Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Deuxième partie : Champs d’action et domaines d’intervention de l’OFAJ

L’OFAJ, la presse et l’opinion publique en France et en Allemagne

Laurence Pellegrini

Texte intégral

1Cet extrait du rapport d’activité pour les dix premières années montre que l’OFAJ n’éprouvait pas le besoin de s’investir dans les relations avec la presse, ce qui, à l’époque, pouvait en partie se justifier par le fait qu’il bénéficiait en soi d’une bonne image. Pourtant, l’Office fut amené, au cours des quatre décennies qui suivirent, à modifier profondément ses orientations  :

  • 2 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, Versailles, p. 44.

En 2005, l’OFAJ a souhaité renforcer son travail de presse afin de mieux faire connaître l’OFAJ au grand public2.

2Les mutations de la politique d’information de l’OFAJ depuis sa création sont-elles révélatrices de l’évolution de l’opinion publique vis-à-vis de l’Office et des relations franco-allemandes  ?

  • 3 OFAJ, 2006, Activités 2005.
  • 4 OFAJ, Rapport d’activité 1989, p. 17 sq.
  • 5 Pour l’opinion publique dans les années 1980, voir : Elisabeth Noelle-Neumann, Edgar Piel, Allensba (...)
  • 6 OFAJ, Rapport d’activité 1990, p. 62.

3Jusqu’à son 10e anniversaire, les relations avec la presse et sa réception par les publics français et allemand ne faisaient pas partie intégrante des priorités de l’OFAJ. Mais un malaise se fit ressentir à compter des années 1970, si bien qu’à l’occasion de la première restructuration de l’OFAJ et, corollairement, de la remise en question récurrente de la qualité de ses programmes, les responsables de l’Office décidèrent de transformer les modes de communication avec les journalistes, qui se limitaient jusqu’alors à de «  rapides conférences de presse tenues par les deux présidents de l’Office à la suite des réunions du conseil d’administration  »3. À la fin des années 1980, l’OFAJ, face aux limites de sa présence dans les médias, analyse plus précisément les catégories de journalistes concernés et constate que les journalistes allemands manifestent plus d’intérêt envers la France que les journalistes français envers l’Allemagne4. On peut se demander si ce décalage ne reflétait pas la situation de l’opinion publique dans les deux pays5. Après la chute du Mur de Berlin et la réunification des deux Allemagnes, l’OFAJ redéfinit sa politique de relations publiques, dont la priorité devint  : «  toucher tous ceux qui, pour une raison ou pour une autre, ne peuvent participer eux-mêmes aux échanges  »6. Pour y parvenir, l’Office adopte une stratégie axée sur l’information des multiplicateurs  :

  • 7 Ibid.

Il s’adresse également, par les médias, à tous ceux qui, de par leur fonction, peuvent influencer l’opinion publique en matière de relations franco-allemandes et d’échanges7.

  • 8 Ibid.
  • 9 OFAJ, Rapport d’activité 1992, p. 55.
  • 10 Ursula E. Koch, Detlef Schröter, Pierre Albert (éds), Images Médiatiques franco-allemandes, Un dial (...)
  • 11 « Schüler machen Zeitung », in : Europäischer Informationsbrief, Bildung und Beschäftigung 3/03.

4Par conséquent, son but premier n’était pas d’adopter une logique publicitaire qui ne ferait qu’augmenter le nombre déjà trop élevé de participants à ses programmes, mais de sensibiliser à plus grande échelle l’opinion publique à son travail. C’est à cette époque qu’apparaissent également les idées de «  notoriété institutionnelle de l’Office  » et d’«  image  » auprès du public8. La presse est alors perçue comme l’instrument adéquat pour influencer l’opinion publique. Confronté à la difficulté de mesurer sa notoriété à travers la presse, l’Office organise à trois reprises, en 1976, 1985 et 1993, des sondages en France et en Allemagne de l’Ouest dans un premier temps, puis dans toute l’Allemagne après la réunification. Il en ressort que l’OFAJ, tout en restant plus populaire en Allemagne qu’en France, accuse entre 1976 et 1985 une détérioration croissante de son image auprès de la jeunesse des deux pays. À partir de 1993, l’Office remonte certes dans les sondages, mais le désintérêt de l’opinion publique française se confirme9. En outre, pour la première fois, une étude publiée dans l’ouvrage collectif Images médiatiques franco-allemandes. Un dialogue entre journalistes et chercheurs aborde la question de l’OFAJ dans la presse. Elle relève l’insuffisance quantitative et qualitative des articles consacrés au travail de l’Office, ce que Roland Kaehlbrandt, alors chef du service d’information et de relations publiques de l’OFAJ, explique par la barrière linguistique et culturelle existant chez des journalistes insuffisamment formés et informés sur la langue et l’histoire du pays voisin, par un intérêt inégal pour des reportages Outre-Rhin, ainsi que par des «  structures médiatiques différentes  »10. À partir de son 30e anniversaire, la mission informative de l’OFAJ vise donc à rétablir l’équilibre entre la couverture médiatique de son activité par la presse française et la presse allemande. Pour sensibiliser la presse à son travail de fond, l’OFAJ s’engage dans l’intensification de la formation interculturelle de jeunes journalistes et le contact direct des jeunes avec le journalisme, dont le programme «  Les jeunes écrivent l’Europe  »11 est l’exemple le plus probant.

5L’importance accordée par l’OFAJ à sa notoriété reflète-t-elle les tournants de son histoire et des relations franco-allemandes  ? Dans la présente étude, il s’agira donc d’analyser de manière diachronique la réception de l’OFAJ par la presse écrite à des périodes symboliques de son histoire. Ainsi, la création de l’OFAJ, la première crise, suivie de sa première restructuration en 1973, son rôle après la chute du Mur de Berlin et dans l’intégration européenne seront les dates clés de cette analyse. Le but sera de définir l’image générale de l’Office auprès du public, de constater les causes de l’évolution de son image médiatique et de déterminer si les articles de presse correspondent à l’opinion publique des deux pays. Enfin, il sera question de relever la congruence et la divergence du traitement de la question de l’OFAJ par les organes médiatiques français et allemands. Le choix des articles comme source principale de l’étude ne sera pas guidé par la recherche hypothétique d’une objectivité absolue, mais par l’originalité ou au contraire la représentativité de la position des journaux des pays partenaires. C’est pourquoi la pertinence des critiques sera confrontée avec la réalité de l’OFAJ.

La création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse ou les divergences franco-allemandes  : débats institutionnels et enjeux politiques selon la presse

État centraliste et gouvernement fédéraliste  : entre divergences d’opinion dissimulées et désaccords franco-allemands révélés par la presse

  • 12 Pour les visions divergentes de la signification des relations franco-allemandes, voir : Hartmut Ka (...)
  • 13 Maurice Vaïsse, La Grandeur. Politique étrangère du général de Gaulle 1958-1969, Paris, 1998, p. 18 (...)
  • 14 Charles Bloch, « De Gaulle et l’Allemagne », in : Élie Barnavi, Saul Friedländer (éds), La politiqu (...)
  • 15 Rapport d’activité 1963-1973, p. 43.
  • 16 Heiko Buschke, Deutsche Presse, Rechtsextremismus und nationalsozialistische Vergangenheit in der Ä (...)
  • 17 « C’est la meilleure réussite du traité de Gaulle-Adenauer, Trois cent mille rencontres entre jeune (...)
  • 18 « Les activités de l’Office franco-allemand de la Jeunesse sont couronnées de succès », Nord Littor (...)

6En 1963, le lecteur assiste à une sorte de joute médiatique entre la France et la République fédérale d’Allemagne, qui met en lumière le désaccord du public des deux pays sur la signification et le but de la création de l’OFAJ12. En effet, au sujet de la construction européenne, Français et Allemands avaient des conceptions différentes déjà pleinement révélées au moment de la crise des plans Fouchet en 1961-196213. Tandis que le général de Gaulle avait défendu une vision strictement intergouvernementale, Adenauer et les Allemands de l’Ouest envisageaient une Europe plus intégrée et supranationale14. La relation aux États-Unis et à l’OTAN était elle aussi dissemblable entre les deux gouvernements et les deux opinions publiques. Malgré ces divergences d’opinion, les relations franco-allemandes s’approfondirent, comme l’atteste la signature du traité de l’Élysée en janvier 1963. Dans un premier temps, l’OFAJ n’eut, lors de sa création, pas à subir les conséquences médiatiques des différends entre ses «  créateurs  ». Il faut ajouter à cela que l’Office avait mis un point d’honneur à informer les réseaux de journalistes et à coopérer avec les correspondants français et allemands15. La mission de l’OFAJ est de faire comprendre, par la communication intensive, qu’il faut distinguer l’OFAJ, en tant qu’organisation fondée sur les échanges de jeunes, des accords économiques et militaires passés entre les deux gouvernements. Les titres rapportant la création de l’OFAJ sont en majorité positifs, voire élogieux, presse française et allemande confondues. En Allemagne, les journalistes parlent en effet d’«  événement historique  » (Pariser Kurier, 2 novembre 1963), ils soulignent l’étendue du projet  : «  L’OFAJ se consacre à des centaines de milliers de jeunes Allemands et Français  » (Frankfurter Allgemeine Zeitung, 30 octobre 1963), ou saluent l’initiative au profit de «  l’ancrage de l’amitié  », (Flensburger Tageblatt, 7 décembre 1963). La mobilisation de la Frankfurter Allgemeine Zeitung est à ce sujet considérable. Du 28 octobre au 1er novembre, elle consacre quotidiennement une page aux échanges prévus par l’OFAJ et annonce solennellement leur lancement. Dans ce contexte, le quotidien allemand confirme sa réputation mondiale, forgée dès l’époque de la République de Weimar, comme organe de presse connu pour ses reportages de qualité à l’étranger et son rôle d’auxiliaire du ministère des Affaires étrangères16. En France, l’approche médiatique de l’événement est moins enthousiaste dans les premiers mois. Les sondages réalisés par l’IFOP au début des années 1960 ont montré que les questions de politique étrangère ne faisaient pas partie des priorités des Français. Aussi bien Le Monde que Le Figaro se limitent souvent à rapporter les propos des responsables de l’OFAJ et des chefs d’État. D’un point de vue quantitatif, le nombre d’articles français est beaucoup moins considérable qu’en Allemagne. Cette différence peut s’expliquer par le fait que l’accord concernant l’OFAJ fut signé le 5 juillet 1963 à Bonn. On constate donc à cette occasion les limites de la couverture d’événements en Allemagne par les correspondants français. Les deux quotidiens nationaux précédemment cités se partagent presque l’exclusivité de l’actualité franco-allemande, et la présence de la presse régionale sur ce terrain est très limitée. La situation se renverse dès 1964. En effet, on lit dans le Nord Littoral17 du 21 mai 1964 que les «  activités de l’Office franco-allemand de [sic] la Jeunesse sont couronnées de succès  », un article de Paris Presse18 de l’année suivante déclare encore que l’OFAJ est «  la meilleure réussite du traité de Gaulle-Adenauer  ».

