Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Deuxième partie : Champs d’action et domaines d’intervention de l’OFAJ

L’Office franco-allemand pour la Jeunesse et la coopération interrégionale de l’État libre de Thuringe

Christine Gesa Lichte
Übersetzt von Chantal Philippe

Volltext

1L’État libre de Thuringe a été un pionnier des échanges entre la France et la partie orientale de l’Allemagne  : l’accord de partenariat signé en 1994 entre la Thuringe et la Picardie fut la première convention de coopération entre un nouveau Land allemand et une région française. Depuis qu’elle a établi des contacts avec la Franche-Comté en 2002, la Thuringe est le seul Land de l’ex-Allemagne de l’Est à collaborer activement et dans des domaines très divers avec deux régions.

  • 1 Cet article est étayé par une importante documentation comprenant des textes et des entretiens mené (...)

2Nous nous proposons d’examiner ces partenariats en tenant particulièrement compte du rôle qu’y a joué l’OFAJ1. Notre étude porte sur les jumelages scolaires, les échanges de jeunes et les mesures prises pour favoriser les rencontres sportives. C’est précisément pour ces activités que l’intervention de l’OFAJ se révèle importante, car ses programmes ont offert de multiples possibilités de mise en place et de soutien des relations entre la Thuringe et la France.

La coopération interrégionale dans le contexte européen

  • 2 Cf. Beate Preuschoff, Die Stellung der Kommunen im politischen System Frankreichs der V. Republik, (...)
  • 3 Cf. Günther Ammon, Das Europa der Regionen, Munich, 1994, p. 61.

3Les partenariats interrégionaux prennent une importance croissante en Europe. De plus en plus de régions saisissent la possibilité de définir leurs propres objectifs et de développer de nouveaux moyens afin de les réaliser en collaboration avec d’autres régions européennes. En France, ce processus se déroule dans le contexte d’une aversion de longue date pour les structures fédéralistes. Dès la fin du xixe siècle, on a tenté quelques mesures de décentralisation, mais elles n’ont pas été développées parce que la législation et l’administration étaient ancrées dans la conception de l’État héritée de la Révolution de 1789, et toute forme d’autonomie suscitait la méfiance2. Depuis les années 1950, dans le contexte de la planification économique, la politique régionale multiplie les efforts pour atténuer le déséquilibre entre la capitale et le reste du pays3.

  • 4 Cf. Dieter Eissel, Alexander Grasse, Björn Paeschke, Ralf Sänger, Interregionale Zusammenarbeit in (...)

4Le fonctionnement des régions en tant que collectivités territoriales est cependant un fait nouveau de la fin du xxe siècle. Elles ont été le moteur de la décentralisation des dernières décennies. Depuis 1982, plus de 70 lois et 500 décrets concernant divers aspects de la décentralisation ont été promulgués en France4. Les régions sont ancrées dans la constitution depuis 2003. Le fait que divers niveaux administratifs font parfois double emploi laisse toutefois subsister un problème non négligeable  : la France diffère de la plupart des autres États européens par le manque de clarté des attributions et une forte opacité institutionnelle liée à ses quatre niveaux administratifs.

5Tandis que les Länder sont aujourd’hui considérés comme des acteurs établis de la coopération interrégionale, les régions françaises, encore jeunes, revendiquent un rôle politique dépassant celui que leur assigne la constitution. En prenant l’initiative de ces partenariats, elles empiètent sur le monopole du gouvernement dans les relations avec l’étranger et contribuent ainsi à l’européanisation des collectivités territoriales françaises.

  • 5 Initiative communautaire du Fonds européen de développement régional (FEDER) en faveur de la coopér (...)
  • 6 Cf. Thomas Fischer, « Die Europapolitik der deutschen Länder », in : Id., Siegfried Frech (éds), Ba (...)

6Les contacts interrégionaux avec l’étranger ouvrent la voie à l’européanisation des régions. Depuis le milieu des années 1990, des incitations financières d’INTERREG5 ont permis de multiplier les rapprochements de régions même éloignées les unes des autres. L’attribution des subventions prend en compte la volonté de décentralisation et de promotion des unités infranationales. La coopération régionale vise entre autres à renforcer les possibilités d’action des régions dans leurs contextes nationaux respectifs, à exploiter des effets de synergie dans les domaines politique, économique et culturel, et à faciliter l’accès aux subventions européennes. En outre, de nombreuses régions espèrent avoir davantage la parole au niveau européen, contribuer à faire avancer l’idée européenne, ou à améliorer le processus d’intégration au plan régional6.

  • 7 Communiqué final de la première rencontre entre les Länder allemands et les régions françaises sur (...)
  • 8 Cf. « Paris und Berlin für Freundschaft auf breiter Basis », Süddeutsche Zeitung, 28 octobre 2003.

7La coopération décentralisée a constitué le principal objet de la première rencontre entre les dirigeants des Länder allemands et des régions françaises, organisée en octobre 2003 à Poitiers par le Premier ministre de l’époque, Jean-Pierre Raffarin. Les Länder et les régions se sont prononcés «  pour un rapprochement plus étroit entre la France et l’Allemagne, et les peuples d’Europe  »7. Les résolutions sont axées sur des aspects traditionnels de la coopération comme la promotion des échanges et de la langue du partenaire, et le renforcement de la compétitivité en Europe. Le Premier ministre a souligné la fonction médiatrice des Länder et des régions dans la recherche de conceptions communes8.

  • 9 Cf. entretiens de l’auteur avec Christine Lieberknecht (présidente du groupe CDU au parlement de Th (...)

8Les relations interrégionales de la Thuringe offrent un bon exemple de la concrétisation d’idées de politique européenne. Après la réunification de l’Allemagne, ce nouveau Land a voulu figurer non seulement comme interlocuteur, mais aussi comme acteur de l’Union européenne, et il s’est efforcé dès le début des années 1990 de fonctionner comme un lien entre les diverses parties de l’Europe. En signant des partenariats avec des régions d’Europe occidentale, le gouvernement du Land visait une intégration rapide à l’Union européenne9. Dans cet esprit, il a porté une attention particulière à la France.

9Actuellement, les relations politiques de Thuringe et de Picardie consistent surtout en délégations et rencontres formelles entre représentants du gouvernement du Land et du Conseil régional d’Amiens. Les contacts de la Thuringe avec son autre partenaire, la Franche-Comté, se sont régulièrement développés ces dernières années. Quant au partenariat avec la Picardie, bien que cette coopération soit récente, de nombreuses activités communes ont été menées par des institutions culturelles, associations, établissements scolaires et municipalités. La coopération socioculturelle s’est ainsi révélée être un des piliers du partenariat politique, même si après l’élan des débuts, on observe depuis la fin des années 1990 un certain fléchissement dans l’intensité des contacts, en particulier dans les échanges scolaires. La coopération entre la Thuringe et la Franche-Comté, qui s’opère dans le domaine technologique, reste nettement moins étendue. La raison principale réside dans l’orientation différente des conventions de partenariat.

