Version classiqueVersion mobile

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Deuxième partie : Champs d’action et domaines d’intervention de l’OFAJ

Les échanges trilatéraux

L’OFAJ comme médiateur dans le contexte international

Carla Albrecht-Hengerer
Traduction de Jean-Léon Muller

Texte intégral

  • 1 Selon l’article 2 de l’accord : « Dans l’accomplissement de ces tâches, l’Office applique les princ (...)
  • 2 Jacqueline Plum a analysé comme un fait politique la question de l’ouverture de l’OFAJ à des pays t (...)
  • 3 Alfred Grosser cité d’après le procès-verbal de la 8e session du conseil d’administration, les 6 et (...)

1Depuis sa fondation en 1963, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse favorise les activités de jeunesse franco-allemandes. Toutefois, l’accord fondant l’OFAJ, conclu le 5 juillet 1963 par les gouvernements allemand et français, stipule que l’Office inscrit par principe ses activités dans le cadre élargi d’un travail de rapprochement européen et international1. Mais des discussions aussi nombreuses que controversées eurent lieu dès l’élaboration des principes directeurs reposant sur cet accord2. En 1965, Alfred Grosser, alors membre du conseil d’administration, définit en précurseur la fonction que l’OFAJ devait selon lui remplir dans ce domaine  : «  être à l’avant-garde des échanges internationaux de jeunesse  »3.

2Cette étude se propose de montrer à quel point l’Office a satisfait à cette exigence grâce à ses programmes d’échanges trilatéraux. Depuis 1976, l’OFAJ a en effet développé des projets à caractère trilatéral et les a ouverts à de nouveaux participants  : d’abord aux jeunes de la Communauté et de l’Union européenne, puis à ceux d’Europe centrale et orientale et enfin, avec une ampleur accrue, à ceux d’Europe du Sud-Est. Eu égard à l’identité franco-allemande de l’Office, les programmes trilatéraux ont d’abord fait l’objet d’une certaine hostilité, mais, au fil du temps, ils ont été de mieux en mieux considérés. Ils sont devenus un des éléments majeurs de l’engagement de l’OFAJ. Partant de l’expérience de la réconciliation franco-allemande, ils se sont orientés davantage vers le soutien aux acteurs de la société civile des nouvelles démocraties et ont été de plus en plus perçus comme l’expression d’une politique franco-allemande en faveur de l’intégration européenne.

3L’exposé présente d’abord une chronologie de l’ouverture des programmes de l’OFAJ aux participants des pays tiers. La deuxième partie expose le rôle précurseur de ces programmes trilatéraux dans les échanges de jeunesse de la Communauté puis de l’Union européenne et examine aussi les réactions de l’Office à la mise en place d’une politique de jeunesse européenne. Après une synthèse de l’évolution quantitative et qualitative des échanges trilatéraux, on tentera en conclusion d’envisager le développement futur de ces programmes.

L’ouverture des programmes de l’OFAJ à des participants de pays tiers

  • 4 Voir point 2 de l’ordre du jour sur les propositions d’orientation 1977, in : procès-verbal de la 4 (...)
  • 5 À propos de la coopération franco-allemande à l’époque où Valéry Giscard d’Estaing et Helmut Schmid (...)
  • 6 Ibid.
  • 7 Dans leur lettre commune à l’OFAJ, le ministre français de la Qualité de la vie, André Fosset, et s (...)

4La coopération fructueuse en matière européenne entre Valéry Giscard d’Estaing et Helmut Schmidt, depuis leur entrée en fonction en 1974, et l’exigence d’un renouvellement du contenu pour les activités de l’OFAJ, après la crise des années 1970, ont créé un climat favorable à l’ouverture des programmes de l’Office à des participants de pays tiers. À la session du conseil d’administration des 26 et 27 avril 1976, l’OFAJ reçut l’approbation des ministres compétents pour «  la participation de jeunes des pays de la Communauté Européenne à certains programmes franco-allemands  »4. On satisfaisait ainsi avant tout une requête des associations et des politiciens allemands5. Mais trois restrictions accompagnaient cette ouverture. En premier lieu, 5  % au plus des programmes d’une année devaient être accessibles aux jeunes des autres pays de la Communauté européenne6. En deuxième lieu, au sein d’un même programme, la proportion de ressortissants d’un pays tiers ne devait pas dépasser le tiers du total des participants7. Enfin, la participation de ressortissants d’un pays tiers devait être justifiée d’un point de vue thématique. Exception faite de légères modifications, l’OFAJ s’en tient toujours à ces règles, comme le montrera la suite de cet exposé.

  • 8 On pourrait citer ici l’Europäisches Bildungsinstitut, la Fondation Gustav Stresemann, l’Europahaus (...)
  • 9 Point 4 de l’ordre du jour : Rapport du secrétaire général sur les échanges trilatéraux, dans : com (...)

5Les premiers échanges trilatéraux furent d’abord mis en œuvre par les organismes et les institutions engagés en faveur d’objectifs européens ou internationaux8. Au départ, la formation professionnelle et extrascolaire fut le principal thème mis en avant. En 1976, le démarrage de ce nouveau type d’échanges vit la mise en œuvre de 4 programmes avec 36 participants. Dès les années suivantes, les chiffres augmentèrent rapidement. En 1978, on totalisait déjà 59 programmes avec 433 participants et, en 1983, le nombre de programmes s’éleva jusqu’à 90 avec une augmentation de 50  % des effectifs, soit 646 participants de la Communauté européenne. L’OFAJ apporta son soutien à des programmes impliquant des ressortissants de tous les pays de la Communauté européenne. Pendant cette période, aucun pays ne fut particulièrement favorisé. D’année en année, on peut toutefois constater l’apparition de dominantes, mais la proportion des différentes nationalités représentées dans les échanges trilatéraux correspond «  grosso modo à l’importance de la population des différents pays  »9.

  • 10 Ibid.
  • 11 Pour le contexte des réformes des années 1980, cf. l’article de François Beilecke dans ce volume.
  • 12 Point 5 de l’ordre du jour, participation de jeunes originaires d’un pays tiers, in : procès-
    verbal (...)