  • 19 Ludwig Erhard, « „England gehört zu Europa“. Ansprache zur Einleitung der Verhandlungen über einen (...)
  • 20 Uta Schmitt, Diskurspragmatik und Syntax, Die funktionale Satzperspektive in der franzö-sischen und (...)
  • 21 « Deutsch-Französisches Jugendwerk gegründet. Der Austausch soll die gesamte Jugend, nicht nur Stud (...)
  • 22 Lors de la conférence franco-allemande du 26 mai 1963 à Bonn, Erhard souligne son regret que la Fra (...)
  • 23 Ibid., p. 285.
  • 24 Christian M. Schmitz, Zwischen Mythos und Aufklärung: Deutschland in der außen-politischen Berichte (...)
  • 25 « Le Traité franco-allemand du 22 janvier 1963 », in : Sylvie Banoun, Rita Daun (éds), Les Relation (...)
  • 26 Henri de Kergolay, « Aujourd’hui à Paris, Réunion constitutive de l’Office franco--allemand de la j (...)
  • 27 Vaïsse, La Grandeur (op. cit., note 13), p. 352.
  • 28 Pierre Guillen, « Opinion publique et politique étrangère en France depuis 1945. Bilan des études m (...)
  • 29 Claude Bellanger et al., Histoire générale de la Presse française, tome V : De 1958 à nos jours, Pa (...)
  • 30 Guillen, op. cit., p. 64.

7Cependant, l’automne 1963 marqua aussi un tournant dans les relations franco-allemandes en raison de l’arrivée à la chancellerie de Ludwig Erhard, adepte du libéralisme à l’échelle mondiale, américanophile et partisan de l’entrée de l’Angleterre dans le Marché commun19. C’est un élément important à prendre en compte dans l’analyse des articles de presse relatifs à la création de l’OFAJ, qui mettent en relation les ambitions européennes des chefs d’État et les missions de l’Office. Pour l’ensemble de la presse allemande – en particulier pour les journaux régionaux – qui ne détiennent que 18  % des parts du marché de la presse écrite20, le caractère européen de l’OFAJ est une évidence. Le Tagesanzeiger de Regensburg21 du 30 octobre 1963, dans un article synthétique dont le contenu est caractéristique du discours allemand, met par exemple l’accent sur le rôle qu’attribue Ludwig Erhard à l’OFAJ dans la promotion de l’unification européenne. Cependant, si le nouveau chancelier allemand préconisait le développement de l’amitié franco-allemande «  en Europe  »22, il souhaitait rompre avec l’ère Adenauer en resserrant les liens avec d’autres pays européens et plus précisément avec la Grande-Bretagne23. Le point de vue développé par le ministre de la Jeunesse Bruno Heck occupe une place de choix dans l’article  : la réalisation d’une Europe unie ne pourra être effective qu’avec l’amitié franco-allemande. La presse régionale allemande tend alors à présenter l’OFAJ à son public comme une institution essentiellement politique qui permettra à l’Allemagne d’occuper une place centrale dans la construction d’une Europe puissante et unie. L’opinion publique française, de son côté, est convaincue que l’Allemagne recherche le prestige et la reconnaissance internationale24, d’autant que, dès son arrivée au pouvoir le 16 octobre 1963, Erhard avait apporté son soutien au projet américain de force atomique multilatérale qu’Adenauer avait timidement approuvé et de Gaulle rejeté25. La presse nationale française répond. En 1963, Le Figaro26 publie un article qui se veut très clairement polémique, voire ironique. Dès le titre, le lecteur est éclairé sur les désaccords entre la France et la République fédérale  : le quotidien national français y affirme que «  faire avancer la cause de l’Europe  » en tant que priorité de l’OFAJ est l’opinion des «  milieux fédéraux  », par opposition à l’opinion publique française. L’article n’est pourtant pas représentatif du public français, qui se prononce dans les sondages en faveur de l’intégration de la Grande-Bretagne dans le Marché commun27. Cependant, Pierre Guillen28 remarque à ce sujet que, si la presse allemande et française29 se montre parfois hostile à la politique extérieure du général de Gaulle et que le public français n’approuve pas toujours les décisions de son président, les sondages indiquent que la majorité des Français le soutient30.

RDA et prise de position radicale de la presse est-allemande

  • 31 « Deutsch-französisches Jugendwerk bereitet Ärger, Die Kritik wendet sich gegen unverständliche Pra (...)
  • 32 Voir la contribution de Ulrich Pfeil dans cet ouvrage.
  • 33 Bloch, « De Gaulle et l’Allemagne » (op. cit., note 14), p. 128.
  • 34 Ulrich Pfeil, « Die DDR und der Élysée-Vertrag vom 22. Januar 1963 », in : Heiner Timmermann (éd.), (...)

8Lors de la création de l’OFAJ, Das freie Wort31, quotidien régional du SED – parti socialiste unifié –, reflète la vive réaction de Berlin-Est au sujet d’une institution qui excluait dans son principe la jeunesse est-allemande au seul profit des jeunes ouest-allemands32, et qui était le produit du traité de l’Élysée, si critiqué par Moscou et le régime est-allemand33. Le quotidien accuse surtout l’OFAJ de mettre en danger une hypothétique unité allemande par le biais de voyages de jeunes influencés dans leurs choix par les subventions de l’Office. Das freie Wort s’attaque enfin à l’essence de l’Office en soulignant le désaccord de ceux qu’il appelle les «  concernés  » – c’est-à-dire la «  jeunesse ouest-allemande  » – avec les échanges exclusifs entre jeunes Français et Allemands prévus par l’OFAJ. Le journal exprime sa «  satisfaction  » de voir les jeunes Allemands se rebeller contre ce qu’il nomme un «  phénomène particulièrement étrange, caractéristique de la bureaucratie ouest-allemande  ». Cette critique corrobore cependant la thèse selon laquelle la presse est-allemande n’était en réalité pas une source informative, mais visait à affaiblir la politique extérieure du gouvernement fédéral34. La portée de ces critiques fut cependant très limitée, car Das freie Wort, en tant qu’organe de la SED, ne jouissait que d’une crédibilité extrêmement réduite en RFA et son tirage de moins de 160 000 exemplaires n’en faisait pas non plus un «  créateur d’opinion  » en Allemagne de l’Est.

«  Autonomie de gestion et d’administration  »  ? Sociaux-démocrates et jeunes socialistes au centre des débats médiatiques

  • 35 « Zweifel an der Unabhängigkeit, Sozialdemokraten kritisieren deutsch-französisches Jugend-werk », (...)
  • 36 Cf. Buschke, Deutsche Presse (op. cit., note 16).
  • 37 Voir l’article « Complication des relations politiques et consolidation de l’OFAJ au cours des anné (...)
  • 38 Ibid., p. 65.
  • 39 Ibid.

9En 1963, l’organisation de l’OFAJ, et plus particulièrement son statut juridique, est sujet à controverse dans la presse. En Allemagne, elle est l’objet de critiques frontales, surtout de la part des sociaux-démocrates qui s’inquiètent pour l’autonomie de l’Office par rapport aux États. La Frankfurter Rundschau35, d’inspiration sociale-démocrate36, titre  : «  Doute sur l’indépendance – Les sociaux-démocrates critiquent l’OFAJ  ». L’autonomie de l’Office n’est-elle pas menacée si les membres de l’Office sont en majorité des représentants directs du gouvernement  ? La presse reflète en cela les interrogations au sein de l’OFAJ, car, avec la question de la bilatéralité, l’autonomie était le point essentiel des discussions entre Français et Allemands37. Cependant, il ne s’agissait pas d’un danger réel, car l’accord du 5 juillet 1963 avait prévu que la majorité des membres du conseil d’administration de l’Office serait issue de la société civile38. En revanche, la critique énoncée dans la Frankfurter Rundschau selon laquelle une majorité des trois-quarts serait nécessaire pour mettre les représentants directs du gouvernement en minorité, correspond à la réalité. Il s’agit effectivement d’une minorité de blocage retenue par les deux gouvernements. Avec 8 sièges sur 20 seulement39, les représentants de l’État, avec ce système de vote, avaient la possibilité d’imposer leur veto. Ces critiques formulées par la presse aux premiers temps de l’Office ont une importance capitale, car elles formaient l’image de l’institution auprès du public. En France, en revanche, le caractère juridique ne défraie pas la chronique. Jacques Nobécourt livre dans Le Monde une vision plus sereine de la question de la dépendance relative de l’OFAJ, mais il engage une polémique en comparant le choix des membres français et allemands du conseil d’administration de l’OFAJ  :

Mais l’un de ses membres, Mme Lemke, est en fait une déléguée du parti socialiste, alors que les critères d’appartenance à des formations politiques n’ont pas été retenus dans la délégation française.

  • 40 Henri de Kergolay, cf. note 26 ci-dessus.

10À l’instar d’Henri de Kergolay, envoyé spécial du Figaro40, le public français semble effectivement moins choqué par le statut de l’OFAJ  : «  Le statut juridique de l’Office a été, en France, déjà défini et approuvé  ». Cette divergence d’intérêt entre l’opinion publique française et allemande peut s’expliquer par les structures opposées des deux pays, l’un centraliste, l’autre fédéraliste.