Les motivations politiques des conventions de coopération entre l’État libre de Thuringe et la France

  • 10 Chancellerie de Thuringe, Zwischenbilanz der Thüringer Europapolitik. Thüringen – eine bürgernahe R (...)

La politique européenne du gouvernement de l’État libre de Thuringe repose sur la ferme conviction que seule une étroite coopération au niveau européen permettra de relever les défis du xxie siècle10.

10En 1991, des représentants du gouvernement de Thuringe ont pris contact avec l’ambassade de France à Bonn et le consulat général à Leipzig pour étudier la possibilité d’un partenariat avec une région française. On avait d’abord envisagé la Bourgogne, mais celle-ci était déjà engagée dans une coopération fructueuse avec le Land de Rhénanie-Palatinat, et la Thuringe s’est finalement tournée vers la Picardie. Cette région, en relation avec le comté d’Essex depuis 1990, n’avait pas encore de partenaire en Allemagne, aussi s’est-elle montrée intéressée par une coopération avec un Land de l’Est  :

  • 11 Claude du Granrut (Conseil régional de Picardie), entretien du 12 novembre 2005 à Senlis.

Nous pensions que c’était une bonne chose de conclure un accord de coopération avec des régions d’Allemagne de l’Est. D’autant plus que nous ne sommes pas très riches, mais nous cherchions à coopérer avec une région d’importance démographique comparable, et donc très peu de temps après la chute du Mur nous avions pensé à la Thuringe11.

  • 12 Cf. entretien avec Claudia Saager-Wenzel (Chancellerie de Thuringe) le 28 juin 2005 à Erfurt.

11L’un des objectifs stratégiques de la Thuringe était d’accélérer son intégration à l’Union européenne. En nouant des relations avec une région d’Europe occidentale, elle comptait accéder plus rapidement aux institutions européennes et faciliter la prise de contacts économiques et politiques avec l’Europe. En choisissant une région française, le gouvernement de Thuringe a tenu compte d’une part de l’importance de la France en tant que partenaire économique et politique, d’autre part du souhait de la population qui avait élu la France comme un de ses lieux de vacances favoris depuis la chute du Mur12. La perspective d’une coopération trilatérale était également intéressante  : on espérait associer rapidement le comté d’Essex à la coopération franco-thuringienne, afin de rendre le processus d’intégration à l’Europe plus concret pour la population.

12Pour sa part, au début des années 1990, la Picardie cherchait à établir des relations culturelles, économiques, politiques et sociales avec une région de l’est de l’Allemagne afin d’avoir accès aux pays d’Europe centre-orientale, futurs membres de l’Union européenne. Outre l’expérience d’échanges en général, les représentants du Conseil régional espéraient surtout obtenir plus facilement des subventions européennes pour la réalisation d’activités interrégionales.

13Le 23 mars 1994 Bernhard Vogel, ministre-président de Thuringe, et Charles Baur, président du Conseil régional de Picardie, ont signé une déclaration commune concernant la coopération des instances dirigeantes de leurs régions. Cette déclaration insiste sur le désir

  • 13 Ministère thuringien des Affaires fédérales et européennes. Service d’information auprès de l’Union (...)

d’établir des relations de partenariat entre l’État libre de Thuringe et la région de Picardie, de renforcer l’amitié franco-allemande et la coopération européenne, et de contribuer à une meilleure compréhension internationale13.

  • 14 Cf. Chancellerie de Thuringe, Conseil régional de Picardie, Déclaration commune, Convention de coop (...)

14Convaincus que la coopération régionale est favorable aux deux parties, les signataires envisagent une coopération dans les domaines de l’économie, de l’agriculture, du tourisme et de la protection de l’environnement, de la formation initiale et continue, ainsi que l’échange de compétences dans le cadre d’une coopération économique et technique. En outre, ils souhaitent intensifier les échanges dans les domaines de la recherche, de l’art et de la culture, de l’enseignement secondaire et universitaire, et du sport. Il est également prévu d’instaurer des contacts entre les autorités administratives de Thuringe et de Picardie, de renforcer les échanges bilatéraux, ainsi que d’encourager les partenariats de communes, de villes et de cantons, d’associations, d’écoles et d’universités14.

  • 15 En février 2003 et mars 2007 la chancellerie de Thuringe et le Conseil régional de Picardie ont sig (...)

15Afin d’assurer un champ d’action le plus large possible, la déclaration conserve un caractère relativement ouvert, même si certains projets sont déjà près de faire l’objet d’un accord signé. Dans le domaine universitaire, on prévoit par exemple la mobilité des étudiants et l’échange d’enseignants. En ce qui concerne l’enseignement secondaire, on se propose d’encourager les échanges d’élèves et les jumelages d’établissements, l’enseignement de la langue du partenaire, l’échange de documentation pédagogique et d’expériences d’enseignants. La formation professionnelle verra l’organisation de stages pratiques en entreprise et le développement de formations communes, tandis que dans le domaine de la jeunesse et des sports on encouragera les échanges de clubs et d’associations, le développement de programmes d’information destinés aux jeunes sur l’Europe et les programmes européens, ainsi qu’une collaboration étroite avec l’OFAJ15.

  • 16 Entre 1994 et l’été 2005, dix étudiants de l’université technique d’Ilmenau, une étudiante de l’uni (...)

16Contrairement aux relations entre la Thuringe et la Picardie, la coopération avec la Franche-Comté s’est développée en dehors de considérations politiques. Les premiers projets ont été initiés dès 1993 par des instituts de recherche de Besançon et d’Ilmenau16. Dans un premier temps, les activités communes se sont limitées à des échanges scientifiques ou technologiques, et ont évolué parallèlement à l’instauration active de relations culturelles et sociales entre la Thuringe et son partenaire politique officiel, la région Picardie. À partir de la fin des années 1990, les relations économiques avec la Franche-Comté ont été renforcées par des contacts réguliers d’entrepreneurs dans le cadre de Micronora, salon international des microtechniques qui a lieu tous les deux ans à Besançon.

17C’est seulement dix ans après leurs premiers contacts que la Thuringe et la Franche-Comté ont publié une déclaration commune. Le document signé le 15 mai 2002 à Erfurt par le ministre-président Bernhard Vogel et Jean Rosselot, vice-président du Conseil régional, est axé sur des échanges technologiques et une coopération scientifique, plus particulièrement dans le domaine de la microtechnique où les deux régions possèdent des compétences comparables. À partir de 2003 des contacts s’établissent au-delà du domaine technologique, notamment dans celui de la création d’entreprises que la chancellerie de Thuringe et le Conseil régional souhaitent développer à l’aide de subventions européennes.

  • 17 Chancellerie de Thuringe, Conseil régional de Franche-Comté, Déclaration commune, Convention de coo (...)