6Dès l’adoption des règles susmentionnées par le conseil d’administration en avril 1976, les membres du conseil regrettèrent que les programmes trilatéraux fussent limités aux seuls pays de la Communauté10. Dans le sillage de l’élargissement au sud de l’Europe, une réponse fut enfin donnée à cette critique. Exprimée par le président François Mitterrand et le chancelier Helmut Schmidt au sommet franco-allemand des 24 et 25 février 1982, la volonté commune de promouvoir l’unité et l’élargissement de l’Europe grâce à une coopération franco-allemande constructive11 donna une nouvelle importance à l’ouverture des programmes de l’OFAJ à des ressortissants de pays tiers. En 1982, les programmes trilatéraux furent ainsi ouverts aux pays qui s’étaient portés candidats à l’adhésion à la Communauté12. Cette décision permit à l’OFAJ de soutenir des programmes d’échange avec les pays ibériques avant même leur entrée dans la CEE, en 1986. L’Office contribua ainsi à leur intégration dans la Communauté et à leur démocratisation après la chute des régimes autoritaires. Avec ce nouvel objectif, l’OFAJ préparait une voie qui sera discutée plus tard et dont les contours se sont encore précisés dans les années 1990 et au début des années 2000.

  • 13 Il s’agit ici d’un projet impliquant la Hongrie, la Pologne, Israël, le Burkina-Faso, le Mali et le (...)
  • 14 Cette réglementation entra précisément en vigueur par approbation du conseil d’administration : poi (...)

7Les événements de 1989 ne furent certes pas nécessaires pour donner le coup d’envoi de l’élargissement des activités de l’OFAJ au-delà des frontières communautaires. Au cours de sa réunion des 16 et 17 novembre 1987, le conseil d’administration décida de mettre des moyens financiers à disposition pour des rencontres franco-allemandes avec des jeunes d’Europe de l’Est, d’Israël et du Tiers-Monde13. Mais avec le tournant des années 1989-1990, les échanges avec les jeunes d’Europe de l’Est s’imposèrent comme objectifs politiques et passèrent en tête des priorités gouvernementales. Lors de la réunion du conseil d’administration des 18 et 19 décembre 1989, Ursula Lehr, ministre fédérale de la Jeunesse, de la Famille, des Femmes et de la Santé, annonça officiellement que les gouvernements s’étaient entendus pour étendre les règles valables jusqu’à présent pour les pays tiers, dans la limite de 5  % des programmes, à des participants originaires des pays non membres de la CE, y compris des États d’Europe centrale et orientale14.

  • 15 Chiffres cités d’après le point 2 de l’ordre du jour : avis du secrétaire général sur le rapport du (...)
  • 16 Voir à ce sujet, entre autres, les chiffres officiels publiés dans le Rapport d’activité 2001, p. 3 (...)

8Pour ce qui est de ses voisins orientaux, l’OFAJ a, depuis, surtout établi des contacts avec la Pologne, la Russie, la Tchécoslovaquie, puis la République tchèque, la Hongrie et la Roumanie. Le nombre des programmes engagés avec ces pays a rapidement augmenté, si bien qu’en 1993 il a dépassé celui des programmes impliquant des pays membres de l’Union européenne. En 1993, 182 programmes furent menés à bien avec les pays d’Europe centrale et orientale (contre 102 en 1992) et 171 avec des pays de l’Union (contre 213 en 1992)15. Depuis, cet avantage des pays non membres de l’Union est resté relativement stable dans un rapport de 60  % contre 40  %16.

  • 17 Voir l’adaptation des principes directeurs, annexe 6 du point 9 de l’ordre du jour de la 71e sessio (...)
  • 18 Voir à ce sujet les extraits des principes directeurs dans la brochure : Trinationale Begegnungen, (...)
  • 19 L’accord sur l’Office germano-polonais pour la Jeunesse est fondé sur le traité germano-polonais de (...)
  • 20 Les principes directeurs de l’Office germano-polonais pour la Jeunesse furent décidées au cours d’u (...)
  • 21 Voir à ce sujet le Rapport d’activité 1991, p. 13 et le Rapport d’activité 1992, p. 108.
  • 22 Voir la synthèse dans le Rapport d’activité 1995, p. 8-10.
  • 23 Voir Rapport d’activité 2004, p. 73.

9L’évolution des rapports Est-Ouest a provoqué un net regain d’intérêt pour les programmes trilatéraux. La conséquence de cette évolution fut non seulement l’évolution positive des programmes d’échanges en termes quantitatifs mais aussi le renouvellement de leur mise en œuvre. Les échanges trilatéraux qui, à de rares exceptions près, avaient uniquement lieu en France et en Allemagne devaient à présent donner lieu à un cycle de rencontres dans chacun des trois pays concernés17. Il s’agissait de diminuer l’inégalité de traitement du pays tiers qui était de mise jusqu’alors. Cependant – situation qui fait obstacle à ces rencontres – l’OFAJ ne finance les frais d’hébergement en France et en Allemagne que pour les ressortissants de ces deux pays. Si des participants de pays tiers veulent se joindre aux rencontres, l’Office ne finance leur voyage qu’à l’intérieur des frontières françaises ou allemandes. Enfin, si la rencontre a lieu dans le pays tiers, les priorités bilatérales de l’Office sont encore plus évidentes  : les frais d’hébergement sont à la charge du pays d’accueil ou d’organismes locaux. Si aucun organisme ne peut engager de sommes suffisantes, l’OFAJ financera seulement, et à titre exceptionnel, l’hébergement des Allemands et des Français18. Ces difficultés d’organisation ont eu pour effet de favoriser la coordination des échanges avec le pays tiers qui offre les meilleures capacités de financement. Voilà précisément l’explication de la forte implication de l’OFAJ dans les échanges trinationaux avec la Pologne. Car même si l’Office ne souhaite pas avantager un pays, les liens avec la Pologne ont été structurellement favorisés par la création de l’Office germano-polonais pour la Jeunesse, sur le modèle de l’OFAJ, le 17 juin 1991. Ils ont de plus été soutenus pas l’intérêt déclaré des ministres des Affaires étrangères français, allemand et polonais pour le développement des échanges entre les trois pays19. Tout comme l’OFAJ, l’Office germano-polonais pour la Jeunesse intervient de façon subsidiaire en soutenant des organismes privés ou publics organisateurs des rencontres20. La longue expérience de l’OFAJ a d’emblée bénéficié au nouvel Office. Dans la phase initiale, la coopération entre les deux organismes a consisté en discussions de travail et de consultation entre les collaborateurs de l’OFAJ et les membres de l’équipe chargée de mettre en place le nouvel Office. Par la suite, ont eu lieu des échanges sur les procédures de promotion, les questions d’organisation, la gestion du personnel ou la coordination des programmes informatiques21. Cette harmonisation entre les deux Offices a elle aussi grandement allégé les conditions posées aux échanges. Voilà pourquoi, dans les années 1990, la part des échanges avec la Pologne n’a cessé de croître pour représenter en 1995 40  % des programmes engagés avec les pays d’Europe centrale et orientale22. Le caractère exemplaire de cette coopération a été reconnu plus tard, comme en témoigne l’octroi aux deux organismes du prix Carlo Schmid 2004, qui récompense les contributions à la compréhension entre les peuples23.