  • 41 Cf. Buschke, Deutsche Presse (cf. note 16).
  • 42 Pour la coopération de l’OFAJ avec les organisations de Jeunesse, voir l’article de Hans Manfred Bo (...)
  • 43 « Scharfe Kritik am deutsch-französischen Jugendwerk », Stuttgarter Zeitung, 29 novembre 1963.
  • 44 « Jungsozialisten kritisieren Familienminister », Stuttgarter Zeitung, 28 octobre 1963.
  • 45 Wolfgang R. Krabbe, Parteijugend in Deutschland, Junge Union, Jungsozialisten und Jungdemokraten 19 (...)
  • 46 « Eine politische Tat », Echo der Zeit, 10 novembre 1963.
  • 47 Werner Erdsack, « Jeder einmal billig nach Paris? Das Deutsch-Französische Jugendwerk – was es will (...)
  • 48 « Deutsch-französisches Jugendwerk, Studienreise – kein Tourismus », Pariser Kurier, 7 septembre 19 (...)

11Dans la presse de 1963, l’essence de l’Office franco-allemand pour la «  jeunesse  » est mise en question. La Frankfurter Rundschau, qui se désignait dans les années 1960 comme journal de l’opposition parlementaire et des mouvements étudiants41, donne la parole au représentant élu de toutes les organisations de jeunesse démocratiques allemandes Waldemar Ritter, qui formule plusieurs critiques  : L’OFAJ aurait tenu les jeunes à l’écart de l’élaboration de ses projets  : «  En République fédérale, on n’a demandé conseil ni aux grandes organisations de jeunes, ni à leurs trois organismes de coordination  », c’est-à-dire la Junge Union, les Jungsozialisten, et la Demokratische Jugend Deutschlands. Pourtant, la coopération de l’OFAJ avec les organisations de jeunes pour l’élaboration des programmes était mentionnée dans l’accord signé par les deux gouvernements et, dans les faits, elle fut massivement respectée42. Deuxièmement, l’article regrette que le conseil donné par les organisations de jeunesse de réunir des groupes socialement et politiquement homogènes n’ait pas été entendu. Des arguments similaires sont avancés le même jour dans le Bade-Wurtemberg dans un article de la Stuttgarter Zeitung43. La comparaison des articles traitant de la critique de l’OFAJ par de jeunes journalistes montre cependant qu’il s’agit souvent d’une reproduction écrite de conférences données par les organisations de jeunes. La partialité ou l’ignorance des journalistes face à l’OFAJ est visible dans l’absence évidente de contre-arguments ou de démonstration des thèses avancées. En effet, le même journal avait déjà un mois auparavant souligné l’absence de jeunes au sein de la direction de l’OFAJ qui faisait penser à un «  conseil d’administration pour aide aux personnes âgées  », selon les dires d’Holger Höner, chef des Jeunes Socialistes44. En Allemagne, les jeunes ont, il est vrai, une place significative dans la vie politique dans la mesure où, après la guerre, ils ont été largement impliqués dans la reconstruction démocratique de l’Allemagne45. Aussi les porte-parole de la jeunesse pensent avoir un rôle essentiel à jouer au sein de l’OFAJ. C’est pourquoi les mouvements de jeunesse se penchent sur les finances de l’organisme qu’ils soumettent à une critique d’autant plus sévère que le budget est élevé. À quelles fins l’argent du contribuable va-t-il être dépensé  ? L’Echo der Zeit46 rend compte des inquiétudes  : l’argent ne risque-t-il pas d’attirer des esprits malveillants, désireux de profiter de subventions pour des projets personnels  ? Les initiatives privées d’échange ne risquent-elles pas de subir les conséquences d’une concurrence déloyale  ? Mais surtout, les programmes de l’OFAJ ne risquent-ils pas d’être considérés comme une possibilité de voyager à peu de frais  ? Dans ces conditions, la presse a en 1963 un rôle important à jouer comme intermédiaire entre l’OFAJ et les jeunes Français et Allemands. Ainsi, la Rheinische Post47 du 27 décembre 1963 expliqua-t-elle ce que l’Office «  veut et ce qu’il ne veut pas  » (être considéré comme une agence de voyage). Le Pariser Kurier48, périodique bilingue allemand, insiste également sur la dimension pédagogique et non touristique prévue dans les échanges. Pourtant, les deux journaux révèlent leur scepticisme quant à l’application de ces directives, ce qui laisse présager que l’OFAJ aurait très vite des comptes à rendre publiquement.

Le dixième anniversaire de l’OFAJ, synonyme des premiers bilans publics

De la critique à la première restructuration de l’OFAJ (1973-1974)

Les programmes d’échange  : Quantité ou qualité  ?

  • 49 Voir la contribution de Katja Marmetschke dans cet ouvrage.
  • 50 « Qualität verbessern », Münstersche Zeitung, 7 août 1968.
  • 51 Georges Schlocker, « Nur Quantität statt Qualität? Deutsch-französischer Kultur-austausch braucht n (...)
  • 52 Armin H. Nébila (éd.), « FRANKREICH – BR DEUTSCHLAND, 25. Jahrestag des deutsch-französischen Jugen (...)
  • 53 Éditions Oberlin, La réalité quotidienne des échanges franco-allemands, Strasbourg, 2000, p. 41.

12Pour son 10e anniversaire, les médias dressent le bilan des activités de l’Office. La mobilisation de la presse régionale et nationale en 1973 est sans précédent et sans équivalent par la suite. Mais cette attention médiatique n’est pas à l’avantage de l’OFAJ49. Préférer la quantité à la qualité  ? Telle est alors la question qui préoccupe l’opinion publique. Dès 1968, le nombre considérable des échanges avait déjà suscité l’inquiétude  : ces programmes sont-ils suffisamment préparés50  ? En 1973, la critique se concentre non pas tant sur le budget lui-même (la tendance est déjà à la baisse), mais sur la manière dont les crédits sont utilisés. Le Tages-Anzeiger de Zurich51 s’interroge  : «  L’argent des deux États va-t-il à des projets irréprochables  ?  ». D’après lui, la jeunesse aurait jusqu’alors «  profité de voyages de masse bon marché  ». Cette thèse est énergiquement démentie par l’Office  : «  L’OFAJ a réussi à empêcher que l’échange franco-allemand ne sombre dans un simple tourisme de jeunes  »52. Georges Schlocker, correspondant allemand attaché à six journaux et accrédité en France53, propose à l’OFAJ de se concentrer sur le «  qualitatif  ». Cette option est soutenue par la presse allemande et française de la même époque. À ces critiques, l’OFAJ répond  :

  • 54 Nébila, « FRANKREICH – BR DEUTSCHLAND » (op. cit.), p. 2.

Nous avons toujours refusé les faux problèmes et évité d’opposer les éléments quantitatifs aux éléments qualitatifs. Nous attachons la même importance aux deux54.

  • 55 Bernard Soulé, « Office franco-allemand pour la Jeunesse. Un an de réflexion », Le Figaro, 12 décem (...)
  • 56 « Objectifs pédagogiques pour l’OFAJ », L’Éducation, 16 janvier 1975.

13Certes, l’OFAJ concède que la dimension pédagogique des rencontres peut être améliorée, mais réaffirme sa volonté de faire participer le plus grand nombre de jeunes aux échanges et rencontres. Le Figaro55 consacre par ailleurs en 1974 un long article à l’analyse des finances de l’OFAJ qu’il répartit entre budget «  ordinaire  » (les guillemets dans le texte original ont une connotation ironique) et «  extraordinaire  ». D’un côté, la baisse du budget de l’OFAJ est considérée comme néfaste, car elle contraint à une diminution des échanges entre jeunes Français et Allemands. De l’autre, cette réduction budgétaire entraîne des échanges «  mieux subventionnés et d’une meilleure qualité pédagogique  »56. L’article montre que l’OFAJ, suite à sa première restructuration et «  victime  » de la conjoncture économique défavorable de la France, est une institution ambivalente et innovatrice, capable de s’adapter aux nouveaux besoins de la jeunesse et aux évolutions de ses gouvernements de tutelle.

Entre autonomie et bilatéralité. Les relations franco-allemandes en difficulté  : quelles conséquences pour l’OFAJ  ?

  • 57 Andreas Wilkens, Der unstete Nachbar: Frankreich, die deutsche Ostpolitik und die Berliner Vier-Mäc (...)
  • 58 Voir l’article de Katja Marmetschke dans cet ouvrage.

14La question de la dépendance de l’OFAJ vis-à-vis de l’État refait surface dans la presse à l’occasion de la première restructuration de l’Office et débouche désormais sur une interrogation sur le maintien ou la suppression de l’Office, comme l’illustre l’argumentation du Figaro  : «  Le cheminement de l’OFAJ est étroitement lié depuis sa création à l’évolution des relations politiques entre les deux pays  ». Cette formulation est quelque peu troublante  : l’OFAJ, créé pour resserrer les liens d’amitié entre la France et l’Allemagne, pourrait-il être menacé par une éventuelle détérioration des relations entre les deux pays  ? Il est vrai que les tensions entre Georges Pompidou et Willy Brandt57 ne furent pas sans conséquences pour l’OFAJ dans les médias58. En réalité, ce sont les relations politiques et économiques entre la République fédérale et la France qui sont au centre de la controverse. Selon Werner Bökenkamp de la FAZ, les deux facteurs susceptibles d’avoir des conséquences négatives sur l’amitié ou la réconciliation entre la France et l’Allemagne sont «  la prédominance économique de l’Allemagne  » et son «  Ostpolitik  ». Or, au début des années 1970, les relations avec les pays de l’Europe de l’Est sont objets de tensions, voire de rivalités entre le président français et le chancelier allemand. Au plan économique, Pompidou et l’opinion française s’inquiètent de la puissance économique allemande. Ces tensions menacent-elles réellement l’existence de l’OFAJ  ? Celui-ci tente de démentir publiquement la thèse selon laquelle l’institution pâtirait des divergences économiques et politiques entre les deux gouvernements. Ainsi, Rudolf Herrmann, responsable du service de presse et d’information de l’OFAJ, affirme dans le Rheinischer Merkur, hebdomadaire chrétien et conservateur, que «  le statut compliqué  » de l’OFAJ, «  son autonomie de gestion et d’administration  » et son caractère bilatéral garantissent sa pérennité. Il s’agit ici d’une stratégie officielle de défense qui devait être à nouveau mise en avant ultérieurement. Lors du 25e anniversaire de l’OFAJ, le secrétaire général Daniel Groscolas devait déclarer  :

  • 59 Nébila, « FRANKREICH – BR DEUTSCHLAND » (op. cit., note 52), p. 2.