18La déclaration de 2002 ne prévoit pas de coopération socioculturelle17. C’est pourtant précisément ce domaine qui offre le plus de possibilités d’échanges. Depuis le début des années 1990, la Thuringe a réalisé avec la Picardie divers programmes concernant des établissements d’enseignement, des organismes pour la jeunesse et des associations sportives, sur lesquels nous reviendrons en détail dans le chapitre «  Le soutien de l’OFAJ aux jumelages scolaires  ».

Le rôle de l’OFAJ dans les relations franco-thuringiennes

19Le soutien spécifique de la coopération entre régions et Länder ne figure pas parmi les attributions de l’OFAJ définies en 1963 par le traité de l’Élysée. Cela n’aurait d’ailleurs pas été possible puisque les collectivités régionales françaises n’ont commencé à jouer un rôle notable qu’au début des années 1980. Même si jusqu’à présent le soutien ou les moyens accordés par l’OFAJ ne répondaient pas à des critères interrégionaux ou géographiques, sa précieuse contribution a permis depuis 1990 au Land oriental qu’est la Thuringe d’améliorer les connaissances linguistiques des jeunes et ainsi d’augmenter leurs chances sur le marché du travail.

Travail d’organisation après la réunification

  • 18 Cf. dans le présent ouvrage l’article de Ulrich Pfeil sur l’intégration des nouveaux Länder dans le (...)
  • 19 OFAJ, Rapport d’activités 1990, Bad Honnef, Paris, 1991, p. 7.

20L’OFAJ n’est pas intervenu directement dans la mise en place et le développement de la coopération entre l’État libre de Thuringe et ses partenaires français, la Picardie et la Franche-Comté. Ces rapprochements ont toutefois été préparés par les actions qu’il a menées après la réunification dans les nouveaux Länder de l’Est, où la tâche ne lui a d’ailleurs pas été facile18. Il a dû redoubler d’efforts pour faire face non seulement à des difficultés d’organisation, mais aussi au manque d’informations, ainsi qu’à une connaissance insuffisante de la France et de la langue française. L’OFAJ a d’abord cherché à «  créer un climat d’écoute, de compréhension et de dialogue  »19. Il fallait recréer entièrement les échanges de jeunes après des décennies d’isolement.

  • 20 Cf. « Das Deutsch-Französische Jugendwerk wird auch in den neuen Bundesländern wirksam », Harz Kuri (...)
  • 21 Détails dans l’article d’André Koch dans le présent ouvrage.

21C’est pourquoi l’Office a effectué au début de 1991 une tournée d’information dans les nouveaux Länder et à Berlin-Est. En Thuringe, des représentants des services de l’éducation et de la jeunesse, d’instituts de formation professionnelle, d’universités et d’organismes pour la jeunesse ont été invités à discuter avec des spécialistes des relations franco-allemandes de l’évolution politique historique et actuelle dans les deux pays20. L’OFAJ a également organisé, avec la collaboration de la Deutsche Sportjugend (Jeunesse sportive d’Allemagne) et du Comité national olympique et sportif français, des réunions d’information spécifiques pour les représentants d’associations et de clubs sportifs21.

L’action de l’OFAJ en Thuringe dans les années 1990

  • 22 Cf. « L’office franco-allemand s’ouvre à l’Est », Ouest France, 6 juillet 1991.
  • 23 Cf. OFAJ, Rapport d’activités 1992, Bad Honnef, Paris, 1993, p. 7.
  • 24 Cf. OFAJ, Rapport d’activités 1994, Bad Honnef, Paris, 1995, p. 24 f.

22Le 4 juillet 1991, le conseil d’administration de l’OFAJ s’est réuni à Erfurt, pour la première fois sur le territoire de l’ex-RDA. À cette occasion, Angela Merkel, à l’époque ministre de la Jeunesse, a souligné que ce choix symbolisait particulièrement l’engagement de l’OFAJ pour l’intégration des nouveaux Länder22. À partir de 1992, les échanges entre la France et l’est de l’Allemagne ont bénéficié d’un soutien accru. La même année, 40 dossiers thuringiens ont été acceptés  ; parmi ces projets, 29 ont été réalisés dans le Land même23. L’année suivante ont eu lieu 26 rencontres de responsables de Thuringe et de ses régions partenaires  ; en 1994 le nombre de ces rencontres s’est élevé à 32. La plupart des rencontres extrascolaires se sont déroulées hors de Thuringe, surtout en France. La réciprocité des échanges a considérablement diminué à partir du milieu des années 199024.

23C’est dans ce contexte que s’est développée la coopération entre la Thuringe et la Picardie. Comme il a été exposé plus haut, l’initiative en revenait au gouvernement de Thuringe. Quant à savoir s’il a choisi la France en raison de l’organisation internationale de l’OFAJ ou bien des relations étroites que l’Allemagne de l’Ouest entretenait depuis des années avec ce pays, la question reste ouverte. Il faut néanmoins retenir que, sans le financement, la médiation et la coordination assurés par l’OFAJ, de nombreuses rencontres entre Français et Thuringiens n’auraient pas pu avoir lieu dans les années qui ont suivi la réunification. Ces échanges ont ouvert de nombreuses possibilités de rencontres internationales et de dialogue. Les échanges d’élèves, de jeunes et de sportifs ont notablement contribué à améliorer la connaissance des langues étrangères encore insuffisante dans l’Est, et parallèlement à freiner le recul de l’enseignement de l’allemand en France.

  • 25 Cf. rapport du groupe de travail franco-allemand chargé de l’évaluation de l’OFAJ, remis en juin 20 (...)

24On ne remarque toutefois pas jusqu’à présent d’approche stratégique de l’OFAJ qui consisterait à soutenir en particulier des activités de coopération interrégionale. On peut citer en exemple le Staatliches Schulamt («  rectorat  ») de Weimar qui a développé en étroite collaboration avec l’Office divers programmes de soutien pour le ministère de l’Éducation de Thuringe. L’OFAJ lui-même n’intervient pas dans la répartition de ses subventions, puisque les demandes sont examinées directement par le ministère de l’Éducation de Thuringe ou les rectorats d’académie des régions de France concernées25. Ainsi ce n’est pas la sélection opérée par l’OFAJ, mais bien plus la collaboration des instances académiques de Thuringe et de leurs partenaires d’Amiens et de Besançon qui sont d’une importance déterminante pour l’intensité des échanges d’élèves.

Évolution de l’effectif de participants aux programmes de l’OFAJ

  • 26 Cf. rapports d’activité de l’OFAJ de 1991 à 2001. Il n’y a pas de données pour l’année 2000. À part (...)

25Le tableau 1 ci-dessous illustre l’évolution de l’effectif des participants aux programmes soutenus par l’OFAJ. Il s’agit de chiffres globaux concernant l’ensemble des échanges26. L’OFAJ n’opère pas de statistiques spécifiques sur les programmes interrégionaux. La seule conclusion qu’on puisse donc en tirer est que le nombre de participants de Thuringe a d’abord très rapidement augmenté dans les années qui ont suivi la réunification pour atteindre un pic en 1996, suivi d’un léger recul jusqu’en 2001.

