (111 en 1989, 667 en 2005)  ; en revanche, le nombre de participants aux échanges entre lycées professionnels a diminué (5 668 en 1989, 3 666 en 2005). Le programme «  travail chez le partenaire  » rencontre quant à lui beaucoup de succès97. L’OFAJ ne cesse d’innover pour améliorer la qualité des dispositifs et renforcer la mobilité des apprentis. Par exemple, pour augmenter la participation des jeunes artisans, une campagne d’information a été mise en place pour sensibiliser les apprentis et patrons à l’importance des échanges internationaux. Elle a débouché sur la publication d’un cédérom en 2004. En 2005, l’OFAJ a travaillé dans le cadre d’une coopération gouvernements/industrie, avec un groupe de formation professionnelle et intégration mis en place sous l’égide de Beffa et Cromme (Saint-Gobain et Thyssen/Krupp). Il a également signé une convention de partenariat avec la région Rhônes-Alpes visant à favoriser la formation mutuelle de jeunes cadres territoriaux, ou encore l’organisation d’une réunion bilatérale regroupant les organismes de formation professionnelle aux métiers de l’enfance et de la jeunesse afin de susciter des modules communs de formation dans les cursus diplômant des deux pays. Un projet de «  formation transfrontalière conjointe  » (France, Allemagne, Suisse, Autriche, Belgique) est actuellement en cours de réalisation. Il vise à élaborer un concept commun pour la formation professionnelle initiale et à décider quels contenus de formation pourraient être transmis chez le partenaire. L’OFAJ devrait servir d’interface entre les institutions allemandes et françaises s’occupant de la formation professionnelle et de la mobilité.

Dépenses d’intervention pour les secteurs professionnels et l’enseignement technologique + répartition des participants tous secteurs confondus

Dépenses d’intervention pour les secteurs professionnels et l’enseignement technologique + répartition des participants tous secteurs confondus

Nombre de participants par secteur

socio-prof

prof. Et technique

scolaire

universitaire

1989

9  %

4  %

39  %

3  %

1990

10  %

4  %

38  %

3  %

1991

9  %

4  %

41  %

3  %

1992

8  %

4  %

42  %

4  %

1993

7,32  %

4,14  %

43,94  %

3,49  %

1994

7,8  %

3,7  %

45,2  %

3,5  %

1995

7,9  %

3,6  %

46,7  %

3,2  %

1996

8,2  %

4,2  %

49  %

3,03  %

1997

7,6  %

4,3  %

49,4  %

3,9  %

1998

8,63  %

4,39  %

50,02  %

3,24  %

1999

5,24  %

2000

5,43  %

84  %

4,61  %

  • 98 Rapport de la mission d’information de l’Assemblée nationale et du Bundestag sur l’OFAJ, 23 juin 20 (...)
  • 99 Alexandre Wattin, 10 ans de Sommets franco-allemands 1990-2000, Nice, 2002, p. 201.