Le caractère binational de l’OFAJ garantit l’autonomie qui est mentionnée dans l’accord lors de sa création. Du fait qu’il est franco-allemand, l’OFAJ ne peut être l’instrument de la politique nationale59.

15Il est certain que la bilatéralité est censée empêcher chacun des deux gouvernements de vouloir utiliser l’OFAJ pour influencer la jeunesse au profit d’intérêts exclusivement nationaux.

L’OFAJ et la presse  : pour une amélioration de la politique d’information

  • 60 OFAJ, procès-verbal du conseil d’administration, 48e session, 17 juin 1980, p. 18.
  • 61 Jeunesse et Sports, p. 85.
  • 62 Ibid., p. 4.
  • 63 « L’importance de ces fonds s’explique par l’idée politique profonde qui constituait le fondement d (...)
  • 64 « Wirksamer denn je. Das Deutsch-Französische Jugendwerk 1975 », Badische Zeitung, 15 mars 1975.
  • 65 « Für Berufstätige wird etwas getan, Deutsch-Französisches Jugendwerk strebt qualifizierten Austaus (...)
  • 66 « Ein Modell für Europa », Frankfurter Allgemeine Zeitung für Deutschland, 11 août 1975.

16Ayant quelque peu négligé ses relations avec la presse depuis 1963, l’OFAJ refuse en 1973 de laisser ternir son image auprès du public convaincu que l’action de l’Office est principalement quantitative. Ceci montre à quel point la presse forgea les représentations de l’Office auprès du public. Pour remédier à la dégradation de son image, l’Office renforce «  l’action d’information  », afin que «  le contenu même des échanges soit mieux perçu  »60. En d’autres termes, l’OFAJ souhaite offrir au public une description plus détaillée et réflexive des échanges et rencontres qu’il subventionne. La direction de l’OFAJ, estimant que l’image de l’institution souffrirait d’un grand intérêt porté à son budget et de l’indifférence pour «  la réalité vivante des échanges franco-allemands sur le terrain  », organise en 1975 une rencontre avec des journalistes français et allemands destinée à mieux faire connaître le travail de l’Office61. Suite à sa restructuration, l’OFAJ considère l’information comme une de ses priorités. L’action informative de l’Office franco-allemand consiste dès 1973 surtout en la prise de contact directe avec les organes de presse, menant à un nombre important de publications d’entretiens avec les représentants de l’Office. C’est le cas du Rheinischer Merkur, qui publie en 1975 un long entretien avec Rudolf Herrmann. Celui-ci déplore, en prenant à partie l’opinion publique, la «  négligence  » des deux États qui, d’après lui, ne tiendront pas leur promesse de relever le budget de l’OFAJ, considéré par certains observateurs comme déjà très élevé. En outre, le budget important de l’Office bilatéral, en comparaison d’autres organisations d’échanges comme l’Office européen des jeunes, avait souvent suscité l’incompréhension de la presse. Cet état de fait n’est pas démenti par l’OFAJ qui, bien au contraire, l’explique par son rôle déterminant pour la politique culturelle franco-allemande. En revanche, Herrmann réaffirme le refus de l’OFAJ de nuire à ces organisations et encourage l’État à accorder des investissements «  pour plus d’esprit européen  », c’est-à-dire en faveur des organisations européennes de jeunesse qui «  complètent le travail de l’OFAJ  »62. Il faut noter que, jusqu’alors, ni l’OFAJ dans ses déclarations (à l’exception de son premier rapport d’activité63), ni la presse dans les articles traitant des finances de l’Office n’avaient avancé d’arguments visant à éclairer le public au sujet de cette importante modification du budget. Estimant que les critiques résultaient de l’incompréhension d’un public mal informé de ses activités, l’OFAJ cibla le soutien des médias. Les conséquences furent immédiates, comme en témoignent les titres «  Plus efficace que jamais  »64, «  On fait quelque chose pour les personnes exerçant une activité professionnelle  »65 ou encore «  Un modèle pour l’Europe  »66. En peu de temps, la critique fait place à l’éloge.

Les années 1980 et 1990  : tournant dans l’histoire de la réception de l’OFAJ par la presse

Le début des années 1980  : un intérêt croissant de la presse régionale

  • 67 DFJW, Orientationsvorschläge 1979, p. 26.
  • 68 « „Zum besseren Verständnis der Jugend beider Länder beitragen“, Schulpartnerschaft Lich – Deulefit (...)
  • 69 Voir l’article d’André Koch dans cet ouvrage.
  • 70 Voir les articles d’André Koch et d’Anne-Kathrin Auel dans cet ouvrage.

17De 1978 à 1988 – 25e anniversaire de l’OFAJ – l’intérêt de la presse nationale pour l’Office diminue. Cette évolution reflète-elle une indifférence accrue de l’opinion publique pour l’institution  ? En réalité, une tendance nouvelle se dessine en France  : les activités de l’OFAJ sont désormais presque exclusivement couvertes par la presse régionale. C’est le résultat de la réorientation par l’Office de sa politique d’information, fondée sur une coopération plus étroite avec les journalistes pour les inciter à rédiger «  des reportages individualisés révélant la dimension humaine des rencontres  »67. Les articles des années 1980 se concentrent surtout sur cette dimension «  non officielle  » du travail de l’OFAJ. Déjà pour le 15e anniversaire, en 1978, les médias (presse régionale surtout) avaient mis en avant l’aspect interne des rencontres (jumelages, les échanges culturels, etc.), sans faire ressortir encore le rôle pédagogique de l’Office. En effet, l’Office est encore considéré comme une organisation passive, un pourvoyeur de fonds. La presse parle majoritairement du «  soutien financier  »68 apporté par l’OFAJ, ce qui pourrait amener le public à se méprendre sur l’Office. C’est au début des années 1980 que la presse analyse de plus près le rôle culturel et pédagogique de l’OFAJ dans les programmes, que ce soit à l’occasion du séminaire d’Otzenhausen (Sarre) – débat sur l’intégration du Portugal à la Communauté européenne (Libération Champagne et Est-Éclair, 2 juillet 1983) –, de l’exposition d’art moderne co-organisée par l’Office à Marseille (La Marseillaise, 3 juillet 1983), ou d’une rencontre entre sportifs français et allemands à Vittel (Est Républicain, 21 juillet 1983). En juillet 1983, pas moins de dix quotidiens régionaux français consacrent un article aux stages de voile organisés par l’OFAJ dans le cadre des «  programmes en plein air  »69, à forte connotation éducative et linguistique. La presse commence alors à considérer l’Office en soi, indépendamment de l’évolution des relations politiques franco-allemandes. L’OFAJ n’est alors plus guère objet de critiques dans les médias, mais c’est au sein même de l’institution que les nouveaux thèmes de rencontres, typiques des années 1980, suscitent des mécontentements70.

La réunification allemande et l’intégration européenne au centre des préoccupations franco-allemandes  : débats autour du rôle de l’OFAJ

L’intégration des nouveaux Länder dans les programmes de l’OFAJ

  • 71 OFAJ, 70e session du conseil d’administration, point 2 de l’ordre du jour, « Rapport intermédiaire (...)
  • 72 Manuela Glaab, Deutschlandpolitik in der öffentlichen Meinung, Opladen, 1999, p. 389 sq.
  • 73 Voir l’article de Ulrich Pfeil dans cet ouvrage.
  • 74 Dagmar Sinz, « Deutsch-französische Gespräche, Das Gespenst der Utopielosigkeit », Pariser Kurier, (...)

18Après la chute du Mur de Berlin, la capacité d’adaptation de l’OFAJ à un changement politique soudain est plus que jamais mise à l’épreuve. Dans la voie vers la réunification, l’Office a un rôle déterminant à jouer dans la connaissance mutuelle entre jeunes est-allemands et français, mais aussi entre Est- et Ouest-Allemands. Ce tournant conduit l’OFAJ à engager une véritable «  campagne médiatique  »71. La mission éducative de l’OFAJ, en coopération avec la presse, s’apparente à une stratégie triangulaire. Certes, les Allemands de l’Ouest étaient en principe favorables à la réunification, mais pensaient qu’il faudrait du temps pour cela72. Aussi, l’Office décide-t-il immédiatement d’ouvrir ses programmes aux jeunes Allemands de l’Est à hauteur de 50  % des participants allemands, puis après la réunification d’intégrer les nouveaux Länder aux programmes. L’OFAJ doit ensuite faire face aux conséquences indirectes de la division allemande. La jeune génération française, mais aussi ouest-allemande, connaît mal l’Allemagne de l’Est. Il s’agit donc d’intégrer l’est de l’Allemagne dans le schéma de pensée franco-allemand des jeunes. Mais c’est en ex-RDA que le travail le plus important est à réaliser auprès de la jeunesse, où l’image du Français est anachronique73 et où la politique du régime de la SED, hostile à la RFA, a laissé des traces dans les esprits. Peu après la chute du Mur de Berlin, la question de l’unité allemande fait la une des journaux français et allemands. La presse s’accorde à penser que la réunification sera un processus difficile. Ainsi, le Pariser Kurier74 écrit que les «  différences entre les deux parties de l’Allemagne ne s’effaceront pas rapidement  ». C’est ce que le secrétaire général de l’Office, Gert Hammer, appelle les «  rideaux dans les esprits  ». Aux yeux des journalistes, l’OFAJ doit être un acteur important de la réunification, ce que Roland Kaehlbrandt résume ainsi  :

  • 75 Roland Kaehlbrandt « For ever young ? L’Office franco-allemand pour la Jeunesse », in : Ménudier (é (...)

Si, dans le passé, des voix critiques se sont parfois élevées pour accuser l’OFAJ de lenteur bureaucratique, elles se taisent désormais face à un nouvel élan de l’institution, dont le personnel fait preuve d’une très grande mobilité et d’un réel enthousiasme pour la nouvelle cause franco-allemande75.