Tableau 1  : Effectif des participants aux programmes d’échanges par Land ou région

Thuringe

Picardie

Franche-Comté

1991

686

1 907

1 860

1992

1 047

1 595

1 733

1993

1 201

2 153

1 156

1994

1 648

2 234

1 315

1995

1 537

2 341

1 530

1996

2 049

2 070

1 281

1997

1 570

1 895

1 636

1998

1 859

2 168

1 714

1999

1 622

2 050

1 594

2001

1 224

1 298

1 572

26Le fait que la Franche-Comté présente des chiffres inférieurs à ceux de Picardie pourrait être imputé à sa situation frontalière  : en raison de la proximité de la Suisse et du Bade-Wurtemberg, il est plus facile pour les jeunes de cette région de participer à des programmes de coopération même non subventionnés, ou de pratiquer des échanges à titre individuel.

  • 27 Chancellerie de Thuringe, Rapport d’information non publié du 25 septembre 2003.

27Pour l’année 2001, le tableau montre une diminution de l’effectif des participants allemands. Cela peut s’expliquer par le transfert du siège de l’OFAJ de Bad Honnef à Berlin. Selon les services de Thuringe, le travail d’organisation en collaboration avec l’Office s’en est trouvé «  bloqué  ». En 2001 et les années suivantes, le traitement des demandes de subvention aurait été «  infiniment long  » et aurait causé un «  fort mécontentement  » aussi bien aux requérants qu’aux représentants du gouvernement de Thuringe27.

  • 28 Cf. OFAJ, Rapport d’activités de l’OFAJ de 2002 à 2005, Paris, Berlin.

28Le tableau 2 donne un aperçu du nombre de programmes réalisés en Thuringe et dans les régions partenaires28. Les statistiques de l’OFAJ ne permettent pas non plus de présenter la ventilation interrégionale des activités.

Tableau 2  : Nombre de programmes réalisés

Thuringe

Picardie

Franche-Comté

2002

77

67

74

2003

100

91

37

2004

75

42

27

2005

39

49

24

29Les pics de 91 et 100 programmes en Picardie et en Thuringe peuvent résulter des activités de l’«  année culturelle de Thuringe  » organisée en 2003 en Picardie afin de mieux faire connaître l’État libre.

30Le processus engagé à Poitiers en 2003 entre des ministres fédéraux et des présidents de conseils régionaux français n’a en revanche pas eu d’incidence sur les activités de l’OFAJ à l’échelle régionale. Ceci peut être dû au fait qu’au cours des années suivantes, l’OFAJ étant absorbé par sa réorientation et sa restructuration n’a pas été en mesure d’intensifier son action dans le domaine de la coopération interrégionale.

Le soutien de l’OFAJ aux jumelages scolaires, échanges de jeunes et rencontres sportives entre la Thuringe et la France

Jumelages scolaires et échanges interrégionaux

  • 29 Cf. Sophie Renard, « Die französische Kulturpolitik in den neuen Bundesländern seit der Wieder-vere (...)

31De meilleures connaissances linguistiques et la tolérance envers l’autre sont des conditions essentielles d’une intégration «  par le bas  » à l’Europe et constituent un élément capital de la coexistence pacifique en Europe. Depuis la réunification, la collaboration d’instituts culturels français et d’établissements de formation des nouveaux Länder a déjà eu un effet positif sur les connaissances linguistiques dans le territoire de l’ex-RDA  : entre 1989 et l’année scolaire 1995-1996, la proportion d’élèves apprenant le français y est passée de 3,5  % à plus de 20  %29. Aujourd’hui le français est après l’anglais la deuxième langue étrangère étudiée. Il faut pourtant sans cesse renouveler les efforts pour améliorer la pratique du français. C’est également vrai pour la France où le nombre d’élèves germanistes a diminué ces dernières années.

  • 30 Cf. entretien avec Claude du Granrut (Conseil régional de Picardie) le 12 novembre 2005 à Senlis.

32C’est pourquoi la propagation de la langue de la région partenaire a constitué dès le début un objectif essentiel de la coopération régionale entre la Thuringe et la Picardie. Mais les efforts visant à organiser des rencontres et des jumelages d’établissements n’ont pas encore permis d’atteindre le niveau souhaité30.

  • 31 Cf. ministère de l’Éducation de Thuringe, Demandes et autorisations d’échanges scolaires internatio (...)
  • 32 Dans l’ensemble de l’Europe il y a eu en tout 459 jumelages avec des établissements d’enseignement (...)
  • 33 Cf. entretien avec Karin Drechsler (ministère de l’Éducation de Thuringe) le 24 mai 2005 à Erfurt.
  • 34 En France, 30 académies dépendent du ministère de l’Éducation nationale. Chacune comprend de deux à (...)

33La Thuringe subventionne des rencontres internationales d’élèves quand celles-ci sont conçues comme réciproques et à long terme, et organisées dans le cadre de jumelages existants. L’OFAJ fournit une grande part de ces moyens. Les demandes doivent être adressées au ministère de l’Éducation de Thuringe avant le début du programme31. Une condition impérative pour l’obtention d’une subvention est que les élèves étrangers participent à la vie de l’établissement scolaire qui les accueille. Les rencontres dans le cadre de jumelages scolaires organisées dans les régions partenaires de la Thuringe et dans des pays d’Europe centre-orientale sont subventionnées à raison de 80 euros par participant  ; dans le cas d’autres partenariats ou de rencontres ayant lieu en Thuringe, le montant est sensiblement inférieur. Pendant l’année scolaire 2005-2006 il y a eu 89 jumelages scolaires dont 17 avec des établissements de Picardie, le partenaire politique de la Thuringe32. Au printemps 2005, 96 élèves thuringiens cherchaient encore un correspondant français33. Les établissements s’adressent généralement au ministère de l’Éducation de Thuringe, en relation directe avec l’académie d’Amiens depuis le milieu des années 199034.

  • 35 Cf. données de l’OFAJ d’avril 2007. Il n’y a pas de statistiques comparables avant 2003.

34Le tableau suivant indique le nombre de rencontres subventionnées par l’OFAJ entre classes de Thuringe et de l’académie d’Amiens. Selon le nombre d’élèves par classe, l’effectif de participants se situe entre 150 et 300 par an35.

Tableau 3  : Rencontres de classes de Thuringe et de l’académie d’Amiens

Rencontres

2003

3

2004

6

2005

4

2006

8

  • 36 Cf. données de l’OFAJ d’avril 2007.

