Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Première partie : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse 1963-2008

L’OFAJ et l’apprentissage linguistique

Solenn Kerneis

Texte intégral

1Favoriser la rencontre entre jeunes Allemands et Français a été l’objectif de l’OFAJ dès sa création. De nombreux programmes sont mis en place et ouverts à toutes les catégories de jeunes, connaissant ou non la langue du partenaire. À l’époque de sa création, l’objectif de l’OFAJ était d’amener les jeunesses d’Allemagne et de France à faire connaissance, en passant outre aux anciennes querelles d’« ennemis héréditaires », plutôt que de développer leurs connaissances de la langue. Dès les premières rencontres binationales, l’insuffisance des connaissances linguistiques est pourtant apparue comme un frein à la communication. Aussi, le bureau linguistique de l’OFAJ a-t-il été créé pour travailler à la mise en place de moyens favorisant la communication et développer, en coopération avec ses partenaires, une approche socio-pédagogique des échanges. L’Office accorde très rapidement une importance particulière à l’apprentissage linguistique et en fait un aspect fondamental de son action. Il exerce une influence réelle en matière de pédagogie des langues, dans laquelle prédominent l’aspect ludique et l’apprentissage tourné vers la communication.

2L’évolution générale des relations franco-allemandes et européennes, l’évolution interne de l’OFAJ et celle de l’apprentissage de la langue du partenaire en France et en Allemagne ont influencé la politique linguistique de l’Office. Cet article cherchera à l’évaluer puis traitera du développement de l’action et de la conception de l’apprentissage linguistique de l’Office et de la place de la langue dans les programmes.

L’institution et sa politique linguistique

Naissance d’une politique linguistique

  • 1 Art. 2g.

3La conception linguistique de l’Office s’exprime à travers l’accord portant création de l’OFAJ et au travers de ses directives, précisant l’objectif pédagogique de son action. L’accord prévoit un champ d’action de l’Office dans le domaine linguistique : le « développement des institutions extra-scolaires qui se consacrent à la diffusion de la langue de l’un ou de l’autre pays »1. Entrées en vigueur en 1964, les premières directives de l’Office mettent l’accent sur l’importance d’un rapprochement des jeunesses des deux pays. Adressées à un large public, les rencontres peuvent être précédées d’une préparation linguistique permettant aux participants de se familiariser avec la langue du partenaire. L’apprentissage de la langue apparaît en effet comme un élément important des programmes, pourtant aucune indication précise n’est donnée sur la manière dont il doit être abordé :

  • 2 Art. 3, directives de 1964.

dans la mesure du possible, les programmes doivent également permettre de transmettre ou d’approfondir des connaissances dans l’autre langue2.

4La place accordée à l’apprentissage linguistique est illustrée dans les directives de 1974 :

  • 3 Art. 1.2, directives de 1974.

Dans la poursuite de ses objectifs fondamentaux, la compréhension linguistique revêt une importance particulière. L’Office veillera à la créer et à la développer3.

5Une préparation linguistique des participants et une formation linguistique et civilisationnelle des responsables et animateurs sont envisagées en vue d’améliorer la compréhension entre les jeunes. La promotion linguistique se réalise à travers divers programmes : rencontres de groupes avec activités linguistiques ; stages et cours linguistiques de moyenne et longue durées réalisés sur le plan national ; stages linguistiques binationaux. Ces directives sont reprises en 1983 :

  • 4 Art. 2.6 des directives.

L’OFAJ crée et développe la compréhension linguistique soit par des actions directes au bénéfice de ceux qui n’ont pas eu la possibilité d’étudier la langue du partenaire, soit par des activités susceptibles d’améliorer le contexte de l’enseignement de cette langue, soit enfin par des opérations propres à susciter de sérieuses motivations pour son apprentissage. Dans le domaine extra-scolaire, des méthodes et des programmes d’enseignement intensif et extensif seront développés pour lesquels il sera tenu compte des besoins des différents publics4.

  • 5 Institut pédagogique national : Rapport sur l’enseignement extrascolaire de l’Allemand en France (e (...)
  • 6 loc. cit.

6Dès l’organisation des premiers échanges franco-allemands, la nécessité des connaissances linguistiques s’avère indispensable. Ainsi, l’OFAJ accorde très rapidement une importance particulière à l’apprentissage linguistique et en fait un aspect fondamental de son action. Une politique linguistique est définie peu après la naissance de l’Office. En juillet 1963, une réunion de travail est organisée par le « comité consultatif pour la promotion linguistique ». Les principaux thèmes traités sont d’une part la formation des enseignants et les méthodes d’enseignement des langues, et d’autre part la définition d’un champ d’action pour l’Office. L’une des missions fixées est de « favoriser l’établissement des méthodes d’enseignement valables, entre autres des méthodes audiovisuelles »5. Créée en novembre 1964 par le conseil d’administration de l’OFAJ, la « commission de promotion linguistique » doit émettre des recommandations en vue de définir la future politique linguistique de l’OFAJ. Elle s’exercera selon ces différents procédés : « développement de nouvelles méthodes d’enseignement des langues », « octroi de bourses pour cours d’allemand de plusieurs mois en internat », « accord de subventions à des cours du soir et à des laboratoires de langues », « aide matérielle en vue des stages de spécialisation pour des maîtres se destinant à l’enseignement extrascolaire de l’allemand »6.

7Jusqu’en 1965, le travail linguistique est effectué par un collaborateur du secrétariat général, mais la prise de conscience des problèmes de communication lors des rencontres conduisent en 1965 à la création du bureau linguistique. Conformément à la structure de l’OFAJ à cette époque, un bureau linguistique est créé dans chaque pays, soulignant ainsi l’importance accordée à la langue. En 1972, le secrétaire général Albrecht Krause décide de privilégier, entre autres, l’amélioration et l’augmentation du nombre de programmes de promotion linguistique. Pourtant, dix ans après la création de l’OFAJ, de nombreuses questions se posent sur l’avenir du « plus bel enfant du traité de l’Élysée », ce qui conduit à sa restructuration en 1973-1974. L’OFAJ est alors composé de trois unités de travail par type d’action pédagogique (échanges socio-éducatifs avec ou sans animation linguistique, échanges socio-professionnels et spécialisés, formation et perfectionnement de multiplicateurs) et trois unités de soutien (linguistique, pédagogique, information). Dans le domaine linguistique, l’action englobe la planification, la préparation et l’exploitation des cours de langue, la formation des enseignants de langue, la mise au point des méthodes d’animation linguistique des rencontres. Avec l’entrée en vigueur du nouvel accord en 1974, le bureau linguistique de Paris est supprimé : la politique linguistique se développe alors uniquement dans la section de Bad Honnef, composée de six personnes : un chef de bureau, un adjoint, deux rédactrices et deux secrétaires. Les conséquences de cette restructuration pour le travail linguistique de l’OFAJ sont évoquées dans un document interne de l’OFAJ de 1981 :

  • 7 Michaela Martin, La politique linguistique de l’OFAJ, 1985-1986, p. 30.

La restructuration de l’OFAJ en 1974 a considérablement contribué à une plus grande unification et une meilleure coordination de la politique linguistique : en racourcissant la procédure administrative au sein de l’OFAJ, elle a favorisé une coopération plus étroite entre les instances françaises et allemandes chargées de promouvoir la langue allemande en France et la langue française en République fédérale7.