  • 76 Laurent Leblond, « La percée à l’Est de l’OFAJ. Les échanges franco-allemands pour la jeunesse s’él (...)
  • 77 Brigitte Sauzay, Rudolf von Thadden, Mitterrand und die Deutschen, Göttingen, 1998, p. 20 sq. ; Ulr (...)
  • 78 « L’Allemagne, c’est un fait, effraie toujours : non plus par sa puissance militaire, mais par le r (...)
  • 79 Kaehlbrandt, « For ever young ? » (op. cit., note 75), p. 128.
  • 80 Jean-Paul Picaper, « Francophonie ou vodka-coca ? “Vous nous avez manqué” », L’Éclair des Pyrénées, (...)

19À l’instar de Laurent Leblond dans Le Monde76, la presse française réserve un accueil enthousiaste à la mobilisation de l’OFAJ. Le journaliste salue en particulier le rôle de médiateur de l’OFAJ entre jeunes ouest- et est-allemands, qui par l’inclusion d’un tiers – les jeunes Français – évite une confrontation et une comparaison trop directe entre jeunes des deux Allemagnes. Mais le journal, qui semble partager quelque peu la crainte répandue dans l’opinion et dans les cercles politiques, y compris par le président François Mitterrand77 lui-même, d’un accroissement de la puissance allemande78, met l’accent sur le rôle d’interlocuteur privilégié de la France face à la jeunesse est-allemande. Rappelons qu’en décembre 1989, François Mitterrand signe, au désarroi de l’OFAJ, un accord avec la RDA prévoyant des échanges entre jeunes français et est-allemands79. Dans un article signé par l’ancien correspondant du Monde en Allemagne fédérale, Jean-Paul Picaper, paru dans L’Éclair des Pyrénées80, quotidien régional dont le tirage ne dépasse pas 20 000 exemplaires, Brigitte Sauzay (1948-2003), à l’époque interprète pour l’allemand du président Mitterrand, agissant en faveur de l’intégration des nouveaux Länder dans les programmes de l’Office, apparaît comme une messagère, la France comme un lieu idyllique et l’OFAJ comme un sauveur de la culture est-allemande. Cependant, l’action du gouvernement français en faveur des jeunes est-allemands reste en arrière-plan de l’article. L’Éclair des Pyrénées salue en effet, dans la perspective de la réunification, avant tout l’engagement de l’OFAJ dans le recyclage «  de professeurs de russe en professeurs de français  », un processus soutenu financièrement par la ministre allemande de la Jeunesse Angela Merkel.

  • 81 « Das Deutsch-Französische Jugendwerk wird auch in den neuen Bundesländer wirksam », Harz Kurier, 6 (...)
  • 82 Rüdiger Pannenborg, « Kennenlernen schafft neue Freundschaften. Schwerin: Jugendwerk zieht erste Bi (...)
  • 83 Voir l’article de Ulrich Pfeil dans cet ouvrage.
  • 84 Fritz Ulrich Fack, « Der Einheit eine Gasse », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 12 février 1990, n°  (...)

20La presse allemande prend une position sans ambiguïté vis-à-vis de l’OFAJ, avant même la réunification  : «  Surtout dans les premiers temps, les nouveaux Länder ont besoin d’une aide importante de la part de l’OFAJ  »81, ce qui témoigne de l’efficacité de la campagne médiatique organisée par l’Office. Deux mois plus tard, la Morgenpost82 publie un bilan positif de l’activité de l’OFAJ dans les nouveaux Länder. La participation de 1 000 jeunes des nouveaux Länder aux programmes de l’Office est certes encourageante, mais encore insuffisante. En 1991, ce chiffre est multiplié par neuf83. Rüdiger Pannenborg souligne notamment l’action de l’OFAJ contre le chômage en ex-RDA, qui représente la difficulté économique principale dans le processus de réunification, ce que la FAZ qualifie de «  sacrifice national  »84. Enfin, le rôle de l’Office franco-allemand semble pour la première fois réellement compris par la presse  : «  rapprocher les hommes, faire découvrir les cultures et éveiller la compréhension mutuelle  ».

Le «  oui à Maastricht  » de Gert Hammer dans Le Monde et Le Figaro

  • 85 Wichard Woyke, Deutsch-französische Beziehungen seit der Wiedervereinigung. Das Tandem fasst wieder (...)
  • 86 Jean-Paul Picaper, « Une interview de Gert Hammer, “L’Europe est un ensemble d’identités solidaires (...)
  • 87 « La campagne pour le référendum sur le traité de Maastricht, M. Hammer invite la jeunesse à dire “ (...)
  • 88 Woyke, Deutsch-französische Beziehungen (op. cit., note 85), p. 50.
  • 89 Kaehlbrandt, « For ever young ? » (op. cit., note 75), p. 131.

21À la perspective de l’Europe de 1993, le rôle de l’OFAJ, qui consiste à favoriser le processus d’intégration européenne, connaît une illustration nouvelle. Le traité de Maastricht, qui suppose une délégation de compétences nationales à la Communauté européenne, ne fait effectivement pas l’unanimité, surtout en France où le Schäuble-Lamers-Papier prévoyant l’Union européenne sur la base d’une souveraineté partagée entre les États-membres soulève des discussions houleuses85. C’est pourquoi l’OFAJ, représenté par son secrétaire général Gert Hammer, lance dans la presse un véritable appel à la jeunesse française en faveur du «  oui  » à Maastricht. Le Figaro86 exprime son «  euroscepticisme  » par un rapport distancé aux propos de Gert «  Hammet  » [sic]. Cette attitude typique se traduit par l’absence de la notion d’Europe dans l’ensemble des questions posées par le journaliste. En outre, Jean-Paul Picaper semble porter un plus grand intérêt aux conséquences qu’aurait un «  non  » pour l’OFAJ que pour les perspectives d’avenir auxquelles mènerait un «  oui  » au traité. Cependant, l’enjeu que représente le référendum pour l’OFAJ est révélateur dans l’article  : un refus des Français ne signifierait en effet pas seulement une remise en question de son activité, mais également une annulation des acquis de générations d’échanges franco-allemands. Enfin, ce que Le Figaro nomme sobrement «  le point de vue  » du secrétaire général de l’OFAJ sous-estime ce qui s’apparente plutôt à une campagne politique pressante  : «  Qui veut l’Europe doit dire “oui” à Maastricht  » ou encore «  Notre modèle d’Europe comporte différentes identités nationales solidaires  ». Le Monde87, en revanche, accueille avec un enthousiasme plus manifeste l’engagement de l’OFAJ dans la construction européenne. Le journal souligne en effet le rôle fondamental de l’Office en amont. Selon le quotidien national, les échanges ayant encouragé la compréhension, la mobilité et la formation linguistique en France et en Allemagne aboutissent dans un contexte européen à des perspectives professionnelles étendues. La dimension idéologique de l’enjeu européen a également une place de choix dans l’article qui se réfère à l’augmentation d’actes xénophobes perpétrés par la jeunesse allemande entre 1991 et 199288. La conclusion du Monde à ce sujet est sans appel  : qui refuse l’Europe encourage le nationalisme. Dans ce contexte, l’action de l’OFAJ en direction de l’«  entente pluriculturelle  » est déterminante89.

L’OFAJ de son quarantième anniversaire à la restructuration 2005-2006  : discussion médiatique

La priorité donnée à l’Europe  ?

Entre critique, éloge et remise en question du budget de l’OFAJ  : Michel Cullin et Babette Nieder prennent la parole.

  • 90 « Jeunesse : un chantier inachevé. Pilier de la réconciliation franco-allemande, la jeunesse est l’ (...)
  • 91 OFAJ, Activités 2002.
  • 92 « Comme l’envisageait le traité de l’élysée, les échanges se sont multipliés. Pari gagné à l’Office (...)
  • 93 « Nous avons d’énormes besoins nouveaux », L’Humanité, 22 janvier 2003.
  • 94 « Unsere Großeltern kannten nur Krieg und Schrecken », Süddeutsche Zeitung, 22 janvier 2003.

22À partir de 2003, la presse reflète des divergences d’opinions, en France surtout, au sujet du budget de l’OFAJ. Ainsi, L’Alsace90, journal en position dominante dans le Sud alsacien, souligne la générosité des États français et allemand dans l’attribution des subventions. Dans cet article, Michel Arnould place l’OFAJ au second plan. D’après lui, il s’agit d’un «  outil  » qui devrait lui-même «  douter  » de son efficacité et dont les résultats laissent «  dubitatif  ». Cet article a d’autant plus de poids que L’Alsace fait partie des partenaires médiatiques de l’OFAJ91. La comparaison entre cet article et celui du Figaro92, paru un jour plus tôt, est étonnante. Pour le quotidien national à tendance conservatrice, on peut «  espérer que Gerhard Schröder et Jacques Chirac permettront de mettre fin […] au manque d’argent de l’Office  ». Il est ici question d’une «  mission accomplie  » ou d’efforts ayant «  porté leurs fruits  ». Ce journal affirme que l’OFAJ met tout en œuvre pour remplir la mission dont il a été chargé par l’État qui, lui, n’assume pas ses obligations de financement. Les deux journaux ne semblent pas parler de la même institution. Enfin, L’Humanité93, quotidien français communiste, s’adresse directement au secrétaire général adjoint Michel Cullin et aborde la question du budget, paraissant se placer en médiateur entre l’Office et le public. La question du budget de l’OFAJ a toujours été présente dans la presse depuis 1963, peut-être plus que celle des activités proprement dites de l’Office. Mais le budget est révélateur de la place que les deux gouvernements accordent à l’OFAJ. Comme le souligne le journaliste, les subventions correspondent désormais, «  en pouvoir d’achat, à 35  % de [leur] valeur de 1963  ». Michel Cullin profite de la tribune pour souligner les nouvelles actions qu’exige le développement de l’Europe, qui ne peuvent être effectuées qu’avec un budget plus important  : «  Nous avons d’énormes besoins nouveaux  », conclut-il. Le même jour, la Süddeutsche Zeitung charge Christiane Bertelsmann d’écrire un article sur l’OFAJ à l’occasion du 40e anniversaire du traité de l’Élysée94. La journaliste s’entretient avec la secrétaire générale Babette Nieder et un porte-parole du service de presse de l’Office. Elle en retient essentiellement non pas ce qui a trait au budget, et dont la presse allemande semble désormais se désintéresser, mais ce qui concerne le caractère novateur de l’institution et souligne que les «  intérêts [de la jeunesse] ne sont plus les mêmes qu’à l’époque de la création  ». Les citations de l’entretien visent à démontrer l’évolution et la capacité d’adaptation de l’Office aux attentes nouvelles des jeunes. Il y est question du passage de la «  réconciliation  » à la «  connaissance mutuelle  », de la «  rencontre  » à «  l’action commune  » ou encore et surtout de la «  bilatéralité  » à la «  multilatéralité  ». Enfin, le slogan novateur de l’OFAJ apparaît en conclusion  : l’intérêt pour le franco-allemand est, selon l’Office, synonyme d’engagement pour l’Europe.