35Avec la Franche-Comté, partenaire technologique, le gouvernement et les autorités académiques de Thuringe n’ont pas encore envisagé de jumelages d’établissements scolaires. En 2003 et 2004, l’OFAJ a soutenu une rencontre d’élèves entre la Thuringe et l’académie de Besançon  ; en 2005 et 2006 il n’y en a eu aucune. Pour l’année 2006, les subventions de l’OFAJ aux échanges de groupes s’élèvent à 44 000 euros pour la Thuringe, 37 000 euros pour l’académie d’Amiens et 24 000 euros pour celle de Besançon36. En outre, l’OFAJ a fourni les fonds pour des bourses individuelles.

  • 37 Voir les contributions de Solenn Kerneis et de Caroline Doublier dans ce volume.
  • 38 Cf. ministère de l’Éducation de Thuringe, Demandes et autorisations de rencontres sco-laires intern (...)
  • 39 OFAJ, Rapport d’activités 2005, Berlin, Paris, 2006, p. 20.
  • 40 En 2003 10 élèves de Thuringe ont participé au programme Sauzay ; en 2004 il n’y en avait plus qu’u (...)
  • 41 Cf. entretien avec Hannelore Markert (ministère de l’Éducation de Thuringe) le 20 avril 2005 à Erfu (...)

36L’organisation d’échanges dans le cadre des programmes Brigitte Sauzay et Voltaire37 est assurée par le Staatliches Schulamt de Weimar et les académies d’Amiens ou de Besançon38. L’OFAJ verse aux participants de Thuringe pour leurs frais de transport un forfait d’environ 150 euros qui peut varier en fonction de l’éloignement géographique. L’établissement scolaire doit en faire la demande au moins deux mois avant la date de l’échange. D’après les données de l’OFAJ, le cercle des participants au programme Sauzay s’est considérablement élargi grâce à l’importance prise par les partenariats régionaux qui lient généralement une académie en France à un Land en Allemagne. Ceux-ci transmettent l’information et reçoivent les candidatures des élèves français et allemands qui sont ensuite mis en «  tandems  » franco-allemands par leurs soins39. Jusqu’en 2004, le programme a été bien suivi en Thuringe par des élèves de dixième, correspondant à la classe de seconde des lycées français40. Le recul observé depuis pourrait être dû à l’introduction dans les classes de dixième des lycées thuringiens d’une mesure d’évaluation déterminante pour le passage dans la classe supérieure. De nombreux élèves craignent de ne pas réussir ce test s’ils font auparavant un séjour de plusieurs mois à l’étranger41.

  • 42 Cf. données de l’OFAJ d’avril 2007.

37Le programme Voltaire offre une autre possibilité d’échanges. Organisé en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et le Pädagogischer Austauschdienst der Kultusministerkonferenz (service d’échanges pédagogiques de la Conférence permanente des ministres de l’Enseignement et des Cultes des Länder de RFA), il permet à des lycéens allemands et français de passer six mois dans le pays partenaire. Les élèves de Thuringe doivent améliorer leur connaissance de la France et de la langue française afin d’augmenter leurs chances sur le marché du travail. L’OFAJ accorde à chaque élève, en plus d’un forfait voyage, une bourse de 250 euros destinée à couvrir ses dépenses culturelles, telles qu’achat de livres, excursions, cinéma ou théâtre. Ces bourses sont en partie financées par des sponsors (entreprises, fondations et personnes privées). Depuis 2003, la gestion est assurée par la «  Centrale Voltaire  » de la Fondation Genshagen. Comme pour le programme Sauzay, le Staatliches Schulamt est responsable du déroulement concret du programme en Thuringe. Le tableau 4 ci-dessous illustre la participation au programme Voltaire de 2001 à 200642.

Tableau 4  : Nombre de participants au programme Voltaire

Elèves de Thuringe

Elèves de l'académie d'Amiens

Elèves de l'académie de Besançon

2001

8

1

0

2002

7

3

0

2003

4

2

0

2004

9

11

1

2005

5

9

4

2006

pas de données

7

7

38Les Français qui suivent ce programme sont généralement des élèves de seconde. Ils séjournent en Thuringe de fin février/début mars au mois d’août, tandis que leurs correspondants thuringiens passent en France le premier semestre de leur année de dixième. Une représentante du ministère de l’Éducation de Thuringe a observé que les lycées picards, dont les élèves sont souvent issus de milieux défavorisés, préféraient coopérer avec des établissements de l’ex-RDA, et donc volontiers avec la Thuringe  :

  • 43 Hannelore Markert (ministère de l’Éducation de Thuringe), entretien du 20 avril 2005 à Erfurt.

Ils vivent dans les mêmes conditions que nous, et non comme dans les anciens Länder où certains habitent parfois de belles villas. Dans ce cas, les Français sont gênés en recevant leurs correspondants allemands43.

39Malgré tout, la demande des établissements thuringiens n’est pas entièrement satisfaite car la plupart des établissements français avaient déjà contracté des jumelages dans les anciens Länder avant la réunification  ; il se peut aussi qu’en raison du recul de l’enseignement de l’allemand, ils ne soient pas disposés à s’engager dans de nouveaux jumelages. Il reste aux élèves thuringiens la possibilité de participer à des échanges individuels, dont la réalisation est également soutenue par l’OFAJ.

Échanges de jeunes entre la Thuringe et la France

40L’État libre de Thuringe n’entretient pas de contacts particuliers avec ses partenaires politiques étrangers en ce qui concerne les échanges de jeunes. On peut observer que ces échanges sont moins fréquents avec la France qu’avec les pays d’Europe centre-orientale. La principale raison réside dans les compétences linguistiques  : les jeunes de Thuringe s’entretiennent généralement en anglais avec leurs correspondants polonais, tandis que selon les directives de l’OFAJ la langue de communication lors d’échanges avec la France doit être soit l’allemand, soit le français.

  • 44 Cf. OFAJ, Rapport d’activités 2004, Berlin, Paris, 2005, p. 19.

41De 1990 à 2002, l’État libre de Thuringe disposait d’un budget propre pour le travail international de jeunesse, mais il a été supprimé pour des raisons économiques. Depuis, un service responsable des échanges de jeunes au ministère thuringien des Affaires sociales, de la Famille et de la Santé gère exclusivement des fonds extérieurs, dont la majeure partie est mise à disposition par l’OFAJ. Celui-ci soutient d’une part les rencontres classiques «  au lieu du partenaire  » où les jeunes sont hébergés en famille, ce qui leur permet de vivre en immersion linguistique complète et de découvrir le quotidien et les habitudes du pays. Il existe d’autre part des programmes dits «  en tiers-lieu  », c’est-à-dire avec hébergement des participants français et allemands dans la même structure, ce qui renforce la dynamique de groupe. En outre dans ce type de programme, la communication verbale est facilitée grâce à des séances d’animation linguistique quotidiennes44.

  • 45 Cf. entretien avec Ute Karger (ministère thuringien des Affaires sociales, de la Famille et de la S (...)