56Dés le début, les jeunes professionnels ont constitué une priorité. Avec l’ouverture aux jeunes des pays de la Communauté européenne et les bouleversements socio-économiques, l’OFAJ a très vite pris conscience qu’en tant qu’institution bilatérale, l’Office ne pouvait certes pas s’ingérer dans les compétences des institutions privées et publiques responsables de la formation professionnelle, mais qu’il pouvait œuvrer à renforcer la mobilité et à améliorer la qualité des dispositifs professionnels, afin de mieux répondre à leurs besoins. Les jeunes professionnels ont ainsi trouvé leur place dans la coopération culturelle au même titre que les scolaires et les étudiants. Diverses initiatives des gouvernements allemands et français ont été prises en vue d’une formation professionnelle en alternance s’apparentant au duales System. Quant au système allemand, il tend à se scolariser. Or, bien que l’action de l’OFAJ soit très positive, le nombre de professionnels reste assez faible. Même s’il y a une volonté politique de développer ces échanges au plus haut niveau, les législations de chaque pays représentent un frein à leur développement. L’OFAJ se heurte en effet à de nombreux obstacles liés à la différence de statut du stagiaire, aux assurances, à l’administration, à la reconnaissance des stages à l’étranger, au financement et aux problèmes linguistiques et culturels. Lors d’une réunion d’un groupe de travail en 1999, il en est arrivé à la conclusion qu’un accord sur le statut du stagiaire devait tout d’abord être pris au niveau bilatéral, et qu’il fallait encourager les gouvernements à prendre de telles mesures. Un bureau européen de coordination devait être créé, afin de veiller à une plus grande transparence de possibilités existantes. Enfin, les responsables de stage devaient être mieux formés. Comme on peut le constater, l’européanisation montre donc certaines limites et il appartient aux décideurs politiques de faire avancer les choses. L’OFAJ, véritable laboratoire d’idées, a su pourtant apporter des solutions et mettre en place des outils tels que Practicert, attestant des expériences de mobilité de toutes sortes et pouvant servir d’exemples pour d’autres pays européens. Il a ainsi répondu au souhait de l’Assemblée nationale et du Bundestag rappelant à l’OFAJ que sa mission était notamment «  de préparer les jeunes à la vie professionnelle […] et qu’il [convenait] de trouver des solutions qui [permettraient] de surmonter ces obstacles  »98. Mais ces solutions restent sans effet si elles ne sont pas soutenues par les décideurs politiques. On peut alors se poser la question de savoir si l’OFAJ transmet les bonnes informations aux gouvernements pour qu’ils y remédient, ou si l’application de ces mesures est gênée par le réseau très complexe des instances compétentes en formation professionnelle, et par la structure fédérale allemande. De nombreuses conventions entre l’Allemagne et la France ont pourtant été signées pour promouvoir la mobilité. Lors du sommet de Potsdam en 1999, soucieux d’augmenter le nombre de professionnels participant aux échanges franco-allemands, les deux gouvernements avaient décidé de constituer un groupe de travail pour examiner comment l’OFAJ pouvait encore mieux répondre à leurs besoins, en accroissant les programmes trinationaux et en définissant des programmes prévoyant une meilleure intégration au marché du travail99. Une loi sur la formation professionnelle a même enfin été révisée en Allemagne en 2005, reconnaissant les périodes passées à l’étranger comme partie intégrante de la formation. L’action de l’OFAJ ne reste donc pas sans conséquences sur les gouvernements. Il leur a montré qu’il était en effet possible de développer ces échanges, et même d’y faire participer ceux qui en étaient exclus parce qu’ils ne parlaient pas la langue du partenaire. Alors pourquoi les gouvernements ne lui accordent-ils pas les moyens financiers nécessaires et ont-ils créé de nouvelles structures comme l’institut de formation de Sarrebruck  ? Dans ses rapports d’activité, l’OFAJ déplore en effet le manque de moyens financiers et ne doute pas que le secteur professionnel puisse être considérablement augmenté, si on lui en accorde les moyens. Quant à l’institut de Sarrebruck, il n’avait pas caché à l’époque que cela représentait une concurrence inutile, et que les jeunes ne sauraient plus à qui s’adresser. Il est vrai qu’aujourd’hui la complexité des structures de formation professionnelle du pays voisin, la diffusion insuffisante d’informations sur les atouts que peut apporter un stage à l’étranger sont un frein à ces échanges. L’OFAJ est-il seulement cantonné au rôle de laboratoire d’idées  ? Ou doit-il jouer le rôle d’un institut de formation  ?

Notes

1 Hans Manfred Bock (éd.), Entre Locarno et Vichy. Les relations culturelles franco--allemandes dans les années 30, Vol. 1 et 2, Paris, 1993.

2 Stefan Zauner, Erziehungs- und Kulturmission. Frankreichs Bildungspolitik in Deutschland 1945-1949, Munich, 1993 ; Corine Defrance, La politique culturelle de la France sur la rive gauche du Rhin, 1945-1955, Strasbourg, 1994 ; Jacqueline Plum, Französische Kulturpolitik in Deutschland 1945-1955. Jugendpolitik und internationale Begegnungen als Impulse für Demokratisierung und Verständigung, Wiesbaden, 2007.