Une volonté d’«  associer davantage de jeunes  » aux projets  : le Parlement franco-allemand des jeunes vu par la presse à grand tirage

  • 95 OFAJ, Revue de presse, 40 ans du Traité de l’élysée, Parlement franco-allemand de jeunes, Une sélec (...)
  • 96 « Union européenne. À Berlin, France et Allemagne mettent en scène leur nouvelle alliance », Le Mon (...)
  • 97 Marc Leroy-Beaulieu, « 550 lycéens à Berlin : le même manuel d’histoire », Ouest France, 23 janvier (...)
  • 98 Emmanuel Derieux, Jean C. Texier, La presse quotidienne française, Paris, 1974, p. 201 et Bellanger(...)
  • 99 « Gewaltiger Sturm », Der Spiegel, 27 janvier 2003, p. 82 sq.
  • 100 « Zwei Mädchen fragten – und machten Geschichte, Auch Chirac will Krieg nicht zustimmen », Westdeut (...)
  • 101 La Réalité quotidienne des échanges franco-allemands, p. 33.
  • 102 « Schröder schließt deutsches Ja im Sicherheitsrat aus », FAZ, 22 janvier 2003 ; « Schroeder hints (...)
  • 103 Corine Defrance, Ulrich Pfeil (éds), Le traité de l’Élysée et les relations franco-allemandes, 1945 (...)
  • 104 Gérard Foussier, « Le manuel qui ne laisse pas indifférent », in : Documents 61 (2006) 5, p. 22.
  • 105 Les propositions des jeunes ont été publiées dans Documents 58 (2003) 2.

23La réunion du Parlement franco-allemand des jeunes, organisé par l’OFAJ dans le cadre du 40e anniversaire du traité de l’Élysée, a été très largement couverte par la presse, comme en témoignent les 31 titres dans la presse écrite française parus entre le 16 janvier et le 7 février 2003. Le phénomène est encore plus remarquable dans la presse écrite allemande, avec 111 articles entre le 13 et le 27 janvier95. Comparons les articles des journaux à grand tirage en Allemagne et en France, plus représentatifs de l’opinion publique. À la lecture des articles du Monde96 (403 892 exemplaires), de Ouest France97 (795 773 exemplaires) – l’un des principaux quotidiens régionaux français98 –, du Spiegel99 (1 099 025 exemplaires) et de la Westdeutsche Allgemeine Zeitung100 (878 637 exemplaires), on constate que cet événement est surtout l’occasion pour la presse d’analyser les comportements des deux chefs d’État et de gouvernement, Jacques Chirac et Gerhard Schröder, venus rencontrer les membres de ce parlement. Dans la rubrique «  Union européenne  » de janvier 2003, Le Monde estime par exemple que les deux hommes d’État ont répondu aux jeunes «  souvent avec chaleur, mais parfois sans grande inspiration  ». Cet article contribue d’une part à décrédibiliser le Parlement des jeunes – et par là-même le travail de l’OFAJ – qui semble avoir été incapable d’engager une véritable discussion politique, et adresse d’autre part une sévère critique à Jacques Chirac et Gerhard Schröder dont l’implication dans la discussion est jugée superficielle. Cette même décrédibilisation apparaît dans Ouest France qui présente le travail des jeunes de façon quelque peu ironique. En effet, d’après Marc Leroy-Beaulieu, le correspondant de Radio-Télé-Luxembourg (R.T.L.)101, les jeunes préparent leur rencontre avec Chirac et Schröder «  comme de vrais parlementaires  » et la rencontre doit se dérouler face au «  “vrai” Parlement allemand  ». La même ironie est présente dans les colonnes de la WAZ, le plus grand quotidien régional allemand, qui affirme que les jeunes n’étaient là que «  pour jouer un peu au Parlement  ». La question du Parlement des jeunes est en réalité l’occasion pour la presse allemande de discuter une fois de plus la question de la guerre en Irak qui retient à cette époque toute l’attention de ses lecteurs. Au demeurant, les journaux ne s’intéressent pas particulièrement aux propositions des jeunes à ce sujet, mais s’étendent sur la réponse attendue des chefs d’État. Le rassemblement du Parlement coïncide en effet avec un sujet d’actualité de haute importance  : le «  non  » du chancelier Schröder à la guerre en Irak102 ainsi que la coalition franco-allemande contre la guerre. Si près de 150 journaux ont couvert la rencontre du Parlement des jeunes avec les chefs d’État, pas un seul ne se concentre réellement sur l’intérêt de l’implication des jeunes dans la politique européenne. Dans ce contexte international particulier, Jacques Chirac et Gerhard Schröder occupent le devant de la scène103. Certes, l’idée d’un manuel franco-allemand d’histoire, lancée par le Parlement des jeunes, avait été relevée dans la presse. Mais c’est surtout au moment de la parution du manuel, à l’été 2006, que les médias et les journaux en particulier se sont emparés de l’événement avec une ampleur jusque-là inconnue pour un ouvrage scolaire. Ils ont souligné à quel point le manuel, rédigé en toute liberté scientifique par les historiens et enseignants des deux pays, constitue un véritable «  enjeu politique  »104 et combien les gouvernements ont soutenu cette initiative en rappelant, en passant, qu’elle trouve son origine dans les propositions du Parlement des jeunes105.

La restructuration de l’OFAJ  : la presse comme intermédiaire dans le conflit entre les gouvernements et l’Office

24Ce n’est pas tant la presse qui a été à l’origine de la restructuration de l’OFAJ, mais la réforme récente a été voulue par les États français et allemand eux-mêmes. Un article du Monde du 16 mars 2005 se livre à la critique des reproches adressés par les gouvernements à l’Office. Daniel Vernet, directeur des relations internationales du Monde, membre du comité de rédaction des revues Documents (Paris) et Internationale Politik (Berlin), rédige un article aux allures de pamphlet. Dans une première partie, il insiste sur le manque de reconnaissance témoignée par les gouvernements à l’OFAJ. Selon lui, «  il n’est guère de sommet franco-allemand  » où les chefs d’États français et allemand ne se félicitent de la «  participation de la société civile à l’œuvre de réconciliation  » franco-allemande. Dans la suite de l’article, le journaliste rappelle de manière ironique aux gouvernements qu’«  il existe  » une organisation qui permet la participation de cette «  fameuse société civile  », c’est-à-dire l’Office franco-allemand. Ensuite, il fait l’éloge de l’OFAJ en évoquant «  une grande autonomie de gestion  » ou encore un «  organisme assez exceptionnel  ». Selon lui, l’OFAJ est menacé par les gouvernements qui remettent en question l’autonomie de l’Office à l’occasion de son 40e anniversaire. Après avoir été suspecté par les opinions, dans les années qui suivirent sa création, de manquer d’autonomie, les gouvernements, en 2003 lui reprochent d’en avoir trop. Dans la deuxième partie de son article, Vernet démonte l’argumentation des États pour justifier la reprise en main de l’Office. Les formulations telles que «  sans craindre la contradiction  » ou «  prenant prétexte  » laissent penser que la réforme exigée par les gouvernements n’est pas réellement le résultat d’un dysfonctionnement de l’OFAJ, mais de la volonté de reprendre le contrôle d’une organisation prospère et, le cas échéant, de l’instrumentaliser à des desseins politiques. Dans une troisième partie, le journaliste, dans la tradition de «  neutralité  » du Monde, reconnaît certes des erreurs commises par l’Office. Il prône alors une rénovation du conseil d’administration et un renouveau des projets de l’Office, ce qui, selon lui, ne justifie pas pour autant sa «  reprise en main par les bureaucraties nationales  ». Le problème ici abordé est celui de la difficile acceptation de la délégation de compétences par les gouvernements – surtout français – à un organisme autonome financé par l’État. Finalement, Vernet fait part au lecteur de sa conviction que l’interventionnisme des gouvernements n’est en aucun cas le garant du progrès de l’Office, comme en témoignent les divergences d’opinion des présidents de l’OFAJ qui ont eux-mêmes troublé le fonctionnement du conseil d’administration. De la restructuration de 2005-2006, l’Office devrait peut-être retirer la conclusion que, tout en maintenant sa coopération avec la presse, il lui faut améliorer sa communication avec les gouvernements de tutelle.

  • 106 « Harsche Kritik am Jugendwerk, Deutsch-französischer Parlamentsausschuß stellt Bericht vor », Fran (...)
  • 107 « Änderung des deutsch-französischen Jugendwerks », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 21 mars 2005, p (...)
  • 108 « Jugendwerk weiterhin unabhängig », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 15 avril 2005, p. 39.
  • 109 « Versöhnung, Freundschaft, Desinteresse. Mit neuen Strukturen aus der Krise: Die Reform des Deutsc (...)