42Les échanges auxquels participent des jeunes de Thuringe durent en général une semaine et se déroulent selon le type de programme soit dans une seule région, soit successivement en Thuringe et en France. Au cours des dix premières années de partenariat régional, les rencontres avec des jeunes de Picardie ont eu lieu exclusivement en Thuringe  ; il n’a été question de voyage en France qu’à partir de 200545. Pour sa part, la Franche-Comté n’a jusqu’à présent joué aucun rôle dans les échanges de jeunes avec la Thuringe. Sur ce point on peut retenir que les partenariats régionaux officiels entre la Thuringe et la Picardie ou la Franche-Comté n’ont aucune influence sur le choix des organisations qui collaborent à la préparation des échanges, et qu’aucun élément spécifiquement régional n’entre en ligne de compte. Il semble que le contenu des rencontres entre groupes de jeunes thuringiens et français laisse à désirer  :

  • 46 Ute Karger, entretien du 26 avril 2005 à Erfurt.

Il est souvent question d’excursions, de feux de camp, de temps en temps ils visitent un musée ou sont reçus par le maire. C’est regrettable, mais nous n’y pouvons rien, parce que le ministère ne fait que transmettre les moyens de l’OFAJ sans avoir de pouvoir de décision46.

Le sport dans les échanges interrégionaux

  • 47 Cf. entretien avec Peter Müller (Landessportbund Thüringen, LSB) le 8 avril 2005 à Erfurt. La Fédér (...)
  • 48 Voir aussi l’article d’André Koch dans ce volume.
  • 49 Cf. www.thueringen.de/de/politisch/europa/tf/sport, consulté le 23 juin 2004.
  • 50 Cf. CROS Besançon, Échanges sportifs avec la Thuringe. Déjà 13 disciplines concernées, Besançon, 20 (...)
  • 51 Cf. entretien avec Marcel Fleury (CROS) le 23 novembre 2005 à Besançon.

43Depuis le début des années 1990, la fédération sportive Landessportbund Thüringen e.V. (LSB) est en relation avec le Comité régional olympique et sportif (CROS) de Franche-Comté47. Ce partenariat a été conclu grâce à la médiation du Land de Rhénanie-Palatinat48. Ces deux associations se considèrent comme initiatrices et coordinatrices des échanges de jeunes et d’adultes dans le domaine sportif49. Les rencontres ont commencé en 1993 entre des clubs de gymnastique et de handball. Depuis, d’autres disciplines ont suivi, notamment le basket-ball, le football, le karaté, le tennis, le tennis de table et le tir à l’arc, ainsi que différents sports d’hiver50. Les présidents du LSB et du CROS se rencontrent une fois par an, alternativement en Franche-Comté et en Thuringe. Jusqu’à présent, la commission des échanges internationaux du CROS de Besançon s’est exclusivement consacrée aux contacts avec la Thuringe  : la coopération avec une région ou institution d’Allemagne s’explique par le soutien exceptionnel de l’OFAJ. Les activités organisées dans le cadre de ce partenariat sont soutenues financièrement aussi bien par les deux organismes partenaires que par l’OFAJ. En France, le département, la région ou d’autres institutions apportent souvent une aide supplémentaire51.

  • 52 Cf. entretien avec Peter Müller (LSB) le 8 avril 2005 à Erfurt.

44Depuis 2002, le LSB s’efforce de concrétiser dans le domaine sportif l’accord de coopération politique avec la Picardie. En l’occurrence, les activités ne relèvent pas d’une convention à part entre le LSB et le CROS de Picardie, mais s’orientent sur la déclaration d’intention politique commune de la chancellerie de Thuringe et du Conseil régional52. En octobre 2002, le président du CROS et celui de la Fédération de tir se sont rendus pour la première fois en Thuringe. Dès l’année suivante la fédération thuringienne de tir a participé à une rencontre de jeunes en Picardie. Depuis, cet échange bilatéral s’est étendu au tennis de table, au basket-ball, à l’aviron, au judo, au football et aux échecs. Ces rencontres sont également en grande partie soutenues par l’OFAJ dont les directives en précisent les modalités d’organisation  :

  • 53 Peter Müller (LSB), entretien du 8 avril 2005 à Erfurt.

Il faut toujours éviter qu’une sélection de Thuringe rencontre une sélection de Picardie, et faire jouer des équipes mixtes de Thuringiens et de Picards. L’entraînement est assuré en alternance par des entraîneurs français et allemands53.

  • 54 Cf. entretien avec Éric Morel (CROS Amiens) le 10 novembre 2005 à Amiens.

45Ces rencontres de jeunes sportifs âgés de 14 à 16 ans comprennent généralement une semaine d’entraînement en commun qui s’achève par une compétition ou un tournoi. Elles ont souvent lieu pendant les congés d’automne. Comme les dates de vacances ne coïncident pas toujours entre les deux pays, les jeunes doivent parfois manquer l’école, ce qui dans certains cas constitue un obstacle à leur mobilisation. Les représentants des associations ont observé que les participants manifestaient toujours au début une certaine réserve qui cédait vite la place à un grand intérêt et menait souvent à des amitiés durables54.

Facteurs de réussite et obstacles

46Le succès de partenariats interrégionaux dépend d’une condition importante  : les représentants officiels des régions ne doivent pas être les seuls à prendre en charge les relations, mais le plus grand nombre possible de citoyens doit y être associé en tant qu’acteurs. C’est seulement lorsque les contacts individuels dominent dans ces relations que peut se produire un effet «  boule de neige  » entraînant de nouveaux cercles à s’intéresser au partenariat. Pour garantir la durée, et donc le succès, des relations interrégionales, le plus d’acteurs possible doivent être associés aux activités de coopération. Des relations stables de longue durée et des projets communs menés par des groupes de jeunes Thuringiens et Français en dehors des rencontres subventionnées peuvent être considérés comme des indicateurs de succès. Celui-ci dépend souvent de l’origine et des activités des institutions porteuses (maisons des jeunes, clubs sportifs, etc.). Des contacts internationaux s’ajoutent généralement aux activités quotidiennes et supposent un engagement non négligeable de ressources personnelles. De ce point de vue, l’OFAJ pourrait contribuer à améliorer la situation en décentralisant davantage ses mesures de coordination, et en renforçant son soutien aux acteurs dans les régions ou les Länder.

47Pour les responsables, le plus grand risque d’échec des échanges réside dans l’engagement insuffisant de jeunes et le manque de continuité ou de persistance des contacts. Les initiateurs de projets de coopération sont souvent déçus parce qu’il est difficile de motiver les jeunes à s’investir dans des relations interrégionales ou internationales. Cela peut s’expliquer par la mentalité exigeante et consommatrice de certains jeunes  :

  • 55 Ute Karger (TMSFG), entretien du 26 avril 2005 à Erfurt.

Les séjours bon marché à Majorque coûtent exactement la même chose que des activités impliquant un engagement concret et où les jeunes doivent s’investir au lieu de passer simplement des vacances. Il faut motiver les jeunes. C’est évidemment plus facile s’il s’agit d’un échange avec l’Australie. Aller en France n’a rien d’exceptionnel. Mais une fois que les jeunes ont participé à un échange, la motivation est là, il suffit de l’entretenir55.