  • 24 Voir Rapport d’activité 1999, p. 13.
  • 25 Bernard Viale, Initiative des Deutsch-Französischen Jugendwerks (DFJW) in Südosteuropa, 19 mars 200 (...)

10Dans la seconde moitié des années 1990, l’OFAJ a aussi fait preuve d’un engagement renforcé au Maghreb, lequel fut étendu plus tard à l’ensemble du bassin méditerranéen, Turquie comprise. Mais cette coopération a connu des hauts et des bas et a du mal à trouver sa cohérence. Un nouvel axe d’intervention s’est aussi développé à la fin des années 1990, à la suite des conflits dans l’ex-Yougoslavie. Après la mise en œuvre dès 1991 d’un atelier de théâtre et de pantomime au profit des enfants réfugiés du Kosovo dans les camps de Macédoine24, les gouvernements français et allemands ont arrêté cette nouvelle orientation dans une déclaration commune, à l’occasion du 75e sommet franco-allemand du 9 juin 2000 à Mayence. Ce faisant, les deux pays ont souligné la nécessité de poursuivre les mesures pour assurer la paix et la stabilité de cette région et, dans les programmes à long terme, ils ont attribué de façon explicite un rôle moteur à l’OFAJ. Dans ce contexte, il fut demandé à l’Office de renforcer ses activités dans l’Europe du Sud-Est et de mettre à l’avenir l’accent sur cette région pour ses programmes d’échanges trilatéraux25.

  • 26 Ibid., p. 1.
  • 27 Ibid., p. 8.

11Avec cette mission en Europe du Sud-Est, l’OFAJ a renoué avec les programmes engagés au Portugal et en Espagne dans les années 1980, puis en Europe de l’Est au début des années 1990, tous orientés vers le renforcement des acteurs de la société civile à la suite d’un bouleversement politique. Une des difficultés de mise en œuvre des objectifs de l’OFAJ dans cette région tient à l’inexistence de structures locales de soutien financier (elles sont, nous l’avons vu, déterminantes) ou à la nécessité de remettre sur pied et de réformer les structures existantes. Dans cette région en crise, l’OFAJ prend donc soin, pour tous ses projets, de conclure des accords préalables avec les représentants des gouvernements et des organisations internationales26. L’Office a d’abord établi des contacts avec la CSCE, les ambassades, l’UNICEF ainsi que, dans le domaine des organisations, avec des partenaires qui disposaient déjà d’un réseau régional et d’une certaine expérience dans la réalisation de projets interculturels et transnationaux27.

  • 28 Rapport interne : « De nouveaux ponts pour les Balkans ». L’initiative de l’OFAJ dans les pays de l (...)
  • 29 Rapport interne : « De nouveaux ponts pour les Balkans ». L’initiative de l’OFAJ dans les pays de l (...)
  • 30 Ibid., p. 14.

12Cette coopération internationale, à laquelle se rattache aussi celle engagée avec le Parlement européen et l’ONU, dans le cas du Kosovo, est devenue un élément constitutif de l’action balkanique de l’OFAJ. Elle constitue une source de nouvelles idées pour les projets et les initiatives futurs et représente une aide technique appréciable, par exemple pour l’obtention de visas28. Progressivement, l’Office a développé dans les Balkans des axes d’intervention bien précis. Il soutient les programmes en faveur de l’intégration européenne, de la protection des cultures et des identités, de l’aide aux minorités et aux réfugiés, du développement des structures de la société civile29. L’Office s’est par exemple engagé en faveur du développement d’une coopération européenne de radios locales et associatives. Dans les années 2004-2005, un projet de radio germano-franco-bosniaque a ainsi vu le jour et, en 2006, une rencontre trinationale avec de jeunes journalistes de radio serbes a pu avoir lieu. Un cycle de séminaires avec des organisations partenaires du Kosovo en était en 2006 à sa quatrième édition. Il s’agit de promouvoir les actions sociales de jeunesse et d’examiner les possibilités d’un processus de réconciliation à la lumière de l’histoire des relations franco-allemandes30. Outre ces traditionnels projets trilatéraux, l’OFAJ a récemment tenté d’initier la coopération entre les États issus de l’ex-Yougoslavie. L’idée est de voir le processus de réconciliation, bien qu’initié par l’OFAJ, être repris à leur compte par ces États. Mais pour tous les programmes d’échanges soutenus par l’OFAJ, les éléments déterminants sont l’engagement durable des participants et la qualité des séminaires. Cela suppose de la part de l’Office un choix méthodique des participants aux échanges trinationaux, afin d’assurer une coopération à long terme. Nous reviendrons plus tard sur cet aspect, en analysant la question du contenu des échanges soutenus par l’OFAJ.

13Il convient ici de souligner qu’avec cette initiative, l’Office a sans aucun doute dépassé son intention initiale, celle de desserrer le cadre bilatéral des échanges de jeunesse au profit d’une plus grande mobilité des jeunes en Europe. Il n’est plus question ici de renforcer des contacts transnationaux déjà existants mais de contribuer à l’intégration européenne de futurs membres de l’Union. En particulier dans les Balkans, il faut mettre en œuvre des mesures de reconstruction et d’établissement de la paix qui exigent un haut degré de sensibilité psychologique et pédagogique. Avec les échanges trinationaux en Europe du Sud, dans les années 1980, ou en Europe de l’Est, dans les années 1990, il s’agissait d’abord de former et d’impliquer la société civile. Dans les Balkans, les échanges concernent surtout la possibilité d’une réconciliation et le dépassement de conflits très profonds, grâce à un apprentissage interculturel. Avec ces nouveaux champs d’actions, les échanges trilatéraux ont pris plus de valeur. Cette lente évolution s’explique par les changements successifs de contexte politique. L’avenir permettra de mieux voir dans quelle mesure le glissement opéré par les échanges trilatéraux a ouvert une nouvelle voie programmatique et conceptuelle pour l’OFAJ et quelles autres raisons peuvent être invoquées pour justifier cette évolution.

Les rapports de l’OFAJ avec la politique de jeunesse européenne

  • 31 Dès le 15 mai 1972, le Conseil de l’Europe avait adopté une résolution créant un Office européen de (...)
  • 32 Point 3 de l’ordre du jour, Orientations 1987, in : compte rendu de la 60e session du conseil d’adm (...)