25En Allemagne, la Frankfurter Allgemeine Zeitung, quotidien libéral-conservateur allemand, suit pas à pas l’évolution de l’OFAJ entre 2004 et 2005, de la critique adressée à l’Office à sa restructuration. Dans un premier article au titre évocateur  : «  Critique sans ménagement de l’Office franco-allemand  »106, la FAZ se contente d’abord d’observer de manière distancée la position des gouvernements français et allemand vis-à-vis de l’OFAJ. Le bilan est lourd et sans appel  : l’OFAJ est accusé de se détourner de sa mission originelle par «  des décisions stratégiques osées  ». Ici, c’est la participation de l’OFAJ à des événements très médiatiques comme la Love Parade en 2002 qui est vivement critiquée. Le journal relève la critique du président de l’Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, convaincu de la «  difficulté  » de l’OFAJ à s’adapter aux «  attentes changeantes de la jeunesse  », et l’exigence du président du Bundestag, Wolfgang Thierse, visant à un changement profond de la structuration de l’Office. Les divergences internes entre l’OFAJ et les gouvernements de tutelle sont exposées publiquement. L’ancien secrétaire général de l’OFAJ Reinhard Wilke répond à ces accusations en adressant une lettre ouverte à l’éditorial de la FAZ107. On assiste alors à un conflit public par presse interposée. Comme Vernet, Wilke souligne que l’originalité de l’OFAJ réside dans son indépendance, qui est à présent remise en question par les deux gouvernements, alors que le traité stipule que l’Office «  n’a à suivre aucune directive des gouvernements  ». Enfin, il considère une éventuelle perte de l’autonomie de l’OFAJ comme «  l’enterrement d’une organisation  ». Un mois plus tard, c’est au tour des deux secrétaires généraux de l’OFAJ, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz, de s’exprimer dans la FAZ108 pour nuancer les propos alarmants de Wilke, en réaffirmant le caractère autonome de l’Office. Le mot de la fin revient au spécialiste des questions européennes de la FAZ, Andreas Ross109. Se ralliant aux critiques des gouvernements, il est d’avis que l’apprentissage de la langue du partenaire doit revenir au centre des préoccupations de l’OFAJ. Il accuse l’Office de s’être éloigné de sa mission en organisant des rencontres «  pompeuses  », peu aptes à s’adapter aux besoins nouveaux de la jeunesse. Ses critiques apparaissent pour le moins contradictoires. On relève une fois encore l’inversion des critiques  : alors qu’en 1973, au moment de la première restructuration de l’OFAJ, la presse lui avait reproché de négliger la préparation des rencontres franco-allemandes, la FAZ fait désormais grief à l’Office d’avoir remplacé les «  séjours habituels dans des familles d’accueil  » par ce qu’elle nomme ironiquement des «  événements  ». En définitive, on peut se demander si, de manière générale, la presse s’efforce de vérifier les accusations qu’elle exprime, ou si elle se fait en réalité l’écho de critiques émanant des cercles politiques.

Notes

2 OFAJ, Rapport d’activité 1963-1973, Versailles, p. 44.

3 OFAJ, 2006, Activités 2005.

4 OFAJ, Rapport d’activité 1989, p. 17 sq.

5 Pour l’opinion publique dans les années 1980, voir : Elisabeth Noelle-Neumann, Edgar Piel, Allensbacher Jahrbuch der Demoskopie 1978-1983, Munich, 1983 ; Elisabeth Noelle-Neumann, Renate Köcher, Allensbacher Jahrbuch der Demoskopie 1984-1992, Munich, 1993.

6 OFAJ, Rapport d’activité 1990, p. 62.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 OFAJ, Rapport d’activité 1992, p. 55.

10 Ursula E. Koch, Detlef Schröter, Pierre Albert (éds), Images Médiatiques franco-allemandes, Un dialogue entre journalistes et chercheurs, Munich, 1993, p. 391.

11 « Schüler machen Zeitung », in : Europäischer Informationsbrief, Bildung und Beschäftigung 3/03.

12 Pour les visions divergentes de la signification des relations franco-allemandes, voir : Hartmut Kaelble, « Allemagne-France : convergences et divergences », in : Henri Ménudier (éd.), Le couple franco-allemand en Europe, Asnières, 1993, p. 153-162.

13 Maurice Vaïsse, La Grandeur. Politique étrangère du général de Gaulle 1958-1969, Paris, 1998, p. 181.

14 Charles Bloch, « De Gaulle et l’Allemagne », in : Élie Barnavi, Saul Friedländer (éds), La politique étrangère du Général de Gaulle, Paris, 1985, p. 124 ; Ulrich Lappenküper, Die deutsch-französischen Beziehungen 1949-1963. Von der »Erbfeind-schaft« zur »Entente élémentaire«, Munich, 2000 ; Georges-Henri Soutou, La guerre de Cinquante Ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, 2001 ; Jacques Bariéty, « Die Rolle der persönlichen Beziehungen zwischen Adenauer und General de Gaulle », in : Hans-Peter Schwarz (éd.), Adenauer und Frankreich. Die deutsch-französischen Beziehungen 1958-1969, Bonn, 1985, p. 12-27 ; Jacques Bariéty, « Les entretiens De Gaulle-Adenauer de juillet 1960 à Rambouillet. Prélude au plan Fouchet et au traité de l’Élysée », in : Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande 29 (1997) 2, p. 167-176 ; Hans Peter Schwarz, « Der deutsche Weg zum Élysée-Vertrag » et Jacques Bariéty, « Der französische Weg zum Élysée-Vertrag » in : Corine Defrance, Ulrich Pfeil (éds), Der Élysée-Vertrag und die deutsch-französische Beziehungen, 1945-1963-2003, Munich, 2005, p. 49-60 et 61-80 respectivement.

15 Rapport d’activité 1963-1973, p. 43.

16 Heiko Buschke, Deutsche Presse, Rechtsextremismus und nationalsozialistische Vergangenheit in der Ära Adenauer, Francfort/Main, 2003, p. 90 sq.

17 « C’est la meilleure réussite du traité de Gaulle-Adenauer, Trois cent mille rencontres entre jeunes Français et Allemands », Paris Presse, 14 août 1965.

18 « Les activités de l’Office franco-allemand de la Jeunesse sont couronnées de succès », Nord Littoral, 21 mai 1964.

19 Ludwig Erhard, « „England gehört zu Europa“. Ansprache zur Einleitung der Verhandlungen über einen Beitritt Großbritanniens zur Europäischen Wirtschafts-gemeinschaft, Paris, 10. Oktober 1961 », in : Karl Hohman (éd.), Ludwig Erhard, Gedanken aus fünf Jahrzehnten, Reden und Schriften, Düsseldorf, 1988, p. 709 sq. ; Ulrich Lappenküper « Auswärtige Angelegenheiten: Auf dem Weg zu einer gleichgerichteten Haltung in Fragen gemeinsamen Interesses? », in : Corine Defrance, Ulrich Pfeil (éds), Der Élysée-Vertrag und die deutsch-französischen Beziehungen 1945-1963-2003, Munich, 2005, p. 101-125.

20 Uta Schmitt, Diskurspragmatik und Syntax, Die funktionale Satzperspektive in der franzö-sischen und deutschen Tagespresse unter Berücksichtigung einzelsprachlicher, -pressetyp- und text-klassenabhängiger Spezifika, Francfort/Main, 1998, p. 57 sq.

21 « Deutsch-Französisches Jugendwerk gegründet. Der Austausch soll die gesamte Jugend, nicht nur Studenten, umfassen », in : Tagesanzeiger Regensburg, 30 octobre 1963.

22 Lors de la conférence franco-allemande du 26 mai 1963 à Bonn, Erhard souligne son regret que la France parle d’amitié franco-allemande et d’Europe, alors que lui prévoit cette amitié dans le contexte européen. Cf. Hohman (éd.), Ludwig Erhard (op. cit., note 19), p. 356.

23 Ibid., p. 285.

24 Christian M. Schmitz, Zwischen Mythos und Aufklärung: Deutschland in der außen-politischen Berichterstattung der Zeitung „Le Monde“ 1963 bis 1983: eine Untersuchung zu Kontinuität und Wandel französischer Deutschlandbilder unter Berücksichtigung der Presseorgane „L’Express“, „Le Nouvel Observateur“ und „France-Soir“, Francfort/Main, New York, Paris, 1990, p. 55.

25 « Le Traité franco-allemand du 22 janvier 1963 », in : Sylvie Banoun, Rita Daun (éds), Les Relations franco-allemandes 1948-1999. Chronologie et Documents, Bonn, 2000, p. 40.

26 Henri de Kergolay, « Aujourd’hui à Paris, Réunion constitutive de l’Office franco--allemand de la jeunesse, destiné surtout à faire avancer la cause de l’Europe, disent les milieux fédéraux », Le Figaro, 29/10/1963.

27 Vaïsse, La Grandeur (op. cit., note 13), p. 352.

28 Pierre Guillen, « Opinion publique et politique étrangère en France depuis 1945. Bilan des études menées en France », in : Opinion publique et politique extérieure 1945-1981, vol. 3, Rome, 1985, p. 64.

29 Claude Bellanger et al., Histoire générale de la Presse française, tome V : De 1958 à nos jours, Paris, 1976, p. 183.

30 Guillen, op. cit., p. 64.

31 « Deutsch-französisches Jugendwerk bereitet Ärger, Die Kritik wendet sich gegen unverständliche Praktiken », Das freie Wort, 7 octobre 1963.

32 Voir la contribution de Ulrich Pfeil dans cet ouvrage.

33 Bloch, « De Gaulle et l’Allemagne » (op. cit., note 14), p. 128.

34 Ulrich Pfeil, « Die DDR und der Élysée-Vertrag vom 22. Januar 1963 », in : Heiner Timmermann (éd.), Die DDR in Deutschland. Ein Rückblick auf 50 Jahre, Berlin, 2001, p. 96-106.

35 « Zweifel an der Unabhängigkeit, Sozialdemokraten kritisieren deutsch-französisches Jugend-werk », Frankfurter Rundschau, 29 novembre 1963.

36 Cf. Buschke, Deutsche Presse (op. cit., note 16).

37 Voir l’article « Complication des relations politiques et consolidation de l’OFAJ au cours des années 1960 » de Hans Manfred Bock dans cet ouvrage.

38 Ibid., p. 65.

39 Ibid.

40 Henri de Kergolay, cf. note 26 ci-dessus.

41 Cf. Buschke, Deutsche Presse (cf. note 16).

42 Pour la coopération de l’OFAJ avec les organisations de Jeunesse, voir l’article de Hans Manfred Bock (cf. note 37 ci-dessus).