48Les relations franco-allemandes semblent être passées de mode aussi bien en Allemagne qu’en France. Depuis la fin des années 1990, les Allemands de l’ex-RDA ont apaisé leur soif de voyages. En même temps de nombreux experts observent un déclin de la curiosité et du grand intérêt que les Français manifestaient au début pour la «  zone grise  » qu’était auparavant la RDA  :

  • 56 Christine Scheller (Deutsch-Französische Gesellschaft Weimar e.V.) entretien du 8 juin 2005 à Weima (...)

Juste après les événements, le majorité des Français ne savaient rien de la Thuringe. Tout ce qu’ils connaissaient de la RDA, c’étaient les sportifs et le fait qu’on n’y était pas libre. À l’époque, ils posaient beaucoup de questions. […] Aujourd’hui les citoyens des nouveaux Länder semblent bien moins exotiques56.

  • 57 Cf. entretien avec Liliane Loire (Association Château-Thierry – Pößneck) le 8 décembre 2005 à Trève (...)

49L’enseignement du français est un facteur décisif de la régression en intensité et dynamisme des échanges d’élèves  ; il n’est pas assez répandu en Thuringe, et d’une manière générale de moins en moins de jeunes Allemands apprennent le français. Même quand on parvient à intéresser des jeunes à rencontrer ceux d’une région partenaire, notamment en les motivant par la remise de diplômes, les relations échouent souvent à cause de la barrière de la langue  : les jeunes sont vite démotivés quand ils ne peuvent pas communiquer avec leurs correspondants57.

  • 58 Cf. Dietmar M. Woesler, Städtepartnerschaften in der Praxis. Handbuch für Städte- und Schulpartners (...)

50De nombreux experts expliquent le gel de la coopération d’établissements scolaires entre la Thuringe et la Picardie par l’ampleur de l’organisation et la lourde charge financière qui vont de pair avec les jumelages scolaires. En outre, il est de plus en plus difficile de trouver des établissements et des familles d’accueil. Cela entraîne des problèmes d’intégration des élèves à l’étranger et très peu de contacts sont maintenus après l’échange. La situation pourrait être améliorée par une augmentation des subventions ou un plus grand investissement des comités de jumelage des communes dans le domaine des échanges scolaires58. L’OFAJ pourrait intervenir dans la recherche de partenaires dans la mesure où sa structure interne et les procédures administratives qui régissent les rapports entre l’OFAJ et ses partenaires dans les Länder ou dans les régions le permettent.

51Le dynamisme et l’intensité des relations entre la Thuringe et ses deux partenaires français mettent en évidence une plus-value européenne  : indépendamment de leurs attributions juridiques, les régions concernées apportent une participation individuelle à la coopération franco-allemande et, ce faisant, soutiennent à l’échelon régional le processus d’intégration à l’Europe. Les partenariats interrégionaux contribuent à la démocratisation et à la décentralisation, ainsi qu’à une meilleure proximité au citoyen des instances infranationales. La coopération entre la Thuringe et ses régions partenaires, soutenue par les mesures et les programmes de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, contribuera encore dans l’avenir à répandre l’idée européenne.

Anmerkungen

1 Cet article est étayé par une importante documentation comprenant des textes et des entretiens menés en Thuringe et en France entre l’automne 2005 et l’été 2006. Cf. Christine Lichte, Interregionale Zusammenarbeit im Europa der Regionen. Die Bedeutung der Beziehungen zwischen dem Freistaat Thüringen und seinen französischen Partnerregionen Picardie und Franche-Comté für den europäischen Integrationsprozess. Eine empirische Analyse, Hambourg, 2007.

2 Cf. Beate Preuschoff, Die Stellung der Kommunen im politischen System Frankreichs der V. Republik, Strukturen – Handlungsspielräume – Entscheidungsprozesse, Egelsbach, 1992, p. 17.

3 Cf. Günther Ammon, Das Europa der Regionen, Munich, 1994, p. 61.

4 Cf. Dieter Eissel, Alexander Grasse, Björn Paeschke, Ralf Sänger, Interregionale Zusammenarbeit in der EU. Analyse zur Partnerschaft zwischen Hessen, der Emilia-Romagna und der Aquitaine, Opladen, 1999, p. 75.

5 Initiative communautaire du Fonds européen de développement régional (FEDER) en faveur de la coopération entre régions de l’Union européenne. L’objectif de la nouvelle phase -d’INTERREG pour la période 2000-2006 est de renforcer la cohésion économique et sociale dans l’Union européenne en promouvant la coopération transfrontalière, transnationale et interrégionale ainsi que le développement équilibré du territoire.

6 Cf. Thomas Fischer, « Die Europapolitik der deutschen Länder », in : Id., Siegfried Frech (éds), Baden-Württemberg und seine Partnerregionen, Stuttgart, 2001, p. 18.

7 Communiqué final de la première rencontre entre les Länder allemands et les régions françaises sur la coopération décentralisée, à Poitiers les 27 et 28 octobre 2003.

8 Cf. « Paris und Berlin für Freundschaft auf breiter Basis », Süddeutsche Zeitung, 28 octobre 2003.

9 Cf. entretiens de l’auteur avec Christine Lieberknecht (présidente du groupe CDU au parlement de Thuringe), ancienne ministre des Affaires européennes de Thuringe, et Jo Dietzen (représentation de l’État libre de Thuringe auprès du gouvernement fédéral), un de ses collaborateurs, en juillet 2005.

10 Chancellerie de Thuringe, Zwischenbilanz der Thüringer Europapolitik. Thüringen – eine bürgernahe Region im Zentrum der Europäischen Union, Erfurt, 2001, p. 5.

11 Claude du Granrut (Conseil régional de Picardie), entretien du 12 novembre 2005 à Senlis.

12 Cf. entretien avec Claudia Saager-Wenzel (Chancellerie de Thuringe) le 28 juin 2005 à Erfurt.

13 Ministère thuringien des Affaires fédérales et européennes. Service d’information auprès de l’Union européenne : communiqué de presse du 23 mars 1994.

14 Cf. Chancellerie de Thuringe, Conseil régional de Picardie, Déclaration commune, Convention de coopération du 23 mars 1994, Erfurt, 1994.

15 En février 2003 et mars 2007 la chancellerie de Thuringe et le Conseil régional de Picardie ont signé des conventions complémentaires concernant l’économie, la création d’entreprises, la recherche, la formation et le tourisme. Cf. Chancellerie de Thuringe, Conseil régional de Picardie, Déclaration commune. Convention de coopération du 7 février 2003, Amiens, 2003 ; voir aussi le communiqué de presse n° 38/7 de la Chancellerie de Thuringe du 16 mars 2007, Erfurt, 2003.