14Pour examiner cette question, il convient de prendre en compte un second élément du contexte, celui de l’évolution de l’intégration européenne. Commencé avec la discussion sur l’élargissement des compétences du Parlement européen et l’introduction de l’élection au suffrage universel en 1979, poursuivi avec les réformes pour l’approfondissement de l’Europe après l’Acte unique européen, le débat sur «  l’Europe des citoyens  » a encouragé les institutions bruxelloises à développer à leur tour des programmes de jeunesse31. L’obligation pour la Communauté européenne de constituer un marché unique avant 1993, avec libre circulation des biens, des services et des personnes, renforça aussi l’intérêt pour l’intégration des politiques culturelles et d’éducation dans le cadre des politiques économiques et sociales européennes. La mise en place d’une politique de jeunesse européenne ne pouvait pas rester sans conséquences pour l’OFAJ. D’emblée se posait la question de savoir comment définir le rapport entre les échanges franco-allemands et un système d’échanges européen32.

  • 33 Voir à ce propos la brochure d’information de la Commission européenne : Soziales Europa. Aktivität (...)
  • 34 Depuis 1995, il a été entièrement intégré au programme européen Leonardo.
  • 35 Depuis 1995, il est inclus dans le programme Socrates. Voir aussi : Soziales Europa. Aktivitäten de (...)
  • 36 Voir à ce sujet le lien sur le site de la Commission européenne : http://ec.europa.eu/ youth/index_ (...)

15Trois des grands projets élaborés par la Commission européenne marquèrent un tournant dans la politique éducative de l’Europe. Il s’agissait en premier lieu du programme Comett, décidé en 1986 par le Conseil européen afin de promouvoir la coopération entre les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises33. C’était là le premier programme d’envergure censé soutenir les capacités concurrentielles technologiques de l’Europe dans l’optique du futur grand marché intérieur34. Le deuxième de ces programmes était le projet Erasmus (European Action Schema for the Mobility of University Students). Créé en 1987 par le Conseil des ministres, il alloue toujours des bourses à des étudiants pour les encourager à suivre un cursus dans une université d’un autre pays européen35. Enfin, fut adopté en 1988 le programme «  Jeunes pour l’Europe  ». Avec pour objectif de favoriser les échanges et la mobilité des jeunes de l’Union, celui-ci soutient avant tout les programmes bi- ou multilatéraux dans le domaine des actions de jeunesse et de la formation extrascolaire. Il a été prolongé plusieurs fois. Il vit aujourd’hui sa cinquième prolongation pour la période 2007-2013, sous le nom de «  Jeunesse en action  ». À l’image des échanges trilatéraux de l’OFAJ, la Commission s’efforce depuis la seconde phase de ce programme d’intensifier les échanges entre jeunes de l’espace communautaire de 15 à 25 ans et jeunes de pays non membres de Union. Pour sa cinquième phase, qui s’achève en 2013, le programme dispose d’une enveloppe budgétaire globale de 885 millions d’euros36.

  • 37 Sur ce point du débat, voir entre autres le point 4 de l’ordre du jour : rapport d’orientation 1989 (...)
  • 38 Compte rendu de la 65e session du conseil d’administration le 27 juin 1989 à Tübingen, p. 4-5 ; pou (...)

16Ces programmes reprennent tous trois l’idée des échanges pratiqués par l’OFAJ. Le fait que l’Office ait fait figure de référence est attesté par les nombreuses réunions de consultation où les spécialistes de l’Office ont fait part aux représentants de Bruxelles de leur longue expérience dans le domaine interculturel. Les similitudes entre les objectifs de l’OFAJ et ceux de Bruxelles obligèrent très vite l’Office à définir clairement son rôle et à développer sa spécificité. Car s’il ne voulait pas être supplanté dans sa propre action du seul fait des moyens financiers plus importants engagés par Bruxelles, il devait se démarquer plus nettement des programmes européens, accepter certains retraits et procéder à de nouveaux développements37. Dans les négociations avec les institutions de Bruxelles, on tomba d’accord pour confier à l’Europe le financement des programmes multilatéraux ou des programmes dont la France et l’Allemagne étaient exclus. En revanche, les programmes franco-allemands bi- ou trinationaux resteraient du ressort de l’OFAJ38.

  • 39 Rapport d’activité 1994, p. 39.
  • 40 Ibid.
  • 41 Voir à ce sujet la contribution de Katja Marmetschke dans ce volume.
  • 42 Voir le compte rendu de la 42e session du conseil d’administration les 6 et 7 juin 1977 à Strasbour (...)
  • 43 Cf. Rapport d’activité 1994, p. 39.

17Si cette décision, prise d’un commun accord, préservait les compétences des deux acteurs institutionnels, ils devaient tout de même s’accorder sur les programmes trinationaux. En effet, rien n’empêchait, en principe, de tels programmes de l’OFAJ d’être finalement intégrés au système d’échange européen, comme n’importe quel autre programme multilatéral. En se démarquant de façon éloquente du programme Erasmus, l’Office insista sur les axes de travail de ses programmes trilatéraux. Il rejeta sans ambiguïté le genre d’échanges «  favorisant une mobilité aux effets immédiats mais ne débouchant pas sur un processus de coopération  »39. L’OFAJ se donnait pour mission d’assurer «  la qualité des échanges, du soutien de programmes à finalité professionnelle et interculturelle  »40. Avec ces déclarations, l’Office donnait la priorité au contenu, une orientation mise en avant depuis le mandat de Pierre Gril de 1974 à 197941. En soulignant son apport pionnier dans le domaine de la réconciliation européenne, l’OFAJ renoua avec une autre stratégie dont les fondations avaient déjà été posées à l’époque de Pierre Gril. Par le biais des échanges trinationaux, l’OFAJ souhaitait avant tout toucher les multiplicateurs, en l’occurrence les responsables et les animateurs de programmes franco-allemands  : de jeunes adultes qui jouent ou joueront un rôle dans les structures des deux pays ainsi que de jeunes formateurs ou futur formateurs qui agiront dans le domaine des échanges42. Avec ce type d’approche, l’OFAJ cherchait d’abord à promouvoir des acteurs des institutions éducatives, à construire des réseaux transnationaux et à soutenir l’engagement à long terme des pays partenaires43. La mission multiplicatrice confiée aux participants doit contribuer à installer durablement l’idée d’entente et de réconciliation dans les sociétés concernées et à maintenir les communications transnationales au-delà du programme d’échange.

  • 44 Voir le rapport interne : « De nouveaux ponts dans les Balkans », l’initiative de l’OFAJ dans les p (...)