3 Hans Manfred Bock, « Private Verständigungs-Initiativen in der Bundesrepublik Deutschland und in Frankreich 1949 bis 1964 als gesellschaftliche Entstehungsgrundlage des DFJW », in : Lendemains, 107/108 (2002), p. 146-176.

4 Roland Kaehlbrandt, « “For ever young” ? L’Office franco-allemand pour la jeunesse », in : Henri Ménudier (éd.), Le couple franco-allemand en Europe, Asnières, 1993, p. 125.

5 OFAJ, Rapport d’activité, 1963-1968, p. 9.

6 Entretien téléphonique avec Horst Wegmann, le 14 septembre 2004. Voir l’article de Caroline Doublier dans cet ouvrage.

7 OFAJ, Rapport d’activité 1968-1973, p. 53.

8 OFAJ, Pressedienst, mars 1965, n° 5, p. 4-5.

9 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 53.

10 Ibid., p. 54

11 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 53

12 Horst Friese, « Der Austausch junger Berufstätiger », in : Deutsche Jugend, 1966, p. 65-70.

13 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, p. 53.

14 Ibid., p. 57.

15 OFAJ, Pressedienst, juillet 1964, n° 2, p. 5

16 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1968, p. 56.

17 « Typologie des programmes », point 2 de l’ordre du jour, procès-verbal de la 40e session du conseil d’administration, les 26 et 27 avril 1976 à Nice, p. 11.

18 Gérard Duval, « Démocratiser les échanges franco-allemands », in : Documents, 1978, numéro spécial, p. 118-124, ici p. 119.

19 Entretien avec Rudolf Herrmann, coordinateur de l’OFAJ, le 8 septembre 2004.

20 « Propositions d’orientation 1979 », procès-verbal de la 44e session du conseil d’administration, les 15 et 16 juin 1978 à Paris, p. 2.

21 OFAJ, Rapport d’orientation 1980, point 5 de l’ordre du jour, procès-verbal de la 46e session du conseil d’administration, les 21 et 22 mai 1979 à Dijon, p. 3.

22 Krystelle Jambon, « La formation professionnelle en France et en Allemagne. Présentation et comparaison », in : Documents et matériels, OFAJ/DFJW, 1998.

23 Des premiers échanges entre établissements eurent lieu à partir de 1968.

24 La France et l’Allemagne expérimentaient depuis trois ans le contrôle continu.

25 Convention entre les gouvernements français et allemand, relative à l’organisation d’échanges de jeunes et d’adultes en formation professionnelle initiale ou continue du 5 février 1980, in : Pierre Jardin, Adolf Kimmel (éds), Les relations franco-allemandes depuis 1963, Paris, 2001, p. 233 sq.

26 L’OFAJ, bulletin de liaison, octobre 1975, p. 17.

27 Frankreich-Jahrbuch 1990, Opladen, 1990, p. 256.

28 Bettina Isengard, « Jugendarbeitslosigkeit in der Europäischen Union und individuelle Risikofaktoren », in : DIW-Wochenbericht, 4 (2001), p. 7-11.

29 Ibid.

30 Répartition des professionnels dans les différentes catégories de programmes en 1980 : 92 % dans les programmes socioprofessionnels, 27 % dans les programmes des associations de jeunes et d’éducation populaire, 32 % dans les programmes sportifs, 14 % dans les programmes de jumelages de villes. Cf. procès-verbal de la 52e session du conseil d’administration, annexe 2 au point 3, Paris les 6 et 7 mai 1982, p. 10.

31 Procès-verbal de la 48e session du conseil d’administration.

32 Ibid.

33 Procès-verbal de la 52e session du conseil d’administration.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 OFAJ, Rapport d’orientation 1981, point 7 du PV de la 48e session du conseil d’administration, Paris les 29 et 30 mai 1980.