16 Entre 1994 et l’été 2005, dix étudiants de l’université technique d’Ilmenau, une étudiante de l’université Friedrich-Schiller d’Iéna, une étudiante de l’IUT de Schmalkalden et un étudiant de l’IUT de Nordhausen ont été reçus au Centre de transfert en micro et nanotechnologies de Besançon. Les stages pratiques devaient permettre de nouer des contacts professionnels en vue d’une coopération ultérieure. Cf. Vieux, Duffait, Coopération avec la Thuringe depuis 1993, Besançon, 2005, p. 4.

17 Chancellerie de Thuringe, Conseil régional de Franche-Comté, Déclaration commune, Convention de coopération du 15 mai 2002, Erfurt, 2002.

18 Cf. dans le présent ouvrage l’article de Ulrich Pfeil sur l’intégration des nouveaux Länder dans les structures et les programmes de l’OFAJ.

19 OFAJ, Rapport d’activités 1990, Bad Honnef, Paris, 1991, p. 7.

20 Cf. « Das Deutsch-Französische Jugendwerk wird auch in den neuen Bundesländern wirksam », Harz Kurier, 6 février 1991.

21 Détails dans l’article d’André Koch dans le présent ouvrage.

22 Cf. « L’office franco-allemand s’ouvre à l’Est », Ouest France, 6 juillet 1991.

23 Cf. OFAJ, Rapport d’activités 1992, Bad Honnef, Paris, 1993, p. 7.

24 Cf. OFAJ, Rapport d’activités 1994, Bad Honnef, Paris, 1995, p. 24 f.

25 Cf. rapport du groupe de travail franco-allemand chargé de l’évaluation de l’OFAJ, remis en juin 2004 au ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative à Paris et au ministère fédéral de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse à Berlin, p. 87.

26 Cf. rapports d’activité de l’OFAJ de 1991 à 2001. Il n’y a pas de données pour l’année 2000. À partir de 2002 l’OFAJ ne publie plus que le nombre total des programmes réalisés.

27 Chancellerie de Thuringe, Rapport d’information non publié du 25 septembre 2003.

28 Cf. OFAJ, Rapport d’activités de l’OFAJ de 2002 à 2005, Paris, Berlin.

29 Cf. Sophie Renard, « Die französische Kulturpolitik in den neuen Bundesländern seit der Wieder-vereinigung Deutschlands », in : Dokumente 1 (2000), p. 35.

30 Cf. entretien avec Claude du Granrut (Conseil régional de Picardie) le 12 novembre 2005 à Senlis.

31 Cf. ministère de l’Éducation de Thuringe, Demandes et autorisations d’échanges scolaires internationaux, circulaire du 6 juillet 2001, Erfurt, 2001.

32 Dans l’ensemble de l’Europe il y a eu en tout 459 jumelages avec des établissements d’enseignement général et professionnel. Cf. Chancellerie de Thuringe, Europapolitische Strategie der Thüringer Landesregierung : »Die Zukunft Europas für Thüringen mitgestalten«, Projet du 18 juillet 2006, Erfurt, p. 38.

33 Cf. entretien avec Karin Drechsler (ministère de l’Éducation de Thuringe) le 24 mai 2005 à Erfurt.

34 En France, 30 académies dépendent du ministère de l’Éducation nationale. Chacune comprend de deux à sept départements et porte le nom de la ville où siège son rectorat. La Picardie dépend de l’académie d’Amiens, la Franche-Comté de l’académie de Besançon.

35 Cf. données de l’OFAJ d’avril 2007. Il n’y a pas de statistiques comparables avant 2003.

36 Cf. données de l’OFAJ d’avril 2007.

37 Voir les contributions de Solenn Kerneis et de Caroline Doublier dans ce volume.

38 Cf. ministère de l’Éducation de Thuringe, Demandes et autorisations de rencontres sco-laires internationales, circulaire du 6 juillet 2001, Erfurt, 2001.

39 OFAJ, Rapport d’activités 2005, Berlin, Paris, 2006, p. 20.

40 En 2003 10 élèves de Thuringe ont participé au programme Sauzay ; en 2004 il n’y en avait plus qu’un. Cf. données de l’OFAJ d’avril 2007.

41 Cf. entretien avec Hannelore Markert (ministère de l’Éducation de Thuringe) le 20 avril 2005 à Erfurt.

42 Cf. données de l’OFAJ d’avril 2007.

43 Hannelore Markert (ministère de l’Éducation de Thuringe), entretien du 20 avril 2005 à Erfurt.

44 Cf. OFAJ, Rapport d’activités 2004, Berlin, Paris, 2005, p. 19.

45 Cf. entretien avec Ute Karger (ministère thuringien des Affaires sociales, de la Famille et de la Santé) le 26 avril 2005 à Erfurt.

46 Ute Karger, entretien du 26 avril 2005 à Erfurt.

47 Cf. entretien avec Peter Müller (Landessportbund Thüringen, LSB) le 8 avril 2005 à Erfurt. La Fédération sportive de Thuringe rassemble les associations et clubs sportifs qui y -adhèrent librement. Elle soutient les activités de ses membres dans toutes les disciplines sportives. Le CROS constitue une unité administrative régionale du Comité national olympique et sportif français. Il représente toutes les divisions organisées au niveau régional auprès du Conseil régional, du Conseil économique et social régional et de la Direction régionale de la jeunesse et des sports. Cf. CROS Besançon, CROS Franche-Comté. Mouvement sportif franc--comtois, Besançon.

48 Voir aussi l’article d’André Koch dans ce volume.

49 Cf. www.thueringen.de/de/politisch/europa/tf/sport, consulté le 23 juin 2004.

50 Cf. CROS Besançon, Échanges sportifs avec la Thuringe. Déjà 13 disciplines concernées, Besançon, 2001.

51 Cf. entretien avec Marcel Fleury (CROS) le 23 novembre 2005 à Besançon.

52 Cf. entretien avec Peter Müller (LSB) le 8 avril 2005 à Erfurt.

53 Peter Müller (LSB), entretien du 8 avril 2005 à Erfurt.

54 Cf. entretien avec Éric Morel (CROS Amiens) le 10 novembre 2005 à Amiens.

55 Ute Karger (TMSFG), entretien du 26 avril 2005 à Erfurt.

56 Christine Scheller (Deutsch-Französische Gesellschaft Weimar e.V.) entretien du 8 juin 2005 à Weimar.

57 Cf. entretien avec Liliane Loire (Association Château-Thierry – Pößneck) le 8 décembre 2005 à Trèves.

58 Cf. Dietmar M. Woesler, Städtepartnerschaften in der Praxis. Handbuch für Städte- und Schulpartnerschaften, Bonn, 1998, p. 81 sq.

Autor

Née en 1977, politologue et romaniste, conseillère au Verband Deutscher Maschinen- und Anlagenbau, Bruxelles.

Chantal Philippe (Übersetzer)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Freemium

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site