8En 1981, une nouvelle modification entraîne la suppression d’un poste de rédacteur (jusqu’en 1990) et d’un poste de secrétaire. Cinq ans plus tard, un autre remaniement de l’OFAJ entraîne de nouvelles modifications du secteur : le travail linguistique est à nouveau traité en France et est donc réintégré dans les réalités des deux pays. Le bureau de Paris est compétent en matière d’enseignement précoce des langues et d’enseignement extrascolaire en France et en RFA ; la formation continue des professeurs pour l’extrascolaire, l’attribution des bourses de langues sont traitées à Bad Honnef. Le secteur linguistique a connu de nombreuses modifications, mais malgré tout son travail s’est toujours développé et a pris une place importante au sein de l’Office. Pourtant en 1998, le secrétaire général, Francis Bellanger, propose au conseil d’administration, pour des raisons budgétaires, l’intégration du bureau linguistique dans le bureau « formation et recherche pédagogiques et linguistiques » en Allemagne. Le conseil d’administration accepte cette modification, alors que des avis différents émergent au sein du personnel. En effet, l’intégration du bureau linguistique dans un autre bureau signifie la perte d’autonomie de celui-ci ainsi qu’une réduction du nombre d’agents. Fritz Kerndter, chef de bureau du secteur linguistique, n’a pas été remplacé après son départ en retraite en 1998.

9Le remodelage du bureau entraîne une réduction d’envergure du secteur. Il devient nécessaire de réduire le travail linguistique : Bernadette Bricaud, chef-adjointe du bureau IV, prend la décision de réduire le travail de coopération avec les institutions extrascolaires opérant, en particulier, avec les adultes, ainsi qu’avec les comités de jumelage en France, où l’accompagnement pédagogique est peu à peu supprimé pour ne garder que le financement de cours du soir. Ceux-ci constituent en effet un élément important de soutien de l’apprentissage de l’allemand en France. L’évolution du nombre de postes du secteur a également une incidence sur la conception du matériel pédagogique. Seuls quelques manuscrits de glossaires, dont la rédaction était déjà en cours, sont publiés en 1998-1999. En 2000, le travail doit être limité au glossaire sur la citoyenneté.

10Dans le cadre du déménagement de l’OFAJ en 2000, les bureaux allemands de l’OFAJ sont transférés à Berlin. Le secteur linguistique est composé alors de quatre personnes. À partir de 2005, le poste de chargé de projet n’est occupé qu’à 85 % et d’une secrétaire à 42 % du temps de travail. Actuellement, le bureau linguistique est occupé par un adjoint, deux chargés de projets et une secrétaire à 42 %. Les restructurations et diminutions du budget ont eu des conséquences sur le travail linguistique de l’OFAJ : un nombre moindre de bourses a pu être accordé ces dernières années pour cause de restriction de personnel.

Le rapport des parlementaires

11L’évaluation de l’OFAJ effectuée par des parlementaires de l’Assemblée nationale et du Bundestag en 2003-2004 a également entraîné des conséquences importantes pour l’OFAJ et son personnel. En ce qui concerne l’action linguistique de l’OFAJ, l’objectif de la mission d’information est annoncé dès octobre 2003 :

  • 8 Réunion constitutive de la mission (2 octobre 2003) in : www.assemblee-nationale.fr

La mission d’information accordera une attention particulière au rôle de l’OFAJ dans la promotion de la langue française en Allemagne et de la langue allemande en France, qui doit faire l’objet d’une politique volontariste pour contrecarrer l’évolution actuelle qui est fort préoccupante, car elle risque d’aboutir à un monolinguisme en Europe, alors que l’apprentissage des langues devrait s’inscrire dans un projet plus global entre les deux pays. Elle s’interrogera en particulier sur la manière de motiver les jeunes français et allemands et de leur donner le goût de connaître la langue et la culture de leur partenaire8.

  • 9 Rapport de la mission d’information de l’Assemblée nationale et du Bundestag sur l’OFAJ. 23 juin 20 (...)

12L’accent est mis sur le travail fructueux de l’OFAJ, notamment le projet Tandem et les méthodes d’animation linguistique, mais ses faiblesses sont également mises en lumière. Le groupe franco-allemand d’experts émet une proposition concernant l’apprentissage linguistique : après avoir analysé la situation jugée alarmante de l’apprentissage du français et de l’allemand, la commission considère que « les missions fondamentales de l’OFAJ doivent être clairement redéfinies. L’enseignement et l’incitation à l’apprentissage de la langue doivent constituer une priorité »9. Ainsi, les directions à prendre pour une meilleure promotion de l’apprentissage de la langue sont énumérées :

  • 10 Ibid., p. 34.

Promotion de la langue du partenaire au cours de l’enseignement primaire, à travers des animations, jeux et autres instruments pédagogiques adaptés. […] Mise en place d’échanges de longue durée entre enseignants volontaires. […] Échange entre familles avec de jeunes enfants, afin de favoriser l’acquisition précoce de la langue. Développement de programmes spécifiquement destinés aux enfants (de 10 à 14 ans). Création d’incitations supplémentaires à l’apprentissage du français et de l’allemand en garantissant des échanges avec le pays voisin10.

13Déjà en 1963, il était fait état dans le traité de l’Élysée de la situation critique de l’apprentissage de l’allemand et du français, et la nécessité de prendre des mesures avait été soulignée :

  • 11 Extrait du traité de l’Élysée.

Les deux gouvernements reconnaissent l’importance essentielle que revêt pour la coopération franco-allemande la connaissance dans chacun des deux pays de la langue de l’autre. Ils s’efforceront, à cette fin, de prendre des mesures concrètes en vue d’accroître le nombre des élèves allemands apprenant la langue française et celui des élèves français apprenant la langue allemande11.

  • 12 Rapport d’orientation 1992-1993, p. 20.

14Aujourd’hui, les résultats escomptés ne sont pourtant pas atteints. La commission de parlementaires n’émet cependant aucun reproche à l’égard de l’OFAJ en rappelant « que ce n’était pas la mission de l’OFAJ de compenser les faiblesses d’un système éducatif qui n’est pas capable d’arrêter cette tendance »12.

15La prise de conscience de cette situation et des conséquences que cela pourrait avoir sur les relations franco-allemandes ainsi que le danger linguistique des effets de la mondialisation ont amené la commission à souhaiter une réforme de l’OFAJ. Signé le 26 avril 2005, le nouvel accord portant création de l’OFAJ redéfinit les missions dévolues à l’Office, dont le cœur reste cependant le même. Il insiste notamment sur la mission de sensibilisation à la langue du partenaire.

Action linguistique et Europe

  • 13 Voir la contribution de Ulrich Pfeil dans cet ouvrage.