43 « Scharfe Kritik am deutsch-französischen Jugendwerk », Stuttgarter Zeitung, 29 novembre 1963.

44 « Jungsozialisten kritisieren Familienminister », Stuttgarter Zeitung, 28 octobre 1963.

45 Wolfgang R. Krabbe, Parteijugend in Deutschland, Junge Union, Jungsozialisten und Jungdemokraten 1945-1980, Wiesbaden, 2002, p. 11.

46 « Eine politische Tat », Echo der Zeit, 10 novembre 1963.

47 Werner Erdsack, « Jeder einmal billig nach Paris? Das Deutsch-Französische Jugendwerk – was es will und was es nicht will », Rheinische Post, Düsseldorf, 27 décembre 1963.

48 « Deutsch-französisches Jugendwerk, Studienreise – kein Tourismus », Pariser Kurier, 7 septembre 1963.

49 Voir la contribution de Katja Marmetschke dans cet ouvrage.

50 « Qualität verbessern », Münstersche Zeitung, 7 août 1968.

51 Georges Schlocker, « Nur Quantität statt Qualität? Deutsch-französischer Kultur-austausch braucht neue Impulse », Tages-Anzeiger 81 (17 juillet 1973) 163 (Zurich).

52 Armin H. Nébila (éd.), « FRANKREICH – BR DEUTSCHLAND, 25. Jahrestag des deutsch-französischen Jugendwerks », in : Informationsdienst, Internationales//DDR, XXIX (1988) 27-28, Wiesbaden, p. 5.

53 Éditions Oberlin, La réalité quotidienne des échanges franco-allemands, Strasbourg, 2000, p. 41.

54 Nébila, « FRANKREICH – BR DEUTSCHLAND » (op. cit.), p. 2.

55 Bernard Soulé, « Office franco-allemand pour la Jeunesse. Un an de réflexion », Le Figaro, 12 décembre 1974.

56 « Objectifs pédagogiques pour l’OFAJ », L’Éducation, 16 janvier 1975.

57 Andreas Wilkens, Der unstete Nachbar: Frankreich, die deutsche Ostpolitik und die Berliner Vier-Mächte-Verhandlungen 1969-1974, Munich, 1990.

58 Voir l’article de Katja Marmetschke dans cet ouvrage.

59 Nébila, « FRANKREICH – BR DEUTSCHLAND » (op. cit., note 52), p. 2.

60 OFAJ, procès-verbal du conseil d’administration, 48e session, 17 juin 1980, p. 18.

61 Jeunesse et Sports, p. 85.

62 Ibid., p. 4.

63 « L’importance de ces fonds s’explique par l’idée politique profonde qui constituait le fondement de l’OFAJ et par l’ampleur du champ d’intervention qui lui a été dévolu par l’accord : rien de ce qui touche à la jeunesse n’est étranger à l’Office », Rapport d’activité 1963-1973, p. 45.

64 « Wirksamer denn je. Das Deutsch-Französische Jugendwerk 1975 », Badische Zeitung, 15 mars 1975.

65 « Für Berufstätige wird etwas getan, Deutsch-Französisches Jugendwerk strebt qualifizierten Austausch an », Badische Neueste Nachrichten, 28 juin 1975.

66 « Ein Modell für Europa », Frankfurter Allgemeine Zeitung für Deutschland, 11 août 1975.

67 DFJW, Orientationsvorschläge 1979, p. 26.

68 « „Zum besseren Verständnis der Jugend beider Länder beitragen“, Schulpartnerschaft Lich – Deulefit besiegelt/Urkunde unterzeichnet », Giessener Anzeiger, 17 juillet 1978 ; « La Rochelle sucht engen Kontakt zur Hansestadt », Lübecker Nachrichten, 18 juillet 1978 ; « Ils sont partis pour Salford et Regensburg », La Montagne, 29 juillet 1978.

69 Voir l’article d’André Koch dans cet ouvrage.

70 Voir les articles d’André Koch et d’Anne-Kathrin Auel dans cet ouvrage.

71 OFAJ, 70e session du conseil d’administration, point 2 de l’ordre du jour, « Rapport intermédiaire sur la mise en œuvre des 67e, 68e et 69e sessions du conseil d’administration », Fécamp, 6 décembre 1991, p. 5.

72 Manuela Glaab, Deutschlandpolitik in der öffentlichen Meinung, Opladen, 1999, p. 389 sq.

73 Voir l’article de Ulrich Pfeil dans cet ouvrage.

74 Dagmar Sinz, « Deutsch-französische Gespräche, Das Gespenst der Utopielosigkeit », Pariser Kurier, novembre 1990.

75 Roland Kaehlbrandt « For ever young ? L’Office franco-allemand pour la Jeunesse », in : Ménudier (éd.), Le couple franco-allemand (op. cit., note 12), p. 129.

76 Laurent Leblond, « La percée à l’Est de l’OFAJ. Les échanges franco-allemands pour la jeunesse s’élargissent aux nouveaux Länder », Le Monde, 31 octobre 1991.

77 Brigitte Sauzay, Rudolf von Thadden, Mitterrand und die Deutschen, Göttingen, 1998, p. 20 sq. ; Ulrich Pfeil, Die »anderen« deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich, 1949-1990, Cologne, 2004, p. 614-628.

78 « L’Allemagne, c’est un fait, effraie toujours : non plus par sa puissance militaire, mais par le risque de déséquilibre que crée sa supériorité économique sur le continent », in : « Le défi allemand », Le Monde, 23 décembre 1989, p. 1.

79 Kaehlbrandt, « For ever young ? » (op. cit., note 75), p. 128.

80 Jean-Paul Picaper, « Francophonie ou vodka-coca ? “Vous nous avez manqué” », L’Éclair des Pyrénées, 9 mai 1991.

81 « Das Deutsch-Französische Jugendwerk wird auch in den neuen Bundesländer wirksam », Harz Kurier, 6 février 1991.

82 Rüdiger Pannenborg, « Kennenlernen schafft neue Freundschaften. Schwerin: Jugendwerk zieht erste Bilanz », Morgenpost, 20 avril 1991.

83 Voir l’article de Ulrich Pfeil dans cet ouvrage.

84 Fritz Ulrich Fack, « Der Einheit eine Gasse », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 12 février 1990, n° 36, p. 1.

85 Wichard Woyke, Deutsch-französische Beziehungen seit der Wiedervereinigung. Das Tandem fasst wieder Tritt, Wiesbaden, 22004, p. 58.

86 Jean-Paul Picaper, « Une interview de Gert Hammer, “L’Europe est un ensemble d’identités solidaires”. Le responsable franco-allemand pour la jeunesse favorable au “oui” », Le Figaro, 19 septembre 1992.

87 « La campagne pour le référendum sur le traité de Maastricht, M. Hammer invite la jeunesse à dire “oui” », Le Monde, 13 septembre 1992.

88 Woyke, Deutsch-französische Beziehungen (op. cit., note 85), p. 50.

89 Kaehlbrandt, « For ever young ? » (op. cit., note 75), p. 131.

90 « Jeunesse : un chantier inachevé. Pilier de la réconciliation franco-allemande, la jeunesse est l’objet de toutes les attentions. Avec des résultats incertains », L’Alsace, 22 janvier 2003.

91 OFAJ, Activités 2002.

92 « Comme l’envisageait le traité de l’élysée, les échanges se sont multipliés. Pari gagné à l’Office franco-allemand pour la jeunesse », Le Figaro, 21 janvier 2003.

93 « Nous avons d’énormes besoins nouveaux », L’Humanité, 22 janvier 2003.

94 « Unsere Großeltern kannten nur Krieg und Schrecken », Süddeutsche Zeitung, 22 janvier 2003.

95 OFAJ, Revue de presse, 40 ans du Traité de l’élysée, Parlement franco-allemand de jeunes, Une sélection d’articles parus dans la presse, 2003.

96 « Union européenne. À Berlin, France et Allemagne mettent en scène leur nouvelle alliance », Le Monde, 25 janvier 2003.

97 Marc Leroy-Beaulieu, « 550 lycéens à Berlin : le même manuel d’histoire », Ouest France, 23 janvier 2003.

98 Emmanuel Derieux, Jean C. Texier, La presse quotidienne française, Paris, 1974, p. 201 et Bellanger et al., Histoire générale de la Presse française (op. cit., note 29), p. 271 sq.

99 « Gewaltiger Sturm », Der Spiegel, 27 janvier 2003, p. 82 sq.

100 « Zwei Mädchen fragten – und machten Geschichte, Auch Chirac will Krieg nicht zustimmen », Westdeutsche Allgemeine Zeitung, 24 janvier 2003.

101 La Réalité quotidienne des échanges franco-allemands, p. 33.

102 « Schröder schließt deutsches Ja im Sicherheitsrat aus », FAZ, 22 janvier 2003 ; « Schroeder hints at a “no” vote in UN on Iraq », IHT, 20 janvier 2003 ; « Der lange Weg zum lauten Nein », Die Zeit, 23 janvier 2003.

103 Corine Defrance, Ulrich Pfeil (éds), Le traité de l’Élysée et les relations franco-allemandes, 1945-1963-2003, Paris, 2005, p. 10.

104 Gérard Foussier, « Le manuel qui ne laisse pas indifférent », in : Documents 61 (2006) 5, p. 22.

105 Les propositions des jeunes ont été publiées dans Documents 58 (2003) 2.

106 « Harsche Kritik am Jugendwerk, Deutsch-französischer Parlamentsausschuß stellt Bericht vor », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 24 juin 2004, p. 7.

107 « Änderung des deutsch-französischen Jugendwerks », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 21 mars 2005, p. 8.

108 « Jugendwerk weiterhin unabhängig », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 15 avril 2005, p. 39.

109 « Versöhnung, Freundschaft, Desinteresse. Mit neuen Strukturen aus der Krise: Die Reform des Deutsch-Französischen Jugendwerks », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 2 juillet 2005, p. 10.

Auteur

Née en 1984, diplômée (Master II) en études allemandes, doctorante à l’Université d’Aix-en-Provence.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540