38 OFAJ, Rapport d’orientation 1983, point 3 du PV de la 52e Session du rapport du conseil d’administration, Paris les 6 et 7 mai 1982, p. 3

39 Ibid.

40 Ibid.

41 PV de la 52e session du conseil d’administration du 6 et 7 mai 1982 à Paris.

42 «Situation et perspectives dans le domaine des échanges de jeunes professionnels », annexe 2 au point 3, PV de la 52e session du conseil d’administration, Paris les 6 et 7 mai 1982.

43 PV de la 54e session du conseil d’administration.

44 Rapport d’orientation 1984, point 5, PV de la 54e session du conseil d’administration, Montpellier, les 15 et 16 juin 1983, p. 8

45 DFJW/OFAJ, 1968 Kongress – Colloque 1968, p. 43

46 Rapport d’orientation 1980, point 5, PV de la 46e session du conseil d’administration, Dijon les 21 et 22 mai 1979.

47 Rapport du secrétaire général sur les stages professionnels dans l’autre pays, point 4, PV de la 48e session du conseil d’administration, Paris les 29 et 30 mai 1980.

48 Rapport d’orientation 1980, point 5, PV de la 46e session du conseil d’administration, Dijon les 21 et 22 mai 1979.

49 PV de la 54e session du conseil d’administration.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 Les programmes d’échanges d’instituteurs ont été mis en place dés 1968.

53 Rapport du secrétaire général sur les stages professionnels dans l’autre pays, point 4, PV de la 48e session du conseil d’administration, Paris les 29 et 30 mai 1980.

54 Ibid.

55 Rapport du secrétaire général sur les stages professionnels dans l’autre pays, point 4, PV de la 48e session du conseil d’administration, Paris les 29 et 30 mai 1980.

56 Ibid.

57 « Situation et perspectives dans le domaine des échanges de jeunes professionnels », annexe 2 au point 3, PV de la 52e session du conseil d’administration, Paris les 6 et 7 mai 1982 ; Rapport d’orientation 1985, point 3, PV de la 56e session du conseil d’admi-nistration, Lübeck, les 17 et 18 mai 1984.

58 « Situation et perspectives dans le domaine des échanges de jeunes professionnels » (cf. note 57).

59 Rapport d’orientation pour 1984, point 5, PV de la 54e session du conseil d’admi-nistration, Montpellier, les 15 et 16 juin 1983.

60 Ibid.

61 Ibid.

62 Rapport d’orientation 1987, PV de la 60e session du conseil d’administration, Brême, les 26 et 27 mai 1986.

63 Convention entre les gouvernements français et allemand, relative à l’organisation d’échanges de jeunes et d’adultes en formation professionnelle du 5 février 1980, in : Jardin, Kimmel, Les relations franco-allemandes (op. cit., note 25), p. 233-234.

64 Information du conseil d’administration sur la Convention franco-allemande du 5 février 1980 relative à l’organisation d’échanges de jeunes et d’adultes en formation professionnelle, point 5, PV de la 48e session du conseil d’administration, Paris, les 29 et 30 mai 1980, p. 3

65 Ibid.

66 PV de la 52e session du conseil d’administration.

67 Rapport d’activité 1989, p. 49.

68 Déclaration commune, 28 octobre 1986, in : Jardin, Kimmel, Les relations franco-allemandes (op. cit., note 25), p. 279-283.

69 Henri Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, 1988, p. 142.

70 Voir l’article de Dominique Bosquelle dans cet ouvrage.

71 PV de la 58e session du conseil d’administration, Rhöndorf, les 30 et 31 mai 1985, p. 10.

72 Interview du secrétaire général adjoint, La Montagne, 1er juin 1990.

73 Thomas Wobben, « Les programmes européens de mobilité. Bilan et perspectives », in : Échanges et mobilité des jeunes en Europe, actes du colloque de Strasbourg, 12-14 mai 1994, Institut national de la jeunesse et d’éducation populaire.

74 Véronique Barbieux, « Insertion professionnelle et mobilité des jeunes en Europe », in : Documents de travail, OFAJ, 1997, p. 83.