16L’importance de l’apprentissage de la langue et du lien entre compréhension de la langue et de la culture du partenaire est soulignée par le groupe de travail. Le rapport insiste également sur la connaissance de la langue comme qualification pour la vie professionnelle et rappelle la mission de l’OFAJ de préparer les jeunes à la vie professionnelle dans un contexte européen. Depuis sa création, l’Office agit en effet dans une perspective européenne. L’ouverture des programmes aux pays tiers de la Communauté européenne en 1976 marque une évolution importante dans sa politique. Le risque de voir l’anglais devenir la langue de communication lors d’échanges internationaux s’accroît. Pourtant, la participation de pays tiers à des programmes ne change en rien la philosophie de l’OFAJ : lors de ces rencontres trinationales, l’allemand et le français restent les langues de communication. Lors de la réunification allemande, l’OFAJ met son expérience dans les domaines de la pédagogie, de la linguistique et de l’organisation de programmes au profit des nouveaux Länder13. La politique de l’OFAJ a été également influencée par les changements intervenus en 1993 : l’ouverture du grand marché européen. Organisme « au service des jeunes Français et des jeunes Allemands », l’Office a souhaité se concentrer sur le travail linguistique, l’apprentissage de la langue du voisin devenant une nécessité. En 1989, le conseil d’administration a adopté trois priorités pour 1990, dont celles de l’apprentissage des langues et de la préparation à l’Europe de 1993 (renouvelées jusqu’en 1992). La politique linguistique de l’OFAJ se traduit alors par

  • 14 Rapport d’orientation 1992-1993, p. 20.

la mise en œuvre d’une politique linguistique intensive dans tous les secteurs des échanges en utilisant toutes les possibilités dans l’extrascolaire et en soutenant la motivation à l’apprentissage des langues, l’amélioration des compétences et la création des lieux de communication linguistique dans les rencontres, en complément des efforts déployés dans la politique scolaire des deux pays14.

  • 15 www.socrates-leonardo.fr/upl/documents/fichepres/lingua.pdf
  • 16 Prix valorisant des projets novateurs dans le domaine de l’apprentissage des langues.

17L’OFAJ organise également une partie de son travail en relation avec des programmes d’échanges de jeunes de la Communauté européenne et s’est associé à plusieurs projets européens. L’OFAJ reçoit des subventions dans le cadre du programme Lingua qui a pour objectif la promotion de l’apprentissage des langues, « la sensibilisation du citoyen européen au caractère multilingue de l’Union Européenne »15 et le développement d’outils d’apprentissage. L’engagement européen de l’Office est l’illustration de ses préoccupations quant à l’insertion des jeunes dans le monde du travail européen. Dans le cadre du programme Leonardo, l’OFAJ a réalisé du matériel pédagogique pour les enseignants de l’enseignement professionnel et technique et les étudiants. L’Office reçoit le « Label Européen des Langues 2000 »16 pour son CD-Rom « La langue dans les échanges / Langues étrangères et internet ». L’année 2001 est choisie par la Commission européenne et le Conseil de l’Europe comme l’Année européenne des Langues. Cette action en faveur du plurilinguisme et de la diversité culturelle en Europe est l’occasion pour l’OFAJ de lancer la campagne « Parlons européen », de promouvoir l’apprentissage de l’allemand et du français et de faire connaître ses programmes au grand public.

L’historique du travail linguistique de l’OFAJ

  • 17 Rapport d’activités 1968-1973, p. 15.

18Afin d’atteindre l’objectif d’amélioration qualitative et quantitative des échanges, l’OFAJ a développé des méthodes d’apprentissage linguistique en coopération avec ses partenaires. Il a exercé et exerce toujours une influence réelle en matière de pédagogie des langues. Son rôle est « de chercher, créer, expérimenter pour susciter de nouveaux moyens pédagogiques et ouvrir de nouveaux domaines à leur application »17.

L’OFAJ et l’apprentissage linguistique extrascolaire

  • 18 Rapport d’orientation 1986, annexe 9, p. 18.

19Pour garantir la qualité des rencontres binationales, le premier objectif de l’OFAJ a été de créer les conditions les plus favorables à la communication entre les participants18. Le fait que seule une minorité de participants maîtrise la langue du partenaire a rapidement amené les secteurs linguistiques de l’OFAJ à réfléchir à des moyens de communication facilitant le contact entre des participants monolingues. L’exploitation des possibilités de communication non verbale a été essentiellement réalisée par le bureau « formation et recherche ». Au départ la communication non verbale a permis aux jeunes de communiquer sans barrière linguistique entre autres par la gestuelle… Les moyens non verbaux ne permettent pourtant qu’une première prise de contact, mais ne suffisent pas à établir une communication réussie. Au départ, de nombreux programmes franco-allemands de rapprochement ont été mis en place. Le programme initié par le secrétariat d’État à la Jeunesse et aux Sports et repris par l’OFAJ en 1965 sous le nom « Connaissance de la France / Wir entdecken Deutschland », par exemple, n’exigeait aucune connaissance de la langue. Le manque de connaissances linguistiques peut être pallié par la présence d’un interprète.

20Lors du colloque de l’OFAJ de 1968, une commission a traité du thème suivant : « Quelle influence l’action de l’OFAJ exerce-t-elle sur la pédagogie des rencontres internationales ? » L’un des points essentiels ressortant de cette étude est celui de l’apprentissage linguistique :

  • 19 OFAJ, Colloque 1968, p. 33.

… la connaissance de la langue du partenaire est une condition essentielle pour la création de bonnes relations entre les deux peuples. On doit subordonner l’apprentissage de la langue aux buts et aux nécessités de la compréhension mutuelle et à l’acquisition d’un comportement international. […] Au sein de l’Office, nous croyons que l’effort d’apprentissage linguistique doit être adapté à la variété des éléments touchés, à leurs possibilités et à leurs capacités et que cette question doit être traitée avec le sérieux qu’elle mérite19.

  • 20 Michaela Martin, La politique linguistique de l’OFAJ, 1985-1986.

21Dans les années 1980, différentes positions s’affrontent au sein de l’OFAJ à propos de l’importance des connaissances linguistiques dans les rencontres franco-allemandes. Tandis que le bureau linguistique considère la langue comme moyen d’expression directe, le bureau formation et recherche considère l’absence de connaissances linguistiques comme un obstacle, mais accorde une plus grande importance à la résolution des problèmes interculturels et relationnels d’une rencontre20.

22Afin de favoriser le développement et le bon déroulement des échanges, il est rapidement apparu nécessaire de former des cadres d’un point de vue pédagogique et linguistique. La formation à l’intervention linguistique s’applique non seulement à l’action d’enseignement extrascolaire, mais encore, et de plus en plus, aux nécessités de la médiation linguistique et culturelle apparues dans tous les secteurs des échanges. Les responsables des échanges ont en effet trois fonctions principales de « guidage » linguistique : l’enseignement de l’autre langue ; la stimulation de la communication personnelle entre Français et Allemands ; la médiation entre personnes et groupes ignorant l’autre langue. Un séminaire sur le thème « Linguistique et Communication » (1976) a permis à des linguistes et des pédagogues d’étudier les possibilités d’amélioration de la formation de ces « médiateurs culturels ». Il en ressort que l’animateur doit acquérir des techniques d’interprétation consécutive, de restructuration, de reformulation et de transfert des idées. Le travail de promotion des cadres pour une action linguistique transculturelle a une répercussion jusque dans les systèmes éducatifs des deux pays, au travers des enseignants participant à ces échanges. L’OFAJ a poursuivi sa politique de formation pour les encadrants d’échanges : animateurs-interprètes, animateurs linguistiques… Ces stages ont été adaptés aux nouveaux besoins et aux nouvelles méthodes d’apprentissage (Ateliers linguistiques, « Tandem », Animation linguistique,…). Des perfectionnements linguistiques et des formations pour enseignants de cours de langue extrascolaires pour jeunes ou pour enfants sont aussi proposés.