18Un exemple particulièrement éloquent de cet engagement reposant sur les multiplicateurs nous est donné par l’action de l’OFAJ en Europe du Sud-Est. Des projets de formation continue et avec des représentants d’organisations partenaires d’Allemagne, de France et du sud-est de l’Europe sont ici les éléments constitutifs des activités et garantissent la pérennité de l’engagement. Les programmes de formation répondent à trois objectifs qui concernent différents niveaux. Ces formations constituent d’abord une préparation à la complexité des relations en Europe du Sud-Est et de la relation franco-allemande. En second lieu, elles offrent un cadre pour l’apprentissage ou le perfectionnement des méthodes de travail des projets trilatéraux. Enfin, elles donnent aux organisations partenaires l’occasion d’échanger leurs expériences44. Ces formations continues soutenues par l’OFAJ assurent une étroite collaboration entre les partenaires et sont devenues le moteur et le principal initiateur des projets.

19L’attention que l’OFAJ a accordée dès le début à la qualité des échanges trilatéraux et à l’efficacité des multiplicateurs, et ce sur un mode de plus en plus programmatique, s’est aussi traduite dans la préparation et le suivi des projets. Depuis le lancement d’échanges trilatéraux avec des participants d’Europe centrale et orientale, des réunions ad hoc ont été organisées. Commentaires, exposés des problèmes et propositions pour améliorer le travail sont consignés dans des comptes rendus et intégrés à la préparation des projets futurs. On peut vraiment dire que l’OFAJ a fait une vertu de la nécessité de concourir avec un système d’échange européen financièrement plus puissant. On examinera en conclusion la question de savoir si le bond qualitatif vécu par les programmes trilatéraux, à la faveur de circonstances politiques changeantes et d’une redéfinition de leur contenu, a ou non rejailli sur les autres programmes.

L’évolution quantitative des programmes trilatéraux de l’OFAJ

20Les exigences de qualité attachées aux programmes trilatéraux et l’importance des tâches qui leur sont confiées laisse supposer une augmentation de leur nombre. Jusqu’à présent, l’OFAJ a toutefois tenu à respecter la clause des 5  %, car un trop grand élargissement aurait été en contradiction avec l’identité de l’Office considéré comme un organisme de promotion franco-allemand. L’examen des chiffres permet toutefois de constater la souplesse avec laquelle la clause est appliquée.

  • 45 Voir le tableau dans le point 6 de l’ordre du jour : rapport du commissaire aux comptes sur l’exerc (...)
  • 46 1990 : programmes 4,33 %, participants 1,12 % ; 1991 : programmes 4,18 %, participants 1,23 % ; 199 (...)
  • 47 Avis du secrétaire général sur le rapport du commissaire aux comptes sur l’exercice budgétaire 1993 (...)

21Le nombre des échanges trilatéraux s’est multiplié depuis leur introduction jusqu’à la fin des années 1990. Avec le premier élargissement des activités trilatérales de l’OFAJ à l’Espagne et au Portugal, ces dernières n’atteignirent d’abord que 36  % de la part autorisée (5  % du total des programmes). En 1989, les programmes trilatéraux totalisèrent 4,69  % du total et 1,29  % des participants45. La chute du Mur ne fait d’abord pas augmenter le nombre de ces programmes46. En raison du coût des programmes impliquant des pays d’Europe centrale et orientale (PECO), leur développement se fit au détriment des échanges avec les jeunes issus de le Communauté européenne47.

  • 48 Voir le point 3 de l’ordre du jour : Rapport intermédiaire sur la mise en œuvre des résolutions de (...)
  • 49 Voir le point 2 de l’ordre du jour : Avis du secrétaire général sur le rapport du commissaire aux c (...)
  • 50 Rapport d’activité 1993, p. 8 ; dans les documents de l’OFAJ, on peut relever des chiffres différen (...)
  • 51 Voir le point 2 de l’ordre du jour : Avis du secrétaire général sur le rapport du commissaire aux c (...)

22Les ministères mirent à disposition de nouveaux moyens financiers pour les échanges avec les PECO. À l’occasion d’une réunion entre les attachés culturels des ambassades d’Allemagne et de France en Europe centre-orientale, les ministres des Affaires étrangères français et allemands mirent à la disposition de l’OFAJ une somme de 800 000 F ou 240 000 DM (soit 272 000 euros) pour soutenir les programmes trilatéraux avec les PECO48. Cette contribution renouvelée chaque année apparaît dans les comptes de l’OFAJ sous le nom de fonds spécial. Les programmes financés par ces ressources supplémentaires échappent par ailleurs à la clause limitative des 5  %49. C’est ainsi qu’en 1993, sur 387 programmes trilatéraux, 361 ont été financés par la voie normale. Les 26 autres (dont 6 étaient en fait des réunions de préparation et d’approfondissement) ont bénéficié du fonds spécial. En conséquence, la proportion des programmes trilatéraux en 1993 s’éleva à 5,47  % du total50 alors que la proportion officielle consignée dans les statistiques était seulement de 5,1  %51.

  • 52 Rapport d’activité 1996, p. 67.
  • 53 Depuis le 1er janvier 1998, les statistiques ne prennent plus en compte que les programmes principa (...)

23La limite des 5  % prévue par le règlement ayant toutefois été atteinte, un débat eut lieu sur l’opportunité d’augmenter ce seuil, voire de le supprimer. Mais au fil des discussions la frontière des 5  % apparut comme une frontière symbolique difficilement modifiable. Depuis le milieu des années 1990, l’OFAJ a toutefois adopté une nouvelle modification qui a permis le développement des programmes trilatéraux sans toucher à la limite des 5  %. On partit de la constatation que l’effectif des programmes trilatéraux ne correspondait pas à celui de programmes d’échanges effectivement mis en œuvre. La qualité des programmes trilatéraux nécessitait un important travail de préparation et d’approfondissement qui représentait en tout près de 25  % des programmes trilatéraux recensés52. C’est pourquoi, en décembre 1997, le conseil d’administration décida de ne comptabiliser qu’un seul programme regroupant le projet principal et son exécution pratique53. Cette mesure permit d’assouplir un peu plus la limite des 5  %, pourcentage qui reflète mieux l’ampleur effective des échanges de jeunesse trilatéraux.

  • 54 Ce chiffre relève d’une estimation personnelle. Malheureusement, on ne dispose pas de -toutes les d (...)
  • 55 Rapport d’activité 2005, p. 62.

24De plus, les ministères des Affaires étrangères allemand et français créèrent un nouveau fonds spécial. Depuis 2001, l’OFAJ reçoit en effet une nouvelle enveloppe de 272 000 euros pour ces activités d’échange. En dépit de cette contribution supplémentaire mais relativement limitée, au regard du coût financier important des programmes trilatéraux (lesquels sont toutefois régulièrement menés à bien après force discussions préparatoires et bilans), leur proportion dans le total des programmes de l’OFAJ n’augmente plus. Le pourcentage moyen de ces programmes s’établit à environ 3,5  % du volume total et témoigne d’une stagnation, même si l’on prend en compte les programmes exclus des statistiques54. Quant au nombre des participants, il s’établissait à 7 500 participants en 1991 et est resté stable depuis55.