75 Rapport d’orientation, voté lors de la 65e session du conseil d’administration, Tübingen, le 27 juin 1989.

76 Ibid.

77 Rapport d’activité 1989, « Déclaration commune des présidents du conseil d’administration », p. 68.

78 Rapport sur la mise en œuvre de la recommandation du Parlement européen et du Conseil du 10 juillet 2001 relative à la mobilité dans la Communauté des étudiants, des personnes en formation, des volontaires, des enseignants et des formateurs, consulté sur le site internet : http://europa.eu.int/scadplus/leg/fr/cha/c1101.htm, le 16/09/2004.

79 L’OFAJ à 25 ans. Bilan et perspectives. Colloque 7-9 décembre 1988, rapport final, p. 4.

80 Documents de travail, Formation à la pédagogie interculturelle des échanges dans le secteur professionnel et technique, DFJW/OFAJ, p.4.

81 PV de la 79e session du conseil d’administration, le 15 et 16 novembre 1995, Meaux.

82 OFAJ, Rapport d’activité 1994, p. 18.

83 Barbieux, « Insertion professionnelle et mobilité des jeunes en Europe » (op. cit., note 74), p. 83 sq.

84 Interview avec Manfred Lukas, chef du bureau III à l’OFAJ.

85 Déclaration franco-allemande sur la coopération éducative et culturelle du 19 septembre 1997, in : Jardin, Kimmel, Les relations franco-allemandes (op. cit., note 25), p. 456.

86 Le nombre d’emplois est passé de 6,2 millions en 1989 à 3,6 millions en 1993.

87 OFAJ, Rapport d’activité 1991, p. 9.

88 OFAJ, Rapport d’orientation 1991, p. 7.

89 OFAJ, Rapport d’activité 1992, préface.

90 La coopération institutionnelle étant la dernière avec 5,4 %.

91 Interview avec Bernard Viale, coordinateur à l’OFAJ, le 14 septembre 2004.

92 Gilbert Ziebura, « Frankreich am Beginn des 21. Jahrhunderts. Zwischen Europäi-sierung, Globalisierung und nationaler Selbstbehauptung. Eine Problemskizze », in : Id., Frankreich. Geschichte. Gesellschaft. Politik. Ausgewählte Aufsätze, Opladen, 2003, p. 297-324.

93 Déclaration des chefs d’États et de gouvernements sur l’éducation, la formation profes-sionnelle et l’emploi, 30 novembre 1999, in : Jardin, Kimmel, Les relations franco-allemandes (op. cit., note 25), p. 487.

94 OFAJ, Rapport d’orientation 1997, p. 2.

95 Benoît Haudidier, Gérard Gabert, « Rencontres de jeunes sans emploi. Bilan et perspec-tives. Synthèse du travail de bilan et d’évaluation des programmes d’échanges franco-allemands de jeunes sans emploi réalisé dans le cadre d’une série de rencontres et de séminaires de responsables et animateurs de ce type de programmes (1991-1993) », in : Documents de travail, OFAJ, Bad Honnef, Paris, 1994.

96 Programmes de lutte contre le chômage de longue durée, et programmes d’amélioration des chances d’insertion professionnelle pour les jeunes de moins de 25 ans.

97 L’OFAJ s’est adressé aux 118 jeunes des deux pays ayant participé au programme. Ont répondu : 66 personnes (35 F/ 31 D) = 55 %. 42 % des Français et 32 % des Allemands parmi ces 55 % sont restés à l’étranger.

98 Rapport de la mission d’information de l’Assemblée nationale et du Bundestag sur l’OFAJ, 23 juin 2004.

99 Alexandre Wattin, 10 ans de Sommets franco-allemands 1990-2000, Nice, 2002, p. 201.

Table des illustrations

Titre Dépenses d’intervention pour les secteurs professionnels et l’enseignement technologique + répartition des participants tous secteurs confondus
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

Auteur

Née en 1974, diplômée d’études supérieures spécialisées, Université Robert Schuman de Strasbourg, enseigne l’allemand et le français langue étrangère.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540