La conception linguistique de l’OFAJ

23L’OFAJ a développé au fil des années une approche socio-pédagogique des échanges à partir de la recherche qu’il effectue. Les premiers projets de recherche ont porté sur les méthodes d’animation. L’OFAJ s’est inspiré, dès 1965, des nouvelles méthodes d’apprentissage des langues qu’il a observées dans différents pays et s’est servi des potentiels existants en France et en Allemagne pour développer son action. À cette époque, une nouvelle conception d’apprentissage apparaît : la langue est considérée comme un outil de communication. On observe alors un renversement des priorités d’apprentissage : l’apprenant doit acquérir un minimum de connaissances linguistiques pour pouvoir communiquer dans un maximum de situations, et apprendre des structures et du vocabulaire pouvant être utilisés fréquemment. Une nouvelle méthode d’apprentissage linguistique, « audiovisuelle et structuro-globale », permet après quelques semaines de cours d’acquérir une compétence linguistique.

  • 21 Document interne, juillet 1970.

24Avec ses partenaires, l’OFAJ a développé en 1968 un concept didactique et méthodologique qui permet un apprentissage des langues dans une situation de rencontre binationale : les Ateliers linguistiques. Créés en direction des scolaires, ce sont des formations en tandem adaptées aux centres de vacances d’enfants et d’adolescents, aux rencontres de ski et de voile. Du matériel spécifique adapté à ce type de rencontres a été élaboré à la demande et avec le concours de l’OFAJ. Pierre Bazin (Amicales laïques du Nord) et Michel Wambach (Centre international audiovisuel d’études et de recherches) ont été chargés d’inventer un outil pédagogique soutenu par une méthode d’apprentissage en tandem et par des matériels audiovisuels appropriés pour les débutants permettant d’acquérir des connaissances minimales pour pouvoir communiquer dans les rencontres. Les Ateliers linguistiques, sous leur aspect ludique, étaient un moyen de favoriser la communication entre les participants, de les sensibiliser à l’apprentissage de la langue et de les inciter à le poursuivre. Dès juillet 1970, la définition des objectifs, contenus et méthodes des sessions linguistiques franco-allemandes marque un pas important dans la conception des Ateliers linguistiques. Lors de cette réflexion sur une forme d’« animation linguistique », un enseignement binational est envisagé pour la première fois. Diverses orientations sont définies : il s’agit de déscolariser l’enseignement de la langue, notamment en intégrant les activités linguistiques aux activités de loisirs et de créer une communication par la constitution de tandems binationaux21.

25Le succès des années 1969-1970 s’est estompé et les Ateliers linguistiques ont disparu au début des années 1980. Plusieurs méthodes ont été élaborées d’après le concept d’animation linguistique telles que les « Ateliers linguistiques II », adaptés aux situations de plein air ou encore la méthode de la « théâtralité ». D’autres groupes de recherche travaillèrent à la conception de nouveaux matériels. Le groupe AALF de Kiel (Arbeitsgruppe Angewandte Linguistik Französisch), sous la direction du professeur Albert Raasch de l’université Christian Albrecht (Kiel), a réalisé les premiers AALF-Materialien (dialogues, thèmes de discussion). Les participants pouvaient être réunis non plus uniquement d’après leur niveau, mais aussi d’après leurs centres d’intérêts. AALF produisit ensuite une série de « centres d’intérêts », composée de neuf thèmes.

26Les nouvelles conceptions d’apprentissage sont intégrées dans les programmes de l’OFAJ. Les activités linguistiques prennent la forme, d’une part d’un apprentissage systématique dans le cas des sessions linguistiques franco-allemandes ou des sessions de vacances, et, d’autre part, d’une animation dans le cas des Ateliers linguistiques. Le matériel utilisé lors des programmes « Vacances pour jeunes travailleurs » est adapté de la méthode des Ateliers linguistiques. L’OFAJ a également développé des programmes d’information et de contact avec activités linguistiques, alliant découverte d’un secteur professionnel et apprentissage de la langue. L’utilisation concrète des connaissances linguistiques et la mise en contact avec la population autochtone sont une motivation supplémentaire pour apprendre la langue. Afin d’améliorer la qualité des rencontres franco-allemandes et de recentrer les contenus des programmes avec activités linguistiques, l’OFAJ impose en 1977 des conditions quant à la réalisation de programmes d’information et de contacts avec activités linguistiques pour pouvoir bénéficier d’une subvention : celles-ci concernent la qualification des moniteurs linguistiques, l’utilisation de méthodes et matériels agréés par l’OFAJ et un temps minimum consacré à l’activité linguistique.

27La diversité des programmes et la quantité de participants aux échanges sont un champ d’expérimentation pour théoriciens et praticiens. Si le domaine extrascolaire est le domaine de prédilection de l’OFAJ, il a également vocation à monter des actions avec et en direction du secteur scolaire.

28Les échanges scolaires, se déroulant souvent dans le cadre d’appariements, constituent un champ important de l’action de l’Office. Dès 1988, deux nouveaux programmes sont créés : d’une part les échanges individuels de moyenne durée, appelés « programmes Sauzay » depuis 2003, année du décès de Brigitte Sauzay, conseillère pour les relations franco-allemandes auprès du chancelier fédéral, et d’autre part les rencontres d’élèves n’ayant pas encore effectué le choix de la langue vivante étrangère.

  • 22 Cf. Tele-Tandem p. 14.

29Les échanges, très souvent fondés sur un projet commun, donnent un nouveau cadre à l’apprentissage de la langue et deviennent alors un lieu d’apprentissage linguistique et interculturel. Sortie de son cadre scolaire, la langue n’est plus perçue comme une matière d’enseignement en soi, mais comme un moyen de communication. En 1999, le nouveau programme d’échange franco-allemand pour lycéens « Voltaire » est lancé. Dans le cadre du développement de l’apprentissage précoce des langues, les programmes d’échanges au primaire prennent une importance particulière. L’OFAJ s’implique dans un projet d’apprentissage linguistique en tandem par visioconférence et Internet22 ainsi que dans un projet de création d’un site Internet lancé par la Ligue française de l’Enseignement. L’OFAJ s’engage pour la formation des enseignants aussi bien du point de vue linguistique que pédagogique : stages binationaux, stages de formation linguistique et pédagogique pour les enseignants techniques du secteur agricole, stages de langue en tandem pour professeurs de lycées professionnels, stages de formation au Tandem et au Tele-Tandem…

Nouvelles perspectives pour l’apprentissage linguistique

30À l’occasion de son 25e anniversaire, l’OFAJ organise un colloque permettant de faire des recommandations pour sa future politique, notamment dans le domaine des langues. Le groupe de travail propose de transposer les expériences de l’OFAJ du secteur extrascolaire au secteur scolaire et de promouvoir certains aspects de la pédagogie de la communication binationale, tels que :

  • 23 Ibid., p. 76.

l’intégration de la communication visuelle et esthétique, la promotion de l’élément ludique, la prise en compte des besoins des participants, l’intégration de tout le patrimoine culturel des communautés linguistiques, l’exercice des attitudes communicatives, en groupe et en duo23.