  • 56 Ibid.
  • 57 Imprimé 15/3326, Deutscher Bundestag : Evaluierung des Deutsch-Französischen Jugend–werkes, 16 juin (...)

25Ce constat pose la question de l’orientation à donner au développement des programmes trilatéraux. Les demandes de suppression de la clause des 5  % sont loin de s’être tues56. En 2004, cette requête a encore été formulée pour résumer une évaluation de l’Office franco-allemand par le Bundestag57. Reste à savoir si dans ce contexte, l’OFAJ devrait disposer de nouveaux moyens financiers. Au regard de la bonne coopération entre l’OFAJ et les institutions internationales en Europe du Sud-Est, la voie internationale semble offrir un modèle plus réaliste pour l’exécution et le co-financement des projets trilatéraux.

  • 58 Ibid.

26Quant au développement du contenu de son travail par l’OFAJ, il semble pour l’heure indépendant des questions quantitatives. Avec ses programmes trilatéraux, l’OFAJ contribue de façon importante aux échanges de la société civile en Europe. En 30 années de programmes trilatéraux, l’OFAJ a su forcer le respect  : «  Le travail de l’OFAJ et de ses partenaires est reconnu comme l’expression exemplaire de l’action franco-allemande en politique étrangère en faveur de la paix et de la stabilité en Europe et dans le monde  »58.

  • 59 Rapport interne : « De nouveaux ponts pour les Balkans ». L’initiative de l’OFAJ dans les pays de l (...)
  • 60 À ce propos, l’OFAJ a élaboré entre autres le concept de l’animateur de rencontres interculturelles (...)

27Dans la charte de l’initiative en Europe du Sud-Est, publiée en 2003, les collaborateurs de l’OFAJ et des organisations partenaires soulignent pour leur part que «  le dépassement de l’antagonisme guerrier, le processus de rapprochement, de dialogue et de coopération entre la France et l’Allemagne, avec ses spécificités historiques et politiques, ne constituent pas un modèle mais représentent un champ d’expériences et d’apprentissage d’une grande richesse  »59. La possibilité de tirer un enseignement du processus de réconciliation franco-allemand nous ramène au point déjà évoqué  : la force de l’OFAJ tient à l’attention portée à la formation de multiplicateurs et à ses actions pour initier des contacts au sein de la société civile. De ce point de vue et grâce à ses programmes trilatéraux, l’Office offrira aussi une contribution marquante par sa qualité. Cela s’applique à l’appui qu’il apporte déjà à la résolution d’autres conflits bilatéraux dans le monde, comme à la question de l’intégration et de la formation de médiateurs, dont l’importance sera déterminante dans le futur60.

  • 61 Voir à ce sujet Hans Manfred Bock, « Gesellschaftliche Neubegründung interkulturellen Austauschs. Z (...)

28Si, au moment de l’introduction des échanges trilatéraux, il s’agissait de faire jouer un rôle moteur au couple franco-allemand dans l’intégration européenne, depuis les changements politiques en Europe centre-orientale et la crise des Balkans, la promotion des processus de démocratisation est passée au premier plan. De ce point de vue, l’OFAJ et ses partenaires ont souvent fait preuve d’un engagement pionnier. C’est surtout à travers ses activités trinationales que l’Office renoue avec la tradition des organisations civiles de réconciliation qui, dans l’immédiat après-guerre, furent les «  précurseurs de l’OFAJ  »61. L’Office y perpétue la conception fondatrice de la réconciliation franco-allemande qui se vit attribuer un rôle central dans une organisation d’entente dirigée alors par Alfred Grosser  : une entente au sein de la société civile cherchant à développer de larges échanges grâce au soutien de multiplicateurs. À ce titre, les échanges trilatéraux se rattachent aux efforts de compréhension alors déployés côté français à l’égard de l’Allemagne. Ces derniers permirent en premier lieu de favoriser la démocratisation des acteurs de la société civile allemande. Un rapport à l’origine inégal entre l’Allemagne et la France, marqué par l’infériorité morale et politique de l’Allemagne au sortir de la guerre, put ainsi évoluer vers des relations bilatérales équilibrées. Le fait que l’Allemagne et la France tentent à présent ensemble de soutenir la société civile de toutes jeunes démocraties ou de régions en crise a donné aux programmes trilatéraux une importance déterminante dans les activités de l’OFAJ.

Notes

1 Selon l’article 2 de l’accord : « Dans l’accomplissement de ces tâches, l’Office applique les principes de coopération et de compréhension qu’il convient de développer parmi les -jeunes tant à l’égard des pays européens que des autres pays du monde libre. » Le texte de l’accord de 1963 et ses versions ultérieures figurent sur le CD-Rom inséré dans le présent volume.

2 Jacqueline Plum a analysé comme un fait politique la question de l’ouverture de l’OFAJ à des pays tiers au moment de la phase préparatoire du traité de l’Élysée, voir Jacqueline Plum, « Jugend und deutsch-französische Verständigung. Die Entstehung des Deutsch-Französischen Vertrages und die Gründung des Deutsch-Französischen Jugendwerks », in : Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, 26/3 (1999), p. 77-107, en particulier p. 102sq.

3 Alfred Grosser cité d’après le procès-verbal de la 8e session du conseil d’administration, les 6 et 7 décembre 1965 à Rhöndorf, p. 1.

4 Voir point 2 de l’ordre du jour sur les propositions d’orientation 1977, in : procès-verbal de la 40e session du conseil d’administration, les 26 et 27 avril 1976 à Nice.

5 À propos de la coopération franco-allemande à l’époque où Valéry Giscard d’Estaing et Helmut Schmidt étaient en fonction, voir Gilbert Ziebura, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1945. Mythen und Realitäten, 2e édition, Stuttgart, 1997, p. 260 sq. ; à propos de la crise et de la réforme de l’OFAJ dans les années 1970, voir la contribution de Katja Marmetschke dans ce volume. Pour la promotion des participants d’un pays tiers par les associations allemandes après l’ouverture de l’OFAJ, voir point 3 de l’ordre du jour : Orientation 1987, in : procès-verbal de la 61e session du conseil d’administration, le 4 décembre 1986 à Paris, p. 15.