31Le rapport final de ce colloque recentre la politique linguistique de l’OFAJ. Les nouveaux secrétaire général et secrétaire général adjoint, Gert Hammer et Jean-Claude Routier, fixent comme priorité pour 1989 la promotion de nouveaux programmes linguistiques et le renforcement de l’apprentissage des langues dans les échanges scolaires et professionnels. Afin de sensibiliser ses partenaires à son action, l’OFAJ prend la décision d’accorder des subventions prioritairement aux programmes linguistiques. Il encourage le travail linguistique avant et après la rencontre, plus particulièrement la réalisation de programmes de préparation linguistique des échanges par les universités populaires, les comités de jumelage ou les organisations de jeunesse. L’Office met l’accent sur l’enseignement précoce des langues ainsi que sur la formation des enseignants dans les secteurs scolaire et extrascolaire. Les programmes en direction des élèves qui n’ont pas encore choisi leur LV1 ou LV2 constituent également un axe de travail.

32L’organisation d’un colloque sur la langue et la communication binationale réunissant experts et institutions est aussi suggérée par le groupe de travail. En février 1993, l’OFAJ réunit ses partenaires autour du thème « Langue étrangère – Langue du partenaire. La langue et l’apprentissage interculturel en France, en Allemagne et en Europe. ». Ce congrès permet de faire prendre conscience de la question linguistique dans les deux pays et est l’occasion d’en appeler aux gouvernements pour qu’ils prennent des mesures en faveur de l’apprentissage linguistique. Trois thèmes essentiels sont traités : le rapport entre langue et culture ainsi que l’attitude face à une langue étrangère en Allemagne et en France, les activités et programmes novateurs en matière d’apprentissage linguistique et enfin les perspectives de l’apprentissage des langues dans l’Europe de demain. Le congrès met en évidence l’indissociabilité de l’apprentissage linguistique, culturel et interculturel. Francis Bellanger, nommé secrétaire général de l’OFAJ en 1994, déclare dans l’avant-propos des actes de publication du congrès :

  • 24 OFAJ (éd.), Langue étrangère – Langue du partenaire. La langue et l’apprentissage interculturel en (...)

Alors qu’au début des échanges franco-allemands il était important de ne pas faire de l’absence de connaissances linguistiques un obstacle à la participation, on reconnaît maintenant, dans le milieu des échanges de jeunes, qu’on ne peut faire l’impasse sur les connaissances linguistiques. Ce sont elles qui vont permettre d’aller plus loin dans la connaissance de l’autre. Par ailleurs, même si les échanges sont ouverts à tous, sans distinction de connaissances linguistiques, il est évident que la rencontre est un lieu privilégié pour sensibiliser les jeunes à l’autre langue24.

  • 25 Ibid., p. 2.

33En 1999, les nominations de Babette Nieder en tant que secrétaire générale et de Michel Cullin en tant que secrétaire général adjoint marquent un nouveau tournant de la politique linguistique de l’OFAJ. L’année 1999 voit le lancement du programme Voltaire, l’augmentation des stages de formation à la méthode Tandem, l’intensification de l’animation linguistique dans les rencontres, la publication de nouveaux glossaires… Adoptées en 1999, les orientations pour 2000-2002 définissent les nouveaux objectifs de l’OFAJ. La priorité est donnée aux programmes favorisant la sensibilisation linguistique et l’apprentissage interculturel. Ainsi, ces orientations, renforçant celles de 1989, annoncent qu’aucune subvention ne sera accordée pour les rencontres sans animation linguistique. Dans le domaine scolaire, l’OFAJ en appelle « à la responsabilité des décideurs politiques en matière d’éducation pour que les échanges d’enseignants soient facilités, pour que la formation des enseignants de langue et d’autres disciplines prenne mieux en compte l’oralité et que l’enseignement de l’allemand ou du français soit plus vivant, plus efficace et moins sélectif »25.

  • 26 Rapport d’orientation 2003-2005, p. 6.
  • 27 Ibid., p. 14.
  • 28 Rapport d’orientation 2007-2009, p. 7.
  • 29 Loc. cit.

34Le rapport d’orientation 2003-2005 souligne à nouveau le souhait exprimé dans les orientations 2000-2002 de « permettre l’acquisition de compétences clés pour l’Europe » en favorisant notamment l’apprentissage des langues. Face à la mondialisation et au primat de l’anglais, l’OFAJ souhaite agir pour le plurilinguisme et la variété culturelle en Europe. La priorité la plus importante est de « susciter un intérêt nouveau pour la langue du voisin » et de développer de « nouvelles méthodes susceptibles d’améliorer les compétences linguistiques des jeunes »26 en coopération avec les ministères concernés, les écoles, les associations, les instituts culturels et des initiatives privées. Dans le domaine de l’enseignement précoce, l’OFAJ veut concentrer son action sur les échanges de jardinières d’enfants, les échanges d’instituteurs et sur l’élaboration de matériels adaptés. Concernant la préparation linguistique de l’échange, l’OFAJ s’est fixé pour mission « d’élaborer une conception adaptable aux divers groupes cibles et les instruments adéquats pour la mettre en œuvre »27. Afin de promouvoir l’apprentissage de la langue, l’OFAJ souhaite « souligner l’apport linguistique de tous les programmes » en donnant la possibilité aux jeunes Français et Allemands apprenant l’autre langue de participer à un échange scolaire et extrascolaire. Il souhaite aussi renforcer l’offre d’échanges individuels et développer un nouveau programme de bourses. Le conseil d’administration propose, dans les orientations 2007-2009, d’ouvrir les échanges scolaires à des élèves n’ayant pas choisi la langue du partenaire. Considérant la situation de l’apprentissage de la langue du partenaire, « la connaissance de la langue ne peut être un critère pour participer à nos actions »28. L’OFAJ souligne l’importance de la sensibilisation à l’autre langue et la primordialité de la seule utilisation du français et de l’allemand lors des rencontres. Il souhaite revoir le matériel pédagogique mis à la disposition des participants et « mettre en chantier la conception de matériel de nouveau type »29.

  • 30 Déclaration finale sur l’avenir des relations franco-allemandes in : Rapport d’activités 2003, p. 1 (...)

35Depuis quelques années, l’OFAJ a renforcé son action de promotion linguistique. Il a multiplié ses représentations dans des forums et participé à de nombreuses manifestations et colloques. Les jeunes sont également acteurs de cette promotion puisque leur créativité est requise. L’OFAJ a lancé diverses opérations récompensant entre autres un projet sur l’apprentissage des langues ou un jeu d’apprentissage linguistique sur ordinateur. À l’occasion du 40e anniversaire du traité de l’Élysée, l’Office a organisé un Parlement franco-allemand de jeunes. Celui-ci émet des propositions pour développer la connaissance de la langue du partenaire notamment « l’introduction de l’enseignement de la première langue étrangère à partir du CE2 afin de garantir un apprentissage efficace de deux langues étrangères »30.

Promouvoir la langue en tant qu’outil de communication

36La question de la progression linguistique et de la communication dans les rencontres conduit l’Office et ses partenaires à réfléchir à la place de la langue dans les échanges. L’OFAJ a pour objectif de sensibiliser les participants à la langue en créant le besoin de communiquer par des activités appropriées et non de transformer les rencontres binationales en cours de langue. La présence de Français et d’Allemands en un même lieu est un potentiel linguistique que l’Office a exploré.

Le Tandem

37L’apprentissage des langues en tandem est l’un des apports les plus importants de l’OFAJ dans le domaine de la didactique des langues. Au début des années 1970 une formule originale de cours s’est développée : les cours intensifs binationaux alliant rencontre franco-allemande et stage linguistique. Mais l’année 1988 marque le véritable lancement de ces programmes. Au fil des années, ceux-ci se diversifient et sont adaptés à des groupes cibles très variés (ayant au minimum un à deux ans d’apprentissage) : jeunes professionnels, étudiants, animateurs… Il s’agit d’une formation conjointe aux deux langues, menée en groupe mono- et binationaux travaillant en tandems. Français et Allemands s’aident mutuellement à apprendre la langue du partenaire sous la conduite d’enseignants formés à cette méthode. La langue est intégrée de manière ludique dans toutes les activités pendant la rencontre. Un manuel pédagogique présentant les principes fondamentaux du travail en tandem, d’un point de vue méthodologique et didactique, a été publié en allemand en 1999 et est disponible en français sous forme électronique depuis 2007. L’OFAJ a élaboré un « mémento de l’encadrant de cours binationaux » dans lequel les objectifs d’apprentissage, entre autres linguistiques et interculturels, sont détaillés. L’un des objectifs du Tandem est d’apprendre à transmettre et d’apprendre une langue et une culture : les deux langues sont alors « objectifs et contenus d’apprentissage ».

38La « Simulation globale », technique utilisée dans l’enseignement du Français langue étrangère, fait partie intégrante de la méthode « Tandem » et structure la rencontre. Les participants français et allemands créant ensemble un univers et des personnages, la langue devient un outil permettant la création.

39Alors que les cours binationaux ont pour objectif l’apprentissage de la langue, l’animation linguistique, quant à elle, a pour objectif d’initier à la langue du partenaire.

L’Animation linguistique

40Le concept de l’Animation linguistique s’est développé peu à peu, s’inspirant des recherches sur la didactique des langues. Dès 1987, l’OFAJ et des organisations sportives réfléchissent à l’amélioration de la qualité des échanges sportifs franco-allemands et concluent que l’intégration d’une animation linguistique améliorerait le concept des programmes. En effet, il apparaît que l’animation linguistique par les jeux contribue à établir une communication par des moyens autres que la parole. Le développement de l’animation linguistique et l’évolution des travaux sur la communication dans les échanges marquent un tournant important. Un projet de recherche sur la communication verbale et non verbale entre les participants lors de rencontres franco-allemandes est lancé en 1991 en coopération avec l’université de Bielefeld. Les résultats ont permis de déterminer les motivations et les situations propices à la communication ainsi que les stratégies développées par les participants pour communiquer.

41L’Animation linguistique favorise la communication naturelle tout au long de la rencontre par exemple sous forme de jeux linguistiques ou de travail en tandem. Elle a pour objectif de sensibiliser le participant à la langue du partenaire de manière ludique, de renforcer la motivation et de dédramatiser l’apprentissage de la langue. À partir de 1991, les subventions supplémentaires accordées pour la réalisation d’activités linguistiques pendant une rencontre incitent les partenaires de l’OFAJ à s’intéresser à l’Animation linguistique. Cette méthode est intégrée dans les programmes pour jeunes professionnels en 1993 puis pour jeunes chômeurs en 1994. Dès 1999, on constate que l’Animation linguistique trouve de plus en plus sa place dans les rencontres. Elle est aussi applicable aux rencontres trinationales. L’influence de cette méthode ludique de découverte linguistique est visible : de nombreux enseignants encadrant des échanges scolaires intègrent de nouvelles idées dans leurs cours. En développant des méthodes ludiques d’apprentissage, l’OFAJ a donné à la langue une place importante : objectif de l’enseignement à l’école, elle devient un moyen de communication entre participants allemands et français.

L’apprentissage précoce

42Les méthodes pédagogiques développées par l’OFAJ sont adaptées au public des plus jeunes. Sollicité par le ministère de l’Éducation nationale en 1968, l’Office a coopéré, surtout au niveau pédagogique, à un projet d’enseignement précoce des langues. Cette expérience permet à l’OFAJ de réfléchir à la création de contenus d’enseignement adaptés aux enfants en âge préscolaire. En 1984, un guide intitulé « le Français dans l’enseignement pré-élémentaire » est publié. Son objectif est de proposer un modèle privilégiant le jeu et l’expression de la personnalité, et d’assurer une continuité à tous les niveaux du cursus scolaire. En 1989, l’OFAJ intensifie son action en agissant au niveau de l’enseignement précoce de l’allemand dans les écoles primaires françaises, du programme franco-allemand d’échange d’instituteurs, du programme d’intensification des échanges culturels et linguistiques entre régions « Apprendre la langue du voisin » et des cours extra-scolaires pour enfants. À la suite du congrès de 1993, des expériences ont été menées dans des classes primaires. Il en ressort que le jeu, les sons nouveaux et les chants éveillent la curiosité des enfants. Le bureau « jeunesse et scolaires » s’est associé au bureau linguistique dans le cadre du programme de sensibilisation pour les 9-12 ans organisé à partir de 1994. L’apprentissage précoce d’une langue est considéré comme un excellent moyen d’ouverture d’esprit, de sensibilisation à une autre culture et à une autre manière de penser. L’OFAJ a élaboré du matériel diversifié adapté à différents publics, dont les enfants.

Le matériel

43Fruit des recherches entreprises par l’OFAJ et ses partenaires, le matériel est une base indispensable pour toute activité linguistique. Ces documents servent à la préparation linguistique ou à l’animation linguistique des échanges.

Les glossaires

44En 1988, une conception de glossaires franco-allemands permettant de prendre en compte les spécificités linguistiques et les thématiques de certains programmes est mise au point par des praticiens des échanges et des experts. Conçus à partir d’observations et d’expériences faites pendant les rencontres franco-allemandes, ils s’articulent autour de cinq domaines : activités sportives, activités de loisirs, métiers et secteurs d’activités, enseignement et formation, agriculture. Par la suite, le choix des thèmes se décide en fonction des programmes de l’OFAJ et est orienté, depuis les années 1990, plus largement vers le monde franco-allemand. Depuis la publication du glossaire Citoyenneté en 2000, ces différentes catégories ne sont plus différenciées : les glossaires sont publiés en fonction des besoins (par exemple : thèmes de société). Destinés à être utilisés lors d’un échange, ils fournissent un vocabulaire adapté aux situations de communication auxquelles les jeunes peuvent être confrontés et que l’OFAJ souhaite susciter. Les groupes cibles concernés par ces glossaires sont tout d’abord les jeunes en situation de rencontre et les jeunes professionnels souhaitant effectuer un stage dans le pays partenaire, ayant des connaissances linguistiques équivalant à environ deux ans d’apprentissage.

  • 31 Bernadette Bricaud, introduction du glossaire football.

45Une nouvelle conception des glossaires, alliant le vocabulaire de spécialité à un encart civilisationnel, s’est peu à peu développée. Cette formule trouve son origine en 1996 avec la publication du glossaire Viticulture – Œnologie paru chez PONS. Celui-ci contient des informations sur la réglementation européenne, les cartes des vignobles dans les deux pays ou encore des adresses utiles. En 2000, la parution du glossaire trilingue (allemand – anglais – français) sur l’engagement citoyen marque l’introduction d’un véritable encart interculturel : il est agrémenté d’explications de certaines notions. Le glossaire Football, publié à l’occasion de la coupe du monde 2006, a ensuite donné naissance à un dépliant « Parlez-vous allemand ? – Sprechen Sie Französisch » reprenant le « vocabulaire de survie » du supporter français en Allemagne. « Ces glossaires s’inscrivent dans la philosophie du travail de l’OFAJ, l’apprentissage étant étroitement lié à un apprentissage interculturel »31. L’introduction d’un encart « regards croisés » permet d’expliquer des termes spécifiques sans en dénaturer le sens par une traduction.