6 Ibid.

7 Dans leur lettre commune à l’OFAJ, le ministre français de la Qualité de la vie, André Fosset, et son homologue allemand la ministre fédérale de la Jeunesse, de la Famille et de la Santé, Katharina Focke, indiquèrent par ailleurs que « les programmes de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse ne pouvaient être mis en œuvre qu’en France ou en République fédérale ». Cette obligation fut levée en 1982. Citation d’après ibid. Pour la suppression de cette règle, voir le point 5 de l’ordre du jour, in : procès-verbal de la 51e session du conseil d’administration, les 6 et 7 mai 1982 à Paris.

8 On pourrait citer ici l’Europäisches Bildungsinstitut, la Fondation Gustav Stresemann, l’Europahaus Marienberg, l’Internationaler Arbeitskreis Sonnenberg, les Internationale --
Jugend-gemeinschaftsdienste, Peuple et Culture, les Jumelages européens des PTT, le Centre international d’échanges, le Centre international de formation européenne. Voir la synthèse de l’exercice budgétaire 1981, avec les programmes impliquant des participants de pays tiers, annexe au point 3 de l’ordre du jour : procès-verbal de la 52e session du conseil d’administration, les 6 et 7 mai 1982 à Paris.

9 Point 4 de l’ordre du jour : Rapport du secrétaire général sur les échanges trilatéraux, dans : compte rendu de la 46e session du conseil d’administration les 21 et 22 mai 1979 à Dijon, p. 3.

10 Ibid.

11 Pour le contexte des réformes des années 1980, cf. l’article de François Beilecke dans ce volume.

12 Point 5 de l’ordre du jour, participation de jeunes originaires d’un pays tiers, in : procès-
verbal de la 52e session du conseil d’administration, les 6 et 7 mai 1982 à Paris, p. 6.

13 Il s’agit ici d’un projet impliquant la Hongrie, la Pologne, Israël, le Burkina-Faso, le Mali et le Cameroun. Synthèse interne : Session du groupe de travail du conseil d’administration du 17 janvier 1988 à Bad Honnef, dossier 1986-1988 conseil d’administration « Allgemeines », AG conseil d’administration.

14 Cette réglementation entra précisément en vigueur par approbation du conseil d’administration : point 4 de l’ordre du jour : Nouvelle réglementation des programmes avec la participation de pays tiers, in : procès-verbal de la 67e session du conseil d’administration, les 18 et 19 juin 1990 à Bad Honnef, p. 14.

15 Chiffres cités d’après le point 2 de l’ordre du jour : avis du secrétaire général sur le rapport du commissaire aux comptes, in : procès-verbal de la 76e session du conseil d’administration, le 9 décembre 1994 à Saint-Jean-de-Luz, p. 3-4 ; 23-24.

16 Voir à ce sujet, entre autres, les chiffres officiels publiés dans le Rapport d’activité 2001, p. 37-38.

17 Voir l’adaptation des principes directeurs, annexe 6 du point 9 de l’ordre du jour de la 71e session du conseil d’administration, le 21 mai 1992 à Wiesbaden, p. 13.

18 Voir à ce sujet les extraits des principes directeurs dans la brochure : Trinationale Begegnungen, édité par l’OFAJ, Paris, Berlin, 2002, p. 32-33.

19 L’accord sur l’Office germano-polonais pour la Jeunesse est fondé sur le traité germano-polonais de bon voisinage signé le même jour ainsi que sur l’accord du 10 novembre 1989 sur les échanges mutuels de jeunesse. Quant aux effets du triangle de Weimar sur l’engagement de l’OFAJ, voir Rudolf Herrmann, « Une cheville ouvrière de l’Europe. L’arc de Weimar », in : Allemagne d’aujourd’hui, 158 (2001), p. 107-114, et Janine Tavangarian, Die trilateralen Programme des Deutsch-Französischen Jugendwerks im Rahmen des »Weimarer Dreiecks«, mémoire de maîtrise, université d’Iéna, 2000.

20 Les principes directeurs de l’Office germano-polonais pour la Jeunesse furent décidées au cours d’une session du conseil de l’Office sous la présidence des ministres Angela Merkel et Jan-Maria Rokita lors de sa séance inaugurale les 4 et 5 décembre 1992. Voir à ce sujet l’accord entre la République fédérale d’Allemagne et la République de Pologne sur l’Office germano-polonais pour la Jeunesse et l’orientation de ses actions de promotion. L’Office germano-polonais pour la Jeunesse soutient essentiellement les échanges de jeunesse extra-scolaires. Il est moins engagé dans les échanges entre jeunes apprentis et, à l’inverse de l’OFAJ, pas du tout dans les échanges scientifiques.

21 Voir à ce sujet le Rapport d’activité 1991, p. 13 et le Rapport d’activité 1992, p. 108.

22 Voir la synthèse dans le Rapport d’activité 1995, p. 8-10.

23 Voir Rapport d’activité 2004, p. 73.

24 Voir Rapport d’activité 1999, p. 13.

25 Bernard Viale, Initiative des Deutsch-Französischen Jugendwerks (DFJW) in Südosteuropa, 19 mars 2001, dossier 2000-2001 PESE/SOE.

26 Ibid., p. 1.

27 Ibid., p. 8.

28 Rapport interne : « De nouveaux ponts pour les Balkans ». L’initiative de l’OFAJ dans les pays de l’Europe du Sud-Est. Rapport 2005, p. 13.

29 Rapport interne : « De nouveaux ponts pour les Balkans ». L’initiative de l’OFAJ dans les pays de l’Europe du Sud-Est. Rapport 2006, p. 4-5, consultable au www.ofaj.org/balkans/index.html

30 Ibid., p. 14.

31 Dès le 15 mai 1972, le Conseil de l’Europe avait adopté une résolution créant un Office européen de la Jeunesse ; Bulletin des Presse- und Informationsamtes der Bundes-regierung, 16 mai 1972, n° 70.

32 Point 3 de l’ordre du jour, Orientations 1987, in : compte rendu de la 60e session du conseil d’administration, les 26 et 27 mai 1986 à Brême, p. 2.

33 Voir à ce propos la brochure d’information de la Commission européenne : Soziales Europa. Aktivitäten der Kommission der Europäischen Gemeinschaften im Bildungs- und Berufsbildungsbereich in den Jahren 1985 und 1986. Ein Beitrag zur Ständigen Konferenz der Europäischen Minister für das Bildungswesen vom 5. bis 7. Mai 1987 in Helsinki, Beiheft 3/87, herausgegeben vom Amt für amtliche Veröffentlichungen der Europäischen Gemeinschaften, Luxembourg, 1987.