46En 1990, l’idée de développer des dossiers linguistiques à partir des glossaires et d’élaborer un « dossier zéro » contenant du vocabulaire de la vie quotidienne en situation de rencontre binationale est née. Les principaux objectifs étaient d’une part de créer une aide pédagogique et linguistique à la mémorisation et à l’utilisation concrète d’expressions, et d’autre part d’avoir une série de jeux ainsi que du matériel authentique (plan de ville…) à disposition. Ce projet, dans un premier temps mis de côté, a été concrétisé sous différentes formes : élaboration du dépliant « Parlez-vous allemand ? », introduction d’un encart interculturel dans les glossaires, proposition d’articulation d’unités dans le document « préparation linguistique et culturelle de l’échange ». L’idée de constituer un corpus de matériel authentique, jugée trop fastidieuse, n’a pas été réalisée. Ce projet sera réétudié et approfondi dans l’avenir.

47Le contenu de certains glossaires a été au départ l’objet de critiques à cause du manque de précision du vocabulaire de spécialité. Depuis 2004, une nouvelle équipe d’auteurs, multiculturelle et interdisciplinaire, collabore à la conception des glossaires. Deux nouveaux collaborateurs participent à la rédaction lexicographique : Jean Klein et Ralf Pfleger. Le travail fourni pour l’élaboration des glossaires bénéficie aujourd’hui d’une reconnaissance professionnelle : le « Deutscher Terminologietag » recommande ces documents.

Autre matériel

48L’OFAJ et ses partenaires ont également développé du matériel pédagogique adapté à chaque type de rencontres et de publics. En 1984 paraît le manuel La France on y va, élaboré par l’AALF-Kiel, suivi de son équivalent en allemand Kommen Sie mit nach Deutschland pour la préparation et le suivi linguistique de la rencontre. Les cours dispensés dans le cadre de jumelages de villes ont également fait l’objet d’une recherche pédagogique. À la demande de l’OFAJ, un manuel de français Bienvenue chez nous (1986) et la version allemande Herzlich willkommen in Frankreich (1990) ainsi qu’une méthode d’apprentissage pour enfants, Viens jouer avec nous ont été élaborés. En 2001, un groupe de travail a été chargé de développer du matériel pour les cours de langue extra-scolaires pour enfants. Knollis und Wollis, un document pédagogique pour l’enseignement de l’allemand en primaire, a été revu et actualisé en 2002.

49L’OFAJ met également à la disposition des enseignants du matériel pédagogique adapté aux différents groupes cibles : méthodes linguistiques, revues spécialisées… Un service de prêt de films pouvant être utilisé dans les écoles avec des sections bilingues a aussi été mis en place. En 2000, l’OFAJ a conçu du matériel pour les enseignants de l’enseignement professionnel et technique ainsi que pour des étudiants se préparant à un stage dans le pays partenaire. Il s’agit par exemple de CD-Roms : « La langue dans les échanges » ou « Lehrund Lernmaterialien Deutsch als Fremdsprache – Hotellerie und Gastronomie ». L’Office a intensifié son action en faveur de l’Animation linguistique à travers la publication de matériel. En 2001, l’« Entraide allemande » a réalisé le document bilingue intitulé « Pistes pour une animation linguistique » avec le soutien de l’OFAJ.

Les cours de langue

50L’action linguistique de l’OFAJ s’est également étendue au domaine de l’éducation permanente, l’un des secteurs clés de sa politique linguistique. L’OFAJ n’a lancé que très peu de cours en Allemagne, où il existe un large réseau d’universités populaires. Dès 1966, l’OFAJ a encouragé la mise en place de cours de langue extensifs auprès des organisations de jeunesse, des comités de jumelages, des Maisons des jeunes et de la culture pour favoriser la préparation linguistique des échanges. Ces cours doivent permettre à toute personne intéressée par les échanges franco-allemands d’acquérir les connaissances nécessaires pour communiquer, approfondir ou rafraîchir des connaissances.

51Des bourses pour cours de langue intensifs sont proposées par l’OFAJ à des animateurs ou responsables de rencontres franco-allemandes, à des jeunes professionnels qui effectueront ensuite un stage pratique d’au moins six semaines dans une entreprise du pays partenaire, ou à des étudiants (sauf germanistes) qui vont passer un an ou un semestre dans une université de l’autre pays. Le cours de langue s’effectue dans un centre linguistique désigné par l’OFAJ, pendant trois ou quatre semaines.

Les nouveaux projets

52Préparation linguistique de l’échange et Tele-Tandem sont les nouveaux projets lancés par l’OFAJ et préconisés par les orientations 2003-2005.

La préparation de l’échange

53L’Office encourage ses partenaires à proposer une préparation en vue d’un échange franco-allemand. Une préparation linguistique et culturelle de l’échange est prévue par les directives dès 1964, pourtant ce type de formation n’est pas suffisamment organisé. Cette fonction est remplie pour des publics spécifiques par des cours de langue intensifs et extensifs et des cours de langue binationaux. Afin de pallier le manque de matériel spécifique pour la préparation linguistique de l’échange, l’OFAJ prit donc la décision en 2003 d’élaborer un document proposant une préparation type. Visant un public de débutants, ce texte présente les objectifs de la préparation, les contenus et le déroulement de chaque séance, les structures langagières à acquérir et le matériel nécessaire. Huit thèmes d’unités ont été choisis en fonction des expériences vécues lors de préparations à l’échange. L’objectif est de motiver les participants en créant une dynamique de groupe, en les mettant en confiance, en les familiarisant avec l’autre langue et en leur faisant découvrir le pays partenaire.

Le « Tele-Tandem »

54Outre une action en faveur de la préparation linguistique, le bureau linguistique s’est également engagé pour le développement d’un nouveau projet : « Tele-Tandem ». Depuis quelques années se sont développées en France comme en Allemagne des mesures visant à rendre obligatoire l’apprentissage d’une langue étrangère à l’école primaire. Ces décrets s’inscrivent aussi bien dans un cadre politique que pédagogique : encourager une Europe plurilingue, favoriser l’apprentissage linguistique dès le plus jeune âge et encourager l’apprentissage interculturel. Conscient de la nécessité de telles mesures, l’OFAJ a souhaité agir dans ce sens également en mettant à profit son expérience de l’apprentissage extra-scolaire des langues au service du secteur scolaire.

55L’idée d’un apprentissage linguistique par le biais des nouvelles technologies s’est développée dès 1999 entre autres en coopération avec Dominique Macaire, dont la thèse portait sur l’éveil aux langues. Des « Eurocentres » ont développé des programmes à intégrer dans des stages pour jeunes libraires ou des métiers du livre. Travail en tandem et technologies de l’information et de la communication étaient alors encore pratiqués séparément. Ce projet a pourtant été mis de côté pour différentes raisons (définition du public cible, coût du matériel…), stoppé en 2001, puis adapté au secteur primaire en 2002.

56Pour élaborer le projet « Tele-Tandem », l’OFAJ s’est fondé sur ses expériences en matière de rencontres et sur les concepts de l’Animation linguistique et du Tandem. Le programme Tele-Tandem se développe dans le cadre d’un appariement de classes des deux pays : la création d’un besoin de communication, l’entrée en jeu d’éléments affectifs et l’utilisation des TIC pour la préparation et le suivi de la rencontre constituent une motivation supplémentaire d’apprentissage linguistique. La langue est utilisée comme un « moyen de construction autonome d’une interaction sociale », et non comme moyen d’acquérir des « connaissances de nature déclarative ».

  • 32 E-Twinning, principale action du programme e-learning de l’UE, vise à encourager l’utilisation des (...)

57En développant Tele-Tandem, l’OFAJ affirme son rôle d’acteur pédagogique et ses capacités en matière de recherche sur la didactique des langues dans les échanges scolaires. L’année 2005 a été consacrée à l’évaluation du travail et l’appréciation de l’impact d’un tel programme. À partir de ces recherches ont été élaborés un document de travail et un CD-ROM présentant le projet et les principaux résultats. En juin 2005, la convention e-twinning32/Tele-Tandem a été signée par l’OFAJ. Son objectif est de permettre à des écoles des deux pays de participer à des projets parallèlement et donc de promouvoir les échanges entre la France et l’Allemagne. Le rapport d’orientation 2007-2009 souligne l’importance de la simplification et de la systématisation de la diffusion de la méthode Tele-Tandem. Il s’agira à l’avenir de démontrer l’efficacité des TIC au service de l’apprentissage linguistique, d’élaborer un document sur la pédagogie de projet pour l’enseignement scolaire et d’affiner la formation au Tele-Tandem. Par ailleurs, trois modules adaptés des activités d’animation linguistique aux TIC sont en préparation.

58Le projet « Tele-Tandem » bénéficie du soutien de la DESCO, de l’Inspection générale d’allemand et de la KMK. Grâce à ce programme, les effectifs en classe d’allemand en France et de français en Allemagne ont augmenté sensiblement. En 2003, l’OFAJ a reçu le « Label Européen des Langues » pour ce projet innovant et exemplaire.

  • 33 Henri Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, 1988, p. 118.

59Composante indispensable à la réussite du projet pédagogique de l’OFAJ, « l’action linguistique n’est pas une action en soi mais plutôt une approche socio-pédagogique ambitieuse et intégrée à différentes formes d’échanges »33. Sur le plan pédagogique, l’OFAJ a contribué au développement de l’enseignement extrascolaire des langues et a enrichi l’enseignement scolaire de l’allemand et du français. Depuis 2006, le travail linguistique de l’OFAJ a consisté à se concentrer sur la fin de l’expérimentation du « Tele-Tandem », sur l’élaboration de matériel d’accompagnement pour ce programme, sur l’adaptation de stages de formation pour enseignants, ainsi que sur le remodelage de la conception des glossaires. Une brochure Envie d’en savoir plus sur l’allemand à l’OFAJ, présentant les activités à orientation linguistique et recueillant des témoignages de participants, a été publiée en 2006. Premier document de ce type, l’objectif de cette publication est de faire connaître le travail linguistique scolaire et extrascolaire de l’OFAJ. L’Office est donc actuellement dans une phase de production, plutôt que dans l’élaboration de nouveaux projets. Alors que la partie scolaire du travail linguistique est privilégiée par les gouvernements français et allemands, le secteur extrascolaire est en perte de vitesse. Par ailleurs, des associations partenaires de l’OFAJ ont été contraintes de supprimer des postes et de fermer certains secteurs pour des raisons de restrictions budgétaires des gouvernements. La Fédération nationale des Foyers ruraux a par exemple fermé son secteur international. La suppression d’un poste de permanent en charge du secteur franco-allemand à l’Internationaler Fahrten und Austauschdienst a eu pour conséquence la disparition des programmes franco-allemands. De la restructuration et de la modification des activités organisées par les partenaires de l’OFAJ résulte une perte de qualité des programmes franco-allemands de jeunesse. L’Office est alors contraint de trouver de nouveaux partenaires et de recréer des liens de coopération avec ces associations.

  • 34 Rapport d’orientations 2007-2009.

60En 2006, le rôle de l’OFAJ en matière de promotion linguistique a été réaffirmé par le conseil d’administration34 : le nombre de jeunes Allemands apprenant le français stagne alors que l’apprentissage de l’allemand en France est en baisse. Il a souvent été reproché à l’OFAJ de ne pas organiser de cours de langue et de ne pas s’être assez investi dans l’apprentissage précoce des langues. Il faut cependant réaffirmer que l’OFAJ n’est en aucun cas un organisme de formation linguistique et ne peut se substituer au ministère de l’Éducation nationale ou à la KMK.

Notes

1 Art. 2g.

2 Art. 3, directives de 1964.

3 Art. 1.2, directives de 1974.

4 Art. 2.6 des directives.

5 Institut pédagogique national : Rapport sur l’enseignement extrascolaire de l’Allemand en France (essai d’inventaire des enseignements destinés aux adultes), 1967, p. 24.

6 loc. cit.

7 Michaela Martin, La politique linguistique de l’OFAJ, 1985-1986, p. 30.

8 Réunion constitutive de la mission (2 octobre 2003) in : www.assemblee-nationale.fr

9 Rapport de la mission d’information de l’Assemblée nationale et du Bundestag sur l’OFAJ. 23 juin 2004, p. 3.

10 Ibid., p. 34.

11 Extrait du traité de l’Élysée.

12 Rapport d’orientation 1992-1993, p. 20.

13 Voir la contribution de Ulrich Pfeil dans cet ouvrage.

14 Rapport d’orientation 1992-1993, p. 20.

15 www.socrates-leonardo.fr/upl/documents/fichepres/lingua.pdf

16 Prix valorisant des projets novateurs dans le domaine de l’apprentissage des langues.

17 Rapport d’activités 1968-1973, p. 15.

18 Rapport d’orientation 1986, annexe 9, p. 18.

19 OFAJ, Colloque 1968, p. 33.

20 Michaela Martin, La politique linguistique de l’OFAJ, 1985-1986.

21 Document interne, juillet 1970.

22 Cf. Tele-Tandem p. 14.

23 Ibid., p. 76.

24 OFAJ (éd.), Langue étrangère – Langue du partenaire. La langue et l’apprentissage interculturel en France, en Allemagne et en Europe, Baden-Baden, 1995, p. 10.

25 Ibid., p. 2.

26 Rapport d’orientation 2003-2005, p. 6.

27 Ibid., p. 14.

28 Rapport d’orientation 2007-2009, p. 7.

29 Loc. cit.

30 Déclaration finale sur l’avenir des relations franco-allemandes in : Rapport d’activités 2003, p. 14.

31 Bernadette Bricaud, introduction du glossaire football.

32 E-Twinning, principale action du programme e-learning de l’UE, vise à encourager l’utilisation des TIC dans les écoles européennes. Ce projet a pour objectif de favoriser la diversité et la pluralité linguistique en Europe.

33 Henri Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, 1988, p. 118.

34 Rapport d’orientations 2007-2009.

Auteur

Née en 1982, diplômée d’études supérieures spécialisées, Université Robert Schuman de Strasbourg, assistante de français en Autriche.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540