34 Depuis 1995, il a été entièrement intégré au programme européen Leonardo.

35 Depuis 1995, il est inclus dans le programme Socrates. Voir aussi : Soziales Europa. Aktivitäten der Kommission der Europäischen Gemeinschaften in den Bereichen Bildung, Ausbildung und Jugendpolitik in den Jahren 1987 und 1988. Ein Beitrag zur Ständigen Konferenz der europäischen Minister für das Bildungswesen im Oktober 1989 in Istanbul, erarbeitet von der Task Force Humanressourcen, allgemeine und berufliche Bildung, Jugend, Beiheft 8/89, herausgegeben vom Amt für amtliche Veröffentlichungen der Europäischen Gemeinschaften, Luxembourg 1990.

36 Voir à ce sujet le lien sur le site de la Commission européenne : http://ec.europa.eu/ youth/index_en.html, dernière consultation le 26 mai 2007.

37 Sur ce point du débat, voir entre autres le point 4 de l’ordre du jour : rapport d’orientation 1989, in : compte rendu de la 64e session du conseil d’administration, le 6 décembre 1988 à Paris, p. 12.

38 Compte rendu de la 65e session du conseil d’administration le 27 juin 1989 à Tübingen, p. 4-5 ; pour d’autres accords, voir aussi le point 5 de l’ordre du jour : rapport d’orientation 1991, in : compte rendu de la 67e session du conseil d’administration, les 18 et 19 juin 1990 à Bad Honnef, p. 14-15.

39 Rapport d’activité 1994, p. 39.

40 Ibid.

41 Voir à ce sujet la contribution de Katja Marmetschke dans ce volume.

42 Voir le compte rendu de la 42e session du conseil d’administration les 6 et 7 juin 1977 à Strasbourg, p. 14-16. Pour l’évaluation de la promotion des multiplicateurs au sein de l’OFAJ pendant le mandat de Pierre Gril, voir la contribution de Katja Marmetschke dans ce volume.

43 Cf. Rapport d’activité 1994, p. 39.

44 Voir le rapport interne : « De nouveaux ponts dans les Balkans », l’initiative de l’OFAJ dans les pays de l’Europe du Sud-Est, Rapport 2005, p. 11.

45 Voir le tableau dans le point 6 de l’ordre du jour : rapport du commissaire aux comptes sur l’exercice budgétaire 1992, in : compte rendu de la 74e session du conseil d’administration, le 5 novembre 1993 à Paris, p. 11.

46 1990 : programmes 4,33 %, participants 1,12 % ; 1991 : programmes 4,18 %, participants 1,23 % ; 1992 : programmes 4,75 %, participants 1,57 %, voir Ibid.

47 Avis du secrétaire général sur le rapport du commissaire aux comptes sur l’exercice budgétaire 1993, annexe au point 2 de l’ordre du jour de la 76e session du conseil d’administration, le 9 décembre 1994 à Saint-Jean-de-Luz, p. 3.

48 Voir le point 3 de l’ordre du jour : Rapport intermédiaire sur la mise en œuvre des résolutions de la 72e session du conseil d’administration, in : compte rendu de la 73e session du conseil d’administration, le 3 juin 1993 à Rügen, p. 7 ; voir aussi le compte rendu résumé de la réunion des conseillers culturels des français et allemand en poste dans les 13 pays de l’Europe centrale et orientale dans les locaux de l’Office le 14 octobre 1992, annexe 1 au point 2 de l’ordre du jour : rapport intermédiaire sur la mise en œuvre des résolutions de la 71e session du conseil d’administration, in : compte rendu de la 72e session du conseil d’administration, les 14 et 15 décembre 1992 à l’académie de Créteil.

49 Voir le point 2 de l’ordre du jour : Avis du secrétaire général sur le rapport du commissaire aux comptes sur l’exercice budgétaire 1993, annexe au compte rendu de la 76e session du conseil d’administration, le 9 décembre 1994 à Saint-Jean-de-Luz, p. 3.

50 Rapport d’activité 1993, p. 8 ; dans les documents de l’OFAJ, on peut relever des chiffres différents pour l’année 1993. La proportion de 5,47 % est empruntée au point 2 de l’ordre du jour : Avis du secrétaire général sur le rapport du commissaire aux comptes sur l’exercice budgétaire 1993, annexe au compte rendu de la 76e session du conseil d’administration, le 9 décembre 1994 à Saint-Jean-de-Luz, p. 24.

51 Voir le point 2 de l’ordre du jour : Avis du secrétaire général sur le rapport du commissaire aux comptes sur l’exercice budgétaire 1993, in : compte rendu de la 76e session du conseil d’administration, le 9 décembre 1994 à Saint-Jean-de-Luz, p. 3.

52 Rapport d’activité 1996, p. 67.

53 Depuis le 1er janvier 1998, les statistiques ne prennent plus en compte que les programmes principaux, Rapport d’activité 1999, p. 25.

54 Ce chiffre relève d’une estimation personnelle. Malheureusement, on ne dispose pas de -toutes les données chiffrées nécessaires pour une évaluation exacte. Le dossier de presse publié à l’occasion des quarante ans de l’OFAJ indique le nombre de participants issus de pays tiers mais pas le nombre de programmes.

55 Rapport d’activité 2005, p. 62.

56 Ibid.

57 Imprimé 15/3326, Deutscher Bundestag : Evaluierung des Deutsch-Französischen Jugend–werkes, 16 juin 2004.

58 Ibid.

59 Rapport interne : « De nouveaux ponts pour les Balkans ». L’initiative de l’OFAJ dans les pays de l’Europe du Sud-Est, Paris, Berlin, 2005, p. 126, consultable à l’adresse www.dfjw.org/balkans/index.html.

60 À ce propos, l’OFAJ a élaboré entre autres le concept de l’animateur de rencontres interculturelles : cf. Deutsch-Französisches Jugendwerk/Stiftung Genshagen : Tagungs-dokumentation zur Auftaktveranstaltung im Schloss Genshagen 14 et 17 septembre 2006 : Integration und Chancengleichheit fördern. Ein deutsch-französisches Netzwerk zum Austausch von beispielhaften Initiativen auf regionaler und lokaler Ebene, décembre 2006.

61 Voir à ce sujet Hans Manfred Bock, « Gesellschaftliche Neubegründung interkulturellen Austauschs. Zur Vorgeschichte und Struktur des DFJW 1949-1963. Einleitung », in : Lendemains 107/108 (2002), p. 139-145; et ma propre contribution : Carla Albrecht, « Das Comité Français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle als Wegbereiter des Deutsch-Französischen Jugendwerks », in : Lendemains 107/108 (2002), p. 177-189.

Auteur

Née en 1974, diplômée (Magister) en sciences politiques, Université de Kassel.

Jean-Léon Muller (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search